Version classiqueVersion mobile

L’Église et l’argent à l’époque moderne

 | 
Paola Vismara

Chapitre 9. Vers l’époque contemporaine

Texte intégral

Deux auteurs novateurs de la fin du xviiie siècle : Rossignol et Bolgeni

1Dans le premier xixe siècle, les questions que nous avons abordées jusque-là restent sur le devant de la scène. La vivacité des débats de la fin du xviiie et du début xixe siècle prouve à la fois la persistance de vieux problèmes et l’émergence de questions inédites, particulièrement significatives dans une société où, aux possibilités déjà offertes à l’argent, s’en ajoutent de nouvelles, issue d’une accélération des processus économiques et de la Révolution industrielle. L’arrière-plan est celui d’un monde dans lequel l’argent est désormais un instrument de travail essentiel, où c’est de la libre circulation que dépend, comme l’écrit Bolgeni, « l’état florissant des arts, de l’industrie, du commerce ».

2Le Saint-Office et la Sacrée Pénitencerie (important tribunal de l’Église) tiennent un rôle notable en orientant la solution aux problèmes dans une direction qui, même avec quelques exceptions, est en cohérence avec le décret de 1645 plutôt qu’avec les choix faits durant la longue phase rigoriste.

3L’orientation « indulgente » ne caractérise cependant pas tout l’univers ecclésiastique. Il suffit de songer aux positions du cardinal Gerdil (1718- 1802) qui, sur plusieurs points, incline vers le rigorisme. Le livre dans lequel il détaille le plus sa pensée sur le sujet est la Dissertation sur l’usure. Il s’y montre opposé au contrat triple, au taux légal d’intérêt et au titre du risque du capital, à tel point qu’il ne mentionne pas le décret de 1645 pour ce dernier. De manière générale, il s’oppose à l’extension des titres extrinsèques, qu’il trouve excessive, parce qu’à son avis ils se présentent plus rarement que l’avidité humaine ne cherche à le prouver. Il est encore hostile à l’attribution de la valeur du travail à l’activité financière. Gerdil reprend les arguments anti-usuraires les plus classiques, avec une inflexion particulière cependant. Étant donnée sa compétence et sa sensibilité dans le domaine philosophique, pour définir l’usure il s’inspire entre autres de la pensée de John Locke (1632- 1704).

4Pourtant, les courants qui se renforcent dans le monde catholique sont ceux en faveur de la licéité du prêt à intérêt, avec un taux modéré, surtout s’il est destiné à des individus n’étant pas en état de grande nécessité. Dans ce contexte, quelques auteurs importants de la fin du xviiie siècle et du début du xixe mettent leur plume au service de la défense du prêt à intérêt. C’est le cas notamment de deux jésuites (ou pour mieux dire ex-jésuites car l’essentiel de leur activité se déroule après la suppression de la Compagnie en 1773) : Jean-Joseph Rossignol et Giovanni Vincenzo Bolgeni.

5De récentes études ont mis en lumière l’importance de la pensée de Rossignol sur ces questions, notamment accessibles par le traité sur l’usure publié à Turin en 1787. Il s’agit d’un personnage de stature européenne, ayant vécu entre la Savoie et la France, Vilnius et Milan. Hormis la philosophie ses compétences sont aussi et surtout scientifiques.

6Le prêt de commerce est au centre de son discours car, estime-t-il, il doit être précisément défini afin d’être différencié du prêt en tant que tel. En effet, il considère le prêt de commerce semblable à une location (donc une sorte de bail de l’argent), au point d’être une forme de contrat déficitaire. La formule plutôt compliquée du contrat triple ne serait qu’une façon même implicite de reconnaître la licéité du prêt de commerce. Rossignol est donc favorable tant à la reconnaissance du prêt de commerce qu’à l’acceptation d’un taux légal d’intérêt, dont il se différencie, car il rend également légitime le prêt à intérêt à l’égard de l’indigent, dans des limites de taux bien précises.

7On trouve ici un écho aux thèmes déjà présents chez divers auteurs des xvie et xviiie siècles, de Lessius à Le Correur, de Barth à Mignot. Ils sont ici exprimés d’une façon plus cohérente et structurée. Les raisons qui conduisent Rossignol à prendre position sur ce sujet sont diverses : il y a d’un côté l’expérience pastorale, avec les demandes fréquentes de ses pénitents ; de l’autre, l’expérience du micro-crédit fréquemment pratiqué par les clercs, un argument qui d’ailleurs le touche personnellement. En effet, Rossignol eut à examiner une proposition intéressante pour l’emploi de son propre argent. S’il a finalement jugé bon de la refuser, ce fut en même temps l’occasion pour lui de réfléchir à cette question.

8Même si elle n’est pas neuve, une approche intéressante consiste à souligner le rôle de la conscience, non pas abandonnée à elle-même mais soutenue par la raison et par la grâce, ces piliers essentiels de la vie chrétienne. Au cœur de la réflexion se trouve l’homme, c’est pourquoi le problème pastoral est absolument fondamental, mais abordé dans un sens opposé à la crainte et à la rigueur. L’auteur accorde une très grande attention à la figure et au rôle du confesseur. Reprenant les positions de la Rome pré-rigoriste, il anticipe les décisions prises par la Pénitencerie et le Saint-Office dans les années vingt et trente du xixe siècle.

  • 1 Sur l’œuvre écrite de Jean-Vincent Bolgeni, assez abondante, nous renvoyons à la notice biographiqu (...)

9Giovanni Vincenzo Bolgeni, un personnage majeur encore trop peu étudié1, consacre au sujet un ouvrage petit et très dense, intitulé Dissertazione undecima fra le morali sopra l’impiego del denaro et l’usura. S’il est publié à Lugano de manière posthume en 1835 (Bolgeni est mort en 1811), le livre est composé dans les années 1782-1783, lorsqu’il réside à Macerata. Il écrit donc avant la contribution de Rossignol. Les considérations de Bolgeni sont formellement adressées à quatre nouveaux prêtres et devaient prendre place dans un ensemble construit de dissertations. La première, publiée seulement en 1796, est intitulée Il possesso principio fondamentale per decidere i casi morali (portant sur les principes juridiques fondamentaux garantissant les décisions sur un plan éthique). Elle est traduite en français et en allemand, suscitant de nombreux débats. Il s’agit là de principes bien connus, mais importants dans le champ probabiliste. Pour n’évoquer que le monde jésuite du xviiie siècle, on peut faire mémoire de Nicolo Ghezzi qui défendit le principe de la liberté contre le juridisme rigoriste. À l’inverse de celui-ci, la liberté, si elle est comprise de manière correcte, postule « essentiellement le haut et souverain domaine de Dieu ». À ce premier texte fait suite une seconde dissertation : Dissertazione seconda fra le morali sopra gli atti umani in continuazione alla prima intitolata ‘Il possesso’, publiée en 1816. Ces opuscules, de petite taille mais très denses de propos, sont réimprimés au milieu du xixe siècle. Les autres dissertations ne furent jamais publiées, en partie à cause du contexte si compliqué de la fin du xviiie siècle.

10Bolgeni ajoute dans un second temps un appendice à sa Dissertazione undecima. Il s’y réfère aux idées de Rossignol à qui il rend un éloge appuyé. Il affirme que cet auteur souhaite « bousculer quiconque avec de fausses idées scolastiques a embrouillé et dissimulé la doctrine des usures avec tant de dommages faits aux âmes, agitation des consciences et désordre de la société humaine ».

11Dès les premières lignes de sa dissertation, Bolgeni souligne la nécessité de clarifier la terminologie :

Il n’est pas une chose qui retarde plus le progrès de toutes les sciences, embrouillant tant de questions obstinées, que la diversité de sens que l’on peut donner aux mots.

12Cela lui apparaît absolument indispensable à propos du mot « usure » et il renverse radicalement le propos par rapport au passé. Comme nous l’avons déjà vu, même chez les membres les plus « libéraux » de la commission bénédictine, on conserve ferme le principe de l’interdiction, pour ensuite concéder des exceptions nombreuses et presque infinies. Inversement, l’auteur affirme que le prêt à intérêt modéré est en lui-même licite :

C’est une chose conforme à l’idée générale des lois divines qu’en dehors de ces cas (de particulière et grande nécessité) il est licite, de manière générale, de tirer un fruit modéré de son propre argent ; ce qui vaut tant sur un plan particulier qu’universel.

13Le profit sur le prêt devient illicite en certaines circonstances particulières, notamment s’il viole le précepte évangélique de la charité. Comme nous l’avons déjà mentionné, le triomphe de la charité sur la justice est fondamental dans l’évolution de la doctrine ecclésiastique sur le prêt à intérêt. L’application du principe de charité permet d’apporter une souplesse inconnue aux interprétations légalistes. Bolgeni propose également des exemples afin de démontrer le caractère raisonnable de son assertion : réclamer une somme considérable à un pauvre pour la location d’un local misérable ne contrevient pas aux lois de la justice, entendues de manière rigide ; la demande d’un intérêt modéré sur le prêt d’argent à une personne riche, en absence de titres extrinsèques, s’oppose gravement à ces mêmes lois. En effet, Bolgeni met en lumière certaines contradictions non résolues de la pensée sur l’usure, rendues particulièrement évidentes par l’application schématique donné par les rigoristes.

Si nos adversaires, plutôt que de poursuivre par leurs écrits des usures imaginaires avaient poursuivi les profits contraires au devoir de charité, ils auraient rendu deux services très importants à la religion de Jésus Christ : ils n’auraient pas rempli la tête des chrétiens de fausses idées et de vains scrupules à propos de l’emploi de l’argent ; ils auraient stimulé l’attention des chrétiens à s’occuper sérieusement de nombreux profits qui par une coupable ignorance et une inadvertance sont perçus contre le précepte de la charité.

14Ainsi donc, Bolgeni reprend, approfondit et renouvelle des questions déjà rencontrées chez divers auteurs, par exemple Maignan et Maffei, à la fin du xviie et au xviiie siècle. C’est un défenseur résolu de l’importance du contrat conclu par chacune des parties avec un « consensus spontané et pleinement libre », comme dans le cas d’une location à laquelle lui aussi compare le prêt.

On appelle location le contrat, dans lequel on donne à l’un une chose en usage, en retenant pour soi la maitrise ; et pour la commodité de cet usage, cela commence par une certaine somme de profit annuel […] Si une fois dépassés les préjudices et la peur stupide de la morale relâchée les théologiens s’accordent à reconnaitre dans les contrats d’argent à intérêt un vrai contrat de location honnête et juste, les escroqueries d’argent cesseront et cela facilitera de tels contrats exprimés avec sincérité ; et de tout cela naîtra un immense avantage pour la société humaine et pour la paix de la conscience.

15Dans sa pensée, l’auteur fait de l’avantage revenant au demandeur une idée essentielle. Offrir des avantages à quelqu’un est une « chose qui mérite prix et récompense pécuniaire ». À l’inverse des rigoristes, Bolgeni estime donc qu’il faut tenir compte de la multiplicité des cas dans lesquels cet avantage se vérifie.

16Un autre élément essentiel est le suivant : la conscience (si elle est évidemment bien informée) est en mesure de se forger son propre jugement critique sur les aspects éthiques des contrats. L’auteur estime que le témoignage de la raison est sans appel, à moins qu’on en fasse précisément la démonstration contraire. Il en ressort une confiance placée dans l’homme chrétien, être doté de foi et de raison. Cela n’a rien à voir avec la culture et avec la capacité à fonder et à expliquer son propre choix. Ainsi donc, même des personnes rustres et incultes, proprement éclairées par la raison et les préceptes de la conscience, peuvent correctement évaluer les situations afin d’agir.

17Bolgeni explicite son propos :

Si nous cherchons une réponse à la question sur la licéité du prêt à taux modéré adressé au riche, celui qui n’a pas étudié la théologie répondra oui sans hésitation. C’est là la lumière et la voix de la nature. Et cette lumière, cette voix, ce sens commun sont une preuve démonstrative de l’honnêteté et de la rectitude d’une action ou de son contraire. Dieu ayant créé l’homme pour le juste et pour l’honnête, il doit lui avoir donné un sentiment, un sens spirituel pour distinguer la justice et l’honnêteté de l’action malhonnête et de l’injuste, du premier coup sans tant de jugements, chose dont la majeure partie des hommes n’est pas capable.

18Enfin, à la lecture de la Dissertazione undecima, on remarque çà et là un écho aux questions déjà abordées au cours des siècles, toujours plus présentes, au point de se retrouver, même si c’est parfois avec moins d’exactitude que chez Bolgeni, dans tant d’œuvres du premier xixe siècle consacrées à ce thème.

Le possibilisme du Saint-Office

19L’observation des mesures prises par le Saint-Office au début du xixe siècle suggère plusieurs éléments d’analyse. Une fois encore, les positions ne sont pas univoques, mais la majorité des consulteurs incline désormais vers une certaine largesse, parfois même ils font preuve d’une remarquable ouverture d’esprit. Contre les attentes et, pourrait-on dire, les prétentions des rigoristes et leur ligne dogmatisante, l’importance doctrinale de la question passe au second plan, alors que prévaut désormais une manière de procéder plus prudente et empirique. Les débats restent néanmoins à l’ordre du jour et les demandes adressées à la Congrégation très fréquentes, avec une présentation des doutes afin d’obtenir des réponses claires et exhaustives, comme l’écrit le consulteur Vincenzo Garofali

afin de mettre un terme à l’agitation des consciences craintives mises sans dessus dessous par les rigoristes, qui attribuent une faute lourde à tout intérêt modéré et légal, tiré du prêt de commerce.

20Au regard des questions provenant de divers horizons – de pays très lointains et d’Europe, en particulier de France – un point ressort clairement : l’enjeu avait pris un tour problématique, impossible à ignorer et objectivement sérieux. Garofali écrit :

Le débat est devenu public et suscite de nombreuses réactions actuellement en France, ainsi qu’en attestent les nombreux petits ouvrages qui se publient chaque jour sur ce sujet, les journaux français nous en donnent connaissance.

21Il en découle un certain nombre d’interrogations récurrentes sur la possibilité pour le fidèle d’appliquer un taux d’intérêt fixé par la loi souveraine ; les questions sont posées par des institutions ecclésiastiques, des évêques ou de simples prêtres. À titre d’exemple, prenons l’interpellation de la Sacrée Pénitencerie par un prêtre alsacien au tout début du xixe siècle. On déduit de sa demande, transmise par la Pénitencerie au Saint-Office, l’existence d’une certaine permissivité de la part des autorités ecclésiastiques locales à l’égard de ceux qui encaissent, au nom de la loi civile, un intérêt sur le prêt.

22De nombreux papiers du Saint-Office contiennent des solutions au problème exposé, avec des conseils très détaillés. C’est le cas du votum du père abbé Enrico Sanclemente, auteur réputé pour son immense érudition. On lit d’abord dans ses livres une information sur l’absence de décision explicite de la part du Saint Siège, même dans l’encyclique Vix pervenit. Sanclemente affirme d’ailleurs à propos de celle-ci qu’il est inutile de se fatiguer et de se perdre « en conjectures ou jugements » privés d’un solide fondement. Le fait qu’une telle prise de position officielle fasse défaut ouvrirait la porte à un certain possibilisme. Par ailleurs, l’octroi d’un taux élevé dans le décret de 1645 est fondé non sur la loi du prince, mais sur le risque du capital.

23Ainsi, le chrétien peut s’en tenir au taux légal si, par ailleurs, il considère en conscience avoir d’autres raisons supérieures à celles de la loi : un profit qui se perd, un dommage découlant de l’obligation liée au prêt… en somme un titre extrinsèque.

Les lois civiles qui fixent l’intérêt du prêt et obligent à le payer peuvent être justes sans qu’on en déduise que les particuliers sont en conscience autorisés à prendre l’intérêt sans un titre légitime extrinsèque au prêt […] les lois civiles mentionnées afin d’éviter la multiplicité des litiges n’exigent pas de compte du titre légitime extrinsèque au prêt, elles le supposent, en laissant l’appréciation à la conscience du prêteur : la saine doctrine par rapport à l’usure, quand elle est bien connue et expliquée, ne sera jamais discordante des vrais intérêts de la société même.

24La question revêt donc deux aspects. D’un côté, la valorisation du rôle de la conscience individuelle, de l’autre, la volonté d’éviter les conflits avec les souverains, dans un moment particulièrement difficile pour l’Église. Nous sommes en effet en 1801. Deux ans plus tôt, le pape Pie VI est mort en exil, prisonnier, et le conclave pour l’élection de son successeur a dû se tenir à Venise et non à Rome, occupée par les Français depuis 1798.

25Si l’on estime impossible toute décision doctrinale à ce sujet, une prise de position pastorale est en revanche nécessaire, et même indispensable. Deux interventions importantes marquent l’année 1824. L’une est due au consulteur du Saint-Office Vincenzo Garofali qui suggère des choix équilibrés et conformes à la politique habituelle de l’Église, particulièrement évidente dans Vix pervenit.

Le sage pontife [Benoît XIV], afin que la doctrine de l’Église ne soit mise à mal par les débats, enseigna à tous les maximes catholiques sur ce sujet dans la célèbre encyclique Vix pervenit, mais rien ne fut décidé relativement à la question centrale – le taux légal d’intérêt – qui avait donné l’occasion de cette controverse.

26Il n’est guère possible, à son avis, de fixer une règle spécifique, valable en tout temps et en tout lieu, parce que l’Évangile s’incarne dans l’histoire qui, par nature, est changeante.

L’Évangile nous a donné des préceptes de charité qui peuvent nous guider en tout temps et en tout lieu, mais n’a pas tranché formellement cette question, parce que le divin auteur de l’Évangile savait bien que l’État, les intérêts, les droits de la société civile ne pouvaient reproduire invariablement ceux qui étaient en vigueur à son époque et dans la nation à qui il s’adressait.

27L’attention à l’évolution historique suppose aussi de prendre en compte les problèmes socio-politiques. Dans ce contexte, le consulteur affirme vigoureusement l’impossibilité d’appliquer à la situation présente le schéma que les Pères de l’Église avaient élaboré pour une toute autre période historique. À l’instar d’autres consulteurs au xviiie siècle, par exemple Giovanni Michele de Lerma, considère le recours à l’argument historique fondamental, car permettant de repousser une interprétation schématique et absolue de la pensée patristique, laquelle prévalait chez les auteurs rigoristes, tant sur ce sujet que sur d’autres. Soulignons que son analyse historique est généralement menée avec précision et détail, en excellente connaissance de cause.

28Garofali justifie sa préférence pour la reconnaissance de la licéité du prêt de commerce par la mise en valeur de la variabilité des situations et la nécessité de raisonner aussi en termes juridico-politiques, étant donnée l’évidente « imbrication du politique avec la théologie » :

On ne peut nier que les auteurs qui ont écrit après l’encyclique de Benoît XIV, que l’on peut considérer comme la plus récente des lois ecclésiastiques sur la matière de l’usure, ont beaucoup éclairé et accrédité la décision favorable à l’intérêt tiré du prêt de commerce.

29De manière générale, Garofali est opposé à l’utilisation par les fidèles des possibilités offertes par la loi civile s’il manque un titre extrinsèque justifiant la requête d’un intérêt. Il invite cependant à « bien peser le pour et le contre », en tenant compte de tous les facteurs en jeu.

30Le dominicain Maurizio Benedetto Olivieri est alors un personnage de premier plan. Commissaire influent du Saint-Office, il a joué un rôle déterminant dans la révocation de la condamnation de Galilée en 1820. Bien loin de la rigidité de nombre de ses confrères de la période précédente, il est très sensible aux demandes de changement. En février 1824 il donne une opinion importante sur le prêt à intérêt dans son Quesiti sopra il frutto percepito dalla moneta giusta la tassa legale e l’uso.

31Si son interprétation de l’encyclique bénédictine semble plutôt discutable sur le plan de la lecture philologique du texte, elle est cependant très significative des orientations allant en s’affirmant au cœur de la Catholicité. Non seulement il considère à raison que le pontife a laissé beaucoup d’espace à des formes de contrat différentes du simple prêt (les honesta lucra de l’encyclique), mais il ajoute qu’il y eut à cette occasion une reconnaissance, quoique indirecte, du titre découlant de la loi civile, ce qui transforme le prêt en une autre forme de contrat. Il semble en outre déduire de l’encyclique la licéité du prêt à taux d’intérêt modéré, une affirmation sans aucun doute étrangère à la pensée de Benoît XIV. Olivieri interprète donc l’encyclique de manière très large, avec des explications bien plus en lien avec le climat romain de l’époque qu’avec le temps des féroces débats des années quarante du xviiie siècle. Rien ne semble donc plus pouvoir s’opposer à la reconnaissance du titulus legis civilis, longtemps et rudement combattu par les rigoristes.

32Très documenté notre influent personnage affirme en outre, que le Siège romain peut rendre licite – et il l’a fait dans le cas des Monts de piété – la perception d’un intérêt modique sur le prêt, même adressé à l’indigent. Il s’appuie sur une liste de décisions pontificales présentées comme liées aux circonstances et visant à établir non tant les conditions des taux, sujettes à variation, que les questions de principe. Il affirme in fine :

à partir du moment où on regarde le profit comme licite, même s’il est contenu par certaines limites et qu’il varie selon les coutumes et les mesures prescrites par les lois publiées à diverses époques.

33Autre figure de premier plan de la Curie romaine, futur cardinal, Prospero Caterini n’écrit pas différemment en 1848 :

Au moins dans les cas particuliers il convient de porter son attention à la qualité des personnes et aux diverses circonstances du contrat, car la question des usures est très gênante, peut-être même est-ce la plus compliquée en morale.

34Il confirme de nouveau l’idée que le critère fondamental est déterminé ou par l’évaluation des circonstances relatives à la trilogie « choses-lieux-personnes », ou par les usages de l’époque mis en œuvre par des personnes à la conscience droite et craignant Dieu.

35En 1831 est livrée à l’impression une vaste étude de l’abbé Marco Mastrofini, Le usure. Le texte, dont le point de vue est d’une modernité et d’une finesse remarquables sur le plan économique, donne lieu à de nombreux débats et se heurte à des oppositions. Parmi ces dernières, celle de Monaldo Leopardi sort du lot, qualifiant le livre de « scandaleux » surtout à cause du lien fait « avec le contrat social et avec tous les canons du libéralisme ». Quant à Ruggerio Falzacappa, frère d’un cardinal, il l’accuse de vouloir renverser une doctrine respectée et « tenue pour dogme » depuis dix-neuf siècles.

36Fait significatif, deux consulteurs du Saint-Office, Vincenzo da Massa et Giovanni Tommaso Turco, se sont déjà prononcés en faveur de Mastrofini avant la publication. Tous deux, non sans des nuances plus ou moins marquées, considèrent non seulement l’œuvre indemne de toute erreur, mais font l’éloge de son contenu, en particulier dans ses aspects les plus innovants.

37Une opinion illustrant clairement la trajectoire prudente prévalant dans la réflexion de l’époque, est formulée par un autre consulteur, Giovanni Battista Cannella, en 1852. À la question sur la licéité du taux légal d’intérêt indépendamment des titres extrinsèques, opinion émise par le professeur Fedelini, professeur de théologie morale au séminaire de Vérone, il répond :

C’est une question très grave, qui par son ampleur embrasse désormais le monde entier ; une question pour autant indécise jusqu’à maintenant, et qui ne pourrait l’être assurément sans les plus grands soins.

  • 2 Qu’ils soient prêts à se tenir dans les commandements de l’Église.

38Ainsi est adopté le choix du « n’accablons pas les pénitents », pourvu qu’ils soient disposés à l’obéissance : parati sint standi mandatis Ecclesiae2. Ne pas accabler tout en exigeant parallèlement un comportement de fidélité à l’Église, voici les points constitutifs de la politique romaine et pas seulement à propos de l’objet qui nous intéresse dans ces pages.

39La conviction qu’on puisse admettre certaines modalités de profit sur le capital, longtemps considérée comme inacceptables (prêt commercial à taux modéré ; titre de la loi civile) est désormais courante. À la seule condition que les fidèles soient disposés à obéir à d’éventuelles et futures prescriptions du Siège romain, à se soumettre à une possible réglementation ecclésiastique supplémentaire sur un dossier délicat. À cette condition, on peut leur accorder l’absolution, même dans le cas où ils n’auraient pas tout à fait agi de bonne foi. Tirons de cela une importante conclusion : l’idée qu’il revient à Rome de distinguer entre le licite et l’illicite rencontre une adhésion toujours plus large. Cela confirme le crédit croissant dont bénéficie le Siège de Rome auprès des fidèles, ce malgré les graves crises traversées entre la fin du xviiie siècle et le xixe siècle, en grande partie justement à cause de cette question.

40Les encyclopédies et dictionnaires de théologie et de droit canon du xixe siècle, notamment en France, font une grande place aux réponses du Saint-Office et de la Pénitencerie, contribuant considérablement à les faire connaître. Les prises de position romaines sont estimées à la fois prudentes et ouvertes. De la sorte s’esquisse la reconnaissance d’un « intérêt modéré et légal sur le prêt commercial » et, parallèlement celle des droits de l’autorité civile sur cette matière. Avec le siècle nouveau, la fidélité aux principes constamment rappelés par l’Église coexiste bien avec de nouvelles ouvertures sur des questions débattues de longue date. Il n’existe pourtant aucun acte spécifique sur le sujet et les décisions relatives aux cas d’espèces sont plutôt abandonnées aux choix pastoraux des évêques et des prêtres. Une certaine différenciation des comportements perdure donc, même si l’indulgence tend à prévaloir sur la rigueur.

  • 3 Paolo Pecorari, « Orientamenti della cultura cattolica sul prestito a interesse nel secolo xix », i (...)

41L’historien Paolo Pecorari3 écrit que le « Saint-Office s’intéresse aux éléments potentiellement productifs, opératoires et dynamiques du capital ». Pourtant, comme d’habitude pourrait-on écrire, au sein même du Saint-Office le tableau reste composite. Après 1832, un illustre consulteur, Giovanni Soglia Cerni (1779-1856, par la suite cardinal et Secrétaire d’État de Pie IX) met l’accent sur les réserves et les réactions négatives des rigoristes, auxquelles il est visiblement favorable. Il soutient encore le transfert de la propriété dans le prêt et affirme que « l’usage de l’argent n’a pas une valeur différente de l’argent même ». Opposé à la reconnaissance du titulus legis civilis, il souligne que celui-ci a « fait une brèche dans l’âme de certains de nos consulteurs », confirmant ainsi la tendance au sein de l’institution à une ouverture en matière économique.

42En conclusion, on peut observer qu’une option pastorale attentive et sensible aux problèmes et aux conditions de vie des fidèles l’emporte, et elle induit l’abandon du rigorisme. En 1830, Pie VIII lui-même prend position et demande qu’on n’accable pas ceux qui sont disposés à reconnaitre le rôle magistériel de Rome sur ce sujet. Ainsi se trouve désavoué le bien-fondé de la position des confesseurs rigoristes qui refusent l’absolution à quiconque ne renonce pas totalement à la forme de prêt à intérêt modéré fondé sur le titre de commerce et sur le titre légal.

43À plusieurs reprises, la Sacrée Pénitencerie et le Saint-Office reviennent sur ces principes, essentiellement pastoraux. Sans cesse réitérés, les reproches visent surtout les évêques français, insatisfaits par les orientations romaines et encore enclins au rigorisme et au probabiliorisme, également convaincus qu’il s’agit d’une question dogmatique fondamentale.

44L’auteur anonyme (peut être le prêtre Pietro Cinotti) d’une Dissertazione sul mutuo e sulle usure, publiée à Montepulciano en 1835, établit une interprétation sûre de la politique du Saint Siège dans ce domaine. Il affirme que la ligne retenue, quoiqu’incertaine et inconstante aux yeux de certains, est en réalité fondée sur une réflexion approfondie et guidée par un choix de méthode. Par ce chemin emprunté « avec beaucoup de circonspection, la controverse a été insensiblement menée à son terme, pour le plus grand apaisement des consciences », et les arguments contre le prêt de commerce ont été évacués, désormais devenus « des armes sans aucune qualité, émoussées et brisées, et donc incapables de servir au combat ».

Pour conclure

45En somme, les mutations politico-sociales et les rudes épreuves endurées par l’Église incitent à reprendre la voie ouverte entre la fin du Moyen Âge et la première modernité, puis interrompue par la vague rigoriste qui sévit du milieu xviie siècle au milieu du xviiie siècle. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, la formule « non sunt inquietandi » a de nouveau fait son apparition. Au cours du xixe siècle, le taux légal d’intérêt est toujours plus fréquemment admis comme licite, même si aucun acte officiel n’en établit avec précision les raisons et les conditions. Preuve s’il en est de la complexité des situations et de l’impossibilité de fournir des indications détaillées valables en tout cas et en tout lieu. Pourtant quelque chose perdure de l’antique rigueur. L’apparente absurdité technique de certaines formes contractuelles encore en usage dans les campagnes italiennes à l’extrême fin du xixe siècle ne s’explique que par la volonté de demeurer fidèles à une « moralité dans les contrats », laquelle trouve sa racine dans l’interdiction du prêt à intérêt, bien qu’elle soit dépassée sur tant de points ou diversement formulée.

  • 4 Voici le texte complet du canon 1543 : « Si une chose fongible est donnée à quelqu’un en propriété (...)
  • 5 Le canon 1290 du code de 1983 est ainsi formulé : « Les dispositions du droit civil, en vigueur dan (...)
  • 6 Thomas E. Woods, The Church and the Market : A catholic defense of the free Economy, London, Lexing (...)

46Le scénario semble désormais bien défini. L’importance du taux réclamé a toujours plus de poids dans l’appréciation. La possibilité de conclure des prêts à titre onéreux, si le taux demeure modéré, est admise par le canon 1543 du Code de droit canon de 19174. D’autre part, il manque une nouvelle pensée critique sur la manière ordinaire d’affronter les questions économiques au sein de l’Église, et, sur le fond, on met en garde sur la persistance de la vieille doctrine sur l’usure. Dans la version du Code de 1983 on ne parle plus d’usure, mais seulement des contrats. Le canon 1290 affirme qu’on leur applique les normes civiles, sauf s’il s’agit de contrats de droit divin ou d’autres prescriptions relevant spécifiquement du droit canon5. On approuve donc manifestement la réglementation civile en matière contractuelle, à la seule condition qu’elle n’interfère pas avec le message de Dieu et avec son interprétation par l’Église. D’autre part, le silence sur l’argument séculaire de l’usure (entendue aussi comme prêt à intérêt) montre pleinement que, dans le monde contemporain, les enjeux sont de plus en plus complexes, les scénarios complètement réécrits car en constante mutation. La liberté de jugement du chrétien dans les domaines ne regardant pas directement le dogme, comme l’économie, est également admise. Dans son étude sur le rapport entre l’Église et le marché, après avoir fait la démonstration que l’économie est tributaire du champ des « choses douteuses », Thomas E. Woods mentionne in fine le célèbre dicton de Saint Augustin : « In fide, unitas ; in dubiis, libertas ; in omnibus, caritas »6. La sortie du champ théorique définitivement sanctionnée par le contexte dogmatique, ainsi que la soustraction de l’objet au droit canon favorisent sa restitution à la créativité humaine, dans le respect des valeurs fondamentales, comme il se doit en matière de doctrine sociale.

47Dans un monde en transformation accélérée, les analyses du rapport entre éthique et économie sont toujours plus multiformes. Il est difficile de faire des comparaisons avec ce qui est advenu au cours de l’époque moderne. Pourtant certaines problématiques de fond (et même la raideur ou le schématisme encore présents aujourd’hui dans des cercles ecclésiastiques qui pourtant se nomment eux-mêmes « progressistes ») illustrent le fait que l’histoire ne présente jamais des éléments de mutation sans qu’il s’y trouve, de façon importante ou non, une prise en compte de la continuité. Ces croisements rendent fascinante une histoire des théories et des idées non détachée de celle-ci, mais étroitement connectée à ses éternelles mutations, sur les plans économico-social comme religieux.

Notes

1 Sur l’œuvre écrite de Jean-Vincent Bolgeni, assez abondante, nous renvoyons à la notice biographique que lui consacre François-Xavier De Feller dans son Supplément au Dictionnaire historique des grands hommes, Paris, Méquignon-Havard, 1825, p. 60-61.

2 Qu’ils soient prêts à se tenir dans les commandements de l’Église.

3 Paolo Pecorari, « Orientamenti della cultura cattolica sul prestito a interesse nel secolo xix », in Chiesa, usura e debito estero, Milano, Vita e pensiero, 1998, p. 85-106 ; id., L’econonia virtuosa. Orientamenti culturali dei cattolici italiani dall’Unità alla Seconda Repubblica, Rima, Studium, 1999.

4 Voici le texte complet du canon 1543 : « Si une chose fongible est donnée à quelqu’un en propriété et ne doit être restituée ensuite qu’en même genre, aucun gain à raison du même contrat ne peut être perçu ; mais dans la prestation d’une chose fongible, il n’est pas illicite en soi de convenir d’un profit légal, à moins qu’il n’apparaisse comme immodéré, ou même d’un profit plus élevé, si un titre juste et proportionné peut être invoqué ».

5 Le canon 1290 du code de 1983 est ainsi formulé : « Les dispositions du droit civil, en vigueur dans un territoire en matière de contrats, tant en général qu’en particulier, et de modes d’extinction des obligations, seront observées avec les mêmes effets en droit canonique pour les choses soumises au pouvoir de gouvernement de l’Église, à moins que ces dispositions ne soient contraires au droit divin ou que le droit canonique n’en décide autrement, restant sauves les dispositions du canon 1547 ».

6 Thomas E. Woods, The Church and the Market : A catholic defense of the free Economy, London, Lexington Books, revised edition 2015, p. 235.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search