Version classiqueVersion mobile

L’Église et l’argent à l’époque moderne

 | 
Paola Vismara

Chapitre 6. Des Pays-Bas à l’Italie

Texte intégral

Un jansénisme divisé : France et Pays-Bas

1Dans les années quarante du xviiie siècle une violente querelle se déclenche en Italie. Elle conduira le pape Benoît XIV, par une encyclique adressée aux évêques italiens à prendre parti sur la question difficile et brûlante du prêt à intérêt.

2Le terrain avait été amplement préparé. Le rigorisme ne cesse alors de perdre du terrain, y compris au sein du monde janséniste, toujours plus divisé sur cette question. Rappelons toutefois que les jansénistes n’ont jamais été vraiment unis. Un personnage de premier plan comme Antoine Arnauld (1612-1694) avance l’idée qu’il n’existe pas d’éléments de contradiction entre le prêt à intérêt et la loi naturelle. Dans une lettre à l’évêque Le Camus de Grenoble, il admet sans réserve son bien-fondé quand il s’agit d’un prêt commercial. Dans le contexte où il vit et agit une telle affirmation est choquante. En termes clairs, il affirme qu’en se fondant sur des éléments rationnels, il n’est pas possible de considérer le prêt à intérêt comme peccamineux, voire de l’interdire, s’il concerne des activités mercantiles et si le taux demandé est modéré. Arnauld ne parvient cependant pas à tirer les conséquences logiques de son affirmation et demeure, en fin de compte, dans le solide giron rigoriste de marque janséniste : par fidélité à la tradition et aux décrets de l’Église, toute forme de profit sur le prêt doit être condamnée, d’autant qu’en France s’ajoute une législation civile, elle-même influencée par le rigorisme prédominant laquelle ne prévoit pas la fixation d’un taux légal d’intérêt.

3Incontestablement digne d’attention, cette affaire montre de possibles fissures au sein du milieu janséniste. Avec le temps, les choix en faveur de l’ouverture finissent par s’affirmer chez certains sympathisants du jansénisme. Ils les justifient en s’appuyant ou sur des arguments de nature rationnelle, ou sur des réflexions liées au droit naturel, enfin sur des considérations plus pragmatiques. Les orientations économiques du jansénisme varient donc d’une sorte de « primitivisme agraire » jusqu’aux ouvertures les plus grandes.

4Jean Le Correur représente un cas à la fois significatif et intéressant. Originaire du diocèse d’Amiens, ce prêtre a surtout vécu à Paris. Proche des milieux port-royalistes, il admet toutefois la valeur de l’argent et la possibilité que, dans les milieux commerciaux et financiers, sa concession ouvre droit à une rémunération. Ses remarques se fondent sur une connaissance du modus operanti des marchands, ainsi que sur les coutumes commerciales et financières de Lyon, centre florissant au xviie siècle. Même si c’est par phases, le dynamisme lyonnais est rendu manifeste par la multiplicité des opérations commerciales qui s’y font, par les nombreux contrats qui y sont passés ou réescomptés.

5Les Pays-Bas sont un autre espace économique très actif où l’on note aussi une forte présence janséniste à la fin de l’époque moderne, en particulier autour de l’Église schismatique d’Utrecht. Antoine Arnauld y a d’ailleurs séjourné au xviie siècle. Comme d’autres exilés il y découvre les pratiques commerciales et financières, non pas de manière directe mais par le biais des prêtres catholiques. En effet, même proches du jansénisme, certains d’entre eux sont sensibilisés aux débats du milieu dans lequel ils vivent. Cette sensibilité est aiguisée par la situation économique si particulière des Pays Bas où, entre autres, le taux d’intérêt a été libéralisé depuis le milieu du xviie siècle. Cette mesure n’est pas sans conséquences sur le plan économique et dans les mentalités. Pour autant, la Hollande du xviie siècle ne se caractérise pas par une évaluation éthico-théologique unanime sur ce sujet, mais bien au contraire par la récurrence des débats et la diversité des avis. Une plus grande ouverture intervient au xviiie siècle, mais, une fois encore, sans la moindre unanimité. Il suffit de songer à Le Gros et à ses Lettres théologiques déjà citées, où il montre une adversité totale à toute forme d’intérêt sur prêt.

  • 1 Entre guillemets.

6Au fond, il est hasardeux de parler de totale nouveauté à propos des positions favorables au prêt de commerce avec un taux modéré et à d’autres pratiques similaires. Elles ont néanmoins fini, sur le temps long, entre xvie et xviie siècle, par trouver leurs défenseurs et des théoriciens, même lorsque, après 1650, aller dans cette direction signifiait être « politiquement incorrect »1. Parmi les auteurs français – peu nombreux – se rangeant ouvertement du côté des thèses libérales en matière commerciale figure Philippe Boidot, docteur janséniste de la Sorbonne, assisté par Aubert, auteurs à l’origine d’un Traité des prêts de commerce. Le livre connaît une réédition augmentée par Etienne Mignot en 1759. Au fond, ce Traité est une œuvre collective exprimant la pensée d’un milieu plutôt que celle d’un individu, milieu proche du jansénisme et malgré tout très ouvert.

7Il n’est plus possible aujourd’hui de partager certaines affirmations de René Taveneaux, pourtant grand historien de cette question. Si ses recherches sur le jansénisme et le prêt à intérêt restent aujourd’hui encore fondamentales, on ne peut qu’être en désaccord avec la conclusion à laquelle il aboutit au terme de son analyse sur l’Église d’Utrecht et le problème du crédit :

  • 2 René Taveneaux, Jansénisme et prêt à intérêt. Introduction, choix de textes et commentaires, Paris, (...)

La pression du milieu social ramenait donc, après plus de dix ans de controverses, l’Église de Hollande à des attitudes pratiques plus voisines en somme de la tradition calvinienne que des règles de la Réforme catholique2.

8En réalité, le catholicisme post-tridentin n’a jamais été homogène dans ses positions. On y voit cohabiter la rigueur de Charles Borromée et l’esprit d’ouverture de son cousin Federico, les théories innovantes de Lessius et de Maignan à côté des positions de fermeture radicale de bon nombre de jansénistes et de rigoristes, ces dernières certainement plus évidentes aux yeux d’un historien français. Même les décrets pontificaux autorisaient une ample marge d’ouverture. Quant à la pratique, on tolère – comme nous l’avons déjà dit – une multiplicité de formes de contrats acceptant un profit sur le capital, et l’Église institutionnelle officielle, a admis l’exigence de taux élevés dans certaines situations à risque.

9C’est en tout cas un fait certain qu’aux Pays Bas durant le xviiie siècle, comme à Anvers, Milan ou Lyon au xviie siècle, fleurissent bon nombre de livres traitant des questions économiques et financières sans les forclusions des rigoristes et jansénistes français. Lorsqu’il parle de l’Église des xvie et xviie siècles, Taveneaux a certainement à l’esprit le modèle français observé à travers ses représentants les plus remarquables, tel Pascal. Or, ces hommes sont très éloignés d’une vision « pratique » de la réalité économique.

10Parmi les auteurs marquant le xviiie siècle hollandais faisons mémoire de François Méganck (1684-1775) et de Nicolas Broedersen. Après des études à Louvain, Méganck passe en Hollande, assume des fonctions pastorales à Leyde et devient membre du Chapitre de la Cathédrale d’Utrecht. Janséniste à la fois convaincu et combatif, il défend des thèses favorables au prêt à intérêt. Son principal ouvrage en la matière, prolongé par une réponse à ses détracteurs, est un texte sur les cens et les rentes rachetables par chacune des parties, opérations qu’il considère parfaitement licites. La première œuvre date de 1730, la seconde suit immédiatement dès l’année suivante. Rédigés en français, les deux écrits sont donc facilement accessibles.

11Broedersen aussi est chanoine de la Cathédrale d’Utrecht. Il est surtout connu pour une étude pleine d’érudition, le De usuris licitis et illicitis (1743). Comme le révèle le titre du livre, toutes les formes d’usure ne peuvent être considérées comme illicites, car il existe aussi des formes licites. Une profusion d’érudition est développée en appui de ces thèses, à tel point que le livre en est rendu d’une lecture difficile. Malgré cela son influence est notable, y compris hors de ses frontières naturelles. Broedersen s’est déjà intéressé aux cens rachetables dans un livre de 1729. Le Tractatus breve relatif aux census utrimque redimibiles (cens rachetables par l’une ou l’autre des parties contractantes) n’est certes pas un grand texte, mais érudit et savamment argumenté, efficacement articulé et bien construit. On y trouve la présentation critique de nombreux avis sur la question. Son idée de base est que l’approbation de ces formules est étroitement liée à leur diffusion et à leur incontestable utilité.

12L’auteur de la Lettre de l’auteur du Traité des prets de commerce (publié en 1738 le livre est attribué au prêtre janséniste Aubert) invite les rigoristes français à ne pas importuner les catholiques des Pays-Bas pour leurs habitudes économiques. Il évoque explicitement les raisons pratiques d’une telle attitude : les procédures commerciales et financières combattues par les rigoristes ont été inventées afin de répondre à une nécessité objective et pour apporter une réponse aux exigences des citadins. Ces pratiques étant tout à fait réciproques, elles sont ainsi « bénéfiques et avantageuses pour tous ».

13De fait, ces contrats sont pratiqués par tous. C’est la modalité la plus ordinaire d’emploi du capital – parfois modeste – des pupilles et des veuves, pour les dots des épouses et des religieuses, et même pour les biens des clercs, ainsi que pour le capital plus important de riches propriétaires. Lodovico Antonio Muratori, dont nous reparlerons juste après, considère que les cens personnels ont été approuvés. Il ne nie pas le fait qu’il s’agisse d’une « dissimulation ou d’un pis-aller en faveur de l’argent placé dans le commerce », mais d’un « pis-aller » indispensable qui, s’il venait à être interdit, causerait un grave préjudice au bien individuel et public. À son avis, les cens pourraient faire figure de modèle, du moins en ce qui concerne le « fruit courant » qui « devrait servir de norme pour les autres contrats ». Dans Dei difetti della giurisprudenza, il écrit d’ailleurs : « Louée soit l’invention et l’approbation des cens, car elle modifie la qualité du prêt en un autre contrat », donc en un contrat licite. Le sujet concerne également les territoires méridionaux de l’Europe où la rente foncière représente une part importante de l’économie devant servir à produire une richesse supplémentaire.

  • 3 Dogma ecclesiae circa usuram expositum et vindicatum, occasione recentioris scriptionis, cui titulu (...)

14Comme nous le verrons plus avant, les débats autour des cens, notamment personnels, restent toujours vifs, aussi parce qu’il s’agit d’une coutume extrêmement répandue et pratiquée, notamment dans les régions à vocation financière. À la fin des années vingt du xviiie siècle et au cours des années suivantes, nombreux sont les auteurs à livrer bataille, à partir de positions divergentes, contre les census utrimque redimibilis. Peu avant la parution des œuvres déjà citées de Broedersen et Méganck, divers livres et opuscules de rigoristes français mettent sur le tapis la question de ces types de cens en se référant notamment aux usages des Pays-Bas, en s’y opposant dans les cas de revers de crédits. Un ouvrage anonyme de 1730, intitulé Dogma Ecclesia circa usuram (le dogme de l’Église en matière d’usure) offre des arguments particulièrement intéressants à observer dans le contexte de ces débats. En réalité beaucoup plus long3, le titre détaille le combat mené contre le traité sur les cens de Broedersen, publié un an plus tôt. Il révèle aussi une option de fond : selon les auteurs le prêt à intérêt n’est pas – comme on le disait souvent – une question morale mais une question dogmatique, ce qui lui donne une plus grande importance encore. Cette ligne interprétative est généralement adoptée par les rigoristes au long du xviiie siècle.

  • 4 Lettres touchant la matière de l’usure par rapport aux contracts de rentes rachetables des deux côt (...)

15Ce n’est pas pour rien que nous avons employé ci-dessus à propos du Dogma Ecclesia le terme « d’auteurs » au pluriel. Pour certains lecteurs il n’y en aurait eu cependant qu’un, Nicolas Petitpied (1665-1747), docteur de la Sorbonne et émigré en Hollande à la suite des conflits nés autour de la Bulle Unigenitus. Janséniste et fermement rigoriste en matière économique, il rédige un ouvrage sur les contrats de rentes rachetables en 1736, afin de les condamner4. D’autres, à commencer par Broedersen, parlent à raison de plusieurs auteurs qui seraient, outre Petitpied, Le Gros et Cornelis Johannis Barchman (1693-1733). Après des études à Louvain puis à Paris, ce dernier est élu archevêque de l’Église schismatique d’Utrecht en 1725. Son rigorisme en matière économique ne facilite pas le rapport avec des paroissiens habitués à une grande ouverture d’esprit.

16L’idée de qualifier la doctrine de l’usure de dogmatique a provoqué de vives réactions, y compris celle de Broedersen. Il écrit :

Ce n’est pas un dogme de l’Église que chaque profit tiré d’un prêt ou attendu relativement à cela soit une usure répréhensible.

17Quant au livre :

Le titre même du livre est offensant pour l’Église, à laquelle on attribue, moyennant des impostures, l’idée soutenue dans le livre, laquelle est éloignée de la vérité sur de nombreux points. Les auteurs continuent à lancer contre moi de vifs reproches, affirmant que je nie un dogme de l’Église catholique, que j’y introduis un nouveau dogme, que je rejette un article du credo catholique.

18Il n’est d’ailleurs guère facile de démontrer l’existence d’arrêts dogmatiques de l’Église sur ce sujet. L’objectif n’est pas atteint et les auteurs ne semblent même pas de bonne foi. Ainsi lorsqu’ils présentent une longue et importante liste de théologiens opposés au prêt à intérêt, on y trouve même le nom de Lessius !

19L’ouvrage part du constat d’une « licence » croissante en matière d’éthique économique, afin d’en attribuer la responsabilité à ceux qui, surtout ecclésiastiques (au premier rang desquels figure Broedersen), tendent à créer de la « nouveauté ». La bataille menée sur l’accusation de nouveauté et de refus de la tradition au nom du contexte, n’est certes pas neuve, mais elle est ici transposée sur le plan dogmatique. Les « novateurs » sont accusés de fonder leur idée sur

de nouvelles interprétations des Écritures, une nouvelle manière d’interpréter les textes des conciles et ceux des Pères de l’Église, en dernier lieu sur la création d’un nouveau dogme.

20À un docteur de la Sorbonne qui soutient que les passages scripturaires sur l’usure ont toujours et partout été interprétés de la même manière, Méganck riposte et n’a aucun mal à faire la démonstration que non seulement certains passages de l’Ancien Testament, mais également celui fréquemment cité de l’Évangile de Luc (6, 35), ont été l’objet d’interprétations très diverses, et que jamais la moindre unanimité n’a été obtenue sur cette matière.

21Ouvrons ici une brève parenthèse pour souligner que la divergence ne porte pas seulement sur l’interprétation d’un extrait de l’Évangile. Le problème de fond est celui de l’interprétation des Écritures qui, pour certains, doivent être comprises dans un sens strictement littéral, pour d’autres contextualisées afin d’en dégager une compréhension authentique.

22À cette fin, Scipione Maffei, dont nous parlerons d’ici peu, affirme la nécessité d’une analyse philologique jointe à l’étude de l’hébreu.

  • 5 De l’emploi de l’argent, ouvrage dédié au pape Benoît XIV, par M. le Marquis Maffei, traduit de l’i (...)

Deux ou trois passages tronqués, cinq à six paroles isolées et détachées d’un texte, ne suffisent pas pour nous l’apprendre : cependant on ne nous rapporte rien de plus. Il faudroit mettre sous les yeux, et tout au long, les passages qui traitent cette matière, et qui sont plus de cinquante versets de l’Écriture. La réunion de tous ces passages montreroit clairement à tout le monde, ce que deux ou trois versets ne présentent qu’obscurément à ceux qui ne possèdent pas parfaitement les saints Livres5.

23L’interprétation soutenue par les rigoristes de Luc 6, 35 est fausse, parce que non fondée sur le plan de l’érudition, de la philologie et de la culture :

  • 6 Ibid., p. 38. La citation est prolongée par un passage court du chapitre suivant, le VI. Paola Vism (...)
  • 7 Ibid., p. 48.

N’est-il pas étonnant qu’une opinion qui est si différente de la manière ordinaire de penser en matière de morale, soit principalement apuyée [sic] sur un texte qui signifie toute autre chose que ce qu’on veut lui faire signifier, et qui n’a nul rapport à la question dont il s’agit ? On voit d’abord que c’est du fameux texte mutuum date nihil inde sperantes que je veux parler. Si on l’a pris dans un sens si différent du sens naturel et véritable, cela est venu de la coutume qu’ont quelques docteurs d’examiner un texte pris séparément, sans faire attention à la matière dont il s’agit, et sans le lier avec ce qui suit. En procédant ainsi, il n’y auroit point d’erreur qu’on ne pût encore appuyer de l’autorité de l’Écriture6 ;
C’est, selon le bon sens, un sens juste et droit, qu’il faut prendre les paroles du Sauveur, lorsqu’elles regardent le règlement de la vie7.

24Faute de quoi, il faudrait prêter gratuitement son propre argent à qui, plus riche, « veut faire des achats, à qui veut solenniser, à qui veut changer d’état ». De même le faible devrait toujours tendre l’autre joue et céder au puissant, et ainsi de suite.

25Pas vraiment nouveaux, ces raisonnements invitent à une suite, comme, pour donner quelques exemples, chez La Forest et Bolgeni. On estime alors que le passage de Luc 6, 35 n’a aucun rapport avec le problème du taux à intérêt, encore moins avec l’évaluation des contrats de prêt commercial.

Le « cas véronais » : les prémisses

26Directement ou indirectement, les ouvrages publiés en Hollande sont connus, ici et là en Europe, y compris en Italie, même dans les milieux de la Curie romaine. Le contexte des états italiens est certes différent, y compris sur le plan économique, pourtant les arguments y sont débattus et suscitent beaucoup d’intérêt. Nous avons déjà vu que l’œuvre monumentale de Broedersen sur les Usures licites et illicites parait en 1743. Un membre éminent de la Curie romaine, Fortunato Tamburini (1683-1761), donne son avis sur le sujet. Il est moine bénédictin du Mont Cassin, homme d’une grande culture et aux compétences multiples, notamment acquises à l’école du grand érudit Benedetto Bacchini (1657-1721). Originaire de Modène, il fait une carrière cléricale romaine qui le mène jusqu’au cardinalat en 1743. C’est dans sa correspondance avec Muratori qu’il se fait l’écho des débats hollandais, lesquels, à son avis, incitent à réviser les positions ordinaires en matière de prêt à intérêt. En connaissance de cause – il parle de lui-même –, Tamburini raconte :

  • 8 « Un cens est dit redimibile, c’est à dire rachetable ou dont on peut se libérer, et irredimibile d (...)

En une certaine occasion je me suis disputé sur ce sujet avec notre père procureur général [Pier-Luigi della Torre, dont nous reparlerons]. Il soutient qu’il est licite et non sujet à l’usure condamnée par les Écritures et des Pères, d’accorder un prêt à un riche marchand, comme cela se fait en Hollande, pour en tirer un certain pourcentage sans titre ni de lucrum cessans ni de damnum emergens ; de l’autre côté j’estimais que cela ne pouvait se faire dans encourir une condamnation pour usure. Puis j’ai commencé par douter de mon opinion. J’ai observé en particulier que beaucoup de théologiens moraux considèrent comme licites divers contrats sur titre de lucrum cessans et de damnum emergens, ou les réduisent à des contrats qu’ils croient licites, comme la rente rachetable (censo redimibile)8, par les deux parties, ou à société, ou au triple. Cela même si les contractants ne prennent pas en compte ces titres ou n’ont pas l’intention de passer aucun de ces dits contrats, le prêteur n’ayant pour objectif que de garantir le capital en toute circonstance. Il me semble maintenant que les théologiens qui défendent avec autant de chaleur les contrats, c’est à dire les prêts qui se font en Hollande, sont plus sincères en soutenant que, lorsque le prêt n’est pas un acte de charité envers le prochain, on peut exiger et conclure à un certain pourcentage ; en revanche nos moralistes, en niant cette possibilité d’exiger quelque chose de plus que le capital, recourent ensuite à des titres qui n’existent pas ou à des contrats que les contractants n’ont pas l’intention de passer, et qui, si on y réfléchit bien, sont illicites, parce que de tels contrats paraissent être de véritables prêts cachés sous un autre nom.

27Tamburini nous rappelle explicitement à quel point la lecture de certains livres des théologiens des Pays-Bas a eu une influence sur ses réflexions.

28Imaginons-nous le cadre du débat sur l’usure dans l’Italie des années 1740 comme la scène d’un théâtre, avec pour principaux personnages et acteurs, d’un côté le marquis Scipione Maffei, de l’autre les ecclésiastiques rigoristes Pietro Ballerini et Daniele Concina, enfin, au centre, en position d’arbitre, le pape Benoît XIV. Au début du scénario se trouve la cité de Vérone.

29C’est là qu’en 1743 est réimprimée la Doctrine Chrétienne de Bellarmin. Ce catéchisme avait été composé à la fin du XVIe siècle par le cardinal Robert Bellarmin et il était en usage dans les écoles de doctrine chrétienne des différents diocèses italiens. C’est pour cette raison qu’existent d’aussi nombreuses rééditions de l’ouvrage, par ailleurs aux dimensions modestes et au contenu facile à mémoriser. Des ajouts au texte primitif sont faits à l’occasion de la réimpression de 1743. Un d’entre eux concerne le problème de l’usure et le ton employé, comme celui de l’ensemble des nouveaux passages, est fermement rigoriste.

Ce plus en quoi consiste l’usure, ne signifie pas ce que les plus avides exigent plus que d’habitude, mais toute petite chose qui se prend en plus du capital prêté.

30En somme, on intègre de cette manière des aspects nouveaux au contenu d’un catéchisme qui ne les présente pas. Chez les rigoristes, le jésuite Bellarmin est par ailleurs extrêmement impopulaire. À tel point que sa cause de canonisation s’enlise au xviiie siècle justement à cause de l’hostilité des milieux rigoristes de la Curie romaine, en particulier celle du cardinal Passionei (1682-1761).

  • 9 De Venise, ndt.

31Plus qu’une simple réimpression, la publication est l’occasion d’une vive et parfois même violente querelle. Non consulté par l’évêque, le chapitre des chanoines de la cathédrale prend position contre les additions et suppléments. Précisons qu’un conflit l’oppose déjà à l’évêque Bragadin. Tant le prélat que le chapitre défendent alors jalousement des droits qu’ils considèrent comme leurs. L’aspect doctrinal n’y est certes pas absent, mais en rien prédominant. On trouve plutôt des questions pastorales concernant le clergé, plus particulièrement les confesseurs, mais, comme pour beaucoup d’autres controverses du temps entre évêque et chapitre, la dimension juridictionnelle est exacerbée. Dans cette opposition, le noble évêque peut toutefois compter sur l’appui des dirigeants de la République de Venise9.

32Si le « spectacle » débute donc à Vérone en 1743, la scène est déjà préparée de longue date dans le cadre général de la République. Côté rigoriste avait été publié en 1739, probablement à Venise, même si cette réalité est dissimulée sous une fausse adresse, un Consulto utilissimo a ogni persona sopra la bolla di papa Pio V de’ censi, usure imprestanze… On se réfère à la bulle Cum onus de 1569 dont il a déjà été question précédemment. L’objectif est d’inciter au respect de la bulle, interprétée ici de façon rigoureuse, et ce malgré les conséquences absolument négatives qui en découlent dans le domaine économique.

33Très présents à Vérone, les Jésuites avaient déjà débattu avec les rigoristes sur d’autres sujets. Parmi ceux-ci, ils ont justement fait réimprimer sur place en 1732 les Lettere sul probabile de Paolo Segneri, objet d’un antagonisme entre probabilistes et antiprobabilistes, y compris au sein de la Compagnie de Jésus. Deux autres lettres, jusqu’alors inédites, sont publiées cette même année à Vérone, là encore sous une fausse adresse. La ville est aussi marquée par une forte présence rigoriste, fruit d’une lointaine tradition locale, récemment confortée par quelques figures dont celle du cardinal Enrico Noris, précisément originaire du lieu. Jeune moine bénédictin, l’évêque Giovanni Bragadin s’est quant à lui rangé à des positions probabilioristes. Pour tous, la publication de l’ouvrage de Segneri, remontant à plusieurs décennies, est reçue comme une déclaration de guerre de la part des Jésuites.

34À la fois reconnu pour son érudition, sa « romanité » et son rigorisme, le comte Ottolino Ottolini écrit en 1734 au clerc Giusto Fontanini qu’à cause de cela se sont formé :

deux partis qui se querellent âcrement, qui en faveur du probabilisme, qui pour le probabiliorisme, qui encore pour le tutiorisme, relevant réciproquement les équivoques et erreurs dans les écrits de leurs adversaires.

  • 10 Né à Vérone en 1631 et mort à Rome en 1704.

35Parmi les plus illustres représentants du rigorisme véronais, deux frères prêtres émergent : Pietro et Giovanni Ballerini. Ils sont alors connus et appréciés en raison de leur immense culture et érudition. On leur doit en effet l’édition des œuvres de saint Zenon et de Léon le Grand. Les connaissances du plus savant des deux, Pietro – quand nous parlerons simplement de « Ballerini » c’est de lui qu’il s’agit – trouvent également leur application dans le champ théologique. Pietro (1698-1769) a publié un livre intitulé Metodo di sant’Agostino negli studi en 1724. Les deux frères œuvrent encore à la publication en 1729-32, toujours à Vérone, de l’Opera omnia d’Enrico Noris10, homme de grande autorité mais également discuté à cause de son penchant pour un augustinisme rigide. Cette initiative nous renseigne clairement sur les opinions théologiques des frères Ballerini, par ailleurs évidentes dans la Risposta alla Lettera di P. Paolo Segneri. Publiée par Pietro en 1732, elle est suivie d’autres textes entre 1734 et 1736. Les Ballerini ont en outre donné une édition soignée, selon des critères philologiques très précis, de la Summa Theologica d’Antonino, saint évêque de Florence, sortie sur les presses du Séminaire de Vérone en 1740. Ils ajoutent à la seconde partie de l’édition critique un préambule en latin, Praelectio de usura, portant justement sur la question délicate du prêt à intérêt. Ce texte n’avait pourtant donné lieu à aucun débat. Les auteurs y utilisent certains passages de saint Antonino afin de démontrer que leurs opinions rigoristes en matière de prêt à intérêt concordent parfaitement avec une tradition reconnue : donc, tout profit, même minime, reçu en surcroît du capital prêté est condamné comme usuraire. On ferme ainsi brutalement la porte à la reconnaissance de la licéité du prêt modéré fait au riche. Maffei estime que le texte vise à discuter ses idées. Il entretient des rapports d’amitié avec Pietro Ballerini, le voit souvent et la question de l’usure a été plus d’une fois au cœur de leurs conversations amicales. Ballerini connaît donc parfaitement ses idées sur le sujet, même si l’imprimerie ne les a pas encore rendues publiques.

Le « cas véronais » : les développements

36La question ouverte en 1743, aussi doctrinale et juridictionnelle qu’elle soit, a d’amples échos et déborde le monde clérical. De par sa situation géographique, la ville de Vérone est au centre d’échanges commerciaux très intenses, nécessairement liés aux pratiques et aux contrats de type financier assez ordinaires. On y compte une forte présence de marchands qui ne voient pas d’un bon œil la négation du droit à développer leur activité par les moyens économiques et commerciaux habituels. En outre, et pour toute une série de raisons, la pratique du prêt par la noblesse et des institutions ecclésiales y est très répandue, mais à des taux tout autre qu’« usuraires », de l’ordre de 5 % ou à peine plus. À cela s’ajoute la circulation toujours plus intense de l’argent.

37De l’aveu même des protagonistes de la querelle, un « grave tumulte populaire éclata » au cours de l’été 1743. Le monde économique urbain est alors en plein émoi, à cause également des additions qui semblent nier la licéité des prêts publics. Cette année-là, la ville de Vérone vient justement de contracter un prêt très important auprès des banquiers génois. Le marquis Scipione Maffei décrit ainsi la situation :

Les citadins se lamentent beaucoup d’être ainsi regardés et réputés usuriers, pour avoir pris récemment à intérêt cent mille ducats, ainsi que l’avait commandé leur prince sérénissime. On voit quel chaos et quelle confusion naquit en ce diocèse du fait d’avoir inscrit dans le corps de la doctrine chrétienne comme s’il s’agissait d’un article de foi, ce qui était le produit d’une opinion, de plus impossible à mettre en œuvre, comme le sait bien n’importe quel chef de famille, ou n’importe quel marchand

38Il signale ensuite l’existence de nombreux abus, y compris dans l’administration publique, lesquels ne sont pas pris pour cible par les rigoristes bien que causant bien plus de dommages que le prêt à intérêt.

39Différents sujets reviennent à la surface et suscitent beaucoup d’émoi. Il y a le problème du droit du prince en matière économique et contractuelle, la question des prêts publics, contrats admis par la législation civile et d’un usage ordinaire. Les « lettres de change civiques » (cambiali civiche) ne sont pas une nouveauté et comptent de fervents défenseurs. Dans ces débats, la figure du frère servite Giovanni Tuba émerge. Ottilini écrit à son propos à Fontanini en 1734 :

Depuis ce frère servite, l’opinion de la licéité des lettres de change civiques est devenue commune, autorisée par les tribunaux ecclésiastiques et laïcs ; les théologiens interrogés les approuvent en disant qu’il s’agit de contrats de société ou de cens, réel ou personnel (ce dernier, bien que réprouvé par Pie V, serait licite selon le droit naturel)

  • 11 L’uomo in traffico, ossia la materia de’ contratti, Venezia, Andrea Poletti, 1704. Servite, théolog (...)

40Nous avons déjà dit que l’œuvre de Giovanni Tuba, L’uomo in traffico, avait subi les censures de Rome11. Au-delà de reproches bien spécifiques, on craignait la diffusion du livre pour cette raison :

Comme c’est un livre de taille modeste, il peut facilement passer par les mains de tous, et tout aussi facilement devenir la règle dans la manière de conclure les contrats.

41Par ailleurs, la prédication d’un dominicain fait sensation cette même année 1734 parce qu’il s’attaque à l’usure sous toutes ses formes. Ballerini en prend la défense.

  • 12 Paola Vismara ne mentionne pas une édition plus ancienne, datée de 1704 et publiée également à Veni (...)
  • 13 Mot utilisé par l’auteur et mis entre guillemets dans le texte italien.

42Le livre de Tuba, dont le titre complet est L’uomo in traffico, o sia la materia dei contratti, a été publié à Venise en 171312. Le « vote »13 du consulteur de la Congrégation de l’Index date quant à lui de 1734. En somme, pas mal de temps était passé – vingt ans – depuis la publication du traité. On peut donc se demander pour quelle raison, après tant de temps, Rome juge opportun de se prononcer sur ce sujet. Les précisions exposées plus haut à propos des débats et conflits si intenses au travail à Vérone dans les années trente, expliquent parfaitement la raison et le moment de cette intervention.

43Revenons aux faits véronais qui, au cœur des années quarante, sont fortement influencés par les réactions des ecclésiastiques contre la pensée de Broedersen. Cela vaut surtout pour Pietro Ballerini qui se consacre à en réfuter la pensée. Dans ce climat tout à la fois ouvert et conflictuel, Maffei élabore un mémoire où il développe quelques critiques bien ciblées. Pour le marquis, tous les rigoristes manquent de réalisme car ils ne tiennent pas compte des exigences de la vie sociale. Il a déjà averti l’évêque Bragadin d’agir avec prudence, précisément parce que dans les additions au catéchisme se trouvent de nombreuses « choses qui ne conviennent pas ». Un point sur lequel le marquis insiste beaucoup est la distinction entre les arguments relevant de la foi et ceux qui n’en relèvent pas. Il place dans cette seconde catégorie les questions de l’usage de l’argent et du prêt à intérêt. Ainsi donc, les opinions proposées ne doivent sous aucun prétexte se retrouver dans un simple manuel de doctrine chrétienne s’adressant prioritairement aux enfants et destiné à transmettre les fondements de la foi. Voici les mots de Maffei :

Si cela avait été dit dans un traité, ou dans un livre d’une toute autre nature, il n’y aurait pas de raison d’en faire cas. Mais il s’agit de doctrine chrétienne qu’on entend faire apprendre par cœur aux enfants. Ne doivent s’y trouver que la substance des mystères de la foi, les points sûrs et définitifs. Il ne suffit pas d’y insérer des opinions bonnes et saintes, encore faut-il qu’elles soient hors de toute controverse.

44Comme nous l’avons vu par ailleurs, les rigoristes du xviiie siècle tendent à rendre la question de l’usure toujours dogmatique. Selon ce que dit Maffei ailleurs, Pietro Ballerini est très influencé par les livres Dogma ecclesiae circa usuram et Lettres théologiques contre le Traité des prêts de commerce, dont nous avons déjà parlé. De même, peut-on également constater l’existence d’échos italiens à des débats survenus d’outre-Alpes, particulièrement de France et de Hollande. Le contraire se produira aussi bientôt lorsque l’affaire véronaise, avec tous ses développements, suscitera à son tour un écho important par-delà les frontières.

45Dans son livre, Maffei présente les modalités de l’usage de l’argent comme un enjeu très pratique, qu’il faut certainement apprécier à la lumière de l’éthique chrétienne, mais sans y accorder aucune valeur dogmatique. Puisqu’il s’agit de choses humaines, la bonne appréciation du sujet exige un bon usage de la raison :

  • 14 Maffei à Ludovico Gualtieri, evêque de Todi (1746 ?) dans les annexes de la réimpression anastatiqu (...)
  • 15 De l’emploi…, op. cit., Livre III, p. 193.

Le Créateur sema dans notre âme l’entendement et la raison. Qui ne veut pas s’en prévaloir dans les affaires humaines s’oppose au dessin du Donateur suprême [… ]14
Nous allons maintenant examiner les preuves qu’on tire de la raison. Ce n’est pas ici un de ces mystères adorables comme la Trinité, l’Incarnation, l’Eucharistie, où la raison doit se tenir dans un respectueux silence sous l’autorité de la Foi : c’est un point de justice commutative, qu’on ne peut bien connoitre et qu’on ne peut bien régler, qu’en consultant l’équité, la prudence, le bénéfice public, le gouvernement civil et les loix15.

46Nicolas Le Gros fait également partie de ses cibles polémiques. Dans une lettre adressée à l’évêque de Todi Ludovic Gualtieri, il précise à propos de ses idées :

Quatre ou cinq de ses lettres utilisent Le Gros au début, afin de prouver avec grand apparat que la philosophie se fonde sur la raison, non la théologie, même morale. Que la raison ne peut juger les préceptes, mais s’humilier. Et qu’il faut se garder de soumettre au tribunal de l’examen la loi, rendant ainsi la raison serve de l’Écriture.
Rien ne doit nous émerveiller chez un auteur dont les admirables affirmations comporteraient aussi celle-ci que ‘le mystère de la Trinité est destiné à nous instruire de la morale ?’ Les mystères sont supérieurs à la raison, mais ce précepte, s’il était comme ils le souhaitent, serait contraire à la raison, là où il est question du tien et du mien, et de justice commutative et de contrats, je ne pense pas que cela se puisse formuler sans jurer

47Le thème si clairement soulevé par Maffei n’est pas neuf. Beaucoup d’auteurs font appel aux « lumières simples, générales et de bon sens » que Dieu même a inscrit dans le cœur de l’homme ; comprenons, dans le cas spécifiquement évoqué ici, faire appel au rôle de la raison dans la moralité des contrats.

48Un autre argument s’ajoute à cela, par exemple avancé par Méganck et fort contesté par les rigoristes :

J’ajoute encore ceci : la vérité de l’assertion selon laquelle l’usage de l’argent peut être évalué en terme de prix, séparément du capital, est si commune parmi ceux qui se consacrent aux affaires, surtout dans ce pays [Pays-Bas hollandais], qu’il serait insensé de le nier. Il convient de reconnaitre que cela s’apprend plus au contact des marchands et hommes d’affaires plutôt que sur les bancs de la Sorbonne : unicuique in sua arte credendum [il faut donner crédit à chacun en son métier]. Il revient plus aux hommes d’affaires qu’aux théologiens d’évaluer ce problème.

49C’est une conviction partagée par d’autres. En 1745, les marchands présents à Bolzano pour l’importante foire du Corpus Domini revendiquent ainsi leur propre compétence en ce domaine :

en raison de la connaissance et la pratique, que nous avons acquises au fil du temps, ou par la pratique du négoce, ou pour avoir été consuls et juges à la grande foire de Bolzano.

50Une minute autographe de Maffei nous révèle qu’il est le rédacteur de cette déclaration, précise et bien ordonnée. Maffei est convaincu que ce serait une grave erreur, comme il le déclare sans ambages dans l’introduction à l’Impiego del danaro, de « traiter de ces sujets par l’étude de nombreux livres, mais sans celle du monde ». Afin de soutenir son opinion de laïc, il invoque en appui celle – déjà vue – d’un célèbre juriste du XVIIe siècle, cardinal de la Sainte Église romaine, Giovanni Battista de Luca.

51Il n’existe cependant pas d’avis unanime sur le sujet, les adversaires de cette position sont au contraire nombreux et décidés. Comme nous l’avons déjà souligné, Concina, non sans raison, tend à ridiculiser ces opinions :

Les pauvres prêtres et frères enfermés dans une cellule ne savent pas ce qui est actuellement nécessaire pour entretenir une épouse. Le vêtement, la servitude, le repas de nos jours ne sont plus comme dans les temps passés. C’est parce qu’ils n’étudient pas le livre du monde qu’ils écrivent comme ils écrivent.

52Le capucin Gaetano da Bergamo place au second plan les capacités techniques (« expertise, pénétration et talent », connaissances en matière économique) derrière les compétences des ecclésiastiques, c’est à dire « crainte de dieu, conscience, zèle apostolique ». Il en donne un exemple en parlant des changes :

Les changeurs usuriers font peu crédit aux théologiens qui réprouvent l’usure, et ils se défendent en disant que ces derniers n’ont aucune connaissance sur les changes ; mais nous devons leur faire comprendre que les mots ne suffisent pas à assurer la conscience.

53Le Gros cite in extenso une lettre du célèbre Colbert, évêque de Montpellier. Dans celle-ci le prélat réfute l’idée qu’un marchand, du fait de sa meilleure connaissance technique des contrats, soit plus expert et fiable qu’un docteur de la Sorbonne. On peut être spécialiste des mécanismes contractuels, on n’en garde pas moins et inévitablement la vue courte ; au contraire, le théologien se tient sur « la très haute tour de doctrine, avec à la main la longue vue des saintes écritures » écrit le frère Bonaventure de Padoue. Dans un opuscule anonyme de 1742, on imagine l’affrontement de deux théologiens d’opinions divergentes sur la question des changes maritimes. Tandis que l’un des deux souligne qu’une bonne évaluation de la situation exige d’en bien connaître les divers aspects spécifiques, tels les risques maritimes, le théologien rigoriste déplore le fait que

les laïcs veulent défendre leur cause en théologiens, sans l’intervention des lumières de la religion pourvu qu’ils remplissent leurs bourses ; et si nous ecclésiastiques, placés par Dieu comme lumière et soleil du monde, nous restons muets comme les babouins d’Amérique, nous verrons d’ici peu la sacrée théologie serve et esclave des séculiers.

54En tout cela, différents éléments se mêlent : un indéniable cléricalisme et les craintes qui en découlent ; la défiance à l’égard d’une certaine autonomie de conscience des laïcs, même si elle est convenablement guidée ; in fine, une hostilité de principe à l’égard de ceux qui s’occupent d’affaires commerciales et financières, hostilité dont on mesure encore de nos jours l’importance dans les mentalités. Il s’agit là d’un discrédit récurrent – même si on en ignore souvent les raisons – envers la richesse accumulée grâce aux affaires. Au-delà du sentiment de jalousie, il plonge ses racines dans un mépris pour les activités marchandes, caractéristique d’une société de cour et nobiliaire.

55Par ailleurs, les rigoristes ne se fiaient pas plus aux opinions des moralistes, sinon à certaines conditions. Selon Ginepro da Decimo, les opinions des théologiens sont comme les zéros : un nombre avec plusieurs zéros équivaut à zéro si les autres chiffres manquent. Dans le cas des théologiens, les chiffres renvoient au droit, aux déclarations pontificales, à l’autorité des Pères. L’érudit Gian Paolo Marchi observe que « les controverses théologiques ne peuvent pratiquement jamais être réduites à des disputes inutiles entre frères, mais sous-entendent la comparaison et la confrontation entre différentes manières de comprendre la foi et la doctrine chrétienne », avec les retombées que cela suppose, y compris sur le plan de la vie civile.

56Maffei et Ballerini sont les principaux protagonistes de la « question véronaise ». Au fond, les additions et ajouts apportés à la tradition bellarminienne ne sont que l’occasion de faire paraître au grand jour des contrastes essentiels et de faire remonter des sujets sur lesquels les auteurs avaient déjà beaucoup réfléchi. On assiste à un trop plein d’interventions et d’écrits, importants et engagés, qui ne sont pas simplement des occasionnels car ils transportent le débat bien au-delà des frontières locales.

57Dans ses grandes lignes, la « question véronaise » fut reconstruite au début du xixe siècle par Luigi Simeoni. Plus récemment, Gian Paolo Marchi et Giovanni Borelli s’y sont intéressés de façon approfondie. Le déroulement détaillé de l’ensemble des événements est donc bien connu et, au fond, la polémique fait tache d’huile sur un terrain déjà préparé. D’autre part, l’évêque, rigoriste, implique personnellement le virulent dominicain Daniele Concina, ainsi que l’atteste la lettre à Ottilini. Personnage ambigu, ce dernier donne l’impression d’être un ami de Maffei, alors qu’il garde des contacts très étroits avec l’évêque et fait obstacle, avec Ballerini, à la publication de l’ouvrage du marquis.

58La « question véronaise » devient progressivement une affaire intéressant une bonne partie de l’Europe. À titre d’exemple, les Nouvelles Ecclésiastiques interviennent en décembre 1745 dans le débat en prenant position contre Maffei. Par trois fois, en 1746-1747, le périodique revient sur cette question. Lorsqu’à la demande du cardinal Carlo Guidobono Cavalchini, le pape Benoît XIV approuve début 1744 la réimpression du Dottrina, c’est sans faire état de la question des ajouts : il affirme toutefois avoir fait évaluer le texte par des « personnes habiles et impartiales » qui n’ont rien trouvé à redire.

Scipione Maffei et l’Impiego dal danaro

59En cette année 1744, sort le livre de Scipione Maffei, Dell’impiego del danaro. L’auteur dédie son traité à un personnage illustre à qui le lie une amitié ancienne, le souverain pontife lui-même, Prospero Lambertini, pape Benoît XIV. Le pape le remercie le 31 octobre, parlant de lui comme d’« une des lumières principales de notre Italie », « un chevalier plein de mérite et de lettres tout autant profanes que sacrées ». Par ces mots, il prend certainement ses distances avec ceux qui n’admettent pas la possibilité d’une culture sacrée chez ceux qui n’étaient pas des clercs. À vrai dire, ni le pontife, ni le cardinal Valenti Gonzaga, qui écrit aussi à Maffei, n’ont encore lu l’œuvre. Un jugement de valeur manque donc. Tous deux se prononcent pourtant sur l’importance du sujet. Il résulte des deux lettres que le pontife est convaincu de la nécessité d’une clarification sur une matière aussi importante et discutée, fondamentale pour le commerce et la société tout entière.

60Futur doge de Venise, Marco Foscarini (1696-1763) adresse un retour entièrement favorable à Maffei. Le traité attire toutefois sur lui la critique d’innombrables adversaires, depuis les clercs les plus savants jusqu’aux simples curés. En prêchant l’invective en chaire contre les doctrines « maffeiane », ces derniers exercent une notable influence dans des milieux que les intellectuels ne parviennent pas à rejoindre. Bien que d’une lecture alourdie par son ample documentation, le livre reste abordable pour un public qui, a contrario, peut être facilement découragé par les dissertations latines et savantes des Ballerini. De plus, Maffei est un laïc, et de grande réputation. Concina présente l’ouvrage de la manière suivante dans l’Esposizione del dogma che la Chiesa Romana propone a credersi intorno l’usura :

Ce livre est écrit en langue vulgaire, avec des tournures décisives, franches et fermes. Le crédit que l’auteur a en tant qu’érudit et antiquaire savant, sert de prétexte à d’autres pour le croire aussi savant théologien ; la conformité de la doctrine avec l’intérêt et la convoitise humaine ; les plaisanteries, les traits d’esprit et les saillies dont il parsème ses propos. Tout cela sert à induire en erreur ceux qui n’ont pas étudié.

61Concina insiste tout particulièrement sur l’incompétence du laïc Maffei à pouvoir traiter de ces sujets. À ces accusations font suite celles des Nouvelles Ecclésiastiques :

  • 16 Nouvelles Ecclésiastiques ou Mémoire pour servir à l’Histoire de la Constitution Unigenitus pour l’ (...)

Mais si ce docte marquis, moins versé dans l’Antiquité ecclésiastique que dans la profane, avait mieux connu ses talents, il n’aurait pas surchargé le public d’un octavo sur des matières qui ne sont guere plus de sa competence que celle de la grâce16.

62La polémique à propos de l’intervention des laïcs dans les matières ecclésiastiques n’était pas neuve, elle avait déjà éclaté contre ce même marquis quelques années plus tôt à l’occasion de la publication de son Istoria teologica, elle aussi regardée comme une inacceptable ingérence sur le terrain d’autrui.

63Maffei est conscient d’affronter une question brûlante qui, pour lui, allait bien au-delà des dissertations savantes sur les premiers siècles du christianisme parce qu’elle concerne directement la conscience chrétienne.

  • 17 De l’emploi…, op. cit., p. XIII-XIV.

Les matieres dont nous allons parler ne sont point de celles qui, par leur sublimité ou leur profondeur, semblent se dérober à l’intelligence humaine, et s’élever au-dessus de nos foibles pensées. Il s’agit d’une chose qui arrive tous les jours dans la vie civile, de contrats entre les hommes, du tien et du mien, d’une chose en un mot qui appartient à la Justice commutative, et sur laquelle le Seigneur ne nous a fait aucune loi qui surpasse les lumières de notre raison, ou qui s’éloigne des principes d’équité qui sont naturellement gravés dans tous les cœurs. S’il nous arrive d’avoir quelques doutes sur ces matières, c’est toujours à cette équité naturelle, à ces premiers principes, aux lumières de notre raison, aux dispositions des loix civiles, aux sentiments des Jurisconsultes, que nous nous en rapportons pour nous décider, même dans le for de la conscience17

  • 18 Ibid., p. XIX. Il ajoute juste après : « sur bien des contrats, que peut dire un Théologien, sinon (...)

64dit le début du texte. Au contraire « Ne pourroit-on pas dire encore que la connoissance parfaite de ces sortes de matieres est plus du ressort des séculiers, que des personnes qui vivent dans le cloître ? »18

65Parfaitement conscient qu’en réalité des cas très variés se présentent, tous questionnant la conscience chrétienne, Maffei ajoute que « parfois le meilleur livre à propos de ce qui peut ou ne peut se faire en fait d’intérêt est la conscience », parce qu’elle est droite et non aveuglée par les passions. Sur cette affirmation aussi Concina le combat. À sa manière d’observer l’accent mis sur la pratique, il fait sienne, en conclusion, l’idée que, quelle que soit la forme consentie de recouvrement d’un intérêt, l’enjeu nous situe sur le même plan que ceux qui, à la façon de certains philosophes du temps, veulent détruire les fondements de la religion révélée. Une lourde critique refait ici surface, depuis longtemps adressée aux probabilistes et appliquée aussi à Maffei : celle d’attenter par leurs idées à l’existence même de la religion.

66Quelles sont les principales idées et les arguments de Maffei sur la question du prêt à intérêt ?

67En premier lieu, la conception de l’argent. Celui-ci ne doit pas être considéré comme agrégat de monnaies abandonnées dans une caisse, mais comme un capital pouvant être utilement employé à titre d’outil commercial. On ne peut en effet qualifier de non productif un moyen si protéiforme, capable de se transformer en tout :

  • 19 De l’emploi…, op. cit., p. 196.

Comment affirmer comme une vérité qu’un écu ne produit rien, si avec cet écu on en gagne un autre, et si c’est un vrai Protée qui se transforme en toutes sortes de choses, et qui transforme tout en lui ?19

68D’autre part, celui qui possède un capital, qu’il soit grand ou petit, peut se retrouver en situation de devoir le faire fructifier par un prêt, de ne pouvoir se soumettre à un risque excessif afin d’en obtenir un fruit certain, même non exorbitant. Maffei s’interroge : si on interdisait le prêt, « que feraient tant de veuves, que feraient tant d’héritiers, que feraient tant d’églises ? » Il avait lui-même obtenu un prêt à un intérêt modéré de la part du monastère de la Beverara. Bien que riche, il avait alors eu besoin d’argent liquide tandis que le monastère devait faire fructifier son capital. Des exigences certes différentes, mais parfaitement compatibles. Le petit prêt à intérêt à taux modéré est bien devenu une pratique courante dans les milieux ecclésiastiques. D’ailleurs, Maffei nous révèle que, selon les registres du Mont de piété local, les Dominicains étaient parmi les principaux prêteurs de capital à intérêt.

69L’importance de l’avantage réciproque, déjà affirmée depuis les premières années du xvie siècle, est une idée fondamentale pour Maffei. S’il n’y a en effet aucun dommage pour qui que ce soit, car la garantie pour tous qu’un contrat consensuellement passé prévoit le versement d’un intérêt, on ne peut considérer celui-ci comme illicite et immoral.

  • 20 Ibid., p. XIV.

Nous voulons examiner dans ce Traité s’il est permis de donner de l’argent à intérêt à des personnes à qui nous n’avons nulle obligation d’en donner, et qui nous en demandent que pour en tirer elles-mêmes de l’avantage et du profit ; et quand nous parlons d’intérêt, nous entendons un intérêt modéré et réglé par les loix. Pour répondre à cette question, il faut d’abord savoir quel est le premier fondement, et la première racine du juste ou de l’injuste dans les contrats. Or, en consultant la Jurisprudence civile, la charité chrétienne, nous trouverons aussitôt que toutes les loix n’ayant pour but que le bien général, le juste ou l’injuste ne se trouvent que dans l’avantage ou le désavantage du prochain, et nous appellerons juste un contrat où il n’y aura lésion, ni pour l’une ni pour l’autre des parties, et où elles trouveront l’une et l’autre leur avantage. En supposant la vérité de ce principe il faudroit, pour avoir raison de condamner l’usage de placer de l’argent à intérêt, prouver qu’il y a de l’injustice dans un contrat qui ne porte aucun préjudice à aucune des parties, et qui est même avantageux à l’une et à l’autre20.

70C’est un des points contre lequel les rigoristes se battent : si la question est dogmatique, les aspects pratiques n’ont évidemment aucune incidence. Maffei met cependant l’accent sur ces derniers. Il se concentre tout particulièrement sur le fait que le solliciteur d’un prêt n’est pas nécessairement en situation de plus grande nécessité que le possesseur du capital. Il invite en somme à renoncer aux préjugés contre la « richesse » et à prendre en compte les nécessités de la vie sociale.

  • 21 Ibid., p. 250.
  • 22 Ibid., p. 256-257.

Rien n’est plus avantageux aux peuples que la circulation de l’argent ; rien ne leur est plus funeste que la suppression de cette circulation. Mais il restera nécessairement des sommes immenses oisives et inutiles dans la bourse des riches…21
Remarquez que la circulation de l’argent et l’usage de donner et de prendre à intérêt, sont absolument nécessaires à l’état et à l’ordre politique22.

71Une fois encore, c’est le sens même de l’appartenance à une communauté, dont le bien-être et le développement harmonieux profite à tous, riches comme pauvres, qui ressort. Faciliter les prêts signifie favoriser le commerce, cette activité indispensable au bien-être commun. Cela signifie aussi encourager les individus tant sur le plan économique que religieux, leur évitant ainsi la fastidieuse recherche d’astuces, les angoisses et les scrupules de la conscience. Parfaitement conscient de ce problème, Maffei consacre de nombreuses pages aux « Avertissements pour bien prémunir l’officine de la conscience ».

72L’auteur estime que le pire résultat de la querelle est précisément celui-ci : la multiplication des difficultés. En effet, le tourment de la conscience conduit à trouver des solutions contractuelles qui peuvent n’être que de simples échappatoires, destinés à sauver ou le contrat ou les apparences. Cela arrive fréquemment à ceux qui au nom de leur « intime sentiment et grâce à la lumière de la nature » sont convaincus de ne pas agir de façon incorrecte et qui, tout en souhaitant éviter la désapprobation des clercs, ont recours à des pirouettes, « périphrases insignifiantes et vaines », authentiques « stratagèmes verbaux ». À ce titre, l’attitude du cardinal Fortunato Tamburini, un homme au-dessus de tout soupçon, est particulièrement intéressante. En 1743 déjà, il avait sévèrement jugé certaines astuces des théologiens moraux prêts à légitimer divers types de contrats, pas tous licites. Comme nous l’avons vu plus haut, l’illustre membre de la Curie romaine affirmait dans une lettre qu’il aurait été plus simple de reconnaître la licéité du prêt de commerce, dans lequel les exigences de la charité ne se manifestent pas, ce qui peut être en revanche le cas du prêt de consommation.

73Selon Maffei, le terme d’usure est utilisé trop généralement, créant nécessairement une ambiguïté. Il finit par désigner n’importe quel type de profit sur prêt, indépendamment du fait que le prêt soit de consommation ou de commerce, adressé au pauvre ou au riche, à un taux exorbitant ou à un taux modéré. Il convient donc de distinguer entre usure illicite et usure licite. Les additions à la Doctrine ont placé

au milieu des voleurs tant d’honnêtes et pieux gentilshommes, et tant de religieux, qui avec les précautions d’usage aident ceux qui sont dans le besoin en accordant un capital en lettres de change à 3 ou 4 %, ce dont personne n’a à souffrir, et qui bien souvent est charité infinie, ou du moins une faveur signalée.

74À ce point, une question surgit d’elle-même : Maffei connaissait-il ou non le traité de Broedersen ? Il n’est pas possible de répondre avec certitude. L’auteur affirme ne pas avoir pu lire le De usuris licitis et illicitis avant de se consacrer à la rédaction de l’Impiego del danaro. Mais dans les éditions successives de cet ouvrage dont nous avons déjà écrit qu’il était très volumineux et d’un accès difficile, une synthèse du livre de Broedersen est placée en appendice. Maffei exprime d’ailleurs sa grande reconnaissance pour « le nombre infini d’informations, de citations et de sages considérations » qui s’y trouvent. Pour Muratori, plutôt méfiant quant à l’usage des sources par le marquis, celui-ci aurait pu connaître l’ouvrage avant mais il ne le montrerait pas.

75On peut observer l’existence de points communs entre les deux œuvres, sur un plan conceptuel, de même qu’avec le De usu licito pecuniae d’Emmanuel Maignan, œuvre dont il cite de nombreux passages, laquelle est également utilisée par Broedersen. Un cas significatif d’affinité avec la pensée de Maignan est la négation de la stérilité de l’argent et du transfert de la nue propriété dans le prêt. Il s’agissait dans tous les cas de questions extrêmement débattues par les auteurs de traités et qu’aucune personne s’intéressant à ces questions n’ignorait. Relevons une fois de plus que Fortunato Tamburini, qui suit de près la querelle, exprime dans une lettre de 1743 sa perplexité sur la conviction du transfert de la propriété dans le prêt.

76Dans l’œuvre de Maffei, les différences par rapport à Broedersen ne concernent pas tant les contenus, bien plutôt la démarche et le style. D’abord son environnement est italien et donc bien différent de celui des Pays-Bas en termes de culture et de processus économique. De plus, l’auteur étant un intellectuel laïc, nombreuses sont les références culturelles qui échappent au milieu clérical. En outre, l’ouvrage est rédigé de manière fluide et convaincante, aux antipodes des lourdes et inaccessibles œuvres latines des théologiens, en particulier celle de notre auteur hollandais. Le livre préoccupe d’ailleurs beaucoup les ecclésiastiques rigoristes engagés dans le débat. On lit dans une biographie de Concina écrite au dix-huitième siècle que « de cette façon, l’œuvre de Broedersen, jusque-là seulement connue des érudits, devint commune à beaucoup en Italie ».

77En réalité, le livre est surtout connu de manière indirecte, même chez les savants. Par exemple, Pietro Ballerini a une piètre connaissance des textes produits aux Pays-Bas, « les écritures de Hollande », ce que Tamburini met en évidence de manière critique. Pourtant très intéressé par cette question, le cardinal lui-même éprouve des difficultés pour se procurer les ouvrages étrangers sur la matière. « À Rome on trouve très peu de ces écrits ». S’il a pu en obtenir quelques-uns prêtés par le Secrétaire d’État Valenti Gonzaga, il n’a jamais eu accès à certains textes, parmi lesquels on compte le Dogma ecclesia circa usuram et De usuris licitis et illicitis.

78Un des principaux représentants de la culture ecclésiastique de l’époque, Lodovico Antonio Muratori, réagit favorablement à la lecture de l’Impiego dal danaro. Sa pensée en matière d’usage de l’argent ainsi que sur le prêt à intérêt n’a pas suscité d’étude spécifique de sa part. Le cardinal Tamburini lui suggère pourtant explicitement d’en penser une en 1743, avant même que n’éclate la question véronaise : « Ceci et d’autres arguments m’ont mis dans le doute sur cette matière que je verrai bien volontiers traitée par la main de maitre qu’est la vôtre. »

79Conscient de la complexité du sujet et de la progressive intensification des débats, Muratori refuse pourtant. Il craint par-dessus tout qu’un de ses écrits ne tombe, comme par le passé, sous les yeux de la censure ecclésiastique et qu’il ne puisse éviter une condamnation. À son tour, en avril 1748, Maffei demande à Muratori de composer un ouvrage, même de petite dimension, sur l’emploi de l’argent ; d’une certaine manière afin de compléter le sien, mais sans épuiser la matière. Cette demande de Maffei n’émeut cependant pas Muratori, pas plus que ne l’avait remué celle des « Seigneurs de Vérone ». En somme, la prudence prévaut.

  • 23 Paru à Venise en 1743.

80Quoi qu’il en soit, la pensée de ce grand auteur nous est bien connue, grâce surtout à un chapitre des Difetti della giurisprudenza23 et de nombreuses lettres tirées de sa correspondance. Son raisonnement se situe sur un plan très concert, pragmatique. La référence au contexte général ne fait pas défaut, obligeant à faire attention au bon ordre de la société pour qui les pratiques commerciales et financières sont essentielles. Il écrit à Tamburini en avril 1743 :

Quiconque juge bien des sentences rigoureuses de ceux qui voient de l’usure partout, sera évidemment contraint de reconnaître que le commerce entre les hommes se complique trop, et que les riches n’en pâtiraient pas moins que les pauvres si on ne pouvait faire commerce avec eux sans profit, sans prendre garde au lucrum cessans, etc. Il faudrait accorder la volonté de Dieu, rempli de charité, avec la nature humaine et avec les nécessités du commerce.

81On ne peut pas bouleverser les exigences de la vie en commun :

Si cela suscitait la rigueur de certains canonistes et théologiens, le commerce s’en trouverait ruiné. Et quand bien même on décréterait le contraire, le monde avancera conformément à son besoin […] Plût à Dieu que qui possède de l’argent voulût le donner sans rémunération aucune, par l’amour même de Dieu, à qui en manque ; ordinairement toutefois celui qui en a, désire le faire fructifier et pour cela, parce que les habitudes populaires sont éloignées des excès, il n’est pas si simple de les condamner.

82La reconnaissance de la licéité du prêt à intérêt ne nuit pas, bien plutôt elle aide celui qui est en difficulté. Muratori souligne que personne ne souhaite se priver de son argent sans récompense, tout en ne demandant en même temps qu’un intérêt modéré de façon à éviter l’accusation d’usure. En conclusion, il n’y a pas d’argent à prêter, au grand dam de beaucoup. Maffei partage la même conviction :

  • 24 De l’emploi…, op. cit., p. 233-234.

Il est nécessaire que l’argent circule, et l’on ne peut pas dire qu’en supprimant les placements à intérêt, on peut suppléer à ce besoin par les prêts gratuits. Il ne peut pas en être ainsi, lorsque les sommes demandées sont considérables, et lorsqu’elles sont demandées pour longtemps Ce seroit la ruine de ceux qui n’ont pour vivre que les revenus de leurs capitaux24.

83Sans que cela soit systématique Muratori va néanmoins plus loin que Maffei sur certains aspects. Ce dernier défend le prêt à intérêt modéré, même s’il s’adresse aux pauvres, et soutient la comparaison du prêt à la location. L’issue trouvée par Muratori consiste à faire usage de modération, en cherchant à faire coexister les grandes vertus chrétiennes de la charité et de la justice avec les exigences légitimes du commerce de l’argent. Il estime utile l’intervention de l’autorité civile, indispensable celle de qui « a autorité à diriger les consciences » – l’Église – en continuant à condamner tout excès, comme elle l’a toujours fait, aurait dû autoriser le profit modéré découlant de l’emploi de l’argent.

84Mais revenons aux incidents douloureux liés à l’Impiego del danaro, autour duquel se déchaîne une authentique bagarre. L’ouvrage est attaqué en chaire à Vérone, comme « infecté » des idées de Luther et de Calvin ; l’accusation est aussi grave que confuse car les deux réformateurs professent des idées différentes sur ce sujet. C’est alors que la République intervient par le biais de ses Inquisiteurs d’État qui imposent le silence, empêchant Maffei de se disculper. De son côté Ballerini s’empresse de contourner l’obstacle en publiant en 1745, mais avec la fausse date de 1744, un opuscule en italien : La dottrina della Chiesa cattolica circa l’usura. Ce qui après coup aggrave encore plus l’amertume de Maffei :

Il est plus amer que la mort d’être condamné à ne pouvoir apporter aucune réponse à un libelle, qui au lieu d’arguments rationnels apporte plutôt des informations fausses, qui argue de contrevérités mal soutenues, qui présente Maffei amoureux des gains usuraires, et qui le traite comme plus ignorant que de jeunes étudiants.

85Les obstacles viennent en fait non de l’Église, mais de l’État. Pas moins de deux cent exemplaires de l’ouvrage sont séquestrés et on souhaite même qu’ils soient brûlés.

86Les mésaventures de Maffei n’étaient pas finies. Sa rencontre avec l’évêque et le vice-podestat de Vérone, à propos de la réimpression romaine de son œuvre, est en effet considérée comme une grave infraction à l’obligation de silence. Par leur délibération de juillet 1746, les Inquisiteurs le condamnent au « silence perpétuel », lui intimant encore « qu’aussitôt la peine communiquée, de se transporter dans une maison champêtre, et d’y demeurer jusqu’à nouvel ordre public ».

87Fortunato Tamburini, qui écrit à Maffei à la fin du mois de septembre, précise : « entre-temps le marquis continuait à demeurer dans une villa, exilé de Vérone ». En somme, le confinement n’a à cette date pas encore été révoqué. Âgé et souffrant, Maffei est très amer d’une mesure dont il accuse les rigoristes véronais, probablement à raison. Certains d’entre eux l’ont dénoncé à l’Inquisition d’État, institution que le marquis qualifie de « tribunal mortifère ». Les procédures du Saint-Office et de l’Index lui paraissent à côté bien plus modérées :

Quand il est question à Rome d’interdire le livre de personnes qui méritent un peu de considération, on trouve des moyens qui sauvent la réputation de l’auteur. Ils sont ici traités avec la plus grande ignominie.

88Or, auprès de qui trouver un recours dans cette situation difficile ? Maffei se tourne vers le cardinal Tamburini afin qu’il sollicite l’intercession du pape. Ce n’est qu’après plusieurs autres tentatives infructueuses que le pontife accepte officiellement de s’engager en sa faveur. Benoît XIV charge le Secrétaire d’État de demander avec insistance une grâce via son ambassadeur près de la République de Venise. Le marquis peut enfin faire son retour en ville en décembre 1746, où il mourra en février 1755.

89Au-delà des événements personnels, de vraies discussions ont eu lieu sur le thème de l’usure, du prêt à intérêt, des diverses formes de contrats, enflammant le monde ecclésiastique italien de l’époque. Il faut désormais s’attarder sur l’année cruciale de 1745, celle de la publication d’une Encyclique pontificale. C’est en effet le 1er novembre 1745 que Benoît XIV publie Vix pervenit, encyclique dédiée à cette question et adressée à tous les évêques d’Italie.

Notes

1 Entre guillemets.

2 René Taveneaux, Jansénisme et prêt à intérêt. Introduction, choix de textes et commentaires, Paris, Vrin, 1977, p. 70.

3 Dogma ecclesiae circa usuram expositum et vindicatum, occasione recentioris scriptionis, cui titulus est : tractatus brevis de reditibus utrimque redimibilibus. Simul respondetur ad alias duas scriptiones, quarum alteri titulus est : discussio responsionis ad difficultates quasdam propositas in materia de usuris. Alteri vero : examen pacificum per theologum Brabantinum, Insulis, Petrum Mathon, 1730, 474 p.

4 Lettres touchant la matière de l’usure par rapport aux contracts de rentes rachetables des deux côtés, Lille (i.e. Utrecht), P. Mathon, 1736.

5 De l’emploi de l’argent, ouvrage dédié au pape Benoît XIV, par M. le Marquis Maffei, traduit de l’italien sur la seconde édition de Rome, avec Approbations Romaines, Avignon, 1787, p. XXIII-XXIV.

6 Ibid., p. 38. La citation est prolongée par un passage court du chapitre suivant, le VI. Paola Vismara ne le signalait pas.

7 Ibid., p. 48.

8 « Un cens est dit redimibile, c’est à dire rachetable ou dont on peut se libérer, et irredimibile dans les cas contraires » (cf. Biblioteca sacra ovvero Dizionario universale delle scienze ecclesiastiche, opera compilata dai padri Richard e Giraud, t. V, Milan, 1832, p. 197)

9 De Venise, ndt.

10 Né à Vérone en 1631 et mort à Rome en 1704.

11 L’uomo in traffico, ossia la materia de’ contratti, Venezia, Andrea Poletti, 1704. Servite, théologien et professeur à Padoue, vicaire général de son ordre, Tuba est l‘auteur de plusieurs traités de morale, dont celui-ci mis à l’index.

12 Paola Vismara ne mentionne pas une édition plus ancienne, datée de 1704 et publiée également à Venise, chez Andrea Poletti.

13 Mot utilisé par l’auteur et mis entre guillemets dans le texte italien.

14 Maffei à Ludovico Gualtieri, evêque de Todi (1746 ?) dans les annexes de la réimpression anastatique de l’Impiego del danaro, p. 50 sq. ; G.P. Marchi, Un italiano in Europa. Scipione Maffei tra passione antiquaria e impegno civile, Verona, Libreria universitaria editrice, 1992, p. 236-238.

15 De l’emploi…, op. cit., Livre III, p. 193.

16 Nouvelles Ecclésiastiques ou Mémoire pour servir à l’Histoire de la Constitution Unigenitus pour l’année MDCCXLV, Suite des Nouvelles Ecclésiastiques, du 15 décembre 1745, p. 105.

17 De l’emploi…, op. cit., p. XIII-XIV.

18 Ibid., p. XIX. Il ajoute juste après : « sur bien des contrats, que peut dire un Théologien, sinon qu’ils sont permis, s’il y a équité et égalité, et défendus, s’il y inégalité et lésion ? »

19 De l’emploi…, op. cit., p. 196.

20 Ibid., p. XIV.

21 Ibid., p. 250.

22 Ibid., p. 256-257.

23 Paru à Venise en 1743.

24 De l’emploi…, op. cit., p. 233-234.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search