Version classiqueVersion mobile

L’Église et l’argent à l’époque moderne

 | 
Paola Vismara

Chapitre 4. Un problème pastoral

Texte intégral

Les marchands et les dilemmes de la conscience

  • 1 En français dans le texte.

1Le débat ne se cantonne pas au « milieu »1 des théologiens. Les différentes questions posées s’inscrivent avec force dans la pastorale parce qu’elles concernent aussi la vie quotidienne des fidèles : celle de celui qui prête son argent, de celui qui travaillait dans le secteur de la finance, de celui enfin qui est chargé d’établir de nombreux contrats dont l’argent était le cœur. Les clercs, en particulier les confesseurs, sont littéralement assaillis de questions de la part des fidèles, lesquels prennent conseil pour résoudre des problèmes de nature économico-morale. L’Église elle-même contribuait à éveiller ces interrogations et il existe une véritable « demande sociale » de clarification sur cette matière. Or, les sources nous renseignent précisément sur les personnalités importantes et sur les institutions chargées d’apporter des réponses aux interrogations les plus délicates.

  • 2 Nous utilisons plutôt la formule « contrat triple » que celle de « triple contrat » parfois en usag (...)

2Sincèrement préoccupés par leur propre salut, financiers et marchands se tournent fréquemment ou vers les facultés de théologie ou vers des moralistes réputés pour obtenir conseil en matière d’éthique économique. Les consultations portent parfois sur le versement de montants considérables. Les Fugger, banquiers allemands, ont ainsi leur propre théologien : pendant un certain temps ce fut même le célèbre Johannes Eck (1486-1543). Pour l’essentiel, les richesses des Fugger se composent des intérêts issus d’un type de contrat particulier, appelé « contrat triple »2 ou « contrat germanique ». Il consiste en la conclusion simultanée de trois contrats différents : un contrat de société, un contrat d’assurance du capital et un troisième, assimilable à un contrat de vente ou d’assurance complémentaire, à partir duquel le prêteur du capital fixe sa marge finale de profit personnel. Grâce à cette forme, d’apparence complexe, le prêteur parvient à s’assurer un rendement garanti, mais modeste, en général autour de 5 % du capital prêté. Eck, à qui on a demandé son avis sur cette forme de contrat, la considère légitime. Il prend justement part à une dispute organisée à ce sujet en 1515 dans l’église Saint Petronio de Bologne. Elle pose la question suivante : est-il permis ou non de percevoir un intérêt – modeste mais certain – sur la somme prêtée ? Après la réponse positive d’Eck, les discussions sont nombreuses et se prolongent longtemps.

3Ce sont les Jésuites qui s’intéressent à nouveau au problème quelques décennies plus tard. Les pères ne sont cependant pas unanimes dans leurs réponses, les confesseurs en délivrant même de très variables à leurs pénitents. Dans ce climat d’incertitude, l’affaire est étudiée avec soin par d’habiles théologiens réunis en commission. En 1581, la Compagnie arrive à cette conclusion qu’il est possible de considérer le contrat triple moralement acceptable, au contraire d’un contrat simple réclamant un intérêt en faisant abstraction des titres extrinsèques. On souligne par ailleurs que le contrat triple ne doit pas apparaître comme un subterfuge pour échapper aux interdits de l’Église.

4Également appelé « germanique », le contrat triple s’est déjà largement diffusé, y compris au-delà des terres d’Empire. L’écossais John Mair (1467- 1550) est ainsi considéré par les rigoristes comme l’un des responsables de l’acceptation élargie de la pratique, même si c’est de manière indirecte. Ce contrat est également attesté en France, Espagne, Italie et ailleurs, dans des régions à forte vocation financière et commerciale. On insiste beaucoup sur un point : que les destinataires de ces prêts ne soient ni démunis ni insolvables. Le jésuite Tommaso Tamburini, bientôt l’une des cibles préférées des rigoristes, admet sa licéité, le présentant comme une forme ingénieuse de contrat pour offrir des solutions aux marchands, sans contrevenir aux interdictions de l’Église sur le prêt ordinaire. Lessius cherche à simplifier cette forme compliquée en ramenant les trois contrats à un seul, juridiquement défini comme un contrat « innommé », dont on pouvait également tirer un gain supérieur, de l’ordre de 8 à 10 %. Tous portent leur attention non seulement sur la nécessité pour les marchands d’obtenir les capitaux nécessaires au développement de leur activité, mais encore sur le fait que les possesseurs d’un capital y trouvent un avantage. Sans cela de riches princes, mais aussi les veuves, les orphelins, les institutions ecclésiastiques tomberaient dans le péché d’usure qui est combattu, ou bien seraient dans l’impossibilité de faire fructifier leur capital. À ces conditions, le prêt procure des avantages aux deux contractants et peut faciliter la croissance économique. Lessius parle expressément à ce sujet de « bien public ».

5Même un pape rigoureux comme Pie V et bien d’autres membres du Haut Clergé n’excluent pas la licéité de ces formes contractuelles. Par sa bulle Detestabilis avaritiae, émise en 1586, Sixte Quint s’attèle à son tour au sujet. Le contrat en question est particulièrement important du fait de sa diffusion, mais aussi parce que, en fin de compte, l’enjeu est l’éventuelle reconnaissance de la licéité d’un intérêt assuré et sans risque pour le capital investi.

6Pourtant, les interprétations de la bulle Detestabilis sont aussi variées que contradictoires, à tel point qu’elles en diminuent l’efficacité. Selon les rigoristes, la bulle contient une condamnation ferme et irrévocable du contrat triple. Beaucoup d’auteurs pourraient être cités à ce propos, il suffit cependant de rappeler que cette interprétation est soutenue en mai 1679 par le consulteur du Saint-Office, dans le contexte de la censure des œuvres de Maignan dont il sera question plus loin. Aux yeux de certains, la bulle ne fait que répéter ce qui a été établi par la loi divine. C’est le sentiment du capucin Ginepro da Decimo au xviiie siècle :

  • 3 Ce passage déjà présenté de l’Évangile de saint Luc (6, 35), qu’on peut traduire par « prêtez sans (...)

Dieu est celui qui nous dit Mutuum date nihil inde sperantes3. Dieu et pas Sixte Quint ; Dieu, et pas Benoît XIV. Donc, si Sixte Quint, après avoir déclaré usurier le contrat triple, l’interdit, sa prohibition fut une déclaration ou pour ainsi dire une confirmation de la prohibition divine. Si Benoît XIV presse et insiste pour que tous les évêques de leurs diocèses respectifs fassent observer la bulle de Sixte Quint à propos de ce type de contrat, il le fait pour que personne ne pêche par usure contre la sacro-sainte loi divine.

7Pour d’autres théologiens, la bulle prétend plutôt condamner des moyens sûrs de faire profit par le biais de certains contrats de société dans lesquels le risque est entièrement adossé à une seule des parties contractantes. Comme le contrat triple n’est pas un simple contrat de société, il ne peut être assimilé à la catégorie des contrats condamnés.

8Entre les deux évaluations opposées, la seconde semble historiquement plus fondée. Les cardinaux chargés par le pape de dresser le texte de la bulle en avaient d’ailleurs donné une interprétation non restrictive. Une source digne de foi rapporte que la volonté déclarée du souverain pontife est de condamner tout accord injuste ou illicite, donc usuraire, sans toutefois condamner les contrats exempts de cette suspicion. De nombreuses décisions du tribunal de la Rote admettent en effet la licéité du contrat triple. En tout état de cause, le débat est vif et le questionnement demeure très ouvert.

9Revenons maintenant aux marchands et aux banquiers, tout à la fois préoccupés par leur commerce et le salut de leur âme. Les marchands espagnols actifs dans la ville d’Anvers demandent à plusieurs reprises avis aux docteurs de la Sorbonne. Grâce à Domingo de Soto (1494-1560) qui réside en 1517 à Paris, on apprend qu’un avis est alors sollicité, mais on est assurément mieux renseigné sur la consultation de 1530 relative à la pratique du change et aux contrats. Si nous n’en connaissons pas tous les détails, on sait toutefois que deux avis, parfois formulés par les mêmes théologiens, s’opposent à cause des informations fournies par les requérants. Ainsi et au gré des situations, rien n’étant simple, un constat valant tant pour les marchands que pour les théologiens appelés à se prononcer.

10Certains banquiers génois consultent le jésuite Diego Lainez (1512- 1565) au milieu du xvie siècle, à l’occasion de plusieurs séjours qu’il effectua dans leur cité après 1552, avant de devenir en 1556 général de la Compagnie, à la mort d’Ignace de Loyola. La Bibliothèque Ambrosienne de Milan conserve justement la copie d’une consultation. Le texte aborde les questions de manière détaillée et technique, en se référant surtout à la pratique du change, très répandue dans ce contexte économique et aux aspects extrêmement complexes. La République de Gênes est de nouveau au premier plan peu de temps après, à propos d’une autre question relative au change. Pie V a émis une bulle en 1571, In eam pro nostro, sur les conditions de la légitimité éthique des opérations de change et, à cause de quelques difficultés d’interprétation, les banquiers génois déposent un recours pour clarification auprès de Rome. Le pape de l’époque, Grégoire XIII, est directement sollicité afin d’apporter une réponse.

  • 4 À titre d’exemple, Les Conférences ecclésiastiques de Paris sur l’usure et la restitution ou l’on c (...)

11Le Siège romain est donc étroitement associé à la nécessité d’éclairer, d’approfondir et d’apporter des réponses définitives4. Cela se vérifie encore dans les diverses demandes adressées à la Congrégation du Saint-Office et à la Sacrée Pénitencerie Apostolique. Parce qu’ils sont eux-mêmes en difficulté pour aboutir à des conclusions péremptoires, les théologiens peuvent en effet encourager une telle démarche. Lainez estime par exemple que les fidèles devraient exposer leurs affaires financières et leurs doutes au Saint Siège, lequel à son tour, sur l’avis éclairé des théologiens et de juristes savants et sûrs, parviendrait à formuler les décisions claires dont on manquait tant.

Catéchisme et prédication

12On peut constater que le thème de l’utilisation de l’argent, en particulier du prêt à intérêt, est essentiel dans les catéchismes et dans la prédication, comme il l’est d’ailleurs dans les manuels de casuistique et de théologie morale. L’Église moderne recommande en effet la bonne connaissance des fondements de la foi, assez déficiente dans les périodes précédentes. Cependant, on établit un lien entre la foi et une façon différente de vivre dans une exigence d’éthique étendue à tous les aspects du quotidien. C’est la raison profonde de cette association continuellement reproposée par l’Église du temps : « Croire et agir » (Credere et operare).

  • 5 Sur ce sujet profondément renouvelé : Louis Châtellier, La religion des pauvres. Les sources du chr (...)
  • 6 Entre guillemets dans le texte

13La question de l’usage de l’argent et du prêt à intérêt s’applique aussi au champ des relations interpersonnelles, considéré comme fondamental. Car on n’attribue pas à la vertu seulement une fonction de correction intérieure, elle est encore regardée comme un vecteur aux fortes implications sociales. On en fait le constat dans les missions populaires que les historiens considèrent parmi les manifestations les plus essentielles du catholicisme moderne5. Les prédicateurs se rendent dans les campagnes et y exercent une activité dont le double objectif consiste à conduire à la « conversion »6 et à la fréquentation des sacrements de la confession et de l’eucharistie. Cela est intimement lié à la volonté de pacifier, à la résolution des micro-conflits locaux, à la restitution.

14Ainsi que nous l’avons vu, les opinions des théologiens divergent fortement non seulement dans les détails, mais encore dans les différentes manières de présenter la religion aux fidèles, de les amener à pratiquer, enfin de guider et d’orienter leur conscience. Ainsi, la pastorale en usage ne présente pas un visage univoque, surtout en ce qui concerne l’administration du sacrement de la confession. Au sujet de l’usage de l’argent, les clercs disposés à montrer la voie d’une bonne pratique du prêt, critiquent les directeurs spirituels les plus rigoristes en les accusant de troubler les consciences. Spécialiste du rigorisme, Jean-Louis Quantin estime que la faiblesse de ce courant ne réside ni dans la théorie ni dans les fondements doctrinaux, mais s’observe mieux du côté de la pratique, marquée par la dureté et le manque de souplesse. Le fréquent refus d’accorder l’absolution en l’absence d’un abandon total et immédiat du péché, d’un repentir immédiat et parfait, en est un symptôme évident.

  • 7 Guillaume Cuchet « Jean Delumeau, historien de la peur et du péché. Historiographie, religion et so (...)

15Le recours à des formes pastorales caractérisées par l’insistance sur des thèmes pouvant susciter la peur a amené les chercheurs à parler d’une « pastorale de la peur »7. Il faut toutefois prendre en compte le fait qu’elle est d’abord marquée par la forte préoccupation du salut individuel et collectif, et par un grand sens, lui aussi angoissé, de la responsabilité. C’est ainsi, par exemple, que Vincent Contenson (1641-1674) invite les prêtres à la plus grande vigilance dans l’administration du sacrement de pénitence :

Dieu, dans son terrible jugement, réclamera le sang du Christ des mains des prêtres, [demandera] s’ils l’auront distribué non seulement de façon inutile, mais aussi pernicieuse, accordant à tous une absolution hâtive.

16À ce propos, citons la très significative lettre envoyée au Cardinal d’Estrées en 1674 par le Cardinal Grimaldi, archevêque d’Aix après avoir été nonce à Paris :

Les évêques de France mènent depuis longtemps une guerre, avec une vigueur digne de leur zèle, contre les opinions relâchées de certains casuistes. Ils s’attachent particulièrement à détruire les pernicieuses maximes à propos de l’usure. Mais lorsque ces prélats ont commencé à voir avec consolation que Dieu bénissait leur zèle et leur empressement pastoral, que les sermons, les missions, les conférences ecclésiastiques et les livres qui ont été imprimés pour détruire ce monstre avaient secoué les consciences et porté un trouble saint dans les âmes de ceux qui vivaient dans cette pratique malheureuse avec peu de crainte, de nombreux faux théologiens, afin de pacifier et apaiser cette sainte turpitude par une fausse paix, se sont dressés contre l’œuvre de Dieu et ont cherché à étouffer les remords de la conscience en renouvelant leur doctrine relâchée, tant dans les conférences secrètes, et au tribunal de la confession, tout comme dans les livres avec lesquels ils avaient empoisonné le public.

17On trouve bien ici confirmation qu’il y a à l’origine même de la « religion de la peur », donc de la prédilection pour les « épouvantables vérités », une forme d’attention très déterminée d’un point de vue théologique. D’ailleurs, le même Grimaldi s’est tourné vers le souverain pontife, le priant d’extirper de l’Église les propositions des casuistes, accusés d’innover (casuisti novatores) au grand préjudice des âmes.

18Ces orientations ne sont pourtant pas unanimement partagées. Théologien de premier plan, Alphonse de Liguori a été formé dans un climat rigoriste comme en atteste l’examen des textes de théologie qu’il étudia au séminaire. Or, c’est justement sur la base de son expérience pastorale qu’il modifie significativement son approche. Les missions populaires l’ont en effet progressivement convaincu qu’il ne fallait pas imposer de continuels obstacles et d’excessives entraves aux fidèles.

Le nombre de ceux qui excusent leur méchante habitude par ce rigorisme qui règne aujourd’hui et qui s’adosse à la morale, le nombre, dis-je, de ces gens est bien supérieur à celui de ceux qui prétendent s’excuser par l’autorité de la morale relâchée.

19Liguori retient que l’excès de rigueur ne conduit pas à vivre plus profondément son christianisme, mais plutôt à ne plus tenir compte de la norme morale. Cela peut en fin de compte entraîner un détachement de la pratique, ainsi que le montrent les affaires religieuses du temps en France, terre d’élection du rigorisme et du jansénisme. Les territoires dans lesquels on compte une forte présence d’un clergé rigoriste et janséniste sont, non sans raison, (même s’il est difficile à l’historien d’en démontrer pleinement la connexion), les mêmes que ceux dans lesquels s’enracine rapidement la déchristianisation révolutionnaire.

20S’exprimant à propos des probabilioristes, Liguori les accuse « d’extravagante rigidité ». Ce n’est en rien une remarque anodine, car c’est le salut même des âmes qui est en jeu, celui dont l’Église tridentine est tant préoccupée. Ainsi donc les confesseurs devront rendre compte à Dieu de cette attitude injuste et incorrecte, car ainsi ils « piègent les consciences ». Mentionnant le Père de l’Église Jean Chrysostome, le théologien invite à pratiquer pour soi la plus grande austérité mais à agir de manière plus bienveillante avec les fidèles. S’il ne cite aucun exemple en appui, les noms de Lessius et de Caramuel viennent spontanément à l’esprit. En somme, pour Liguori, l’appréciation erronée d’un péché, qui conduit à le sous-évaluer, est moins grave que le désespoir : c’est une doctrine conforme à celle de l’Église qui place le désespoir parmi les péchés les plus graves, ceux contre l’Esprit Saint.

21Nombreux sont les ecclésiastiques à se montrer préoccupés à ce sujet, à l’image du jésuite français Valère Regnault (1545-1623) détesté des rigoristes. Dans un manuel destiné aux confesseurs, il les invite à se considérer non comme des oppresseurs mais plutôt comme des médecins des âmes, à l’exemple du Christ. À cette fin, il est essentiel de tranquilliser les pénitents lorsqu’ils se présentent au confessionnal angoissés et presque « embrumés » (« annebbiati ») par d’excessifs scrupules. Travaillant à l’université allemande d’Ingolstadt au xviiie siècle, le jésuite Franz Xaver Zech (1692-1772) accorde une grande importance à la « tranquillité des consciences » des fidèles, état dont les prêtres doivent avoir soin. Par cette expression il signale le devoir de tenir également compte des implications psychologiques de la pastorale. On retrouve les mêmes idées chez des auteurs importants de cette fin de siècle, aujourd’hui insuffisamment connus, tels les jésuites Jean-Joseph Rossignol (1726-1807) et Giovanni Vincenzo Bolgeni (1733-1811). Ils sont particulièrement préoccupés par le côté psychologique de la question lequel influe sur son aspect strictement religieux.

22Le ton et les contenus adoptés par les prédicateurs dans la présentation des arguments sont tels qu’on parvient à peine à distinguer un probabiliste d’un probabilioriste. Nous en verrons plus avant les raisons. Les différences sont plus nettes dans les textes de doctrine chrétienne.

  • 8 Jean-Claude Dhôtel, Les origines du catéchisme moderne d’après les premiers manuels imprimés en Fra (...)

23Les catéchismes sont très nombreux à l’époque moderne8. On assiste en effet à une prolifération de ces livres entre xviie et xviiie siècle, indispensable instrument pour garantir un enseignement adéquat de la doctrine chrétienne. Il n’est pas plus possible à leur propos que pour les manuels de théologie morale et de casuistique d’en établir une liste, aussi nous n’en retenons que quelques-uns à titre d’exemple.

  • 9 Sur ce célèbre Catéchisme, voir Nelson-Martin Dawson, « Catéchisme de Sens politique religieuse et (...)
  • 10 Olivier Andurand, La grande affaire. Les évêques de France face à l’Unigenitus, Rennes, PUR-SHRF, 2 (...)
  • 11 Tromba catechistica, cioè spiegazione della dottrina cristianà, Napoli, 1713.
  • 12 Il exerçait au Mexique où on le surnommait « el predicador popular »
  • 13 Entre parenthèses dans le texte italien.

24Un cas de grande attention à l’éthique économique se trouve dans le Catéchisme de l’archidiocèse français de Sens en 17319, au cours de l’épiscopat de Jean-Joseph Languet de Gergy, un adversaire résolu du jansénisme10. Il y enseigne que la licéité de l’intérêt perçu sur le prêt dépend aussi de l’intention finale. On accorde donc une place importante à la conscience et à l’appréciation personnelle. Dans son Tromba catechistica11 le jésuite Antonio Ardia (1655-1724) traite la question de l’utilisation de l’argent et du prêt à intérêt de manière assez détaillée, preuve supplémentaire de la fréquence avec laquelle les fidèles sont confrontés à ces problèmes du quotidien. En réalité, il ne s’agit pas d’une œuvre originale, mais de la nouvelle proposition d’un livre à succès, publié au Nouveau Monde par le jésuite Juan Martinez de la Parra en 169112. Preuve que les problématiques abordées sont bien universelles, même si des variantes dues à la diversité des contextes se font jour dans l’approche détaillée des pratiques économiques. Un élément de fond de l’approche du catéchisme réside dans l’invitation à ne pas généraliser, à ne pas dire « tous font comme cela »13 : en somme, il s’agit d’éveiller la conscience de chacun. La légitimité ou non d’une demande d’intérêt est donc bien liée au concret des situations, bien différentes les unes des autres.

Ce n’est pas une raison pour commettre une injustice que les autres le fassent, qu’un tel le fasse ainsi, non. Peut être qu’il a un titre justifié et toi non. Cette idée que les autres le font n’est pas une raison, mais la déraison des bêtes. Avancer comme les moutons qui tous sautent parce qu’un a sauté : more pecudum, more pecudum [comme les moutons]

25Quel critère et quel outil utiliser alors, sinon ceux de l’imitation sans raison ? Un appel est fait à la conscience personnelle car, devant le tribunal divin, chacun devra répondre de ses actes et non de ceux des autres. D’autre part, l’analyse détaillée des cas qui se présentent à un individu peut justifier un gain légitime, par l’existence de titres extrinsèques d’intérêt ou d’autres contrats portant du fruit jugés licites. Et sur cela, les propos se montrent notablement ouverts :

Il est très clair, et je ne dis pas le contraire et cela ne peut être d’ailleurs dit, que tous ceux qui donnent de l’argent aux dépens font de la sorte de l’usure, non ; puisque les titres sont justifiés, cela exclut de l’usure de tels prêts. C’est ainsi que font les hommes qui craignent Dieu et de bonne conscience, se réglant sur l’avis d’hommes doctes.

26Tous ne se comportent pourtant pas de façon correcte,

mais je dirai que certains n’ont guère de scrupules sur une matière aussi grave ; je crains ainsi beaucoup soit qu’on ne s’occupe pas de trouver un titre justifié pour éviter l’usure, soit, ce que je crains plus, que les titres si spécieux ou de perte subie (danno emergente) ou de manque à gagner (lucro cessante), ou d’autres contrats, ne soient pas toujours vrais dans les faits

27L’auteur du Catéchisme insiste auprès des fidèles afin qu’ils n’accordent pas une importance excessive à l’argent, au détriment de l’âme :

Ô messieurs, si en tout cela vous visiez plutôt l’âme que l’argent, le salut avant le gain. Ô âmes, songez que vous perdez Dieu pour quatre sous, que vous perdez le Ciel pour un gain, que vous perdez un profit infini pour une perte éternelle.

  • 14 Giuseppe Domenico Boriglioni, Dottrina cristiana estratta da S. Tommaso, dal Catechismo romano, dal (...)

28Outre l’obligation de rembourser, on insiste sur le devoir de ne pas falsifier la réalité à son seul avantage. Un catéchisme des Lumières très diffusé, puis réédité au XIXe siècle, le Dottrina cristiana de Domenico Boriglioni14 le présente ainsi :

Vous pouvez avec mille couleurs et prétextes faire apparaitre les choses comme elles vous plaisent devant les hommes, mais ce sera différent devant Dieu, car il sonde le cœur et les intentions, et il juge selon l’équité et la vérité, pas selon les apparences lesquelles bien souvent sont mensonges.

29Jacques-Bénigne Bossuet (1627-1704), homme de grande influence et très célèbre évêque français, précepteur du Dauphin, exhorte les fidèles à comprendre que le dessein de Dieu n’est pas d’interdire mots et arguties, mais des réalités tangibles. Il est donc inutile de vouloir éluder les interdits par des jeux de mots ou de vaines subtilités. Cette direction est fréquemment empruntée dans les ouvrages à fort caractère pastoral. Il en résulte clairement que de nombreuses pratiques économiques très répandues pouvaient être le moyen de masquer, via quelques subterfuges, un véritable prêt à intérêt.

30Par ailleurs, la validation des titres extrinsèques et des autres formes légitimes de contrat à intérêt exige une évaluation personnelle, donc de faire appel à la raison et à la conscience de l’homme, capable de discerner entre le bien et le mal et d’en tirer d’utiles leçons.

31Ce qui fait figure auprès d’auteurs modérés de simple rappel à un comportement substantiellement éthique, et pas seulement sur la forme, prend des tons angoissés du côté des plumes rigoristes. À titre d’exemple, le capucin Ginepro da Decimo écrit en 1775 :

Songez bien qu’à l’article de la mort, à celui de l’agonie, au chevet, au Tribunal de Dieu, là où vous devrez être jugé non selon l’avis des ingénieux théologiens, peut-être conseillés par les marchands mêmes, dont la cupidité tient à assurer le capital et l’intérêt, mais selon la vérité de la loi divine. Songez aux opinions actuellement tant en vogue parce qu’elles soutiennent les passions personnelles et les autres ; et les doctrines laxistes, qui ont tant de crédit auprès de certains théologiens, n’auront plus aucune existence ; et ils seront aussi damnés ceux qui les auront enseigné et pratiqué.

32Un point étonnant marque particulièrement la fin du xviie et le xviiie siècle. Si nous lisons les sermons des différents prédicateurs sans connaitre ni leurs noms ni leurs opinions, il est en effet très difficile de distinguer un probabiliste d’un probabilioriste, un modéré d’un rigoriste. Violemment défiés, les probabilistes sont en quelque sorte obligés d’accepter l’axe d’attaque choisi par leurs adversaires, et à ne plus faire profession de « nouveauté » et de « modernité » afin de ne pas prêter le flanc à de plus graves accusations. C’est le cas du théologien jésuite Juan de Cardenas (1612-1684), auteur d’une monumentale Crisis theologica. En réduisant considérablement le nombre des titres extrinsèques, en niant que l’argent puisse être un instrument de travail et ainsi de suite, il se place clairement sur une ligne défensive : ne pas accepter ce qui peut être l’occasion d’attaques et de critiques. Il existe en outre un certain hiatus entre les plans théorique et pratique, essentiellement par crainte d’inciter les fidèles à des choix éthiques incorrects en leur suggérant des solutions par trop simplistes.

  • 15 Sur cet acteur essentiel de la pastorale du Sud italien, actuellement redécouvert par le biais d’un (...)

33La situation explique un phénomène qui nous paraîtrait autrement incompréhensible. Prenons pour cela le cas de deux caractères profondément éloignés l’un de l’autre par conviction théologique et aussi par choix : le célèbre jésuite du xviie siècle Paolo Segneri senior (1624-1694) et le capucin des Lumières Nicola Molinari da Lagonegro15. Le premier est à l’intérieur de la Compagnie un adversaire féroce du probabiliorisme et des positions rigoristes du général de cette époque, Tirso Gonzales de Santalla. A contrario le second penche franchement en faveur du rigorisme. Mais lorsqu’on lit les sermons avec soin on découvre que le second emprunte mot pour mot au premier des passages dans lesquels il n’y a aucune trace de la théologie probabiliste de l’auteur. En somme, les mêmes idées se retrouvent y compris à propos du prêt à intérêt.

34Le religieux rigoriste prêche contre toute forme de profit pour un prêt, y compris dans les régions méridionales où il travaille :

de nombreuses usures peuvent être commises sous les titres spécieux de perte matérielle et de manque à gagner : afin d’éviter cela il convient de se fixer sur les termes justes ou sur les conditions permettant de sortir de ce labyrinthe de la cupidité. Je sais que c’est par ces titres spécieux de perte matérielle et de manque à gagner qu’ils se défendent ; mais je ne sais pas si ces titres se trouvent toujours vraiment spécifiés dans leurs contrats ; et je crains beaucoup qu’ils ne soient pour eux un simple crochet dont ils se servent pour attraper les fruits qu’ils ne parviennent pas à cueillir avec la main.

35Auteur de lettres enflammées pour défendre le probabilisme, Paolo Segneri senior instruit en Italie centre-septentrionale sur ce même thème :

Je sais que c’est par ces titres spécieux de perte matérielle et de manque à gagner qu’ils se défendent ; mais je ne sais pas si ces titres se trouvent toujours vraiment spécifiés dans leurs contrats ; et je crains beaucoup qu’ils ne soient pour eux un simple crochet dont ils se servent pour attraper les fruits qu’ils ne parviennent pas à cueillir avec la main.

36Le discours est littéralement identique. Répétitivité et schématisme se retrouvent dans la présentation des arguments au cœur des sermons. Les peines canoniques infligées aux usuriers sont réitérées dans la continuité : infamie, exclusion de la communion ecclésiastique, absolution sous réserve de restitution, invalidité des testaments, sépulture en terre non consacrée. Les histoires proposées en exemple sont dramatiques et se concluent invariablement par la fin terrible du méchant prêteur à intérêt. Une chronique capucine rappelle avec satisfaction que l’activité pastorale en terre de Locarno a pour effet l’abandon de nombreux contrats illicites, et que de nombreux notaires ont préféré changer de métier à cause des scrupules de conscience et afin d’éviter de proroger des contrats illégaux.

Raisons et conséquences de la rigueur pastorale

  • 16 Même formule dans le texte, mais en italien.

37L’affirmation de la rigueur dans la pastorale répond à des causes multiples. Il y a d’abord un retour de la rigueur contre-réformatrice au milieu du xviie siècle. La formation au sein des séminaires se fonde toujours plus sur des textes de théologie morale rigoriste. Pour cette raison, les œuvres de Lessius et de Bonacina sont farouchement combattues comme porteuses d’idées trop bienveillantes. Dans leur pastorale, les probabilistes eux-mêmes taisent leurs préférences théoriques, se conformant à des critères « politiquement corrects »16, même si ces derniers ne sont pas partagés de tous. Parfois, on marginalise celui qui a des idées « larges ». Ce fut le cas dans la communauté fondée par Jean Eudes (dont les membres sont appelés Eudistes) au milieu du xviie siècle : les religieux préférèrent en effet désavouer leur supérieur, ouvert en matière économique, plutôt que de porter atteinte à la réputation dont jouissait la congrégation.

38Comme cela a déjà été souligné, la préoccupation pour le salut des âmes a une très grande importance. La sévérité pastorale est considérée comme un très bon moyen d’obtenir un respect réel des grands principes de la morale chrétienne, en particulier la justice et la charité. En outre, les rigoristes suivent une exégèse littérale des textes bibliques et rejettent toute forme de reconnaissance de la créativité humaine dans le champ économique. Qui plus est, beaucoup d’entre eux rêvent d’un christianisme éloigné du monde, prenant pour modèle la communauté originelle fortement idéalisée. Les conséquences pratiques de certaines interdictions, dommageables aux particuliers comme aux collectivités, sont à leurs yeux indignes de la moindre considération. Ils ne montrent aucun intérêt pour une économie de crédit alors florissante, pourtant source de bien-être pour le grand nombre. La valeur tout comme l’importance des activités économiques restent méconnues. On le mesure notamment à certaines décisions prises par la faculté de théologie de la Sorbonne, et aussi dans de très nombreux textes polémiques. Il s’agit d’un discours bien radical. Nous l’avons déjà vu, Pascal hait la vie, le monde, la nature, l’histoire, auxquelles il oppose l’absolue transcendance du divin, radicale négation du mondain. Face à l’Éternel, toute réalité humaine est néant.

  • 17 Entre guillemets dans le texte italien.

39Ce qui pourrait apparaître comme une incompréhension sourde voire bornée des questions économiques, dans leurs aspects techniques comme dans leur réalité concrète, trouve sa raison d’être dans une distanciation voulue au monde, fondée sur une radicalité « prophétique »17 et sur la conception d’un Dieu perçu comme caché et terrible. Des conclusions excessives peuvent en découler sur un plan pratique. Lesquelles exactement ? Une observance de la loi telle qu’elle est, sans aucune interprétation, sans aucune forme d’attention aux cas d’espèce, donc aux situations concrètes. On le voit, une raideur absolue prévaut.

  • 18 « dove il contadino va con la sua capra e la baratta con un paio di scarpe nuove »

40Nous avons déjà dit à propos du dominicain Daniele Concina qu’il entretient la vision d’un petit marché de campagne, « celui où le paysan se rend avec sa chèvre et la troque contre une paire de souliers neufs »18. En matière économique, la proposition est celle du prêt simple, sans aucun profit, mieux encore celle de l’antique troc, à l’exclusion de toute circulation d’argent. Il se montre insensible aux réalités économiques et aux potentialités de l’argent. Le rigoriste Concina propose une société du travail dans laquelle chacun se contente du peu qu’il a et de son état, loin de toute opportunité économique à saisir : un monde immobile sans aspiration et sans ambitions. À ses yeux, la sollicitation d’un prêt ne peut être motivée que par une pressante nécessité. En effet, le riche marchand n’a pas besoin d’argent puisqu’il en possède déjà. Il se contente d’un gain modeste et honnête qui lui permet de vivre ; il n’aspire pas à améliorer sa condition ; il est ainsi assuré d’éviter faillite et banqueroute, et de s’assurer de la bienveillance divine. À son avis, les marchands sobres et privés d’ambition « gagnent ordinairement, et Dieu bénit leurs industries, leur envoie des richesses, selon ce qu’il juge utile à leur salut éternel ».

41Observons maintenant le cas de l’évêque de Toul Henri-Pons de Thiard de Bissy (1657-1737). Il impose à son clergé au début du xviiie siècle d’enseigner et obliger les fidèles à suivre une ligne rigoriste, laquelle interdit toute forme d’intérêt sur prêt. Il dénie aux fidèles, dont il parle avec une certaine arrogance et presque du mépris, toute possibilité d’appréciation des cas particuliers qu’il assimile à du crypto-protestantisme. Quels sont les résultats de son intention ? Les tuteurs ne peuvent plus faire fructifier l’argent de leurs pupilles, qui s’appauvrissent ; les paysans aussi s’appauvrissent parce qu’ils ne trouvent plus de prêteurs lorsqu’ils ont besoin d’un micro-crédit ; les petits possesseurs de capital prêtent s’ils sont certains d’obtenir un gain modeste, sinon ils s’abstiennent. Sensible au climat rigoriste et pénitentiel de l’Église des origines que tant d’auteurs évoquent, Thiard de Bissy remet en vigueur l’usage de la pénitence pour les jureurs, les adultères et les usuriers.

42La réalité du quotidien ne pouvait pourtant pas être si facilement éludée. Car mettre l’accent sur « l’incarnation » est une caractéristique du catholicisme moderne, en particulier de la mentalité jésuite. Comme Dieu s’est fait homme en Jésus-Christ, vivant dans le monde et en acceptant les contingences, ainsi le chrétien vit dans le monde et il doit y travailler pour se construire lui-même et la réalité dans le but d’édifier le règne de Dieu. Non pas la fuite du monde donc, mais l’incarnation : ceci se réalise en des temps qui ne sont jamais identiques, encore moins à ceux de l’enfance du christianisme.

43Par rapport à notre sujet, soulignons que les opérations financières sont évidemment indispensables à l’économie bourgeoise du monde moderne. Le problème n’est pas tant de les réfuter en totalité que de suggérer aux fidèles des normes de comportements adéquates. C’est pourquoi ils ne manquent pas ceux qui, à la manière d’un Languet de Cergy, en appellent à une évaluation responsable et cohérent des fidèles, dûment informés et préparés, confrontés aux problématiques économiques les plus variées et plus que tout en continuelle évolution. Nombre d’auteurs insistent en outre pour que ne soient pas interdites des pratiques sur lesquelles l’Église n’a émis aucun jugement de condamnation. Qui exerce une responsabilité pastorale ne devrait pas qualifier de peccamineux des usages de l’argent non expressément réprouvés. Cela créerait en effet de très graves problèmes.

  • 19 L’édition googlisée en provenance de la Bibliothèque des Fontaines de Chantilly, et parue chez Pier (...)

44L’auteur anonyme – qu’on doit néanmoins identifier à l’abbé lyonnais Paul-Timoléon de La Forest19 – du Traité de l’usure et des intérêts composé à la fin du xviiie siècle affirme :

  • 20 Traité de l’usure et des intérêts, augmenté d’une défense du Traité et de diverses observations sur (...)

Si c’est le plus grand de tous les malheurs de dire que le mal est bien, c’en est souvent aussi un très-grand de dire que le bien est mal, et les Directeurs des âmes doivent se mettre en garde contre tous les deux20.

45Ceci a des conséquences dévastatrices en matière d’usage de l’argent : ou le délabrement de la société et de l’État, ou le choix du fidèle d’agir dans le péché, car ce qui est moralement acceptable est en fait décrit comme gravement coupable. Il suffirait pourtant d’expliquer avec soin et clairement les dispositions nécessaires à la bonne pratique contractuelle. Informer également sur les injustices qui peuvent figurer dans les contrats mêmes afin que les fidèles les évitent. Les clercs qui leur empêchent tout exercice des formes commerciales et financières légales, n’obtiennent pour résultat que leur appauvrissement ou la continuation de leurs activités, mêmes s’ils sont convaincus que c’est aller à l’encontre des règles non négociables de l’Église. Ce point de vue produit des effets particulièrement graves. La damnation menace les fidèles, mal conseillés par leurs pasteurs, non pour avoir prêté de l’argent, mais bien pour avoir enfreint une loi de l’Église antique et irrévocable.

46L’auteur, lui aussi anonyme, du Traité de la pratique des billets entre les negocians (1682) s’exprime clairement sur ce sujet :

  • 21 Texte repris dans « Avertissement », Traité de la pratique des billets et du prêt d’argent entre ne (...)

Cette question est d’une si grande conséquence que si la pratique ordinaire des billets entre negocians est mauvaise, il s’en suit necessairement que presque tous les marchands et un très grand nombre d’autres personnes seront damnés, parce qu’ils vivent dans cette pratique sans aucun remords de conscience, ne pensant pas que Dieu y soit offensé […] Mais si cette pratique est bonne, il s’ensuit qu’on ne peut la condamner, et qu’un très grand nombre de docteurs qui la condamnent comme mauvaise, sont malheureusement engagez dans l’erreur, mais dans une erreur si pernicieuse qu’elle ruine la plus grande partie des familles et qu’elle détruit le commerce21.

47On notera que ce livre, attribué à Jean Le Correur (?-1693) est considéré comme l’exposition la plus originale des thèses « libérales » sur l’usure au xviie siècle. Le profil de l’auteur n’est pas sans intérêt car il confirme l’absence de frontières nettes entre d’un côté les jansénistes et, de l’autre, les Jésuites et antijansénistes. Le Correur est en fait proche de Port-Royal, mais aussi des milieux économico-financiers, particulièrement touché par leurs difficultés.

48L’auteur du déjà cité Traité de l’usure et des intérêts considère les ecclésiastiques qui abondent dans l’excessive largesse ou dans l’excessive rigueur, comme insuffisamment informés des exigences du commerce et de la finance, des formes contractuelles pratiquées. L’argument de la faible compétence est fréquemment utilisé contre des clercs du xviiie siècle, de manière non indue, alors qu’il n’est pas recevable pour leurs prédécesseurs des xvie et xviie siècles, les Navarro, Lessius ou Bonacina. Dans leur refus du monde, les rigoristes ne s’intéressent que très peu aux contingences les plus concrètes, ou alors simplement pour les combattre. Au contraire de Lessius et d’autres auteurs, leur connaissance des réalités économiques est puisée dans les livres et non dans la connaissance de la pratique. En outre, les livres dont ils s’inspirent n’étaient pas toujours récents, constat gênant dans un monde où les pratiques économiques et financières sont en continuelle évolution.

  • 22 « con lo studio di molti libri, ma senza quello del mondo », Scipione Maffei, Dell’impiego dal dana (...)

49Au milieu du xviiie siècle, le marquis Scipione Maffei (1675-1755), personnage dont nous reparlerons plus avant, relève la faible compétence, voire l’ignorance, de nombreux clercs dans ces domaines, lesquels s’érigent pourtant comme des maitres de morale, tout en traitant la question « par l’étude de nombreux livres, mais pas celui du monde »22. Rigoriste, le dominicain Concina ironise contre ce type de critiques, non sans quelques raisons (par ailleurs, n’oublions pas que la compréhension des questions économiques ne dépend pas tant de l’expérience réelle que de la sensibilité et d’une certaine faculté à ouvrir son esprit) :

Les pauvres prêtres ou frères enfermés dans leur cellule ne savent pas ce qui est nécessaire pour maintenir une épouse. Le costume, la servitude, les repas ne sont plus de nos jours ce qu’ils étaient d’antan ; et quant au fait de ne pas étudier ce livre du monde ils écrivent comme ils écrivent

50Au xviie siècle, Giovanni Battista de Luca, membre illustre de la Curie et excellent juriste, en se référant à la pratique économique, affirme que les théologiens moralistes ont pour le moins des compétences faibles parce qu’ils sont pour la plupart issus d’ordres réguliers vivant en dehors des réalités mondaines. Tel n’est pas le cas des Jésuites et d’autres clercs, très concrètement impliqués dans la réalité sociale.

Notes

1 En français dans le texte.

2 Nous utilisons plutôt la formule « contrat triple » que celle de « triple contrat » parfois en usage, elle-même préférée par Paola Vismara dans son article en français : « Les Jésuites et la morale économique », XVIIe siècle, 2007/4 (n° 237), p. 739-754.

3 Ce passage déjà présenté de l’Évangile de saint Luc (6, 35), qu’on peut traduire par « prêtez sans jamais rien espérer » (« Aimez vos ennemis, faites du bien, prêtez sans rien espérer ») est considéré comme un précepte (Adrien Augustin de Bussy De Lamet et Germain Fromageau, Le dictionnaire des cas de conscience décidés sur les principes de la morale, etc., Basle-Lauzanne, 1744, article « Différentes especes de contrats pignoratifs », col. 963. Voir aussi Théodore Reinach, « Mutuum date nihil inde sperantes », Revue des Études Grecques, 1894/7/25, p. 52-58).

4 À titre d’exemple, Les Conférences ecclésiastiques de Paris sur l’usure et la restitution ou l’on concilie la discipline de l’Église avec la jurisprudence du Royaume de France, établies par le Cardinal de Noailles (mandement de 1697), tome 1er, nouvelle édition, Paris, 1773, p. 97-101, listent les principales interventions du pouvoir pontifical sur le sujet depuis le Haut Moyen Âge.

5 Sur ce sujet profondément renouvelé : Louis Châtellier, La religion des pauvres. Les sources du christianisme moderne xvie-xixe siècles, Paris, Aubier, 1993 ; Christian Sorrel et Frédéric Meyer (dir.), Les missions intérieures en France et en Italie du xvie siècle au xxe siècle, actes du colloque de Chambéry, 18-20 mars 1999, Bibliothèque des études savoisiennes ; t. VIII – Chambéry, Institut d’études savoisiennes de l’Université de Savoie, 2001 ; Bernard Dompnier, Linguaggi della convinzione religiosa. Una storia culturale della Riforma cattolica, Roma, Bulzoni editore, 2013.

6 Entre guillemets dans le texte

7 Guillaume Cuchet « Jean Delumeau, historien de la peur et du péché. Historiographie, religion et société dans le dernier tiers du 20e siècle », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 107, no 3, 2010, p. 145-155.

8 Jean-Claude Dhôtel, Les origines du catéchisme moderne d’après les premiers manuels imprimés en France, Paris, Aubier, 1967 ; Joël Molinario, Le catéchisme une invention moderne, de Luther à Benoît XVI, Montrouge, Bayard, 2013.

9 Sur ce célèbre Catéchisme, voir Nelson-Martin Dawson, « Catéchisme de Sens politique religieuse et enjeux politiques », Histoire, économie et société, 1993, Vol. 12, n° 2, p. 235-262.

10 Olivier Andurand, La grande affaire. Les évêques de France face à l’Unigenitus, Rennes, PUR-SHRF, 2017, p. 255-286.

11 Tromba catechistica, cioè spiegazione della dottrina cristianà, Napoli, 1713.

12 Il exerçait au Mexique où on le surnommait « el predicador popular »

13 Entre parenthèses dans le texte italien.

14 Giuseppe Domenico Boriglioni, Dottrina cristiana estratta da S. Tommaso, dal Catechismo romano, dal cardinale Bellarmino, dal ven. padre Cesare de Bus fondatore della Congregazione della dottrina cristiana di Avignone e da altri buoni autori : utilissima a’ dottrinari, missionari, parrocchi, confessori, maestri di scuola, capi di casa, & ad ogni persona..., Torino, G. Ghiringhello, 1717.

15 Sur cet acteur essentiel de la pastorale du Sud italien, actuellement redécouvert par le biais d’une procédure en béatification, voir Vincenzo Criscuolo, Nicola Molinari da Lagonegro (1707-1792). Predicatore e missionario cappuccino, vescovo di Scala-Ravello (1778-1783) e di Bovino (1783-1792), Bibliotheca seraphico-capuccina, Roma, Istituto Storico dei Cappuccini, 2002.

16 Même formule dans le texte, mais en italien.

17 Entre guillemets dans le texte italien.

18 « dove il contadino va con la sua capra e la baratta con un paio di scarpe nuove »

19 L’édition googlisée en provenance de la Bibliothèque des Fontaines de Chantilly, et parue chez Pierre Bruyset Ponthus, à Lyon en 1776 comporte un ajout à la main sous le titre : « par l’abbé de la forest ».

20 Traité de l’usure et des intérêts, augmenté d’une défense du Traité et de diverses observations sur les écrits qui l’ont combatu, Lyon, 1776, p. 204-205. L’auteur ajoute immédiatement après : « Le sentiment sévère est propre à opérer les plus grands maux ».

21 Texte repris dans « Avertissement », Traité de la pratique des billets et du prêt d’argent entre negocians, par un docteur en théologie, paru deux ans après à Mons (se vend à Paris chez Denys Thierry, 1684, non paginé). Une partie a été supprimée par Paola Vismara, nous la reportons ci-après : « Leur ignorance qui n’est point invincible ne pourra pas les excuser devant le Tribunal de Dieu, car ils sçavent qu’il y a des predicateurs, des pasteurs et des docteurs qui condamnent leur pratique comme mauvaise et comme pernicieuse ».

22 « con lo studio di molti libri, ma senza quello del mondo », Scipione Maffei, Dell’impiego dal danaro, libri III, Alla santità di Nostro Signore Benedetto XIV, 2nde édition, Roma, 1746, p. 208.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search