Version classiqueVersion mobile

L’Église et l’argent à l’époque moderne

 | 
Paola Vismara

Chapitre 2. L’interdiction de percevoir un intérêt : toujours et en toute condition ?

Texte intégral

Pour une définition de l’usure

1Parmi les différents objets relevant de la morale, il en est un qui revêt une grande importance, dans les mutations que connaît la vie sociale aux temps modernes : l’usage de l’argent. Les modalités de cet emploi peuvent être multiples : parmi celles-ci le prêt à intérêt, autrement défini comme usure, focalisait tout particulièrement l’attention. Or, à nos yeux les deux termes sont à différencier car évoquant deux réalités bien distinctes. La différence entre l’une et l’autre est généralement déterminée par l’importance du taux d’intérêt. Obtenir un prêt à 5 % ou à 50 % ce n’est évidemment pas la même chose… une telle différence établit une discrimination entre ce qui est licite et ce qui, à l’inverse, constitue une grave infraction.

2Le terme latin usura ne signifiait rien d’autre à l’origine que l’usage d’un bien et, par extension, les fruits issus de cet usage, ainsi que les bénéfices découlant du prêt consenti. Le mot n’avait donc aucune connotation morale et était absolument neutre. Toutefois, avec le temps, il finit par désigner cette forme spécifique de l’usure qu’est l’usura lucratoria, c’est à dire le profit tiré du prêt d’argent, considéré illégitime indépendamment de sa valeur et des conditions dans lesquelles ce gain était acquis. Il était donc interdit d’exiger un intérêt même ténu, même si le quémandeur était un homme riche momentanément nécessiteux en termes de liquidité. Plus encore, on ne faisait aucune distinction entre le prêt commercial et le prêt de consommation.

3Alors, pourquoi interdire toute forme de gain sur prêt et pourquoi identifier sans nuances aucune le prêt à intérêt avec la véritable usure ? Plusieurs raisons peuvent expliquer ce qui apparaît à nos yeux comme difficilement compréhensible. À commencer par la référence aux définitions d’Aristote, notamment à son idée de la stérilité de l’argent (laquelle en réalité ne correspond pas totalement à la pensée du philosophe grec). On envisage l’argent comme un objet ne se consommant qu’à l’usage. Le blé est travaillé puis mangé, le vin est bu, ainsi l’argent est dépensé. Dans tous les cas, l’utilisation implique la consommation. Pour des raisons de justice, la règle qui prévaut pour ce type de bien est le devoir de restituer exactement la somme reçue et non une quotité supérieure. Nous nous pencherons plus avant sur le problème de la restitution.

4On considère en outre qu’au moment du prêt, puisque la propriété et l’usage ne peuvent être distingués – cela caractérise tous les biens de consommation –, la propriété de l’argent passe entièrement du prêteur à l’emprunteur. Parce que celui qui prête peut prétendre à un gain sur un bien qui ne lui appartenait plus, réclamer un intérêt est regardé comme illicite.

5Afin de justifier l’interdiction on fait appel à trois sortes de considérations fondées sur la loi naturelle, la loi divine et la loi ecclésiastique. Que l’interdiction soit présente dans la loi naturelle, les auteurs anciens tels Platon et Aristote, Cicéron et Plutarque l’avaient déjà souvent démontré. La condamnation de cette pratique économique de la part de philosophes n’ayant pas reçu la révélation chrétienne était entendue comme la preuve que l’interdit est en quelque sorte inscrit dans la nature même de l’homme. La loi divine s’exprime dans la parole révélée, celle des Écritures, de l’Ancien comme du Nouveau Testament. Si l’interdit vient de la parole de Dieu, alors personne ne peut l’abolir. Aucune loi humaine ou ecclésiastique ne peut contredire un précepte divin ou consentir à ce que Dieu lui-même a expressément interdit. Le souverain pontife peut néanmoins accorder des dispenses sur ce cas. Les passages relatifs à la pratique de l’usure dans l’Ancien Testament ne sont guère nombreux. Le plus fréquemment cité par les adversaires du prêt à intérêt à l’époque moderne est tiré du Livre du Deutéronome (Dt 23, 20-21), donc de la loi mosaïque :

  • 1 Deutéronome, 23, 20-21, Bible de Jérusalem, Paris, Desclée de Brouwer, 1975, p. 255.

Tu ne prêteras pas à intérêt à ton frère, qu’il s’agisse d’un prêt d’argent, ou de vivres, ou de quoi que ce soit dont on exige intérêt. À l’étranger tu pourras prêter à intérêt, mais tu prêteras sans intérêt à ton frère, afin que l’Éternel, ton Dieu, te bénisse en tous tes travaux, au pays où tu vas entrer pour en prendre possession1

  • 2 Les textes auxquels songe Paola Vismara pourraient être : Ps 14, 5 ; Pr 22, 22 et 28, 8 ; Ez 22, 12 (...)

6D’autres passages auxquels on se réfère volontiers sont tirés des Psaumes, du Livre des Proverbes, de celui du Prophète Ezéchiel ainsi que, mais dans une moindre mesure, de l’Exode et du Lévitique2. Si ces deux livres sont moins fréquemment cités c’est parce que les passages en question semblent limiter la condamnation au seul prêt fait aux pauvres, contrairement aux autres dont la visée reste générale sinon générique.

7Un problème d’exégèse, c’est à dire d’interprétation, se pose néanmoins. En effet, les rigoristes de l’époque moderne soutiennent la nécessité d’une lecture littérale des Écritures et l’impossibilité d’y trouver la moindre contradiction. Les extraits relatifs à l’interdiction de l’usure faite aux pauvres ne seraient ainsi qu’un élément d’un interdit plus général. Les pauvres peuvent être pris pour exemples car ce sont eux qui, justement, recourent le plus souvent au prêt à intérêt, ou bien parce que pratiquer l’usure à leurs dépens constitue un juste motif de condamnation. A contrario, les défenseurs de la légitimité du prêt à intérêt estiment que les condamnations vétérotestamentaires, exprimées ou de manière spécifique ou plus généralement, portent sur le prêt aux pauvres : on sous-entendrait ici que cela concerne le prêt fait à une personne en situation de grande nécessité.

8À différents points de vue, les interprétations restent variées et les problèmes ne manquent pas. Dans l’Ancien Testament, l’interdiction concerne en effet le prêt fait aux membres du peuple élu, en revanche le prêt à intérêt est autorisé à destination des étrangers, des citoyens des autres peuples. Mais aux membres du peuple avec lequel il a noué une alliance, Dieu interdit un comportement qui soit étranger à la logique de l’amour et à celle du don, mais il admet qu’une telle attitude s’applique aux exclus du pacte d’alliance.

9Deux passages du Nouveau Testament peuvent être utilisés pour traiter du prêt à intérêt. Le premier, rarement mentionné, est la parabole des talents, car le Christ y autorise le recouvrement d’un intérêt sur le capital. Ainsi, celui qui a enfoui son argent sous terre plutôt que de le faire fructifier en le déposant à la banque est « précipité dans les ténèbres ». Il est vrai qu’il ne s’agit que d’un exemple, lequel est volontairement tu par les rigoristes car difficilement conciliable avec leur vision de l’usage de l’argent. Le second passage fréquemment invoqué par les adversaires du prêt, est une péricope de Luc placée au cœur du « Sermon sur la Montagne ». L’évangéliste écrit (Lc 6, 35)

  • 3 Évangile selon saint Luc, 6, 35, op. cit., p. 1557. Incomplètement cité ici, le verset s’achève sur (...)

Au contraire, aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien attendre en retour. Votre récompense alors sera grande et vous serez les fils du Très Haut, car il est bon3

10L’expression « prêter sans rien espérer en retour » (mutuum date, nihil inde sperantes) devient comme l’étendard du rigorisme en matière de prêt, lequel devrait toujours et en toute circonstance rester gratuit.

L’obligation de la restitution

11Observons maintenant la question de la restitution. Alors qu’ils sont en désaccord sur divers sujets, les auteurs d’ouvrages de théologie morale sont unanimes quant à l’obligation de rembourser tout ce qui a été reçu en prêt, sauf en de rares et très particulières exceptions. Il ne s’agit guère d’une nouveauté, car depuis longtemps la restitution est considérée comme l’indispensable condition pour recevoir l’absolution en confession.

12La question est parfois plus complexe qu’elle n’y paraît à première vue. Une des raisons d’insister sur le sujet se rapporte à un abus des plus communs, au point d’être considéré comme une plaie sociale : la non-restitution systématique du capital reçu en prêt. En certaines provinces, telle en Franche-Comté, la situation est telle qu’elle conduit les autorités ecclésiastiques à poursuivre les débiteurs défaillants y compris par la menace de l’excommunication.

13Un autre défi se présente : comment interpréter cette obligation si des variations monétaires significatives ont eu lieu depuis l’époque de l’accord du prêt ? Nous en verrons ici seulement quelques aspects. C’est du droit romain, qui servit de base à la formation du droit du Haut Moyen Âge, que provient l’élément clé permettant d’affirmer l’obligation de la restitution. Dans ce cadre juridique, restituer était compris comme le rétablissement d’une situation précédente de propriété et de possession. Même consentant, le propriétaire ayant temporairement renoncé à des biens en sa possession doit les retrouver au nom de la justice. De son côté celui qui a réclamé l’argent en prêt est tenu de le restituer. Car le contrat de prêt a été conclu à sa demande, de manière libre et volontaire, il doit donc être absolument respecté. On se réfère pour cela à la « justice commutative » qui impose le respect des engagements librement consentis.

14Respecter le contrat. Un contrat doit donc posséder certaines caractéristiques principales, en particulier deux aspects. En premier lieu, on ne peut enfreindre la norme morale qui interdit l’usure. Si le contrat comporte un taux usuraire, quand bien même accepté par les deux contractants, la partie demanderesse n’est tenue qu’à la restitution du seul capital. Le surplus réclamé – l’usure – est considéré comme une contrainte morale, et fait passer ainsi au second plan le caractère volontaire et libre du contrat. Dans un cas toutefois, on estime que l’emprunteur est dans l’obligation de rendre un peu plus, lorsque, en sus de la souscription du contrat, il a prêté serment. Nous verrons plus loin ces cas où le possesseur du capital pouvait réclamer un peu plus que la somme prêtée à l’occasion du remboursement, sans que cela soit considéré comme une usure. Dans cette circonstance, celui qui empruntait l’argent était étroitement obligé à en restituer également le surplus.

15La non-restitution est un péché, mais quel type de péché ? Dans le Décalogue donné par Dieu aux hommes par l’intermédiaire de Moïse, le septième commandement interdit le vol. Or, ne pas restituer une somme empruntée équivaut à voler le bien d’autrui. Observons toutefois à ce propos combien la réalité est bien plus complexe, car la plupart des crédits subissent des reports qui en rendent l’échéance tout à la fois imprécise et incertaine.

16L’époque moderne connaît la diffusion de catéchismes organisés sous la forme de questions et de réponses, où sont exposés les points fondamentaux de la doctrine chrétienne. Dans ces textes au contenu connu de tous, y compris des analphabètes, le commentaire du septième commandement aborde les questions économiques : acquérir licitement, posséder, restituer… Prenons l’exemple du Catéchisme romain, c’est à dire du catéchisme officiel de l’Église composé immédiatement à la suite du Concile de Trente, destiné à former ou à consolider les compétences des curés. On y lit que Dieu protège non seulement la vie et les corps des hommes, mais encore leurs biens :

  • 4 Catéchisme du Concile de Trente, traduction nouvelle, A Paris, chez André Pralard, Libraire, rue Ja (...)

... il faut que les Pasteurs à l’exemple des S.S. Pères & des Maistres de la discipline chrestienne, insistent sur ce sujet, & qu’ils expliquent soigneusement aux fidelles la force et le sens de ce précepte.
Mais ils tacheront avant toute chose de leur faire admirer la bonté infinie de Dieu envers les hommes, lequel ne s’estant pas contenté de mettre en assistance leur vie & leur corps, leur honneur & leur reputation, par ces deux commandements : vous ne tuerez point ; vous ne commettrez point de fornication, a voulu encore par celuy-cy : vous ne deroberez point, mettre à couvert leurs biens et leurs richesses4.

17Ne pas restituer signifie usurper des biens appartenant à d’autres ; une telle attitude contredit autant les devoirs de la charité que les exigences de la paix.

18Il s’agit certes d’une problématique de nature religieuse, mais elle est tout autant de nature économique et sociale ! Le sort du bien d’un seul est lié à celui de la société toute entière, laquelle ne doit pas être divisée par les conflits. L’obligation de restituer est déjà un moyen d’éviter la déchirure du tissu de la coexistence civile, elle est encore un instrument moral et politique garantissant l’équité dans les rapports sociaux. Ainsi, en ne la respectant pas, on favorise non seulement le développement d’une cupidité individuelle sans bornes mais on fragilise encore la correction dans les rapports entre les individus. La violation des droits d’autrui met alors en péril la stabilité de la société entière. Ainsi, morale individuelle et morale sociale se croisent sur la base d’un fondement juridique.

  • 5 Giacomo Todeschini, Mercanti del Tempio. La società cristiana e il circolo virtuoso della ricchezza (...)

19Pour toute une série de raisons en place depuis la fin du xiiie siècle, restituer était un des leviers essentiels pour « reconstruire la mécanique sociale » (ricostruire la macchina sociale)5. Les prises de position à ce propos se fondaient sur une parfaite connaissance des dynamiques commerciales et financières, sur celle également de leur impact dans la production de richesses.

20Les théologiens moraux et les auteurs de catéchismes des temps modernes évoquent longuement cet argument. Il en va de même des prédicateurs. Prêcher à l’occasion des cérémonies liturgiques, au cours des missions intérieures ou pour des fêtes particulières est une habitude qui se répand alors toujours plus. En effet, les sermons et les prêches comptent parmi les moyens importants de faire passer le message religieux, avec l’ensemble de ses effets sur la société.

21Moralistes et prédicateurs insistent bien sur la restitution, en rappellent les raisons, sans pour autant s’attarder dans le labyrinthe des problématiques de l’économie et du crédit. Prenons le cas de deux prédicateurs du xviiie siècle. Le dominicain Antonio Valsecchi, surtout connu pour ses carêmes, rappelle que

Pour les autres fautes un acte intérieur suffisait pour se sauver, grâce auquel on regrette et on déteste efficacement le mal fait ; ici un acte interne ne suffit pas, il faut encore le renoncement, la restitution, la réparation.

22En somme, pour de nombreux auteurs, le regret est suffisant ; mais lorsqu’il s’agit d’un vol, il convient de renoncer à ce qu’on a injustement fait sien et le restituer à son propriétaire légitime. Le prédicateur ajoute une remarque à caractère psychologique. De nombreuses pratiques portant au péché semblent être plus ou moins facilement abandonnées au fil des ans, lorsque l’âge avance. En revanche ce même passage des ans consolide chez l’homme une impression de possession, une avidité insatiable, la cupidité. Ainsi lit-on chez Valsecchi :

Le bien de l’autre plaît trop, et qui y a goûté une fois bien difficilement peut le laisser ; dans la vie on ne cède pas, pour ne pas appauvrir les héritiers ; et ainsi dans la vie c’est un nœud qui retient la faute ; et dans la mort c’est un nœud qui conduit à la damnation.

23Un autre prédicateur, le frère mineur Idelfonso da Bressanvido, consacre une instruction entière à cette question « Istruzioni orali sopra la dottrina cristiana ». La restitution y est présentée comme un incontournable devoir :

Contracter des dettes et ne pas vouloir les payer c’est se damner soi-même […] il commet un grand péché celui qui refuse de s’en acquitter. En effet, par sa conduite il pèche par ingratitude, mauvaise foi, injustice et vol.

24Sans vouloir reprendre intégralement les nombreuses pages consacrées au thème de la restitution, observons les raisons pour lesquelles le non-remboursement est un péché d’ingratitude. Selon un mode croissant, le texte ajoute ensuite les accusations de mauvaise foi, d’injustice et de vol.

Ce serviteur, cet ouvrier, cet artisan se sont sacrifiés pour vous, pour vous ils se sont employés avec fatigue, n’ont pas épargné leur sueur ; ce marchand, ce boutiquier vous ont donné leur bien ; cet homme bon vous a gratuitement et sans obligation prêté son argent. Grâce à cela vous avez pu pourvoir à vos besoins, vous avez accommodé vos affaires qui, sans ce secours, courraient vers la ruine. Etant venu le moment où, selon les accords et les promesses faits, vous devez et pouvez le récompenser en retour, vous êtes dans le devoir de le faire. Si vous ne le faites, ou si même vous vous en dégagez, vous êtes un ingrat, et même si le monde vous distingue ou si vous y faites bonne figure, pour Dieu, la loi et le monde même vous n’êtes que des infâmes.

25Celui qui est en devoir de restituer invoque des prétextes plus ou moins plausibles pour ne pas rendre ce qu’il doit à l’échéance fixée. Le prédicateur veille à décourager cette attitude, en rappelant que se chercher des excuses n’a aucun poids devant Dieu, et qu’il n’est pas licite d’attendre le moment le plus commode pour effectuer le remboursement. On ne peut pas même invoquer comme circonstance atténuante le fait que le prêteur soit une personne riche.

26Voici le sujet présenté dans une Esposizione della dottrina cristiana cavata dal catechismo romano de 1790 :

Qui pense que les riches ne souffrent pas des dommages pour les vols considère qu’on ne peut séparer le vol du préjudice, et que le devoir de restituer vient justement de l’usurpation des biens d’autrui. Qui s’excuse en disant qu’il vole par nécessité, du fait de sa misère, ou pour se refaire à cause des dommages subis, nous prévient qu’on ne peut violer la justice au nom de la négligence et inadvertance d’autrui, ni se faire l’aumône par soi-même, ni être juge de sa propre cause.

27C’est ici la restitution du capital obtenu en prêt qu’on prend en considération. Si elle n’a pas lieu c’est donc un vol, à moins qu’il ne s’agisse de circonstances graves et d’une nécessité avérée. Relevons que la notion de vol est très vaste, ce qui explique aussi l’ampleur du traitement qu’en font les sermons, les catéchismes et les ouvrages de théologie morale. L’idée que l’oisiveté et le refus du travail de la part du pauvre sont assimilables à un vol pur et simple se diffuse toujours plus aux temps modernes. Le jésuite Paolo Segneri senior (1624-1694) écrit à ce propos :

C’est avec un grand déplaisir que je me vois ici obligé d’accuser de nombreux pauvres qui, plutôt que d’employer leurs bras aux fatigues du travail, veulent seulement étendre les mains pour voler autant que possible ; et puis ils tiennent cachée dans leur cœur cette racine, l’excusant par le prétexte de la nécessité.

28Il est vrai que la conception de la pauvreté et la relation au pauvre ont connu de profondes mutations entre Moyen Âge et époque moderne. Un grand auteur comme Ludovico Antonio Muratori (1672-1750), homme d’Église par ailleurs extrêmement sensible aux besoins des « pauvres gens », s’attaque à l’oisiveté des « quémandeurs robustes et sains », qui « se délectent de l’art de mendier » et exercent un « métier de paresseux ».

29Revenons cependant au problème de la restitution. Elle est l’acte incontournable dans la plupart des situations et les bonnes œuvres, tels le gain d’indulgences ou la participation à des rendez-vous jubilaires, ne peuvent s’y substituer. Aucune œuvre spirituelle ne peut en quelque façon contrebalancer le péché commis. Même un bon usage de l’argent détourné n’est pas acceptable sur un plan moral. Alors, destiner le capital non restitué à des aumônes, des fondations pieuses, de bonnes œuvres ou le secours au pauvre, cela ne change rien à la nature du péché et à la rigoureuse obligation de rembourser. Ce discours s’adresse certes aux particuliers, mais aussi à toute la société et s’étend bien au-delà de la simple obligation. Il a trait à toute forme de gain illicite.

  • 6 En français dans le texte

30Afin d’illustrer cela « en passant »6, notons que le grand poète contemporain Ezra Pound (1885-1972) a dédié un de ses Cantos à une invective contre l’usure, dans lequel il affirme qu’aucune œuvre d’art n’est née de l’usure :

  • 7 Canto XLV de Pound « Par usura », sur le thème de l’usure au sens financier du terme. Ezra Pound, L (...)

… N’est pas fils d’usura Duccio
Ni Pier della Francesca ; ni Zuan Bellin’
Ni le tableau « la Calunnia »
N’est pas œuvre d’usura Angelico ; ni Ambrogio Praedis
Ni l’église de pierre signature d’Adamo me fecit
Ni par usura St Trophime
Ni par usura Saint Hilaire,
Usura rouille le ciseau
Rouille l’art de l’artiste…7

31Une telle affirmation est cependant en contradiction avec la réalité quand on sait, pour s’en tenir à ce seul exemple, que c’est bien à l’usure qu’on doit le chef d’œuvre qu’est la Chapelle des Scrovegni de Padoue !

Que faire du profit injuste ?

32Comme nous le verrons plus avant, le Saint-Office – la plus importante des congrégations romaines dont la charge consiste à examiner les matières doctrinales – s’occupe souvent des problèmes de nature économique. En guise d’illustration et pour la question nous préoccupant, lisons ce qu’en écrit un consulteur du Saint-Office au milieu du xviiie siècle. Giovanni Michele de Lerma donne son avis en 1760 en réponse à des questions posées par des missionnaires œuvrant en Extrême Orient, « dans les royaumes de Cochinchine, de Champa et Cambodge ». De nombreuses sociétés de prêt s’y trouvent gérées par des chrétiens. Les missionnaires demandent de quelle manière on doit alors se comporter en confession à l’égard de ceux qui utilisent un argent injustement gagné pour faire de bonnes œuvres. La réponse est à la fois claire et sans équivoque :

Le profit tiré de ces prêts et bénéficiant à ces sociétés ne peut être érigé en œuvres pies, car l’usure étant prohibée par toutes les lois divines et humaines, la bonne fin et l’intension pieuse ne peuvent le rendre licite.

33Le consulteur se réclame du canon, Ex eo de usuris du pape Alexandre III (1159-1181). En effet, pour être acceptable sur un plan éthique et juridique, un contrat doit respecter certains principes fondamentaux. Les usages et habitudes, y compris ceux de pays lointains, ne peuvent ni modifier la nature des contrats ni les rendre légitimes. On ne traite pas

comme si l’usage pouvait modifier la nature des contrats et en effacer l’injustice intrinsèque, qui découle de l’iniquité des situations, ou l’extrinsèque qui découle pour sa part de l’opposition des lois.

34En somme, l’injustice peut être diversement qualifiée mais elle demeure, quand bien même les usages économiques sont différents.

35Un point sur lequel Alexandre III avait attiré l’attention concernait l’utilisation extrêmement commune des biens injustement acquis, surtout en pratiquant le prêt à intérêt. Il répondait en particulier à cette question : est-il légitime d’utiliser des profits injustes et usuraires pour racheter des chrétiens prisonniers des Sarrazins ? Là aussi, la réponse faite par le souverain pontife à l’évêque qui l’interrogeait est nette. Les Écritures interdisent le mensonge même s’il contribue à sauver une vie. L’usure est pleinement qualifiée de crime très grave et commettre le péché d’usure, à plus forte raison dans une bonne intention, est absolument interdit aux chrétiens. Alexandre III rendait un jugement tranché de condamnation à propos de toute pratique du prêt à intérêt destinée à recueillir de l’argent pour le rachat des captifs.

36Par ailleurs, il n’existe pas de consensus général sur cette question. Pour certains théologiens du début xvie siècle, ces situations devaient être étudiées au cas par cas. Dans certaines circonstances l’usure – n’oubliez pas qu’il s’agit ici de prêt à intérêt – pouvant être un « moindre mal ». C’est l’avis du théologien milanais Martino Bonacina (1583-1631), appelé à une brillante carrière auprès de la Curie romaine où il œuvre dès 1619. Favori du pape Urbain VIII il connait une rapide ascension brutalement interrompue par la mort survenue à Vienne alors qu’il se rendait à Prague, en charge d’une délicate mission pastorale et politique.

37Dans son œuvre de théologie morale, il examine de nombreux problèmes économiques et sociaux, en particulier ceux des contrats et restitutions. Le Tractatus de restitutione et de contractibus peut être considéré comme une tentative pour répondre aux enjeux posés par les nouveautés dans les domaines économiques et financiers, situation qui exigeait à la fois de « nouvelles » réflexions et des réponses appropriées. N’oublions pas non plus que le théologien exerçait à Milan, un important centre commercial. En outre, l’époque de l’épiscopat de Federico Borromeo (1599-1631) coïncide avec l’essor du probabilisme, une doctrine théologique que nous verrons plus avant de manière détaillée. Au début du xviie siècle, le Grand Séminaire milanais est en effet le lieu de débats féconds y compris sur les matières éthiques et économiques.

Les titres extrinsèques d’intérêt : le problème général

38Il n’est donc pas difficile de saisir la complexité du problème dans un monde économiquement en mouvement, au sein duquel les instruments économiques et financiers se multiplient et se spécialisent. Mais la question du prêt à intérêt concerne un peu tout le monde, y compris des personnes non considérées comme pauvres, ayant une condition économique modeste ou possédant un petit capital. De la même manière elle regarde aussi des institutions d’Église faiblement dotées en moyens, disposant de capitaux plus ou moins modestes et dont il convenait de tirer profit.

39Si l’usure est radicalement interdite et le prêt à intérêt considéré comme usuraire sous toutes ses formes, est-il pour autant impossible de faire fructifier son capital ?

40La réalité nous révèle autre chose. La principale exception concerne les titres dits extrinsèques d’intérêt. Le mot « titre » est un terme du langage juridique, l’adjectif « extrinsèque » signifie que tel titre juridique n’est pas intrinsèquement attaché au prêt. Observons de quoi il s’agit exactement et pour quelles raisons bien précises reconnaître la légalité d’un intérêt sur prêt ne peut être considéré comme en absolue contradiction avec une opinion générale affirmant que « le prêt à intérêt correspond à l’usure et qu’il est toujours interdit ».

41Tout comme la législation civile, l’Église interdit formellement l’usure pour elle-même, qu’elle soit ouvertement pratiquée ou bien masquée sous des formes trompeuses qui n’en effaçaient pas le sens profond (« usura palliata »). En résumé tout profit qui découle directement ou indirectement d’un prêt, tout profit intrinsèque à celui-ci, ne peut être recherché sans encourir les sanctions ecclésiastiques et civiles.

42La situation est bien différente si le recouvrement d’un intérêt sur le capital est fondé sur un motif juridiquement reconnu – un « titre » – étranger au prêt lui-même. La différence entre la somme prêtée et celle restituée, d’un montant supérieur, se justifie alors comme compensation due au créancier pour couvrir les inconvénients dérivant du prêt lui-même. En effet, personne ne doit subir un préjudice pour avoir rendu service à une autre personne. Il peut le faire librement s’il le souhaite, car rien ne l’y oblige, aussi est-il en droit de réclamer une indemnité, une compensation.

43Il faut donc distinguer l’intérêt lucratif de l’intérêt compensatoire. Le premier est lié au prêt et à la quête effrénée de richesses, au désintérêt pour le bien commun et à la simple volonté de s’enrichir, même au détriment d’un plus pauvre. En revanche, l’intérêt compensatoire est étranger au prêt. C’est le remboursement légitime demandé par le prêteur du fait des désagréments subis en raison du prêt, donc une sorte d’indemnité.

44Une telle distinction n’a rien de neuf à l’époque moderne, la notion de titre extrinsèque est directement issue du droit romain. Dans celui-ci on tient en effet compte de la situation actuelle du créancier et de celle dans laquelle il se trouverait s’il n’avait pas consenti à prêter son argent. En milieu ecclésiastique, l’idée n’est pas clairement exprimée par les Pères ni au cours des siècles suivants, mais elle réapparaît au cours du Moyen Âge en lien avec le développement de l’économie que l’Église ne néglige pas plus qu’elle ne l’ignore.

45Ainsi, théologiens et canonistes légitiment les titres extrinsèques d’intérêt. Ils en définissent tout à la fois les conditions et les limites, tenant compte des circonstances particulières et spécifiques qui justifient le recouvrement d’un intérêt compensatoire sur prêt. Tout cela prouve le poids du droit dans le traitement de ces questions.

46Les « glossateurs » ou commentateurs des textes juridiques considèrent ces titres de nature juridique et externe au prêt parfaitement légitimes. Prenons un exemple : la glose de la loi Cunctos populos admettait qu’on puisse réclamer une somme supplémentaire au capital en réparation d’un préjudice subi et certain : « cette somme n’est pas réclamée comme usure mais au titre d’un intérêt ».

47Les discussions sont vives concernant le nombre et la qualité des titres extrinsèques. Le grand philosophe et théologien dominicain du xiiie siècle, Thomas d’Aquin, admet sans l’ombre d’un doute la possibilité de réclamer une récompense pour un préjudice subi, au point de motiver et de justifier la demande d’une somme supérieure au capital prêté. Le prêteur est ainsi en droit de réclamer une indemnisation contraignante et obligatoire, compensant le dommage occasionné par l’argent accordé en prêt.

48Au début de l’ère moderne les théologiens de la seconde scolastique initient une réflexion approfondie qui tente de fusionner les éléments de la théologie et du droit avec ceux émanant de l’économie et de la sociologie. Le xvie siècle est marqué par le dynamisme de l’économie et placé sous le signe du rôle croissant de l’argent. Sensibilisés à cette réalité moderne, nombre d’auteurs élargissent et accentuent les exigences venues du Moyen Âge, notamment en se référant à l’ouverture d’esprit de Thomas d’Aquin. Il s’agit de faire coexister le rappel aux valeurs fondamentales du christianisme avec la prise en compte de la diversité et variabilité des situations. Cette démarche est appelée à se développer plus amplement au xviie siècle, plutôt en théologie morale qu’en pratique pastorale.

49De la sorte, l’Église conforte sa stricte interdiction de l’usure et garde une position intransigeante sur le sujet, n’admettant ni concession ni dérogation : le pape lui-même ne peut se soustraire aux règles fixées par Dieu via la loi naturelle ou la loi divine. Parallèlement, plus ou moins nettement selon les périodes, elle tolère d’autres possibilités liées à « l’usure » afin de faire fructifier le capital. Il ne s’agit pas d’une contradiction comme cela pourrait le paraître à première vue, et ces solutions ne sont en rien une compromission tant sur le plan théorique que juridique. Il faut apporter ici une rapide précision sur les monts de piété, une institution de crédit qui trouve son origine dans l’Italie du xve siècle, dont le but est de combattre le phénomène de l’usure par le prêt à la consommation. Sensibilisés aux questions de gestion, les franciscains les créent ou les encouragent, de même qu’ils, pour favoriser leur consolidation financière, qu’ils soutiennent, pour favoriser leur consolidation financière, la légitimité du recours à un taux d’intérêt, à condition que ce dernier soit raisonnable Ces institutions peuvent donc être assimilées à une caisse de dépôt et de prêt.

50Le non-remboursement d’un intérêt modeste, destiné à couvrir les frais de gestion et pour encourager le dépôt de capitaux privés, fait que certains monts de piété ne jouent qu’un rôle marginal et aléatoire dans le contexte socio-économique des villes. Muratori définit ainsi au xviiie siècle cette catégorie de monts fondamentalement inefficace : « ils s’affaiblirent et devinrent fluets, paraissaient plus être des désirs que des Monts effectifs, ne procurant que peu d’eau à une grande soif ».

  • 8 Par le Pape Léon X au Concile de Latran V.

51Condamnant toute forme d’intérêt sur prêt, la bulle conciliaire Inter multiplices du 4 mai 15158 donne néanmoins de l’importance à la question alors récente et très débattue des monts, assimilant l’intérêt réclamé à la catégorie du préjudice émergent (damnus emergens). Or, malgré ce texte et d’autres reconnaissances pontificales, une opposition rigoriste parvient à s’installer dans la durée. On s’oppose à la fondation des soi-disant « Monts d’impiété », en particulier en France.

  • 9 Augustino Placanica, Moneta, prestiti, usure nel Mezzogiorno moderno, Napoli, Società editrice napo (...)

52Les monts sont pourtant qualifiés d’œuvre de piété – même d’œuvre pie – dans les décrets du Concile de Trente. Face à une interprétation rigoureuse qui voyait partout le péché d’usure, l’Église adoptait des positions plus ouvertes. En résumé, une fermeté sur le fond, mais une plus grande souplesse sur la forme, à la recherche de solutions qui ne violent pas la règle tout en faisant preuve d’un certain doigté en certaines circonstances, ceci afin de correspondre aux exigences de la vie quotidienne et de l’économie. Cette attitude permet non seulement l’acceptation de certaines formes de contrat mais encore d’en générer de nouvelles. Augusto Placanica en a fait la démonstration pour l’Italie méridionale aux temps modernes9. Dans certaines régions en effet, la liste des titres extrinsèques s’étend et a tendance à s’amplifier en lien avec les nouvelles situations et le développement des instruments de la finance. Déjà à cette époque, les juristes s’attachent à décrire les diverses formes de contrat ne serait-ce que pour les valider sur un plan éthique. On en voit une illustration avec Giovanni Battista De Luca (1614- 1683), un des plus grands juristes du xvie siècle. Homme de loi réputé, il embrasse le sacerdoce à un âge avancé et entreprend une brillante carrière curiale, transposant dans cet environnement sa sensibilité et ses compétences d’avocat et de spécialiste du droit. Il est même créé cardinal. Dans l’un de ses nombreux écrits, Il dottore volgare ovvero il compendio di tutta la legge civile, canonica, feudale e municipale nelle cose piu ricevute in pratica, il propose un ample et très attentif panorama des diverses formes de contrat en usage.

53Admirablement exprimé par John Mair dès la première moitié du xvie siècle, l’argument suivant fait son apparition dans le débat : accorder une grande importance à la question de l’avantage réciproque. En effet, dans les milieux actifs de la finance et du commerce, le prêt est normalement avantageux pour chaque partie. Ce n’est certainement pas un hasard si la notion de commodum – c’est-à-dire l’avantage que le prêt à intérêt revêt pour le demandeur – est si fréquente chez Lessius. Il en fait un élément d’appréciation important de la légitimité des formes contractuelles reconnues.

Quels titres extrinsèques d’intérêt ?

54La plus grande partie des moralistes reconnaît comme licite certaines formes d’indemnisation, à condition qu’elles soient authentiques sur le fond. Parmi les titres généralement acceptés on compte le damnum emergens, le lucrum cessans et le periculum sortis. Le plus communément admis sur le plan moral est le damnum emergens, la perte subie. Par ces termes on indique que le dommage subi par le prêteur est une conséquence directe de la concession de son propre argent en prêt. Voici un cas d’école à titre d’illustration. Le propriétaire d’un capital entend faire un achat avec celui-ci, mais, parce qu’il le prête, il doit le renvoyer à plus tard, lorsque le bien coûtera plus cher. On constate que le prêt entraine pour lui un préjudice, autrement dit l’obligation d’un versement majoré pour l’acquisition future du même bien.

55Déjà présente chez un auteur médiéval comme Thomas d’Aquin, la reconnaissance du tort émergeant comme titre extrinsèque d’intérêt est commune à l’époque moderne. Il n’est nié que par quelques rigoristes extrêmes. Le consensus autour du damnum emergens trouve sans doute une confirmation dans la reconnaissance indirecte du titre par la bulle Inter multiplices de 1515 et dans le règlement à propos des monts de piété, mais également dans les interventions magistérielles de divers papes du xvie siècle.

56Le lucrum cessans est le profit qui, à cause du prêt, manque au propriétaire, lequel aurait pu tirer avantage d’un autre usage de son argent. Mais c’est là une telle évidence qu’elle ne nécessite aucune autre explication ultérieure. Le prêteur doit en outre établir avec certitude l’existence effective d’une perte subie ou d’un gain manqué (lucrum cessans), sa corrélation directe avec le prêt concédé, ainsi que sa quantification précise. Toutefois, ce dernier point pose quelques problèmes d’interprétation et il faut le définir a priori. Ce qui pouvait apparaitre comme une demande déraisonnable a pourtant des raisons formellement définies, liées à l’obligation de clarifier le contrat.

57La clarification des termes du contrat, qui concerne aussi les autres titres extrinsèques, est considérée comme essentielle par les théologiens. Ils exposent l’absolue nécessité de porter dès le départ à la connaissance des emprunteurs l’existence des titres extrinsèques. Celui qui sollicite un prêt pouvait donc en estimer d’emblée la commodité. Indirectement, cela favorise aussi le prêteur qui courre moins de risque quant à la restitution. Les accords se rapportant aux titres extrinsèques d’intérêt doivent donc être explicités dans les contrats. Une telle ligne directrice s’explique par l’importance accordée au respect du contrat, et l’exigence de fournir des informations très précises à propos de toutes les conditions.

58Alphonse de Liguori (1696-1787), un des plus grands théologiens des temps modernes, accorde une grande importance à la nécessité d’être clair dans les rapports commerciaux et juridiques, de manière générale comme dans les cas particuliers. De ce personnage très connu, dont la théologie se diffuse au xixe siècle, il fut dit que sa pensée est la seule avancée de portée européenne menée à bien depuis l’Italie des xviiie-xixe siècles. Il est vrai que la rapide approbation du Saint-Siège (il a été béatifié en 1816 et canonisé en 1839) a favorisé le succès du liguorisme et, avec lui, la révision des vieux manuels de théologie en faveur de l’opinion « benignista » (bienveillante). Avant de devenir clerc, Liguori a entrepris une carrière d’avocat, et possède donc une excellente formation juridique et une non moins bonne connaissance pratique de ces questions. Dans son encyclique Vix pervenit (1745), Benoît XIV insiste fortement sur ce dernier point. L’importance d’un contrat clair est également rappelée à propos d’autres aspects inhérents au prêt. Par la définition préalable des conditions accessoires du contrat, la tendance est bien à la protection de l’emprunteur.

59Admettre des exceptions à cette norme reste par force inhabituel. Une certaine inclination à oublier cette règle s’observe pourtant dans la première moitié du xviie siècle. À ce moment en effet, la théologie tolère de nombreux assouplissements dans les zones de fort dynamisme économique et financier, manifestant même une forte sensibilité aux questions commerciales. Deux grands théologiens d’horizon géographique et ecclésial différents, Leonardus Lessius et Martino Bonacina, travaillant respectivement à Anvers et à Milan, illustrent bien cette évolution.

60Lessius affirme que le recouvrement d’un intérêt compensatoire, même légitime, doit être annoncé. Quelques exceptions sont néanmoins possibles. En revanche, si une perte subie ou un gain manqué apparaissent de manière imprévue, le prêteur peut réclamer une majoration, pourvu qu’elle demeure dans des proportions limitées (au maximum 10 %). Ce chiffre supplémentaire, même imprévu, peut être considéré à ses yeux comme légitime et conforme à aequalitas et iustitia, c’est à dire aux principes fondant une moralité contractuelle. Pour sa part, Bonacina prend un autre cas en considération, celui de la contrainte au prêt. Si le propriétaire du capital est en quelque façon forcé à prêter, il peut réclamer une augmentation du capital à restituer, même si rien n’a été initialement prévu par un accord.

61Un débat très important se développe autour d’un autre titre spécifique, le periculum sortis ou le capital à risque. Certains prêts comportent en effet un risque important, avec une forte probabilité de perdre le capital. L’expérience quotidienne montre en effet que le prêt d’argent présente une série d’inconnues concernant ou les délais de remboursement ou bien le capital lui-même. Certains auteurs rappellent alors un dicton populaire qui invite à ne jamais prêter à des amis, car ils se transforment en ennemis quand vient le moment de rembourser.

62La probabilité de perdre également le capital est parfois élevée, comme à propos de certains prêts accordés à ceux qui exercent des activités financières et commerciales. Certaines situations que nous qualifierions de normales présentent le même risque, à tel point que l’imprévu est tout sauf inhabituel. Les possesseurs d’argent liquide renâclent à l’idée de le confier en prêt, et on préfère éviter les risques non rémunérés. En théologien moral très raisonnable, Alphonse de Liguori invoque la nécessaire équité en se référant à la pensée de saint Thomas d’Aquin.

63Certes, si l’on considère les propos tenus sur la clarification contractuelle et sur la nécessité de quantifier avec précision la possible perte ou cession d’un gain, il n’est guère aisé de fixer a priori l’ampleur d’un risque. Toutefois, dans un contexte de mobilité économique qui comporte en lui-même une notion de risque assez élevé, certains théologiens considèrent la perception d’une indemnité comme légitime, quand bien même le risque soit finalement non avéré. C’est un fait, l’indemnisation ne se rapporte pas à une perte certaine, mais au risque de subir des dommages, lequel ne devait pas être pour autant surévalué. Ou alors, il s’agit d’une manière de masquer un contrat usuraire.

64Nous reviendrons plus avant sur cette question du capital à risque. Accordons au préalable une attention à d’autres titres extrinsèques, moins fréquemment suggérés mais non sans intérêt, afin de mieux comprendre les problèmes économiques et leurs implications religieuses.

65Qui ne remboursait pas le capital au temps échu pouvait être contraint à dédommager son propriétaire, en lui concédant une indemnisation ou indemnité de retard. Pietro Vanni dans son Catechismo in pratica, ovvero Istruzioni familiari sopra le materie piu necessarie a sapersi e praticarsi dal cristiano, enseigne en s’appuyant clairement sur une tradition bien assurée : « Quand le créancier subit quelque dommage par faute de notre retard, nous sommes obligés, outre le paiement du débit, à compenser aussi le dommage subi ».

66À ce propos, quelques théologiens parlent « d’usure punitive » (usura punitoria) parce qu’elle punit le remboursement en retard. Ils la définissent comme une « usure licite » – terme que nous retrouverons –, ce qui est contradictoire en apparence seulement, car « usure » est ici utilisé dans son acception la plus neutre, privé de tout sens négatif. Nous avons déjà observé l’importance accordée à la restitution. Insérée dans le contrat initial, cette précision peut obliger l’emprunteur à rembourser dans le délai imparti. On décourage de la sorte ceux qui, peu nombreux au demeurant, ont pris l’habitude de retarder le remboursement de l’argent non par obligation, mais pour des raisons personnelles d’enrichissement, même si cela se fait au détriment du prêteur. En somme, cette précision espère inciter les bénéficiaires à honorer très précisément le contrat. Il y a ceux qui considèrent cet engagement comme sous-entendu, même sans accord formel, du simple fait que les contrats de prêt prévoient la fixation d’une date butoir au remboursement. Pour cette raison, on peut réclamer son dû sans saisine légale, car un accord juste et établi sur le droit naturel oblige en conscience. Une fois de plus c’est la valeur d’une négociation librement consentie qui est mise en avant. Ce que l’Église retient comme moral correspond aussi à ce qui contribue au bien commun et à la paix sociale.

67Il convient ici d’observer un point : la législation civile autorise les prêteurs à réclamer des intérêts de retard, même en l’absence d’une clause explicite et précise dans le contrat négocié. La justification avancée par les théologiens, les auteurs de catéchismes et les prédicateurs n’est donc pas la disposition légale et civile, mais bien plutôt l’obligation morale de rembourser.

68Généralement, théologiens et prédicateurs estiment que l’indemnité est exigible seulement lorsque l’emprunteur retarde sans aucune raison le remboursement. Nos auteurs considèrent que celui qui se retrouve bien malgré lui dans une situation de gêne ou de détresse, éloigné, malade ou encore emprisonné, doit être exonéré du paiement de tout retard. Les plus rigoristes d’entre eux excluent toutefois la possibilité de report, obsédés qu’ils sont par la crainte des contrats usuraires.

69Il est donc bien difficile pour le possesseur d’un capital de se prémunir contre le risque de non-remboursement. Certains essaient pourtant de contourner l’obstacle en exigeant un gage. Le débiteur cède alors au créancier un objet en gage, ce dernier pouvant le vendre et en récupérer la valeur en cas d’absence de remboursement. Si le produit de cette vente se révèle supérieur au montant du crédit, la différence doit être alors restituée. Dans le cas d’un remboursement dans les délais, le prêteur doit rendre son gage à l’emprunteur, ou l’éventuel produit de sa vente, le tout déduit des frais que ce même prêteur aurait pu assumer. On admet donc quelques exceptions, lesquelles consistent à tirer un produit du gage sans l’exclure du capital prêté, comme dans le cas de dépenses assumées pour le bon dépôt du gage même.

70L’usage de réclamer un gage semble acceptable, car fait dans le but d’engager le contractant à respecter les délais fixés par le contrat, donc à rembourser à temps le capital. Certains théologiens expriment néanmoins une opinion plus négative à ce sujet, alors que d’autres, plutôt que de l’interdire, le déconseillent simplement. Il faut dire que bien souvent le prêteur réclame un gage d’une valeur supérieure au capital prêté, et obtient en cas de manquement, en plus du retour du capital prêté, un gain supplémentaire considéré comme usuraire. Il a naturellement le devoir de restituer la plus-value, mais tous ne le font pas. Dans ce cas précis une injustice est commise, violation de l’aequalitas, en un mot une usure, même si celle-ci est habilement masquée. La même argumentation vaut pour les produits du gage s’ils ne sont pas restitués. Dans un cas comme dans l’autre, une échappatoire à la rigoureuse interdiction de percevoir sans raison un intérêt sur le prêt semble se mettre en place.

71Nous venons d’énoncer les titres extrinsèques les plus importants, les plus récurrents et communément admis. Mais la liste des titres est souvent plus vaste et même assez longue. À l’inverse, plus le théologien est rigoriste et plus la liste des titres extrinsèques s’avère brève, souvent réduite à néant ou limitée au seul tort émergent (damnum emergens).

72En clair, appliquer les principes d’un bon usage n’est pas facile. Et n’oublions pas que le prêt n’est pas uniquement le fait de personnes riches et cultivées, mais également de celles vivant dans de modestes conditions, possédant un capital tout aussi modeste, à qui on réclame pourtant un prêt et qui doivent nécessairement le faire fructifier pour survivre.

73Comme cela a déjà été signalé, il est nécessaire d’évaluer avec précision, au cas par cas, l’existence du titre unique. S’il est motivé par la recherche du profit, l’ajout de clauses d’indemnisation dans les contrats doit être considéré comme un accord usuraire et de ce fait interdit. Les choses étaient cependant plus complexes. En effet, dès l’acte de concession du prêt la perte de gain ou le dommage sont possibles, mais non certains. Une première difficulté en résulte : sur un plan éthique a-t-on raison d’insérer une clause d’indemnité dans le contrat ? Les avis à ce sujet sont fort discordants. Un problème plus important encore découle du devoir de quantifier a priori la perte ou le manque à gagner. Si demander moins signifierait une perte pour le prêteur, demander plus le mettrait en difficulté, car ne serait-il pas alors obligé de restituer la différence ? Sur cela aussi, les opinions varient. Encore différent est le cas d’un possesseur de capital le tenant enfermé dans un coffre-fort sans aucune intention de l’investir. Cette personne ne peut réclamer une indemnité parce qu’il n’y a aucune chance qu’elle subisse un dommage ou un manque à gagner.

74Entre xvie et xviiie siècle, nombreux sont les auteurs estimant, à l’exemple de Martin Azpilcueta (le « docteur Navarrais »), Leonardus Lessius, Martino Bonacina ou encore Alphonse de Liguori, qu’une certitude absolue n’est pas nécessaire pour fixer une valeur extrinsèque d’intérêt. Leur opinion est la suivante : même à titre de simple probabilité, gain comme perte doivent être évalués en termes monétaires. Les plus rigoureux interprètes de cette question exigent une absolue certitude, les autres se limitent à l’indication d’une probabilité plus ou moins générale, pourvu qu’elle soit fondée, d’autres enfin réclament une probabilité tellement élevée qu’elle s’approche de la quête de certitude.

75Le capucin Gaetano Maria da Bergamo est à ce propos très instructif. Equilibré dans ses opinions écrites et publiques, il est en revanche un probabiliste très exigeant sur un plan « privé ». Se tournant vers les confesseurs, il incite à une très grande vigilance :

Qui est trompé et aveuglé par l’intérêt facile […] Pour agir avec une conscience droite, l’espoir d’un gain doit être pondéré sans faux-semblants et avec loyauté ; et pour l’estimer dans le prix, il doit s’appuyer sur une probabilité, qui soit de celle qui ordinairement se réalise et qui ne déçoive pas, sinon en quelques rares occasions.

76Étant donnée l’extrême difficulté à discerner et la tendance fréquente des prêteurs à soutenir prioritairement leurs inclinations et intérêts, des penseurs trouvent une porte de sortie en interdisant absolument toute forme de prêt à intérêt. Dans les Lettres théologiques contre le Traité des Prêts de commerce, on lit cette affirmation :

Parce que la manière la plus authentique de réprimer les effets de la concupiscence est de combattre la plus minime envie, la seule voie pour empêcher les excès de l’usure [c’est à dire du prêt à intérêt] est une interdiction générale de prêter à intérêt.

  • 10 Paola Vismara apporte cette précision complémentaire : « de nombreuses idées d’Edmond Richer furent (...)

77L’ouvrage, paru sans indication ni de lieu ni de date, est publié en 1739-40. L’auteur, Nicolas Le Gros (1675-1751), est un prêtre français aux tendances richéristes10 qui, exilé aux Pays-Bas à cause de ses opinions, y devient un pilier de l’Église schismatique d’Utrecht. Sa ferme opposition aux pratiques commerciales et financières y demeure, peut-être s’accroit-elle aussi par réaction au cours d’un séjour effectué dans un environnement économique dynamique. En tout cas, cette opinion tranchée lui vaut de franches hostilités et le condamne à un isolement certain.

78On constate donc qu’au cours des premières décennies du xviiie siècle des auteurs soutiennent encore des opinions rigides en matière économique. Mais quand et de quelle manière le rigorisme a-t-il réussi à prévaloir ? A contrario, quelles sont les phases conduisant à l’adoption progressive d’une position bienveillante sur ces enjeux ? On peut enfin se demander quelles sont les répercussions de tout cela dans le contexte pastoral, là où la transmission du message chrétien au plus grand nombre est révélatrice d’un souci éthique au quotidien, y compris économique. Ce sont les prochaines étapes de notre parcours.

Notes

1 Deutéronome, 23, 20-21, Bible de Jérusalem, Paris, Desclée de Brouwer, 1975, p. 255.

2 Les textes auxquels songe Paola Vismara pourraient être : Ps 14, 5 ; Pr 22, 22 et 28, 8 ; Ez 22, 12 ; Ex, 22, 24 ; Lv, 25, 35-37 (G. Passelecq, F. Poswick, Table pastorale de la Bible. Index analytique et analogique, Paris, Lethielleux, 1974, réed. 1994).

3 Évangile selon saint Luc, 6, 35, op. cit., p. 1557. Incomplètement cité ici, le verset s’achève sur cette phrase : « car il est bon, Lui, pour les ingrats et les méchants ».

4 Catéchisme du Concile de Trente, traduction nouvelle, A Paris, chez André Pralard, Libraire, rue Jacques à l’Occasion, M.DC. LXXIII, t. I, p. 495

5 Giacomo Todeschini, Mercanti del Tempio. La società cristiana e il circolo virtuoso della ricchezza fra Medioevo ed Età Moderna, Bologna, Il Mulino, 2002. Traduit de l’italien par Nathalie Gailius et Roberto Nigro : Richesse franciscaine. De la pauvreté volontaire à la société de marché, Paris Verdier, 2008.

6 En français dans le texte

7 Canto XLV de Pound « Par usura », sur le thème de l’usure au sens financier du terme. Ezra Pound, Les Cantos. Nouvelle édition sous la direction d’Yves di Manno. Traductions de Jacques Darras, Yves di Manno, Philippe Mikriammos, Denis Roche et Françoise Sauzey. Paris, Flammarion, 2002.

8 Par le Pape Léon X au Concile de Latran V.

9 Augustino Placanica, Moneta, prestiti, usure nel Mezzogiorno moderno, Napoli, Società editrice napoletana, 1982.

10 Paola Vismara apporte cette précision complémentaire : « de nombreuses idées d’Edmond Richer furent reprises par Pasquier Quesnel ; de nombreuses propositions extraites de ses œuvres furent condamnées par la bulle Unigenitus de Clément XI, 1713 ».

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search