Version classiqueVersion mobile

L’Église et l’argent à l’époque moderne

 | 
Paola Vismara

Avant-propos

Stefano Simiz

Texte intégral

  • 1 Jansénisme et prêt à intérêt, Paris, J. Vrin, 1977. Textes et documents commentés.
  • 2 La notion de « Dorsale catholique » a été forgée pour décrire la mise en place de fortes spécificit (...)

1 C’est au croisement de ses intérêts reconnus pour l’histoire de l’Église catholique, de la Réforme tridentine et du Siècle des Lumières, que Paola Vismara a abordé la délicate question du rapport entre la théologie morale et l’économie. Elle n’était certes pas la première à traiter ce champ d’études complexe au sein du christianisme catholique. Qu’on songe par exemple à René Taveneaux, auteur d’une étude – sa thèse secondaire – sur le jansénisme et le prêt à intérêt, travail encore trop isolé en langue française1. L’historien lorrain y mettait en avant l’intensité de la réflexion économique en milieu janséniste – aujourd’hui nous dirions aussi rigoriste – dans les espaces septentrionaux et initiaux de la « Dorsale catholique » (Lorraine et Pays-Bas)2. La lecture de son livre a permis de développer une familiarité avec les analyses et débats des temps modernes portant sur l’économie de crédit, en particulier sur le prêt à intérêt, un avatar de l’usure ainsi devenu objet d’histoire. Paola Vismara n’ignore rien des apports de R. Taveneaux et s’inscrit avec reconnaissance et un infini respect dans son sillage. Pour autant, et la lecture à venir vous le révélera, un aggiornamento doublé d’une ouverture s’imposait à ses yeux :

  • 3 Paola Vismara, Questioni di interesse. La Chiesa e il denaro in età moderna, Milano, B. Mondadori « (...)

Il n’est plus possible aujourd’hui, nous dit-elle, de partager certaines affirmations de René Taveneaux, pourtant grand historien de cette question. Si ses recherches sur le jansénisme et le prêt à intérêt restent aujourd’hui encore fondamentales, on ne peut qu’être en désaccord avec la conclusion à laquelle il aboutit au terme de son analyse sur l’Église d’Utrecht et le problème du crédit3.

  • 4 Au contraire de l’histoire médiévale. Citons notamment les travaux de Giuseppe Todeschini, en parti (...)
  • 5 Benjamin Nelson, Usura e cristianesimo. Per una storia della genesi dell’etica moderna, Firenze, Sa (...)
  • 6 Jean-Louis Quantin, Il rigorismo cristiano, Milano, Jaca book, 2002 (trad. G. Cavalli). Le texte fr (...)
  • 7 Publié chez Ribettino en 2004, 433 p.

2Pourquoi une telle opinion ? Parce qu’elle considérait que, comme certains ont pu interpréter de manière trop simpliste L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme du sociologue allemand Max Weber, associant avec déterminisme le constat du déplacement historique du centre d’impulsion économique de la Méditerranée catholique vers le Nord-ouest et les États protestants, la connaissance de l’attitude des évêques et du Magistère romain sur cette importante matière, et celle des théologiens et laïques catholiques engagés, restait incomplète et surtout très imparfaite. L’une des raisons de l’essai traduit ci-après, une clé de compréhension même de son fondement, est justement la volonté de corriger cette leçon en reconnaissant préalablement la diversité et la variabilité d’un « catholicisme post-tridentin [qui] n’[a] jamais été homogène dans ses positions ». Car énoncer comme une évidence un rigorisme de principe dominant ne suffit pas à résumer l’ensemble de la théologie catholique du crédit, en particulier celle forgée dans ses péninsules méridionales entre xvie et xviiie siècle. Si ces jugements ont circulé jusqu’à devenir une vulgate, la faute en incombe d’abord à l’insuffisance des études, au retard existant dans l’historiographie du catholicisme moderne4, retard mesurable par rapport aux travaux de référence effectués en milieu anglosaxon et protestant. Nos collègues italiens, portés par une tradition bien plus encline à rendre accessible de grands textes en langue étrangère, ont réduit l’écart et pris l’habitude de faire traduire certains ouvrages devenus classiques (B. Nelson5) ou en passe de l’être (Jean-Louis Quantin)6. Enfin, Questioni di interesse n’est pas le premier livre qu’elle a consacré au sujet, mais une version plus synthétique, sans appareil critique, d’un plus ample travail réalisé cinq ans plus tôt : Oltre l’usura, la Chiesa moderna e il prestito a interesse7. Nous y renvoyons le lecteur désireux d’approfondir sa réflexion en accédant à sa finesse d’analyse.

  • 8 Depuis saint Thomas d’Aquin les principaux consenuellement admis sont le lucrum cessans (gain manqu (...)
  • 9 Figure centrale de l’apologétique et des Lumières catholiques. Cf. Sylviane Albertan-Coppola, Des M (...)

3Recontextualiser avec une incontestable précision les domaines débattus, prendre en compte les réalités commerciales et économiques issues du mercantilisme, ne pas ignorer les accommodements effectués au nom de la pastorale, en Europe comme dans les plus lointains territoires de mission, enfin éviter de tout rapporter aux pratiques usuraires, légitimement condamnées, sous peine de ne pas saisir les variations dont font preuve les théologiens et moralistes catholiques, voilà les grands objectifs visés par P. Vismara. À la suite de l’américain John Thomas Noonan, elle estime à son tour presque impossible d’apporter une réponse définitive à la question du positionnement de Rome et de l’Église sur le rapport entre doctrine et morale illustré par la question du prêt. En revanche, en avançant pas à pas, au gré des circonstances et des périodes, des lieux et des hommes aussi, une approche sans a priori et mieux ajustée est possible. Page après page, son étude révèle une ouverture d’esprit plus grande que supposée, repérable dès le Moyen Âge, plus encore l’absence totale d’un dogmatisme figé ou d’une attitude monolithique. À titre d’exemple, les grandes congrégations romaines du Saint-Office, de la Propagation de la Foi et de l’Index ne sont ni au diapason, ni même uniformes en leur sein dès lors qu’il s’agit d’examiner les usages de l’argent. C’est particulièrement vrai lorsqu’il faut dresser une liste des titres extrinsèques8, comprenons étrangers au prêt lui-même, justifiant les dédommagements et les restitutions, les remboursements au titre du préjudice subie par la perte de disponibilité de son argent (rémunération du manque à gagner). Qui plus est, l’Église participe à la réflexion d’ensemble à propos de la conception de l’argent, désormais regardée comme une véritable marchandise. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, le théologien français Nicolas Bergier9 formule une définition des plus modernes : « L’argent a une valeur qu’il n’avait pas autrefois ; il est devenu une marchandise, et non un simple signe des valeurs ».

  • 10 Jean-Louis Quantin, Le rigorisme chrétien, Paris, Cerf, 2001.

4Dans ces affaires, le positionnement de Rome est donc tout à fait essentiel, tient compte des situations et des circonstances, il est de plus très commenté. Les multiples controverses liées aux décisions du magistère pontifical, dont le livre se fait un constant et très fidèle écho, en apportent la preuve. Les lignes sont donc mobiles, s’exprimant dans le probabilisme, le probabiliarisme, le tutiorisme, se déplaçant entre le « laxisme » et la casuistique – deux notions trop souvent résumées au point de vue jésuite dans le contexte éminemment polémique de l’époque –, et les différentes formes prises par le « rigorisme », dont fait partie le jansénisme, lui-même loin d’être univoque. La figure de Jean Le Correur, port-royaliste et pourtant défenseur de thèses plutôt libérales sur les diverses « usures », est à ce titre fort significative. Or, nous savons bien, notamment en France grâce aux travaux minutieux de Jean-Louis Quantin, que Paola Vismara a lu et utilisé, à quel point le rigorisme chrétien ne doit être confondu ni avec le jansénisme, ni même avec le catholicisme, tant il représente une forme de morale « familière » (Jean Séguy) et partagée entre le milieu du xviie et le milieu du xviiie siècle10.

  • 11 Paola Vismara, « Les Jésuites et la morale économique », XVIIe siècle, 2007/4, n° 237, p. 740.

5À la suite des réflexions soutenues du Bas Moyen Âge, qu’il ne faudrait surtout pas minimiser, la théologie morale moderne accorde donc une immense importance à l’ensemble de ces enjeux. Or, comment doit-on appréhender et qualifier ce souci de morale économique ? Dans un article majeur rédigé en français, Paola Vismara montrait la voie à suivre : si une définition relativement unanime prédomine, « il faut pourtant analyser les milles facettes de la question et éviter de s’en tenir aux lieux communs »11. Dès lors, l’approche doit être éclairée sous divers angles. S’agit-il d’un problème relevant de la théologie morale, objet de débats doctrinaux aussi riches que complexes ? Très certainement et les théologiens sont bien en mesure d’apprécier les situations ; d’un enjeu ecclésiologique dont les acteurs sont la Curie et les Congrégations romaines, les évêques et différentes ordres réguliers, enfin les facultés de théologie ? On ne peut en douter, la circulation des uns vers les autres est même continuelle ; pourtant la question de l’usure et du prêt à intérêt est tout autant un enjeu pastoral majeur, éclairant via sa dimension économique une véritable histoire sociale du christianisme, ici catholique. En effet, la pastorale n’est pas qu’affaire de cadres et de normes, bien souvent elle est fortement contingentée, est une affaire de terrain. Ainsi, confrontés à la pratique répandue de prêts aux taux élevés, les missionnaires agissant en Extrême-Orient sont désemparés et se tournent vers les Congrégations pour savoir s’il leur est possible de baptiser et de confesser, avec absolution, ces nouveaux fidèles. Mais les missionnaires intérieurs, évoluant en territoire de vieille chrétienté, y compris italienne, de même que les prêtres en responsabilité ordinaire, connaissent des interrogations assez proches en matière de délivrance des sacrements. Auprès de chrétiens investis dans les pratiques commerciales et de crédit, les pasteurs éprouvent des scrupules et se questionnent sur la portée potentiellement peccamineuse du comportement socio-économique de leurs ouailles. C’est donc envers tous que les papes ont un devoir de clarification, ponctuel ou général, du possible et du convenable en la matière.

  • 12 Jean-Louis Quantin, op. cit., p. 19 : « quelque chose de décisif s’est joué, au tournant des xviie (...)
  • 13 L’intérêt pour ce sujet au xixe siècle est ancien. Nous renvoyons au classique et isolé Paul Droule (...)

6Vous lirez que Paola Vismara déduit de l’analyse des contextes et situations une esquisse chronologique très suggestive. Le Concile de Trente réitère l’interdiction du prêt à intérêt, car outre le risque qu’il soit encore une simple usure on ne conçoit pas d’accorder le moindre crédit (sic) à une pratique autorisée par le théologien Jean Calvin. Toutefois, l’Église ne se ferme pas à toutes les situations – songeons par exemple aux monts de piété médiévaux, considérés comme une exception confirmant la règle, sans nuire à l’authenticité de la charité – et accompagne par certaines décisions le labeur concret des ouvriers apostoliques. La solution préconisée par le Saint-Office en 1645 est le « non sunt inquietandi ». Avec le triomphe des analyses plus rigoristes12 et devant la somme de tensions qui déchirent les théologiens et responsables religieux, le décret de 1679 entend mettre un sérieux coup de frein aux usages trop libéraux et interroge les éléments de légitimation du prêt (titres extrinsèques). Dès lors, et pour de nombreuses décennies, non sans de sérieuses nuances entre les espaces (fortement tournés vers le commerce les Pays-Bas/Provinces-Unies et une partie des Italies n’envisagent pas la question comme la France, économiquement plus diversifiée), la tendance est à la dénonciation et à la condamnation. C’est tout particulièrement vrai en Italie comme en atteste une affaire véronaise au début des années 1740. Il faut alors l’intervention personnelle de Benoît XIV par l’encyclique Vix Pervenit, pour créer un cadre neuf. Donnée pour l’Italie, adressée même aux évêques de la péninsule, elle fait certes consensus, mais sur quoi ? Le fait est qu’elle entrouve le champ des possibles, surtout elle invite au discernement pastoral. Jugée probante dans le laboratoire italien, elle est généralisée à l’ensemble de la catholicité au siècle suivant, raison pour laquelle l’historienne moderniste ne clôt pas son enquête aux portes de la période contemporaine, mais y pénètre avec décision en consacrant un dernier chapitre aux héritages13.

  • 14 De l’emploi de l’argent, ouvrage dédié au pape Benoît XIV, par M. le marquis Maffei. Traduit par C. (...)

7Enfin, soucieuse comme on l’a dit de mobiliser tous les paramètres du débat, P. Vismara prévient tout risque de fermeture de son objet sur l’institution ecclésiale, en se penchant sur la volonté législative des états ou en considérant avec une égale attention les opinions émanant du monde économique et laïque. C’est ainsi qu’elle accorde une grande place au marquis véronais Scipione Maffei, écrivain et dramaturge, homme des Lumières passionné par toutes les questions du temps (on connait sa passion pour les lois de la physique). Il entre dans le débat en 1744 avec la sortie de Dell’impiego del danaro, essai dédié au pape Benoît XIV dont il veut accompagner le positionnement progressiste. Maffei rentre également d’un voyage en Hollande où il a pris la mesure du décalage créé, par le jeu des attitudes souples ou rigides contre l’usure, entre les économies du Nord et celles du Sud. Il se persuade alors de l’effet nuisible d’une théologie mal adaptée aux réalités du temps. L’importance de son intervention s’explique encore par l’absence d’un traité rédigé par un théologien, en particulier Muratori qui aurait été vainement sollicité pour cette mission. Le livre du marquis fait en tout cas référence en matière d’ouverture, pèse dans le contenu de Vix pervenit, enfin est traduit en français en 178714.

*

8Les lignes qui ont précédé n’ont d’autre but que de faire goûter par avance tant l’originalité que l’importance des écrits de Paola Vismara sur la morale économique en milieu catholique, envisagée depuis l’usure et le prêt à intérêt, entre Renaissance et Lumières. Loin de se limiter à son champ théorique, si vaste soit-il, la question doit l’essentiel de sa vigueur à son caractère profondément pratique. Pour prendre la mesure de tout cela, il était temps de disposer enfin en langue française de la littérature la plus avancée sur la matière. Cela va bien au-delà de l’hommage rendu à une collègue unanimement appréciée.

9S’il est à l’origine de cette initiative, l’occasionnel traducteur du saggio Questioni di interesse, tient désormais à associer tous ceux qui en ont permis la réalisation. En premier lieu l’époux de Paola Vismara, l’Ingegniere Camillo Angelo Chiappa, qui a soutenu de toute son énergie le projet de traduction française d’un livre majeur. Il sait que la France était la seconde patrie, académique et de cœur, de Paola. Puis, les éditions Bruno Mondadori qui, sollicitées par C.A. Chiappa, ont aimablement cédé les droits à la collection Chrétiens et Sociétés du Larhra. Les remerciements s’adressent aussi à Simona Negruzzo, de l’Université de Bologne, qui n’a pas ménagé ses efforts afin de parvenir rapidement à cette solution. Remercions aussi pour leurs encouragements de Claudia de Filippo, d’Alessandro Serra, de Federico Zuliani et de Daniela Sora, la dernière doctorante de Paola. Enfin, deux collègues sont tout spécialement à honorer : Frédéric Meyer (USMB), plus proche de Paola Vismara que je ne l’ai jamais été, comme l’avant-propos qu’il a accepté de rédiger en fait foi. Il a de plus accepté d’intégrer cette traduction dans les livrables du programme ANR Lodocat (Chrétientés lotharingiennes et Dorsale catholique, ixe-xviiie siècle) dont il est, avec Christine Barralis (Université de Lorraine), la cheville ouvrière de la tâche 2 sur les modèles pastoraux. Enfin remercions vivement Bernard Hours, patient et scrupuleux relecteur du texte italien puis de sa version française. Directeur de l’UMR 5190 LARHRA, de la collection Chrétiens et Sociétés, Bernard Hours a été à tout instant présent. Les échanges, à Lyon ou par voie électronique, ont rendu ce travail très concret par de constantes suggestions de traduction – certains passages lui doivent beaucoup –, une relecture chirurgicale d’un texte certes important mais aussi savamment écrit, et donc d’une lecture exigeante.

Annexes

Annexe

Quelques précisions à propos de la traduction :

La terminologie italienne a souvent été privilégiée en particulier pour les noms propres. Lorsque le nom d’un contemporain était plus connu sous une autre forme, par exemple latinisée, c’est cette dernière qui a été retenue (ex : Lessio est plus connu des contemporains en France sous le nom de Lessius).
 - Dès que possible, nous avons eu recours aux textes français d’époque (que Paola Vismara avait par force traduits), et préféré les traductions françaises disponible sous l’Ancien Régime (c’est le cas pour le maître livre de Scipione Maffei).
 - Enfin, Paola Vismara n’offre pas d’appareil critique sous la forme de notes de bas de page. Si nous avons dans l’ensemble respecté ce parti pris éditorial, nous avons aussi pris la liberté de créer quelques notes quand cela semblait s’imposer. Trois cas de figure se sont présentés : références précises des citations, indication des titres bibliographiques que P. Vismara rappelait à la fin de chaque chapitre, identification de quelques personnages ou notions clés. Le tout reste volontairement léger.

Notes

1 Jansénisme et prêt à intérêt, Paris, J. Vrin, 1977. Textes et documents commentés.

2 La notion de « Dorsale catholique » a été forgée pour décrire la mise en place de fortes spécificités catholiques avec un épicentre situé dans ces espaces entre la fin du xvie siècle et le début du xviiie siècle. Un point complet a été proposé dans Gilles Deregnaucourt, Yves Krumenacker, Philippe Martin, Frédéric Meyer (éd.), Dorsale catholique, jansénisme, dévotions : xvie-xviiie siècles. Mythe, réalité, actualité historiographique, Paris, Riveneuve Éditions, 2014. Intimement liée initialement aux expressions du « jansénisme », elle est actuellement l’objet d’une interrogation élargie – géographiquement, chronologiquement et thématiquement – en particulier dans le cadre du programme ANR-Lodocat (2015-2018). Cette traduction en est une contribution. On lui a parfois préféré d’autres qualificatifs permettant de faire échapper les approches et les apports à son cadre originel, tels ceux de « frontière de catholicité » (créée par P. Chaunu en 1962 pour discuter le propos de René Taveneaux, terminologie reprise par Philippe Moulis, L’Unigenitus en frontière de catholicité, Pierre de Langle et ses correspondants (1711-1724) Paris, Honoré Champion, 2016 ou Bertrand Forclaz, « La Suisse frontière de catholicité ? Contre-Réforme et Réforme catholique dans le Corps helvétique », Revue suisse d’histoire culturelle et religieuse, 2012-106, p. 567-583) ou récemment de « croissant tridentin » (P. Martin, colloque de l’ANR Prêcher dans les espaces lotharingiens, Chambéry, 2016, publication par S. Simiz chez Garnier en 2018).

3 Paola Vismara, Questioni di interesse. La Chiesa e il denaro in età moderna, Milano, B. Mondadori « Campus », 2009. Cette critique a été immédiate. Marc Venard s’en fait l’écho dans la recension de l’ouvrage donnée pour la Revue d’histoire de l’Église de France, 1978/173, p. 258-260.

4 Au contraire de l’histoire médiévale. Citons notamment les travaux de Giuseppe Todeschini, en particulier Richezza francescana. Dalla povertà volontaria alla società di mercato, Bologna, Il Mulino, 2004, traduit en français chez Verdier en 2008 sous le titre Richesse franciscaine. De la pauvreté volontaire à la société de marché.

5 Benjamin Nelson, Usura e cristianesimo. Per una storia della genesi dell’etica moderna, Firenze, Sansoni, 1967 (trad. S. Moravia).

6 Jean-Louis Quantin, Il rigorismo cristiano, Milano, Jaca book, 2002 (trad. G. Cavalli). Le texte français date de 2001 !

7 Publié chez Ribettino en 2004, 433 p.

8 Depuis saint Thomas d’Aquin les principaux consenuellement admis sont le lucrum cessans (gain manqué) et le damnun ermergens (dommage naissant).

9 Figure centrale de l’apologétique et des Lumières catholiques. Cf. Sylviane Albertan-Coppola, Des Monts-Jura à Versailles, le parcours d’un apologiste du xviiie siècle : l’abbé Nicolas-Sylvestre Bergier (1718-1790), Paris, H. Champion, 2010, et Didier Masseau, Les ennemis des philosophes. L’antiphilosophie au temps des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000.

10 Jean-Louis Quantin, Le rigorisme chrétien, Paris, Cerf, 2001.

11 Paola Vismara, « Les Jésuites et la morale économique », XVIIe siècle, 2007/4, n° 237, p. 740.

12 Jean-Louis Quantin, op. cit., p. 19 : « quelque chose de décisif s’est joué, au tournant des xviie et xviiie, avec la victoire dans l’Église catholique de la morale sévère ».

13 L’intérêt pour ce sujet au xixe siècle est ancien. Nous renvoyons au classique et isolé Paul Droulers, Action pastorale et problèmes sociaux sous la Monarchie de juillet chez Mgr d’Astros, archevêque de Toulouse, censeur de La Mennais, Paris, Vrin, 1954. Voir aussi Jean-Claude Lavigne, o.p., « Interdit ou toléré ? Le prêt à intérêt après Vix Pervenit (1745) », Finance & Bien Commun, vol. no 21, no. 1, 2005, p. 85-92.

14 De l’emploi de l’argent, ouvrage dédié au pape Benoît XIV, par M. le marquis Maffei. Traduit par C.F. Nonnotte, 1787.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search