Version classiqueVersion mobile

L’Église et l’argent à l’époque moderne

 | 
Paola Vismara

Paola Vismara (1947-2015)

Frédéric Meyer

Texte intégral

1 Paola Vismara était professeur (en Italie, on dit « professore ordinario ») d’Histoire moderne à l’Université d’État de Milan. Elle y occupait la chaire d’histoire du christianisme et de l’Église aux époques moderne et contemporaine. Cet intitulé peut surprendre les Français, habitués à une stricte laïcité dans l’enseignement secondaire, mais il n’étonne pas nos amis européens ni les universitaires. L’histoire religieuse, l’histoire des Églises sont des spécialités totalement reconnues dans les établissements de l’enseignement supérieur de l’Union européenne, comme dans l’université française depuis les années 70 du xxe siècle, mais on les dissimule aujourd’hui (sans qu’on sache très bien pourquoi) sous l’appellation attrape-tout d’histoire culturelle.

  • 1 Voir lodocat.hypotheses.org ; le projet a pour objet l’étude diachronique des formes de christianis (...)
  • 2 Studi umanistici - Università degli Studi di Milano / Mai 2015. http://www.studiumanistici.unimi.it (...)

2Sur le plan de la méthode historique, le petit ouvrage, proposé ici, petit par le format, mais grand par les perspectives, prolonge la réflexion jusqu’au xixe siècle : là encore nos amis européens voient plus large que nous Français, qui distinguons nettement l’avant et l’après Révolution française. Il est le dernier livre de Paola Vismara et il mérite toute notre attention. Stefano Simiz, qui l’a traduit, nous dira pourquoi. Une autre raison a motivé cette traduction. Paola avait voulu, dès le montage du dossier en 2014, participer au projet de l’ANR (l’Agence Nationale de la Recherche, l’institution française du financement de projets scientifiques d’excellence) appelé « LODOCAT » (Chrétientés lotharingiennes - Dorsale catholique, ixe-xviiie siècle) qui se déroule de 2015 à 2018, et y représenter l’Université de Milan1. Elle avait spontanément accepté d’y participer parce qu’elle comptait de nombreux amis dans le groupe initial et aussi parce que cette vision humaniste de l’histoire internationale, héritée de la République des lettres, était la sienne. Rappelons pour ceux qui ne la connaissaient pas bien, qu’elle s’exprimait très bien en français, à l’oral comme à l’écrit. Cette traduction est donc aussi un témoignage d’amitié envers sa mémoire et son engagement à nos côtés. On sait combien Paola a travaillé jusqu’au bout de ses forces. À propos de son implication dans le projet LODOCAT, elle avait inséré ce passage dans son curriculum vitae en ligne sur le site de son université : « Il progetto è stato accolto con un prestigioso riconoscimento complessivo dall’Agence Nationale de la Recherche (che finanzia la parte francese) »2.

  • 3 Christian Sorrel, « In memoriam Paola Vismara (1947-2015) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 22 | (...)
  • 4 Olivier Poncet, « Société d’histoire religieuse de la France. Assemblée générale du 2 avril 2016 », (...)

3Sa mémoire a été souvent saluée depuis la fin 2015. La revue Chrétiens et Sociétés a été la première à réagir en publiant un court texte In memoriam dans son numéro daté 20153. Catherine Vincent, présidente de la Société d’histoire religieuse de la France lui a rendu hommage en avril 2016 ; en 2017, ce fut au tour de l’Université de Milan en janvier, puis du diocèse de Milan en novembre4. Je suis très heureux de voir notre projet LODOCAT s’associer à son tour à son souvenir en publiant en traduction française ce petit bijou de sa production scientifique, et d’y voir apposer le logo de l’ANR. Ce livre est un produit de l’association de trois sur huit des partenaires de LODOCAT. J’ai déjà cité Stefano Simiz (Université de Lorraine, laboratoire CRUHL, Nancy-Metz), qui en a assuré la traduction. Je remercie Bernard Hours et Yves Krumenacker qui ont permis son édition dans le cadre de leur laboratoire, le LARHRA de Lyon 2 et Lyon 3, et mon laboratoire de rattachement, le LLSETI de l’Université Savoie Mont Blanc de Chambéry, qui participe également à cette entreprise.

4 L’œuvre de Paola Vismara est considérable. Mais Paola fut d’abord une enseignante hors pair, toujours disponible pour ses étudiants, attentive à leurs besoins, à leur situation individuelle et collective. Je me souviens de la déférence bienveillante que les étudiants lui prodiguaient quand ils la rencontraient dans les magnifiques cours de l’université de Milan, via Festa del Perdono. Paola incarnait deux vertus rares dans le monde universitaire : la compétence et le service des autres. Elle était toujours disponible pour l’université, les collègues, les étudiants, l’Académie Ambrosienne à Milan dont elle était un membre actif pour l’organisation scientifique des journées académiques et leurs publications, l’Église, sa famille ou ses amis. Elle était toujours fiable, toujours prompte à rendre les textes des communications dans les temps voulus, à organiser des rencontres, à venir siéger en France dans des jurys de thèse ou d’habilitation à diriger les recherches.

  • 5 Il tema della povertà nella predicazione di sant’Agostino, Milano, Giuffré, 1975 ; Il « buon cristi (...)
  • 6 Politica, vita religiosa, carità. Milano nel primo Settecento, a cura di Marco Bona Castellotti, Ed (...)

5Elle a édité de nombreux travaux. Si elle a publié sous son seul nom neuf ouvrages5, dont celui-ci est donc l’avant-dernier, elle en a dirigé ou codirigé huit autres6. Dans la riche palette de compétences de Paola (l’histoire intellectuelle, Muratori, l’histoire des idées, le droit canonique, l’histoire du prêt à intérêt ou du jansénisme, etc.), nous n’avons que l’embarras du choix. Néanmoins, en rapport avec les préoccupations de LODOCAT, je voudrais évoquer ici son apport dans l’histoire de la Lombardie religieuse, conçue comme une frontière et comme une matrice originale du nouveau chrétien de la Réforme catholique. Elle a écrit de nombreux articles sur ce thème, rédigés souvent en français toujours parfaitement. On peut associer à cet hommage celui de notre ancien collègue de l’Université de Lorraine, Louis Châtellier (1935-2016), qui avait été le premier à l’inviter à donner une série de cours en France, à Nancy, avant même ses séminaires à Paris à l’École Pratique des Hautes Études. Châtellier signa la préface du premier beau recueil d’articles de Paola sur Milan, en pointant déjà cette question essentielle de la frontière de catholicité sur la Dorsale catholique et du rôle-clé qu’y joua le « laboratoire milanais » :

  • 7 Louis Châtellier, « Prefazione », op. cit., p. 3.

Il ne manque rien au tableau de la Lombardie “éclairée” de Paola Vismara. Les loges maçonniques, le Joséphisme triomphant, les abbés philosophes, le catéchisme selon la raison sont bien là. Mais il en va de même pour les croix des champs, les foules processionnant le long des chemins ou remplissant les églises. Voici, au complet, ce xviiie siècle contrasté si bien rendu à la vie par le labeur considérable et le talent de l’historienne.
Qu’on ne dise pas : ce n’est qu’une province de l’Europe. Mais quelle province ! Celle qui fut modelée par Charles Borromée, et qui grâce à ce dernier, fut l’épicentre de la Réforme catholique, depuis le xvie siècle. Regardons aussi une carte : Milan est sur cet axe médian de l’Europe catholique qui aboutit à Anvers après avoir couvert les Pays-Bas, les pays rhénans, la Lorraine, la Franche-Comté, Lyon et la Savoie. Ce furent les terres de choix du catholicisme tridentin. Au Nord, à quelques lieux de marche dans les vallées alpines, commencent les États patrimoniaux des Habsbourg. D’ailleurs la Lombardie est terre d’Empire et reçoit les ordres de la chancellerie de Vienne au temps de Marie-Thérèse, de Joseph II et de leur fidèle Kaunitz. Il en va de même dans les Pays Bas du Sud à la même époque. À Bruxelles et à Milan, les habitants appartiennent au même monde, bien qu’ils aient le sentiment qu’un monde les sépare7.

  • 8 Paola Vismara, « Tradition et innovation : l’Église de Milan à l’époque des Lumières », dans Louis (...)
  • 9 Paola Vismara, « Chiesa e religione nelle terre ticinesi nel Settecento », Bolletino Storico della (...)

6Il n’était pas évident d’admettre que la notion de « Dorsale catholique » puisse être étendue jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, alors qu’à partir des traités d’Utrecht et de Rastadt (1713-1714) la primauté des questions religieuses en Europe recule face aux exigences de la géopolitique et aux attaques des États au nom de la sécularisation de leurs rapports avec l’Église. Mais l’encadrement religieux tient bon. Paola démontrait que la christianisation en profondeur des fidèles – en ville et à la campagne – se poursuivit tout au long du xviiie siècle dans la province ecclésiastique de Milan sous la main de Mgr Giuseppe Pozzobonelli (1743-1783)8. Elle étudia aussi l’influence lombarde sur cette frontière de la « Dorsale alpine » qu’était le Tessin suisse au xviiie siècle9. Loin de ne voir dans ce xviiie siècle milanais que les attaques de l’État de Joseph II, de plus en plus conçu comme un concurrent face à l’Église ou les effets des « Lumières », Paola préférait insister sur le succès de la prédication, devenue plus subtile qu’auparavant, moins « baroque », qu’elle soit le fait de réguliers comme de curés dorénavant bien formés. Le peuple resta fidèle aux processions, aux confréries malgré les interdictions imposées par le pouvoir, sa religiosité devint plus « réglée », plus « modérée » qu’aux siècles précédents. Sans nier les réalités du conflit entre Église, État et Lumières, Paola insistait toujours avec subtilité sur la dédramatisation de leurs rapports. Au contraire elle mettait l’accent sur la force du débat existant à l’intérieur même de l’Église, entre les partisans « d’une théologie politique à caractère janséniste » et les tenants d’une autonomie de l’Église responsable de la société chrétienne. On le verra dans ce livre, où contrairement aux idées reçues, le débat fut vif au plus niveau de l’Église dès le xvie siècle sur la licéité du prêt à intérêt.

  • 10 Paola Vismara, « Settecento religioso milanese : un “secolo salesiano” », dans Lombardia monastica (...)
  • 11 Paola Vismara, « Le monastère de la Visitation et l’esprit salésien à Milan au xviiie siècle », dan (...)
  • 12 Paola Vismara, « La Visitation de Milan et la société urbaine (1750-1850 environ) », dans Pour Anne (...)

7Un apport essentiel des travaux de Paola Vismara fut sa capacité à évaluer les influences extérieures exercées sur la religion locale en Lombardie et en Italie, souvent venues de la « Dorsale catholique ». Elle étudia ainsi à Milan l’influence de l’ordre de la Visitation, crée à Annecy (dans le duché de Savoie) en 1610 par François de Sales (1602-1622) et Jeanne de Chantal (1572-1641)10. Après le recul de la spiritualité espagnole, il y avait au début du xviiie siècle en Lombardie une place pour une spiritualité humaniste qui profita à François de Sales, connu à Milan par ses ouvrages en français ou en traduction italienne comme par l’action des Oblats du Saint-Sépulcre de Milan à partir de 1711. La fondation d’un monastère de la Visitation fut pourtant tardive, en 1713 seulement : il fallut pour cela convaincre les Milanais que la vision épiscopale de François de Sales était bien respectueuse de celle de Charles Borromée. Les liens entre la spiritualité de Charles Borromée et François de Sales étaient anciens, et avaient été développés par les Jésuites et les Barnabites11. Ce qui comptait pour Paola en étudiant ce monastère de Milan et son rayonnement, c’était la manière dont la greffe extérieure avait pris facilement, et comment il en naquit une chrétienté harmonieuse, tournée vers une piété agissante et responsable du « devoir d’État » des fidèles. Une association de Saint François de Sales fut d’ailleurs érigée à Milan en 1734, regroupant les grandes familles de la ville. Elle traversa les décennies et les révolutions, puisqu’elle existait encore en 183112. Ces permanences, ce succès durable d’une culture chrétienne de l’engagement des laïcs dévots, étaient pour Paola une clé de compréhensions de la société.

  • 13 Paola Vismara, « Le monastère de la Visitation et l’esprit salésien à Milan au xviiie siècle », art (...)

L’action religieuse auprès des laïcs vise à obtenir d’eux aussi la recherche de la perfection, par la pratique d’une charité singulière et bien ordonnée. Ils doivent atteindre la perfection au cœur de la vie quotidienne, sans bruits et sans rumeurs ; les œuvres charitables ont toujours pour assise la charité du Christ qui aime les hommes. Il s’agit d’une dévotion au quotidien, qui n’est pas réservée aux moniales. […] Le modèle est celui d’une religiosité réelle plutôt qu’apparente, vécue dans l’existence quotidienne. Pas d’inquiétude et de mélancolie, pas de dévotions doucereuses : au contraire, on propose une piété forte, une charité agissante.
Il y a là une orientation qui a longtemps caractérisé – parfois de nos jours encore – la piété et la spiritualité en Lombardie. C’est, au moyen de la Visitation aussi, la défaite de la vision pessimiste de la version janséniste et de l’augustinisme ; on assiste au triomphe de la modération et du bon sens dans le contexte d’une anthropologie optimiste et active13.

  • 14 Paola Vismara, « Bossuet en question. Ecclésiologie et politique en Italie au xviiie siècle », dans (...)

8 Elle s’intéressa de même à l’influence de Bossuet dans la péninsule italienne14, parlant « d’enracinement bossuétiste », ce qui servit de références aussi bien au janséniste de Pavie Pietro Tamburini, à propos de l’absolutisme et du gallicanisme, entre autres de la question de l’infaillibilité pontificale, qu’aux défenseurs de Rome comme l’abbé Cuccagni cherchant à exonérer à travers lui le « gallicanisme authentique » des atteintes aux droits de la papauté. Même Muratori le qualifia d’auteur d’un « ottimo gusto ». Enfin, l’influence janséniste, en particulier lors du synode de Pistoia de 1786, et les inquiétudes de Rome vis-à-vis de la France, lui inspirèrent de beaux textes, comme celui qu’elle nous avait offert lors de la rencontre de Chambéry de 2007 :

  • 15 Paola Vismara, « L’influence de la France, de Pistoia à Auctorem Fidei », dans Les échanges religie (...)

La France était, à certains points de vue, le lieu exemplaire des contrastes ecclésiastiques. C’était la terre des disciples de Jansénius, la terre du rigorisme : il s’agissait d’une élite dont l’influence toutefois dépassait les milieux cléricaux et intellectuels. De l’autre côté, il y avait des missionnaires qui prônaient une religiosité simple et optimiste, c’était la patrie de personnages antijansénistes de grande envergure, tel un Vincent de Paul. Les soucis que celui-ci exprimait par rapport au jansénisme naissant ne sont pas si différends des inquiétudes que le jansénisme tardif suscitait à Rome à la fin du xviiie siècle. Les membres de la commission [qui rédigea la bulle Auctorem Fidei de 1794 condamnant 85 propositions du synode] n’hésitèrent pas à choisir l’image d’une Église opposée à celle des jansénistes et des gallicans : visible, hiérarchisée, liée à son chef, qui est le pape ; une Église qui n’est pas élitaire, mais s’ouvre à la religion de tous15.

  • 16 Paola Vismara, « I molteplici volti dei “cristiani senza Chiesa” : Francesco Mercurio van Helmont e (...)
  • 17 Paola Vismara, « Les splendeurs de la dévotion à Milan. Du Baroque aux Lumières », dans Bernard Dom (...)
  • 18 Ibid., p. 457.

9Cette religiosité largement ouverte aux petites gens comme aux élites était une de ses passions. Il y a dans l’œuvre de l’historienne Paola Vismara l’idée que la réalité locale du christianisme, de la religion vécue, finissait toujours par apaiser les conflits. Certes elle était parfaitement consciente de l’importance des questions théologiques ou philosophiques de l’époque moderne, comme le montrent les travaux évoqués plus haut, mais aussi ses articles sur les rencontres et les cohabitations spirituelles de ces « chrétiens sans Église » comme Francesco Mercurio van Helmont et Francesco Giuseppe Borri16. Sensible aux séductions de la liturgie et des belles cérémonies, ce qui peut étonner chez une femme assez austère, Paola signa aussi de beaux travaux sur « les splendeurs de la dévotion »17, longtemps si nombreuses à Milan en particulier autour des images miraculeuses de la basilique Sainte-Marie-des Miracles, ou pour des canonisations. Mais on sait aussi comment à partir de 1767 en Lombardie les pouvoirs civils allaient limiter cet aspect ostentatoire et baroque des cérémonies religieuses, soutenus en cela par une hiérarchie ecclésiastique qui cherchait surtout à promouvoir « une religion qui voulait imprégner l’existence de tous les jours » et une « religion du cœur »18.

  • 19 Confréries et dévotions dans la catholicité moderne, op. cit..
  • 20 La Chiesa ‘dal basso’. Organizzazioni, interazioni e pratiche nel contesto parrochiale alpini alla (...)
  • 21 Paola Vismara, « Il volto religioso di Milano nel primo Settecento », dans Ibid., Cattolicesimi. It (...)

10Paola aima étudier ce « christianisme du quotidien » des fidèles d’autrefois, cette religiosité qui se déploie au xviiie siècle après deux ou trois siècles d’acculturation religieuse des laïcs et des laïques dans le cadre de la Réforme catholique. On en trouve un bel exemple dans ce livre consacré aux confréries qu’elle dirigea avec B. Dompnier19. Cette piété des fidèles au jour le jour, cette piété par le bas20, bien loin des grands débats théologiques du temps, construisait une religion de la proximité dans le cadre de la famille, du métier, de la paroisse. C’était aussi un christianisme de l’engagement personnel autant que collectif, de la responsabilité, de la dévotion et de la charité, d’une haute exigence morale, non plus destiné à une seule élite, mais bien à la totalité du peuple de Dieu, annonçant le « catholicisme social » du xixe siècle21.

  • 22 Storia della Diocesi di Piacenza, op. cit.
  • 23 Mario Rosa, Settecento religioso. Politica della ragione e religione del cuore, Venezia, Marsilio, (...)
  • 24 Jean Delumeau, L’avenir de Dieu, Paris, CNRS, 2015, en particulier le chapitre 15 : « L’Europe d’au (...)

11Toutes ces structures d’encadrement ont patiemment construit la chrétienté moderne, et elles perdurèrent longtemps, jusqu’au xxe siècle, comme Paola le montrait encore avec le diocèse de Piacenza dont elle avait dirigé l’histoire, par l’action du séminaire, des réguliers, du Mont-de-Piété22. On constate donc que, loin d’être un frein au progrès au xviiie siècle, le christianisme fut un élément de sa modernité. Paola rejoint sur ce point de nombreux historiens italiens ou français, tel Mario Rosa23. Il y a là également plusieurs éléments que Jean Delumeau avait souligné depuis longtemps, et sur lesquels il revient dans son livre-testament de 2015, L’avenir de Dieu24, sur les rapports entre science et religion, sur la tolérance : on peut regretter qu’un débat public entre Paola et Jean Delumeau n’ait pas été organisé sur cette question. Les questions de morale la préoccupaient. Mais pleine de mansuétude et d’amour pour les autres, il n’est pas étonnant qu’elle se soit intéressée à la question du prêt à intérêt dans l’Église, qui a traumatisé des générations de prêteurs et d’emprunteurs. On retrouvera dans ce livre, désormais à la portée d’un large lectorat français, à travers les commentaires du débat autour du décret de 1645 et de l’encyclique de 1745 par Paola cette volonté de définitivement faire sortir le catholicisme « de la cage du rigorisme ».

12Dans cette œuvre si riche, si foisonnante, toute la personnalité même de Paola se lit au fil des pages : apaisante, valorisant la fidélité, insistant davantage sur ce qui unit que sur ce qui oppose, mais sachant être ferme et critique quand il le fallait. Chrétienne, historienne de l’Église catholique, rigoureuse, d’une grande honnêteté intellectuelle, dévouée, souriante, généreuse, offrant ses livres (et ceux des autres) si facilement, Paola incarnait un humanisme devenu rare aujourd’hui dans notre monde.

Notes

1 Voir lodocat.hypotheses.org ; le projet a pour objet l’étude diachronique des formes de christianisme développées dans des zones « de marge », à cheval sur des frontières politiques, religieuses et linguistiques, dans l’ancienne Lotharingie puis dans les « pays d’entre-deux » médiévaux de la mer du Nord à la Savoie, qui, augmentés du Milanais, ont constitué à l’époque moderne la « Dorsale catholique ». Cette étude rigoureusement européenne se fait selon trois axes de recherche (l’engagement des femmes dans le monde régulier, les modèles pastoraux et les liens entre dévotions et politiques). Le projet fédère huit laboratoires de recherche en France, Belgique, Luxembourg et Italie.

2 Studi umanistici - Università degli Studi di Milano / Mai 2015. http://www.studiumanistici.unimi.it/Facolta/Personale/DocentiRicercatori/VISMARA-PAOLA-05HITA_HTML.html. « Le projet a reçu une reconnaissance générale de l’Agence nationale de la Recherche (qui en finance la partie française) ».

3 Christian Sorrel, « In memoriam Paola Vismara (1947-2015) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 16 octobre 2015, consulté le 09 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/3868

4 Olivier Poncet, « Société d’histoire religieuse de la France. Assemblée générale du 2 avril 2016 », in Revue d’histoire de l’Église de France, tome 102 (n° 249), juillet-décembre 2016, 509-516 (511-512) ; In ricordo di Paola Vismara. Storia, storiografia e testimonianze. Communications de Antonino De Francesco, Jean-Louis Quantin, Maria Lupi, Frédéric Meyer, Antonio Padoa Schioppa, Flavio Rurale. Parues dans la Rivista di Storia della Chiesa in Italia 2017, n. 1, p. 3-42 ; La Veneranda Fabbrica del Duomo di Milano. Ricorda Paola Vismara. Communications de Mons. Gianantonio Borgonovo, Maddalena Peschiera, Alberto Rocca, Elio Franzini, Alcir Pécora, Giuliano Ferretti, Emanuele Colombo.

5 Il tema della povertà nella predicazione di sant’Agostino, Milano, Giuffré, 1975 ; Il « buon cristiano ». Dibattiti e contese sul catechismo nella Lombardia di fine Settecento, Firenze, La Nuova Italia, 1984 ; Miracoli settecenteschi in Lombardia tra istituzione ecclesiastica e religione popolare, Milano, I.P. L., 1988 ; « Per vim et metum ». Il caso di Paola Teresa Pietra, « Biblioteca della Società Pavese di Storia Patria », n.s., n.3, Como, 1991 ; Settecento religioso in Lombardia, Milano, NED, 1994 ; Cattolicesimi. Itinerari sei-settecenteschi, Milano, Edizioni Biblioteca Francescana, 2002 ; Oltre l’usura. La Chiesa moderna e il prestito a interesse, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2004 ; La Chiesa tra Rinascimento e Illuminismo (con Luigi Mezzadri), Roma, Città Nuova, 2006 ; Questioni di interesse. La Chiesa e il denaro in età moderna, Milano, Bruno Mondadori, 2009.

6 Politica, vita religiosa, carità. Milano nel primo Settecento, a cura di Marco Bona Castellotti, Edoardo Bressan, Paola Vismara, Milano, Jaca Book, 1997 ; Il cristianesimo e le diversità. Studi per Attilio Agnoletto, a cura di Remo Cacitti, Grado Giovanni Merlo, Paola Vismara, Milano, Edizioni Biblioteca Francescana, 1999 ; Cultura, religione e trasformazione sociale. Milano e la Lombardia dalle riforme all’unità, Marco Bona Castellotti, Edoardo Bressan, Camillo Fornasieri, Paola Vismara (dir.), Milano, Franco Angeli, 2001 ; Identité et appartenance dans l’histoire du christianisme. Identità e appartenenza nella storia del cristianesimo, a cura di Grado Giovanni Merlo, Frédéric Meyer, Christian Sorrel, Paola Vismara, Milano, EBF, 2005 ; Confréries et dévotions dans la catholicité moderne (xive-xixe siècles), a cura di Bernard Dompnier et Paola Vismara, Rome, Publications de l’Ecole Française de Rome, 2008 ; L’Islam visto da Occidente. Cultura e religione del Seicento europeo di fronte all’Islam, a cura di Bernard Heyberger, Mercedes García-Arenal, Emanuele Colombo, Paola Vismara, Genova-Milano, Marietti 1820, 2009 ; Storia della diocesi di Piacenza. III. L’età moderna. Il rinnovamento cattolico (1508- 1783), Brescia, 2010 ; Pour Annecy et pour le monde : l’ordre de la Visitation (1610-2010), Marie-Élisabeth. Henneau, Paola Vismara, Bernard Barbiche, Julien Coppier, Marie-Élisabeth Henneau, Paola Vismara, Yves Kinossian, Claude Langlois (dir.), Cinisello Balsamo : Silvana Editoriale-Archives départementales de la Haute-Savoie, 2011.

7 Louis Châtellier, « Prefazione », op. cit., p. 3.

8 Paola Vismara, « Tradition et innovation : l’Église de Milan à l’époque des Lumières », dans Louis Châtellier (dir.), Religion en transition dans la seconde moitié du xviiie siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 2000, p. 25-36.

9 Paola Vismara, « Chiesa e religione nelle terre ticinesi nel Settecento », Bolletino Storico della Svizzera Italiana, serie nona-volume CV fascicolo I (2002), p. 39-59.

10 Paola Vismara, « Settecento religioso milanese : un “secolo salesiano” », dans Lombardia monastica e religiosa, a cura di Grado Giovanni Merlo, Milano, Edizioni Biblioteca Francescana, 2001, p. 485-529.

11 Paola Vismara, « Le monastère de la Visitation et l’esprit salésien à Milan au xviiie siècle », dans Bernard Dompnier et Dominique Julia (dir.), Visitation et Visitandines aux xviie et xviiie siècles, Saint-Etienne, CERCOR, 2001, p. 485 et 495.

12 Paola Vismara, « La Visitation de Milan et la société urbaine (1750-1850 environ) », dans Pour Annecy et pour le monde…, op. cit., p. 123-133.

13 Paola Vismara, « Le monastère de la Visitation et l’esprit salésien à Milan au xviiie siècle », art. cit., p. 497.

14 Paola Vismara, « Bossuet en question. Ecclésiologie et politique en Italie au xviiie siècle », dans Bossuet à Metz (1652-1659). Les années de formation et leurs prolongements. Actes du colloque international de Metz (21-22 mai 2004), éd. A.-E. SPICA, Bern, Peter Lang, 2005, p. 305-318.

15 Paola Vismara, « L’influence de la France, de Pistoia à Auctorem Fidei », dans Les échanges religieux entre l’Italie et la France, 1760-1850. Regards croisés-Scambi religiosi tra Francia e Italia, 1760-1850. Sguardi incrociati, éd. Frédéric Meyer et Sylvain Milbach, Chambéry, Presse Université de Savoie, 2010, p. 43-58.

16 Paola Vismara, « I molteplici volti dei “cristiani senza Chiesa” : Francesco Mercurio van Helmont e Francesco Giuseppe Borri », dans Identité et appartenance dans l’histoire du christianisme…, op. cit., p. 89-112.

17 Paola Vismara, « Les splendeurs de la dévotion à Milan. Du Baroque aux Lumières », dans Bernard Dompnier (dir.), Les cérémonies extraordinaires du catholicisme baroque, Clermont-Ferrand, Presses Université Blaise Pascal, 2009, p. 433-458.

18 Ibid., p. 457.

19 Confréries et dévotions dans la catholicité moderne, op. cit..

20 La Chiesa ‘dal basso’. Organizzazioni, interazioni e pratiche nel contesto parrochiale alpini alla fine del medioveo, a cura di Simona Boscani Leoni e Paolo Ostinelli, Milano, FrancoAngeli, 2012.

21 Paola Vismara, « Il volto religioso di Milano nel primo Settecento », dans Ibid., Cattolicesimi. Itinerari sei-settecenteschi, op. cit., p. 131-158.

22 Storia della Diocesi di Piacenza, op. cit.

23 Mario Rosa, Settecento religioso. Politica della ragione e religione del cuore, Venezia, Marsilio, 1999, 310 p.

24 Jean Delumeau, L’avenir de Dieu, Paris, CNRS, 2015, en particulier le chapitre 15 : « L’Europe d’aujourd’hui, notre héritage », p. 211-227.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search