Version classiqueVersion mobile

Droits antiromains xvie-xxie siècles

 | 
Sylvio De Franceschi
, 
Bernard Hours

L’anticurialisme, figure de l’antiromanisme

Gouvernement de l’Église universelle et administration de l’État pontifical au péril de la critique au temps du Risorgimento

François Jankowiak

Texte intégral

  • 1 Pour une présentation d’ensemble, en langue française, de ces problématiques, nous renvoyons au vol (...)
  • 2 L’anticurialisme désigne ici le courant philosophique et juridique né après le concile de Trente da (...)
  • 3 Voir Jean-Pierre Viallet, L’anticléricalisme en Italie (1867-1915), thèse d’État, Université Paris- (...)
  • 4 Sur la notion d’antiromanisme, nous renvoyons aux travaux majeurs de DeDe Franceschi, en particulie (...)

1Dans la langue et l’historiographie italiennes, l’anticurialismo désigne précisément le mouvement de résistance à l’autorité pontificale, amorcé à la fin de la période médiévale et tendant notamment, de la part des pouvoirs séculiers, à exercer un contrôle sur les institutions ecclésiastiques locales, judiciaires et fiscales, et à assujettir le clergé à cette domination1. Quoique procédant de logiques similaires, les régalismes, selon les expériences et les contextes considérés, revêtent des aspects spécifiques, suscitant une élaboration doctrinale (gallicanismes, fébronianisme, épiscopalismes, antijésuitisme, juridictionalismes) et des programmes, historiquement mis en œuvre, de soumission de l’Église « nationale » ou « pré-nationale » à un État, dans le cadre d’une monarchie absolue ou d’un despotisme éclairé – dont relèvent le joséphisme ou encore, cas considérable pour la péninsule italienne au xviiie siècle, la politique de Charles III de Bourbon dans le royaume de Naples2. Cet anticurialisme, à l’évidence, n’est pas sans rapport avec le sens plus large et ordinairement entendu, soit l’ensemble des critiques adressées aux instances centrales du gouvernement de l’Église. La diversité foisonnante des arguments polémiques et la très forte hétérogénéité du corpus peut même faire douter de l’anticurialisme comme catégorie, les traits pouvant viser le pape, les cardinaux, la prélature, et les instances romaines, congrégations permanentes, tribunaux, offices, sans épargner les organes de la diplomatie pontificale ; sa pertinence et sa cohérence internes doivent être mises à l’épreuve. Dans son étude monumentale couvrant la phase la plus critique de la Question romaine, Jean-Pierre Viallet a caractérisé, pour l’Italie, un anticléricalisme – y compris catholique – à dominante anticuriale3, participant d’un antiromanisme4 accueillant aussi certains traits d’un antijuridisme émanant de théologiens ou même de canonistes.

  • 5 Nous reprenons ici sans la discuter la périodisation proposée en 1932 par Guillaume Mollat (La Ques (...)
  • 6 Voir Vittorio La Mantia, Storia della legislazione italiana, 1. – Roma e lo Stato romano, Rome-Turi (...)
  • 7 Voir Girolamo Arnaldi, « Lo Stato della Chiesa nella lunga durata », La Cultura, 37, 1999, p. 197-2 (...)
  • 8 Voir Beniamino Pandolfi, Il papa ed il re. Opuscolo politico, Palerme, 1860, p. 8.
  • 9 Paolo Prodi rapporte en ce sens le témoignage de Giovanni Mocenigo, ambassadeur vénitien à Rome, qu (...)
  • 10 Le cas des cardinaux est rendu plus complexe encore par les liens qui les unissent au souverain pon (...)
  • 11 Ainsi Vincenzo Gioberti, Il Gesuita moderno, t. iii, Naples, 1848, p. 118 : « La Curia romana è la (...)
  • 12 Voir Serafino De Gennaro, Le onorificenze pontificie rispetto allo Stato, Naples, 1901, p. 15.
  • 13 Voir Jean-Pierre Viallet, L’anticléricalisme en Italie, op. cit., t. ier, p. 83. Le thème de la pap (...)
  • 14 Sur cette histoire administrative et juridique du gouvernement pontifical, nous nous permettons de (...)

2On constatera d’abord qu’à cette période, celle du temps long de la Question romaine, que l’on peut borner de Pie VI à Pie XI5, l’expression de « gouvernement des prêtres » et son équivalent italien de pretismo ont servi à stigmatiser plutôt qu’à décrire et moins encore à analyser la Curie romaine et son fonctionnement ; les formules de gouvernement « monarchico-clérical »6 ou d’« hybride du pape-roi »7 s’emploient fréquemment dans le dessein polémique, explicité par Beniamino Pandolfi en 1860, de « contraindre les papes à redevenir prêtres »8, refusant que la dignité de chef de l’Église soit tenue pour un simple ajout – au rôle presque accessoire – à la configuration d’un pontife primordialement souverain9. C’est bien cette ligne interprétative qui soutient le raisonnement selon lequel la Curie romaine s’assimile à un gouvernement d’Ancien Régime dans lequel l’entourage personnel du souverain ne se distingue pas – ou insuffisamment – de la structure, fonctionnelle et « objective », du gouvernement central. D’où, pour le cas romain, la confusion persistante entre d’une part la « cour de Rome », corps protocolaire remplissant également, avec la Chapelle pontificale, d’éminentes fonctions liturgiques, et dont relèvent aussi la plupart des cardinaux10 et des prélats participant au munus regendi du pontife, et d’autre part la « Curie romaine », qui recouvre le gouvernement central proprement dit. La survivance de l’État pontifical jusqu’en 1870, quoique territorialement déjà rétracté à partir de 1859-1860, entretint cette ambiguïté majeure11 : la plupart des critiques adressées au gouvernement pontifical par ceux qu’un auteur qualifiait en 1901 de « mangiapreti »12 dénonce indifféremment les défauts et les « vices » de l’entourage du pape et ceux du gouvernement de l’Église et de ses États, même si l’on relève une tendance, de plus en plus marquée après 1848, à l’anti-temporalisme, c’est-à-dire à la dénonciation ciblée de la souveraineté temporelle du pape et des conséquences funestes qu’elle entraîne13. L’après-1870 et la configuration, graduellement admise, d’une Curie comme gouvernement sans État, préposé à l’administration de la seule Église universelle14, ne constitue pas à elle seule un facteur d’apaisement ; la réclusion volontaire du pontife au Vatican, se tenant pour prisonnier de l’Italie, ainsi que l’argument réitéré de l’atteinte aux droits de Dieu et de la spoliation des États pontificaux par le nouveau royaume expliquent pour partie la vigueur conservée de ces joutes polémiques. La notion d’anticurialisme doit donc s’entendre largement pour désigner l’ensemble des éléments retenus à l’encontre d’un gouvernement pontifical à la fois centre politique de la catholicité et gestionnaire d’un État confessionnel ou regrettant – par le biais des déclarations magistérielles notamment – qu’il ne le soit plus. L’arsenal argumentaire, s’il réemploie une partie des traits formulés dès la Renaissance et la Réforme, conserve également, pour mieux justifier une critique d’ensemble, un double front offensif, distinguant, d’une part, le pape de son gouvernement, mêlant, d’autre part, les structures institutionnelles de la Curie et le personnel qui leur est affecté.

Le pape, la Cour et la Curie

  • 15 Voir Pietro Tamburini, Vera idea della Santa Sede, Pavie, 1787 [11784], p. 34 : « La santa Sede e l (...)
  • 16 Ibid., p. 44 : « 1. L’autorità della Santa Sede, ossia della Prima Chiesa, è di divina istituzione  (...)
  • 17 Ibid., p. 66 : « Ora Gesù Cristo non ha fatto della sua Chiesa una potenza temporale ; anzi si è ch (...)
  • 18 Les congrégations romaines « non hanno alcun titolo negli antichi canoni, nel diritto primitivo, e (...)

3Un des points d’ancrage de la critique des instances centrales de l’Église romaine, envisagée à partir de la fin du xviiie siècle, est précisément sa romanité. En 1784, le janséniste Pietro Tamburini, dans sa Vera idea della Santa Sede, souligne que « le Saint-Siège et l’Église romaine ne sont pas la même chose »15 dans la mesure où, si l’autorité du Saint-Siège est d’institution divine, le fait que cette autorité se soit fixée à Rome est quant à lui d’institution humaine16. L’affirmation permet de corréler romanité de l’Église et « temporalité » du gouvernement pontifical, faisant distinguer entre la Rome civile et politique et celle spirituelle, soit entre la « Cour de Rome », assimilée à la Curie, et le Saint-Siège17. La logique argumentative se déploie dès lors suivant deux axes principaux : en premier lieu, une séparation entre la personne du souverain pontife et les organes du gouvernement central de l’Église romaine, puis une articulation entre le cardinalat et l’appareil « bureaucratique » de gouvernement, à travers les congrégations romaines permanentes, lesquelles ne peuvent revendiquer aucune légitimité ; aux yeux de Tamburini, elles sont dépourvues de tout titre selon les anciens canons et le droit primitif, mais sont d’institution moderne, devant leur origine « au pur bon plaisir des pontifes romains », qui les ont peuplées de cardinaux, de prélats, de consulteurs et de théologiens. Les congrégations ne sauraient par conséquent prétendre à autre chose que de remplir une fonction de conseil privé du pape, et nullement à incarner l’Église romaine ou le Saint-Siège18.

4De manière logique, cette même grille s’imposa à l’apologétique ; l’Histoire générale de l’Église depuis la Création jusqu’à nos jours inaugurée par Joseph Épiphane Darras, poursuivie par Jean-François Bareille, puis par le prolifique Justin Fèvre, relève en introduction de son 40e volume, publié en 1888, que

  • 19 Histoire générale de l’Église depuis la Création jusqu’au xiie siècle, par l’abbé J.- E. Darras, ju (...)

de notre temps, beaucoup d’hommes, soi-disant sérieux, ont porté, sur Pie IX, leur grave jugement, [affirmant que] c’était un homme bon, mais qui n’avait rien entendu à son temps et avait gouverné l’Église en Épiménide. Esclave de la curie Romaine [sic], suppôt des Jésuites, âme fermée à toutes les lumières et à tous les progrès de son siècle, voilà à peu près ce que ces grands esprits ont vu dans Pie IX19.

  • 20 Ferdinand Fabre, L’abbé Tigrane, Paris, 1873, p. 17.
  • 21 Ce qu’on a fait de l’Église. Étude d’histoire religieuse, avec une humble supplique à Sa Sainteté l (...)

5La pureté d’âme du pontife, angélique jusqu’à l’angélisme, démontre son inappétence au gouvernement et le condamne à une hostilité à la modernité, laissant une ample marge de manœuvre aux cardinaux et aux personnels de la Curie, à l’esprit plus pragmatique et, partant, bien plus politiques que le souverain qu’ils sont supposés servir. En 1873, dans L’abbé Tigrane, roman de Ferdinand Fabre – sous-titré pour sa 2e édition, en 1877, Candidat à la papauté –, un directeur de séminaire explique qu’il a « vu beaucoup d’ecclésiastiques revenus d’au-delà des monts après un long séjour » et qu’il n’en a « pas connu qui n’eût reçu là-bas une forte teinte de machiavélisme » : « Machiavel, c’est toute l’Italie20. » En 1912, le pamphlet Ce qu’on a fait de l’Église introduit le chapitre portant sur la Curie romaine par ces mots : « Au Vatican existent deux pouvoirs qu’on doit bien se garder de confondre : d’abord, le pape ; puis, à côté du pape, l’administration centrale, c’est-à-dire les bureaux de l’Église. Les papes changent, les bureaux restent ; ce sont les bureaux qui, pratiquement, assurent la continuité du système, et le pape, tout omnipotent qu’il paraisse, est plus ou moins prisonnier de cette bureaucratie qui, en théorie, ne fait qu’exécuter sa volonté21. »

  • 22 Ce qu’on a fait de l’Église, op. cit., p. 59.
  • 23 Voir Lodovico Bertocchini, La verità agli Eminentissimi Cardinali di S. R. C. Lettera di un cattoli (...)

6Le caractère permanent d’un gouvernement « qui ne meurt jamais » fait insister sur la réalité d’un pouvoir placé tout entier – et de façon illégitime – entre les mains d’une oligarchie curiale qui « a toujours servi admirablement le pontife parce que son plus grand intérêt était de le servir »22. La défiance envers la médiation sacerdotale, plus particulière à la critique d’origine protestante, stigmatise l’influence d’une « casta jeratica »23 séparée des fidèles et indépendante du souverain au sommet de l’Église. Ce type d’argument apparaît dès les débuts du pontificat de Pie IX, dont les premières velléités réformistes et « libérales » sont freinées par la Curie. Un diplomate s’inquiète :

  • 24 Rapport d’Auguste De Liedekerke (représentant des Pays-Bas à Rome de 1831 à 1855), 28 juillet 1846, (...)

Qui sait seulement si cet excellent pontife, et malgré ses bonnes intentions, pourra jamais parvenir à réaliser dans ses États un progrès bien sérieux, en présence de l’opposition qu’il va rencontrer au sein même du Sacré-Collège ; de celle que lui prépare la portion fanatique, et malheureusement assez nombreuse, de son propre clergé, et enfin de la part d’employés qui, vivant d’abus séculaires, trouvent avec raison que c’est le meilleur des régimes, et se disposent, en conséquence, à le défendre comme l’arche sainte24.

  • 25 Alphonse Balleydier, Histoire de la révolution de Rome. Tableau religieux, politique et militaire d (...)

7Le Français Alphonse Balleydier affirme alors dans son Histoire de la Révolution de Rome que « Pie IX est prisonnier dans son palais » : « Les cardinaux, ses geôliers, le ravissent à l’amour du peuple »25. Balleydier propose en conséquence d’organiser une attaque du Quirinal. Exceptionnel à cet égard est l’opuscule de Jean-Baptiste Charles Paya qui, en 1861, refuse de distinguer entre le pape et son entourage :

  • 26 Voir Jean-Baptiste Charles Paya, Un prisonnier du pape, Paris, 1861, p. 12-13. Les mises en valeur (...)

Il y a longtemps que j’étais personnellement convaincu que, dans les attaques contre le pouvoir temporel, la distinction qu’on voulait établir entre Pie IX et son gouvernement était une pure fiction. [...] Pie IX sait tout et veut tout ce qui se pratique en son nom. [...] Le lecteur ne sera donc pas surpris que le titre du présent écrit porte : Un prisonnier du Pape, et non Un prisonnier du cardinal Antonelli26.

  • 27 Voir Brigitte Basdevant-Gaudemet, Le jeu concordataire dans la France du xixe siècle. Le clergé dev (...)
  • 28 Ainsi, par exemple, dans les ouvrages anonymes intitulés I misteri del clero romano, o Rivelazioni (...)
  • 29 Sur cette doctrine et son évolution, voir François Jankowiak, « Décadence et société parfaite dans (...)
  • 30 Voir Pier Fausto Palumbo, « Roma e antiroma nella coscienza storica », Storia e Civiltà, 9, 1993, p (...)

8La dénonciation du pretismo, à l’image de la « sacerdocie » peinte par Jouet au tournant des années 189027, contamine également le clergé romain jusqu’aux simples prêtres. Cette conception extensive de la « cour de Rome »28 se diffuse en contrepoint du discours pontifical de légitimation des clercs comme « lumière du monde et sel de la terre » et de l’ecclésiologie de la societas perfecta qui fut aussi une réponse des institutions romaines aux attaques dont elles étaient la cible29. Ainsi la continuité de l’anticurialisme tient-elle profondément à celle de son argumentaire, qui unit les plans politique et théologique à la critique morale et fonctionnelle. La dénonciation du système campe la Curie en usurpatrice du pouvoir légitime du pape : cardinaux et prélats outrepasseraient leurs compétences pour conditionner – et altérer – la pensée et l’action du pape, empêchant notamment un rapport direct avec les différents épiscopats. Cette position de médiation indue suscite la dénonciation de la centralisation du pouvoir et de la romanisation imposée aux Églises30 :

  • 31 Ce qu’on a fait de l’Église, op. cit., p. 59.

Les abus tant de fois dénoncés [...] reparaissent périodiquement, imposés par les nécessités d’un gouvernement autocratique : les souverains pontifes, dès qu’ils arrivent au pouvoir, comprennent la force de la centralisation et qu’il n’y a pas de centralisation sans bureaucratie. De là cette armée de scribes, de procureurs, d’employés qui, s’enflant toujours, est devenue la milice du pouvoir absolu31.

  • 32 Orio Giacchi, « La norma nel diritto canonico », La norma en el derecho canonico. Actas del III. Co (...)
  • 33 Voir Domenico Demarco, Lo Stato Pontificio da l’Ancien Régime alla Rivoluzione, 3. – Una rivoluzion (...)

9Le triomphe du pouvoir romain face aux particularismes locaux aggrave la perception biaisée du monde de la part des curialistes : que dire ainsi de l’éloignement des réalités entre « le prêtre perdu dans une petite localité isolée du Guatemala ou de l’Alaska et les dignitaires de la Curie romaine qui travaillent à l’ombre des fresques de Michel-Ange ou de Raphaël »32 ? La proximité des chefs-d’œuvre n’implique, hélas ! pas une délicatesse et une sensibilité de même aloi. La splendeur se réduit souvent à l’apparat, avec son cortège d’orgueils et de vanités, caractéristique d’un comportement de cour profane violemment dénoncé par Gioberti. Cet état de choses appelait la qualification politique : en 1849, un libelle s’en prenait à la « Corte prelatocardinalizia », comprise comme vivier et bouillon de culture de la réaction, suspectée de vouloir restaurer le vieil absolutisme avec son cortège de « plaisirs, de tables opulentes, de fiacres dorés et de révérences des courtisans »33.

  • 34 Voir Enrico Poggi, Discorsi economici, storici e giuridici, Florence, 1861, « Del dominio temporale (...)
  • 35 Giuseppe Mazzini, Questione morale, Imola, 1940 [11866], p. 200. Pour Garibaldi, le pape est « un c (...)
  • 36 Chateaubriand, Mémoires d’Outre-Tombe, éd. Maurice Levaillant et Georges Moulinier, Paris, 1951, t. (...)
  • 37 Giuseppe Antonio Sala, Rome and Venice with other wanderings in Italy in 1866-67, Londres, 1869, p. (...)

10Or cette déformation du regard, de la part des dirigeants de la Curie, est imputée à la survivance, elle aussi illégitime, d’un État temporel devenu « un moyen sans fin »34, privé de raison d’être, constituant même un fardeau et donnant à la papauté le visage d’un « cadavre [...] source permanente de corruption et d’immoralité, [...] greffe de pourriture dans le corps de l’Italie naissante »35. La Congrégation de l’Index, par exemple, paraît un « témoin des anciens temps au milieu des temps nouveaux », selon la formule de Chateaubriand36. Ce sentiment d’anachronisme du gouvernement pontifical s’appuie sur la représentation d’un pape très âgé. Un diplomate anglais décrit « un gouvernement qui n’appartient pas au xixe siècle, mais au xive » : « Le pape est un cher vieux gentilhomme, mais il a cinq cents ans37. » Cette critique est particulièrement vive sede uacante, ou de manière plus générale à l’approche des conclaves. À la veille de l’élection de Pie IX, l’ambassadeur Auguste De Liedekerke s’interroge :

  • 38 Rapport du 15 avril 1846, édité dans Alberto-Maria Ghisalberti, Nuove ricerche, op. cit., p. 7.

Comment le gouvernement des États pontificaux répondrait-il aux besoins des générations nouvelles ? L’élection remise à un collège de vieillards porte toujours sur un vieillard que ses grands devoirs envers la Chrétienté détournent presque toujours des soucis d’un gouvernement temporel ; le trône sur lequel il passe n’est que la première marche du somptueux mausolée qui l’attend38.

Visages du malgoverno

  • 39 Philippe Boutry, art. « Grégoire XVI », Dictionnaire historique de la papauté, dir. Philippe Levill (...)
  • 40 Fiorella Bartoccini, Roma nell’Ottocento. Il tramonto della ‘città santa’. Nascità di una capitale, (...)
  • 41 Voir Ciro Piccirillo, « Le idee nuove del padre Curci sulla questione romana », Chiesa e Stato nell (...)
  • 42 Raffaele De Cesare, Roma e lo Stato di Papa. Dal ritorno di Pio IX al XX Settembre, 1. – 1850-1860, (...)
  • 43 Domenico Demarco, Lo Stato pontificio, op. cit., t. iii, p. 283.
  • 44 À l’acmé de la crise moderniste, en 1908, le vicaire général d’Albi, Louis Birot, écrivait à un ami (...)
  • 45 Dans sa Vie de Saint François d’Assise, mise à l’Index le 8 juin 1894, Paul Sabatier dénonçait « ce (...)
  • 46 Voir Reinhart Koselleck, Le règne de la critique, Paris, 1979, Jürgen Habermas, L’espace public, Pa (...)
  • 47 Francesco Ruffini, « La codificazione del diritto ecclesiastico. Memoria », Studi di diritto romano (...)
  • 48 Alphonse Baudrillart, Carnets 1914-1918, éd. Paul Christophe, Paris, 1994, p. 523 : « Veuillot m’éc (...)

11Une telle sclérose institutionnelle, associée au lieu commun de l’obscurantisme ecclésiastique, devait fixer dans un large courant de l’historiographie du Risorgimento l’image d’une Rome des ténèbres victime du malgoverno de l’État, imperméable aux aspirations du romantisme national et politique. À une papauté encore « ecclésiologiquement et politiquement prisonnière du cadre de l’alliance des trônes et de l’autel »39 correspondait une Curie romaine corsetée par une multitude d’usages et de privilèges. L’idée même d’un gouvernement des prêtres devint un signe de contradiction, injustifiable au regard des principes animant le droit public des États séculiers ; le pape pouvait au mieux régner, non pas gouverner. L’opinion publique en gestation ne pouvait plus « se contenter de commentaires formels sur la situation, mais exigeait le buon governo »40, seul mode de transaction politique acceptable pour un Ancien Régime ecclésiastique contemporain d’une Révolution politique. La double nature, spirituelle et temporelle, dont prétend relever le gouvernement pontifical, est pour beaucoup le signe révélateur d’une duplicité. Le Vaticano regio est, aux yeux du jésuite Carlo Maria Curci, le fruit de l’État temporel, qui a transformé le gouvernement du pape en « Corte regale » ou « regale Curia », dominée par les préoccupations terrestres41. Cet argument ancien est le point d’appui du reproche, lui aussi classique, du service de deux maîtres, reflété par le train de vie somptueux et l’indécente richesse de la Cour romaine ; c’est là un cadre somme toute typique pour l’exercice d’une tyrannie, celle de la Curie en général, mais aussi celle, personnalisée, de personnages incarnant un arbitraire aveugle, voire brutal. Dans ce registre se signale le personnage du majordome, première charge de la cour, régnant sur les accès à la personne du souverain pontife et pour cette raison toujours courtisé et souvent détesté. Raffaele de Cesare écrit en 1882 que « réellement, les majordomes ont été choisis, de tous temps et dans toute cour, parmi les nullités les plus criantes », tradition devenue règle, selon lui, dans l’entourage du pape et appliquée avec une constance particulièrement déplorable au xixe siècle42. De manière plus large, Domenico Demarco doutait en 1849 que les prélats fussent un jour capables de renoncer au « sceptre d’un pouvoir arbitraire », symbole et signe du « monopole de la fortune et des honneurs »43. Parfois assimilé au despotisme, dans ses variantes éclairée ou asiatique, le fonctionnement curial encourt, plus rarement il est vrai, l’accusation de dictature44, dont les exécutants, en sinistre uniforme, sont des prêtres-soldats45. Le point qui mériterait ici approfondissement est celui de l’application au gouvernement pontifical des arguments liés à la contrainte de transparence et plus globalement à la « révolution de la publicité » constatée dans l’histoire moderne des États séculiers46. L’arbitraire, espace sombre non soumis à la rationalité politique, appelle la dissimulation, voire la duplicité, et l’illisibilité des stratégies, un ensemble qui finit par composer, pour ses détracteurs, le stylus et la praxis Curiœ. Ainsi, pour le juriste catholique Francesco Ruffini, « la Curie romaine a porté à un degré insurpassable l’art de dire et de ne pas dire, d’interdire et de concéder en même temps, de s’occuper de tout et de cacher, temporum ratione habita47. » Le monde pontifical est avant tout un « monde noir »48, dont l’obscurité même stimule la fécondité critique à son encontre.

  • 49 Raffaele De Cesare, Roma e lo Stato di Papa. Dal ritorno di Pio IX al XX Settembre, t. ii, 1860-187 (...)
  • 50 Jean de Bonnefon, Le pape de demain, Paris, 1889, p. 137.
  • 51 Austin Gough, Paris et Rome. Les catholiques français et le pape au xixe siècle, trad. française, P (...)
  • 52 Constitution Pro commissa nobis a Domino, 15 août 1592, Bullarium Romanum, vol. 9, Turin, 1865, p.  (...)
  • 53 Auguste-Jean Boyer d’Agen, La jeunesse de Léon XIII d’après sa correspondance inédite de Carpineto (...)
  • 54 Luigi Galeotti, Della sovranità e del governo temporale dei Papi, 2e éd., Capolago, 1847, p. 44.
  • 55 Alphonse Baudrillart, Carnets 1914-1918, op. cit., p. 564 (passage du 20 mai 1917).
  • 56 Recension et analyse des pamphlets anti-Antonelli dans Christoph Weber, Kardinäle und Prälaten in d (...)
  • 57 Voir François Jankowiak, art. « Antonelli, Giacomo », Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège, di (...)
  • 58 Fernand Mourret, Histoire générale de l’Église, t. viii/1, L’Église contemporaine, 1823- 1878, Pari (...)
  • 59 Giacomo Martina, Pio IX, 1851-1866, Rome, 1986, p. 42.
  • 60 Ernesto Masi, Nell’Ottocento. Idee e figure del secolo XIX, Milan, 1918, p. 406 : « [...] il trista (...)
  • 61 Franco Vistalli, Il cardinale Francesco di Paola Cassetta nella sua età e nella sua opera, Bergame, (...)
  • 62 Edmond About, La question romaine, 2e éd., Paris, 1861, p. 104.
  • 63 Jugement du cardinal Alfredo Ildefonso Schuster, archevêque de Milan, en 1954, rapporté par Giovann (...)
  • 64 Voir surtout Roger Aubert, « La chute de Mgr de Merode en 1865. Documents inédits », Rivista di sto (...)

12Ce monde noir a ses fantômes, ses ombres inquiétantes. Posés en principaux responsables du dysfonctionnement de l’appareil curial, les cardinaux, prélats et employés concentrent sur leurs personnes une grande partie des reproches faits au gouvernement pontifical et à son organisation. Le procédé de dissociation, utilisé par la littérature critique, entre les hommes et l’institution dont ils relèvent constitue le pendant précis de la séparation déjà signalée entre la personne du pape et les structures administratives censées lui apporter leur concours. Les attaques contre les cardinaux dénoncent pêlemêle leur impiété coupable, leur ignorance insondable et leur irresponsabilité. Raffaele de Cesare raille ainsi l’inculture « phénoménale » du secrétaire des Brefs, le cardinal Barberini qui, n’ayant pas trouvé dans un dictionnaire latin le mot Kyrie et ne sachant pas l’expliquer, a conclu que Dieu n’en permettait pas la traduction49 ; quant au cardinal Giuseppe d’Annibale, « son ignorance lui a fait écrire un Traité de morale, son Traité de morale l’a fait nommer assesseur du Saint-Office, son titre d’assesseur l’a mené au Sacré Collège50. » L’âge avancé de beaucoup de porporati ajoute à leur inefficacité coupable. La Congrégation des Rites est ainsi « un des départements les plus léthargiques de l’administration romaine » : « Ses commissions se réunissent très rarement ; des cardinaux octogénaires sommeillent au long d’importants débats ; des papiers se perdent, ou sont subtilisés par les parties intéressées ; le travail s’arrête pour les vacances romaines d’été51. » L’administration temporelle n’est guère mieux lotie, la restriction de ses compétences favorisant l’inaction et la lenteur des procédures. La congrégation du Buon Governo, fondée par Clément VIII en 159252, dépeinte comme « le bon petit ministère de l’Intérieur de l’État pontifical », apparaît surtout comme un « Ministère du bon repos », hanté par « cette vieille race d’employés aussi intransigeants qu’inamovibles dans leur poste », puisque, selon Boyer d’Agen, « cette maison ne renouvelait pas son personnel deux fois en un siècle53. » La direction des dicastères par les cardinaux n’est plus qu’illusion : leur méconnaissance des mécanismes internes les cantonne à un rôle de représentation ou d’enregistrement, « à la remorque de leurs employés »54, à commencer par les consulteurs des Congrégations, qui parfois sont des laïcs. Le futur cardinal Baudrillart s’inquiète ainsi de « l’extrême timidité des cardinaux, même préfets de Congrégation » : « Ils restent très dépendants, très subalternes, craignant toute responsabilité, veulent toujours en référer au pape, ont peur les uns des autres55. » Les personnages plus actifs tombent systématiquement dans l’arbitraire. La figure emblématique, cible explicite ou sous-entendue de ces attaques, est naturellement celle de Giacomo Antonelli56, « inamovible » secrétaire d’État de Pie IX de 1848 à sa disparition en 187657. Fernand Mourret retient que « ce prince de l’Église, qui ne fut jamais prêtre, ne s’occupa jamais des affaires proprement spirituelles »58. Si, pour Giacomo Martina, ce fut un choix délibéré de la part d’Antonelli59, cette option fraya la voie à la dénonciation de son absence de moralité et de l’inexistence de sa pratique religieuse. Le contraste ainsi formé entre Pie IX et « son » secrétaire d’État fit apparaître ce dernier, au gré des formules rencontrées dans les sources, comme un « mauvais génie » du pape60, chantant « comme la sirène qu’il avait pour emblème »61 et dont, surtout, il est le « maître par la peur »62. Cet état de dépendance dans lequel le pape se trouvait vis-à-vis de ce prélat appelait une comparaison définitive : « Jésus aussi avait Judas à ses côtés63. » Parallèlement, le secrétaire d’État recueillait des compliments mitigés sur ses qualités diplomatiques, ses orientations politiques et sa faculté de manœuvrer en vue d’exercer un règne sans partage, provoquant la chute de ses rivaux potentiels, tels Mgr de Merode64, ou les tenant éloignés de Rome, tel l’archevêque-évêque de Pérouse Gioacchino Pecci, futur Léon XIII. Hors ces figures saillantes, de façon générale, la médiocrité morale de l’individu détermine l’arbitraire de l’institution ; par exemple, l’absence de motivation des sentences rendues par les Congrégations et les tribunaux est imputée à la (mauvaise) volonté des cardinaux qui « ne donn[e]nt pas de raisons pour ne pas avoir à les discuter » :

  • 65 Ce qu’on a fait de l’Église, op. cit., p. 334.

L’art des nuances leur est inconnu. On sait le rôle que jouent les considérants dans nos tribunaux modernes. Pour des juges que le texte lie et qui doivent condamner, ils sont un moyen d’atténuer une trop rigoureuse sentence et de sauvegarder équitablement l’honneur de l’accusé. Les éminentissimes ne s’embarrassent pas de ces précautions-là ; leurs arrêts sont nets et tranchent comme un couperet ; ils habillent les gens d’une seule épithète65.

  • 66 Michel Pernot, La politique de Pie X (1906-1910). Modernistes. Affaires de France. Catholiques d’Al (...)
  • 67 Alphonse Baudrillart, op. cit., p. 117, 7 décembre 1914 [rapportant les propos de M. Perrin].

13La critique qui s’attache à l’identification des individus ou de la catégorie d’individus coupables d’avoir – par leur comportement – instauré une telle situation privilégie massivement la dénonciation de « l’arrogance et l’ignorance des prélats romains, dont l’influence désormais incontestée peut devenir fatale à l’Église qu’ils prétendent gouverner »66. Leur relative jeunesse – à la différence des cardinaux – est porteuse d’autres dangers : « Ils prétendent tout mener de front sans savoir. La prélature est composée de jeunes gens sans aucune expérience du monde, sans connaissance des autres pays ; ils s’appuient dans les bureaux sur de jeunes ecclésiastiques grossiers, ignorants, sortis de pauvres familles, eux-mêmes sans relations, sans argent ; gagner quelque chose est leur seul idéal67. » Un constat similaire avait été formulé plus tôt dans le siècle, dans un rapport émanant de l’un des deux comités préparatoires du concile national de 1811 :

  • 68 Cité par Louis Matthias de Barral, Fragments relatifs à l’histoire ecclésiastique des premières ann (...)

Il est hors de doute que, depuis un certain temps, la Cour de Rome est resserrée dans un petit nombre de familles ; que les affaires de l’Église y sont examinées et traitées par un petit nombre de prélats et de théologiens pris dans de petites localités des environs et qui ne sont pas à portée de bien voir les grands intérêts de l’Église universelle, ni d’en bien juger. Dans cet état de choses, convient-il de réunir un concile ? Ne faudrait-il pas que le Consistoire, ou le Conseil particulier du pape, fût composé de prélats de toutes les nations pour éclairer Sa Sainteté68 ?

  • 69 Michel Pernot, Le Saint Siège, l’Église catholique et la politique mondiale, Paris, 1924, p. 139.
  • 70 Cité par Alberto-maria Ghisalberti, Roma da Mazzini a Pio IX. Ricerche sulla restaurazione papale d (...)
  • 71 Paul-Maria Baumgarten, « Die Geschäftsführung an der Kurie », Die Grenzboten, 61, 1902, p. 400-406, (...)
  • 72 Propos de Mgr Deploige, recteur de l’Institut philosophique de Louvain, rapportés par Alphonse Baud (...)
  • 73 Armando Ravaglioli, « Un papa troppo amato. Pio IX dalle ovazioni all’esilio », Strenna dei Romanis (...)

14La médiocrité découle ainsi d’un horizon borné, tandis que le caractère représentatif d’un Sacré Collège ou de dicastères composés d’individus d’origines ou de nationalités différentes, nonobstant la présence de laïcs au sein des organes administratifs ou judiciaires – ainsi que Metternich l’avait exigé de Grégoire XVI dans le Mémorandum des puissances du 21 mai 1831 –, est un gage de légitimité comme de modernité. Le trait est d’autant plus vif que le personnel de la Curie, sauf rare exception, s’expose à la déconsidération en raison de sa faible formation technique. Le cursus universitaire romain était raillé comme obsolète, justifiant aux yeux d’Ignaz von Döllinger l’adage répandu en Allemagne : « Doctor Romanus, asinus Germanus69. » Au témoignage d’Alphonse de Rayneval, ministre français des Affaires étrangères en 1850, les employés avaient de leur côté « appris pour toute science administrative l’obéissance et l’aveugle soumission »70. L’étroitesse de vues et le légalisme des décisions, prises sensim sine sensu, dénotaient une domination outrancière de la lettre sur l’esprit71. L’association de « petits esprits, petits caractères, petits moyens »72 expliquait « mille dysfonctionnements, mille mauvaises habitudes »73 que certains hauts responsables cherchaient à peine à dissimuler. Longfellow écrivait en 1868 :

  • 74 Voir Silvio Negro, Seconda Roma (1850-1897), Milan, 1977, p. 20-21.

Rome me déprime, c’est un temps incroyable, mort-vivant ; elle est ravagée, bombardée par l’opinion publique, et pourtant blottie dans son passé, sonnant de toutes ses alarmes et toujours avec ses vieilles chausses [...]. Je le disais l’autre jour au cardinal Antonelli, et il me répondit, entre deux prises de tabac : Oui, mais nous savons pourtant rendre grâce à Dieu74.

  • 75 La Constitution Sapienti consilio promulguée par Pie X le 29 juin 1908 évoque les « Congregationes, (...)

15L’examen de cet ensemble critique, qui, sans avoir l’unité d’un corpus, compte des traits récurrents, souligne l’originalité de cette phase de transition vers le gouvernement sans État que devient la Curie dépouillée de ses missions temporelles. La réforme menée par Pie X en 1908, concomitamment avec l’entreprise de codification du droit canonique aboutie en 1917, devait lever en grande partie l’ambiguïté terminologique, source de confusions et partant de critiques, entre cour pontificale et Curie romaine, définie pour la première fois de façon rationnelle, c’est-à-dire en ne prenant en compte que les organes et en ne mentionnant plus que « les affaires universelles » de l’Église, en admettant le caractère irréversible de la disparition du pouvoir temporel intervenue en septembre 187075.

  • 76 Arturo Carlo Jemolo, Chiesa e Stato in Italia negli ultimi cento anni, Turin, 1938, p. 23.
  • 77 En référence à la formule de Giovanni Spadolini, Il Tevere più largo. Da Porta Pia ad oggi, Milan, (...)
  • 78 Silvio Negro, Seconda Roma, op. cit., Milan, 1943, p. 13.

16Ce travail d’objectivation sous forme de spiritualisation forcée se présente comme le solde d’une histoire, celle d’une prérogative temporelle dont la reconquête, encore objet d’aspirations sous le pontificat de Léon XIII, n’intéresse plus le pouvoir romain à la veille de la Première Guerre mondiale. La critique de la Curie perdit alors une de ses cibles de prédilection. Pour autant, la mémoire de l’argument demeura longtemps très vive : Arturo Carlo Jemolo confiait en 1938 que sa génération continuait de ressentir vivement les polémiques liées au pouvoir temporel et qu’il connaissait encore des hommes capables de s’enflammer pour sa renaissance ou pour en nier la raison d’être76. Si, au fil des années, les deux berges du Tibre avaient fini par se rapprocher77, la figure de la Rome pontificale restait tendue, pour reprendre la célèbre formule de Silvio Negro, entre répulsion et fascination78.

Notes

1 Pour une présentation d’ensemble, en langue française, de ces problématiques, nous renvoyons au volume Les clercs et les princes. Doctrines et pratiques de l’autorité ecclésiastique à l’époque moderne, éd. Patrick Arabeyre et Brigitte Basdevant-Gaudemet, Paris, 2013.

2 L’anticurialisme désigne ici le courant philosophique et juridique né après le concile de Trente dans le royaume de Naples, alors sous vice-royauté espagnole ; préconisant la suppression des privilèges féodaux, judiciaires et fiscaux du clergé, il reçut l’appui de plusieurs philosophes, historiens et économistes, parmi lesquels Pietro Giannone, Costantino Grimaldi et Antonio Genovesi, ainsi que de nombreux évêques. Voir Domenico Forges Davanzali, Giov. Andrea Serrao, vescovo di Potenza e la lotta dello Stato contro la Chiesa di Napoli nella seconda metà del Settecento, Bari, 1937, Lino Marini, Pietro Giannone e il giannonismo a Napoli nel Settecento. Lo svolgimento della coscienza politica del ceto intellettuale del Regno, Bari, 1950, Andrea Melpignano, L’anticurialismo napoletano sotto Carlo III, Rome, 1965, Mario Rosa, Riformatori e ribelli nel ‘700 religioso italiano, Bari, 1969,
« Politica concordataria, giurisdizionalismo e organizzazione ecclesiastica nel regno di Napoli sotto Carlo di Borbone », p. 119-159, Agostino Lauro, Il giurisdizionalismo pregiannoniano nel Regno di Napoli. Problema e bibliografia (1563-1723), Rome, 1974, et Elena Brambilla, « Dall’anticurialismo alla Riforma : caratteri originali dell’anticlericalismo in Italia », Società e storia, 116, 2007, p. 383-387.

3 Voir Jean-Pierre Viallet, L’anticléricalisme en Italie (1867-1915), thèse d’État, Université Paris-X, 1991, 7 vol.

4 Sur la notion d’antiromanisme, nous renvoyons aux travaux majeurs de DeDe Franceschi, en particulier « Le pouvoir indirect du pape au temporel et l’antiromanisme catholique des âges pré-infallibiliste et infallibiliste », Revue d’histoire de l’Église de France, 88, 2002, p. 103- 149, La crise théologico-politique du premier âge baroque. Antiromanisme doctrinal, pouvoir pastoral et raison du prince : le Saint-Siège face au prisme français (1607-1627), Rome, 2009. Voir aussi Histoires antiromaines, textes réunis par Sylvio De Franceschi, Chrétiens et Sociétés, Documents et mémoires, 15, Lyon, 2011, et Histoires antiromaines II, textes réunis par Franz-Xaver Bischof et Sylvio De Franceschi, Chrétiens et Sociétés, Documents et mémoires, 23, Lyon, 2014.

5 Nous reprenons ici sans la discuter la périodisation proposée en 1932 par Guillaume Mollat (La Question romaine de Pie VI à Pie IX, Paris, 1932) ; on peut soutenir que si, avec le parachèvement de l’unité italienne en 1870, la Question romaine est pour l’essentiel réglée du point de vue de l’État italien, elle subsiste, aggravée encore, aux yeux du Saint-Siège, jusqu’au règlement intervenu en 1929 par les Accords du Latran. Voir les précisions importantes et les mises en perspective – quoique anciennes – dessinées par Walter Maturi, « Questione Romana », Enciclopedia italiana, vol. XXIX, Rome, 1936, p. 940, puis par Massimo de Leonardis, « Note di storia della storiografia italiana sulla Questione Romana », Rassegna storica del Risorgimento, 65, 1978, p. 387-407. Le problème du statut de la ville de Rome ainsi que, plus largement, celui de la délimitation du territoire constituèrent une partie non négligeable des débats : voir Tullio Aebischer, « Le ipotesi territoriali nella questione romana dal 1870 al 1929 », Rassegna storica del Risorgimento, 87, 2000, p. 411-430.

6 Voir Vittorio La Mantia, Storia della legislazione italiana, 1. – Roma e lo Stato romano, Rome-Turin, 1884, p. 642.

7 Voir Girolamo Arnaldi, « Lo Stato della Chiesa nella lunga durata », La Cultura, 37, 1999, p. 197-217 [p. 208].

8 Voir Beniamino Pandolfi, Il papa ed il re. Opuscolo politico, Palerme, 1860, p. 8.

9 Paolo Prodi rapporte en ce sens le témoignage de Giovanni Mocenigo, ambassadeur vénitien à Rome, qui affirmait en 1612 que le pape détient « la puissance (potestà) absolue dans le gouvernement temporel, à laquelle s’ajoute la dignité pontificale » (Il sovrano pontefice. Un corpo e due anime : la monarchia papale nella prima età moderna, Bologne, 1982, p. 52).

10 Le cas des cardinaux est rendu plus complexe encore par les liens qui les unissent au souverain pontife dans – outre la Cour et la Curie – le cadre de la ville de Rome, faisant surgir du même mouvement la question de leur universalité (Urbs/Orbs). Si la résidence à Rome n’est obligatoire que pour les cardinaux de Curie, n’ayant pas charge d’âmes dans des diocèses, tous les cardinaux entretiennent un rapport particulier à la Ville, y étant « titulaires » d’une église (pour les cardinaux-prêtres) ou d’une diaconie (cardinaux-diacres) et conjointement membres de certains dicastères romains (congrégations romaines, tribunaux et offices). Voir sur cette dimension romaine du cardinalat François Jankowiak, Laura Pettinaroli (dir.), Les Cardinaux entre Cour et Curie. Une élite romaine (1775- 2015), Rome, École française de Rome, 2017.

11 Ainsi Vincenzo Gioberti, Il Gesuita moderno, t. iii, Naples, 1848, p. 118 : « La Curia romana è la prima aristocrazia, poichè è la corte, il consiglio e il braccio di un principe, che per la sua dignità spirituale e suprema è il primo monarca del mondo ».

12 Voir Serafino De Gennaro, Le onorificenze pontificie rispetto allo Stato, Naples, 1901, p. 15.

13 Voir Jean-Pierre Viallet, L’anticléricalisme en Italie, op. cit., t. ier, p. 83. Le thème de la papauté fossoyeuse des « espérances d’Italie », développé par Cesare Balbo dans son ouvrage Le speranze d’Italia paru à Paris en 1844 et dédicacé à Gioberti, s’inscrit là encore dans une ligne critique ancienne. Machiavel déjà avait reconnu une des causes de la « ruine de l’Italie » dans le fait que « l’Église a tenu et tient [encore] cette province divisée » (Discours, l. ier, c. xii). L’argument connut une autre fortune chez Mazzini et Garibaldi.

14 Sur cette histoire administrative et juridique du gouvernement pontifical, nous nous permettons de renvoyer à François Jankowiak, La Curie romaine de Pie IX à Pie X. Le gouvernement central de l’Église et la fin des États pontificaux (1846-1914), Rome, 2007.

15 Voir Pietro Tamburini, Vera idea della Santa Sede, Pavie, 1787 [11784], p. 34 : « La santa Sede e la Chiesa Romana non sono la stessa cosa. »

16 Ibid., p. 44 : « 1. L’autorità della Santa Sede, ossia della Prima Chiesa, è di divina istituzione ; essa è perpetua ed immutabile. 2. La fissazione poi di questa prima Chiesa nella Città di Roma è per umana istituzione. »

17 Ibid., p. 66 : « Ora Gesù Cristo non ha fatto della sua Chiesa una potenza temporale ; anzi si è chiaramente professato che la sua Chiesa, ossia il suo Regno, non è di questo mondo. […] Sono dunque due oggetti distinti l’Impero, e la Chiesa. […] La distanza è come dal Cielo alla terra. Gl’interessi della Chiesa sono tutti spirituali ; il fine della stessa non è altra cosa che la salute dell’anime per la gloria di Dio. »

18 Les congrégations romaines « non hanno alcun titolo negli antichi canoni, nel diritto primitivo, e originario » : « Esse sono d’istituzione moderna, e debbono la loro origine al puro beneplacito dei Romani Pontefici, che le hanno introdotte […]. Sceglie il Papa un certo numero di Cardinali, Prelati, Consultori, e Teologi, e col parere di questi definisce gli affari riguardanti la Chiesa. Queste Congregazioni hanno un’autorità particolare e limitata. Esse potranno formare un consiglio privato, che sarà utilissimo al papa, se le persone che lo compongono saranno persone ragguardevoli per sapere e per pietà. Ma esse non saranno che un consiglio privato, né mai formeranno la Chiesa Romana, la Santa Sede » (ibid., p. 81).

19 Histoire générale de l’Église depuis la Création jusqu’au xiie siècle, par l’abbé J.- E. Darras, jusqu’au pontificat de Clément VII, par l’abbé J. Bareille, terminée par Mgr Fèvre, vol. 40, Paris, 1888, p. 7-8. Cette appréciation s’étend d’ailleurs à certaines figures d’un « catholicisme libéral » honni par J. Fèvre, contagion venant, à ses yeux, former la vulgate d’interprétation du pontificat : « Même parmi les catholiques, un Montalembert et un Massimo d’Azeglio, pour ne pas citer les plus aveugles, vous diront que le Pape libéral aurait dominé et entraîné son époque, et que si sa fortune a tourné, c’est qu’après Gaète, il a emboîté le pas de la réaction » (ibid., p. 8).

20 Ferdinand Fabre, L’abbé Tigrane, Paris, 1873, p. 17.

21 Ce qu’on a fait de l’Église. Étude d’histoire religieuse, avec une humble supplique à Sa Sainteté le pape Pie X, Paris, 1912, p. 57. Sur les auteurs et les sources de cet ouvrage, qui occupe une place à part dans l’histoire des publications modernistes, voir les éléments d’analyse livrés par Émile Poulat, Histoire, dogme et critique dans la crise moderniste, 3e éd., Paris, 1996 [11962], p. 662-664.

22 Ce qu’on a fait de l’Église, op. cit., p. 59.

23 Voir Lodovico Bertocchini, La verità agli Eminentissimi Cardinali di S. R. C. Lettera di un cattolico, Naples, 1869, p. 25.

24 Rapport d’Auguste De Liedekerke (représentant des Pays-Bas à Rome de 1831 à 1855), 28 juillet 1846, édité dans Alberto-Maria Ghisalberti, Nuove ricerche sugli inizi del pontificato di Pio IX e sulla Consulta di Stato, Rome, 1940, p. 25.

25 Alphonse Balleydier, Histoire de la révolution de Rome. Tableau religieux, politique et militaire des années 1846-1850 en Italie, Genève, 1851, p. 74.

26 Voir Jean-Baptiste Charles Paya, Un prisonnier du pape, Paris, 1861, p. 12-13. Les mises en valeur figurent dans le texte.

27 Voir Brigitte Basdevant-Gaudemet, Le jeu concordataire dans la France du xixe siècle. Le clergé devant le Conseil d’État, Paris, 1988, p. 168 n. 66.

28 Ainsi, par exemple, dans les ouvrages anonymes intitulés I misteri del clero romano, o Rivelazioni e memorie sulla teocrazia cattolica, per un cittadino romano, Rome, 1853, et La strenna infernale. Le infamie, le vizi e gli orrori della Corte di Roma dal 1815 al 1861, Milan, 1861.

29 Sur cette doctrine et son évolution, voir François Jankowiak, « Décadence et société parfaite dans l’ecclésiologie du xixe siècle », La décadence dans la culture et la pensée politiques (xviiie-xxe siècle) en Espagne, en France et en Italie, éd. Jean-Yves Frétigné et François Jankowiak, Rome, 2008, p. 115-128, et Emmanuel de Valicourt, La société parfaite. Catégorie de la modernité, catégorie théologique, thèse d’histoire du droit, Université Paris-Sud, 2016, 855 p. (riche bibliographie p. 705-845).

30 Voir Pier Fausto Palumbo, « Roma e antiroma nella coscienza storica », Storia e Civiltà, 9, 1993, p. 161-261, et id., « Un episodio di storia romana e papale attraverso i momenti dell’analisi critica », Studi salentini, 71, 1994, p. 57-118.

31 Ce qu’on a fait de l’Église, op. cit., p. 59.

32 Orio Giacchi, « La norma nel diritto canonico », La norma en el derecho canonico. Actas del III. Congreso internacional de derecho canonico, Pamplona 10-15 de octubre 1976, t. ier, Pampelune, 1979, p. 21-34 [p. 23].

33 Voir Domenico Demarco, Lo Stato Pontificio da l’Ancien Régime alla Rivoluzione, 3. – Una rivoluzione sociale. La Repubblica romana del 1849, Naples, 1992, p. 283.

34 Voir Enrico Poggi, Discorsi economici, storici e giuridici, Florence, 1861, « Del dominio temporale dei papi, a proposito della legge sulle annessioni. Lettera al senator Silvestro Centofanti, 25 ottobre 1860 », p. 337-365 [p. 349] : « Il possesso di un principato avea dunque cessato d’essere un istrumento atto ad esercitare attribuzioni e porteri oggimai scomparsi, e divenuto un mezzo senza fine, rimaneva una dannosa cura del Pontefice romano. »

35 Giuseppe Mazzini, Questione morale, Imola, 1940 [11866], p. 200. Pour Garibaldi, le pape est « un chancre dans le cœur de l’Italie » (Scritti e discorsi politici e militari, II. – 1862- 1867, Bologne, 1935, p. 336-337).

36 Chateaubriand, Mémoires d’Outre-Tombe, éd. Maurice Levaillant et Georges Moulinier, Paris, 1951, t. ii, l. 30, c. 8, p. 252.

37 Giuseppe Antonio Sala, Rome and Venice with other wanderings in Italy in 1866-67, Londres, 1869, p. 131.

38 Rapport du 15 avril 1846, édité dans Alberto-Maria Ghisalberti, Nuove ricerche, op. cit., p. 7.

39 Philippe Boutry, art. « Grégoire XVI », Dictionnaire historique de la papauté, dir. Philippe Levillain, Paris, 1994, p. 767-773 [p. 771].

40 Fiorella Bartoccini, Roma nell’Ottocento. Il tramonto della ‘città santa’. Nascità di una capitale, Bologne, 1985, t. ier, p. 28.

41 Voir Ciro Piccirillo, « Le idee nuove del padre Curci sulla questione romana », Chiesa e Stato nell’Ottocento. Miscellanea in onore di P. Pirri, Padoue, 1962, t. ii, p. 607-657, en particulier p. 651.

42 Raffaele De Cesare, Roma e lo Stato di Papa. Dal ritorno di Pio IX al XX Settembre, 1. – 1850-1860, Rome, 1907, p. 133.

43 Domenico Demarco, Lo Stato pontificio, op. cit., t. iii, p. 283.

44 À l’acmé de la crise moderniste, en 1908, le vicaire général d’Albi, Louis Birot, écrivait à un ami : « Il me semble pouvoir affirmer que l’Église est sous le régime de la dictature. Les conditions du droit sont abolies ; les garanties individuelles n’existent plus en face d’un pouvoir personnel formidable. Si le Vatican vous frappe, à qui en appellerez-vous ? » (Bulletin de littérature ecclésiastique, 76, 1975, p. 43). Sur L. Birot, voir Patrice Rolland, « Deux catholiques dans l’Église et dans la République. Lettres de Raymond Saleilles à l’abbé Louis Birot (1906-1909) », Catholiques en République, Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 34/1, 2016, p. 169-231.

45 Dans sa Vie de Saint François d’Assise, mise à l’Index le 8 juin 1894, Paul Sabatier dénonçait « ces prélats sous la robe rouge desquels il y a un soldat ou un despote plus qu’un prêtre » (p. 185).

46 Voir Reinhart Koselleck, Le règne de la critique, Paris, 1979, Jürgen Habermas, L’espace public, Paris, 1978, et Pierre Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, 1990, p. 24.

47 Francesco Ruffini, « La codificazione del diritto ecclesiastico. Memoria », Studi di diritto romano, di diritto moderno e di storia del diritto pubblicati in onore di Vittorio Scialoja nel xxv anniversario del suo insegnamento, Milan, 1905, p. 353-391 [p. 389].

48 Alphonse Baudrillart, Carnets 1914-1918, éd. Paul Christophe, Paris, 1994, p. 523 : « Veuillot m’écrit de Rome. [...] Il est assez content de la Curie romaine, mais croit inutile d’essayer de forcer la porte du monde noir » (passage daté du 30 mars 1917).

49 Raffaele De Cesare, Roma e lo Stato di Papa. Dal ritorno di Pio IX al XX Settembre, t. ii, 1860-1870, Rome, 1907, p. 136-137.

50 Jean de Bonnefon, Le pape de demain, Paris, 1889, p. 137.

51 Austin Gough, Paris et Rome. Les catholiques français et le pape au xixe siècle, trad. française, Paris, 1996, p. 159.

52 Constitution Pro commissa nobis a Domino, 15 août 1592, Bullarium Romanum, vol. 9, Turin, 1865, p. 595-603.

53 Auguste-Jean Boyer d’Agen, La jeunesse de Léon XIII d’après sa correspondance inédite de Carpineto à Bénévent, Tours, 1896, p. 172.

54 Luigi Galeotti, Della sovranità e del governo temporale dei Papi, 2e éd., Capolago, 1847, p. 44.

55 Alphonse Baudrillart, Carnets 1914-1918, op. cit., p. 564 (passage du 20 mai 1917).

56 Recension et analyse des pamphlets anti-Antonelli dans Christoph Weber, Kardinäle und Prälaten in den letzten Jahrzehnten des Kirchenstaates. Elite-Rekrutierung, Karriere-Muster und soziale Zusammensetzung der Kurialen Führungsschicht zur Zeit Pius’ IX. 1846-1878, Stuttgart, 1978, t. ier, p. 266-284.

57 Voir François Jankowiak, art. « Antonelli, Giacomo », Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège, dir. Christophe Dickès, Paris, 2013, p. 103-106.

58 Fernand Mourret, Histoire générale de l’Église, t. viii/1, L’Église contemporaine, 1823- 1878, Paris, 1923, p. 355.

59 Giacomo Martina, Pio IX, 1851-1866, Rome, 1986, p. 42.

60 Ernesto Masi, Nell’Ottocento. Idee e figure del secolo XIX, Milan, 1918, p. 406 : « [...] il tristaccio, che fu il mal genio di Pio IX ». Si l’on suit Giovanni Cittadini, le mot semble être de l’ambassadeur autrichien Maurice Esterhazy, prononcé en février 1849 (La fuga e il soggiorno di Pio IX nel regno di Napoli, Naples, 1989, p. 49).

61 Franco Vistalli, Il cardinale Francesco di Paola Cassetta nella sua età e nella sua opera, Bergame, 1933, p. 33, n. 2.

62 Edmond About, La question romaine, 2e éd., Paris, 1861, p. 104.

63 Jugement du cardinal Alfredo Ildefonso Schuster, archevêque de Milan, en 1954, rapporté par Giovanni Cittadini, La fuga e il soggiorno di Pio IX, op. cit., p. 240.

64 Voir surtout Roger Aubert, « La chute de Mgr de Merode en 1865. Documents inédits », Rivista di storia della Chiesa in Italia, 9, 1955, p. 331-392.

65 Ce qu’on a fait de l’Église, op. cit., p. 334.

66 Michel Pernot, La politique de Pie X (1906-1910). Modernistes. Affaires de France. Catholiques d’Allemagne et d’Italie. Réformes romaines, Paris, 1910, p. 93.

67 Alphonse Baudrillart, op. cit., p. 117, 7 décembre 1914 [rapportant les propos de M. Perrin].

68 Cité par Louis Matthias de Barral, Fragments relatifs à l’histoire ecclésiastique des premières années du xixe siècle, Paris, 1814, p. 99-100. Sur Mgr de Barral, à cette époque archevêque de Tours, voir Bernard Plongeron, Théologie et politique au siècle des Lumières (1770-1820), Genève, 1973, p. 250-294. Sur les comités de 1811, voir Jacques-Olivier Boudon, Les élites religieuses à l’époque de Napoléon, Paris, 2002, et Bernard Plongeron, Des résistances religieuses à Napoléon (1799-1813), Paris, 2006, p. 279-287.

69 Michel Pernot, Le Saint Siège, l’Église catholique et la politique mondiale, Paris, 1924, p. 139.

70 Cité par Alberto-maria Ghisalberti, Roma da Mazzini a Pio IX. Ricerche sulla restaurazione papale del 1849-1850, Milan, 1958, p. 52, n. 6.

71 Paul-Maria Baumgarten, « Die Geschäftsführung an der Kurie », Die Grenzboten, 61, 1902, p. 400-406, repris dans Die Römische Kurie um 1900. Ausgewählte Aufsätze von Paul Maria Baumgarten, éd. Christoph Weber, Cologne – Vienne, 1986, p. 92.

72 Propos de Mgr Deploige, recteur de l’Institut philosophique de Louvain, rapportés par Alphonse Baudrillart (Carnets 1914-1918, op. cit., p. 204, 21 juillet 1915).

73 Armando Ravaglioli, « Un papa troppo amato. Pio IX dalle ovazioni all’esilio », Strenna dei Romanisti, 57, 1996, p. 563-578 [p. 571].

74 Voir Silvio Negro, Seconda Roma (1850-1897), Milan, 1977, p. 20-21.

75 La Constitution Sapienti consilio promulguée par Pie X le 29 juin 1908 évoque les « Congregationes, tribunalia, et officia quœ Romanam Curiam componunt et quibus Ecclesiœ uniuersœ negotia pertractanda reseruantur » (Acta Apostolicœ Sedis, vol. 1, Rome, 1909, p. 7-19 [p. 7]). La définition sera reprise sans grand changement par le canon 242 du Code de droit canonique de 1917 : « Curia romana constat Sacris Congregationibus, Tribunalibus et Officiis, prout inferius enumerantur et describuntur. »

76 Arturo Carlo Jemolo, Chiesa e Stato in Italia negli ultimi cento anni, Turin, 1938, p. 23.

77 En référence à la formule de Giovanni Spadolini, Il Tevere più largo. Da Porta Pia ad oggi, Milan, 1970.

78 Silvio Negro, Seconda Roma, op. cit., Milan, 1943, p. 13.

© LARHRA, 2017

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search