Version classiqueVersion mobile

Droits antiromains xvie-xxie siècles

 | 
Sylvio De Franceschi
, 
Bernard Hours

Loin de Rome, près du Christ

L’Université de Pavie de la fin du xviiie siècle entre jansénisme et juridictionalisme

Simona Negruzzo

Texte intégral

On ne tente pas beaucoup de choses parce qu’elles apparaissent difficiles. Beaucoup de choses semblent
difficiles seulement parce qu’on ne les a pas osées
Wenzel Anton von Kaunitz

  • 1 Adriano Balbi, Essai statistique sur le Royaume de Portugal et d’Algarve comparé aux autres États d (...)
  • 2 Id., Scritti geografici, statistici e vari pubblicati in diversi giornali d’Italia, di Francia e di (...)
  • 3 « Essi ora comuni alli conti palatini, alli collegi pubblici e privati e alli ordini religiosi [... (...)
  • 4 Baldo Peroni, « La politica scolastica dei principi riformatori in Italia », Nuova Rivista Storica, (...)

1La réputation de l’Université de Pavie, laboratoire et berceau des réformes autrichiennes de la deuxième moitié du xviiie siècle, s’est diffusée tout au long de l’époque napoléonienne jusqu’au seuil de la Restauration. Sa notoriété a conduit plusieurs gouvernements à tenter de l’imiter en adaptant leurs propres traditions universitaires. C’est le cas du royaume portugais, qui s’engage dans la transformation de son système d’enseignement supérieur et auquel Adriano Balbi suggère en 1822 de s’inspirer de deux exemples : « On pourrait réformer […] en adoptant les excellentes méthodes qui ont été prescrites par le gouvernement autrichien aux deux universités italiennes de Pavie et de Padoue1. » Le conseil de Balbi, géographe et statisticien italien, n’est pas neutre : d’origine vénitienne, il connaissait bien les salles de cours de Padoue et, selon lui, si le Studium de Pavie « n’était pas la première Université d’Europe, [il était] du moins l’égal d’autres plus célèbres »2. Concernant l’Université de Pavie, la nécessité d’une réforme s’est imposée en raison du besoin de ne plus reconnaître qu’à l’État la faculté de concéder les diplômes3, mais l’origine de la réforme se trouve aussi dans « l’esprit d’innovation qui animait alors la société selon une orientation absolutiste et centralisatrice des monarchies » et dans « les nouvelles exigences dérivant de cette orientation »4. Aujourd’hui, la recherche explore de nouvelles pistes de réflexion qui mettent en valeur les rapports entre les plans de rénovation des souverains, les événements politiques généraux et l’évolution du débat culturel. Les fondements idéologiques et culturels du mouvement réformateur en Italie entretiennent des liens étroits avec la culture des Lumières et les nouveaux courants littéraires, philosophiques et scientifiques européens. De plus, grâce à l’exploitation de nouvelles sources, on peut considérer avec davantage de nuances la portée réelle des innovations dans le domaine de l’instruction et de la formation supérieure sans sous-estimer les phases précédentes. Afin de mieux comprendre le succès et la réputation de l’Université de Pavie, il convient d’abord de présenter quelques données sur l’institution telle qu’elle a été réformée par les Habsbourg ; ensuite, de faire une brève description de sa faculté de théologie ; et enfin, de décrire ses positions doctrinales à partir des thèses qui y ont été soutenues et défendues.

Une Université d’État

  • 5 Sous le règne de Marie-Thérèse d’Autriche et de son fils Joseph II, on assiste à la mise en place d (...)

2Pour le gouvernement autrichien et, par conséquent, les autorités milanaises, qui sont engagés dans une politique de rétablissement et de revendication de la juridiction régalienne, les prétentions des collèges professionnels à exercer un monopole en matière de collation des grades et du doctorat sont infondées alors que la place occupée par les écoles que dirigent les différents ordres religieux paraît un obtacle insurmontable5. Afin d’assurer la « félicité publique » grâce à une éducation libérale et au développement de la formation professionnelle, la politique impériale a commencé par révoquer les attributions des collèges religieux, nobles et municipaux, et a amorcé une transformation dont l’Université de Pavie va grandement bénéficier.

3Les mesures les plus appréciables ont résulté d’une heureuse convergence entre l’intérêt du gouvernement et celui des corps intermédiaires, comme le gouverneur Gian Luca Pallavicini, le Sénat milanais et les professeurs du Gymnasium Ticinensis. Dès 1753, l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche fait démarrer son projet de rénovation des institutions du Milanais en le confiant d’abord au Sénat, puis en le prenant en main personnellement et en impulsant une nette accélération de la réforme de tout le système d’enseignement. Entre 1767 et 1773, par une série d’actes officiels, la souveraine retire le contrôle de l’Université au Sénat, auquel Charles Quint l’avait confié dans les Constitutiones Dominii Mediolanensis de 1541, et elle l’attribue à une magistrature spécifique – Députation, puis Magistrat des Études – qui entreprend une révision radicale de l’organisation de l’Université, de ses structures, du recrutement de son personnel et des contenus de la didactique afin de restaurer une Alma Mater Ticinensis « dall’antico lustro assai decaduta ».

  • 6 Memorie e documenti per la storia dell’Università di Pavia e degli uomini più illustri che vi inseg (...)
  • 7 Statuti e ordinamenti della Università di Pavia dall’anno 1361 all’anno 1859 raccolti e pubblicati (...)

4Le motif qui a guidé la réforme universitaire thérésienne est clairement exprimé dans le préambule du décret officiel : l’essor de la culture n’est pas le seul but de la recherche scientifique, qui doit d’abord contribuer à la prospérité politique de l’État, puisqu’« une connaissance plus éclairée des devoirs du bon chrétien, citoyen et sujet conserve et accroît en chacun le désir de les remplir et de se consacrer plus utilement aux différents besoins de la vie civile »6. Le résultat visé était donc exclusivement pratique : la création d’une classe dirigeante dévouée au bien de la nation et engagée dans l’éducation de la jeunesse selon une rigoureuse « uniformité des principes ». En effet, le Plan prescrit que la jeunesse « doit se mettre sur la bonne route, doit être accompagnée sur son chemin, doit être munie des lumières nécessaires, et non pas accablée sous un savoir superflu et des détails peu intéressants »7.

  • 8 Elisabeth Garms-Cornides, art. « Firmian, Carlo Gottardo, conte di », Dizionario Biografico degli I (...)
  • 9 Statuti e ordinamenti, op. cit., p. 201. Pour les cours de théologie, voir ASMi, Studi p.a., cart.
    3 (...)

5Fidèle exécuteur de la volonté impériale autrichienne, le comte Karl Joseph von Firmian, politicien, ministre et gouverneur général de Lombardie, fut un personnage de première importance, un protecteur des gens de lettres et des artistes, un collectionneur de livres rares dont les mérites sont avérés par rapport au renouvellement culturel en Lombardie et, en particulier, pour ce qui touche à la réorganisation de l’Université de Pavie8. Le Plan proposé maintenait les quatre facultés classiques, philosophie, médecine, droit et théologie, et prévoyait la nomination d’une série de professeurs de renom, « sujets déjà célèbres et qualifiés par leurs ouvrages publiés ou pour avoir enseigné ailleurs avec approbation »9.

  • 10 Francisco Gatti, « Il periodo giansenista della Facoltà teologica di Pavia », Scrinium theologicum, (...)

6Une grande innovation fut le recours généralisé à la méthode expérimentale, au lieu de celle qui était auparavant en vigueur et qui était essentiellement descriptive, avec des définitions claires et des divisions systématiques. Pour la théologie, la tradition des études sacrées, fidèle aux principes de la réforme gouvernementale, se poursuivit avec quelques ambiguïtés : d’une part, la volonté d’une théologie « nue et simple, déshabillée de toutes les finesses » subsistait afin d’éviter que les écoles théologiques ne soient « pleines de querelles, logomachies et chicaneries » et afin de rechercher dans l’Écriture et la Tradition, et spécialement dans les œuvres de saint Augustin, les piliers fondateurs de l’institution ecclésiastique ; d’autre part, les théologiens se trouvaient dans l’obligation de critiquer la scandaleuse controverse de potestate indirecta Summi Pontificis in rebus temporalibus, de défendre l’autorité des souverains temporels considérés « comme les gardiens, les exécuteurs et les défenseurs nés de la discipline ecclésiastique » et donc d’enseigner la prééminence de l’autorité politique sur l’autorité religieuse10.

Une Faculté exemplaire

  • 11 La synthèse la plus complète sur l’histoire de la réforme de la Faculté de théologie est désormais (...)

7Pour les études théologiques, on conféra à la Faculté les moyens indispensables pour assurer son monopole et même sa suprématie11. Le réformisme des Habsbourg évalua l’efficacité de ses programmes par rapport à son projet de réorganisation de la société dans les domaines ecclésiastique et juridictionnel. Le nouveau Piano di direzione, disciplina ed economia (1771) établit définitivement le monopole de l’attribution des diplômes à l’Université de Pavie et, à partir de 1772, il posa comme condition à l’obtention du titre doctoral l’assurance d’une prébende ou d’un bénéfice dépassant un certain seuil de rente afin de faire face aux frais exigés par les chapitres des églises les plus importantes et les différents diocèses. Il s’agissait ainsi de soustraire le clergé et sa formation au contrôle de l’épiscopat en réduisant la dépendance des clercs par rapport au Saint-Siège et en les rapprochant du gouvernement autrichien. Chaque bénéfice était composé d’une partie spirituelle et d’une partie temporelle – la première dépendait de l’investiture canonique ; la seconde, de l’investiture temporelle, et son obtention était soumise à la fréquentation de l’Université de Pavie.

8L’obligation d’accès à la licence sous ces conditions s’étendit ensuite aux réguliers (1774-1775) afin d’éviter la formation d’écoles de pensée ultramontaines, à l’instar de ce qui ne pouvait manquer de se produire dans la discrétion de l’hortus conclusus des instituts religieux. En 1776, le gouvernement de Vienne demanda aux autorités compétentes de veiller à ce que les réguliers n’empêchent pas leurs étudiants d’aller à l’Université afin de conserver les écoles dans leurs couvents et monastères.

  • 12 Augustinien, Natali fit ses études au Collège Nazareno de Rome, institution de son ordre ; Ricci, q (...)
  • 13 Voir Marco Bernuzzi, « La Facoltà teologica dell’Università di Pavia. Dalle riforme di Maria Teresa (...)
  • 14 Sur Tamburini, voir Pietro Tamburini e il giansenismo lombardo. Atti del Convegno internazionale in (...)

9Ces principes témoignent de l’aspect clairement juridictionnel de la réforme qui a été amorcée avec le recrutement à la Faculté de théologie de nouveaux professeurs. En 1769, on comptait déjà cinq nouvelles nominations suggérées par Firmian : le piariste Martino Natali et le franciscain observant Flaviano Ricci pour la chaire de dogmatique, les dominicains Pio Francesco Sua et Carlo Antonio Calvi pour celle de morale, le Pavesan Siro Beretta della Torre pour l’enseignement des Écritures Saintes et des langues orientales12. Les nouveaux professeurs étaient chargés de mettre en place leur activité scientifique spécialisée afin que l’étude des disciplines théologiques, comme l’indiquait le Plan, fût le développement nécessaire et la conclusion naturelle de toute autre discipline humaine13. L’arrivée de l’abbé Pietro Tamburini fut ensuite décisive, à tel point que l’université entière s’identifia au théologien de Brescia, arrivé à Pavie en janvier 1779 pour remplacer Calvi, mis à la retraite en raison d’une santé précaire14.

  • 15 Voir Grete Klingestein, « Radici del riformismo asburgico », Storia religiosa dell’Austria, dir. Fe (...)
  • 16 Voir Elisabeth Garms-Cornides, « Giuseppinismo e riformismo cattolico : problemi sempre aperti nell (...)
  • 17 Voir Valeria Pedante, « Il Seminario Generale di Pavia sotto Giuseppe II », Cattolicesimo e lumi ne (...)

10Durant cette période, on assiste à un véritable saut qualitatif dans le développement du réformisme ecclésiastique, qui vise désormais à une réforme radicale de l’Église, selon les grands principes du joséphisme15. À la mort de Marie-Thérèse d’Autriche en 1780, son fils Joseph II crée les structures porteuses d’une Église nationale au sein de la monarchie des Habsbourg en s’inspirant des suggestions des Philosophes. L’empereur entreprit la suppression des monastères des ordres contemplatifs, puis il revendiqua pour l’État un droit de provision pour tous les bénéfices ecclésiastiques de Lombardie16. En 1786, des arrêtés royaux ouvrent un séminaire général, suppriment l’enseignement autonome dans les séminaires diocésains, concentrent les séminaristes lombards à Pavie et permettent le recrutement de répétiteurs pour compléter les cours universitaires de théologie et accompagner les jeunes clercs accueillis dans la nouvelle structure17.

  • 18 Voir Paola Vismara, « Religione e politica in Pietro Tamburini e nel giansenismo pavese », Storia r (...)

11L’engagement doctrinal du corps professoral pavesan, incarné par Tamburini, fut largement imprégné de joséphisme. Chez les professeurs de Pavie, il y a eu, outre une indéniable ouverture culturelle, une évidente tension entre des idées théologiques archaïques et des exigences réformatrices et rationalistes : Pavie devint le centre théologico-doctrinaire du réformisme impérial, un creuset de pensée avec des structures de transmission matérielle comme des salles de cours, une bibliothèque et une imprimerie18. La Faculté, transformée en un outil de réforme de l’État, qui contrôlait ainsi la formation des clercs, s’est plongée dans le débat sur les relations entre Église et État et a pris part aux controverses juridictionnelles contemporaines. Le gouvernement des Habsbourg recherchait des hommes qui ne fussent pas asservis idéologiquement et doctrinalement à la cour romaine pour ensuite leur confier l’instruction du clergé selon les nouveaux principes définis par l’autorité civile et les propositions politico-idéologiques qui étaient au cœur du projet réformateur.

12Combien de candidats partageaient le rêve d’un nouveau clergé théologiquement formé et consacré au service de la nation ? Les sources ne sont pas complètes. De 1772 à 1796, de 450 à 460 étudiants ont accédé à la laurea, mais le nombre des étudiants qui ont fréquenté les cours de la Faculté de théologie de Pavie reste imprécis. Éclairant, toutefois, le témoignage d’une lettre d’Alessandro Volta, à l’époque recteur de la Faculté, au ministre plénipotentiaire, le comte Johann Joseph von Wilczek, en 1786 :

Je dois dire à V. E. qu’il y a beaucoup plus d’étudiants en théologie que ceux dont le nom est inscrit, car certains refusent de le donner, craignant, au lieu de se sentir honoré et méritant, le démérite d’être inscrit sur le rôle des étudiants de notre Université ; c’est non sans raison qu’ils nourrissent une telle crainte, car au-dehors comme au-dedans de l’État, il y en a qui diffament les études théologiques de Pavie et qui regardent d’un œil hostile ceux qui les suivent. Cependant, le nombre des étudiants continue de croître en dépit des critiques des malintentionnés.

13Grâce à l’examen du corpus des thèses théologiques soutenues lors de la troisième et dernière épreuve de doctorat – prévue pour l’accès aux plus hautes positions académiques –, il est possible d’apporter un regard neuf sur l’activité de la Faculté de théologie de Pavie. Chaque étudiant devait défendre quatre propositiones qui, une fois imprimées, étaient rendues publiques selon l’usage traditionnel par un affichage sur le portail de l’Université quelques jours avant la séance.

Des thèses

  • 19 Voir Marco Bernuzzi, « L’inventario del fondo Facoltà d Teologia nell’Archivio di Stato. Per uno st (...)

14Conservées dans les archives de Pavie et de Milan, les affiches imprimées offrent un point d’observation intéressant sur les orientations et les objectifs généraux de la Faculté de théologie de Pavie19. Pour retrouver les grands thèmes de réflexion et de recherche du corps universitaire pavesan sur plusieurs décennies, il semble utile de recourir à ce type de sources, en plus des manuels produits par les professeurs. Grâce à l’événement académique – l’examen public –, on accède aux questions qui sont débattues entre les candidats et leurs professeurs, et l’on constate que le but, plus ou moins explicite, des enseignants est de refuser les thèses tenues pour erronées dans les débats contemporains.

15Si les manuels universitaires transmettent la doctrine de leurs auteurs selon une présentation organique et systématique, la thèse théologique consiste dans une simple phrase qui est imprimée, puis soutenue oralement afin d’obtenir un diplôme après soutenance publique. Dans ces conditions, le risque pour l’historien est d’établir une lecture hors contexte. Dans le cas de la Faculté de théologie de Pavie, le risque est d’autant plus grand que la Faculté refusait de déposer un répertoire officiel – jamais réalisé – sur le modèle de celui de la Sorbonne et où tous les sujets de thèses étaient systématiquement inscrits. Mais grâce aux propositiones imprimées, il est possible de constituer – en tenant compte, évidemment, de la spécificité individuelle des différents professeurs – une cartographie des thèmes le plus fréquemment abordés au cours de l’enseignement théologique.

  • 20 Pour approfondir, voir Franco Ardusso, Natura e grazia. Studio storico-teologico sul teologo gianse (...)
  • 21 « La prédestination, c’est-à-dire l’élection des hommes déchus de la grâce, est entièrement gratuit (...)
  • 22 « Nous soutenons avec fermeté que le libre arbitre de l’homme, après le péché d’Adam, ne fut ni per (...)

16Les questions proprement théologiques constituent immanquablement le noyau dur de l’enseignement dogmatique qui caractérise surtout la première période de la Faculté de théologie après la réorganisation de l’Université de Pavie, de 1773 à la fondation du séminaire général en 1786 – un véritable tournant dans son histoire. Au début, les grands domaines de préoccupations vont de l’anthropologie théologique – soit toutes les questions typiques de la matière de auxiliis et qui touchent à la relation entre efficacité de la grâce divine et liberté humaine, à la prédestination et à l’hypothèse d’un état de nature pure – à l’ecclésiologie, surtout après 178620. Les arguments le plus fréquemment employés se réfèrent à l’autorité augustinienne avec une visible prédilection pour les questions qui concernent la grâce et la prédestination, deux axes privilégiés du jansénisme21. Orientations qui prolongent la tradition classique janséniste centrée sur l’efficacité de la grâce par rapport au salut de l’homme et, par conséquent, sur les débats autour du libre arbitre. Jugées hérétiques par un décret du Saint-Office de 1641, par la Bulle In eminenti du pape Urbain VIII en 1642 et par la Bulle Cum occasione d’Innocent X en 1653, les positions jansénistes furent considérées favorablement par la Faculté toute entière, ce qui ne l’empêcha pas, en dépit d’un fort ancrage augustinien, de faire défendre à l’occasion des positions favorables à la liberté de l’arbitre et à la valeur des actes humains22.

  • 23 « La foi explicite en la Très Sainte Trinité est précisément nécessaire à l’homme pour son salut », (...)
  • 24 « Nous affirmons hautement que la Sainte Mère de Dieu, Marie, contre Helvidius, Jovinien, Bonosus e (...)
  • 25 « Les prophéties des Écritures Saintes prouvent clairement que le Christ est Dieu », par Gaetano Ha (...)

17Le débat théologique contemporain abordait aussi des thèmes traités dans des thèses au caractère expressément théologique et où l’on évoquait le dogme trinitaire23, ainsi que les matières mariologiques24 et christologiques25. Ces sujets procèdent assurément de l’enseignement de Martino Natali, de Vincenzo Palmieri, de Pietro Tamburini et de Giuseppe Zola, tous auteurs qui forment un ensemble homogène de l’« école de Pavie ».

18Cependant, le corps professoral se confrontait aux nouvelles propositions de doctrine en les abordant surtout du point de vue de l’engagement pastoral et en ne les considérant pas seulement comme une occasion de nourrir le débat entre spécialistes – tout cela dans un esprit de revendication typique du jansénisme « appelant », qui était déjà présent à la Faculté avant l’arrivée de Tamburini et qui estimait que la pureté du depositum fidei était menacé dans l’Église par l’occultation de certaines vérités essentielles, telles que celles qui concernaient la matière de la grâce et de la prédestination.

  • 26 « Même s’il n’est pas certain que la reine de Saba, dans 1 Rois 10, soit venue jusqu’à Salomon depu (...)

19L’Écriture sainte, les formes et les méthodes de son enseignement – Écriture sainte, herméneutique sacrée et lieux théologiques –, en particulier l’exégèse biblique, furent d’autres sujets qui trouvèrent naturellement leur place dans le débat. Les travaux – souvent polémiques et caractéristiques du développement de la libre pensée – qui ont été consacrés au xviiie siècle à la conception de la Bible comme texte révélé poussèrent les professeurs de Pavie à se confronter aux études historico-critiques, déjà bien développées au xviie siècle, et aux thèses des rationalistes et des déistes, qui considéraient la Bible comme un simple récit mythique. La ligne doctrinale défendue à l’Université de Pavie fut celle d’une rigoureuse acceptation de l’inspiration divine du texte26.

  • 27 Á propos des liens entre réflexion politique et pensée théologique, voir Emanuela Verzella, « Nella (...)
  • 28 « Les lois de la tolérance civile élargies en faveur des hérétiques sont merveilleusement conformes (...)
  • 29 « Les lois des princes politiques, parce qu’elles induisent à l’obéissance, ne réclament pas d’acce (...)
  • 30 Voir Paola Vismara, « Entre romanisme et antiromanisme : l’œuvre historique de Lodovico Antonio Mur (...)
  • 31 « Lorsque le pouvoir civil suprême sanctionne les personnes ecclésiastiques ou dispose des biens ec (...)

20Après les débats théologiques et exégétiques, on observe, du début des années 1780 à la fermeture de la Faculté – période qui correspond à l’effervescence des activités du séminaire général et à la célébration du synode de Pistoia – une montée en puissance des thèses politico-régalistes dans le sillage d’une alliance idéale entre les appétences réformatrices de la Maison d’Autriche et la pensée des professeurs pavesans27. Les thèses de la Faculté de théologie de Pavie furent donc un terrain d’expérimentation, le miroir auquel les justifications et l’arrière-plan culturel des réformes politiques entreprises par Joseph II pouvaient se refléter librement. L’empereur trouvait ainsi, dans la Faculté de théologie de Pavie, la meilleure des alliées28. Plus généralement, le jansénisme pavesan se fit le porte-parole des revendications régalistes du fébronianisme, du joséphisme et du jansénisme, et il défendit nombre de propositions nouvelles dans les domaines politique et religieux29. Le pouvoir civil fut investi d’une telle autorité qu’il fut placé au-dessus de la hiérarchie ecclésiastique et délié de tout lien d’obéissance à Rome30. Le pouvoir d’imposer ses décisions aux souverains laïcs fut dénié au Saint-Siège31.

  • 32 « La pratique du jeûne avant Pâques, qu’on ne doit pas confondre avec le jeûne des montanistes, éta (...)
  • 33 « La recherche, pour la liberté humaine, de l’équilibre des forces dans l’état de nature déchue est (...)
  • 34 « Les montanistes déliraient quand ils ont condamné le remariage en le considérant comme illégal et (...)
  • 35 « Dieu est la cause unique ou universelle de toutes choses, et il n’est pas une double cause, dont (...)
  • 36 « Le Concile de Trente est injustement critiqué par les luthériens pour avoir adopté la transsubsta (...)
  • 37 « Profitant de toutes les occasions pour ridiculiser et critiquer ce qui est énoncé dans les Écritu (...)
  • 38 Voir les thèses de Giuseppe Agostino Niviani, 3 décembre 1777, de Giuseppe Antonio Menagliotti, 29  (...)
  • 39 Initia philosophiœ practicœ, Halae Magdeburgicae, 1760, VII, §117, p. 65 : « […] quœ hominibus uide (...)

21Recourir à l’évocation d’épisodes de l’histoire ecclésiastique pour soutenir la primauté du pouvoir civil sur la puissance romaine apparut alors le moyen le plus efficace. L’évolution de la discipline que constituait l’histoire ecclésiastique et son instrumentalisation doivent être reliées à l’enseignement de l’abbé Giuseppe Zola, titulaire de la chaire d’histoire ecclésiastique de sa création jusqu’à la fermeture de la Faculté. Parmi les thèses soutenues, il y en a qui évoquent précisément un événement historique, et dans la plupart des cas – toujours chez Zola –, les épisodes des premiers siècles du christianisme sont privilégiés, dans une perspective de restauration de la pureté originelle de l’Église – orientation caractéristique de l’Aufklärung catholique32. Lorsqu’elles abordent les premiers siècles de l’Église et les temps de la communauté apostolique, les thèses débattues ne manquent pas de se confronter aux hérésies les plus importantes de l’antiquité chrétienne. D’un côté, les théologiens pavesans entreprirent de réfuter les principales hérésies du passé en repoussant par là les attaques des auteurs contemporains ; de l’autre, ils tentèrent de recréer un système de références et de défendre la Faculté contre les critiques que lui portait la partie la plus conservatrice de l’Église. Les discussions autour des hérésies des premiers siècles portèrent spécialement sur le pélagianisme33, le montanisme34 et le manichéisme35, mais de rudes attaques furent aussi menées à l’encontre du protestantisme36 et des intellectuels anticléricaux ou anticatholiques, comme les philosophes John Locke, Jean-Jacques Rousseau et Voltaire37. Derrière des questions biblico-exégétiques se cachait souvent une polémique avec les penseurs contemporains comme Voltaire. Les références à certains personnages ne sont en rien fortuites – Jephté et Job font chacun l’objet d’un article du Dictionnaire philosophique de Voltaire : dans le premier, il tente d’établir l’absurdité de l’offrande à la divinité ; dans le second, il soutient que le livre de Job a été écrit par un arabe. Les divergences avec les auteurs contemporains surgissent surtout au sein de propositions qui portent sur des sujets philosophiques38. Ainsi de la thèse soutenue par Candido Giardini le 22 juin 1787 : « Il faut repousser loin des oreilles chrétiennes cette affreuse invention du péché philosophique » – référence y est faite à l’œuvre d’Alexander Gottlieb Baumgarten39.

  • 40 « Il est certainement faux qu’Arnauld de Brescia fut condamné comme hérétique par le concile du Lat (...)
  • 41 « Le jugement et la censure des livres dans lesquels on traite de la doctrine de la foi et des mœur (...)
  • 42 Voir Carlo Capra, La Lombardia austriaca nell’età delle riforme (1706-1796), Turin, 1987, p. 244-24 (...)
  • 43 Voir Paola Vismara, « L’anti-infaillibilisme des jansénistes lombards à la fin du xviiie siècle », (...)
  • 44 « Le jugement du pontife romain, même quand il le prononce avec son Église, n’est pas irréformable (...)

22Parallèlement à la polémique qu’elle menait contre ses adversaires idéologiques et politiques, la Faculté éleva en références et en modèles une série d’auteurs et d’intellectuels, en récupérant particulièrement des figures controversées dans l’histoire de la théologie catholique et en défendant des ouvrages pourtant mis à l’Index40. Ainsi du janséniste Jan Opstraet, dont les livres furent proscrits et qui rencontra auprès des Pavesans un grand succès, notamment grâce à ses positions en matière de discipline ecclésiastique, de liturgie, de pastorale et de morale41. Le refus de recevoir l’Index renvoyait d’une part aux mesures du gouvernement autrichien sur la censure – en décembre 1768, le soin de la censure de la presse fut retiré à l’Inquisition, placé sous le contrôle de la Députation des études et assuré désormais par cinq réviseurs royaux, deux laïcs et trois théologiens, puis, en juin 1781, on abolit la censure sauf pour les livres ouvertement anticatholiques ou pornographiques42 –, et il renvoyait d’autre part le débat à la question des rapports entre Rome et les diocèses, entre papauté et épiscopat, pour déboucher finalement sur une polémique de matrice clairement gallicane, prévisible dès lors que référence était faite à Jacques-Bénigne Bossuet, évêque de Meaux et rédacteur en 1682 des fameux Quatre Articles de l’Église gallicane. On reconnaissait au pape une primauté purement honorifique, tandis qu’on récusait ses prétentions à une supériorité sur les conciles généraux de l’Église. L’infaillibilité ne pouvait être une prérogative du pape, puisque le pontificat était une chose humaine et transiens, transitoire43. Le pape ne pouvait revendiquer légitimement des droits dans les diocèses des autres évêques, dont l’investiture était considérée comme émanant directement de Dieu et non d’une autorité humaine ; la majorité des évêques réunis en concile pouvait l’emporter sur l’autorité du souverain pontife. Le conciliarisme était ici manifeste44.

  • 45 Voir Mario Rosa, Settecento religioso. Politica della religione e religione del cuore, Venise, 1999 (...)
  • 46 « La dévotion au Sacré-Cœur de Jésus, quand on la considère notamment d’un point de vue symbolique (...)

23Le mouvement de réorganisation des hiérarchies et le processus d’érosion de l’autorité centrale des pontifes au profit d’une décentralisation en direction des diocèses, subordonnés à l’autorité royale, furent complétés par une rigoureuse entreprise d’uniformisation cérémonielle et liturgique. Les leçons du catholicisme éclairé et la vogue des thèses typiques d’une « religion raisonnable » de matrice muratorienne reviennent dans les réflexions de la Faculté de théologie de Pavie dès lors qu’il est question du culte et des rites sacrés45. Simplification, réduction, clarté semblent être les mots d’ordre à suivre dans ce domaine, et l’on entend sans peine l’écho des thèmes traités au même moment par le synode de Pistoia46 – on comprend ainsi la grande valeur du témoignage que constitue le préambule (édité ici en annexe) des thèses soutenues le 4 juin 1784 par Giovanni Battista Vertua : l’augustin s’y inspire de l’actualité et s’en prend à la multiplication des nouvelles dévotions.

  • 47 À propos de la conception du sacerdoce, voir Giancarlo Perego, Un ministero tutto spirituale. La te (...)
  • 48 « Les bergers de l’Église doivent édifier leur troupeau en lui offrant l’exemple de la conversion, (...)

24Le problème des bénéfices et des rentes ecclésiastiques était aussi une question disciplinaire essentielle. Dans les thèses soutenues, le thème est discrètement abordé quand on touche à la pastorale, et l’on retrouve immanquablement le modèle du « bon berger » qui prend soin des âmes – sans que l’on entre, cependant, dans le détail des activités et des compétences du « bon curé »47. La question des bénéfices a inévitablement un fort impact. On dénonce l’avidité des mauvais clercs, accusés de n’être intéressés que par le recouvrement de leurs rentes, et non par le soin des âmes48.

  • 49 « La vérité de la doctrine subsiste toujours dans l’Église, même s’il arrive que nombreux soient ce (...)

25En l’absence totale de sources sur le déroulement de l’exposé de chaque étudiant en dernière année, il n’est pas possible de connaître les questions alors évoquées dans les thèses et le bilan qui en était fait au cours des délibérations au sein de la Faculté. En revanche, les sources nous disent déjà beaucoup sur la valeur scientifique de la production intellectuelle du corps professoral de la Faculté de théologie pavesane à l’époque des réformes joséphistes ainsi que sur le débat politique et réformateur qui y avait cours. La Faculté ne s’écarta jamais des objectifs qui lui avaient été fixés par les autorités autrichiennes, en dépit du fait qu’elle ne fut pas toujours soutenue par le pouvoir impérial et que la hiérarchie ecclésiastique tenta par tous les moyens de faire obstacle à la diffusion de conceptions ecclésiologiques qui entendaient clairement mettre l’Église sous la coupe de l’État49.

  • 50 ASMi, Studi, p.a., cart. 367 : lettre du prince de Kaunitz à Firmian du 8 mai 1769, dans laquelle K (...)
  • 51 Voir Angelo Gambasin, « La teologia universitaria a Padova e la politica culturale austriaca durant (...)
  • 52 ASMi, Studi p.a., cart. 367, Kaunitz à Firmian, 24 avril 1769.

26Des réformes thérésiennes à la Restauration, l’Autriche tenta de réaliser dans le domaine de l’enseignement théologique universitaire un projet de vaste portée, orienté vers deux objectifs spécifiques. En ce qui concerne les rapports entre Église et État, le gouvernement de Vienne soutint la supériorité de l’autorité civile souveraine dans les domaines extérieurs à la religion en répandant les doctrines juridictionalistes et en promouvant l’instruction juridico-canonique d’un clergé plus fidèle à l’Empire qu’à la cour de Rome50. D’autre part, la monarchie des Habsbourg, dont la souveraineté s’étendait à des territoires de cultures et de coutumes très variées, prôna l’adoption d’une théologie académique unique, étatique et uniforme destinée à se substituer à la pluralité des écoles et des systèmes doctrinaux des différents ordres religieux et à devenir le moyen d’une « unification intérieure » qui parachevât l’unification extérieure garantie par la législation et le pouvoir bureaucratique51. Il est clair qu’on retrouve dans ce projet plusieurs aspects essentiels de la politique ecclésiastique menée par l’État réformateur. Il suffit de penser à la simplification du système des bénéfices, à l’orientation des clercs vers des fonctions surtout pastorales, à la conséquente réduction numérique des ordinations, à la sélection d’un clergé plus réceptif à l’égard des dispositions prises par l’État en matière d’assistance et d’instruction – tous domaines abordés par le réformisme des Habsbourg et qui passaient nécessairement par une réforme des études théologiques universitaires. Pavie se révèle ainsi le creuset du jansénisme italien et le laboratoire de la politique juridictionaliste des Habsbourg, qui veulent un clergé plus éloigné de Rome et plus attaché au Christ. On comprend alors les motifs qui poussaient le prince de Kaunitz à définir la Faculté de théologie comme la « plus intéressante » dans sa correspondance avec les autorités universitaires pavesanes52.

Annexes

Annexe 1 Theses quas etc. P. Ioannes Baptista Vertua Cremon. Ordin. S. Augustini publice defendet, facta cuilibet etc. Die IV Junii 1784 Ticini, excudebat Petrus Galeatius Tipograf. Curiae Arch. Episc. Cum approbatione53

Mentre altrove crescono le deformità che oscurano l’oro e deturpano il bel colore della Chiesa, nella R.I. Università di Pavia si cerca di torle e di metterle in orrore. E donde mai tanta incuria nelle Curie Vescovili, che negghittose se ne stanno senza mai farsi sentire, mentre divien maggiore l’alluvione delle fantastiche divozioni, le quali, come se non gemesse la Chiesa per altri guai, inondano tante Diocesi, e seco traggono tante menti deboli ed ingannate. E quando vedremo nei Prelati che diconsi del Primo ordine, lo zelo di farsi muro per la Casa del Signore e di levare di mezzo a Isdraello gli scandali che aumentano le superstizioni e che autorizzano il Popolo a far consistere la Santissima Religione di un Uomo-Dio in phantasmatibus nostris, direbbe S. Agostino. Noi temiamo che alligni più ignoranza che dottrina, più viltà che coraggio e che non si sappia dove cominciare ad aprire la bocca, declinandosi intanto per una carnale politica dal difendere e dire la verità. Noi non tocchiamo alcuno, ma ammiriamo lo zelo di quei che si sollevano sopra la sfera degli umani riguardi i quali non si possono mai lodare abbastanza. Ma vuolsi confessare che non [sono in] numero molto grande e che anzi tentasi di screditare taluno che la Divina Providenza abbia suscitato e che proponga come esemplare agli altri. Noi potremmo recare varj esempj di Diocesi, nelle quali l’uomo inimico sa cogliere il [destro] dal letargo delle Curie Vescovili ; deste per altro quando trattasi del loro [interesse] di seminare il loglio, napello e cicuta. Per brevità ci restringeremo a uno o due esempj. In Venezia, dove attualmente sta lo Zatta, stampando lo sciocco, puerile, indecente ed erroneo Romanzo della Vita di Suor Alacoque54, di fresco è uscito dai Torchi del Gatti un Oratorio per la musica dello Spedale degl’Incurabili intitolato : Divinae hypostasis encomium, dove tra i cinque interlocutori il primo è l’Anima di Cristo, e il secondo l’Umanità di lui. Ario e Berruyer55 non hanno detto più spropositate bestemmie di quelle che qui veggono stampate cum approbatione, e da cantarsi a piis Virginibus in Chiesa. Abbiamo pure sott’occhi un Invito fatto ai Devoti del Santo dei Miracoli Antonio da Padova dai Frati Conventuali di S. Francesco di Brescia in cui si dice che per tutta l’Ottava vi sarà l’Esposizione del Santissimo col Santo Miserere in musica, per implorare dal Santo la sua assistenza ne’ presenti [tempi].

Che indegnità ! Dunque in Brescia si stampa ciò che in Napoli dice soltanto il volgo ignorante riguardo a S. Gennaro ? E poi vi si mena tanto romore perchè un’illustre bresciano, ornamento della Università di Pavia, cerca di rattificare le idee e di stabilire la vera e sana dottrina in punti di somma importanza ? In questo Invito si dice altresì che nella Chiesa dei suddetti Conventuali vi sarà Indulgenza Plenaria perpetua e remissione di tutti i peccati. Ed è possibile che vi s’invitino i Devoti del Santo dei Miracoli, come il dono di fargli non fosse ad altri stato compartito da Dio che a S. Antonio solamente, e come fosse l’unico Taumaturgo da cui si debbano implorare ancora, ma non senza il Miserere in musica, ne senza l’intercezione del Santissimo ? E che vi s’invitino il di 13 giugno ove sarà Indulgenza Plenaria perpetua non combinando le idee che eccita l’epiteto perpetua con un giorno o con un ottavario ? Ma pazienza che tal idea non vi si combini. Cosa è mai questa Indulgenza Plenaria perpetua, la quale si assicura che vi sarà, e poi che vi sarà remissione di tutti i peccati ? É forse il Santo dei Miracoli, che a intercessione del Santissimo ha rivelato alla Curia Vescovile di Brescia che la Indulgenza Plenaria precede la remissione dei peccati e che prendendo quella dei Frati Conventuali di Brescia si ha sicuramente la remissione di tutti i peccati ? Quanti spropositi in quattro righe ! i quali peraltro non si degneranno di rilevare se non inducessero i propri fedeli in errore, e non fomentassero scandalosissimamente l’ignoranza e la superstizione. Ma venghiamo ect.

Annexe 2 Les thèses de la Faculté de théologie de Pavie

21 mai 1774 - Francesco Antonio Zucchi

c. Beatissimam Deiparam Mariam ante partum, et in ipso partu, atque post partum Virginem fuisse, adversus Helvidium, Jovinianum, Bonosum, aliosque Haereticos recentiores firmissime tuemur.

5 juin 1776 - Michele Cairati

b. Praedestinatio, seu electio homonum lapsorum ad Gloriam omnino gratuita est, nec meritorum praevisionem subsequitur.

5 juin 1776 - Ludovico Saragozzi

d. Persecutionem neronianam non Romae tantum, sed et provinciis grassatam fuisse cum aliis argumentis evincimus, tum illud etiam minime reicimus sumptum ex antiquo marmore in Hispania reperto.

NERONI. CL. CAIS. AUG. PONT. MAX. OB. PROVINCIAM. LATRONIB. ET. HIS. QUI. NOVA M.GENERI. HUM. SUPERSTITION. INCULCAB. PURGATAM.

13 juin 1776 - Giuseppe Maria Castiglioni

b. Maria Virgo rectissime dicitur, ac vere est Deipara. 13 mai 1777 - Carlo Gaetano Arisi.

a. Liberum hominis arbitrium post Adamae peccatum nec amissum, nec extinctum esse, firmiter propugnamus.

b. Divina Gratia liberum non aufert hominis arbitrium.

23 juin 1777 - Gaetano Harasti.

a. Sacrae Scripturae oracula disserte monstrant Christum esse Deum.

d. Politicorum Principum leges, ut obligationem inducant, Subditorum non exigunt acceptationem.

3 décembre 1777 - Giuseppe Agostino Niviani.

c. Jephte votum imprudenter emisit et crudeliter adimplevit in Filia non virginitatis congregatione, sed mactatione cruenta.

3 juin 1778 - Giovanni Spada.

a. Ad omne opus bonum et salutare necessaria est gratia Christi. 29 avril 1779 - Giuseppe Domenico Calcagni.

a. Dei praecepta homini justificato et sub gratia constituto ad observandum possibilia sunt.

c. Liberum hominis arbitrium post Adamae peccatum amissum et extinctum non fuit.

29 avril 1779 - Giuseppe Antonio Menagliotti.

c. Volterius ansam semper arripiens deridendi et improbandi quodcumque in sacris literis enunciatur, in votum Jephte audacter inclamat, illudque tamquam vile et nefandum facinus mosaicae legi et israelitico populo exprobrat. Nulla tamen vi originali textui illata, ex eo argui posse videtur Jephte Filiam suam per cruentam mactationem non obtulisse, sed illam caelibem vitam vivere adegisse.

d. Sacrarum literarum auctoritas, Patrum oracula, aliaque theologica argumenta invictissime demonstrant contra Valdenses aliosque refractarios, humanas leges etiam civiles coram Deo atque in interiori conscientiae foro nos obstringere.

22 juin 1780 - Tiberio Azzati.

a. Vera est Iobi historia, nec non canonicus Iobi liber. 22 giugno 1780 - Francesco Valperga.

b. Homo etiam post Adae peccatum liberum arbitrium licet imminutum retinuit

26 avril 1781 - Lorenzo Antonio Maria Aliprandi.

b. Gratia quamvis efficax atque efficacissima sit, liberum tamen non adimit arbitrium, sed fovet, auget, perficit.

20 juin 1781 - Salvatore Maria Sommalvico.

a. Fides explicita SS. Trinitatis est homini prorsus necessaria ad salutem. 27 juin 1781 - Giovanni Battista Parucconi.

d. Ecclesiae Pastores concreditum sibi gregem pascere debent exemplo conversationis, verbo praedicationis, fructu orationis.

1er décembre 1781 - Angelo Maria Bonfico.

b. Ex solis Iustis et perfectis Ecclesiam componi, olim docuere Pelagiani, Novatiani, Donatistae, novissime vero Lutherani Confessionis Augustanae ; sed perperam : nam inter vera Ecclesiae membra alii quoque praeter Iustos, ex unanimi Patrum et Theologorum Doctrina, adnumerandi sunt.

6 juin 1782 - Bartolomeo Della Torre.

a. Antepaschalis ieiunii Religio, quae cum Montanistarum ieiuniis non est confundenda, etiam primis Ecclesiae Saeculis observata, abstinentiam a carnibus diebus esurialibus praecipiebat.

5 décembre 1782 - Giovanni Battista Rottigni.

a. Civilis tolerantiae leges in favorem haereticorum latae cum Evangelica doctrina et antiquis ecclesiae moribus mirifice componuntur.

10 avril 1783 - Angelo Martignoni.

a. Regina Saba, de qua III Reg. cap.10, ad Salomonem ex Arabia felici venisse quamquam minime certum est, a vero tamen haud procul esse videtur.

8 mai 1783 - Francesco Guarnieri.

c. Sex prioribus Ecclesiae saeculis poenitentia publica occultis etiam criminibus, modo ea canonica essent, ab Ecclesia praescripta erat.

15 mai 1783 - Anselmo Buzzi.

b. Mysterium Sanctissimae Trinitatis fidei christianae caput est, ab omnibus qui salvi esse volunt explicite credendum.

d. Jephte votum imprudenter emisit, crudeliter adimplevit in filia, non consecratione virginitatis, sed mactatione cruenta.

15 mai 1783 - Giuseppe Corbetta.

a. Ex mortis sententia quae protoparenti declarata Genes.2, inflicta Rom.5 legitur perperam colligit Johannes Lokius (Christianisme raisonnable tom. I, cap. I) impios in nihilum redigi.

6 juin 1783 - Carlo Agostino Donati.

a. Pentateuchum esse verum opus Moysis divinaeque auctoritatis contra Voltairium aliosque incredulos tuemur.

21 juin 1783 - Paolo Gerolamo Risi.

c. Trinitatis mysterium rationem longe superat, nec potest naturali lumine sine revelatione cognosci.

23 juin 1783 - Ignazio von Pichler.

b. Veritas doctrinae semper in Ecclesia subsistit, licet aliquando maior numerus a veritate deflectat.

28 juin 1783 - Vincenzo Ghisalberti.

c. Insaniebant montanistae qui secundas nuptias tamquam illicitas et malas damnabant.

27 novembre 1783 - Francesco Borgias Hager.

a. Monasticum institutum non a saeculo primum IV vel V (ut pertenditur) in Ecclesiam introductum, sed ab ipso apostolorum aevo coepisse et per tria priora saecula vere ac proprie extitisse ex monumentis ecclesiasticae antiquitatis ostenditur.

9 février 1784 - Antonio Gambarana.

a. Immerito carpitur a lutheranis Synodus Tridentina quod vocem transubstantiationis adhibuerit.

30 avril 1784 - Paolo Domenico Pusterla.

b. Numen hoc seu universalis omnium rerum causa unica est et non duplex quorum una sit boni altera vero mali fons et origo contra ac sensere olim manichaei.

13 mai 1784 - Francesco Antonio Peregrini.

d. Eliae ob prophetarum Baal Lucorumque internicionem sive factam sive imperatam (Lib. II Regum, cap. XVIII, v.40) nulla criminis nota inuri potest.

13 mai 1784 - Antonio Polloni.

b. Peccat qui suffragium suum praebet indigno ad accademicum gradum assequendum.

4 juin 1784 - Giovanni Battista Vertua.

a. Sacri ut aiunt cordis Jesu devotio etiam sub ratione symboli spectata prout in cordicolarum libris docetur phantastica est, superstitiosa nec caret periculo erroris.

26 juin 1784 - Vincenzo Canale.

b. Liber Iob sacer est et canonicae auctoritatis. 28 juin 1784 - Filippo Stainer.

b. Non semper est illicita lectio librorum qui Romae prohibentur. 3 mars 1785 - Giuseppe Gilio.

a. Non est fabulosa, sed vera, Iobi historia. 28 avril 1785 - Giovanni Battista Molinari.

c. Falsum prorsus est Arnaldum a Brixia tamquam haereticum in Concilio Lateranensi sub Innocentio III damnatum fuisse.

d. Librorum, in quibus de doctrina fidei et morum agitur, iudicium et censura ad Ecclesiam omnino pertinet, sed regiae potestatis consensus praeterea requiritur, ut admittatur illorum prohibitio.

28 mai 1785 - Giovanni Battista Pavesi.

c. Qui potentiorum limina frequentant, vel Principis, aut Episcopi gratiam officiis ambiunt eo animi consilio, ut sibi acquirant beneficium Ecclesiasticum, a simoniae labe purgari non possunt.

14 juin 1785 -Alessandro Lomeno Gallarati.

b. Ex Scripturis et praecipue ex epistola ad Romanos cap.9 eruitur praedestinationem ad gloriam esse omnino gratuitam.

28 juin 1785 - Giuseppe Benedetto Braunizer De Braunthall.

c. Nullius ponderis sunt argumenta, quibus Gregorius VII probare conatus est novam illam opinionem de potestate exauctorandi Reges Romano Pontifici et Ecclesiae a se attributa.

d. Non est absona a Christianae prudentiae legibus regula tradita a gravissimo Theologo Johanne Opstraeto cui titulus : PASTOR BONUS : “Absolvi licite posse poenitentem dubie dispositum, si poenitens sit vir magnae auctoritatis in urbe, vel oppido, qui si absolvatur, plures alios ad bonum trahet si non absolvatur, a bono avertet”.

28 juin 1785 - Bartolomeo Scrinzi De Giorgj.

d. Quemadmodum falsum esse probatum est Arnaldum Brixianum in Concilio Lateranensi sub Innocentio II tanquam haereticum damnatum fuisse, nec item ea, quae postmodum in Concilio Senonensi gesta sunt, haereticum fuisse probant.

11 mai 1786 - Ignazio Gianorini.

b. Antepaschale ieiunium primis Ecclesiae saeculis non fuit exacte quadraginta dierum neque primi quatuor dies (a die nempe Cinerum ad primam usque Dominicam) ante IX saeculum accesserunt.

13 mai 1786 - Giuseppe Botelli.

c. Heresim, ut aiunt, Iansenianam numquam extitisse defendimus. 26 mai 1786 - Giovanni Trabattoni.

a. Falsa est vulgaris opinio qua creditur Augustini doctrinam de praedestinatione et gratia non esse rudi populo annuntiandam.

27 mai 1786 - Luigi Masera.

d. Gregorius VII deponendo atque exautorando Henricum IV imperatorem potestatis suae limites excessit.

1er juin 1786 - Baldassarre Caccini.

a. Johannem Joachim ex cistercensi ordine abbatem florensem in Calabria de unitate in divinis catholice sensisse ac docuisse contra Baronium, Durandum et alios defendimus.

d. Blasphemat Johannes Jacobus Rousseau cum Christi doctrinam haud divinam esse pronuntiat eamque civili oeconomiae adversam affirmat.

19 juin 1786 - Giuseppe von Puechberg.

a. Romani Pontificis etiam cum sua Ecclesia pronunciatis judicium non est irreformabile, nisi Ecclesiae Universalis consensus accesserit.

20 juin 1786 - Giuseppe Zucchi.

c. In rebus, ut ajunt, mixtis Ecclesiastica legislatio subest civili. 24 juin 1786 - Giovanni Battista Maggi.

b. Congruere litterali textui veram Samuelis umbram ad Saul fuisse allocutam (lib. I Regum cap. XXVIII), ac id non Daemonis, vel Pytonissae praestigiis, sed Dei Omnipotentis opera contigisse arbitramur.

30 juin 1786 - Giuseppe Panigati.

b. Fieri potest ut in causa fidei multitudo Episcoporum simul cum Romano Pontifice paucis admodum ex adverso reclamantibus errorem definiat ac pertinaciter tueatur.

19 décembre 1786 - Antonio Vittadini.

c. Irrefragabilis generalium conciliorum auctoritas minime pendet a confirmatione Romani Pontificis.

19 mai 1787 - Giusto Della Scala.

b. Bona opera hominis iustificati vere merentur vita aeternam. 25 mai 1787 - Alberto Feliciano Gambara.

b. Nullus Episcopus neque Romano excepto potest aliquem excommunicare nisi de consensu saltem praesumpto totius corporis Ecclesiae.

30 maggio 1787 - Antonio Brambilla.

c. Romanus Pontifex in rebus fidei ac morum etiam cum Ecclesia sua peculiari iudicium pronuntians subesse potest errori.

19 juin 1787 - Filippo Oggioni.

b. Pelagianum est in statu naturae lapsae requirere ad libertatem hominis virium aequilibrium.

d. Ex quo Cathedra Petri semper sit substitura in Ecclesia male ratiocinantur, qui colligunt Ecclesiam Romanam non posse in definiendis fidei quaestionibus labi in errorem.

20 juin 1787 - Damiano de Taxis.

a. Haeresis Ianseniana est inane spectrum callide confictum ab hostibus veritatis ad suos adversarios opprimendos.

26 juin 1787 - Giovanni Antonio De Maria.

c. Muneri suo non satisfaciunt parochi, si doctrinam de Praedestinationis et Gratiae mysteriis populis eorum curae commissis non enuncient.

d. Delirant, qui dubitari posse dicunt, an Defensio declarationis cleri gallicani de ecclesiastica potestate genuinum sit opus Illustrissimi Bossuetii

Meldensis Episcopi.

27 juin 1787 - Candido Giardini.

a. Amandandum procul a Christianis auribus horrendum illud Peccati Philosophici commentum.

28 juin 1787 - Giulio Caporali.

a. Arnaldus Brixianus nec proprie schismaticus fuit, nec seditiosus, nec turbulentus.

30 juin 1787 - Graziano Bonfichi.

b. Usum publice exponendi tam frequenter Sanctissimam Eucharistiam improbandum esse existimamus.

c. Episcopi suam a Christo immediate iurisdictionem habent, non a Romano Pontifice.

17 novembre 1787 - Pio Giovanni Campi.

b. Jephte votum implevit in filia non virginitatis consecratione, sed mactatione cruenta.

5 juin 1788 - Carlo Maria Lanzani.

a. Nulla extat Ecclesiae lex generalis, imo nec peculiaris lex Ecclesiae Romanae, quae iubeat verba canonis in Missa adeo submissa voce pronunciari, ut ab iis, qui adsunt, audiri non possint.

b. Quamvis iuxta Tridentium licitum et utile sit Sanctos invocare, nullo tamen mandato vel divino, vel ecclesiastico generali ad eos invocandos fideles adstringi propugnamus.

16 juin 1788 - Luigi Belloni.

a. Altarium in una Ecclesia multiplicatio praxi veteris Ecclesiae repugnat ; magno verae pietati damno fuit ; multarum abusionum occasio extitit atque est.

18 juin 1788 - Anselmo Tibaldi.

d. Summus imperans civilis, aliquid sanciendo circa Personas Ecclesiasticas, vel Ecclesiae bona, fines propriae potestatis generatim non excedit.

25 juin 1788 - Carlo Costanzo Manzoni.

a. Anni, quibus Moses veterum patriarcharum logaevitatem in Genesi descripsit, nostris breviores non fuere.

25 juin 1788 - Elia Santagostino.

b. Missas intuitu pecuniae aut commodi temporalis celebrare quid aliud est nisi cum Juda Christum vendere ?

12 mai 1789 - Giuseppe Nicolini.

a. Politica potestas, quae iubet, ut minores clerici ex pluribus etiam dioecesibus in unum collecti scientiis sacris in Regia Universitate instrui debeant, antequam ad maiores ordines a propriis Episcopis possint promoveri, nec limites excedit propriae auctoritatis, nec laedit ius docendi divinae missioni adnexum, quam a Christo acceperunt Ecclesiae pastores.

19 mai 1789 - Carlo Moraja.

d. Beneficiarii non utique domini, vel possessores, sed tantummodo ministri, et dispensatores sunt redituum ecclesiasticorum ; proindeque pauperibus sacrilega crudelitate subripiunt, quidquid sibi ultra necessarium victum, ac simplicem vestitum accipiunt.

3 juin 1789 - Edoardo Colombi.

a. Cum immortalis Augustus Joseph II regulares olim exemptos nativae Episcoporum iurisdictioni restitui non tam Ecclesiae, quam ipsorum regularium bono consuluit.

b. Consuetudo quam per legem induxit idem Augustus in ditionibus suis studiorum caussa Regulares ad pubblica licaea mittendi non pugnat cum regularis disciplinae oeconomia, immo antiqua et perutilis est.

3 juin 1789 - Rodolfo Korzenskide Thereschau.

b. Ecclesia Christi, prout est coetus sacerdotalis, proponere quidem potest leges disciplinares, sed istae nullam obligandi vim habent, nisi potestatis civilis vel tacito, vel expresso consensu firmentur.

c. Recto plane sensu docuit Arnaldus Brixianus Clericos proprietatem habentes salvari non posse ; tum fundos, ac praedia nullo iure sequi monachos.

4 juin 1790 - Pietro Vaccari.

d. Arnaldus Brixianus nec novitatis amator, nec turbator pacis dici iure potest.

15 juin 1790 - Giulio Pompeo Ferrari.

c. Et perperam et falso et perniciose Bolgenius obsoletam opinionem instaurat de Ecclesiae infallibilitate in factis, ut aiunt, dogmaticis.

15 juin 1790 - Antonio Preda.

b. Animarum pastores, qui ex una paroecia in aliam transeunt unice ut pinguius beneficium captent, vere mercenarii sunt qui se ipsos non oves pascunt.

28 juin 1790 - Gaetano Ratti.

a. Lectionem Sacrae Scripturae in lingua vulgari licitam et utilem populo christiano semper fuisse et adhuc esse ex ipsa Scriptura evincitur.

13 mai 1791 - Paolo Ruggeri.

c. Arnaldum Brixianum nec tamquam haereticum damnatum fuisse contendimus in Concilio Lateranensi II nec habendum pro haeretico propterea quod postmodum in Concilio Senonensi Petri Abaelardi defensionem susceperit.

14 juin 1792 - Antonio De rolsperg.

d. Gregorius VII primus Romanorum Pontificum potestatem sibi arrogavit exauctorandorum Regum contra doctrinam Ecclesiae, immo contra Verbum Dei.

Notes

1 Adriano Balbi, Essai statistique sur le Royaume de Portugal et d’Algarve comparé aux autres États de l’Europe et suivi d’un coup d’œil sur l’état actuel des sciences, des lettres et des beaux-arts parmi les portugais des deux hémisphères, t. ii, Paris, Chez Rey et Gravier, 1822, p. 44.

2 Id., Scritti geografici, statistici e vari pubblicati in diversi giornali d’Italia, di Francia e di Germania, t. ier, Torino, Stabilimento tipografico di A. Fontana, 1841, p. 234 : « […] se non la prima università d’Europa, almeno eguale a qualunque in quel tempo più famigerata. »

3 « Essi ora comuni alli conti palatini, alli collegi pubblici e privati e alli ordini religiosi [...] mentre la laurea al contrario, non dovrebbe conseguirsi se non terminato il corso regolare degli studi nella stessa Università » : Michele Daverio, Idea di un piano di riforma degli studi ecclesiastici proposto al conte di Firmian, Milan, le 9 mai 1767, p. 112-116, Archivio di Stato di Milano (ASMi, Studi p.a., cart. 375 ; copie manoscritte BUPv, Aldini 334, attribuite à Giovanni Bovara).

4 Baldo Peroni, « La politica scolastica dei principi riformatori in Italia », Nuova Rivista Storica, 12, 1928, p. 265-357 ; Andrea Romano, « Alcune considerazioni sul valore legale delle lauree universitarie : note storiche e prospettive », Annali di Storia delle Università Italiane, 13, 2009, p. 9-44.

5 Sous le règne de Marie-Thérèse d’Autriche et de son fils Joseph II, on assiste à la mise en place d’un vrai laboratoire de tolérance religieuse dont le projet éducatif représente une réalisation concrète : Ulrich L. Lehner, The Catholic Enlightenment. The Forgotten History of a Global Movement, New York, 2016, p. 53-60 ; Simona Negruzzo, « La formazione superiore in età austriaca tra Pavia e Milano (1706-1740) », Almum Studium Papiense. Storia dell’Università di Pavia, dir. Dario Mantovani, t. ii/1, L’età austriaca e napoleonica, Milano, 2015, p. 25-42.

6 Memorie e documenti per la storia dell’Università di Pavia e degli uomini più illustri che vi insegnarono, éd. Alfonso Corradi, t. ii, Documenti, Pavie, 1878, p. 23-25.

7 Statuti e ordinamenti della Università di Pavia dall’anno 1361 all’anno 1859 raccolti e pubblicati nell’XI Centenario dell’Ateneo, Pavie, 1925, p. 218.

8 Elisabeth Garms-Cornides, art. « Firmian, Carlo Gottardo, conte di », Dizionario Biografico degli Italiani [DBI], vol. 48, Rome, 1997, p. 224-231.

9 Statuti e ordinamenti, op. cit., p. 201. Pour les cours de théologie, voir ASMi, Studi p.a., cart.
375, Michele Daverio, Idea d’un Piano generale di riforma degli Studi Ecclesiastici dell’Università di Pavia (9 Mai 1767). Daverio était membre de la Congrégation des Oblats de Saint Charles Borromée. Pour une synthèse, voir Mario Panizza, « L’Austria e gli studi superiori ecclesiastici nella diocesi di Milano durante l’ultimo trentennio del secolo xviii », Memorie storiche della diocesi di Milano, t. iii, Milan, 1956, p. 167-221. Pour une histoire de la Faculté de théologie, voir Marco Bernuzzi, « Gli statuti della Facoltà teologica e il Collegio dei teologi a Pavia », Annali di storia pavese, 18-19, 1989, p. 121-135, et Simona Negruzzo, Theologiam discere et docere. La facoltà teologica di Pavia nel xvi secolo, Milan, 1995.

10 Francisco Gatti, « Il periodo giansenista della Facoltà teologica di Pavia », Scrinium theologicum, 1954, p. 127-129.

11 La synthèse la plus complète sur l’histoire de la réforme de la Faculté de théologie est désormais celle de Marco Bernuzzi, « La Facoltà di Teologia », Almum Studium Papiense, op. cit., t. i/2, L’età spagnola, Milan, 2013, p. 183-210.

12 Augustinien, Natali fit ses études au Collège Nazareno de Rome, institution de son ordre ; Ricci, qui privilégiait le courant scotiste, avait étudié à l’Académie de Innsbruck : Memorie e documenti, t. ier, p. 576-578. Voir Pietro Stella, Il giansenismo in Italia, t. ii, Il movimento giansenista e la produzione libraria, Rome, 2006, p. 382. Sur les cours bibliques, voir Marco Bernuzzi, La Facoltà teologica dell’Università di Pavia nel periodo delle riforme (1767-1797), Milan, 1982, p. 79-83, Annibale Zambarbieri, « Le goût de l’histoire. Giuseppe Zola agli esordi del suo insegnamento pavese », Il giansenismo e l’Università di Pavia. Studi in ricordo di Pietro Stella, éd. Simona Negruzzo, Milan, 2012, p. 115-132, Marco Bernuzzi, « Flaviano Ricci (1714-1789) e la seconda cattedra di teologia dogmatica all’Università di Pavia », Bollettino della Società Pavese di Storia Patria, 113, 2013, p. 454-479.

13 Voir Marco Bernuzzi, « La Facoltà teologica dell’Università di Pavia. Dalle riforme di Maria Teresa al Seminario Generale (1767-1786) », Economia, istituzioni, cultura in Lombardia nell’età di Maria Teresa, t. iii, Istituzioni e società, dir. Aldo De Maddalena, Ettore Rotelli et Gennaro Barbarisi, Bologne, 1982, p. 549-559, et id., « Dall’Universitas theologorum alla Facoltà teologica dell’Università di Pavia », Storia di Pavia, dir. Emilio Gabba, t. iv/2, Milan, 1995, p. 527-538.

14 Sur Tamburini, voir Pietro Tamburini e il giansenismo lombardo. Atti del Convegno internazionale in occasione del 250 della nascita, Brescia, 25-26 maggio 1989, éd. Paolo Corsini et Daniele Montanari, Brescia, 1993. Consulter en outre Innocente Garlaschi, Vita cristiana e rigorismo morale. Studio storico-teologico su Pietro Tamburini (1737- 1827), Brescia, 1984, Mariano Comini, Pietro Tamburini (1737-1827). Un giansenista lombardo tra riforma e rivoluzione, Brescia, 1992, et Santino Maruti, Teologia e politica nel giansenismo lombardo, Milan, 1998.

15 Voir Grete Klingestein, « Radici del riformismo asburgico », Storia religiosa dell’Austria, dir. Ferdinando Citterio et Luciano Vaccaro, Milan, 1997, p. 143-168.

16 Voir Elisabeth Garms-Cornides, « Giuseppinismo e riformismo cattolico : problemi sempre aperti nella storiografia austriaca », Quaderni storici, 15, 1970, p. 759-772.

17 Voir Valeria Pedante, « Il Seminario Generale di Pavia sotto Giuseppe II », Cattolicesimo e lumi nel Settecento italiano, éd. Mario Rosa, Rome, 1981, p. 205-237, Marco Bernuzzi et Luisa Erba, « A proposito del Seminario Generale di Pavia : organizzazione, studi e alunni », Annali di storia pavese, 3-4, 1980, p. 99-116, et Xenio Toscani, « Il Seminario generale di Pavia », ibid., 18-19, 1989, p. 137-144.

18 Voir Paola Vismara, « Religione e politica in Pietro Tamburini e nel giansenismo pavese », Storia religiosa dell’Austria, op. cit., p. 295-311, Simona Negruzzo, « Università, libri e teologia nella Pavia di fine Settecento », Dalla pecia all’e-book. Libri per l’Università : stampa, editoria, circolazione e lettura, éd. Gian Paolo Brizzi et Maria Grazia Tavoni, Bologne, 2009, p. 591-607.

19 Voir Marco Bernuzzi, « L’inventario del fondo Facoltà d Teologia nell’Archivio di Stato. Per uno studio delle lauree teologiche a Pavia nel Settecento », Bollettino della Società Pavese di Storia Patria, 107, 2007, p. 479-493, Simona Negruzzo, « Tesi teologiche della facoltà asburgica », Il giansenismo e l’Università di Pavia, op. cit., p. 59-78. Pour les sources, voir ASMi, Studi p.a., cart. 159-161, 258, 367-368, 373-374, 376-377, 380, 459- 460 ; Culto p.a., cart. 2 ; Dispacci reali, cart. 230 ; Archivio di Stato di Pavia (ASPv), Università, Rettorato, cart. 12, 101, 155 ; Teologia, cart. 9-12 ; Registri, cart. 810, 814-816, 856-857.

20 Pour approfondir, voir Franco Ardusso, Natura e grazia. Studio storico-teologico sul teologo giansenista italiano Pietro Tamburini, Brescia, Morcelliana, 1970.

21 « La prédestination, c’est-à-dire l’élection des hommes déchus de la grâce, est entièrement gratuite et ne procède pas de la prévision des mérites », par Michele Cariati, le 5 juin 1776 ; « La Grâce divine n’ôte pas aux hommes le libre arbitre », par Carlo Gaetano Arisi, le 13 mai 1777 ; « Pour chaque œuvre bonne et salutaire, la grâce du Christ est nécessaire », par Giovanni Spada, le 3 juin 1778 ; « Il est possible à l’homme justifié et placé sous la grâce d’observer les préceptes de Dieu », par Giuseppe Domenico Calcagni, le 29 avril 1779 ; « Nous défendons fermement que la sainte croyance, ou la foi, ne provient pas de nous, mais de la grâce du Christ », par Giovanni Longhi, le 31 janvier 1780 ; « Des Écritures, et précisément de la lettre aux Romains, chapitre 9, il ressort que la prédestination à la gloire est entièrement gratuite », par Alessandro Lomeno Gallarati, le 14 juin 1785 ; « L’opinion commune selon laquelle la doctrine augustinienne sur la prédestination et la grâce n’est pas enseignée au peuple est fausse », par Giovanni Trabattoni, le 26 mai 1786 ; « Les curés ne remplissent pas leur mandat s’ils n’expliquent pas au peuple confié à leurs soins la doctrine de la prédestination et le mystère de la Grâce », par Giovanni Antonio De Maria, le 26 juin 1787.

22 « Nous soutenons avec fermeté que le libre arbitre de l’homme, après le péché d’Adam, ne fut ni perdu ni détruit », par Carlo Gaetano Arisi, le 13 mai 1777 ; « Après le péché d’Adam, le libre arbitre de l’homme fut perdu, mais pas éteint », par Giuseppe Domenico Calcagni, le 29 avril 1779 ; « L’homme, même après le péché original, conserva, bien que de façon réduite, son libre arbitre », par Francesco Valperga, le 22 juin 1780 ; « Bien que la grâce soit efficace, voire très efficace, elle n’ôte toutefois pas le libre arbitre, mais le nourrit, l’augmente, le perfectionne », par Ludovico Antonio Maria Aliprandi, le 26 avril 1781 ; « Les bonnes œuvres des hommes justifiés font gagner la vie éternelle », par Giusto della Scala, le 19 mai 1787.

23 « La foi explicite en la Très Sainte Trinité est précisément nécessaire à l’homme pour son salut », par Salvatore Maria Sommalvico, le 28 mai 1781 ; « Le mystère de la Très Sainte Trinité est fondamental pour la foi chrétienne et doit être considéré par tous ceux qui veulent être sauvés », par Anselmo Buzzi, le 15 mai 1783 ; « Le mystère de la Très Sainte Trinité dépasse grandement la raison et ne peut être compris à la lumière de la nature sans révélation », par Paolo Gerolamo Risi, le 21 juin 1783.

24 « Nous affirmons hautement que la Sainte Mère de Dieu, Marie, contre Helvidius, Jovinien, Bonosus et tous les autres hérétiques plus récents, était vierge avant, pendant et après l’accouchement », par Antonio Zucchi, le 21 mai 1774 ; « À juste titre, on définit Marie vierge et, en vérité, Mère de Dieu », par Giuseppe Maria Castiglioni, le 13 juin 1776.

25 « Les prophéties des Écritures Saintes prouvent clairement que le Christ est Dieu », par Gaetano Harasti, le 23 juin 1777.

26 « Même s’il n’est pas certain que la reine de Saba, dans 1 Rois 10, soit venue jusqu’à Salomon depuis l’heureuse Arabie, toutefois le fait ne semble pas être loin de la vérité », par Angelo Martignoni, le 17 avril 1783 ; « Élie ne peut être accusé d’aucun crime connu pour le massacre des prophètes de Baal et d’Astarte, qu’il l’ait accompli ou qu’il l’ait commandé (1 Rois 18, 40) », par Francesco Antonio Peregrini, le 13 mai 1784 ; « Nous retenons, en accord avec le texte littéral, que l’ombre véritable de Samuel parla à Saül (1 Samuel 28), et cela s’est produit non pas grâce au prodige d’un démon ou de la pythonisse, mais grâce à l’œuvre de Dieu tout-puissant », par Giovan Battista Maggi, le 24 juin 1786.

27 Á propos des liens entre réflexion politique et pensée théologique, voir Emanuela Verzella, « Nella rivoluzione delle cose politiche e degli umani cervelli ». Il dibattito sulle Lettere teologico-politiche di Pietro Tamburini, Florence, 1998.

28 « Les lois de la tolérance civile élargies en faveur des hérétiques sont merveilleusement conformes à la doctrine évangélique et aux anciennes mœurs de l’Église », par Giovanni Battista Rottigni, le 5 décembre 1782 ; « Le pouvoir politique contrôle les clercs mineurs […] qui doivent être instruits aux sciences sacrées dans une Université Royale avant d’être promus aux ordres majeurs par leurs évêques […] sans léser le droit d’enseigner qui procède de la mission divine que les bergers de l’Église recevront du Christ », par Giuseppe Nicolini, le 12 mai 1789 ; « Lorsque l’immortel empereur Joseph II replaça les réguliers sous la juridiction originaire des évêques, il prit en compte non seulement le bien de l’Église, mais aussi celui des réguliers » et « La coutume qu’a introduite par la loi le même Empereur d’envoyer les réguliers de ses États étudier dans les lycées publics ne s’oppose pas à la discipline générale des réguliers, mais elle est au contraire ancienne et très utile », par Edoardo Colombi, le 3 juin 1789.

29 « Les lois des princes politiques, parce qu’elles induisent à l’obéissance, ne réclament pas d’acceptation de la part des sujets », par Gaetano Harasti, le 23 avril 1777 ; « L’autorité des Écritures saintes et des prophéties des Pères et les autres documents théologiques inattaquables montrent aux Vaudois et autres réfractaires que les lois humaines et civiles nous obligent devant Dieu et notre conscience », par Giuseppe Antonio Menagliotti, le 28 avril 1779 ; « Dans les matières mixtes, la législation ecclésiastique est soumise à la civile », par Giuseppe Zucchi, le 20 juin 1786.

30 Voir Paola Vismara, « Entre romanisme et antiromanisme : l’œuvre historique de Lodovico Antonio Muratori », Histoires antiromaines, textes réunis par Sylvio De Franceschi, Chrétiens et Sociétés, Documents et mémoires, 15, Lyon, 2011, p. 87-114.

31 « Lorsque le pouvoir civil suprême sanctionne les personnes ecclésiastiques ou dispose des biens ecclésiastiques, il n’excède pas les limites de son autorité », par Anselmo Tibaldi, le 18 juin 1788 ; « L’Église du Christ, en tant que société sacerdotale, peut certainement proposer des lois disciplinaires, mais elles n’ont aucune valeur obligatoire si elles ne reçoivent pas le consentement, tacite ou explicite, de la puissance civile », par Rodolfo Korzensky, le 3 juin 1789 ; « Les arguments par lesquels Grégoire VII tenta d’accréditer la nouvelle opinion sur le pouvoir de destituer les souverains que le pontife romain et l’Église s’étaient attribué n’ont aucune valeur », par Giuseppe Benedetto Braunizer de Braunthall, le 28 juin 1785 ; « En déposant et en destituant l’empereur Henri IV, Grégoire VII passa les limites de son pouvoir », par Luigi Masera, le 27 mai 1786 ; ou encore « Grégoire VII, le premier parmi les papes, s’arrogea l’autorité de destituer les souverains contre la doctrine de l’Église et donc contre la parole de Dieu », par Antonio de Rolsperg, le 14 juin 1792.

32 « La pratique du jeûne avant Pâques, qu’on ne doit pas confondre avec le jeûne des montanistes, était déjà observée aux premiers siècles de l’Église et elle commandait l’abstinence des chairs les jours de jeûne », par Bartolomeo della Torre, le 6 juin 1782 ; « À partir des documents de l’antiquité chrétienne, il est clair que l’institution monastique n’a pas été introduite dans l’Église pour la première fois au ive ou au ve siècle (comme on le prétend), mais qu’elle date du temps des Apôtres et qu’elle s’est maintenue durant les trois premiers siècles », par Francesco Borgias Hager, le 27 novembre 1783 ; « Le jeûne avant Pâques ne fut pas exactement de quarante jours durant les premiers siècles de l’Église », par Ignazio Gianorini, le 11 mai 1786.

33 « La recherche, pour la liberté humaine, de l’équilibre des forces dans l’état de nature déchue est caractéristique des Pélagiens », par Filippo Oggioni, le 19 juin 1787.

34 « Les montanistes déliraient quand ils ont condamné le remariage en le considérant comme illégal et mauvais », par Vincenzo Ghisalberti, le 28 juin 1783.

35 « Dieu est la cause unique ou universelle de toutes choses, et il n’est pas une double cause, dont l’une serait la source et l’origine de tout bien et l’autre du mal, au contraire de ce que soutiennent les Manichéens », par Paolo Domenico Pusterla, le 30 avril 1784.

36 « Le Concile de Trente est injustement critiqué par les luthériens pour avoir adopté la transsubstantiation », par Antonio Gambarana, le 9 février 1784.

37 « Profitant de toutes les occasions pour ridiculiser et critiquer ce qui est énoncé dans les Écritures saintes, Voltaire se prononce hardiment contre le vœu de Jefté, le considérant lâche et infâme devant la loi mosaïque et le peuple israélite », par Giuseppe Antonio Menagliotti, le 29 avril 1779 ; « Les Pélagiens, les Novatianistes, les Donatistes et, plus récemment, les luthériens de la confession d’Augsbourg ont enseigné que l’Église n’était composée que de justes et de parfaits, mais en vain : en effet, au nombre des vrais membres de l’Église, il faut compter aussi d’autres justes selon la doctrine unanime des Pères et des théologiens », par Angelo Maria Bonfico, le 1er décembre 1781 ; « John Locke déduit en vain de la sentence de mort évidente (Genèse 2) infligée (Romains 5) à Adam que les impies sont dispersés dans le néant (Christianisme rationnel, tome 1, chap. I) », par Giuseppe Corbetta, le 15 mai 1783 ; « Nous soutenons, contre Voltaire et d’autres incrédules, que le Pentateuque est véritablement l’œuvre de Moïse et de l’autorité divine », par Carlo Agostino Donati, le 6 juin 1783 ; « Jean-Jacques Rousseau blasphème lorsqu’il affirme que la doctrine du Christ n’est pas divine », par Baldassarre Caccini, le 1er juin 1786 ; « C’est à tort, faussement et dangereusement que Giovanni Vincenzo Bolgeni soutient l’ancienne opinion autour de l’infaillibilité dogmatique – pour reprendre ses termes – de l’Église » par Giulio Pompeo Ferrari, le 15 juin 1790. Jésuite de Bergame, Bolgeni a publié en 1785 son Esame della Vera idea della Santa Sede, qui est une critique du célèbre ouvrage de Pietro Tamburini.

38 Voir les thèses de Giuseppe Agostino Niviani, 3 décembre 1777, de Giuseppe Antonio Menagliotti, 29 avril 1779, de Tiberio Azzati, 22 juin 1780, d’Anselmo Buzzi, 15 mai 1783, de Vincenzo Canale, 26 juin 1784, de Giuseppe Gilio, 3 mars 1785, et de Pio Giovanni Campi, 17 novembre 1787.

39 Initia philosophiœ practicœ, Halae Magdeburgicae, 1760, VII, §117, p. 65 : « […] quœ hominibus uidetur infinite paura peccatilli [peccati philosophici]. »

40 « Il est certainement faux qu’Arnauld de Brescia fut condamné comme hérétique par le concile du Latran sous Innocent II », par Giovanni Battista Molinari, le 28 avril 1785 ; « La règle transmise par le fameux théologien Jan Opstraet dans le livre intitulé Pastor Bonus ne contrevient pas à la prudence des lois chrétiennes : Il est licite d’absoudre un pénitent dont les dispositions donnent lieu à hésitation si le pénitent est un homme de grande autorité dans la province ou dans la ville, puisque s’il est absous, il amènera beaucoup d’autres biens, et s’il ne l’est pas, il détournera du bien », par Joseph Benedict Braunizer de Braunthall, le 28 juin 1785 ; « Nous soutenons, contre Baronius, Durand et d’autres, que Joachim de Flore, cistercien, abbé de Flore en Calabre, pensait et enseignait orthodoxement sur l’unité de l’essence divine », par Baldassarre Caccini, le 1er juin 1786 ; « Ils délirent, ceux qui soutiennent qu’on peut douter du fait que la Defensio Declarationis Cleri Gallicani de Ecclesia Potestate est l’œuvre naturelle du très illustre Bossuet, évêque de Meaux », par Giovanni Antonio De Maria, le 26 juin 1787 ; « Arnaldo de Brescia ne fut pas proprement schismatique, ni séditieux, ni turbulent », par Giulio Caporali, le 28 juin 1787. Voir aussi les thèses de Bartolomeo Scrinzi de Giorgi, 28 juin 1785, de Rodolfo Korzenski de Thereschau, 3 juin 1789, de Pietro Vaccari, 4 juin 1790, et de Paolo Ruggeri, 13 mai 1791.

41 « Le jugement et la censure des livres dans lesquels on traite de la doctrine de la foi et des mœurs reviennent entièrement à l’Église, mais le consentement de la puissance royale est exigé pour que leurs prohibitions soient admises », par Giovanni Battista Molinari, le 28 avril 1785 ; « La lecture des livres que Rome interdit n’est pas toujours illicite » et « L’évêque, dans son diocèse, peut concéder la faculté de lire les livres interdits », par Philip Stainer, le 28 juin 1784.

42 Voir Carlo Capra, La Lombardia austriaca nell’età delle riforme (1706-1796), Turin, 1987, p. 244-246 et p. 344, S. Negruzzo, « La formazione superiore in età austriaca tra Pavia e Milano (1706-1740) », art. cité. Sur la censure au xviiie siècle, voir Patrizia Delpiano, Il governo della lettura. Chiesa e libri nell’Italia del Settecento, Bologne, 2007.

43 Voir Paola Vismara, « L’anti-infaillibilisme des jansénistes lombards à la fin du xviiie siècle », Le pontife et l’erreur, textes réunis par Sylvio De Franceschi, Chrétiens et Sociétés, Documents et mémoires, 15, Lyon, 2010, p. 77-104, et ead., « Pietro Tamburini e il dispotismo pontificio », Il giansenismo e l’Università di Pavia, op. cit., p. 95-114.

44 « Le jugement du pontife romain, même quand il le prononce avec son Église, n’est pas irréformable s’il ne bénéficie pas du consentement de l’Église universelle », par Joseph de Puechberg, le 19 juin 1786 ; « Il peut arriver qu’en matière de foi, le pontife romain accompagné d’une multitude d’évêques définisse une erreur et en défende obstinément le bien-fondé alors que la thèse contraire ne s’est valu que peu de suffrages », par Giuseppe Panigati, le 30 juin 1786 ; « L’irréfragable autorité des conciles généraux ne dépend absolument pas de leur confirmation par le souverain pontife », par Antonio Vittadini, le 19 décembre 1786 ; « Aucun évêque, et pas même l’évêque de Rome, ne peut excommunier quiconque sans le consentement, au moins présumé, de tout le corps de l’Église », par Alberto Feliciano Gambara, le 25 mai 1787 ; « Le pontife romain peut errer en matières de foi et de mœurs, même lorsqu’il rend son jugement avec son Église », par Antonio Brambilla, le 30 mai 1787 ; « Puisque la dignité pontificale est transitoire, ils pensent mal, ceux qui concluent que l’Église romaine ne peut se tromper dans la définition des questions de foi », par Filippo Oggioni, le 19 juin 1787 ; « Les évêques tiennent leur juridiction immédiatement du Christ, et non du pontife romain », par Graziano Bonfichi, le 30 juin 1787.

45 Voir Mario Rosa, Settecento religioso. Politica della religione e religione del cuore, Venise, 1999, p. 225, Benvenuto Matteucci, Scipione de’ Ricci, Brescia, 1941, p. 71, Paola Vismara, « Lodovico Antonio Muratori (1672-1750). Enlightenment in a Tridentine Mode », Enlightenment and Catholicism in Europe. A Transnational History, éd. Jeffrey D. Burson et Ulrich L. Lehner, Notre Dame (Indiana), 2014, p. 249-268.

46 « La dévotion au Sacré-Cœur de Jésus, quand on la considère notamment d’un point de vue symbolique telle qu’elle est proposée dans les ouvrages des cordicoles, est sans fondement et superstitieuse, et elle n’est pas exempte du risque d’erreur », par Giovanni Battista Vertua, le 4 juin 1784 ; « Nous retenons qu’il faut blâmer l’habitude trop fréquente d’exposer publiquement la Très Sainte Eucharistie », par Graziano Bonfichi, le 30 juin 1787 ; « Il n’existe pas de loi générale de l’Église, ni de prescription de l’Église romaine, qui stipule que les mots du canon, pendant la messe, doivent être prononcés à voix basse afin qu’ils ne soient pas entendus par l’assistance » et « Selon le concilie de Trente, il est licite et utile d’invoquer les saints, mais nous soutenons qu’il n’existe aucune obligation générale, divine ou ecclésiastique, qui force les fidèles à les invoquer », par Carlo Maria Lanzani, le 5 juin 1788 ; « La multiplication des autels dans une seule église est contraire à la pratique de l’Église ancienne, elle a nui à la piété authentique et elle a été l’occasion de beaucoup d’abus » par Luigi Belloni, 16 Juin 1788 ; « La lecture des Écritures saintes en langue vulgaire a toujours été permise et utile au peuple chrétien, comme le montrent les Écritures » par Gaetano Ratti, le 28 juin 1790.

47 À propos de la conception du sacerdoce, voir Giancarlo Perego, Un ministero tutto spirituale. La teologia del ministero ordinato nel giansenismo lombardo tra illuminismo e Liberalismo (1755-1855), Rome – Milan, 1997.

48 « Les bergers de l’Église doivent édifier leur troupeau en lui offrant l’exemple de la conversion, la parole de la prédication et le fruit de l’oraison », par Giovanni Battista Parrucconi, le 27 juin 1781 ; « Ceux qui fréquentent les demeures des puissants, des princes ou des évêques en essayant d’obtenir d’eux par leurs complaisances des bénéfices ecclésiastiques ne peuvent être disculpés du péché de simonie » par Giovanni Battista Pavesi, le 28 mai 1785 ; « Célébrer une messe pour de l’argent ou un avantage temporel, n’est-ce pas voir Juda dans le Christ ? », par Elia Santagostino, le 25 juin 1788 ; « Les bénéficiers ne sont assurément pas maîtres ou possesseurs de leur bénéfice, mais ils sont seulement des ministres à qui il revient de distribuer des revenus ecclésiastiques, et c’est donc par une exaction sacrilège qu’ils volent les pauvres en dépensant ces revenus pour leur nourriture ou leurs vêtements » par Carlo Moraja, le 19 mai 1789 ; « Les bergers des âmes qui passent d’une paroisse à l’autre uniquement pour amasser de gros bénéfices sont de véritables mercenaires qui paissent eux-mêmes au lieu de paître leur troupeau » par Antonio Preda, le 15 juin 1790.

49 « La vérité de la doctrine subsiste toujours dans l’Église, même s’il arrive que nombreux soient ceux qui s’éloignent de la vérité », par Ignazio von Pilcher, le 23 juin 1783 ; « Il pèche, celui qui vote pour quelqu’un indigne d’accéder à un grade académique », par Antonio Polloni, le 13 mai 1784 ; « Nous soutenons que l’appellation hérétique janséniste n’a jamais existé », par Giuseppe Botelli, le 13 mai 1786 ; « L’hérésie janséniste est un vague épouvantail sournoisement dressé par les ennemis de la vérité afin d’opprimer leurs adversaires », par Damiano de Taxis, le 12 juin 1787.

50 ASMi, Studi, p.a., cart. 367 : lettre du prince de Kaunitz à Firmian du 8 mai 1769, dans laquelle Kaunitz relève que le but de la réforme des études théologiques universitaires était « di dare a quelli che sono incamminati per la via clericale di conoscere i giusti confini delle due podestà ».

51 Voir Angelo Gambasin, « La teologia universitaria a Padova e la politica culturale austriaca durante il Vormärz », Ricerche di Storia Sociale e Religiosa, 25-26, 1984, p. 313-326.

52 ASMi, Studi p.a., cart. 367, Kaunitz à Firmian, 24 avril 1769.

53 ASMi, Culto, cart. 2222.

54 Vita della venerabile Madre Margherita Maria Alacoque religiosa della Visitazione di S. Francesco di Sales, Venezia, Zatta, 1784.

55 Le jésuite Isaac-Joseph Berruyer (1681-1758) est l’auteur d’une Histoire du peuple de Dieu depuis son origine jusqu’à la venue du Messie (7 vol., Paris, 1728) dont certains volumes ont été mis à l’Index.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/5205/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© LARHRA, 2017

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search