Version classiqueVersion mobile

Droits antiromains xvie-xxie siècles

 | 
Sylvio De Franceschi
, 
Bernard Hours

Droit et histoire : Muratori et la critique de la papauté à travers ses sources inédites du xvie siècle

Manuela Bragagnolo

Texte intégral

  • 1 Sur Muratori, voir Girolamo Imbruglia, art. « Muratori, Ludovico Antonio », Dizionario biografico d (...)
  • 2 Paola Vismara, « Entre romanisme et antiromanisme : l’œuvre historique de Lodovico Antonio Muratori (...)
  • 3 Sur les censures de l’œuvre de Muratori, voir Paola Vismara, « Muratori immoderato. Le censure roma (...)
  • 4 En défendant son travail historique contre les accusations de partialité que lui lançaient les lett (...)
  • 5 Eric Cochrane, « L. A. Muratori e gli storici italiani del Cinquecento », L. A. Muratori storiograf (...)
  • 6 Sur la controverse de Comacchio voir Sergio Bertelli, Erudizione e storia in Ludovico Antonio Murat (...)

1Parmi les voix critiques à l’égard de la papauté et, plus généralement, de l’Église de Rome, Lodovico Antonio Muratori a eu sans aucun doute une position tout à fait particulière1. Comme l’a mis en évidence Paola Vismara en analysant l’œuvre historique de Muratori, le Modénais se place « entre romanisme et antiromanisme »2. Nombreuses furent ses critiques à l’encontre de Rome et de la papauté, qui lui valurent d’ailleurs des accusations d’hérésie et qui amenèrent certaines de ses œuvres à être examinées par l’Inquisition3. Néanmoins, ses critiques allèrent toujours de pair avec la ferme volonté – qui devait caractériser, selon Muratori, l’activité de l’historien comme celle du juge – de ne pas trahir la vérité historique4 et avec la conscience d’être chrétien et catholique avant d’être historien et critique5. Volonté qui est manifeste dans l’épisode de la vie de Muratori au cours duquel son opposition à Rome et à la papauté apparaît de manière particulièrement claire : la controverse de Comacchio6.

  • 7 Lodovico Antonio Muratori, Piena Esposizione de i Diritti Imperiali ed Estensi sopra la Città di Co (...)
  • 8 Ibid., p. 14 : « Nel nostro caso poi troppo è chiaro, che disputiamo non contro la santa sede, a cu (...)
  • 9 Marmi à Muratori, 22 octobre 1711, Edizione nazionale del carteggio di L. A. Muratori, Carteggio co (...)

2Dans cette controverse, tout en défendant les droits du Saint-Empire et des Este contre les prétentions la cour de Rome sur les territoires de Comacchio, Muratori rappelle son culte de la vérité et la vénération qu’il porte, comme tout bon catholique, au Saint-Siège7. Sa réflexion est ici fondée sur la distinction très nette entre les deux âmes du pontife romain : le souverain temporel de l’État ecclésiastique et la cour de Rome d’un côté, et le chef spirituel de l’Église et le Saint-Siège, de l’autre8. La critique de Muratori portait sur l’action politique du pape, considéré comme souverain d’un État à l’instar des autres princes temporels. Aucune des critiques de Muratori n’était, en revanche, adressée au chef spirituel de l’Église, auquel toutes les puissances temporelles devaient se soumettre. D’ailleurs, comme le remarquait l’ami et correspondant de Muratori Anton Francesco Marmi, Muratori n’avait pas attaqué le Saint-Siège, puisqu’il défendait seulement les droits de son prince et qu’il n’était pas entré dans des controverses concernant la foi9.

  • 10 Dans ces années, comme le montrent les épisodes liés à l’arrestation de Uberto Benvoglienti et l’ex (...)
  • 11 Sergio Bertelli, op. cit., p. 130.
  • 12 Bruno Neveu, « Muratori et l’historiographie gallicane », L. A. Muratori storiografo, op. cit., p.  (...)

3Toutefois, les critiques de Muratori envers la politique des papes suscitèrent une méfiance et suspicion à l’égard de Muratori dans certains milieux ecclésiastiques, et probablement de la part du pape Benoit XIV lui-même10. Comme l’a souligné Sergio Bertelli, malgré l’influence des écrits rédigés à Vienne, les acteurs modénais de la controverse de Comacchio n’ont pas eu en tête l’exemple de Luther et de Calvin, mais bien celui de Paolo Sarpi, et leurs sentiments, bien que contraires au pouvoir de Rome, sont restés profondément catholiques11 ; néanmoins, « le point le plus délicat, s’agissant de l’Italie, c’est la position et le rôle historique qu’on entend reconnaître à la papauté »12, et au début du xviiie siècle, la distinction entre la cour de Rome et le Saint-Siège était objet de controverse. Critiquer le pouvoir temporel des papes n’était pas anodin.

  • 13 Sur la collaboration de Muratori avec son maître Girolamo Ponziani dans les premières phases de la (...)
  • 14 Paola Vismara, art. cité, p. 98.

4Dans ce contexte, l’importance de la dimension juridique dans l’antiromanisme de Muratori est tout à fait fondamentale. Non seulement c’est avec son professeur de droit, Girolamo Ponziani, qu’il participe aux premières phases de la controverse de Comacchio13, mais le droit, ici, est partout. C’est à travers les sources juridiques et en recourant à la forma mentis du juriste que Muratori adresse ses critiques à l’Église de Rome et aux papes, mettant en question notamment leur souveraineté et leur infaillibilité. Bien sûr, les textes de Muratori liés à la controverse et, notamment, la Piena Esposizione (1712), dans laquelle il est possible de retrouver in nuce Muratori historien et médiéviste, sont bien plus riches et complexes « qu’une simple allégation juridique »14. Néanmoins, la réflexion du juriste, strictement liée à celle de l’historien, joue un rôle plus important que ce que l’historiographie a trop longtemps prétendu. Et cela ne concerne pas seulement les écrits liés à la controverse de Comacchio : ce modèle, qui intègre l’histoire et le droit, caractérise aussi la critique que Muratori adresse aux papes et à l’Église de Rome dans d’autres ouvrages.

5Dans les pages suivantes, nous nous intéresserons surtout à certains passages des écrits liés à la controverse de Comacchio qui montrent bien l’usage que Muratori fait du droit pour contester la souveraineté des souverains pontifes. Ensuite, nous focaliserons notre attention sur un moment fondamental de la controverse – l’occupation de Comacchio par Clément VIII. Nous rentrerons dans le « laboratoire » de Muratori pour montrer comment les critiques qu’il adresse à la politique de Clément VIII, dont il met en évidence le caractère malveillant et la noirceur en tant que chef temporel, étaient largement répandues dans les sources du xvie siècle qui étaient en sa disposition et parmi lesquelles on trouve aussi des textes rédigés par des auteurs directement engagés dans la politique ecclésiastique du pape. Enfin, nous porterons notre regard sur d’autres ouvrages de Muratori, rédigés dans la longue durée de la controverse de Comacchio et dans lesquels le droit joue, encore une fois, un rôle fondamental – ainsi dans les textes qui critiquent la papauté et l’action répressive de l’Inquisition.

Droit et souveraineté

  • 15 Sergio Bertelli, op. cit., p. 120.

6La controverse de Comacchio fut un bellum diplomaticum qui a opposé Muratori, d’un côté, et Giusto Fontanini et Lorenzo Zacagni, de l’autre, au fil de différentes publications. Partie d’un problème déterminé – la possession d’un fief –, cette bataille d’écrits a fini par traiter de questions bien plus larges, comme la faillibilité du pontife romain sur des questions qui ne relèvent pas du domaine de la foi et l’éventuelle supériorité du temporel sur le spirituel15.

7Rappelons brièvement les faits. À la suite de l’occupation de Comacchio par les troupes impériales en 1708, Fontanini avait lancé la controverse, en énonçant, dans Il dominio temporale della Sede Apostolica sopra la città di Comacchio per lo spazio continuato di dieci secoli (1708), les arguments auxquels Muratori allait devoir répondre : selon Fontanini, Comacchio appartenait originairement à l’exarchat de Ravenne, qui était une possession de l’Église. Celle-ci avait été privée de cette possession par les Lombards. Pour cette raison, Pépin n’avait pas simplement « donné » ces possessions à l’Église, mais il les avait en réalité restituées au prince légitime, et cela avait été reconfirmé par les autres empereurs. Avec l’occupation de 1598, Clément VIII rentrait, encore une fois, en possession de ses territoires. Pour cette raison, l’occupation impériale de 1708 était illégitime.

8Répondant rapidement aux arguments, Muratori affirme que, lors des donations mentionnées, les empereurs ont donné aux papes seulement le « dominio utile » (domaine utile) et non pas « l’alto dominio » (domaine direct), gardant ainsi la souveraineté sur ces territoires. De plus, Comacchio n’appartenait pas à l’exarchat, mais fut donné comme fief à la Maison d’Este. L’occupation de Clément VIII était donc une usurpation.

  • 16 Rappelons les principaux écrits publiés au cours de la controverse : Il dominio temporale della Sed (...)

9Nombreuses ont été les publications modénaises durant la controverse de Comacchio16, mais c’est surtout dans la Piena Esposizione dei diritti degli Estensi sopra Comacchio (1712) – le texte le plus complet de Muratori sur la question –, ainsi que dans la Disamina di una scrittura (1720) – le dernier texte que Muratori ait consacré à la question –, qu’il est possible d’apprécier tout particulièrement l’entrelacement entre droit et histoire.

  • 17 Sur le rapport de Muratori aux historiens du xvie siècle voir E. Cochrane, art. cité.
  • 18 Voir Françoise Waquet, Le modèle français et l’Italie savante, Rome, 1989, p. 63-97. Voir aussi Bru (...)
  • 19 Lodovico Antonio Muratori, Piena Esposizione de i Diritti Imperiali ed Estensi sopra la Città di Co (...)

10Dans les documents qu’il publie en annexe, Muratori intègre les historiens, et non seulement les historiens catholiques (souvent critiques à l’égard des souverains pontifes), ses auteurs favoris du xvie siècle, tel Sigonio et Guichardin17, mais aussi des historiens français liés aux milieux gallicans – auxquels l’Italie savante a prêté une attention particulière dès la fin du xviie siècle18 –, ainsi que des auteurs protestants, parfois liés au monde germanique : pour Muratori, la vérité et les documents ne deviennent pas hérétiques quand ils passent entre les mains des ennemis de l’Église romaine19. Toutes ces sources sont entrelacées avec des références aux doctrines et aux textes juridiques et avec une reconstitution minutieuse des pratiques juridictionnelles qui ont marqué, au cours des siècles décrits par Muratori, les rapports entre Empire et papauté.

  • 20 Sergio Bertelli, op. cit., p. 161-162.
  • 21 Un des protagonistes essentiels du développement de cette théorie a été Pillio da Medicina, profess (...)

11D’un point de vue méthodologique, Muratori montre l’intérêt de prendre en compte la dimension historique du droit – il convient ainsi d’interpréter les documents du Moyen Âge en faisant référence au droit élaboré par la société médiévale20. Pour comprendre les effets des donations impériales, il fallait impérativement savoir quelles conséquences comportait une donation à l’époque. Tout au long de sa reconstitution historique des droits des Este sur Comacchio, Muratori prend appui sur la théorie médiévale du domaine divisé – une théorie qui a été élaborée par les juristes médiévaux dans le cadre du système féodal21. Cette doctrine divisait la propriété en deux : d’un côté, le « domaine direct », qui correspondait à la propriété sans l’usage du bien, et de l’autre côté, le « domaine utile », attribué au vassal, qui gardait seulement l’usage du bien.

  • 22 Lodovico Antonio Muratori, Piena Esposizione, op. cit., p. 26.
  • 23 Ibid., p. 36 : « I sommi pontefici […] non goderono l’alto dominio ; e per conseguenza […] a loro a (...)

12C’est par le biais de cette catégorie juridique que Muratori affronte la question de la souveraineté sur les territoires de l’Église et qu’il analyse, du point de vue juridique, les raisons pour lesquelles les papes n’ont pas été souverains sur leur les États du patrimoine de saint Pierre. Muratori évoque bien sûr la fausseté de certaines donations, comme la donation de l’empereur Constantin, mais il ne s’agit pas de l’argument le plus important22. D’après les interprétations de Muratori, les empereurs ont donné à l’Église le seul « domaine utile » sur les territoires ecclésiastiques (y compris le territoire de Rome), tout en conservant le « domaine direct », qui marque la souveraineté : la puissance temporelle des papes dépend dès lors de l’autorité des empereurs, à qui elle reste soumise23.

  • 24 Dans les Antichità Italiane (1751), les dissertations lxvii à lxxii sont consacrées à la puissance (...)
  • 25 Lodovico Antonio Muratori, op. cit., p. 63-64 : « Ordini, e Leggi de gli Augusti Carolini osservate (...)
  • 26 Ibid., p. 64 : « Sopra questo io rimetterò i lettori a quanto ha scritto il celebre Franzese Stefan (...)
  • 27 Id., Rerum Italicarum Scriptores, Tomi Primi, Pars Secunda, Ex Typographia Societatis Palatinae, Me (...)
  • 28 Voir Étienne Baluze, Capitularia regum francorum, Tomus Primus, Parisiis, Escudebat Franciscus Mugu (...)

13La réflexion de Muratori touche ici à un argumentaire qui sera au cœur de ses recherches de médiéviste : celui des rapports entre Empire et papauté au Moyen Âge24. Partant des textes liés à la controverse de Comacchio, Muratori analyse très souvent ces rapports selon leurs dimensions juridictionnelles. Il souligne plusieurs fois le fait que, même après leurs donations, les empereurs ont exercé le « dominium directum » sur les territoires de l’Église en y posant des actes de juridiction sans opposition des souverains pontifes25. Dans un passage particulièrement intéressant, Muratori prend appui sur le droit canonique lui-même pour montrer la soumission de l’Église à l’Empire. Il s’intéresse notamment à deux canons du Decretum Gratiani (c. 9, D. 10, et c. 141, 2, qu. 7) qui confirment que les papes doivent observer les lois promulguées par les empereurs et respecter les ordres qui leur sont intimés par ceux-ci. Les deux canons étaient tirés d’une lettre du pape Léon IV adressée à l’empereur Lothaire ier dans laquelle le pape affirmait sa volonté d’observer et de faire respecter les lois impériales. Contrairement à ce que soutenait Fontanini, il ne s’agissait pas là, à suivre Muratori, d’une acceptation libre et spontanée de la part du pape, mais de la reconnaissance de la contrainte de normes qui lui étaient imposées. À ce propos, Muratori renvoyait à un passage d’Étienne Baluze tiré de la préface de son édition des lois des rois des Francs, les Capitularia regum francorum26. Ce texte, auquel Muratori fait largement référence dans l’édition des Leges Langobardicœ au sein de ses Rerum Italicarum Scriptores, est particulièrement intéressant pour comprendre l’usage muratorien du droit dans la controverse de Comacchio27. Si l’on examine le passage de Baluze cité par Muratori, dans lequel le Français traite de l’autorité des capitulaires, selon lui prouvée par l’empressement des papes à s’y soumettre, on constate que Baluze y renvoie au traité De origine, progressu et excellentia regni et monarchiœ Francorum et coronœ Franciœ (1575) du juriste Charles Du Moulin. Tout en conservant une position critique par rapport aux expressions trop dures employées par le calviniste français, Baluze relève avec Du Moulin la duplicité et la visible imposture des canonistes qui ont soutenu qu’il ne fallait voir dans les propos de Léon IV que l’expression de sa faiblesse politique – il s’agissait là d’une interprétation erronée de la lettre du pontife romain à l’empereur Lothaire : les papes étaient, de fait, obligés de respecter les lois des empereurs francs et d’obéir à leurs ordres28.

  • 29 Sergio Bertelli, op. cit., p. 163. Voir Lodovico Antonio Muratori, Piena Esposizione, op. cit., p.  (...)

14Réflexion qui est à relier à un autre point important de l’argumentaire de Muratori sur les rapports de la papauté avec l’empire : celui de l’interprétation du titre d’« avocat de l’Église » réservé aux empereurs. Il ne s’agissait pas, selon Muratori, d’une charge de simple « défenseur » de l’Église, mais bien de « protecteur ». Et cela marquait, encore une fois, la supériorité du pouvoir impérial sur le pontifical29.

  • 30 [Lodovico Antonio Muratori], Disamina di una scrittura intitolata Risposta a varie scritture, op. c (...)
  • 31 Ibid., p. 16-17. Voir Lorenzo Sinisi, art. « Pignatelli, Francesco Giacomo », Dizionario biografico (...)
  • 32 [Lodovico Antonio Muratori], op. cit., p. 17 : « Niuno d’essi ha mai appreso che alcun pregiudizio (...)

15Dans ses réponses, Fontanini essaie d’amener Muratori sur le terrain doctrinal. Il accuse son adversaire d’hérésie lorsqu’il nie la souveraineté des papes – à quoi Muratori répond en faisant largement référence à la doctrine juridique. Fontanini n’hésite pas à rapprocher Muratori d’Arnauld de Brescia, de Luther et de Calvin. La position de Muratori se distingue pourtant nettement de celle de ces trois auteurs, qui avaient en leur temps nié la possibilité pour le clergé et le pape d’avoir quelque possession temporelle que ce soit. Muratori, au contraire, se félicite que l’Église ait des États ; il se contente de nier, pour les nécessités de sa cause, la souveraineté des anciens papes sur ces États. Muratori affirme respecter la pleine autorité des papes des siècles plus récents tout en attribuant aux anciens empereurs le « domaine direct » sur les États de l’Église. D’ailleurs Muratori prend la peine de bien marquer la différence qu’il y a entre ses positions et celles des « auteurs ultramontains » – allemands –, qui considèrent encore les empereurs contemporains comme les vrais souverains des États ecclésiastique30. Contrairement à ce que prétendait Fontanini, la thèse de la souveraineté des pontifes anciens sur les États donnés par les Augustes n’était pas un dogme. La dispute portait donc sur la supériorité du pouvoir impérial par rapport au pouvoir des papes uniquement au temporel, et seulement pour une période désormais révolue. À en croire Muratori, de célèbres canonistes avaient soutenu que les papes pouvaient obtenir des États sans pour autant jouir d’une indépendance complète. Ainsi Jacopo Pignattelli, citant le commentaire De feudis de Baldus dans ses Consultationes Canonicœ (1668-1675), avait-il affirmé que l’Empereur pouvait prêter serment d’allégeance à l’Église même si elle était vassale de l’Empereur31. De même le cardinal Giovanni Battista de Luca et d’innombrables feudistes avaient-ils affirmé que le pape pouvait obtenir un fief de la part de l’Empereur – et nul d’entre eux n’avait vu dans ces réflexions quelque préjudice que ce soit pour la supériorité des papes en matières spirituelles32.

La duplicité du pape selon les juristes

  • 33 Id., Piena Esposizione, op. cit., p. 202-204.

16Lorsqu’il entre dans le cœur de la controverse – la souveraineté sur Comacchio –, un des points centraux de la réflexion de Muratori est lié à l’occupation de ce territoire par Clément VIII en 1598. Muratori se concentre ici sur la question des investitures impériales de la Maison d’Este. À le suivre, à partir de 1354, les empereurs ont exercé la souveraineté sur Comacchio en concédant des investitures à la Maison d’Este. Ainsi le « domaine utile » passait-il aux Este, qui furent en possession de Comacchio jusqu’ à son occupation par le pape33.

  • 34 Ibid., p. 346.

17L’occupation de Clément VIII est présentée comme une usurpation du pape, qui a voulu annexer le territoire de Comacchio à Ferrara tout en sachant qu’il n’en avait pas le droit. Comme preuve des mauvaises intentions du pape et de sa consciente duplicité, Muratori mentionne dans la Piena Esposizione une lettre du nonce apostolique à Venise, Mgr Antonio Maria Graziani, adressée en février 1598 au cardinal Cinzio Aldobrandini Passeri, cardinal de San Giorgio et neveu du pape. Dans cette missive, le nonce rappelait que l’empereur Rodolphe II avait concédé à Cesare d’Este l’investiture non seulement de Modène et de Reggio, mais aussi de Comacchio34.

  • 35 Paolo Carta, Ricordi Politici. Le Proposizioni civili di Cesare Speciano e il pensiero politico del (...)
  • 36 Voir Natale Mosconi, La nunziatura di Praga di Cesare Speciano (1592-1598) nelle carte inedite vati (...)
  • 37 [Lodovico Antonio Muratori], Disamina di una scrittura, op. cit., p. 32 : « Dirò di più, che ne’ te (...)

18Dans sa Disamina, Muratori ajoute un autre témoignage à celui de Mgr Graziani en évoquant un des protagonistes de l’occupation de Ferrara et de Comacchio par Clément VIII : Mgr Cesare Speciano, qui fut une figure majeure de la politique ecclésiastique au xvie siècle35. À l’époque de l’occupation de Comacchio par Clément VIII, Mgr Speciano était nonce apostolique à Prague auprès de Rodolphe II36. En recourant aux lettres manuscrites de Speciano, Muratori montre que non seulement Rome était parfaitement au courant des différentes investitures conférées aux Este, mais aussi que Mgr Speciano a vainement essayé d’obtenir, en réclamant de Rodolphe II copie de ces investitures, qu’il n’y fût pas fait mention de Comacchio37.

  • 38 Paolo Carta, « La fortuna del modello guicciardiniano dei Ricordi nella letteratura politica del Ci (...)
  • 39 Id., Ricordi politici, op. cit., p. 99.

19Référence d’autant plus intéressante qu’elle nous permet d’avoir accès à l’univers des personnages qui inspirèrent la pensée de Muratori, et en particulier sa pensée politique. En même temps, cela nous permet de mettre en évidence le rapport complexe de Muratori avec ses sources dans la construction de sa critique de la papauté et de l’Église de Rome. Mgr Speciano n’est pas seulement une figure majeure des épisodes retracés par Muratori et dont le témoignage s’intègre à merveille dans l’argumentation du Modénais. Il est aussi une des sources les plus intéressantes de la pensée politique de Muratori, qui a fréquenté les écrits de Mgr Speciano bien avant le déclenchement de la controverse de Comacchio. Juriste, Mgr Speciano est notamment l’auteur d’une série de « propositioni christiane et civili » restées manuscrites. Rédigées selon le genre littéraire des Ricordi de Guichardin à partir de l’expérience de la nonciature, ces propositions illustrent la possibilité de faire son profit des ressources d’un agir « politique » tout en respectant les impératifs moraux de la conscience38. Mgr Speciano a élaboré un ouvrage strictement privé ; ses propositions ont été rédigées pour lui-même, « non aliis donec uixero »39, et dans les considérations personnelles de l’ancien nonce, on retrouve des critiques à l’encontre de la politique ecclésiastique de Clémente VIII.

  • 40 Giovanni Pietro Giussano, Vita di San Carlo Borromeo scritta da Gio. Pietro Giussano nobile milanes (...)
  • 41 Muratori à Francesco Arisi, 24 marzo 1700 (Lodovico Antonio Muratori, Edizione nazionale del carteg (...)
  • 42 Cesare Speciano, Scelta d’alcuni Avvertimenti Morali sinora inediti di Monsignor Cesare Speziano gi (...)

20Muratori a pris connaissance des Proposizioni de Mgr Speciano durant les années passées parmi les docteurs du Collège et de la Bibliothèque ambrosiens de Milan, fondés au début du xviie siècle par Federico Borromeo. C’est à Milan que Muratori a pu encore trouver des traces de l’esprit réformateur de saint Charles et de son « séminaire d’évêques », dont était issu Cesare Speciano40. Grâce à Giberto Borromeo, Muratori a eu accès aux Proposizioni de Mgr Speciano quelque temps avant de repartir à Modène pour entrer au service du duc Rinaldo Ier en 1700. De ces propositions, qu’il a très probablement consultées dans une des versions incomplètes qui ont circulé sous forme manuscrite tout au long du xviie siècle, Muratori a fait une sélection qu’il a emportée avec lui à Modène et il a sélectionné celles qui étaient consacrées à la prudence politique. Le texte est mentionné dans les conversations érudites de Muratori avec ses correspondants, notamment avec Francesco Arisi, qui rassemble alors ses matériaux pour la rédaction de sa Cremona literata41. En 1735, Muratori décide de publier les propositions en annexe de sa Filosofia Morale en renvoyant son lecteur à la lecture du texte pour apprendre la vertu de la prudence42.

  • 43 Paolo Carta, Ricordi Politici, op. cit., p. 20.
  • 44 Cesare Speciano, Propositioni Christiane et Civili, dans P. Carta, op. cit., n. 446, p. 230-231.
  • 45 Ibid., n. 431, p. 224, et n. 433, p. 225-227.
  • 46 Ibid., n. 434, p. 227 : « La reputatione dei principi secolari ordinariamente sta nella loro grande (...)

21Dans la version définitive des Proposizioni, celle que Speciano remit juste avant sa mort à son confesseur – et qui contient vraisemblablement toutes les propositions qu’il avait rédigées au cours de sa vie –, on retrouve des propositions ouvertement critiques à l’encontre de la politique ecclésiastique de Clément VIII. Pour Speciano, en effet, l’action politique du pape manifestait le délaissement d’une rigueur nécessaire dans la discipline ecclésiastique43. Speciano considérait notamment l’affaire de l’absolution d’Henri IV44, mais il consacrait aussi certaines de ses propositions à la question de l’occupation militaire de Ferrare. Reprenant le déroulement des événements après la mort d’Alphonse Ier, Speciano soutient que le pape avait parfaitement le droit d’occuper Ferrare, mais il dénonce aussi le danger qu’il y a à mener une guerre de conquête qui peut avoir des conséquences dangereuses au spirituel et qui peut permettre à l’hérésie de s’étendre45. L’action de Clément VIII est critiquée pour n’avoir eu d’autre but que d’élargir les États de l’Église sans prendre en compte les conséquences spirituelles de la guerre entreprise. Pour Speciano, la grandeur d’un pape se trouve dans sa personne, sa vertu et son autorité spirituelle, et non dans l’ampleur de ses États46.

  • 47 Répondant à Apostolo Zeno, qui lui avait demandé s’il y avait des lettres de Guichardin dans les ar (...)
  • 48 Sur les critiques faites par Guichardin au pouvoir temporel des papes dans les passages censurés de (...)
  • 49 Lodovico Antonio Muratori, Carteggi con Mansi... Marmi, éd. C. Viola, Florence, 1999, lettres 59, 6 (...)
  • 50 Muratori loue Guichardin, et notamment la « professione sua di non adular chicchessia, e né pure i (...)
  • 51 Giuseppe Catalani, Prefazioni Critiche, dans Lodovico Antonio Muratori, Annali d’Italia, Monaco, ne (...)

22Parmi les auteurs appréciés de Muratori, Speciano n’a pas été le seul à avoir servi la papauté et à en avoir critiqué la politique. Lui aussi juriste et historien, Guichardin a été au service du pape à Modène, au point d’être qualifié par Muratori lui-même de « nemico » du duc de Modène, et a également critiqué la politique du Saint-Siège47, notamment dans les passages censurés de son Histoire d’Italie dans lesquels il met en cause le pouvoir temporel des papes48. C’est à propos de ces passages, en 1710, dans le vif de la controverse de Comacchio, que Muratori consulta son ami Anton Francesco Marmi, qui avait collationné les éditions du texte avec le manuscrit original49. Dans les Annali, Muratori a exprimé plusieurs fois son admiration pour Guichardin, en raison notamment de l’impartialité du Florentin, qui n’avait pas hésité à critiquer les papes eux-mêmes, alors qu’il avait été à leur service50. La proximité des deux historiens, et notamment leurs communes critiques à l’encontre de Léon X et de Clément VII, a amené les adversaires romains de Muratori à souvent comparer le Modénais au Florentin en les accusant tous deux de partialité antiromaine51.

Le droit du pape et son erreur

  • 52 Sur l’antiromanisme exprimé dans la biographie de Castelvetro, voir Carlo De Frede, Religiosità e c (...)

23Au cœur de la critique développée par Muratori à l’encontre de la papauté, le dialogue entre l’historien et le juriste se poursuit dans deux ouvrages qui constituent, de fait, la continuation de la polémique avec Fontanini : il s’agit de la Vita di Lodovico Castelvetro (1727) et du Primo Esame (1739), un écrit rédigé par Muratori pour répondre, encore une fois, aux accusations d’hérésie formulées par Fontanini52.

  • 53 Voir Enza Savino, « La biografia del Castelvetro tra Muratori e Tiraboschi », Per formare una stori (...)

24Dans le cas de la biographie de Castelvetro († 1571), lui aussi modénais, la controverse est étroitement liée à une question judiciaire, et Muratori ne se prive alors pas de recourir aux catégories du juriste. Lodovico Castelvetro avait été condamné par contumace comme hérétique par le Saint-Siège en 1561. Après ses premiers interrogatoires, Castelvetro avait pris la fuite et il avait alors été condamné comme hérétique fugitif et impénitent. L’historiographie a déjà bien mis en lumière la stratégie argumentative de Muratori, pour qui il s’agissait de montrer la nécessité de revoir la sentence de condamnation prononcée par l’Inquisition romaine, et elle a souligné l’omission, de la part de Muratori, de certains détails particulièrement compromettants dans la biographie de son compatriote53. En revanche, n’a pas été suffisamment soulignée l’importance de l’usage de sources juridiques mêlées à des témoignages historiques inédits et contemporains des faits mis au service d’une réflexion que Muratori développe autour de la question de la faillibilité du pape – réflexion qui est constamment à l’arrière-plan de la biographie de Castelvetro.

  • 54 Voir Manuela Bragagnolo, « Il Castelvetro di Muratori. Storia, religione e diritto tra le carte del (...)
  • 55 Lodovico Antonio Muratori, Vita di Lodovico Castelvetro, dans Opere Varie Critiche di Lodovico Cast (...)
  • 56 Voir Francesco Forciroli, Vite dei modenesi illustri, éd. Sonia Cavicchioli et Giorgia Mancini, Mod (...)
  • 57 Lodovico Antonio Muratori, Vita di Lodovico Castelvetro, op. cit., p. 36.

25On a déjà eu l’occasion de montrer le réseau complexe de sources manuscrites choisies par Muratori pour dénoncer, encore une fois, à travers les témoignages des protagonistes de ces événements, la facilité avec laquelle, sous le pontificat de Paul IV, on pouvait être accusé d’hérésie et emprisonné sur de simples soupçons54. Suspicionem et suspectus, soupçon et suspect, sont des mots-clés qui reviennent tout au long du récit et de l’analyse de Muratori55. Il s’agit, du reste, de mots employés dans les sources mêmes de Muratori et qui sont directement cités dans la biographie de Castelvetro : entre autres, une lettre de Reginald Pole et un extrait des Vies des papes d’Onofrio Panvinio, que Muratori a tiré d’un manuscrit des Vite de’ Modenesi illustri de Francesco Forciroli conservé encore aujourd’hui à la Bibliothèque Estense de Modène56. En prononçant des jugements fondés sur de seuls soupçons, le pape et l’Inquisition s’étaient d’ailleurs trompés plusieurs fois. À cause du « zèle intempestif » de Paul IV, d’insignes prélats, tels Giovanni Morone et Egidio Foscherari, avaient été eux aussi emprisonnés injustement57. À partir d’une description du climat de soupçons qui régnait à Rome du temps de Paul IV, Muratori montre que la fuite de Castelvetro a pu procéder de sa peur de partager le sort peu enviable de Morone et de Foscherari.

  • 58 Ibid., p. 35. Voir aussi id., Dei difetti della giurisprudenza, Venezia, presso Gian Battista Pasqu (...)

26Muratori renvoie en même temps à une abondante littérature juridique qui montre parfaitement comment, dans un système défini de preuves légales, la fuite est inévitablement considérée comme une présomption de culpabilité. Si l’on rapproche les analyses développées dans sa biographie de Castelvetro de ses considérations sur les défauts de la jurisprudence (Dei difetti della giurisprudenza) publiées en 1742, on voit qu’il est important pour Muratori de montrer que cette présomption de culpabilité pouvait aller de pair avec l’innocence de fait de l’accusé. Soumis aux faiblesses humaines, le juge ne dispose d’aucune règle certaine pour interpréter la volonté et l’intention d’autrui. Créée pour découvrir la vérité, la procédure inquisitoire peut aussi engendrer une condamnation injuste – et de fait, dans la reconstruction de Muratori, Castelvetro a donné des gages et des preuves de sa volonté de demeurer au sein de l’Église romaine58.

  • 59 Sur la critique du système inquisitoire par les juristes, depuis Tiberio Deciani (Tractatus Crimina (...)
  • 60 Michel Foucault, Les anormaux. Cours au Collège de France (1947-1975), édition établie sous la dire (...)
  • 61 Giusto Fontanini, Della Eloquenza Italiana libri tre, Roma, stamperia di R. Bernabò, 1736. Ici l’on (...)

27Critiques qui indiquent la volonté de Muratori de mettre en évidence la faillibilité des jugements du pontife et de l’Église en-dehors des questions de foi, ainsi que sa ferme hostilité à l’encontre de l’activité répressive de l’Inquisition. Dans ces pages, Muratori met en relief les limites de la procédure liée au système inquisitoire et rejoint ainsi le chœur des juristes qui, à partir du xvie siècle, ont largement critiqué ce système59 – pour finir, à la fin du xviiie siècle, ainsi que l’a montré Michel Foucault, par opposer aux « soupçons » la « persuasion » et à l’« arithmétique de la démonstration » le principe de « l’intime conviction »60. La publication de la biographie de Castelvetro est pour Fontanini l’occasion de continuer sa polémique avec Muratori dans son Dell’eloquenza Italiana (1736) : il y accuse derechef le Modénais d’hérésie en le compromettant conjointement avec Castelvetro61.

  • 62 Lodovico Antonio Muratori, Primo esame del libro intitolato Dell’eloquenza italiana, dans Esami di (...)
  • 63 Sur la controverse entre Leibniz et Bossuet à propos de la définition de l’hérésie, voir Jacques Le(...)
  • 64 Lamindo Pritanio [Lodovico Antonio Muratori], De Ingeniorum moderatione, Lutetiæ Parisiorum, apud C (...)
  • 65 Ibid., p. 156 : « In doctrina damnanda siue probanda, est ab errore immunis Ecclesia ; non autem in (...)

28Muratori réplique dans le Primo Esame (1739) en rappelant la définition canonique de l’hérésie, qui, selon le Decretum Gratiani et la Summa de saint Thomas d’Aquin, mais aussi selon les manuels de l’inquisiteur les plus réputés, doit comprendre à la fois la conscience de l’erreur et la « pertinacité »62. Muratori s’oppose ainsi à l’élargissement « inquisitorial » de la notion d’hérésie qui s’est produit au cours du xviie siècle et qui, depuis la fin du xviie siècle, fait l’objet d’un riche débat parmi les érudits européens63. Muratori en appelle une fois de plus à la tradition juridique du droit canon afin de clore sa dispute avec Fontanini ; il rappelle aussi la faillibilité des jugements ecclésiastiques concernant les personnes – le passage mentionné est tiré d’une décrétale du Liber Extra de Grégoire IX, et il figure déjà en bonne place dans un autre ouvrage fondamental de Muratori, le traité De ingeniorum moderatione (Paris, 1714)64 : dans ce livre, Muratori traitait des limites à l’intérieur desquelles devaient se mouvoir la recherche et l’enseignement de la vérité et il réfléchissait aussi amplement à la question de la faillibilité de l’Église dans les jugements concernant les personnes65.

  • 66 Id., Primo esame del libro intitolato Dell’eloquenza italiana, op. cit., p. 30.

29En reprenant mêmes passages et mêmes citations dans le Primo Esame, Muratori rappelait à Fontanini que les papes eux-mêmes avaient reconnu la faillibilité de leurs sentences prononcées à l’encontre des personnes condamnées pour hérésie – la position était clairement exprimée dans la décrétale A nobis d’Innocent III (c. 28, X, V, 39) opportunément remémorée par Muratori et qui semblait parfaitement convenir au cas de Castelvetro, puisqu’elle évoquait le cas du fidèle excommunié et qui avait manifesté, durant sa vie, une claire repentance sans pourtant obtenir son absolution ; selon la décrétale, on pouvait alors considérer le fidèle comme absous devant Dieu et le Saint-Siège malgré la sentence de condamnation ; le jugement de Dieu, en effet, étant toujours fondé sur la vérité, était infaillible, au contraire du jugement de l’Église, qui, fondé sur l’opinion, était sujet à erreur ; il pouvait donc arriver qu’un fidèle lié devant Dieu fût dégagé de ses obligations à l’égard de l’Église et qu’au contraire, un fidèle libre devant Dieu – ainsi de Castelvetro – fût lié par une par une sentence ecclésiastique66.

30Les publications liées à la Vita de Castelvetro témoignent ainsi du fait que le droit, à côté de l’histoire, fut un élément particulièrement important dans la genèse et l’établissement des critiques formulées par Muratori à l’encontre de la papauté et de l’action répressive menée par l’Inquisition. L’usage des sources juridiques dans ces textes – mais on pourrait aussi en mentionner d’autres, comme le traité De ingeniorum moderatione – montre l’importance de la méthodologie éprouvée au cours de la controverse à la fois historique et juridique de Comacchio dans la formation de Muratori comme érudit et comme historien. À se reporter aux sources historiques exploitées, on voit nettement que dans les textes produits à l’occasion de la controverse de Comacchio comme dans la reconstitution du climat répressif de l’Italie de la Contre-reforme, Muratori a d’abord et surtout écouté les voix critiques à l’égard de l’Église romaine : aux auteurs gallicans et protestants, largement utilisés au cours de la controverse de Comacchio, Muratori ajoute les voix des auteurs qui se sont élevés contre le zèle de la Contre-Réforme. Par ailleurs, si l’on considère les sources juridiques auxquelles Muratori a eu recours, on constate que le Modénais a largement puisé dans l’arsenal du droit canon et dans les grands textes de référence relatifs aux prérogatives de l’Inquisition. Si les historiens antiromains mis à profit par Muratori dans ses ouvrages ont produit des histoires ouvertement ou discrètement conçues comme des critiques à l’encontre du Saint-Siège, le droit antiromain exploité par le Modénais a été le plus souvent le droit « romain » par excellence, soit le droit canonique.

Notes

1 Sur Muratori, voir Girolamo Imbruglia, art. « Muratori, Ludovico Antonio », Dizionario biografico degli italiani, vol. 77, Rome, 2012, p. 443-452, Italo Birocchi, art. « Muratori, Lodovico Antonio », Dizionario biografico dei giuristi italiani (xii-xx secolo), Bologna, 2010, p. 1397-1400, et Elio Tavilla, art. « Ludovico Antonio Muratori », Enciclopedia Italiana di Scienze, Lettere ed Arti. Il contributo italiano alla storia del pensiero, 8e appendice, Diritto, éd. Paolo Cappellini, Pietro Costa, Maurizio Fioravanti et Bernardo Sordi, Rome, 2012, p. 237-240.

2 Paola Vismara, « Entre romanisme et antiromanisme : l’œuvre historique de Lodovico Antonio Muratori », Histoires antiromaines, textes réunis par Sylvio De Franceschi, Chrétiens et Sociétés, Documents et mémoires, 15, Lyon, 2011, p. 87-114.

3 Sur les censures de l’œuvre de Muratori, voir Paola Vismara, « Muratori immoderato. Le censure romane al De ingeniorum moderatione in religionis negotio », Nuova rivista storica, lxxxiii/2, 1999, p. 315-344, Giuseppe Orlandi, « L. A. Muratori negli archivi del Sant’Ufficio Romano. La censura dei Rerum italicarum scriptores », Lateranum, lxv/1, 1999, p. 7-39. Sur les critiques adressées depuis Rome à l’historiographie muratorienne, voir Michele Monaco, « Critiche ed annotazioni del cardinale Neri Corsini (1685-1770) alla sezione settecentesca degli Annali d’Italia di L. A. Muratori », Muratoriana, 14, 1967-1968, p. 59-99, id., « I rapporti di L. A. Muratori con i letterati romani del suo tempo », L. A. Muratori e la cultura contemporanea. Atti del convegno internazionale di studi muratoriani, Modena, 1972, Florence, 1975, p. 57-101.

4 En défendant son travail historique contre les accusations de partialité que lui lançaient les lettrés romains, Muratori souligne les affinités qu’il y a entre le travail de l’historien et celui du juge à la dernière page des Annali d’Italia. Dans cette page, rappelant un passage du Traité des études monastiques de Jean Mabillon (1691), il évoque l’image traditionnelle de l’historien-juge (Lodovico Antonio Muratori, Annali d’Italia dal principio dell’era volgare sino all’anno 1749, t. xii, Milan, 1749, p. 468-469). Sur le modèle de l’historien-juge, voir Marie-Dominique Couzinet, Histoire et méthode à la Renaissance. Une lecture de la Methodus ad facilem historiarum cognitionem de Jean Bodin, préf. C. Vasoli, Paris, 1996, p. 81-138.

5 Eric Cochrane, « L. A. Muratori e gli storici italiani del Cinquecento », L. A. Muratori storiografo. Atti del convegno internazionale di studi muratoriani, (Modena, 1972), Florence, 1975, p. 227-240 [p. 239].

6 Sur la controverse de Comacchio voir Sergio Bertelli, Erudizione e storia in Ludovico Antonio Muratori, Naples, 1960, en particulier p. 100-174 et p. 378-383, Corrado Viola, « Echi comacchiesi nel carteggio Muratori-Marmi », Corte, buon governo, pubblica felicità. Atti della III giornata di studi muratoriani, Vignola 14 ottobre 1995, Florence, 1996, p. 15-54, Edizione nazionale del carteggio di L. A. Muratori, vol. 28, Carteggi con Mansi .... Marmi, éd. Corrado Viola, Florence, 1999. Sur la participation de Muratori à la controverse, voir aussi Matteo Al Kalak, Rinaldo I d’Este, Edizione nazionale del carteggio di L. A. Muratori, vol. 16, Carteggi con D’Abramo… . Evangelista, éd. Matteo Al Kalak, Florence, 2012, p. 539-542. Sur l’importance de la controverse dans la formulation des critiques adressées par Muratori à la papauté, voir aussi Paola Vismara, « Entre romanisme et antiromanisme », art. cité, p. 91-96 ; sur les sympathies de Giosuè Carducci à l’égard de Muratori, voir ibid., p. 96.

7 Lodovico Antonio Muratori, Piena Esposizione de i Diritti Imperiali ed Estensi sopra la Città di Comacchio, s. l., 1712, p. 16 : « Io ho la riverenza, e la venerazione, che si dee da ogni buon Cattolico alla S. Sede, e me ne son prestato senza affettazione, e a’ luoghi opportuni, nelle Osservazioni, come ognuno conoscerà : nè per elezione o vaghezza mia, ma per debito d’ubbidienza verso chi è mio Principe naturale, e mio attuale padrone, e per una ferma persuasione di difendere il Giusto, favorevole in questa parte al S. R. Imperio, e alla Serenissima Casa d’Este, io sono entrato in sì fatti litigi. »

8 Ibid., p. 14 : « Nel nostro caso poi troppo è chiaro, che disputiamo non contro la santa sede, a cui Cristo ha dato l’infallibilità delle dottrine nella fede, la facoltà di dispensare l’Indulgenze, il governo spirituale della Cristianità, et altre simili prerogative per le quali al sommo pontefice debbono venerazione e sommessione tutti i principi e popoli Cristiani ; ma si bene disputiamo contro il principe temporale dello stato ecclesiastico, e contra la corte e camera apostolica, la quale ha spada, granatieri, bombe, eserciti e fa leghe e tutti gli altri atti politici, e a cui non si fa torto alcuno con dire che anch’essa al pari dell’altre temporali potenze è soggetta alle passioni e a i difetti. » Sur les deux âmes du pontife romain, voir l’étude classique de Paolo Prodi, Il sovrano pontefice. Un corpo, due anime, Bologna, 1982.

9 Marmi à Muratori, 22 octobre 1711, Edizione nazionale del carteggio di L. A. Muratori, Carteggio con Mansi… . Marmi, p. 281, cité par Paola Vismara, art. cité, p. 94. Sur Marmi et la tradition savonarolienne, voir Pietro Provasi, « Savonaroliani del Settecento », Archivio Storico Italiano, xcvi/2, 1938, p. 227-232.

10 Dans ces années, comme le montrent les épisodes liés à l’arrestation de Uberto Benvoglienti et l’exil de Girolamo Buffardi, évoqués par Paola Vismara et Anna Burlini Calapaj, « l’âpreté des discussions historiques et littéraires s’était accompagnée en l’espèce, ce qui était tout à fait inhabituel, de mesures pénales » (Paola Vismara, art. cité, p. 94-95 et n. 30). Voir Edizione nazionale del carteggio di L. A. Muratori, vol. 6, Carteggi con Bentivoglio… Bertacchini, éd. Anna Burlini Calapaj, Florence, 1983, p. 43.

11 Sergio Bertelli, op. cit., p. 130.

12 Bruno Neveu, « Muratori et l’historiographie gallicane », L. A. Muratori storiografo, op. cit., p. 241-304 : 279, cité par Paola Vismara, art. cité, p. 95.

13 Sur la collaboration de Muratori avec son maître Girolamo Ponziani dans les premières phases de la controverse, voir Sergio Bertelli, op. cit., p. 131-151.

14 Paola Vismara, art. cité, p. 98.

15 Sergio Bertelli, op. cit., p. 120.

16 Rappelons les principaux écrits publiés au cours de la controverse : Il dominio temporale della Sede Apostolica sopra la città di Comacchio per lo spazio continuato di dieci secoli (1708) de Fontanini fut suivi rapidement par des écrits en faveur de la cause de Modène attribués à Muratori, les Osservazioni sopra una lettera intitolata Il dominio temporale della Sede apostolica sopra la città di Comacchio (1708) et une Altra lettera diretta ad un Prelato della Corte di Roma in risposta ad una scrittura (1708). Fontanini répliqua avec une Difesa del medesimo dominio (1709), suivie par les écrits les plus célèbres de Muratori : la Piena Espositione (1712) et la Disamina d’una scrittura (1720).

17 Sur le rapport de Muratori aux historiens du xvie siècle voir E. Cochrane, art. cité.

18 Voir Françoise Waquet, Le modèle français et l’Italie savante, Rome, 1989, p. 63-97. Voir aussi Bruno Neveu, art. cité.

19 Lodovico Antonio Muratori, Piena Esposizione de i Diritti Imperiali ed Estensi sopra la Città di Comacchio, op. cit., p. 14 : « Non si può già omettere, che l’Oppositor suddetto fa un altro reato a gli Scrittori Estensi, perché abbiano osato citare il Foldasto, il Conringio, e tre o quattro altri Autori o proibiti, o Eretici. […] Ma dica egli : s’è forse per questo citata qualche proposizione Ereticale di quegli Scrittori ? o pure diventa eretica la Verità, ed ereticali diventano le memorie e i documenti antichi, se passano per le mani di chi è nimico della Cattolica Religione ? » Sur le lien entre Muratori et l’historiographie protestante voir Sergio Bertelli, op. cit., p. 169.

20 Sergio Bertelli, op. cit., p. 161-162.

21 Un des protagonistes essentiels du développement de cette théorie a été Pillio da Medicina, professeur de droit à Modène entre les xiie et xiiie siècles, dans ses commentaires aux Libri Feudorum. Voir Ennio Cortese, Le grandi linee della storia giuridica medievale, Rome, 2000, p. 311.

22 Lodovico Antonio Muratori, Piena Esposizione, op. cit., p. 26.

23 Ibid., p. 36 : « I sommi pontefici […] non goderono l’alto dominio ; e per conseguenza […] a loro autorità e signoria nel temporale era allora subordinata a gli Augusti. »

24 Dans les Antichità Italiane (1751), les dissertations lxvii à lxxii sont consacrées à la puissance politique et économique de l’Église au Moyen-Âge. Voir Sergio Bertelli, op. cit., p. 143.

25 Lodovico Antonio Muratori, op. cit., p. 63-64 : « Ordini, e Leggi de gli Augusti Carolini osservate in Roma stessa. Sommi pontefici nel Governo temporale non negavano allora d’essere sottoposti al Giudizio Cesareo. Uso di non consecrare il Papa eletto senza l’approvazione Imperiale. Processi fatti, e Giudizi tenuti in Roma da gl’Imperadori : pruove tutte del’alto loro Dominio. »

26 Ibid., p. 64 : « Sopra questo io rimetterò i lettori a quanto ha scritto il celebre Franzese Stefano Baluzio nella Prefazione a gli stessi Capitulari al num 21. provando egli appunto con questo la Sovranità de gl’Imperadori a que’ tempi, e mostrando quanto si sieno allontanati dal vero i moderni Canonisti e scolastici nell’interpretare quel Capitolo […]. Fa egli vedere che veramente i Papi e i Romani erano allora tenuti ad osservare le Leggi, e gli Ordini, che gl’Imperadori Franchi aveano stabilito, o mandavano a Roma di quando in quando. Lo stesso testo di quel Capitolo chiaramente mostra che tale era l’obbligo e il costume. »

27 Id., Rerum Italicarum Scriptores, Tomi Primi, Pars Secunda, Ex Typographia Societatis Palatinae, Mediolani, 1725, p. 3.

28 Voir Étienne Baluze, Capitularia regum francorum, Tomus Primus, Parisiis, Escudebat Franciscus Muguet, 1677, § XXI.

29 Sergio Bertelli, op. cit., p. 163. Voir Lodovico Antonio Muratori, Piena Esposizione, op. cit., p. 54.

30 [Lodovico Antonio Muratori], Disamina di una scrittura intitolata Risposta a varie scritture, op. cit., p. 10 : « Doveva anzi lodarmi, per non dire restarmi tenuta, la Corte Romana al vedere, ch’io ho venerato la sua piena autorità ne gli ultimi secoli, con ridurre solamente a gli antichi Imperadori l’Alto Dominio suddetto, quantunque si sappia non mancare Scrittori Oltramontani, che tengono gli Augusti per Sovrani anche oggidì dello Stato Ecclesiastico. »

31 Ibid., p. 16-17. Voir Lorenzo Sinisi, art. « Pignatelli, Francesco Giacomo », Dizionario biografico dei giuristi italiani, t. ii, Bologne, 2013, p. 1586.

32 [Lodovico Antonio Muratori], op. cit., p. 17 : « Niuno d’essi ha mai appreso che alcun pregiudizio potesse venire da ciò al supremo grado, che hanno i Pontefici nello spirituale. »

33 Id., Piena Esposizione, op. cit., p. 202-204.

34 Ibid., p. 346.

35 Paolo Carta, Ricordi Politici. Le Proposizioni civili di Cesare Speciano e il pensiero politico del xvi secolo, Trente, 2003 et id., « I cartografi della cristianità. Geografia e politica nelle nunziature apostoliche », Geografia e politica nel Cinquecento, éd. Paolo Carta et Romain Descendre, Laboratoire italien, 8, 2008, p. 99-122.

36 Voir Natale Mosconi, La nunziatura di Praga di Cesare Speciano (1592-1598) nelle carte inedite vaticane e ambrosiane, Brescia, 1966, et Paolo Carta, Nunziature ed eresia nel Cinquecento. Nuovi documenti sul processo e la condanna di Francesco Pucci, Padoue, 1999.

37 [Lodovico Antonio Muratori], Disamina di una scrittura, op. cit., p. 32 : « Dirò di più, che ne’ tempi stessi dell’occupazion di Ferrara, e di Comacchio, fatta dall’armi pontificie, Monsign. Speziano nunzio apostolico a Vienna non solamente proccurò di avere le investiture Imperiali concedute al Duca Cesare, ma eziandio fece quanto poté, anche con quelle promesse, che più muovono il cuore de gli uomini, affinché Comacchio non fosse nominato in tali investiture, con aver poi assicurato i Ministri di Roma di non aver potuto impedire, e che Comacchio fu veramente espresso nelle medesime. Ciò consta dalle sue lettere MSS. »

38 Paolo Carta, « La fortuna del modello guicciardiniano dei Ricordi nella letteratura politica del Cinquecento : le Proposizioni morali di Cesare Speciano », La riscoperta di Guicciardini, Gênes, 2006, p. 161-182.

39 Id., Ricordi politici, op. cit., p. 99.

40 Giovanni Pietro Giussano, Vita di San Carlo Borromeo scritta da Gio. Pietro Giussano nobile milanese, in Roma, nella stamperia della Camera Apostolica, 1610, p. 80.

41 Muratori à Francesco Arisi, 24 marzo 1700 (Lodovico Antonio Muratori, Edizione nazionale del carteggio muratoriano, vol. 4, Carteggio con Francesco Arisi, éd. M. Marcocchi, Florence, 1975, p. 81).

42 Cesare Speciano, Scelta d’alcuni Avvertimenti Morali sinora inediti di Monsignor Cesare Speziano già vescovo di Cremona, dans Lodovico Antonio Muratori, La filosofia morale esposta e proposta a i giovani, Vérone, 1735, p. i-xxx.

43 Paolo Carta, Ricordi Politici, op. cit., p. 20.

44 Cesare Speciano, Propositioni Christiane et Civili, dans P. Carta, op. cit., n. 446, p. 230-231.

45 Ibid., n. 431, p. 224, et n. 433, p. 225-227.

46 Ibid., n. 434, p. 227 : « La reputatione dei principi secolari ordinariamente sta nella loro grandezza, et potenza, ma quella del Papa sta nell’estimatione appresso gli huomini, et però io ho sempre giudicato, ch’il governo ecclesiastico, etiam nelle cose politiche, ricerca diversità di procedere da quello degl’altri principi, convenendo al Papa di essere molto circospetto, non solo per conservare il suo Stato proprio, ma anche quella parte, che sta in mano d’altri, come è la veneratione, et osservanza, nelle quali consiste la potenza del Papa, et non nella grandezza de’ suoi Stati, li quali comparati con quei degl’altri principi sono assai tenui, et di puoca estimatione, che dunque la grandezza del Sommo pontefice consista nella sua persona, virtù, et autorità spirituale, egli deve attendere principalmente a questo, per sodisfare all’obbligo dell’officio suo, ne potrà mai crescere tanto in potenza temporale, che mancandogli la veneratione che se gli deve da tutti li principi, sia stimato, come sono li principi grandi di Stati a quali con tutto ciò Sua Beatitudine per la dignità suprema datale da Dio, procede senza controversia. »

47 Répondant à Apostolo Zeno, qui lui avait demandé s’il y avait des lettres de Guichardin dans les archives de la Maison d’Este, Muratori rappelle que Guichardin était l’« ennemi » des Este et qu’il n’y avait donc pas eu de correspondance entre le Florentin et les ducs. L’occasion de cet échange entre Muratori et Zeno était liée à la nouvelle édition de la Storia d’Italia (1738), pour laquelle Zeno s’était chargé de rédiger les Note Critiche e giunte à la biographie de Guichardin rédigée par Domenico Maria Manni. Voir Edizione nazionale del Carteggio di L. A. Muratori, vol. 46, Carteggi con Zacagni.... Zurlini, Florence, 1975, p. 398-403.

48 Sur les critiques faites par Guichardin au pouvoir temporel des papes dans les passages censurés de l’Histoire d’Italie, voir Paolo Carta et Paola Moreno, « Deux lettres inédites de Francesco Guicciardini à Angela Sforza. Édition critique et commentaire », Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini, dir. Romain Descendre et Jean-Louis Fournel, Lyon, 2015, p. 205-222 [p. 219, n. 46], et Jean-Louis Fournel, « I Loci duo di Guicciardini e Pietro Perna. La traduzione come polemica filologica plurilingue », « Fedeli, diligenti, chiari e dotti ». Traduttori e traduzione nel Rinascimento, éd. Elisa Gregori, Padoue, 2016, p. 185-200.

49 Lodovico Antonio Muratori, Carteggi con Mansi... Marmi, éd. C. Viola, Florence, 1999, lettres 59, 60 et 61, du 27 décembre 1710, 10 janvier 1711 et 1er mai 1711 respectivement, p. 276-278.

50 Muratori loue Guichardin, et notamment la « professione sua di non adular chicchessia, e né pure i Papi, de’ quali fu per tanti anni ministro » (Lodovico Antonio Muratori, Annali d’Italia dal principio dell’era volgare sino all’anno 1749. Dall’anno 1501 dell’era volgare fino all’anno 1600, in Milano, a spese di Giovambattista Pasquali libraio in Venezia, 1749, p. 263).

51 Giuseppe Catalani, Prefazioni Critiche, dans Lodovico Antonio Muratori, Annali d’Italia, Monaco, nella stamperia di Agostino Olzati, 1764, t, x, p. viii. Sur les critiques adressées par Gaetano Cenni aux Annali de Muratori et qui sont parues anonymement dans le Giornale de’ letterati entre 1746 et 1750, avant d’être publiées par Giuseppe Catalani dans les Prefazioni Critiche à l’édition romaine des Annali, voir Agostino Lauro, art. « Catalani (Catalano), Giuseppe », Dizionario biografico degli Italiani, vol. 22, Rome, 1979, p. 269-272, et Marina Caffiero, art. « Cenni, Gaetano », ibid., vol. 23, Rome, 1979, p. 551-554. Sur le lien entre les critiques de Gaetano Cenni et les directives de la curie romaine voir Michele Monaco, « Critiche ed annotazioni del cardinale Neri Corsini », art. cité.

52 Sur l’antiromanisme exprimé dans la biographie de Castelvetro, voir Carlo De Frede, Religiosità e cultura nel Cinquecento Italiano, Bologne, 1999, « La Riforma in Italia nell’opera di Muratori », p. 425-448. Voir aussi Paola Vismara, art. cité, p. 99-102.

53 Voir Enza Savino, « La biografia del Castelvetro tra Muratori e Tiraboschi », Per formare una storia intera. Atti della I giornata di studi muratoriani, (Vignola 23 marzo 1991), Florence, 1992, p. 95-145, et Albano Biondi, « Gli eretici modenesi nell’opera di L. A. Muratori », Il soggetto e la storia. Biografia e autobiografia in L. A. Muratori. Atti della II giornata di studi muratoriani (Vignola, 23 ottobre 1993), Florence, 1994, p. 195-211, repris dans Umanisti, eretici, streghe. Saggi di storia moderna, éd. Massimo Donattini, intr. Adriano Prosperi, Carpi, 2008, p. 199-213.

54 Voir Manuela Bragagnolo, « Il Castelvetro di Muratori. Storia, religione e diritto tra le carte dell’Estense », Rivista di storia e letteratura religiosa, xlix/2, 2013, p. 351-387, et ead., « Muratori et Castelvetro. État des études et lignes de recherche », Paroles d’exil. Culture d’opposition et théorie politique au xvie siècle, éd. Paola Cosentino, Lucie De Los Santos et Enrico Mattioda, Laboratoire italien, 14, p. 93-113.

55 Lodovico Antonio Muratori, Vita di Lodovico Castelvetro, dans Opere Varie Critiche di Lodovico Castelvetro gentiluomo modenese. Non più stampate colla vita dell’autore scritta dal Sign. Proposto Lodovico Antonio Muratori, in Berna, nella stamperia di Pietro Foppens, 1727, p. 1-78 [p. 38].

56 Voir Francesco Forciroli, Vite dei modenesi illustri, éd. Sonia Cavicchioli et Giorgia Mancini, Modène, 2007.

57 Lodovico Antonio Muratori, Vita di Lodovico Castelvetro, op. cit., p. 36.

58 Ibid., p. 35. Voir aussi id., Dei difetti della giurisprudenza, Venezia, presso Gian Battista Pasquali, 1742, p. 12-15.

59 Sur la critique du système inquisitoire par les juristes, depuis Tiberio Deciani (Tractatus Criminalis, 1590) jusqu’aux contemporains de Muratori, comme Thomasius (De origine processus inquisitorii, 1711), et aux réformateurs italiens de la fin du xviiie siècle, voir Ettore Drezza, Lezioni di storia del diritto penale, Pavie, 2013, p. 69-130. Sur le débat européen à l’encontre de l’Inquisition voir Michaela Valente, Contro l’inquisizione. Il dibattito europeo, secc. xvi-xviii, Turin, 2009.

60 Michel Foucault, Les anormaux. Cours au Collège de France (1947-1975), édition établie sous la direction de François Ewald et Alessandro Fontana, par Valerio Marchetti et Antonella Salomini, Paris, 1999, p. 8.

61 Giusto Fontanini, Della Eloquenza Italiana libri tre, Roma, stamperia di R. Bernabò, 1736. Ici l’on fait référence à l’édition vénitienne de 1753 (id., Biblioteca dell’Eloquenza Italiana, con le annotazioni del signor Apostolo Zeno, I-II, Venezia, presso Giambattista Pasquali, II, p. 38).

62 Lodovico Antonio Muratori, Primo esame del libro intitolato Dell’eloquenza italiana, dans Esami di varj autori sopra il libro intitolato L’eloquenza italiana di Monsignor Giusto Fontanini vescovo d’Ancira, in Roveredo, 1739, p. 3-43 [p. 24]. Voir Decretum Magistri Gratiani, editio lipsiensis secunda, instruxit Æmilius Friedberg, Ex officina Bernhardi Tauchnitz, Lipsiæ, 1879, c. Dixit Apostolus, 29, C. XXIV, q. 3, col. 998, et Thomas d’Aquib, Summa theologiœ, IIa IIae, q. XI, a. 2, ad tertium. Sur les experts en matière d’hérésie cités par Muratori, voir Bruno Neveu, L’Erreur et son juge, Naples, 1993, en particulier le chapitre iii, Ars censoria, p. 239-381 [p. 266 et suivantes].

63 Sur la controverse entre Leibniz et Bossuet à propos de la définition de l’hérésie, voir Jacques Le Brun, La jouissance et le trouble. Recherches sur la littérature chrétienne de l’âge classique, Genève, 2004, « La notion d’hérésie à la fin du xviie siècle : la controverse Leibniz-Bossuet », p. 137-160.

64 Lamindo Pritanio [Lodovico Antonio Muratori], De Ingeniorum moderatione, Lutetiæ Parisiorum, apud Carolum Robustel, 1714, p. 158.

65 Ibid., p. 156 : « In doctrina damnanda siue probanda, est ab errore immunis Ecclesia ; non autem in iudiciis de persona. »

66 Id., Primo esame del libro intitolato Dell’eloquenza italiana, op. cit., p. 30.

© LARHRA, 2017

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search