Version classiqueVersion mobile

Droits antiromains xvie-xxie siècles

 | 
Sylvio De Franceschi
, 
Bernard Hours

Droit, juridiction, souverainete : la mission diplomatique extraordinaire a Rome Domingo Pimentel et Juan Chumacero y Carrillo sous le pontificat d’Urbain VIII (1633-1637)

Paolo Broggio

Texte intégral

  • 1 Voir Teófanes Egido, « El regalismo y las relaciones Iglesia-Estado en el siglo xviii », Historia d (...)

1Lorsqu’on parle de droit, il est impossible de ne pas parler de juridiction, mais lorsqu’on parle de juridiction, le passage à la question du juridictionalisme ou du régalisme devient obligatoire. C’est ici, d’ailleurs, que se produit une première distorsion interprétative fondamentale, quand tout ce qui précède le siècle du juridictionalisme par excellence, le xviiie siècle, est forcément conçu comme un préalable, comme une préparation à ce qui a toujours été considéré comme le produit le plus typique de la culture des Lumières. Ceci est particulièrement vrai dans le cas de l’Espagne. L’interprétation traditionnelle est largement connue : grâce aux Lumières, grâce aux contributions de personnalités telles que Francisco Solís, Melchor Macanaz, Gregorio Mayans, Pedro Rodríguez de Campomanes et le comte de Floridablanca, grâce aux luttes héroïques menées contre l’ingérence irrationnelle du pouvoir ecclésiastique dans le domaine temporel, l’Espagne des Bourbons a pu enfin commencer à se débarrasser du joug de l’obscurantisme catholique, à fuir l’ignorance et la superstition, jusqu’au triomphe final : l’expulsion des jésuites et la suppression de la Compagnie de Jésus. Les affrontements de la fin du xvie siècle et du xviie siècle entre la papauté et la monarchie des Habsbourgs en matières de juridiction n’étaient pas capables d’assumer, aux yeux de l’historiographie classique, un caractère si accompli et si clairement défini1.

  • 2 Outre le mémoire Chumacero-Pimentel, les sources principales des régalistes de la seconde moitié du (...)

2C’est précisément dans cette perspective que la mission diplomatique extraordinaire à Rome de Juan Chumacero y Carrillo et du dominicain Domingo Pimentel, qui débute en 1633 et se conclut par le retour à Madrid de Chumacero en 1641, a toujours été analysée et interprétée. Les historiens contemporains de l’Espagne des Bourbons, comme Antonio Mestre ou Teófanes Egido, ont reconnu dans la mission diplomatique de 1633, et surtout dans le mémoire qui sera l’objet de la présente étude, l’acte de naissance du régalisme espagnol et ont soutenu que les écrits du xviiie siècle, dans de nombreux cas, n’étaient que des reprises ou des raffinements de ce véritable « texte fondateur »2.

  • 3 Voir Quintín Aldea, Iglesia y Estado en el siglo xvii (Ideario político-eclesiástico), Santander, 1 (...)
  • 4 Voir Maria Antonietta Visceglia, Roma papale e Spagna. Diplomatici, nobili e religiosi tra due cort (...)

3Mon but sera d’analyser le mémoire Chumacero-Pimentel de façon différente : il s’agit d’essayer de replacer dans son contexte historique et culturel précis, d’une part, l’ambassade extraordinaire, d’autre part le mémoire lui-même, en réduisant au minimum toute tentation téléologique. Je voudrais donc montrer qu’il est possible de situer la mission diplomatique de 1633 dans un contexte précis de relations hispano-papales bien différent du juridictionalisme des Lumières ou de la culture juridico-théologique qui a produit au xvie siècle les œuvres régalistes de Juan López de Palacios Rubios, de Diego de Covarrubias ou de Melchor Cano3. Il s’agit d’un contexte marqué sans doute par de fortes tensions, mais aussi par un affrontement idéologique qui se présente comme le produit particulier de la période dite des Austrias menores, une époque caractérisée par une manière très différente, par rapport au temps de Charles Quint et de Philippe II, de concevoir, dans la relation de l’Espagne au Saint-Siège, l’universalisme de la catholicité et les buts mêmes du projet politico-religieux de reconquête catholique4.

  • 5 Voir Maria Antonietta Visceglia, « Premessa », Diplomazia e politica della Spagna a Roma. Figure di (...)

4De ce point de vue, le régalisme du xviie siècle apparaît comme une dimension parmi d’autres d’une question plus large qui touche de près aux symboles du pouvoir typiques de l’âge baroque. Il ne faut pas sous-estimer, en outre, la dimension strictement diplomatique de ce type de tensions hispano-papales. Il est historiquement significatif que la confrontation « idéologique » entre l’Espagne et le Saint-Siège se soit jouée en très grande partie sur le plan des relations diplomatiques : les ambassadeurs d’Espagne, et en particulier les ambassadeurs extraordinaires, se voyaient confier une tâche qui dépassait la simple présentation des revendications de la monarchie hispanique : les ambassadeurs – souvent des prélats ou des réguliers – contribuaient activement à créer un discours diplomatique qui était à la fois miroir et moteur d’un affrontement avant tout idéologique5.

  • 6 Voir Quintín Aldea Vaquero, « España, el Papado y el Imperio durante la guerra de los treinta años. (...)
  • 7 Maria Antonietta Visceglia a montré à quel point les liens entre Rome et Madrid sont restés, malgré (...)
  • 8 Le Parecer a été édité dans Quintín Aldea Vaquero, Iglesia y Estado, op. cit., p. 243-399.
  • 9 Voir Nicole Reinhardt, Voices of Conscience. Royal Confessors and Political Counsel in Seventeenth- (...)

5Les années 1631-1633 constituent le point focal d’un durcissement des relations hispano-papales qu’il faut replacer dans le contexte politique européen général du début de la « phase suédoise » de la guerre de Trente Ans6. L’élection de Maffeo Barberini, qui devient pape sous le nom d’Urbain VIII en 1623, n’a pas été de bon augure pour l’avenir des relations diplomatiques entre l’Espagne de Philippe IV et la papauté : le nouveau pontife se montre beaucoup moins empressé de satisfaire les prétentions de la Monarchie catholique, et son attitude est rapidement dénoncée par Madrid comme philofrançaise7. Sur proposition du comte-duc d’Olivares en juillet 1631, le roi Philippe IV adresse au conseil d’État et aux conseils d’Italie et d’Aragon un décret par lequel il ordonne que leurs membres se réunissent afin de dresser un rapport sur les agravios, les « dommages », que la monarchie subissait à cause de la politique pontificale. En septembre, le roi institue aussi une Junta, nommée Junta Magna, qui commence à travailler secrètement pendant un an. Le 20 septembre 1632, la Junta publie le produit de son activité, le Parecer de la Junta sobre abusos de Roma y la Nunciatura, divisé en quarante chapitres8. La Junta en était venue à la conclusion qu’une grande partie de la violente crise économique que traversait l’Espagne était due à la lourde fiscalité romaine, qui se réalisait notamment à travers les spoliations, les privilèges de vacances et le prix exorbitant des dispenses ; elle proposait comme mesure de rétorsion l’expulsion immédiate du nonce apostolique Cesare Monti et elle posait la question de la nécessité de redéfinir le Patronato et de signer un nouveau concordat avec Rome9.

  • 10 Voir José Felipe Sigüenza Tarí, « La embajada de Chumacero, un antecedente del regalismo borbónico  (...)
  • 11 Voir Paolo Broggio, « Più papisti del papa. Le definizioni dogmatiche e lo spettro dello scisma nei (...)
  • 12 Voir Maria Antonietta Visceglia, « Congiurarono nella degradazione del papa per via di un Concilio  (...)

6La question se posait du coup de savoir comment présenter au pape ce dur cahier de doléances, véritable liste de revendications. L’ambassadeur ordinaire, le marquis de Castel Rodrigo, était jugé inapte à une tâche si délicate, ne serait-ce que parce que, peu auparavant, il avait été le protagoniste d’un épisode tout à fait regrettable : dans un moment de confrontation aiguë avec le pape sur un certain nombre de revendications de Philippe IV, il avait eu la témérité de faire planer la menace d’un schisme10. La menace de schisme était à l’époque quelque chose de courant dans les relations hispano-papales, au moins depuis la fin du xvie siècle, et elle intervenait surtout quand les discussions portaient sur des questions religieuses et doctrinales11. En 1632, le climat n’était pas des meilleurs, puisqu’en mars, le cardinal Gaspar de Borja avait pris la parole en consistoire secret pour attaquer le pape sur le terrain politique et l’accuser de ne pratiquement rien faire pour assister les puissances catholiques dans la guerre européenne en cours12.

  • 13 Voir C. Palomo, art. « Pimentel, Domingo O.P. », Diccionario de Historia Eclesiástica de España, di (...)

7En mai 1633, les Cortes de Castille représentent à Philippe IV la nécessité de remédier à une situation jugée intolérable. C’est à ce moment-là qu’Olivares conçoit le dessein d’envoyer une ambassade extraordinaire à Rome afin d’obtenir un engagement concret, et surtout financier, du Saint-Siège dans la guerre en cours et aussi d’obtenir du pape la cessation de toutes les pratiques judiciaires, fiscales et bénéficiales qui nuisent aux intérêts espagnols. Pour mener l’ambassade, le choix est fait du dominicain Domingo de Pimentel, fils du comte de Benavente, qui va plus tard devenir évêque de Osma et Córdoba, puis archevêque de Séville et enfin cardinal13, et de Juan Chumacero y Carrillo, membre du Consejo Real et l’un des hommes les plus proches du comte-duc.

  • 14 Sur la mission diplomatique, voir Quintín Aldea Vaquero, « España, el Papado y el Imperio », art. c (...)

8Les deux ambassadeurs extraordinaires partent pour Rome munis d’une lettre de Philippe IV en date du 1er octobre 1633 et de deux mémoriaux : le premier réclamait du pape une subvention considérable pour la guerre en Allemagne et le second demandait la fin d’une série d’agravios perpétrés par la cour de Rome et par le tribunal de la nonciature au détriment des Espagnols. Le pape donne rapidement satisfaction à l’égard de la première demande en octroyant une subvention de 200 000 couronnes ; en revanche, il fait preuve d’une inflexible obstination en ce qui concerne la seconde revendication14.

9Le mémoire « sobre los excessos que se cometen en Roma, contra los Naturales de estos Reynos de España » se compose de dix chapitres. Les trois premiers traitent de la question des pensions ecclésiastiques. Il y avait pension ecclésiastique lorsque le titulaire d’un bénéfice ecclésiastique renonçait à une partie – parfois plus du tiers – de sa prébende en faveur d’une autre personne, en général un clerc pauvre. Seule Rome pouvait concéder une pension par autorisation de la Daterie apostolique, qui avait des bureaux en Espagne et qui demandait pour cette concession un prix très élevé, voire exorbitant. Le mémoire insiste sur une série de problèmes qu’il fallait absolument résoudre, car il s’agissait de véritables insultes aux prérogatives traditionnelles de la monarchie espagnole dans le domaine ecclésiastique. Tout d’abord, nombre de ces « pensions espagnoles » étaient octroyées à des clercs « étrangers » par le biais de prête-noms espagnols :

  • 15 Memorial dado por Juan Chumacero y Carrillo, y D. Fr. Domingo Pimentel, Obispo de Cordova, a la San (...)

Siendo, como son, las Pensiones parte de los Beneficios, y lo substancial de ellos en el aprovechamiento: y reconociendo militan las mismas causas de Derecho, y de prohibición, para que no passen à Estrangeros, ha introducido el abuso consignarlas en cabeza de Natural, (à quien llaman Testa de Ferro) para divertirlas por este arcadúz à los que no lo son: con que quedan aprovechados en lo fructuoso del Beneficio, y los Naturales con la carga, y con el desconsuelo de ver ricos à otros con lo que à ellos les empobrece15.

  • 16 Ibid.

10Le mémoire affirme aussi qu’une pratique nuisible s’est désormais diffusée qui consiste dans le fait que Rome fait peser plusieurs pensions sur le même bénéfice avec une désignation vague de l’identité de leurs bénéficiaires, « quitando con esto al proprietario la esperanza que pudiera alentarle de poderse ver libre algún día de esta carga » et « haziendo por este medio una dismembración perpetua de parte del Beneficio, con servidumbre de pagas, y suponiendo cabezas de Estrangeros para lo que deben gozar los Naturales »16. Le système n’était dès lors plus à même de garantir la sélection des meilleurs candidats aux prébendes et aux pensions : les sujets les moins capables et le plus « licencieux », qui auraient dû affronter en Espagne les mécanismes de contrôle mis en place par la monarchie, trouvaient à Rome une atmosphère décidément plus favorable, et le mémoire s’emporte contre l’installation à Rome de véritables « agences de commerce » de bénéfices, prébendes et pensions hors du contrôle des institutions espagnoles :

  • 17 Ibid., p. 11-12.

Aunque suelen acudir à aquella Curia personas idóneas, y de partes, va otra gente licenciosa, y que por su calidad, o vicios no cabe en estos Reynos, ni quiere sujetarse a la Justicia, ni corrección Eclesiástica. En Roma viven con libertad, e independencia, y con diferente estimación, que en su Tierra: dánse al cortejo, y a la negociación, entablan agencias, y correspondencias: no vaca Beneficio en el distrito que le quadre, que sin respeto a que sea de Patronato, u de Provisión del Prelado no le pretendan, y de que a título de pleyto, y molestia no esperen sacar alguna parte. Fomentan pleyto de los que acá quedan, contra sus Prelados, y la obediencia que les deben. Obtienen exempciones en derogación de los Cánones, y Decretos, en perjuicio de la disciplina Eclesiástica, y observancia Regular. De que resulta el inconveniente de extraer la plata, y oro, empobreciendo el Reyno, y destruyendo las constumbres17.

11Le mémoire précisait que la quantité des pensions qui grevaient les bénéfices espagnols était excessive, en nombre, certes, mais aussi si l’on considérait le pourcentage de la prébende, tasa, affecté au paiement de la pension et qui pouvait parfois dépasser le tiers, proportion tenue pour la règle générale. Un grief particulier était fait à l’encontre des pensions prélevées sur les bénéfices à charge d’âmes, beneficios curados, trop nombreuses et trop lourdes, au point de rendre pauvres les curés. Le mémoire relevait que la cura animarum était la charge principale et indispensable des curés, et donc de l’Église tout entière, à l’égard de la communauté des fidèles, et qu’ils devaient donc bénéficier des meilleurs conditions matérielles pour la remplir :

  • 18 Ibid., p. 19-20.

La Pensión quebranta la igualdad de la Justicia, porque se opone à la justa commensuración que tiene el premio al trabajo: que es odiosa, y debe limitarse; que es plaga fea, y carcoma del Beneficio; que es especie de servidumbre, à cuya libertad debe favorecer la Iglesia, porque es dura esclavitud la que padece un Cura de sus Pensiones, pagando cantidad fixa sobre frutos inciertos, en que unas veces por esterilidad, otras por falta de venta, no le queda congrua, ni aun la que debiera, à su Administrador el Pensionario, si fueran suyos por entero los frutos. De donde resulta continuo desconsuelo en los Curas, con el peso que no pueden llevar, divertidos de su principal ministerio, y sin aliento, ni substancia para llevarle, siempre executados, y vejados con Censuras, e imposibilitados de salir de ellas, de atender à su oficio, y al ornato, y decencia del Culto Divino, à que debían servir las Pensiones, con que se resfría la caridad, y la devoción, y es grande la indecencia con que se sirven las Iglesias, que padecen esta contribución18.

12Le mémoire porte également un jugement très négatif sur la réserve de succession appliquée à la charge de coadjuteur et qui rendait de facto les prébendes héréditaires en empêchant la sélection des meilleurs candidats. De même condamne-t-il la pratique qui consiste à conférer les bénéfices à charge d’âmes et les pensions à Rome, à travers la Daterie, alors que cette fonction devrait revenir aux évêques – tout se passe à Rome, et peu de candidats potentiels ont les moyens de se rendre dans la Ville Eternelle pour « pretender, ò buscar favores con que sean proveídos ». Dans leur mémoire, Chumacero et Pimentel soulignent les défauts d’un système de plus en plus centré sur les tribunaux de la Curie romaine et qui se révèle incapable de garantir la sélection des meilleurs candidats, pourtant l’un des piliers de la réforme catholique. Ces pratiques étaient, en fait, contraires à la législation tridentine, laquelle, à en croire le mémoire, avait retiré à la Curie romaine l’attribution des bénéfices à charge d’âmes.

13Ce n’était pas la première fois, du reste, que la monarchie espagnole se plaignait de ces dérives. En 1607, par exemple, le cardinal-protecteur des églises espagnoles à Rome, Antonio Zapata, avait composé un mémoire particulièrement offensif dans lequel il attaquait la pratique des prête-noms pour les prébendes qui devaient être réservées aux Espagnols et s’indignait d’autres excesos dont la curie romaine se rendait coupable – mémoire dont on trouve des échos significatifs dans les écrits de Paolo Sarpi et même dans sa biographie écrite par Aurelio Bianchi Giovini :

  • 19 Voir Aurelio Bianchi Giovini, Biografia di fra’ Paolo Sarpi, teologo e consultore di Stato della Re (...)

Per le leggi di Spagna nissun forastiero poteva ottenere beneficio o pensione ecclesiastica nello Stato: ma la Corte di Roma, feconda di artifizi, a deludere la legge soleva conferir le pensioni sopra una prebenda della Spagna a qualche Spagnuolo che risedesse in Roma coll’obbligo di passarla in mano ad altro favorito, solitamente italiano. Il Consiglio di Madrid fece intendere al Papa che non voleva più pensioni in capo di Spagnuoli ed a profitto d’Italiani; e aggiunse che fosse abolito l’uso delle spoglie, alle quali sarebbesi sostituito un annuo compenso; che il re dovesse nominar egli a tutti gli episcopati de’ suoi regni, anco in Italia; e infine che tutte le cause ecclesiastiche, eziandio in seconda istanza, fossero giudicate non più a Roma, ma in Spagna19.

14Dans son mémoire, le cardinal Zapata accusait la curie d’une série de copieux abus qui rappelle de très près les questions soulevées trois décennies plus tard par Chumacero et Pimentel. Le cardinal Zapata se concentrait surtout, et avec une grande ardeur, sur les charges de coadjuteur avec succession future et les démissions en faveur d’un tiers. Dans le premier cas, les prébendes pouvaient devenir héréditaires et remplir les églises d’Espagne de clercs riches, mais ignorants, tandis que dans le second cas, on faisait passer de grosses sommes d’argent de la péninsule ibérique vers Rome, puisqu’en cas de démission, le démissionnaire devait verser à la Daterie une quantité de ducats proportionnelle à la pension qu’il se réservait et la moitié de la prébende annuelle, sans compter le montant des deux dispenses, celle de la démission et celle de la pension :

  • 20 Cité dans Maximiliano Barrio Gozalo, « La embajada de España ante la Corte de Roma en el siglo XVI  (...)

Resignaciones se admiten con condiciones nunca oídas, y cuanto mayores tanto más valen a la Dataría. Y sirvan de declaración las que de meses a esta parte se han hecho. La una, de una dignidad y canonjía de Sevilla, que tenía el que ahora es conde de Olivares; y la otra, de otra dignidad y canonjía que en la misma iglesia tenía don Juan de Bracamonte, hijo de Mosén Rubí, que de solo éstas dos se ha llevado la Dataría y Chancillería casi 26.000 ducados de España. Y si don Juan de Bracamonte pretende gozar de las pensiones que ha sacado y casarse le costará más de 13.000 ducados, además de los dichos. Mil cosas de este género pudiera referir, pero concluyo con decir que la Dataría es una tienda de rigurosos precios y hoy lo es más que nunca, y todo viene a ser contra España que es la tributaría20.

15Trente ans plus tard, Chumacero et Pimentel font écho aux accusations de Zapata et mettent en évidence la grave iniquité d’un système qui a été mis en place par les bureaux de la Curie romaine en totale contravention au droit canon, aux conciles et aux décision pontificales :

  • 21 Memorial dado por Juan Chumacero y Carrillo, op. cit., p. 24-25.

Ninguna cosa se opone tanto à las buenas costumbres, autoridad, y quietud de las Iglesias, y reverencia del Culto Divino como estas Coadjutorías, y assí las reprueban los Sacros Canones, los Concilios, y Motus Propios: y los Autores las tienen por odiosas, exhorbitantes, y detestables. Cáusase en ellas grave perjuicio à los Prelados, quitándoseles por este medio la facultad en la provisión de las Prebendas, la estimación, y dependencia en los súbditos, y à estos el premio que avía de alentarlos à merecer con las letras, y virtudes: à cuya causa no se concede futura succession en Germania, sino es vacando las Prebendas en meses Apostólicos. Hácense las Prebendas hereditarias, perpetuándose por este medio en una sola familia, con gran desconsuelo de los beneméritos, sin aver más título para succeder en ellas, que el de la sangre. Prívanse por este medio las Iglesias de las personas de mayor estimación, calidad, y partes, introduciendo en su lugar casi siempre personas de poca edad, sin letras, sin virtud, sin experiencia, de estragadas costumbres, ù de muy baxa suerte; porque como estas resignaciones se hacen a fuerza de negociación, siempre las assegura el mayor interés: y muchos por aumentar à sus hijos, gastan en esto sus haciendas, con que lo que se avía de dar à la virtud, se dà al dinero, en gran desestimación del Estado Eclesiástico21.

  • 22 Voir Nicole Reinhardt, Voices of Conscience, op. cit., p. 174.

16La lourde fiscalité et la centralisation exagérée de la Curie romaine apparaissent comme les principaux objets du mécontentement espagnol à l’égard des papes dès le début du XVIIe siècle. Un autre aspect intéressant du mémoire du cardinal Zapata est sans doute la comparaison qui y est faite avec la monarchie de France, qui, à son avis, a été jusqu’alors capable de défendre un régalisme beaucoup plus prononcé par rapport à celui de la monarchie espagnole et qui a été paradoxalement beaucoup plus favorisée par Rome en fait de concessions, garanties précisément par les concordats récents que la France a conclus et que l’Espagne n’a pas réussi à obtenir22.

  • 23 Memorial dado por Juan Chumacero y Carrillo, op. cit., p. 31-32 : « No ay Dispensación Matrimonial, (...)

17Chumacero et Pimentel mettent aussi en accusation le coût exorbitant des dispenses, en particulier des dispenses matrimoniales avec la clause consanguinitatis seu affinitatis, dont les demandes devaient passer nécessairement par la Daterie23, et la pratique des spoliations qui interviennent à la mort des prélats : beaucoup d’évêques meurent pauvres, et le fait que tous leurs biens reviennent à la Chambre apostolique – après paiement des dettes et des dépenses – est considéré comme dommageable aux diocèses ; le mémoire propose de destiner le restant de la succession au nouvel évêque.

18Une partie très importante du mémoire est consacrée aux abus endurés par l’Espagne en raison de l’action du tribunal de la nonciature. En premier lieu, est souligné le fait que ce tribunal est contrôlé par des étrangers, « por personas de diferente lengua, ce qui ne rend pas possible une bonne communication et une compréhension mutuelle entre juges et plaignants. La tradition hispanique, rappelle le mémoire, a toujours prévu que

  • 24 Ibid., p. 44.

las Prelacías, y Goviernos Eclesiásticos se distribuyen en los Naturales, porque entre ellos se conserva mejor la paz, y el amor, y con la igualdad, y mayor conocimiento de las costumbres, proveen de más suave, y acertado remedio, y con la dependencia, y obligaciones que tienen dentro del Reyno, procuran dar tal satisfación en la entereza, pureza, y exemplo, que merezcan el aplauso de sus súbditos, y se hagan passo à mayores aumentos24.

  • 25 Ibid., p. 45.

19Les juges du tribunal de la nonciature ne restaient en Espagne que trois ans, soit trop peu de temps pour connaitre et comprendre l’environnement dans lequel ils devaient travailler. Ils avaient ainsi tendance à mal traiter les plaignants espagnols, précisément parce qu’ils ne comprenaient pas bien la nature des problèmes posés ; en outre, « no tienen aquí Superior à quien teman, no esperan residencia, ni viven sujetos à privación, reprehensión, ni castigo »25. Le tribunal encaissait des sommes d’argent pour les jugements prononcés, mais le paiement en devait être fait en métaux précieux, et non en monnaie ordinaire. Les salaires des juges, des Alguaciles, les huissiers de justice, et des receptores étaient excessifs ; de surcroît, les nonces choisissaient les juges sur la base non de leurs capacités, mais de leurs intérêts personnels. Le tribunal de la nonciature avait aussi compromis le fonctionnement des ordres religieux :

  • 26 Ibid., p. 48.

No ay exempción de regla, que no se allane. La licencia de salir, de mudar Provincia, ò Convento, de elegir Celda contra el buen govierno político de la Religión, dispensación de Leyes, y Preceptos en el fuero de la conciencia, los privilegios de Maestro, en quien no lo ha sido, ni merecido: con que se pierde de todo punto la observancia regular, la obediencia à los Superiores, se dá mal exemplo à los demás, y à los que empiezan se les enseña el atajo de subir sin merecer26.

20Il n’était donc pas acceptable que l’État espagnol fût placé sous la juridiction de ce tribunal unique. Le mémoire propose que le nonce apostolique soit privé de son autorité juridictionnelle et qu’on lui reconnaisse exclusivement sa fonction de représentant diplomatique du Saint-Siège. Les pouvoirs de grâce devaient être transférés aux ecclésiastiques « naturales de estos reinos », bien qu’ils dussent être choisis par Rome :

  • 27 Ibid., p. 49.

Para reformación de lo referido, lo que se ofrece al Reyno es, que la Nunciatura no debe concurrir en el exercicio de la Jurisdición Eclesiástica que oy tiene, sino que nombre su Santidad el Nuncio que fuere servido, para solo la Embaxada, como lo hace en otros Reynos, y que delegue la facultad en materia de gracia en la persona Eclesiástica, natural de estos Reynos, que le pareciere más à propósito, en que demás de cumplirse con la obligación de elegir, cessa la mayor parte de los inconvenientes expressados27.

21Un autre problème était le nombre excessif de procédures judiciaires auxquelles les Espagnols devaient faire face pour obtenir un jugement. La solution proposée était la création de plusieurs Rotes à Madrid qui fussent composées de juges aux salaires fixes et qui pourraient trancher sur place les litiges qui leur seraient soumis sans possibilité d’appel en cour de Rome :

  • 28 Ibid., p. 49.

Que para excusar la multiplicación de instancias, y de Jueces, y la incertidumbre de su idoneidad, y suficiencia, se crien las Rotas, que pareciere convenir, donde por personas doctas, y mayores de toda excepción, se substancien, y determinen las Causas dentro de estos Reynos, como disponen los Concilios, sin admitir recurso à Roma, si no fuere en las que están reservadas por Derecho: y à estos Ministros se les señalen salarios competentes, y fixos, prohibiendo propinas, y demás derechos28.

22Urbain VIII a confié le soin de répondre au mémoire Chumacero-Pimentel à trois membres de la curie romaine, Mgr Marco Aurelio Maraldi, secrétaire des Brefs, Mgr Egidio et Mgr Cantelori, qui rédigent un document reflétant fidèlement la structure du mémoire qui leur a été soumis. Ils réfutent point par point les revendications espagnoles en prouvant leur caractère infondé. Les trois prélats représentent à Philippe IV qu’il n’est pas vrai que l’Espagne soit victime d’abus de la part de la cour de Rome, que le Saint-Siège a toujours été généreux avec la monarchie espagnole, qu’il a su se montrer reconnaissant de la piété filiale des rois d’Espagne envers Rome et que cette reconnaissance allait se poursuivre ; enfin, ils rappellent que si l’Espagne a été reconquise sur les musulmans, le succès de cette reconquête a été en grande partie permis par des subsides romains.

23Chumacero et Pimentel auraient voulu répondre aux objections de Rome, mais le pape Urbain VIII s’est montré ferme dans sa décision. Pimentel rentre alors en Espagne en 1637, tandis que Chumacero reste seul à Rome jusqu’en 1641. Au cours de ces années, les relations hispano-pontificales demeurent tendues : l’Espagne ne veut céder en rien, et en 1638, pour manifester sa volonté de confrontation, Philippe IV nomme le cardinal Borja, qui avait affronté le pape lors d’une protestation en consistoire le 8 mars 1632, à la tête du Conseil d’Italie. En 1639, la monarchie espagnole met sous pression le nouveau nonce Cesare Facchinetti, jeune et inexpérimenté, afin d’obtenir que tous les titulaires d’une charge ecclésiastique d’importance fussent espagnols.

24Le 16 décembre 1639, Philippe IV ordonne la fermeture du tribunal de la nonciature, mais l’Espagne va finalement succomber dans son combat à cause d’un événement exogène : pour réprimer la révolte des Catalans en 1640, la monarchie a indispensablement besoin du soutien du Saint-Siège. Les tensions s’apaisent alors nécessairement, et le 12 août 1641, on en arrive à la signature de la « Concordia Facchinetti », un accord qui a toute la saveur d’un nouveau concordat, même s’il ne s’agit pas d’un véritable concordat. Le tribunal de la nonciature rouvre ses portes ; l’Espagne cesse de réclamer que les employés du tribunal soient tous des Espagnols, tandis que Rome consent à une réduction des taxes, accepte en paiement tout type de monnaie et renonce au monopole de l’octroi des bénéfices vacants en Espagne. Enfin, le nonce ne peut plus commuer les dernières volontés, ni dispenser pour incompatibilité des bénéfices, ni accorder d’amnistie pour les crimes, ni admettre les échanges de bénéfices, ni concéder des licences de prédication et de confession, ni des licences pour échanges de biens ecclésiastiques. En ce qui concerne les ordres religieux, le nonce ne peut plus interférer dans leur gouvernement interne.

25Le mémoire Chumacero-Pimentel a toujours été lu dans la perspective du juridictionalisme du xviiie siècle. Le fait n’a rien d’étonnant, puisqu’à l’époque des Lumières, le document a été imprimé plusieurs fois afin de montrer l’antiquité des modernes revendications hispaniques à l’encontre de la juridiction ecclésiastique et d’illustrer une « tradition » régaliste espagnole que l’on voulait faire remonter jusqu’à un siècle auparavant. Au xviiie siècle, cette tradition allait être bien évidemment valorisée par les intellectuels les plus engagés des territoires qui avaient été soumis à la monarchie des Habsbourgs, comme le Royaume de Naples. Pietro Giannone donne, dans son Istoria civile del Regno di Napoli, un résumé très significatif des événements de la mission diplomatique de 1633 et qui souligne la valeur profondément politique de l’attitude d’Urbain VIII à l’égard des émissaires espagnols : un attentisme rusé qui se servait de prétextes d’étiquette dans le seul but d’épuiser les énergies des ambassadeurs et du roi lui-même. Dans le passage suivant, Giannone exprime de façon très éloquente à la fois ses sentiments anticurialistes et sa critique de la docilité de la monarchie des Habsbourgs à l’égard des prétentions papales, une docilité à laquelle le gouvernement autrichien de Naples de la première moitié du xviiie siècle allait mettre fin pour promouvoir une réforme de l’Etat selon un modèle véritablement juridictionaliste :

  • 29 Pietro Giannone, Istoria civile del Regno di Napoli. Con annotazioni, vol. 2, Milan, 1833, p. 446. (...)

Da questi disgusti, che passavano colla Corte di Roma, nacque a questi tempi qualche rialzamento della regal Giurisdizione, presso noi quasi che depressa; poiché la Corte di Madrid, per vendicare i disgusti co’ disgusti, spedì a Roma il vescovo di Cordova, e Giovanni Chiumazzero in qualità di Commessarj, per richieder riforma di molti abusi, che la Dataria di Roma avea introdotti in Ispagna, onde si portavano grandi aggravj a quel Regno, dei quali avevan fatto lungo catalogo, e con una dotta scrittura, rispondendo ancora ad un’altra, fatta per ordine del Papa da Monsignor Maraldi Segretario dei Brevi, li giustificavano per abusivi e intollerabili; e si stimava, che tenessero segrete istruzioni di chiedere un Concilio, ed angustiare il Pontefice con minacce e con moleste dimande. Di che accortosi Urbano, pensò con frapporre lunghezza di render vani i disegni; poiché negando in prima d’ammetterli col titolo di Commessarj, dicendo, che ciò pareva che significasse certa giurisdizione ed autorità, stancò tra queste, ed altre difficoltà e lunghezze in modo il negozio ed intiepidì anche il Vescovo con isperanza di maggior dignità, che il Re accortosene lo richiamò, e conferito al Chiumazzero il titolo d’Ambasciadore, mentre col tempo si mitigava il bollore degli animi, e per l’avversità de’ successi si piegava dagli Spagnuoli sempre più alla sofferenza, svanì da sé stesso il negozio29.

26Il y a quelques années, l’historien espagnol José Felipe Sigüenza Tarí a écrit que le régalisme a été une constante de la politique espagnole pendant plusieurs siècles et qu’il n’a pas été une particularité du xviiie siècle. Le xviie siècle, continue Sigüenza Tarí, a été une étape importante dans le développement du régalisme : « Es en 1633 cuando un integrante del movimiento lleba a cabo una sistematización del mismo. Lo que – hasta ahora – habían sido reivindicaciones inconexas al hilo del fortalecimiento de los estados modernos, se convierte en un corpus vindicativo que recoge toda la tradición regalista desde los Reyes Católicos. El Memorial de Chumacero se convierte así en referente inexcusable del regalismo posterior. » Mais je considère qu’entre le régalisme du xviie siècle et le régalisme du xviiie siècle, il n’y a pas uniquement une différence d’échelle, voire d’intensité – à en croire le même historien, les revendications du xviiie siècle auraient été exprimées sur un ton plus âpre, « abandonando el lenguaje respetuoso del memorial de Chumacero ». Or le langage représente le véritable nœud du problème. Le langage du mémoire Chumacero-Pimentel ne relève pas d’un régalisme au stade inchoatif, c’est-à-dire d’un régalisme à peine esquissé qui se serait ensuite structuré progressivement jusqu’à la formulation d’une pensée définitive et accomplie dont les pages de Macanaz et du comte de Floridablanca constituent l’exemple paradigmatique. Lorsque Philippe IV s’adresse au pape par ce mémoire, qui peut être considéré comme une sorte d’instruction à ses deux ambassadeurs, il ne le fait pas à travers le langage d’un souverain régaliste ; les arguments utilisés sont en parfaite cohérence avec un discours général d’obéissance à la cour pontificale. Et il ne s’agit pas d’un simple et usuel artifice rhétorique, car il ne faut pas sous-estimer la valeur idéologique d’un discours diplomatique qui reflète une complexe construction à la fois symbolique et factuelle.

  • 30 Voir Paolo Broggio, La teologia e la politica. Controversie dottrinali, Curia romana e Monarchia sp (...)

27Au début du xviie siècle, la monarchie des Habsbourgs avait choisi d’être catholique. Sa catholicité était au fondement de tout l’édifice politique que les souverains espagnols avaient construit pendant des décennies. Mais, ainsi que je l’ai montré ailleurs30, c’est précisément sur le terrain de la « romanité » que l’Espagne des Habsbourgs a fondé ses revendications et son fier esprit d’autonomie. Quand Philippe IV, et avant lui Philippe II et Philippe III, bien que de façons différentes, affrontaient Rome, ils le faisaient en jouant le rôle de souverains qui devaient garantir l’unité de la doctrine, des dévotions et des cultes et promouvoir la réforme morale des clercs et des laïques pour maintenir la paix publique. Ils considéraient que Rome n’était pas capable de parvenir à réaliser de telles fins, puisqu’elle s’était écartée du strict respect du droit qu’elle s’était donné pendant des siècles, c’est-à-dire le droit canonique. Dans l’introduction au mémoire, Philippe IV a fait écrire :

Juzgando por la parte mas principal, y mas precisa para el acierto general en todas las cosas de Paz, y Guerra, la reformación de costumbres, y castigo de vicios: se puso en ello particular atención, executando algunas ordenes, y previniendo otras para su preservación.
Lo que en segundo lugar se me significó por diferentes Memoriales antiguos, y modernos, y que (aviendolos visto) me dexó en gran cuidado, fue la relaxacion, y desconsuelo en que se hallaba el Estado Eclesiastico, y materias à él concernientes, y la necessidad que avia de reducirle a sus primeras reglas, y observancia de las Constituciones Pontificias, y Decretos Conciliares.

28Cette rapide référence à la question de la paix publique est particulièrement intéressante. Il s’agit là d’une question centrale – Paolo Sarpi s’y rapporte notamment pour mesurer le taux de régalisme d’un ouvrage juridique. Quels sont en effet, selon le servite vénitien, les livres « che a Roma non piacciono » ? Rome ne peut pas accepter des livres qui, bien que « buoni e santi », « defendono la potestà temporale ». « È cosa chiara », écrit Sarpi, « che il principe, massime che regge con le arti della pace, ha per instrumento principale che il popolo abbia per ferma questa verità, cioè che il principe è costituito da Dio e regge con autorità divina ». Un souverain qui vise à assurer la paix dans son royaume est un souverain qui n’accepte pas les ingérences de la juridiction ecclésiastique et qui défend fièrement sa propre potestas.

29Les fondements de ce discours diplomatique sont exactement les mêmes que ceux qui venaient appuyer les demandes de définition doctrinale d’abord au temps de la controverse sur la grâce et ensuite dans la querelle sur le dogme de l’Immaculé Conception. En théologie comme en droit, la monarchie espagnole demandait à Rome de respecter les textes normatifs fondateurs de l’Église catholique selon une lecture, bien sûr, favorable aux intérêts de la monarchie et de sa juridiction. Les agravios dont la monarchie hispanique se plaint sont des abus perpétrés par une curie romaine corrompue qui sont autant de dérives par rapport à une orthodoxie juridique que sanctionnent les conciles et les constitutions apostoliques et que Rome ne respecte plus. C’est pour cette raison que les références à la saine doctrine canonique et aux anciennes coutumes en matière de juridiction sont très nombreuses dans le mémoire, témoignant d’un passé dont le legs est de plus en plus mis en cause par les empiètements des tribunaux de la curie romaine :

  • 31 Memorial dado por Juan Chumacero y Carrillo, op. cit., p. 5-6.

Y porque la parte que mira à la Política Sagrada, y à la observancia de los Concilios, y Constituciones Apostólicas, es la de más excelencia, y la piedra fundamental, en que estriva el edificio de la Iglesia, y el Govierno Cathólico en lo temporal, deseando se exercite, y conserve todo en la puntualidad, y perfección que conviene, y que florezca la Religión en estos Reynos con la pureza, y culto con que empezó, y se ha continuado por tantos siglos, para mayor exaltación de la Santa Sede: ha parecido representar a V. Mag. algunos puntos dignos de reformación, que turban la armonía Eclesiástica, y van introduciendo abusos muy perniciosos à las costumbres, al estado Religioso, y Eclesiástico, y à la conservación, y bien de estos Reynos31.

  • 32 Voir Rodolfo Savelli, Censori e giuristi. Storie di libri, di idee e di costumi (secoli xvi-xvii), (...)
  • 33 Voir Marco Cavarzere, La prassi della censura nell’Italia del Seicento. Tra repressione e mediazion (...)

30Les années 1630 et 1640 sont l’apogée d’une série d’affrontements qui a commencé à la fin du xvie siècle. C’est en effet sous le pontificat de Clément VIII que la censure romaine a commencé à s’inquiéter des ouvrages juridiques rédigés par des auteurs italiens et espagnols. En mars 1647, dans un contexte d’intense affrontement juridictionnel qu’a indiqué la mission diplomatique Chumacero-Pimentel, on imprime à Rome la condamnation d’une série de livres publiés auparavant par des auteurs espagnols. Dans la liste de ces ouvrages, on retrouve des noms importants : Juan Bautista Larrea, López de Baylo, Juan de Solórzano y Pereira, González de Salcedo, Salgado de Somoza, et d’autres encore. Madrid répond à cette proscription par un document très dur et dans lequel on affirme que les décrets du Saint-Office romain n’ont aucune validité en Espagne, puisqu’en matière de censure, les territoires de la monarchie dépendent uniquement de l’Inquisition espagnole32. La fermeté de la réaction explique qu’il a ensuite fallu attendre presque trente ans pour retrouver des œuvres de juristes ibériques dans un Index romain – en 1680, sont prescrits le De lege politica de González de Salcedo et des ouvrages de Pietro Frasso et de Juan Luis López Martínez. Mais les livres des juristes italiens de l’Italie du Sud, eux, ne pouvaient pas échapper aux prohibitions romaines : toute la tradition régaliste ibérique fut ainsi progressivement, mais complètement, bannie33.

  • 34 Voir Francesca Cantù, « Monarchia cattolica e governo vicereale tra diritto politica e teologia mor (...)

31Il faut considérer les affrontements juridictionnels du xviie siècle sans les dissocier des autres terrains de conflit avec Rome. Tout se jouait selon différentes modulations d’un discours général de revendication d’autonomie, à la fois juridique, juridictionnelle et doctrinale par rapport à la papauté, mais en s’appuyant toujours sur l’invocation de l’obéissance, historiquement prouvée, de la monarchie espagnole par rapport au Saint-Siège. Un exemple paradigmatique est celui de Solórzano Pereira et de son De Indiarum iure, qui fonde le droit de l’Espagne à la domination sur le Nouveau Monde sur les bulles pontificales souscrites par Alexandre VI à la fin du xve siècle en contredisant par là toute une importante littérature juridique espagnole du xvie siècle qui – selon un dessein ouvertement régaliste – avait intentionnellement sous-estimé l’importance de ces bulles. Solórzano Pereira donne à son ouvrage un double caractère théocratique et régaliste : plus on reconnait la plénitude de la puissance pontificale, plus on donne de pouvoir aux souverains espagnols sur le Nouveau Monde par un processus d’induction. La tentative de Solórzano était téméraire, et elle a suscité de vives réactions en Espagne comme à Rome34 – les papes ne se laissaient pas flatter facilement : ils avaient éprouvé personnellement le procédé plusieurs fois au fil des années et des ambassades, ordinaires et extraordinaires, et ils savaient comment réagir.

Notes

1 Voir Teófanes Egido, « El regalismo y las relaciones Iglesia-Estado en el siglo xviii », Historia de la Iglesia en España, dir. Antonio Mestre et Ricardo García Villoslada, t. iv, Madrid, 1979, p. 162-177, et Antonio Mestre et Pablo Pérez García, « La cultura en el siglo xviii I español », La cultura española en la Edad Moderna, dir. Luis Gil Fernández, Madrid, 2004, p. 387-540.

2 Outre le mémoire Chumacero-Pimentel, les sources principales des régalistes de la seconde moitié du xviiie siècle furent le Dictamen de Francisco Solis (1709), le Parecer de Melchor Cano et le Papel político du cardinal Antonio Zapata. Le mémoire Chumacero-Pimentel s’est diffusé jusque dans les milieux napolitains au xviiie siècle, comme en témoigne l’éloge que Bernardo Tanucci en fait : voir Niccolò Guasti, Lotta politica e riforme all’inizio del regno di Carlo III. Campomanes e l’espulsione dei gesuiti dalla Monarchia spagnola (1759-1768), Florence, 2006, p. 70.

3 Voir Quintín Aldea, Iglesia y Estado en el siglo xvii (Ideario político-eclesiástico), Santander, 1961, et Antonio Domínguez Ortiz, « Regalismo y relaciones Iglesia-Estado en el siglo xvii », Historia de la Iglesia en España, op. cit., p. 73-121.

4 Voir Maria Antonietta Visceglia, Roma papale e Spagna. Diplomatici, nobili e religiosi tra due corti, Rome, 2010, Juan Luis Castellano, « La monarchia spagnola come paradigma di una monarchia confessionale », Dimensioni e problemi della ricerca storica, 1, 2008, p. 167-184. Voir aussi Paolo Broggio, « Problematiche interazioni. “Diplomazia teologica” spagnola e Curia romana nella genesi della bolla “Sollicitudo” di Alessandro VII (1661) », Chronica Nova, 42, 2016, p. 167-194.

5 Voir Maria Antonietta Visceglia, « Premessa », Diplomazia e politica della Spagna a Roma. Figure di ambasciatori, Roma moderna e contemporanea, 15, 2007, p. 3-28, Flavio Rurale, « Introduzione », I religiosi a Corte. Teologia, politica e diplomazia in Antico Regime, dir. Flavio Rurale, Rome, 1998, p. 9-50. Consulter aussi Paroles de négociateurs. L’entretien dans la pratique diplomatique de la fin du Moyen Âge à la fin du xixe siècle, éd. Stefano Andretta, Stéphane Péquignot, Marie-Karine Schaub, Jean-Claude Waquet et Christian Windler, Rome, 2010, et De l’ambassadeur. Les écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier du Moyen Âge au début du xixe siècle, éd. Stefano Andretta, Stéphane Péquignot et Jean-Claude Waquet, Rome, 2015.

6 Voir Quintín Aldea Vaquero, « España, el Papado y el Imperio durante la guerra de los treinta años. Instrucciones a los Nuncios Apostólicos en España », 1re partie (1631-1643), Miscelánea Comillas, xvi /29, 1958, p. 291-437, et 2e partie (1624-1632), ibid., xvi/30, 1958, p. 249-330.

7 Maria Antonietta Visceglia a montré à quel point les liens entre Rome et Madrid sont restés, malgré tout, profonds pendant toute la durée du pontificat Barberini (Roma papale e Spagna, op. cit., p. 39 : « E tuttavia, nonostante l’importanza dei rapporti tra la Roma di Aldobrandini, di Paolo V e poi soprattutto di Urbano VIII con la Francia di Enrico IV, di Maria de’ Medici e di Richelieu, nonostante i legami di settori della curia con il partito dei devoti, la fazione di Spagna a Roma era probabilmente più forte negli anni Trenta del Seicento che all’inizio del secolo. »).

8 Le Parecer a été édité dans Quintín Aldea Vaquero, Iglesia y Estado, op. cit., p. 243-399.

9 Voir Nicole Reinhardt, Voices of Conscience. Royal Confessors and Political Counsel in Seventeenth-Century Spain and France, Oxford, 2016, p. 168 et suivantes.

10 Voir José Felipe Sigüenza Tarí, « La embajada de Chumacero, un antecedente del regalismo borbónico », Monarquía, Imperio y pueblos en la España moderna. Actas de la IV Reunión Científica de la Asociación Española de Historia Moderna, Alicante, 27-30 de mayo de 1996, éd. Pablo Fernández Albaladejo, Alicante, 1997, p. 27.

11 Voir Paolo Broggio, « Più papisti del papa. Le definizioni dogmatiche e lo spettro dello scisma nei rapporti ispano-pontifici (1594-1625) », De l’Église aux Églises : réflexions sur le schisme aux Temps modernes. Tours et détours des objets de dévotion catholiques (xvie-xxie siècles), éd. Aurélien Girard et Benoît Schmitz, Mélanges de l’Ecole française de Rome. Italie et Méditerranée, cxxvi/2, 2014, p. 289-306.

12 Voir Maria Antonietta Visceglia, « Congiurarono nella degradazione del papa per via di un Concilio : la protesta del cardinale Gaspare Borgia contro la politica papale nella Guerra dei Trent’anni », Congiure e complotti, dir. Maria Antonietta Visceglia et Marina Caffiero, Roma moderna e contemporanea, xi/1, 2003, p. 167-193.

13 Voir C. Palomo, art. « Pimentel, Domingo O.P. », Diccionario de Historia Eclesiástica de España, dir. Quintín Aldea Vaquero, Tomás Marín Martínez et José Vives Gatell, vol. 3, Madrid, 1973, p. 1982.

14 Sur la mission diplomatique, voir Quintín Aldea Vaquero, « España, el Papado y el Imperio », art. cité, et John H. Elliott, El Conde Duque de Olivares, Barcelone, 1990, p. 427. Consulter aussi Memoriales y cartas del Conde Duque de Olivares, ed. José Francisco de la Peña et John H. Elliott, vol. 2, Madrid, 1981, p. 76.

15 Memorial dado por Juan Chumacero y Carrillo, y D. Fr. Domingo Pimentel, Obispo de Cordova, a la Santidad del Papa Urbano VIII. Año de MDCXXXIII de orden, y en nombre de la Magestad del Rey D. Phelipe IV, sobre los excessos que se cometen en Roma contra los Naturales de estos Reynos de España, y la respuesta que entregó Monseñor Maraldi, Secretario de Breves, de orden de su Santidad, traducida de Italiano en Castellano, y satisfacion à la respuesta, p. 7.

16 Ibid.

17 Ibid., p. 11-12.

18 Ibid., p. 19-20.

19 Voir Aurelio Bianchi Giovini, Biografia di fra’ Paolo Sarpi, teologo e consultore di Stato della Repubblica veneta, vol. 1, Zurich, 1836, p. 322. Sur Paolo Sarpi et sa pensé juridictionaliste, la bibliographie est immense. Consulter d’abord l’ouvrage classique de Federico Chabod, La politica di Paolo Sarpi, Rome, 1951, puis Gaetano Cozzi, Paolo Sarpi tra Venezia e l’Europa, Turin, 1978, et Vittorio Frajese, Sarpi scettico. Stato e Chiesa a Venezia tra Cinque e Seicento, Bologne, 1994.

20 Cité dans Maximiliano Barrio Gozalo, « La embajada de España ante la Corte de Roma en el siglo XVI : Ceremonial y práctica del buen gobierno », Studia histórica. Historia Moderna, 31, 2009, p. 265. Le Memorial del cardenal Zapata al rey sobre los abusos de la Dataría. Roma 14 de septiembre de 1607 (Biblioteca Nacional de Madrid, ms. 13013, f°202-216) a été publié par Quintín Aldea Vaquero, Iglesia y Estado, op. cit., p. 219-233.

21 Memorial dado por Juan Chumacero y Carrillo, op. cit., p. 24-25.

22 Voir Nicole Reinhardt, Voices of Conscience, op. cit., p. 174.

23 Memorial dado por Juan Chumacero y Carrillo, op. cit., p. 31-32 : « No ay Dispensación Matrimonial, por rigurosa, y defectuosa de causa que sea, que no tenga expediente en la Dataría : las de segundo grado han llegado en personas poderosas à ocho, doce, y catorce mil ducados de plata doble, puestos en Roma : las ordinarias de mil y quinientos ducados hasta seis mil, supliendo en mucha parte la cantidad por causa, y quedándose el pobre muchas veces, aunque la tenga, sin la dispensación. Y con el cuidado, que de ordinario tienen los Ministros de que los derechos crezcan, siendo estilo poner los Curiales las clausulas consaguinitatis, seu affinitatis, por escusar el yerro del Despacho, se ha introducido por esta alternativa (conteniendo solamente un caso) mayor precio, que no si especifica el uno, y es fuerza pagarle por no incidir en mayor gasto, si se huviesse de hacer nuevo Despacho, por no haver expressado el verdadero impedimento. »

24 Ibid., p. 44.

25 Ibid., p. 45.

26 Ibid., p. 48.

27 Ibid., p. 49.

28 Ibid., p. 49.

29 Pietro Giannone, Istoria civile del Regno di Napoli. Con annotazioni, vol. 2, Milan, 1833, p. 446. Sur Giannone et son Istoria civile, voir l’étude désormais classique de Giuseppe Ricuperati, L’esperienza civile e religiosa di Pietro Giannone, Milan-Naples, 1970.

30 Voir Paolo Broggio, La teologia e la politica. Controversie dottrinali, Curia romana e Monarchia spagnola tra Cinque e Seicento, Florence, 2009, id., « Più papisti del papa », art. cité, et id., « Problematiche interazioni », art. cité.

31 Memorial dado por Juan Chumacero y Carrillo, op. cit., p. 5-6.

32 Voir Rodolfo Savelli, Censori e giuristi. Storie di libri, di idee e di costumi (secoli xvi-xvii), Milan, 2011, p. 184 et suivantes.

33 Voir Marco Cavarzere, La prassi della censura nell’Italia del Seicento. Tra repressione e mediazione, Rome, 2011, p. 76.

34 Voir Francesca Cantù, « Monarchia cattolica e governo vicereale tra diritto politica e teologia morale : da Juan de Solórzano Pereira (e le sue fonti italiane) a Diego de Avendaño », Las cortes virreinales de la Monarquía española : América e Italia, ed. Francesca Cantù, Rome, 2008, p. 557-597. Sur Solórzano, voir Enrique García Hernán, Consejero de ambos mundos. Vida y obra de Juan de Solórzano Pereira (1575-1655), Madrid, 2007.

© LARHRA, 2017

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search