Version classiqueVersion mobile

Renouveau conciliaire et crise doctrinale. Rome et les Églises nationales (1966-1968)

 | 
Christian Sorrel

Perspectives nationales

La réponse de la Conférence catholique canadienne

Gilles Routhier

Texte intégral

  • 1 On peut faire également l’hypothèse que la fuite dont on parle concerne sa publication dans des méd (...)
  • 2 La lettre du cardinal Ottaviani précisait : « Ce saint Dicastère demande avec insistance que ces mê (...)

1 La lettre adressée aux présidents des conférences épiscopales du 24 juillet 1966 a été reçue à Ottawa le 10 août. Fit-elle l’objet de fuites dans la presse canadienne ? Cela demeure incertain, même si deux évêques, dans leur réponse au secrétariat de la Conférence catholique canadienne [CCC], déplorent une telle fuite, ce qui accréditerait l’hypothèse : « It is regrettable that this very “secret” document found its way into the newspaper almost as soon as the Bishops received it » ; « it is unfortunate that this document which was labelled top secret was leaked to the Press1. » En communiquant la lettre du cardinal Ottaviani, le secrétaire général de la CCC, Charles Mathieu, rappelait deux indications de la circulaire Cum Oecumenicum : chaque conférence épiscopale était invitée à aborder le sujet en assemblée plénière et à faire rapport à Rome avant Noël2. Ironie de l’histoire, ni l’une ni l’autre de ces prescriptions n’a été respectée, ce qui n’est pas sans attirer la curiosité du chercheur. En effet, ce n’est que le 22 septembre 1967 que la réponse de la CCC sera adressée au cardinal Ottaviani, sans que la question ne soit sérieusement discutée en assemblée plénière. Il est donc intéressant de reconstruire l’iter de la réponse à cette lettre du cardinal Ottaviani par la Conférence épiscopale du Canada.

La consultation des évêques

  • 3 « Communication interne » : « Lettre de S. Em. le cardinal Ottaviani (2) * Consultation parmi les m (...)

2Un mois après la transmission de la lettre du cardinal Ottaviani, le secrétariat de la CCC organisait une consultation des évêques canadiens afin de préparer une réponse appropriée. Les évêques étaient d’une part « priés de commenter la lettre de S. E. le cardinal Ottaviani et les dix points énumérés » et, d’autre part, « priés d’énumérer s’il y a lieu, à leur avis, d’autres “erreurs et dangers” répandus, ici ou là, à l’heure actuelle3 ». Ils étaient invités à faire parvenir leurs commentaires au secrétariat de la Conférence au plus tard le 5 octobre suivant. Dans l’esprit de son président, Mgr Louis Lévesque, il s’agissait là d’une première étape, « d’ici l’assemblée plénière ». Les résultats de cette consultation devaient être envoyés aux évêques en vue d’une discussion générale au mois d’octobre.

3Le déroulement du processus en trois étapes (consultation, discussion, rédaction de la réponse) était donc bien amorcé. En effet, comme prévu, dès le 12 octobre, un rapport de 31 pages compilant les résultats de la consultation des évêques leur est adressé. Bien que volumineux, ce rapport ne fait état que de 40 réponses sur les 97 évêques qui composent la Conférence, soit moins de la moitié. C’est par la suite que le processus déraille, puisque, lors de l’assemblée plénière du 14 octobre, officiellement en raison d’un manque de temps, suivant le procès-verbal, celle-ci ne tiendra pas de discussion sur le sujet.

  • 4 Nous ne disposons pas d’un dossier comportant les réponses elles-mêmes.
  • 5 Aux fins de l’analyse, j’ai numéroté les réponses.

4La pièce la plus intéressante est sans doute le dossier qui comporte les réponses anonymisées à l’enquête de la CCC4. Ce dossier se divise en trois parties : des considérations générales (11 pages), des réponses spécifiques sur les dix erreurs ou dangers identifiés dans la circulaire du cardinal Ottaviani (16 pages) et une troisième partie sur les « autres “confusions ou fausses opinions” répandues » (4 pages). On retrouve 28 réponses à la première partie, « considérations générales », dont 14 provenant d’évêques francophones et autant d’évêques anglophones, sans qu’il y ait une différence significative d’orientation entre les deux secteurs de la Conférence. Ces réponses, de quelques mots (16 et 215) ou de quelques lignes (5, 9, 12 et 25) dans certains cas, sont parfois plus élaborées allant même jusqu’à une page (1 et 7).

5On s’accorde généralement sur le fait qu’une certaine confusion règne dans les esprits depuis le Concile. On dira que les fidèles sont « troublés, bouleversés, inquiets, devant l’éventail des idées » (1), pris de « désarroi » (1), qu’il règne une « certaine confusion » dans les idées (9, 10, 11, 18). Certains considèrent que la lettre du cardinal Ottaviani arrive à point nommé, en particulier les évêques anglophones : la circulaire « is certainly a timely document » (2), a « letter quite pertinent and worthy of consideration » (12), « letter is timely and a propos ! » (16) ; « all points are certainly worthy matter for consideration » (21) ; « legitimate concern » (25).

6Cette reconnaissance d’une certaine confusion doctrinale demeure toutefois imprécise et souvent nuancée. Les adverbes utilisés construisent un tableau en dégradé : « Several of the points raised are applicable to Canada » (2), dit l’un, au moment où son confrère renchérit, « au Canada se découvrent les erreurs et dangers, du moins plusieurs » (22). D’autres en revanche, plus prudents ou plus nuancés, croient que « some of these problems exist here » (8), qu’on les retrouve « dans certaines parties du pays », rappelant que la situation décrite, bien qu’« assez réelle », « n’existe pas partout avec la même acuité » (28), si bien que « les erreurs mentionnées existent, mais ne sont pas généralisées » (3). Un autre pensera que « les tendances et les dangers soulignés n’ont pas activement cours dans le diocèse » (5), même si elles s’insinuent dans les médias. Tel autre déclare « I am not able to point to anything definite as being a widespread error in Canada », se limitant à dire de manière évasive : « I think there is some confusion among priests and people regarding a number of the points outlined in the letter, but I have not sufficient knowledge to state definitly that there is any real error on a wide scale » (5). On jugera aussi que « les exagérations et les erreurs qui circulent dans notre milieu ont une portée plutôt morale que dogmatique » (7).

7Ainsi, à défaut d’une véritable enquête qui aurait pu documenter précisément la situation, les réponses sont souvent nuancées et demeurent la plupart du temps impressionnistes. On ne peut pas identifier clairement une erreur, sur une question doctrinale précise, mise en avant par une personne ou un groupe. Hormis la réponse qui renvoie à des articles précis de Gregory Baum ou de Hans Küng (24), on évoque un climat général de confusion, mais on demeure assez vague. On réussit cependant à localiser les erreurs géographiquement, à les situer dans des milieux ou des groupes ou encore dans un domaine spécifique.

8Ainsi, plusieurs évêques vont dire que, chez eux, de telles erreurs n’existent pas. C’est le cas de ce vicaire apostolique habitant sans doute le Nord du Canada qui écrit : « Nous croyons que les erreurs mentionnées dans la lettre de Son Éminence le Cardinal Ottaviani n’existent pas chez notre clergé ni chez nos fidèles du vicariat de… » (3). Ou de cet autre évêque qui écrit : « Les tendances et les dangers soulignés n’ont pas activement cours dans le diocèse » (5). Ou encore : « There is no evidence of any of these showing their head in the Diocese of… » (14) ; « la lettre de la S.C. pour la doctrine de la foi ne m’apparaît pas très à propos en ce qui concerne notre milieu » (26). Et enfin : « Dans la région de… ., région strictement agricole, ces erreurs ne sont pas très répandues chez les laïcs » (28).

  • 6 « Réponse… », p. 1.

9Pourtant, après avoir dit cela, tous reconnaissent que ces erreurs existent. Elles existent dans les médias et les publications (3, 5, 8, 15, 18, 20, 22, 23, 24), chez « des prêtres conférenciers de passage [qui] se croient autorisés à faire des déclarations un peu audacieuses » (28) ou « dans certaines parties du pays », même si elles « ne sont pas généralisées » (3). Sur le plan géographique, elles existent donc principalement dans les milieux urbains. Sur le plan sociologique, elles existent dans deux groupes principaux : quelques laïcs, surtout de l’Action catholique (1), quelques prêtres (1, 7, 15, 27, 28) et surtout les théologiens (1, 2, 7, 18, 23). Elles appartiennent à un milieu bien précis, comme l’écrira un évêque : « La lettre de la S. C. pour la doctrine de la foi ne m’apparaît pas très à propos en ce qui concerne notre milieu. S’applique-t-elle davantage dans les milieux intellectuels et universitaires ? » (26). La réponse officielle reprendra d’ailleurs cette distinction entre les divers milieux : les milieux urbains sont naturellement plus atteints et dans ceux-ci les groupes plus intellectuels, y compris les groupes de clercs et de religieux6. Enfin, comme nous allons le voir, les erreurs sont propagées dans les médias.

10Aussi, l’examen de l’ensemble indique que les évêques réalisent, un peu désemparés, que l’exercice du Magistère s’est radicalement modifié du fait de trois évolutions qui définissent un tout nouveau contexte : d’une part en raison du développement d’une culture de libre discussion ; d’autre part en raison de la permission que se donnent les théologiens, à qui le Concile a rendu la liberté de parole, de participer à cette discussion ; enfin en raison de l’amplification de cette discussion par les médias qui se plaisent à la nourrir. C’est la constatation presque ingénue de cette nouvelle situation, en partie rendue possible sinon encouragée par Vatican II, ou dont on avait déjà pris conscience lors du Concile :

Nos fidèles, en général, et parfois même les prêtres, se sentent actuellement troublés, bouleversés, inquiets, devant l’éventail des idées les plus diverses qui, en matière de religion (foi et morale), sont avancées, défendues et diffusées par des laïcs connus […] et surtout par des prêtres et des théologiens, idées ensuite reprises et répandues non seulement par les journaux, la radio et la télévision, mais surtout par des publications et revues dirigées par des catholiques, des prêtres et des religieux. D’où le désarroi le plus inquiétant dans l’âme de nos fidèles et de nos prêtres (1).

11Les théologiens et les médias sont identifiés comme les deux responsables de cette confusion. En effet, on pense que plusieurs points identifiés par le cardinal Ottaviani existent « in the writing of some of our so-called “theologians” » (2) ou on croit « que certains prêtres et théologiens entraînés par un courant d’opinion publique sont enclins à mettre en question des enseignements traditionnels de l’Église » (7). Devant ce fait, on suggère que l’on prévienne clairement les fidèles « que c’est dans les directives seules du pape et des évêques que se trouve ce que leur demande l’Église et non dans les élucubrations écervelées du premier venu, fût-il prêtre » (1). « La presse et les revues, la télévision » (3) sont aussi fréquemment pointées du doigt, car les opinions dénoncées « suintent et s’insinuent constamment à la TV et à la radio, à Radio-Canada particulièrement » (5). « De telles opinions nous sont transmises principalement par les livres, revues, articles de journaux, programmes à la télévision et à la radio » (15). On croit que l’affaiblissement de la foi est la conséquence de « certaines déclarations faites à la TV ou à la radio, de certains articles parus dans les journaux, revues, etc. » (22).

12De plus, les erreurs se vérifient surtout dans le domaine moral : « Les exagérations et les erreurs qui circulent dans notre milieu ont une portée plutôt morale que dogmatique. Elles sont la conséquence de l’attente de précisions conséquentes à l’enseignement du Concile » (7). Plus précisément, on les localise dans le domaine de la morale conjugale (3, 7, 24) : « Un certain nombre de fidèles cherchent à légitimer l’empêchement de la famille. Il y a relâchement au point de vue sexuel chez beaucoup de jeunes » (3). Dans le même sens, un évêque énumère les « enseignements traditionnels de l’Église » qui sont remis en question : « La nature et la forme du sacrement de pénitence, la morale conjugale, le célibat des prêtres, l’opportunité de certaines lois positives […], le relativisme en morale » (7).

13D’autres évêques, en revanche, certes moins nombreux (5 sur 28 réponses que compte cette section du rapport), expriment une réserve importante à l’égard de la lettre du cardinal Ottaviani, rappelant en particulier la fin pastorale du Concile :

I feel that the whole thing was unfortunate, and that any decree signed by His Eminence Cardinal Ottaviani serves only as a red flag waved in the face of those who are only too willing to sneer at the Church and as an encouragment for those who would like to see Vatican II dead and buried. It is possible that in spite of four years of Council sessions, Council reforms can be brought to naught by curial decress purporting to ward off error (4).
I fail to see the wisdom of issuing a document condemning errors and stressing dangers so soon after the Council. It will only strenghten the convictions of those who feel the Church will reverse her policy as soon as she can and go back to the old regime. The cry will go out that we are in for another episode of “witch-hunting” (6).

14Un troisième souligne qu’« au troisième paragraphe de la lettre, l’objectif est restreint aux opinions “avant-gardistes”, souvent revers de la médaille des opinions “arrière-gardistes” dont le danger, examiné au cours de la présente lettre, aurait rendu le diagnostic plus intégral, plus complet » (13). Un dernier, n’entrant pas du tout dans la perspective du cardinal Ottaviani, se demande

si, à la suite d’un Concile qui s’est défini “pastoral”, un pauvre petit évêque comme moi doit se poser les mêmes questions que son Éminence. La vie chrétienne de mes gens, leurs réponses à l’Évangile dans leur vie, leur passage à un christianisme adulte, tout cela me préoccupe d’abord. Pour ce qui est de toutes ces questions dogmatiques, je ne dis pas qu’elles ne font pas question actuellement dans l’Église. Que les théologiens nous donnent des précisions, et nous les suivrons. Il suffit de faire une visite pastorale, où l’on rencontre nos gens, pour savoir que ce ne sont pas là les problèmes qui les préoccupent (19).

15Rappelant la fin pastorale du Concile qui commandait une forme plus adaptée et plus positive de s’exprimer, un dernier aurait souhaité « trouver une allure plus constructive dans les communications jugées opportunes par cette Congrégation. […] Il faudrait donc qu’un style plus approprié soit choisi, de telle sorte que nos fidèles puissent y découvrir la préoccupation évangélique du Magistère de l’Église » (26). D’autres réserves portent sur le secret ecclésiastique (4) et l’esprit non collégial de la lettre (4, 6). En effet, on regrette que « the bishops of the world may be post factum involved in a condemnation by the Congregation on which they were not consulted in advance » (4) ou que « this letter seems to pay only lip service to the principle in its second paragraph about the competency of the Hierarchy in this field » (6).

La rédaction de la réponse

16En raison du manque de temps, l’assemblée plénière n’engage pas de discussion à partir des réponses des évêques à la consultation sur la lettre du cardinal Ottaviani, même si plusieurs avaient manifesté leur intérêt à ouvrir une telle discussion : « I am anxious to see the Bishops study and discuss these points at our plenary meeting » (2) ou « I feel that the subject matter of the letter is very serious and calls for discussion among Bishops » (10) ou encore « I find the letter quite pertinent and worthy of consideration by the C. Bishops assembled in plenary convention » (12).

  • 7 L’instruction de la Congrégation pour la doctrine de la foi signée par le cardinal Ottaviani, appel (...)

17Le dossier fut donc confié au Comité exécutif de la Conférence qui décida, le 18 janvier 1967, d’en référer à la Commission épiscopale de théologie, récemment mise sur pied à la demande même de Rome7. Sous la présidence de Mgr Bruno Desrochers, les membres du secteur francophone de cette commission se réunissent à Ottawa le 23 février suivant. Séance tenante, ils décident de confier à une équipe de cinq théologiens oblats du scolasticat Saint-Charles de Battleford (Saskatchewan) le soin d’étudier les réponses des évêques et d’en donner un commentaire. Par la suite, une équipe de jésuites du scolasticat de l’Immaculée-Conception (Montréal) devait être chargée de préparer un « projet de réponse officielle ». L’archevêque de Toronto, Mgr Pocock, président de la section anglaise, devait donner son aval à ce processus.

  • 8 CCC, « Communication interne » : « Projet de réponse de l’épiscopat canadien à la lettre de S. Em. (...)
  • 9 On a un autre témoignage allant dans le même sens : « The reaction to this draft was very positive (...)
  • 10 Lettre de J. M. O’Neill à Everett MacNeil, 5 août 1967.

18Le projet de réponse, de 7 pages, ayant pour seule date « juin 1967 », fut envoyé aux évêques le 4 juillet 1967. On leur demandait alors de « faire connaître leurs commentaires, corrections ou suggestions avant le 20 juillet prochain8 ». Suivant l’évêque de Grand Falls (Newfoundland), Mgr J. M. O’Neill, « the vast majority of the bishops have voted placet without comment. Where comments have been made, it appears that the modi concern rather the language of the draft reply than the substance of it9 ». Apparemment, sur le fond, il n’y avait qu’une seule suggestion formulée par Mgr Pocock et Emmett Carter, pressant le pape d’émettre « a statement on birth control, as the present state of doubt is certainly reflecting on the Magisterium of the Church10 ». À la suite d’un échange de vues sur l’affaiblissement du Magistère, suite au rapport des deux co-présidents de la Commission de théologie, on décida donc, lors d’une rencontre du 10 août à Ottawa, d’insérer un nouveau paragraphe (lignes 29 à 42, soit une demi-page) sur le contrôle des naissances. Aux yeux des rédacteurs, « this added paragraph contains an important illustration of but one major factor tending to weaken the authority of the Magisterium ».

19La comparaison des deux textes, soit le projet du mois de juin 1967 et la réponse officielle du mois de septembre, montre, qu’outre cet ajout, les deux textes sont identiques, hormis le retrait d’un paragraphe. Dans ce paragraphe, l’épiscopat soulignait qu’un certain nombre de ses membres déploraient le ton négatif de la circulaire et le secret entourant toute cette opération, « making it suspect of spying and of working against the Council ». On reprochait aussi à la Congrégation de n’avoir pas alloué assez de temps pour mener une véritable enquête sur le sujet, ce qui conduit à ne fournir que des impressions générales, « not backed up by concrete facts », et de ce fait empêche, aussi bien la Congrégation que l’épiscopat canadien, de mener une action spécifique sur cette base.

20La réponse finale amendée, avec une feuille-réponse, à renvoyer au plus tard le 5 septembre 1967, où l’on pouvait inscrire ses commentaires, était donc envoyée aux évêques le 25 août et la version finale devait être soumise à l’assemblée plénière du 10 septembre suivant. Le paragraphe ajouté se lit comme suit :

Parmi les principales causes qui expliquent le manque croissant de confiance et de soumission au Magistère (et les causes sont nombreuses et complexes), nous croyons devoir souligner, comme exemple, que la position du Magistère en ce qui regarde le contrôle des naissances est cause de doute sérieux dans l’esprit des théologiens, des prêtres et des fidèles. C’est une conviction assez répandue parmi le clergé, et cette conviction est partagée, croyons-nous, par la majorité des couples mariés en âge d’engendrer des enfants, que la loi naturelle concernant le contrôle des naissances est actuellement douteuse. L’attitude du Magistère établissant qu’en vertu de la loi naturelle, toute contraception artificielle est prohibée est sérieusement mise en doute. Le doute profond et prolongé que nos fidèles nourrissent sur une aussi importante matière les amène à mettre aussi en doute l’enseignement du Magistère sur d’autres points.

  • 11 Cette information figure à l’ordre du jour du Conseil permanent des 6-8 novembre 1968.

21Ni la consultation des évêques, ni l’assemblée plénière de septembre ne devaient modifier le projet de réponse. Suivant le procès-verbal, cette dernière acceptait unanimement le texte final de la réponse. De plus, « en vue de rendre public le texte de cette lettre, l’assemblée décide, sur proposition de Mgr P.F. Pocock, secondée par Mgr P. J. Skinner, qu’après réception de ce document par Rome, un communiqué de presse soit émis sur le document, mais que le texte lui-même en entier ne soit pas transmis à la presse11 ». À la suite de cette réunion, la réponse officielle de l’épiscopat canadien devait être communiquée à la Congrégation le 22 septembre 1967. La lettre de communication comportait le paragraphe suivant :

  • 12 C. E. Mathieu, lettre de transmission de la réponse de l’épiscopat canadien au cardinal Ottaviani, (...)

Comme ce fut le cas dans nombre de pays, semble-t-il, les représentants de la presse ne cessent d’inviter l’épiscopat du Canada à rendre public le contenu de sa réponse officielle à votre Sacrée Congrégation. Les archevêques et évêques ont voulu ne rien décider et ne rien faire avant de communiquer d’abord avec vous. Plairait-il à votre Éminence, lorsqu’il aura pris connaissance du texte intégral de cette réponse, d’en autoriser la publication ? L’épiscopat canadien s’en réjouirait. En effet, les fidèles canadiens seraient bien intéressés, heureux et réconfortés de connaître l’opinion de leurs chefs spirituels12.

22Le 27 octobre 1967, le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi accusait réception de la réponse de l’épiscopat canadien à sa circulaire du mois de juillet 1966 concernant les dangers actuels en matière de foi. L’essentiel de la lettre du cardinal Ottaviani portait sur la nécessité de s’abstenir de publier la réponse :

  • 13 Lettre du cardinal Ottaviani à Mgr Alexander Carter, 27 octobre 1967.

Elle [la Congrégation] a particulièrement apprécié la prudence de jugement qui a inspiré aux évêques canadiens de la consulter préalablement à la publication de cette réponse. Précisément à ce propos, cette Congrégation estime préférable de renoncer à une telle publication. Elle n’ignore pas que d’autres conférences épiscopales ont publié leur propre réponse, pour des raisons très particulières. Mais elle estime qu’en s’engageant dans cette voie d’une façon habituelle, une telle pratique ne manquerait pas d’être préjudiciable aux consultations et aux échanges existant entre les conférences épiscopales et le Saint-Siège, qui ne jouiraient plus de la liberté nécessaire pour traiter de ces questions in forma reservata13.

23L’affaire ne devait pas en rester là. Lors du Conseil permanent de la CCC tenu les 6, 7 et 8 novembre 1968, Mgr Gérard-Marie Coderre, évêque de Saint-Jean-de-Québec, introduisait une motion demandant que « la CCC, par son bureau des relations publiques, publie la réponse des évêques canadiens à la lettre de la S. C. pour la doctrine de la foi ».

24Les réponses des évêques canadiens fournissent plus d’indications sur le nouvel environnement dans lequel doit s’exercer le Magistère et sur le malaise que cette nouvelle situation comporte que sur la confusion doctrinale au Canada. On prend conscience que la parole de l’évêque n’est plus la seule entendue et que des voix concurrentes se font entendre : théologiens, médias, etc. De plus, le faible taux de participation à l’enquête, l’absence de discussion en assemblée plénière et le long délai de réponse indiquent que cette consultation n’a pas suscité l’enthousiasme de beaucoup et ne s’est pas imposée comme une priorité. Seuls quelques évêques trouvaient cette enquête opportune et considéraient qu’elle arrivait à point. Enfin, les reproches implicites que l’on adressait à la Congrégation sur le ton, la forme, le secret, le manque de temps et le délai qu’on a pris à lui répondre témoignent d’une certaine prise de distance de l’épiscopat à l’égard de la Congrégation pour la doctrine de la foi qui avait essuyé plusieurs critiques au moment du Concile. Celle-ci ne semblait plus impressionner comme auparavant.

Annexes

Annexe La réponse de la Conférence catholique canadienne (septembre 1967)

La Conférence épiscopale canadienne tient d’abord à remercier la S. Congrégation de l’occasion qu’elle lui offre de formuler sa pensée sur la situation de l’Église du Canada au lendemain du Concile. En regroupant les quarante réponses qui lui sont parvenues à la suite de l’envoi de la circulaire, la Conférence épiscopale adopte l’ordre suivant : (1) après avoir tenté de décrire certains aspects de l’Église canadienne après le Concile, (2) elle communique sa réponse concernant les dix points soulignés par le document, et (3) elle indique un groupe de difficultés qui s’ajoutent aux dix points indiqués dans la circulaire.

(1) L’Église canadienne après le Concile

  1. Il est important de souligner au départ une difficulté plus particulièrement notable au Canada : beaucoup de problèmes, comme beaucoup de valeurs, y demeurent longtemps au niveau vécu avant de passer à celui de l’expression. Il serait inutile d’expliquer ici en détail ce fait, rattaché sans doute à la jeunesse relative de l’Église canadienne, à la situation de notre peuple par rapport aux deux grandes cultures auxquelles nous sommes attachés et dont nous sommes tributaires, à un certain réalisme qui se refuse aux formulations trop précises et aussi à une certaine timidité de notre théologie. Nous ne voulons en conséquence que tenter une description approximative.
  2. La situation présente de l’Église canadienne se révèle plus clairement sur le plan pastoral que sur le plan doctrinal explicite. Comme en plusieurs autres pays, on remarque de l’inquiétude, de l’impatience et de la confusion en certains milieux. Les milieux urbains sont naturellement plus atteints et dans ceux-ci les groupes plus intellectuels, y compris les groupes de clercs et de religieux. En général, les questions morales se posent actuellement de façon plus aiguë que les questions dogmatiques.
  3. Les causes de cette situation sont multiples et ont souvent un caractère universel. Certaines semblent même reliées au Concile lui-même. Le chrétien canadien n’avait guère eu, avant le Concile, l’expérience de la recherche, de l’évolution de la formulation de sa foi. Par conséquent, il n’était pas toujours préparé à certains changements. Chez nous, comme ailleurs dans le monde occidental, les remises en question ont été fortement soulignées par la grande presse et la télévision. Il en est résulté que plusieurs prêtres, religieux et laïcs engagés ont été brusquement placés dans une situation où ils avaient à refléter pour le public chrétien et non chrétien la situation conciliaire ; d’où une certaine dose d’improvisation, de déclarations outrancières, de vulgarisation prématurée. Plusieurs se sont souciés davantage de soulever des problèmes et d’inquiéter sans pour autant se préoccuper de fournir des voies d’accès à des solutions. Sur ce point, d’ailleurs, le milieu canadien est largement influencé par les moyens de communication américains et européens, en particulier de langues française et anglaise. Dans plusieurs cas, l’information a été malheureusement influencée par le souci du sensationnel, par le souci de diffuser plus vite et plus largement l’information, plus que par la conscience d’une vraie responsabilité à l’égard des lecteurs, chrétiens comme non chrétiens.
  4. Il ne semble pas qu’une intervention directe de la S. Congrégation soit souhaitable pour remédier à cette situation de fait. Il semble plutôt préférable que les évêques eux-mêmes, suivant en cela l’exemple du Saint-Père, se chargent d’indiquer positivement, et souvent par une prise de position commune, la voie à suivre dès que la lumière se fait sur un point ou l’autre. En particulier, nous avons conscience que l’Église canadienne devrait se soucier davantage du rôle des grands moyens d’information. Entre autres moyens, il est urgent que la presse, la radio et la télévision soient abondamment et rapidement informées par un organisme autorisé et compétent, pour éviter l’improvisation et la diffusion d’informations inexactes. On a déjà recommandé à la presse catholique de se soucier davantage de ses responsabilités pastorales à l’égard du Peuple de Dieu ; on se propose aussi de s’appliquer à lui fournir les experts dont elle aurait besoin dans ces questions. Par contre, il faut aussi souligner que ni l’épiscopat ni les organismes d’information à son service ne peuvent ni ne doivent donner des directives prématurées lorsqu’une question demeure débattue entre théologiens ou lorsque les évêques eux-mêmes ne croient pas devoir adopter une position ecclésiale.
  5. La consultation aura été très utile en suggérant par exemple l’urgence du recyclage postconciliaire des prêtres et laïcs influents, l’importance pour l’épiscopat canadien de constituer un comité de théologiens experts qui serviraient en permanence les évêques dans leur rôle de promoteurs et de gardiens de la foi.

(2) En réponse aux dix questions de la S. Congrégation

  1. Écriture et Tradition. On ne peut signaler ici que peu de difficultés précises. Le retour plus fermement affirmé à l’Écriture et le souci d’éviter une dichotomie Écriture-Tradition a été accueilli avec joie dans l’Église canadienne. La formation des fidèles à la fréquentation de l’Écriture, qui avait été heureusement amorcée dès avant le Concile en plusieurs diocèses, a permis d’éviter beaucoup de difficultés. Il semble par ailleurs inévitable que certains excès soient ici et là commis, en particulier dans la présentation à un large public d’hypothèses scientifiques insuffisamment établies, ou dans l’usage d’auteurs protestants ou catholiques dont la valeur n’est pas suffisamment garantie.
  2. Les formules dogmatiques. Également sur ce point, peu de difficultés à signaler. Le fait que la Tradition a été trop souvent enseignée sans perspective historique dans les séminaires cause parfois des difficultés. Mais le retentissement sur la foi des fidèles ne semble pas discernable.
  3. Le Magistère. Cette question mérite d’être plus fortement soulignée. Des faits assez nombreux indiquent une difficulté pratique à accepter l’autorité pontificale, en particulier dans les domaines où l’infaillibilité n’est pas directement engagée. La structure ecclésiastique est plus souvent mise en question ou critiquée que le Magistère lui-même. Pour certains, le Concile donne l’impression fausse d’avoir joué le rôle d’une rupture totale avec le passé qui permettrait d’oublier tout ce qui le précède. Tout ceci nous invite à nous demander de façon pressante pourquoi le Magistère est parfois oublié ou mis en question ; une enquête soignée permettrait sans doute de constater des causes et de corriger des sources de mécontentement et d’inquiétude des chrétiens.
    Parmi les principales causes qui expliquent le manque croissant de confiance et de soumission au Magistère (et les causes sont nombreuses et complexes), nous croyons devoir souligner, comme exemple, que la position du Magistère en ce qui regarde le contrôle des naissances est cause de doutes sérieux dans l’esprit des théologiens, des prêtres et des fidèles. C’est une conviction assez répandue parmi le clergé, et cette conviction est partagée, croyons-nous, par la majorité des couples mariés en âge d’engendrer des enfants, que la loi naturelle concernant le contrôle des naissances est actuellement douteuse. L’attitude du Magistère établissant qu’en vertu de la loi naturelle, toute contraception artificielle est prohibée est sérieusement mise en doute. Le doute profond et prolongé que nos fidèles nourrissent sur une aussi importante matière les amène à mettre aussi en doute l’enseignement du Magistère sur d’autres points.
  4. Le relativisme. Lorsqu’il se manifeste dans l’Église canadienne, c’est plutôt au niveau de la conscience et de la vie morale qu’au plan du dogme. Certaines de ses manifestations proviennent d’une situation antérieure où tout était souvent présenté et compris comme absolu et inchangeable, qu’il provienne de la parole de Dieu ou de lois de l’Église. Ainsi, le renouveau liturgique s’est en général effectué avec ordre et discipline, mais parfois les changements ont provoqué une réaction relativiste dans des domaines où l’analogie pouvait jouer. Le décret conciliaire sur la liberté religieuse a été souvent mal compris et a créé en certains milieux une réaction relativiste ; dans le même sens l’abolition de l’Index. Sans que ce relativisme se manifeste de façon inquiétante pour la foi, il ne sera surmonté que par une meilleure étude, d’abord dans les séminaires, de l’histoire des dogmes et des institutions ecclésiastiques.
  5. La personne du Christ. On ne peut signaler ici que très peu de difficultés concernant la divinité du Christ, en conformité d’ailleurs avec ce que nous indiquions auparavant sur le caractère pratique et moral des difficultés de la foi dans l’Église canadienne. Quelques milieux plus intellectuels ont pu donner parfois l’impression d’un néo-arianisme, parfois à la faveur d’un teilhardisme mal compris. Quelques maladresses d’expression, dans les revues catholiques ou dans la catéchèse, auraient pu être évitées par une plus grande compétence théologique.
  6. L’Eucharistie. Des difficultés concernant l’Eucharistie se manifestent ici et là, sans qu’il faille en exagérer la portée. Ici encore, les difficultés sont venues plutôt de la pratique : certains efforts de renouveau de la liturgie eucharistique ont été faits sans préparation suffisante, créant ensuite des difficultés pour la foi. Une étude théologique soignée aurait rendu service et, même après Mysterium Fidei, elle serait précieuse. Ainsi, l’équilibre entre l’aspect agapè et l’aspect sacrificiel de l’Eucharistie devrait être mieux marqué ; les nouvelles formes de piété eucharistique devraient être mieux rattachées à l’Évangile.
  7. Le sacrement de la réconciliation. Comme pour la question précédente, les difficultés qui se font sentir ici et là dans l’Église canadienne sont venues de la pratique. L’introduction de la célébration pénitentielle a été parfois insuffisamment préparée, engendrant beaucoup de confusion dans l’esprit des fidèles. On a pu parfois en conclure à un désintéressement de l’Église à l’égard de la confession, de son intégrité. Comme par ailleurs une crise se fait sentir à l’égard du sens du péché lui-même, la catéchèse a ici un rôle important à jouer. Il s’agit d’abord de formation véritable de la conscience à assurer, de sens communautaire du sacrement lui-même à faire saisir.
  8. Le péché originel. Des difficultés existent, en particulier dans la catéchèse. La pensée scientifique moderne atteint maintenant tous les milieux et exige que la formulation dogmatique se clarifie et se précise de façon adaptée. La Commission pontificale instituée à cet effet pourra rendre de grands services ; la recherche doit être encouragée car, à son défaut, la confusion ne pourra qu’augmenter, à la fois chez les pasteurs et les fidèles.
  9. La vie morale. C’est ici que se concentrent les difficultés les plus décelables dans l’Église canadienne. L’évolution socio-économique rapide de notre milieu suffirait à elle seule à expliquer une grande partie de la crise. Une crise qui est souvent aggravée par la facilité de la vulgarisation, dans les grands moyens de communication, sur ces questions qui touchent de si près à la vie de tous. Les difficultés rencontrées par la Commission pontificale sur la limitation des naissances ont favorisé la remise en question plus générale de la loi naturelle, de la moralité objective et antérieure à la situation, du rôle central de l’amour dans la vie conjugale. Des formules hasardeuses ont été proposées et ont obtenu une large publicité. Mais il ne faudrait pas négliger la valeur positive de cette crise, qui a permis à un grand nombre de prendre conscience de leur passivité morale, de leur hédonisme, de leur tendance à réduire la pensée morale à une morale privée où la justice sociale et la charité n’ont plus la place qui leur revient. Certains domaines ont été malheureusement abordés avec une pensée morale rudimentaire, assimilant la question du divorce ou celle de l’avortement à celle de l’usage des aconceptionnels. Seule une pastorale compétente, humaine et surnaturelle, pourra assurer une évolution qui soit vraiment dans la direction de l’Évangile.
  10. L’œcuménisme. Dans une société pluraliste comme la nôtre, l’œcuménisme a naturellement pris un nouvel essor à partir de Jean XXIII et du Concile. Il ne semble toutefois pas avoir encore vraiment pénétré le peuple chrétien canadien dans son ensemble. Quelques risques d’indifférentisme ont été signalés ; on ne peut cependant parler ici de dangers réels, sinon en des cercles très restreints. L’improvisation demeure le danger, avec les recettes faciles du compromis et du manque de courage. Une pastorale d’ensemble, dirigée par la commission épiscopale, assurera un plus rapide progrès.

(3) Quelques autres réflexions

La circulaire et les réponses qu’elle a suscitées permettent de relever quelques autres centres d’inquiétude et d’indiquer les points sur lesquels doit se porter la réflexion des évêques et des théologiens. Relevons en particulier les suivants : la notion de Dieu ou sa représentation dans la pastorale et la catéchèse (en particulier dans le contexte d’ouvrages théologiques comme Honest to God de J.A.T. Robinson), le célibat ecclésiastique (sur lequel un certain nombre de fidèles et de prêtres s’interrogent surtout à partir de la psychologie moderne et de la réhabilitation théologique du mariage chrétien), la question plus générale de l’autorité dans l’Église, la question du sens de la vie religieuse et de la vie spirituelle en ce qui concerne particulièrement la prière et l’ascèse chrétienne.

L’épiscopat canadien tient à souligner qu’il n’entend pas présenter cette réponse dans une perspective alarmiste. Le Concile a commencé à produire des fruits excellents dans notre Église ; l’image d’une Église plus humble, parfois moins sûre de ses décisions pratiques, a ramené à l’Église des hommes et des femmes qu’un certain autoritarisme en éloignait. Que des difficultés doctrinales se manifestent ici et là ne doit pas surprendre ; souvent même les pasteurs les ressentent autant que leurs fidèles. Un effort de réflexion, dans une atmosphère d’authentique amour de la communauté chrétienne, est déjà amorcé, et il doit continuer. Nous sommes conscients et heureux de cette responsabilité de l’Église canadienne dans cette ère de renouveau et espérons fermement pouvoir apporter à temps la lumière de l’Évangile à une grande commnauté chrétienne en croissance.

Notes

1 On peut faire également l’hypothèse que la fuite dont on parle concerne sa publication dans des médias européens.

2 La lettre du cardinal Ottaviani précisait : « Ce saint Dicastère demande avec insistance que ces mêmes Ordinaires les [les 10 questions mentionnées dans la lettre] mettent à l’ordre du jour de leurs réunions de conférences épiscopales, qu’ils en fassent dûment rapport au Saint-Siège et lui fassent part de leurs conseils avant la fête de la Nativité de Notre Seigneur Jésus-Christ. »

3 « Communication interne » : « Lettre de S. Em. le cardinal Ottaviani (2) * Consultation parmi les membres de la CCC* », Réf. 230.

4 Nous ne disposons pas d’un dossier comportant les réponses elles-mêmes.

5 Aux fins de l’analyse, j’ai numéroté les réponses.

6 « Réponse… », p. 1.

7 L’instruction de la Congrégation pour la doctrine de la foi signée par le cardinal Ottaviani, appelant les conférences épiscopales à mettre sur pied une telle commission, date du 23 février 1967. Cependant, une telle commission existait déjà au Canada. Dans son instruction, le cardinal Ottaviani écrivait : « Ce Dicastère sacré souhaite que, dans un climat de fraternelle communion catholique, les évêques eux-mêmes, soit individuellement soit en équipe, s’appliquent avant tout à reconnaître comme primordial le devoir de garder le dépôt de la foi et qu’ils communiquent à cette même Congrégation les points qu’ils estiment de majeure importance dans le domaine de la doctrine de la foi et de la morale, tout en ne négligeant pas de suggérer les remèdes ou solutions qu’ils croient en conscience opportuns de signaler pour enrayer les erreurs : ce sera la tâche principale de ces commissions. »

8 CCC, « Communication interne » : « Projet de réponse de l’épiscopat canadien à la lettre de S. Em. le Card. Ottaviani », 4 juillet 1967.

9 On a un autre témoignage allant dans le même sens : « The reaction to this draft was very positive and some suggestions were made to improve the text. The Episcopal Commission on Theology examined these comments and instructed that they be systematically incorporated in the final text », G. G., sj, CCC, « Internal Communication » : « Canadian reply to Cardinal Ottaviani’s Letter », 25 août 1967.

10 Lettre de J. M. O’Neill à Everett MacNeil, 5 août 1967.

11 Cette information figure à l’ordre du jour du Conseil permanent des 6-8 novembre 1968.

12 C. E. Mathieu, lettre de transmission de la réponse de l’épiscopat canadien au cardinal Ottaviani, 22 septembre 1967.

13 Lettre du cardinal Ottaviani à Mgr Alexander Carter, 27 octobre 1967.

© LARHRA, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search