Version classiqueVersion mobile

Renouveau conciliaire et crise doctrinale. Rome et les Églises nationales (1966-1968)

 | 
Christian Sorrel

Perspectives nationales

La réception du questionnaire Ottaviani dans les revues catholiques italiennes

Alessandro Santagata

Texte intégral

  • 1 Asprenas ; Divus Thomas ; Rassegna di teologia ; Vita e Pensiero.
  • 2 Il Regno ; Concilium ; Il Gallo ; Il Tetto ; Testimonianze ; Relazioni sociali ; Aggiornamenti soci (...)
  • 3 Renovatio ; Palestra del clero. Sur les caractères de la presse catholique en Italie dans les année (...)

1 Dans cette contribution, je me propose de présenter un certain nombre d’éléments permettant de mieux comprendre le débat sur le contrôle de la théologie qui s’est développé en Italie au lendemain de la conclusion de Vatican II. L’étude de Gianni La Bella a illustré l’attitude de l’épiscopat italien lors de la crise postconciliaire. Ma recherche s’est fondée sur le dépouillement de quotidiens (L’Osservatore romano et L’Avvenire d’Italia) et de revues (La Civiltà cattolica ; quatre revues de facultés universitaires et centres d’études1 ; des revues qu’on peut qualifier de manière générale de progressistes2 ; deux revues conservatrices3). En ce qui concerne ce dernier secteur, la recherche sur les réactions à Cum Oecumenicum n’a pas donné de résultats significatifs. Ainsi qu’on va le voir, la polémique a regardé surtout certains milieux caractérisés par les attaques contre la Congrégation et, plus généralement, la critique de la ligne romaine sur la réception et l’application de Vatican II. La controverse sur l’initiative d’Ottaviani, qui n’est pas particulièrement présente en tant que telle dans la presse, prend néanmoins une certaine importance au sein d’un cadre plus vaste. Pour suivre l’évolution du débat, je me suis focalisé sur une série d’événements ayant eu lieu entre juin 1966 (première assemblée de la Conférence épiscopale) et juin 1968 (proclamation de la profession de foi de Paul VI).

Panorama religieux et politique

  • 4 Je me suis occupé de l’origine de la contestation catholique en relation à la « réception politique (...)
  • 5 Gerd Rainer Horn, The Spirit of Vatican II. Western European Progressive Catholicism in the Long Si (...)
  • 6 Giuseppe Alberigo, « La Chiesa italiana tra Pio XII e Paolo VI », dans Chiese italiane e Concilio. (...)
  • 7 Giovanni Miccoli, « Chiesa e società in Italia dal Concilio Vaticano I (1870) al pontificato di Gio (...)
  • 8 Giuseppe Alberigo, « Santa Sede e vescovi nello stato unitario. Verso un episcopato italiano (1958- (...)
  • 9 Lorenzo Bedeschi, La sinistra cristiana e il dialogo con i comunisti, Parme, Ugo Guanda editore, 19 (...)
  • 10 Atti dell’Assemblea Generale della Conferenza Episcopale Italiana, Roma, 4-7 aprile 1967, Roma, Cei (...)

2Les années comprises entre la conclusion du Concile et l’explosion du « moment 68 » représentent un passage très rapide et, en même temps, très significatif dans l’histoire du catholicisme italien4. À la lumière de l’historiographie la plus récente, on peut désormais affirmer que l’explosion de la contestation du Magistère et le développement des courants catholiques de gauche ont été des phénomènes internationaux au sein d’un processus de sécularisation des sociétés occidentales5. On peut faire la même constatation à propos de la crise des associations catholiques sous le contrôle de la hiérarchie, du déclin du sacerdoce et, plus généralement, de la pratique religieuse. Il est toutefois possible d’identifier des éléments spécifiques qui caractérisent le cas italien. Un exemple en est l’expression monde catholique, traduction, selon Giuseppe Alberigo, « d’une Église qui a invité les catholiques à se reconnaître dans une identité informe et très politisée6 ». Pour ce qui est de la théologie, les historiens ont mis l’accent sur un « retard », qu’ils expliquent comme la conséquence des effets sur la longue durée de la crise moderniste et du rapport de subordination à la Curie romaine7. Si l’on ajoute à cela que la plupart des titulaires des sièges épiscopaux, encore de nomination pacellienne, avaient manifesté le désir d’un Concile de complément à Vatican I, les contradictions dans la gestion du Post-Concile apparaissent encore plus claires8. En effet, Vatican II a sensiblement modifié le paysage à partir de l’épiscopat, entré en contact avec la dimension internationale du Concile, des facultés romaines et non romaines, souvent encore ancrées dans une néo-scolastique, des secteurs du laïcat les plus attentifs aux développements de la théologie étrangère. Dans les années 1950, le conservatisme théologique s’était également exprimé par la répression des voix critiques (on peut citer l’exemple de Primo Mazzolari), mais, comme le montrent les études sur l’arrière-plan du Concile, les « avant-gardes chrétiennes », selon la définition de Lorenzo Bedeschi9, ont facilité la transformation. On songe notamment à des personnalités telles que David Maria Turoldo, Giorgio La Pira, Carlo Carretto, don Giovanni Vannucci et Giuseppe Dossetti et à des cénacles sur lesquels on reviendra (Humanitas, Testimonianze, Il Regno, Il Gallo, Il Tetto, Questitalia, etc.). À la clôture de Vatican II, les inquiétudes théologiques et politiques de secteurs du laïcat commencent à prendre forme. Le cardinal Giovanni Urbani dénonce clairement cet état des choses lors de l’assemblée générale d’avril 1967 en évoquant une « réponse aux interrogations de la lettre envoyée par la Sacrée Congrégation pro doctrina fidei en cours de préparation10 ».

À propos du document romain

  • 11 Il Tempo, 30 août 1966.
  • 12 « Lettera della S. Congregazione per la Dottrina della Fede alle Conferenze episcopali », Civiltà c (...)
  • 13 « Ombre e luci ? », L’Osservatore romano, 28 août 1966.
  • 14 Paolo Zanini, La rivista « Il Gallo ». Dalla tradizione al dialogo (1946-1965), Milano, Biblioteca (...)
  • 15 « Un documento discusso ma rivelatore », Il Gallo, 16, n. 236, décembre 1966, p. 16-17.

3Les premières indiscrétions concernant la lettre Cum Oecumenicum apparaissent dans la presse entre le mois d’août et le mois de septembre 1966. Le quotidien romain Il Tempo est le premier à publier la nouvelle dont il est question dans des articles du journaliste Carlo Belli, qui admet connaître le document11. En septembre, pour remédier à la fuite d’informations, le Saint-Siège décide d’en rendre le contenu public dans les Acta Apostolicae Sedis, tandis que la première traduction en italien est publiée dans La Civiltà cattolica en novembre12. Les affirmations d’Henry Fesquet, qui avait parlé dans Le Monde d’un « tournant anticonciliaire », et celles de Carlo Belli sont suivies d’une levée de boucliers de la part de LOsservatore romano d’abord, puis de La Civiltà cattolica, qui accusent ces deux auteurs de mener une campagne de dénigrement13. La prise de position de la revue génoise Il Gallo, dirigée par Nando Fabro, est elle aussi très significative. Il faut considérer qu’il s’agit d’une revue qui connaît une diffusion considérable dans les milieux du catholicisme progressiste et est engagée dans le dialogue entre catholiques et communistes14. L’article, signé par la rédaction (« I Galli »), reconstruit le parcours de la lettre d’Ottaviani, son impact et sa réception par l’opinion15. L’accent est mis en particulier sur le fait que les réactions de la presse, qu’elle soit catholique ou non, ont été très disparates.

  • 16 « Interpretazioni errate delle norme conciliari », Corriere della sera, 30 août 1966.
  • 17 « I Galli » se réfèrent aux observations de Robert Rouquette sur la réception de la lettre dans les (...)
  • 18 Voir aussi L’Osservatore Romano, 17-18 octobre 1966.

4Dans un premier temps, avant la publication par les Acta, on s’était demandé quels en étaient les auteurs, si c’était la Congrégation (avec l’autorisation du pape, comme l’avait écrit le Corriere della sera16) ou seulement son pro-préfet, compte tenu du fait que la signature de la lettre n’était pas suivie de la charge de son auteur. Ensuite – expliquent « I Galli » –, la discussion s’était concentrée sur les affinités de la lettre avec le votum que le Saint-Office avait fait parvenir à la Commission préparatoire du Concile pour signaler une série d’erreurs à condamner. Enfin, dans les milieux les plus « intégristes », en particulier français, la lettre avait été interprétée comme un petit Syllabus qui confirmait l’opposition de la Curie à « l’esprit du Concile17 ». Après avoir rappelé les premières réponses positives sur l’état de la théologie des Conférences épiscopales du Vietnam et de l’Allemagne18, l’article s’achève en affirmant que la lettre d’Ottaviani, de manière générale et indépendamment de ses intentions, avait servi de test « révélateur des oppositions qui freinent et des impatiences, des nostalgies du passé et des aspirations pour l’avenir, de l’esprit du pluralisme que le Concile a rendu plus explicite dans la réalité vivante de l’Église ».

  • 19 « Le tensioni attuali : alba di un pluralismo ? », Il Gallo, 1, n. 240, janvier 1967, p. 11-13.
  • 20 « Rinnovamento del cattolicesimo italiano », La Civiltà cattolica, q. 2786, 16 juillet 1966, p. 105 (...)
  • 21 « I cattolici e l’attuazione del Concilio », La Civiltà cattolica, q. 2790, 17 septembre 1966, p. 4 (...)

5Dans le numéro suivant, la rédaction de Il Gallo revient sur la question de cette « révélation ». Parlant de la situation en Italie, elle affirme que, au-delà de la fondation de certaines revues (Renovatio, créée par le cardinal Giuseppe Siri et dirigée par Gianni Baget-Bozzo par exemple), la « droite conciliaire » n’a pas trouvé l’espace pour se développer19. Comme on l’a souligné, c’est la même position que l’épiscopat définit entre 1966 et 1967. L’attestent aussi deux éditoriaux de La Civiltà cattolica. Dans le premier, il est question d’un panorama assez positif du Post-Concile en Italie présenté par l’assemblée générale de la Conférence épiscopale20. Cependant, dans le second, la revue prend position contre la diffusion, en Italie également, d’un « radicalisme jacobin » qui semble contaminer les catholiques et qui s’exprime dans la tendance à adopter les catégories philosophiques de la modernité et à forcer la théologie et la doctrine21. Sur ce point, on peut relever des analogies avec les interventions publiques de Paul VI.

La discussion sur le contrôle de la théologie

  • 22 « L’udienza generale », in Encicliche e discorsi di Paolo VI, Roma, Edizioni Paoline, vol. 8, 1966, (...)
  • 23 « Al Sacro Collegio e alla Prelatura Romana », in Insegnamenti di Paolo VI, vol. III 1965, Città de (...)
  • 24 « Congresso internazionale sulla Teologia del Concilio », in Insegnamenti…, vol. IV, 1966, p. 441-4 (...)

6Dès 15 décembre 1965, un peu plus d’une semaine après la fin des assises conciliaires, Paul VI, s’exprimant lors d’une audience générale, condamne l’attitude de ceux qui pensent « revenir, une fois le Concile terminé, à la situation antérieure », à savoir « aux habitudes religieuses et morales d’avant le Concile », et l’attitude de ceux qui songent à « un Concile permanent » pour « remettre sans cesse en cause les vérités et les lois, continuant le processus dialectique du Concile et s’attribuant la compétence et l’autorité pour introduire leurs critères innovateurs, ou destructeurs, dans l’analyse des dogmes, des statuts, des rites, de la spiritualité de l’Église catholique afin de conformer sa pensée et sa vie à l’esprit du temps22 ». Le pape revient sur ce sujet dans son discours au Collège des cardinaux et à la prélature romaine du 23 décembre dans lequel, parlant de la doctrine, il explique que le Concile n’a pas inauguré « une période d’incertitude dogmatique et morale, d’indifférence à l’égard de la discipline, d’irénisme religieux superficiel ou de laisser-aller dans l’organisation ». Il en est de même lors de l’audience du 12 janvier 1966 où il rappelle à l’ordre les fidèles qui pensaient que le Concile représente « une coupure, une rupture, une prétendue libération de l’enseignement traditionnel de l’Église ». Dans ce dernier discours, Paul VI souligne aussi qu’il s’agit de comportements visant à promouvoir « un conformisme facile » à la mentalité du siècle « dans ses aspects les plus éphémères et négatifs », risquant ainsi de faire pénétrer au sein de l’Église « l’arbitraire, l’incertitude, la servilité, la désolation » qui caractérisaient déjà bien des formes de la pensée religieuse moderne « dépourvues de l’assistance du Magistère ecclésiastique ». En outre, affrontant le thème de l’autorité et de la qualification théologique du corpus, il rétorque que le Concile a muni ses enseignements « de l’autorité du suprême Magistère ordinaire », autorité qui doit être accueillie « avec docilité et sincérité par tous les fidèles, selon l’esprit du Concile concernant la nature et les objectifs de ses textes23 ». Le caractère central de la Tradition et du Magistère comme son garant est aussi le thème de la lettre du pape au congrès international sur la théologie du Concile, tenu à Rome du 26 septembre au 1er octobre 1966, qui attire de nombreux théologiens qui avaient été auparavant des experts conciliaires24. La réunion de ces assises et celle du premier congrès des théologiens italiens (Naples, 2-5 janvier 1967) représentent deux moments importants de discussion.

  • 25 Vinicio Contestabile, « Congresso internazionale sulla teologia del Vaticano II », Divus Thomas, fa (...)
  • 26 Domenico Grasso, « A proposito del congresso di teologia conciliare », La Civiltà cattolica, q. 279 (...)
  • 27 « Siamo chiamati a una più esigente fedeltà al Concilio », La Civiltà cattolica, q. 2789, 21 janvie (...)
  • 28 Alberto Melloni, « Da Giovanni XXIII alle Chiese italiane del Vaticano II », dans Gabriele De Rosa, (...)
  • 29 Massimo Faggioli, Vatican II. The battle for meaning, New York, Paulist Press, 2012, 224 p.
  • 30 Adriana Zarri, « La teologia dopo il Concilio », Studi cattolici, 72, mars 1967, p. 32-33.

7Commentant l’assemblée de la Domus Pacis, organisée par les présidents des universités romaines, le Père Contestabile écrit dans Divus Thomas que l’objectif du congrès a été de favoriser le dialogue entre les théologiens sous la conduite du Magistère25. Dans La Civiltà cattolica, le Père Grasso ajoute qu’un deuxième objectif était de mettre un terme aux déformations de la doctrine conciliaire, conformément au désir du pape et dans la ligne de la relation de Mgr Garrone, pro-préfet de la Congrégation des séminaires et universités26. L’éditorial de la livraison de janvier 1967 de La Civiltà cattolica aborde cette question en affirmant que « la fidélité au Concile ne peut agir dans une direction unique : on ne peut rester en-deçà du Concile, mais pas non plus aller au-delà27 ». En d’autres termes, la revue entend marquer les limites posées par les discours du pape sur l’herméneutique conciliaire et la nécessité d’ancrer la réception au corpus documentaire. Il ne faut pas oublier le contexte de la première réception, une période très dynamique, caractérisée d’un côté par l’effervescence de la recherche et de l’expérimentation (christologique, biblique, liturgique, œcuménique, etc.) et de l’autre par le début d’une contestation du Magistère qui s’explique notamment à la lumière de la contamination opérée par le Concile et poursuivie par le biais de contacts avec l’extérieur28. En même temps, le début de la contestation vient aussi de la confontation sur la nature, les résultats, la réception et l’application de Vatican II. Il ne m’est pas possible d’approfondir ici ces aspects qui ont d’ailleurs déjà fait l’objet d’analyses approfondies29. Une confirmation de la centralité de la question herméneutique vient d’un article de la théologienne Adriana Zarri publié dans Studi cattolici. Voici ce qu’elle écrit : « Il y a encore dans le catholicisme italien la peur que la théologie veuille dépasser les résultats du Concile. Cette peur s’est également manifestée dans la décision de certains de souligner que le congrès international de Rome concernait la théologie de Vatican II et pas la théologie à partir de Vatican II […]. Mais s’il est vrai qu’il faut approfondir la doctrine conciliaire, il est également vrai que cet approfondissement est déjà un avancement30. »

  • 31 Antonio Ambrosiano, « L’Associazione teologica italiana nasce a Napoli », Asprenas, n° 1- 2, janvie (...)
  • 32 Alfredo Marranzini (éd.), Fedeltà e risveglio nel dogma. L’insegnamento della Teologia alla luce de (...)
  • 33 Simona Segolini Ruta, Il rinnovamento teologico in Italia nell’attività dell’Associazione teologica (...)
  • 34 Maurizio Flick, « Il primo convegno dei teologi italiani », « A proposito del congresso di teologia (...)

8Entièrement consacré à la réception théologique du Concile, le congrès de Naples, organisé par la faculté de théologie S. Luigi, représente un signal très clair de la perception d’une crise. Parmi les thèmes abordés – la revue académique Asprenas l’explique31 –, il y a de nouveau l’obéissance de la théologie au Magistère, ainsi que cela a été illustré par Mgr Carlo Colombo, très proche de Montini et président de la Commission pour la culture théologique de la Cei32. À la conclusion des travaux, Colombo est élu président de l’Association des théologiens. En tant que porte-parole, il intervient à l’assemblée de la Cei pour critiquer la médiocrité de la théologie italienne et sa subordination à la théologie étrangère. Comme l’a affirmé son collègue Alfredo Marranzini, « le choix de Carlo Colombo ne fut pas dicté uniquement par son prestige, mais aussi par la fonction de contrôle de la théologie progressiste33 ». Dans La Civiltà cattolica, on parle d’une affirmation définitive de la théologie italienne34.

  • 35 Luciano Martini, Chiesa e cultura cattolica a Firenze nel Novecento, Roma, Edizioni storia e letter (...)
  • 36 Testimonianze, n. 81-82, janvier-février 1966.
  • 37 « Il convegno di Testimonianze. Quando il radicalismo dei giovani si integra con la responsabilità (...)
  • 38 En premier lieu l’archevêque de Florence, le cardinal Ermenegildo Florit. Cependant, à l’assemblée (...)
  • 39 « Rinnovamento religioso e morale di un grande popolo », dans Insegnamenti…, vol. V, 1967, p. 143-1 (...)

9Dans le catholicisme « de base », c’est le déroulement du premier congrès de la revue Testimonianze de Florence qui laisse entrevoir des fractures au sein de l’Église. Sans entrer dans le détail, il suffit de dire que la revue, fondée par Ernesto Balducci, constitue une référence du « progressisme » postconciliaire35. L’assemblée de janvier 1966 est consacrée aux « responsabilités du laïcat après le Concile ». Elle parle aussi de la liberté d’expression théologique, objet de l’intervention de Mario Gozzini, critique pour l’attitude de l’épiscopat face à la presse des laïcs36. La réunion de Florence est suivie attentivement par LAvvenire d’Italia, le quotidien dirigé par Raniero La Valle, et Il Regno, la revue de Bologne, forte de plus de 50 000 lecteurs37. Quelques mois après l’assemblée, la décision de retirer l’imprimatur à Testimonianze (en accord avec les requêtes de quelques évêques38) et la démission forcée de La Valle sont dénoncées par ces mêmes revues et par les « groupes spontanés » qui attaquent la répression romaine. Ce qui nous intéresse ici, c’est l’émergence d’une contestation sur la liberté d’expression théologique qui amène certains milieux à percevoir dans le pontificat de Paul VI un facteur de « restauration », bien que celle-ci soit « ajournée ». Cela est significatif également pour comprendre le résultat de l’assemblée de la Cei d’avril, centrée aussi sur le problème de la discipline en matière de théologie39, et l’exhortation Petrum et Paulum apostolos (22 février 1967), le signal le plus fort de l’état d’âme dans lequel le pape essayait de gérer le début de la difficile phase postconciliaire. Dans ce texte, le pape, célébrant le souvenir du martyre des apôtres, appelle le « Peuple de Dieu » à « une authentique et sincère profession de foi » afin de « la vivifier, purifier, confirmer et confesser ». Quelques lignes plus loin, Paul VI explique ainsi les raisons du nécessaire renouvellement de la profession de foi :

Et tandis que le sentiment religieux disparaît parmi les hommes de notre temps, privant la foi de ses fondements naturels, des opinions exégétiques ou théologiques nouvelles, souvent empruntées à d’audacieuses, mais aveugles, philosophies profanes, se sont ça et là insinuées dans le domaine de la doctrine catholique, remettant en cause et déformant le sens objectif de vérités enseignées avec autorité par l’Église, et, sous prétexte d’adapter la pensée religieuse à la mentalité du monde moderne, on s’éloigne de la direction du Magistère ecclésiastique, on confère à la réflexion théologique une orientation radicalement liée à l’historicisme, on ose dépouiller les Saintes Écritures de leur caractère historique et sacré, et on tente d’introduire au sein du Peuple de Dieu une mentalité dite postconciliaire, qui, du Concile, néglige la ferme cohérence dans ses vastes et magnifiques développements doctrinaux et législatifs avec le trésor de pensée et de praxis de l’Église pour bouleverser l’esprit de fidélité traditionnelle et pour diffuser l’illusion de donner au christianisme une nouvelle interprétation arbitraire et appauvrie. Que resterait-il du contenu de notre foi et de la vertu théologale qui la professe si ces tentatives, émancipées du suffrage du Magistère ecclésiastique, devaient l’emporter ?

10Et de conclure :

  • 40 « Petrum et Paulum apostolos », dans Acta Apostolicae Sedis, LIX, n. 3, 31 mars 1967, p. 193-200. V (...)

Nous n’avons pas l’intention de convoquer un jubilé particulier à cette fin, alors qu’on vient de célébrer celui que Nous avions fixé à la conclusion du Concile œcuménique ; mais nous vous exhortons tous, Vénérés Frères de l’épiscopat, à vouloir illustrer par la parole, à vouloir honorer avec une solennité religieuse particulière, à vouloir surtout réciter solennellement et à plusieurs reprises avec vos prêtres et vos fidèles le Credo, selon l’une ou l’autre des formules utilisées de cette prière catholique. […] Nous serions heureux d’apprendre que le Credo a été récité expressément en l’honneur de saint Pierre et de saint Paul, dans chaque cathédrale, en présence de l’évêque, du clergé, des élèves des séminaires, des laïcs catholiques militants pour le règne du Christ, des religieux et des religieuses et d’une assemblée des fidèles aussi nombreuse que possible. C’est ce que fera également toute paroisse pour sa communauté et de même toute maison religieuse. Ainsi suggérons-nous que cette profession de foi soit, un jour déterminé, transmise dans toutes les demeures où vivent des familles chrétiennes, dans toutes les associations catholiques, dans toutes les écoles catholiques, dans tous les hôpitaux catholiques et dans tous les lieux de culte, dans tous les milieux et dans toutes les réunions où la voix de la foi puisse exprimer et renforcer l’adhésion sincère à la vocation chrétienne commune. Ainsi donc, le centième anniversaire commémoratif de saint Pierre et saint Paul sera l’Année de la foi40.

  • 41 « L’anno della fede », La Civiltà cattolica, 118, vol. 1, n. 6, q. 2802, 18 mars 1967, p. 521- 526. (...)
  • 42 « Un caso esemplare », Il Gallo, 3, mars 1967, p. 13.

11Commentant le discours, La Civiltà cattolica affirme qu’avec ce texte et l’Année de la foi, le souverain pontife a confirmé la présence d’une crise profonde41. Pour sa part, la rédaction de Il Gallo préfère souligner la distance entre les inquiétudes du pape et les positions répressives de la Congrégation pour la doctrine de la foi42. Mais avant de conclure, il faut analyser le débat relatif au premier synode des évêques. Il s’agit en fait du moment le plus important pour sonder les réactions à l’opération d’Ottaviani et pour les mettre en relation avec le contexte.

Le synode des évêques et les réactions à la nouvelle profession de foi

  • 43 Antonino Indelicato, Il sinodo dei vescovi. La collegialità sospesa 1965-1985, Bologna, Il Mulino, (...)
  • 44 Une confirmation ultérieure des préoccupations des évêques italiens, et pas seulement des plus proc (...)
  • 45 Gino Concetti, « Magistero e ricerca », L’Osservatore romano, 9-10 octobre 1967 ; « Episcopato e la (...)
  • 46 « La libertà e l’amore, tra la Grazie e le leggi », Il Gallo, 4, avril 1967, p. 11-12.
  • 47 « I cattolici francesi nel 1967 », Studi cattolici, 74, mai 1967, p. 18-20.
  • 48 Karl Rahner, « Magistero e teologia dopo il Concilio », Rassegna di teologia, n. 3, mai-juin 1967, (...)

12Dans sa reconstitution de la préparation du synode des évêques, Antonino Indelicato a mis l’accent sur les réactions soulevées par la présentation, ajoutée in extremis, d’une positio concernant les opinions courantes dangereuses en matière de doctrine et d’athéisme43. À propos de la prise de position des évêques italiens dans le débat auquel a donné lieu la relation du cardinal Browne, les cardinaux Siri et Florit en partagent le contenu, substantiellement refusé par la majorité des Pères et réécrite par la commission44. L’Osservatore romano et La Civiltà cattolica se limitent à répéter que le Saint-Siège a raison de demander aux épiscopats des avis pour dépasser la crise de la foi45. Au contraire, dans Il Gallo, la polémique contre la résurgence de l’initiative curiale est bien marquée. En avril, Fabro était revenu sur Cum Oecumenicum pour exposer la réponse de l’épiscopat français et suggérer aux catholiques italiens de s’en inspirer46. Studi cattolici publie aussi ce document à l’intérieur d’un reportage sur le Post-Concile en France47. Enfin, Rassegna di teologia et Aggiornamenti sociali (revue des jésuites de Milan) avaient publié la réponse de Karl Rahner qui, dans Stimmen der Zeit, bien que reconnaissant l’existence des tendances citées par Ottaviani, critiquait la répétition monotone de la doctrine traditionnelle, insuffisante pour affronter les graves questions nées du Concile48.

  • 49 « La discussione sulla dottrina : ottimismo nostante tutto », Il Regno, 148, 1er décembre 1967, p.  (...)
  • 50 « Il sinodo dei vescovi », Testimonianze, 101, janvier 1968, p. 805-808 ; Pasquale Colella, « Il si (...)
  • 51 « Due verifiche postconciliari : il sinodo dei vescovi e il III congresso mondiale dell’apostolato (...)

13Concernant le synode, les conclusions sont commentées par Giovanni Caprile dans La Civiltà cattolica et par la rédaction de Il Regno. Sur les déviations doctrinales, la revue de Bologne s’attarde sur la réponse à la lettre d’Ottaviani rendue publique par les évêques français et souligne que le synode a confirmé cette attitude optimiste face à la crise49. Les évaluations de Testimonianze et de Pasquale Colella qui, dans la revue napolitaine Il Tetto, parle d’un échec de la Curie50, vont dans le même sens. Bien plus critique est la position de Questitalia, la revue de Wladimiro Dorigo, centre de coordination des « groupes spontanés », qui conteste l’organisation même du synode qu’elle estime être un organisme de collégialité insuffisant. La résurgence de Cum Oecumenicum est considérée comme la preuve d’une « restauration » en cours : « Malgré le Concile et l’attitude de la majorité des évêques, la Curie romaine continue imperturbable et Paul VI lui-même se laisse influencer excessivement et il s’inquiète de manière exagérée en raison de dangers qui existent, mais qui lui sont présentés très amplifiés […]. La question est d’intervenir vraiment sur les dangers et non de présenter des positions théologiques génériques et extrémisées dans lesquelles en fait personne ne se reconnaît51. »

  • 52 José Luis Illanes, « A che punto è la ricerca teologica in Italia ? », Studi cattolici, 84, mars 19 (...)
  • 53 Giuseppe De Rosa, « La dichiarazione della commissione cardinalizia sul “nuovo catechismo olandese” (...)
  • 54 « Paolo VI chiude l’Anno della fede con il Credo del popolo di Dio », La Civiltà cattolica, q. 2833 (...)

14Les échos de Cum Oecumenicum parviennent jusqu’à l’été 1968. À la deuxième conférence de l’Association des théologiens, Florit et Garrone reviennent sur la crise en cours et s’en prennent aux risques que comportent les nouvelles théologies de la « mort de Dieu » (Robinson, Altizer, Vahanian, etc.52). Le 30 juin 1968, la profession de foi de Paul VI voit le jour en réponse au catéchisme hollandais. En Italie, on avait beaucoup discuté de la situation néerlandaise, ce dont témoignent, entre autres, les articles de Giuseppe De Rosa dans La Civiltà cattolica, de Nando Fabro et de la rédaction dans Il Regno, qui publie la réponse de l’épiscopat hollandais à la lettre d’Ottaviani53. Concernant le Credo, La Civiltà cattolica parle d’une clarification nécessaire pour défendre la doctrine des dangers de la « démythologisation » et du « subjectivisme54 ». Mais le silence de la majorité des revues « progressistes » semble bien traduire une situation de tension encore très forte.

  • 55 Ugo Emilio Lattanzi, « Il Collegio episcopale in rapporto al Papa », Renovatio, 1, 1966, p. 5-15 ; (...)

15Pour conclure, on voudrait souligner qu’au moyen de cette sélection d’articles, on a voulu montrer que les réactions aux efforts de la Congrégation pour la doctrine de la foi s’inscrivent dans le contexte du début d’une crise dont les acteurs donnent des lectures différentes. De ce point de vue, la lettre d’Ottaviani et surtout la discussion synodale apparaissent comme des révélateurs des différentes positions. Dans un débat en substance interne aux partisans de l’aggiornamento, les efforts d’Ottaviani pour « rouvrir la question doctrinale », afin de la ramener à des affirmations préconciliaires, ne trouvent leur place qu’à l’intérieur d’un secteur très limité (on peut penser aux articles de Renovatio sur les dangers de l’athéisme et sur les limites de la collégialité55). En même temps, l’opération s’inscrit effectivement dans un cadre marqué par la perception d’une crise théologique. En ce qui concerne les revues des laïcs les plus engagées dans la réception conciliaire, les préoccupations exprimées par La Civiltà cattolica et les universités romaines représentent le signal d’une volonté d’ancrer l’évolution conciliaire au corpus documentaire. D’où la tentative de Il Gallo et de Testimonianze d’attaquer le « parti de l’Anti-Concile » pour inciter le pape à poursuivre l’aggiornamento, une ligne de laquelle se détachent Questitalia et les « groupes spontanés », convaincus que le pape est à la tête d’un projet de restauration. De l’autre côté se trouvent les évêques qui, sans adopter le pessimisme d’Ottaviani, identifient un risque de débordement de la Tradition et d’alignement sur la pensée moderne. À la veille de l’explosion de la contestation du Magistère et de la polémique autour de Humanae Vitae, sur le terrain de la liberté théologique, commencent à se définir les courants qui vont caractériser la première phase de discussion concernant la réception de Vatican II en Italie.

Notes

1 Asprenas ; Divus Thomas ; Rassegna di teologia ; Vita e Pensiero.

2 Il Regno ; Concilium ; Il Gallo ; Il Tetto ; Testimonianze ; Relazioni sociali ; Aggiornamenti sociali ; Humanitas ; Momento ; Questitalia.

3 Renovatio ; Palestra del clero. Sur les caractères de la presse catholique en Italie dans les années 1960, voir Daniela Saresella, Dal Concilio alla contestazione. Riviste cattoliche negli anni del cambiamento (1958-1968), Brescia, Morcelliana, 2005, 489 p.

4 Je me suis occupé de l’origine de la contestation catholique en relation à la « réception politique » de Vatican II dans La contestazione cattolica. Movimenti, cultura e politica dal Vaticano II al ’68, Roma, Viella, 2016, 283 p.

5 Gerd Rainer Horn, The Spirit of Vatican II. Western European Progressive Catholicism in the Long Sixties, Oxford, Oxford University Press, 2015, 264 p. Pour la France, Denis Pelletier, La Crise catholique. Religion, société, politique, 1965-1978, Paris, Payot, 2002, 321 p. et Denis Pelletier, Jean-Louis Schlegel (dir.), À la gauche du Christ. Les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours, Paris, Seuil, 2012, 620 p. Pour un regard sur les États-Unis et l’Angleterre, Mark S. Massa, The American Catholic Revolution. How the Sixties Changed the Church Forever, Oxford, Oxford University Press, 2010, 224 p. et Hugh Mcleod, The Religious Crisis of the 1960s, Oxford, Oxford University Press, 2009, 300 p.

6 Giuseppe Alberigo, « La Chiesa italiana tra Pio XII e Paolo VI », dans Chiese italiane e Concilio. Esperienze pastorali nella Chiesa italiana tra Pio XII e Paolo VI, dir. Giuseppe Alberigo, Genova, Marietti, 1988, p. 20.

7 Giovanni Miccoli, « Chiesa e società in Italia dal Concilio Vaticano I (1870) al pontificato di Giovanni XXIII », in Storia d’Italia, vol. V, Torino, Einaudi, 1973, p. 1493-1548 ; Arturo Carlo Jemolo, Chiesa e Stato in Italia dalla Unificazione a Giovanni XXIII, Torino, Einaudi, 1965, 344 p.

8 Giuseppe Alberigo, « Santa Sede e vescovi nello stato unitario. Verso un episcopato italiano (1958-1985) », in Giorgio Chittolini, Giovanni Miccoli (dir.), La Chiesa e il potere politico dal Medioevo all’età contemporanea, Torino, Einaudi, 1986, p. 857-876.

9 Lorenzo Bedeschi, La sinistra cristiana e il dialogo con i comunisti, Parme, Ugo Guanda editore, 1966, 347 p.

10 Atti dell’Assemblea Generale della Conferenza Episcopale Italiana, Roma, 4-7 aprile 1967, Roma, Cei, 1967, p. 151-153. Concernant les questions doctrinales, la Conférence exhortait l’épiscopat à assumer une attitude qui, si elle n’était pas pessimiste, se voulait tout de même attentive.

11 Il Tempo, 30 août 1966.

12 « Lettera della S. Congregazione per la Dottrina della Fede alle Conferenze episcopali », Civiltà cattolica, q. 2793, 5 novembre 1966, p. 292-294.

13 « Ombre e luci ? », L’Osservatore romano, 28 août 1966.

14 Paolo Zanini, La rivista « Il Gallo ». Dalla tradizione al dialogo (1946-1965), Milano, Biblioteca francescana Edizioni, 2012, 254 p.

15 « Un documento discusso ma rivelatore », Il Gallo, 16, n. 236, décembre 1966, p. 16-17.

16 « Interpretazioni errate delle norme conciliari », Corriere della sera, 30 août 1966.

17 « I Galli » se réfèrent aux observations de Robert Rouquette sur la réception de la lettre dans les milieux de l’intégrisme français, Études, novembre 1966, p. 575-578.

18 Voir aussi L’Osservatore Romano, 17-18 octobre 1966.

19 « Le tensioni attuali : alba di un pluralismo ? », Il Gallo, 1, n. 240, janvier 1967, p. 11-13.

20 « Rinnovamento del cattolicesimo italiano », La Civiltà cattolica, q. 2786, 16 juillet 1966, p. 105-111. Voir Giovanni Tassani, La cultura politica della destra cattolica, Roma, Colnes edizioni, 1976, 238 p. et Vittorio De Marco, Le barricate invisibili. La Chiesa in Italia tra politica e società (1945-1978), Potenza, Congedo, 1994, p. 177-180.

21 « I cattolici e l’attuazione del Concilio », La Civiltà cattolica, q. 2790, 17 septembre 1966, p. 449-453.

22 « L’udienza generale », in Encicliche e discorsi di Paolo VI, Roma, Edizioni Paoline, vol. 8, 1966, p. 571-577.

23 « Al Sacro Collegio e alla Prelatura Romana », in Insegnamenti di Paolo VI, vol. III 1965, Città del Vaticano, Typis Polyglottis Vaticanis, 1966, p. 795-802 ; « L’udienza generale », in Encicliche e discorsi di Paolo VI, vol. 9, Roma, 1966, p. 49-58.

24 « Congresso internazionale sulla Teologia del Concilio », in Insegnamenti…, vol. IV, 1966, p. 441-447. Voir Fulvio De Giorgi, Paolo VI. Il papa del moderno, Brescia, Morcelliana, 2015, p. 441-625 ; Philippe Chenaux, Paul VI. Le souverain éclairé, Paris, Cerf, 2015, p. 195- 253.

25 Vinicio Contestabile, « Congresso internazionale sulla teologia del Vaticano II », Divus Thomas, fasc. IV, octobre-décembre 1966, p. 393-396.

26 Domenico Grasso, « A proposito del congresso di teologia conciliare », La Civiltà cattolica, q. 2792, 15 octobre 1966, p. 105-114. Pour la chronique, voir Alfredo Marranzini, « Echi del congresso di teologia conciliare », Rassegna di teologia, n. 6, juin 1966, p. 323-328.

27 « Siamo chiamati a una più esigente fedeltà al Concilio », La Civiltà cattolica, q. 2789, 21 janvier 1967, p. 105-110.

28 Alberto Melloni, « Da Giovanni XXIII alle Chiese italiane del Vaticano II », dans Gabriele De Rosa, Tullio Gregory, André Vauchez (dir.), Storia dell’Italia religiosa, vol III, Roma-Bari, Laterza, 1995, p. 361-403 ; Guido Verucci, « La Chiesa postconciliare », dans Francesco Barbagallo (dir.), Storia dell’Italia repubblicana, vol. II, Torino, Einaudi, 1995, p. 299-382.

29 Massimo Faggioli, Vatican II. The battle for meaning, New York, Paulist Press, 2012, 224 p.

30 Adriana Zarri, « La teologia dopo il Concilio », Studi cattolici, 72, mars 1967, p. 32-33.

31 Antonio Ambrosiano, « L’Associazione teologica italiana nasce a Napoli », Asprenas, n° 1- 2, janvier-juin 1967, p. 168-171.

32 Alfredo Marranzini (éd.), Fedeltà e risveglio nel dogma. L’insegnamento della Teologia alla luce del Vaticano II. I Congresso nazionale di Napoli, gennaio 1967, Milano, Ancora, 1967, 303 p.

33 Simona Segolini Ruta, Il rinnovamento teologico in Italia nell’attività dell’Associazione teologica italiana, dissertation doctorale, Faculté théologique de l’Italie centrale, Florence, 2010, p. 26.

34 Maurizio Flick, « Il primo convegno dei teologi italiani », « A proposito del congresso di teologia conciliare », La Civiltà cattolica, q. 2798, 21 janvier 1967, p. 111-117.

35 Luciano Martini, Chiesa e cultura cattolica a Firenze nel Novecento, Roma, Edizioni storia e letteratura, 2009, p. 353-403 ; Maria Cristina Giuntella, « Testimonianze e l’ambiente cattolico fiorentino », dans Sergio Ristuccia (dir.), Intellettuali cattolici tra riformismo e dissenso, Milano, Edizioni di Comunità, 1975, p. 231-315.

36 Testimonianze, n. 81-82, janvier-février 1966.

37 « Il convegno di Testimonianze. Quando il radicalismo dei giovani si integra con la responsabilità dei maturi », Il Regno, n. 112, 15 février 1966, p. 67. Voir Gino Benvenuti, Informare i cattolici. La rivista Il Regno, 1966-1971, Reggio Emilia, Bonhoeffer edizioni, 1980, 165 p.

38 En premier lieu l’archevêque de Florence, le cardinal Ermenegildo Florit. Cependant, à l’assemblée de la Cei d’avril 1967, la proposition d’instituer une commission pour le contrôle de la presse est refusée par la majorité.

39 « Rinnovamento religioso e morale di un grande popolo », dans Insegnamenti…, vol. V, 1967, p. 143-151.

40 « Petrum et Paulum apostolos », dans Acta Apostolicae Sedis, LIX, n. 3, 31 mars 1967, p. 193-200. Voir aussi le message de la Cei pour l’Année de la foi publié dans Il Regno, 13, juillet 1967, p. 273.

41 « L’anno della fede », La Civiltà cattolica, 118, vol. 1, n. 6, q. 2802, 18 mars 1967, p. 521- 526. Voir également « La fede “vittoria che vince il mondo” », ibid., vol. 3, n. 1, q. 2809, 1er juillet 1967, p. 3-8.

42 « Un caso esemplare », Il Gallo, 3, mars 1967, p. 13.

43 Antonino Indelicato, Il sinodo dei vescovi. La collegialità sospesa 1965-1985, Bologna, Il Mulino, 2008, p. 109-136. On trouve un vaste recueil de documents dans Giovanni Caprile (éd.), Il sinodo dei vescovi : prima assemblea generale, 29 settembre-29 ottobre 1967, Roma, Edizioni La Civiltà cattolica, 1968, 672 p.

44 Une confirmation ultérieure des préoccupations des évêques italiens, et pas seulement des plus proches de la Congrégation, vient aussi du Notiziario della Conferenza Episcopale Italiana qui, dans son numéro de novembre 1967, évoque une synthèse des positions des prélats italiens sur l’« état de désarroi, d’incertitude et d’embarras produit par la diffusion d’opinions ou de tentatives de recherche qui secouaient les positions traditionnelles », « De opinionibus periculosis hodiernis necnon de atheismo », Notiziario della Conferenza Episcopale Italiana, n. 10, novembre 1967, p. 17-20. Voir, pour les positions des conférences épiscopales régionales, Francesco Sportelli, La Conferenza Episcopale Italiana (1952-1972), Galatina, Congedo Editore, 1994, p. 253-255.

45 Gino Concetti, « Magistero e ricerca », L’Osservatore romano, 9-10 octobre 1967 ; « Episcopato e laicato a servizio dell’unico Popolo di Dio », La Civiltà cattolica, q. 2815, 7 octobre 1967, p. 3-5.

46 « La libertà e l’amore, tra la Grazie e le leggi », Il Gallo, 4, avril 1967, p. 11-12.

47 « I cattolici francesi nel 1967 », Studi cattolici, 74, mai 1967, p. 18-20.

48 Karl Rahner, « Magistero e teologia dopo il Concilio », Rassegna di teologia, n. 3, mai-juin 1967, p. 163-171 ; Id., « Il dialogo all’interno della Chiesa », Aggiornamenti sociali, n. 6, juin 1967, p. 417-433.

49 « La discussione sulla dottrina : ottimismo nostante tutto », Il Regno, 148, 1er décembre 1967, p. 457-460.

50 « Il sinodo dei vescovi », Testimonianze, 101, janvier 1968, p. 805-808 ; Pasquale Colella, « Il sinodo dei vescovi », Il Tetto, 25, février 1968, p. 12-18.

51 « Due verifiche postconciliari : il sinodo dei vescovi e il III congresso mondiale dell’apostolato dei laici », Questitalia, 116-117, décembre 1967, p. 60-68. Voir Marcello Vigli, « Questitalia. Una via cattolica alla laicità », dans Lucia Ceci, Laura Demofonti (éd.), Chiesa, laicità e vita civile. Studi in onore di Guido Verucci, Roma, Carocci, 2005, p. 419-434. Sur le spontanéisme postconciliaire, voir Nando Fabro, I cattolici e la contestazione, Fossano, Esperienze, 1970, 167 p.

52 José Luis Illanes, « A che punto è la ricerca teologica in Italia ? », Studi cattolici, 84, mars 1968, p. 211-213 ; « Dio non è morto », La Civiltà cattolica, q. 2834, 20 juillet 1968, p. 105-110 ; « Dio è morto ? », Il Gallo, n. 1, janvier 1968, p. 2-4.

53 Giuseppe De Rosa, « La dichiarazione della commissione cardinalizia sul “nuovo catechismo olandese” », La Civiltà cattolica, q. 2843, 7 décembre 1968, p. 421-435 ; Nando Fabro, « Gli olandesi tra due pluralismi », Il Gallo, n. 2, février 1968, p. 4-5 ; « La risposta dell’episcopato olandese all’inchiesta del card. Ottaviani », Il Regno, XII, n. 155/6, 15 mars 1968, p. 101-109.

54 « Paolo VI chiude l’Anno della fede con il Credo del popolo di Dio », La Civiltà cattolica, q. 2833, 6 juillet 1968, p. 3-13.

55 Ugo Emilio Lattanzi, « Il Collegio episcopale in rapporto al Papa », Renovatio, 1, 1966, p. 5-15 ; Piero Vassallo, « La dialettica della ragione atea, cioè la dialettica dello stolto e del sapiente », ibid.

© LARHRA, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search