Version classiqueVersion mobile

Renouveau conciliaire et crise doctrinale. Rome et les Églises nationales (1966-1968)

 | 
Christian Sorrel

Perspectives nationales

La Suisse et la lettre du cardinal Ottaviani

Lorenzo Planzi

Texte intégral

1 Aucune réponse des évêques suisses à la lettre du 24 juillet 1966 du cardinal Alfredo Ottaviani n’a jamais été rendue publique, au contraire de celles des conférences épiscopales française et hollandaise. En conséquence, les interrogations se multiplient. Comment la lettre Cum Oecumenicum du pro-préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi a-t-elle été reçue en terre helvétique ? Qu’en est-il des échos de la presse et surtout de la réaction de l’épiscopat quant aux « erreurs » qui, d’après Ottaviani, mettraient en danger la doctrine catholique ?

2L’ordre de discuter de la lettre, dont l’objectif est de dresser le décalogue des erreurs les plus fréquentes dans l’interprétation et l’application des textes de Vatican II, est effectivement suivi par les évêques suisses. Nous avons trouvé une première réponse aux archives de la Conférence des évêques suisses (CES), dont la constitution remonte à l’époque du Kulturkampf, et plus précisément à l’année 1863. C’est au cours de la 115e séance, qui se tient du 5 au 6 septembre 1966 à l’abbaye bénédictine d’Einsiedeln, dans le canton de Schwyz, en Suisse centrale, que la question est abordée. Tous les évêques des diocèses suisses, dépendant directement du Saint-Siège, y sont présents. Il s’agit des mêmes personnalités qui ont pris part, en tant que Pères conciliaires, à Vatican II : pour la Suisse alémanique, l’évêque de Bâle, Franz von Streng, l’évêque de Coire, Johannes Vonderach, l’évêque de Saint-Gall, Joseph Hasler, sans oublier l’abbé d’Einsiedeln, Raymund Tschudi, également membre de la CES ; pour la Suisse romande (francophone), l’évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, François Charrière, l’évêque de Sion, Nestor Adam, sans oublier Louis-Séverin Haller, abbé de Saint-Maurice et évêque de Bethléem ; pour la Suisse italienne, enfin, Angelo Jelmini, administrateur apostolique du Tessin, qui est aussi le président de la CES (seul cas dans l’histoire où un Suisse italien a présidé les évêques suisses).

  • 1 Angelo Jelmini (Muralto, Tessin, 1893-Lugano, 1968) est ordonné prêtre en 1917 après ses études au (...)
  • 2 Archives de la Conférence des évêques suisses, Fribourg, C.I.I./Protocoll der 115. Sitzung der schw (...)
  • 3 Ibid.

3Après l’ouverture par le chant du Veni Creator, entonné par les évêques présents, Mgr Angelo Jelmini1 donne connaissance à ses confrères – nous citons, en traduisant du procès-verbal de la séance en langue allemande – « d’un document de la Congrégation pour la doctrine de la foi qui, malgré son caractère confidentiel, a déjà été publié par la presse non catholique2 ». Immédiatement, la possibilité d’une réponse commune des évêques helvétiques est écartée, à cause sans doute (Mgr Jelmini en est bien conscient) des sensibilités diverses des membres de la Conférence. Le président propose donc aux évêques suisses de prendre position individuellement face aux interrogations soulevées par le cardinal Alfredo Ottaviani. Et il invite chaque évêque à envoyer directement à Rome la réponse de son diocèse, ce qui fait que ces réponses ne sont malheureusement pas conservées aux archives de la CES. Comme en témoigne encore le procès-verbal, « cette proposition est acceptée à l’unanimité3 ».

4Au lendemain de la séance d’Einsiedeln, la Conférence des évêques suisses, par la voix de son président, Mgr Angelo Jelmini, écrit au cardinal Ottaviani, le 19 septembre 1966 :

  • 4 Archives de la CES, C.1.1., lettre de Angelo Jelmini au cardinal Alfredo Ottaviani, Sion, le 19 sep (...)

Éminence,
À l’occasion de leur réunion annuelle, les évêques suisses ont pris acte de la lettre du dicastère dont vous êtes le secrétaire. Les évêques suisses ont regretté vivement que le document secret a été publié par la presse non catholique avant même qu’ils eussent la possibilité d’en prendre connaissance. Une telle indiscrétion pourrait gravement atteindre leur libre délibération. Les évêques suisses ont pris la résolution de prendre position individuellement aux questions posées par la lettre et envoyer leurs réponses directement à la Congrégation pour la doctrine de la foi4.

5La balle est donc renvoyée aux diocèses. Mais qu’en est-il, avant cela, des révélations de la presse non catholique à propos de la lettre Cum Oecumenicum ? Et cela dans les trois régions linguistiques de la Confédération, c’est-à-dire en Suisse romande, en Suisse alémanique et, au Sud des Alpes, en Suisse italienne. Si en Italie, c’est le quotidien romain Il Tempo qui est le premier à révéler l’information, suivi en France par Le Monde, en terre helvétique, ce n’est ni en Suisse italienne ni en Suisse romande que les indiscrétions sont dévoilées en premier. D’après notre recherche, c’est le quotidien de Zurich Neue Zürcher Zeitung, principal journal de référence du pays, fondé en 1780 en tant que quotidien libéral de centre droit, qui, en date du 31 août 1966, dévoile en premier l’indiscrétion de l’enquête du cardinal Ottaviani, sans toutefois publier le texte romain. Et c’est un mois plus tard, le 29 septembre 1966, que le texte du pro-préfet pour la Congrégation de la doctrine de la foi est publié, en entier, toujours par la Neue Zürcher Zeitung.

  • 5 Libera Stampa, 18 juillet 1968.
  • 6 Giornale del Popolo, 20 janvier 1968.

6Quant à la Suisse italienne, le texte du cardinal Ottaviani n’y est publié par aucun journal. Ce n’est que deux ans plus tard, en juillet 1968, que le journal socialiste Libera Stampa fait une allusion à Ottaviani, « vecchio carabiniere di Santa Madre Chiesa5 ». Le quotidien de l’évêché, Giornale del Popolo, reprend quant à lui, en janvier 1968, un article du journal italien L’Europeo, dans lequel Ottaviani rejette les accusations de conservatisme. À propos de la lettre Cum Oecumenicum, celui-ci déclare : « Malheureusement, la crise doctrinale n’est pas due à la masse du peuple, qui reste fidèle à ses traditions de foi et de morale, mais elle est due à certains théologiens qui ont perdu le bon chemin, et cela spécialement en certains pays6. »

  • 7 Choisir, octobre 1966.
  • 8 Journal de Genève, 4 novembre 1966.

7Et en Suisse romande ? Aucune allusion à la lettre ni dans la Gazette de Lausanne, ni dans La Liberté à Fribourg, ni dans L’Impartial à Neuchâtel, ni même dans la revue culturelle des jésuites de Genève Choisir, où on lit cependant, dans l’édition d’octobre 1966 : « Le Concile semble n’avoir rien changé dans l’Église ou si peu que des chrétiens, déçus, viennent à douter de son utilité7. » Le seul journal qui traite vraiment de la lettre Cum Oecumenicum est le Journal de Genève, quotidien d’orientation libérale, fondé en 1826 et publié jusqu’en 1998. Dans l’édition du 4 novembre 1966, cet organe caractéristique de la cité de Calvin présente la lettre du cardinal Ottaviani et surtout les anticipations quant à la réponse des évêques français, considérant que la requête romaine présente « un caractère pénible ». On y lit : « La psychologie, la psychanalyse nous forcent à repenser certains problèmes fondamentaux et enrichissent notre vision. Refuser leur apport serait nous priver d’un bénéfice certain. Toutes les grandes époques de renouveau du christianisme furent celles où la pensée théologique sut assimiler les pensées profanes. » Et encore : « Pour l’épiscopat français, la foi n’est donc pas en danger et, s’il y a des bavures selon l’expression d’un chroniqueur religieux, c’est plutôt jugé comme le signe d’une saine vitalité. On se leurrerait toutefois en ne considérant pas les ombres du tableau : les catholiques français, dans leur masse, suivent difficilement l’évolution en cours et la hiérarchie est obligée de composer avec leur pesanteur8. »

  • 9 Orientierung, 30 octobre 1966.
  • 10 Ibid.

8En Suisse, c’est donc la presse libérale des grandes villes réformées, Zurich et Genève, qui s’occupe le plus, et de manière critique, de la lettre d’Ottaviani. Mais la remise en cause la plus radicale de la lettre Cum Oecumenicum arrive toutefois de la revue jésuite Orientierung, publiée à Zurich. Dans l’édition du 30 octobre 1966, elle attaque avec virulence le questionnaire. Le titre de l’article, signé par M. Brändle, est révélateur : « Wir kommentieren den Fragebogen von Kardinal Ottaviani. Rückfall in die vorkonziliare Zeit9 ? » (« Nous commentons le questionnaire du cardinal Ottaviani. Retour à l’époque préconciliaire ? »). Et le contenu est en phase. La revue, en citant un article paru dans la revue française Le Monde et la Vie, dénonce la « joie des intégristes » face à ce questionnaire et se demande si le document d’Ottaviani a pour objectif l’unité de l’Église ou plutôt sa division : « En quoi consiste l’unité de l’Église ? Est-ce seulement la doctrine qui crée l’unité de l’Église ? Ou bien l’unité peut-elle se comprendre par l’approbation de la raison des fidèles aux vérités de la foi ? L’unité de la confiance a une valeur fondamentale, avec laquelle on ne joue pas, et qui est maintenant menacée par ce questionnaire10. »

  • 11 Ibid.
  • 12 Lettre du cardinal Alfredo Ottaviani aux présidents des conférences épiscopales, 24 juillet 1966.

9 Orientierung met en évidence le fait que la Congrégation pour la doctrine de la foi pense différemment du Concile, ce qui mettrait en danger l’unité de l’Église. De plus, la revue jésuite rapproche le questionnaire du cardinal Ottaviani de l’encyclique Humani Generis, promulguée en 1950 par Pie XII, concernant des « opinions et erreurs modernes menaçant de miner les fondements de la doctrine catholique11 ». Sur les dix points soulevés par Ottaviani en 1966, Orientierung en retrouve sept déjà dénoncés dans l’encyclique de 1950, c’est-à-dire l’interprétation de l’Écriture sainte, le relativisme dogmatique, une considération limitée de l’enseignement ordinaire de l’Église, le relativisme de la connaissance, la transsubstantiation, le péché originel, l’irénisme. Plus concrètement, la revue met en parallèle un passage du questionnaire Ottaviani avec un passage d’Humani Generis. On lit dans la lettre de 1966 : « Au sujet de la présence réelle du Christ sous les espèces du pain et du vin, il en est qui dissertent en favorisant un symbolisme exagéré, comme si le pain et le vin n’étaient pas changés par la transsubstantiation au Corps et au Sang de Notre-Seigneur Jésus-Christ, mais étaient simplement transférés à une certaine signification12. » Et dans l’encyclique de Pie XII, on lit :

  • 13 Pie XII, Humani Generis, 1950.

Il s’en trouve encore pour prétendre que la doctrine de la transsubstantiation, toute fondée sur une notion philosophique périmée (la notion de substance), doit être corrigée, de telle sorte que la présence réelle dans la sainte Eucharistie soit ramenée à un certain symbolisme, en ce sens que les espèces consacrées ne seraient que les signes efficaces de la présence spirituelle du Christ et de son intime union avec les membres fidèles dans le Corps mystique13.

  • 14 Orientierung, 30 octobre 1966.

10L’article de la revue jésuite conclut en invitant les évêques, y compris les évêques suisses, à faire savoir à l’autorité romaine, avec respect mais décision, « qu’ils ne considèrent pas les points soulevés comme sans importance, mais que toutefois, afin de servir la foi dans la vérité, ceux-ci doivent être travaillés dans le sens des documents conciliaires et non pas selon la manière anachronique du questionnaire14 ».

  • 15 Lettre du cardinal Alfredo Ottaviani aux présidents des conférences épiscopales, 24 juillet 1966.
  • 16 Archives du diocèse de Bâle, Dossier « M 1874 Glaubenskongregation ».

11Qu’en est-il, dans ce contexte, des réponses adressées par les évêques à Rome ? Notre quête des sources documentaires a commencé aux archives du diocèse de Bâle, le plus peuplé de la Suisse, restauré en 1828, avec le siège épiscopal à Soleure et comprenant actuellement, en plus du Jura francophone, les cantons alémaniques d’Argovie, Bâle-Campagne, Bâle-Ville, Berne, Lucerne, Schaffhouse, Soleure, Thurgovie, Zoug. Mais si la lettre Cum Oecumenicum demande d’en « référer au Saint-Siège d’une manière opportune en faisant connaître leur avis avant les fêtes de Noël15 », celles-ci ne conservent, dans le dossier de la Congrégation pour la doctrine de la foi, qu’une copie de la lettre du cardinal Ottaviani sur laquelle Mgr Franz von Streng a écrit, de sa propre main, « bis Weihnachten16 » (« jusqu’à Noël »). Mais sa réponse, si jamais elle a été rédigée, n’est pas jointe au dossier.

  • 17 François Charrière (Cerniat, Fribourg, 1893-Fribourg, 1976), élève au collège Saint-Michel de Fribo (...)
  • 18 À l’époque de la Réforme, l’évêque de Genève se réfugie à Annecy en 1568, celui de Lausanne à Fribo (...)

12De Coire à Lugano, de Saint-Gall à Sion, nous avons recherché les réponses des autres évêques, mais, dans la plupart des fonds épiscopaux, aucun dossier n’a pu être retrouvé ou consulté. Est-ce que certains évêques n’ont pas répondu à la sollicitation ? Cela n’est pas à exclure. Mais à Fribourg, aux archives du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg, la réponse de Mgr François Charrière17 a pu être facilement repérée. Ce diocèse est le plus vaste en terre romande, comprenant le canton catholique de Fribourg, ainsi que les cantons mixtes de Lausanne, Genève et Neuchâtel. Ses frontières sont le résultat d’une longue évolution : le siège épiscopal de Genève est mentionné dès 441, celui de Lausanne au VIe siècle18. Et le diocèse se trouve à la frontière de la France. Y trouverait-on les mêmes orientations que dans la réponse des évêques français qui rejettent « le caractère pénible » et « l’accent négatif » du document romain ? Il n’en est rien et Mgr Charrière écrit en ces termes, le 25 novembre 1966, au cardinal Ottaviani :

  • 19 Archives du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg (LGF), V.I.3, S. C. pour la doctrine de la foi, (...)

Éminence,
La Congrégation pour la doctrine et la foi a demandé aux conférences épiscopales de renseigner le Saint-Siège sur différents courants d’idées qui touchent à la foi et qu’on constate en plusieurs milieux à l’heure actuelle. Dans leur dernière conférence de septembre, les évêques suisses ont décidé de répondre chacun pour leur compte à cette enquête du Saint-Siège. J’ai donc l’honneur de faire rapport à ce sujet, pour ce qui regarde le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg19.

13La première pensée de Mgr Charrière est, au contraire de ses confrères de France, de remercier le pape et le cardinal Ottaviani en s’interrogeant à ce propos :

  • 20 Ibid.

Comment peut-on faire reproche au Saint-Siège, comme cela est arrivé en divers milieux, de s’inquiéter en ce qui touche aux problèmes de la foi ? N’est-ce pas le devoir le plus grave, pour le pape et les évêques, que de veiller à l’intégrité de la foi ? Comment peut-on aussi reprocher au Saint-Siège d’avoir publié cette demande d’enquête, le Saint-Siège s’y est résolu parce que la presse en a parlé et que le moindre mal était bien en définitive de publier ce document. Nous sommes nombreux, croyez-le bien, Éminence, à avoir souffert avec le souverain pontife et vous-même de l’état d’esprit qui s’est manifesté en plusieurs publications20.

  • 21 Diocèses de Suisse romande : aspects sociologiques et religieux, Lausanne, Action catholique romand (...)
  • 22 Charles Journet (Genève, 1891-Fribourg, 1975), entré au séminaire après un apprentissage en banque, (...)

14La position de l’évêque, opposée à celle des évêques de France, peut s’expliquer par une situation pastorale bien différente en terre romande, à tel point qu’une enquête sociologique de 1961 juge que, dans les paroisses rurales, le clergé est certes « zélé », mais en même temps « sous-occupé21 ». Mais la réponse de Charrière à Ottaviani peut se lire également en fonction de la présence, à Fribourg, d’une élite culturelle imprégnée de traditionalisme, dans laquelle s’insèrent des protagonistes de premier plan dans certaines réactions critiques face aux innovations liturgiques, entre autres, du Concile Vatican II. Au séminaire de la cité sur la Sarine, le professeur Charles Journet22, cardinal en 1965, représente la référence théologique pour l’étude du thomisme. À Fribourg, la figure de Mgr Marcel Lefebvre, futur fondateur de la Fraternité Saint-Pie-X, a une audience certaine dans plusieurs milieux ecclésiastiques. Il n’est donc pas étonnant que Mgr Charrière dénonce, dans sa lettre au Saint-Siège, certaines influences qui arrivent, en Suisse romande, de France ou de Belgique.

  • 23 Archives du diocèse de LGF, V.I.3, S. C. pour la doctrine de la foi, lettre de Mgr Charrière au car (...)

15Ces influences, perçues comme négatives, s’exerceraient par la voie de journaux et de revues, mais également par le passage en terre helvétique de prédicateurs venus de l’étranger. L’évêque confie au cardinal Ottaviani avoir reçu plusieurs plaintes à ce sujet et avoir demandé en conséquence des renseignements aux supérieurs religieux : « Il m’est arrivé déjà de retirer les pouvoirs à des prêtres trop avancés. Il s’agit généralement de positions inadmissibles concernant le culte de l’Eucharistie et le culte marial. Sur ce dernier point, il est même arrivé que j’aie dû mettre à l’ordre quelques prêtres de chez nous. Mais c’est une infime minorité. » L’évêque signale également au cardinal Ottaviani que la revue Orientierung publie parfois « des articles dangereux et inadmissibles ». Et à propos de l’article d’octobre 1966, cité plus haut, il avoue avoir protesté auprès de la revue et des jésuites de Zurich : « Cette revue, qui prétend nous orienter, publie quelques articles excellents, mais d’autres au contraire font beaucoup de mal23. »

  • 24 Louis-Séverin Haller (La Tour-de-Peilz/VD, 1895-Orselina/TI, 1987), après le noviciat à l’abbaye de (...)
  • 25 Archives de l’abbaye de Saint-Maurice, fonds de Mgr Haller (COM 345/510/6), lettre de Mgr Haller au (...)

16Le rôle de certains journaux, de la radio et la télévision est également mis en évidence dans la réponse de Mgr Louis Haller24, évêque titulaire de Bethléem et abbé de l’abbaye territoriale de Saint-Maurice, située dans le canton du Valais, en Suisse francophone. Cette abbaye, le plus ancien monastère d’Occident toujours en fonction, a été fondée en 515 par le futur roi burgonde Sigismond. Depuis 1128, la congrégation des chanoines réguliers de Saint-Maurice d’Agaune, ayant remplacé les moines, y vit selon la règle de saint Augustin. Dans sa correspondance (sans date), Mgr Haller déclare avoir pris connaissance des instructions de la Congrégation pour la doctrine de la foi, en promettant en même temps de les exécuter avec zèle. Mais, de même que dans le diocèse de Lausanne, « grâce à Dieu, nous croyons que les graves erreurs mentionnées dans ces instructions ne sévissent pas ouvertement parmi les fidèles de notre juridiction », englobant cinq paroisses, dont quatre valaisannes, c’est-à-dire Salvan, Finhaut, Vernayaz et Choex, et une vaudoise, Lavey-Morcles. Mais la réponse de l’abbaye Saint-Maurice est plus nuancée, car l’abbé confie avoir discerné les germes d’un certain affaiblissement de la valeur de l’autorité et également « une tendance diffuse à négliger, dans la pratique, l’absolu de la doctrine et de la vie chrétienne ». Cette mentalité relativiste serait influencée, d’après Mgr Haller, par la multiplication des contacts de la population valaisanne avec des milieux agnostiques, favorisés par les médias. Le remède consisterait dans « un raffermissement et un approfondissement de la formation métaphysique et théologique du clergé, dans la ligne traditionnelle de S. Thomas. Cette formation doit se transmettre, toujours mieux et d’une manière adaptée, au peuple chrétien, principalement aux cercles cultivés25 ».

  • 26 Angélin Lovey, « La congrégation du Grand-Saint-Bernard de 1898 à nos jours », dans La Maison du Gr (...)
  • 27 Archives de l’abbaye de Saint-Maurice, fonds de l’abbé Haller (COM 345/510/6), réponse de Mgr Halle (...)

17Le rapport proprement dit, daté du 21 novembre 1966, ne se limite pas au petit troupeau du territoire abbatial nullius, mais évoque l’ensemble de la Suisse romande. On peut supposer qu’il a été débattu dans le cadre du chapitre abbatial. En effet, les congrégations de chanoines réguliers valaisains, à Saint-Maurice comme au Grand-Saint-Bernard, apparaissent démocratiques dans leurs structures de décision, du chapitre au conseil abbatial, ce qui faisait dire à Mgr Angélin Lovey, prévôt du Grand-Saint-Bernard, en 1952 : « Je crois que ce sont les religieux qui ont mis en vigueur les idées démocratiques dans le monde, parce que, chez eux, tout ce qui touche l’ensemble de la communauté doit être décidé par tout le monde26. » Le document met en évidence la tendance à négliger la doctrine au profit d’une spiritualité du témoignage, le relâchement sur la valeur de certains principes de morale, la détérioration du respect de l’autorité et tente de discerner les causes de cet état d’esprit nouveau, d’une prédication incapable de répondre aux défis posés par les médias à une séparation entre le travail des théologiens, la vie des fidèles et l’apostolat des laïcs, de la confusion entre le droit naturel et divin et le droit ecclésiastique au brassage et à la mixité confessionnelle de la population, sans oublier le poids de la mentalité « technico-scientifique » portée à la critique27.

  • 28 Ibid.

18Le rapport s’engage aussi dans la proposition de remèdes. Il insiste sur l’éducation des consciences, en mettant en valeur la vérité et la liberté, en invitant en même temps la Congrégation pour la doctrine de la foi à tenir compte de la psychologie contemporaine pour donner les raisons des décisions de l’autorité. Et cela d’autant plus que les incroyants se font l’écho des actes de l’Église contemporaine, ce qui ne manque pas d’avoir une influence sur la mentalité de la communauté catholique. Enfin, « les raisons des décisions seront mises en rapport avec le service qui incombe à la hiérarchie de conserver et d’expliquer le message évangélique, qui est un message de foi, fondement inébranlable de notre fidélité à la vérité absolue de l’Évangile, révélée une fois pour toutes28 ».

  • 29 Archives du diocèse de LGF, V.I.3, S. C. pour la doctrine de la foi, lettre de Mgr Charrière au car (...)

19La réponse de l’abbaye du Valais, une « terre de chrétienté » traditionnelle, souligne toutefois que, dans l’ensemble de la Suisse romande, les éléments négatifs restent des germes, des positions minoritaires. Du moins chez les catholiques, « il n’existe pas une attitude spéculative favorable aux dix erreurs signalées par la Sacrée Congrégation pro fide », insiste Mgr Haller. Il rejoint le constat établi par Mgr François Charrière, celui d’un îlot sans « infiltrations erronées et dangereuses ». Et son analyse est originale ou… typiquement helvétique : « Non pas que nous prétendions être meilleurs que les autres, mais parce les Suisses sont farouchement attachés à l’esprit d’indé-pendance et se méfient d’instinct de ce qu’on leur apporte du dehors29. »

Annexes

Annexe 1 Réponse de Mgr François Charrière (25 novembre 1966)

Éminence,

La Congrégation pour la doctrine et la foi a demandé aux conférences épiscopales de renseigner le Saint-Siège sur différents courants d’idées qui touchent à la foi et qu’on constate en plusieurs milieux à l’heure actuelle. Dans leur dernière conférence de septembre, les évêques suisses ont décidé de répondre chacun pour leur compte à cette enquête du Saint-Siège. J’ai donc l’honneur de faire rapport à ce sujet, pour ce qui regarde le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg.

Ma première pensée, Éminence, est pour remercier le souverain pontife et vous-même de nous avoir interrogé à ce propos. Comment peut-on faire reproche au Saint-Siège, comme cela est arrivé en divers milieux, de s’inquiéter en ce qui touche aux problèmes de la foi ? N’est-ce pas le devoir le plus grave, pour le pape et les évêques, que de veiller à l’intégrité de la foi ? Comment peut-on aussi reprocher au Saint-Siège d’avoir publié cette demande d’enquête, le Saint-Siège s’y est résolu, parce que la presse en a parlé et que le moindre mal était bien en définitive de publier ce document. Nous sommes nombreux, croyez-le bien, Éminence, à avoir souffert avec le souverain pontife et vous-même de l’état d’esprit qui s’est manifesté en plusieurs publications.

Ceci dit, je crois pouvoir dire en toute sincérité que prêtres et fidèles, dans notre diocèse, ont résisté jusqu’ici très loyalement aux infiltrations erronées et dangereuses dont parle votre lettre. Non pas que nous prétendions être meilleurs que les autres, mais parce les Suisses sont farouchement attachés à l’esprit d’indépendance et se méfient d’instinct de ce qu’on leur apporte du dehors. Mais cette influence du dehors s’exerce quand même sous la forme de revues, de journaux. Sous la forme aussi de prédicateurs de retraites qui nous viennent pour la plupart de France ou de Belgique. J’ai eu plusieurs fois des plaintes à ce sujet et j’ai demandé que les supérieurs religieux nous renseignent exactement de ce qui se passe. Il m’est arrivé déjà de retirer les pouvoirs à des prêtres trop avancés. Il s’agit généralement de positions inadmissibles concernant le culte de l’Eucharistie et le culte marial. Sur ce dernier point, il est même arrivé que j’aie dû mettre à l’ordre quelques prêtres de chez nous. Mais c’est une infime minorité. J’ai cependant pris position publiquement à ce sujet dans mon sermon du 4 octobre dernier, à la cathédrale.

J’ai parlé d’influences qui nous viennent de France ou de Belgique. Je dois signaler aussi que la revue Orientierung, qui paraît à Zurich sous la direction des Pères jésuites, publie parfois des articles dangereux et inadmissibles. Tout récemment, en octobre dernier, cette revue s’est permis de critiquer votre enquête auprès des évêques à laquelle je réponds aujourd’hui. Et cela en des termes qui frisent le mépris. J’ai protesté auprès de cette revue et de ses supérieurs, les Pères jésuites de Zurich, et je ne suis pas le seul à l’avoir fait. Cette revue, qui prétend nous « orienter », publie quelques articles excellents, mais d’autres au contraire font beaucoup de mal. Nous parlerons de cela, entre évêques suisses.

Daignez agréer, Éminence, les sentiments profondément respectueux avec lesquels j’ai l’honneur d’être de Votre Éminence le très humble serviteur.

Annexe 2 Réponse de Mgr Louis Haller (21 novembre 1966)

Lettre au cardinal Ottaviani, sans date.

Éminence,

Nous avons reçu avec reconnaissance les instructions de la Sacrée Congrégation « pro doctrina fidei » Prot. No 871/66. Nous nous emploierons à les exécuter avec tout le zèle dont nous sommes capables. Grâce à Dieu, nous croyons que les graves erreurs mentionnées dans ces instructions ne sévissent pas ouvertement parmi les fidèles de notre juridiction. Nous en discernons cependant les germes :

  • dans un relâchement du respect de l’autorité ;
  • dans une tendance diffuse à négliger, dans la pratique, l’absolu de la doctrine et de la vie chrétiennes.

Cette mentalité relativiste est influencée, à notre avis, par les nombreux contacts de nos populations avec des milieux agnostiques, favorisés par la radio et la télévision. Ces tendances ne sont pas toujours combattues par une forte culture théologique du clergé. Le principal remède que nous préconisons est un raffermissement et un approfondissement de la formation métaphysique et théologique du clergé, dans la ligne traditionnelle de S. Thomas. Cette formation doit se transmettre, toujours mieux et d’une manière adaptée, au peuple chrétien, principalement aux cercles cultivés.

Veuillez agréer, Éminence, l’expression de nos religieux hommages et de nos sentiments dévoués.

Réponse

En Suisse romande, du moins chez les catholiques, il n’existe pas une attitude spéculative favorable aux dix erreurs signalées par la Sacrée Congrégation pro fide. Mais on trouve

  1. une tendance qui néglige la doctrine en faveur d’une spiritualité de l’action et du témoignage ;
  2. une inquiétude sur la valeur de certains principes de morale ;
  3. une détérioration de l’autorité.

Parmi les causes de cet état d’esprit, on peut signaler

  1. une séparation entre le travail des théologiens (séminaires et universités) d’une part et la vie des fidèles, l’apostolat des laïcs d’autre part ;
  2. une prédication qui reste en général sans réponse aux idées nouvelles que transmettent chez les fidèles les moyens audiovisuels ;
  3. une confusion entre ce qui relève du droit naturel et divin et le droit ecclésiastique ;
  4. un mélange des populations qui fait ressortir trop souvent que la différence entre les catholiques et les non-catholiques n’est pas très grande ;
  5. une habitude engendrée par la mentalité technico-scientifique de critique et d’analyse.

Parmi les remèdes, on pourrait indiquer

  1. insister sur la formation de la conscience en mettant en valeur son caractère objectif et subjectif (la vérité et sa liberté) ;
  2. tenir compte de plus en plus de la psychologie de notre temps, en donnant les raisons des décisions de l’autorité. En effet, si le motif de l’obéissance reste toujours la volonté du supérieur, tout ce qui est édicté aujourd’hui par l’Église est repris par les incroyants qui analysent les motifs des décisions ecclésiastiques et agissent sur la mentalité des fidèles ;
  3. enfin et surtout, les raisons des décisions seront mises en rapport avec le service qui incombe à la hiérarchie de conserver et d’expliquer le message évangélique, qui est un message de foi, fondement inébranlable de notre fidélité à la vérité absolue de l’Évangile, révélée une fois pour toutes.

Notes

1 Angelo Jelmini (Muralto, Tessin, 1893-Lugano, 1968) est ordonné prêtre en 1917 après ses études au séminaire de Lugano. Curé à Bodio, dans la Valle Leventina, il est dès 1927 directeur du patronage pour jeunes garçons à Lugano. Administrateur apostolique du Tessin dès 1936, il s’engage en faveur de l’assistance aux réfugiés pendant la Seconde Guerre mondiale. Doyen des évêques suisses dès 1952, il est le premier évêque italophone au monde à mettre en pratique la réforme liturgique de Vatican II.

2 Archives de la Conférence des évêques suisses, Fribourg, C.I.I./Protocoll der 115. Sitzung der schweizerischen Bischofskonferenz. Einsiedeln, den 5-6 September 1966.

3 Ibid.

4 Archives de la CES, C.1.1., lettre de Angelo Jelmini au cardinal Alfredo Ottaviani, Sion, le 19 septembre 1966.

5 Libera Stampa, 18 juillet 1968.

6 Giornale del Popolo, 20 janvier 1968.

7 Choisir, octobre 1966.

8 Journal de Genève, 4 novembre 1966.

9 Orientierung, 30 octobre 1966.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Lettre du cardinal Alfredo Ottaviani aux présidents des conférences épiscopales, 24 juillet 1966.

13 Pie XII, Humani Generis, 1950.

14 Orientierung, 30 octobre 1966.

15 Lettre du cardinal Alfredo Ottaviani aux présidents des conférences épiscopales, 24 juillet 1966.

16 Archives du diocèse de Bâle, Dossier « M 1874 Glaubenskongregation ».

17 François Charrière (Cerniat, Fribourg, 1893-Fribourg, 1976), élève au collège Saint-Michel de Fribourg et au collège des Capucins de Stans, poursuit ses études au grand séminaire diocésain. Ordonné prêtre en 1917, il est vicaire à Lausanne jusqu’en 1921, avant de poursuivre sa formation par des études de droit canon au Collegium Angelicum à Rome. Ayant obtenu le doctorat en 1923, il rentre à Fribourg, où il enseigne la théologie morale et le droit canon au séminaire ainsi qu’à l’université. Cofondateur de la revue Nova et Vetera en 1926, il vit depuis 1941 une expérience journalistique comme directeur ecclésiastique du quotidien La Liberté, avant d’être nommé évêque en 1945. À la tête du diocèse, il s’intéresse à la formation des prêtres et aux problèmes de pastorale, mais aussi aux questions sociales.

18 À l’époque de la Réforme, l’évêque de Genève se réfugie à Annecy en 1568, celui de Lausanne à Fribourg en 1615, tandis que celui de Bâle s’installe à Porrentruy, dans le Jura, en 1528. C’est l’influence de la Révolution française, avec la sécularisation de l’Église d’Empire en 1802-1803, qui détruit l’antique ordonnance des évêchés. Le diocèse de Genève est supprimé en 1801. L’évêque de Lausanne, qui réside à Fribourg, prend le titre d’évêque de Lausanne et Genève en 1821. Mgr Marius Besson est le premier à porter le titre d’évêque de Lausanne, Genève et Fribourg avec l’élévation, en 1924, de la collégiale Saint-Nicolas au rang de cathédrale.

19 Archives du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg (LGF), V.I.3, S. C. pour la doctrine de la foi, lettre de Mgr Charrière au cardinal Ottaviani, Fribourg, le 25 novembre 1966.

20 Ibid.

21 Diocèses de Suisse romande : aspects sociologiques et religieux, Lausanne, Action catholique romande, 1961, p. 39.

22 Charles Journet (Genève, 1891-Fribourg, 1975), entré au séminaire après un apprentissage en banque, est ordonné en 1917. Vicaire à Carouge, il attire des sympathies pour l’Église parmi les artistes et les intellectuels grâce à ses conférences. Professeur de dogmatique au séminaire de Fribourg en 1924, il fonde deux ans plus tard, avec le futur évêque François Charrière, la revue Nova et Vetera. Ami du philosophe français Jacques Maritain, il s’oppose à la guerre civile espagnole, mais surtout aux totalitarismes et au racisme. Membre de la Commission théologique préparatoire du Concile Vatican II, il est créé cardinal en 1965. Son œuvre principale, consacrée à la doctrine de l’Église, L’Église du Verbe incarné, paraît en France entre 1941 et 1969.

23 Archives du diocèse de LGF, V.I.3, S. C. pour la doctrine de la foi, lettre de Mgr Charrière au cardinal Ottaviani, Fribourg, 25 novembre 1966.

24 Louis-Séverin Haller (La Tour-de-Peilz/VD, 1895-Orselina/TI, 1987), après le noviciat à l’abbaye de Saint-Maurice, est ordonné prêtre en 1920. Vicaire à Salvan, maître au collège de Pollegio (Tessin), directeur de l’école de commerce de Sierre, il devient abbé de Saint-Maurice et évêque de Bethléem en 1943. Abbé-primat de la Confédération des chanoines de Saint-Augustin entre 1959 et 1968, il est ensuite aumônier de la clinique Santa Croce à Orselina de 1970 à sa mort.

25 Archives de l’abbaye de Saint-Maurice, fonds de Mgr Haller (COM 345/510/6), lettre de Mgr Haller au cardinal Ottaviani, sd.

26 Angélin Lovey, « La congrégation du Grand-Saint-Bernard de 1898 à nos jours », dans La Maison du Grand-Saint-Bernard et ses très révérends prévôts, Aoste, Imprimerie Valdôtaine, 2000, p. 328.

27 Archives de l’abbaye de Saint-Maurice, fonds de l’abbé Haller (COM 345/510/6), réponse de Mgr Haller à la Congrégation pour la doctrine de la foi, 21 novembre 1966.

28 Ibid.

29 Archives du diocèse de LGF, V.I.3, S. C. pour la doctrine de la foi, lettre de Mgr Charrière au cardinal Ottaviani, Fribourg, 25 novembre 1966.

© LARHRA, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search