Version classiqueVersion mobile

Renouveau conciliaire et crise doctrinale. Rome et les Églises nationales (1966-1968)

 | 
Christian Sorrel

Perspectives nationales

La réponse de la Conférence épiscopale allemande au questionnaire du cardinal Ottaviani

Franz Xaver Bischof

Texte intégral

  • 1 Sur Alfredo Ottaviani, voir l’annexe.
  • 2 Lettre du cardinal Ottaviani aux présidents des conférences épiscopales, Rome, 24 juillet 1966. EAM (...)
  • 3 Ibid. : « Dolendum attamen est ex variis partibus nuntios non faustos pervenisse de abusibus in doc (...)
  • 4 Ibid. : « Laudanda sunt studia et conamina ad veritatem penitius investigandam, probe distinguendo (...)

1 Le 24 juillet 1966, le cardinal Alfredo Ottaviani1 s’adressait dans une lettre secrète aux présidents des conférences épiscopales de l’Église catholique2. Le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi leur demandait de se prononcer d’ici Noël sur des questions de doctrine devenues des sujets de discussion depuis la fin du Concile Vatican II. Dans ce document, plein de méfiance et d’angoisse, le cardinal se plaignait « que, de divers côtés, soient parvenues des nouvelles alarmantes au sujet d’abus grandissants dans l’interprétation de la doctrine du Concile, ainsi que d’opinions étranges et audacieuses apparaissant ici et là et qui troublent grandement l’esprit d’un grand nombre de fidèles3 ». Il admettait qu’il fallait distinguer « entre ce qui est de foi et ce qui est opinion ; mais des documents examinés par cette Sacrée Congrégation, il résulte qu’il s’agit de jugements qui, dépassant facilement les limites de la simple opinion ou de l’hypothèse, semblent affecter d’une certaine manière le dogme lui-même et les fondements de la foi4 ».

Le questionnaire d’Ottaviani

  • 5 Henri Fesquet (1917-2011), journaliste français, est entré au journal Le Monde en 1946. Il était ré (...)
  • 6 Henri Fesquet, « Le Cardinal Ottaviani relève dix opinions “singulières et dangereuses” au sein de (...)
  • 7 Acta Apostolicae Sedis [AAS], 58, 1966, p. 659-661. Le caractère secret de la lettre fut défendu et (...)

2Le propos fondamental de cette lettre consiste en l’énumération de dix points énonçant dangers et erreurs, répandus les uns ici, les autres là. Il manque des informations plus précises. Les termes-clés de ces dangers et erreurs se réfèrent aux domaines suivants : 1) la Sainte Écriture (inspiration, inerrance, historicité) ; 2) le relativisme dogmatique ; 3) le mépris du Magistère ordinaire ; 4) la remise en question des vérités objectives absolues, fermes et immuables, au profit d’un certain relativisme ; 5) l’humanisme christologique ; 6) la transsubstantiation ; 7) la confession des péchés ; 8) le péché originel ; 9) les erreurs dans le domaine de la théologie morale (morale de situation, moralité et responsabilité en matière sexuelle et de mariage) ; 10) un œcuménisme qui favorise un dangereux irénisme et indifférentisme (interprétation arbitraire du décret conciliaire). Après la publication des contenus essentiels du texte du questionnaire par le journaliste Henri Fesquet5 dans Le Monde le 12 septembre 19666, le document romain fut publié en entier dans les Acta Apostolicae Sedis le 30 septembre7. L’objectif concret du questionnaire restait obscur.

  • 8 Pie XII, encyclique Humani Generis, dans AAS, 42, 1950, p. 561-578. Voir Max Brändle, « Der Fragebo (...)
  • 9 Sur Pie XII, voir l’annexe.
  • 10 Voir Max Brändle, « Der Fragebogen… » et l’allocution de Paul VI à la fin du congrès international (...)

3Dans l’ensemble, le questionnaire adoptait une mentalité préconciliaire et pouvait être interprété comme une motion de censure à l’égard des évêques des différents pays. Ces derniers s’y voyaient obligés de prendre les mesures nécessaires quant aux erreurs énumérées afin de les « enrayer ou de les prévenir ». En effet, l’encyclique Humani Generis de 1950 avait déjà énoncé sept des dix points doctrinaux soulevés : la Révélation, le relativisme dogmatique, le mépris du Magistère ordinaire, le relativisme de la connaissance, la transsubstantiation, le péché originel et le faux irénisme8. De plus, le pape Pie XII9 avait traité un autre point concernant la morale de situation et la moralité en matière de sexualité et de mariage en 1952 et 1956. Le seul point du questionnaire faisant référence à une question devenue virulente pendant et après le Concile était celui de la confession des péchés (nécessité de la confession personnelle des péchés et du sacrement de pénitence comme moyen de réconciliation avec l’Église10).

  • 11 Sur Paul VI, voir Carlo Maria Martini, Paolo VI “uomo spirituale”. Discorsi et scritti, Marco Vergo (...)
  • 12 Cité dans « Ein Schreiben… », p. 444 : « [...] um zu vermeiden, daß der Gärstoff an Ideen und Neuhe (...)

4Certes, le questionnaire ne fut pas rédigé à la demande du pape, mais il semble que Paul VI11 partageait des inquiétudes similaires. À maintes reprises, il avait recommandé, durant l’été et l’automne 1966, de prendre les précautions nécessaires en matière de doctrine catholique et de discipline ecclésiastique afin « d’éviter que le ferment d’idées et de nouveautés auquel le Concile avait donné naissance ne mène à une instabilité arbitraire de la pensée et à la destruction de la cohésion du tissu cellulaire de l’Église12 ».

Négociations au cours de l’assemblée générale des évêques allemands

  • 13 Sur le cardinal Döpfner, voir l’annexe.
  • 14 Lettre du cardinal Döpfner aux membres de la Conférence épiscopale allemande, Munich, 25 août 1966. (...)
  • 15 Procès-verbal de l’assemblée plénière des évêques allemands à Fulda du 27 au 30 septembre 1966 (n.  (...)

5C’est au cardinal Julius Döpfner13, archevêque de Munich et président de la Conférence épiscopale allemande à partir de 1965 jusqu’à sa mort en 1976, que fut remise la lettre par la nonciature apostolique. Le 25 août 1966, il envoya le questionnaire du cardinal Ottaviani avec la mention « strictement confidentiel » aux membres de la Conférence épiscopale, sans aucun commentaire. Il annonçait seulement que les instructions y figurant seraient discutées, en vue d’une réponse, lors de la prochaine assemblée plénière des évêques allemands14. Celle-ci se réunit du 27 au 30 septembre 1966 à Fulda. Elle avait pour but la restructuration de la Conférence épiscopale et un premier bilan des développements postconciliaires. C’est dans ce contexte que l’on discuta le questionnaire du cardinal Ottaviani. Le bref extrait disponible du procès-verbal ne permet pas de conclusions précises ni sur l’impression créée chez les différents évêques allemands par la démarche de la Congrégation pour la doctrine de la foi, ni quant à leur évaluation de la situation détaillée de l’Église en Allemagne à cette époque. Il y est seulement constaté que les évêques allemands étaient tout à fait conscients du fait que, dans la période postconciliaire, la Conférence épiscopale allemande ainsi que chaque évêque devaient « manifester une vigilance accrue afin de protéger la doctrine et les mœurs conformes à la foi15 ».

  • 16 Points 2 et 3 de l’ordre du jour. Ibid. – Voir « Die Deutsche Bischofskonferenz nach dem Konzil », (...)

6La mission de formuler une réponse au cardinal Ottaviani fut confiée à la Kommission für Fragen der Glaubens- und Sittenlehre (Commission pour les questions de doctrine et de morale), mise en place lors de l’assemblée épiscopale16 ; en outre, la commission, sous la présidence du cardinal Frings (Cologne), avait la tâche de rédiger une lettre que l’assemblée tenait à envoyer à tous les responsables de l’annonce de la foi. Il n’a pas été possible de consulter les dossiers de ladite commission, ni les actes de la Conférence épiscopale. Ceux-ci sont soumis à un délai de protection de soixante ans (s’appliquant aussi bien aux évêques qu’à la Conférence).

La réponse de la Conférence épiscopale allemande

  • 17 Lettre du cardinal Döpfner au cardinal Ottaviani, Munich, 21 décembre 1966. Photocopie de l’origina (...)
  • 18 Lettre du cardinal Döpfner aux membres de la Conférence épiscopale allemande, Munich, 2 janvier 196 (...)

7Par contre, la réponse du président de la Conférence épiscopale allemande au cardinal Ottaviani est accessible. Celle-ci fut donnée conformément à la décision de l’assemblée de Fulda et une copie en est archivée dans les papiers du Concile du cardinal Döpfner17. Le 2 janvier 1967, le cardinal envoya également une copie de sa réponse aux membres de la Conférence épiscopale allemande18. La lettre comporte cinq pages dactylographiées et est datée du 21 décembre 1966. Elle est écrite en allemand et signée par le cardinal Döpfner en sa qualité de président de la Conférence épiscopale. Sa formulation, claire et concise, précise que les évêques allemands ne veulent pas renoncer à prendre les choses en mains.

  • 19 Lettre du cardinal Döpfner au cardinal Ottaviani, Munich, 21 décembre 1966 : « Seitdem das II. Vati (...)

8En guise d’introduction, Döpfner assure à Ottaviani que, pour les évêques allemands, l’une « des plus nobles tâches » consistait depuis le Concile Vatican II à « surveiller, diriger et encourager19 » le mouvement de renouveau initié par le Concile. Par conséquent, ils répondraient volontiers à la lettre de la Congrégation pour la doctrine de la foi qui avait fait l’objet d’un débat aussi bien au sein de l’assemblée plénière des évêques fin septembre qu’à la première réunion de la Kommission für Fragen der Glaubens- und Sittenlehre le 21 novembre 1966.

  • 20 Ibid. : « Wir teilen Ihre Sorge um die Reinerhaltung der Lehre und wissen, daß auch im Bereich unse (...)

9La question de la doctrine de foi – Le premier point de la réponse consiste en effet en un compte rendu des difficultés actuelles et de leurs causes. Les évêques expriment qu’ils partagent les inquiétudes du cardinal Ottaviani pour ce qui est de préserver la pureté de la doctrine. Ils assurent qu’en Allemagne aussi, « beaucoup de croyants sont préoccupés par les nouvelles formulations employées et les nouvelles questions posées, ainsi que par des avis inconsidérés ou même erronés20 ». Néanmoins, cette préoccupation ne serait pas un phénomène nouveau, même si elle avait sans doute augmenté durant les dernières années. Au contraire, elle existait déjà depuis quelque temps, comme le montrent l’encyclique Humanis Generis du pape Pie XII et ses discours visant la moralité du mariage.

  • 21 Ibid. : « Einige Gründe für diese Gefährdung des Glaubens sind : der starke Wandel des Weltbildes u (...)
  • 22 Ibid. : « [...] der große Einfluß der Massenkommunikationsmittel, die oft über die theolo-gische Di (...)
  • 23 Ibid. : « Darüber vergessen wir nicht, daß die beobachtete Unruhe auch ihre Ursache in wirklich sch (...)

10Döpfner précise concrètement les éléments suivants comme des menaces pour la foi : « une forte transformation de la vision du monde et des conditions de vie durant les dernières décennies touchant beaucoup de nos croyants ; la laïcisation progressive de la vie publique ; l’influence de scientifiques et de philosophes non croyants ainsi que certaines observations inconsidérées de quelques professeurs de théologie21 », qui ne sont pas cités nommément. À cela s’ajouterait le fait que des questions et des points de vue qui n’ont pas encore été entièrement éclaircis seraient abordés lors de la prédication ou de la catéchèse, mais aussi la forte influence des médias qui, dans le cadre de discussions théologiques, « parlent souvent non du point de vue de la vérité et de la véracité, mais sous l’angle de l’inédit et du sensationnel22 ». Les évêques allemands étaient tout à fait conscients que l’anxiété existant parmi les croyants résultait aussi « des graves questions et problèmes théologiques23 ». La solution n’était donc pas de passer celles-ci sous silence, mais d’y répondre en ayant recours au dépôt de la foi de l’Église.

  • 24 Ibid. : « Die Öffentlichkeit aber, in der heute theologische Fragen diskutiert werden, verursacht n (...)
  • 25 Traduction française : « Priez un homme de vous changer une pièce d’argent, il vous apprendra en qu (...)
  • 26 Réponse du cardinal Döpfner au cardinal Ottaviani, Munich, 21 décembre 1966 : « Was könnten wir uns (...)

11La réponse ne s’arrêtait toutefois pas à la description des phénomènes de crise cités, mais soulignait simultanément « les grandes et uniques chances24 » du temps présent de pouvoir discuter publiquement des questions théologiques. Cette vue positive était en quelque sorte légitimée par la citation d’un sermon du théologien grec et Père de l’Église Grégoire de Nysse qui témoignait que, durant le IVe siècle, tout le monde discutait la consubstantialité du Père et du Fils et que lorsqu’on demandait le prix d’un pain, l’on recevait comme réponse que le Fils était inférieur au Père25. « Que pourriez-vous demander de mieux que cette faim de vérité à notre époque menacée par le matérialisme26 ? », telle est la question rhétorique posée qui peut être interprétée sans aucun doute comme une critique adressée à la démarche du cardinal Ottaviani.

  • 27 Ibid. : « Ohne auf jeden einzelnen der zehn von Ihnen genannten Irrtümer eingehen zu wollen, die si (...)
  • 28 Ibid. : « Aufmerksamkeit verdienen zuerst die fundamentalen und zentralen Wahrheiten unseres Glaube (...)
  • 29 « Die Deutsche Bischofskonferenz nach dem Konzil », Herder Korrespondenz, 20, 1966, p. 498.

12Les problèmes actuels et les développements positifs – Un deuxième point de la réponse se réfère à « quelques problèmes » qui semblent urgents aux évêques dans la situation actuelle et ne figurent pas dans le questionnaire, mais s’étendent à d’autres thèmes importants de la foi. En revanche, elle ne répond pas aux dix avis et erreurs mentionnés dans le questionnaire. Elle reconnait simplement « qu’ils existent aussi chez nous, sans avoir cependant la même gravité et netteté27 ». Au centre de l’attention des évêques se trouvent plutôt « les vérités de la foi fondamentales et centrales dont certaines comme la doctrine de l’existence et de la nature ainsi que de l’œuvre et de la Révélation de Dieu ne restent pas incontestées par beaucoup de nos croyants28 ». Le problème exprimé occupe une position centrale également dans le communiqué de presse sur l’assemblée des évêques29. La jeune génération surtout semblerait être en danger. Il est remarquable que cette question souvent débattue aujourd’hui de la crise de la foi en Dieu ait été reconnue explicitement et formulée à l’adresse de la Congrégation pour la doctrine de la foi déjà en 1966.

  • 30 Réponse du cardinal Döpfner au cardinal Ottaviani, Munich, 21 décembre 1966 : « Wenn in der Tat der (...)
  • 31 Sur Rudolf Bultmann, voir l’annexe.
  • 32 Réponse du cardinal Döpfner au cardinal Ottaviani, Munich, 21 décembre 1966 : « Wir denken hier bes (...)
  • 33 Sur David Friedrich Strauss, voir l’annexe.
  • 34 Réponse du cardinal Döpfner au cardinal Ottaviani, Munich, 21 décembre 1966 : « Es scheint uns notw (...)
  • 35 « Die Deutsche Bischofskonferenz nach dem Konzil », Herder Korrespondenz, 20, 1966, p. 498 ; « Hirt (...)

13La réponse rappelait également l’influence de la théologie protestante et surtout de l’exégèse. Celle-ci influencerait fortement, par son contenu et sa méthode, le clergé et plus récemment les croyants des pays germanophones. Bien que l’on attribue « nombre d’impulsions et d’encouragements » à l’exégèse protestante, elle contiendrait néanmoins aussi « des courants et des tendances30 » dangereux et inconciliables avec la doctrine catholique. Le président de la Conférence épiscopale cite explicitement l’école de Bultmann31, qui tenterait « de démythifier et de réinterpréter le message biblique au moyen de catégories philosophiques contemporaines32 », comme l’avait déjà fait le théologien protestant David Friedrich Strauss33 cent ans auparavant. Il paraît donc justifié aux évêques, dans ce contexte, de « susciter une compréhension profonde pour le Magistère ordinaire du pape et des évêques chez le clergé et les croyants et de les encourager à se faire guider par ce Magistère, pour autant qu’il n’use pas de la force de son infaillibilité34 ». Le communiqué de presse à l’issue de l’assemblée des évêques de Fulda avait déjà souligné avec insistance les devoirs du Magistère des évêques35.

  • 36 Réponse du cardinal Döpfner au cardinal Ottaviani, Munich, 21 décembre 1966 : « Schließlich wissen (...)

14La lettre mentionne aussi d’autres points comme la doctrine de l’Église à propos du péché originel et l’aspiration à la Rédemption en abordant ainsi concrètement un des points du questionnaire. On ne trouve pas de commentaires sur la doctrine du péché originel, mais seulement la constatation que la question est aujourd’hui au cœur des débats sous l’influence des sciences profanes modernes, tout comme les questions liées à la doctrine morale catholique. La doctrine morale du mariage notamment serait discutée « sur la place publique, ce qui inquiète et préoccupe presque toutes nos familles et tous nos prêtres36 ».

  • 37 Ibid. : « Es wäre aber falsch, über diesen Besorgnissen die vielen erfreulichen Tatsachen und Entwi (...)

15La réponse invoque, face à l’exposé des problèmes actuels, les « nombreux faits et développements positifs pour lesquels nous devons remercier Dieu de tout cœur37 ». Les faits suivants étaient mentionnés : le vif intérêt manifesté par des cercles de plus en plus larges dans l’Église et hors de celle-ci à l’égard de la proclamation de l’Évangile ; le nombre croissant de ceux qui reçoivent souvent la Communion ; le grand nombre de familles nombreuses catholiques ; le zèle des prêtres ; le nombre de séminaristes ; la fidélité et la disponibilité avec lesquelles de nombreux laïcs catholiques conduisent leur engagement apostolique. En Allemagne de l’Est (RDA), la discussion sur le Concile avait abouti, surtout chez les universitaires, à une prise de position plus claire en faveur de Dieu et du Christ. Et le fait que le Magistère de l’Église aborde les questions et les réponses actuelles susciterait en particulier chez les jeunes la joie inattendue d’appartenir à l’Église catholique.

  • 38 Ibid. : « Um den genannten Schwierigkeiten in rechter Weise zu begegnen, glauben wir, Irrtümern, da (...)
  • 39 Ibid. : « Sie [la Conférence épiscopale allemande] wird die Zusammenarbeit mit den Theologischen Fa (...)

16Mesures concrètes – La troisième partie de la réponse est consacrée au Magistère des évêques. Ceux-ci seraient bien sûr décidés à lutter « de manière claire et forte » contre les erreurs apparentes ; mais ils considèrent que leur devoir est surtout d’éveiller et de fortifier « la force et la joie de la foi chez les chrétiens qui [leur] sont confiés38 ». Il a donc été décidé d’adopter ou de poursuivre les six mesures suivantes. La nouvelle Kommission für Fragen der Glaubens- und Sittenlehre, dont le cardinal Frings (Cologne, président), l’archevêque Schneider (Bamberg), les évêques Schröffer (Eichstätt), Graber (Ratisbonne), Volk (Mayence) et les évêques auxiliaires Schick (Fulda) et Frotz (Cologne) faisaient partie, entrera en contact avec les commissions similaires des conférences épiscopales des pays voisins. La Conférence épiscopale allemande devrait envoyer, vraisemblablement au printemps 1967, une lettre pastorale à tous les responsables engagés dans l’évangélisation ; elle devrait renforcer la coopération avec les facultés de théologie des universités et les « inciter à étudier les questions et problèmes urgents39 » ; de nombreux diocèses offriraient partiellement depuis longtemps des cours et des conférences sur les doctrines du Concile et les problèmes théologiques actuels qui contribuent à l’initiation des prêtres et des laïcs enseignant l’instruction religieuse ; les efforts des personnes engagées dans les activités pastorales ordinaires et extraordinaires rencontreraient un vif intérêt et une grande réceptivité. En font partie notamment de bonnes éditions de la Sainte Écriture, des commentaires bibliques scientifiquement fiables et remplis d’un vrai esprit de foi ; un catéchisme qui existe à présent aussi pour les adultes ; le travail des groupes et associations catholiques ; les cours de préparation au mariage et d’éducation parentale, ainsi que la littérature théologique accessible aux laïcs. De plus, la Kommission für Fragen der Glaubens- und Sittenlehre recommande aux évêques d’agir avec beaucoup de précaution quant à l’octroi de l’imprimatur de l’Église, à la nomination de nouveaux professeurs de théologie et à la sélection de jeunes prêtres pour poursuivre des études.

  • 40 Ibid. : « Wir wären dankbar, wenn der Heilige Stuhl kein neues Verzeichnis falscher oder irriger Le (...)
  • 41 Ibid. : « Wir meinen vielmehr, es sei wirksamer, daß das Lehramt einzelne offene Irrtümer verurteil (...)
  • 42 Voir par exemple l’article de Max Brändle, « Der Fragebogen… », p. 219 : « Werden diese Berichte an (...)

17Demandes de la Conférence épiscopale allemande – La lettre au cardinal Ottaviani se termine par deux positions sans doute concertées avec d’autres conférences épiscopales. Premièrement, le Saint-Siège devrait renoncer à dresser « un nouvel inventaire des doctrines fausses et erronées40 ». Ce nouveau syllabus pourrait avoir des effets contre-productifs et inquiéter encore plus les croyants catholiques en Allemagne. Les évêques ne rejettent pourtant pas toute condamnation. Mais ils estiment qu’il « serait plus efficace » que le Magistère pontifical « condamne certaines erreurs déterminées quand et là où ce serait nécessaire41 ». Cette revendication formulée en tant que demande est remarquable. Le document romain ne contient pas d’allusion au fait que le questionnaire pourrait servir à l’élaboration d’un nouveau syllabus. Toutefois, les journaux émirent à maintes reprises cette supposition et il semble que la Conférence épiscopale allemande ou, du moins son président, n’excluait pas qu’il puisse y avoir un tel risque face au style du questionnaire et à la mentalité ultraconservatrice du cardinal Ottaviani42.

  • 43 Réponse du cardinal Döpfner au cardinal Ottaviani, Munich, 21 décembre 1966 : « Besonders bitten wi (...)
  • 44 Anton Landersdorfer, « Döpfner », dans Erwin Gatz (éd.), Die Bischöfe der deutschsprachigen Länder  (...)
  • 45 Paul VI, encyclique Humanae vitae du 31 juillet 1968, dans AAS, 60, 1968, p. 481-503.

18Deuxièmement, la Conférence épiscopale demandait une décision rapide du Saint-Siège en vue de la régulation des naissances, car – telle est la justification –, « en l’absence de réponse, non seulement de nombreux chrétiens se trouvent face à un conflit de conscience, mais aussi l’autorité et la réputation du Saint-Père en subissent un dommage43 ». Sans aucun doute, le cardinal Döpfner argumentait ici pro domo. En sa qualité de vice-président de la commission pontificale examinant les questions dans le domaine du mariage, de la famille et de la régulation de la fécondité, il avait présenté au pape, en juin 1966, le choix de la majorité qui s’exprimait en faveur d’une ouverture de l’Église au sujet de cette question contestée. Le cardinal Ottaviani, étant lui-même le président de ladite commission, représentait le vote de la minorité44. Deux ans plus tard, le pape Paul VI suivait ce vote de la minorité avec son encyclique Humanae vitae (196845) et interdisait les moyens de contraception artificiels, avec les conséquences que l’on connaît jusqu’à aujourd’hui.

19Reste à savoir, les sources n’étant pas accessibles, dans quelle mesure la réponse de la Conférence épiscopale allemande aura satisfait le cardinal Ottaviani. Il est vrai que les erreurs mentionnées dans le questionnaire n’ont pas été contestées, mais au regard du contexte allemand, elles n’ont quasiment pas été traitées. Il est vrai aussi que les évêques avaient une vision positive de la situation de l’Église en Allemagne, malgré toutes les difficultés. Il paraît donc d’autant plus intéressant de comparer l’avis de la Conférence épiscopale allemande à ceux des autres conférences épiscopales et d’examiner les convergences sur les thèmes et les positions face à la Congrégation de la doctrine de la foi, mais aussi les différences spécifiques à chaque pays.

Annexes

Annexe Réponse du cardinal Julius Döpfner, archevêque de Munich, président de la Conférence épiscopale allemande46, au cardinal Ottaviani47 (21 décembre 196648)

Eminenz!

Seitdem das II. Vatikanische Konzil vor nunmehr einem Jahr zu Ende geführt wurde, betrachten wir deutschen Bischöfe es als eine unserer vornehmsten Aufgaben, die dort begonnene Erneuerungsbewegung zu überwachen, zu lenken und zu fördern. Deshalb beantworten wir gerne den Brief der Kongregation für die Glaubenslehre vom 24. Juli d. Js. (Prot. N. 871/66), den wir auf unserer Vollversammlung vom 27. bis 30. September und auf der ersten Sitzung der neugebildeten Kommission für Fragen der Glaubens- und Sittenlehre am 21. November 1966 beraten haben.

I – Wir teilen Ihre Sorge um die Reinerhaltung der Lehre und wissen, daß auch im Bereich unserer Bischofskonferenz viele Gläubige durch neuartige Formulierungen oder Fragestellungen, durch leichtfertige oder gar irrige Meinungen und Lehren beunruhigt werden.

Wie aber die Enzyklika Humani Generis Papst Pius XII49 und seine Ansprachen zu Fragen der Ehemoral zeigen, herrscht diese Beunruhigung schon längere Zeit, mag sie auch in den letzten Jahren gewachsen sein.

Einige Gründe für diese Gefährdung des Glaubens sind: der starke Wandel des Weltbildes und der Lebensumstände vieler unserer Gläubigen während der letzten Jahrzehnte; die zunehmende Laisierung des öffentlichen Lebens; der Einfluß ungläubiger Wissenschaftler und Philosophen; unbesonnene Äußerungen einiger Theologieprofessoren, mehr aber noch der Umstand, daß diskutierte Fragen oder unbewiesene Meinungen bisweilen Eingang in Predigt und Katechese finden; der große Einfluß der Massenkommunikationsmittel, die oft über die theologische Diskussion nicht unter dem Gesichtspunkt der Wahrheit und Wahrhaftigkeit, sondern unter dem Aspekt des Neuartigen und Sensationellen berichten.

Darüber vergessen wir nicht, daß die beobachtete Unruhe auch ihre Ursache in wirklich schwerwiegenden theologischen Fragen und Problemen hat. Diese können aber nicht dadurch gelöst werden, daß wir sie totschweigen, sondern dadurch, daß wir aus dem Zusammenhang des Glaubensgutes der Kirche auf sie antworten.

Die Öffentlichkeit aber, in der heute theologische Fragen diskutiert werden, verursacht nicht nur Gefahren, sondern sie bietet auch große und einmalige Chancen. Wir werden daran erinnert, was der hl. Gregor von Nazianz in einer seiner Predigten sagt: « Willst du jemandem ein Silberstück wechseln, so macht er dir klar, worin sich der Vater vom Sohn unterscheidet; fragst du nach dem Preis eines Brotlaibs, so bekommst du zu hören, daß der Sohn geringer als der Vater sei50.” » Was könnten wir uns in dieser vom Materialismus bedrohten Zeit mehr wünschen als den Hunger nach der Wahrheit.

II – Ohne auf jeden einzelnen der zehn von Ihnen genannten Irrtümer eingehen zu wollen, die sich, wenngleich nicht in derselben Stärke und Deutlichkeit, auch bei uns beobachten lassen, möchten wir einige Probleme nennen, die uns in der heutigen Situation von besonderem Gewicht zu sein scheinen. Sie erstrecken sich über die von Ihnen aufgeführten Gegenstände hinaus auch auf andere wichtige Gebiete des Glaubens.

Aufmerksamkeit verdienen zuerst die fundamentalen und zentralen Wahrheiten unseres Glaubens, von denen vor allem die Lehre vom Dasein und Wesen, vom Wirken und Sichoffenbaren Gottes auch bei vielen unserer Gläubigen nicht mehr unangefochten ist. Besonders gefährdet ist hier die junge Generation.

Im deutschen Sprachraum übt methodisch und inhaltlich die protestantische Theologie, besonders die Exegese, einen starken Einfluß auf den Klerus und neuerdings auch auf die Gläubigen aus. Wenn in der Tat der protestantischen Exegese nicht wenige Anregungen und Förderungen zu verdanken sind, so gibt es doch in ihr Strömungen und Tendenzen, die nicht nur eine Gefahr darstellen, sondern mit der katholischen Lehre unvereinbar sind. Wir denken hier besonders an die Bultmann-Schule51, die durch die sogenannte Entmythologisierung, ähnlich wie vor 100 Jahren David Friedrich Strauß52, die biblische Botschaft mittels zeit-philosophischer Kategorien umzudeuten sucht.

Die nicht zuletzt dadurch aufgeworfenen Fragen will man hie und da mit dem Ruf nach einer« Neuinterpretation des Glaubens »lösen, die sich den Bestrebungen der Modernisten bedenklich nähert.

Es scheint uns notwendig, bei unserem Klerus und unseren Gläubigen ein vertieftes Verständnis für das ordentliche Lehramt des Papstes und der Bischöfe zu wecken und die Bereitschaft, sich auch da von diesem Lehramt leiten zu lassen, wo es nicht das volle Gewicht seiner Unfehlbarkeit einsetzt.

Nicht zuletzt der Einfluß der modernen Profanwissenschaften hat erneut die Lehre von der Erbsünde und der Erlösungsbedürftigkeit in den Brennpunkt der Diskussion gerückt.

Schließlich wissen wir alle, wie sehr die Fragen der katholischen Sittenlehre, besonders der Ehemoral, die heute auf offenem Markt besprochen werden, fast jede unserer Familien und alle unsere Priester bedrängen und beunruhigen.

Es wäre aber falsch, über diesen Besorgnissen die vielen erfreulichen Tatsachen und Entwicklungen zu vergessen, für die wir Gott von Herzen danken müssen: das lebendige Interesse, das immer weitere Kreise innerhalb und außerhalb der Kirche unserer Verkündigung zuwenden; die wachsende Zahl derer, die häufig zum Empfang der hl. Eucharistie hinzutreten; die vielen beispielhaft katholischen kinderreichen Familien; der Eifer unserer Priester und die trotz der infolge des Krieges schwachen Geburtenjahrgänge nicht geringe Zahl unserer Seminaristen; die Treue und Einsatzbereitschaft, mit der viele unserer Laien apostolisch wirken. Wir dürfen auch und gerade für den Osten unseres Vaterlandes sagen: der durch manche Diskussionen über das Konzil, vor allem in Kreisen der Akademiker, neu bewußt gewordene Glaube hat nicht selten zu klareren Entscheidungen für Gott und Christus geführt, und die Tatsache, daß das Lehramt der Kirche die Fragestellungen und Antworten der heutigen Zeit aufnimmt, erweckt, besonders in jungen Menschen, eine unerwartete Freude, dieser Kirche angehören zu dürfen.

III – Um den genannten Schwierigkeiten in rechter Weise zu begegnen, glauben wir, Irrtümern, da wo sie sichtbar werden, klar und wirksam entgegentreten zu sollen. Mehr aber noch halten wir es für unsere Pflicht, die Glaubenskraft und Glaubensfreude der uns anvertrauten Christen wecken und stärken zu müssen.

Folgende Maßnahmen wurden beschlossen oder werden schon seit einiger Zeit durchgeführt:

Die Bischofskonferenz hat auf ihrer letzten Vollversammlung eine Kommission für Fragen der Glaubens- und Sittenlehre gebildet, der unter dem Vorsitz von Kardinal Frings53 (Köln) Erzbischof Schneider54 (Bamberg), die Bischöfe Schröffer55 (Eichstätt), Graber56 (Regensburg), Volk57 (Mainz), und die Weih-bischöfe Schick58 (Fulda) und Frotz59 (Köln) angehören. Diese Kommission wird mit ähnlichen Kommissionen benachbarter Bischofskonferenzen Kontakt aufnehmen.

Die Bischofskonferenz wird voraussichtlich im Frühjahr kommenden Jahres ein Hirtenschreiben an alle richten, die von der Kirche mit der Glaubensverkündigung beauftragt sind.

Sie wird die Zusammenarbeit mit den Theologischen Fakultäten verstärken und diese auf das Studium dringender Fragen und Probleme hinweisen.

In vielen Diözesen werden, zum Teil schon seit langem, Kurse und Einzelvorträge zur Unterrichtung der Priester und der im Religionsunterricht tätigen Laien über die Lehren des Konzils und über die augenblicklich diskutierten theologischen Probleme, besonders der Exegese, gehalten.

Den Bemühungen der ordentlichen und außerordentlichen Seelsorge um die Vertiefung des Glaubens bei Erwachsenen und Kindern durch gute Ausgaben der Heiligen Schrift sowie wissenschaftlich zuverlässiger und von echtem Glaubensgeist erfüllter Kommentare, durch die Überarbeitung des seit langem bewährten Katechismus, der inzwischen auch in einer erweiterten Ausgabe für Erwachsene vorliegt, durch die Arbeit der katholischen Gruppen und Verbände, durch Eheund Elternkurse, durch ein Anwachsen der auch für Laien verständlichen theologischen Literatur, um nur einiges zu nennen, begegnet allenthalben großer Aufgeschlossenheit und regem Interesse.

Die Kommission für die Fragen der Glaubens- und Sittenlehre empfiehlt den Bischöfen bei der Erteilung der kirchlichen Druckerlaubnis und bei der Berufung theologischer Dozenten und Professoren, sowie bei der Auswahl junger Priester zum Weiterstudium besondere Behutsamkeit walten zu lassen, wobei sie in besonders schwierigen Fällen mitzuwirken bereit ist.

Gestatten Ew. Eminenz, zum Schluß unseres Schreibens zwei Bitten vorzutragen:

Wir wären dankbar, wenn der Heilige Stuhl kein neues Verzeichnis falscher und irriger Lehren und Meinungen aufstellte; denn wir fürchten, daß dadurch unsere Gläubigen noch mehr beunruhigt werden könnten. Wir meinen vielmehr, es sei wirksamer, daß das Lehramt einzelne offene Irrtümer verurteile, wann und wo es notwendig ist.

Besonders bitten wir um eine baldige Entscheidung des Heiligen Vaters in der Frage der Geburtenregelung, da durch das Ausbleiben der Antwort nicht nur unzählige Christen sich in schwere Gewissenskonflikte versetzt sehen, sondern auch die Autorität und das Ansehen des Heiligen Vaters Schaden leiden.

Mit dem Ausdruck meiner tiefen Verehrung bin ich

Ew. Eminenz im Herrn aufrichtig ergebener

Notes

1 Sur Alfredo Ottaviani, voir l’annexe.

2 Lettre du cardinal Ottaviani aux présidents des conférences épiscopales, Rome, 24 juillet 1966. EAM (Archives des archevêques de Munich et Frisingue). Kardinal-Döpfner-Archiv. Konzil-sarchiv 5113 (exemplaire imprimé avec signature originale d’Ottaviani).

3 Ibid. : « Dolendum attamen est ex variis partibus nuntios non faustos pervenisse de abusibus in doctrina Concilii interpretanda invalescentibus, necnon de peregrinis et audacibus opinionibus hic illic insurgentibus quae plurimum fidelium animos non parum pervertunt. »

4 Ibid. : « Laudanda sunt studia et conamina ad veritatem penitius investigandam, probe distinguendo inter id quod est credendam et id quod est opinabile ; at ex documentis ab hac Sacra Congregatione examinatis constat de non paucis sententiis quae limites simplicis opinionis vel hypotheseos facile praetergredientes ipsum dogma et fidei fundamenta aliquatenus afficere videntur. »

5 Henri Fesquet (1917-2011), journaliste français, est entré au journal Le Monde en 1946. Il était rédacteur de l’information religieuse (1950-1983) et correspondant romain pendant le Concile Vatican II. Ensuite, il suivit les débats qui agitaient l’Église dans les années 1970. Sur lui, voir Michael Quisinsky, « Fesquet, Henri », dans Michael Quisinsky, Peter Walter (dir.), Personenlexikon zum Zweiten Vatikanischen Konzil, Freiburg im Breisgau, Herder, 2012, p. 106.

6 Henri Fesquet, « Le Cardinal Ottaviani relève dix opinions “singulières et dangereuses” au sein de l’Église », Le Monde, 12 septembre 1966.

7 Acta Apostolicae Sedis [AAS], 58, 1966, p. 659-661. Le caractère secret de la lettre fut défendu et la publication motivée de manière que les doutes soulevés en matière de contenu et d’intention par sa publication partielle dans la presse soient levés.

8 Pie XII, encyclique Humani Generis, dans AAS, 42, 1950, p. 561-578. Voir Max Brändle, « Der Fragebogen von Kardinal Ottaviani », Orientierung, 30, 1966, p. 219-221 (ici 220) ; « Ein Schreiben an Kardinal Ottaviani », Herder Korrespondenz, 20, 1966, p. 443-445 (l’article n’est pas signé).

9 Sur Pie XII, voir l’annexe.

10 Voir Max Brändle, « Der Fragebogen… » et l’allocution de Paul VI à la fin du congrès international des théologiens à Rome publiée dans L’Osservatore romano du 2 octobre 1966. Traduction allemande dans Herder Korrespondenz, 20, 1966, p. 513-516.

11 Sur Paul VI, voir Carlo Maria Martini, Paolo VI “uomo spirituale”. Discorsi et scritti, Marco Vergottini éd., Brescia-Roma, Studium, 2008, XII-191 p. ; Jörg Ernesti, Paul VI. Der vergessene Papst, Freiburg im Breisgau, Herder, 2012, 374 p.

12 Cité dans « Ein Schreiben… », p. 444 : « [...] um zu vermeiden, daß der Gärstoff an Ideen und Neuheiten, den das Konzil hervorgebracht hat, umschlage in eine willkürliche Instabilität des Denkens und in einen geringeren Zusammenhalt des organischen kirchlichen Gefüges. » Voir l’allocution de Paul VI dans l’audience générale du 7 septembre 1966, publiée dans L’Osservatore romano du 8 septembre 1966 ; « Iis qui interfuerunt Coetui v. d. “Simposio” a theologis doctisque viris habito de originali peccato (11 juillet 1966) », dans AAS, 58, 1966, p. 649-655.

13 Sur le cardinal Döpfner, voir l’annexe.

14 Lettre du cardinal Döpfner aux membres de la Conférence épiscopale allemande, Munich, 25 août 1966. EAM. Kardinal-Döpfner-Archiv. Konzilsakten 5113.

15 Procès-verbal de l’assemblée plénière des évêques allemands à Fulda du 27 au 30 septembre 1966 (n. 11) : « Die Bischofskonferenz ist sich bewußt, daß sowohl die einzelnen Bischöfe als auch die Bischofskonferenz in der Nachkonzilszeit die Vigilantia in Glaubens- und Sittenlehren mit besonderer Sorgfalt ausüben müssen. » Renseignement communiqué par le secrétariat de la Conférence épiscopale allemande.

16 Points 2 et 3 de l’ordre du jour. Ibid. – Voir « Die Deutsche Bischofskonferenz nach dem Konzil », Herder Korrespondenz, 20, 1966, p. 497 (liste des quinze commissions avec leurs membres respectifs).

17 Lettre du cardinal Döpfner au cardinal Ottaviani, Munich, 21 décembre 1966. Photocopie de l’original signé par Döpfner. EAM Kardinal-Döpfner-Archiv. Konzilsakten 5119. Le texte original est transcrit en annexe.

18 Lettre du cardinal Döpfner aux membres de la Conférence épiscopale allemande, Munich, 2 janvier 1967. EAM Kardinal-Döpfner-Archiv. Konzilsakten 5119.

19 Lettre du cardinal Döpfner au cardinal Ottaviani, Munich, 21 décembre 1966 : « Seitdem das II. Vatikanische Konzil vor nunmehr einem Jahr zu Ende geführt wurde, betrachten wir deutschen Bischöfe es als eine unserer vornehmsten Aufgaben, die dort begonnene Erneuerungsbewegung zu überwachen, zu lenken und zu fördern. »

20 Ibid. : « Wir teilen Ihre Sorge um die Reinerhaltung der Lehre und wissen, daß auch im Bereich unserer Bischofskonferenz viele Gläubige durch neuartige Formulierungen oder Fragestellungen, durch leichtfertige oder gar irrige Meinungen und Lehren beunruhigt werden. »

21 Ibid. : « Einige Gründe für diese Gefährdung des Glaubens sind : der starke Wandel des Weltbildes und der Lebensumstände vieler unserer Gläubigen während der letzten Jahrzehnte ; die zunehmende Laisierung des öffentlichen Lebens ; der Einfluß ungläubiger Wissenschaftler und Philosophen ; unbesonnene Äußerungen einiger Theologieprofessoren, mehr noch der Umstand, daß diskutierte Fragen oder unbewiesene Meinungen bisweilen Eingang in Predigt und Katechese finden. »

22 Ibid. : « [...] der große Einfluß der Massenkommunikationsmittel, die oft über die theolo-gische Diskussion nicht unter dem Gesichtspunkt der Wahrheit und Wahrhaftigkeit, sondern unter dem Aspekt des Neuartigen und Sensationellen berichten. »

23 Ibid. : « Darüber vergessen wir nicht, daß die beobachtete Unruhe auch ihre Ursache in wirklich schwerwiegenden theologischen Fragen und Problemen hat. »

24 Ibid. : « Die Öffentlichkeit aber, in der heute theologische Fragen diskutiert werden, verursacht nicht nur Gefahren, sondern sie bietet auch große und einmalige Chancen. »

25 Traduction française : « Priez un homme de vous changer une pièce d’argent, il vous apprendra en quoi le Fils diffère du Père ; demandez à un autre le prix d’un pain, il vous répondra que le Fils est inférieur au Père ; informez-vous si le bain est prêt, on vous dira que le Fils a été créé de rien. » Voir l’annexe.

26 Réponse du cardinal Döpfner au cardinal Ottaviani, Munich, 21 décembre 1966 : « Was könnten wir uns in dieser vom Materialismus bedrohten Zeit mehr wünschen als den Hunger nach der Wahrheit. »

27 Ibid. : « Ohne auf jeden einzelnen der zehn von Ihnen genannten Irrtümer eingehen zu wollen, die sich, wenngleich nicht in derselben Stärke und Deutlichkeit, auch bei uns beo-bachten lassen, möchten wir einige Probleme nennen, die uns in der heutigen Situation von besonderem Gewicht zu sein scheinen. »

28 Ibid. : « Aufmerksamkeit verdienen zuerst die fundamentalen und zentralen Wahrheiten unseres Glaubens, von denen vor allem die Lehre vom Dasein und Wesen, vom Wirken und Selbstoffenbaren Gottes auch bei vielen unserer Gläubigen nicht mehr unangefochten ist. »

29 « Die Deutsche Bischofskonferenz nach dem Konzil », Herder Korrespondenz, 20, 1966, p. 498.

30 Réponse du cardinal Döpfner au cardinal Ottaviani, Munich, 21 décembre 1966 : « Wenn in der Tat der protestantischen Exegese nicht wenige Anregungen und Förderungen zu verdanken sind, so gibt es doch in ihr Strömungen und Tendenzen, die nicht nur eine Gefahr darstellen, sondern mit der katholischen Lehre unvereinbar sind. »

31 Sur Rudolf Bultmann, voir l’annexe.

32 Réponse du cardinal Döpfner au cardinal Ottaviani, Munich, 21 décembre 1966 : « Wir denken hier besonders an die Bultmann-Schule, die durch die sogenannte Entmythologisierung, ähnlich wie vor 100 Jahren David Friedrich Strauß, die biblische Botschaft mittels zeitphilosophischer Kategorien umdeuten will. »

33 Sur David Friedrich Strauss, voir l’annexe.

34 Réponse du cardinal Döpfner au cardinal Ottaviani, Munich, 21 décembre 1966 : « Es scheint uns notwendig, bei unserem Klerus und unseren Gläubigen ein vertieftes Verständnis für das ordentliche Lehramt des Papstes und der Bischöfe zu wecken und die Bereitschaft, sich auch da von diesem Lehramt leiten zu lassen, wo es nicht das volle Gewicht seiner Unfehlbarkeit einsetzt. »

35 « Die Deutsche Bischofskonferenz nach dem Konzil », Herder Korrespondenz, 20, 1966, p. 498 ; « Hirtenwort der deutschen Bischöfe », ibid., p. 516.

36 Réponse du cardinal Döpfner au cardinal Ottaviani, Munich, 21 décembre 1966 : « Schließlich wissen wir alle, wie sehr die Fragen der katholischen Sittenlehre, besonders der Ehemoral, die heute auf offenem Markt besprochen werden, fast jede unserer Familien und alle unsere Priester bedrängen und beunruhigen. »

37 Ibid. : « Es wäre aber falsch, über diesen Besorgnissen die vielen erfreulichen Tatsachen und Entwicklungen zu vergessen, für die wir Gott von Herzen danken müssen. »

38 Ibid. : « Um den genannten Schwierigkeiten in rechter Weise zu begegnen, glauben wir, Irrtümern, da wo sie sichtbar werden, klar und wirksam entgegentreten zu sollen. Mehr aber noch halten wir es für unsere Pflicht, die Glaubenskraft und Glaubensfreude der uns anvertrauten Christen wecken und stärken zu müssen. »

39 Ibid. : « Sie [la Conférence épiscopale allemande] wird die Zusammenarbeit mit den Theologischen Fakultäten verstärken und diese auf das Studium dringender Fragen und Probleme hinweisen. »

40 Ibid. : « Wir wären dankbar, wenn der Heilige Stuhl kein neues Verzeichnis falscher oder irriger Lehren und Meinungen aufstellte. »

41 Ibid. : « Wir meinen vielmehr, es sei wirksamer, daß das Lehramt einzelne offene Irrtümer verurteile, wann und wo es notwendig ist. »

42 Voir par exemple l’article de Max Brändle, « Der Fragebogen… », p. 219 : « Werden diese Berichte angefordert, um sie für die Erstellung eines neuen Syllabus, eines neuen Verzeichnisses verurteilter Lehren, auszuwerten ? »

43 Réponse du cardinal Döpfner au cardinal Ottaviani, Munich, 21 décembre 1966 : « Besonders bitten wir um eine baldige Entscheidung des Heiligen Vaters in der Frage der Geburtenregelung, da durch das Ausbleiben der Antwort nicht nur unzählige Christen sich in schwere Gewissenskonflikte versetzt sehen, sondern auch die Autorität und das Ansehen des Heiligen Vaters Schaden leiden. »

44 Anton Landersdorfer, « Döpfner », dans Erwin Gatz (éd.), Die Bischöfe der deutschsprachigen Länder 1945-2001. Ein biographisches Lexikon, Berlin, Duncker u. Humblot, 2001, p. 386-394 (ici 391).

45 Paul VI, encyclique Humanae vitae du 31 juillet 1968, dans AAS, 60, 1968, p. 481-503.

46 Julius Döpfner (1913-1976), personnalité épiscopale majeure de l’Allemagne de la seconde moitié du xxe siècle, a fait ses études en philosophie et théologie à Würzbourg et Rome (Collegium Germanicum) ; ordination (1939) et doctorat en théologie à Rome (1941). Il fut nommé évêque de Würzbourg (1948), évêque de Berlin (1957) et cardinal (1958), finalement archevêque de Munich et Frisingue (1961). Il était président de la Conférence épiscopale allemande (1961-1976) et l’un des plus influents représentants de l’aggiornamento pendant le Concile Vatican II (dès la deuxième session, il fut un des quatre modérateurs nommés par Paul VI). Après le Concile, il appliqua vite les décisions de réforrme dans son diocèse. De 1971 à 1975, il fut président du synode allemand à Würzbourg. Sur lui, voir Stephan Mokry, « Kardinal Julius Döpfner (1913-1976) und das II. Vatikanische Konzil. Forschungsthemen und vorläufige Bilanz », dans Franz Xaver Bischof (éd.), Das Zweite Vatikanische Konzil (1962-1965). Stand und Perspektiven der kirchenhistorischen Forschung im deutschsprachigen Raum, Stuttgart, Kohlhammer, 2012, p. 67-79 ; Franz Xaver Bischof, « Aggiornamento vor Ort. Julius Döpfner und die Erzdiözese München und Freising », dans Thomas Brechenmacher (éd.), « In dieser Stunde der Kirche. » Zum 100. Geburtstag von Julius Kardinal Döpfner, Würzbourg, Schöningh Verlag, 2013, p. 84-102 ; Stephan Mokry, « Döpfner, Julius », dans Michael Quisinsky, Peter Walter (éd.), Personenlexikon…, p. 94-95 ; Stephan Mokry, Kardinal Julius Döpfner und das Zweite Vatikanum. Ein Beitrag zur Biografie und Konzilsgeschichte, Stuttgart, Kohlhammer, 2016, 544 p.

47 Alfredo Ottaviani (1890-1979) ; études à Rome, prêtre (1916), professeur de droit civil et canonique, dès 1928 collaborateur de la Curie romaine, cardinal en 1953, secrétaire en 1959 du Saint-Office, dont le préfet était officiellement le pape, président de la Commission De doctrina fidei et morum pendant le Concile, membre actif de la minorité et adversaire du schéma sur la liberté religieuse. Voir Emilio Cavaterra. Il prefetto del Sant’Offizio. Le opere e le giorni del cardinale Ottaviani, Milano, Ugo Morica editore, 1990, 200 p. ; Dominik Burkard, « Augustin Bea und Alfredo Ottaviani. Thesen zu einer entscheidenden personellen Konstellation im Vorfeld des Zweiten Vatikanischen Konzils », dans Franz Xaver Bischof (éd.), Das Zweite Vatikanische Konzil…, p. 45-66 ; Massimo Faggioli, « Ottaviani, Alfredo », dans Michael Quisinsky, Peter Walter (éd.), Personenlexikon…, p. 204.

48 Photocopie de l’original signé par Döpfner. Erzbischöfliches Archiv München. Kardinal-Döpfner-Archiv. Konzilsakten 5119.

49 Pie XII (Eugenio Pacelli), pape de 1939 à 1958. Voir Pierre Blet, Pie XII et la Seconde Guerre mondiale d’après les archives du Vatican, Paris, Perrin, 1997, 336 p. ; José M. Sánchez, Pius XII and the Holocaust : Understanding the Controversy, Washington, CUA Press, 2002, 197 p. ; Philippe Chenaux, Pie XII, diplomate et pasteur, Paris, Cerf, 2003, 462 p. ; Franz Xaver Bischof, « Pius XII and Modernity », dans Peter Pfister (éd.), Eugenio Pacelli-Pius XII (1876-1958). In the view of Scholarship, Regensburg, Schnell u. Steiner, 2012, p. 43-63.

50 Döpfner se réfère par erreur à Grégoire de Nazianze († 390). La citation est de Grégoire de Nysse († après 394) dans « Oratio de deitate filii et spiritus », Patrologia Graeca, 46, 557B : « Ἐὰν περὶ τῶν ὀβολῶν ἐρωτήσῃς, ὁ δέ σοι περὶ γεννητοῦ καὶ ἀγεννήτου ἐφιλοσόφησε·κἂν περὶ τιµήµατος ἄρτου πύθοιο, Μείζων ὁ Πατὴρ, ἀποκρίνεται, καὶ ὁ Υἱὸς ὑποχείριος. Εἰ δὲ, Τὸ λουτρὸν ἐπιτήδειόν ἐστιν, εἴποις, ὁ δὲ ἐξ οὐκ ὄντων τὸν Υἱὸν εἶναι διωρίσατο » (voir la traduction française supra).

51 Rudolf Bultmann (1884-1976), théologien protestant allemand. Voir Andreas Lindemann, « Bultmann », dans Religion Past & Present. Encyclopaedia of Theology and Religion, London, Brill, t. 2, 2007, p. 269s.

52 David Friedrich Strauss (1808-1877), théologien allemand protestant. Son ouvrage célèbre La Vie de Jésus (2 vol., 1835-1836) fit sensation partout en Europe et a scandalisé son époque en montrant un Jésus historique (traduction française par Émile Littré, 1839-1853). Voir Jean-Marie Paul, David Friedrich Strauss (1808-1877) et son époque, Paris, Les Belles Lettres, 1982, 553 p. ; Friedrich Wilhelm Graf, « Strauß », dans Religion Past & Present…, t. 12, 2012, p. 302.

53 Josef Frings (1887-1978), archevêque de Cologne 1942-1969, président de la Conférence épiscopale de Fulda 1945-1965, cardinal en 1946. Voir Eduard Hegel, « Frings », dans Erwin Gatz (éd.), Die Bischöfe..., p. 287-290 ; Norbert Trippen, Josef Kardinal Frings (1887-1978), 2 vol., Paderborn, Schöning, 2003-2005, 676 et 588 p.

54 Josef Schneider (1906-1998), archevêque de Bamberg 1955-1976. Voir Josef Urban, « Schneider », dans Erwin Gatz, Die Bischöfe…, p. 66-68.

55 Joseph Schröffer (1903-1983), évêque d’Eichstätt 1948-1968, cardinal en 1976. Voir Ludwig Brandl, « Schröffer », dans ibid., p. 156-159.

56 Rudolf Graber (1903-1992), évêque 1962-1981, administrateur apostolique 1981-1982, de Regensbourg. Voir Karl Hausberger, « Graber », dans ibid., p. 457-460.

57 Hermann Volk (1903-1989), évêque de Mayence 1962-1982, cardinal en 1973. Voir Friedhelm Jürgensmeier, « Volk », dans ibid., p. 359-361.

58 Eduard Schick (1906-2000), évêque auxiliaire 1962-1974, évêque 1974-1982 et administrateur apostolique de Fulda. Voir Erwin Gatz, « Schick », dans ibid., p. 229-231.

59 Augustinus Frotz (1903-1994), évêque auxiliaire de Cologne 1962-1983. Voir Ulrich Helbach, « Frotz », ibid., p. 299-300.

© LARHRA, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search