Version classiqueVersion mobile

Renouveau conciliaire et crise doctrinale. Rome et les Églises nationales (1966-1968)

 | 
Christian Sorrel

Perspectives nationales

La Conférence épiscopale française et l’enquête Ottaviani

Fonctionnement institutionnel et positions doctrinales

Christian Sorrel

Texte intégral

  • 1 Centre national des archives de l’Église de France [CNAEF], 4 CE 6, 4 CE 7 et 9 CE 32.

1La réponse française à la lettre adressée le 24 juillet 1966 par le cardinal Ottaviani, pro-préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, aux présidents des conférences épiscopales pour leur demander de signaler les « abus grandissants dans l’interprétation de la doctrine du Concile » et les « opinions étranges et audacieuses apparaissant ici ou là » est la seule qui ait fait l’objet d’une publication officielle, autorisée par le dicastère concerné quelques semaines après son envoi. Cette singularité souligne l’importance du document dans le contexte national et justifie une enquête, rendue possible par la mise à disposition des historiens du dossier préparatoire, conservé parmi les documents du Secrétariat général de l’épiscopat au Centre national des archives de l’Église de France1. Celui-ci permet de suivre le processus de consultation des évêques et des théologiens et de mettre en évidence les questions en débat et les représentations de la situation religieuse du pays. Il donne aussi accès aux versions successives de la réponse dont l’écho médiatique est incontestable.

Préliminaires

  • 2 Le Monde, 11-12 septembre 1966.
  • 3 CNAEF, 9 CE 32, rapport de Mgr Veuillot à l’assemblée plénière, octobre 1966. Pour une première app (...)

2Le 31 août 1966, une brève du Monde révèle l’existence de la lettre du cardinal Ottaviani, destinée à rester secrète. Dix jours plus tard, Henri Fesquet résume les questions posées et stigmatise le pro-préfet, « exclusivement sensible à des déviations toujours possibles », tout en saluant la nouveauté de la consultation des conférences épiscopales2. Le 19 septembre, le bureau du Conseil permanent de l’épiscopat, réuni à Paris pour sa session de rentrée, amorce le processus de rédaction de la réponse, qui doit être envoyée avant Noël : il inscrit la question au programme de l’assemblée plénière de l’épiscopat, convoquée du 17 au 22 octobre, et charge l’un de ses membres, Mgr Veuillot, coadjuteur du cardinal Feltin, archevêque de Paris, de préparer un rapport introductif3.

  • 4 Archives diocésaines de Toulouse [ADT], Papiers Garrone, carton 26, lettres du cardinal Feltin et d (...)
  • 5 Bernard Giroud, La Jeunesse étudiante chrétienne des origines aux années 1970, Paris, Cerf, 2013, p (...)
  • 6 Mgr Veuillot écrit à Mgr Garrone après son voyage à Rome : « Le pape approuve entièrement notre act (...)
  • 7 Le secrétaire général de l’épiscopat, Mgr Gouet, s’en fait l’écho après un séjour romain, ADT, Papi (...)
  • 8 Ibid., lettre du nonce apostolique, Mgr Bertoli, à Mgr Garrone, 9 juin 1965.
  • 9 Archives nationales, Fonds René Brouillet, dépêche du 6 juin 1966. À l’occasion de la première audi (...)

3La réactivité de l’épiscopat n’est pas sans lien avec la conjoncture religieuse nationale et les inquiétudes que celle-ci alimente dans l’esprit du pape Paul VI et des responsables de la Curie romaine. La tension est forte depuis le début de l’année 1964, marquée par le développement de la « croisade anticonciliaire » des intégristes qui prennent pour cible le corps épiscopal et suscitent « un état d’énervement, de critiques, d’accusations de toutes espèces4 ». Elle est amplifiée au printemps 1965 par la contestation de la Jeunesse étudiante chrétienne et les débats autour du dialogue entre les catholiques et les marxistes auxquels participent le Centre catholique des intellectuels français, l’hebdomadaire Témoignage chrétien et l’Action catholique ouvrière : ils débouchent sur des sanctions et des blâmes de la part de la hiérarchie5. Si le pape Paul VI donne quitus de la gestion autoritaire de la crise au Conseil permanent et à son principal mandataire en la circonstance, Mgr Veuillot6, la Secrétairerie d’État, alertée par la mobilisation de l’opinion publique et le malaise d’une partie des évêques, s’étonne dans le même temps de son « manque de réaction » face aux publications intégristes7 et l’encourage à promouvoir le « dialogue » pour « arriver, entre les différents courants catholiques, à l’unité si désirable de but et d’action qui rendrait encore plus efficace leur témoignage de foi et de charité dans la société8 ». Un an plus tard, alors que l’Église entre dans la période postconciliaire, Paul VI redit à l’ambassadeur près le Saint-Siège, René Brouillet, sa « confiance à l’égard de l’épiscopat français », sans cacher ses interrogations devant les choix des jeunes prêtres et des séminaristes, plus soucieux d’« apostolat missionnaire » que d’« approfondissement spirituel » : « C’est le propre de la France […] que toutes les manifestations qui émanent d’elle ont une valeur exemplaire », souligne-t-il dans le prolongement de son discours aux évêques du 18 novembre 1963, lu par beaucoup comme un avertissement9.

  • 10 Christian Sorrel, « À l’heure du Concile. Les débuts de la Conférence épiscopale française », dans (...)
  • 11 ADT, Papiers Garrone, carton 1 A, lettre de Mgr Marty à Mgr Garrone, 12 mai 1965. Le vice-président (...)
  • 12 Ibid., « Note sur nos rapports avec la presse et une doctrine de l’opinion ».

4Dans ce climat ecclésial tendu, la Conférence épiscopale française, créée en mai 1964 pour anticiper les normes conciliaires en cours de validation10, peine à trouver son équilibre et les interventions du Conseil permanent contre la JEC, Témoignage chrétien et l’ACO accentuent le mécontentement des évêques, déçus de ne pas avoir été consultés et « peu enclins à soutenir des décisions qu’ils connaissent mal » : « À leurs yeux, le souci d’une meilleure efficacité ne suffit pas à justifier des décisions si rapides et si fortes […]. Quelques évêques ont pensé qu’en fait, nous avions trop agi en doctrinaires juridiques et pas assez en pasteurs et éducateurs. Ils accusent notre dialogue avec les laïcs, insuffisant », note Mgr Marty, archevêque de Reims, à l’intention de Mgr Garrone, archevêque de Toulouse et vice-président du Conseil permanent, au centre de l’organigramme11. De son côté, Mgr Veuillot insiste sur la déficience de la communication en direction des médias à l’heure où s’affirme une « opinion publique dans l’Église et autour de l’Église12 ». Mais les difficultés perdurent et des évêques se plaignent à Mgr Garrone après l’expérience décevante de l’assemblée plénière de l’automne 1965, tenue à Rome durant le Concile et fragmentée en plusieurs demi-journées marquées par des échanges tendus et confus.

  • 13 Ibid., carton 18, lettre de Mgr Veuillot à Mgr Garrone, 29 décembre 1965.
  • 14 AHAP, Papiers Veuillot, 1 D 165, lettre à Mgr Veuillot, 7 janvier 1966. Sur Mgr Garrone, voir Chris (...)
  • 15 Christian Sorrel, « Gouvernement de l’Église… », p. 44.
  • 16 Archives nationales, Fonds René Brouillet, dépêche du 24 décembre 1966.
  • 17 Il compte quatre membres élus au sein du Conseil permanent et répartis en deux sections, doctrinale (...)

5« Je crains […] qu’avec notre logique française, nous soyons passés d’un extrême à l’autre et que nous ne demandions trop à cette lourde organisation », remarque Mgr Veuillot, qui s’accommode mal de « ce régime d’assemblée13 ». « L’assemblée représente l’ensemble de l’épiscopat, et nous devons résolument accepter que ce soit pour nous un poids très lourd et sans cesse capable de “mouvements divers”. Il nous faut donc la préparer avec le plus grand soin, veiller à ne jamais paraître la court-circuiter », répond Mgr Garrone, homme de conciliation, discret et influent, dont le départ pour Rome au début de l’année 1966, au poste de pro-préfet de la Congrégation des séminaires et universités, modifie l’équilibre des instances dirigeantes14. L’élection difficile, en mai 1966, de son successeur, Mgr Marty, qui l’emporte seulement après le retrait de Mgr Puech, héritier de l’archevêque de Toulouse, confirme le poids décisif de Mgr Veuillot au sein du Conseil permanent, même si l’assemblée plénière exclut de le porter à sa tête15. Ancien collaborateur à la Secrétairerie d’État du pape Montini, qui loue « sa lucidité, son esprit d’organisation, sa capacité de travail, son abnégation, son courage […], son élévation spirituelle, son identification totale à sa mission de prêtre », tout en admettant qu’il « n’a pas la popularité pour lui » du fait de son tempérament16, il assume de nombreuses tâches dans le diocèse de Paris, dont il prépare le découpage, et dans l’Église de France, notamment à la présidence de la Commission du monde scolaire et universitaire. Il n’est donc pas étonnant que Mgr Marty lui délègue la préparation de la réponse à la lettre du cardinal Ottaviani, alors qu’il n’est pas membre du Bureau d’études doctrinales et pastorales créé pour assister le Conseil permanent17.

  • 18 Tous les courriers portent la date du 22 septembre et reprennent les mêmes éléments, avec quelques (...)

6Pressé par l’échéance de Noël, qu’il entend respecter, Mgr Veuillot lance aussitôt une consultation confidentielle pour préparer le débat de l’assemblée plénière décidé par le Conseil permanent. Alors que la presse s’empare de la lettre cardinalice, il estime que « la brièveté de ce délai » ne permet pas « d’étudier sur le fond les problèmes soulevés » et formule quatre questions : « Sommes-nous d’accord pour estimer que les opinions soulignées sont effectivement sujets de préoccupations en France ? En quel sens et selon quel degré de gravité ? Pensons-nous que certains de ces thèmes ne nous concernent pas ? Croyons-nous que d’autres points non signalés sont pour nous sujets d’inquiétude ? » Et il propose de regrouper les réponses sous « trois chefs » en écartant d’emblée la lecture pessimiste du cardinal au profit d’une attitude pastorale fidèle à l’expérience conciliaire : « Une réponse globale ; des appréciations point par point ; des suggestions pour aborder et présenter ces mêmes préoccupations dans une ligne positive18. »

  • 19 Ibid., lettre au Père Ceslas Tunmer, 22 septembre 1966.
  • 20 Ibid., lettre de Mgr Elchinger, 5 octobre 1966.
  • 21 D’autres enseignants de l’Institut catholique de Paris sont sollicités comme membres du Conseil du (...)
  • 22 CNAEF, 4 CE 6, lettre du Père Tunmer, 6 octobre 1966.
  • 23 Ibid., lettre du Père de Colnet, 5 octobre 1966.

7Mgr Veuillot sollicite en premier lieu les membres du Bureau d’études doctrinales et pastorales (Ancel, Ferrand, Renard, Vial). Il se tourne en même temps vers les chanceliers des quatre universités catholiques de province, Angers (Mazerat), Lille (Gand, qui supplée le cardinal Liénart dans cette tâche), Lyon (Villot) et Toulouse (Guyot), pour qu’ils donnent leur avis et surtout interrogent des professeurs de leur ressort. Il s’adresse aussi au coadjuteur de Strasbourg Elchinger, en raison de la présence de la faculté de théologie de l’université d’État, et mobilise lui-même le nouveau recteur de l’Institut catholique de Paris Haubtmann, le prieur du studium dominicain du Saulchoir (Étiolles) Tunmer et le recteur du scolasticat jésuite des Fontaines (Chantilly) de Colnet en mettant en avant l’objectif « de développer une collaboration étroite entre l’épiscopat français et les théologiens19 ». Tous les pôles sollicités apportent une contribution, sauf Strasbourg où l’abbé Chavasse, professeur de dogme, « refuse de répondre à des questions aussi “massivement” posées20 ». L’Université de Lille est représentée par le doyen de la faculté de théologie Liébaert, qui s’adjoint deux confrères, Guilluy et Duquesne. Celle d’Angers envoie trois analyses (Riffault, de Surgy, Vinet) et celle de Paris six (Aubert, Cazelles, Dheilly, de Lavalette, Latour, Le Guillou21). L’archevêque de Lyon consulte des professeurs de l’Institut catholique (Denis, Jourjon) et du scholasticat jésuite de Fourvière (Léon-Dufour, Martelet), tandis que son collègue de Toulouse s’adresse seulement aux dominicains Labourdette et Nicolas, qui envoient une réponse commune. Après « une discrète information » auprès de ses confrères, le Père Tunmer répond en sa qualité de religieux dans la mesure où le courrier de Mgr Veuillot était adressé au prieur du Saulchoir et non au recteur des facultés pontificales22. De son côté, le Père de Colnet se juge incompétent et s’en remet à deux confrères dont il transmet les avis sous couvert de l’anonymat23.

  • 24 AHAP, 8 J 1-2, Conseil du monde intellectuel (1964-1974), lettres de Mgr Brien aux membres du Conse (...)
  • 25 Ibid., note de Mgr Brien, 10 avril 1964, et compte rendu de la première réunion, 16 avril 1964.
  • 26 Claire Toupin-Guyot, Les Intellectuels catholiques…, passim.
  • 27 Il n’existe pas de liste officielle pour 1966. Aux noms recensés dans l’annexe 3, on peut ajouter : (...)

8À ce premier ensemble s’ajoutent quinze réponses émanant de dix-huit membres du Conseil du monde intellectuel du diocèse de Paris, convoqué le 13 octobre pour échanger sur la lettre du cardinal24. L’institution a vu le jour en avril 1964 à la demande de Mgr Veuillot qui en confie la réalisation à Mgr Brien, délégué général pour le monde scolaire et universitaire et ancien aumônier de l’École normale supérieure. Le coadjuteur, conscient des faiblesses d’un épiscopat plus sensible aux « réalités sociales » qu’aux « mouvements d’idées » par la médiation des aumôniers et des militants de l’Action catholique, veut permettre « aux représentants des différents courants intellectuels du clergé séculier et régulier de se retrouver d’une manière organique » et aux « responsables de l’Église de Paris […] d’exercer une vraie responsabilité pastorale » dans le champ intellectuel25. Il fait appel à une trentaine de personnalités, enseignants de l’Institut catholique, des séminaires des Carmes et d’Issy-les-Moulineaux, aumôniers ou anciens aumôniers du Centre catholique des intellectuels français, de la Paroisse universitaire et de la Jeunesse étudiante chrétienne, dont plusieurs s’inscrivent dans le sillage de Mgr Berrar, proche de Mgr Veuillot (Biard, Brien, Châtillon, Pézeril26), supérieurs dominicains, jésuites et oratoriens, scientifiques rattachés à des institutions de l’État27. Le conseil peut ainsi lancer une réflexion sur des questions de fond dans le cadre de trois sous-commissions (athéisme, Église et société civile, herméneutique) et répondre aux sollicitations du coadjuteur sur l’actualité.

  • 28 AHAP, 8 J 1-2, Conseil du monde intellectuel (1964-1974), rapport de l’abbé Latour, 4 février 1965.

9Début 1965, Mgr Veuillot interroge le conseil sur la manière de présenter le Concile face au désarroi des esprits. Le rapport de synthèse, confié à l’abbé Latour, insiste sur le rôle de la presse, les difficultés liturgiques et « l’insécurité » des prêtres dont la « crise » trouve en ces circonstances « une occasion privilégiée pour prendre conscience d’elle-même » : « Le problème du Concile est actuellement […] le problème du clergé français », écrit-il en citant la perte de reconnaissance sociale, l’impatience des jeunes désireux d’échapper au milieu des pratiquants pour se donner à la mission, le déficit du discours conciliaire sur le « sacerdoce de second rang » et la confusion croissante entre « immuable et absolu, changeant et relatif ». Tout en invitant à ne « pas s’alarmer outre-mesure des troubles », il se fait l’écho du souhait de ses confrères de voir les évêques parler avec une « tonalité de calme assurance et de fermeté, sans allusion polémique », même si des divergences existent sur la portée de leur intervention, de la « fermeté intransigeante » à la « sollicitude de tous28 ».

  • 29 Ibid., compte rendu du conseil du 28 mai 1966.
  • 30 Le compte rendu évoque à ce propos la recherche de Claude Tresmontant, « discutée et discutable », (...)
  • 31 Berrar, Bouchaud, Coloni, Daniélou, Lafon, Thomas et Vidal sont plus pessimistes que Latour, Petit, (...)

10Un an et demi plus tard, le conseil se penche sur les problèmes posés à « la conscience chrétienne » par l’évolution de la vie intellectuelle parisienne29. Les intervenants analysent le « malaise » herméneutique qui atteint les militants par le commentaire d’évangile et le peuple chrétien par la prédication. La « majoration de l’exégèse aux dépens de la dogmatique » conduit à « dévaluer le mystère du Christ, ramené au rang d’un super-prophète, à moins que l’affirmation de sa divinité ne fasse oublier la réalité de l’Incarnation », à défendre un « christianisme areligieux » en référence à John A.T. Robinson, Dietrich Bonhoeffer et Harvey Cox et à opposer le « prophétisme » à « l’institution » : « De ce fait, l’Église sacrement et don de Dieu déjà et à jamais livré en notre possession retient moins l’attention que le levain chrétien mêlé à la pâte humaine pour susciter sa fermentation à venir, et l’on consentira volontiers à ce que sa singularité originale disparaisse au regard de tous. » Au malaise herméneutique se joint un malaise touchant la morale. Le rejet du droit naturel conduit au relativisme, dans le champ de l’économie comme dans celui des mœurs, tandis qu’un « dogmatisme pastoral » guide les comportements d’une partie des clercs tentés d’imposer la réforme liturgique ou de modifier les règles d’administration des sacrements, tels le baptême et le mariage. Ce double malaise naît de la rencontre entre la foi chrétienne et les recherches visant « à l’élaboration d’une anthropologie structurale » (Lévi-Strauss, Foucault, Lacan, Althusser). « Ne disposant plus d’un langage apte à rendre compte de la transcendance », le croyant réduit le dialogue avec les hommes « à la seule écoute d’un monde » auquel il n’a pas conscience d’avoir à délivrer de message. Une réaction s’impose, qui exige « une invention créatrice », un échange entre les philosophes et les théologiens pour féconder « une philosophie chrétienne apte à un dialogue réel avec la pensée contemporaine30 ». Elle passe par le développement d’équipes regroupant des chercheurs de disciplines variées, chrétiens et non-chrétiens, ce qui exige une vraie liberté, sans renoncer à la prudence « pour ne pas scandaliser les faibles ». Elle doit déboucher sur une nouvelle « éducation du clergé » en dépassant la « fréquente insuffisance culturelle » et les « préjugés anti-intellectuels, camouflés en souci d’évangélisme », en articulant l’effort intellectuel et l’expérience humaine et spirituelle et en se situant « dans la ligne même » du Concile, trop souvent érigé en « mythe au nom duquel on affirme […] n’importe quoi ». Reconnaissance de l’existence de problèmes, volonté d’innover, fidélité à Vatican II, tels sont les axes retenus en mai 1966, peu avant la lettre du cardinal Ottaviani, par le Conseil du monde intellectuel qui laisse toutefois entrevoir des nuances entre ses membres, par exemple lorsqu’ils échangent sur « l’état actuel de l’intelligentsia » de la capitale31.

Expertises théologiques

  • 32 Joseph Lefebvre, Rapport doctrinal présenté le 30 avril 1957 à l’assemblée plénière de l’épiscopat (...)
  • 33 CNAEF, 4 CE 6, lettre de Mgr Renard, 26 septembre 1966.

11Ces nuances, sinon ces écarts, s’affirment en réaction à la démarche du pro-préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, en premier lieu au sein du Bureau d’études doctrinales et pastorales. Mgr Renard est particulièrement pessimiste : « On assiste peu à peu à un dégradé de la doctrine définie et commune, à une certaine confusion des fidèles du Peuple de Dieu qui entendent quantité d’enseignements assez différents de ce que l’Église leur a enseigné hier, à une irritation d’une minorité systématique, à une euphorie d’une autre minorité qui voit dans le changement de la doctrine un accord possible avec la mentalité moderne. » Il cite des « faits » allant dans le sens de la thèse romaine, tout en jugeant les questions « très intimes, sauf pour quelques cercles connus » : faible recours à la Tradition, contestation de l’historicité du Nouveau Testament, relativisation des formules dogmatiques, insistance sur le Christ-Homme, doutes sur la virginité perpétuelle de Marie, flottements sur la présence réelle et le sacerdoce (« infiltrations luthériennes », « négligence pour la messe privée », « relégation du tabernacle »), effacement du péché originel, dégradation du sacrement de pénitence et de la morale conjugale, laissée « à la responsabilité des époux, sans normes objectives ». Mgr Renard, qui insiste sur les responsabilités internes et déplore le silence de l’épiscopat sur ces sujets depuis le rapport de 195732, souhaite un « document doctrinal pour “confirmer” la foi de l’Église et rassurer beaucoup de prêtres et de fidèles » : « On ne laisserait pas à l’intégrisme le privilège de tenir à la doctrine. Document concis, se bornant à la sûre doctrine de l’Église, la plus traditionnelle, sans options théologiques. Cela ne suffirait pas […]. Je crains qu’à force de vouloir n’être que positif, des esprits ne sont pas alertés sur les erreurs33. »

  • 34 Elle donne le primat absolu au jugement personnel sur l’action morale au détriment des lois objecti (...)
  • 35 Paul VI a soustrait la question aux Pères du Concile pour la confier à une commission et il ne fera (...)
  • 36 CNAEF, 4 CE 6, lettre de Mgr Ferrand, 1er octobre 1966.

12Les collègues de l’évêque de Versailles sont moins négatifs, sans cacher les embarras. Mgr Ferrand reste sévère en assimilant les « erreurs ou mieux [les] glissements vers l’erreur » à un « certain relent moderniste » chez les « cadres intellectuels », clercs et « laïcat enseignant » : « La situation me semble d’autant plus grave que les problèmes fondamentaux sont comme voilés à nos yeux par toutes ces querelles superficielles du latin, du chant d’église ou des changements des autels. » Ils sont « essentiellement d’ordre doctrinal », alors que l’épiscopat, qui « n’est pas en France le gardien de la Parole de Dieu comme il est celui de l’Eucharistie », laisse les exégètes « livrés à eux-mêmes » et n’aide pas les « éducateurs du peuple […] sur le plan scripturaire ». Mais l’archevêque de Tours est plus nuancé en abordant le questionnaire Ottaviani. S’il note le risque de « redoutables confusions » sur la Révélation et les dogmes, l’ambiguïté du « concept d’agapè » laissant dans l’indétermination la nature du pain eucharistique et la désaffection du sacrement de pénitence, il défend les célébrations pénitentielles, qui donnent « aux jeunes et même aux adultes une éducation collective et un sens de la contrition », et estime qu’on « n’évacue pas le péché originel », même si « on le présente mal ». Il reconnaît l’enjeu de la « morale de situation34 », mais juge qu’on « a simplement érigé en thèse ce qui était passé dans les faits depuis longtemps ». Quant aux « opinions pernicieuses » en matière de sexualité et de régulation des naissances, l’Église ne doit pas oublier que « le Concile a bien peu répondu à l’attente des hommes » en ce domaine où beaucoup d’efforts sont néanmoins accomplis pour éclairer le clergé35. La question de l’œcuménisme apparaît finalement comme « la plus grave » aux yeux de Mgr Ferrand : « Voici que du jour au lendemain, on demande à nos fidèles, héritiers d’un passé de luttes et d’oppositions au nom de leur foi, d’adopter une attitude très différente. Ils ne sont pas préparés à aller si vite ni suffisamment armés. En face d’eux, ils trouvent des communautés protestantes dont la mentalité reste aussi rigide, et surtout ils sont très démunis en face d’une Bible qu’ils ne connaissent pas et qui constitue le seul lien des rencontres. » L’archevêque de Tours en conclut à l’urgence de renforcer la formation doctrinale des fidèles par un « développement harmonieux des orientations conciliaires36 ».

  • 37 Ibid., lettre de Mgr Ancel, 29 septembre 1966.

13Plus bref, faute « d’avoir la collaboration de théologiens », Mgr Ancel, auxiliaire de Lyon et supérieur du Prado, promoteur de la mission ouvrière, déplace le questionnement vers le terrain sociologique en caractérisant la situation « par les mots de “diminution de la foi” ou d’“indifférence religieuse” ». Il invite à ne pas « exagérer le danger » doctrinal au regard des « progrès admirables » réalisés sur chacun des points visés par la Congrégation pour la doctrine de la foi : « Les déviations […] se présentent plutôt sous la forme de tendances ou de courants de pensée que sous la forme d’une doctrine enseignée […]. Il faudrait tout d’abord étudier le problème général de la foi dans le monde d’aujourd’hui. » Les régions apostoliques, le Bureau d’études doctrinales et pastorales et les théologiens pourraient ensuite préparer des « notes doctrinales » pour éclairer la « mentalité de nos contemporains » et opérer l’« effort de redressement37 ».

  • 38 Il fait état de la gêne de Mgr Moeller, sous-secrétaire de la Congrégation pour la doctrine de la f (...)
  • 39 CNAEF, 4 CE 6, lettre de Mgr Vial, 7 octobre 1966.

14La critique du questionnaire, esquissée par Mgr Ancel qui recommande une réponse « très brève38 », prend une place décisive chez Mgr Vial, lié à la Chronique sociale : « La formulation adoptée est choquante pour l’esprit d’un contemporain, et d’autant plus qu’elle apparaîtra, quoi qu’on en dise, comme peu conforme à ce qu’il est désormais convenu d’appeler “l’esprit du Concile”. Il ne fait pas de doute, pour un catholique digne de ce nom, que sa foi lui impose une fidélité sans faille à la Tradition de l’Église. Mais, d’une part, le climat de l’époque dans laquelle il vit pose à sa conscience des questions qu’il ne peut éviter. D’autre part, la conscience renouvelée des exigences de sa mission dans le monde d’aujourd’hui le confronte à des appels et à des mises en cause auxquels il lui faut bien faire face. C’est précisément parce qu’il semble être resté insensible à cette situation concrète du prêtre et du fidèle d’aujourd’hui que le texte fait difficulté. » L’évêque de Nantes invite en conséquence à « un travail de refonte », non pour « remettre en question l’enseignement traditionnel de l’Église », mais pour le « réinterroger » en manifestant « clairement que non seulement on n’interdit pas aux fidèles de se mettre en dialogue avec le monde, mais qu’on vise à leur donner des directives pour les aider à le faire sans dommage ». Il donne des exemples de « reformulation » à propos de la résurrection du Christ, du sacrement de pénitence et de la loi morale et souligne l’impératif de se situer « à l’intérieur » du mouvement intellectuel, sous peine de ne pas intéresser les fidèles et de susciter une « impression désastreuse » parmi les non-catholiques39.

  • 40 Ibid. Les contributions des théologiens s’échelonnent entre le 28 septembre et le 7 octobre 1966, m (...)

15La plupart des experts40 partagent la réserve de Mgr Vial et avouent leur gêne devant cet « étrange document » (Dabosville). Paul de Surgy se dit « surpris et déçu par [son] ton, par son caractère surtout négatif et par la manière absolue dont sont formulées les “erreurs” ». François Russo le juge « un peu désespérant, en ce sens qu’il énonce d’une façon absolument générale, intemporelle et abrupte, pour ne pas dire caricaturale, un certain nombre d’erreurs ». « Les catalogues d’erreurs du genre syllabus ont laissé de si fâcheux et persistants souvenirs qu’il paraît peu indiqué d’y recourir à nouveau », surtout après le Concile, note Fernand Guimet : « Ce serait ou bien reconnaître [qu’il] est passé à côté des problèmes essentiels ou bien donner l’impression que l’on tente de manière plus ou moins latérale de revenir sur ce qu’il a fait. »« La lettre ne manifeste-t-elle pas […] les préoccupations préconciliaires d’une minorité qui ne s’est pas encore bien remise des décisions de la majorité ? », demande l’abbé Latour. « Répondre [aux] questions serait accepter de faire un nouveau Concile et d’y traiter les problèmes sous un angle que les Pères conciliaires ont refusé d’envisager », estime pour sa part l’abbé Chavasse, cité par Mgr Elchinger. Paul Barrau relève aussi des « perspectives autres que celles où le Concile avait engagé les esprits ». « Formulation gênante » (Léger, Liégé et Rettenbach), « impression de caricature » (Bro), « diagnostic incomplet » (Pézeril), « allure de procès de tendances » (Costabel), « inquiétude pathologique » (Vinet), question « durcie en hérésie » (Russo), « problématique sans issue » (Denis), les expressions ne manquent pas qui disent la défiance à l’égard de l’initiative de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

16Il ne faudrait pas en conclure pour autant que les experts nient les « risques de déviation » (Vinet) et refusent toute pertinence aux « questions posées, qui [sont] précisément celles qui font problème » selon Henri Denis. Mais les plus optimistes relativisent la situation. « Il ne semble pas qu’il y ait en France de campagnes en faveur d’opinions erronées et encore moins l’enseignement systématique de telles opinions », remarque Ceslas Tunmer. « Ne seraient-elles pas, dans bien des cas, une réaction qui marquerait une étape dans une foi encore adolescente […]. Il ne semble pas que ces “erreurs” existent à l’état pur et sous la forme absolue où elles sont présentées. On a l’impression que l’on a rassemblé et durci […] les avatars possibles ou réels de recherches et réflexions », confirme Paul de Surgy. Jean Châtillon parle de « tendances diffuses », Jean-Marie Aubert de « tendances plutôt d’ordre pratique que théorique », Maurice Jourjon de « craintes formulées çà et là et exprimées ici en thèses de très classique théologie ». Pierre Biard identifie des « phénomènes épars, plus ou moins perceptibles chez certains individus ou dans certains milieux, ailleurs plus ou moins estompés ou en sourdine », des « attitudes, souvent des tendances, dont la rationalité est toujours plus ou moins teintée d’affectivité ».

  • 41 Ibid., compte rendu de l’abbé Brien, 15 octobre 1966.

17Pour quelques correspondants, comme les Pères Labourdette et Nicolas, le « vrai danger » ne se situe pas « au niveau de la recherche théologique », mais de la « vulgarisation par des intermédiaires demi-compétents », même si « la diffusion actuelle de la culture et des moyens de l’information » rend la séparation des plans illusoire. Le Père de Lavalette déplore également la « vulgarisation hâtive ». L’abbé Coloni le rejoint en distinguant les « maîtres en théologie », en voie de surmonter la difficulté de traduire la foi « dans un langage renouvelé plus attentif à la dimension historique, existentielle, du sujet humain », et les « prêtres non spécialistes » ou les « laïcs sans formation théologique » qui les imitent en « s’autorisant d’un Concile qu’ils connaissent mal ». Quelques religieux vont au-delà, lors de la réunion du Conseil du monde intellectuel41, en dénonçant le « manque de responsabilité des prêtres quant à la foi » (Liégé) et leur « manque de culture grave », repérable aussi chez les militants (Dabosville). Les jésuites consultés par Yves de Colnet censurent de leur côté l’enseignement mêlé de « beaucoup d’imprécisions, de confusions et même d’inexactitudes de détail » de « nombre de prêtres », mal formés, « emportés par un désir pastoral d’adaptation à la mentalité du monde présent », fragilisés par « l’influence diluée du protestantisme » ou le désir de créer avec lui des « points de rapprochement ». Ils dénoncent aussi les prétentions des « journalistes théologiens, ou qui se croient tels », et les faiblesses des instituts catéchétiques et des sessions bibliques dans un contexte où le mouvement « de “rénovation” de l’Église, interprété par plusieurs comme un mouvement d’“innovation” », fournit « aux erreurs et aux ignorances » une occasion de se manifester. D’autres experts s’interrogent aussi sur l’impact de Vatican II en relevant le « bouillonnement de pensées et de paroles […] qui en est comme l’écume » (Riffault), la relativisation des interventions du Magistère consécutive à la « diversité des opinions exprimées » pendant les sessions (Thomas) ou le malaise en présence de réformes reçues « comme venant du dehors et de techniciens, et non d’en haut et de vrais responsables » (Jourjon).

18Plusieurs experts estiment que les « hésitations » et les « flottements » (jésuite anonyme) font affleurer des problèmes de fond que la lettre romaine ne prend guère en compte et dont le « point de départ est antérieur au Concile » (Riffault). Elle « énumère des symptômes, remarque Gustave Martelet, elle ne diagnostique pas le mal » à la source des erreurs, bien réelles, « un mal de l’intelligence de la foi », fruit d’une « ignorance qui a trop souvent méprisé comme enfantines ou scandaleuses les réelles difficultés de la conscience moderne vis-à-vis de la foi et qui n’a pas cherché pour autant à prendre un contact spirituel avec l’objet vivifiant de la Révélation ». « L’analyse rigoureuse des périls n’étant pas faite, on voit souvent bien mal de quoi il s’agit », précisent Guy Lafon et Maurice Vidal, tandis que Joseph Thomas relève l’absence des « difficultés principales » (Dieu, l’Église, le monde). Pour Jean Daniélou, qui juge la situation « sérieuse » et craint une détérioration rapide, « il s’agit moins d’erreurs portant sur tel ou tel dogme que d’une mise en question beaucoup plus profonde et qui touche les racines même de la foi. Certains aspects de la crise sont normaux, dans la mesure où ils sont liés à des démarches intellectuelles nouvelles qui sont celles de l’homme d’aujourd’hui […]. Ce qui reste cependant grave, ce sont certaines concessions à des courants contemporains qui n’ont aucun fondement sérieux et que l’on confond avec les valeurs authentiques de la culture actuelle ». Pour Jean Châtillon, « notre temps a le goût du vérifiable et du contrôlable. La science lui a donné une vision du monde qu’il a quelque peine à accorder avec le donné traditionnel de la foi ». Il rejoint son collègue parisien Henri Cazelles, qui juge les inquiétudes « hautement justifiées » et situe la source du mal dans « une société areligieuse où le langage d’Église est a priori suspect, où une civilisation technique a perdu le sens absolu des concepts, où le souci d’une vérité appréhendée personnellement devant Dieu rend défiant vis-à-vis de toute formulation reçue par tradition ».

  • 42 Voir Henry Donneaud, « Michel Labourdette. Une vie au service de la théologie », dans Henry Donneau (...)

19De leur côté, les dominicains Labourdette et Nicolas, non moins préoccupés par la situation, la relient à la crise moderniste42 : « Cassée, brisée, non conduite à une solution sur ses vrais terrains, elle a pourri et germé. Ce sont les problèmes alors non résolus que nous affrontons aujourd’hui, dans des conditions plus redoutables. » Leur confrère Bro ne les suit pas totalement sur cette voie. Il estime que la lettre romaine n’exprime pas « rigoureusement la problématique d’aujourd’hui » en renvoyant aux « positions modernistes d’il y a cinquante ans », notamment en christologie et en théologie sacramentaire : « Certains théologiens allemands ou hollandais soucieux de dialoguer avec les philosophes modernes en recourant à des catégories existentielles et personnalistes […] n’entendent pas revenir aux questions du modernisme. » Les Pères Léger, Liégé et Rettenbach, tout en considérant que « les préoccupations doctrinales apparaissent à un grand nombre comme des affaires ecclésiastiques internes dont l’intérêt est périmé par des dialogues entrepris à l’extérieur », regrettent que le texte de la Congrégation pour la doctrine de la foi ignore le « caractère insuffisant » des représentations doctrinales traditionnelles, auxquelles le Concile a d’ailleurs « touché ». Jean-Jacques Latour est également persuadé que les questions posées ne vont pas « au cœur du problème postconciliaire », même si elles ne « procèdent pas du néant » : « Je ne vois pas […] comment pourrait s’y refléter l’expérience spirituelle des chrétiens […]. S’agit-il à tout prix de sauver des terminologies consacrées qu’on se passerait de main en main comme des écus d’or soustraits à toute dévaluation ? […] L’erreur porte sur un point particulier, mais pour rétablir la vérité, il ne suffit pas de modifier une proposition erronée ou de la remplacer par une affirmation contraire. » À ses yeux, la vraie question, c’est l’incapacité à parler du « centre du message évangélique, la révélation de la Trinité dans la mort et la résurrection du Seigneur » : « S’attarder à des conceptualisations qui ne rendent pas le Christ aimable aux incroyants, plus aimable encore aux fidèles, c’est surcharger le dogme de fardeaux stériles et dangereux. » Telle est aussi la conviction d’Henri Denis qui exclut de « régler la marche de l’Église sur la masse de ceux qui répugnent à avancer » quand la société choisit l’athéisme ou se désintéresse des « vérités les plus importantes de la foi chrétienne » : « La plus grave de toutes les déviations, c’est de présenter globalement un christianisme qui ne “dit rien” au monde d’aujourd’hui. »

  • 43 CNAEF, 4 CE 6, compte rendu du Conseil du monde intellectuel du 15 octobre 1966 (abbé Brien). Plusi (...)
  • 44 En juin 1966, la Congrégation pour la doctrine de la foi demande à l’épiscopat français de refuser (...)
  • 45 Ces questions sont au cœur des débats du congrès international de théologie réuni à Rome en septemb (...)

20Dans ces conditions, par-delà les divergences d’appréciation révélatrices d’écarts dans l’ancienne majorité conciliaire, les experts sont unanimes pour rejeter une condamnation qui évoque le traumatisme des années 195043, réactualisé par l’affaire Oraison44, et plaident pour la diffusion de l’enseignement de Vatican II et le développement de la recherche45. « Parer aux dangers est nécessaire, mais n’est sans doute pas premier ; il faut en tout cas le faire sans stériliser les efforts. Le bouillonnement actuel des idées porte en lui beaucoup de richesses, qui contiennent implicitement le remède à ses risques […]. Le vrai remède n’est pas d’arrêter ou gêner la recherche, mais de l’activer », écrivent les Pères Labourdette et Nicolas. « La thérapeutique [est] anachronique et surtout vouée à l’inefficacité », note le Père Riffault, qui juge pourtant la menace « non négligeable pour la vérité traditionnelle dont le peuple chrétien doit vivre ». « Il serait grave […] qu’une mise en garde contre des erreurs soit faite de telle manière qu’elle compromette les richesses d’un renouveau dont elles ne sont que l’envers », reprend Paul de Surgy. Elle « ne manquerait pas de heurter les sensibilités et les susceptibilités françaises. C’est dans la mesure où, chez nous, travail intellectuel et entreprises apostoliques apparaîtront à nouveau comme corrélatifs que la rectification nécessaire s’opèrera », assure Michel Coloni. « La présentation positive de la doctrine est le meilleur moyen d’écarter les déviations », écrit l’un des jésuites des Fontaines, tandis que son confrère attribue aux textes conciliaires le rôle d’« antidote ». Encore faut-il que les « pasteurs consentent à admettre ouvertement qu’il y a de véritables problèmes qui se posent à des chrétiens droits et éclairés », ajoute le Père Tunmer.

21Des experts vont plus loin en tentant de montrer ce qui est « sous-jacent à chacune des propositions » romaines (Biard). Jean Daniélou est le plus négatif sur les terrains exégétique, dogmatique et christologique. Il déplore la tendance à « réduire la Bible à un langage qu’il faudrait réinterpréter en fonction de l’espérance de l’homme d’aujourd’hui au lieu de voir en elle la révélation d’actions divines qui sont l’objet même de la foi », l’effet d’un « certain biblicisme » tenant pour « négligeables les définitions dogmatiques formulées par le Magistère » et la réduction de la « notion de vérité objective, soit à partir d’un certain agnosticisme qui se prétend respectueux du mystère et voit dans toute représentation une pure projection, soit par un faux libéralisme qui voit dans l’affirmation que l’on connaît la vérité du triomphalisme ». Les Pères Labourdette et Nicolas considèrent que l’expression de l’inerrance biblique exige des « formules plus nuancées que celles qui sont encore en vigueur » et se demandent « à quel plan et à quel niveau se situe l’immutabilité de la vérité » : « Ce n’est sûrement pas dans les mots ; ce n’est pas dans tel ou tel état de l’expression conceptuelle. » Mais ils expriment une vive inquiétude pour la christologie, influencée par l’exégèse en vogue du luthérien Rudolf Bultmann, même s’ils voient un simple retour à Alfred Loisy dans « l’idée d’un développement dans la conscience qu’a eue le Christ de sa divinité ».

  • 46 ICI, n° 269-270, août 1966, p. 8 ; Études, octobre 1966, p. 381-390.
  • 47 Pie XII a condamné le polygénisme en 1950 dans l’encyclique Humani Generis.

22D’autres experts sont plus ouverts aux recherches contemporaines. Pour Guy Lafon et Maurice Vidal, « on perçoit avec peine comment l’inscription des formules dogmatiques dans le courant historique serait nuisible au maintien du sens objectif de ces mêmes formules » : « N’y aurait-il pas quelque démesure intellectuelle à prétendre que la vérité a déjà reçu dans la conscience une représentation qui lui soit pleinement adéquate ? » Pour Henri Denis, « affirmer qu’il y a un sens objectif lié à des formules immuables, c’est nier […] l’existence réelle de l’Église dans une histoire » : « Le christianisme est actualité, avant d’être Écriture […]. Le principe d’immutabilité de la foi chrétienne sera spirituel. » Il faut « aider les croyants à passer d’une vérité d’orthodoxie “en soi” à une vérité, non moins certaine, qui est vérité pour la foi du croyant », écrivent de leur côté les Pères Léger, Liégé et Rettenbach. Des experts questionnent les notions de nature et de personne, notamment à propos de la conception virginale et de la résurrection : « Il paraît bien difficile de [les] ramener à l’ordre naturel », notent Guy Lafon et Maurice Vidal. Pour Daniel Pézeril, « en général, ni la conception virginale, ni les miracles, ni la résurrection ne sont ramenés à l’ordre naturel, ce qui était la conclusion éculée du scientisme. Ils sont rapportés à l’ordre de la foi, mais souvent avec équivoque ». De son côté, Xavier Léon-Dufour estime que la tendance à réduire Jésus à son humanité – « l’une des plus caractéristiques d’aujourd’hui » selon Jean Daniélou – découle de ce que l’enseignement classique était “docète” » : « On n’a pas pris au sérieux l’Incarnation. » Ceslas Tunmer parle aussi de réaction à une « conception trop docétiste », tandis que le trio dominicain parisien affirme : « On ne doit pas craindre que la pleine humanité de Jésus soit reconnue avec tout ce qu’elle implique. » Les experts soulignent en même temps les problèmes liés à la doctrine du péché originel qui a fait l’objet, début juillet 1966, d’un symposium romain, marqué par un discours d’orientation très traditionnelle du pape46. Mais alors que l’abbé Denis se demande si le christianisme reste « croyable » tant qu’on lie ce « dogme si important au couple primitif », écho du débat entre monogénisme et polygénisme47, l’abbé Pézeril regrette « qu’on [le] laisse officiellement “énerver”, jusque parmi les théologiens les mieux admis ».

  • 48 Voir Edward Schillebeeckx, Je suis un théologien heureux, Paris, Cerf, 1995, p. 54-56.

23Des difficultés sont aussi identifiées à propos des sacrements, l’Eucharistie et la pénitence surtout. Pour la première, dont Paul VI a rappelé en septembre 1965, par l’encyclique Mysterium Fidei, la définition tridentine de la transsubstantiation, opposée aux thèses de la transsignification et de la transfinalisation48, Jean Daniélou considère qu’il s’agit plus d’un « danger d’appauvrissement par la désaffection du culte du Saint-Sacrement que d’erreurs doctrinales proprement dites ». Les Pères Tunmer, Labourdette et Nicolas relèvent également le repli des anciennes dévotions eucharistiques. « Il n’y a pas de danger à entrer dans le mystère eucharistique par l’aspect de l’agapè en veillant, pourtant, à y insérer l’aspect sacrificiel », estiment les Pères Léger, Liégé et Rettenbach. L’abbé Vinet cite le cas de prêtres qui ne célèbrent plus la messe chaque jour et les professeurs des Fontaines, comme les Pères Labourdette et Nicolas, parlent de doutes sur la présence réelle et sa permanence dans la réserve eucharistique après la célébration communautaire. L’abbé Denis insiste plutôt sur « le péril de matérialisme sacramentaire » et demande d’éviter de « faire croire qu’une chose – le pain – peut devenir une personne divine, tout en gardant le sens très spirituel de la transsubstantiation ».

  • 49 Jean-Pierre Jossua, Dominique Duliscouët, Bernard-Dominique Marliangeas, « Bulletin de théologie : (...)
  • 50 Paul Valadier, « Éthique de situation », dans Laurent Lemoine, Éric Gaziaux, Denis Müller (dir.), D (...)
  • 51 La Semaine des intellectuels catholiques de mars 1966 s’était penchée sur la morale, non sans susci (...)

24La crise du sacrement de pénitence inquiète aussi : recul de l’aveu personnel, déséquilibre entre la réconciliation avec l’Église et la réconciliation avec Dieu, défaut d’unité des confesseurs, « ou scrupuleux ou obsédés » d’après les experts toulousains, attitudes différenciées face aux divorcés remariés et aux « onanistes » de bonne foi selon Jean-Marie Aubert. Mais la plupart des experts jugent positive la pratique des célébrations pénitentielles, qui ne menace pas la confession auriculaire, malgré quelques abus49 (Pézeril). Ils ne constatent pas, par ailleurs, la diffusion de la « morale de situation » dont la condamnation par le Saint-Office en 1956, dans la ligne de la mise en garde formulée par Pie XII en 195250, n’implique pas « la négation de l’importance de la situation comme élément d’explication » : « [Elle] n’est pas la norme de moralité, mais le terrain d’application d’une norme objective fondée sur l’être des choses », explique Jean-Marie Aubert, tandis que le trio dominicain de Paris plaide pour une « morale en situation ». Le Père Daniélou relève « un flottement en ce qui concerne les déterminations concrètes de la loi morale » plus qu’une « mise en question de la loi morale elle-même ». « Il y a plutôt un vide » doctrinal, une « anarchie » de l’enseignement pour les Pères Labourdette et Nicolas qui saluent en revanche la « réaction profonde et générale » contre « une réduction de la morale à la casuistique et à un certain légalisme51 ».

25Quant à l’œcuménisme, dernier point soulevé par le document romain, il ne suscite pas de crainte majeure, en dépit de « maladresses » (Vinet) ou de « comportements pratiques inacceptables » comme l’intercommunion (Tunmer). Le Père Le Guillou estime que le danger d’une action ambiguë guette surtout les militants impatients et le grand public plongé « dans un climat de relativisme diffus ». Ses frères toulousains insistent moins sur le danger que sur la nécessité d’appliquer le décret Unitatis Redintegratio dans les régions où les oppositions confessionnelles restent vives. Pour sa part, Henri Denis souligne le « risque qui consiste à croire que l’on résoudra les problèmes de foi en posant des actes de communion sacramentelle ».

26Au final, les experts invitent à une réévaluation du Magistère ordinaire dans la ligne du Concile, entre « majoration indue de n’importe quel acte magistériel, de n’importe quelle parole du pape » et « minimisation intentionnelle et systématique » (Labourdette et Nicolas). « On a beaucoup parlé de Magistère infaillible, il faudrait aussi parler du Magistère faillible et en faire la théologie avec humilité », affirme le trio dominicain de Paris, tandis que l’abbé Denis rappelle que le Magistère doit être distingué des « bureaux romains » et se présenter « avec beaucoup plus de souplesse dans son exercice ».

Évaluations épiscopales

  • 52 AHAP, Papiers Veuillot, 1 D 165, lettre à Mgr Guyot, 29 septembre 1966 (audience du 10 septembre).
  • 53 CNAEF, 9 CE 32, rapport de Mgr Veuillot à l’assemblée plénière, octobre 1966.

27Mgr Veuillot prend appui sur la consultation des évêques du Bureau d’études doctrinales et pastorales et des théologiens pour préparer le rapport qu’il présente devant l’assemblée plénière de l’épiscopat, la première depuis la clôture du Concile, réunie comme prévu du 17 au 22 octobre. Le coadjuteur de Paris, auquel le pape a fait part de son irritation face aux imprudences des revues catholiques lors d’une audience privée52, souligne la réalité du « problème doctrinal », même s’il s’agit surtout d’un « malaise diffus » qui ne donne pas lieu à une « synthèse erronée » : « L’assemblée ne peut pas se permettre de le traiter à la légère. » Il insiste sur « l’aspect positif, constructif, de l’effort à entreprendre » et distingue trois niveaux de responsabilité. Aux évêques incombe le devoir de promouvoir « une juste notion » et une « juste expression de la foi » (corpus conciliaire, points fixes), d’encourager les théologiens, « naguère traumatisés par la peur », de mesurer les « incidences doctrinales des orientations pastorales » (liturgie, baptême, diaconat) et de favoriser une pédagogie et une catéchèse adaptées à la pensée contemporaine « marquée par le drame de l’incroyance ». La recherche revient aux théologiens qui ne doivent pas sous-estimer leur rôle « pédagogique et prudentiel » dans une société où il est impossible de « limiter la diffusion de la pensée ». Quant aux prêtres, ils ont à redécouvrir leur « responsabilité doctrinale » et la hiérarchie pourrait les y aider en leur adressant une lettre à propos des difficultés qu’ils rencontrent dans l’enseignement de « points majeurs de la foi ». En conclusion, Mgr Veuillot propose à ses collègues de réfléchir autour de quatre axes, la gravité du « flottement doctrinal », la validité du « diagnostic » posé par les points du cardinal Ottaviani, la pertinence d’un « catalogue de déviations ou d’erreurs » et le rôle de l’épiscopat53.

  • 54 Ibid., 4 CE 6, lettre à Mgr Veuillot, 6 novembre 1966.
  • 55 Il fut, en 1964, l’un des deux premiers cardinaux résidentiels non italiens affectés au Saint-Offic (...)
  • 56 Assemblée plénière de l’épiscopat français – Lourdes, 17-22 octobre 1966, p. 182-185.

28L’intervention du coadjuteur de Paris est suivie d’un débat qui exprime « un relent […] d’opposition antiromaine et plus particulièrement anti-Saint-Office », selon Mgr de la Chanonie, proche de l’ancienne minorité conciliaire54. Le cardinal Lefebvre, président de la Conférence épiscopale, propose un « enseignement doctrinal positif », tout en défendant la Congrégation pour la doctrine de la foi dont il est membre55 (elle ne « désire nullement condamner ») et en invitant ses collègues à être « attentifs à sauvegarder la doctrine dans la ligne traditionnelle ». Mgr Renard s’inquiète d’un « certain courant de modernisme ». Des évêques privilégient l’appropriation des documents conciliaires (Ferrand, Schmitt, Guyot, Jenny). Mgr Dozolme, Mgr Vion et Mgr Sauvage notent les déficiences des séminaires, surtout en philosophie. Mgr Vilnet s’interroge sur le rapport entre le Concile et le « flottement doctrinal ». Mgr Matagrin refuse de séparer l’enseignement pastoral de l’enseignement doctrinal. Mgr Ménager et Mgr Le Bourgeois « insistent sur le caractère positif que doit revêtir la réponse » française56. Ces échanges, brefs mais suffisants pour révéler des nuances dans la préoccupation dominante d’une approche constructive du dossier, ne sont en fait qu’une préface à la consultation écrite à laquelle Mgr Veuillot donne la préférence, compte tenu de l’ordre du jour chargé de l’assemblée plénière.

  • 57 CNAEF, 4 CE 6 (les réponses, quand elles sont datées, s’échelonnent entre le 30 octobre et le 24 no (...)
  • 58 La réponse collective est envoyée au nom de neuf des douze évêques sans indication des noms ; cinq (...)

29Quarante-huit évêques envoient une réponse sur un total de cent onze évêques en poste ou nommés57. Une seule région apostolique, celle du Midi, adresse un texte commun, rédigé par Mgr Rigaud, qui décalque en fait, mot pour mot, la consultation des Pères Labourdette et Nicolas, mais cinq évêques apportent aussi leur contribution personnelle58. Quelques-uns mentionnent des consultations préalables (Béjot, C. de Provenchères, Schmitt) et joignent les remarques de théologiens ou de professeurs de séminaire (Gouyon, Guilhem, Jenny, Maziers, C. de Provenchères). Mgr Huyghe présente un « travail en équipe » réalisé avec six proches. Quant à Mgr Michon, il se contente de transmettre les remarques de deux enseignants du séminaire rédemptoriste et montfortain de Dreux, François Bourdeau et Armand Danet, qui jugent le questionnaire Ottaviani « affligeant », « déprimant et corrosif pour la foi », « malhonnête », une « honte » selon leurs jeunes confrères minés par le « décalage entre l’Église légale et l’Église réelle » et la réduction de la vérité à une « défense apeurée ».

30Le ton est en général plus mesuré, mais des évêques marquent leur réserve sur la consultation. Elle rappelle des « méthodes que l’on croyait périmées » (Badré), réveille les mauvais souvenirs du Syllabus de Pie IX et « semble offrir comme le schéma d’une véritable hérésie protéiforme » (Pailler). Elle procède « par mode d’accusation » (Boillon), occulte les erreurs des adversaires de Vatican II (Rougé), voire cherche « à faire par la bande ce que le Concile a refusé de faire » (Huyghe). D’autres évêques remercient la Congrégation romaine de les interpeller en un « geste nouveau qui représente bien la collégialité en acte », même si la forme est « regrettable », sinon « désagréable » (Barthe, Boussard, Dupuy, Flusin, Gufflet, Jacquot, Martin, Maziers, Ménard, Pourchet, Richaud, Urtasun). Tous se retrouvent pour refuser des censures dans la ligne de Jean XXIII et du Concile. « Il est dangereux, inopportun, inefficace de porter des condamnations », écrit le cardinal Lefebvre. « Tout le monde se sentirait soupçonné ; ce serait une occasion de se jeter des anathèmes à la figure ; rien ne serait changé dans le fond des problèmes », ajoute Mgr Barthe. « Notre siècle attend autre chose de l’Église que des condamnations », confirme le cardinal Martin. « Notre souci premier ne doit pas être de condamner », reprend Mgr Gand. « Un catalogue d’erreurs à éviter serait dangereux en provoquant des doutes sur des matières pour lesquelles la plupart [des fidèles] n’ont aucune difficulté », note le cardinal Richaud, mal à l’aise pour « formuler un diagnostic sur des courants d’esprit qui ne sont pas facilement perceptibles et dont l’importance et la profondeur sont difficilement contrôlables ».

31La presque totalité de l’épiscopat rejoint Mgr Veuillot pour nier l’existence d’un « système doctrinal condamnable » (Guilhem), d’« erreurs graves et généralisées » (Paty), d’« intention délibérée de s’écarter de la doctrine sur des points importants » (Lefebvre). Mgr Renard apparaît dès lors isolé dans sa dénonciation répétée des « graves atteintes à l’objectivité de la vérité doctrinale et de la loi morale, […] à la substance même du dogme ». Mais les nuances ne manquent pas dans l’appréciation de la situation dont la description peut contredire ou infléchir les pétitions de principe. Mgr Weber, qui relie les difficultés à l’influence de philosophies niant le surnaturel ou conduisant à la « volatilisation de toute vérité religieuse », reconnaît que les « points visés » par la circulaire romaine « sont bien des points de controverse en France, sur lesquels des déviations sont possibles ». Il en va de même pour Mgr Barthe et Mgr Pailler. Mgr Ménager identifie des « déviations vécues, à l’état latent, en raison d’une mentalité fondamentale tenant à la culture moderne », des « tendances inquiétantes, à l’état sporadique », « d’imprécision d’expression, ou d’équivoque de langage, ou d’imprudence d’interprétation, […], une attitude vécue, non intellectualisée, non consciente le plus souvent ». Mgr Pourchet se refuse à minimiser « l’importance et l’étendue du flottement » et note « des points de cristallisation qui se précisent ». Mgr Collini parle de « fâcheuses imprécisions », mais dans des cercles restreints. Mgr Boillon et Mgr Fougerat mettent en cause une « mentalité ». Mgr C. de Provenchères souligne la difficulté croissante à distinguer entre « credendum et opinabile ». Pour Mgr Vincent, « le changement profond de la culture rend difficilement assimilables des expressions ou doctrines jusque-là reçues et modifie la nature des questions posées à la foi […]. La simple répétition, matériellement et scrupuleusement exacte, des formules et explications traditionnelles n’offre qu’une apparence de sécurité ».

32« Gauchissements » (Guilhem), « hésitation globale » (Wicquart), « imprudences » (Elchinger), « glissement vers des façons de faire pratiques qui vont dans le sens des théories erronées » (Lefebvre), nombre d’évêques font le même constat. Ils le relient pour partie à un « authentique souci apostolique » qui conduit à être « indulgent à des formes de compromis » (Kérautret), à « minimiser les exigences de la Parole de Dieu et de l’enseignement traditionnel » (Pourchet), à « faire le silence sur certains points délicats » (Flusin). Mgr Ménager discerne une pente fidéiste qui admet « des cloisons étanches entre la foi et la culture humaine » pour esquiver la tension entre « les certitudes absolues de l’ordre scientifique » et « les complexités et nuances indéfinies de l’ordre philosophique ou théologique ». Le cardinal Lefebvre relève également la posture « anti-intellectualiste » de « beaucoup de fidèles et de prêtres » : « La foi leur apparaît plus comme une confiance en Jésus-Christ et en son amour, comme une union à sa personne que comme une confiance en son enseignement révélateur de Dieu […]. Cela les amène à se contenter facilement d’à-peu-près doctrinaux ou même, pour certains, à chercher dans l’Église une sagesse pour une vie plus humaine plus qu’un ferment de vie divine. » Des croyants cèdent plutôt à la tentation de la « remise en question systématique », au « prurit de nouveauté et d’originalité » (Pourchet). « Dans un climat d’exagération » néfaste à la « prudence nécessaire », ils confondent le « nouveau » et le « vrai » (Barthe), la « nouveauté » et le « renouveau » (Paty), la « sincérité » et la « vérité » (Rougé), comme si « l’essentiel est de chercher » (Wicquart). Des évêques rappellent les risques du choix contraire, ignoré par l’enquête romaine, l’attachement au « passé révolu » (Badré), « l’immobilisme théologique qui met aussi gravement en péril la foi » (Pailler), le « statisme quasi médiéval » (Rougé). D’autres déplacent la perspective et mettent en cause « l’indifférence, voire l’athéisme pratique des masses » (Desmazières), « la baisse de la foi » (Goupy) : « [Elle] n’est plus chez beaucoup une conviction valable raisonnablement et inébranlablement appuyée sur la Parole de Dieu. Il y a, dans la vie religieuse de nos chrétiens, ou du sentimentalisme, ou du traditionalisme, ou du folklorisme, ou du sociologisme », écrit le cardinal Richaud.

  • 59 Jacques Maritain, Le Feu nouveau. Le Paysan de la Garonne, préface et dossier critique de Michel Fo (...)

33Faut-il parler de « néo-modernisme » comme Jacques Maritain le fait dans Le Paysan de la Garonne, diffusé peu après la rédaction des lettres épiscopales59 ? Mgr de la Chanonie en est convaincu, comme Mgr Ménard qui soupçonne des théologiens de n’avoir jamais « admis le bien-fondé de la condamnation » de 1907 et suggère une aggravation de la situation due à la confrontation avec l’athéisme et à la recherche du dialogue, porteur du « terrible danger de concessions et d’imprégnations subtiles ». Mgr Weber évoque des « analogies » et des « divergences profondes » : « Il y a actuellement plus de sincérité, de loyauté, d’attachement à l’Église et de foi vraie chez ceux qui, parfois, pourraient être taxés de témérité que chez Loisy et compagnie. » Mgr Fougerat se refuse à assimiler la tendance dominante à « poser beaucoup de problèmes religieux dans une atmosphère trop teintée de naturalisme et de relativisme » au « danger foncier du modernisme qui n’allait pas à moins que la disparition du surnaturel et de la divinité de Jésus-Christ », selon la lecture de Pascendi. Mgr Huyghe écarte toute relation entre les recherches en cours, qui tendent à « instruire à partir de la vie pour faire vivre », et la « problématique moderniste », où « l’expérience religieuse dissout la vérité ». Mais, au final, rares sont les évêques qui abordent directement la question.

  • 60 Frédéric Le Moigne, Christian Sorrel, « Les évêques français et le concile Vatican II », Anuario de (...)

34Plus nombreux sont ceux qui s’interrogent sur l’impact du Concile dont ils ont été des acteurs au sein de la majorité, dans ses déclinaisons et ses évolutions60. Mgr Badré se réjouit de l’« extraordinaire bouillonnement » qu’il a suscité, sans minimiser la « pagaille » produite : « Combien d’esprits ont vécu une expérience de libération ? Enfin, il était possible de penser, de parler, de s’exprimer, d’écrire, de dire que certains problèmes se posaient. » Ses collègues notent aussi l’impact déstabilisateur. « On a tout remis en question », écrit Mgr Desmazières. « L’aggiornamento conciliaire a sans aucun doute favorisé un certain flottement des idées et, peut-être plus encore, a pu accréditer aux yeux de beaucoup l’idée qu’une attitude de remise en cause, de contestation, est un principe essentiel de la fécondité de la vie de l’Église », précise Mgr Urtasun. Plus nuancé, Mgr C. de Provenchères regarde vers la décennie précédente et incrimine « l’autorité religieuse, l’autorité romaine en particulier », coupable d’avoir « présenté comme expression même de la foi des opinions théologiques qui ont été souvent discutées ou écartées par le Concile ». Mgr Mouisset estime pour sa part que « la confrontation du christianisme avec le monde moderne n’a été qu’amorcée par le Concile et que les textes conciliaires n’y suffisent pas ». Le cardinal Lefebvre dénonce les « guides aventureux trop pressés d’interpréter le Concile dans le sens de leurs propres conceptions ». Pour Mgr Schmitt, « la volonté manifeste de l’Église de dialoguer avec le monde, dont elle reconnaît un certain nombre de valeurs, risque de faire oublier […] le contenu transcendant du message chrétien et de réduire l’Évangile à un message implicite vécu par tous les hommes de bonne volonté […]. La masse des fidèles, guidée jusqu’ici par des principes nets et précis, n’a pas retrouvé en profondeur l’esprit évangélique […]. Les textes de Vatican II ont besoin d’être loyalement interprétés et non pas utilisés en faveur de courants d’opinion ». « Il nous est impossible, note Mgr Elchinger, de protéger le message et de le transmettre si les hommes acceptent de vivre dans la confusion des valeurs et n’ont plus confiance en une vérité objective, même simplement humaine. » Une éducation est nécessaire, qui transformera « la mentalité des clercs et des laïcs », ajoute Mgr Jenny, attentif à « veiller à l’intelligente interprétation des documents conciliaires dans le sens d’un approfondissement de la doctrine et non pas d’une dégradation sous prétexte d’adaptation ».

  • 61 Christian Sorrel, « Les Informations catholiques internationales et le pape Paul VI (1963- 1978) », (...)

35Cette tâche est rendue délicate par le régime médiatique dans lequel l’actualité conciliaire a contribué à plonger le catholicisme, bousculé par la multiplication des informations et la quête de sensationnel61. Les évêques font chorus pour dénoncer les dérives des journaux et des revues qui mettent les débats ecclésiaux sur la place publique et présentent les hypothèses de travail comme des certitudes théologiques ou exégétiques. Les auteurs négligent de rappeler la « doctrine commune » et retiennent « l’expression nouvelle, l’opinion dernier cri », parfois sous couvert de l’anonymat (Johan, Ménager, Piérard, Richaud). « C’est fréquemment là que naissent les déviations de pensée », écrit Mgr Dupuy. « La doctrine la plus établie est présentée de manière assez fantaisiste et inexacte », avance Mgr Gufflet. « Trop d’affirmations simplistes et dangereuses sont mises en circulation », confirme Mgr Fougerat. Le mal est d’autant plus grand que ces publications, rédigées pour une part par des aumôniers de l’Action catholique, inégalement compétents en matière doctrinale, « font l’opinion » du clergé et des militants plus que « l’enseignement de la hiérarchie » (C. de Provenchères, Pailler). Les imprécisions et les erreurs gagnent ainsi les retraites, les sessions et la prédication et concernent en premier lieu les jeunes prêtres et les séminaristes. Mal préparés « à penser » par les traités de théologie (Mouisset), ils sont « confusément ou délibérément en attente de ce qui est nouveau et désireux de prendre leurs distances par rapport à un certain passé » (Bellec). Ils « tiennent des propos aberrants, proposent des solutions pratiques farfelues » et « risquent de ruiner […] la confiance des ouailles dans leurs pasteurs » par les « excès de langage », la « perte du sens du sacré », le « débraillé » de la tenue et la « désobéissance flagrante » dans la liturgie (Badré, Desmazières).

  • 62 Joseph Lefebvre, Rapport doctrinal…, p. 58.

36La conjoncture, appuyée par l’injonction du cardinal Ottaviani, pousse dès lors les évêques à réfléchir sur leur rôle de docteur, dans la ligne des textes conciliaires sur l’épiscopat. « Au cours de ces dernières années, reconnaît Mgr Maziers, le problème de l’apostolat, c’est-à-dire de la transmission de la foi, a […] polarisé nos préoccupations, alors que se pose de plus en plus, dans les consciences, le problème de la foi en tant que telle. » En 1957, la troisième assemblée plénière de l’épiscopat s’était pourtant saisie du dossier avec une enquête auprès des évêques et un rapport de synthèse rédigé par Mgr Lefebvre. Mais l’impact de ce document de tonalité négative, centré sur les « déviations » dans le climat pesant des dernières années du règne de Pie XII62, est resté limité : « Il lui a été fait peu d’écho et parfois même on l’a étouffé », regrette Mgr Fougerat. Il n’est donc pas étonnant que le cardinal Lefebvre, sans se référer au texte dont il fut le rédacteur et qui lui a valu sans doute la pourpre et la nomination au Saint-Office, rappelle fortement le « devoir doctoral » qui impose aux évêques de « prendre ferme position », malgré la tentation de ménager les fidèles et de prévenir les conflits : « Nous sommes les premiers responsables de [la] pureté de la foi. » Il en profite pour préciser sa lecture du Concile dont il fut un acteur respecté dans son rôle de médiateur : « Je suis frappé de voir combien sont tentés de vouloir, désormais, se référer exclusivement au Concile Vatican II pour les questions doctrinales. Et assurément, bien que par la volonté de Jean XXIII et de son successeur, ce Concile ait été beaucoup plus pastoral que doctrinal et n’ait donné aucune définition proprement dite, il est extrêmement riche d’enseignements. Néanmoins, il ne constitue pas une rupture, il n’est pas le seul Concile, il entre dans la ligne de tous les Conciles précédents et, dans tout ce qui est essentiel, doit être interprété dans leur lumière. » Seul Mgr Guilhem le rejoint sur cette voie herméneutique en demandant de tenir « fermement les points définis dans les anciens Conciles », sans exclure « le progrès et l’explication de la doctrine ». Mais nombreux sont ceux qui relèvent l’urgence doctrinale.

37L’insistance de Mgr Renard sur le « souci de rectitude » ne surprend pas. Le cardinal Richaud plaide pour les « bases doctrinales indispensables » aux « activités apostoliques ». Mgr Guilhem souligne « le primat de la doctrine hors de laquelle la pastorale deviendrait un simple activisme moralisant et l’Église perdrait sa spécificité de Salut surnaturel ». Mgr Badré insiste sur la « remise en ordre disciplinaire » obligatoire pour « assurer la dignité personnelle et collective de vie » du clergé, « orienter l’adhésion de foi » et « faire déboucher » le « bouillonnement » conciliaire. « Il peut être nécessaire de dire non », écrit Mgr Pourchet, sous peine d’être « la cause, indirectement, mais réellement, d’un certain trouble et d’un scandale, au vrai sens du mot, pour beaucoup de fidèles perdus au milieu d’opinions discordantes ». Il est « urgent de diffuser un enseignement positif sur les problèmes essentiels », affirme Mgr Jacquot. « Dans la catéchèse ordinaire, ajoute Mgr Paty, c’est la foi de l’Église et non des opinions qu’il faut livrer aux hommes dans un langage qui leur soit accessible. »

38Des évêques de sensibilité conservatrice demandent une intervention romaine. Mgr Barthe propose « une sorte de catéchisme semblable à celui du Concile de Trente avec des adaptations possibles selon les conférences épiscopales » : « Il est nécessaire de croire à une vérité, même si les formules qui l’expriment ne sont pas forcément irréformables ou les meilleures dans la situation présente. » Mgr Ménard rêve de voir les « maîtres » des universités romaines « travailler ensemble » pour procurer « un enseignement dogmatique universellement répandu et reçu » : « Quelle sécurité ce serait pour les évêques ! » Mgr Le Couëdic, compagnon de route de l’ancienne minorité conciliaire, attend la parole du pape dans la ligne de Mysterium Fidei. Mais la plupart des évêques qui abordent la question restent dans le cadre de la Conférence épiscopale en demandant parfois la restructuration et l’étoffement de ses instances doctrinales, à l’instar de Mgr Pailler. Mgr Johan souhaite une « note » pour éclairer le clergé « sur une règle d’orthodoxie fondamentale ». Mgr Pourchet espère un « document exprimant d’une façon positive l’enseignement de l’Église sur les questions contestées en fixant les points nécessaires et les limites de la liberté d’opinion ».

39Un vœu similaire prend une tonalité moins méfiante sous la plume de Mgr C. de Provenchères, soucieux de « rassurer la fraction de l’opinion qui s’inquiète et qui craint que nous n’abandonnions tout ». Mgr Weber est préoccupé de rétablir d’abord la confiance fragilisée par la « trop longue et trop grande compression » exercée par les « organes du Magistère ordinaire » sur le peuple chrétien et les intellectuels : « C’est plutôt un exposé irénique, serein et objectif, loyal, de la doctrine catholique certaine qu’il y aurait lieu de faire sous une forme accessible aux intelligences contemporaines. » Il n’empêche que « le Concile ayant rompu le mur » de défense érigé depuis le siècle précédent, il importe de « rappeler que la foi impose un certain nombre de vérités objectives, s’enracinant dans l’histoire et la tradition chrétiennes, sans lesquelles il n’y a plus de christianisme » et que le « sens réel des affirmations du dogme chrétien » ne saurait être modifié par la « révision des exposés » et des « formules » devenus incompréhensibles. Mgr Maziers et Mgr Gand développent aussi la fonction de « discernement » de l’épiscopat, prélude au rappel des « certitudes fondamentales » dont les fidèles ont besoin pour « bâtir leur vie » et qu’il doit « proclamer pour eux et en leur nom ».

40Pour remplir cette mission, les évêques ont besoin des théologiens et des exégètes. Tous le reconnaissent après l’expérience conciliaire qui a été l’occasion d’une découverte réciproque : « Comment vivre avec eux, dans la dispersion, le dialogue si fécond que nous avons vécu au Concile », demande Mgr Maziers. Beaucoup défendent la recherche, « bonne et même nécessaire » (Kérautret, Dupuy), et prônent « une ambiance de liberté », un « climat de confiance » sans « crainte maladive des hérésies » (Huyghe, Paty, Urtasun, Vincent). Une frange conservatrice pose au contraire des bornes. « On ne peut pas parler de recherche uniquement scientifique. Il faut plutôt parler d’un esprit scientifique de la recherche », écrit Mgr Goupy. « Le travail du théologien doit être balisé par les enseignements de la foi, lesquels ne peuvent pas créer une impression de peur, mais plutôt de sécurité. Il est normal que s’y joigne la crainte filiale de trahir les enseignements de l’Église », ajoute Mgr Le Couëdic en déclarant que le contrôle hiérarchique ne vise pas à « empêcher la recherche » mais à « assurer un climat où elle pourra s’épanouir ». Sans aller jusque-là, d’autres évêques fixent aussi des limites. Pour Mgr Weber, « Dei Verbum doit être la norme des études scripturaires […]. En aucun cas, les études exégétiques ne doivent aboutir à mettre en doute les articles de foi qui s’enracinent dans l’histoire. Aucune démythisation n’est admissible pour la naissance virginale du Christ, sa résurrection corporelle, l’institution de l’Eucharistie, la fondation de l’Église, le rattachement des sacrements au Christ ». Mgr Badré suggère un travail collectif sur les « thèmes prioritaires » définis par la Conférence épiscopale : « Ainsi serait sauvegardée la liberté de la recherche théologique […] et évités le confusionisme et la relative anarchie actuelle. » Le cardinal Lefebvre va dans le même sens en incitant ses collègues à ne pas se décharger de leur rôle doctrinal sur les théologiens et à les retenir de « lancer trop facilement dans le public […] des hypothèses risquées ». Le cardinal Richaud l’approuve en rappelant que, s’il est « urgent » d’emprunter « le langage usuel pour exposer à l’ensemble des fidèles une doctrine immuable », il n’est pas opportun d’éliminer totalement des « termes qui ont une valeur réelle et traditionnelle » (nature, personne).

41Les réponses détaillées des évêques aux questions posées par le cardinal Ottaviani précisent ce tableau d’ensemble. Leurs inquiétudes restent modérées à propos de la Révélation et du Christ. Mais l’écart est évident entre ceux qui affirment le caractère progressif de la Révélation, inscrivent la connaissance dans des catégories culturelles évolutives ou invitent à « tenir compte du genre littéraire des récits » pour comprendre la conception virginale, les miracles et la résurrection (Huyghe) et ceux qui redoutent la propension à partir des impressions du sujet et à exprimer des « jugements trop larges » sur l’historicité des miracles, les formules dogmatiques, le « côté humain et moralisant du Sauveur » (Lefebvre, Ménard, Richaud, Fougerat). « On se tait volontiers, affirme l’archevêque de Bourges, sur ce qui faisait le fond de l’apologétique traditionnelle. Sans nier la divinité du Christ, certains ont tendance à la laisser dans l’ombre pour s’attacher surtout à l’homme et à l’idéal humain qu’il représente. C’est l’un des aspects de l’inclination d’un bon nombre à humaniser pour christianiser, sans voir suffisamment la nécessité de christianiser pour humaniser en profondeur et pour sauver, aussi bien temporellement que spirituellement, les hommes. » La plupart des évêques reconnaissent en revanche le malaise lié à la doctrine du péché originel dont ils constatent l’effacement dans l’enseignement du clergé (Lefebvre, Richaud, Gufflet). Mgr Boussard note le besoin de « lumière », Mgr Boillon évoque les réserves du monde étudiant et Mgr Ménard celles des « meilleurs » et des « plus intelligents », choqués dans leur conception de l’amour de Dieu, tandis que Mgr Béjot, en bon élève de la JOC, suggère de « vivre la doctrine » en étant « solidaire de ce monde de péché », « de son milieu de vie pour le gagner à Jésus-Christ ». Bien des difficultés doctrinales, du reste, ne sont pas sans lien avec le discours des autres confessions chrétiennes. L’œcuménisme, qui ne provoque pas de crainte majeure, peut aggraver la situation s’il est compris comme « un élargissement sans appui doctrinal », redouté par Mgr Jenny, un « sentimentalisme religieux » inclinant « vers un libéralisme absolu plein de dangers », identifié par le cardinal Lefebvre chez une fraction des jeunes pèlerins de Taizé.

  • 63 Christian Sorrel, « Lieux de culte : un effet Vatican II ? », Histoire du christianisme magazine, h (...)

42Trois questions retiennent particulièrement l’attention de l’épiscopat. La première est celle de l’Eucharistie. Les évêques, tout en se réjouissant de la participation plus active à la messe, constatent le déclin des honneurs accordés aux espèces eucharistiques (saluts et processions du Saint-Sacrement) et la mise à l’écart des tabernacles, séparés de l’autel majeur à la suite de la réforme liturgique63 (Béjot, Piérard, Lefebvre). S’il peut s’agir d’une réaction « saine » aux excès dévotionnels, il n’est pas exclu d’y voir aussi « un certain oubli de la présence réelle, du moins en dehors de la célébration » (Collini). À cela s’ajoute le fait, signalé par le cardinal Lefebvre, que des prêtres « acceptent mal la célébration de la messe et la considèrent presque sans valeur lorsqu’elle n’est pas accompagnée de la présence d’une communauté. On peut craindre un glissement vers le repas communautaire avec la présence du Christ, qui a promis d’être au milieu de ceux qui se réuniraient en son nom, mais avec un oubli pratique de ce qui fait la substance même de la présence du sacerdoce ministériel et du sacrifice de Jésus-Christ pour et par son Église ». Autre est l’avis de Mgr Schmitt, convaincu qu’il « n’y a pas de danger vraiment grave à passer par l’agapè pour représenter la doctrine eucharistique » si l’on « insiste sur l’aspect essentiel qu’est le sacrifice ». Mgr Huyghe tient aussi à « l’idée de sacrifice », mais refuse d’opposer « présence réelle et symbolisme, transsubstantiation et transfinalisation, repas et sacrifice, communion humaine et réconciliation avec Dieu ». Mgr Gufflet, pour qui la redécouverte de l’aspect communautaire de l’Eucharistie ne s’est pas faite au détriment du sacrifice, juge « dangereux d’affirmer simplement la transsubstantiation sans exprimer sa signification ». De son côté, le cardinal Richaud, prêt à substituer une « périphrase explicative » au mot « transsubstantiation », ne juge pas « la doctrine du symbole » incompatible avec « une théologie très réaliste », tout en regrettant que des théologiens « appuient » trop sur la première. Quant à Mgr Kérautret, il propose de « rééquilibrer » le culte eucharistique pour éviter que le « dogme de la présence réelle » ne soit « estompé ».

43Le sacrement de pénitence constitue une autre difficulté, plus immédiate. La majorité des évêques enregistre une « désaffection » inversement proportionnelle à la fréquentation de la communion (Badré). Certains y voient une réaction justifiée contre une « pratique trop routinière » (« banal défilé », « accusation de série », « bousculades autour des confessionnaux ») qui décourage les jeunes confesseurs (Béjot, Boillon). D’autres reprochent à ces derniers leur « peu d’empressement » et invitent à la prudence dans la mise en œuvre des célébrations collectives (Lefebvre, Kérautret, Audrain). À l’arrière-plan se situe la question posée par le cardinal Ottaviani sur le sens du péché et du sacrement de pénitence, marqué par le glissement de la réconciliation avec Dieu vers la réconciliation avec l’Église. Les évaluations sont diverses, même si les réponses incitent le clergé à lier les deux aspects. « On a dû réagir fortement sur l’omission de la place de l’Église dans l’enseignement traditionnel […], mais jamais n’a été nié que le pardon vienne de Dieu. Ce qui est plus dangereux, c’est la perte de la conscience du péché personnel. On dénonce le péché du monde, mais c’est une idée, une abstraction », écrit Mgr Boillon. « Le péché a toujours une dimension collective […]. Le sacrement de pénitence impliquera donc toujours essentiellement une réconciliation avec l’Église. C’est par et dans la réconciliation avec l’Église que le pécheur est réconcilié avec Dieu », estime Mgr Huyghe. Pour Mgr Kérautret aussi, « la dimension du sacrement comme réconciliation du pécheur avec la communauté est vraie […]. Mais, en même temps, il faut que, dans l’action pastorale, les prêtres rappellent vigoureusement l’enseignement sur le péché comme offense faite à Dieu, la nécessité du sacrement de pénitence ». Il en est de même pour le cardinal Lefebvre, convaincu qu’une « insistance unilatérale sur les péchés sociaux commis contre la communauté risque d’atténuer par trop l’importance des fautes plus directement personnelles ».

44Ce débat interfère avec les enjeux de la théologie morale dont les évêques relèvent la fragilité, compte tenu des doutes visant la loi naturelle sur laquelle elle s’est longtemps appuyée en priorité (Boillon, Boussard, Huyghe), du discrédit du « juridisme » et du « formalisme » (Richaud, Audrain, Dupuy) et de la pente vers le subjectivisme et le relativisme (Lefebvre). S’ils nient, sauf exceptions (Ménard), la banalisation de la morale de situation dénoncée par le cardinal Ottaviani, ils défendent une morale en situation, qui existe déjà selon Mgr Jenny : « Il y a non des péchés en soi, mais des pécheurs qui commettent des péchés ; et depuis longtemps, on accorde aux coupables des circonstances atténuantes. » Il n’empêche que les problèmes ne manquent pas pour promouvoir une morale plus évangélique et évaluer des situations complexes. « La difficulté est de passer du plan juridique au plan personnel en maintenant les exigences objectives que chacun doit accepter comme règles de sa conscience », écrit Mgr Kérautret. « Tout en affirmant l’objectivité de la loi morale, note Mgr Gufflet, il faut affirmer, dans les circonstances actuelles, avec peut-être encore plus de force, que chaque homme doit apprécier, dans la vertu de prudence, chaque situation dans laquelle il se trouve d’une manière absolument originale et aussi qu’il sera juge, en définitive, selon sa conscience. »« Sans oublier la moralité objective, reprend Mgr Schmitt, il importe aussi de souligner tout ce qui est critière subjectif. » Quant à Mgr Collini, il veut « sauver la part de vérité qui est incluse dans le point de vue d’une éthique de situation » et faire « découvrir à quel point la conduite chrétienne […] est d’abord recherche de la volonté actuelle de Dieu et, par là, création dans un approfondissement progressif du sujet lui-même en face de Dieu ».

45Les nuances ne sont pas moindres quand les évêques abordent le troisième point du questionnaire cardinalice, dédié au Magistère, en particulier celui du pontife romain. Si quelques-uns insistent sur la contestation ou l’ignorance (Ménard, Fougerat, Lefebvre), d’autres soulignent la nécessité de hiérarchiser les actes du Magistère, longtemps revêtus sans discernement d’une « quasi infaillibilité » (Boussard, Gufflet, Richaud), et d’éviter les « interventions intempestives » où il se « dissout de lui-même » (Boillon). Quelques évêques demandent la reconnaissance de « l’autorité doctrinale du Concile » (Rougé) et dénoncent la propension de personnalités et de groupes à sélectionner les textes qui semblent conforter leurs choix, à opposer le pape au Concile et les évêques français au pape. « Une certaine exaltation du pontife romain sert trop souvent de refuge […] au mépris à peine déguisé des enseignements des évêques », note Mgr Rougé. « Ce qu’il y a en France, à l’heure actuelle, de plus redoutable, c’est que le Magistère des évêques est souvent attaqué et contredit », reprend le cardinal Richaud en pensant à la campagne intégriste lancée en 1964.

46Au final, les réponses aux dix questions montrent un épiscopat peu disposé à entériner sans débat les suggestions du cardinal Ottaviani qui simplifient et figent une situation complexe et évolutive. Mais elles confirment aussi les interrogations et les écarts révélés par les jugements globaux des évêques, souvent plus inquiets que les théologiens, désireux de reprise en main et hésitants sur la manière. La majorité veut néanmoins garder confiance, à un an de la clôture du Concile, à l’instar du cardinal Lefebvre : « En concluant ces réflexions qui, peut-être, paraîtront pessimistes, j’ajoute que, si la situation me paraît un peu trouble, elle ne m’inquiète cependant pas, si nous prenons soin […] de redresser les déviations ou les erreurs à leur début par un enseignement positif. »

La rédaction de la réponse

  • 64 CNAEF, 4 CE 6, lettre de Mgr Veuillot aux membres du Bureau d’études doctrinales et pastorales, 25  (...)
  • 65 Ibid.
  • 66 Ibid., circulaire aux évêques, 25 novembre 1966.

47Mgr Veuillot est conforté dès lors dans les positions de principe qu’il a exposées devant l’assemblée pénière, même si « la diversité des opinions épiscopales » rend la préparation de la réponse nationale « fort délicate64 ». Il effectue aussitôt une synthèse des lettres reçues et élabore un « sommaire de la réponse » sans consulter les membres du Bureau d’études doctrinales et pastorales, qu’il invite à venir réfléchir avec lui a posteriori65. Le 25 novembre, il envoie les deux documents à tous les évêques et leur demande de faire parvenir leurs remarques au secrétaire général de la Conférence épiscopale, Mgr Etchegaray, avant le 8 décembre, afin que la version définitive « soit, le plus possible, fidèle à la pensée de tous66 ».

  • 67 Ibid., 9 CE 32. Le texte est reproduit dans l’annexe 4.

48Le « sommaire », dont la structure fondamentale ne sera plus modifiée, même s’il est encore « une sorte de canevas », est divisé en treize points, ordonnés en une introduction et trois parties67. Les deux premiers points définissent l’attitude de la Conférence épiscopale face à la lettre du cardinal Ottaviani dans laquelle elle veut lire une « nouvelle preuve […] de la volonté du Saint-Siège d’instaurer avec les épiscopats des divers pays, au lendemain du Concile, un dialogue toujours plus confiant et fructueux ». Elle n’entend pourtant pas « se contenter de répondre aux points particuliers signalés à son attention » et « croit correspondre davantage à l’attente du Saint-Siège en abordant l’ensemble du problème doctrinal, tel qu’il se pose aujourd’hui en France ». Les trois points suivants, réunis sous le titre « Le problème doctrinal en France », dessinent les traits majeurs de la situation, sans nier les dangers, mais en nuançant le tableau, en insistant sur la diversité des causes, qui impose « des attitudes prudentielles différentes », et en écartant toute censure pour ne pas aggraver le mal. La partie suivante analyse les « principaux points de préoccupation » (points 6-10). Elle regroupe les problèmes posés par le pro-préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi « selon un ordre synthétique » en les élargissant à d’autres enjeux (Dieu et le Christ, l’Église, l’homme et la vie morale) et rappelle le traitement d’une partie d’entre eux par les textes de Vatican II, qui doivent guider les choix de l’épiscopat. Elle se termine en affichant la volonté de « dépasser l’alternative des questions posées par la lettre romaine » pour « rechercher les vraies racines et l’exacte portée des problèmes doctrinaux ». La troisième partie, peu développée, traite de « l’épiscopat français face à ses responsabilités doctrinales » (points 11-13). Elle souligne la gravité de sa mission, qui doit être « essentiellement positive » et répondre aux difficultés du clergé, et conclut sur « une note volontairement optimiste », justifiée par les « symptômes de vitalité », « multiples et réconfortants », « l’orientation pastorale du Concile » et « l’ouverture au monde qu’il suscite », sources d’un « élan missionnaire » et d’une « espérance spirituelle » plus décisifs que « les motifs d’inquiétude ».

  • 68 CNAEF, 4 CE 7 (les réponses, quand elles sont datées, s’échelonnent entre le 29 novembre et le 13 d (...)

49Quarante et un évêques, dont dix-huit ne s’étaient pas encore exprimés par écrit, réagissent au courrier de Mgr Veuillot68. La majorité donne son accord en approuvant souvent « le sens positif » du projet, à l’exemple du cardinal Villot, qui se réfère à la consultation théologique d’Henri Denis, « fruit d’une réflexion commune ». Personne ne conteste le plan, même si les cardinaux Lefebvre et Richaud, rejoints par Mgr Gufflet, s’interrogent sur la manière dont la Curie romaine appréciera le refus de répondre point par point. Quelques évêques regrettent l’absence de réserve sur la méthode employée (Badré, Ferrand, Huyghe) et Mgr de la Brousse souhaite même ne pas voir le Saint-Siège cité dans la mesure où rien n’atteste l’approbation de l’initiative par le pape. D’autres demandent de ne pas minimiser les dangers ou jugent trop optimiste le point 13, en forme de conclusion, quand le cardinal Martin le trouve « excellent » (La Chanonie, Lefebvre, Mazerat, Piérard, Pirolley, Vion). « Le rapport veut conclure par une note optimiste, soit, mais reconnaissons qu’il présente comme actuellement réalisée une situation que nous avons la ferme espérance de connaître dans un proche avenir », nuance Mgr Ferrand. Mgr Pourchet menace Mgr Veuillot d’adresser son propre texte à Rome si le document collectif n’évoque pas les divergences, avant de se raviser devant la mise en garde de son interlocuteur soucieux de ne pas affaiblir la Conférence. « Les avertissements de Paul VI rendent un autre son […]. Il faudrait souligner fortement que nous sommes décidés à exercer notre vigilance » pour ne pas « donner à l’autorité supérieure la tentation d’intervenir », prévient néanmoins l’évêque de Saint-Flour. Si l’on excepte Mgr Le Couëdic, qui attaque sans surprise bien des passages du projet, le plus critique est Mgr Gufflet, un conciliaire modéré, qui juge le ton peu « convaincant » en raison de sa volonté « d’être rassurant » et dénonce une « ambiguïté » liée à l’opposition entre la charge doctrinale et la charge pastorale.

50« L’existence d’un problème doctrinal est indubitable. » Mgr Marty estime la phrase introductive de la première partie « un peu forte » et préfèrerait « Un problème doctrinal se pose », alors que Mgr de la Brousse et Mgr R. de Provenchères proposent de remplacer « problème » par « difficultés ». Mgr Huyghe regrette la présence d’un « certain triomphalisme » qui exonère le « renouveau théologique postconciliaire » de toute responsabilité dans les difficultés pour incriminer les « méchants non-catholiques et les athées » : « Le progrès théologique vient […] aussi de courants se développant en dehors [du catholicisme] ; dans le progrès théologique postconciliaire, il y a certes du très bon, mais il y a aussi du moins bon. » Mgr Gufflet et Mgr Patria demandent d’encourager plus nettement les théologiens : « Il faudrait tout de même sortir de la mentalité qui a consisté à suspecter la foi d’un auteur chaque fois qu’ayant cherché loyalement l’intelligence de la foi, il aboutit à des conclusions erronées », affirme le premier. De son côté, Mgr de la Brousse attire l’attention sur le vécu conciliaire comme « expérience de la difficulté doctrinale » et souligne l’incapacité de nombre de prêtres « d’éclairer les problèmes pastoraux réels par la doctrine qu’ils ont reçue ». Mgr Ferrand le rejoint en proposant de noter la « lenteur, peut-être normale, de l’ouverture aux véritables orientations du Concile » et l’importance du « renouvellement des études dans les séminaires ».

51À propos du point 4, plusieurs évêques reviennent sur les risques de la vulgarisation (Le Couëdic, Gouyon), tandis que Mgr Huyghe et Mgr Gufflet se veulent positifs en soulignant la nécessité de la démarche dans une société régulée par l’opinion publique. L’évêque d’Arras refuse également une lecture trop extérieure de « l’instabilité doctrinale », où l’Eglise a sa part de responsabilité par le maintien prolongé d’une formulation « figée » et l’absence de réactions contre « certains gauchissements ». Le cardinal Villot demande que des articles indéfinis remplacent les articles définis pour décrire les manifestations de ce phénomène sans discréditer l’édition religieuse et les sessions de recyclage, souvent « de bon aloi ». Enfin, Mgr Barthe et Mgr Dozolme attirent l’attention sur les difficultés des chrétiens « les plus généreux » dans « une cité humaine qui devient de plus en plus “séculière” », le premier en relevant le manque d’équipement « doctrinal et spirituel » pour répondre à l’appel conciliaire au dialogue, le second en signalant une tendance au refus de « l’Église-institution », une réalité relevée aussi par Mgr Huyghe.

  • 69 L’archevêque de Bordeaux juge le livre « providentiel », Jacques Maritain, Le Feu nouveau…, p. 429.

52Une phrase, celle qui nie « la résurgence du modernisme », génère des évaluations contradictoires sur le point 5, alors que les thèses du Paysan de la Garonne commencent à circuler. Le cardinal Martin craint les « suspicions généralisées » liées à l’usage du concept de « néo-modernisme » et veut insister davantage encore sur son inadéquation. Le maritainien Richaud, qui rappelle la confiance du pape dans le théologien thomiste69, demande au contraire de ne pas « écarter officiellement une certaine résurgence des idées autrefois condamnées », même s’il « n’est peut-être pas nécessaire de réagiter ce spectre ». Du moins faut-il « trouver une formule par laquelle les évêques, sans parler de malaise et de tendance, ce qui est trop vague, signalent que certains courants d’idées ne sont pas conformes aux enseignements rappelés par le Concile ». Pour sa part, Mgr Le Couëdic approuve la rédaction de Mgr Veuillot, « encore que toute une série d’indices convergents ne fasse craindre qu’il n’existe un plan d’ensemble sous-jacent ». Mais il dénonce l’illusion d’une « intervention constructive » face aux erreurs : « Celui qui construit un édifice est obligé d’éliminer les matériaux de mauvaise qualité. S’il n’use pas d’une certaine discrimination, il va contre son but. Dira-t-on qu’il agit de manière négative parce qu’il rejette les éléments qui pourraient être nuisibles ? »

  • 70 Il demande en revanche d’enlever toute mention du modernisme dans ce passage.

53Les remarques sur la seconde partie sont plus dispersées. Mgr Gufflet et, dans une certaine mesure, le cardinal Richaud ne la jugent pas assez « constructive », malgré les déclarations de principe. Mgr Boillon attire l’attention sur un aspect oublié, la « tendance, parfois durcie, dans certains mouvements apostoliques, à se limiter à agir dans le sens d’un humanisme authentique, pour cette raison que le Christ est immanent à toute “valeur” humaine et qu’en développant ces valeurs, on assure la rencontre de Jésus-Christ et le Salut des âmes ». Des évêques commentent le problème de l’athéisme. Le cardinal Martin demande d’insister « sur le prestige considérable des formes de pensée athée non marxiste » et cite Sartre, Camus, Malraux. Mgr Barthe parle du « néo-positivisme qui se fait jour dans les sciences humaines » et conteste radicalement la pensée chrétienne en ne rejetant « pas seulement Dieu, mais également la notion même d’humanisme ». Mgr Huyghe estime au contraire que l’athéisme « peut avoir un rôle purificateur pour notre foi ». Mgr C. de Provenchères demande un renvoi à l’analyse de Gaudium et Spes. Plusieurs évêques reviennent sur les « formules dogmatiques ». Le cardinal Lefebvre se dit « quelque peu rêveur » devant le troisième alinéa du point 8, trop optimiste ou imprudent dans son expression, et le cardinal Richaud refuse d’affirmer « qu’il n’y a pas de danger de relativisme dogmatique70 ». D’autres s’intéressent aux sacrements, tel le cardinal Villot qui relativise les formes du culte eucharistique au regard de ses variations historiques : « La Tradition authentique ne se confond pas avec ce que chacun a fait dans son enfance. » Pour Mgr Huyghe, l’évolution de la pénitence exprime « un souci d’authenticité, de vérité » plus qu’une « atteinte au mystère de l’Église ». Pour le cardinal Richaud, la responsabilité du clergé est supérieure à celle des fidèles, notamment des jeunes, qui manifestent « une certaine faim » des sacrements. Seul Mgr Le Couëdic parle des « fins dernières » dont la présentation est « souvent abandonnée […] sous l’effet d’une sorte de respect humain » : « On craint de dire aux gens des vérités qui risqueraient de leur déplaire. » Les remarques ne sont guère plus nombreuses ou précises sur la morale conjugale (Mgr Patria note la « gêne » des prêtres et les effets sur la vie sacramentelle des fidèles), comme si l’épiscopat français ne voulait pas interférer avec les travaux de la commission créée par Paul VI. Quant aux commentaires sur la dernière partie du projet Veuillot, encore en gestation, ils sont rapides, excepté sur le point 13, déjà évoqué. Mgr Gufflet demande de mieux reconnaître l’œuvre du corps sacerdotal et Mgr Ferrand de « dire un mot » du laïcat, alors que Mgr Badré valorise le travail de la Conférence épiscopale, seule apte à découvrir les solutions, qui ne se « trouvent ni au niveau des lointains bureaux romains, ni au niveau des évêques isolés ».

  • 71 La documentation ne permet pas de mesurer l’influence du Bureau d’études doctrinales et pastorales, (...)

54Mgr Veuillot prend en compte une partie de ces remarques, sans modifier ni la structure ni la perspective d’ensemble, dans la version révisée de la réponse qu’il soumet le 12 décembre au Conseil des cardinaux et au Conseil permanent. Ces deux instances valident sa proposition, apparemment sans problème : la plupart des changements effectués dans la version finale, qui porte la date du 17 décembre, jour de l’envoi à Rome, sont d’ordre littéraire et rien ne prouve qu’ils ne soient pas l’œuvre du coadjuteur de Paris71. Les deux points introductifs sont confirmés, avec l’adjonction de la réserve sur la forme de la consultation des conférences épiscopales et la mention des deux enquêtes écrites. La première partie ne parle plus de « problème doctrinal » ou d’« instabilité », mais de « question » et de « difficultés ». Le point 3 distingue mieux leurs causes (contexte sociétal, « appels du Concile », impact des penseurs non catholiques) et s’interroge sur les moyens d’action de l’Église de France. Le point 4, atténué dans le sens suggéré par le cardinal Villot, en identifie les manifestations (vulgarisation, imprudences pastorales, poids de l’opinion publique, défis intellectuels et moraux). Le point 5, enfin, relativise la situation en confirmant l’absence de système d’erreurs cohérent, en écartant la thèse néo-moderniste et en excluant toute condamnation, mais en ajoutant la « gravité » des problèmes liés à la rencontre de l’incroyance, assortie d’une autocritique de la hiérarchie sur le déficit de prise en compte de cette dimension.

55Dans la seconde partie, après la justification de la globalisation de la réponse, le point 7 est fortement développé pour analyser l’athéisme, en précisant ses différents visages et en citant Gaudium et Spes, et la christologie, traitée sous l’angle théologique (validité des concepts de nature et de personne, malgré les équivoques de langage), scripturaire (exégèse, humanité du Christ), liturgique (Eucharistie) et apostolique (avertissement contre l’immanentisme dans la ligne suggérée par Mgr Boillon). Le point 8 parcourt les difficultés liées à l’Église (autorité, économie sacramentaire, œcuménisme) en ajustant la proposition initiale, notamment sur les formules dogmatiques, ou en introduisant des aspects inédits, à l’initiative des évêques, par exemple sur les charismes (de la Brousse), l’Église-institution (Dozolme) ou la pastorale du baptême (Jacquemin). Le point 9 aborde la vie morale autour du sens du péché et du relativisme en soulignant les urgences associées à l’insuffisance de l’enseignement traditionnel et aux instances de la société. Le point 10, en forme de conclusion un peu répétitive, réaffirme « l’attitude positive » choisie par les évêques pour affronter les difficultés.

56La dernière partie de la réponse est la plus transformée. Le point 11 présente la responsabilité doctrinale de la Conférence épiscopale, en incorporant une référence au rapport Lefebvre de 1957, pourtant rédigé dans un esprit moins ouvert, et en insistant sur la création des structures de travail collectif. Le point 12, amplifié, en montre une application concrète autour du ministère des prêtres, objet de l’inquiétude de Paul VI (formation, catéchèse, prédication, pastorale). Il est suivi d’un passage inédit, assez bref, sur la vitalité du laïcat (monde intellectuel, Action catholique, édition) qui, sans cacher les tensions, donne une vision idéalisée après les crises de l’année 1965. Enfin, l’ancien point 13, devenu le point 14, est repris en remplaçant la « note volontairement optimiste » par une « considération positive et sereine », qui colore l’ensemble du texte, par-delà les divergences du corps épiscopal et les lectures contradictoires du document, bientôt rendu public.

Une réponse remarquée

  • 72 La Croix, 21 octobre 1966 ; Le Monde, 22 et 24 octobre 1966 ; Témoignage chrétien, 27 octobre 1966  (...)
  • 73 CNAEF, 4 CE 6, lettre de Mgr Veuillot à Mgr Bertoli, 29 octobre 1966.
  • 74 La Croix, 17 décembre 1966 ; Le Monde, 17 décembre 1966 ; Témoignage chrétien, 22 décembre 1966 ; I (...)

57Après la violation du secret demandé par le cardinal Ottaviani, la Conférence épiscopale juge nécessaire de tenir la presse informée de son travail. C’est le cas pour l’assemblée plénière lorsque Mgr Veuillot, sans cacher les critiques sur la consultation, insiste sur l’absence de « motifs d’alarme, de pessimisme » et le refus de condamner, malgré des manifestations « de pétulance72 ». Les commentaires de plusieurs journaux, en particulier ceux du quotidien conservateur romain Il Tempo, sont acerbes, sinon tendancieux, au point que le coadjuteur de Paris croit nécessaire d’écrire au nonce Bertoli pour démentir les « rumeurs » susceptibles de « préoccuper l’une ou l’autre personnalité romaine » et rappeler « avec quel esprit positif, respectueux et confiant la question a été abordée à Lourdes » : « Même si, comme il est vrai, tel ou tel point particulier de la lettre du cardinal ou plutôt sa formulation et sa publication ont donné matière à quelques réserves de la part de certains évêques, ce fut toujours dans ce libre esprit de recherche que nous avons connu au Concile73. » À l’issue du Conseil permanent du 13 décembre, la Conférence épiscopale intervient à nouveau en diffusant un communiqué qui annonce l’envoi de la réponse et résume ses grandes lignes74.

  • 75 CNAEF, 4 CE 6.
  • 76 Antoine Wenger, « Paul VI et La Croix », dans Paul VI et la modernité dans l’Église, Rome, École fr (...)
  • 77 CNAEF, 4 CE 7, lettre de l’abbé Plichon au cardinal Lefebvre, 1er février 1967 ; La Croix, 2 mars 1 (...)

58L’épiscopat s’est-il interrogé sur la diffusion du document in extenso ? Une note de Mgr Etchegaray à propos de la réponse espagnole peut le laisser supposer75. Mais c’est un soupçon de fuite qui détermine les évêques à agir, selon le récit du Père Wenger, lorsque Henri Fesquet contacte le 31 janvier 1967 le responsable du Service national de l’information religieuse pour connaître la date de la publication. L’abbé Plichon alerte aussitôt le cardinal Lefebvre qui téléphone au cardinal Ottaviani. Ce dernier laisse la décision aux Français76. Le président de la Conférence s’en remet alors au vice-président élu, Mgr Marty, et à Mgr Veuillot, archevêque de Paris depuis le 21 décembre 1966, qui donnent leur accord pour une transmission immédiate aux informateurs religieux (1er février), même si le jour choisi peut sembler peu propice à cause d’un mouvement de grève et des obsèques du maréchal Juin qui feront la « une » des journaux du lendemain : « Cela favorisera peut-être une publication plus discrète et convenable de notre document », conclut finalement l’abbé Plichon77.

59L’accueil des commentateurs est en général favorable, notamment dans les milieux les plus conciliaires, alors que la controverse autour du Paysan de la Garonne se déploie. Les Informations catholiques internationales opposent la réponse française au « tintement répété des sonneries d’alarme » :

  • 78 ICI, n° 282, 15 février 1967, p. 33.

[Elle] doit être lue, relue et méditée. Par son ton comme par son contenu, elle est à la fois apaisante et roborante. Remarquable de précision dans l’observation et le diagnostic, […] elle l’est aussi de sérénité et de délicatesse à l’égard des personnes, des idées et des réalités en cause. On se sent proche d’un Magistère qui prend aussi profondément au sérieux les interrogations de l’homme, qui en analyse aussi objectivement les causes multiples, qui se sent davantage interpellé qu’en devoir de rappeler à l’ordre, qui n’impute pas au seul mauvais vouloir des hommes le flottement des esprits et des âmes78.

  • 79 Marie-Dominique Chenu, « Un signe de santé », Témoignage chrétien, 9 février 1967. Voir Étienne Fou (...)
  • 80 Études, mars 1967, p. 410-412.

60Témoignage chrétien donne la parole au Père Chenu : « L’espérance est décidément confirmée, sinon dans une ligne droite continue, du moins sur des points stratégiques qui commandent la marche et engagent l’appareil. » Le dominicain revient sur le projet, qu’il interprète comme la « démarche classique d’une orthodoxie instruisant le procès des déviationnistes », mais où il voit aussi la rupture avec le « secret » et le « huis-clos » des « anciens régimes » : « On savait déjà que le cardinal Ottaviani, quelles que soient ses convictions personnelles, entrait loyalement dans le jeu du Concile […]. L’intention était prise d’interroger les corps épiscopaux, ainsi habilités à prendre en main les affaires de leur ressort, dans un dialogue où s’exerce leur compétence. » La réaction nationale témoigne dès lors d’une « bonne santé » de l’Église, aussi bien par le refus de tout syllabus que par le diagnostic des « tendances, des tensions, des ambiguïtés, des maladresses, des insuffisances » : « Réjouissons-nous, croyants et incroyants », conclut le religieux79. De leur côté, les Études voient un « acte d’ouverture et de courage » dans la diffusion d’une « lettre qui fait honneur à l’épiscopat » : « Qu’un tel dialogue paisible, confiant, constructif, puisse être engagé entre un épiscopat national à peu près unanime et Rome est un signe des temps et, plus que des changements institutionnels, il est la marque qu’une réforme fondamentale des mentalités et des comportements naît dans l’Église80. »

  • 81 « Ils [ont] pratiquement perdu tout contact avec la Curie […]. Nos collègues ne mesurent pas les ri (...)
  • 82 Archives nationales, Paris, Fonds René Brouillet, dépêche du 24 décembre 1966.
  • 83 Antoine Wenger, Les Trois Rome…, p. 246. Voir Philippe Chenaux, « Paul VI et la crise de l’Église e (...)

61La tonalité apparaît tout autre à Rome où les évêques français, de l’avis du cardinal Villot, ne sont pas assez présents81. Alors que le pape Paul VI avait évoqué favorablement la réponse française devant l’ambassadeur Brouillet le 24 décembre 196682, il exprime son désaveu après sa divulgation. Il le fait dès le 7 février auprès du Père Wenger en assimilant la démarche à un manquement au devoir de réserve envers le Saint-Siège et en lisant le texte comme une « mise en accusation du clergé français », au risque d’alimenter les polémiques progressistes ou conservatrices : « Pauvre clergé de France », déclare le pape, qui veut néanmoins « faire confiance » à un pays dont « c’est [le] charisme de toujours se tirer des situations difficiles83 ». Il n’est pas seul de cette opinion. Le cardinal Journet confie à Jacques Maritain :

  • 84 Lettre à Jacques Maritain, 16 février 1967, dans Charles Journet, Jacques Maritain, Correspondance, (...)

La réponse de l’épiscopat français aux points du cardinal Ottaviani, comment la lire sans tristesse. Ce n’est pas une réponse d’évêques, c’est une réponse “d’esprits” qui ont l’air de prendre leurs distances avec Rome. (On croirait y retrouver le style du Père Congar lorsqu’il veut se maintenir dans les ambiguïtés.) Mgr Renard est à peu près le seul à oser parler, bien que pas mal d’autres qui se taisent par pusillanimité soient de son avis84.

62Un an après son départ de Toulouse, Mgr Garrone est tout aussi sévère dans ses propos au Père Wenger :

  • 85 Extraits du journal Wenger rassemblés par Françoise Paoli, début 1967. Mgr Garrone apprécie Le Pays (...)

Il est beaucoup moins optimiste […] que les évêques français sur la situation religieuse en France au lendemain du Concile. Il estime que les évêques sont défaillants. Les uns en effet pensent qu’ils doivent parler le langage des théologiens et ils ne parlent pas vraiment en évêques. Les autres ne se sentent pas théologiens, évitent de parler. Pourtant, plus que jamais, l’heure exige que les évêques parlent et qu’ils disent la foi aux sages comme aux ignorants selon la simplicité de l’Évangile85.

  • 86 Antoine Wenger, Les Trois Rome…, p. 247-248.

63En visite à Rome le 9 février, Mgr Veuillot affronte à son tour les critiques du pape, qui lui reproche la publication et le choix d’une analyse globale, plus négative que ne l’aurait été une réponse précise aux questions posées86. Il multiplie les entrevues pour prendre le pouls de la Curie et en retire la conviction, dont il se fait l’écho devant le Conseil du monde intellectuel, qu’il « y a une difficulté, non seulement d’ordre disciplinaire, mais de l’ordre de la pensée, celle de trouver ce que l’on pourrait appeler le “régime de croisière” de l’Église après le renouveau conciliaire […]. Ce qui inquiète à Rome, c’est de constater que, à l’occasion de problèmes réels, un certain nombre de prêtres et de théologiens cèdent à la tentation de tout remettre en question ». La France, vaccinée par son histoire face à « ce genre d’ébranlement intellectuel », est moins éprouvée que les « pays plus traditionnels » qui voient « les questions se déverser à flots ». Mais elle doit être prudente pour répondre aux « exigences nouvelles » sans négliger « l’acquis de dix-neuf siècles de vie de l’Église » :

  • 87 AHAP, 8 J 1-2, Conseil du monde intellectuel (1964-1974), réunion du conseil du 16 février 1967.

C’est en se référant à cette Tradition fondamentale qu’on fera aujourd’hui le pas en avant qui nous est demandé après le Concile […]. C’est donc un rappel des proportions de notre travail qui m’a été adressé à Rome au cours de ces conversations, et cela fut le fait non pas seulement d’hommes un peu apeurés, mais de théologiens qui voient les choses très calmement87.

  • 88 L’Osservatore romano, 1er mars 1967 ; Antoine Wenger, Les Trois Rome…, p. 247-248.

64Quelques jours plus tard, le Père Ciappi, théologien de la Maison pontificale, s’autorise des divergences des conférences épiscopales pour inviter les fidèles à s’en remettre au pape. Mgr Veuillot réagit vivement et demande au Père Wenger de répondre dans La Croix que, « de toute manière, il n’est pas heureux dans l’Église que, par-delà les conférences épiscopales, on en appelle au pape, puisque les deux doivent être d’accord et le sont effectivement88 ».

  • 89 La Croix, 4 mars 1967 ; ICI, n° 291, 1er juillet 1967, p. 9. Le Bureau est réorganisé plus profondé (...)
  • 90 DC, n° 1498, 16 juillet 1967, col. 1307-1309.
  • 91 Voir l’introduction de ce volume. Antonino Indelicato, Il sinodo dei vescovi. La collegialità sospe (...)

65L’épiscopat français entend bien assumer sa responsabilité doctrinale, alors que la Congrégation pour la doctrine de la foi rappelle aux conférences épiscopales, par une instruction du 3 février, l’obligation de la tenir informée des erreurs et des remèdes. Il le fait en ajoutant deux membres (Veuillot et Gufflet) au Bureau d’études doctrinales lors du Conseil permanent de la fin du mois de février 196789. Cet élargissement garantit la diversité des sensibilités au moment où Paul VI envoie un signal sans ambiguïté en choisissant pour le siège de Lyon, vacant par le départ du cardinal Villot à Rome, Mgr Renard, aussitôt revêtu de la pourpre (28 mai et 29 juin 1967). Le pape loue « son esprit surnaturel, sa sûreté doctrinale, son sens pastoral90 » et le nomme au premier synode des évêques (octobre 1967) aux côtés des élus de la Conférence épiscopale (Lefebvre, Marty, Puech, Veuillot) et des Français de la Curie (Garrone, Tisserant, Villot, l’un des trois présidents délégués). Le premier rôle revient toutefois à Mgr Veuillot, promu cardinal lors du même consistoire. Il s’associe aux critiques de la majorité des Pères contre la positio du premier thème retenu dans le sillage de l’enquête Ottaviani (De opinionibus periculosis hodiernis necnon de atheismo), ce qui lui vaut les attaques de Il Tempo. Puis il contribue à sa réécriture dans un sens positif au sein de la commission de révision dont il est l’un des huit élus, peu avant sa maladie et sa disparition prématurée en février 196891.

  • 92 « Un acte positif du Magistère. La “profession de foi” de l’épiscopat », ICI, n° 309, 1er avril 196 (...)
  • 93 Jean Daniélou, « La profession de foi de Paul VI », Études, novembre 1968, p. 602.
  • 94 « Que faut-il croire ? », ICI, n° 316, 15 juillet 1968, p. 4-6. Voir Michel Cagin, « Le “Credo du P (...)

66Le Conseil permanent agit dans la même optique en diffusant des notes du Bureau d’études doctrinales et pastorales sur le respect et l’amour de la doctrine (janvier 1967), la signification conciliaire des mots « apostolat » et « évangélisation » (février 1968) et l’œcuménisme (mai 1968) et en proposant des textes en forme de profession de foi dans le cadre de l’Année de la foi, voulue par Paul VI pour commémorer le dix-neuvième centenaire du martyre de Pierre et de Paul (juin 1967-juin 1968). Le premier, sous le titre « Dieu est toujours vivant dans le Christ ressuscité » (14 mars 1968), est de nature kérygmatique et donne, pour les Informations catholiques internationales, « un bon exemple de la manière dont l’épiscopat français entend exercer son magistère selon l’esprit qu’il avait défini […] dans sa réponse au cardinal Ottaviani » : « Surmontant leurs inquiétudes, les évêques choisissent la confiance92. » Le second, plus long, précise la réflexion sur « le noyau central de la foi » à quelques mois de l’assemblée plénière de novembre 1968 consacrée à « Jésus-Christ sauveur, espérance des hommes d’aujourd’hui » (20 juin 1968). Il part du malaise de nombreux croyants pour revenir à « l’essentiel du message apostolique » par rapport auquel les dogmes « prennent tout leur sens ». La tonalité est différente de celle du « Credo du Peuple de Dieu » que Paul VI dévoile quelques jours plus tard, lors de la clôture de l’Année de la foi, à partir du schéma rédigé par Jacques Maritain, et que le Père Daniélou définit comme une « mise à jour du Symbole de Nicée-Constantinople en fonction du développement du dogme93 ». Les Informations catholiques internationales ne manquent pas de souligner l’écart entre les deux formules, au moment où les événements de Mai-68 ouvrent une nouvelle étape de la crise du catholicisme dans les sociétés occidentales94.

  • 95 Christian Sorrel, « Une histoire nécessaire », dans Jean-François Galinier-Pallerola, Augustin Laff (...)

67« Crise »… Le mot est au centre du questionnaire du cardinal Ottaviani comme des réponses des conférences épiscopales appelées à un exercice inédit de diagnostic, orienté par l’analyse de terrain, mais aussi la lecture de l’initiative curiale. Crise affirmée, crise redoutée, crise niée, en dépit de symptômes inquiétants, les déclinaisons sont multiples, tout autant que les explications, qui incriment le Concile, l’exonèrent ou croisent les lignes de fracture de la société et de l’Église. La réponse française porte sans doute la marque de la personnalité de Mgr Veuillot, mais elle reflète assez bien l’orientation majoritaire des experts et des évêques dont les sensibilités oscillent, sur fond d’adhésion commune au Concile, de l’enthousiasme à la raison. Les évêques apparaissent tendus entre la conscience de difficultés réelles, anciennes ou récentes, et la volonté de rassurer la Curie, pour prévenir toute sanction, ce qui est aussi une manière de se rassurer eux-mêmes. Acte de foi pastoral nourri par la ferveur des années conciliaires et l’« esprit du Concile » ? Manque de lucidité ou de courage, à la différence du cardinal Ottaviani, qui discerne confusément un mal nouveau à travers les catégories du passé, ou de Paul VI, habité par les urgences du monde moderne et les devoirs de sa charge ? L’historien ne doit pas superposer trop vite le moment de sortie de l’événement Vatican II, troublé, incertain, et la bourrasque des années postérieures à Mai-68. Il doit restituer toute sa place au temps court pour comprendre les processus qui déterminent le destin du catholicisme contemporain et la perception qu’en ont les différents acteurs. L’étude des réponses nationales au questionnaire Ottaviani peut l’y aider95.

Annexes

Annexe 1 Calendrier de travail de l’épiscopat français

24 juillet 1966 – Lettre du cardinal Ottaviani aux présidents des conférences épiscopales.

31 août 1966 – Premier article du Monde sur la lettre du cardinal Ottaviani.

19 septembre 1966 – Réunion du bureau du Conseil permanent de l’épiscopat : Mgr Marty demande à Mgr Veuillot de coordonner le travail.

22 septembre 1966 – Courriers de Mgr Veuillot pour solliciter l’avis des membres du Bureau d’études doctrinales et pastorales et des experts.

30 septembre 1966 – Publication de la lettre du cardinal Ottaviani dans les Actae Apostolicae Sedis.

7 octobre 1966 – La Croix reproduit la lettre du cardinal Ottaviani.

13 octobre 1966 – Réunion du Conseil du monde intellectuel du diocèse de Paris. 17-22 octobre 1966 – Assemblée plénière de l’épiscopat à Lourdes.

10 novembre 1966 – Date limite pour l’envoi des avis des évêques.

25 novembre 1966 – Mgr Veuillot adresse aux évêques un rapport de synthèse sur leurs avis écrits et une première version de la réponse française.

8 décembre 1966 – Date limite pour le retour des avis des évêques.

13 décembre 1966 – Examen de la seconde version de la réponse française par le Conseil des cardinaux et le Conseil permanent de l’épiscopat.

17 décembre 1966 – Envoi de la version définitive de la réponse française à Rome. 2 février 1966 – La Croix rend publique la réponse française.

19 février 1967 – Publication de la réponse française par La Documentation catholique.

Annexe 2 Experts sollicités au cours de la phase préparatoire96

Nom

Fonction

Aubert Jean-Marie

prêtre diocésain, professeur à l’Institut catholique de Paris

Barrau Paul*

prêtre diocésain, secrétaire de rédaction de Masses ouvrières

Biard Pierre*

prêtre diocésain, assistant ecclésiastique du Centre catholique des intellectuels français

Brien André*

prêtre diocésain, délégué général pour le monde scolaire et universitaire, responsable du Conseil du monde intellectuel du diocèse de Paris

Bro Bernard*

dominicain, directeur des Éditions du Cerf

Cazelles Henri

sulpicien, professeur à l’Institut catholique de Paris

Châtillon Jean*

prêtre diocésain, doyen de la faculté de philosophie de l’Institut catholique de Paris

Colnet Yves de [transmet les réponses anonymes des deux confrères qu’il a sollicités]

jésuite, recteur du séminaire des Fontaines

Coloni Michel*

prêtre diocésain, aumônier de la Paroisse universitaire

Costabel Pierre*

oratorien, directeur d’études à l’École pratique des hautes études

Dabosville Pierre*

oratorien, supérieur de l’école Saint-Martin-de-France à Pontoise

Daniélou Jean*

jésuite, doyen de la faculté de théologie de l’Institut catholique de Paris

Denis Henri

prêtre diocésain, professeur aux facultés catholiques de Lyon, vicaire général

Dheilly Joseph

prêtre diocésain, professeur à l’Institut catholique de Paris

Duquesne Marcel [réponse commune avec Guilluy et Liébaert]

professeur aux facultés catholiques de
Lille

Guilluy Paul [réponse commune avec Liébaert et Duquesne]

prêtre diocésain, professeur aux facultés catholiques de Lille

Guimet Fernand*

prêtre diocésain, aumônier national de la
Paroisse universitaire (enseignement supérieur)

Jourjon Maurice

prêtre diocésain, doyen de la faculté de théologie de Lyon

Labourdette Michel [réponse commune avec Nicolas]

dominicain, professeur au studium de la province de Toulouse

Lafon Guy* [réponse commune avec Vidal]

prêtre diocésain, professeur au séminaire d’Issy-les-Moulineaux

Latour Jean-Jacques*

prêtre diocésain, professeur à l’Institut catholique de Paris

Lavalette Henri de

jésuite, professeur à l’Institut catholique de Paris

Le Guillou Marie-Joseph

dominicain, professeur au Saulchoir

Léger Marie-Emmanuel* [réponse commune avec Liégé et Rettenbach]

dominicain, couvent Saint-Jacques, Paris

Léon-Dufour Xavier

jésuite, professeur à la faculté de théologie de Fourvière

Liébaert Jacques [réponse commune avec Guilluy et Duquesne]

prêtre diocésain, professeur aux facultés catholiques de Lille

Liégé Pierre-André* [réponse commune avec Léger et Rettenbach]

dominicain, professeur à l’Institut catholique de Paris et au Saulchoir

Martelet Gustave

jésuite, professeur à la faculté de théologie de Fourvière

Nicolas Marie-Joseph [réponse commune avec Labourdette]

dominicain, professeur à l’Institut catholique de Toulouse

Pézeril Daniel*

prêtre diocésain, curé de Saint-Jacques-du-Haut-Pas à Paris

Rettenbach Nicolas* [réponse commune avec Léger et Liégé]

dominicain, prieur du couvent Saint-Jacques à Paris

Riffault René

dominicain, professeur aux facultés catholiques d’Angers

Russo François*

jésuite, rédacteur aux Études

Surgy Paul de

prêtre diocésain, professeur aux facultés catholiques d’Angers

Thomas Joseph*

jésuite, aumônier national du Mouvement des ingénieurs et cadres chrétiens

Tunmer Ceslas

dominicain, prieur du Saulchoir

Vidal Maurice* [réponse commune avec Lafon]

sulpicien, professeur au séminaire d’Issy-les-Moulineaux

Vinet

professeur aux facultés catholiques d’Angers

Annexe 3 Participation des évêques à la préparation de la réponse française97

Nom

Siège

Prise de parole à
Lourdes

Première consultation98

Deuxième consultation99

Alix Bernard

aux. Le
Mans

X

Ancel Alfred*°

aux. Lyon

X

X

Atton Alfred

Langres

Audrain Henri

Auch

X

Badré Jean

aux. Paris

X

X

Bannwarth Gérard

Soissons

X

Barthe Gilles

Fréjus

X

X

Béjot Georges

aux. Reims

X (consulte clergé et fidèles)

Bellec Joël

Perpignan

X

Bézac Robert

Aire et Dax

Boillon Pierre

Verdun

X

X

Bontems André

Chambéry,
Maurienne,
Tarentaise

Boudon René*

Mende

Bougon Francis

Moulins

Boussard Pierre

Vannes

X

Bréheret André

Cahors

Brot Pierre

aux. Paris

Brunon Jean-Baptiste

aux. Toulouse

Caillot Antoni

Évreux

Cambourg Jean
de

Valence

Cazaux Antoine

Luçon

Chappot de la
Chanonie Pierre

Clermont-Ferrand

X

X

Charles de la
Brousse André

Dijon

X

Chevalier Paul

Le Mans

Collin René*

Digne

Collini André

Ajaccio

X

Courbe Stanislas

aux. Paris

Courrèges
d’Ustou Louis
de

Montauban

X

Delarue Jacques

Nanterre

Desmazières
Stéphane

Beauvais

X

X

Donze Henri

Tulle

X

Dozolme Jean

Le Puy

X

X

Dupont Henri

aux. Lille

Dupuy Claude*

Albi

X

X

Elchinger Léon-Arthur

coadj.
Strasbourg

X

X

Fauvel André

Quimper

Favé Vincent

aux. Quimper

Feltin Maurice*

Paris

Ferrand Louis*°

Tours

X

X

Flusin Claude

Saint-Claude

X

X

Fougerat André

Grenoble

X

Fourrey René

Belley

X

Gand Adrien

coadj. Lille

X

Goupy Joseph*

Blois

X

Gouyon Paul*

Rennes

X (joint les réflexions du supérieur du grand séminaire L. Col lin)

X

Gufflet Henri*

Limoges

X

X

Guilhem Jacques

Laval

X (envoie les réflexions d’un théologien)

X

Guyot Jean+

Toulouse

X

Hermil Jean

Viviers

Huyghe Gérard

Arras

X (travail en équipe avec
J. Noyer, A.
Pentel, J. Régnier, L. Jacquet, B. Quinot, F. Rolin)

X

Jacquemin André

Bayeux

X

Jacquot Georges

Gap

X

X

Jenny Henri

Cambrai

X

X (joint les remarques du supérieur du grand séminaire M. Leclerq)

X

Johan Roger

Agen

X

Kerautret René

Angoulême

X

Kervéadou
François

Saint-Brieuc

X
(joint les réflexions de professeurs de Saint-Brieuc)

Lallier Marc

Besançon

Le Bourgeois
Armand*

Autun

X

Le Cordier
Jacques

aux. Paris

Le Couëdic Julien

év. Troyes

X

X

Leclerc André

aux. Paris

Lefebvre Joseph*

Bourges

X

X

X

Leuliet Géry*

Amiens

X

Liénart Achille

Lille

Malbois Albert

aux. Versailles

Martin Joseph-Marie

Rouen

X

X

Marty François+°

Reims

X

X

Matagrin Gabriel

aux. Lyon

X

Mazerat Henri

Angers

X

X

Maziers Marius*

coadj. Bordeaux

X

X (joint les remarques d’un théologien)

Ménager
Jacques*

Meaux

X

X

Ménard Jean

Rodez

X

Michon Roger

Chartres

X (envoie réflexions de
François
Bourdeau et
Armand
Danet)

Mouisset Jean

Nice

X

Pailler André*

coadj.
Rouen

X

X

Parenty André

aux. Arras

X

Patria Jacques

Périgueux

X

Paty Charles

aux. Luçon

X

Piérard René

Châlons

X

X

Pioger André

Séez

Pirolley Émile

Nancy

X

Polge Eugène

aux. Avignon

Pourchet Maurice

Saint-Flour

X

X

Provenchères
Charles de*

Aix-en-Provence

X (consulte les professeurs du grand séminaire et joint les rapports de deux d’entre eux)

X

Provenchères
Robert de

Créteil

X

X

Puech Pierre-Marie+

Carcassonne

Renard
Alexandre*°

Versailles

X

X

Richaud Paul

Bordeaux

X

X

Rigaud Maurice

Pamiers

(rédacteur de la réponse collective de la région apostolique du Midi)

Riobé Guy-Marie

Orléans

Riopel Marcel

aux.
Rennes

Rougé Pierre

Nîmes

X

Rousset André

aux. Versailles

Rousset Paul-Marie

aux. Lyon

Sauvage Jean*

Annecy

X

Schmitt Paul-Joseph*

Metz

X

X (consulte son « brain

trust théologique »)

Stourm René*

Sens

X

Streiff Jean

Nevers

Théas Pierre-Marie

Tarbes

Tourel Cyprien

Montpellier

X

Urtasun Joseph

Avignon

X

Verdet Félix-Marie

La Rochelle

X

Veuillot Pierre+

coadj. Paris

X

Vial Michel*°

Nantes

Vignancour
Paul

coadj.
Bourges

Villot Jean

Lyon

X

X

Vilnet Jean

Saint-Dié

X

Vincent Jean-Paul

Bayonne

X

Vion Henri

Poitiers

X

X

Weber Jean-Julien

Strasbourg

X

Wicquart Joseph

Coutances

X

Annexe 4 Réponse de la Conférence épiscopale française (17 décembre 1966100)

1. La Conférence épiscopale française est reconnaissante à la S. Congrégation pour la doctrine de la foi de l’avoir invitée à donner son avis sur plusieurs points d’ordre doctrinal qui préoccupent actuellement le Saint-Siège. Les évêques de France y voient une nouvelle preuve, qu’ils apprécient, de la volonté du Saint-Siège d’instaurer avec les épiscopats des divers pays, au lendemain du Concile, un dialogue toujours plus confiant et fructueux.

Aussi bien la Conférence épiscopale réunie en assemblée plénière à Lourdes en octobre dernier s’est-elle saisie avec le plus grand soin de cette importante question. Après un large échange de vues, elle a déterminé les modalités du travail à poursuivre en commun : c’est vraiment une réponse longuement mûrie de la Conférence épiscopale elle-même.

La Conférence épiscopale française est reconnaissante à la S. Congrégation pour la doctrine de la foi de l’avoir invitée à donner son avis sur plusieurs points d’ordre doctrinal qui préoccupent actuellement le Saint-Siège. Sans doute, des évêques ont-ils regretté la forme donnée à cette interrogation101 ; mais tous y voient une nouvelle preuve de la volonté de la S. Congrégation d’instaurer avec les épiscopats des divers pays, au lendemain du Concile, un dialogue confiant et fructueux.

Aussi bien la Conférence épiscopale, réunie en assemblée plénière à Lourdes en octobre dernier, s’est-elle saisie avec le plus grand soin de cette importante question. Après un large échange de vues, elle a déterminé les modalités du travail à poursuivre en commun. Deux consultations écrites des évêques ont eu lieu depuis Lourdes. La présente réponse, longuement mûrie, est vraiment celle de la Conférence épiscopale elle-même.

2. La lettre de la S. Congrégation ne signalait les dix points de préoccupation qu’à titre d’exemples et insistait fondamentalement sur la prise de conscience d’une situation globale pouvant donner matière à des inquiétudes d’ordre doctrinal.

Dans le même esprit, la Conférence épiscopale n’a pas voulu se contenter de répondre aux points particuliers signalés à son attention ; elle croit correspondre davantage à l’attente du Saint-Siège en abordant l’ensemble du problème doctrinal, tel qu’il se pose aujourd’hui en France.

C’est pourquoi le plan suivant a été adopté :

  1. – Comment se pose le problème doctrinal en France.

  2. – Les principaux points de préoccupation.

  3. – L’épiscopat français face à ses responsabilités doctrinales.

La lettre de la S. Congrégation ne signalait les dix points de préoccupation qu’à titre d’exemples et insistait fondamentalement sur la prise de conscience d’une situation globale pouvant donner matière à des inquiétudes d’ordre doctrinal.

Dans le même esprit, la Conférence épiscopale n’a pas voulu se contenter de répondre aux points particuliers signalés à son intention ; elle croit correspondre davantage à l’attente du Saint-Siège en abordant l’ensemble des difficultés d’ordre doctrinal, telles qu’elles se posent aujourd’hui en France102.

  1. – Comment se pose la question doctrinale en France.

  2. – Les principaux points de préoccupation.

  3. – L’épiscopat français face à ses responsabilités doctrinales.

Première partie : Le problème doctrinal en France

Première partie : La question doctrinale en France

3. L’existence d’un problème doctrinal est indubitable. Mais pour en apprécier l’ampleur et la gravité, comme aussi pour discerner les meilleurs remèdes, plusieurs observations s’imposent.

Tout d’abord, les causes en sont diverses, même si elles proviennent toutes de l’extraordinaire évolution des connaissances et des mœurs qui caractérise notre temps.

Impossible de confondre par exemple les signes de renouveau théologique provoqué par le Concile lui-même (tant sa préparation que ses conclusions) et d’autre part les difficultés doctrinales suscitées par des penseurs non catholiques (Bultmann) ou a fortiori par l’athéisme contemporain. Les problèmes soulevés par le Concile sont en effet signes de la vitalité de l’Église, encore que le progrès escompté comporte des risques et exige la vigilance des pasteurs. Les autres difficultés n’ont pas la même signification ; elles peuvent directement entamer la pureté de la foi. Mais, même en ce cas, ce n’est que par une saine réaction de recherche théologique qu’on pourra sauvegarder et fortifier la foi des fidèles et des prêtres.

Les évêques de France sont attentifs à cette diversité de courants de pensée, qui exige de leur part des attitudes prudentielles différentes. Ils souhaitent en particulier que la recherche théologique explicitement appelée par les travaux conciliaires, loin d’être compromise, soit encouragée.

L’existence de difficultés doctrinales est indubitable103. Mais pour en apprécier l’importance, comme aussi pour discerner les meilleurs remèdes, plusieurs observations s’imposent.

Tout d’abord, les causes sont d’ordre divers, même si elles proviennent toutes de l’extraordinaire évolution des connaissances et des mœurs qui caractérise notre temps.

  • La première cause se situe au niveau de la réalité de la vie contemporaine : celle-ci pose brutalement à la conscience de notre génération des problèmes fondamentaux sur l’homme et son destin, qui ne peuvent être éludés et qui sont aggravés par l’emprise de la pensée scientifique et technique104. Citons, par exemple, les conquêtes de l’espace et la menace de la bombe atomique ; la puissance des moyens de communication sociale et l’extension de la culture105 ; les possibilités de la biologie appliquée à l’homme, la régulation des naissances et les conditions d’existence des foyers ; l’aspiration des masses à la responsabilité civique et sociale…

  • En outre, des appels viennent du Concile lui-même. La mise en œuvre de ses enseignements impose aujourd’hui un développement de la recherche théologique. Si donc on peut déplorer la lenteur de beaucoup d’esprits à s’ouvrir aux véritables enseignements et orientations conciliaires106, on ne saurait en revanche s’étonner, au souvenir des travaux du Concile107, que la recherche actuelle soit laborieuse et parfois incertaine. En fait, les problèmes soulevés par le Concile sont signe de la vitalité de l’Église et portent l’espoir d’un renouveau théologique, encore que le progrès escompté comporte des risques et exige la vigilance des pasteurs.

  • Enfin, des difficultés doctrinales sont suscitées par des penseurs non catholiques ou a fortiori par le climat de relativisme et d’athéisme108. De telles influences peuvent directement ébranler les fondements de la foi109. Mais, même en ce cas, ce n’est que par une présentation réfléchie de la vraie doctrine et par une saine réaction de travail théologique qu’on pourra sauvegarder et fortifier la foi des fidèles et des prêtres. Or, on peut se demander si, vis-à-vis des laïcs, jeunes ou adultes, et en premier lieu à l’égard des séminaristes, nous disposons partout d’un enseignement assez lucide pour structurer du dedans la conscience religieuse du chrétien en fonction de ses difficultés110. Les évêques de France sont attentifs à la diversité de ces influences, qui exige de leur part des attitudes prudentielles différentes. Ils souhaitent en particulier que la recherche théologique explicitement appelée par les travaux conciliaires, loin d’être compromise, soit encouragée (cf. troisième partie111).

4. Les manifestations d’une certaine instabilité doctrinale en France sont multiples.

Il y a les écrits catholiques de vulgarisation (livres, revues) et les sessions qui façonnent la pensée commune du clergé, sans toujours faire preuve de la rigueur et de la prudence nécessaires. Les vrais théologiens sont les premiers à déplorer cet état de fait.

Il y a les imprudences pastorales ou cultuelles qui peuvent favoriser, à l’insu même des pasteurs, des gauchissements de la doctrine.

Il y a l’incidence sur le comportement et la mentalité des catholiques (et même des clercs) d’une opinion publique, fort puissante, qui est loin d’être toujours inspirée par la doctrine de la foi.

Il y a enfin la difficulté réelle, ressentie et exprimée par beaucoup, de résoudre de façon pleinement cohérente avec la foi les problèmes intellectuels et moraux de ce temps. On ne peut empêcher cette interrogation des consciences ni réprimer par voie d’autorité les réponses aventureuses données ici ou là.

Les évêques de France, pour préoccupés qu’ils soient de plusieurs de ces manifestations, savent qu’ils ne peuvent remédier aisément au mal qu’ils discernent. Ils ont surtout conscience qu’il ne suffirait pas de dénoncer le désordre pour le faire cesser ; parfois même ce serait l’aggraver !

Les manifestations de ces difficultés d’ordre doctrinal en France sont multiples.

Il y a des écrits catholiques de vulgarisation (livres, revues) et des sessions qui façonnent la pensée commune du clergé, sans toujours faire preuve de la rigueur et de la prudence nécessaires. Les vrais théologiens sont les premiers à déplorer cet état de fait.

Il y a des imprudences pastorales ou cultuelles qui peuvent entraîner, à l’insu même des pasteurs, des gauchissements de la doctrine.

Il y a, chez des catholiques (et même des clercs), un comportement et une mentalité qui sont façonnés par une opinion publique puissante, fort peu inspirée par la doctrine de la foi, et parfois proprement païenne.

Il y a enfin la difficulté réelle, ressentie et exprimée par beaucoup, de résoudre de façon pleinement cohérente avec la foi les problèmes intellectuels et moraux de ce temps. On ne peut empêcher cette interrogation des consciences ni réprimer par la seule voie d’autorité les réponses aventureuses données ici ou là.

Les évêques de France, pour préoccupés qu’ils soient de plusieurs de ces manifestations, savent qu’ils ne peuvent remédier aisément au mal qu’ils discernent. Ils ont surtout conscience qu’il ne suffirait pas de dénoncer le désordre pour le faire cesser ; parfois même ce serait l’aggraver ! Le devoir doctrinal des évêques est positif, comme il sera précisé dans la troisième partie.

5. L’ampleur et la gravité du problème doctrinal doit faire l’objet d’un jugement très nuancé.

Il est indéniable que plusieurs des points signalés plus loin (IIe partie) sont, pour les évêques français, motifs d’inquiétude. Certains modes de penser et d’agir peuvent incliner à l’erreur doctrinale.

Mais il s’agit plus habituellement de tendances, de courants, de malaise diffus. On n’est pas en présence d’un système cohérent. Bref, à considérer l’ensemble de la situation, il n’y a pas lieu de parler d’une résurgence de modernisme.

La plupart des évêques français craignent même que la simple énumération, dans la lettre romaine, des dix erreurs ou tendances dangereuses n’accrédite à tort l’idée d’un système coordonné, ou qu’elle ne durcisse des positions encore fluentes, ou encore ne provoque inutilement des doutes sur des matières qui ne font pas difficulté.

A fortiori faut-il écarter l’hypothèse d’une liste de propositions condamnées. On paralyserait la recherche sans enrayer l’erreur. Notre intervention épiscopale doit être constructive (cf. IIIe partie).

L’ampleur et la gravité des faits qui viennent d’être évoqués doivent faire l’objet112 d’un jugement très nuancé.

Il est indéniable que plusieurs des points signalés plus loin (deuxième partie) sont, pour les évêques français, motifs d’inquiétude.

Certains modes de penser et d’agir peuvent incliner à l’erreur doctrinale113.

Mais il s’agit plus habituellement de tendances, de courants, de malaise diffus, d’un certain flottement de la pensée. On n’est pas en présence d’un système cohérent. Bref, à considérer l’ensemble de la situation, il n’y a pas lieu de parler d’une résurgence du modernisme au sens historique du terme.

La plupart des évêques français craignent même que la simple énumération, dans la lettre romaine, des dix erreurs ou tendances dangereuses n’accrédite à tort l’idée d’un système coordonné, ou qu’elle ne durcisse des positions encore fluentes, ou encore ne provoque inutilement des doutes sur des matières qui ne font pas difficulté. A fortiori faut-il écarter l’hypothèse d’une liste de propositions à condamner. On paralyserait la recherche sans enrayer l’erreur.

Par-delà la diversité de ces points d’inquiétude, il convient enfin de souligner la gravité des problèmes de foi actuellement posés par l’affrontement quotidien de nombreux chrétiens à l’incroyance. Dans un pays traditionnellement catholique comme la France, nous n’avons peut-être pas suffisamment mesuré les exigences d’un renouveau dans la structure personnelle et l’expression objective de la foi, qui sont imposées par la fréquentation journalière de milieux étrangers à toute vie religieuse. Les meilleurs apôtres laïcs, et déjà de nombreux prêtres, soulèvent avec acuité cette question de portée doctrinale.

Deuxième partie : Principaux points de préoccupation

Deuxième partie : Principaux points de préoccupation

[Cette seconde partie, inspirée des réponses des évêques, doit être, dans sa rédaction définitive, largement étoffée de citations et précisions empruntées au rapport de synthèse ci-joint].

6. À la lecture des dix points de la lettre, on doit convenir que celle-ci touche beaucoup de questions agitées de nos jours et qu’elle provoque une salutaire réflexion.

Certains points toutefois – par l’importance de l’objet ou la gravité des inquiétudes – auraient mérité une réflexion privilégiée. Aussi est-il apparu opportun de grouper les réponses particulières et quelques analyses d’autres préoccupations selon un ordre plus synthétique.

En outre, plusieurs des points ici énumérés ont été traités dans des documents conciliaires. Il convient de s’en souvenir dans la réponse, afin de situer l’action des évêques, docteurs de leur peuple, dans l’exacte ligne de la pensée conciliaire. N’est-ce pas capital au moment où l’assemblée épiscopale française a centré son effort sur l’application du Concile dans nos diocèses ?

À la lecture des dix points de la lettre, on doit convenir que celle-ci touche beaucoup de questions agitées de nos jours et qu’elle provoque une salutaire réflexion.

Certains points toutefois – par l’importance de l’objet ou la gravité des inquiétudes – méritent une réflexion privilégiée. Aussi est-il apparu opportun de grouper les dix thèmes particuliers et quelques autres préoccupations selon un ordre plus synthétique.

En outre, plusieurs des points ici énumérés ont été traités dans des documents conciliaires et pontificaux. Des réponses substantielles ont été données114. Il convient de s’en souvenir.

Car c’est par la fidélité à cet enseignement115 que l’action des évêques, docteurs de leur peuple, se situera dans l’exacte ligne de la pensée de l’Église. Aussi bien l’assemblée épiscopale française a-t-elle centré son effort sur l’application du Concile dans les diocèses116.

7. La question fondamentale est celle de Dieu et du Christ.

L’athéisme revêt aujourd’hui, dans l’ordre philosophique et pratique, des formes multiples et dangereuses (pas seulement le marxisme). Urgence de la recherche philosophique, théologique et spirituelle pour réintroduire Dieu dans de vastes secteurs de la pensée et de la vie contemporaines.

La christologie (point 5) pose, au lendemain du Concile, des problèmes difficiles ; dans l’ordre liturgique, c’est le culte eucharistique (point 6) : présence réelle, sacrifice eucharistique, messe sans assistance de fidèles ; dans l’ordre théologique, c’est la nécessité de maintenir les concepts fondamentaux de nature et de personne sans méconnaître pour autant les apports de la philosophie moderne ; dans l’ordre scripturaire, c’est l’intelligence d’un humanisme christologique (cf. constitution Gaudium et Spes) qui ne compromette pas la foi en la divinité du Christ (prophéties, miracles, résurrection).

Ceci conduit à aborder les difficultés relatives à la Révélation (point 1). Il s’agit moins ici d’erreurs actuelles à déplorer chez les catholiques que d’un enseignement positif à donner aux prêtres et aux fidèles. Il appartient aux évêques de prévenir, par leur action, des influences nocives étrangères à l’Église.

La question fondamentale est celle de Dieu et du Christ.

Elle revêt une importance décisive en ce temps de mutation profonde de la culture et de la civilisation117.

L’athéisme se manifeste aujourd’hui dans l’ordre philosophique et pratique par des formes multiples et dangereuses118. À côté du marxisme, des philosophies nouvelles119 s’attaquent à la racine même du sujet humain personnel et mettent en cause toutes formes de connaissance de Dieu. D’où l’urgence de la recherche philosophique, théologique et spirituelle pour réintroduire Dieu dans de vastes secteurs de la vie et de la pensée contemporaine. Il faut maintenir120 la possibilité, pour la raison humaine, d’atteindre Dieu.

Les évêques de France puisent notamment121 dans la constitution Gaudium et Spes (n° 19, 20, 21) la norme122 de leur attitude à l’égard de l’athéisme et des athées.

La christologie (point 5) impose, au lendemain du Concile, une attention particulière :

  • dans l’ordre théologique : c’est, par exemple, la nécessité de maintenir les concepts fondamentaux de nature et de personne. À cet égard, la philosophie moderne123 pose des problèmes nouveaux : l’acception des mots nature et personne est aujourd’hui différente124, pour un esprit philosophique, de ce qu’elle était au Ve siècle ou dans le thomisme. On se trouve là devant une équivoque de langage qu’il faut absolument lever si l’on veut se faire entendre de notre génération.

  • dans l’ordre scripturaire : les récents travaux des exégètes nous placent devant la nécessité d’approfondir la connaissance du Christ Homme sans compromettre la foi en sa divinité (prophéties et miracles, enfance et résurrection). C’est là, pour les exégètes, cause de difficultés dans l’interprétation de la Révélation125 (point 1). Des doutes s’insinuent ici ou là dans l’esprit de quelques clercs (influence des théories de démythisation126) ; mais il ne s’agit pas d’erreurs explicites chez l’ensemble des catholiques français qui, au contraire127, ont plus qu’avant le sens de la Parole de Dieu. Il appartient donc aux évêques de prévenir, notamment par leur action auprès des théologiens, des professeurs de séminaires et des écrivains catholiques, les influences nocives à l’Église.

  • dans l’ordre liturgique : le culte eucharistique (point 6) vient d’être heureusement rénové par le Concile (usage du français et de la concélébration128). Ce progrès, néanmoins, comporte des ombres : les formes de la dévotion eucharistique sont en voie d’évolution, et des imprudences pastorales ou liturgiques129 pourraient compromettre la foi en la présence réelle130. Par ailleurs, il est des prêtres qui insistent plus volontiers sur le repas eucharistique que sur le sacrifice, ou encore qui s’interrogent sur l’opportunité d’une célébration de la messe sans fidèles.

  • dans l’ordre apostolique : un certain langage peut comporter des risques d’immanentisme. Le Christ, insiste-t-on, est présent à toutes les valeurs humaines, son Esprit est au travail dans le monde. On parlera dès lors davantage du devoir de découvrir aux incroyants la réalité de cette présence divine cachée à leurs regards que de la nécessité131 d’apporter au monde pécheur le Salut révélé par Jésus-Christ et réalisé par lui dans l’Église. N’est-ce pas, sous une forme nouvelle, le problème constamment soulevé des rapports de la nature et de la grâce ?

8. Un second centre de difficultés doctrinales est l’Église.

Malgré les lumières de la constitution Lumen Gentium, l’autorité du Magistère (point 3) n’est pas toujours reconnue. Celle du pape n’est pas atteinte, mais les difficultés commencent – selon les milieux – avec les textes du Concile, les documents pontificaux, les dicastères romains, l’assemblée épiscopale, l’évêque diocésain. C’est le sens religieux de l’autorité qui fait difficulté pour certains ; mais il appartient à ceux qui détiennent l’autorité dans l’Église de l’exercer de manière à en donner une exacte intelligence spirituelle.

Quant aux formules dogmatiques (point 2), la plupart des évêques estiment que le danger n’est pas dans le relativisme dogmatique ou le modernisme ; le problème très réel est celui qui nous fut posé par Jean XXIII à l’ouverture du Concile : le rapport entre la substance du dogme et sa formulation.

Enfin, une autre difficulté, plus pratique que théorique, concerne l’acceptation de l’économie sacramentaire (points 6 et 7) comme économie providentielle de Salut. Certes, les excès ou abus signalés ici ou là, touchant l’Eucharistie ou la pénitence, sont parfois dommageables pour la foi et la vie du peuple chrétien ; mais il est rare qu’ils atteignent l’erreur doctrinale, et ils peuvent même accompagner une recherche positive. En revanche, la crise de confiance de certains catholiques envers ces deux sacrements semble un symptôme plus grave, car il atteint le mystère religieux de l’Église institutionnelle. Encore faut-il éviter de durcir cette tendance.

Par rapport à l’œcuménisme (point 10), la situation dans son ensemble paraît saine, malgré des ignorances ou des maladresses particulières.

Un second centre de difficultés doctrinales est l’Église.

Malgré les lumières de la constitution Lumen Gentium, l’autorité du Magistère (point 3) n’est pas toujours reconnue. Celle du pape est rarement atteinte, mais les difficultés commencent – selon les milieux – avec les textes du Concile, les documents pontificaux, les dicastères romains, l’assemblée épiscopale, l’évêque diocésain. C’est le sens catholique de l’autorité qui fait difficulté pour certains ; mais il appartient à ceux qui détiennent l’autorité dans l’Église de l’exercer de manière à en donner une exacte intelligence spirituelle. Pour d’autres, c’est le caractère institutionnel de l’Église qui heurte la conscience : on veut rejoindre le Christ sans la médiation de l’Église hiérarchique. La théologie des charismes, impliquée dans plusieurs textes conciliaires, doit être approfondie et assimilée.

Quant aux formules dogmatiques (point 2), si quelques évêques redoutent un danger de subjectivisme doctrinal, la plupart estiment que le danger n’est pas dans le relativisme dogmatique. En revanche, un problème réel est celui qui nous fut posé par Jean XXIII à l’ouverture du Concile et, récemment encore, par Paul VI : le rapport entre la substance du dogme et sa formulation. Le langage, en effet, évolue. Certains mots doivent évidemment demeurer ; mais il est juste et urgent qu’on rejoigne le langage d’aujourd’hui132 pour exposer à l’ensemble des fidèles une doctrine immuable.

Une autre difficulté, plus pratique que théologique, concerne l’acceptation de l’économie sacramentaire (points 6 et 7) comme économie providentielle de Salut. Certes, les excès ou abus signalés ici ou là, touchant l’Eucharistie ou la pénitence, sont parfois dommageables pour la foi et la vie du peuple chrétien ; mais il est rare qu’ils atteignent l’erreur doctrinale, et ils peuvent même accompagner une recherche positive. En revanche, la crise de confiance de certains catholiques envers ces deux sacrements semble un symptôme plus grave, car il atteint le mystère religieux de l’Église. Encore faut-il éviter de durcir cette tendance.

Impossible enfin de mentionner l’économie sacramentaire sans souligner que la133 volonté missionnaire soulève actuellement en France, à l’égard des populations déchristianisées, la question doctrinale et pastorale du baptême des enfants.

Par rapport à l’œcuménisme (point 10), la situation dans son ensemble est saine, ainsi qu’en témoigne une enquête menée en 1965 par le Comité épiscopal compétent. On doit cependant déplorer de la part de quelques prêtres des maladresses dans l’animation et dans l’organisation de rencontres œcuméniques. De plus134, certains fidèles ne comprennent pas le refus opposé par les autorités religieuses (catholique, orthodoxe, protestante) à135 l’intercommunion.

9. Une troisième cause de difficultés doctrinales se situe au niveau de l’homme, de la vie morale des chrétiens.

D’une part, le sens du péché subit comme une éclipse dans la conscience personnelle d’un grand nombre. Un certain progrès des sciences psychologiques n’y est pas étranger, non plus qu’un usage assez répandu désormais de la psychanalyse.

Le péché originel (point 8), ainsi que les fins dernières et le jugement, sont des points de la foi catholique directement liés au Salut en Jésus-Christ et dont la présentation aux fidèles fait effectivement difficulté à beaucoup de prêtres chargés de les enseigner. On se tait, faute de savoir comment parler. Le travail théologique est indispensable en ces domaines.

D’autre part, le relativisme dont est pénétrée la pensée moderne met en cause la connaissance et l’expression d’une vérité objective (point 4). Les conséquences ressenties en France sont actuellement plus graves dans l’ordre moral que dans l’ordre dogmatique : elles atteignent du moins plus largement la masse des chrétiens qui, devant les difficultés de la vie morale, s’interrogent sur le fondement des préceptes de la loi naturelle, leur objectivité, leur stabilité.

Les évêques de France constatent l’insuffisance de certains enseignements traditionnels et l’urgence d’un approfondissement de la théologie morale. Il faut sauver les valeurs fondamentales de l’ordre moral chrétien, mais on ne le fera efficacement qu’en prenant en considération les vrais problèmes humains de ce temps. La morale sexuelle en particulier connaît une vraie dégradation.

Une troisième source136 de difficultés doctrinales se situe au niveau de l’homme, de la vie morale des chrétiens.

Le sens du péché subit comme une éclipse dans la conscience personnelle d’un grand nombre. D’une part, devant les contraintes croissantes de la vie professionnelle et sociale, certains capitulent ; notre morale leur paraît impossible à appliquer concrètement. D’autre part, sur quelques points, la législation et l’opinion favorisent un émoussement de la conscience (divorce, euthanasie137, régulation des naissances). Enfin, la pression collective de138 la vie sociale ou, dans un autre domaine, le mauvais usage des thérapeutiques psychanalytiques compromettent chez le sujet moral le sens de sa propre responsabilité.

Le péché originel (point 8), ainsi que les fins dernières et le jugement, sont des points de la foi catholique directement liés au Salut en Jésus-Christ et dont la présentation aux fidèles fait effectivement difficulté à beaucoup de prêtres chargés de les enseigner. On se tait, faute de savoir comment en parler. Le travail théologique est indispensable en ces domaines pour être capable de présenter la vraie doctrine d’une manière exacte, complète et assimilable139.

Par ailleurs, le relativisme dont est pénétrée la pensée moderne met en cause la connaissance et l’expression d’une vérité objective (point 4). Les conséquences sont davantage ressenties en France dans l’ordre moral que dans l’ordre dogmatique : primat de la sincérité spontanée sur l’accueil d’une loi morale, fût-elle divine ; affirmation de l’autonomie de la conscience aux dépens de la fidélité aux commandements. Ces conséquences, plus ou moins explicites, atteignent bon nombre de chrétiens qui, devant les difficultés de la vie morale, s’interrogent sur le fondement des préceptes de la loi naturelle, leur objectivité, leur stabilité. La morale sexuelle en particulier connaît une vraie dégradation (point 9).

Les évêques de France constatent l’insuffisance de certains enseignements traditionnels et l’urgence d’un approfondissement de la théologie morale. Il faut sauver les valeurs fondamentales – et notamment l’objectivité – de l’ordre moral chrétien. Sans contester l’appel à la conscience personnelle, auquel nos contemporains sont si sensibles, il faut redire le devoir de chacun de se former une conscience droite. Mais on ne le fera efficacement qu’en prenant en considération les vrais problèmes humains de ce temps140.

10. En conclusion de cette seconde partie, il faut souligner à nouveau l’importance d’une attitude positive en face de ces diverses tendances. Il s’agit moins de dénoncer le mal que de chercher le remède. Dans chaque cas, la question que se posent les évêques responsables est de savoir où réside la difficulté à surmonter et quel travail entreprendre en conséquence.

C’est ainsi qu’à propos du point 1, ce n’est pas l’inspiration et l’inerrance qui sont mises aujourd’hui en doute, mais la difficulté est de savoir quelle juste notion il faut avoir de la valeur des textes historiques. Les meilleurs exégètes s’interrogent sur la réponse à donner à cette question.

De même, quand il s’agit de christologie (point 5), le dogme de l’Incarnation n’est pas mis en cause par les prêtres et les fidèles ! Mais de quelles notions de nature et de personne faut-il user aujourd’hui, compte tenu des recherches philosophiques contemporaines, pour que ces notions soient conciliables avec les définitions dogmatiques ?

De semblables remarques à propos des autres points conduisent les évêques à dépasser l’alternative des questions posées par la lettre romaine et à rechercher les vraies racines et l’exacte portée des problèmes doctrinaux ainsi soulevés.

En conclusion de cette seconde partie, il faut souligner à nouveau l’importance d’une attitude positive en face de ces diverses tendances. Il s’agit moins de dénoncer le mal que de chercher le remède. Dans chaque cas, les questions que se posent les évêques responsables sont de savoir où réside la difficulté à surmonter, quel travail entreprendre et selon quelle méthode. C’est ainsi qu’à propos du point 1, ce n’est pas directement141 l’inspiration et l’inerrance qui sont mises aujourd’hui en doute ; mais la difficulté est de savoir quelle juste notion il faut avoir de la valeur des textes historiques. Les meilleurs exégètes s’interrogent sur la réponse à donner à cette question142.

De même, quand il s’agit de christologie (point 5), le dogme de l’Incarnation n’est pas mis en cause par les prêtres et les fidèles143. Mais de quelles notions sur la nature et la personne faut-il user aujourd’hui pour que ces notions soient capables d’exprimer à nos contemporains la vérité des définitions dogmatiques144 ?

De semblables remarques sur la position même du problème, faites à propos des autres points145, conduisent les évêques à dépasser l’alternative des questions posées par la lettre romaine et à rechercher les vraies racines et l’exacte portée des problèmes doctrinaux ainsi soulevés.

Troisième partie : L’épiscopat français face à ses responsabilités doctrinales

Troisième partie : L’épiscopat français face à ses responsabilités doctrinales

11. La responsabilité des évêques, en matière doctrinale, est première. Aussi bien l’épiscopat français entend-il exercer ouvertement, en ces années d’application du Concile, son devoir de veiller à la formulation et à l’annonce de la vraie foi.

Mais, comme on l’a déjà dit, c’est là une mission essentiellement positive : il faut proclamer la Parole de Dieu, diffuser l’enseignement conciliaire et, le cas échéant, préciser explicitement les points fixes de la foi, sans crainte de dire le bien et le mal, le vrai et le faux.

Au surplus, les problèmes de doctrine sont sous-jacents à toute action pastorale : il appartient donc à l’évêque de discerner les incidences doctrinales des orientations pastorales actuelles. Une attention particulière doit être donnée à la pédagogie de la foi, si importante dans un monde marqué par l’incroyance.

Conscients de la charge qui leur incombe, les évêques de France s’efforcent de mettre en place des structures de travail collectif permettant l’exercice de leur responsabilité doctrinale. Ils veulent également favoriser et soutenir efficacement le travail des théologiens, dont la collaboration leur est indispensable.

La responsabilité des évêques, en matière doctrinale, est première. Aussi bien l’épiscopat français entend-il exercer ouvertement, en ces années d’application du Concile, son devoir de veiller à la formulation et à l’annonce de la vraie foi. Il sait du reste que souvent la racine du mal est d’ordre philosophique et même métaphysique.

Mais, comme on l’a déjà dit, c’est là une mission essentiellement positive : il faut proclamer la Parole de Dieu, diffuser l’enseignement conciliaire et préciser explicitement les points fixes de la foi, sans crainte de dire le bien et le mal, le vrai et le faux. Au surplus, les problèmes de doctrine sont sous-jacents à toute action pastorale : il appartient donc à l’évêque de discerner les incidences doctrinales des orientations pastorales actuelles. Une attention particulière doit être donnée à la pédagogie de la foi, si importante dans un monde marqué par l’incroyance. Conscients de la charge qui leur incombe, les évêques de France s’efforcent de mettre en place des structures de travail collectif (bureau d’études) permettant l’exercice de leur responsabilité doctrinale. Déjà, en 1957, un rapport doctrinal était présenté à l’assemblée plénière. Aujourd’hui, l’existence de la Conférence épiscopale française confirme et favorise cette volonté commune des évêques ; elle leur permet également de soutenir plus efficacement le travail des théologiens et des exégètes dont la collaboration leur est indispensable146.

12. La responsabilité des évêques s’exerce quotidiennement par le ministère des prêtres. C’est pourquoi l’épiscopat français poursuit actuellement un double effort : pour la formation doctrinale des futurs prêtres et pour le soutien doctrinal des prêtres engagés dans le ministère.

Les principaux points d’application de cette vigilance sont la qualité de la catéchèse et de la prédication, la distinction entre la doctrine commune à enseigner et les hypothèses de la recherche théologique, les revues et sessions destinées aux prêtres, les relations avec les supérieurs majeurs de religieux, etc…

Mais les évêques de France ne se dissimulent pas les difficultés d’ordre doctrinal auxquelles leurs prêtres sont affrontés. Ceux-ci attendent d’ailleurs de la hiérarchie des réponses qui éclairent leur action et ils sont légitimement exigeants (qu’il s’agisse de la moralité conjugale ou du dialogue avec l’incroyant). En retour, les évêques se réjouissent des relations simples et confiantes qu’ils ont avec leur clergé : c’est en pleine communion de pensée avec les prêtres, séculiers et réguliers, qu’ils assument leur responsabilité doctrinale.

La responsabilité des évêques s’exerce quotidiennement par le ministère des prêtres. C’est pourquoi l’épiscopat français poursuit actuellement un double effort : pour la formation doctrinale des futurs prêtres et pour le soutien doctrinal des prêtres engagés dans le ministère.

Les principaux points d’application de cette vigilance sont :

  • La recherche proprement dite, avec la double volonté de ne pas s’alarmer de difficultés normales au lendemain de Vatican II, mais pourtant de garder l’initiative et le contrôle qui relèvent en propre de la charge pastorale. À cet égard, les relations avec les supérieurs majeurs des religieux sont aujourd’hui d’une importance capitale.

  • L’enseignement et la formation des prêtres. Sur ce point, la Conférence épiscopale se préoccupe de la réforme des grands séminaires et des facultés canoniques. Il faut rendre hommage à un corps professoral qui, dans son immense majorité, a conscience de ses responsabilités dans une période particulièrement exigeante.

  • La vulgarisation, notamment par les revues et les sessions destinées aux prêtres. À ce plan, bien qu’un travail de réflexion considérable témoigne de la volonté du clergé d’affronter courageusement les problèmes de son temps, les imprudences doctrinales y sont trop fréquentes par souci de simplification ou d’efficacité.

  • La catéchèse et la prédication ; la première est en pleine rénovation sous le contrôle de la Commission épiscopale compétente. Quant à la seconde, elle préoccupe vivement les prêtres ; mais elle laisse encore trop souvent à désirer par manque d’équilibre dans l’insistance sur certains thèmes au détriment des autres, ou encore faute de distinguer entre la doctrine commune à enseigner et les hypothèses de la recherche théologique.

  • La pastorale quotidienne ; c’est ici qu’on trouve un foisonnement d’initiatives dû au zèle apostolique, mais aussi trop de prises de positions spontanées qui engagent plus ou moins, à l’insu même des intéressés, des questions doctrinales. Mais les évêques de France ne se dissimulent pas les difficultés d’ordre doctrinal auxquelles leurs prêtres sont affrontés. Ceux-ci attendent d’ailleurs de la hiérarchie des réponses circonstanciées qui éclairent leur action, et ils sont légitimement exigeants (qu’il s’agisse de la moralité conjugale ou du dialogue avec l’incroyant). En retour, les évêques se réjouissent des relations simples et confiantes qu’ils ont avec leur clergé : c’est en pleine communion de pensée avec les prêtres, séculiers et réguliers, qu’ils assument leur responsabilité doctrinale.

13. Le renouveau pastoral et ses incidences doctrinales, loin de laisser indifférents les laïcs, suscitent parmi eux un intérêt digne d’être relevé. L’épiscopat français y est particulièrement attentif.

En premier lieu, puisqu’il s’agit de doctrine, mentionnons les intellectuels catholiques (Semaine des intellectuels, publications, conférences…) ainsi que le monde étudiant. Les sujets théologiques sont explicitement recherchés et abordés par ces laïcs, avec le concours de prêtres qualifiés147. À s’en tenir au seul plan français, il faut, dans l’ensemble, se réjouir de la vitalité de la pensée catholique et du dialogue engagé à ce niveau avec les incroyants. Une telle action ne s’accomplit certes pas sans tensions ni risques, mais les difficultés occasionnelles rencontrées à cet égard n’infirment pas ce jugement positif148.

Plus diffuse, mais sans doute plus profonde, est l’influence des militants d’Action catholique. Sans doute subissent-ils le contrecoup des difficultés doctrinales signalées précédemment, mais leur volonté de poser à leurs aumôniers les problèmes de vie et de pensée auxquels ils sont affrontés ne peut être qu’encouragée. Ces laïcs méritent d’être à la fois soutenus dans leur action et confirmés dans leur foi.

Enfin, mention spéciale doit être faite de la presse écrite et parlée. Qu’il s’agisse de la presse catholique (journaux, hebdomadaires, magazines) ou des journalistes catholiques de la presse neutre, il faut reconnaître que leur influence est désormais considérable. Ils ont donné au Concile un retentissement exceptionnel ; il faut leur en savoir gré. Mais il est aussi urgent que difficile de trouver le mode selon lequel l’épiscopat, responsable de la doctrine, pourrait exercer sa légitime autorité en la matière sans compromettre la liberté des laïcs soucieux de prendre leurs responsabilités dans l’Église et dans la Cité149.

(13) 14. La Conférence épiscopale française tient à achever cette réponse au Saint-Siège sur une note volontairement optimiste.

Les difficultés doctrinales sont loyalement reconnues. Un effort résolu est déjà engagé pour les surmonter. Mais ces ombres ne doivent pas faire oublier la lumière projetée par le Concile sur la vie de nos diocèses. Les symptômes de vitalité sont multiples et réconfortants, tant parmi les clercs que parmi les laïcs : s’ils ne font pas l’objet de ce rapport, on ne saurait toutefois les oublier.

L’orientation pastorale du Concile, l’ouverture au monde qu’il suscite dans tous les domaines ont été accueillies avec une immense gratitude par les catholiques de France. Elles ont suscité un élan missionnaire et une espérance spirituelle qui l’emportent de beaucoup sur les motifs d’inquiétude.

L’épiscopat français est heureux d’en porter témoignage150.

La Conférence épiscopale française tient à achever cette réponse au Saint-Siège sur une considération positive et sereine.

Des difficultés doctrinales sont loyalement reconnues et un effort résolu est déjà engagé pour les surmonter. Mais ces ombres ne doivent pas faire oublier la lumière projetée par le Concile sur la vie de nos diocèses. Les symptômes de vitalité sont multiples et réconfortants, tant parmi les clercs que parmi les laïcs : s’ils ne font pas l’objet de ce rapport, on ne saurait toutefois les oublier.

L’orientation pastorale du Concile, l’ouverture au monde qu’il suscite dans tous les domaines ont été accueillies avec une immense gratitude par les catholiques de France. Elles ont suscité un élan missionnaire et une espérance spirituelle qui l’emportent de beaucoup sur les motifs d’inquiétude.

L’épiscopat français est heureux d’en porter le témoignage.

Notes

1 Centre national des archives de l’Église de France [CNAEF], 4 CE 6, 4 CE 7 et 9 CE 32.

2 Le Monde, 11-12 septembre 1966.

3 CNAEF, 9 CE 32, rapport de Mgr Veuillot à l’assemblée plénière, octobre 1966. Pour une première approche des évêques cités dans cette étude, voir Dominique-Marie Dauzet, Frédéric Le Moigne (dir.), Dictionnaire des évêques de France au XXe siècle, Paris, Cerf, 2010, 843 p.

4 Archives diocésaines de Toulouse [ADT], Papiers Garrone, carton 26, lettres du cardinal Feltin et de Mgr Guerry à Mgr Garrone, 23-24 décembre 1964.

5 Bernard Giroud, La Jeunesse étudiante chrétienne des origines aux années 1970, Paris, Cerf, 2013, p. 409-464 ; Claire Toupin-Guyot, Les Intellectuels catholiques dans la société française. Le Centre catholique des intellectuels français (1941-1976), Rennes, PUR, 2002, p. 238-247.

6 Mgr Veuillot écrit à Mgr Garrone après son voyage à Rome : « Le pape approuve entièrement notre action et nous soutient sans réserve », Archives historiques de l’archevêché de Paris [AHAP], Papiers Veuillot, 1 D 165, lettre à Mgr Garrone, 26 avril 1965.

7 Le secrétaire général de l’épiscopat, Mgr Gouet, s’en fait l’écho après un séjour romain, ADT, Papiers Garrone, carton 1 A, lettre à Mgr Garrone, 31 mai 1965.

8 Ibid., lettre du nonce apostolique, Mgr Bertoli, à Mgr Garrone, 9 juin 1965.

9 Archives nationales, Fonds René Brouillet, dépêche du 6 juin 1966. À l’occasion de la première audience collective des évêques français, Paul VI les avait invités à « porter le plus vigilant intérêt » aux « idées germées sur le sol de France [qui] se répandent généreusement à travers l’Europe et toute la chrétienté » : « Ainsi sera prévenue toute déviation et toute intervention supérieure de mise au point deviendra par là même inutile » (La Documentation catholique [DC], 19 janvier 1964).

10 Christian Sorrel, « À l’heure du Concile. Les débuts de la Conférence épiscopale française », dans Frédéric Le Moigne, Christian Sorrel (dir.), Les Évêques français de la Séparation au pontificat de Jean-Paul II, Paris, Cerf, 2013, p. 329-344 et « Gouvernement de l’Église de France et gestion de l’événement : la matrice conciliaire (1959-1966) », dans Bruno Dumons, Christian Sorrel (dir.), Gouverner l’Église catholique au xxe siècle. Perspectives de recherches, Lyon, LARHRA – RESEA, 2015, p. 33-45.

11 ADT, Papiers Garrone, carton 1 A, lettre de Mgr Marty à Mgr Garrone, 12 mai 1965. Le vice-président, élu par l’assemblée plénière, dirige les travaux du Conseil permanent, sous l’autorité nominale du président, un cardinal désigné par ses pairs, et préside son bureau.

12 Ibid., « Note sur nos rapports avec la presse et une doctrine de l’opinion ».

13 Ibid., carton 18, lettre de Mgr Veuillot à Mgr Garrone, 29 décembre 1965.

14 AHAP, Papiers Veuillot, 1 D 165, lettre à Mgr Veuillot, 7 janvier 1966. Sur Mgr Garrone, voir Christian Sorrel, « Un acteur important du Concile Vatican II : Mgr Garrone, archevêque de Toulouse », dans Bernard Barbiche, Christian Sorrel (dir.), La France et le Concile Vatican II, Paris-Bruxelles, Ministère des Affaires étrangères – Peter Lang, 2013, p. 139-172.

15 Christian Sorrel, « Gouvernement de l’Église… », p. 44.

16 Archives nationales, Fonds René Brouillet, dépêche du 24 décembre 1966.

17 Il compte quatre membres élus au sein du Conseil permanent et répartis en deux sections, doctrinale et pastorale ; il est placé sous la présidence du vice-président du Conseil permanent, en l’occurrence Mgr Marty, archevêque de Reims.

18 Tous les courriers portent la date du 22 septembre et reprennent les mêmes éléments, avec quelques variantes, CNAEF, 4 CE 6.

19 Ibid., lettre au Père Ceslas Tunmer, 22 septembre 1966.

20 Ibid., lettre de Mgr Elchinger, 5 octobre 1966.

21 D’autres enseignants de l’Institut catholique de Paris sont sollicités comme membres du Conseil du monde intellectuel du diocèse de Paris, dont Latour est également membre. Voir l’annexe 2.

22 CNAEF, 4 CE 6, lettre du Père Tunmer, 6 octobre 1966.

23 Ibid., lettre du Père de Colnet, 5 octobre 1966.

24 AHAP, 8 J 1-2, Conseil du monde intellectuel (1964-1974), lettres de Mgr Brien aux membres du Conseil, 23 et 26 septembre 1966. Mgr Veuillot insiste sur la confidentialité, qui « s’impose par respect pour ses pairs ».

25 Ibid., note de Mgr Brien, 10 avril 1964, et compte rendu de la première réunion, 16 avril 1964.

26 Claire Toupin-Guyot, Les Intellectuels catholiques…, passim.

27 Il n’existe pas de liste officielle pour 1966. Aux noms recensés dans l’annexe 3, on peut ajouter : Émile Berrar (curé de Saint-Germain-des-Prés), Constant Bouchaud (supérieur d’Issy-les-Moulineaux), Jean-Yves Calvez (sj), Ambroise-Marie Carré (op, supérieur de la maison Saint-Dominique), Pierre Colin (professeur à l’Institut catholique), Dominique Dubarle (op, doyen de la faculté de philosophie de l’Institut catholique), Joseph Kopf (op), Philippe Laurent (sj, provincial de Paris), Jean-Marie Moretti (sj, CNRS), Bernard Petit (supérieur des Carmes), Édouard Tourde (supérieur de l’Oratoire). Pierre Boisselot (op) et Maurice Giuliani (sj) ont quitté le Conseil dès 1965 et la participation de René Marlé (sj), mentionné une fois, est incertaine.

28 AHAP, 8 J 1-2, Conseil du monde intellectuel (1964-1974), rapport de l’abbé Latour, 4 février 1965.

29 Ibid., compte rendu du conseil du 28 mai 1966.

30 Le compte rendu évoque à ce propos la recherche de Claude Tresmontant, « discutée et discutable », mais « suggestive de l’orientation à suivre ».

31 Berrar, Bouchaud, Coloni, Daniélou, Lafon, Thomas et Vidal sont plus pessimistes que Latour, Petit, Pézeril et Rettenbach : « absence de penseurs chrétiens de grande classe qui explique l’apostasie de nombreux jeunes intellectuels, absence d’une anthropologie, d’une doctrine sur l’économie, le profit, le commerce qui accule tant de jeunes cadres à un fidéisme désespéré, inquiétude de tant de prêtres qui ne parviennent pas à faire l’unité de l’ensemble des enseignements qui leur ont été donnés, accent pastoral du Concile risquant de faire oublier l’urgence d’un travail intellectuel. »

32 Joseph Lefebvre, Rapport doctrinal présenté le 30 avril 1957 à l’assemblée plénière de l’épiscopat français, Bourges, Éditions Tardy, 1957, 62 p.

33 CNAEF, 4 CE 6, lettre de Mgr Renard, 26 septembre 1966.

34 Elle donne le primat absolu au jugement personnel sur l’action morale au détriment des lois objectives.

35 Paul VI a soustrait la question aux Pères du Concile pour la confier à une commission et il ne fera connaître sa décision qu’en juillet 1968 dans l’encyclique Humanae Vitae. Voir Martine Sevegrand, Les Enfants du Bon Dieu. Les catholiques français et la procréation au xxe siècle, Paris, Albin Michel, 1995, 481 p. et L’Affaire Humanae Vitae. L’Église catholique et la contraception, Paris, Karthala, 2008, 162 p.

36 CNAEF, 4 CE 6, lettre de Mgr Ferrand, 1er octobre 1966.

37 Ibid., lettre de Mgr Ancel, 29 septembre 1966.

38 Il fait état de la gêne de Mgr Moeller, sous-secrétaire de la Congrégation pour la doctrine de la foi, qui l’invite à donner une « allure surtout positive » à la lettre en l’interprétant comme l’expression du vœu du dicastère « que les conférences épiscopales prennent davantage en charge leurs responsabilités doctrinales ».

39 CNAEF, 4 CE 6, lettre de Mgr Vial, 7 octobre 1966.

40 Ibid. Les contributions des théologiens s’échelonnent entre le 28 septembre et le 7 octobre 1966, mais beaucoup ne sont pas datées. Voir la liste dans l’annexe 3.

41 Ibid., compte rendu de l’abbé Brien, 15 octobre 1966.

42 Voir Henry Donneaud, « Michel Labourdette. Une vie au service de la théologie », dans Henry Donneaud, Augustin Laffay, Bernard Montagnes, La Province dominicaine de Toulouse (xixe-xxe siècles). Une histoire spirituelle et intellectuelle, Paris, Karthala, 2015, p. 203- 245.

43 CNAEF, 4 CE 6, compte rendu du Conseil du monde intellectuel du 15 octobre 1966 (abbé Brien). Plusieurs experts ont eu des ennuis avec l’autorité, comme le Père Liégé, convoqué à Rome en 1953, le sulpicien Henri Cazelles, invité à se justifier en 1959, ou le Père Dabosville, écarté de la Paroisse universitaire en 1963. Voir Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté. La pensée catholique française entre modernisme et Vatican II 1914-1962, Paris, DDB, 1998, 325 p. ; François Laplanche, La Crise de l’origine. La science catholique des Évangiles et l’histoire au XXe siècle, Paris, Albin Michel, 2006, 718 p. ; Gérard Raynal, Pierre-André Liégé (1921-1979). Un itinéraire théologique au milieu du XXe siècle, Paris, Cerf, 2010, 491 p.

44 En juin 1966, la Congrégation pour la doctrine de la foi demande à l’épiscopat français de refuser l’imprimatur à l’abbé Oraison, connu pour ses travaux de morale sexuelle et sa critique médiatique du Saint-Office, et de lui interdire de s’exprimer devant des ecclésiastiques. Voir Informations catholiques internationales [ICI], n° 271, 1er septembre 1966, p. 10-11 et Agnès Desmazières, « La psychanalyse entre médiatisation et censure : la morale sexuelle de Marc Oraison en procès (1955-1966) », Archives de sciences sociales des religions, n° 163, 2013, p. 123-141.

45 Ces questions sont au cœur des débats du congrès international de théologie réuni à Rome en septembre 1966 à l’initiative de Paul VI qui en profite pour préciser sa conception des relations entre les théologiens et le Magistère. Voir ICI, n° 274, 15 octobre 1966, p. 7-11.

46 ICI, n° 269-270, août 1966, p. 8 ; Études, octobre 1966, p. 381-390.

47 Pie XII a condamné le polygénisme en 1950 dans l’encyclique Humani Generis.

48 Voir Edward Schillebeeckx, Je suis un théologien heureux, Paris, Cerf, 1995, p. 54-56.

49 Jean-Pierre Jossua, Dominique Duliscouët, Bernard-Dominique Marliangeas, « Bulletin de théologie : crise et redécouverte du sacrement de pénitence », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 52, 1968, p. 119-142 ; Guillaume Cuchet, « La crise du sacrement de pénitence dans le catholicisme français des années 1960-1970 », Revue de l’histoire des religions, 232, 2015, p. 397-428.

50 Paul Valadier, « Éthique de situation », dans Laurent Lemoine, Éric Gaziaux, Denis Müller (dir.), Dictionnaire encyclopédique d’éthique chrétienne, Paris, Cerf, 2013, p. 864-871.

51 La Semaine des intellectuels catholiques de mars 1966 s’était penchée sur la morale, non sans susciter de vives critiques de Jean-Marie Aubert sur la place excessive du marxisme et l’insuffisance de la formulation catholique. Voir Claire Toupin-Guyot, Les Intellectuels catholiques…, p. 257-258.

52 AHAP, Papiers Veuillot, 1 D 165, lettre à Mgr Guyot, 29 septembre 1966 (audience du 10 septembre).

53 CNAEF, 9 CE 32, rapport de Mgr Veuillot à l’assemblée plénière, octobre 1966.

54 Ibid., 4 CE 6, lettre à Mgr Veuillot, 6 novembre 1966.

55 Il fut, en 1964, l’un des deux premiers cardinaux résidentiels non italiens affectés au Saint-Office. Voir Frédéric Le Moigne, Christian Sorrel, « Les cardinaux résidentiels français et Rome durant la période conciliaire (1959-1969) », dans François Jankowiak, Laura Pettinaroli (dir.), Les Cardinaux entre Cour et Curie. Une élite romaine (1775-2015), Rome, École française de Rome, 2017, p. 79-93.

56 Assemblée plénière de l’épiscopat français – Lourdes, 17-22 octobre 1966, p. 182-185.

57 CNAEF, 4 CE 6 (les réponses, quand elles sont datées, s’échelonnent entre le 30 octobre et le 24 novembre, la borne fixée pour l’envoi étant le 10 novembre). Voir l’annexe 3.

58 La réponse collective est envoyée au nom de neuf des douze évêques sans indication des noms ; cinq évêques s’expriment de leur côté, qu’ils aient participé ou non à la démarche collective.

59 Jacques Maritain, Le Feu nouveau. Le Paysan de la Garonne, préface et dossier critique de Michel Fourcade, Genève, Ad Solem, 2007, p. 406-408.

60 Frédéric Le Moigne, Christian Sorrel, « Les évêques français et le concile Vatican II », Anuario de historia de la Iglesia, vol. 21, 2012, p. 185-205 ; Christian Sorrel, « Les journaux conciliaires des évêques français. Premier bilan d’une recherche », dans Bernard Ardura, Philippe Chenaux (dir.), Il Concilio Vaticano II e i suoi protagonisti alla luce degli archivi, Città del Vaticano, Libreria editrice vaticana [sous presse].

61 Christian Sorrel, « Les Informations catholiques internationales et le pape Paul VI (1963- 1978) », dans Jean-François Galinier-Pallerola, Philippe Foro, Augustin Laffay (dir.), Les Laïcs prennent la parole. Débats et controverses dans le catholicisme après Vatican II, Paris, Parole et Silence, 2014, p. 266-272.

62 Joseph Lefebvre, Rapport doctrinal…, p. 58.

63 Christian Sorrel, « Lieux de culte : un effet Vatican II ? », Histoire du christianisme magazine, hors-série n° 10, 2016, p. 60-64.

64 CNAEF, 4 CE 6, lettre de Mgr Veuillot aux membres du Bureau d’études doctrinales et pastorales, 25 novembre 1966.

65 Ibid.

66 Ibid., circulaire aux évêques, 25 novembre 1966.

67 Ibid., 9 CE 32. Le texte est reproduit dans l’annexe 4.

68 CNAEF, 4 CE 7 (les réponses, quand elles sont datées, s’échelonnent entre le 29 novembre et le 13 décembre, la borne fixée pour l’envoi étant le 8 décembre). Au total, soixante-huit évêques ont envoyé au moins un avis écrit, soit près des deux tiers du corps.

69 L’archevêque de Bordeaux juge le livre « providentiel », Jacques Maritain, Le Feu nouveau…, p. 429.

70 Il demande en revanche d’enlever toute mention du modernisme dans ce passage.

71 La documentation ne permet pas de mesurer l’influence du Bureau d’études doctrinales et pastorales, ni de connaître les discussions des deux conseils. Voir les variantes dans l’annexe 4.

72 La Croix, 21 octobre 1966 ; Le Monde, 22 et 24 octobre 1966 ; Témoignage chrétien, 27 octobre 1966 ; ICI, n° 276, 15 novembre 1966, p. 7 ; Études, décembre 1966, p. 708-712.

73 CNAEF, 4 CE 6, lettre de Mgr Veuillot à Mgr Bertoli, 29 octobre 1966.

74 La Croix, 17 décembre 1966 ; Le Monde, 17 décembre 1966 ; Témoignage chrétien, 22 décembre 1966 ; ICI, n° 280, 15 janvier 1967, p. 7.

75 CNAEF, 4 CE 6.

76 Antoine Wenger, « Paul VI et La Croix », dans Paul VI et la modernité dans l’Église, Rome, École française de Rome, 1984, p. 756-757 et Les Trois Rome, Paris, DDB, 1991, p. 242.

77 CNAEF, 4 CE 7, lettre de l’abbé Plichon au cardinal Lefebvre, 1er février 1967 ; La Croix, 2 mars 1967 ; DC, n° 1481, 19 février 1967, col. 327-338.

78 ICI, n° 282, 15 février 1967, p. 33.

79 Marie-Dominique Chenu, « Un signe de santé », Témoignage chrétien, 9 février 1967. Voir Étienne Fouilloux, « Les cinq étapes de Témoignage chrétien », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 125, 2015, p. 3-15.

80 Études, mars 1967, p. 410-412.

81 « Ils [ont] pratiquement perdu tout contact avec la Curie […]. Nos collègues ne mesurent pas les risques d’une absence aussi totale », écrit-il à Mgr Veuillot après un séjour à Rome (AHAP, Papiers Veuillot, 1 D 165, lettre de Mgr Villot, 22 décembre 1966). Il se confie aussi au Père Wenger qui note dans son journal, après un entretien, début 1967 : « [Mgr Villot] s’étonne que les évêques français qui, à temps et à contretemps – les Huyghe (Arras) et les Elchinger –, ont demandé la décentralisation ne se soucient pas plus du sort du Concile et n’ont pas l’air de soupçonner que la Curie reprend le dessus dans le gouvernement de l’Église. On trouve à Rome beaucoup de gens qui tiennent des propos amers contre le Concile » (extraits rassemblés par Françoise Paoli).

82 Archives nationales, Paris, Fonds René Brouillet, dépêche du 24 décembre 1966.

83 Antoine Wenger, Les Trois Rome…, p. 246. Voir Philippe Chenaux, « Paul VI et la crise de l’Église en France », dans Jörg Ernesti (dir.), Paolo VI et la crisi postconciliare, Brescia-Roma, Istituto Paolo VI-Studium, 2013, p. 73-87.

84 Lettre à Jacques Maritain, 16 février 1967, dans Charles Journet, Jacques Maritain, Correspondance, t. 6 1965-1975, Saint-Maurice, Éditions Saint-Augustin, 2005, p. 339.

85 Extraits du journal Wenger rassemblés par Françoise Paoli, début 1967. Mgr Garrone apprécie Le Paysan de la Garrone (Jacques Maritain, Le Feu nouveau…, p. 436-438), tandis que le cardinal Journet juge « précieux » le livre de Mgr Garrone, Le Concile. Orientations, Paris, Les Éditions ouvrières, 1966, 198 p. (Charles Journet, Jacques Maritain, Correspondance…, p. 299-300 ; Christian Sorrel, « Un acteur important… », p. 168-169).

86 Antoine Wenger, Les Trois Rome…, p. 247-248.

87 AHAP, 8 J 1-2, Conseil du monde intellectuel (1964-1974), réunion du conseil du 16 février 1967.

88 L’Osservatore romano, 1er mars 1967 ; Antoine Wenger, Les Trois Rome…, p. 247-248.

89 La Croix, 4 mars 1967 ; ICI, n° 291, 1er juillet 1967, p. 9. Le Bureau est réorganisé plus profondément en 1968 avec l’introduction de membres élus par les régions apostoliques, DC, n° 1520, 7 juillet 1968, col. 1191-1192.

90 DC, n° 1498, 16 juillet 1967, col. 1307-1309.

91 Voir l’introduction de ce volume. Antonino Indelicato, Il sinodo dei vescovi. La collegialità sospesa 1965-1985, Bologna, Il Mulino, 2008, p. 126-127 ; René Laurentin, Le Premier Synode. Histoire et bilan, Paris, Seuil, 1968, p. 104 ; Robert Rouquette, Une Nouvelle Chrétienté, Paris, Cerf, 1968, p. 113-114.

92 « Un acte positif du Magistère. La “profession de foi” de l’épiscopat », ICI, n° 309, 1er avril 1968, p. 7-9.

93 Jean Daniélou, « La profession de foi de Paul VI », Études, novembre 1968, p. 602.

94 « Que faut-il croire ? », ICI, n° 316, 15 juillet 1968, p. 4-6. Voir Michel Cagin, « Le “Credo du Peuple de Dieu” et l’Année de la foi », dans Renato Papetti (dir.), La trasmissione della fede : l’impegno di Paolo VI, Brescia, Istituto Paolo VI, 2009, p. 157-179.

95 Christian Sorrel, « Une histoire nécessaire », dans Jean-François Galinier-Pallerola, Augustin Laffay, Bernard Minvielle (dir.), L’Église de France après Vatican II (1965-1975), Paris, Parole et Silence, 2011, p. 23-34.

96 La liste recense les experts sollicités au sein du Conseil du monde intellectuel du diocèse de Paris (identifiés par un astérisque), dans les lieux de formation des jésuites et des dominicains et dans les universités catholiques. En sont exclus les experts consultés par les évêques à titre privé, même si ces derniers ont envoyé les consultations au secrétariat de l’épiscopat.

97 Liste des évêques en poste ou nommés (métropole) au 9 octobre 1966. Un astérisque indique les membres du Conseil permanent, une croix ceux du bureau du Conseil permanent et un cercle ceux du Bureau d’études doctrinales et pastorales.

98 La consultation porte sur les dix points de la lettre du cardinal Ottaviani et le sens de la réponse française, dans le prolongement du débat amorcé à Lourdes (vingt évêques y ont participé, dont six qui n’envoient pas de contribution écrite). Deux des membres du Bureau d’études doctrinales et pastorales ne renouvellent pas leur réponse de septembre (Ferrand, Vial). Quant à la région apostolique du Midi, elle envoie une réponse collective, préparée par Mgr Rigaud et transmise par Mgr Guyot, au nom de neuf des douze évêques (liste non précisée), mais cinq évêques envoient aussi une réponse individuelle.

99 La consultation porte sur le « Sommaire de la réponse de la Conférence épiscopale française à la lettre de S. Ém. le cardinal Ottaviani », transmis avec un « rapport de synthèse sur les réponses de NN. SS. les évêques ».

100 Le projet de réponse du 25 novembre 1966 est transcrit en italique et la version définitive du 17 décembre en romain (CNAEF, 9 CE 32) ; les variantes de la version intermédiaire du 12 décembre sont données en notes de la version définitive. Cette dernière a été publiée dans La Documentation catholique, n° 1481, 19 février 1967, col. 327-338, avec des sous-titres et des capitales pour désigner « certains passages saillants » (ils ne sont pas reproduits ici) et avec l’avertissement suivant qui ne donne pas une vision tout à fait exacte du travail préparatoire : « Le 24 juillet dernier, le cardinal Ottaviani, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, adressait aux présidents des conférences épiscopales du monde entier une lettre leur demandant d’envoyer, avant Noël 1966, un rapport sur un certain nombre d’erreurs et de dangers d’ordre doctrinal énumérés dans la lettre. La réponse de l’épiscopat français à cette lettre, élaborée par Mgr Veuillot après consultation de 10 évêques et 30 théologiens, fut présentée à l’Assemblée plénière de l’épiscopat français, à Lourdes, en octobre dernier. 50 évêques ont ensuite envoyé par écrit leurs observations, un autre l’a fait oralement et la région apostolique du Midi a envoyé une réponse collective. Remanié sur la base de ces observations, le texte que nous publions ci-après a été revu par le Conseil des cardinaux et le Bureau doctrinal et, enfin, approuvé définitivement par le Conseil permanent de l’épiscopat français au cours de sa session de décembre dernier. La publication en a été autorisée par les destinataires. »

101 12 décembre : « Sans doute certains évêques ont-ils regretté la forme de cette interrogation ».

102 12 décembre : « C’est pourquoi le plan suivant est adopté ».

103 12 décembre : « L’existence d’un problème doctrinal est indubitable ».

104 12 décembre : « et qui sont aggravés… technique » manque.

105 12 décembre : « et l’extension de la culture » manque.

106 12 décembre : « s’ouvrir aux véritables orientations conciliaires ».

107 12 décembre : « au souvenir des difficultés du Concile ».

108 12 décembre : « ou a fortiori par les tenants de l’athéisme ».

109 12 décembre : « directement entamer la pureté de la foi ».

110 12 décembre : « … prêtres. Il faut d’ailleurs reconnaître que, vis-à-vis des laïcs, jeunes ou adultes, et en premier lieu à l’égard des séminaristes, nous ne disposons pas partout d’un enseignement assez lucide pour structurer du dedans la conscience religieuse du chrétien ».

111 12 décembre : le passage « Les évêques… partie) » constitue un paragraphe séparé.

112 12 décembre : « L’ampleur et la gravité du problème doctrinal doit faire l’objet ».

113 12 décembre : la phrase est rattachée au paragraphe précédent.

114 12 décembre : cette phrase est omise.

115 12 décembre : « Car c’est dans la fidélité à l’enseignement reçu ».

116 12 décembre : ce paragraphe est rattaché au précédent.

117 12 décembre : cette phrase est absente.

118 12 décembre : « L’athéisme revêt aujourd’hui dans l’ordre philosophique et pratique des formes multiples et dangereuses ».

119 12 décembre : « telles que le structuralisme ».

120 12 décembre : « Il faut notamment maintenir ».

121 12 décembre : « notamment » est omis.

122 12 décembre : « norme fondamentale ».

123 12 décembre : « (telle la psychologie des profondeurs) ».

124 12 décembre : « Ainsi l’acception des mots nature et personne est-elle aujourd’hui différente ».

125 12 décembre : « cause de difficultés relatives à l’interprétation de la Révélation ».

126 12 décembre : « (influence de Bultmann) ».

127 12 décembre : « au contraire » est omis.

128 12 décembre : « usage du français et concélébration ».

129 12 décembre : « ou liturgiques » est omis.

130 12 décembre : « (place du tabernacle) ».

131 12 décembre : « On s’attache dès lors davantage à la découverte et à l’explicitation de ce qui est déjà possédé par les hommes qu’à la nécessité… ».

132 12 décembre : « le langage usuel ».

133 12 décembre : « notre ».

134 12 décembre : « De plus » est omis.

135 12 décembre : « de ».

136 12 décembre : « cause ».

137 12 décembre : « euthanasie » est omis.

138 12 décembre : « dans ».

139 12 décembre : « pour être… assimilable » manque.

140 12 décembre : « Il faut sauver les valeurs fondamentales – et notamment l’objectivité – de l’ordre moral chrétien, sans contester l’appel à la conscience personnelle auquel nos contemporains sont si sensibles. Mais on ne le fera efficacement qu’en prenant en considération les vrais problèmes humains de ce temps ».

141 12 décembre : « directement » est omis.

142 12 décembre : les deux dernières phrases forment un paragraphe séparé.

143 12 décembre : la phrase se termine par un point d’exclamation.

144 12 décembre : « Mais de quelles notions de nature et de personne faut-il user aujourd’hui, compte tenu des recherches philosophiques contemporaines, pour que ces notions soient capables d’exprimer la vérité des définitions dogmatiques ? »

145 12 décembre : « De semblables remarques à propos des autres points ».

146 12 décembre : le paragraphe est divisé en trois paragraphes comme dans la version primitive.

147 12 décembre : « Les sujets théologiques sont explicitement abordés avec le concours de prêtres qualifiés ».

148 12 décembre : « … les incroyants. Les difficultés occasionnelles rencontrées à cet égard n’infirment pas ce jugement positif ».

149 Aucune esquisse de ce passage ne figure dans la version du 25 novembre.

150 Ce passage figure sous le numéro 13 dans la version du 25 novembre.

© LARHRA, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search