Version classiqueVersion mobile

Renouveau conciliaire et crise doctrinale. Rome et les Églises nationales (1966-1968)

 | 
Christian Sorrel

Contextes et conjonctures

Le « drame de la doctrine » : le post-concile dans la documentation du Conseil pontifical pour les laïcs

Marialuisa Lucia Sergio

Texte intégral

  • 1 L’Osservatore romano, 8 juillet 1966 ; La Documentation catholique, vol. 63, 1966, col. 1440.
  • 2 Paul Poupard, Connaissance du Vatican. Histoire, organisation, activité, Paris, Beauchesne, 1974, p (...)
  • 3 Philippe Chenaux, Paul VI. Le souverain éclairé, Paris, Cerf, 2016, p. 195.
  • 4 Acta Apostolicae Sedis [dorévanant AAS], LVIII, 1966, p. 659-661.

1 Le mois de juillet 1966 aurait dû marquer un tournant important de l’aggiornamento postconciliaire. Le 7 juillet, en effet, Paul VI avait institué le Coetus ad exsequendos1, à savoir le Comité provisoire pour la mise en œuvre (ad exsequendos) des recommandations exprimées dans le n° 26 du décret Apostolicam Actuositatem et dans le n° 90 de la constitution Gaudium et Spes concernant la création respectivement d’un « secrétariat spécial pour le service et la promotion de l’apostolat des laïcs » et d’un « organisme de l’Église universelle chargé de promouvoir l’essor des régions pauvres et la justice sociale entre les nations2 ». Le pontife considérait extrêmement important le travail d’application des décrets du Concile en évoquant, comme déjà dans son discours de clôture de la deuxième session (4 décembre 1963), la création à cette fin d’« organismes spéciaux postconciliaires3 ». Ce que l’on demandait à ces nouvelles institutions, c’était de véhiculer l’interprétation de la lettre et de l’esprit du Concile dans le but d’apaiser la tension dialectique entre la hiérarchie et le Peuple de Dieu, qui caractérisait dès le départ la saison postconciliaire ; tension dont se fait l’écho la lettre du cardinal Ottaviani aux présidents des conférences épiscopales du 24 juillet 1966, là où il parle du « grave devoir [qui] incombe au Peuple de Dieu tout entier de s’appliquer à conduire à sa réalisation tout ce qui a été proposé par le Concile » et là encore où il rappelle « le droit et le devoir de la hiérarchie de veiller, de diriger et de promouvoir le mouvement de rénovation commencé par le Concile4 ».

  • 5 Sandra Mazzolini, La Chiesa è essenzialmente missionaria : il rapporto “natura della Chiesa” – “mis (...)
  • 6 « Sacrosancta Synodus hic sub nomine laicorum intelligit fideles, qui baptismate ad Populum Dei app (...)
  • 7 Gaudenzio Zambon, Laicato e tipologie ecclesiali. Ricerca storica sulla teologia del laicato in Ita (...)
  • 8 « Laici enim non sunt profani, sed membra Ecclesiae in mundo profano ; unde non per opera saeculari (...)
  • 9 Gaudenzio Zambon, Laicato…, p. 193.

2Le cardinal Ottaviani lui-même s’était occupé du thème du laïcat pendant la phase préparatoire du Concile au sein de la Commission théologique qu’il présidait : le 8 mai 1962, lors de la sixième session de la Commission centrale préparatoire, la Commission théologique présenta le chapitre VI De laicis du Schema Constitutionis de Ecclesia5. Ce chapitre, après avoir cerné – par exclusion – la notion de laïc (n’appartenant ni au clergé ni à l’état religieux6), en venait à décrire sa condition concrète dans le monde en termes de lutte contre la malitia mundi7. En remarquant que la mission laïque « se caractérise non pas à travers les œuvres séculières, mais à travers la personnelle participation active dans l’Église8 », le schéma de la Commission théologique réduisait le munus spécifique des laïcs dans les limites d’un concept générique de consecratio mundi. En effet, la relatio d’Ottaviani était à ce sujet plutôt sommaire, se bornant à mentionner les résultats du deuxième congrès international de l’apostolat des laïcs de 1957 et à justifier la mise à l’écart du texte de toute référence à l’Action catholique, sous prétexte que cette dernière avait été sur la sellette dans les années précédentes9.

  • 10 Il proposa cette notion : « Sacrosancta Synodus hic sub nomine laicorum intelligit fideles, qui bap (...)
  • 11 « Animadversiones sodalium », AD II, II, III, 1101.
  • 12 AD II, II, III, 994 et sq.
  • 13 AD II, II, III, 998.
  • 14 « Vi rivelo una cosa : prima che questo schema fosse distribuito, udite, udite ! : prima che fosse (...)
  • 15 Sandra Mazzolini, La Chiesa è…, p. 165.

3Une telle approche découlait, de toute évidence, d’une conception pessimiste de la bonté intrinsèque du monde, déterminant dans le texte le manque de toute affirmation de principe sur l’existence de valeurs autonomes authentiquement laïques. C’est pourquoi l’archevêque de Montréal Paul-Émile Léger demanda de mettre en valeur positivement la condition de vie des laïcs dans le monde et de mentionner seulement au second rang leur distinction du sacerdoce ministériel et de l’état religieux10. C’est ce que pensait aussi le cardinal Suenens qui, à son tour, proposa de mettre en relief la « dignitas laicorum nostrorum in Ecclesia Dei11 ». D’autre part, la présentation du chapitre VI se déroulait à l’heure de la discussion sur le chapitre sur la Nature de l’Église militante qui éclairait des aspects importants de la vision ecclésiologique d’Ottaviani. Sa relatio, lue par le secrétaire de la Commission théologique, le Père Sebastiaan Tromp, énonçait, en effet, deux principes fondamentaux : le Salut peut être atteint uniquement par l’union de la personne humaine avec la personne théandrique du Christ par l’entremise d’un organisme social, l’Église ; il n’y a aucune différenciation réelle entre l’Église catholique romaine visible et le Corps mystique du Christ12. Une telle formulation, que l’on pourrait définir comme « sociétaire » et « ecclésiocentrique », impliquait – comme le remarqua de manière critique le cardinal Achille Liénart – la coïncidence unum et idem entre le Corps mystique et l’Église romaine, sans aucune étude sur la nature de l’Église en tant que mystère de grâce et, en outre, marginalisait l’aspect missionnaire de l’annonce de l’Évangile, rangé seulement dans le dixième chapitre, dans une perspective juridique et institutionnelle dépourvue d’horizons pastoraux13. Le cardinal Ottaviani n’avait aucune intention de revenir sur ses pas quant à la structure fondamentale du schéma, comme il le laissa entendre dans son discours plutôt sarcastique à l’occasion de la présentation du De Ecclesia lors de la trente et unième congrégation générale (1er décembre 1962), et il accusa la majorité conciliaire de rester ancrée dans des positions préconçues face au schéma (« Tolle ! Tolle ! Substitue illud14 »), ce qu’il finit par confirmer dans un adnexum adressé en janvier 1963 à Amleto Cicognani, président de la Commission de coordination15.

  • 16 Sur les travaux du Concile autour des laïcs, Hanjo Sauer, « Le Concile à la découverte des laïcs », (...)

4 Les débats sur le thème du laïcat, qui entraînèrent un certain dépassement théologique de l’approche originelle d’Ottaviani, aboutirent au chapitre IV de Lumen Gentium, au schéma XIII (Gaudium et Spes) et au décret spécifique Apostolicam Actuositatem. Ils proposaient une ecclésiologie du Corps mystique axée sur la participation de tous les croyants baptisés à la constitution de l’Église dans son unité spirituelle et juridique entre le clergé et le laïcat ; ecclésiologie qui, en reconnaissant aux laïcs leurs droits et leurs devoirs dans le domaine de la foi, de la morale et de la charité, dressait pour eux un munus specificum de coopération dans le « monde » avec le ministère sacerdotal dans les limites d’action découlant de leur obligation d’observance des prescriptions ecclésiastiques16.

  • 17 Achille Glorieux, « Histoire du décret Apostolicam Actuositatem », dans Yves Congar (dir.), L’Apost (...)
  • 18 Jan Grootaers, « Quatre ans après. Un texte qui est loin déjà », ibid., p. 215.
  • 19 Hans Küng, « La participation des laïcs aux décisions de l’Église. Une lacune dans le décret sur l’ (...)

5Une telle perspective, en fait, n’était pas particulièrement audacieuse si on la confronte à l’air du temps, comme le soulignèrent les contributions principales du volume de la collection Unam Sanctam du Cerf consacré à l’analyse des textes sur l’apostolat des laïcs. Mgr Achille Glorieux, qui avait pourtant été le secrétaire de la Commission conciliaire pour l’apostolat des laïcs, reconnaissait que plusieurs points mis en évidence dans le décret pouvaient apparaître comme des lieux communs, sinon comme des positions déjà dépassées. D’autres furent plus sévères encore17. Par exemple Jan Grootaers, qui sera rapporteur au congrès de l’apostolat des laïcs de 1967, parlait du décret Apostolicam Actuositatem comme d’un « document de seconde zone qui, déjà et très rapidement, s’éloigne de nous18 ». Certains auteurs remarquèrent des lacunes plus précises par rapport au silence du décret sur l’engagement des laïcs à transformer les structures ecclésiastiques. Pour Hans Küng, les laïcs ne demeuraient que des partenaires de second rang dans la communauté ecclésiale ; il constatait, en effet, que le thème de la participation des laïcs aux décisions de l’Église n’avait pas été abordé par le décret19. Or, c’est justement cette dernière observation qui me semble très intéressante dans la perspective que je vais examiner.

6La documentation inédite analysée, provenant des archives du Conseil pontifical pour les laïcs, permet de mieux comprendre – sans prétendre à l’exhaustivité – la période de transition entre la troisième intersession du Concile, qui marque un avancement des propositions sur l’Église, et la crise de 1966- 1967. Elle offre quelques clefs d’entrée particulièrement significatives pour analyser le problème, tant doctrinal qu’organisationnel, concernant l’intégration des laïcs à la mission apostolique de l’Église, y compris sous l’angle stratégique de la participation du laïcat aux structures décisionnelles du Saint-Siège ; et, par conséquent, le rapport difficile entre la hiérarchie et le Peuple de Dieu et, plus généralement, le thème du dialogue entre l’Église et le monde.

  • 20 Rosemary Goldie, « La participation des laïcs aux travaux du Concile Vatican II », Revue des scienc (...)

7Au cours des premiers mois de 1965, un « groupe restreint », nommé par Paul VI en juin de l’année précédente, mena, à l’initiative de la Secrétairerie d’État, une consultation mondiale afin de recueillir les vues des conférences épiscopales et des associations laïques au sujet de la constitution d’un nouvel « organisme romain » ou secrétariat visant la promotion de l’apostolat des laïcs, sa composition, ses objectifs propres, ses liens avec les évêques et avec la Curie (ce « groupe restreint » était sous la direction du président et du secrétaire de la Commission conciliaire pour l’apostolat des laïcs20). Le débat conduit au cours de cette consultation, coïncidant avec la troisième intersession du Concile, représente un épisode remarquable, extra aulam, de l’aggiornamento conciliaire sur un thème tel que le rapport entre l’Église et le monde.

8Les avis venant des organisations laïques internationales tombaient en général d’accord sur la nécessité de donner une solution créative et nullement conventionnelle au problème de la représentation des instances de la culture laïque au sein du Saint-Siège. Par exemple Jean-Pierre Dubois-Dumée, en sa qualité de rédacteur en chef des Informations catholiques internationales, suggéra, à cet effet, la mise sur pied d’un « office » central, dirigé par un évêque ou un cardinal, qui se proposerait des enjeux missionnaires dans les matières de compétence du Conseil pontifical des communications sociales (cinéma, radio, télévision) et qui se mettrait au service des congrégations romaines, en tant que trait d’union entre la société civile et l’Église hiérarchique. Mgr Jean Bernard, par contre, déconseilla vivement, au nom de l’Office catholique international du cinéma, la constitution d’un organisme d’évêques et de représentants des organisations ecclésiales nommés en raison de leur fonction et non sur la base de leurs compétences, car cette formation aurait sans doute compromis l’efficacité et l’autonomie du travail apostolique des laïcs en ne leur laissant pas les coudées franches ; il affirmait en outre que, face à l’éloignement, si ce n’est l’hostilité, du monde contemporain vis-à-vis de la foi, il faudrait à l’évangélisation des moyens nouveaux, en ajoutant qu’un nouvel organisme devrait pour autant être « peu romain », c’est-à-dire fort « peu conformiste » :

  • 21 Andrzej Maria Deskur, « La Chiesa e i mezzi di comunicazione sociale », Studi cattolici, a. 8, n° 5 (...)
  • 22 Archives historiques du Conseil pontifical pour les laïcs [dorénavant AS-PCL], Fondo Concilio Vatic (...)

Un écueil à éviter à tout prix, ce sera de nommer dans l’“organisme” tout un nombre d’évêques en tant qu’évêques et de représentants de trente-six institutions en tant que représentants, et non en leur qualité de vrais spécialistes en la matière en question. L’expérience montre qu’une telle composition écrase toute possibilité de travail réel et, surtout, ne permettrait pas à l’élément laïc de se faire entendre comme il le faudrait. L’intervention du cardinal Suenens au Concile et les discussions autour du schéma 13 ont appelé l’attention de la catholicité sur le fait qu’il y a un monde d’autres problèmes à résoudre que ceux de l’organisation interne de l’Église, de la pastoration des fidèles, de la liturgie... À savoir ceux de l’entrée de l’Église dans le monde réel et concret qui nous entoure et ceux de la conquête de ce monde devenu étranger, sinon hostile à la foi ; tout cela au moyen de méthodes adaptées à cet apostolat nouveau et qui seront peut-être totalement différentes des méthodes classiques employées jusqu’ici. […] Et pourtant, pour ne parler que des moyens de communication sociale, “un jeune catholique passe en moyenne plus de temps à l’école de la presse et du spectacle que dans la salle de classe, et les moyens de communication sociale atteignent quatre-vingts fois autant d’hommes non chrétiens et non pratiquants que les missions catholiques. Il y a là un déséquilibre qu’il faut redresser” (Mgr Deskur, dans Studi cattolici, janvier-février 196421). […] L’organisme chargé d’une telle mission, bien qu’établi de Rome, devrait être aussi peu conformiste et aussi peu “romain” que possible, afin de garantir à ses travaux – par rapport aux données et méthodes actuelles – toute la “distance” requise pour l’objectivité des résultats22.

9D’autre part, le souci majeur des experts laïcs consultés était de sauvegarder leur propre autonomie de l’interférence d’un nouveau « corps » de la bureaucratie romaine. Ramon Sugranyen de Franch et Georg Strass, au nom de Pax Romana-MIIC, exprimaient la conscience que seule l’« immensité » du défi du renouveau de la présence catholique dans le monde imposait le plus grand équilibre dans les rapports entre l’Église et les intellectuels, lesquels auraient dû donner beaucoup de retentissement aux grands problèmes de la culture contemporaine :

  • 23 AS-PCL, Fondo Concilio Vaticano II, b. 34, lettre du 12 mai 1965 de Ramon Sugranyen de Franch et de (...)

Nous sommes particulièrement soucieux de tous les problèmes immenses que soulève la présence de l’Église dans le monde actuel, dont l’évolution accélérée exige une information rapide et sûre, non seulement sur les données sociologiques, économiques, démographiques, etc., de toute l’humanité, mais encore et surtout sur les progrès de la recherche scientifique et sur la situation des esprits, de leurs inquiétudes et de leurs aspirations. La présence de l’Église au monde implique avant tout une présence constante du monde dans les soucis et la sollicitude de l’Église, qui ne peut être acquise que sur les données d’une information considérable et constamment tenue à jour. Ce travail ne peut pas être le fait d’un simple comité ou groupe d’intellectuels, d’un “brain trust”. Mais ce devrait être la fonction d’un département du nouvel organisme à créer, qui resterait d’une façon permanente en contact avec des experts, travaillant dans leurs fonctions propres et dans tous les pays du monde, et auxquels l’Église pourrait et devrait faire appel pour des rapports précis. […] Il semble nécessaire de faire remarquer ici que, dans l’accomplissement des trois buts qui précèdent, l’organisme qu’il s’agit de créer n’aurait en aucun cas une fonction directive ou de gouvernement. Son rôle n’est pas de s’ériger en autorité dans l’Église, mais de la servir en étant l’écho de la vie et des préoccupations apostoliques du laïcat un peu partout dans le monde23.

  • 24 AS-PCL, Fondo Concilio Vaticano II, b. 34, lettre du cardinal Julius Döpfner à Mgr Castelli, 10 mai (...)

10Quant aux épiscopats nationaux, les réponses des Européens dressent un tableau fidèle des conditions culturelles réelles des pays au cours de la transition entre le Concile et le Post-Concile et constituent un document très intéressant. Les évêques des deux Allemagnes donnèrent, par exemple, un jugement analogue, mais sur la base d’argumentations tout à fait opposées reflétant la situation sociale différente où ils se trouvaient. En RFA, le cardinal Julius Döpfner, au nom de la Conférence épiscopale, envoya en mai 1965 à Mgr Alberto Castelli, chargé de recueillir les avis épiscopaux, un long document dans lequel, tout en reconnaissant, dans l’abstrait, l’utilité et l’opportunité d’un secrétariat selon les propos du décret conciliaire sur l’apostolat des laïcs, il mettait en garde contre le péril d’une prolifération bureaucratique inutile. En particulier, soit le cardinal Lorenz Jaeger, archevêque de Paderborn, soit le cardinal Josef Frings, archevêque de Cologne, dénonçaient le risque de « stérilité », de « stagnation » et « hypertrophie » inhérent aux phénomènes d’« institutionnalisation » d’une réalité spontanée : les laïcs, dans le nouveau secrétariat, se devraient d’agir selon « la pleine responsabilité de ses propres actes24 ». Fondamentalement négatif était aussi le jugement venant de l’épiscopat de la RDA qui craignait, à l’inverse, une excessive liberté des laïcs. Dans sa lettre à Mgr Castelli, l’évêque de Berlin, Mgr Alfred Bengsch, écrivait que, hormis quelques expériences au niveau paroissial ou, au maximum, diocésain, toute activité d’apostolat du laïcat, dans un pays marxiste, ne pouvait qu’être infiltrée de l’extérieur, manipulée et orientée vers les objectifs de la propagande communiste, naturellement sans contrôle et sans approbation de la part de l’épiscopat :

  • 25 AS-PCL, Fondo Concilio Vaticano II, b. 34, lettre de Mgr Alfred Bengsch à Mgr Castelli, 15 mai 1965

Zu den einzelnen Fragen Ihres Rundschreibens kann ich namens der Berliner Ordinarien Konferenz keine Stellung nehmen, da in den ostdeutschen Diözesen eine selbständige kirchliche Organisation des Laienapostolates nicht besteht. In einem marxistischen Weltanschauungsstaat wird eine solche nicht geduldet. Trotzdem gibt es in den einzelnen Pfarreien eine aktive Mitarbeit der Laien, die sich aber auf die Tätigkeit in der Pfarr-Gemeinde und im Familienapostolat beschränken muß. Darüber hinaus werden in einigen Diözesen DekanatslaienKonferenzen gehalten, die zu einem fruchtbaren Gedankenaustausch für die Mitarbeit der Laien im Gottesdienst, Bruderdienst und Zeugendienst der Pfarrei führten. [...] Eine überdiözesane Zusammenfassung des Laienapostolates ist bei den gegebenen politischen Verhältnissen nicht möglich und unsererseits nicht zu verantworten. Es besteht vielmehr die große Gefahr, daß Katholische Laien sich für politische Zwecke missbrauchen lassen. Leider hat sich eine Gruppe“ katholischer Persönlichkeiten” ohne Billigung des Episkopates konstituiert, die mittels einer Zeitschrift“ Die Begegnung” versucht, die Katholischen Gläubigen für den Aufbau des Sozialismus zu gewinnen, mit der Konzilskommission für das Laienapostolat Verbindung aufzunehmen, um sich vor den katholischen Gläubigen als kirchentreu auszugeben und ihre wahren politischen Absichten zu tarnen25.

11La crainte d’une possible infiltration communiste, cependant, n’était pas partagée par le primat de l’Église polonaise, le cardinal Stefan Wyszyński. L’épiscopat polonais, dans sa réponse, salua avec sympathie l’initiative concernant la formation d’une communauté supranationale de laïcs catholiques autour du Saint-Siège, dans la conviction que tout cela ne pourrait que susciter, dans un climat d’amitié réciproque, un esprit de solidarité envers les frères dans la foi de l’Église du silence, dont les souffrances demeuraient quasi inconnues au-delà du rideau de fer :

  • 26 AS-PCL, Fondo Concilio Vaticano II, b. 34, lettre du cardinal Wyszyński à Mgr Castelli, 7 mai 1965, (...)

Donner l’initiative utile à tous les efforts en vue de créer une atmosphère de solidarité d’esprit la plus stricte parmi les fidèles de divers pays se dévouant sur leur terrain à l’apostolat dans le cadre d’organisations catholiques ou isolément. Cet esprit de solidarité, non seulement dans les idées, dans les sentiments de fraternité et dans l’union des prières, mais aussi dans les œuvres, serait d’un profit inappréciable à tous les frères en foi et surtout à ceux qui, vivant dans les contrées gouvernées par des régimes athéistes et parfois ouvertement hostiles à l’Église et à toute son activité salvatrice, ne peuvent se donner à leur mission apostolique qu’isolément, souvent en clandestinité et s’exposant à des vexations, représailles et chicanes de toute sorte. C’est pourquoi il ne nous reste que de proposer l’admission au Secrétariat d’un ou autre représentant de l’Église en Pologne, délégué par l’épiscopat et choisi parmi les prêtres ou les laïcs qui se donnent éminemment à l’action apostolique dans notre pays, et cela dans le cadre de nos possibilités actuelles et des moyens d’agir étant à notre portée26.

12En tout cas, c’était à l’archidiocèse de Paris que revenait le poids prépondérant dans la consultation de la Secrétairerie d’État. La prise de position de Mgr Pierre Veuillot semble en effet aboutir à un véritable renversement du résultat de la synthèse des travaux rédigée, au nom du groupe restreint, par les jésuites Roberto Tucci et Johann Baptist Hirschmann d’après les réponses de la consultation. Dans sa correspondance avec le cardinal Cento et avec Mgr Glorieux, le coadjuteur du cardinal Feltin manifesta une série de doutes et de contrariétés à l’égard du net renforcement du rôle et de l’indépendance accordés aux laïcs dans le gouvernement de l’Église. À Cento il écrivait :

  • 27 AS-PCL, Fondo Concilio Vaticano II, b. 35, lettre de Mgr Pierre Veuillot au cardinal Fernando Cento (...)

Il faut se souvenir que l’histoire de l’Action catholique a été parfois l’occasion de stériles et funestes contestations entre clercs et laïcs sur ce point. […] Il faut craindre aussi que les membres laïcs du Secrétariat romain ne soient “contestés” par certains cercles catholiques comme n’étant plus assez représentatifs d’un véritable laïcat engagé dans les tâches temporelles. Déjà, des échos semblables ont été recueillis lors de la nomination des auditeurs laïcs au Concile. Derrière ces prétentions ou ces contestations, si abusives qu’elles soient, il y a sans doute l’influence de quelques courants théologiques qu’on ne peut ignorer. […] Le Secrétariat devrait commencer son travail d’une façon modeste27.

13Et à Glorieux il écrivait encore :

  • 28 AS-PCL, Fondo Concilio Vaticano II, b. 35, lettre de Mgr Pierre Veuillot à Mgr Glorieux, 25 juillet (...)

L’apostolat des laïcs définit bien un Secrétariat possible, mais le laïcat, comme tel, non. Car peut-on isoler les problèmes du laïcat de tous ceux de la vie quotidienne de l’Église ? Peut-on laisser croire que, dans l’Église, le laïcat va traiter ses propres affaires et les clercs les leurs ? Peut-on isoler la responsabilité du laïcat de celle de la hiérarchie ? Les problèmes généraux du laïcat relèvent du gouvernement de l’Église et, de ce fait, le secrétariat projeté tend à devenir une congrégation romaine “pour la discipline du peuple chrétien” renouvelée et rajeunie selon l’esprit du Concile. […] S’il s’agit d’un secrétariat nouveau pour l’apostolat des laïcs, il devient normal que, sous la haute autorité des chefs hiérarchiques, les laïcs prennent une part importante à l’étude des problèmes soulevés par leur propre apostolat dans le monde. […] En toute hypothèse, mieux vaut commencer par un objectif restreint et bien défini que de fonder un organisme aux aspirations vastes, qui décevrait certainement notre attente28.

  • 29 Mgr Veuillot, président depuis 1961 du Comité épiscopal de la mission ouvrière, suivait de près la (...)

14Donc, selon Veuillot, un secrétariat, projeté comme tel, aurait représenté un précédent plutôt dangereux en tant que corps spécifique, un élément de division entre le laïcat et la hiérarchie ecclésiastique, la cible de la contestation des cercles catholiques non représentés et, qui plus est, un moyen de propagation des prétentions doctrinales de courants théologiques douteux. À son avis, mieux vaudrait borner l’organisation des laïcs à des objectifs modestes plutôt que de fonder un organisme aux aspirations trop vastes. Dans ces lettres, on peut lire en filigrane le souci du coadjuteur lié aux tensions sociales et ecclésiales qui agitent la France et reflètent une inquiétude commune au catholicisme européen à la veille de la crise postconciliaire29.

  • 30 Rosemary Goldie, « Le Conseil pontifical pour les laïcs : une “préhistoire” » (Rome, 1996), p. 11-1 (...)
  • 31 « Laici debent habere etiam in Curia romana locum aptum, iuxta eorum in Ecclesia dignitatem et apos (...)
  • 32 AS-PCL, Fondo Vittorino Veronese, b. 3, schema de Organo “apud S. Sedem”, avec l’en-tête Commissio (...)

15L’attitude prudente et défensive de l’archevêque français allait l’emporter après la clôture du Concile, même si la Commission postconciliaire pour l’apostolat des laïcs, instituée par le motu proprio Finis Concilio du 3 janvier 1966 avait achevé en avril un projet novateur pour la mise en place du n° 26 du décret Apostolicam Actuositatem30. Elle y affirmait que le Saint-Siège se devait d’assurer aux laïcs « un endroit apte » auprès de la Curie et tout à fait adéquat à la dignité de leur mission apostolique31. Le texte réclamait aussi la présence des laïcs dans tous les dicastères du Vatican et envisageait la répartition du Consilium de laicis en deux sections : la première, composée surtout d’évêques aidés par des laïcs, serait chargée de définir les orientations doctrinales et pastorales ; la seconde, à l’inverse, constituée de laïcs accompagnés d’évêques, serait appelée à donner à la hiérarchie vaticane tantôt des renseignements et des conseils, tantôt des éléments d’étude sur l’activité des organisations laïques dans la société et sur leur rôle dans l’Église32.

16Le projet souhaitait s’ouvrir à tel point aux instances les plus avancées de renouveau présentes dans la société contemporaine qu’il paraissait trop radical au président de l’Action catholique italienne, Vittorio Bachelet, très proche de Paul VI. Il écrivait ainsi à Vittorino Veronese, secrétaire général du Comité permanent des congrès internationaux pour l’apostolat des laïcs (Copecial), ancien auditeur de la Commission conciliaire pour l’apostolat des laïcs et, pour l’heure, membre de la Commission postconciliaire :

  • 33 AS-PCL, Fondo Vittorino Veronese, b. 3, lettre de Vittorio Bachelet à Vittorino Veronese, 16 avril  (...)

Cher Veronese, je pense qu’il faudrait préciser et également souligner quelques orientations conciliaires à l’égard desquelles on a diffusé des interprétations visiblement opposées à la lettre et à l’esprit des décisions conciliaires. Ainsi, par exemple, me semble-t-il important, face à certaines interprétations qui paraissent quasiment opposer dialectiquement au sein de l’Église laïcs et hiérarchie, apostolat laïc et apostolat hiérarchique, de réaffirmer et d’expliciter le fait que l’apostolat des laïcs n’est que la participation des chrétiens à l’unique apostolat de l’Église, toujours lié avec ceux que le Saint-Esprit a choisis pour gouverner l’Église de Dieu33.

  • 34 AS-PCL, Fondo Vittorino Veronese, b. 3, document corrigé à la suite de remarques reçues de la Secré (...)

17En tout cas, le projet définitif, achevé le 24 mai, s’avérait moins avancé, à la suite d’une réunion de la Commission centrale postconciliaire convoquée afin de réformer le texte sur la base de remarques issues de la Secrétairerie d’État, qui souhaitait que l’on modère le ton « revendicatif » des praenotanda, susceptible de paraître polémique envers les institutions existantes de la Curie34.

  • 35 AS-PCL, Fondo Vittorino Veronese, b. 3, lettre de Giovanni Da Pincia au cardinal Angelo Dell’Acqua, (...)

18Quoique largement nuancé, le projet qui, dans sa version amendée, soulignait la nature surtout « consultative » du Consilium, fut toutefois éreinté par la commission cardinalice de réforme de la Curie. Les critiques très virulentes des cardinaux semblaient vouloir contrer à l’avance toute aspiration à l’indépendance des laïcs dans la vie de l’Église et simultanément marquer une sorte de nouvelle cléricalisation de l’organisation laïque, en nette contradiction avec les poussées d’autonomie du « Peuple de Dieu » répandues dans la deuxième moitié des années 1960, dont le projet originel de la commission postconciliaire était un témoignage. L’intervention cardinalice sur le texte gommait le verbe « debent » qui avait apporté quasiment un sceau de devoir à la requête des laïcs d’être représentés par un organisme romain propre ; la présence laïque dans les autres dicastères n’était qu’éventuelle ; le caractère consultatif, loin d’être désigné comme « prédominant », devenait, de manière tacite, exclusif : le nouveau Conseil pontifical ne devait pas être celui « des laïcs », mais « pour les laïcs ». Quant à la structure, on considérait comme tout à fait inadmissible aussi bien la collaboration, au même titre, de laïcs avec de simples prêtres et religieux dans la section doctrinale, censée être la principale, que la responsabilité exécutive d’un seul secrétaire général laïc. Par-dessus tout, il manquait complétement, selon l’avis des cardinaux, la reconnaissance de la puissance directrice des évêques et des cardinaux : « Pas un mot sur le munus pascendi confié par Notre Seigneur à la hiérarchie35. »

  • 36 Luca Rolandi, Emilio Guano. Religione e cultura nella Chiesa italiana del Novecento, Soveria Mannel (...)
  • 37 Emilio Guano, « Gli intenti della Costituzione Gaudium et Spes », Studium, a. 62, n° 10, 1966, p. 6 (...)

19C’était également l’opinion, inhabituellement restrictive, de l’évêque de Livourne Emilio Guano, pourtant reconnu comme l’une des figures les plus réformistes de l’épiscopat italien, engagé depuis toujours dans une œuvre de rajeunissement ecclésial à travers la mise en valeur du rôle des laïcs grâce à son expérience pastorale au sein de la FUCI et de la commission consultative ecclésiastique du Copecial36. Et surtout, il ne faut pas oublier son activité conciliaire assez vaste à la présidence de la sous-commission centrale constituée le 26 novembre 1963 dans le but de rédiger la troisième version du schéma Ecclesia in mundo huius temporis37. Guano dressa un profil modeste et anodin du nouvel organisme caractérisé par des fonctions, plutôt conventionnelles, d’étude et de proposition qu’il résumait dans l’expression clearing-house, à savoir une sorte de chambre de compensation où les laïcs pourraient soumettre des questions de portée liturgique ou canonique. Ce qui frappe dans le texte de l’évêque de Livourne, c’est la méconnaissance de la compétence laïque sur les orientations doctrinales :

  • 38 AS-PCL, Fondo Veronese, b. 3, « Quelques avis de Mgr Guano, évêque de Livorno, au sujet de la mise (...)

Le “Consilium” doit être essentiellement un organe d’étude, de service, de stimulation. Il doit jouer dans la mesure du possible un rôle discret, exercé dans un esprit d’humilité. Il ne doit pas agir avec autorité ni exercer une juridiction. Les décisions d’autorité doivent rester avec d’autres organes, avec le pape, le synode des évêques, les sacrées congrégations, les conférences épiscopales. Il ne s’agit donc pas de confier au Consilium (ni à une section du Consilium) “compatentiae quaedam relate ad laicos, hucusque pertinentes ad plura organa S. Sedis” (doc. 2, praenotanda, d.) ; mais de lui reconnaître une “compétence” universelle – d’étude, de conseil, de service – pour tout ce qui concerne les laïcs. Il sera ainsi une sorte de “clearing-house” pour tous les différents aspects : questions théologiques, expériences concrètes de vie et d’apostolat ; tendances qui se manifestent dans la participation à la vie liturgique ; expériences et réflexions intéressant le droit canonique ; possibilités de collaboration dans les organes d’Église (conseils pastoraux, curie épiscopale, dicastères romains, etc.). Le Consilium n’a pas non plus à “élaborer” une doctrine, mais seulement à fournir les éléments, d’étude et d’expérience, à partir desquels la doctrine peut être élaborée par ceux qui sont compétents à cet effet ; à susciter des études ; éventuellement à prendre l’initiative de réunir des groupes d’études théologiques sur des questions intéressant les laïcs38.

  • 39 Raymond Krupke, James J. Norris. An American Catholic Life, PhD, The Catholic University of America (...)

20Tandis que des craintes et des précautions accompagnaient la mise en œuvre du n° 26 du décret Apostolicam Actuositatem, simultanément se poursuivaient, entre ferveurs et attentes confiantes, les rencontres du groupe de travail sur le n° 90 de Gaudium et Spes en vue de la réunion programmée, du 9 au 12 mai 1966, par le substitut pour les Affaires générales de la Secrétairerie d’État, Angelo dell’Acqua, au siège de la Caritas internationalis pour la rédaction du projet définitif concernant la création d’un organisme du Vatican pour la promotion de la justice et de la paix. Une personnalité de tout premier plan de cet événement était James J. Norris, le directeur exécutif du Catholic Relief Services de New York, convié en 1963 par Paul VI en tant qu’auditeur laïc du Concile. Proche de Montini dès les années 1950 et partisan, de pair avec l’économiste Barbara Ward, de la cause de la lutte internationale contre la pauvreté, devenue un enjeu prioritaire de Vatican II, Norris avait réussi en 1964 à faire introduire le paragraphe 24 du chapitre IV, De paupertate mondiali, dans le schéma XIII39.

  • 40 AS-PCL, Fondo Veronese, b. 3, lettre de James Norris, 10 mars 1966 : « On many occasions it has bee (...)

21En vue de la rencontre, Norris adressa à Vittorino Veronese une lettre enthousiaste. À son avis, l’Église du Post-Concile était à même de transmettre, au long d’une ligne verticale, les enseignements de la justice sociale à la société tout entière en rachetant ainsi l’erreur d’avoir perdu, au cours du siècle précédent, le contact avec la classe ouvrière en raison de sa propre incapacité à concrétiser les idéaux merveilleux de Rerum novarum40. Mais, à bien y regarder, l’enthousiasme pour une prompte réalisation du n° 90 de Gaudium et Spes est également destiné à durer l’espace d’un matin. Significative à cet égard était en juin 1966 la lettre fort préoccupée de Norris à Veronese, dans laquelle il révélait que – d’après des informations inquiétantes reçues d’amis proches du Saint-Siège – Paul VI sous-estimerait l’importance vitale et l’urgence d’un organisme du Vatican pour combattre l’inégalité entre riches et pauvres :

  • 41 AS-PCL, Fondo Veronese, b. 3, lettre de James J. Norris à Vittorino Veronese, 22 juin 1966.

From various people who are close to the Holy See we have been getting disturbing reports about the lack of understanding of the proposed Secretariat to promote social justice in the world. Several friends of ours have apparently spoken to our Holy Father and there seems to be some lack of understanding about exactly what is wanted and needed. […] The leadership of the Church in promoting social justice is vital. I do feel that our Holy Father, if he understands the proposal, would surely see its value and its importance41.

  • 42 AS-PCL, Fondo Veronese, b. 3, lettre de Vittorino Veronese à James J. Norris, 8 juillet 1966 : « No (...)
  • 43 AS-PCL, Fondo Veronese, b. 3, lettre de Vittorino Veronese à Charles Moeller, 30 juillet 1966.

22Dans sa réponse du 8 juillet, Veronese cherche à rassurer Norris en le mettant au courant de la décision de Paul VI d’instituer le Coetus ad exsequendos pour la mise en place des recommandations conciliaires42. En réalité, à la fin de juillet 1966, Paul VI semble avoir envisagé un ordre de priorité différent qui pourrait autoriser à apercevoir une parabole descendante vis-à-vis des objectifs de la transition postconciliaire. Comment expliquer ce recul ? Dans une lettre du 30 juillet, adressée au sous-secrétaire de la Congrégation pour la doctrine de la foi, Mgr Charles Moeller, Veronese révèle le contenu d’une audience privée avec le Saint-Père : « L’audience de ce matin a été très longue et très substantielle. […] Le problème qui le préoccupe est surtout celui que nous savions : il craint de favoriser le birth control, le laxisme, l’amour libre ; mais il ne veut pas aggraver les difficultés qui sont déjà lourdes ; il demande qu’on prie incessamment et instamment pour lui qui donnerait volontiers sa vie pour enfanter la décision que Dieu attend de lui pour le bien des âmes43. » Donc, d’après ce témoignage, à ce moment-là, les thèmes de l’éthique sexuelle et familiale causent à Paul VI bien des soucis. En tout état de cause, la concession d’un Comité provisoire pour l’apostolat des laïcs donna à l’Église plus progressiste et radicale le sentiment d’avoir obtenu un résultat très médiocre par rapport au programme d’actualisation des normes conciliaires.

  • 44 François Houtart, « L’institution va-t-elle tuer le prophétisme ? », Informations catholiques inter (...)
  • 45 AS-PCL, Fondo Veronese, b. 3, 19 août 1966 : « Hai visto l’articolo de “L’Information catholique” d (...)

23Le théologien et chanoine de Louvain François Houtart écrira à ce propos, pour les Informations catholiques internationales, un article enflammé au titre révélateur « L’institution va-t-elle tuer le prophétisme ? » À la suite d’une émission de la radio du Vatican titrée « Le Concile marche », dans laquelle avait été donnée la nouvelle de l’institution de ce Comité, Houtart supposa que la rhétorique du renouveau pouvait masquer délibérément la conservation du statu quo pour la cohésion de l’institution ecclésiastique, sclérosée et soucieuse uniquement de sa survie44. Le directeur de L’Osservatore romano, Raimondo Manzini, profondément frappé par cet article, ne manqua pas d’écrire à Veronese en regrettant qu’on puisse si brutalement et si rudement dire des choses aussi désagréables à l’égard de la Curie romaine et, par conséquent, du pape lui-même45. Les commentaires caustiques du théologien belge touchaient un point sensible de l’Église de 1966, à savoir le décalage entre les attentes de renouvellement nourries par l’emphase de la communication des médias sur les progrès de l’aggiornamento et l’exiguïté des résultats concrets.

  • 46 AAS, LIX, 1967, p. 25-28 ; José Luis Illanes, « Consejo Pontificio para los Laico », Ius Canonicum, (...)
  • 47 Constitution apostolique Regimini Ecclesiae Universae, AAS, LIX, 1967, p. 920.

24En janvier 1967, Paul VI institua, par le motu proprio Catholicam Christi Ecclesiam, le Consilium de laicis, doté de modestes fonctions consultatives d’information et d’étude46. Il se voulait, en intention, un « lieu de rencontre et de dialogue » entre les laïcs et la hiérarchie ecclésiastique afin de « demeurer dans une attitude d’écoute et de dialogue » à la lumière d’une ecclésiologie de communion attentive aux conditions de vie réelle des hommes, expression de « différents continents, différentes cultures, différents âges du Peuple de Dieu47 ». À peine institué, le nouveau dicastère se trouva confronté au défi des attentes suscitées par le Concile parmi les catholiques désireux de proposer un point de vue chrétien de la pensée au plus fort de la vague de contestation à la fin des années 1960.

  • 48 Ad E.mos Patres Cardinales et ad Romanae Curiae Praelatos, Summo Pontifici per E.mum Sacri Collegii (...)
  • 49 AS-PCL, Fondo Veronese, b. 2, lettre circulaire du président de la Conférence épiscopale italienne, (...)

25C’est dans cet esprit que se déroula, du 11 au 18 octobre 1967, le troisième congrès mondial pour l’apostolat des laïcs avec, pour intitulé, « Le Peuple de Dieu dans l’itinéraire des hommes ». Déjà, vers la fin de 1966, Paul VI l’avait annoncé, dans son discours de Noël au collège des cardinaux, en lui accordant une grande importance pour l’Église postconciliaire48. L’épiscopat italien, réuni en assemblée générale du 4 au 7 avril 1967, soutint solennellement l’événement. Le président de la Conférence épiscopale, Giovanni Urbani, patriarche de Venise, dans une lettre adressée aux organisateurs du congrès, rappelait combien les assises précédentes, en 1957, avaient concouru à la préparation du climat conciliaire ; il leur revenait maintenant, à l’occasion de la troisième édition, d’accomplir une tâche plus importante et plus délicate encore, celle d’engager les laïcs militants à la réalisation concrète du Concile afin que l’Église brille comme un phare dans le monde49.

  • 50 L’Osservatore romano, 16-17 octobre 1967.

26Le dimanche 15 octobre 1967, après avoir concélébré la messe dans la basilique Saint-Pierre avec vingt-quatre évêques membres du synode, à l’occasion de la journée mondiale de prière pour le congrès du Copecial, Paul VI rappelait, dans son discours aux congressistes, la responsabilité des laïcs dans la navigation orageuse de l’Église postconciliaire : « Comme les navigateurs, au cours de leur itinéraire à travers l’immensité des mers, “font le point”, c’est-à-dire déterminent leur position et leur direction, ainsi il Nous semble que votre troisième congrès mondial exige qu’on mette en évidence les acquisitions doctrinales proclamées par l’Église en cette plus récente phase de son histoire, notamment au second Concile œcuménique du Vatican50. » L’événement répondait à la nécessité, envisagée par Paul VI, de créer un espace d’élaboration partagée pour une herméneutique correcte de Vatican II. Dans le but de véhiculer une interprétation orthodoxe des délibérations conciliaires, il était toutefois nécessaire, selon le point de vue de l’autorité ecclésiastique, que la hiérarchie exerce une fonction de guide et de contrôle sur les travaux du Copecial.

  • 51 Lay Apostolate, Bulletin Permanent Committee for International Congresses of the Lay Apostolate, 19 (...)
  • 52 AS-PCL, Fondo Veronese, b. 2, mémoire du Père Giacomo Martegnani, sj, 25 janvier 1968 ; réponse de (...)

27La vigilance fut effectivement très stricte, ce qui finit par provoquer un incident journalistique, que l’on pourrait appeler le cas Roy, du nom du président du Consilium de laicis, le cardinal canadien Maurice Roy. C’est lui qui, le premier jour du congrès, à savoir le 11 octobre, anniversaire de l’ouverture de Vatican II, présida à l’hôtel Columbus une réunion à huis clos de la commission ecclésiastique du congrès pour donner quelques directives. Roy pronostiqua que quelques-uns des laïcs risquaient de manifester des opinions erronées du point de vue de la doctrine de l’Église. S’il était opportun de corriger ces erreurs dans les diocèses, les évêques et les prêtres ne devaient cependant pas intervenir officiellement durant le congrès pour éviter que le débat ne se transforme en une discussion entre théologiens. En effet, ajoutait-il, on avait prévu la présence dans chaque atelier d’un assistant ecclésiastique à l’aide duquel on aurait abordé les questions théologiques les plus épineuses51. Ces indications auraient dû rester secrètes, mais, le même jour, la copie du discours de Roy fut livrée à la presse et traduite en plusieurs langues. Cet épisode bouleversa les organisateurs du congrès et les milieux du Vatican. La documentation archivistique révèle l’ouverture d’une enquête (qui allait se prolonger jusqu’aux premiers mois de 1968) confiée au directeur de La Civiltà cattolica, le Père Giacomo Martegnani, dont les rapports devaient être transmis à titre d’information au nouveau substitut pour les Affaires générales de la Secrétairerie d’État, Mgr Giovanni Benelli. Celle-ci, menée en employant même des moyens chimiques, montra que la copie du document original avait été transmise par un prélat, resté à jamais inconnu, à un membre laïc de la délégation hollandaise pour la traduction en plusieurs langues et que cette copie avait été imprimée par le bureau de presse du congrès lui-même. Fondamentalement, la « taupe » souhaitait faire connaître à l’opinion publique la volonté d’ingérence de la hiérarchie dans les travaux afin de prévenir un éventuel détournement de leurs fins52.

  • 53 Actes du troisième congrès mondial pour l’apostolat des laïcs, Rome, 11-18 octobre 1967, vol. 2 L’h (...)
  • 54 Ibid., p. 107 et 109.

28Le but fut atteint dans la mesure où le débat se déroula, les jours suivants, de façon libre et anticonformiste. Au sujet du thème doctrinal de fond, discuté au cours du premier carrefour « Attitudes spirituelles de l’homme d’aujourd’hui », on affirma que, sur le plan historique et doctrinal, l’idée d’une culture chrétienne distincte et prétendant à la supériorité était absolument intenable. À cet égard, le groupe franco-allemand considérait que c’était « une grave erreur... de penser que, au niveau de la construction du monde, il y ait des valeurs chrétiennes à promouvoir à côté des valeurs humaines » et rejetait « la tentation de créer une culture chrétienne distincte d’une culture humaine53 ». À propos de l’éthique familiale et sexuelle, les congressistes soulignèrent qu’il était urgent qu’on éclaircisse le problème de la vie sexuelle dans le mariage pour libérer les consciences de beaucoup d’époux de cette charge morale qui consistait à associer nécessairement ou exclusivement la manifestation complète de l’amour dans le mariage à la procréation. Ils demandaient qu’on mette au clair si l’usage des contraceptifs est licite quand il obéit aux exigences de la conscience chrétienne des époux eux-mêmes et est le résultat de la manifestation de l’amour. Et tout cela du fait que pour beaucoup de familles chrétiennes, la régulation des naissances était cause de grandes angoisses et de tensions qui se répercutaient jusque dans la vie intime : ces couples abandonnaient les sacrements ou les recevaient dans l’angoisse54.

  • 55 AS-PCL, Fondo Veronese, b. 2, lettre du cardinal Villot au cardinal Roy du 28 octobre 1967.

29À la lumière de ce débat, on ne peut pas s’étonner qu’à l’issue du congrès, le 28 octobre, le cardinal Jean Villot, au nom des présidents délégués du Synodus episcoporum, adressât au président du Consilium de laicis une lettre pour rappeler, par les mots d’Apostolicam Actuositatem, qu’« il appartient à la hiérarchie de favoriser l’apostolat des laïcs, de lui donner principes et assistance spirituelle, d’ordonner son exercice au bien commun de l’Église et de veiller à ce que la doctrine et les dispositions fondamentales soient respectées55 ». Ce dernier document nous aide à tirer quelques conclusions. La documentation examinée permet de relativiser le clivage entre conservateurs et progressistes comme clé herméneutique du Post-Concile, parce qu’elle témoigne, vis-à-vis de l’idée d’un processus autonome de décision et d’élaboration intellectuelle des laïcs, des résistances et des réserves de l’institution ecclésiastique. Dans la première phase de l’événement conciliaire, l’autonomie des laïcs avait été limitée par la conception hiérarchique et institutionnelle de l’Église propre à la Commission théologique sous la conduite d’Ottaviani. Une telle autonomie, à la fin du Concile, ne semble pas avoir été complètement légitimée par l’épiscopat réformiste, pas encore prêt à partager avec les laïcs le monopole de la réflexion doctrinale. Il faudrait, à ce point, se demander si Ottaviani avait réellement été l’un des vaincus du Concile.

  • 56 Liliana Cavani, réalisatrice engagée politiquement, a exploré la complexité de l’être humain pris d (...)
  • 57 Diego Fabbri, dramaturge et scénariste, est l’auteur de nombreuses pièces : Processo a Gesù (1952-1 (...)

30Le mérite des activistes laïcs, à l’instar de Vittorino Veronese, réside non pas tant dans la réalisation, à l’époque, d’authentiques réseaux de participation laïque aux décisions du Saint-Siège, mais bien plutôt dans l’effort, poursuivi en dépit de mille difficultés, pour renouveler l’Église, si ce n’est dans les structures, du moins dans son image, afin de la rendre plus compréhensible à la sensibilité contemporaine et plus proche du rêve du Concile. À cette fin, Veronese contacta deux importantes personnalités de l’art italien pour animer culturellement les soirées du congrès du Copecial, à savoir la cinéaste Liliana Cavani56 et le dramaturge Diego Fabbri57. Veronese eut recours à la première pour la sélection d’images à faire défiler à l’arrière-plan des témoignages des participants. Elle suggéra de donner une large place au vécu, à la « condition humaine », dans le sens littéraire malrauxien, à l’expérience humaine de témoins choisis parmi les plus démunis du monde globalisé qui était devenu l’horizon de l’Église après le tournant conciliaire :

  • 58 AS-PCL, Fondo Vittorino Veronese, b. 2, lettre de Liliana Cavani à Vittorino Veronese du 16 novembr (...)

Je chercherais des témoignages très liés à l’expérience vécue, et je les demanderais brefs, stimulants et simples […]. Je vois qu’il faut varier et recueillir la nouvelle expérience que l’Église a amoncelée dans les années écoulées ; à mon avis, il serait très bon d’étendre la plateforme des témoignages aux divers pays, aux divers niveaux sociaux et conditions humaines, à des personnes connues, moins connues, pas du tout connues. Étant un congrès mondial, je le rendrais, dans la mesure du possible, justement “mondial” à travers la présence de témoins (convertis, déshérités, réhabilités, compris, récupérés, etc.). Comme titre pour l’ensemble des témoignages, je proposerais “la condition humaine dans le monde”, car il me suggère l’ensemble des arguments que vous allez traiter. Ce titre rappelle – et il le faut – La Condition humaine de Malraux58.

  • 59 AS-PCL, Fondo Vittorino Veronese, b. 2, « Proposta di due serate culturali in occasione del “Congre (...)

31Diego Fabbri, quant à lui, proposa de dramatiser l’histoire du XXe siècle catholique, à partir de la crise doctrinale moderniste, de l’encyclique Pascendi jusqu’aux jours de clôture du Concile. On aurait dû donner à la représentation ce titre « Le drame de la doctrine », titre qui nous renvoie de manière plastique au climat de tension au cœur de l’Église. Selon le texte adressé, en janvier 1967, par Fabbri à Veronese, le Post-Concile était justement une tragédie animée par « un groupe de personnages, protagonistes et antagonistes », un « véritable et profond drame sillonné et secoué sans cesse par des coups de théâtre ; cycliquement, il y aura tout à la fois des vainqueurs et des perdants ; des soumis et des rebelles ; et finalement des victimes59 ».

Notes

1 L’Osservatore romano, 8 juillet 1966 ; La Documentation catholique, vol. 63, 1966, col. 1440.

2 Paul Poupard, Connaissance du Vatican. Histoire, organisation, activité, Paris, Beauchesne, 1974, p. 145.

3 Philippe Chenaux, Paul VI. Le souverain éclairé, Paris, Cerf, 2016, p. 195.

4 Acta Apostolicae Sedis [dorévanant AAS], LVIII, 1966, p. 659-661.

5 Sandra Mazzolini, La Chiesa è essenzialmente missionaria : il rapporto “natura della Chiesa” – “missione della Chiesa” nell’iter della costituzione De Ecclesia (1959-1964), Roma, Gregorian & Biblical Press, 1999, p. 148.

6 « Sacrosancta Synodus hic sub nomine laicorum intelligit fideles, qui baptismate ad Populum Dei appositi, tamen neque ad sacerdotium ministeriale, neque ad statum religiosum, ab Ecclesia sancitum, pertinent, sed in saeculo commorantes, communibus normis reguntur », in « De laicis », Acta et documenta Concilio ecumenico Vaticano II apparando, series II (Praeparatoria), volumen II Acta Pontificiae Commissionis Centralis Praeparatoriae Concilii Œcumenici Vaticani II, partes III [dorénavant AD II, II, III], 1088.

7 Gaudenzio Zambon, Laicato e tipologie ecclesiali. Ricerca storica sulla teologia del laicato in Italia alla luce del Concilio Vaticano II (1950-1980), Roma, Gregorian & Biblical Press, 1996, p. 191.

8 « Laici enim non sunt profani, sed membra Ecclesiae in mundo profano ; unde non per opera saecularia, sed per suam pertinentiam activam ad Ecclesiam distinguuntur », in « De Ecclesia », AD II, II, III, 1093.

9 Gaudenzio Zambon, Laicato…, p. 193.

10 Il proposa cette notion : « Sacrosancta Synodus hic sub nomine laicorum intelligit fideles, qui baptismate ad Populum Dei appositi sed in saeculo commorantes communibus normis vitae christianae reguntur », in « Animadversiones sodalium », AD II, II, III, 1099.

11 « Animadversiones sodalium », AD II, II, III, 1101.

12 AD II, II, III, 994 et sq.

13 AD II, II, III, 998.

14 « Vi rivelo una cosa : prima che questo schema fosse distribuito, udite, udite ! : prima che fosse distribuito già si preparava un altro schema da sostituire ad esso ! Quindi è già giudicato ante praevista merita. Non resta, quindi, che tacere, perché la Scrittura insegna : Ubi non est auditus, noli effundere sermonem ! » [ « Je vous révèle une chose : avant que ce schéma n’eût été distribué, écoutez, écoutez ! : avant qu’il n’eût été distribué, on avait déjà préparé un autre schéma pour le remplacer ! Donc, il avait déjà été jugé ante praevista merita. C’est pourquoi il ne nous reste que de nous taire, car l’Écriture sainte nous enseigne : Ubi non est auditus, noli effundere sermonem ! »], Giovanni Caprile, Il Concilio Vaticano II. Cronache, vol. II Il Concilio Vaticano II : annunzio e preparazione, Roma, Edizioni La Civiltà cattolica, Roma, 1961- 1962, p. 238.

15 Sandra Mazzolini, La Chiesa è…, p. 165.

16 Sur les travaux du Concile autour des laïcs, Hanjo Sauer, « Le Concile à la découverte des laïcs », dans Giuseppe Alberigo (dir.), Histoire du Concile Vatican II, t. 4, Paris, Cerf, 2003, p. 287-326.

17 Achille Glorieux, « Histoire du décret Apostolicam Actuositatem », dans Yves Congar (dir.), L’Apostolat des laïcs, Paris, Cerf, 1970, p. 138.

18 Jan Grootaers, « Quatre ans après. Un texte qui est loin déjà », ibid., p. 215.

19 Hans Küng, « La participation des laïcs aux décisions de l’Église. Une lacune dans le décret sur l’apostolat des laïcs », ibid., p. 285-308.

20 Rosemary Goldie, « La participation des laïcs aux travaux du Concile Vatican II », Revue des sciences religieuses, t. 62/1, 1988, p. 54-73.

21 Andrzej Maria Deskur, « La Chiesa e i mezzi di comunicazione sociale », Studi cattolici, a. 8, n° 5, janvier-février 1964.

22 Archives historiques du Conseil pontifical pour les laïcs [dorénavant AS-PCL], Fondo Concilio Vaticano II, b. 34, lettre de Mgr Jean Bernard à Mgr Achille Glorieux, 22 mai 1965.

23 AS-PCL, Fondo Concilio Vaticano II, b. 34, lettre du 12 mai 1965 de Ramon Sugranyen de Franch et de Georg Strasser, respectivement président et secrétaire général de Pax Romana-MIIC, à Mgr Alberto Castelli, vice-président de la commission ecclésiastique du Copecial, et à Mgr Achille Glorieux avec, en annexe, un rapport en réponse au questionnaire envoyé le 25 mars 1965 par la Secrétairerie d’État au nom du « groupe restreint ».

24 AS-PCL, Fondo Concilio Vaticano II, b. 34, lettre du cardinal Julius Döpfner à Mgr Castelli, 10 mai 1965, avec en annexe un rapport de l’épiscopat allemand : « Pars longe maior Praesulum rogatorum et Praeses Comitatus Centralis Catholicorum Germaniae utilitatem et opportunitatem Secretariatus secundum propositum Decreti exspectati De Apostolatu laicorum condendi affirmant, licet plures de periculo inutilis administrationis hypertrophae et mere propter se existentis graviter moneant. […] Duo autem sunt exceptiones : 1) Eminentissimus Dominus Cardinalis Frings, archiepiscopus Coloniensis : Si forte institutionem huius Secretariatus sequantur alii, cogita v. gr. pro prelo, pro radiophonio et televisione, pro cinematographo, vel pro aliis sectionibus, incredibilis hypertrothia apparatus apud Curiam romanam crescentis timenda est ; 2) Eminentissimus Dominus Cardinalis Jaeger : Quaevis “institutionalisatio” alicuius motionis mala est, quia secum fert “burocratisationem”, stagnationem, sterilitatem. […] De relatione Secretariatus cum aliis Congregationibus et Officiis Curiae romanae : Secretariatus ne habeat characterem Congregationis vel Officii Curiae romanae, neque talem formam imitetur. (Exemplum potius esse poterit, mutatis mutandis, Secretariatus pro unione Christianorum.) Ne coniungatur cum Dicasterio iam existenti, sed immediate subordinetur Sanctae Sedi. Secretariatus ergo agat plena propria responsabilitate ; si responsabilitas pro actibus eius committeretur alio Dicasterio, id simul hoc Dicasterium nimis oneraret et navitatem spontaneam Secretariatus occideret. »

25 AS-PCL, Fondo Concilio Vaticano II, b. 34, lettre de Mgr Alfred Bengsch à Mgr Castelli, 15 mai 1965.

26 AS-PCL, Fondo Concilio Vaticano II, b. 34, lettre du cardinal Wyszyński à Mgr Castelli, 7 mai 1965, avec, en annexe, le document titré Avis de l’épiscopat de Pologne au sujet du Secrétariat d’apostolat laïc.

27 AS-PCL, Fondo Concilio Vaticano II, b. 35, lettre de Mgr Pierre Veuillot au cardinal Fernando Cento, 8 mai 1965.

28 AS-PCL, Fondo Concilio Vaticano II, b. 35, lettre de Mgr Pierre Veuillot à Mgr Glorieux, 25 juillet 1965. Mgr Glorieux répondit de façon critique à Mgr Veuillot : « Vous envisagez que le secrétariat projeté devienne une congrégation romaine “pour la discipline du peuple chrétien”, renouvelée et rajeunie selon l’esprit du Concile. Je ne sais si ce souhait est réalisable, surtout dans sa dernière partie ; mais une telle décision ne recouvrirait certainement pas la nécessité ressentie par les laïcs et beaucoup d’évêques de l’existence de bureaux d’études, à Rome, où des laïcs étudient, avec l’aide d’ecclésiastiques et sous la direction des évêques, tous les grands problèmes auxquels les chrétiens sont aujourd’hui affrontés dans le monde » (19 août 1965).

29 Mgr Veuillot, président depuis 1961 du Comité épiscopal de la mission ouvrière, suivait de près la question des prêtres au travail. Voir Tangi Cavalin, « Le contre-feu hiérarchique. Les évêques français et la Mission ouvrière (1954-1969) », dans Tangi Cavalin, Charles Suaud, Nathalie Viet-Depaule (dir.), De la subversion en religion, Paris, Karthala, 2010, p. 290-291.

30 Rosemary Goldie, « Le Conseil pontifical pour les laïcs : une “préhistoire” » (Rome, 1996), p. 11-12, manuscrit conservé dans la bibliothèque du Conseil pontifical pour les laïcs.

31 « Laici debent habere etiam in Curia romana locum aptum, iuxta eorum in Ecclesia dignitatem et apostolatu. »

32 AS-PCL, Fondo Vittorino Veronese, b. 3, schema de Organo “apud S. Sedem”, avec l’en-tête Commissio postconciliaris De apostolatu laicorum, 21 avril 1966.

33 AS-PCL, Fondo Vittorino Veronese, b. 3, lettre de Vittorio Bachelet à Vittorino Veronese, 16 avril 1966 : « Caro Veronese, io ritengo che occorra precisare o la sottolineare alcuni indirizzi conciliari rispetto ai quali si sono diffuse interpretazioni palesemente contrastanti con la lettera e lo spirito dei deliberati conciliari. Così, ad esempio, mi sembra importante, di fronte a talune interpretazioni che sembrano quasi contrapporre dialetticamente nella Chiesa, laici e gerarchia, apostolato laicale e apostolato gerarchico, riaffermare e chiarire che l’apostolato dei laici è la partecipazione dei cristiani laici all’unico apostolato della Chiesa sempre in unione con coloro che lo Spirito Santo ha posto a reggere la Chiesa di Dio. »

34 AS-PCL, Fondo Vittorino Veronese, b. 3, document corrigé à la suite de remarques reçues de la Secrétairerie d’État : corrections discutées durant la réunion de la Commission centrale postconciliaire et acceptées par elle (24 mai 1966).

35 AS-PCL, Fondo Vittorino Veronese, b. 3, lettre de Giovanni Da Pincia au cardinal Angelo Dell’Acqua, 20 juin 1966. Ci-joint l’examen du texte par la commission au cours de la séance du 16 mai 1966 : « Si passa quindi all’esame del Documento inviato dal Cardinal Cento, riguardante il progetto del “Consilium de laicis” preparato dalla Commissione postconciliare de Apostolatu laicorum. Il sottoscritto riferisce sui rilievi più salienti e su ciascun punto segue nutrita discussione. Viene così stabilito che si rediga uno schema nuovo, in cui si tengono presenti i seguenti punti : 1) Il nome deve essere “Consilium pro laicis” ; 2) Non si dica che “Laicis debent habere etiam in Curia romana locum aptum” ; ma “habent” ; 3) Non si dichiari, come fa la lett. d) che il nuovo organismo ha prevalente indole consultiva ; 4) Si emendi la lett. e) : “laici debent adesse in omnibus S. Sedis Dicasteriis, etc.” e si dica che possono essere chiamati anche i laici, come consultori, nei vari Dicasteri. »

36 Luca Rolandi, Emilio Guano. Religione e cultura nella Chiesa italiana del Novecento, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2001, 346 p. ; Maria Enrica Senesi, Giovanni Turbanti, Luca Rolandi, Emilio Guano. Un vescovo genovese al Concilio, Roma, Studium, 2011, 92 p.

37 Emilio Guano, « Gli intenti della Costituzione Gaudium et Spes », Studium, a. 62, n° 10, 1966, p. 637-645.

38 AS-PCL, Fondo Veronese, b. 3, « Quelques avis de Mgr Guano, évêque de Livorno, au sujet de la mise en œuvre du n° 26 du décret Apostolicam Actuositatem et du n° 90 de la constitution pastorale Gaudium et Spes » (recueillis par Rosemary Goldie, 24 septembre 1966).

39 Raymond Krupke, James J. Norris. An American Catholic Life, PhD, The Catholic University of America, 1995 ; Eileen Egan, Catholic Relief Services. The Beginning Years ; for the Life of the World, New York, Catholic Relief Services, 1988.

40 AS-PCL, Fondo Veronese, b. 3, lettre de James Norris, 10 mars 1966 : « On many occasions it has been said that the Church lost the working class in the late 19th century and the early 20th century because the great teachings of the Popes on Social Justice were not carried out. On many occasions I have tried to visualize what the situation might have been if Pope Leo XIII had a Secretary for the Promotion of Social Justice to follow up on his wonderful Encyclical, Rerum novarum… We are convinced that since the Church is in the forefront in teaching Social Justice, She should be in the forefront in having these teachings permeate society at all levels, and interest Christians particularly, to realize the responsibility that the wealthy nations have to the poor nations. »

41 AS-PCL, Fondo Veronese, b. 3, lettre de James J. Norris à Vittorino Veronese, 22 juin 1966.

42 AS-PCL, Fondo Veronese, b. 3, lettre de Vittorino Veronese à James J. Norris, 8 juillet 1966 : « Non ho l’impressione che il Santo Padre difetti di informazione sugli scopi e sull’attesa dell’organismo proposto e credo solo che sia molto esitante prima di creare nuovi organi presso la S. Sede […] P.S. In questo momento vengo informato della decisione del Santo Padre di creare un Comitato Provvisorio per l’apostolato dei laici. Come vedi (ti allego il testo del comunicato), in questo Comitato almeno tre persone (Vanistendael, Schauff ed io) siamo bene al corrente del problema. Comunque ora c’è tutto il tempo davanti a noi e niente è pregiudicato. »

43 AS-PCL, Fondo Veronese, b. 3, lettre de Vittorino Veronese à Charles Moeller, 30 juillet 1966.

44 François Houtart, « L’institution va-t-elle tuer le prophétisme ? », Informations catholiques internationales, n° 269-270, août 1966, p. 3-4 : « La non-création de cet organe dans l’Église catholique malgré tant d’insistance ne serait peut-être pas tellement grave en elle-même, si elle ne révélait pas un état d’esprit plus profond. Le 7 juillet, la radio vaticane annonçait la constitution du Comité provisoire pour l’apostolat des laïcs, dans son émission “Le Concile marche”. C’était, disait-elle, l’aboutissement des travaux postconciliaires. Cette décision “exprime une volonté ferme et précise de passer immédiatement à l’action pour traduire d’opération les programmes déjà définis”. Les langues latines sont particulièrement aptes à noyer sous des déluges de mots percutants des réalités bien plus ternes. […] Prendre au sérieux le problème du développement, “ce nouveau nom pour la paix”, remettrait trop de choses en question. […] Croyez-vous possible la coexistence entre un tel organe proche des problèmes des hommes et un monde de l’institution préoccupé avant tout de sa propre cohésion à des valeurs sans références aucunes avec le monde actuel ? Pensez-vous qu’une incitation permanente à l’initiative et au changement puisse coexister avec la sclérose physique et souvent aussi intellectuelle ? »

45 AS-PCL, Fondo Veronese, b. 3, 19 août 1966 : « Hai visto l’articolo de “L’Information catholique” dove si protesta così rudemente e brutalmente per la costituzione della piccola sezione per la giustizia internazionale del Segretariato dell’Apostolato dei Laici ? Che ne dici ? Se tu mi manderai qualche indicazione, io pensavo quasi di fare qualche spunto sull’Osservatore romano. Mi sembra un’enormità che si dicano tante cose spiacevoli nei confronti della Curia romana e, in sostanza, del Santo Padre » [ « T’est-il arrivé de lire l’article de “L’Information catholique” là où l’on proteste si rudement et brutalement contre la constitution de la petite section concernant la justice internationale du Secrétariat de l’apostolat des laïcs ? Qu’en penses-tu ? Si tu m’envoies quelques renseignements, je pourrai écrire quelques réflexions dans L’Osservatore romano. C’est énorme, à mon avis, qu’on dise tant de choses si désagréables à l’encontre de la Curie et, en fait, du Saint-Père. »].

46 AAS, LIX, 1967, p. 25-28 ; José Luis Illanes, « Consejo Pontificio para los Laico », Ius Canonicum, Universidad de Navarra, XXX, n° 60, 1990, p. 493-510.

47 Constitution apostolique Regimini Ecclesiae Universae, AAS, LIX, 1967, p. 920.

48 Ad E.mos Patres Cardinales et ad Romanae Curiae Praelatos, Summo Pontifici per E.mum Sacri Collegii Decanum felicia ac fausta ominatos, Nativitatis Domini nostri Iesu Christi festo recurrente : « L’anno 1967 vedrà pure qui in Roma la riunione, da Noi approvata, del terzo congresso mondiale dell’Apostolato dei Laici ; esso avrà luogo nei giorni 11-17 ottobre, iniziando – con felice coincidenza – nella medesima data in cui cinque anni or sono ebbe inizio il Concilio Ecumenico Vaticano II. Avrà per tema uno degli argomenti più vivi che il Concilio ha proposto : “Il Popolo di Dio nel cammino dell’umanità.” Un tema di ampie vedute e di grande attualità ; i partecipanti al Congresso avranno modo di approfondire il concetto della Chiesa come “Popolo di Dio”, che si inserisce attivamente nella storia umana ; passeranno ad esaminare la fisionomia dell’uomo d’oggi con i suoi problemi, le sue speranze e le sue gioie, le sue afflizioni, pene ed inquietudini ; e considereranno, infine, il senso della chiamata di Dio alla salvezza, al progresso, alla pace, e l’impegno con cui l’uomo deve corrispondervi », AAS, LIX, 1967, p. 56.

49 AS-PCL, Fondo Veronese, b. 2, lettre circulaire du président de la Conférence épiscopale italienne, le cardinal Giovanni Urbani, sd.

50 L’Osservatore romano, 16-17 octobre 1967.

51 Lay Apostolate, Bulletin Permanent Committee for International Congresses of the Lay Apostolate, 1967, n° 3, p. 29.

52 AS-PCL, Fondo Veronese, b. 2, mémoire du Père Giacomo Martegnani, sj, 25 janvier 1968 ; réponse de Vittorino Veronese, 6 février 1968.

53 Actes du troisième congrès mondial pour l’apostolat des laïcs, Rome, 11-18 octobre 1967, vol. 2 L’homme d’aujourd’hui, Rome, Copecial, 1968, p. 94.

54 Ibid., p. 107 et 109.

55 AS-PCL, Fondo Veronese, b. 2, lettre du cardinal Villot au cardinal Roy du 28 octobre 1967.

56 Liliana Cavani, réalisatrice engagée politiquement, a exploré la complexité de l’être humain pris dans des situations historiques difficiles et paradigmatiques. Elle a tourné des films marquants : Francesco d’Assisi (1966), Galileo (1968), I cannibali (1969), Il portiere di notte (1974), Al di là del bene e del male (1977).

57 Diego Fabbri, dramaturge et scénariste, est l’auteur de nombreuses pièces : Processo a Gesù (1952-1954), Il confidente (1964), Il vizio assurdo (1974), Al Dio ignoto (1980). Pour Fabbri, le théâtre devait désormais éclairer les âmes, se transformer en outil de libération culturelle et avoir comme fonction de porter un message et d’informer sur la réalité sociale avec, au centre de l’expression, l’histoire.

58 AS-PCL, Fondo Vittorino Veronese, b. 2, lettre de Liliana Cavani à Vittorino Veronese du 16 novembre 1966.

59 AS-PCL, Fondo Vittorino Veronese, b. 2, « Proposta di due serate culturali in occasione del “Congresso Internazionale dei Laici” », mémoire de Diego Fabbri présenté au cours de la rencontre, le 9 janvier 1967, du groupe de travail coordonné par le Copecial pour organiser la section « Témoignages » du congrès. Le mémoire était sa réponse à la lettre de Vittorino Veronese du 20 décembre 1966.

Auteur

Università Roma Tre

© LARHRA, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search