Version classiqueVersion mobile

Renouveau conciliaire et crise doctrinale. Rome et les Églises nationales (1966-1968)

 | 
Christian Sorrel

Contextes et conjonctures

Les catholiques traditionalistes et la première réception de Vatican II

Philippe Roy-Lysencourt

Texte intégral

  • 1 Pour des indications bibliographiques précises, voir notre Bibliographie du Concile Vatican II, Cit (...)
  • 2 Daniele Menozzi, « L’opposition au Concile », dans Giuseppe Alberigo, Jean-Pierre Jossua (éd.), La (...)

1La réception du Concile Vatican II est un objet d’étude extrêmement vaste qui intéresse un nombre croissant de théologiens et d’historiens de l’Église. Les premiers à réfléchir sur ce concept, pour cet événement, furent des théologiens comme Alois Grillmeier et Yves Congar au début des années 1970, mais il fallut attendre les années 1980 pour que les travaux sur la réception débutent vraiment sous l’impulsion des historiens de l’Église. Si les plus nombreux furent réalisés sur des aires géographiques particulières, certains chercheurs travaillèrent, par exemple, sur la réception du Concile dans les médias, dans les communautés religieuses, dans les Églises non catholiques, dans la Curie romaine, ainsi que sur les conséquences qu’on observe dans le Code de droit canonique et dans la théologie. À ces travaux sur des sujets précis, il faut ajouter les synthèses et les travaux de réflexion générale, en particulier ceux de Gilles Routhier et de Christoph Theobald1. Malgré toutes ces publications, de nombreux travaux restent à entreprendre sur la réception de Vatican II. Toutes les aires géographiques ne sont pas couvertes, loin de là, et de nombreux aspects n’ont pas été explorés. Parmi eux se trouve la réception du Concile par les catholiques traditionalistes. Quelques travaux existent sur le sujet2, mais ils sont loin de faire le tour de la question ; ils invitent plutôt à engager une recherche approfondie.

  • 3 Acta Apostolicae Sedis [AAS], LVIII (30 septembris 1966), n° 9, p. 659-661.

2Dans ce chapitre, nous allons nous intéresser à la première réception du Concile par les catholiques traditionalistes à travers leur accueil de la lettre Cum Oecumenicum du 24 juillet 1966. Dans ce document, le cardinal Ottaviani regrettait que soient parvenues à la Congrégation pour la doctrine de la foi « des nouvelles alarmantes au sujet d’abus grandissants dans l’interprétation de la doctrine du Concile » et il faisait part « d’opinions étranges et audacieuses apparaissant ici et là et qui troublent grandement l’esprit d’un grand nombre de fidèles ». Il spécifiait qu’il s’agissait « de jugements qui […] semblent affecter d’une certaine manière le dogme lui-même et les fondements de la foi ». Après avoir donné plusieurs exemples, il demandait aux Ordinaires des lieux de s’efforcer « de les enrayer ou de les prévenir », puis « d’en traiter et d’en faire rapport au Saint-Siège ». Il ne faudrait donc pas réduire cette lettre à une enquête. D’après les termes de la lettre, il s’agissait d’abord d’inciter les évêques à réprimer les erreurs signalées ou de les prévenir et ensuite, en second lieu, d’en faire rapport au Saint-Siège avant Noël 19663.

3Globalement, il y eut deux types de réponses. Il y eut celles qui minimisèrent les choses ou qui nièrent l’existence des erreurs mentionnées par le cardinal Ottaviani et celles qui allèrent dans le sens de la lettre. C’est le cas des traditionalistes que nous allons considérer dans ce chapitre. Celui-ci sera divisé en deux parties : dans la première, nous étudierons la réception de la lettre dans la presse traditionaliste française ; puis, dans la deuxième, nous présenterons la réponse de Mgr Marcel Lefebvre. Nous devons immédiatement spécifier qu’il faudrait pousser l’enquête beaucoup plus loin que nous ne l’avons fait pour prétendre faire le tour de la question.

Les publications traditionalistes et la lettre du cardinal Ottaviani

  • 4 Cyril Duchâteau, La Cité catholique et l’Office en France (1949-1982), mémoire de DEA, Université P (...)
  • 5 G.-H. Baudry, « Pensée catholique (La) » dans Catholicisme, t. 10, Paris, Letouzey et Ané, 1985, co (...)
  • 6 Roberto de Mattei, Le Croisé du xxe siècle. Plinio Corrêa de Oliveira, Lausanne, L’Âge d’Homme, 199 (...)
  • 7 Christelle Ledouble, La Presse traditionaliste après Vatican II : évolution de l’attitude des catho (...)
  • 8 « Louis Daménie (1911-1972) », L’Ordre français, n° 161, 1972, 89 p. ; Hugues Kéraly, « Louis Damén (...)
  • 9 Yves Chiron, Précurseur dans le combat pour la famille. Pierre Lemaire, Paris, Téqui, 2015, 328 p.
  • 10 Nicla Buonasorte, Siri. Tradizione e Novecento, Bologna, Il Mulino, 2006, 443 p.

4Il est difficile de dresser un portrait d’ensemble des réactions à la lettre du cardinal Ottaviani que l’on trouve dans les publications traditionalistes. Il faudrait les compulser entièrement, ce qui n’est pas une tâche aisée vu leur nombre et les difficultés pour y avoir accès. Quand on pense aux revues traditionalistes du Post-Concile, on songe essentiellement aux bulletins suivants : Permanences, organe de l’Office international des œuvres de formation civique et d’action doctrinale, l’ancienne Cité catholique4 ; La Pensée catholique, fondée en 1946 par les abbés Henri Lusseau, Luc J. Lefèvre, Victor-Alain Berto et Alphonse Roul5 ; Catolicismo, fondée en 1951 par Mgr Antônio de Castro Mayer6 ; Itinéraires, fondée en 1956 par Jean Madiran7 ; L’Ordre français, fondée la même année par Louis Daménie8 ; Défense du foyer, fondée en 1958 par Pierre Lemaire9 ; et Renovatio, fondée en 1966 par le cardinal Siri10. Dans ce chapitre, nous allons analyser uniquement les réactions à la lettre du cardinal Ottaviani qui se trouvent dans Défense du Foyer, La Pensée catholique et Itinéraires, car ce sont les seules pour lesquelles nous avons trouvé les numéros correspondant aux années 1966-1967 ou dans lesquelles il est fait mention de la lettre.

Défense du foyer

5Défense du foyer était un « organe d’action et de documentation familiales et civiques », tel que cela est spécifié sur la page de couverture de la revue. Né en 1903 dans les Ardennes, Pierre Lemaire était ingénieur de formation. Il commença à militer très jeune dans différents mouvements catholiques, notamment au sein de l’USIC (Union sociale des ingénieurs catholiques), du mouvement Pour l’Unité du Père Marcellin Fillière, de la FNC (Fédération nationale catholique) du général de Castelnau et dans les Équipes Notre-Dame. Lors de la Seconde Guerre mondiale, il servit comme officier. Fait prisonnier en juin 1940, il profita de sa captivité pour se former par la lecture et réfléchir. Cette période fut déterminante dans son existence puisqu’à son retour, il décida de changer de vie. Il s’établit à Arradon, dans le Morbihan, afin de se consacrer entièrement à l’éducation de ses enfants, tout en essayant de mener une vie autarcique. Après la guerre, suite à un appel de Pie XII aux pères de famille, il créa le COPARE (Comité de parents pour la réforme de l’enseignement) et la revue Paternité, laquelle connut une grande diffusion. Ultérieurement, il fonda d’autres périodiques parmi lesquels Défense du Foyer, Dieu est amour, Discours du pape et chronique romaine. En 1960, il érigea les Éditions Saint-Michel et, plus tard, en 1971, il racheta la librairie Pierre Téqui, une des plus anciennes maisons d’édition catholique de Paris.

6Il fut deux fois question de la circulaire du cardinal Ottaviani dans Défense du Foyer. La première fois, c’était dans le n° 80 de septembre-octobre 1966. La rédaction n’avait pas encore eu connaissance de la publication de la lettre dans les Acta Apostolicae Sedis du 30 septembre. Elle n’en publia donc que des extraits à partir de ce qui avait été dit dans la presse de la capitale française avec le commentaire suivant :

Fin juillet, le cardinal Ottaviani, pro-préfet de la Congrégation de la foi (ex-Saint-Office) a adressé avec l’approbation du pape aux conférences épiscopales nationales une circulaire qui est, en fait, une véritable mise en garde. Mgr Etchegaray et Mgr Pichon n’ayant pas fait de cet important document l’objet d’un communiqué officiel, nous ne pouvons que reproduire les données de la presse parisienne.

  • 11 « Pas de vacances pour la théologie », Défense du Foyer, n° 80, septembre-octobre 1966, p. 393-395.
  • 12 « Sur des erreurs qui atteignent le dogme et les fondements de la foi. Le texte intégral de la lett (...)

7La circulaire en elle-même était présentée de façon assez précise. Les dix exemples « d’opinions étranges et audacieuses » stigmatisées par le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi étaient donnés et les pages consacrées à cette lettre se terminaient par l’observation suivante : « C’est donc un document postconciliaire qui, avec le concours des évêques, dresse la liste de ces dangers et de ces erreurs. Ceux-ci, précise la circulaire, n’existent que d’une manière diffuse, “ici et là”, et ne sont rassemblés dans une synthèse que pour être mieux repoussés11. » Après que la lettre du cardinal Ottaviani ait été connue par les Acta Apostolicae Sedis, elle fut publiée intégralement dans le numéro suivant de Défense du foyer, à partir de la traduction française parue dans La Croix12. À part des indications formelles (rappel du numéro précédent, sources), elle n’était accompagnée d’aucun commentaire.

La Pensée catholique

  • 13 Philippe Roy-Lysencourt, Le Coetus…, t. 1, p. 134-136 et 193.
  • 14 Lettre de l’abbé Berto à M. le curé-archiprêtre de M., 30 décembre 1956, Notre-Dame de Joie. Corres (...)

8La Pensée catholique est une revue fondée par des anciens du Séminaire français de Rome13. Selon l’abbé Berto, qui fut le peritus privatus de Mgr Lefebvre et du Coetus Internationalis Patrum au Concile Vatican II, elle « est née et subsiste de la fidélité à l’esprit du Séminaire français tel qu’il était dans les années glorieuses du Père Le Floch14 ». Cette revue fut l’une des plus représentatives du traditionalisme catholique et de la romanité en France. Celle-ci s’y manifestait particulièrement par un ultramontanisme d’esprit et de cœur, par un attachement indéfectible au thomisme en philosophie, par une soumission absolue au Magistère ecclésiastique, par une intransigeance doctrinale contre-révolutionnaire, par un antilibéralisme foncier et par un intégrisme clairement revendiqué.

  • 15 Luc J. Lefèvre, « La lettre de S. Ém. le cardinal Ottaviani aux présidents des conférences épiscopa (...)

9Il est question de la lettre du cardinal Ottaviani dans le numéro 103 du quatrième trimestre 1966. La Pensée Catholique reproduisait la version latine de la lettre et proposait une traduction française. Elle était précédée d’une introduction de l’abbé Lefèvre dans laquelle il s’insurgeait contre ceux qui essayaient de faire croire qu’elle n’aurait pas eu l’assentiment du pape. Il précisait que « le lecteur qui a le sens de l’Église verra qu’il a profit, et grand profit même, à connaître exactement ce dont il est question » dans la lettre. Et de quoi s’agissait-il ? « Tout simplement […] de la foi catholique, de la doctrine de la foi ; il s’agit, plus précisément même, de la défense de la foi et de la doctrine de la foi. » Selon l’abbé Lefèvre, la lettre du cardinal Ottaviani confirmait les informations données par la revue à ses lecteurs et était en continuité avec les avertissements de Paul VI. Voici ce qu’il écrivait à ce propos : « Le texte suffit, non pas tant pour nous “informer” que pour nous confirmer dans nos informations. La lettre de la S. Congrégation […] n’aura dû surprendre personne. Depuis les premiers jours de son pontificat, […] le Saint-Père a multiplié ses avertissements […], ses graves inquiétudes en tout ce qui regarde la foi dans l’Église catholique. » L’abbé Lefèvre concluait son introduction par les mots suivants : « Le mal, indéniable, qui sévit à cette heure accable tous les peuples de l’univers. Pierre ne cesse de dire : Vigilate… Veillez… Au Peuple de Dieu, il revient de l’entendre. Il revient de veiller. Il revient d’obéir15. »

  • 16 Luc J. Lefèvre, « La lettre de la S. Congrégation et le congrès international de théologie. Extrait (...)

10Dans La Pensée catholique, après le texte de la lettre, et pour soutenir son interprétation du document, l’abbé Lefèvre reproduisait des extraits du discours d’ouverture de Mgr Garrone au congrès international de théologie qui s’est tenu du 26 septembre au 1er octobre 1966. Dans ce discours, celui qui était alors pro-préfet de la Congrégation des séminaires et universités allait explicitement dans le même sens que le cardinal Ottaviani. Après avoir cité quelques extraits de son discours, l’abbé Lefèvre écrivait : « Puissent ces notes graves d’un membre éminent de la Curie romaine aider à effacer les propos légers, et parfois indécents, qu’ont tenus plus récemment des théologiens-journalistes ou des journalistes-théologiens, informateurs des Ordinaires et fabricants de l’opinion16. »

Itinéraires

11Itinéraires était une revue mensuelle, fondée et dirigée par Jean Arfel, dit Jean Madiran. Les thèmes abordés y étaient nombreux, mais il y était essentiellement question du catholicisme, de la vie religieuse, de questions de société, de questions historiques, du communisme. Tout cela dans une grande attache aux prérogatives pontificales et au Magistère ecclésiastique.

  • 17 « Notules », Itinéraires. Chroniques et documents, n° 108, décembre 1966, p. 205-206.

12Contrairement à La Pensée catholique, la revue Itinéraires ne publia pas le texte de la lettre. Elle l’évoqua seulement ici et là sans y consacrer un quelconque article au moment de sa parution. En compulsant la revue, on s’aperçoit qu’aucun article n’a été dédié à la lettre avant la parution de la réponse de l’épiscopat français. Il faut attendre le numéro 108 de décembre 1966 pour qu’il en soit question pour la première fois. Dans ses « Notes critiques », Itinéraires s’en prit notamment au Père Rouquette qui, dans Études, se demandait si la lettre du cardinal était une initiative personnelle et la réduisait à une simple enquête17.

  • 18 « Le Christ au cinquième rang », ibid., n° 110, février 1967, p. 11-19.

13Plus tard, dans le numéro 110 de février 1967, la revue publia un long éditorial sur la question. Il n’est pas signé, mais il est probablement de Jean Madiran. Cet éditorial s’en prend à ce qu’on savait alors de la réponse française d’après les propos de Mgr Pichon dans une conférence de presse, c’est-à-dire les deux principaux reproches qu’auraient faits les évêques français, rapportés par les journalistes. Premièrement, « que les dix points successifs de la lettre du cardinal Ottaviani avaient le tort grave de découper les choses en tranches artificielles, alors que, pour être fidèle à l’esprit du Concile, il convient d’envisager les choses globalement ». Deuxièmement, « que dans les dix points du cardinal Ottaviani, le Christ arrivait seulement au cinquième rang, ce qui est anormal et contraire à l’esprit du Concile, lequel […] enjoint de mettre le Christ au premier rang et de tout centrer sur lui ». L’auteur de l’éditorial formulait « l’hypothèse qu’il y a[vait] quelque part un malentendu […], et que nul n’a[vait] réellement tenu de tels propos, [parce qu’ils] constitueraient une polémique ouverte, publique, insolente contre un acte officiel du Saint-Siège [et] parce que de tels propos [n’avaient] aucune espèce de consistance intellectuelle ». Il tâchait donc de « montrer l’inanité radicale de ces deux objections prétendues » et « de défendre la lettre du cardinal Ottaviani contre les insolences absurdes18 ».

  • 19 Jean Madiran, « La réponse », ibid., n° 111, mars 1967, p. 269-281.

14Enfin, dans son numéro 111 du mois de mars 1967, Itinéraires publiait un article de Jean Madiran sur la réponse française. Il donnait quelques extraits qui l’avaient marqué, sans les commenter, mais il s’attardait longuement sur ce qui était dit de la christologie, à savoir notamment que « l’acception des mots nature et personne est aujourd’hui différente, pour un esprit philosophique, de ce qu’elle était au Ve siècle ou dans le thomisme ». Madiran tâchait notamment de montrer ce qui était rejeté dans cette proposition, à savoir la définition de la personne faite par Boèce. Il s’agissait là, selon lui, d’un « glissement majeur » engendrant un triple mirage, à savoir : celui de faire comme si la philosophie moderne était toute la philosophie contemporaine ; celui de considérer comme s’il allait de soi d’appliquer à tous les contemporains ce qui valait pour les philosophes ; celui d’omettre la médiation nécessaire qui est celle de notions et d’un langage naturellement vrais, c’est-à-dire d’un langage philosophique qui soit adapté à tous les temps19.

  • 20 Jean-Dominique Fabre, Le Père Roger-Thomas Calmel, Suresnes, Clovis, 2012, p. 378.

15Jean Madiran ne fut pas le seul traditionaliste à contester ce passage de la réponse des évêques français. Un autre représentant éminent du traditionalisme postconciliaire, le dominicain Roger-Thomas Calmel, auteur de nombreux livres et articles, notamment dans Itinéraires, réagit sur le même passage. Dans une lettre privée, il affirmait : « La réponse des évêques au cardinal Ottaviani est pitoyable. Ils laissent entendre que, pour exprimer au monde moderne les vérités de foi définie, il faut donner un autre sens aux termes de personne, de nature et autres. Ce qui serait changer la religion20. »

La réponse de Mgr Lefebvre

  • 21 Marcel Lefebvre, J’accuse le Concile !, Martigny, Éditions Saint-Gabriel, 1976, p. 106-112.
  • 22 Philippe Roy-Lysencourt, Le Coetus…, 8 vol., 2 331 p. ; Les Membres du Coetus Internationalis Patru (...)

16La lettre du cardinal Ottaviani a été envoyée aux conférences épiscopales et aux supérieurs des congrégations. C’est donc en tant que supérieur général des Spiritains que Mgr Lefebvre répondit au préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Sa réponse est datée du 20 décembre 1966. Elle a été rendue publique par l’intéressé lui-même dans son livre J’accuse le Concile ! publié en 1976. Dans cet ouvrage, il accompagna sa lettre d’une introduction et d’une conclusion. Dans l’introduction, il expliquait notamment que sa lettre terminait son « action directe au Concile21 ». Cela montre bien qu’il la considérait dans la continuité de son rôle, notamment au sein du Coetus Internationalis Patrum dont il avait assuré la présidence22. Il affirmait également qu’« il fallait s’aveugler volontairement pour ne pas craindre le pire dans les suites [du] Concile » et que celles-ci avaient « dépassé toutes les prévisions les plus pessimistes ». Pour ses lecteurs, Mgr Lefebvre justifiait la lettre envoyée par le cardinal Ottaviani de la façon suivante : « Un an après le Concile, la foi de nombreux fidèles était tellement ébranlée que le cardinal Ottaviani demandait à tous les évêques du monde et aux supérieurs généraux d’ordres et de congrégations de répondre à une enquête sur le danger que couraient certaines vérités fondamentales de notre foi. »

17La réponse de Mgr Lefebvre comporte plus de 1450 mots dans lesquels on peut discerner sept parties que nous allons considérer successivement.

181) Tout d’abord, Mgr Lefebvre informait le cardinal Ottaviani que sa lettre avait été envoyée à tous les supérieurs majeurs de sa congrégation et il lui donnait les résultats de cette consultation. Après avoir spécifié que peu de réponses étaient arrivées, il s’attardait sur celles qui étaient venues d’Afrique en précisant qu’elles ne niaient pas qu’une grande confusion régnait dans les esprits. Concernant les opinions et les erreurs à propos desquelles le cardinal Ottaviani demandait un rapport, Mgr Lefebvre écrivait :

Si ces vérités ne paraissent pas mises en doute, cependant dans la pratique, on assiste à une diminution de ferveur et de régularité dans la réception des sacrements, surtout du sacrement de pénitence. On constate un respect très diminué de la sainte Eucharistie, surtout de la part des prêtres, une raréfaction des vocations sacerdotales dans les missions de langue française ; celles de langues anglaise et portugaise sont moins touchées par l’esprit nouveau, mais les revues et journaux y diffusent déjà les théories les plus avancées.

192) Mgr Lefebvre rebondissait ensuite sur le petit nombre de réponses reçues. Il spécifiait que c’était causé par « la difficulté de saisir ces erreurs qui sont partout diffuses ». Il ajoutait : « Le mal se situe surtout dans une littérature qui sème la confusion dans les esprits par des descriptions ambiguës, équivoques, mais sous lesquelles on découvre une nouvelle religion. » Il reprendra souvent par la suite cette idée que le Concile a transformé l’Église catholique en une nouvelle religion. Ainsi, par exemple, dans une lettre à l’abbé Berto en octobre 1968, il écrivit : « Le pape parle, mais craint d’agir et de nommer autour de lui des hommes sûrs. Tant qu’il continuera à être entouré et à s’entourer de theillardistes [sic], rien ne changera. Les nominations d’évêques sont toujours orientées vers la nouvelle religion, car c’est vraiment une nouvelle religion. » Mgr Lefebvre ne reprit pas tels quels les points donnés en exemple par le cardinal Ottaviani, et il s’en expliqua ainsi : « Volontiers, je suivrais l’ordre des vérités énoncées dans votre lettre, mais j’ose dire que le mal actuel me paraît beaucoup plus grave que la négation ou mise en doute d’une vérité de notre foi. » Il spécifiait que ce mal se manifestait par une confusion extrême des idées et par la désagrégation des institutions de l’Église. Ce mal n’était, selon lui, « que la continuation logique des hérésies et erreurs qui minent l’Église depuis les derniers siècles, spécialement depuis le libéralisme du dernier siècle qui s’est efforcé à tout prix de concilier l’Église et les idées qui ont abouti à la Révolution ».

203) Mgr Lefebvre spécifiait ensuite que l’Église avait progressé dans la mesure où elle s’était opposée aux « idées qui vont à l’encontre de la saine philosophie et de la théologie », mais que toute compromission avec les « idées subversives » avait « provoqué un alignement de l’Église dans le droit commun et le risque de la rendre esclave des sociétés civiles ». Il ajoutait que chaque fois que des groupes de catholiques s’étaient « laissés attirer par ces mythes », les papes les avaient rappelés à l’ordre, qu’ils les avaient éclairés et qu’ils les avaient condamnés si nécessaire. Il donnait les exemples suivants : « Le libéralisme catholique est condamné par Pie IX, le modernisme par Léon XIII, le sillonisme par saint Pie X, le communisme par Pie XI, le néo-modernisme par Pie XII. » Grâce à cette vigilance des papes, soulignait Mgr Lefebvre, « l’Église se consolide et se développe. Les conversions de païens, de protestants sont très nombreuses ; l’hérésie est en déroute complète, les États acceptent une législation plus catholique ». Cependant, ajoutait-il, « des groupes de religieux imbus de ces idées fausses réussissent à les répandre dans l’Action catholique, dans les séminaires grâce à une certaine indulgence des évêques et la tolérance de certains dicastères romains. Bientôt, c’est parmi ces prêtres que seront choisis les évêques ».

214) Mgr Lefebvre en arrivait ensuite à Vatican II, qu’il dénonça sans ambages. La première chose qu’il déplorait, c’était le rejet du travail des commissions préparatoires pour faire place, écrivait-il, « à la plus grave tragédie qu’a jamais subie l’Église ». Il ajoutait : « Nous avons assisté au mariage de l’Église avec les idées libérales. Ce serait nier l’évidence, se fermer les yeux que de ne pas affirmer courageusement que le Concile a permis à ceux qui professent les erreurs et les tendances condamnées par les papes […] de croire légitimement que leurs doctrines étaient désormais approuvées. » Mgr Lefebvre continuait :

Alors que le Concile se préparait à être une nuée lumineuse dans le monde d’aujourd’hui si l’on avait utilisé les textes préconciliaires dans lesquels on trouvait une profession solennelle de doctrine sûre au regard des problèmes modernes, on peut et on doit malheureusement affirmer : Que, d’une manière à peu près générale, lorsque le Concile a innové, il a ébranlé la certitude de vérités enseignées par le Magistère authentique de l’Église comme appartenant définitivement au trésor de la Tradition.

22Dans la réponse de Mgr Lefebvre, cette dernière phrase est en italique, ce qui suggère qu’il s’agit du cœur de sa lettre, de ce qu’il considérait comme étant le plus important. Les domaines dans lesquels se trouvaient les innovations stigmatisées étaient les suivants : la transmission de la juridiction des évêques ; les deux sources de la Révélation ; l’inspiration scripturaire ; la nécessité de la grâce pour la justification ; la nécessité du baptême catholique ; la vie de la grâce chez les hérétiques, les schismatiques et les païens ; les fins du mariage ; la liberté religieuse ; et les fins dernières. « Sur ces points fondamentaux, la doctrine traditionnelle était claire et enseignée unanimement dans les universités catholiques. Or, de nombreux textes du Concile sur ces vérités permettent désormais d’en douter. »

235) Mgr Lefebvre passait ensuite aux conséquences du Concile qu’il dénonçait en cinq types de doutes et sur ce qu’ils entraînaient. a) « Les doutes sur la nécessité de l’Église et des sacrements entraînent la disparition des vocations sacerdotales. » b) « Les doutes sur la nécessité et la nature de la “conversion” de toute âme entraînent la disparition des vocations religieuses, la ruine de la spiritualité traditionnelle dans les noviciats, l’inutilité des missions. » c) « Les doutes sur la légitimité de l’autorité et l’exigence de l’obéissance provoqués par l’exaltation de la dignité humaine, de l’autonomie de la conscience, de la liberté ébranlent toutes les sociétés en commençant par l’Église, les sociétés religieuses, les diocèses, la société civile, la famille. » d) « Les doutes sur la nécessité de la grâce pour être sauvé provoquent la mésestime du baptême désormais remis à plus tard, l’abandon du sacrement de pénitence. » Mgr Lefebvre précisait qu’il s’agissait « surtout d’une attitude des prêtres et non des fidèles » et qu’il en était « de même pour la présence réelle : ce sont les prêtres qui agissent comme s’ils ne croyaient plus, en cachant la Sainte Réserve, en supprimant toutes les marques de respect envers le Saint-Sacrement, et toutes les cérémonies en son honneur ». e) « Les doutes sur la nécessité de l’Église source unique de Salut, sur l’Église catholique seule vraie religion, provenant des déclarations sur l’œcuménisme et sur la liberté religieuse, détruisent l’autorité du Magistère de l’Église. » La conclusion générale de Mgr Lefebvre sur les conséquences du Concile était la suivante : « Il faut donc, acculé par les faits, conclure que le Concile a favorisé d’une manière inconcevable la diffusion des erreurs libérales. La foi, la morale, la discipline ecclésiastique sont ébranlées dans leurs fondements. »

246) On peut ensuite discerner une sixième partie dans la lettre de Mgr Lefebvre. Dans celle-ci, il donnait des conseils au pape pour renverser la situation. Il commençait par le constat suivant : « La destruction de l’Église avance à pas rapides. Par une autorité exagérée donnée aux conférences épiscopales, le souverain pontife s’est rendu impuissant. » Cependant, affirmait-il, « le successeur de Pierre et lui seul peut sauver l’Église ». Voici maintenant les conseils qu’il donnait au pape. Ils sont au nombre de sept : a) Qu’il « s’entoure de vigoureux défenseurs de la foi, qu’il les désigne dans les diocèses importants ». b) « Qu’il daigne par des documents importants proclamer la vérité, poursuivre l’erreur, sans crainte des contradictions, sans crainte des schismes, sans crainte de remettre en cause les dispositions pastorales du Concile. » c) Qu’il encourage « les évêques à redresser la foi et les mœurs individuellement, chacun dans leurs diocèses respectifs ». d) Qu’il incite les évêques « à réformer leurs séminaires, à y restaurer les études selon saint Thomas ». e) Qu’il encourage « les supérieurs généraux à maintenir dans les noviciats et les communautés les principes fondamentaux de toute ascèse chrétienne, surtout l’obéissance ». f) Qu’il encourage « le développement des écoles catholiques, la presse de saine doctrine, les associations de familles chrétiennes ». g) Qu’il réprimande « les fauteurs d’erreurs » et qu’il les réduise « au silence », ce à quoi il ajoutait, en terminant sur les conseils qu’il donnait au pape : « Les allocutions des mercredis ne peuvent remplacer les encycliques, les mandements, les lettres aux évêques. »

257) Enfin, Mgr Lefebvre terminait sa lettre en expliquant que sa témérité était dictée par « un amour ardent […] de la gloire de Dieu, […] de Jésus, […] de Marie, de son Église, du successeur de Pierre », et il demandait à l’Esprit saint de « venir en aide au pasteur de l’Église universelle ».

26En 1976, lorsqu’il publia cette lettre, Mgr Lefebvre y adjoignit une conclusion dans laquelle il affirmait que sa réponse demeurait aussi vraie que lorsqu’il l’avait écrite, et que le critère de la vérité était la Tradition. Voici ce qu’il disait à ce propos :

Le critère de la vérité, et d’ailleurs de l’infaillibilité du pape et de l’Église, c’est sa conformité à la Tradition et au dépôt de la foi. […] S’éloigner de la Tradition, c’est s’éloigner de l’Église, c’est parce qu’il est dans la nature de l’Église d’être une Tradition qu’elle a toujours eu instinctivement horreur de la nouveauté, du changement, de la mutation, sous quelque prétexte que ce soit.

  • 23 Philippe Roy-Lysencourt, « La première réception du Concile Vatican II par les catholiques traditio (...)

27Dans la réponse de Mgr Lefebvre, on peut voir en germe toute sa contestation postérieure du Concile, qu’il n’hésite pas à attaquer de façon catégorique. C’est une chose qu’il ne faisait pas encore en public à cette date, même s’il se le permettait en privé comme le montre sa correspondance. Il commença à prendre publiquement position contre le Concile après sa démission de supérieur de la congrégation du Saint-Esprit en 1968, soit deux ans après sa lettre au cardinal Ottaviani. Avant cette date, dans aucune de ses interventions publiques – du moins à notre connaissance –, il ne se prononça explicitement contre le Concile23.

28Ce travail n’est que le résultat d’une première enquête qui mériterait d’être approfondie. Pour cela, il faudrait étudier l’ensemble des revues traditionalistes et analyser les réactions des grands acteurs du traditionalisme postconciliaire. Cette recherche permettrait d’appréhender de façon détaillée la toute première réception du Concile par les traditionalistes. Le grand problème reste l’accès aux archives. Nous avons cherché du côté des amis brésiliens de Mgr Lefebvre qui étaient à ses côtés au Concile, Mgr Geraldo de Proença Sigaud et Mgr Antônio de Castro Mayer, sans succès. Du côté de Solesmes, il n’y a aucune trace d’une réponse ni d’une quelconque réaction. Nous avons également essayé d’avoir accès à la documentation des disciples de l’abbé de Nantes, mais nous n’avons pas reçu la moindre réponse. Concernant les périodiques, en Italie, il n’y a rien sur cette lettre dans Renovatio, même si la revue partage par ailleurs les craintes du cardinal Ottaviani. Pour les autres, à part Défense du Foyer, La Pensée catholique et Itinéraires, nous n’avons pas trouvé tous les numéros correspondant aux années 1966-1967 de L’Ordre français, Permanences et Catolicismo.

29À partir de la réponse de Mgr Lefebvre et de ce que l’on trouve dans Défense du Foyer, La Pensée catholique et Itinéraires, on peut déjà faire quelques conclusions. Tout d’abord, les traditionalistes s’intéressèrent beaucoup à la lettre du cardinal Ottaviani. Ensuite, et ce n’est pas une surprise, ils allaient dans le sens de son texte. La lettre du cardinal les confortait dans leur combat. Également, ils étaient choqués par ceux qui osaient se prononcer contre cette lettre ou nier qu’elle ait eu l’assentiment du pape. Enfin, ils étaient outrés de la réponse de l’épiscopat français.

30En prenant un peu de hauteur par rapport à la circulaire du cardinal Ottaviani et à sa réception dans les milieux traditionalistes, on peut tirer quelques conclusions sur leur première réception du Concile. Dès 1966-1967, des représentants éminents du traditionalisme parlent de « nouvelle religion » lorsqu’ils considèrent le catholicisme postconciliaire. On l’a vu avec Mgr Lefebvre et le Père Calmel. C’est une accusation qui sera reprise par la suite et qui est encore en vigueur. Ainsi, par exemple, dans un sermon donné à Chicago le 1er janvier 2015, Mgr Bernard Tissier de Mallerais, l’un des quatre évêques sacrés par Mgr Lefebvre en 1988, dit ceci dans le contexte du rapprochement de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X avec Rome :

  • 24 « Ma résolution et mes conseils : sermon de Mgr Tissier de Mallerais donné à Chicago le 1er janvier (...)

Assurez-vous, mes chers fidèles, qu’il n’est pas question de faire de compromis ni de compromission entre la Fraternité Saint-Pie X et les puissances occupantes de l’Église. Nous n’amènerons jamais la Fraternité Saint-Pie X à la nouvelle religion. Saint Pie X n’aurait pas accepté de se réconcilier avec la nouvelle religion ! Donc, assurez-vous bien qu’il n’y aura pas de compromis, ni de compromission avec les puissances occupantes [de] l’Église24.

31Par ailleurs, un an après la clôture de Vatican II, le Concile fut considéré par les traditionalistes comme étant catastrophique. Par conséquent, à la sortie de l’événement, on avait déjà en germe toutes les contestations postérieures. Cependant, elles n’étaient pas encore manifestes. Mgr Lefebvre, nous l’avons indiqué, ne remettra pas publiquement en cause Vatican II avant 1968. Antérieurement à cette date, il recevait officiellement les textes promulgués, même si sa réponse à la consultation du cardinal Ottaviani et ses lettres privées montrent de profondes réserves personnelles. D’une façon plus générale, avant la promulgation du Novus Ordo Missae, les traditionalistes se battirent contre l’interprétation qu’ils jugeaient non traditionnelle des documents conciliaires. Mais cette position, d’inconfortable qu’elle était, devint rapidement difficile à tenir, car l’Église s’imprégnait chaque jour davantage de l’esprit du Concile qu’ils pourfendaient si vigoureusement. Les traditionalistes vont donc se diviser entre ceux qui estimaient qu’il fallait mettre l’autorité avant leurs convictions doctrinales et ceux qui mettaient la doctrine avant l’autorité. Cette dernière alternative fut celle de Mgr Lefebvre dont la réponse au cardinal Ottaviani s’inscrit dans la suite des combats qu’il a menés à Vatican II. On y retrouve les mêmes accusations, notamment contre l’œcuménisme et la liberté religieuse. Ce sont des reproches qu’il reprendra publiquement par la suite et qui sont toujours les fers de lance de la Fraternité Saint-Pie X qu’il a fondée.

Annexes

Réponse de Mgr Marcel Lefebvre, supérieur général de la congrégation du Saint-Esprit (20 décembre 196625)

Éminence Révérendissime,

Votre lettre du 24 juillet concernant la mise en doute de certaines vérités a été communiquée par les soins de notre secrétariat à tous nos supérieurs majeurs.

Peu de réponses nous sont parvenues. Celles qui nous sont parvenues d’Afrique ne nient pas qu’une grande confusion règne actuellement dans les esprits. Si ces vérités ne paraissent pas mises en doute, cependant dans la pratique, on assiste à une diminution de ferveur et de régularité dans la réception des sacrements, surtout du sacrement de pénitence. On constate un respect très diminué de la sainte Eucharistie, surtout de la part des prêtres, une raréfaction des vocations sacerdotales dans les missions de langue française ; celles de langues anglaise et portugaise sont moins touchées par l’esprit nouveau, mais les revues et journaux y diffusent déjà les théories les plus avancées.

Il semble que la cause du petit nombre de réponses reçues provienne de la difficulté de saisir ces erreurs qui sont partout diffuses ; le mal se situe surtout dans une littérature qui sème la confusion dans les esprits par des descriptions ambiguës, équivoques, mais sous lesquelles on découvre une nouvelle religion.

Je crois de mon devoir de vous exposer en toute clarté ce qui ressort de mes conversations avec de nombreux évêques, prêtres, laïcs d’Europe et d’Afrique, qui ressort aussi de mes lectures en pays anglais et français.

Volontiers je suivrais l’ordre des vérités énoncées dans votre lettre, mais j’ose dire que le mal actuel me paraît beaucoup plus grave que la négation ou mise en doute d’une vérité de notre foi. Il se manifeste de nos jours par une confusion extrême des idées, par la désagrégation des institutions de l’Église, institutions religieuses, séminaires, écoles catholiques, en définitive de ce qui a été le soutien permanent de l’Église, mais il n’est autre que la continuation logique des hérésies et erreurs qui minent l’Église depuis les derniers siècles, spécialement depuis le libéralisme du dernier siècle qui s’est efforcé à tout prix de concilier l’Église et les idées qui ont abouti à la Révolution.

Dans la mesure où l’Église s’est opposée à ces idées qui vont à l’encontre de la saine philosophie et de la théologie, elle a progressé ; au contraire, toute compromission avec ces idées subversives a provoqué un alignement de l’Église dans le droit commun et le risque de la rendre esclave des sociétés civiles.

Chaque fois d’ailleurs que des groupes de catholiques se sont laissés attirer par ces mythes, les papes, courageusement, les ont rappelés à l’ordre, les ont éclairés et, s’il le fallait, condamnés. Le libéralisme catholique est condamné par Pie IX, le modernisme par Léon XIII, le sillonisme par saint Pie X, le communisme par Pie XI, le néo-modernisme par Pie XII.

Grâce à cette admirable vigilance, l’Église se consolide et se développe. Les conversions de païens, de protestants sont très nombreuses ; l’hérésie est en déroute complète, les États acceptent une législation plus catholique.

Cependant, des groupes de religieux imbus de ces fausses idées réussissent à les répandre dans l’Action catholique, dans les séminaires grâce à une certaine indulgence des évêques et la tolérance de certains dicastères romains. Bientôt, c’est parmi ces prêtres que seront choisis les évêques.

C’est ici que se situe alors le Concile qui s’apprêtait par les Commissions préparatoires à proclamer la vérité face à ces erreurs afin de les faire disparaître pour longtemps du milieu de l’Église. C’eût été la fin du protestantisme et le commencement d’une nouvelle ère féconde pour l’Église.

Or, cette préparation a été odieusement rejetée pour faire place à la plus grave tragédie qu’a jamais subie l’Église. Nous avons assisté au mariage de l’Église avec les idées libérales. Ce serait nier l’évidence, se fermer les yeux que de ne pas affirmer courageusement que le Concile a permis à ceux qui professent les erreurs et les tendances condamnées par les papes ci-dessus nommés de croire légitimement que leurs doctrines étaient désormais approuvées.

Alors que le Concile se préparait à être une nuée lumineuse dans le monde d’aujourd’hui si l’on avait utilisé les textes préconciliaires dans lesquels on trouvait une profession solennelle de doctrine sûre au regard des problèmes modernes, on peut et on doit malheureusement affirmer que, d’une manière à peu près générale, lorsque le Concile a innové, il a ébranlé la certitude de vérités enseignées par le Magistère authentique de l’Église comme appartenant définitivement au trésor de la Tradition, qu’il s’agisse de la transmission de la juridiction des évêques, des deux sources de la Révélation, de l’inspiration scripturaire, de la nécessité de la grâce pour la justification, de la nécessité du baptême catholique, de la vie de la grâce chez les hérétiques, schismatiques et païens, des fins du mariage, de la liberté religieuse, des fins dernières, etc. Sur ces points fondamentaux, la doctrine traditionnelle était claire et enseignée unanimement dans les universités catholiques. Or, de nombreux textes du Concile sur ces vérités permettent désormais d’en douter.

Les conséquences en ont été rapidement tirées et appliquées dans la vie de l’Église :

  • Les doutes sur la nécessité de l’Église et des sacrements entraînent la disparition des vocations sacerdotales.

  • Les doutes sur la nécessité et la nature de la « conversion » de toute âme entraînent la disparition des vocations religieuses, la ruine de la spiritualité traditionnelle dans les noviciats, l’inutilité des missions.

  • Les doutes sur la légitimité de l’autorité et l’exigence de l’obéissance provoqués par l’exaltation de la dignité humaine, de l’autonomie de la conscience, de la liberté ébranlent toutes les sociétés en commençant par l’Église, les sociétés religieuses, les diocèses, la société civile, la famille. L’orgueil a pour suite normale toutes les concupiscences des yeux et de la chair ; c’est peut-être une des constatations les plus affreuses de notre époque de voir à quelle déchéance morale sont parvenues la plupart des publications catholiques ; on y parle sans aucune retenue de la sexualité, de la limite des naissances par tous les moyens, de la légitimité du divorce, de l’éducation mixte, du flirt, des bals comme moyens nécessaires de l’éducation chrétienne, du célibat des prêtres, etc.

  • Les doutes sur la nécessité de la grâce pour être sauvé provoquent la mésestime du baptême désormais remis à plus tard, l’abandon du sacrement de pénitence. Il s’agit d’ailleurs surtout d’une attitude des prêtres et non des fidèles. Il en est de même pour la présence réelle : ce sont des prêtres qui agissent comme s’ils n’y croyaient plus, en cachant la Sainte Réserve, en supprimant toutes les marques de respect envers le Saint-Sacrement et toutes les cérémonies en son honneur.

  • Les doutes sur la nécessité de l’Église source unique de salut, sur l’Église catholique seule vraie religion, provenant des déclarations sur l’œcuménisme et la liberté religieuse, détruisent l’autorité du Magistère de l’Église. En effet, Rome n’est plus la Magistra Veritatis unique et nécessaire.

Il faut donc, acculé par les faits, conclure que le Concile a favorisé d’une manière inconcevable la diffusion des erreurs libérales. La foi, la morale, la discipline ecclésiastique sont ébranlées dans leurs fondements, selon les prédictions de tous les papes.

La destruction de l’Église avance à pas rapides. Par une autorité exagérée donnée aux conférences épiscopales, le souverain pontife s’est rendu impuissant. En une seule année, que d’exemples douloureux ! Cependant, le successeur de Pierre et lui seul peut sauver l’Église.

Que le Saint Père s’entoure de vigoureux défenseurs de la foi, qu’il les désigne dans les diocèses importants. Qu’il daigne par des documents importants proclamer la vérité, poursuivre l’erreur, sans crainte des contradictions, sans crainte des schismes, sans crainte de remettre en cause les dispositions pastorales du Concile.

Daigne le Saint Père encourager les évêques à redresser la foi et les mœurs individuellement, chacun dans leurs diocèses respectifs, comme il convient à tout bon pasteur ; soutenir les évêques courageux, les inciter à réformer leurs séminaires, à y restaurer les études selon saint Thomas ; encourager les supérieurs généraux à maintenir dans les noviciats et les communautés les principes fondamentaux de toute ascèse chrétienne, surtout l’obéissance ; encourager le développement des écoles catholiques, la presse de saine doctrine, les associations de familles chrétiennes ; enfin réprimander les fauteurs d’erreurs et les réduire au silence. Les allocutions des mercredis ne peuvent remplacer les encycliques, les mandements, les lettres aux évêques.

Sans doute suis-je bien téméraire de m’exprimer de cette manière ! Mais c’est d’un amour ardent que je compose ces lignes, amour de la gloire de Dieu, amour de Jésus, amour de Marie, de son Église, du Successeur de Pierre, évêque de Rome, Vicaire de Jésus-Christ.

Daigne l’Esprit saint, auquel est vouée notre Congrégation, venir en aide au pasteur de l’Église universelle.

Que Votre Éminence daigne agréer l’assurance de mon très respectueux dévouement en Notre Seigneur.

Notes

1 Pour des indications bibliographiques précises, voir notre Bibliographie du Concile Vatican II, Città del Vaticano, Libreria editrice vaticana, 2012, p. 365-434.

2 Daniele Menozzi, « L’opposition au Concile », dans Giuseppe Alberigo, Jean-Pierre Jossua (éd.), La Réception de Vatican II, Paris, Cerf, 1985, p. 429-457 ; Massimo Faggioli, « En torno al conflicto con los lefebvrianos. El Vaticano II y su recepción política », Iglesia Viva, 238, 2009, p. 111-123 ; Philippe Roy-Lysencourt, « La première réception du Concile Vatican II par les catholiques traditionalistes (1965-1969) », dans Michael Quisinsky, Karim Schelkens, François-Xavier Amherdt (éd.), « Theologia semper iuvenescit. » Études sur la réception de Vatican II offertes à Gilles Routhier, Fribourg, Academic Press Fribourg, 2013, p. 53-98 ; Philippe Roy-Lysencourt, « La première réception du Concile Vatican II par les catholiques traditionalistes (1965-1969) », Archives de sciences sociales des religions, 175, 2016, p. 319-339. Nous ne considérons ici que les travaux qui traitent du traditionalisme sous l’angle de la réception du Concile Vatican II et non ceux qui abordent le traditionalisme postconciliaire à partir d’autres problématiques.

3 Acta Apostolicae Sedis [AAS], LVIII (30 septembris 1966), n° 9, p. 659-661.

4 Cyril Duchâteau, La Cité catholique et l’Office en France (1949-1982), mémoire de DEA, Université Paris-IV, 1997, 132 p. ; Raphaëlle de Neuville, Jean Ousset et la Cité catholique, Bouère, Dominique Martin-Morin, 1998, 288 p. ; Philippe Roy-Lysencourt, Le Coetus Internationalis Patrum, un groupe d’opposants au sein du Concile Vatican II, thèse, Université Laval-Université Lyon 3, 2011, t. 1, p. 219-249.

5 G.-H. Baudry, « Pensée catholique (La) » dans Catholicisme, t. 10, Paris, Letouzey et Ané, 1985, col. 1193-1194 ; Jean-Yves Camus, René Monzat, Les Droites nationales et radicales en France, Lyon, PUL, 1992, 526 p. ; Paul Airiau, La Pensée Catholique 1946-1956. Romanité à la française ou intégrisme ?, mémoire de DEA, IEP Paris, 1995, 401 p. ; Paul Airiau, « Les hommes de La Pensée catholique », Catholica, n° 60, 1998, p. 59-74.

6 Roberto de Mattei, Le Croisé du xxe siècle. Plinio Corrêa de Oliveira, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1997, 337 p. ; Rodrigo Coppe Caldeira, Os Baluartes da Tradição : O conserva-dorismo católico brasileiro no Concílio Vaticano II, Curitiba, Editora CRV, 2011, 336 p. ; Philippe Roy-Lysencourt, Le Coetus…, t. 1, p. 261-271.

7 Christelle Ledouble, La Presse traditionaliste après Vatican II : évolution de l’attitude des catholiques traditionalistes face au pape à travers la revue « Itinéraires » (1959-1989), mémoire de maîtrise, Université Paris-IV, 1995 ; Philippe Roy-Lysencourt, Le Coetus…, t. 1, p. 249-261.

8 « Louis Daménie (1911-1972) », L’Ordre français, n° 161, 1972, 89 p. ; Hugues Kéraly, « Louis Daménie », Itinéraires. Chroniques et documents, n° 161, mars 1972, p. 138-145.

9 Yves Chiron, Précurseur dans le combat pour la famille. Pierre Lemaire, Paris, Téqui, 2015, 328 p.

10 Nicla Buonasorte, Siri. Tradizione e Novecento, Bologna, Il Mulino, 2006, 443 p.

11 « Pas de vacances pour la théologie », Défense du Foyer, n° 80, septembre-octobre 1966, p. 393-395.

12 « Sur des erreurs qui atteignent le dogme et les fondements de la foi. Le texte intégral de la lettre du cardinal Ottaviani », ibid., n° 81, novembre 1966, p. 463-466.

13 Philippe Roy-Lysencourt, Le Coetus…, t. 1, p. 134-136 et 193.

14 Lettre de l’abbé Berto à M. le curé-archiprêtre de M., 30 décembre 1956, Notre-Dame de Joie. Correspondance de l’abbé V.-A. Berto, prêtre, 1900-1968, Paris, NEL, 1974, p. 221.

15 Luc J. Lefèvre, « La lettre de S. Ém. le cardinal Ottaviani aux présidents des conférences épiscopales », La Pensée catholique, n° 103, 4e trimestre 1966, p. 9-16.

16 Luc J. Lefèvre, « La lettre de la S. Congrégation et le congrès international de théologie. Extraits du résumé du discours de S. Exc. Mgr Garrone », ibid., p. 17-19.

17 « Notules », Itinéraires. Chroniques et documents, n° 108, décembre 1966, p. 205-206.

18 « Le Christ au cinquième rang », ibid., n° 110, février 1967, p. 11-19.

19 Jean Madiran, « La réponse », ibid., n° 111, mars 1967, p. 269-281.

20 Jean-Dominique Fabre, Le Père Roger-Thomas Calmel, Suresnes, Clovis, 2012, p. 378.

21 Marcel Lefebvre, J’accuse le Concile !, Martigny, Éditions Saint-Gabriel, 1976, p. 106-112.

22 Philippe Roy-Lysencourt, Le Coetus…, 8 vol., 2 331 p. ; Les Membres du Coetus Internationalis Patrum au Concile Vatican II. Inventaire des interventions et souscriptions des adhérents et sympathisants. Liste des signataires d’occasion et des théologiens, Leuven, Peeters, 2014, 484 p. ; Les Vota préconciliaires des dirigeants du Coetus Internationalis Patrum, Strasbourg, Institut d’étude du christianisme, 2015, 106 p. ; « La préhistoire du Coetus Internationalis Patrum. Une formation romaine, antilibérale et contre-révolutionnaire », dans Gilles Routhier, Philippe Roy-Lysencourt, Karim Schelkens (éd.), La Théologie catholique entre intransigeance et renouveau. La réception des mouvements préconciliaires à Vatican II, Leuven, Brepols, 2011, p. 321-354 ; « Histoire du Coetus Internationalis Patrum au Concile Vatican II », Laval Théologique et Philosophique, vol. 69/2, 2013, p. 261-279.

23 Philippe Roy-Lysencourt, « La première réception du Concile Vatican II par les catholiques traditionalistes (1965-1969) », Archives de sciences sociales des religions, 175, 2016, p. 319- 339.

24 « Ma résolution et mes conseils : sermon de Mgr Tissier de Mallerais donné à Chicago le 1er janvier 2015 », La Porte Latine, <http://laportelatine.org>, en ligne, page consultée le 8 mars 2017.

25 Publiée par Mgr Lefebvre dans J’accuse le Concile !, Martigny, Éditions Saint-Gabriel, 1976, p. 107-111.

© LARHRA, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search