Version classiqueVersion mobile

Renouveau conciliaire et crise doctrinale. Rome et les Églises nationales (1966-1968)

 | 
Christian Sorrel

Contextes et conjonctures

Paul VI, le cardinal Ottaviani et la Curie romaine

Philippe Chenaux

Texte intégral

  • 1 Cahier de Rome, 18 janvier 1967, reproduit dans Charles Journet, Jacques Maritain, Correspondance, (...)
  • 2 Fulvio de Giorgi, Paolo VI. Il papa del Moderno, Brescia, Morcelliana, 2015, p. 355.
  • 3 Philippe Chenaux, Paul VI. Le souverain éclairé, Paris, Cerf, 2015, p. 68-69.
  • 4 Montini à Ottaviani, 29 décembre 1937, Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede (ACD (...)
  • 5 Alfredo Ottaviani, Institutiones iuris publici ecclesiastici, 2 vol., Città del Vaticano, Typis pol (...)
  • 6 Emilio Cavaterra, Il prefetto del Sant’Offizio. Le opere e i giorni del cardinale Ottaviani, Milan, (...)
  • 7 « Il arrive que l’on néglige et que l’on minimise à ce point le Magistère ordinaire de l’Église, ce (...)

1 « Ce qu’a dit le Card. Ottaviani pour alerter les évêques était bien de Nous. » Cette confidence de Paul VI au cardinal Journet, lors d’une audience au Vatican en janvier 1967, n’est pas à prendre à la légère1. Le pape entendait manifester par là non seulement qu’il n’était en rien l’otage du « patron » de l’ex-Saint-Office devenu, on le sait, la Congrégation pour la doctrine de la foi, mais qu’il assumait pleinement son rôle de défenseur de la foi catholique face aux déviations doctrinales postconciliaires. S’il n’avait pas été l’un des grands électeurs du cardinal Montini, le cardinal Ottaviani avait, semblait-il, quand même fini par voter pour lui avant d’annoncer, comme cardinal protodiacre, son élection au monde entier le 21 juin 19632. Il ne faut pas oublier non plus que le jeune Montini avait été le subordonné de Mgr Ottaviani à la Secrétairerie d’État dans les années Trente. « Montini nous bluffait tous. C’était une bête de travail. Il arrivait au bureau avant tout le monde et en repartait après », dira-t-il quelques années plus tard3. Promu assesseur de la Congrégation du Saint-Office en 1935, il nommera Mgr Montini consulteur de cette dernière. Dans son billet de remerciement, le jeune prélat ne cachait pas sa satisfaction de se retrouver « sous la dépendance » de son ancien supérieur de la Secrétairerie d’État : « Je m’en remets à votre bienveillance, aujourd’hui plus que jamais. Conseillez-moi, guidez-moi, commandez-moi. Vous trouverez toujours en moi votre fidèle et très dévoué G. B. Montini4. » L’estime de Montini allait aussi au juriste, théoricien implacable des droits de l’Église contre la prétention des États totalitaires. Formé à l’école de l’Apollinaire, Ottaviani était l’auteur d’un manuel de droit ecclésiastique public qui fit longtemps autorité dans les facultés romaines et dont le jeune étudiant en droit canon n’avait pu ignorer la parution5. En juillet 1924, il avait fait partie, aux côtés du Père (et futur cardinal) Arcadio Larraona, de la commission chargée d’examiner le travail de licence de Montini en droit civil. Leurs divergences postérieures, au sein de la Curie de Pie XII, n’avaient pas réussi à entamer complétement cette estime réciproque. Lors de la cérémonie de la clôture du Concile, Paul VI prit la peine, comme l’écrit le cardinal dans son journal, de lui « expliquer les personnages » assis au premier rang sur le parvis de la basilique et qu’il peinait à distinguer en raison de sa cécité6. Signe d’une complicité retrouvée entre le « pape réformateur » et le « cardinal conservateur » ? Avant de nous intéresser aux origines de la lettre du cardinal Ottaviani aux présidents des conférences épiscopales du 24 juillet 1966, il convient de revenir sur ce moment fort du débat conciliaire : l’introduction d’une note explicative préliminaire (Nota explicativa praevia) au chapitre III sur la collégialité de la constitution Lumen Gentium7. Dans une dernière partie, nous évoquerons la réforme du Saint-Office en décembre 1965 et la démission du cardinal Ottaviani en janvier 1968.

La défense de la primauté

  • 8 Note du 21 mars 1964, citée par Fermina Álvarez Alonso, « Primato e collegialità alla luce del “Fon (...)
  • 9 Vincenzo Carbone, Il « Diario » conciliare di Monsignor Pericle Felici, Segretario Generale del Con (...)
  • 10 Ibid., p. 381. Sur cet épisode, voir également le journal Congar à la date du 20 avril 1964, Yves C(...)

2Le maintien des prérogatives du souverain pontife n’avait cessé d’être l’une des grandes préoccupations de la Commission doctrinale présidée par le cardinal Ottaviani depuis le début du Concile. La « nouvelle théorie » de la collégialité épiscopale ne semblait-elle pas contredire les enseignements du Concile Vatican I « sur la plénitude du pouvoir suprême » pontifical sur toute l’Église ? Dans une note adressée à Paul VI en mars 1964, le vice-président de cette dernière, le cardinal irlandais Michael Browne, ancien maître du Sacré Palais et ancien maître général de l’ordre dominicain, écrivait : « La nouvelle théorie tombe sous les termes de la condamnation de Vatican I citée ci-dessus, car elle implique une position dans laquelle une partie du pouvoir suprême de gouverner l’Église universelle n’appartient plus au pape8. » Le pape lui-même attachait la plus grande importance à la position du cardinal Ottaviani si l’on en croit le « diario Felici » à la date du 23 mars 19649. Quelques jours plus tard, croisant ce dernier à la sortie d’une audience avec Paul VI et l’entendant fulminer contre le texte sur la collégialité, le même Felici lui fit remarquer qu’il avait pourtant voté le texte. À quoi le cardinal répondit qu’il n’avait pas pu « faire autrement » et que, de toute manière, un « vote contraire » n’aurait rien changé. « Je reste peu convaincu de ce raisonnement, d’autant moins qu’un des motifs qui avait contribué à rassurer le pape était justement le vote favorable du card. Ottaviani. J’entre chez le Saint-Père et je lui remets tous les schémas préparés jusqu’ici, ou presque. Lui-même me parle du texte sur la collégialité. Il est très perplexe, maintenant que le card. Ottaviani lui a révélé son véritable état d’esprit10. »

  • 11 « Hanno manifestato in modo autentico e diretto (per lettere confidenziali o a voce) la loro piena (...)
  • 12 Nota personalmente riservata al Santo Padre sullo “Schema Constitutionis De Ecclesia” (11- 12 septe (...)
  • 13 Lettre du 18 octobre 1964, ibid., p. 634.

3La perplexité du pape s’accrut lorsqu’il reçut, à la veille de la troisième session du Concile, le 13 septembre 1964, une Nota personalmente riservata sur le Schema Constitutionis De Ecclesia, signée par vingt-cinq cardinaux, dont seize de la Curie romaine, un patriarche et treize supérieurs de congrégations religieuses. Si les cardinaux Ottaviani et Browne, respectivement président et vice-président de la Commission doctrinale du Concile, ne figuraient pas parmi les signataires, nul ne pouvait douter qu’ils en approuvaient le contenu11. La note mettait le pape en garde contre la « nouveauté » et le « danger » de la doctrine de la collégialité, fondée sur la sacramentalité de l’épiscopat : « Si la doctrine proposée dans le schéma était vraie, l’Église aurait vécu pendant de nombreux siècles en opposition directe au droit divin ; il s’ensuivrait que, pendant des siècles, ses organes suprêmes “infaillibles” n’auraient pas été tels, ayant eux-mêmes enseigné et agi en opposition au droit divin12. » Les signataires du texte demandaient au pape de retirer le chapitre III de la constitution sur l’Église et d’agir de façon autoritaire et sans consulter l’assemblée conciliaire, selon la doctrine qu’ils voulaient défendre. Dans sa réponse, plutôt sèche, au cardinal espagnol, ce dernier ne manqua pas de se prévaloir du fait que le schéma mis en cause avait reçu « l’approbation explicite » du président de la Commission doctrinale, le cardinal Ottaviani, secrétaire du Saint-Office, et « l’apologie encore plus explicite » de l’assesseur de ce dernier, Mgr Parente13.

  • 14 Claude Troisfontaines, « La conception de la collégialité chez Paul VI », dans Paolo VI e la colleg (...)
  • 15 Le rôle de son théologien de confiance, Carlo Colombo, fut déterminant comme le montrent ses lettre (...)
  • 16 Lettre du cardinal Cicognani au cardinal Ottaviani, 10 novembre 1964, dans Jean Grootaers, Primauté (...)

4Malgré le rappel à l’ordre adressé à l’auteur de la lettre, Paul VI n’était pas du tout convaincu par les arguments des défenseurs de la collégialité. Il était sensible à l’objection selon laquelle il aurait été contradictoire d’admettre l’existence de deux sujets de pouvoir suprême et plénier sur l’Église. Cette idée lui semblait « une idée mal exprimée, voire dangereuse » (Claude Troisfontaines14). Ne risquait-on pas ainsi de passer d’une conception monarchique à une conception « diarchique » de l’Église ? Après avoir beaucoup lu et consulté, Paul VI s’était laissé convaincre de la nécessité d’expliquer le sens authentique de la collégialité épiscopale15. À l’évidence, il n’entendait pas passer à l’histoire pour le pape qui aurait affaibli l’autorité du successeur de Pierre. Pour couper court à toute interprétation du texte dans un sens « conciliariste » et répondre ainsi aux inquiétudes des Pères de la minorité, il décida de faire précéder le chapitre III d’une note explicative « sur la signification et sur la valeur des amendements apportés au texte ». Pour cette explication, recommandait-il dans une lettre adressée, à sa demande, par le cardinal Cicognani au cardinal Ottaviani, « il pourrait être opportun d’avoir à l’esprit le mode suivi au Concile Vatican I16 ». La référence explicite à ce précédent indiquait, là encore, sa volonté d’inscrire son action dans la continuité avec les enseignements des derniers Conciles. La Nota explicativa praevia, qui reprenait en substance un texte préparé par Philips en réponse aux objections de la minorité, délimitait strictement l’application du principe de la collégialité épiscopale. Le pape n’était donc pas réduit à être un primus inter pares, mais en tant que vicaire du Christ et pasteur de l’Église universelle, il conservait la pleine liberté et toutes les prérogatives que lui avaient reconnues le Concile Vatican I.

  • 17 Archivio Segreto Vaticano (ASV), Conc. Vat. II, b. 785, fasc. 400.
  • 18 La publication avait été signalée à Paul VI par une note du cardinal Ottaviani (29 avril 1965), ASV (...)
  • 19 Hans Küng, Erkämpfte Freiheit. Erinnerungen, München, Piper Verlag, 2002, p. 557.
  • 20 Yves Congar, Mon journal du Concile…, p. 536.

5Paul VI fut reconnaissant au cardinal Ottaviani de ne pas avoir signé la lettre des cardinaux. Il choisit d’en faire son allié, face à la majorité conciliaire, dans sa défense des droits de la primauté. « Nous vous sommes reconnaissant de votre courtoise diligence, de même que du travail accompli par la Commission De doctrina et morum que vous présidez », pouvait-on lire dans la lettre de remerciement adressée au cardinal Ottaviani le 13 novembre 196417. Lorsqu’en avril 1965, les Éditions du Cerf publièrent le texte de la constitution Lumen Gentium en omettant la Nota praevia, le pape jugera inutile d’intervenir, au motif que la publication serait bientôt « dépassée » et rendue « peu importante » par l’édition officielle, en cours de préparation, des actes du Concile « où figurerait aussi la note18 ». Cette défense énergique de la papauté et de ses droits permit à Paul VI de regagner la confiance du secrétaire de la Congrégation du Saint-Office. Les théologiens reçus par « le Grand Inquisiteur » (selon l’expression d’Hans Küng, reçu en audience le 13 octobre 1965, ou du Père Congar, un an plus tard, le 27 septembre 1966) seront frappés par l’emphase avec laquelle le vieux cardinal exaltait le Magistère pontifical. « Il me parle de l’importance de la papauté en des temps difficiles », écrit le premier dans ses mémoires19. « Il faut épouser, exposer et défendre la pensée du pape », rapporte le second dans son journal20. Il n’est pas difficile de voir dans ces propos du cardinal Ottaviani, non seulement le respect dû à la fonction pontificale, mais aussi sa loyauté à l’égard de celui qui l’exerçait alors.

La doctrine en péril

  • 21 Hans Küng, Une vérité contestée. Mémoires II, Paris, Cerf, 2010, p. 98.
  • 22 Yves Congar, Mon journal du Concile…, p. 336.
  • 23 Ibid., p. 315.
  • 24 ASV, Conc. Vat. II, b. 786, fasc. 411.
  • 25 On lit dans le journal conciliaire du Père Congar à la date du 22 mars 1965 : « Lécuyer me dit que (...)
  • 26 Voir le procès-verbal de la réunion, ASV, Conc. Vat. II, b. 786, fasc. 411.

6Si le théologien suisse avait été convoqué au Saint-Office en octobre 1965, c’est en raison d’un article dans lequel il dressait un bilan « extrêmement critique » de la troisième session du Concile et en particulier du rôle qu’y avait joué Paul VI21. L’article avait fortement déplu à ce dernier si l’on en croit le journal du Père Congar : « Le pape a été un peu peiné et déçu. Il disait : Küng est jeune ; j’espérais qu’il pourrait être un meneur théologique pour l’avenir. Mais il est sans amour. Il ne pourra être cela22. » Un autre article, signé celui-là par le Père Edward Schillebeeckx, publié dans la revue des dominicains hollandais De Bazuin, avait également provoqué le mécontentement du pape si l’on en croit le journal du Père Congar (3 février 1965). « Le Père Gagnebet me dit que, si le Père Schillebeeckx n’est pas expert conciliaire, cela vient du mécontentement qu’a suscité, chez le pape, un article écrit au début du Concile (et dont Schillebeeckx a repris ensuite l’idée en conférence), selon lequel, quand on parle de l’infaillibilité du pape ex sese, semper subintelligitur collegium. C’est un peu la thèse de Rahner, mais avec moins de nuances23. » L’article reprenait les vues développées par le théologien flamand dans une conférence donnée au Centre catholique hollandais de documentation à Rome à la fin de la troisième session du Concile. Selon lui, avec l’introduction de la Nota praevia, « le dynamisme authentique de ce Concile semble s’être arrêté brusquement ». En clarifiant les zones d’ombre du chapitre III de la constitution Lumen Gentium, la Nota praevia avait défini « la collégialité épiscopale, mais pas du tout la collégialité papale ». Le théologien thomiste se voulait pourtant confiant quant à la pratique de la collégialité après le Concile qui ne pourrait qu’aller dans le sens de la mise en œuvre de la « collégialité papale24 ». Très mal accueilli, l’article fut transmis par le cardinal Cicognani, sur ordre de Paul VI, au président de la Commission doctrinale en date du 24 février 1965. Le 2 mars 1965, L’Osservatore romano publiait une note pour démentir l’interprétation du Père Schillebeeckx25. Un mois plus tard, le 30 mars, la Commission se réunissait en session extraordinaire pour examiner le cas Schillebeeckx sans parvenir toutefois à se mettre d’accord sur la suite à donner à cette affaire26.

  • 27 Étienne Fouilloux, « Les théologiens catholiques de l’avant à l’après Concile (1962-1969) », dans D (...)
  • 28 Sur les origines de la revue, voir Haydewich Snijdewind, « Genèse et organisation de la revue inter (...)
  • 29 ASV, Conc. Vat. II, b. 316, n. 3.
  • 30 Ibid.

7La parution du premier numéro de la revue Concilium en janvier 1965 « dans neuf pays et sept langues différentes » avait fortement irrité les milieux du Vatican. En dépit des efforts de Paul VI pour garder un certain contrôle sur la revue, aucun théologien romain n’avait été appelé à faire partie du comité de cette dernière27. L’éditorial signé par Hugo Rahner et Edward Schillebeeckx ne cachait pas que l’intention des fondateurs de Concilium était de poursuivre « l’œuvre de Vatican II » dans une perspective de dialogue et de discussion entre les théologiens28. Songeait-on déjà à y opposer un contre-feu ? Il vaut la peine de s’arrêter sur une note du cardinal Ottaviani à l’intention du pape datée du 15 janvier 1965. Le secrétaire du Saint-Office mettait en garde contre les périls du Post-Concile, « une période difficile », qui exigeait « une attention particulière et un contrôle ». Le Concile, prévenait-il, s’était abstenu de prendre position sur des « questions disputées entre les théologiens » et il était donc à prévoir que les discussions sur ces questions allaient reprendre « avec une vigueur accrue » une fois ce dernier terminé. L’interprétation des documents conciliaires pourrait se ressentir « des polémiques et des discussions encore vives » auxquelles avait conduit leur élaboration au sein de l’assemblée, chacun se sentant autorisé « à retrouver dans ces documents ses propres thèses préférées » : « On entend déjà dire que le Concile n’est pas un aboutissement, mais un commencement, ce qui signifie que, une fois certaines positions atteintes, on tentera d’aller plus loin. On proposera donc de nouveaux sujets et développements. » Pour faire face à ce danger, le cardinal proposait « de publier un bulletin ou revue qui suive systématiquement les polémiques, les interprétations des documents conciliaires, les nouveaux thèmes et soit en mesure de faire le point en temps voulu et, le cas échéant, de rectifier les thèses aberrantes ou hasardeuses29 ». Il conviendrait, lisait-on encore, d’étudier la façon de donner à cette publication « une autorité particulière »« afin que ses interventions puissent être prises en considération par l’épiscopat et les théologiens ». « On obtiendrait ainsi le résultat escompté sans intervenir dans les faits de culture d’une manière trop répressive et on rendrait plus acceptables et accessibles les nécessaires rectifications30. » S’il ne donna pas suite sur le moment à la proposition du cardinal Ottaviani, Paul VI était bien convaincu de la nécessité d’une action énergique pour défendre la doctrine de l’Église.

  • 31 Yves Congar, Mon journal du Concile…, p. 388.

8Le cas de la théologie eucharistique est de ce point de vue emblématique. En Hollande, des théologiens avaient commencé à proposer une compréhension nouvelle du mystère eucharistique destinée à faciliter le rapprochement avec les frères séparés. Ils s’autorisèrent ainsi à substituer au concept traditionnel de « transsubstantiation » des concepts nouveaux, tels ceux de « transsignification » ou « transfinalisation ». C’est pour mettre en garde contre la diffusion de telles opinions que Paul VI se décida, à la surprise générale, de publier, à la veille de l’ouverture de la quatrième session du Concile, une encyclique sur l’Eucharistie (Mysterium Fidei, 3 septembre 1965) dans laquelle il rappelait avec force les points essentiels de la doctrine catholique : le caractère sacrificiel de la messe, la présence réelle du Christ, la doctrine de la transsubstantiation. L’encyclique fut mal reçue dans les milieux de la majorité conciliaire. Non pas tant quant au fond, qui ne faisait que rappeler la doctrine traditionnelle de l’Église, que sur la forme. Ne traduisait-elle pas la volonté du pape, à deux jours de la reprise des travaux du Concile, d’« affirmer l’indépendance et la supériorité de son Magistère », comme le confiait l’un des experts du Secrétariat pour l’unité des chrétiens, le Père Emmanuel Lanne, au Père Congar31 ? L’organisme du cardinal Bea pouvait avoir l’impression d’avoir perdu la confiance du pape. Les textes (œcuménisme, liberté religieuse) sur lesquels « le crayon rouge » pontifical s’était montré le plus incisif étaient ceux-là mêmes qu’il avait préparés. La présence même des observateurs non catholiques fut, semble-t-il, mise en discussion. Dans une note destinée à son président qu’il vaut la peine de citer longuement, le pape l’avait d’ailleurs mis en garde contre l’influence jugée « excessive » de ces derniers qui réduisait « la liberté psychologique » des Pères conciliaires :

  • 32 Note autographe datée du 24 avril 1965, ASV, Conc. Vat. II, b. 316, fasc. 8.

Il semble qu’il soit plus important de plaire aux “Frères séparés” que de préserver la cohérence de l’enseignement de l’Église catholique. Les Conciles de Trente et de Vatican I ne semblent plus exercer l’autorité qui leur revient en ce qui concerne l’orientation doctrinale du Concile. L’autorité du Magistère ecclésiastique est négligée en faveur des opinions “progressistes” qui sont souvent celles des protestants ou de tendances irénistes et laïques. Les opinions des experts prévalent sur celles des documents pontificaux et de nombreux évêques inquiets et désireux de conserver à la pensée catholique sa fonction de gardien et d’interprète du patrimoine doctrinal dérivant de la Révélation et de la Tradition de l’enseignement ecclésiastique. S’il en était ainsi, le Concile Vatican II ouvrirait une période d’agitation doctrinale et de confusion spirituelle. L’Église, au lieu de sortir du Concile plus unie et plus forte, en sortirait secouée et affaiblie, privée de l’exercice de son Magistère normal et du respect qui lui est dû, exercice à partir duquel peut être abordé avec confiance le “dialogue” avec le monde moderne32.

  • 33 Documents pontificaux de Paul VI…, 1966, V, p. 551.

9En septembre 1966, alors que le cardinal Ottaviani venait d’adresser une lettre confidentielle aux présidents des conférences épiscopales pour leur signaler une série d’« opinions » et d’« erreurs » concernant la doctrine catholique qui mettaient en cause les fondements de la foi, le pape se fit l’écho de ces préoccupations comme pour manifester sa parfaite concordance de vues avec celles exprimées dans la lettre du pro-préfet de la nouvelle Congrégation pour la doctrine de la foi : « Ce qui accroît Notre tristesse et Nos appréhensions, c’est qu’on entend ces dissonances au sein même de la communauté des croyants, qu’elles peuvent être suggérées par le désir d’ouverture à l’égard du monde non catholique et qu’elles sont souvent accréditées par la référence au Concile qui vient d’être célébré, comme si le Concile pouvait autoriser à mettre en question les vérités de la foi33. »

  • 34 Ibid., p. 617.

10Dans la foulée, un congrès international de théologie sur le Concile Vatican II, organisé par les universités pontificales, se tint à Rome du 26 septembre au 1er octobre 1966. Dans le discours qu’il adressa à ses participants, Paul VI rappela le devoir des théologiens d’être « au service de la vérité » en les invitant à mettre un point d’honneur « à être les interprètes fidèles et intelligents de l’enseignement du Magistère34 ». Sa préoccupation quant à la diffusion « dans le champ de la doctrine catholique » d’« opinions exégétiques ou théologiques nouvelles » était bien réelle. Dans l’exhortation apostolique Petrum et Paulum (22 février 1967) annonçant l’Année de la foi, il écrivait :

  • 35 Ibid., 1967, VI, p. 139.

Ces opinions mettent en doute ou elles déforment la signification objective de vérités que l’Église enseigne en vertu de son autorité : sous prétexte d’adapter la pensée religieuse à la mentalité moderne, […] on s’efforce d’introduire dans le Peuple de Dieu une mentalité soi-disant “postconciliaire”. Or, cette mentalité méconnaît l’accord très ferme qui règne entre les amples et magnifiques développements du Concile en matière doctrinale et législative et le patrimoine de l’Église en fait d’enseignement et de discipline. Elle tendrait à trahir l’esprit de fidélité qui anima le Concile à l’égard de la Tradition et à se propager avec la prétention illusoire de donner au christianisme une interprétation nouvelle, interprétation arbitraire en réalité, et frappée de stérilité35.

  • 36 Faut-il voir une influence déterminante de l’auteur du Paysan de la Garonne (1966) sur les vues pes (...)
  • 37 Documents pontificaux de Paul VI…, 1968, VII, p. 386.

11Le premier synode des évêques tenu à Rome du 29 septembre au 29 octobre 1967 avait débattu de la « crise de la foi ». Réfléchissant sur les moyens de lutter efficacement contre la diffusion de telles opinions, les Pères synodaux avaient manifesté « leur intérêt », sinon explicitement pour la formulation d’un nouveau Credo, du moins pour « une règle de la foi » (regula fidei). À la fin de l’année 1967, le pape Paul VI chargea le cardinal Journet de préparer « un schéma sur ce qui pourrait être fait ». Le théologien s’en ouvrit aussitôt à Maritain, qui lui envoya un texte qu’il s’empressa d’adresser « tel quel » au Saint-Père. L’idée du philosophe était que le pape devait accomplir « non pas un acte disciplinaire », mais un « acte dogmatique » : il s’agissait non pas de blâmer ou de punir, mais de réaffirmer solennellement les vérités de la foi catholique, en particulier celles qui n’avaient pas été « définies explicitement comme telles par la souveraine autorité de l’Église ». La « profession de foi » lue par Paul VI sur le parvis de la basilique Saint-Pierre le 30 juin 1968, lors de la cérémonie de clôture de l’Année de la foi, reprenait pour l’essentiel le projet du philosophe français36 : « Nous avons voulu que Notre profession de foi fût assez complète et explicite pour répondre d’une manière appropriée au besoin de lumière ressenti par tant d’âmes fidèles et par tous ceux dans le monde qui, à quelque famille spirituelle qu’ils appartiennent, sont en quête de la vérité37. »

La réforme du Saint-Office

  • 38 Étienne Fouilloux, « La phase antépréparatoire (1959-1960) », dans Giuseppe Alberigo (dir.), Histoi (...)

12La réforme de la Curie était l’un des points essentiels du programme de réformes de Paul VI. À la veille de l’ouverture des travaux du Concile, en octobre 1962, l’image de la Curie romaine dans l’Église catholique était très négative. De nombreux évêques, dans leurs vota envoyés à Rome en réponse à la consultation lancée par la Commission antépréparatoire en juin 1959, avaient réclamé « des changements dans l’administration » centrale de l’Église. La réforme du Saint-Office n’était-elle pas devenue, au cours de la période de préparation, l’un des marqueurs les plus sûrs d’« un esprit réformiste38 » ? L’affrontement sur ce thème entre le cardinal Frings et le cardinal Ottaviani était resté gravé dans les mémoires : tandis que le premier critiquait sévèrement les méthodes du Saint-Office et des congrégations romaines (« objet de scandale pour beaucoup »), le second le reprit durement.

  • 39 Lucas Moreira Neves, « Paul VI et la réforme de la Curie », Istituto Paolo VI. Notiziario, 8,1984, (...)

13Paul VI attacha d’emblée une grande importance à la réforme de la Curie. Comme l’écrit Mgr Moreira Neves, « aucun autre n’était plus préparé que lui » pour mener à bien cette réforme39. Dans son premier discours à la Curie du 21 septembre 1963, il avait invité cette dernière à « accueillir » positivement les critiques dont elle était l’objet : comme « un stimulant à la vigilance, un rappel à l’observance, une invitation à la réforme, un ferment de perfection ». C’est de Rome en effet que devait venir l’exemple de l’aggiornamento voulu par son prédécesseur :

  • 40 Documents pontificaux de Paul VI…, 1963, I, p. 248.

La résolution de moderniser les structures juridiques et d’approfondir la conscience spirituelle, non seulement ne trouve pas de résistance au centre de l’Église, à la Curie romaine, mais trouve cette même Curie à l’avant-garde de cette réforme continuelle dont l’Église a constamment besoin en tant qu’institution humaine et terrestre40.

  • 41 Joseph Ratzinger, Mon Concile Vatican II. Enjeux et perspectives, Perpignan, Artège, 2011, p. 86.

14L’importance de ce discours n’échappa pas à la sagacité du jeune théologien Joseph Ratzinger : « Il s’agit là d’un glissement de l’ancienne solidarité Pape-Curie au profit d’une nouvelle, Pape-Concile, qui n’avait jamais existé de la sorte auparavant41. »

  • 42 Documents pontificaux de Paul VI, 1965, III, p. 515-516.
  • 43 Ibid., p. 611.

15Paul VI chargea une commission cardinalice d’étudier l’ensemble de la question. Les données encore fragmentaires dont dispose l’historien ne permettent pas de se faire une idée précise du déroulement de ses travaux. Après une première phase d’étude et de consultation (congrégations, épiscopats, collèges romains), divers projets (trois au total, plus un avant-projet) furent élaborés et soumis au pape. À l’idée de départ d’un document unique se substitua celle d’une réforme « graduelle », congrégation par congrégation, dont Paul VI se fit l’écho dans ses interventions au cours de l’année 1965 : la réforme annoncée se ferait de manière « progressive », en ménageant les étapes et sans « dramatiser », car, comme il le déclarait à un journaliste du Corriere della Sera à la veille de son voyage aux Nations Unies, « il n’y a pas de problèmes graves » à résoudre42. Plutôt que de réformes ou de « changements de structures », il préférait d’ailleurs parler de « retouches », de « simplifications », de « perfectionnements » dans son grand discours au Concile du 18 novembre 1965 : « La transformation attendue semblera lente et partielle, et il doit en être ainsi si l’on veut rendre aux personnes et aux traditions le respect qu’elles méritent, mais elle viendra. Toutefois, pour confirmer Nos paroles par un exemple, Nous pouvons vous annoncer la publication prochaine du nouveau statut régissant la première des congrégations romaines, le Saint-Office43. »

  • 44 Emilio Cavaterra, Il prefetto…, p. 81.
  • 45 Selon le témoignage de Mgr Simcic, ibid., p. 85.

16Le cardinal Ottaviani n’avait apparemment pas été mis dans la confidence. « Fonction à Saint-Pierre : le Saint-Père annonce la réforme du Saint-Office », note-t-il sobrement dans son journal44. La publication du motu proprio Integrae Servandae (7 décembre 1965) sera accueillie plutôt froidement. La transformation de la Suprême Congrégation du Saint-Office en Congrégation pour la doctrine de la foi faisait perdre à cette dernière, et donc à la doctrine, sa prééminence par rapport à ce qu’il appelait « la politique », c’est-à-dire la Secrétairerie d’État dont le rôle central dans le nouvel organigramme curial sera, de fait, confirmé par la constitution Regimini Ecclesiae universae (15 août 1967). En privé, le cardinal ne put s’empêcher de fulminer contre ce « déclassement » de la première des congrégations romaines. La réforme de la Suprême marquait, de son point de vue, « un jour noir » dans l’histoire de l’Église : « En effet, jusqu’à présent, le principe suprême de gouvernement de l’Église était la doctrine révélée, dont la conservation et la juste interprétation étaient confiées en premier lieu au pape, qui se servait de cette congrégation, qu’on appelait pour cela “Suprême”. Maintenant, je ne sais quel sera le critère qui inspirera le gouvernement de l’Église, mais je crains que ne prévale le critère diplomatique et contingent45. »

  • 46 Ibid., p. 83.
  • 47 À la date du 2 décembre 1966, on lit cette simple annotation : « Udienza 10.30-12. E. de vita, de e (...)
  • 48 Ibid., p. 92.
  • 49 Ibid., p. 93.
  • 50 Ibid.

17Dans les semaines qui suivirent l’entrée en vigueur de la réforme, le vieux cardinal s’interrogea sur le sort qui allait lui être réservé. Quel serait, en particulier, le titre de son principal responsable ? Le titre de « pro-préfet », remarquait-il à la date du 24 février 1966, est celui que l’on réserve « aux vieux et aux impotents ». « Et puis si le pro-préfet a besoin d’un pro, comment l’appellera-t-on46 ? » La communication de son titre de « pro-préfet » arriva finalement le 8 mars. Les audiences dites « de tabella » avec le gardien de la doctrine se poursuivirent, selon l’habitude, tous les vendredis au cours de l’année 196747. Les tensions, si l’on en croit ce même journal, étaient pourtant palpables au sein de la Congrégation à propos de la circulaire envoyée aux conférences épiscopales. Le cardinal s’efforça de calmer le jeu en recevant des personnalités favorables (comme le directeur de La Vie, Georges Hourdin) ou hostiles (Mgr Lefebvre) aux « innovations » postconciliaires. N’était-il pas devenu lui-même le « principal obstacle » à la réforme de la Curie ? Alors que les bruits d’une prochaine démission commençaient à se répandre, le pape sembla lui maintenir toute sa confiance : « Réponse nette : rester fidèle au poste », notait-il en date du 10 février 196748. Enhardi par cette marque de confiance, il s’empressa d’adresser une lettre confidentielle à Paul VI pour l’encourager à faire preuve de « fermeté » sur la question du célibat ecclésiastique soulevée par les évêques hollandais49. La réponse, autographe, du pape était pleine de révérence à l’égard de celui qu’il appelait « notre vieux maître et supérieur » : « Nous ne doutons pas de pouvoir compter, aussi pour l’avenir, sur votre conseil plein d’amour et sur votre expérience éprouvée, tandis que de notre côté nous vous assurons de notre vénération et de notre mémoire spirituelle devant le Seigneur, au nom de qui nous vous saluons et vous bénissons respectueusement50. »

  • 51 Ibid., p. 95.
  • 52 Ibid., p. 97.
  • 53 Voir l’échange de lettres entre Paul VI et le cardinal Ottaviani, 30 décembre 1967, 6 janvier 1968  (...)
  • 54 Philippe Chenaux, Paul VI…, p. 200-201.
  • 55 Fulvio De Giorgi, Paulo VI…, p. 447.

18Les rapports entre Montini et Ottaviani connurent alors « une sorte de moment magique » selon Emilio Cavaterra51. Le pro-préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi pouvait, à bon droit, se sentir confirmé dans sa charge de gardien du dogme par cette nouvelle marque de confiance. Le pape, de fait, ne cessera de le consulter tout au long de l’année 1967. Son journal rapporte en particulier une longue audience « de presque deux heures » en juillet au sujet de la question du birth control, trois jours après que le cardinal Wojtyła de Cracovie eut été reçu au Saint-Office par le cardinal Ottaviani52. À la fin de l’année, la rumeur de son remplacement par le cardinal croate Franjo Seper devenant de plus en plus insistante, il choisit, à contrecœur, de présenter sa démission au Saint-Père, laquelle fut acceptée sur le champ53. Nommé « préfet émérite » de la Congrégation pour la doctrine de la foi en reconnaissance des mérites acquis durant la période « d’assidu et d’intelligent travail », le cardinal Ottaviani continuera de faire partie de cette dernière. Redevenu libre, il n’hésitera pas, dans les années suivantes, à faire entendre une voix critique, notamment au moment de l’entrée en vigueur du nouveau rite de la messe54. Paul VI continuera pourtant à lui témoigner, jusqu’à la fin, une profonde gratitude. S’est-il montré trop patient à son égard ? Pour Fulvio De Giorgi, l’une des erreurs de Paul VI après le Concile est d’avoir attendu trop longtemps avant d’opérer les changements nécessaires au sein de la Congrégation pour la doctrine de la foi55. Signe de faiblesse, ou plutôt indice d’une convergence de vues sur la nécessaire défense de l’intégrité de la foi face aux remises en cause du Post-Concile ? J’opterais pour la seconde hypothèse au terme de cette (trop) brève enquête.

Notes

1 Cahier de Rome, 18 janvier 1967, reproduit dans Charles Journet, Jacques Maritain, Correspondance, t. 6, Saint-Maurice, Éditions Saint-Augustin, 2008, p. 880.

2 Fulvio de Giorgi, Paolo VI. Il papa del Moderno, Brescia, Morcelliana, 2015, p. 355.

3 Philippe Chenaux, Paul VI. Le souverain éclairé, Paris, Cerf, 2015, p. 68-69.

4 Montini à Ottaviani, 29 décembre 1937, Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede (ACDF), S.O. 551/37 [Priv. S.O. 1938, 5], Secretariae Statis.

5 Alfredo Ottaviani, Institutiones iuris publici ecclesiastici, 2 vol., Città del Vaticano, Typis polyglottis Vaticanis, 1925, 510 et 547 p.

6 Emilio Cavaterra, Il prefetto del Sant’Offizio. Le opere e i giorni del cardinale Ottaviani, Milan, Ugo Murica Editore, 1990, p. 81.

7 « Il arrive que l’on néglige et que l’on minimise à ce point le Magistère ordinaire de l’Église, celui surtout du pontife romain, qu’on le relègue presque dans le domaine des libres opinions », lit-on au numéro 3 de la circulaire du cardinal Ottaviani (Documents pontificaux de Paul VI, 1966, V, Saint-Maurice, Éditions Saint-Augustin, 1969, p. 782).

8 Note du 21 mars 1964, citée par Fermina Álvarez Alonso, « Primato e collegialità alla luce del “Fondo Maccarrone” », CVII. Ricerche e documenti, 3, 2003-1, p. 54-57.

9 Vincenzo Carbone, Il « Diario » conciliare di Monsignor Pericle Felici, Segretario Generale del Concilio Ecumenico Vaticano II, a cura di Agostino Marchetto, Città del Vaticano, Libreria editrice vaticana, 2015, p. 377.

10 Ibid., p. 381. Sur cet épisode, voir également le journal Congar à la date du 20 avril 1964, Yves Congar, Mon journal du Concile, t. 2, Paris, Cerf, 2002, p. 59.

11 « Hanno manifestato in modo autentico e diretto (per lettere confidenziali o a voce) la loro piena adesione cinque altri Emmi. Cardinali di altissima posizione in Curia, nel Concilio o fuori, i quali, o per questa Loro posizione o per delicatezza personale, hanno creduto più discreto non apporre la Loro firma », lisait-on sur une feuille séparée ajoutée à la lettre. Voir Giovanni Caprile, « Contributo alla storia della Nota explicativa praevia. Documentazione inedita », dans Paolo VI e i problemi ecclesiologici al Concilio, Brescia-Roma, Istituto Paolo VI-Studium, 1989, p. 601.

12 Nota personalmente riservata al Santo Padre sullo “Schema Constitutionis De Ecclesia” (11- 12 septembre 1964), reproduite ibid., p. 595-603.

13 Lettre du 18 octobre 1964, ibid., p. 634.

14 Claude Troisfontaines, « La conception de la collégialité chez Paul VI », dans Paolo VI e la collegialità episcopale, Brescia-Roma, Istituto Paolo VI-Studium, 1995, p. 16.

15 Le rôle de son théologien de confiance, Carlo Colombo, fut déterminant comme le montrent ses lettres inédites adressées à Paul VI en date des 3 et 6 novembre 1964, Andrea Bellani, « Carlo Colombo e la Nota praevia : inediti », Teologia. Rivista della facoltà teologica dell’Italia settentrionale, 33, 2008, p. 272-277.

16 Lettre du cardinal Cicognani au cardinal Ottaviani, 10 novembre 1964, dans Jean Grootaers, Primauté et collégialité. Le dossier de Gérard Philips sur la Nota explicativa praevia (Lumen Gentium, chap. III), Leuven, University Press-Uitg. Peeters, 1986, p. 109.

17 Archivio Segreto Vaticano (ASV), Conc. Vat. II, b. 785, fasc. 400.

18 La publication avait été signalée à Paul VI par une note du cardinal Ottaviani (29 avril 1965), ASV, Conc. Vat. II, b. 316, f. 9.

19 Hans Küng, Erkämpfte Freiheit. Erinnerungen, München, Piper Verlag, 2002, p. 557.

20 Yves Congar, Mon journal du Concile…, p. 536.

21 Hans Küng, Une vérité contestée. Mémoires II, Paris, Cerf, 2010, p. 98.

22 Yves Congar, Mon journal du Concile…, p. 336.

23 Ibid., p. 315.

24 ASV, Conc. Vat. II, b. 786, fasc. 411.

25 On lit dans le journal conciliaire du Père Congar à la date du 22 mars 1965 : « Lécuyer me dit que l’encadré de L’Osservatore romano du 2 mars sur la Nota praevia au De Ecclesia chap. III aurait été motivé par un texte du Père Schillebeekx disant : “S’il n’y avait pas eu cette Note, on aurait pu interpréter le texte de la constitution en ce sens que le pape est obligé de consulter les évêques pour promulguer une décision dogmatique. Le Père Gagnebet est arrivé un jour en brandissant cet article et en disant : voyez combien la Note était nécessaire” » (Yves Congar, Mon journal du Concile…, p. 345).

26 Voir le procès-verbal de la réunion, ASV, Conc. Vat. II, b. 786, fasc. 411.

27 Étienne Fouilloux, « Les théologiens catholiques de l’avant à l’après Concile (1962-1969) », dans Dominique Avon, Michel Fourcade (dir.), Un nouvel âge de la théologie ? 1965-1980, Paris, Karthala, 2009, p. 29-32.

28 Sur les origines de la revue, voir Haydewich Snijdewind, « Genèse et organisation de la revue internationale de théologie Concilium », Cristianesimo nella storia, 21, 2000, p. 645-674.

29 ASV, Conc. Vat. II, b. 316, n. 3.

30 Ibid.

31 Yves Congar, Mon journal du Concile…, p. 388.

32 Note autographe datée du 24 avril 1965, ASV, Conc. Vat. II, b. 316, fasc. 8.

33 Documents pontificaux de Paul VI…, 1966, V, p. 551.

34 Ibid., p. 617.

35 Ibid., 1967, VI, p. 139.

36 Faut-il voir une influence déterminante de l’auteur du Paysan de la Garonne (1966) sur les vues pessimistes de Paul VI juste après le Concile ? Voir à ce propos l’étude de Michel Cagin, « Maritain, du Paysan de la Garonne à la profession de foi de Paul VI », dans Montini, Journet, Maritain : une famille d’esprit, Brescia, Istituto Paolo VI, 2000, p. 48-88.

37 Documents pontificaux de Paul VI…, 1968, VII, p. 386.

38 Étienne Fouilloux, « La phase antépréparatoire (1959-1960) », dans Giuseppe Alberigo (dir.), Histoire du Concile Vatican II (1959-1965), t. 1, Paris, Cerf, 1997, p. 136.

39 Lucas Moreira Neves, « Paul VI et la réforme de la Curie », Istituto Paolo VI. Notiziario, 8,1984, p. 57.

40 Documents pontificaux de Paul VI…, 1963, I, p. 248.

41 Joseph Ratzinger, Mon Concile Vatican II. Enjeux et perspectives, Perpignan, Artège, 2011, p. 86.

42 Documents pontificaux de Paul VI, 1965, III, p. 515-516.

43 Ibid., p. 611.

44 Emilio Cavaterra, Il prefetto…, p. 81.

45 Selon le témoignage de Mgr Simcic, ibid., p. 85.

46 Ibid., p. 83.

47 À la date du 2 décembre 1966, on lit cette simple annotation : « Udienza 10.30-12. E. de vita, de ethnografia, de cel., de peritis nominandis ; congedo con espressione Cupio dissolvi » (ibid.).

48 Ibid., p. 92.

49 Ibid., p. 93.

50 Ibid.

51 Ibid., p. 95.

52 Ibid., p. 97.

53 Voir l’échange de lettres entre Paul VI et le cardinal Ottaviani, 30 décembre 1967, 6 janvier 1968 et 17 janvier 1968, ibid., p. 178-180.

54 Philippe Chenaux, Paul VI…, p. 200-201.

55 Fulvio De Giorgi, Paulo VI…, p. 447.

© LARHRA, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search