Version classiqueVersion mobile

Gouverner une Église en révolution

 | 
Paul Chopelin

Troisième partie. Identités et mémoires

Damnatio Memoriae

La légende noire de François-Thérèse Panisset, évêque du Mont-Blanc (xviiie-xxe siècles)

Christian Sorrel

Texte intégral

  • 1 Christian Sorrel, « F.-T. Panisset, évêque du Mont-Blanc. Essai biographique », Mémoires et documen (...)

1De tous les évêques constitutionnels, François-Thérèse Panisset (1729- 1809), évêque du Mont-Blanc dans le duché de Savoie annexé à la France à la fin de l’année 1792, n’est ni le plus connu, ni le plus représentatif. Sa carrière épiscopale fut brève et chaotique, il n’a laissé que quelques imprimés et aucun portrait ne restitue ses traits. Son nom est cependant associé à la première rétractation publique d’un prélat constitutionnel, enjeu de l’affrontement entre le clergé réfractaire et les « évêques réunis » en 1796. Celle-ci fixe d’emblée la légende noire de l’homme qui s’efface derrière le texte qu’il a accepté de signer. Elle résiste à l’usure du temps et l’historiographie catholique régionale de la fin du xixe siècle et du début du siècle suivant tend à la figer, alors qu’elle met au jour des documents susceptibles d’apporter des nuances. Panisset apparaît ainsi comme la victime d’une damnatio memoriae qui se prolonge jusqu’au Bicentenaire de 1989, occasion d’un questionnement inédit1.

Jalons biographiques

  • 2 Arch. dép. Savoie, 4 E 216 et 240, registres de la paroisse Saint-Léger.
  • 3 François Panisset constitue le titre clérical de son fils en 1754 (Chambéry relève du décanat de Sa (...)
  • 4 Jean Nicolas, La Savoie au 18e siècle. Noblesse et bourgeoisie, t. 2, Paris, Maloine, 1978, p. 931- (...)
  • 5 « Les professeurs n’ont que de modiques honoraires ; de là naît une grande difficulté d’en trouver (...)

2La première partie de la vie et de la carrière ecclésiastique de François-Thérèse Panisset, né le 2 juin 1729 d’un père substitut d’un procureur au Sénat de Savoie puis procureur lui-même2, est mal documentée. Ordonné prêtre sans doute en 1755, sans que l’on puisse préciser son cursus scolaire3, il semble avoir été affecté aussitôt au Collège royal de Chambéry dont les Jésuites avaient été exclus en 1729 par la réforme du roi de Piémont-Sardaigne Victor-Amédée II4. Régent de la classe de cinquième puis professeur de rhétorique et préfet des études, mais aussi censeur des livres et aumônier des Annonciades, il n’échappe pas au discrédit qui frappe l’établissement pour les élites locales fidèles à la Compagnie de Jésus, à l’exemple de la famille de Maistre, et n’est pas sans lien avec la faiblesse des revenus du personnel5.

  • 6 Arch. dép. Savoie, B 1617, acte de nomination, 25 novembre 1983.
  • 7 Arch. Stato Torino, Corte, Casa Reale, Lettere vescovi, Chambéry, m. 1, lettre de Mgr Conseil, 21 j (...)

3En 1783, Panisset est nommé curé de Saint-Pierre d’Albigny, l’une des principales paroisses du nouveau diocèse de Chambéry (1779), dont le droit de présentation à la cure est passé des Jésuites à l’Économat royal des bénéfices vacants6. Il « y fait des merveilles », aux dires de Mgr Conseil7, mais n’y trouve pas de quoi vivre et sollicite une pension de Victor-Amédée III, avec l’appui du prélat, acquis à la cause de « cet honnête homme », pour garantir la fécondité de son ministère :

  • 8 Arch. Stato Torino, Corte, Lettere particolari, L m 23, mémoire au roi, 1784. Le marquis de Lescher (...)

Ce bénéfice n’a pas la portion congrue. Les dépenses nécessaires l’absorbent et beaucoup plus encore. Le casuel y est toujours plus mince et plus difficile à tirer. L’exposant n’a pas même pu arracher le quart de la partie la moins médiocre. Bien des gens ne pouvant payer, la rigidité de l’exaction faisait perdre la confiance nécessaire au curé et aux autres et c’est ce qui l’oblige, pour le bien temporel et spirituel de ses paroissiens, de recourir avec un profond respect à S. M. pour la supplier très humblement8.

  • 9 Timothy Tackett, Priest and parish in 18th-century France. A social and political study of the Curé (...)
  • 10 Jean Nicolas, La Révolution française dans les Alpes. Dauphiné et Savoie, Toulouse, Privat, 1989 ; (...)
  • 11 Arch. dép. Savoie, L 304, procès-verbal de l’assemblée primaire de Saint-Pierre d’Albigny, 14 octob (...)
  • 12 L’article 16 dispose : « L’évêché et les cures seront réputés vacants jusqu’à ce que les élus aient (...)
  • 13 Christian Sorrel, « Le serment civique du clergé du département du Mont-Blanc en 1793 », dans Vivre (...)

4Propos de circonstance, alors que Panisset valorise aussi les services rendus et « la promesse de la munificence de S. M. de la part du Magistrat de la Réforme », en charge de l’enseignement ? Désir plus profond de réformer le statut social du clergé, en écho aux arguments des curés mobilisés dans le Dauphiné voisin auquel le décanat de Savoie était lié jusqu’en 1779, par-delà une frontière politique poreuse9 ? Séduction de la critique janséniste dont les seules attestations sont en fait postérieures à 1792 ? Il n’est guère possible de trancher, pas plus qu’il n’est possible de connaître l’attitude du prêtre durant la période de transition, de plus en plus agitée, qui sépare le déclenchement de la Révolution de l’entrée des troupes françaises en Savoie le 22 septembre 179210. Toujours est-il que le curé de Saint-Pierre d’Albigny fait d’emblée figure de partisan des idées nouvelles. En octobre 1792, il accepte de représenter sa paroisse à l’Assemblée des Allobroges et d’y porter le vœu unanime des habitants de « s’incorporer à la république française11 ». À la mi-février 1793, en application de la proclamation des commissaires de la Convention nationale, en date du 8, qui organise l’Église constitutionnelle dans le nouveau département du Mont-Blanc, il prête le serment exigé des desservants selon une formule qui croise le serment constitutionnel de 1790 et le serment liberté-égalité de 179212. Son attitude est loin d’être isolée dans le diocèse de Chambéry et la partie savoyarde du diocèse de Belley, majoritairement jureurs, tout comme le diocèse de Tarentaise, alors que le diocèse de Maurienne au Sud et le vaste diocèse de Genève au Nord sont réfractaires à près de 90%13.

  • 14 Arch. dép. Savoie, L 1613, procès-verbal de l’élection, 6 mars 1793.
  • 15 Arch. dép. Savoie, L 1736, délibérations de l’administration du district d’Annecy.

5C’est donc dans un contexte déjà tendu que Panisset est élu évêque du Mont-Blanc, le 6 mars 1793, avec 241 voix sur 707 électeurs : 217 sont absents, souvent en signe de protestation, 56 rédigent des bulletins nuls, 86 votent pour le pape ou les évêques destitués, 72 optent pour des prêtres dont l’engagement révolutionnaire est net et 35 se dispersent sur des noms moins connus14. Un mois plus tard, le 6 avril, il est institué canoniquement et consacré à Lyon par le métropolitain de Rhône-et-Loire Lamourette, assisté par l’évêque de l’Isère Reymond et l’évêque démissionnaire de la Seine-Inférieure Charrier de La Roche. Le 14 avril, après avoir soumis ses titres au directoire départemental, il prend possession de son siège épiscopal, établi à Annecy, et tente d’organiser son diocèse. La tâche se révèle presque impossible, alors que le Nord du diocèse constitue l’épicentre du mouvement réfractaire et que la situation politique et militaire de la France et du territoire annexé se dégrade rapidement15.

  • 16 Le 13 juin 1793, il se plaint de l’état de l’église Saint-Dominique qui lui est destinée : « Est-on (...)
  • 17 Lettre et déclaration de Monseigneur l’illustrissime et révérendissime Joseph-Marie Paget, évêque e (...)

6Si l’appui des pouvoirs révolutionnaires est acquis au nouvel évêque, non sans quelques tensions avec la municipalité annecienne à propos de sa future cathédrale16, il ne suffit pas à imposer son autorité dans les paroisses et à freiner la polémique qui se développe depuis son élection. Censuré par l’évêque de Genève au lendemain de sa consécration17, il répond, sous couvert de l’anonymat, avec la plume du philosophe qui dénonce, ironiquement, la fuite de Mgr Paget à l’automne 1792 :

  • 18 Lettre d’un philosophe à un prélat, Annecy, chez le citoyen Durand, imprimeur du citoyen évêque, [s (...)

Vos écrits et vos brochures, s’ils sont de vous, ne sont que de viles rapsodies, souvent mises en poudre. Pour être habillées sous des formes différentes, elles n’en sont pas moins des squelettes, ou plutôt de la poussière, qu’il faut, pour votre honneur, jeter dans le creux de la tombe et dans un oubli éternel18.

  • 19 Arch. dép. Savoie, L 1614, procès-verbal de la séance du directoire du département du 4 avril 1793.

7La polémique rebondit un mois plus tard au lendemain de la publication de la première – et unique – lettre pastorale de l’évêque du Mont-Blanc dont il a soumis le texte au directoire du département dès avant sa consécration19. Il y justifie son élection dans la ligne des débats français de 1791 sur la naissance de l’Église constitutionnelle :

  • 20 Lettre pastorale du citoyen évêque du département du Mont-Blanc, Anneci, Chez le citoyen Durand, im (...)

Enlevé du sein d’une paroisse nombreuse par un événement que je ne pouvais ni ne devais prévoir, je me vois, avec un saisissement de surprise et de trouble, élevé sur un siège éminent par les mains de la religion et du patriotisme […]. J’ai baissé la tête sous l’auguste fardeau et me suis totalement dévoué à votre salut20.

  • 21 Réponse d’un catholique savoisien à la lettre pastorale du citoyen évêque du département du Mont-Bl (...)
  • 22 Antidote qui étant pris à propos guérit de poison et rassainit, Annecy, chez le citoyen Durand, imp (...)

8L’un des vicaires généraux du diocèse de Genève, François-Marie Bigex, le contredit aussitôt avec vigueur, sans signer sa réponse21. Panisset se réfugie alors sous le masque du « pasteur patriote » pour expliquer une fois encore son choix et proposer un catéchisme « chrétiennement politique », exercice périlleux qui le conduit à justifier en premier lieu les lois sur le mariage et le divorce, ce dernier ne constituant qu’une « espèce d’impunité accordée avec regret […] pour détourner des maux plus affreux et pour ne pas ajouter à la perte des âmes peu religieuses22 ».

  • 23 Paul Guichonnet, « Une relation inédite de l’émeute royaliste d’Annecy (21-22 août 1793) », Annesci(...)
  • 24 Louis Meunier, « Albitte, conventionnel en missions (plus spécialement dans l’Ain et le Mont-Blanc) (...)
  • 25 Revue savoisienne, 1965, p. 58-59 (publication in extenso des documents de février et mai 1794).
  • 26 Arch. dép. Savoie, L 1614, procès-verbal des séances du district d’Annecy, 27 fructidor an II.

9L’évêque est en fait isolé dans sa ville épiscopale qu’il ne quitte guère. Il n’obtient pas le ralliement de tous les assermentés, dont beaucoup se rétractent vite, et ne peut assurer le culte dans la majorité des paroisses, tandis que les fidèles se détournent de lui, voire le raillent, à Annecy même. Les 21 et 22 août 1793, il est l’une des cibles de l’émeute royaliste qui éclate dans la ville épiscopale, au moment où l’offensive piémontaise se déploie sur la crête des Alpes. Il doit fuir et, après son retour rendu possible par la rapide réaction républicaine, il semble réduit à l’impuissance dans une Savoie dont l’enjeu militaire reste important à l’heure de la répression de l’insurrection lyonnaise23. Le 5 février 1794, quelques jours après le premier décret « déchristianisateur » d’Albitte, nommé un mois plus tôt représentant en mission dans l’Ain et le Mont-Blanc24, il renonce aux fonctions sacerdotales « avec la joie d’un cœur pur et républicain », sans pouvoir remettre ses lettres de prêtrise, perdues lors de l’émeute du mois d’août précédent. Mais il refuse de se soumettre à l’arrêté du 9 février qui exige des abdicataires une apostasie formelle. Il est alors emprisonné, et c’est dans sa prison qu’Albitte lui extorque la déclaration attendue le 2 mai, en se jouant de lui semble-t-il, « Panisset avouant le contenu » du document « quoiqu’écrit par d’autres mains25 ». Le soir même, prenant conscience de la manipulation, il se rétracte en écrivant au représentant, mais en secret. Il n’en est pas moins aussitôt libéré et, en septembre 1794, le district d’Annecy lui accorde la pension à laquelle les abdicataires peuvent prétendre et qu’il ne manque pas de réclamer26.

10Commence alors une période confuse qui ressemble à une longue palinodie. Au début de 1795, alors que la Convention thermidorienne favorise la détente religieuse, Panisset publie un dialogue entre un philosophe, un citoyen et un observateur pour exalter « le beau dans les mœurs ». Il en situe le « principe et [la] perfection dans les lois divines » et la « doctrine évangélique » et affirme la nécessité du sacerdoce, « évidemment d’institution divine », pour la vie de la cité :

  • 27 Idée ou élémens du beau dans les mœurs, Annecy, de l’imprimerie du district, s. d., ii-40 p.

Je soumets au jugement de cette mère tendre, pacifique et éclairée des chrétiens [l’Église] mes écrits, mes paroles, mes actions […], respectant ce qu’elle approuve, rejetant ce qu’elle condamne, acquiesçant à ses décisions, sans m’écarter jamais de ces sentiments dignes d’un bon patriote, ami de l’union, de l’ordre et de la subordination à toute autorité légitime27.

  • 28 Lettre au sieur Panisset, soi-disant ci-devant évêque du Mont-Blanc, s. l., 3 avril 1975, 14 p.
  • 29 François Fleury, Histoire de l’Église de Genève depuis les temps les plus anciens, avec des pièces (...)

11Aussitôt, un porte-parole anonyme des réfractaires, Bigex probablement, invite le « ci-devant évêque du Mont-Blanc » à confesser ses fautes et à accepter l’autorité du pape sans condition28. En réponse, Panisset rend publique la rétractation qu’il avait envoyée à Albitte au soir de son abjuration par la voie d’une pétition adressée le 19 mai 1795 à la municipalité d’Annecy, qui en prend acte29.

  • 30 Ibid., p. 231-239 et 497-499.
  • 31 Gérard Pelletier, Rome et la Révolution française. La théologie et la politique du Saint-Siège deva (...)
  • 32 Lettre à Grégoire, 12 brumaire an IV, citée par Augustin Gazier, Études sur l’histoire religieuse d (...)
  • 33 La lettre du 12 brumaire an IV porte une note manuscrite de Grégoire : « La chute est une faute sur (...)
  • 34 Archives de l’Académie salésienne, manuscrit Magnin, copie de la lettre de Panisset à Grégoire, 1er(...)

12L’évêque tente ensuite de négocier avec les réfractaires en se couvrant de l’absolution reçue d’un prêtre délégué par le Saint-Siège… dont il ne connaît pas même le nom. Manipulation ? Illusion ? Quoi qu’il en soit, il ne semble pas avoir conscience des exigences de ses futurs interlocuteurs et tente d’excuser son attitude auprès de Pie VII lui-même, vers lequel il se tourne le 14 juillet par l’intermédiaire du chanoine Aubriot de La Palme, l’un des vicaires capitulaires du diocèse de Chambéry en résidence à Turin30. Le 19 septembre, le cardinal de Zelada, secrétaire d’État, communique à ce dernier les conditions que la Cour de Rome met à la réconciliation de l’intrus, qui ne peut être admis dans un premier temps qu’à la communion laïque31. Informé par l’intermédiaire du chanoine Perrin, exilé à Lausanne, Panisset se déclare prêt à se soumettre, mais sa réponse du 8 novembre révèle la persistance de ses illusions. Cinq jours plus tôt, il n’avait d’ailleurs pas hésité à adhérer, à l’invitation des « évêques réunis », à leur encyclique du 15 mars, « précieux monument du zèle, de la charité et des lumières32 ». Mais les chefs de l’Église gallicane, intransigeants face aux apostats, le rejettent dès qu’ils sont informés de son abjuration33. Il n’en reçoit toutefois l’avis, envoyé le 11 février 1796, que le 26 mars, alors qu’il a quitté la Savoie deux mois plus tôt34.

  • 35 Déclaration et rétractation de Franc. Thérèse Panisset, évêque constitutionnel du Mont-Blanc, du li (...)
  • 36 François Fleury, Histoire de l’Église de Genève, op. cit., p. 244-249 et 612-613.

13Les réfractaires ont en effet décidé de le mettre sous tutelle en organisant, avec son accord, son exfiltration vers Lausanne, refuge des émigrés et foyer de la contre-révolution. La manœuvre, menée par l’un des vicaires généraux du diocèse de Genève, Jean-François Dubouloz, avec l’aide de l’abbé Vuarin, futur curé de Genève, se déroule à la mi-janvier 1796 et débouche le 22 février sur sa rétractation, rendue publique le 2 avril35. Le 1er juin, le pape lui adresse un bref pour le féliciter, l’inviter à choisir un confesseur en vue de la levée des interdits et le dissuader de rejoindre la Ville éternelle, où la curie avait espéré un temps tirer profit de la présence du premier évêque constitutionnel soumis. Réduit au silence, sans ressources, Panisset reste à Lausanne, toujours plus isolé après l’invasion de la Suisse par la France le 18 janvier 1798 : les émigrés fuient et l’abandonnent à son sort, sans qu’il puisse envisager un retour en Savoie où le coup d’État du 18 fructidor an V a remis en vigueur les lois de persécution. Le 6 mars 1798 toutefois, Mgr Gravina, nonce apostolique à Lucerne, lui restitue ses pouvoirs sacerdotaux. C’est dans cette situation qu’il apprend la signature du concordat le 15 juillet 1801, un signal suffisant pour rentrer en Savoie36.

  • 37 Ibid., p. 250 et Émile Moleins, Histoire religieuse de la Révolution dans le premier diocèse de Cha (...)
  • 38 Registre de la mission de Jean-Baptiste Desgeorge (conservé dans le trésor de la cathédrale de Cham (...)
  • 39 Arch. dép. Savoie, Fonds Guilland, 37 F, lettre du maire de Tresserve au préfet du Mont-Blanc, 16 m (...)
  • 40 Arch. dép. Savoie, 3 E 20 et 5 E 111, état civil de Tresserve.

14Fin septembre 1801, Panisset rejoint son frère Joseph à Tresserve, sur les rives du lac du Bourget. Il y est accueilli avec méfiance par les vicaires capitulaires qui le gardent « dans le sein de sa famille » et lui accordent le privilège d’un « oratoire privé pour ne pas exciter les murmures » des anciens jureurs, soumis à une longue pénitence avant de retrouver la faculté de célébrer la messe37. La population lui fait en revanche confiance en lui demandant de baptiser les nouveau-nés, mais il se contente de les ondoyer pour respecter le règlement des missions, qui réserve l’administration des sacrements au prêtre désigné par les vicaires capitulaires, et laisse en conséquence l’abbé Desgeorge suppléer les cérémonies38. Moins d’un an après son arrivée, le maire Pierre Burnier loue auprès du préfet sa « piété » et le « zèle qu’il met en tout pour se rendre en tout utile dans son état et charitable au-delà de ses moyens39 ». Il n’est donc pas étonnant qu’il succède à Desgeorge comme missionnaire de Tresserve en janvier 1803, avant d’être reconduit comme recteur en février 180440.

  • 41 Arch. dép. Savoie, Archives de l’archevêché de Chambéry, 43 F 60, attestations signées par Panisset (...)
  • 42 Ibid., 43 F 239, lettre de Portalis à l’évêque du Mont-Blanc, 9 thermidor an XI. Il ne semble pas q (...)
  • 43 Arch. dép. Savoie, Fonds Guilland, 37 F, lettre du maire de Tresserve au préfet du Mont-Blanc, 23 f (...)

15Le changement d’attitude des vicaires capitulaires à son égard est confirmé par le premier évêque concordataire de Chambéry et Genève, Mgr des Monstiers de Mérinville, qui lui délivre une « commission spéciale » au printemps 1803 pour réconcilier des prêtres constitutionnels41. Il appuie dans le même temps sa demande de pension d’évêque, conforme au décret du 6 nivôse an XI. Débouté une première fois en juillet 1803 sous prétexte qu’il aurait été élu après la suppression du budget des cultes42, Panisset revient à la charge en mai 1804 et obtient gain de cause en juin 1805 suite à l’intervention du nouvel évêque de Chambéry et Genève, Mgr Dessole, auprès de Napoléon Ier, en route vers Milan. Il n’en poursuit pas moins sa tâche de desservant à la satisfaction des fidèles qui le « regrettent sincèrement » à sa mort, survenue le 22 février 1809, et demandent au préfet l’autorisation de l’ensevelir dans l’église paroissiale pour atténuer leurs regrets43 : la rétraction de février 1796 semble pour l’heure oubliée, alors qu’elle va façonner complètement l’image posthume de l’évêque du Mont-Blanc.

La rétractation de 1796 ou la parole confisquée

  • 44 Caroline Blanc-Chopelin, De l’apologétique à l’Église constitutionnelle : Adrien Lamourette (1742-1 (...)
  • 45 Jean-François Vuarin, Lettre au vénérable clergé de l’ancien diocèse de Genève, Genève, Berthier-Gu (...)
  • 46 Lettre du 23 janvier 1796, publiée par François Fleury, Histoire de l’Église de Genève, op. cit., p (...)

16Il est vrai que l’événement n’est pas resté sans écho chez les contemporains. Il constitue en effet un enjeu réel pour les réfractaires en lutte contre les constitutionnels et, plus largement, les propagandistes de la contre-révolution, qui ne manquent pas d’orchestrer la première rétractation d’un prélat constitutionnel, si l’on excepte la démarche sujette à caution de l’évêque du Rhône-et-Loire Lamourette à la veille de son exécution en 179444. Dès son arrivée à Lausanne, Panisset est pris en main par les abbés de Thiollaz, Bigex et Besson, vicaires généraux du diocèse de Genève, assistés par l’abbé de Belmont, vicaire général du diocèse de Nîmes, et le chanoine Perrin, qui se chargent « de faire la lessive45 ». Dans le même temps, Joseph de Maistre, qui séjourne dans la ville depuis 1793 et développe des liens avec les émigrés français et les agents étrangers, le soumet « très librement à une mercuriale laïque » dont il rend compte en ces termes au cardinal Costa d’Arignano, archevêque de Turin46 :

Quoiqu’il n’argumente point et qu’il dise oui à tout ce qu’on lui dit, il s’en faut de beaucoup que nous le trouvions tel qu’il devrait être. Il ne paraît pas du tout persuadé de l’étendue de sa faute et, tout en convenant de ses torts, il vous laisse apercevoir distinctement la satisfaction enfantine d’être évêque, car c’est là son tic. Votre Éminence ne peut pas se former une idée de l’homme sans l’avoir vu : c’est un personnage guindé, raide comme un bâton, et qui ne dit ni ne fait rien comme les autres hommes ; un esprit faux, tout fait de livres mal digérés ; un assemblage bizarre de jansénisme, d’orgueil, de sottise, de bonhomie et de religion.

  • 47 Lettre au cardinal Costa d’Arignano, 8 avril 1796, publiée par François Fleury, op. cit., p. 499-50 (...)
  • 48 Il en fera l’aveu en 1820 en pleine polémique autour de Du Pape : « Une figure que j’aurais voulu v (...)
  • 49 Lettre au cardinal Costa d’Arignano, 8 avril 1796, publiée par François Fleury, op. cit., p. 499-50 (...)

17Alors que les négociations avec l’évêque déchu se poursuivent, une tension apparaît dans les cercles de l’émigration lausannoise entre les partisans d’une rétractation discrète et les tenants d’une stratégie de communication. Les premiers estiment avec de Thiollaz, chargé de rédiger le document proposé à la signature de Panisset, qu’il doit être « l’expression des sentiments d’un retour sincère et non d’un ouvrage qui dût être livré au public et fait avec tout l’art qu’on pût y mettre47 ». Mais ils sont minoritaires et de Thiollaz, « vaincu bien plus par la réunion des suffrages que par la raison », doit proposer une seconde version, qui ne trouve pas grâce aux yeux de ses censeurs. De Maistre remanie alors profondément le document sans le prévenir48. De Thiollaz découvre le fait après la publication et s’en ouvre à Costa d’Arignano dans un texte qui révèle, surtout dans sa finale, l’existence d’enjeux ecclésiologiques par-delà les questions de tactique, d’amour-propre d’auteur ou de compétence théologique du laïc49 :

Les huit dernières pages sont tellement bouleversées que je les désavoue absolument. L’acte d’apostasie est présenté sous un jour faux ; les réflexions qui le suivent sont gauches et déplacées ; ce qu’il dit de la formule d’Albitte est incohérent avec la manière dont on a présenté son acte d’apostasie ; la profession de foi est louche et redondante ; la rétractation du serment mal motivée et ridiculement placée après la profession de foi. Ce qu’il dit au sujet du métropolitain est contradictoire avec ce qu’il avoue avoir enseigné. On l’a placé dans un état de pénitent à la fin de l’ouvrage, et il eût dû l’être dès le moment où il a reconnu ses erreurs. Enfin, on a très misérablement confondu l’Église romaine avec l’Église de Rome.

  • 50 Déclaration et rétractation, op. cit.

18Le philosophe imprime ainsi une marque originale à un texte qui relève d’un genre littéraire précis et doit remplir les conditions posées par le cardinal de Zelada en 179550. Il débute par une évocation de la vie de Panisset, placée sous le signe de l’orgueil qui produit l’« aveuglement », les « ténèbres épaisses », et conduit à l’« abîme » par la rébellion contre l’autorité légitime, tandis que la « réputation de vertu », accordée à des « mœurs austères », n’est que le masque d’« œuvres vides », guidées par un « amour-propre secret » :

Funeste progression de l’orgueil ! Dans quels écarts ne m’a-t-elle pas jeté ! L’époque malheureuse qui introduisit en Savoie le règne de la licence et de l’impiété eût dû me pénétrer de douleur et réveiller mon zèle : elle fut au contraire le moment de mes espérances coupables et de mes égarements. J’envisageai la liberté française, ce germe fécond de tous les vices, sous un aspect flatteur, et l’égalité, fruit d’un orgueil en délire, me parut l’aurore d’un beau jour.

  • 51 Gérard Pelletier, Rome et la Révolution française, op. cit., p. 440.
  • 52 Lettre au chanoine Perrin, 21 novembre 1795, publiée par François Fleury, Histoire de l’Église de G (...)

19À la source de ces dérives, Panisset est invité à identifier le jansénisme : « C’est ainsi que, lié avec des jansénistes, je louai d’abord ce que j’appelais leur vertu ; je me permis ensuite de censurer l’autorité qui les condamnait ; bientôt, elle me parut avoir besoin de réforme ; enfin, je n’étais plus moi-même soumis que par prudence. » Réalité ? Figure obligée, en lien avec la demande romaine d’une soumission formelle aux constitutions contre « les erreurs de Baius, Jansénius et Quesnel », sans doute dictée moins par une connaissance directe des choix de l’évêque intrus que par une précaution de principe dans la ligne de la bulle Auctorem fidei51 ? La réponse est incertaine, mais l’on peut noter que de Maistre ne fait pas du jansénisme un grief majeur contre Panisset dans ses lettres à Costa d’Arignano, même s’il le cite dans la première. La rétractation elle-même ne l’inculpe pas explicitement d’adhésion aux doctrines suspectes et la mention de leur condamnation n’y est pas centrale. En agissant ainsi, de Maistre se conforme au vœu d’Aubriot de La Palme, pourtant adversaire notoire du jansénisme : « Quant à l’article des erreurs antérieures à la Révolution, sur lesquelles le Saint-Père exige une assurance de sa foi, il suffira qu’il reconnaisse en général Baius, Jansénius et Quesnel comme justement et dûment condamnés par l’Église et qu’il proteste une entière et sincère soumission aux bulles » des pontifes successifs52.

20Pour le vicaire capitulaire de Chambéry, la dénonciation de « l’impiété moderne » et des « erreurs des constitutionnels » est prioritaire, et c’est bien sur cette ligne qu’est bâtie la rétractation qui passe d’abord en revue les étapes de l’itinéraire révolutionnaire de Panisset : « Téméraire d’abord, ensuite parjure, bientôt schismatique, intrus enfin, je méprisais ce qu’il y avait de plus respectable, je roulais d’abîme en abîme. » Puis elle déroule le récit d’une chute, vingt et un mois durant : « J’ai pu, me reposant témérairement sur une prétendue régularité de vie, célébrer presque tous les jours nos mystères redoutables ; enfin, cherchant à me ménager toutes les ressources, d’une part j’écrivais au Saint-Père pour rentrer en grâce et de l’autre j’entretenais des correspondances schismatiques. » Pour finir, Panisset est invité à souscrire une longue profession de foi, qui juxtapose affirmations et rétractations et se conclut par une demande de pardon et une exaltation de l’Église :

Église sainte, dont j’ai violé l’unité, méprisé la doctrine et bravé l’autorité ! ; Église apostolique, seule dépositaire du ministère sacré, et dont on ne peut se séparer sans renoncer à son salut ! ; Église catholique, dont le nom seul proscrit l’Église constitutionnelle de France ! ; Église romaine, Siège de Pierre, qui possédez dans ses successeurs la primauté d’honneur et de juridiction ; Église, maîtresse des autres Églises, gardienne de la foi, centre indéfectible de l’unité ! Église de Jésus-Christ, miracle visible et toujours subsistant de sa puissance et de son amour ! ; Église dépositaire de cette doctrine céleste qui a vaincu l’enfer, confondu la sagesse humaine et subjugué le monde ! Recevez le malheureux qui s’était éloigné de vous avec tant d’éclat.

  • 53 Lettre au cardinal Costa d’Arignano, 2 avril 1796, publiée par François Fleury, Histoire de l’Églis (...)

21De Maistre, qui a pris la direction des opérations à la mi-février 1796, organise la validation du document chez lui, le 22, en présence de deux témoins laïcs pour empêcher que « certaines gens parlassent de l’influence sacerdotale sur un homme de ce caractère ». Puis il s’intéresse à l’impression et à la signature de quelques exemplaires, « M. Panisset peignant [trop] mal et [trop] lentement » pour recopier les manuscrits « qu’on paraissait désirer à Turin ». Dans le même temps, il se préoccupe de « le placer de la meilleure manière possible » en tentant de vaincre les réticences turinoises à l’accueillir et en freinant les désirs romains de le recevoir, communiqués par le nonce Gravina. Il s’en explique auprès du cardinal Costa d’Arignano en traçant un portrait appelé à devenir une référence pour l’historiographie catholique de la fin du xixe siècle53 :

D’un côté, on s’effraie à Turin […] et, de l’autre, on le regarde à Rome comme une conquête ; en quoi il paraît qu’on se trompe de part et d’autre sur le véritable diamètre. La religion même a sa politique, et peut-être cette politique exigerait-elle qu’on mit autant de soin à cacher la personne de M. Panisset qu’à publier sa rétractation, de peur que l’une ne fasse de tort à l’autre. Il n’a besoin que d’obscurité et de pain quotidien, dans tous les sens du mot, et cela se trouve partout […]. L’extérieur de cet homme est parfaitement ridicule, et même quelquefois, il me prend des envies de douter que toutes les fibres de son cerveau soient parfaitement à leur place ; mais, au fond, il n’a rien de repoussant, et quand on dit il fait compassion, tout est dit. Je ne doute pas qu’il n’aie commis un grand crime, mais je doute qu’il soit un grand criminel. Je le connais dès ma plus tendre enfance : c’était un homme plein de religion, de mœurs austères, charitable au-delà de ses moyens ; du reste, tête faible et tête fausse, sur laquelle la terreur et la vanité ont eu toute prise imaginable. On le condamne, mais il n’irrite pas ; c’est un de ces hommes qu’on peut mettre dans un coin, comme un meuble, avec la certitude qu’il ne remuera pas.

  • 54 Archives de l’Académie salésienne, manuscrit Magnin, copies de la correspondance de Panisset et Let (...)

22Alors que le destin du « meuble » n’est pas encore scellé, le 2 avril 1796, de Maistre et les vicaires généraux du diocèse de Genève décident de rendre publique la rétractation de Panisset. Du même jour est datée une lettre au pape, confiée aux vicaires capitulaires de Chambéry, dans laquelle il se repent de la « démarche téméraire » de juillet 1795, résultat de son « obstination, aussi inconséquente que criminelle », puis de « l’audacieux sacrilège » commis dans la lettre « illusoire et perfide » rédigée après sa « scandaleuse élection » à l’évêché du Mont-Blanc. Enfin, entre le 1er et le 22 avril, il signe plusieurs lettres explicatives destinées à des évêques constitutionnels (Grégoire, Reymond, Charrier de La Roche) et à des municipalités du Mont-Blanc54.

  • 55 Annales religieuses, politiques et littéraires, t. 1, n° 12, 4 juin 1796, p. 529-552.
  • 56 Déclaration et rétractation de François-Thérèse Panisset, évêque constitutionnel du Mont-Blanc, ext (...)
  • 57 « Le citoyen Le Coz, évêque d’Ille-et-Vilaine, à tous les catholiques de son diocèse, amis de la re (...)
  • 58 Réflexions adressées aux soi-disant évêques signataires de la seconde encyclique ; suivies d’une Ré (...)
  • 59 En 1797, des missionnaires sont arrêtés en Oisans et en Queyras avec des exemplaires de la Déclarat (...)
  • 60 « Variations des rétractations et des rétractans », Annales de la Religion, t. IV, n° 6, 10 décembr (...)
  • 61 « Avis aux schismatisans ou Réponse du citoyen Le Coz, évêque d’Ille-et-Vilaine, à un écrit intitul (...)
  • 62 Collection des pièces imprimées, op. cit., p. 9-10.
  • 63 Arch. dép. Savoie, J 159.
  • 64 The declaration and retractation of Francis Teresa Panisset, constitutional bishop of Mont-Blanc in (...)
  • 65 « De la conduite du Saint-Siège envers les évêques constitutionnels en 1802 », L’Ami de la Religion (...)

23Les réseaux contre-révolutionnaires assurent une rapide diffusion de la Déclaration et rétractation, qui est reproduite deux mois plus tard par les Annales religieuses, politiques et littéraires, créées l’année précédente à Paris55. Elle est ensuite tirée à part par Le Clère, imprimeur parisien des Annales, et Bellegarrigue, à Toulouse, puis rééditée avec l’adjonction de la rétractation d’Adrien Lamourette ou le commentaire de celle de Gabriel Deville, évêque des Pyrénées-Orientales56. Dans l’été 1796, un nouveau tirage réalisé par un libraire de Rennes, qui y joint le texte d’un ecclésiastique de Blois (Boucher) et les avis d’un laïc (Polycarpe), incite l’évêque d’Ille-et-Vilaine, Claude Le Coz, à alerter ses diocésains dans une lettre reprise par les Annales de la religion, organe de l’Église gallicane fondé en 1795, d’autant que la brochure, « pleine d’erreurs, de calomnies et de poisons », « se colporte jusque dans les campagnes57 ». L’abbé de Boulogne, l’une des plumes acérées du camp réfractaire, lui répond dans une brochure publiée d’abord sous couvert de l’anonymat : « C’est que le cri de sa conscience a retenti jusqu’au fond de la vôtre. C’est qu’au défaut du repentir, il y a porté les remords. C’est que sa rétractation est mot à mot l’histoire de votre conduite et qu’elle vous peint trait pour trait58. » En décembre 1796, l’ancien mauriste dom Grappin, proche de Grégoire, réagit en stigmatisant Panisset dans le cadre d’une réflexion plus large sur les rétractations du serment constitutionnel, diffusées par les missionnaires, comme le confirme l’exemple des Alpes du Sud, où la proximité de la frontière facilite la circulation des imprimés59 : « L’Église […] ne doit pas regretter de tels ministres qui n’étaient faits ni pour la servir avec fruit, ni pour figurer parmi des prêtres républicains60. » Quant à Le Coz, il reprend la plume au début de 179761, à l’heure de la préparation du concile national qui évoque le cas Panisset62. Dans le même temps, la diffusion de la Déclaration et rétractation se poursuit au-delà des frontières, par les relais de l’émigration, notamment à Londres, où l’imprimerie de James Peter Coghlan procure dès 1796 une édition préparée sur un « exemplaire venu de Suisse et fourni par M. Panisset lui-même » en réaction à un tirage parisien avec des « suppressions considérables et essentielles qui dénaturent l’ouvrage », présenté comme un « excellent traité sur l’autorité de l’Église et de son chef63 ». En 1797, l’imprimeur Fitzpatrick de Dublin publie une traduction anglaise64. Mais le nom de Panisset tombe ensuite dans l’oubli, si l’on excepte de brèves mentions, partiellement inexactes, de L’Ami de la Religion et du Roi qui rappelle en 1816 sa « pénitence éclatante » et en 1828 sa retraite « dans une communauté » où il « vécut dans les exercices de la pénitence65 ».

Déclinaisons mémorielles et historiennes

  • 66 Lettre au vénérable clergé, op. cit., p. 16-18. La majorité des auteurs cités ici fait l’objet d’un (...)

24Il faut attendre en fait les années 1830 pour que l’évêque du Mont-Blanc soit à nouveau évoqué, dans un cadre régional surtout, alors que les témoins de la Révolution racontent leurs souvenirs. C’est le cas de Jean-François Vuarin, qui résume en 1838 le « pieux rapt » de 1796 dont il fut l’un des acteurs dans une lettre adressée à ses confrères de l’ancien diocèse de Genève66. Il s’y réfère à la Déclaration et rétractation, dont il cite le passage sur l’orgueil et l’influence du jansénisme, tenu pour un aveu personnel, et décrit le « pauvre homme » comme « une pierre de scandale, quoiqu’il fût généralement honni, même par les enfants qui lui couraient après dans les rues, en se le montrant du doigt ». Mais il insiste aussi sur la sincérité de sa « conversion », ce qui lui aurait valu l’hostilité du « parti » constitutionnel lors de sa demande de pension en 1803 :

M. l’abbé Andrevon, encore vivant, son successeur dans la paroisse de Tresserve, m’a répété plusieurs fois qu’il n’avait cessé d’édifier sa paroisse par la sincérité de sa pénitence ; et je conserve une autre note que le vénérable ecclésiastique me remit en 1827 dans laquelle il me marquait ce qui suit : “Si M. Panisset […] a commis une grande faute, le recteur actuel de Tresserve peut affirmer qu’il en a témoigné le plus grand repentir, car plusieurs fois dans son instruction du dimanche, il a demandé pardon aux habitants et à ses auditeurs du scandale qu’il avait donné”.

  • 67 Les réponses des curés (une centaine) et le manuscrit de l’Histoire du diocèse de Genève pendant la (...)

25Avec le chanoine Claude-Marie Magnin, né en 1802, supérieur du grand séminaire d’Annecy en 1851 puis évêque d’Annecy en 1860, s’opère un premier glissement du témoignage à l’histoire. Vers 1850, il invite en effet les curés à recueillir la tradition orale conservée dans les paroisses et réunit des documents écrits pour préparer un livre, presque achevé, mais jamais édité, sur l’histoire du diocèse de Genève pendant la Révolution, une mine pour les érudits de la fin du xixe siècle qui ont pu lire le manuscrit67. Il s’y fait l’écho, comme Vuarin, de faits humiliants pour Panisset, souffleté par la maîtresse de maison lors d’une visite dans une famille chambérienne ou hué par la foule dans sa cité épiscopale, malgré l’invitation à la prudence de l’enquêteur annecien à propos des anecdotes que « bien des gens disent vraies et que d’autres assurent avoir été inventées à plaisir ». Il tend parallèlement à durcir ses traits en opérant son identification définitive au jansénisme à partir d’une lecture unilatérale de la rétractation :

Il avait les qualités et les défauts propres à cette secte, de la probité, le désir du bien, des mœurs rigides et austères, qui lui donnaient un air et une réputation de vertu et, au-dessus de tout cela, un orgueil qui lui persuadait qu’il était plus propre que tout autre à corriger les abus qu’avec son siècle il croyait voir dans l’Église et dans l’État. Il avait en outre une réputation d’esprit que ses œuvres ne justifient guère.

  • 68 Mémoires pour servir à l’histoire ecclésiastique du diocèse de Chambéry, Chambéry, Imprimerie de F. (...)
  • 69 Ibid., p. 61.

26Le prisme de la mémoire, directe ou indirecte, est tout aussi présent, mais plus contradictoire, dans l’ouvrage publié en 1865 par le cardinal Billiet, archevêque de Chambéry, né en 1783 et ordonné prêtre en 180768. Pour la première fois depuis les événements, l’auteur, qui ne prétend pas « composer une histoire », mais « en préparer les matériaux », propose au public un récit détaillé de la période révolutionnaire, vue du camp réfractaire. Panisset y figure en bonne place et des « pièces justificatives » le concernant, extraites des fonds de l’archevêché ou des archives départementales de la Savoie, sont publiées selon une méthode chère aux sociétés savantes en plein essor. Le portrait que Billiet dessine de lui est bien sûr sévère, mais il est moins tranché que celui de Magnin, notamment à propos du jansénisme dont il cherche des preuves ténues dans des gestes relevant plutôt du rigorisme69 :

M. Panisset n’avait […] que des talents très médiocres ; il n’était ni impie ni révolutionnaire ; mais il y avait en lui beaucoup de prétention, une sotte vanité et une niaise fatuité ; il manquait totalement de discernement et de tact. Il aurait bien préféré être évêque légitime ; mais, ne pouvant l’être, il consentit à être évêque constitutionnel plutôt que de ne pas l’être du tout. Il a été dix ans curé de Saint-Pierre d’Albigny. Sa conduite durant ce temps n’a rien présenté de remarquable, excepté qu’on l’accusait d’avoir des rapports avec les jansénistes et de chercher à répandre leurs principes. On assure que, les jours de jeûne, il pesait le pain de la collation à ses vicaires.

  • 70 Ibid., p. 269. Voir supra note 48.
  • 71 Ibid., p. 375-377.

27Il est vrai que le cardinal glisse de l’hypothèse à la certitude en affirmant, deux cents pages plus loin, que le professeur Panisset « avait été imbu de quelques préjugés jansénistes », mais il redit aussi qu’il n’était « ni immoral, ni impie, ni révolutionnaire de cœur ». Il ne peut d’ailleurs plus invoquer la rétractation pour proclamer une vérité dans la mesure où il sait que Joseph de Maistre en est largement l’auteur depuis la publication de sa correspondance : « En lisant cette belle rétractation, on peut donc juger des talents de M. le comte de Maistre, mais non de ceux de M. Panisset70. » Ces contradictions partielles renvoient sans doute aussi à des traditions orales divergentes que l’on retrouve dans l’évaluation des sentiments du prêtre réconcilié à la fin de sa vie. Si Billiet rejoint Vuarin pour juger qu’il desservit la paroisse de Tresserve « sans bruit et comme oublié de tous » et pour accuser les anciens constitutionnels d’avoir voulu le priver de la pension à laquelle il avait droit, il affirme contre lui qu’il n’avait pas abandonné ses travers71 :

Ceux qui depuis lors [1801] furent dans le cas de l’observer de près jugèrent que certainement, depuis quelques années, ses opinions étaient devenues plus raisonnables et sa conduite plus régulière ; mais ils reconnurent aussi que ceux qui l’avaient aidé à rédiger sa rétractation et sa lettre au pape, en perfectionnant son style, avaient aussi en même temps un peu vernissé ses vertus ; ils remarquèrent facilement que ce principe d’orgueil qui lui avait fait faire tant de fautes n’était pas entièrement déraciné et qu’il y avait toujours en lui un reste de cette vanité niaise que l’on observe souvent dans les enfants. Lorsqu’on lui demandait son nom, il éprouvait une sorte de satisfaction à dire qu’il était l’ancien évêque du Mont-Blanc ; il ajoutait ordinairement à sa signature les lettres C. D. E. M. B. ou bien A. E. D. M. B. (ci-devant évêque du Mont-Blanc, ancien évêque du Mont-Blanc). Il prenait quelquefois des bas violets et portait sur la poitrine, suspendu à un petit cordon, un crucifix qui ressemblait un peu à la croix pectorale d’un évêque. En célébrant la messe, il faisait à la fin les trois signes de croix comme les évêques, ce qui lui était sévèrement interdit par le bref du 1er juin 1796.

  • 72 Dossier « Des bénédictins érudits aux prêtres régionalistes », Revue d’histoire de l’Église de Fran (...)
  • 73 François Fleury, Histoire de l’Église de Genève, op. cit. ; Jean Mercier, Souvenirs historiques d’A (...)
  • 74 André Folliet, « Les évêques constitutionnels. F.-T. Panisset, évêque du Mont-Blanc », La Révolutio (...)
  • 75 Paul Pisani, Répertoire biographique de l’épiscopat constitutionnel 1791-1802, Paris, Picard, 1907, (...)

28L’interprétation du cardinal Billiet constitue dès lors le socle sur lequel l’érudition ecclésiastique régionale, stimulée par le centenaire de la Révolution et les débats politiques contemporains72, décline le dossier Panisset. Trois auteurs jouent un rôle majeur, un prêtre du diocèse de Lausanne et Genève, François Fleury, et deux prêtres du diocèse d’Annecy, Jean Mercier et Joseph-Marie Lavanchy, ce dernier tirant parti des recherches de Mgr Magnin73. À eux trois, ils mettent au jour la majorité des documents d’archives concernant l’évêque du Mont-Blanc, souvent publiés in extenso, repris et complétés d’un livre à l’autre, telles les lettres de Maistre et de Thiollaz au cardinal Costa d’Arignano révélées par Fleury. Ils ne citent en revanche presque jamais ses imprimés de 1793, devenus il est vrai très rares, comme le cardinal l’avait déjà noté. Mais ils recourent sans hésiter aux anecdotes qui révèlent la vigilance de la foi populaire et soulignent les humiliations infligées à l’intrus, notamment lors de l’émeute royaliste de 1793 qui l’aurait contraint à passer la nuit sous un pont et à se déguiser en femme pour fuir. Ils confortent ainsi le portrait de Billiet, aggravé par les propos de Maistre, avec toutefois une tendance à affirmer plus nettement ses penchants jansénistes. Les historiens républicains ne s’en démarquent guère, à l’instar du député André Folliet qui émet à peine un doute sur le caractère volontaire du départ pour Lausanne et prend plaisir à rappeler que l’on disait « que les bas violets de Panisset marchaient avec ses serments violés74 ». Sur le plan national, la notice du Répertoire de l’abbé Pisani est un simple résumé des pages du cardinal, dans l’ignorance totale des travaux postérieurs, et l’article de Pierre Bliard dans la Revue des questions historiques se réduit, avec la même ignorance, à une paraphrase de la Déclaration et rétractation, dont il occulte les circonstances de la rédaction, et des protestations de Le Coz75.

  • 76 Émile Moleins, Histoire religieuse de la Révolution, op. cit. ; Louis Meunier, Petite histoire reli (...)
  • 77 Claude-Joseph Gignoux, Joseph de Maistre, prophète du passé, historien de l’avenir, Paris, Nouvelle (...)
  • 78 Jacques Lovie, Chambéry, Tarentaise, Maurienne, Paris, Beauchesne, coll. Histoire des diocèses de F (...)
  • 79 Henri Baud (dir.), Genève-Annecy, Paris, Beauchesne, coll. Histoire des diocèses de France (19), 19 (...)
  • 80 Voir note 1.

29L’image de Panisset est alors figée et les travaux de la première moitié du xxe siècle, bien moins nombreux à l’heure du repli des sociétés savantes, n’apportent rien de nouveau, qu’il s’agisse de la contribution de l’abbé Moleins ou de celle de Louis Meunier, un professeur haut-savoyard, militant libre-penseur, pour qui « l’astuce et l’exagération de Joseph de Maistre ne sont point tellement feintes76 ». L’historiographie maistrienne des années 1960 ne fait un sort à l’affaire Panisset que dans la mesure où celle-ci apparaît comme un révélateur de la « cuisine de Lausanne », creuset du « papisme » et de « l’ultramontanisme intransigeant77 ». Il faut attendre en fait les volumes de la collection « Histoire des diocèses de France » pour repérer une inflexion partielle. Tout en citant de Maistre, Jacques Lovie voit en Panisset un « prêtre soucieux de bien faire », « parlant un langage nouveau, moderne s’il en est, et bien peu propice à asseoir [son influence] auprès des populations » : « On l’a dit ambitieux et surtout vaniteux, mais il n’est pas sûr qu’il n’ait pas seulement voulu rendre service78. » De son côté, Roger Devos, moins indulgent, reconnaît en Panisset « un brave homme […] animé des meilleures intentions, croyant sincèrement pouvoir concilier le catholicisme et le patriotisme jacobin », se précipitant toutefois « au devant de difficultés inextricables dont sa faiblesse de caractère ne lui permit pas de se tirer avec honneur79 ». La voie est ainsi ouverte à une révision dont le Bicentenaire fournit l’occasion en permettant de redécouvrir les imprimés de l’évêque du Mont-Blanc, de mettre au jour des archives inédites, surtout en ce qui concerne son ministère à Tresserve, et de proposer une lecture plus équilibrée qui ne masque ni le poids des circonstances défavorables ni la fragilité de l’homme80.

  • 81 Joseph de Maistre écrit dans sa lettre au cardinal Costa d’Arignano du 2 avril 1796 : « Sûrement, M (...)

30L’événement de 1796, mis en scène au cœur de l’affrontement entre les réfractaires et les constitutionnels, a largement déterminé le destin posthume de François-Thérèse Panisset, évêque du Mont-Blanc. La Déclaration et rétractation et sa légitimation bâtie par Joseph de Maistre, dont les écrits ont été souvent utilisés à la fin du xixe siècle, ont orienté la dialectique de la mémoire et de l’histoire catholiques, déchirées entre le devoir de censurer durement un évêque schismatique, intrus et apostat, objet de scandale pour les fidèles, et le besoin de nuancer son portrait pour donner crédit à sa soumission, signe du triomphe inéluctable de la seule Église véritable. Le « personnage » a dès lors recouvert la « personne », pour reprendre les mots du philosophe de la contre-révolution81, et c’est l’un des enjeux de l’historiographie actuelle d’opérer un renversement, rendu parfois délicat par le manque de documents et les effets prolongés de la damnatio memoriae.

Notes

1 Christian Sorrel, « F.-T. Panisset, évêque du Mont-Blanc. Essai biographique », Mémoires et documents de la Société savoisienne d’histoire et d’archéologie, t. 91, 1989, p. 191-199 ; « Église et Révolution en Savoie (1793-1794) », Mémoires et documents de l’Académie de la Val d’Isère, t. 17, 1989, p. 61-82 ; « Panisset François-Thérèse », dans Christian Sorrel, (dir.), La Savoie, Paris, Beauchesne, 1996, p. 318-319 (coll. Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. 8).

2 Arch. dép. Savoie, 4 E 216 et 240, registres de la paroisse Saint-Léger.

3 François Panisset constitue le titre clérical de son fils en 1754 (Chambéry relève du décanat de Savoie, intégré au diocèse de Grenoble), Arch. dép. Savoie, Tabellion, 1754/1.

4 Jean Nicolas, La Savoie au 18e siècle. Noblesse et bourgeoisie, t. 2, Paris, Maloine, 1978, p. 931-934 ; Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, Les Collèges français 16e-18e siècles, t. 1, Paris, INRP-CNRS, 1984, p. 219-225 et 593-601.

5 « Les professeurs n’ont que de modiques honoraires ; de là naît une grande difficulté d’en trouver quand il en manque quelqu’un », constate le premier évêque de Chambéry, Mgr Conseil, dans une lettre du 21 juillet 1784, Archivio di Stato di Torino [Arch. Stato Torino], Corte, Casa Reale, Lettere vescovi, Chambéry, m. 1.

6 Arch. dép. Savoie, B 1617, acte de nomination, 25 novembre 1983.

7 Arch. Stato Torino, Corte, Casa Reale, Lettere vescovi, Chambéry, m. 1, lettre de Mgr Conseil, 21 juillet 1784.

8 Arch. Stato Torino, Corte, Lettere particolari, L m 23, mémoire au roi, 1784. Le marquis de Lescheraines appuie la requête de Panisset en affirmant qu’il « est dans la plus grande indigence, ayant vendu une partie de sa bibliothèque pour subsister et secourir les pauvres » (ibid., lettre du 10 octobre 1784). L’état des dîmes dressé le 11 avril 1791 atteste la faiblesse des « revenus fixes de la cure » (464 livres et 15 sols), trop limités pour l’entretien du curé et de son vicaire, qui ne suffisent d’ailleurs pas à affronter toutes les tâches, ADS, B 1622.

9 Timothy Tackett, Priest and parish in 18th-century France. A social and political study of the Curés in a Diocese of Dauphiné 1750-1791, Princeton, Princeton University Press, 1977.

10 Jean Nicolas, La Révolution française dans les Alpes. Dauphiné et Savoie, Toulouse, Privat, 1989 ; Christian Sorrel, Corinne Townley, La Savoie, la France et la Révolution. Repères et échos 1789-1799, Chambéry, Curandera, 1989.

11 Arch. dép. Savoie, L 304, procès-verbal de l’assemblée primaire de Saint-Pierre d’Albigny, 14 octobre 1792. Le frère du futur évêque, Joseph Panisset, est élu suppléant de la paroisse de Tresserve, où il est propriétaire.

12 L’article 16 dispose : « L’évêché et les cures seront réputés vacants jusqu’à ce que les élus aient prêté le serment de veiller avec soin sur les fidèles du diocèse ou de la paroisse qui leur est confiée et de maintenir la liberté et l’égalité ou de mourir en les défendant. » Dans sa première partie, qui vise les nouvelles circonscriptions, l’objet du serment n’est donc pas purement civil, comme l’affirment les partisans de la prestation du serment liberté-égalité, et son texte tombe ipso facto sous la censure des brefs Quod aliquantum et Caritas de 1791, comme Pie VII le confirme le 5 octobre 1793.

13 Christian Sorrel, « Le serment civique du clergé du département du Mont-Blanc en 1793 », dans Vivre en Révolution, op. cit., p. 159-186.

14 Arch. dép. Savoie, L 1613, procès-verbal de l’élection, 6 mars 1793.

15 Arch. dép. Savoie, L 1736, délibérations de l’administration du district d’Annecy.

16 Le 13 juin 1793, il se plaint de l’état de l’église Saint-Dominique qui lui est destinée : « Est-on chrétien quand on prend si peu d’intérêt à la maison du Seigneur ? […]. Devait-on si peu de respect à l’église-mère ? Tant provisoire qu’on voudra, elle doit jouir de tous ses avantages ; si l’on est dans l’erreur, il faut s’en humilier et en sortir, mais l’évêque du Mont-Blanc ne consentira jamais à rien qui soit indigne d’elle et de la religion […]. La religion et le culte perfectionnent le républicain. L’honnêteté est une qualité qui le rend estimable, la grossièreté, la dureté, le peu d’attachement à la religion lui méritent le mépris. Les imprudences qui touchent à sa sainteté et au respect dû à ses temples ne sont pas des moyens propres à guérir le fanatisme qui déshonore, de même que les fréquentes absences de ses exercices » (lettre publiée par François Mugnier, « Notes et documents sur l’évêché de Genève depuis 1535 », Revue savoisienne, n° 12, 1887, p. 342-344).

17 Lettre et déclaration de Monseigneur l’illustrissime et révérendissime Joseph-Marie Paget, évêque et prince de Genève, abbé de Chezery, à M. Panisset, curé de Saint-Pierre d’Albigny au diocèse de Chambéry, s. l., 8 avril 1793, 39 p. ; Lettre pastorale et avertissement de Monseigneur l’illustrissime et révérendissime Joseph-Marie Paget, évêque et prince de Genève, abbé de Chezery, s. l., 9 avril 1793, 15 p.

18 Lettre d’un philosophe à un prélat, Annecy, chez le citoyen Durand, imprimeur du citoyen évêque, [s. d.], 13 p.

19 Arch. dép. Savoie, L 1614, procès-verbal de la séance du directoire du département du 4 avril 1793.

20 Lettre pastorale du citoyen évêque du département du Mont-Blanc, Anneci, Chez le citoyen Durand, imprimeur du directoire, 2 mai 1793, 8 p.

21 Réponse d’un catholique savoisien à la lettre pastorale du citoyen évêque du département du Mont-Blanc, s. l. n. d., 34 p.

22 Antidote qui étant pris à propos guérit de poison et rassainit, Annecy, chez le citoyen Durand, imprimeur du citoyen évêque, s. d., 8 p. ; Catéchisme abrégé, important, chrétiennement politique, s. l. n. d., 16 p.

23 Paul Guichonnet, « Une relation inédite de l’émeute royaliste d’Annecy (21-22 août 1793) », Annesci, n° 21, 1978, p. 125-133.

24 Louis Meunier, « Albitte, conventionnel en missions (plus spécialement dans l’Ain et le Mont-Blanc) », Annales historiques de la Révolution française, 1946, p. 49-66 et 237-277.

25 Revue savoisienne, 1965, p. 58-59 (publication in extenso des documents de février et mai 1794).

26 Arch. dép. Savoie, L 1614, procès-verbal des séances du district d’Annecy, 27 fructidor an II.

27 Idée ou élémens du beau dans les mœurs, Annecy, de l’imprimerie du district, s. d., ii-40 p.

28 Lettre au sieur Panisset, soi-disant ci-devant évêque du Mont-Blanc, s. l., 3 avril 1975, 14 p.

29 François Fleury, Histoire de l’Église de Genève depuis les temps les plus anciens, avec des pièces justificatives, t. 3, Genève, Grosset et Trembley, 1881, p. 495-497.

30 Ibid., p. 231-239 et 497-499.

31 Gérard Pelletier, Rome et la Révolution française. La théologie et la politique du Saint-Siège devant la Révolution française (1789-1799), Rome, École française de Rome, 2004, p. 440.

32 Lettre à Grégoire, 12 brumaire an IV, citée par Augustin Gazier, Études sur l’histoire religieuse de la Révolution française depuis la réunion des États généraux jusqu’au Directoire d’après des documents originaux et inédits, Paris, A. Colin, 1887, p. 274.

33 La lettre du 12 brumaire an IV porte une note manuscrite de Grégoire : « La chute est une faute sur laquelle la discipline des premiers siècles est inexorable, et vous ne pouvez mettre trop d’énergie à témoigner votre repentir » (ibid.). Au début du concile de 1797, l’évêque du Loir-et-Cher résume l’affaire ainsi : « Croyant […] qu’il était resté fidèle, nous l’engageâmes à reprendre ses fonctions. Il y parut disposé et nous envoya son adhésion à la première encyclique. Le remords sans doute l’engagea à nous avouer qu’il avait apostasié ; à l’instant, il fut décidé que nous rejetions son adhésion, et notre collègue d’Amiens lui écrivit une lettre vigoureuse que nous signâmes en l’exhortant à faire pénitence » (Collection des pièces imprimées par ordre du concile national de France, Paris, Imprimerie-librairie chrétienne, 1797, p. 9-10).

34 Archives de l’Académie salésienne, manuscrit Magnin, copie de la lettre de Panisset à Grégoire, 1er avril 1796.

35 Déclaration et rétractation de Franc. Thérèse Panisset, évêque constitutionnel du Mont-Blanc, du lieu de ma retraite, 22 février 1796, 24 p.

36 François Fleury, Histoire de l’Église de Genève, op. cit., p. 244-249 et 612-613.

37 Ibid., p. 250 et Émile Moleins, Histoire religieuse de la Révolution dans le premier diocèse de Chambéry 1792-1802, Belley, Imprimerie de A. Chaduc, 1942, p. 234.

38 Registre de la mission de Jean-Baptiste Desgeorge (conservé dans le trésor de la cathédrale de Chambéry).

39 Arch. dép. Savoie, Fonds Guilland, 37 F, lettre du maire de Tresserve au préfet du Mont-Blanc, 16 messidor an X.

40 Arch. dép. Savoie, 3 E 20 et 5 E 111, état civil de Tresserve.

41 Arch. dép. Savoie, Archives de l’archevêché de Chambéry, 43 F 60, attestations signées par Panisset, 6 et 31 mai 1803.

42 Ibid., 43 F 239, lettre de Portalis à l’évêque du Mont-Blanc, 9 thermidor an XI. Il ne semble pas que Portalis ait recommandé Panisset pour un siège épiscopal en février 1802 comme l’écrit Rodney J. Dean, L’Église constitutionnelle, Napoléon et le concordat de 1801, Paris, Chez l’auteur, 2004, p. 366-367 (en contradiction avec la page 441, où Montault des Isles remplace Panisset).

43 Arch. dép. Savoie, Fonds Guilland, 37 F, lettre du maire de Tresserve au préfet du Mont-Blanc, 23 février 1809.

44 Caroline Blanc-Chopelin, De l’apologétique à l’Église constitutionnelle : Adrien Lamourette (1742-1794), Paris, Honoré Champion, 2009, p. 534-548.

45 Jean-François Vuarin, Lettre au vénérable clergé de l’ancien diocèse de Genève, Genève, Berthier-Guers, 1838, p. 16-18.

46 Lettre du 23 janvier 1796, publiée par François Fleury, Histoire de l’Église de Genève, op. cit., p. 467-469. Sur le contexte, voir François Descostes, Joseph de Maistre pendant la Révolution, ses débuts diplomatiques, le marquis de Sales et les émigrés 1789-1797, Tours, A. Mame et fils, 1895, p. 610-614 et Jean-Louis Darcel, « Les années d’apprentissage d’un contre-révolutionnaire à Lausanne 1793-1797 », Revue des études maistriennes, 10, 1986- 1987, p. 3-135.

47 Lettre au cardinal Costa d’Arignano, 8 avril 1796, publiée par François Fleury, op. cit., p. 499-501.

48 Il en fera l’aveu en 1820 en pleine polémique autour de Du Pape : « Une figure que j’aurais voulu voir, c’est celle de notre cher abbé de Th… Comment sa modestie a-t-elle supporté l’audace d’un laïque qui ose traiter ces sortes de matières […] ? Jadis nous eûmes déjà une petite prise au sujet de la rétractation de ce pauvre hère de Panisset qu’il avait faite et que je lui refis d’un bout à l’autre » (lettre à l’abbé Rey, 9 février 1820, Lettres et opuscules inédits du comte Joseph de Maistre, t. 1, Paris, Vaton, 1851, p. 490).

49 Lettre au cardinal Costa d’Arignano, 8 avril 1796, publiée par François Fleury, op. cit., p. 499-501. Contrairement à ce que suggérait François Mugnier (Revue savoisienne, n° 2-3, 1888, p. 53), il semble que l’enjeu ecclésiologique est ici plus décisif que la question du rapport entre combat religieux et combat monarchiste, qui divise aussi les cercles de l’émigration. De Thiollaz ne se sépare guère de Maistre sur ce point, même si une partie des chefs du clergé réfractaire prévient les missionnaires contre la tentation politique. Il est en revanche marqué par les thèses gallicanes qu’il a reçues en Sorbonne puis confortées dans l’entourage de Mgr Biord. Voir Nestor Albert, Histoire de Mgr Claude-François de Thiollaz, premier évêque d’Annecy (1752-1832), et du rétablissement de ce siège épiscopal (1814-1824), Paris-Annecy, H. Champion – J. Abry, 1907, 516 et 641 p.

50 Déclaration et rétractation, op. cit.

51 Gérard Pelletier, Rome et la Révolution française, op. cit., p. 440.

52 Lettre au chanoine Perrin, 21 novembre 1795, publiée par François Fleury, Histoire de l’Église de Genève, op. cit., p. 235-239. La Déclaration et rétractation… affirme simplement que Panisset se soumet « de cœur au jugement porté contre cette Constitution [civile du clergé], comme encore à tous les autres jugements émanés du Saint-Siège, et acceptés par l’Église, notamment à la condamnation de Baius, de Jansénius et de Quesnel ».

53 Lettre au cardinal Costa d’Arignano, 2 avril 1796, publiée par François Fleury, Histoire de l’Église de Genève, op. cit., p. 501-503.

54 Archives de l’Académie salésienne, manuscrit Magnin, copies de la correspondance de Panisset et Lettres de François-Thérèse Panisset, évêque constitutionnel du Mont-Blanc, aux évêques ses consécrateurs, Lausanne, chez Vincent, 1796, 8 p.

55 Annales religieuses, politiques et littéraires, t. 1, n° 12, 4 juin 1796, p. 529-552.

56 Déclaration et rétractation de François-Thérèse Panisset, évêque constitutionnel du Mont-Blanc, extraite des “Annales religieuses”, 4e édition, suivie de la déclaration d’Adrien Lamourette, Paris, Imprimerie de Le Clère, s. d., 24 p. ; Déclaration et rétractation de François-Thérèse Panisset, évêque constitutionnel du Mont-Blanc. Déclaration et rétractation d’Adrien Lamourette, évêque constitutionnel du département de Rhône-et-Loire. Notice sur la Déclaration et rétractation de Gabriel Deville, évêque constitutionnel du département des Pyrénées-Orientales, Toulouse, Bellegarrigue, s. d., 2-19 p.

57 « Le citoyen Le Coz, évêque d’Ille-et-Vilaine, à tous les catholiques de son diocèse, amis de la religion et de la patrie », Annales de la religion, t. III, n° 14, 6 août 1796, p. 328-334 et n° 16, 20 août 1796, p. 369-379.

58 Réflexions adressées aux soi-disant évêques signataires de la seconde encyclique ; suivies d’une Réponse au citoyen le Coz, évêque ci-devant constitutionnel d’Ille-et-Vilaine, sur la Rétractation de son confrère F.-T. Panisset, Paris, Le Clère, 1796, 66 p. (la réponse est publiée p. 45-66).

59 En 1797, des missionnaires sont arrêtés en Oisans et en Queyras avec des exemplaires de la Déclaration et rétractation : Raymond Dartevelle, « Catéchismes clandestins et vécu de la foi dans les diocèses d’Embrun et de Die (1795-1801) », dans Bernard Plongeron (dir.), Pratiques religieuses, mentalités et spiritualités dans l’Europe révolutionnaire (1770-1820), Turnhout, Brepols, 1988, p. 459.

60 « Variations des rétractations et des rétractans », Annales de la Religion, t. IV, n° 6, 10 décembre 1796, p. 121-130 et n° 7, 17 décembre 1796, p. 145-152. Voir Bernard Plongeron, Dom Grappin, correspondant de l’abbé Grégoire 1796-1830, Paris, Les Belles Lettres, 1969.

61 « Avis aux schismatisans ou Réponse du citoyen Le Coz, évêque d’Ille-et-Vilaine, à un écrit intitulé : Réponse au citoyen Le Coz sur la Rétractation de son confrère Panisset ; par un auteur célèbre », Annales de la Religion, t. IV, n° 15, 11 février 1797, p. 337-352 et n° 16, 18 février 1797, p. 361-371.

62 Collection des pièces imprimées, op. cit., p. 9-10.

63 Arch. dép. Savoie, J 159.

64 The declaration and retractation of Francis Teresa Panisset, constitutional bishop of Mont-Blanc in Savoy. Translated from the French. Lately published at the Imprimerie Françoise in London, Dublin, H. Fitzpatrick, 1797, 27 p.

65 « De la conduite du Saint-Siège envers les évêques constitutionnels en 1802 », L’Ami de la Religion et du Roi, t. 10, 20 septembre 1816, p. 33 ; « Sur un tableau des évêques constitutionnels », ibid., t. 54, 9 janvier 1828, p. 258-259 (à propos du Tableau des Évêques constitutionnels de France de 1791 à 1801, classés dans l’ordre des métropoles établi d’après le décret de l’Assemblée constituante, Paris, Méquignon-Havard, 1827, 57 p., qui place Panisset par erreur dans les Alpes-Maritimes).

66 Lettre au vénérable clergé, op. cit., p. 16-18. La majorité des auteurs cités ici fait l’objet d’une notice biographique dans Christian Sorrel (dir.), La Savoie, op. cit.

67 Les réponses des curés (une centaine) et le manuscrit de l’Histoire du diocèse de Genève pendant la Révolution, dans lequel sont insérées des transcriptions de la correspondance liée à la rétractation de Panisset, sont conservés par l’Académie salésienne (Annecy). Sur ce matériau, voir Christian Sorrel, « L’Église de Savoie et la Révolution. Forces et limites d’une résistance spirituelle », dans La Révolution française dans le duché de Savoie. Permanence et changements, Chambéry, ADUS, 1989, p. 95-138.

68 Mémoires pour servir à l’histoire ecclésiastique du diocèse de Chambéry, Chambéry, Imprimerie de F. Puthod, 1865, 550 p.

69 Ibid., p. 61.

70 Ibid., p. 269. Voir supra note 48.

71 Ibid., p. 375-377.

72 Dossier « Des bénédictins érudits aux prêtres régionalistes », Revue d’histoire de l’Église de France, t. 71, 1985, p. 5-118 ; Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France xixe-xxe siècles, Paris, Éditions du CTHS, 1995.

73 François Fleury, Histoire de l’Église de Genève, op. cit. ; Jean Mercier, Souvenirs historiques d’Annecy, Annecy, 1878 ; Joseph-Marie Lavanchy, Le Diocèse de Genève (partie de Savoie) pendant la Révolution française, Annecy, C. Burnod, 1894, 2 vol.

74 André Folliet, « Les évêques constitutionnels. F.-T. Panisset, évêque du Mont-Blanc », La Révolution française. Revue historique, t. 7, 1884, p. 425-433.

75 Paul Pisani, Répertoire biographique de l’épiscopat constitutionnel 1791-1802, Paris, Picard, 1907, p. 306-310 ; Pierre Bliard, « La première rétractation solennelle d’un évêque intrus », Revue des questions historiques, janvier 1923, p. 115-131.

76 Émile Moleins, Histoire religieuse de la Révolution, op. cit. ; Louis Meunier, Petite histoire religieuse de la Savoie sous la Révolution française, Annecy, « Vigilance laïque », 1989, 135 p. (recueil d’articles publiés entre 1952 et 1957). Seul François Gex publie quelques documents inédits sur la période de Saint-Pierre d’Albigny (Autour des clochers de Savoie, Chambéry, Librairie Dardel, 1928, p. 70 et 194-198).

77 Claude-Joseph Gignoux, Joseph de Maistre, prophète du passé, historien de l’avenir, Paris, Nouvelles Éditions latines, 1963, p. 83-84 ; Robert Triomphe, Joseph de Maistre. Étude sur la vie et la doctrine d’un matérialiste mystique, Genève, Droz, 1968, p. 166-170.

78 Jacques Lovie, Chambéry, Tarentaise, Maurienne, Paris, Beauchesne, coll. Histoire des diocèses de France (11), 1979, p. 144 et 152.

79 Henri Baud (dir.), Genève-Annecy, Paris, Beauchesne, coll. Histoire des diocèses de France (19), 1985, p. 179-180.

80 Voir note 1.

81 Joseph de Maistre écrit dans sa lettre au cardinal Costa d’Arignano du 2 avril 1796 : « Sûrement, Monseigneur, on prend une personne pour un personnage. »

© LARHRA, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search