Version classiqueVersion mobile

Gouverner une Église en révolution

 | 
Paul Chopelin

Troisième partie. Identités et mémoires

Les évêques constitutionnels dans l’épiscopat concordataire

Jacques-Olivier Boudon

Texte intégral

  • 1 Sur le contexte général, voir Jacques-Olivier Boudon, Napoléon et les cultes. Les religions en Euro (...)
  • 2 Mémoires de l’abbé Grégoire, Paris, Ed. de la Santé, 1989, p. 155.
  • 3 Jacques-Olivier Boudon, L’épiscopat français à l’époque concordataire (1802-1905) : origines, forma (...)

1La question des évêques constitutionnels a été au cœur des débats préludant à la signature du Concordat1. Bonaparte souhaitait en effet la refonte de l’épiscopat et donc la démission de l’ensemble des évêques, qu’ils aient été nommés sous l’Ancien Régime ou à l’époque de la Révolution. Le pape Pie VII se dit prêt à demander leur démission aux premiers – ce sera l’objet de la bulle Tam multa du 15 août 1801 – mais se refuse à l’idée d’entrer en contact avec les évêques constitutionnels, ce qui reviendrait à leur reconnaître une légitimité qu’il leur dénie. Pour autant les constitutionnels ont été tenus à l’écart des négociations ouvertes à Paris en novembre 1800, même si Grégoire est consulté sur les affaires religieuses, comme il le rapporte dans ses mémoires. « La nécessité de faire intervenir la religion ne pouvait échapper à l’empereur, alors premier consul, qui m’en avait parlé. Sur son invitation, plusieurs fois, je m’étais rendu à la Malmaison ; et dans nos conversations prolongées, au milieu de ses bosquets, nous avions amplement discuté les moyens de pacifier l’Église de France »2. Pendant que se terminent les négociations du concordat, les évêques constitutionnels sont réunis en concile à Paris sous la houlette de Grégoire. Ils doivent cependant se séparer un mois après sa signature avant d’être invités à donner leur démission, ce qu’ils font à l’automne. Ils ne forment donc plus un corps uni lorsque s’achèvent les préparatifs en vue de former le nouvel épiscopat3.

Le choix des évêques constitutionnels

  • 4 Arch. nat., F19 1903, Rapport de M. Bernier au ministre des Relations extérieures sur les nominatio (...)
  • 5 Arch. nat., F19 1902, Travail préparatoire pour les nominations aux titres ecclésiastiques de l’Égl (...)
  • 6 Simon Delacroix, La réorganisation de l’Église de France après la Révolution 1801-1809, t. 1, Les n (...)
  • 7 Arch. nat., F19 1903, « État des évêques établis en vertu de la Constitution civile du clergé » ; « (...)

2Les nominations épiscopales se préparent avant même la signature du concordat. Principal artisan de la négociation engagée avec les représentants du pape, Mgr Spina et le Père Caselli, l’abbé Bernier s’attache aussi à envisager les prochaines promotions. Il adresse à cet effet une note à Talleyrand le 25 mars 1801 qui comprend trois listes pour un total de 182 noms. La deuxième liste concerne « les évêques de l’Église constitutionnelle de France ». Elle comprend le nom de 7 évêques constitutionnels (Grégoire, Royer, Le Coz, Le Blanc de Beaulieu, Montault, Primat et Panisset). Bernier a logiquement placé en tête le nom de l’abbé Grégoire qui fait alors figure de chef de file de l’épiscopat constitutionnel et est aussi l’un des principaux interlocuteurs du Premier consul en matière d’affaires ecclésiastiques. À la suite de cette liste, l’abbé Bernier ajoute avec prudence : « Je ne connais pas les autres titulaires et ne puis manifester sur eux une opinion que les circonstances ne m’ont pas permis de former »4. Le travail est repris par l’équipe réunie autour de Portalis, devenu directeur des cultes en octobre 1801, notamment son neveu, l’abbé d’Astros. Ce dernier élabore plusieurs listes de candidats, qui servent de base aux projets du directeur des cultes. Dans un premier projet de nominations, en regard des cinquante diocèses alors envisagés, et qui date de la fin du mois de décembre 1801, l’abbé d’Astros n’a fait figurer le nom d’aucun évêque constitutionnel5. Il a en revanche placé une vingtaine d’évêques d’ancien régime. À propos des constitutionnels, il note à l’attention de Portalis « que l’on peut sans violer aucun principe, choisir parmi eux des sujets de mérite, s’il y en a, et les élever sur les sièges de la circonscription nouvelle, après qu’ils seront rentrés dans la communion de l’Église ». Mais il ajoute que « la portion religieuse du peuple les repousse », ce qui explique qu’il se soit abstenu d’en désigner aucun6. Il fournit néanmoins plusieurs listes complémentaires dont une liste « des évêques établis en vertu de la Constitution civile du clergé » et une autre liste des « évêques établis après l’abrogation » de celle-ci, faisant bien la distinction entre ces évêques selon l’époque de leur désignation7.

  • 8 Jacques-Olivier Boudon, Les élites religieuses à l’époque de Napoléon. Dictionnaire des évêques et (...)

3La première de ces listes comprend 29 noms, parmi lesquels quatre sont ensuite retenus dans l’épiscopat concordataire, à savoir Bécherel, Le Coz, Périer et Saurine8. Les notes fournies sur ces évêques sont très défavorables, révélant un préjugé anticonstitutionnel très prononcé. Ainsi Bécherel est qualifié « d’ancien curé de campagne extrêmement borné et sans aucune des qualités qui peuvent influer sur le peuple ». Le Coz se voit reconnaître « des mœurs assez régulières », mais il est aussi décrit comme un « janséniste fougueux » et signalé pour avoir fait « des mandements exagérés contre le pape ». Quant à Périer, l’abbé d’Astros écrit à son propos : « Il est détesté de son diocèse » avant d’ajouter : « Il existe contre lui une foule d’écrits et, entre autres, deux brochures ayant pour titre, l’une Les mariages à la Périer, l’autre, Le miroir de Périer, brochures qui ont étendu à toute la France la haine que son diocèse a pour lui », manière de signifier qu’il ne pourrait être placé sur un quelconque diocèse. Enfin pour évoquer Saurine, l’abbé d’Astros préfère se réfugier derrière les commentaires que lui a fait parvenir le sénateur Fargues, originaire des Basses-Pyrénées comme Saurine dont il a été le collègue au Conseil des Cinq-Cents : « Sa mauvaise réputation, ses intrigues, et surtout ses relations avec les partisans du régime de 93 l’ont pleinement déconsidéré comme prêtre et comme citoyen. C’est parce que je suis convaincu que le citoyen Saurine, évêque constitutionnel de mon département, ne remplirait que très indignement les fonctions du ministère et aussi parce que la déconsidération dans laquelle il est tombé, ne lui permettrait pas de seconder les vues du gouvernement, en eût-il la volonté très franche et bien sincère, que je vous invite à préserver le gouvernement d’un choix aussi dangereux, surtout dans un pays où il est très désavantageusement connu ».

4Les commentaires portés sur les évêques constitutionnels de la seconde liste, qui comprend 37 noms, sont à peine plus amènes. À propos de Leblanc de Beaulieu, l’abbé d’Astros reconnaît qu’il a « tout l’extérieur des mœurs et de la piété », mais insiste aussi sur son jansénisme, « connu dès avant la Révolution », et ajoute : « Il fut nommé par les électeurs curé de Saint-Séverin. Il voulut innover dans cette paroisse en y introduisant une liturgie en langue française. Ce trait de conduite le compromit, ce qui l’engagea à se faire placer à Rouen où il n’a pas cinquante adhérents sur deux mille prêtres ». Belmas est dit « sans talent ». Lacombe passe pour avoir des « talents très médiocres, un caractère inégal et faible ». L’abbé d’Astros est encore plus critique à propos de Primat qu’il présente comme un évêque apostat, tandis que Reymond est jugé comme ayant « peu de connaissances », d’Astros ajoutant : « On n’a donné sur ses mœurs aucun renseignement positif ». Les seuls évêques à tirer leur épingle du jeu sont finalement Charrier de La Roche et Montault des Isles, déjà présents sur les premières notes de l’abbé d’Astros et qui ont la particularité d’avoir quitté leurs fonctions depuis plusieurs années. Charrier est ainsi décrit comme « très instruit, auteur de différents ouvrages en faveur de la Révolution ». Quant à Montault, il passe pour « un homme estimable », a des « mœurs et de l’aménité », d’Astros soulignant qu’il est le frère du préfet du Maine-et-Loire.

  • 9 Arch. nat., F19 1902, Portalis à Bonaparte, février 1802.

5Portalis transmet à Bonaparte ces différentes listes élaborées par son neveu, mais sans manifester plus d’enthousiasme pour les évêques constitutionnels. Il pense en effet que « ce serait (…) compromettre le grand œuvre du rétablissement de la religion que de placer aujourd’hui à la tête des diocèses des hommes qui ne peuvent inspirer que du mépris ou le ridicule9 ». De fait dans le tableau des 50 diocèses qu’il dresse, en mars 1802, avec en regard le nom de candidats potentiels, il ne retient que deux évêques constitutionnels, Charrier de La Roche et Montault des Isles – la liste comprend par ailleurs 16 évêques d’Ancien Régime et 33 ecclésiastiques du second ordre. Bonaparte répond à ce projet par une note du 15 mars :

  • 10 Alfred Boulay de la Meurthe, Documents sur la négociation du Concordat et sur les autres rapports d (...)

Cinquante évêques sont à nommer.
Il en faut, pour les quatre départements du Rhin, deux qui parlent allemand ; pour la Corse, un qui parle italien.
  Il y aura dix-huit évêques pris parmi les anciens qui ont donné leur démission et qui sont actuellement en France.
Douze pris dans le clergé constitutionnel.
Les vingt places restantes seront occupées : 1° par les citoyens :
Bernier Pancemont
Caffarelli et un prêtre corse
Les seize autres seront partagées par moitié entre les constitutionnels et les non constitutionnels10.

  • 11 Ibid., Note du Premier Consul, Paris, 29 ventôse an X (20 mars 1802), p. 237-238.

6Dans la même note, Bonaparte indique déjà le nom de onze évêques constitutionnels. Cinq jours plus tard, il décide de faire passer le nombre de diocèses de 50 à 6011. Cette augmentation nécessite de trouver de nouveaux candidats, d’autant plus que dans sa note du 15 mars, Bonaparte n’avait finalement retenu que 43 noms. C’est alors que Portalis est invité à lui présenter cent fiches de prêtres susceptibles d’accéder à l’épiscopat, lesquelles contiennent des renseignements personnels, mais aussi des appréciations de Portalis lui-même, des consuls Cambacérès et Lebrun, ou encore de Fouché. Portalis transmet son travail le 23 mars. Cette liste comprend au total 99 noms. L’une d’entre elles concerne les évêques constitutionnels, avec quelques appréciations et quelques recommandations de personnalités du régime. Portalis a pu s’appuyer sur les avis des préfets, en revanche plus positifs. Le préfet de la Gironde, Antoine-Clair Thibaudeau, écrit ainsi à propos de Lacombe qu’il « a des talents et des mœurs austères », celui du Puy-de-Dôme fait l’éloge de Périer, tout comme celui d’Ille-et-Vilaine de Le Coz. Le préfet du Rhône émet également un avis favorable à propos de Charrier et celui de l’Aude à propos de Belmas. Naturellement le préfet du Maine-et-Loire met en avant Montault, son propre frère. Souvent issus des assemblées révolutionnaires, et partie prenante de la politique religieuse mise en place depuis 1790, la plupart de ces préfets ont davantage d’affinités avec les anciens constitutionnels qu’avec les réfractaires. De son côté, le ministre de la Police Fouché appuie directement la nomination de deux évêques, anciens oratoriens comme lui, Primat et Périer, ainsi que celle de Saurine, qu’il a connu à la Convention.

  • 12 Arch. nat., AFIV 1044.

7Fort de ses avis, mais aussi des indications fournies par Bonaparte qui a déjà sélectionné onze de ces évêques dans sa note du 15 mars, Portalis fournit des fiches dont le ton s’est beaucoup modifié par rapport aux premières notes rédigées par d’Astros. Ainsi à propos de Bécherel, il note que « ses mœurs sont régulières » et qu’il s’est acquitté de ses fonctions épiscopales « avec modération12 ». Belmas est présenté comme ayant « des mœurs austères », une « vie régulière », et comme étant « très attaché au jansénisme ». C’est sur Berdolet, absent des notes précédentes, qu’il s’attarde le plus longuement : « On assure que pendant 15 ans qu’il a exercé une cure de neuf communes, il a été un exemple de la vraie charité évangélique : tolérant sans affectation, régulier et pieux sans cagotisme, pacificateur de toutes les divisions. D’une part il délivrait des secours aux nécessiteux, tandis que de l’autre il offrait des consolations aux affligés. Il est peut-être le seul qui puisse convenir aux fonctions qu’il vient de quitter ». Portalis ajoute par ailleurs qu’il est recommandé par les sénateurs et députés originaires du Haut-Rhin. De son côté, Charrrier est jugé comme « très instruit, de bonnes mœurs, et d’un caractère doux et conciliant ». De Lacombe, il retient qu’il a « des connaissances » et surtout qu’il « est très ami de la Paix ». Le Blanc de Beaulieu est décrit comme ayant des mœurs austères et étant très attaché « aux principes connus de Port Royal dont il est le disciple et l’élève ». Le Coz est également caractérisé par l’austérité de ses mœurs et son attachement au jansénisme. Quant à Montault, il des mœurs jugées « très douces », « des talents, de l’instruction et des connaissances ». Périer a de même des mœurs « assez douces » et des talents, Primat paraît avoir « des connaissances et de l’aménité ». Portalis ajoute qu’il a « eu l’occasion de conférer avec lui, suivant les désirs du Premier consul », sans doute afin de s’assurer de son orthodoxie après les accusations d’apostasie contenues dans les premières notes de l’abbé d’Astros. Reymond est décrit comme ayant des mœurs « régulières » et des connaissances, Saurine comme ayant de l’esprit et des connaissances.

8Plus aucune note négative ne vient entacher le dossier de ces évêques sur le point d’être désignés pour entrer dans l’épiscopat concordataire. En revanche, on remarque l’insistance mise à décrire les mœurs de ces prélats, gage aux yeux du gouvernement d’une capacité à réinsuffler un souffle religieux dans le pays. Mais au total, les évêques constitutionnels retenus dans l’épiscopat concordataire l’ont été davantage à la suite de recommandations de personnalités politiques ou de préfets que du fait des notes dressées par l’administration des cultes.

9Douze évêques issus de l’épiscopat constitutionnel sont donc nommés sur les nouveaux diocèses érigés en France en 1802. La première fournée est désignée le 9 avril : Charrier est nommé à Versailles, Le Blanc à Soissons, Le Coz à Besançon, Montault à Angers, Périer à Avignon, Primat à Toulouse et Saurine à Strasbourg. Le lendemain, Belmas est choisi pour Cambrai et Lacombe pour Angoulême. Le 11 avril intervient la nomination de Reymond à Dijon ; le 20 avril celle de Berdolet à Aix-la-Chapelle. Enfin Bécherel est nommé évêque de Valence le 5 juillet. Ces nominations révèlent le souci de disperser ces évêques sur l’ensemble du territoire. Toutes les régions françaises, y compris la Bretagne, sont concernées, avec une prime pour le sud-est, dont relèvent trois évêques (Aix, Avignon, Valence). Les départements rhénans reçoivent également un ancien constitutionnel. Seuls finalement les départements belges n’en accueillent aucun. Sur douze évêques, deux obtiennent un archevêché, Le Coz à Besançon, Primat à Toulouse.

Portrait de groupe

  • 13 Chanoine Léon Mathieu, Le Saint-Siège et les anciens constitutionnels : Mgr Louis Belmas, ancien év (...)
  • 14 Jean Bindet, François Bécherel 1732-1815. Député à la Constituante, évêque constitutionnel de la Ma (...)
  • 15 Jacques-Olivier Boudon, « Les évêques de l’ancienne France dans l’épiscopat concordataire », dans J (...)
  • 16 Charles Ledré, Charrier de La Roche, métropolitain des Côtes-de-la-Manche et le chanoine Baston, Pa (...)
  • 17 Albert Durand, Un prélat constitutionnel : Jean-François Périer (1740-1824), oratorien, évêque asse (...)
  • 18 Jean Gérard, « Dominique Lacombe, curé constitutionnel et évêque métropolitain de Bordeaux (1788-18 (...)
  • 19 André Lorion, « Un évêque de Napoléon : J.-C. Leblanc de Beaulieu (1753-1825) », Revue de l’Institu (...)
  • 20 Proportion établie d’après Paul Pisani, Répertoire biographique de l’épiscopat constitutionnel 1791 (...)
  • 21 Timothy Tackett, Priest and parish in eighteenth century France. A social and political study of th (...)
  • 22 Claude Muller, « "La réunion des esprits". Jean-Pierre Saurine, évêque constitutionnel et évêque co (...)

10Au sein du premier épiscopat concordataire, les évêques constitutionnels forment un groupe à part, relativement homogène et en même temps différent des autres composantes de cet épiscopat. Ils se distinguent d’abord par leur moyenne d’âge relativement élevée, 58 ans et demi, le plus jeune étant Belmas13, qui a 45 ans en 1802, le plus âgé, Bécherel qui en a 7014. Par leurs origines sociales aussi, ils illustrent avec force le changement qui caractérise le recrutement des évêques concordataires par rapport aux évêques d’ancien régime, quasiment tous d’origine noble15. Parmi les douze évêques constitutionnels, un seul, Charrier de la Roche, appartient à la noblesse, les onze autres sont d’origine roturière alors que près d’un évêque sur deux (47 %) sous l’Empire provient de la noblesse. De fait, ils n’ont pas le même profil que les évêques d’ancien régime, tous licenciés et généralement passés par la fonction de grand vicaire. Parmi les constitutionnels, on ne compte qu’un ancien grand vicaire, Charrier de La Roche, le seul à avoir obtenu une licence en théologie de la Sorbonne, ce qui ajouté à ses origines nobles aurait dû en faire un candidat naturel pour l’épiscopat avant 1789 s’il ne s’était pas brouillé avec son évêque, M. de Marbeuf16. Pour le reste, on compte quatre anciens membres de congrégations religieuses (Primat et Périer17 étaient oratoriens, Lacombe18 appartenait à la congrégation des Pères de la Doctrine chrétienne, Leblanc de Beaulieu était génovéfain19). Quatre étaient curés en 1789, proportion deux fois plus faible cependant (33 %) que pour l’ensemble de l’épiscopat constitutionnel qui a réuni deux tiers d’anciens curés (67 %)20. Parmi eux figure notamment l’abbé Reymond, un des chefs de file de la fronde des curés du Dauphiné à la veille de la Révolution21. Les trois autres curés sont Bécherel, Belmas et Berdolet. Par ailleurs Montault était vicaire, Le Coz principal de collège et Saurine n’exerçait pas de fonction ecclésiastique22.

  • 23 Edna Hindie Lemay, Dictionnaire des constituants 1789-1791, Paris, Universitas, 1991, 2 vol.
  • 24 Edna Hindie Lemay (dir.), Dictionnaire des Législateurs (1791-1792), Ferney-Voltaire, Centre intern (...)
  • 25 Augustin Kuscinski, Dictionnaire des Conventionnels, Paris, Société d’Histoire de la Révolution Fra (...)
  • 26 Marcel Rheinard (dir.), Les prêtres abdicataires pendant la Révolution française, Paris, 1965 ; Mic (...)

11Leur attitude pendant la Révolution les distingue aussi fortement de leurs collègues d’origine réfractaire. Non seulement aucun n’a émigré, mais cinq d’entre eux ont appartenu à l’une ou l’autre des assemblées révolutionnaires. Saurine, Charrier et Bécherel ont été membres de la Constituante23, Lacombe et Le Coz de la Législative24, Saurine redevenant député à la Convention25, puis au Conseil des Cinq Cents. Ils ont subi de plein fouet les évolutions de la politique religieuse de la Convention et neuf ont été emprisonnés au temps de la Terreur, expérience qui les a nécessairement marqués. Deux ont par ailleurs abdiqué, Périer et Lacombe, ce qui est assez faible au regard de la pression exercé sur l’épiscopat et le clergé constitutionnel26.

12Leur participation à la vie de l’Église constitutionnelle est également active pour la plupart. Sept d’entre eux ont été élus évêques dans les premiers mois de la Constitution civile du clergé : Bécherel, Lecoz, Périer, Primat et Saurine sont élus respectivement évêques de la Manche, d’Ille-et-Vilaine, du Puy-de-Dôme, du Nord et des Landes en février 1791, Charrier de La Roche est élu évêque de Seine-Inférieure en mars, Montault des Isles évêque de la Vienne en septembre 1791. Reymond est élu un an plus tard, en novembre 1792, évêque de l’Isère. Quatre autres deviennent évêques constitutionnels à partir de 1796, après avoir exercé les fonctions de curé constitutionnel. Berdolet est élu évêque du Haut-Rhin en avril 1796 ; Lacombe qui était curé constitutionnel à Bordeaux depuis 1791 est élu évêque de la Gironde en décembre 1797 ; Leblanc de Beaulieu, curé constitutionnel de Saint-Séverin à Paris depuis 1791, devient évêque de Seine-Inférieure en 1799. Belmas a d’abord été élu curé constitutionnel de Castelnaudary, puis après un temps d’enfermement, a secondé l’évêque de l’Aude Besaucèle comme vicaire épiscopal, avant d’être désigné comme son coadjuteur en octobre 1800 ; il lui succède en février 1801 et est donc l’évêque constitutionnel à avoir exercé le moins longtemps sa fonction. Enfin en 1800, Saurine a pris possession du siège des Basses-Pyrénées auquel il a été désigné à la fin de 1797, tandis que Primat a été élu évêque du Rhône en 1798.

13Ces évêques constitutionnels ont en outre activement participé à l’organisation de l’Église des Réunis, derrière Grégoire, après thermidor. Tous les évêques alors en fonction ont participé au concile de 1797 (Bécherel, Le Coz, Périer, Primat, Reymond et Saurine) ; il faut y ajouter Lacombe qui représente son évêque, sans l’être encore lui-même. Charrier de La Roche et Montault des Isles sont absents parce qu’ils ont abandonné leurs fonctions épiscopales. Montault s’est démis de sa charge, sur les conseils d’Émery, en 1795 ; Charrier a fait sa soumission au pape en mai 1797. Sept évêques constitutionnels sur les douze choisis en 1802 ont participé au concile de 1801 qui a clos ses débats, à la demande de Bonaparte, au lendemain de la signature du Concordat. Ce sont Bécherel, Belmas, Lacombe, Périer, Primat et surtout Le Coz qui en était le président. En l’absence de Grégoire, non retenu dans le nouvel épiscopat, il incarne cette filiation entre l’Église des Réunis et l’épiscopat concordataire. Plus généralement Bonaparte a choisi de privilégier les acteurs de la reconstruction de l’Église constitutionnelle au lendemain de la Terreur. À l’inverse, Panisset, qui incarne l’évêque repenti, n’a pas été retenu.

Les évêques constitutionnels et le régime impérial

  • 27 Thierry Lentz, « La proclamation du concordat à Notre-Dame le 18 avril 1802 », dans Jacques-Olivier (...)
  • 28 Jacques-Olivier Boudon, Napoléon et les cultes, op. cit.
  • 29 René Epp, Le mouvement ultramontain dans l’Eglise catholique en Alsace au XIXe siècle (1802-1870), (...)

14Les anciens évêques constitutionnels intégrés dans l’épiscopat concordataire se sont dans l’ensemble avérés de solides soutiens du Consulat puis de l’Empire. Les premiers nommés assistent le 18 avril 1802 à la grande cérémonie religieuse organisée à Notre-Dame pour célébrer le vote de la loi sur les cultes du 18 germinal an X et la conclusion de la paix d’Amiens27. Quelques jours après, ils gagnent leur diocèse où ils doivent, comme l’ensemble des évêques concordataires, procéder à l’organisation des paroisses, à la nomination des curés et plus généralement à la relance de la vie religieuse28. Ils sont relativement isolés dans un épiscopat qui compte une grande majorité d’anciens réfractaires. Parmi les prêtres du second ordre, quatre seulement proviennent du clergé constitutionnel. De fait, les anciens évêques de l’Église constitutionnelle se montrent cléments à l’égard de leurs anciens confrères, alors que les constitutionnels sont assez volontiers ostracisés par les évêques d’origine réfractaire. Seuls Charrier de La Roche à Versailles et Leblanc de Beaulieu à Soissons prennent leurs distances avec les cadres de leur ancienne Église. Montault à Angers pratique strictement la règle imposée par le gouvernement en accordant un tiers des paroisses aux constitutionnels. Bécherel à Valence confie en revanche 17 cures sur 28 à des constitutionnels qui héritent également de 3 canonicats sur 8. Lacombe à Angoulême procède de même en attribuant 18 des 29 cures à d’anciens constitutionnels. Saurine privilégie lui aussi les anciens constitutionnels, entrant dès lors en conflit avec un clergé majoritairement réfractaire29. Quant à Le Coz, il s’est entouré de cinq anciens évêques constitutionnels (Seguin, Demandre, Flavigny, Moïse et d’Orlodot), ce qui fait de Besançon un bastion de l’ancienne Église constitutionnelle.

  • 30 Bernard Plongeron, « Hypothèques sur le Concordat. Lecture gallicane des anciens évêques constituti (...)
  • 31 Jean Leflon, Etienne-Alexandre Bernier, évêque d’Orléans et l’application du Concordat, Paris, Plon (...)
  • 32 Jean-Marc Ticchi, Le voyage de Pie VII en France pour le sacre de Napoléon (1804-1805). Religion, p (...)

15Le Coz est aussi un des évêques les plus rebelles face aux demandes répétées du Saint-Siège de renoncer au serment de 1791. La question du serment empoisonne les relations entre Église et État au début du concordat30. En 1802, le cardinal Caprara, légat du pape, avait mis comme condition à la reconnaissance canonique des évêques nommés par le Premier consul, qu’ils signent une formule de rétractation. Devant le refus de la plupart d’entre eux, on se contente d’un pis-aller. Mandé par Portalis, l’abbé Bernier qui vient d’être nommé évêque d’Orléans, laisse entendre qu’il a recueilli la rétractation verbale des évêques concernés, provoquant peu après la vive réaction de plusieurs d’entre eux à commencer par Lacombe31. L’affaire traîne jusqu’en 1804 et la venue du pape à Paris, Pie VII entendant profiter de son séjour pour régler la question, en obtenant une rétractation formelle de l’ensemble des évêques32. À cette date, Charrier de La Roche et Montault ont déjà fait ce geste, de même que Primat qui s’est rétracté à l’été 1802, et Leblanc de Beaulieu en juin 1804. Restent huit prélats à convaincre. Bécherel accepte la formule proposée par le pape, bientôt suivie par Berdolet. Belmas, Lacombe, Le Coz, Périer, Reymond et Saurine tiennent en revanche fermement sur leurs positions. Le pape les réunit le 30 novembre et exige d’eux une rétractation avant le sacre, menaçant dans le cas contraire de ne pas les y admettre. Lacombe, affaibli par une apoplexie subie en septembre, est le premier à signer dans l’après-midi du 30. Belmas, Périer, Reymond et Le Coz signent une formule ambiguë, sur laquelle Le Coz revient dès le lendemain, suivi de ses confrères. Saurine reste inflexible. Il ne participe du reste pas au sacre pour cette raison, pas plus que Le Coz. La négociation reprend dans les jours qui suivent le couronnement et se prolonge jusqu’à la fin du mois de décembre, le pape finissant par obtenir la signature de tous les évêques concernés, y compris Le Coz et Saurine, mais de déclarations composées au cas par cas, et ménageant ainsi les susceptibilités de chacun. Fruit d’un compromis, cette négociation permit aux évêques constitutionnels de recevoir leurs bulles d’investiture canonique en juin 1805.

  • 33 Jacques-Olivier Boudon, « Le haut clergé dans l’Ordre de la Légion d’honneur sous le Premier Empire (...)

16Soutiens du régime impérial, les anciens constitutionnels assistent donc, à deux exceptions près, au sacre de Napoléon le 2 décembre 1804, font régulièrement célébrer les Te Deum organisés à l’occasion de ses victoires militaires, et publient sans sourciller le catéchisme impérial en 1806. Ils sont du reste très largement récompensés pour cette adhésion. Huit d’entre eux obtiennent ainsi la croix de la légion d’honneur dès 1804 (Bécherel, Belmas, Berdolet, Charrier de La Roche, Le Coz, Périer, Primat et Saurine33). Quatre en ont été pour l’heure exclus, à savoir Leblanc de Beaulieu, promu en décembre 1805, Montault, Lacombe et Reymond qui obtiennent la croix en juillet 1810 quand Napoléon décide de l’attribuer à tous les évêques qui n’en sont pas encore titulaires. Le Coz a par ailleurs été promu officier en 1809, Charrier le sera en 1811. Cette intégration générale au sein de la légion d’honneur s’explique aussi par l’appartenance des évêques à la noblesse d’empire dont ils deviennent membres de droit, du fait de leur fonction. L’évêque de Versailles occupe par ailleurs une position privilégiée puisqu’il a été choisi en 1804 pour être premier aumônier au sein de la Grande Aumônerie, ce qui signifie qu’il officie à la cour en l’absence du cardinal Fesch, grand aumônier. Le choix de cet évêque, à la fois d’origine noble, mais ancien constitutionnel, titulaire du siège épiscopal sur lequel se trouve le château de Versailles dont Napoléon rêve de refaire un palais impérial, est le symbole de la volonté de synthèse exprimée par l’empereur. Enfin Primat est entré au Sénat en 1806, ce qui est aussi une manière de distinguer l’ancienne Église constitutionnelle. Il y retrouve du reste l’abbé Grégoire.

17Le soutien des anciens évêques constitutionnels à l’Empire commence à s’effriter avec la crise du sacerdoce et de l’empire. Deux d’entre eux font partie de la minorité qui s’oppose aux projets de Napoléon à l’occasion du concile de 1811, à savoir Leblanc de Beaulieu et Montault des Isles. Mais surtout les anciens constitutionnels, même restés fidèles, ne font pas partie de la garde rapprochée de Napoléon. Aucun d’entre eux ne participe par exemple aux deux commissions ecclésiastiques réunies pour préparer le concile en 1810 et 1811 ou aux délégations envoyées à Savone auprès du pape. Napoléon s’appuie désormais sur d’autres prélats, Dufour de Pradt, Barral, Duvoisin ou Mannay, tous d’origine réfractaire. Sans doute Napoléon n’a-t-il pas voulu, à l’heure de la crise avec Pie VII, laisser entendre qu’il renouait avec la période de rupture qu’avait représentée la Révolution française. Pourtant dans le même temps, il remet en vigueur l’enseignement des doctrines gallicanes, à commencer par la déclaration des quatre articles de 1682, ce qui ne pouvait que satisfaire la plupart des anciens constitutionnels.

18Aucun des évêques issus de l’épiscopat constitutionnel ne démissionne sous l’Empire, mais deux meurent avant la chute de Napoléon : Berdolet en 1809 et Saurine en 1813. La première Restauration prend ses distances avec plusieurs d’entre eux, le duc d’Angoulême refusant par exemple de rendre visite à l’évêque Lacombe lors de sa visite à Angoulême. Mais à l’inverse, le gouvernement de Louis XVIII promeut Mgr Belmas au grade d’officier de la légion d’honneur en août 1814. L’attitude réservée pour ne pas dire critique de la Restauration conduit toutefois la plupart des anciens constitutionnels à se rallier à Napoléon lors des Cent Jours, à deux exceptions près : Leblanc de Beaulieu poursuit sa mue en s’exilant en Angleterre, tandis que Montault des Isles reste sur la réserve. Cette attitude lors des Cent Jours radicalise le point de vue de la seconde Restauration à l’égard des anciens constitutionnels que le gouvernement voudrait, à quelques exceptions près, chasser de l’épiscopat, ce qui conduit à demander au pape, lors des négociations en vue d’un nouveau concordat, un renvoi de ces évêques. Le pape s’y refuse, mais la tension reste palpable et le gouvernement de la Restauration fait pression sur plusieurs évêques pour qu’ils donnent leur démission.

19Les rangs se sont, il est vrai, clairsemés. Lecoz et Bécherel sont morts en 1815, Primat en 1816. Leblanc de Beaulieu, rallié aux Bourbons, est nommé en 1817 évêque d’Arles, mais la non-ratification du concordat signé avec la papauté en 1817 ne lui permet pas de prendre possession d’un siège qui ne verra jamais le jour. Il obtient en 1820 un canonicat au chapitre de Saint-Denis, et se retire à Paris où il meurt en 1825. Charrier de La Roche n’a pas été inquiété, malgré son rôle à la Grande Aumônerie, le gouvernement prenant acte de sa rétractation précoce. Il continue à administrer le diocèse de Versailles jusqu’à sa mort en 1827. Périer accepte de son côté la proposition qui lui est faite de démissionner de son siège d’Avignon ; il obtient en échange un des canonicats du chapitre de Saint-Denis, mais administre en fait son diocèse jusqu’en 1820 et y demeure ensuite jusqu’à sa mort en 1824. Trois évêques ont fait de la résistance : Reymond qui avait été placé en résidence surveillée jusqu’en mai 1817, refuse de démissionner, mais meurt en 1820. Lacombe refuse également de quitter son diocèse, mais se voit imposer la nomination d’un vicaire général, l’abbé Luguet, qui prend une part de plus en plus grande à l’administration du diocèse. Lacombe meurt en 1823. Belmas enfin est le dernier survivant de l’épiscopat constitutionnel. Il refuse lui aussi de démissionner, conserve son siège, avant de se rallier au régime de Louis-Philippe qui le fait commandeur de la légion d’honneur. Il meurt en avril 1841, après avoir exercé un épiscopat de près de quarante ans et avoir été un des premiers évêques à s’intéresser à la question sociale, assurant ainsi la transition de la Révolution au début de l’industrialisation.

Notes

1 Sur le contexte général, voir Jacques-Olivier Boudon, Napoléon et les cultes. Les religions en Europe à l’aube du XIXe siècle (1800-1815), Paris, Fayard, 2002 ; Jacques-Olivier Boudon (dir.), Le Concordat et le retour de la paix religieuse, actes du colloque organisé par l’Institut Napoléon et la Bibliothèque Marmottan en octobre 2001, Paris, SPM, Collection de l’Institut Napoléon, 2008.

2 Mémoires de l’abbé Grégoire, Paris, Ed. de la Santé, 1989, p. 155.

3 Jacques-Olivier Boudon, L’épiscopat français à l’époque concordataire (1802-1905) : origines, formation, nomination, Paris, Éditions du Cerf, collection « Histoire religieuse de la France », 1996.

4 Arch. nat., F19 1903, Rapport de M. Bernier au ministre des Relations extérieures sur les nominations aux évêchés, 4 germinal an IX (25 mars 1803).

5 Arch. nat., F19 1902, Travail préparatoire pour les nominations aux titres ecclésiastiques de l’Église de France, suivant sa nouvelle circonscription, (fin décembre 1801).

6 Simon Delacroix, La réorganisation de l’Église de France après la Révolution 1801-1809, t. 1, Les nominations d’évêques et la liquidation du passé, Paris, Éd. du Vitrail, 1962, p. 168.

7 Arch. nat., F19 1903, « État des évêques établis en vertu de la Constitution civile du clergé » ; « État des évêques établis après l’abrogation de la Constitution civile du clergé ».

8 Jacques-Olivier Boudon, Les élites religieuses à l’époque de Napoléon. Dictionnaire des évêques et vicaires généraux du Premier Empire, Paris, Nouveau Monde Édition/Fondation Napoléon, 2002.

9 Arch. nat., F19 1902, Portalis à Bonaparte, février 1802.

10 Alfred Boulay de la Meurthe, Documents sur la négociation du Concordat et sur les autres rapports de la France avec le Saint-Siège en 1800 et 1801, Paris, Société d’Histoire diplomatique, t. 5, Note du Premier Consul, Paris, [15 Mars 1802], p. 231-233.

11 Ibid., Note du Premier Consul, Paris, 29 ventôse an X (20 mars 1802), p. 237-238.

12 Arch. nat., AFIV 1044.

13 Chanoine Léon Mathieu, Le Saint-Siège et les anciens constitutionnels : Mgr Louis Belmas, ancien évêque constitutionnel de l’Aude, évêque de Cambrai (1757-1841). Sa vie, son épiscopat, le mouvement religieux dans le Nord durant cette période, Paris, Picard, 1934, 2 vol.

14 Jean Bindet, François Bécherel 1732-1815. Député à la Constituante, évêque constitutionnel de la Manche, évêque concordataire de Valence, Coutances, Etudes et documents d’histoire de Basse-Normandie, 1971 (2e éd.).

15 Jacques-Olivier Boudon, « Les évêques de l’ancienne France dans l’épiscopat concordataire », dans Joël Fouilleron et Henri Michel (dir.), Mélanges à la mémoire de Michel Péronnet. 1. Clergé, identité et fidélité catholiques, Montpellier, Publications de l’université Montpellier III, 2006, p. 221-235.

16 Charles Ledré, Charrier de La Roche, métropolitain des Côtes-de-la-Manche et le chanoine Baston, Paris, E. Vitte, 1943 ; H. Lemoin, « Mgr Charrier de La Roche, premier évêque de Versailles, 1738-1827 », Revue historique de Versailles, 1960, T. LIII, p. 89-97.

17 Albert Durand, Un prélat constitutionnel : Jean-François Périer (1740-1824), oratorien, évêque assermenté du Puy-de-Dôme, évêque concordataire d’Avignon, Paris, Bloud et Cie, 1902. Voir également l’article de Philippe Bourdin dans le présent volume.

18 Jean Gérard, « Dominique Lacombe, curé constitutionnel et évêque métropolitain de Bordeaux (1788-1802) », Revue d’histoire de l’Église de France, 1977, p. 87-102 ; Jean Gérard, La vie ardente et mouvementée de Dominique Lacombe, Paris, La Pensée universelle, 1983.

19 André Lorion, « Un évêque de Napoléon : J.-C. Leblanc de Beaulieu (1753-1825) », Revue de l’Institut Napoléon, octobre 1960, n° 77, p. 263-274 ; Bernard Plongeron, Les réguliers de Paris devant le serment constitutionnel. Sens et conséquences d’une option, 1789-1801, Paris, 1964 ; Isabelle Brian, Messieurs de Sainte-Geneviève. Religieux et curés de la Contre-Réforme à la Révolution, Paris, Le Cerf, 2001.

20 Proportion établie d’après Paul Pisani, Répertoire biographique de l’épiscopat constitutionnel 1791-1802, Paris, Picard, 1907, XII-476 p. Voir Jacques-Olivier Boudon, L’épiscopat français à l’époque concordataire, op. cit., p. 299.

21 Timothy Tackett, Priest and parish in eighteenth century France. A social and political study of the curés in a diocese of Dauphiné 1750-1791, Princeton, Princeton University Press, 1977, p. 241-261.

22 Claude Muller, « "La réunion des esprits". Jean-Pierre Saurine, évêque constitutionnel et évêque concordataire », Revue de l’Institut Napoléon, t. 205, 2013, p. 7-28.

23 Edna Hindie Lemay, Dictionnaire des constituants 1789-1791, Paris, Universitas, 1991, 2 vol.

24 Edna Hindie Lemay (dir.), Dictionnaire des Législateurs (1791-1792), Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, 2007, 2 vol.

25 Augustin Kuscinski, Dictionnaire des Conventionnels, Paris, Société d’Histoire de la Révolution Française, 1916.

26 Marcel Rheinard (dir.), Les prêtres abdicataires pendant la Révolution française, Paris, 1965 ; Michel Vovelle, Religion et Révolution. La déchristianisation de l’an II, Paris, Hachette, 1973 ; Michel Vovelle, La Révolution contre l’Église. De la raison à l’Être suprême, Bruxelles, Complexe, 1988.

27 Thierry Lentz, « La proclamation du concordat à Notre-Dame le 18 avril 1802 », dans Jacques-Olivier Boudon (dir.), Le concordat et le retour de la paix religieuse, op.cit., p. 95- 112.

28 Jacques-Olivier Boudon, Napoléon et les cultes, op. cit.

29 René Epp, Le mouvement ultramontain dans l’Eglise catholique en Alsace au XIXe siècle (1802-1870), Lille, Atelier de reproduction des thèses de l’université de Lille-III, 1975, 2 vol.

30 Bernard Plongeron, « Hypothèques sur le Concordat. Lecture gallicane des anciens évêques constitutionnels », dans Jacques-Olivier Boudon (dir.), Le concordat et le retour de la paix religieuse, op. cit., p. 57-93.

31 Jean Leflon, Etienne-Alexandre Bernier, évêque d’Orléans et l’application du Concordat, Paris, Plon, 1938, 2 vol.

32 Jean-Marc Ticchi, Le voyage de Pie VII en France pour le sacre de Napoléon (1804-1805). Religion, politique et diplomatie, Paris, Champion, 2013.

33 Jacques-Olivier Boudon, « Le haut clergé dans l’Ordre de la Légion d’honneur sous le Premier Empire », dans Bruno Dumons et Gilles Pollet (dir.), La Fabrique de l’Honneur. Les médailles et les décorations en France xixe-xxe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 31-38

© LARHRA, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search