Version classiqueVersion mobile

Gouverner une Église en révolution

 | 
Paul Chopelin

Troisième partie. Identités et mémoires

L’épiscopat constitutionnel à travers les Nouvelles ecclésiastiques de Jean-Louis Rondeau (1806-1828)

Valérie Guitienne-Murger

Texte intégral

  • 2 Ce document se présente sous la forme de 15 cahiers cousus, non reliés, allant du 1er juin 1806 au  (...)

1C’est ainsi qu’étaient présentés les anciens constitutionnels dans une réponse anonyme aux attaques de L’Ami de la religion et du roi en 1819. Relativement protégé sous l’Empire (tant qu’il était soumis), assimilé aux jacobins, surveillé, interdit, humilié dès 1814, l’épiscopat constitutionnel en particulier fut la cible d’une politique systématique de dénigrement et de mise à l’écart de la part du gouvernement et de l’Église. Ce sont les traces de cette histoire, consignées dans un manuscrit conservé à la Bibliothèque de Port-Royal, qui seront l’objet de cet article. Il ne s’agit pas ici de donner une synthèse, mais de présenter un tableau de l’épiscopat constitutionnel d’après une source inédite portant le titre, éloquent mais trompeur, de Nouvelles ecclésiastique pour le xixe siècle et dont l’édition critique est en préparation2.

2Ces Nouvelles ont été rédigées par Jean-Louis Rondeau (1759-1832), ex-oratorien, ancien curé de Frépillon puis curé constitutionnel de Sarcelles, retiré à Paris après 1802, secrétaire et légataire de l’abbé Grégoire, et prêtre habitué de Saint-Séverin jusqu’à son décès en 1832. Bien que le choix du titre laisse augurer une continuité avec le fameux périodique janséniste du xviiie siècle, les Nouvelles de Rondeau n’ont pas du tout la même forme et le même but d’information du public. En effet, elles ne semblent pas avoir été destinées à la publication et ont plutôt la forme d’une revue de presse partisane, janséniste, constitutionnelle et libérale.

3Si la censure sévère sous l’Empire a limité les sources d’information auxquelles Rondeau avait accès, privilégiant ainsi celles de son réseau et les publications ultérieures, les cahiers rédigés sous la Restauration se présentent plutôt comme une revue de presse. Sont les plus souvent cités, sans entrer dans la chronologie fine de l’histoire de la presse de cette époque et les multiples changements de titres, le Journal des Débats, le Journal de Paris, le Journal des Maires, le Courrier, le Journal du Commerce (tendance ministérielle), le Journal général de France (doctrinaire), le Journal des arts et de la politique (bonapartiste libéral), le Censeur Européen et la Minerve (libéraux), la Gazette de France, le Drapeau Blanc et l’Étoile (ultra). Deux périodiques ressortent particulièrement : Le Constitutionnel et L’Ami de la religion et du roi. Le premier, avec lequel notre auteur est le plus souvent d’accord, nous indique sa nette tendance libérale ; le second, organe de la presse catholique ultra, est l’ennemi, celui à partir duquel, dès 1818, Rondeau construit son journal en miroir.

  • 3 Affirmation répandue dès 1795.

4Dans une vision globale et peut-être figuriste de l’histoire, il ne s’est pas contenté de la France. La chrétienté tout entière est suivie au gré des informations qui lui parviennent ou qui sont publiées : les négociations des concordats, le patriarcat de Constantinople, les quakers aux États-Unis, la diffusion de la Bible dans le monde, la conversion et le statut des juifs, la révolte des Indiens au Mexique, les catastrophes naturelles... Toutefois, de cet ensemble plutôt hétéroclite de prime abord se dégagent plusieurs thèmes principaux qui sont, sans surprise pour les historiens du jansénisme, le clergé ex-constitutionnel et l’Église de France, les rapports entre l’Église et l’État, le gallicanisme et l’ultramontanisme, les jésuites et l’éducation. Les Nouvelles de Rondeau dressent ainsi un tableau des polémiques de ce premier xixe siècle. Ses notes nous permettent entre autres de saisir les difficultés soulevées par la réintégration du clergé constitutionnel dans l’Église de France après le Concordat, la façon dont les assermentés étaient perçus et les moyens employés pour les contraindre à se soumettre à l’autorité ecclésiastique ou pour les destituer. Entre les re-mariages et les re-baptêmes administrés par des missionnaires affirmant l’invalidité des sacrements donnés par les constitutionnels3, et les refus de sacrement (pour refus de rétractation et non signature du Formulaire, des bulles Unigenitus et Auctorem fidei et des brefs de Pie VI), la stigmatisation de ces prêtres, particulièrement sous la Restauration, participa à l’émergence de ce que l’on a appelé à l’époque la « question religieuse ».

5Il est impossible de rendre compte ici de l’ensemble des informations contenues dans ce document sur la Constitution civile du clergé, les anciens constitutionnels et leurs adversaires. Je me contenterai d’indiquer, brièvement pour l’Empire puis plus longuement pour la Restauration, les éléments qui me semblent les plus riches pour l’histoire de l’épiscopat constitutionnel après 1802 et les pistes de recherche qui s’en dégagent.

Une rubrique sous-représentée : l’Empire

  • 4 Cahier I, p. 5. 1808. An XVI [sic].

6La période impériale ne couvre qu’un quart du manuscrit et laisse une impression d’absence d’engagement de la part de l’auteur, à l’exception des affaires ecclésiastiques. Sans doute favorablement disposé par la volonté de l’empereur de prendre en compte le clergé constitutionnel, Rondeau s’est alors concentré sur la politique religieuse de Napoléon dans les territoires conquis et sur les « démêlés entre la cour de Rome et Napoléon », titre du second cahier. Les Articles organiques (1802), l’ingérence du gouvernement dans les questions spirituelles, le concile national de 1811, la prétention à nommer des évêques n’ayant pas reçu l’investiture canonique, sans parler de la captivité de Pie VII (1809-1814), ont détaché les évêques d’un régime qu’ils avaient tout d’abord accueilli favorablement comme restaurateur du culte. Notre auteur, au contraire, ne semble pas s’être tellement offusqué des outrages infligés par l’empereur à la papauté (dont il découvre toute la réalité, il est vrai, après 1814), ni d’une politique religieuse menée sous couvert d’un gallicanisme outrancier. Ainsi, écrit-il en 18084 : « Cette année et les suivantes offrent à l’histoire ecclésiastique des événements remarquables : la chute de la Cour romaine, la puissance temporelle enlevée à l’évêque de Rome. »

  • 5 Jean-François Périer.
  • 6 Cahier IV, p. 17-19. Janvier 1811.

7Les évêques constitutionnels intégrés dans l’épiscopat concordataire sont peu cités. Tout au plus reproduit-il en 1809 le mandement de l’évêque d’Avignon5 pour le Te Deum des victoires d’Enzersdorf et de Wagram du 26 juillet. De même, les difficultés du clergé assermenté, dénoncées dès 1808 par Grégoire dans ses Mémoires, ne sont mentionnées qu’à une occasion, qui n’est cependant pas sans intérêt car elle montre d’anciens évêques constitutionnels en action. Le 11 janvier 1811, Molinier (ancien évêque de Tarbes) et Debertier se rendent chez le cardinal Maury pour « témoigner la peine qu’ils ressentaient du schisme toujours existant de la part du clergé actuel contre les ci-devant constitutionnels6. » Maury « voulant ménager le clergé sulpicien », nous dit Rondeau, les envoie à M. Emery, lequel leur demande soumission aux brefs de Pie VI et Pie VII, ce que Rondeau nomme « leur refrain ». Une note de notre auteur, insérée entre deux feuillets, raconte que Royer-Collard lui a raconté que M. Emery avait convenu lors d’un entretien avec lui « qu’il n’y avait rien dans la Constitution civile du clergé contre la foi » mais que les « constitutionnels n’avaient pas la mission canonique. »

  • 7 Bernard Plongeron, Les Résistances religieuses à Napoléon (1799-1813), Paris, Letouzey & Ané, 2006, (...)
  • 8 Cahier V, p. 13. Septembre 1811.
  • 9 Ibid., p. 4. Juillet 1811.

8La grande affaire de Rondeau, sous l’Empire, fut le concile de 1811. Il semble bien qu’il ait fait partie de ces constitutionnels qui crurent, comme l’a écrit Bernard Plongeron, prendre leur revanche en 18117. Il y croit ! Et rapporte, par exemple, en septembre 1811, que « le parti ultramontain, voyant que le gouvernement professait les principes des Amis de la Vérité touchant la discipline ecclésiastique, et voulant l’en détourner, s’attachait à le faire revenir à ses sentiments en le prévenant contre les prétendus jansénistes et contre lesdits constitutionnels comme étant des républicains8. » Il mentionne à l’occasion les observations des évêques Saurine et Périer sur le décret du concile de juillet 1811, précisant que Périer a envoyé une lettre au ministre des Cultes « dans laquelle il dit en termes équivalents qu’il désirerait qu’au lieu des mots institution canonique du pape, on se servît seulement du mot confirmation, que le pape ne faisait que confirmer le choix du prince ; que dans ce cas le titre dépendait non de la confirmation (qui confirmat nihil dat), mais de l’élection9. » Rondeau rajoute :

  • 10 Cahier V, p. 4. Juillet 1811.

J’observerai toutefois que quand même les bulles du pape ne feraient que confirmer, il faut, outre l’élection, une institution canonique faite par l’Église, par celui établi par elle pour la donner : qu’ainsi le pape ne confirme pas seulement par les bulles l’élection du sujet faite par le prince, mais qu’il l’institue canoniquement, au nom de l’Église, lui donnant la mission et la juridiction. […] M. l’évêque d’Avignon finit par donner son adhésion au projet de décret malgré ces imperfections qu’il faut tolérer propter duritiam cordis ultramontanorum tum francorum, tum italorum10.

  • 11 Cahier VI, [p. 17]. Janvier 1813.
  • 12 Ibid.
  • 13 Ibid., p. 23. Février 1813.
  • 14 Ibid., p. 25. Février 1813.
  • 15 Ibid., p 26. Mars 1813.
  • 16 Cahier VI, [p. 34]. Mai 1813.
  • 17 Cahier VII, p. 0-1. Mars 1814.
  • 18 L’Ami de la religion et du roi [désormais ARR], t. XI. Mercredi 5 mars 1817, n° 268, p. 97.

9Les derniers cahiers pour la période impériale ont des allures de nécrologie mais donnent à voir une « sociabilité » d’anciens constitutionnels à Paris. En 1813, il rend compte du décès de Molinier que ses amis appelaient volontiers le « Père de l’espérance ». Avec la permission du curé de Saint-Sulpice, sur la paroisse duquel il demeurait, son corps fut présenté le 2 février à l’église de Saint-Séverin, où il disait la messe, et « son service fut célébré avec la pompe qui convenait à son caractère épiscopal11 ». MM. Debertier, évêque démissionnaire de Rodez, Grégoire, sénateur, évêque démissionnaire de Blois, Mauviel, évêque démissionnaire de Saint-Domingue, et Poulard, évêque démissionnaire d’Autun, ses anciens collègues, accompagnèrent son cercueil. M. Mauviel a fait sur sa tombe au cimetière Sainte-Marguerite son oraison funèbre12. Puis disparaissent Moïse13, Jacquemin14, Thibaut15 et surtout Saurine, qui logeait au 167 rue Saint-Jacques quand il était à Paris, et qui « était très estimé du maréchal Lefebvre, duc de Dantzig, qui le 1er reçut la nouvelle de sa mort, en instruisant M. Grégoire, sénateur, son collègue dans l’épiscopat, et son ami16. » Enfin, en mars 1814, disparaît Mauviel dont la notice, rédigée par Grégoire, est copiée17. Ainsi que l’écrivait Michel-Joseph-Pierre Picot, le rédacteur principal de l’Ami de la religion et du roi, en 1817, détaillant, à plaisir semble-t-il, les décès successifs des anciens constitutionnels : « tout passe sur la terre et les constitutionnels même sont sujets à la mort18. »

10Somme toute, pour la période impériale, la récolte dans les Nouvelles est plutôt maigre en ce qui concerne l’épiscopat constitutionnel, ce qui trahit une période de calme relatif, du moins aux yeux de Rondeau. Mais ne désespérons pas, les Bourbons reviennent !

La Restauration : l’épiscopat constitutionnel dans l’anathème de la Révolution

  • 19 Contrat passé entre la dynastie et la nation, et non octroi du roi révocable selon les ultras, la C (...)
  • 20 Jacques-Olivier Boudon, L’Épiscopat français à l’époque concordataire (1802-1905), Paris, Éditions (...)

11S’ouvre une nouvelle phase du conflit né en 1791. Si la Charte de 1814 vouait de fait tout retour intégral à l’Ancien Régime à l’échec19, le clergé comptait pourtant que la restauration politique serait suivie d’une restauration religieuse. Le retour du roi très chrétien déclencha une explosion de sentiments trop longtemps contenus et une tendance qualifiée d’ultramontaine prit sa revanche… Jacques-Olivier Boudon a montré, dans son ouvrage, le retour en force d’un épiscopat d’Ancien Régime, certes gallican, mais farouchement ennemi de la Révolution20. Dans ce contexte, les restes de l’Église constitutionnelle, et notamment les anciens constitutionnels intégrés à l’épiscopat concordataire, étaient à éliminer.

  • 21 Cahier VII, p. 1-2. Avril 1814.
  • 22 Ibid., p. 7-9. Mai 1814.

12Dès avril 1814, Rondeau s’indigne de ce que le serment à la Constitution civile du clergé ait été mis, dans le diocèse de Tours, « au rang des cas réservés, de pair avec celui d’un confesseur qui… sa pénitente [sic]21 ». Le 22 mai, un mandement des vicaires généraux de Paris rappelle que « le Saint-Siège ne tarda pas à se prononcer sur cette Église prétendue, en attendant qu’elle prononce son propre jugement elle-même, par tout ce qui s’est passé dans son sein, et qu’à ces deux jugements, il s’en joigne un troisième, qui sera comme la consommation des premiers, savoir sa destruction après six ans d’existence, tandis qu’il est écrit que la vraie Église se soutiendra jusqu’à la fin des siècles. » Et Rondeau de commenter : « … il faut légitimer aux yeux des fidèles leur insoumission aux lois de l’État, faire passer leur révolte, fondée sur des intérêts temporels, pour une juste défense de la cause de Dieu et de son Église. À la vérité, il existe encore des prêtres fidèles au serment qu’ils ont prêté à la loi, à la nation et à son roi. La destruction de la prétendue Église ne sera accomplie qu’à la mort de tous22. »

  • 23 Emmanuel Fureix, La France des larmes : deuils politiques à l’âge romantique (1814- 1840), Seyssel, (...)
  • 24 Cahier VII, p. 39. Octobre 1814.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid., p. 45. Novembre 1814. Ce débat ne figure malheureusement pas dans Jérôme Mavidal, Émile Laur (...)

13La stigmatisation des anciens constitutionnels devint d’autant plus violente qu’entre expiation et revanche, la haine de la Révolution inclut, selon la formule d’Emmanuel Fureix, « toutes les formes de transactions avec l’héritage révolutionnaire23 », les prêtres « révolutionnaires et jacobins » en tête, avant les régicides, du moins jusqu’en 1815. Et le ton fut vite donné, au niveau politique, par le refus de Monsieur de recevoir les évêques Reymond et Périer en octobre et Le Coz en novembre 1814. Émotion de Rondeau qui parle de la « persécution à laquelle les évêques ci-devant constitutionnels, nommés et institués à l’époque du Concordat, doivent se préparer24. » Et qui cite une lettre de Le Coz évoquant les intrigues et les sommes énormes sacrifiées par « une réunion de Pharisiens et de Saducéens, je veux dire, des prêtres mariés et fanatiques enragés, cherchant sous le manteau de la religion, à pénétrer jusqu’au trône, pour crier aux oreilles de notre sage et excellent roi : tolle, tolle, crucifige25 ! » L’affaire est même dénoncée aux Chambres ; Rondeau nous dit que la discussion a été vive tant à la Chambre des députés qu’à celle des pairs26. Quant à Leblanc de Beaulieu, évêque de Soissons, le « renégat » qui confie ses séminaires à des jésuites, il pousse le zèle jusqu’à renvoyer au roi sa croix de la Légion d’honneur, reçue sous l’Empire.

  • 27 Sic ; i.e. Napoléon Bonaparte.
  • 28 Cahier VIII, p. 23. Mars 1815.

14Les Cent-Jours sont marqués pour Rondeau par l’entêtement du clergé à ne pas reconnaître « NB27 », conduite imprudente qui indispose le public (il souligne les cris À bas les calotins ! qui fusent alors dans Paris) et risque d’occasionner un « schisme dans les opinions politiques et religieuses28. »

15Sous la seconde Restauration, les attaques se multiplient et se précisent. On peut distinguer trois catégories d’anciens évêques constitutionnels : les rétractés ; ceux fidèles à leur serment, qu’ils soient retraités ou évêques en poste ; et ceux rendus à la vie civile.

Lectures contrastées des rétractations des évêques

  • 29 La rancœur qu’il suscita fut d’autant plus grande que les plus influents de ses anciens collègues c (...)
  • 30 Cahier VIII, p. 24. Mars 1815.
  • 31 Gérard Pelletier, Rome et la Révolution française : la théologie et la politique du Saint-Siège dev (...)
  • 32 Rappelons la formule si éloquente du rédacteur de l’Ami de la religion et du roi déjà évoquée par J (...)

16Leblanc de Beaulieu, évêque de Soissons, est incontestablement le plus cité et le moins aimé, mais plus encore, me semble-t-il, en raison de sa politique pro-jésuite qu’à cause de sa rétractation29. Il a fait « amende honorable, satisfaction publique de la conduite et des sentiments qu’il avait professés précédemment tant au sujet des affaires du formulaire, de la bulle Unigenitus, que relativement au serment de la Constitution civile du clergé. Une telle démarche lui aura été dirigée par les jésuites auxquels il a confié le gouvernement de ses deux séminaires30. » La liaison entre jansénisme et Constitution civile du clergé, qui ne faisait aucun doute à Rome ainsi que l’a démontré Gérard Pelletier31, et qui fut reprise par les opposants au clergé constitutionnel32, est ici nettement formulée.

17Charrier de La Roche, tôt rétracté, est surtout mentionné pour son aptitude à flatter tous les régimes, ce qui lui valut l’honneur douteux d’avoir sa notice dans le Dictionnaire des Girouettes. Rondeau adhère visiblement à ce jugement et recopie cet extrait du Censeur :

  • 33 Cahier VIII, p. 33. Mars 1815. Le Dictionnaire commentait ainsi ses revirements : « Après avoir été (...)

Selon M. Charrier de La Roche, évêque de Versailles, on peut flagorner bassement un tyran en place, et après sa chute, s’enorgueillir de lui avoir dit la vérité. Dans son mandement fait au retour des Bourbons, il dit : “Lorsque l’élan des cœurs était comprimé, et que nulle représentation ne pouvait être que dangereuse (auprès de Buonaparte), il n’y avait qu’une voie sans doute pour faire parvenir la vérité jusqu’à lui, celle des éloges exagérés33”.

  • 34 Cahier VIII, p. 76. Mars 1816.
  • 35 Cahier XIV, p. 43. Avril 1824.

18Volfius, ancien évêque de la Côte d’Or, est bien mieux traité car il a terminé sa rétractation par une déclaration d’attachement aux 4 articles34. Quant à l’évêque Périer, qui a signé la formule de rétractation de 1804, il est défendu par ses anciens collègues et attaqué par l’Ami de la religion et par l’Étoile en 1824, peu après sa mort35.

  • 36 ARR, t. LIV, 9 janvier 1828, n° 1400, p. 258.
  • 37 Cahier X, p. 36. Septembre 1818.
  • 38 Caroline Chopelin-Blanc, De l’apologétique à l’Église constitutionnelle : Adrien Lamourette (1742-1 (...)
  • 39 Cahier XIV, p. 22. Octobre 1823.

19Tout au long de la Restauration, la guerre fait rage autour des rétractations, réelles ou non, parfois secrètes, des anciens évêques. Tandis que L’Ami de la religion se fait un malin plaisir de les souligner et affirme en 1828 : « Ces rétractations sont plus nombreuses qu’on ne le croit et le zèle de certaines personnes pour en effacer la trace est une nouvelle raison pour nous de recueillir et de publier ces démarches édifiantes36. » La Chronique religieuse et Rondeau dénoncent les persécutions infligées aux constitutionnels pour « arracher cette rétractation » car le « le parti est pris d’interdire tout prêtre et évêque constitutionnel37 ! » Ils en nient certaines (Lamourette par exemple, dont C. Blanc-Chopelin connaît bien le dossier38) et en reconnaissent d’autres, comme celle de Belmas dont Picot dit en 1823 qu’il n’est pas rétracté alors que Rondeau affirme qu’il l’est39.

De la « persécution » des évêques fidèles

20Les non rétractés peuvent se diviser en plusieurs catégories : les quelques survivants encore en fonction, ceux qui sont totalement retirés de la vie publique, et ceux qui, bien que sans fonction, continuent à défendre leur engagement et leurs convictions.

  • 40 Cahier VII, p. 43-44. Novembre 1814.
  • 41 Ibid, p. 49. Novembre 1814.
  • 42 Cahier VIII, p. 40. Mai 1815.

21Des 12 anciens évêques constitutionnels qui ont été intégrés à l’épiscopat en 1802, deux sont morts (Berdolet et Saurine), cinq sont réconciliés avec Rome (Montault, Leblanc, Primat, Bécherel et Charrier) et ne sont pas attaqués. Restent cinq « irréductibles », Lacombe (Angoulême), Périer (Avignon), Le Coz (Besançon), Belmas (Cambrai) et Reymond (Dijon), qui auront à subir de multiples pressions, tant de la hiérarchie ecclésiastique que du gouvernement. J’ai déjà mentionné le refus de Monsieur et du duc d’Angoulême de voir les évêques Reymond et Périer en octobre et Le Coz en novembre 1814. Rondeau donne des informations supplémentaires sur les affronts essuyés par Le Coz d’après une lettre de l’intéressé : « Ce prince [Monsieur] trop crédule aux calomnies d’un parti fanatique du clergé a fait défendre que l’archevêque se présentât devant lui et dans son église (même sous peine de mort, selon le rapport de plusieurs officiers). Des gendarmes ont été placés soit à l’entrée de l’église, soit à la porte de la maison de l’archevêque, pour l’empêcher d’en sortir, et d’entrer dans son église. Cet acte de fanatisme a beaucoup scandalisé les fidèles de Besançon40.... » Il ajoute : « Le 9 déc. M. Debertier m’a assuré tenir d’une personne bien au fait, que le préfet de Besançon avait été destitué pour avoir abusé de la confiance de Monsieur, envers M. Le Coz, archevêque de cette ville41. » Rondeau revient sur cette affaire après le décès de Le Coz, rappelant que « les émigrés, les apôtres de la réaction, les bas valets qui accompagnaient M. le comte d’Artois lors de son voyage à Besançon, ont […] abreuvé M. Lecoz d’humiliations et d’outrages42. »

  • 43 Cahier VIII, p. 81. Avril 1816.

22Quant à l’évêque Périer, il rapporte qu’il lui a été « certifié que M. d’Angoulême a dans son voyage dans le Midi fait signifier à M. Perrier, évêque d’Avignon, de ne pas se présenter devant lui : que celui-ci n’ayant tenu aucun compte de cette défense, et s’étant présenté devant le prince avec le clergé de sa cathédrale, le duc a refusé de les recevoir43. »

  • 44 Cahier X, p. 73. Novembre 1818. Jacques-Olivier Boudon souligne à quel point le comportement durant (...)

23Enfin, concernant l’évêque de Cambrai Belmas, Rondeau raconte en 1818 que « quand le roi à son retour de Gand coucha à Cateau-Cambrésis, et que de là il passa par Cambrai, des ordres furent donnés pour que M. Belmas, évêque, ne parût point à la tête de son clergé. Son crime du moment fut d’avoir assisté au champ de mai44. »

  • 45 Voir Rémy Hême de Lacotte, « Seconde mort ou résurrection de l’Église gallicane ? L’épiscopat franç (...)

24Cette ostracisation préfigurait les démarches du gouvernement et de la Grande Aumônerie pour éliminer de l’épiscopat ces « révolutionnaires ». Le roi comme le cardinal de Talleyrand-Périgord espéraient beaucoup du Concordat de 1817 pour y parvenir45. Dès janvier 1816, Rondeau écrit :

  • 46 Cahier VIII, p. 69. Janvier 1816.

Il paraît décidé qu’on va ou qu’on demande aux évêques concordataires la démission de leurs sièges ; que plusieurs s’y sont ou s’opposent à la donner ; qu’on leur a promis pour l’obtenir de les y renommer. On va jusqu’à désigner ceux qui ne seront pas rétablis : le cardinal Cambacérès, archevêque de Rouen, Reymond, ex-constitutionnel, évêque de Dijon, Lacombe, évêque d’Angoulême46.

25Et en avril il rapporte :

  • 47 Ibid. p. 80. Avril 1816.

M. Reymond, évêque concordataire de Dijon, a reçu du préfet du département de la Côte d’Or, une invitation de donner la démission de son siège ; et s’est refusé à l’accorder. Le préfet l’a menacé que s’il persistait dans son refus, il serait forcé de l’envoyer hors du département. M. l’évêque lui a répondu que placé de Dieu sur ce siège, il n’abandonnerait pas le troupeau qui lui était confié, et qu’il ne se séparerait pas de lui qu’il n’y fut contraint par la force de l’autorité47.

  • 48 Ibid., p. 92. Mai 1816.

26Puis en mai il précise qu’on lui a « dit que MM. Reymond, évêque concordataire de Dijon, et Lacombe, évêque concordataire d’Angoulême, étaient à Paris, mandés par le gouvernement, et étaient invités à donner leurs démissions48. »

27Périer subit les mêmes pressions et finit par négocier sa démission en 1817. Quant à Belmas, Rondeau note en novembre 1818 :

  • 49 Cahier X. p. 72-73. Novembre 1818.

J’ai vu M. Servois, grand vicaire de M. l’évêque de Cambrai. Il faut l’entendre raconter tous les efforts et tentatives du préfet, de la part du ministre de l’Intérieur, pour obtenir dudit évêque sa démission, en faveur de M. de Clermont-Tonnerre, actuellement pair de France, ancien évêque de Châlons sur Marne, et qui ne peut, a dit le roi, retourner dans son ancien diocèse, où il a mérité par sa conduite de n’y pas être en odeur de sainteté. Menace de n’être pas payé de son traitement d’évêque, promesses d’une bonne pension, lettres insultantes pour le caractère épiscopal, tous les moyens ont été employés, mais en vain. L’évêque s’est déterminé à refuser sa démission. Croirait-on qu’une personne a été chargée par le ministre de promettre à M. Servois, alors à Paris, un évêché, s’il voulait solliciter son évêque et s’il pouvait obtenir de lui sa démission : proposition qui fut rejetée avec indignation par M. Servois, chargé par son évêque de toute sa confiance, et de lever tous les difficultés auprès du ministère. Ce refus ne flatte pas M. Clermont-Tonnerre, âgé de 69 ans, qui croit que sa naissance et le vœu du roi sont des titres de vocation à occuper un siège archiépiscopal49.

  • 50 Cahier XI, p. 111. Octobre 1819.

28Et en octobre 1819, il rapporte que « dans le département du Nord, des prêtres insermentés colportent de cure en cure, parmi les leurs, une pétition tendant à demander le renvoi de leur évêque, entaché du crime de libéralisme, M. de Belmas, évêque de Cambrai50. » Enfin, en novembre 1822, commentant un passage de la bulle Paternae caritatis (qui rétablit certains sièges épiscopaux) dans lequel le pape déclare que « nous avons cru […] pour de graves motifs, devoir déclarer que l’érection de l’Église de Cambrai en métropole, qui avait été prononcée par nous en 1817 (bulle du 11 juin), demeure suspendue tant qu’il plaira à nous et à notre Saint-Siège », Rondeau commente :

  • 51 Cahier XIII, p. 72. Novembre 1822.

Ces motifs, qu’on soupçonne aisément sont que M. Belmas, évêque de Cambrai, a été évêque constitutionnel, qu’il ne s’est pas rétracté comme on l’eût désiré, qu’il a refusé depuis 1815 de donner au gouvernement français la démission de son évêché, l’épiscopat voyant avec peine un constitutionnel dans son sein ; enfin que M. de Cambrai s’est constamment opposé au démembrement de son diocèse pour l’érection de Lille en évêché. Ériger son siège en métropole, élever M. de Belmas au titre d’archevêque, cela répugne trop : il faut punir, humilier un évêque qui pense trop bien51.

29En 1820, comme à de nombreuses reprises dans son journal, Rondeau avait exposé son analyse sur la « persécution » infligée aux anciens constitutionnels, évêques comme prêtres :

  • 52 Cahier XII, p. 82. Novembre 1820.

1° ce sont des prêtres de la Révolution, or il faut en faire disparaître les moindres vestiges. 2° la Cour de Rome ne veut point que les prêtres constitutionnels non rétractés exercent le ministère. Que veut le clergé de France : se réunir en un corps de sentiments afin qu’il n’y ait qu’un seul esprit, afin de se rendre indépendant du gouvernement temporel pour former un État dans l’État, travailler l’opinion publique, s’en rendre maître pour rétablir le pouvoir absolu et rentrer dans ses biens, honneurs. Le clergé est l’avant et l’arrière-garde de la faction de 181552.

  • 53 Cahier X, p. 70. Novembre 1818.

30Mêmes les morts ne sont pas épargnés et Rondeau relève avec indignation les articles de L’Ami de la religion : « Insolence de Picot. p. 45. Diatribe du rédacteur contre la Chronique religieuse, contre MM. Saurine, Le Coz, et le clergé constitutionnel53. » De plus en plus, les entrées se font à la rubrique nécrologique… .

31La seconde catégorie, celle de ceux qui sont retirés de la vie publique, en est la parfaite illustration. Ils sont le plus souvent mentionnés à l’occasion de leur décès et/ou des problèmes éventuels que posent leurs funérailles.

  • 54 Cahier VIII, p. 69. Janvier 1816.
  • 55 Henri Grégoire, Mémoires de Grégoire, ancien évêque de Blois, député à l’Assemblée constituante et (...)
  • 56 ARR, t. XXIII, samedi 29 avril 1820, n° 597, p. 361.

32Ainsi, en 1816, Dorlodot, ancien évêque de la Mayenne, chanoine honoraire de Besançon, dont l’inhumation dans le caveau des chanoines est refusée, doit être transporté hors de la ville chez un ancien constitutionnel qui, nous dit Rondeau, « lui a rendu les honneurs des funérailles dignes d’un ancien évêque54 ». Tout comme Grégoire qui dénonçait dans ses Mémoires les incidents liés aux funérailles de Nicolas à Nancy55, il souligne le scandale et l’indignation que provoque ce refus dans la population. Les morts se succèdent : Wandelaincourt, Bisson, Dumouchel, Blampoix, Périer, Rouanet, Demandre, Lacombe... et Picot de s’exclamer en commençant la nécrologie de Bisson : « Il faut qu’il y ait une épidémie sur les anciens évêques constitutionnels56… »

  • 57 Cahier X, p. 32. Septembre 1818.
  • 58 Ibid., p. 45. Septembre 1818.
  • 59 ARR, t. XIX, samedi 24 avril 1819, n° 491, p. 326.

33D’une manière générale, Rondeau se montre fort sensible aux nuances et s’indigne régulièrement de ce que les honneurs liés à la fonction épiscopale soient refusés aux anciens évêques constitutionnels « car ces MM. affectent de ne point donner le titre d’évêque aux anciens évêques constitutionnel57 », jusqu’à omettre d’appeler « Monsieur » Saurine ou Le Coz, pourtant évêques concordataires. Et de commenter : « Jusqu’où va la chicane et la mesquinerie58 ». Jusqu’à la fin de la Restauration, et après 1830 pour les derniers survivants, se joue une véritable « guerre des notices nécrologiques » dont l’enjeu est bien sûr la Constitution civile du clergé, mais qui s’inscrit dans la relecture antagoniste de la Révolution qui domine la période. Tandis que le rédacteur de L’Ami de la religion renvoie au néant, avec une satisfaction non dissimulée, « cette triste église constitutionnelle qui, dans sa courte durée, a eu le secret de rassembler tant de scandales ; qui n’avait été créée que par l’esprit de schisme, qui n’a pu se soutenir un instant qu’à la faveur du trouble et qui a disparu avec l’ordre et la paix comme les nuages s’enfuient au retour du soleil59 », Rondeau s’insurge et défend les constitutionnels. Ainsi, en décembre 1819, il note :

  • 60 Cahier X, p. 16. Décembre 1819.

À quoi bon revenir sur des faits qu’on devrait ensevelir dans le plus profond oubli, rapporter des excès très condamnables et que la nation réprouve. Mais il fallait établir un parallèle entre les missionnaires de nos jours qu’on loue et ceux de 1793. Il fallait faire retomber sur les prêtres constitutionnels qui sont tombés dans des écarts très blâmables, pour faire condamner le serment de 1791. L’auteur et le rédacteur de cet article devraient plutôt gémir sur les causes de ces fureurs sanguinaires, sur la résistance opiniâtre de la noblesse et du clergé à accorder à la nation ses justes demandes60.

Puis encore, en février 1825 :

  • 61 Cahier XV, p. 26. Février 1825.

Pourquoi le clergé s’est-il refusé à consentir à un simple règlement de discipline, plus conforme à l’ancienne discipline, et qui réformait les abus que le laps des temps et les prétentions de la Cour de Rome avaient introduits. D’autres motifs que ceux allégués par le clergé, des motifs d’intérêts temporels ont seuls portés le clergé à ce refus61.

  • 62 « … les coryphées de la plus nombreuse [partie du clergé], qui ne se ressouviennent qu’avec amertum (...)

34Et chacun de se renvoyer la balle : vous êtes partis, nous sommes restés avec nos fidèles pour sauver ce qui pouvait l’être ; vous êtes des révolutionnaires, des jacobins, des apostats, nous sommes restés fidèles et droits et avons été martyrisés62

  • 63 Cahier X, p. 70. Novembre 1818.
  • 64 « On sera effectivement obligé d’être de son avis [Grégoire], si on lui passe quatre ou cinq propos (...)
  • 65 Sur ce dernier « carré » de Besançon, voir Bernard Plongeron, Dom Grappin correspondant de l’abbé G (...)
  • 66 Cahier XIII, p. 31. Octobre 1821.

35Enfin, dans la dernière catégorie, à savoir celle de ceux qui, sans avoir de fonctions dans l’Église, continuent à défendre leurs principes, nous retrouvons Debertier, déjà cité durant la période impériale, et qui participe à la rédaction de la Chronique religieuse, organe des ex-constitutionnels. Rondeau signale ainsi qu’il est l’auteur de l’article paru dans la Chronique en 1818 sur un ouvrage du chanoine Mahé, Analyse des Dialogues sur la grâce efficace en elle-même63. Est aussi cité Demandre qui publie en 1821 une brochure anonyme À MM. les administrateurs du diocèse de [Besançon] et est attaqué dans L’Ami de la religion qui en profite pour redévelopper son argumentaire habituel64. Notre auteur commente : « Le rédacteur se déchaine à son ordinaire contre les constitutionnels, contre MM. Le Coz, Seguin, Moyse65, Royer, qu’il ose dire s’être rétracté, et autres66. »

  • 67 Un Grégoire, c’était presque trop beau pour le rédacteur de L’Ami de la religion ! « Il est condamn (...)

36Mais c’est bien sûr Grégoire qui, par sa stature, ses écrits, puis son élection en 1819, occupe la première place et concentre sur lui toutes les attaques, véritable incarnation pour ses ennemis de l’union intime entre la Convention régicide et l’Église constitutionnelle rebelle à l’autorité et schismatique67.

  • 68 « L’auteur de ce Prospectus […] a fait de son mieux pour être reconnu. Il n’est pas de ces écrivain (...)
  • 69 Cahier IX, p. 89 et 91. Juillet 1818.

37Curieusement, Rondeau ne commente pas, ou très peu l’action de celui dont il fut si proche : il se contente de mentionner les articles qui l’attaquent. On le sent même parfois un peu gêné. Ainsi, lorsque paraît le Prospectus de la Chronique religieuse, le rédacteur de L’Ami de la religion annonce : « La politique à sa Minerve, l’Église est menacée d’avoir aussi la sienne. » Et Rondeau observe : « Picot sent où le bât blesse. Il profite de ce Prospectus, dont tout le monde n’approuve ni le style ni les expressions […], pour les relever et traîner dans la boue l’auteur dudit Prospectus, M. Grégoire68. (Le Prospectus a déplu à plusieurs personnes, n’ayant pas été composé dans l’esprit de modération qu’on désirait. Des observations ont été faites au rédacteur, et on espère que la Chronique sera écrite dans le style convenable à son objet)69. » On notera les dissensions internes que sous-entend le commentaire de Rondeau. Nul doute qu’un Silvy ou un Agier de tendance ultra furent en désaccord avec le ton du Prospectus et refusèrent l’engagement politique d’une publication vouée à la défense de la religion et de la vérité. Ici se retrouve la ligne de fracture qui scinda le mouvement janséniste au commencement de la Révolution.

38Rondeau n’en copie pas moins à la suite un article des Annales politiques, morales et littéraires, repris dans le Constitutionnel, qui brocarde allègrement le rédacteur de L’Ami de la religion :

  • 70 2 juillet 1818, n° 929.

Il va paraître une Chronique religieuse, et l’alarme est chez M. Leclere. […] Il annonce ou dénonce que la Chronique religieuse sera rédigée par le vétéran de la Révolution, l’ennemi des rois, un des plus zélés fondateurs de la République. […] Peut-il pardonner à celui qui vient de dresser un autel contre son autel, d’avoir parlé de l’alliance de l’Évangile et de la liberté ? Il serait sans doute à désirer que tous les évêques et tous les curés parlassent de cette alliance qui existe et qu’il faudrait consacrer. Mais le bon M. Leclere prêche la doctrine qui fait le mieux bouillir sa marmite. […] Un crime irrémissible a été commis dans le Prospectus de la Chronique religieuse : on s’y prononce contre l’ultramontanisme, contre tout zèle aveugle et furieux, et voilà que le bon M. Leclere crie contre l’Église constitutionnelle, enfant malheureux du schisme et de la licence, contre les évêques et les prêtres qui se sont souillés par le mariage ou l’apostasie, contre leur orgueil, leur fureur ; car le bon M. Leclere ne ménage pas ses termes : sa prose picote dans le fiel, et ce n’est pas sur sa boutique qu’on verra pour enseigne : Union et oubli. […] Il ne pardonne rien, et il en veut beaucoup à son compétiteur, parce que son compétiteur ne veut point d’obéissance passive, et n’aime pas les fauteurs de l’oppression. Quel crime ! Quel scandale ! […] Ce bon M. Leclere ! Il baiserait plutôt la griffe du diable que l’anneau pastoral d’un prélat janséniste. Saint Dominique était plus tolérant que ce bon M. Leclere, qui […] ne s’en dit pas moins l’Ami de la religion et du roi70.

39Avec Grégoire, le clergé constitutionnel entre vraiment dans la vie politique de la Restauration.

40Peu à peu, dans les Nouvelles, se multiplient les mentions d’articles de la presse libérale qui stigmatisent l’attitude du clergé face aux anciens constitutionnels. Rondeau ne manque pas de les mentionner ou de les copier. Voici par exemple un article du Journal du Commerce du 9 juillet 1818 qui me semble particulièrement intéressant pour comprendre le rôle qu’a joué, ou qu’on a fait jouer au clergé constitutionnel dans l’émergence de la « question religieuse » :

  • 71 Cahier IX, pièce insérée entre les p. 94 et 95.

L’oubli peut seul terminer les révolutions […]. Que signifie donc un article inséré dans une feuille qui s’intitule : L’ami de la religion et du roi, dans lequel il est dit formellement que le clergé du diocèse de Montmorillon s’est constamment refusé à souffrir aucun constitutionnel qui ne se soit rétracté, et qui ajoute que nulle place n’est ouverte aux prêtres qui n’ont pas satisfait à ce que l’Église doit attendre ? […] Citez-nous donc la bulle apostolique qui ordonne aux prêtres constitutionnels de se rétracter : il n’en existe pas ; et s’il en existait, il faudrait rappeler que les bulles n’ont d’autorité que lorsqu’elles sont ratifiées par la puissance civile. La France n’est pas sous l’empire d’une bulle, elle est gouvernée par la Charte. […] Nous ne sommes plus des victimes obéissantes de la crédulité et de la superstition. Un serment ne déshonore pas celui qui le prête, mais celui qui le viole71.

  • 72 Occupant un numéro entier, l’article est effectivement violent et fait feu de tout bois, comme le m (...)

41L’engagement politique de Grégoire déchaîne les passions et Rondeau semble penser qu’il offre ainsi une prise trop facile contre les constitutionnels dans un contexte de rejet absolu de la Révolution. Ainsi commente-t-il la critique extrêmement violente72 faite par Picot de l’Essai historique sur les libertés de l’Église gallicane publié en plein débat sur le concordat de 1817 :

  • 73 Cahier IX, p. 57. Mai 1818.

Cet article n’est qu’un tissu d’invectives contre l’auteur. Le rédacteur ne s’attache qu’à la partie de l’ouvrage qui lui présente le côté le plus avantageux pour l’attaquer, savoir les idées ultra-libérales de M. l’évêque, qui cependant renferment des principes sur l’essence d’un bon gouvernement. Mais l’ultra royaliste et l’ultramontain rédacteur ne veut qu’une monarchie absolue en matière civile comme en matière religieuse73.

42Tout se tient…

43Si Rondeau ne nous livre pas beaucoup d’informations sur Grégoire, il le défend et lorsque les attaques qui se multiplient avec son élection dans l’Isère en 1819, il observe avec une certaine pertinence :

  • 74 Cahier XI, p. 117. Octobre 1819.

M. Grégoire est toujours l’objet des déclamations des ultras. […] Néanmoins, Daunou et Fouché, duc d’Otrante, ont voté la mort du roi. Le dernier a été ministre de Louis XVIII, son ambassadeur. Ce sont les ultras eux-mêmes qui ont désiré sa nomination, qui ont proclamé en 1815, comme en 1814, que lui seul pouvait sauver la monarchie, et ils crient que la monarchie est perdue, parce qu’un homme qui n’a pas voté la mort du roi est élu député. Les vrais libéraux veulent la Charte et la monarchie constitutionnelle. Grégoire a été évêque constitutionnel, c’est son grand crime, ce qui lui attire la haine du clergé74.

  • 75 ARR, t. XXI, n° 538, 6 octobre 1819, cité cahier IX, p. 109.

44Grégoire est jacobin, régicide et a frisé l’apostasie75… Tout est dit, et L’Ami de la religion de se faire un devoir de parler de la dernière catégorie des anciens constitutionnels, celle qu’il préfère sans doute, puisqu’elle justifie son jugement et décrédibilise l’ensemble de l’Église constitutionnelle, celle des falsi, des anciens évêques constitutionnels mariés. Ironisant sur le silence qu’observe à ce propos la Chronique religieuse, il se fait un malin plaisir de raconter leurs errements. Ceux-ci sont, sans surprise, totalement inexistants dans les Nouvelles de Rondeau, qui s’abstient également de relever les mentions qui en sont faites chez « l’ennemi ». Ceux qui ont failli, et ont jeté par là-même l’opprobre sur la Constitution civile du clergé et leurs confrères constitutionnels, ne méritent ni mention, ni défense, conformément à la conduite édictée par l’Église constitutionnelle post-thermidorienne.

45Les dernières années des Nouvelles, jusqu’à la fin de 1827, ne mentionnent plus que les décès des anciens évêques constitutionnels. La question des missionnaires et des jésuites prend le pas sur celle de la « persécution » des constitutionnels dont le nombre va diminuant et dont les rétractations se multiplient, tristement énumérées par Rondeau.

Conclusion

46Pour conclure, je tenterai d’indiquer les quelques pistes de recherche qui me semblent se dégager d’un document bien plus riche que ce qu’il n’apparaît ici.

  • 76 Voir Bernard Plongeron, Conscience religieuse en révolution. Regards sur l’historiographie religieu (...)

47La première piste qu’offrent les Nouvelles et les publications adverses, est celle de la réalité de l’administration des diocèses par les anciens constitutionnels en poste. Idyllique pour les uns, partisane et vouée à l’échec pour les autres, soutenue par les fidèles ou non, combattue par l’ensemble du clergé ou pas, autant d’assertions contradictoires que des études locales pourraient permettre de confirmer ou réfuter. Les Nouvelles de Rondeau offrent une vision beaucoup plus large, qui a volontairement été exclue de cette présentation, celle de l’ensemble du clergé constitutionnel, qui est plus représenté dans les notes de Rondeau que le seul épiscopat constitutionnel. Véritable catalogue des interdits, camouflets et autres brimades infligés aux constitutionnels, il montre l’intérêt qu’auraient des études fines, diocèse par diocèse, pour saisir la réalité et l’ampleur des « persécutions » dénoncées. Il est difficile en effet de se dégager des deux discours de propagande qu’offrent notamment les Nouvelles et L’Ami de la religion et du roi pour établir des faits précis et mesurer ainsi la réalité et l’impact qu’ont pu avoir ces luttes intestines dans l’histoire religieuse de la Restauration. Les nombreuses pétitions de fidèles mentionnées par Rondeau posent également la question du rôle de ces déchirements internes, sans doute mal compris et mal vécus par les populations en proie à une première déchristianisation. Nul doute que la remise en cause de la validité des sacrements administrés par le clergé constitutionnel, outre le problème théologique et canonique qu’il pose et qui n’est pas sans intérêt (querelle sur la double vérité des sacrements), a joué un rôle dans le processus de déchristianisation qu’il serait important de mesurer76.

48Il me semble aussi que ce document inscrit la suite de l’histoire de la Constitution civile du clergé dans un champ plus large que celui des hommes qui y ont adhéré. Marqués de la double macule du jansénisme et de la Révolution, la Constitution civile du clergé et les constitutionnels étaient de fait à la croisée du religieux et du politique. Ils furent arc-boutés sur la défense de positions attaquées de toutes parts et devenues indéfendables dans le contexte de la Restauration.

49Sur le plan ecclésiologique, bien que le mouvement ait été divisé sur la question et que le jansénisme de nombre de constitutionnels soit douteux ou improbable, la Constitution civile du clergé fut souvent comprise comme l’œuvre des jansénistes et combattue par un clergé dont la préoccupation était de restaurer un catholicisme de plus en plus romain. La conception républicaine de l’Église défendue par Grégoire à partir d’un humanisme évangélique et d’une Église primitive sans doute rêvée, ne pouvait que se heurter à un clergé qui avait lu la Révolution comme un attentat à la souveraineté de Dieu et qui cherchait dans l’alliance de l’autel et du trône à rétablir la religion comme source de toute souveraineté et à affermir dans la monarchie restaurée la position institutionnelle d’une Église mise à mal pendant un quart de siècle. Elle justifiait également l’extension de l’anathème du religieux au politique.

50Sur le plan politique, la volonté affichée du clergé d’unir étroitement ferveur religieuse et ferveur monarchique et la stigmatisation systématique du clergé constitutionnel par identification aux jacobins de 93, placèrent la « question religieuse » au cœur de la relecture de la Révolution sous la Restauration (tout comme elle avait été, en partie, centrale durant la Révolution), jusqu’à lui donner une place de plus en plus importante dans la vie politique.

51À la menace du retour du jacobinisme dont beaucoup virent dans l’élection de Grégoire un signe avant-coureur (rappelons que Grégoire a été écarté comme régicide et non comme constitutionnel non rétracté) s’opposait le spectre d’un trône inféodé à l’autel dont l’œuvre des missions et la persécution des constitutionnels auraient été des symptômes. D’autant qu’après la mort du duc de Berry (1820) et le virage à droite de la Chambre, parmi les premières mesures du cabinet Richelieu figurèrent celles qui tendaient à renforcer l’influence du clergé. Il me semble que le conflit religieux entre Église de France et anciens constitutionnels offrit un champ biaisé pour défendre la Révolution.

52L’exploitation systématique par les deux camps des antagonismes religieux et politiques du passé réactiva directement ou de façon déformée le vieil affrontement jansénistes/jésuites. Un extrait du Tartuffe moderne (1825) montre dans quel cadre les libéraux inscrivaient les persécutions contre les anciens constitutionnels et/ou les jansénistes :

  • 77 Alexandre Fursy-Guesdon, Le Tartuffe moderne, par M. de Mortonval, Paris, Les marchands de nouveaut (...)

Nos dissensions religieuses, calmées seulement pendant quelques années, se sont ranimées plus violentes que jamais depuis 1791 […]. C’est toujours la vieille querelle, continuée sous des noms nouveaux […]. Il s’agit encore pour ceux-ci [insermentés] de faire prévaloir l’obéissance passive, même en matière de foi, à l’autorité du Saint-Siège. Cette aveugle servilité fut de tout temps la religion des jésuites […] ; c’est pour elle qu’ils combattaient […] sous l’étendard de l’Unigenitus. Les jansénistes […] bataillaient contre l’infaillibilité, et en faveur des libertés de l’Église gallicane. […] Le pouvoir du pape était le véritable fond de la dispute [… .]. Or, en 1791, le fameux serment attaquait de front la puissance papale ; les jésuites armèrent pour la défendre ; les jansénistes déployèrent l’antique oriflamme de Port-Royal pour soutenir l’agression. La politique ne manqua pas de se mêler à ces débats qu’elle avait soulevés […] cachés sous d’autres noms, les jésuites […] se rangèrent du côté de l’aristocratie ; les jansénistes, inclinant naturellement à l’indépendance et au patriotisme, embrassèrent les intérêts de la révolution et de la démocratie. […] Ralliés à l’aristocratie déjà triomphante et pouvant disposer des foudres du Vatican, leur forteresse, faut-il s’étonner qu’ils [jésuites] poursuivent avec acharnement les faibles restes de l’armée janséniste vaincue77 ?

53Ce fut finalement par l’amalgame avec le jansénisme que les constitutionnels eurent leur place dans un conflit, certes vidé de son contenu théologique, mais au cœur d’enjeux majeurs qui ont traversé tout le XIXe siècle : rapports Église/État (état civil, mariage, Concordat, sacrilège, refus de sacrements et de sépultures, appels comme d’abus) ; gallicanisme / ultramontanisme ; héritage révolutionnaire et vie parlementaire.

Notes

2 Ce document se présente sous la forme de 15 cahiers cousus, non reliés, allant du 1er juin 1806 au 31 décembre 1827. On ne saurait trop regretter la disparition, antérieure à la numérotation des cahiers, de celui de 1817. Les six premiers cahiers, soit 226 p., portent sur l’Empire mais semblent avoir été rédigés en partie rétrospectivement et sont complétés par neuf pièces jointes dans le cahier III (notamment sur la captivité de Pie VII) et par un épais recueil inséré dans le cahier IV. L’ensemble donne l’impression d’avoir été remanié à l’occasion de la parution de nombreux documents après la chute de l’empereur. Les cahiers VII à XV, rédigés cette fois en continu sous la Restauration, forment un corpus de 819 p., soit un document de 1045 p., sans compter plus de 40 pièces insérées entre les cahiers IV et XV.

3 Affirmation répandue dès 1795.

4 Cahier I, p. 5. 1808. An XVI [sic].

5 Jean-François Périer.

6 Cahier IV, p. 17-19. Janvier 1811.

7 Bernard Plongeron, Les Résistances religieuses à Napoléon (1799-1813), Paris, Letouzey & Ané, 2006, p. 121.

8 Cahier V, p. 13. Septembre 1811.

9 Ibid., p. 4. Juillet 1811.

10 Cahier V, p. 4. Juillet 1811.

11 Cahier VI, [p. 17]. Janvier 1813.

12 Ibid.

13 Ibid., p. 23. Février 1813.

14 Ibid., p. 25. Février 1813.

15 Ibid., p 26. Mars 1813.

16 Cahier VI, [p. 34]. Mai 1813.

17 Cahier VII, p. 0-1. Mars 1814.

18 L’Ami de la religion et du roi [désormais ARR], t. XI. Mercredi 5 mars 1817, n° 268, p. 97.

19 Contrat passé entre la dynastie et la nation, et non octroi du roi révocable selon les ultras, la Charte « est bien la reconnaissance par la dynastie de la législation et de la société révolutionnaire et cette acceptation est le seul fondement de sa légitimité, qui n’est pas préexistante à la Charte, mais conditionnée par elle. », Emmanuel de Waresquiel, Benoît Yvert, Histoire de la Restauration. 1814-1830, Paris, Perrin, 2002, p. 439. Sur cette question, voir l’ouvrage fondamental de Pierre Rosanvallon, La Monarchie impossible : les Chartes de 1814 et 1830, Paris, Fayard, 1994.

20 Jacques-Olivier Boudon, L’Épiscopat français à l’époque concordataire (1802-1905), Paris, Éditions du Cerf, 1996, p. 285-318.

21 Cahier VII, p. 1-2. Avril 1814.

22 Ibid., p. 7-9. Mai 1814.

23 Emmanuel Fureix, La France des larmes : deuils politiques à l’âge romantique (1814- 1840), Seyssel, Champ Vallon, 2009, p. 221.

24 Cahier VII, p. 39. Octobre 1814.

25 Ibid.

26 Ibid., p. 45. Novembre 1814. Ce débat ne figure malheureusement pas dans Jérôme Mavidal, Émile Laurent, Archives parlementaires de 1787 à 1860 : recueil complet des débats législatifs et politiques des chambres françaises, Paris, Librairie administrative de Paul Dupont, 1868, vol. XIII et XIV.

27 Sic ; i.e. Napoléon Bonaparte.

28 Cahier VIII, p. 23. Mars 1815.

29 La rancœur qu’il suscita fut d’autant plus grande que les plus influents de ses anciens collègues constitutionnels avaient fondé de grands espoirs sur cet homme brillant.

30 Cahier VIII, p. 24. Mars 1815.

31 Gérard Pelletier, Rome et la Révolution française : la théologie et la politique du Saint-Siège devant la Révolution française (1789-1799), Rome, École française de Rome, 2004.

32 Rappelons la formule si éloquente du rédacteur de l’Ami de la religion et du roi déjà évoquée par Jean-Pierre Chantin : « l’Église constitutionnelle, cet enfant débile du jansénisme et de la philosophie », ARR, mercredi 5 mars 1817, n° 268, p. 97.

33 Cahier VIII, p. 33. Mars 1815. Le Dictionnaire commentait ainsi ses revirements : « Après avoir été comblé d’honneurs par l’empereur, il s’empresse d’écrire à S.A. le prince de Bénévent, et ajoute en post-scriptum : ‘On a déjà chanté dans mon église le Domine salvum fac regem Ludovicum.’ Nous demandons à Monseigneur, si, depuis qu’il a concouru au service qui eut lieu au Champ de Mars lors de l’acceptation de la constitution, 1er juin 1815, comme premier aumônier de l’empereur, sans doute, il fait encore chanter dans son église le Domine salvum fac regem Ludovicum ? », Pierre Joseph Charrin, Dictionnaire des girouettes : ou Nos contemporains peints d’après eux-mêmes.... par une Société de girouettes, [Paris], A. Eymery, 1815, p. 78. Sur la « flagornerie ecclésiastique des préfets en violet », voir Bernard Plongeron, Les Résistances religieuses à Napoléon, op. cit., p. 217- 256.

34 Cahier VIII, p. 76. Mars 1816.

35 Cahier XIV, p. 43. Avril 1824.

36 ARR, t. LIV, 9 janvier 1828, n° 1400, p. 258.

37 Cahier X, p. 36. Septembre 1818.

38 Caroline Chopelin-Blanc, De l’apologétique à l’Église constitutionnelle : Adrien Lamourette (1742-1794), Paris, H. Champion, 2009, particulièrement p. 537-548 sur sa rétractation.

39 Cahier XIV, p. 22. Octobre 1823.

40 Cahier VII, p. 43-44. Novembre 1814.

41 Ibid, p. 49. Novembre 1814.

42 Cahier VIII, p. 40. Mai 1815.

43 Cahier VIII, p. 81. Avril 1816.

44 Cahier X, p. 73. Novembre 1818. Jacques-Olivier Boudon souligne à quel point le comportement durant les Cents-Jours devint un critère déterminant lors de la seconde Restauration. L’épisode traumatisant des Cents-Jours fut perçu ou compris, selon la formule de Charles de Rémusat, comme un « funeste épisode de la Révolution française », Emmanuel de Waresquiel, Cents Jours : la tentation de l’impossible (mars-juillet 1815), Paris, Fayard, 2008, p. 515. Après cette « rechute de la Révolution », « Dans le climat de peur sociale et politique de la deuxième Restauration, la volonté d’éradiquer le souvenir révolutionnaire et impérial prit une force et une violence nouvelles. », Francis Démier, La France de la Restauration (1814-1830) : l’impossible retour, Paris, Gallimard, 2012, p. 177. Les survivants de ce que Picot appelait « la feue Église constitutionnelle » ne pouvaient échapper à cette politique.

45 Voir Rémy Hême de Lacotte, « Seconde mort ou résurrection de l’Église gallicane ? L’épiscopat français au défi du Concordat de 1817 », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 97 (n° 239), juillet-décembre 2011, p. 291-313.

46 Cahier VIII, p. 69. Janvier 1816.

47 Ibid. p. 80. Avril 1816.

48 Ibid., p. 92. Mai 1816.

49 Cahier X. p. 72-73. Novembre 1818.

50 Cahier XI, p. 111. Octobre 1819.

51 Cahier XIII, p. 72. Novembre 1822.

52 Cahier XII, p. 82. Novembre 1820.

53 Cahier X, p. 70. Novembre 1818.

54 Cahier VIII, p. 69. Janvier 1816.

55 Henri Grégoire, Mémoires de Grégoire, ancien évêque de Blois, député à l’Assemblée constituante et à la Convention nationale, sénateur, membre de l’Institut ; précédés d’une notice historique sur l’auteur par M. H. Carnot, Paris, J. Yonet, 1840, t. 2, p. 417-419.

56 ARR, t. XXIII, samedi 29 avril 1820, n° 597, p. 361.

57 Cahier X, p. 32. Septembre 1818.

58 Ibid., p. 45. Septembre 1818.

59 ARR, t. XIX, samedi 24 avril 1819, n° 491, p. 326.

60 Cahier X, p. 16. Décembre 1819.

61 Cahier XV, p. 26. Février 1825.

62 « … les coryphées de la plus nombreuse [partie du clergé], qui ne se ressouviennent qu’avec amertume de ce qu’ils ont souffert de nos orages politiques, comme si leurs frères, alors dévoués au service des fidèles, eussent été sur des roses, ou se fussent rendus complices des bourreaux des insermentés, traitent en ennemis, au grand scandale du peuple, et au nom sacré de la religion qui les condamne et qu’ils perdent, les prêtres de tous les temps toujours soumis aux lois. », Chronique religieuse, t. 6, p. 350.

63 Cahier X, p. 70. Novembre 1818.

64 « On sera effectivement obligé d’être de son avis [Grégoire], si on lui passe quatre ou cinq propositions qu’il présente comme d’une évidence palpable ; savoir, que les évêques, en refusant le serment de 1791, ont ipso facto perdu leurs droits et leur juridiction ; que les constitutionnels, qui ont pris leurs places dans un pur mouvement de zèle et de charité, ont rendu un service éminent à la religion, qui périssait sans eux ; que le serment de 1791 était quasi dans l’Évangile ; que les brefs contre ce serment sont apocryphes ; et qu’enfin, ce sont les insermentés qui sont cause de la mort de Louis XVI et du culte de la raison. […] Un vieillard ne devrait-il pas avoir plus de mesure ? et quand on le voit frémir au seul mot de rétractation, et chercher à flétrir ceux qui souhaitent expier le passé […] quand on le voit appeler le repentir une lâcheté, n’est-on pas tenté de gémir… », ARR, t. XXIX, mercredi 17 octobre 1821, n° 750, p. 290-291.

65 Sur ce dernier « carré » de Besançon, voir Bernard Plongeron, Dom Grappin correspondant de l’abbé Grégoire (1796-1830), Paris, Les Belles Lettres, 1969.

66 Cahier XIII, p. 31. Octobre 1821.

67 Un Grégoire, c’était presque trop beau pour le rédacteur de L’Ami de la religion ! « Il est condamné à une renommée qui le poursuivra […] et toutes les fois qu’on prononcera son nom, on se rappellera involontairement qu’il fut républicain dès l’Assemblée constituante, qu’il fut l’une des colonnes de l’Église constitutionnelle, qu’il provoqua en 1792, l’anéantissement de la monarchie, qu’il eut l’honneur de présider la Convention, qu’il écrivit de Savoie, à une certaine époque, une lettre fameuse, qu’il fut l’ennemi déclaré des rois, et qu’enfin il mit le zèle le plus ardent à ressusciter l’Église constitutionnelle croulant sous le poids de ses scandales. », ARR, t. XIV, samedi 24 janvier 1818, n° 361, p. 337-338.

68 « L’auteur de ce Prospectus […] a fait de son mieux pour être reconnu. Il n’est pas de ces écrivains timides et discrets qui craignent d’être devinés ; il arbore, sans hésiter, le drapeau sous lequel il a longtemps servi, et ne veut pas que nous puissions méconnaître le vétéran de la Révolution, l’ennemi des rois, un des plus zélés fondateurs de la république. Il s’annonce dès les premières lignes pour un enfant de l’Église catholique, et citoyen d’un État qui sera libre quand les lois d’exception seront entièrement abrogées. Qui sera libre, cela dit tout de suite à qui nous avons à faire ; ce seul trait promet un journal bien libéral, bien indépendant, bien déclaré contre toute loi d’exception. Car quoi de plus abominable que ces lois d’exception, telles qu’elles existent aujourd’hui en France ! Il est vrai que j’ai peine ici à concilier l’auteur avec lui-même. Il avait l’honneur de siéger dans cette convention, qui a fait aussi, à ce que dit l’histoire, des lois d’exception, et qui n’a même guère fait que cela ; et cependant il a été l’apologiste de cette assemblée, qui ne savait que condamner, confisquer, immoler et proscrire. L’auteur vantait pourtant alors les douceurs du régime ; il ne tarissait point sur les charmes de cette liberté, en vertu de laquelle tant de gens languissaient dans les prisons ou étaient réduits à fuir. Nous avons de lui un petit écrit, daté de l’an II, qui respire la joie et le bonheur. C’était en 1794 ; l’auteur ne trouve pas de termes assez forts pour peindre sa satisfaction d’habiter une terre libre. Il exalte les hautes destinées d’un fantôme de république, auquel on immolait chaque jour tant de victimes. Il est clair que son cœur et ses affections sont pour cette époque fortunée ; aujourd’hui, il ne voit plus que de lugubres images ; un roi, et, qui pis est, un roi légitime à la place de la convention ; le drapeau blanc substitué au drapeau tricolore ; les formes et les noms de la monarchie au lieu d’une république si douce et si attrayante : n’y a-t-il pas là de quoi se désoler ? Dans la même phrase, cet inflexible patriote parle de l’alliance de l’Évangile et de la liberté ; ce seul trait m’aurait suffi pour le reconnaître, car la même pensée se reproduit dans tous ses ouvrages. […] Ce qu’il y a de clair dans tout ceci, c’est que la Chronique ne flattera ni les puissants, ni le clergé ; qu’elle est déjà mécontente et des mandements épiscopaux et des chaires chrétiennes et des feuilles périodiques ; qu’elle s’élèvera contre le système pervers de l’obéissance passive et contre les fauteurs de l’oppression, et prêchera la liberté et son alliance avec l’évangile. C’est là en effet ce qu’il y a de plus pressé au temps qui court. Dans l’état où est la religion, on n’a rien de mieux à faire que de combattre le despotisme. L’autorité est déjà trop respectée, il est bon de lui ôter encore de son crédit et de sa force. L’obéissance passive est incontestablement la grande plaie de l’Église, et il est très urgent de prémunir les esprits contre un mal si contagieux. C’est la bonne œuvre à laquelle se dévouent les auteurs de la Chronique religieuse. On annonce que cet ouvrage aura pour coopérateurs des évêques, des prêtres, des magistrats, des gens de lettres, etc. Des évêques, c’est beaucoup. Il paraît qu’il n’y en a qu’un, et c’est le même à qui on attribue la rédaction du Prospectus. », ARR, t. XVI, mercredi 1er juillet 1818, n° 406, p. 237-240.

69 Cahier IX, p. 89 et 91. Juillet 1818.

70 2 juillet 1818, n° 929.

71 Cahier IX, pièce insérée entre les p. 94 et 95.

72 Occupant un numéro entier, l’article est effectivement violent et fait feu de tout bois, comme le montrent ces quelques extraits : « Ces événements où il s’est trouvé mêlé, ces places qu’il a remplies, ces discours brûlants de patriotisme, sa conduite révolutionnaire, politique et constitutionnelle, ses missions et ses conciles, ses rapports et ses mandements, ses lettres à la Convention et à son diocèse, tous ces rôles éclatants et divers ont donné à M. Grégoire une certaine illustration, à laquelle, bon gré, mal gré, il ne saurait plus se soustraire. […] On dirait que l’auteur n’a pris la plume que pour avoir le plaisir de nous répéter qu’il est ancien évêque de Blois, qu’il a du caractère, qu’il déteste les cours, qu’il ne sait se venger de ses ennemis que par des bienfaits, qu’il n’a jamais varié, témoins les huit ou dix serments qu’il a prêtés » ; « Quant à ce que dit M. Grégoire, que l’assemblée constituante a fait revivre l’antique discipline de l’âge d’or de l’Église, il faut bien du sérieux pour ne pas rire de cet âge d’or de l’Église qui refleurit en 1791 et en 1792, temps où en effet ont déportait et on massacrait les prêtres comme dans la primitive Église. » ; « Un curé devenu évêque, législateur, sénateur à 36 000 f. de rente, n’a pas trop le droit de crier contre les ambitieux. Quand on a juré successivement sept ou huit constitutions, et servi autant de gouvernements, on n’est guère recevable à parler de sa fixité. Vous qui faites le procès aux autres, vous avez siégé pendant trois ans dans cette convention qui proscrivait, confisquait, rendait des décrets de mort, insultait à la religion, fermait ses temples, massacrait ses ministres. Qu’avez-vous fait en 1792, 1793 et 1794 pour annoncer au moins que vous ne participiez pas à ces iniquités ? Où sont vos déclamations, homme si intrépide ? Est-ce dans vos discours à la convention, tout brûlants de patriotisme ? Est-ce dans votre lettre, du 14 janvier, pour condamner Louis XVI ? Est-ce dans vos rapports au nom du comité d’instruction publique, où se trouve tout le langage barbare de ce temps-là ? Est-ce dans votre Essai historique et patriotique sur les arbres de la liberté, où vous célébrez la mort de votre roi comme un sujet d’allégresse, et comme un titre d’honneur ? Vous vous vantez d’avoir résisté à Buonaparte. Où sont vos preuves ? Dans quelques votes secrets et timides, sur lesquels il faut vous croire sur parole. Mais vous lui aviez fait serment ; vous alliez lui faire la cour, comme ceux que vous accusez de flatterie ; vous trouviez très doux de toucher les 36 000 f. qu’il vous donnait. Ne nous parlez donc plus de votre courage après vous être montré si souple, ni de votre constance dans vos principes, après avoir changé si souvent d’habit et de couleurs, ni de votre désintéressement, après avoir troqué votre humble presbytère d’Embermesnil pour un hôtel dans la capitale. », ARR, t. XIV, samedi 24 janvier 1818, n° 361, p. 337-348. Pour être exact, précisons que Grégoire occupait un appartement de fonction au premier étage.

73 Cahier IX, p. 57. Mai 1818.

74 Cahier XI, p. 117. Octobre 1819.

75 ARR, t. XXI, n° 538, 6 octobre 1819, cité cahier IX, p. 109.

76 Voir Bernard Plongeron, Conscience religieuse en révolution. Regards sur l’historiographie religieuse de la Révolution française, Paris, Picard, 1969, p. 163.

77 Alexandre Fursy-Guesdon, Le Tartuffe moderne, par M. de Mortonval, Paris, Les marchands de nouveautés, 1825, t. I, p. 247-249.

Auteur

Bibliothèque de la Société de Port-Royal

© LARHRA, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search