Version classiqueVersion mobile

Gouverner une Église en révolution

 | 
Paul Chopelin

Deuxième partie. L’action pastorale

Les évêques constitutionnels et les Annales de la religion

Guillaume Colot

Texte intégral

  • 1 Jacques Le Goff, René Rémond (dir.), Histoire de la France religieuse, tome 3 : Du Roi très chrétie (...)
  • 2 Jean-Clément Martin, Contre-Révolution, Révolution et Nation en France 1789-1799, Paris, Seuil, 199 (...)
  • 3 Monique Cubells, Bernard Cousin, René Moulinas, La Pique et la Croix : histoire religieuse de la Ré (...)
  • 4 Il existe de nombreux catalogues recensant les journaux révolutionnaires : Eugène Hatin, Histoire p (...)
  • 5 Parmi ces différents inventaires nous retrouvons plusieurs journaux catholiques lancés après le vot (...)
  • 6 Journal ecclésiastique, juillet 1790, p. 337. Barruel prétend qu’il faut « baptiser » la Constituti (...)

1Tout au long de la période révolutionnaire, parmi les centaines de journaux qui ont profité de la liberté de la presse, certains ont affirmé dès 1789 leur sensibilité et leur identité religieuses. Alors que les prospectus promettent de retranscrire le plus fidèlement possible les comptes-rendus des débats qui s’intéressent à la religion et à ses ministres, cette presse évolue en relation directe avec les événements. Les premières grandes mesures concernant l’Église de France ou son clergé conduisent certains journalistes à délaisser les comptes-rendus pour s’orienter vers un journalisme d’opinion de plus en plus présent sur le marché des publications, répondant ainsi à la demande d’un public avide de commentaires et de prises de position. Sans être nombreux jusqu’à la fin de l’année 1790, ces périodiques se nourrissent des débats religieux pour marquer leurs différences. Parmi les nombreuses questions religieuses qui sont débattues au sein de l’Assemblée nationale ou dans le Comité ecclésiastique, le projet annonçant la nouvelle organisation de l’Église accapare l’intérêt des ecclésiastiques et des fidèles de toutes les sensibilités. Tournant « majeur1 », « capital2 » ou « grande déchirure3 », la Constitution civile du clergé votée en juillet 1790 est un véritable marqueur événementiel pour l’histoire de la religion dans la décennie révolutionnaire. Elle l’est également pour l’étude de la presse catholique, puisqu’à partir de son vote le nombre de journaux catholiques augmente sensiblement4. Ce ne sont pas moins de onze nouveaux titres qui sortent des presses parisiennes de septembre 1790 à août 1791, un record pour l’ensemble de la période étudiée5. Il est indéniable que la Constitution civile du clergé marque une rupture dans l’histoire du clergé français et de la presse révolutionnaire. Pourtant, plus que l’application des différentes mesures de cette loi, c’est l’obligation de prêter un serment à la fin de l’année 1790 qui entraîne des réactions que les journaux vont porter sur long terme. Si la plupart de ces journaux disparaissent avec la Terreur, les polémiques qu’ils portent vont se prolonger sous le Directoire. En effet, les deux groupes qui s’étaient distingués à l’issue du vote du serment, existent toujours après 1795 : en acceptant la Constitution civile, 50 à 55 % des ecclésiastiques prêtent un serment et deviennent des « jureurs » ou des « assermentés » ou des « constitutionnels ». Les autres rejettent cette nouvelle organisation et refusent le serment. Ils seront appelés indifféremment des « insermentés » ou des « non-assermentés » ou des « réfractaires ». Les titres des journaux prennent en compte cette rupture au sein du clergé. Le titre informe sur son contenu et désigne clairement aux lecteurs potentiels le camp qu’il a choisi de représenter et de défendre : d’un côté, les journaux soutenant le clergé constitutionnel comme Le Journal de l’Église constitutionnelle (1791), Le Journal des ecclésiastiques constitutionnels (1792) et Mémoire pour servir à l’histoire de la Constitution civile du clergé (1792). La voix des réfractaires est portée par d’autres feuilles : L’Ami des vieillards (1791), Les Loisirs d’un curé déplacé ou les Actes de l’Église constitutionnelle (1791) soutenant les réfractaires parce qu’ils sont obligés de quitter leur charge d’âme (ils sont « déplacés ») ou fragilisés par leur pauvreté (le refus de serment entraîne le non-versement de leur traitement). Selon ces derniers journaux, ces ecclésiastiques « vieilliraient » plus rapidement et difficilement en raison des conséquences que la Constitution civile aurait sur leur nouvelle vie. Au cours des semaines qui suivent, ce serment imposé à tous les ecclésiastiques en novembre 1790 précipite le clergé français dans un « schisme », un dénouement que semblait redouter l’abbé Barruel, l’auteur du Journal ecclésiastique6.

  • 7 Annexe 1.

2Alors que la Terreur n’a guère fait de distinction entre les prêtres constitutionnels et réfractaires, la paix obtenue en Thermidor ne concerne pas encore le domaine religieux. Si la Constitution civile du clergé est supprimée au début du Directoire, les stigmates des anciennes divisions perdurent sous l’impulsion de deux journaux qui vont continuer un « combat » commencé quelques années plus tôt et porté par d’autres brochures. Ils représentent les deux camps qui s’étaient opposés après le vote de la nouvelle organisation du clergé : Les Annales religieuses, politiques et littéraires sont la suite des Annales de la religion et du sentiment parues en 1791 et les Annales de la religion ou Mémoires pour servir à l’histoire du xviiie siècle par une société d’Amis de la religion et de la patrie7. Ces dernières sortent des presses de l’imprimerie-librairie chrétienne, rue Saint-Jacques, en mai 1795 sous la forme d’un cahier de vingt-quatre pages. Paraissant chaque semaine jusqu’en 1803, ce journal représente le camp des constitutionnels. Le volume important de ses articles, par ailleurs très bien conservés à la Bibliothèque Nationale et à la Bibliothèque de Port-Royal, permet de comprendre sur le moyen terme l’engagement d’une poignée d’ecclésiastiques animés par la même volonté de continuer ou de terminer la régénération du clergé commencée avant 1793. Ces hommes, regroupés autour d’Henri Grégoire, vont utiliser Les Annales de la religion comme un véritable relais pour informer et réorganiser le clergé dans les départements. En effet, après Thermidor, le clergé dans son ensemble a subi les assauts de la déchristianisation et le culte est complètement désorganisé. Les premiers numéros du journal racontent les nombreuses difficultés rencontrées par les ecclésiastiques constitutionnels : la baisse du nombre des fidèles, l’absence des prêtres dans les paroisses, les chicanes permanentes entre les réfractaires et les constitutionnels concernant l’utilisation des églises ou des presbytères, concernant la légalité des sacrements exercés. S’y ajoutent les questions abordant l’absence d’évêques à la tête de nombreux diocèses, le manque de locaux ou la pauvreté des ecclésiastiques. Ces situations incitent plusieurs évêques, menés par Grégoire, à tenter une action dans le nouveau cadre imposé par la loi du 3 ventôse an III (21 février 1795) qui proclame la séparation de l’Église et de l’État et établi la liberté des cultes.

  • 8 Annexe 2

3Dans les premières lignes du prospectus8, les rédacteurs ne cachent pas que le contexte est toujours difficile pour retourner une opinion publique fortement marquée par les actions des terroristes contre la religion catholique. La création de ce journal remplirait un double objectif : celui d’apaiser les tensions et de rappeler aux Français le retour inévitable et indispensable de leur religion pour reconstruire l’ordre social fortement mis à mal par les déchristianisateurs :

  • 9 Annales de la religion, prospectus.

L’une de nos vues est de faire servir nos Annales à une pacification entière dont l’Église a le plus grand besoin, & que tous les hommes de bien désirent ardemment. Nous analyserons les discussions froides & profondes sur les questions controversées. Nous ferons connoître tous les plans de paix, & tout ce qui pourra y contribuer. Mais sur-tout nous ne laisserons ignorer, ni les actes de schisme, ni leurs auteurs, & nous ne négligerons rien pour les rappeler à l’unité9.

  • 10 Ibid., prospectus, p. 1.

4Dans l’esprit des évêques réunis autour de l’abbé Grégoire, reconstruire ne peut se faire sans oublier le passé. Aussi, le choix des mots du titre de leur journal (« Annales ») dicte naturellement le plan éditorial : se faire le comptable des erreurs du passé pour ne pas courir « le risque d’être perdus pour l’Histoire10 » doit permettre de reconstruire le clergé et d’atteindre la régénération interrompue « par les persécuteurs » :

Conserver la mémoire des faits qui auront quelque rapport au Christianisme & à ses ministres, recueillir ceux de la même espèce qui se sont succédés avec rapidité dans le cours de la Révolution Française, & dont la plupart, malgré leur importance, courrent le risque d’être perdus pour l’Histoire ; tel est le principal objet des Annales de la religion, que nous écrivons pour nos Contemporains, et où la Postérité puisera la connoissance de l’état exact de l’Église Gallicane pendant cette mémorable époque.
Nous aurons le courage de faire l’Histoire fidèle de la persécution. Les noms, les vices & les fureurs des persécuteurs seront transmis aux races futures. A l’infidélité, à l’apostasie de quelques Prêtres, nous opposerons les exemples de fermeté & d’héroïsme donnés par un grand nombre d’autres, et surt-tout par les simples Fidèles.
Le récit des troubles religieux entre nécessairement dans le plan de cet Ouvrage. Nous remonterons à leur source. Nous décrirons leurs progrès, leurs effets & leurs dangers [...].

  • 11 Alyssa Goldstein Sepinwall, L’abbé Grégoire et la Révolution française. Les origines de l’universal (...)
  • 12 Annales de la religion, t. I, n° 6, 8 prairial an III (6 juin 1795), p. 126.

5Par ailleurs, le mot « Annales » souvent utilisé dans les titres de journaux depuis le début de la période révolutionnaire, reconnaît l’utilité de l’Histoire pour justifier les initiatives nouvelles, comme si se référer au passé préservait des dangers potentiels11. Les dangers, les évêques constitutionnels en ont connu de bien réels. Desbois, Royer ou Saurine qui vont servir et utiliser les Annales pour se faire connaître – et bien d’autres – subiront les prisons de la Terreur. Pour d’autres, les réseaux d’amitié et de solidarité fonctionneront en venant en aide à des confrères fragilisés par les événements. Les Annales de la religion publieront leurs premières lettres pastorales dans lesquelles ils révéleront leurs pénibles expériences sous la forme de « feuilletons » insérés dans plusieurs numéros successifs. Une image ressort de cette écriture à plusieurs mains : celle d’un groupe de rescapés, d’évêques résistants qui « employent les premiers instans de leur liberté, à porter des paroles de consolations à leurs ouailles, et travaillent à les ramener au centre commun de la foi »12 pour faire oublier l’attitude de ceux qui ont failli pendant les persécutions. Cette œuvre expiatoire sert de base à l’analyse « des questions controversées » concernant la remise des lettres de prêtrise, les droits du bas-clergé, la soumission à la puissance temporelle, etc. Autant de sujets qui ont maintenu la division dans les rangs du clergé.

6Mais, la mission ultime que se fixe ce journal découle du sentiment partagé par plusieurs évêques réunis à Paris à la même période : « rompre l’isolement ». Contrairement à l’image construite en partie par les journaux soutenant les réfractaires et surtout par l’historiographie religieuse du xixe siècle, les prêtres constitutionnels n’ont pas été moins épargnés par les déchristianisateurs. Après Thermidor, malgré les entraves de la part de certaines autorités locales, il faut reconstruire en dressant l’état du personnel et en établissant une direction spirituelle.

7Face à ce double défi, les Annales de la religion et l’imprimerie-librairie chrétienne ont l’ambition de devenir le cœur de la reconquête. Quels objectifs vont rapidement privilégier les évêques-rédacteurs ? Quel rapport le journal entretient-il avec les évêques, principaux fournisseurs et destinataires des Annales de la religion ? Quelle influence ce journal exerce-t-il sur les lecteurs, ecclésiastiques ou laïcs ?

« Avis aux souscripteurs des Annales de la Religion13 »

  • 13 Ibid., t. II, n° 6, 14 frimaire an IV (5 décembre 1795), p. 142.

8Après sept mois de publication, face à des difficultés qu’ils n’avaient pas prévues, les rédacteurs se voient contraints de rappeler, à la fin de l’un de leurs numéros, les objectifs du journal :

  • 14 Ibid., t. II, n° 6, 14 frimaire an IV (5 décembre 1795), p. 143.

Avis aux souscripteurs des Annales de la religion.
  Informer l’église de France de tous les événements qui la concernent, qui intéressent chacun de ses diocèses et presque chacun de ses membres [...] comprimer par la publicité les actes de schisme [...] uniformiser la conduite des pasteurs dans les tems de trouble et d’anarchie, communiquer des avis et des consolations dans des circonstances critiques et atroces ; offrir un centre et des correspondances vastes et continuelles14.

9Animés par d’ambitieux objectifs, les rédacteurs des Annales sont également les mêmes qui appartiennent à un Comité des Évêques réunis à Paris. Dans les semaines qui suivirent le 9 thermidor, « la Providence » – le mot est emprunté à l’abbé Grégoire – aurait réuni dans la capitale plusieurs évêques constitutionnels. La « providence » et l’entremise de l’abbé Clément de Tremblay, chanoine et ex-trésorier de la cathédrale d’Auxerre et futur évêque de Versailles. L’un de ses amis raconte, dans une biographie datant de 1812, les circonstances de la création de ce groupe :

  • 15 Rodney Dean, L’abbé Grégoire et l’Église constitutionnelle après la Terreur (1794-1797), Paris, 200 (...)

Il (Clément) commença par recueillir le peu d’Évêques qu’il put découvrir à Paris, au nombre de quatre ; M. Saurine, alors Évêque de Dax, aujourd’hui Évêque de Strasbourg, M. Royer, Évêque du diocèse de l’Ain, puis Évêque constitutionnel de Paris, M. Desbois, Évêque d’Amiens, et un quatrième qui rompit aussitôt avec la société épiscopale, ébranlé par les vaines promesses et menaces qu’on lui fit au nom d’un légat du Pape. Ce quatrième Évêque fut presqu’aussitôt remplacé par M. Grégoire, Évêque de Blois, et quelques mois après par M. Primat, alors Évêque de Cambrai, aujourd’hui Archevêque de Toulouse. M. Clément travailla à les réveiller de l’espèce de léthargie où ils se trouvoient15.

  • 16 Paul Pisani, L’Église de Paris et la Révolution, Alphonse Picard et Fils, Paris, 1909, p. 191- 192  (...)
  • 17 Annales de la religion, n° 10, 2 janvier 1796 (12 nivôse an IV), t. II : Mandement de l’Evêque d’Am (...)
  • 18 Le prospectus décrit le contexte post-thermidorien mais il ne dit rien sur les circonstances qui on (...)
  • 19 Hommage rendu à la vérité sur la tombe de feu Messire Eléonore-Marie Desbois de Rochefort, docteur (...)

10Clément restera longtemps proche de ce groupe même s’il n’apparaît pas dans les principaux textes que les Évêques réunis signeront jusqu’au Concile national. Pourtant, Grégoire et ses collègues témoigneront du soutien matériel que Clément leur a fourni en mettant notamment sa bibliothèque à la disposition des Évêques. Ce groupe est constitué de cinq personnes : l’abbé Grégoire, évêque de Blois, Gratien – le canoniste –, évêque de Rouen, le théologien Wandelaincourt évêque de Langres, Saurine évêque de Dax et Desbois de Rochefort évêque d’Amiens. Si la personnalité de Grégoire pèse de tout son poids dans ce groupe des « réunis », les autres n’ont pas un rôle de simple figurant comme le prétend l’historiographie des siècles suivants16. Une autre version est présentée lors de l’élogieuse oraison funèbre prononcée à l’occasion des obsèques de Desbois par Mauviel, l’ancien évêque de Saint-Domingue : il affirme que c’est Desbois de Rochefort qui aurait provoqué « la réunion du petit nombre de ses Collègues17 » qui se trouvent à Paris18. Il aurait sacrifié « le reste de sa fortune pour fonder l’imprimerie-librairie chrétienne et fait paraître de suite les Annales de la religion, ouvrage dans lequel on ira puiser un jour une multitude de pièces intéressantes qui s’y trouvent déposées et qui formeront autant de matériaux précieux pour l’histoire de l’Église19 ».

11Que l’instigateur soit Clément, Grégoire ou Desbois, il sait insuffler à ce petit groupe une dynamique et une organisation efficace puisque, très rapidement, ces entrevues régulières s’apparentent autant à d’officieuses conférences épiscopales qu’à des conférences de rédaction journalistique. Tout ou presque y est discuté : de la stratégie de reconquête spirituelle aux questions disciplinaires ou dogmatiques en passant par les problèmes de fabrication du journal et de gestion de l’imprimerie-librairie. Les conférences n’ont pas lieu au n° 278 de la rue Saint-Jacques, mais cette adresse concentre toute l’attention des Évêques et des lecteurs des Annales. L’abbé Grégoire y reçoit ses courriers ainsi que ceux qui sont adressés au journal ou à cette direction informelle du clergé constitutionnel que souhaitent représenter les Évêques réunis :

  • 20 Annales de la religion, t. II, n° 5 du 7 frimaire an IV (28 novembre 1795), p. 107-108.

Lettre de Henri Grégoire, évêque de Loir-et-Cher.
Depuis un an, j’ai reçu plus de vingt mille lettres, dont environ moitié concernent le rétablissement du culte. La multitude des réponses a tellement absorbé mes momens, que des ouvrages promis et annoncés depuis longtemps, ont été forcément suspendus : et lorsque, malgré mon activité, certaines lettres sont restées sans réponses, j’ai tâché de concourir directement ou indirectement à l’objet de leurs demandes, quand je l’ai cru légitime et possible. Mais la correspondance s’est tellement accrue depuis quelques mois, que je me vois obligé de rapprocher dans un cadre toutes les demandes identiques ou analogues, pour leur faire une réponse commune que je livre à la presse. J’inviterai d’ailleurs le Rédacteur des Annales de la religion à l’insérer dans cet ouvrage périodique, qui devroit être le moyen de la correspondance du clergé constitutionnel. Il offriroit le double avantage de faciliter les relations, et de publier promptement les solutions importantes20.

  • 21 Annexe 3.
  • 22 Annales catholiques, n° 31, p. 252.

12Comme le suggère à demi-mots Grégoire, l’identification est nette entre les Évêques réunis et le siège du journal. Les en-têtes et les enveloppes envoyées aux 278 et 279 de la rue Saint-Jacques en attestent parfaitement21. Ceux qui deviennent une référence pour les prêtres « constitutionnels » le sont également pour leurs adversaires qui ne peuvent que reconnaître l’influence grandissante prise par ce groupe d’évêques et par leur journal. C’est ce que sous-entend son principal concurrent, les Annales catholiques, lorsqu’il défie celles qu’il désigne par l’expression des « annales jureuses »22 :

  • 23 Annales catholiques, n° 28, p. 105-106.

Il faut savoir qu’il existe à Paris une église gallicane organisée ou si vous aimez mieux, constituée qui tient ses assises rue Saint-Jacques. Là sont réunis tout ce que la révolution a produit de saints évêques et de prêtres édifians. C’est le foyer où entrent et d’où sortent tous les rayons de lumière pour inonder tous les points de la République : c’est le concile permanent des Gaules. Vous savez qu’autrefois on donnoit ce titre à la Sorbonne ; mais vous savez aussi que ce n’étoit là qu’un simple compliment et un pur mot de politesse : ici le terme est de rigueur. Il y a plus : nous pouvons dire même, sans être suspects de flatterie, que c’est l’église-mère et maîtresse, l’égalise centrale, tranchons le mot, le centre d’unité de Paris, au défaut du centre de Rome. Non-seulement vous trouvez là toutes les sciences, mais encore toutes les ressources. Voulez-vous des préfets apostoliques pour les colonies ? allez à la rue Saint-Jacques ; des aumôniers pour les armées de terre et d’outre-mer ? allez à la rue Saint-Jacques ; des missionnaires pour la rédemption des captifs ? allez à la rue Saint-Jacques. Voulez-vous savoir des nouvelles des églises de la Cochinchine et du Tonkin ? allez à la rue Saint-Jacques. Enfin, voulez-vous acheter de l’huile et du baume ? allez encore à la rue Saint-Jacques. Ne vous embarrassez pas du n°., demandez seulement où est l’église gallicane ; tout le monde vous l’enseignera, et il n’y a pas jusqu’à la bonne femme du coin, qui ne vous mène tout droit à l’église gallicane23.

  • 24 Annales de la religion, prospectus.

13Cette critique aura le mérite de reconnaître indirectement l’efficacité de ceux que les Annales catholiques appellent les « pseudo pontifes ». Entretenant activement leur vaste réseau d’amitié avec les diocèses, les évêques utilisent le journal pour permettre à l’Église constitutionnelle d’exister autant sur le papier que sur le terrain. Ils ne cessent de rappeler les positions du journal : dresser la liste des « incorrigibles malfaiteurs » qui maltraitent les constitutionnels et envoyer « leurs noms pour les signaler dans nos Annales, et les joindre à la liste que nous comptions transmettre à l’Histoire24 ».

14De mai 1795 à l’été 1797 – date du premier concile national organisé par les Évêques réunis –, les Annales de la religion publient des nouvelles provenant d’une majorité de départements sous la forme de « brèves ». Généralement placées en fin de numéro comme dans l’exemple ci-dessous, ces rubriques (« Faits », « Nouvelles », « Nouvelles étrangères », « Annonces ») présentent le retour de la religion et de ses ministres dans un « tour de France ». Les témoignages provenant des courriers adressés à l’imprimerie-librairie chrétienne montrent aussi bien les preuves de la reprise progressive du culte (ouverture d’églises, confirmations, élections d’évêques, visites pastorales) que les difficultés quotidiennes rencontrées par les prêtres constitutionnels (les violences contre les hommes, les dégradations contre les bâtiments

  • 25 Annexe 4

– églises et presbytères –, les rétractations, l’isolement des prêtres, la misère, … )25.

15Faits.

  • 26 Annales de la religion, t. II, n° 6, 14 frimaire an IV (5 décembre 1795), p. 133- 144.

Lot. Cahors, 29 vendémiaire (… .)
Les habitants de Tremons municipalité de Puycalvary, département de Lot-et-Garonne, ont adressé au gouvernement une pétition, pour réclamer les divers objets de leur culte, qui restent ensevelis dans les greniers et les caves du district. C’est l’expression du patriotisme le plus pur, et de la piété la plus tendre et la plus éclairée. Cette demande resteroit-elle sans réponse ? Nous espérons que justice sera enfin rendue à ces réclamations légitimes et respectueuses.
Puy-de-me. Effiat, 22 brumaire. Les prêtres réfractaires perdent de plus en plus leur influence. Leurs maximes outrées et fanatiques ont tellement révolté, que beaucoup de citoyens désirent le retour des nouveaux évêques. Le corps législatif leur accordera sans doute une protection spéciale, s’il veut réellement maintenir la République26.

16En comptabilisant tous ces récits dans les deux premiers tomes, nous remarquons que ces témoignages concernent la quasi totalité des départements (72) comme l’indique l’annexe 4. Seulement onze départements n’ont pas fait parvenir des nouvelles aux Évêques réunis. L’hostilité d’un maître de poste, la hausse régulière du prix de l’abonnement ou la vacance d’un évêque constitutionnel sont autant de raisons qui peuvent expliquer l’absence d’un correspondant régulier avec les Annales.

  • 27 Ibid., p. 142.

17Les rédacteurs cherchent à rassembler le maximum de « brèves » destinées à informer « l’Église de France de tous les événements qui la concernent, qui intéressent chacun de ses diocèses et presque chacun de ses membres, et qui ont un rapport important avec l’état de la catholicité27 » et de faire prendre conscience aux constitutionnels qu’ils ne sont plus seuls. Ces chroniques ne sont pas identiques et ne sont pas présentées tout le temps de la même façon. Le choix de publier les récits les plus négatifs donne une impression plutôt mauvaise sur la situation générale de l’Église de France. S’agit-il d’une volonté délibérée de la part des rédacteurs de noircir le tableau pour attendrir les lecteurs ? Les situations locales sont-elles plus tendues que ne le laisse croire le gouvernement ? Quelles qu’en soient les causes, cela n’empêche pas le journal de publier également de nombreuses formules enthousiastes afin de rassurer les fidèles et les prêtres confrontés à une réalité parfois difficile dans leurs paroisses :

  • 28 Ibid, t. I, n° 3, 27 floréal an III (16 mai 1795), p. 59.

C’est ainsi que nos Prélats (comme autrefois la bienheureux Jean de Palafox, après une très-vive persécution), s’efforcent de réparer les ruines du Sanctuaire, de ranimer les foibles ; de consoler les fort, de relever les débris de leur dignité outragée, foulée aux pieds, de les rejoindre ensemble, de les affermir par le moyen le plus solide, qui est le rétablissement de la discipline la plus conforme à l’esprit de notre divine Religion28.

18Parmi les 344 « faits » qui ont été envoyés au journal recensés dans les deux premiers tomes, on remarque des régions particulièrement représentées : le nord et le nord-est, un grand sud allant des Pyrénées à la frontière alpine. En superposant la carte du serment de 1791 et celle des abdications de l’an II, nous pourrions trouver quelques ébauches d’explications. La présence de prêtres réfractaires et d’émigrés aux frontières n’est pas la seule raison qui explique cette répartition. On reconnaîtra peut-être les chemins empruntés par les représentants en mission déchristianisateurs où les autorités locales tardent à autoriser la reprise du culte.

19Même si les récits des difficultés sont majoritaires dans ce premier décompte, là n’est pas le plus important pour les Évêques réunis. Le journal brise doublement l’isolement dans lequel de nombreux constitutionnels étaient confinés depuis plusieurs mois, voire plusieurs années. Les Annales de la religion informent les prêtres constitutionnels des dernières décisions prises à Paris les concernant et reconstruit l’unité du clergé en évoquant chaque partie du territoire français. Il est important pour les constitutionnels de sentir qu’ils ne sont plus seuls pour animer l’œuvre de régénération commencée depuis 1790. C’est le rôle imparti aux évêques que de réorganiser le culte dans leurs départements.

Les évêques constitutionnels, cheville ouvrière de la reprise du culte

  • 29 Voir annexe 5

20Les articles des Annales de la religion n’évoquent pas seulement les événements menaçant l’intégrité des ecclésiastiques constitutionnels sur leur terrain d’action. Il est important de recréer un lien entre les évêques parisiens et le clergé départemental. Le journal sert de point de ralliement et l’imprimerie-librairie de courroie de transmission. Si les courriers arrivent au 278 de la rue Saint-Jacques, l’imprimerie accompagne parfois les livraisons du journal ou d’autres publications, de lettres à caractère privé envoyées par les Évêques pour répondre au découragement de certains ecclésiastiques isolés. En lisant les Annales, les ecclésiastiques trouveront tout ce dont ils ont besoin pour affronter des prêtres réfractaires toujours hostiles contre ceux qui les ont remplacés, contre des fidèles encore attachés aux anciens prêtres et des autorités municipales refusant d’exécuter le décret de Ventôse. Les rédacteurs présenteront une démarche et des procédures à suivre pour réorganiser les églises paroissiales. Ils proposent même des lettres « type » en blanc adressées aux nouveaux évêques et aux curés pour hâter la formation d’un presbytère29. Ces documents de référence sont régulièrement accompagnés par la mention d’ouvrages devant servir à contrer les arguments des réfractaires jugés les plus irréductibles. Enfin, les rédacteurs des Annales n’oublieront pas de publier des témoignages montrant des scènes enthousiastes de reprise du culte visant à encourager l’ensemble du clergé constitutionnel :

  • 30 Annales de la religion, n° 11, 19 nivôse an IV (9 janvier 1796), p. 260.
  • 31 Ibid., n° 19, 22 ventôse an IV (12 mars 1796), p. 453.

Nord. Les citoyens de Flins-les-Mortagne, canton de Saint-Amand, département du Nord, écrivent au corps législatif, pour réclamer l’exécution des lois qui leur assurent la propriété de leur église, de leur presbytère et les quatre pour cent du revenu de leur fabrique pour subvenir aux frais du culte. Ils observent que, n’ayant jamais renoncé au culte catholique, ils doivent, aux termes des décrets, jouir de ces propriétés.
Nous osons assurer que les vœux consignés dans cette pétition sont ceux de l’universalité ; et s’il y a en France quarante mille paroisses, il n’en est pas vingt, peut-être pas une, qui ne pense de même30.
Faits.
On écrit de Sury que le culte s’y rétablit, et que dans sa simplicité, il se montre plus majestueux et plus vrai qu’auparavant ; que les fidèles donnant plus d’attention aux instructions de leurs pasteurs, sentent la nécessité, les avantages de cette religion qui sembloit auparavant n’être parmi eux qu’une habitude, qu’une routine31.

  • 32 Ibid, n° 1, 18 floréal an IV (7 mai 1796).
  • 33 Ibid, t. II, n° 10, 2 janvier 1796 (12 nivôse an IV). Le journal évoque le Mandement de Desbois de (...)
  • 34 Ibid., t. I, n° 3, 22 floréal an III (16 mai 1795), p. 52-56.

21Une fois le lien épiscopal recréé entre les évêques « parisiens » et ceux des départements, il est important de fixer une ligne disciplinaire à observer dans les territoires des « églises veuves » (là où il n’y a plus d’évêque) et dans les autres diocèses. Alors que l’autorité de l’Église constitutionnelle est soutenue par le journal des Annales, les Évêques réunis décident d’infléchir leur devoir de mémoire et d’imposer au clergé départemental des règles de fonctionnement : « nous avons présenté un signe de ralliement aux fidèles déconcertés, jetés hors des voies de la piété chrétienne, brebis innocentes, depuis longtemps cherchant le pâturage et en le trouvant pas »32. Dressant la liste des différents obstacles que rencontre le clergé dans les départements, les Évêques réunis utilisent les Annales de la religion « pour s’occuper […] des intérêts de la Religion et de l’Église gallicane »33. Pour uniformiser la reprise du culte, ils décident de proposer plusieurs règlements concernant : la conduite à tenir envers les ecclésiastiques et les fidèles qui sont « tombés » pendant les persécutions et les « règles particulières sur l’administration des Diocèses et des Paroisses, sur les Sacrements et sur le culte »34.

22Le résultat de leurs réflexions prend la forme de deux Encycliques (15 mars 1795 et 13 décembre 1795), véritables succès éditoriaux puisqu’elles seront plusieurs fois réimprimées. Présentées et expliquées dans les Annales de la religion, elles répondent majoritairement aux courriers des lecteurs envoyés à l’imprimerie-librairie chrétienne réclamant le rétablissement de la discipline de l’Église gallicane et l’élection des évêques.

  • 35 Ibid., n° 17, 24 pluviôse an IV (27 février 1796), p. 407-408.

23Le journal tient un rôle central dans la diffusion de ces règlements à tel point que les adhésions des évêques à ces Encycliques accompagnent les demandes de réimpression, leur donnant la légitimité et l’authenticité qu’elles méritent d’avoir. Les nouvelles éditions sont l’occasion pour l’imprimerie-librairie de rappeler que l’édition parisienne est la seule autorisée car les Évêques réunis ont « fait un traité avec l’imprimerie-librairie chrétienne ; que toute réimpression de cette Lettre et de tous leurs autres ouvrages, seroit une injustice grave commise envers cet établissement, qui n’a lui-même pour principe et pour objet, que le service de l’Église gallicane35 ». Le directeur de l’imprimerie-librairie fait-il allusion à d’éventuelles contrefaçons ou à des versions détournées par les réfractaires ? L’état des sources actuelles nous empêche de défendre de telles hypothèses.

24Afin de montrer que le mouvement est en marche, le journal publiera les noms des évêques qui ont adhéré aux Encycliques, les rapports précis des élections et des consécrations. Puis, à la manière d’un reportage d’aujourd’hui, ils n’oublieront pas de faire le récit des visites des évêques dans leurs diocèses lancés dans des « courses apostoliques » : d’un diocèse à un autre, le procédé est souvent le même sans que l’on puisse vérifier la fidélité des informations que le journal nous livre. Prenons l’exemple du compte-rendu de la visite de son diocèse par l’évêque du Jura, Moïse, pendant l’été de 1795 :

  • 36 Ibid., n° 21, 3e jour supplémentaire de l’an III (19 septembre 1795), p. 496.

Après avoir été longtemps exilé de son diocèse par des arrêtés barbares, le citoyen Moïse, Evêque, y est enfin rentré. Il a déjà visité Salins, Arbois Poligny, Dôle et les campagnes adjacentes. Partout, il prêche, il fait des conférences ; partout le Seigneur a béni sa mission. Les vacillans sont raffermis, les égarés reviennent ; il ne reste de l’autre côté que les gens de mauvaise foi qui fuyent la lumière36.

25Les Annales de la religion occupent une place inédite dans le paysage médiatique du Directoire. Plus qu’un simple outil d’information, ce journal permet la respiration d’un clergé constitutionnel dont la réinstallation est longue et pavée d’incertitudes. Les courriers privés adressés à l’abbé Grégoire – conservés à la Bibliothèque de Port Royal – confirment l’influence grandissante de ce journal que l’on sollicite pour faire passer une nouvelle ou pour préciser et/ou corriger une attitude. De nombreux lecteurs n’hésitent pas à demander que leur lettre soit imprimée et publiée dans les Annales de la religion sans peur des représailles. C’est bien une preuve de l’autorité acquise en peu de temps par les Évêques grâce à ce journal.

  • 37 Ibid., t. II, n° 7, 22 frimaire an IV (12 décembre 1795), p. 145.
  • 38 Ibid., t. II, n° 18, 15 ventôse an IV (5 mars 1796), p. 409 : Observations sur les calomniateurs et (...)
  • 39 Ibid., t. II, n° 11, 19 nivôse an IV (9 janvier 1796), p. 241.
  • 40 Ibid., t. II, n° 25, 4 floréal an IV (23 avril 1796), p. 577 : Réflexions sur l’indécence et l’immo (...)

26Pourtant, les communications établies entre les Évêques réunis et leurs collègues des départements ne sont pas toujours aussi parfaites que semblent le montrer les rédacteurs des Annales de la religion. Sans bénéficier d’un soutien officiel de la part des autorités comme l’indiquent les préparatifs du premier concile national avant le mois d’août 1797 et confrontées à la concurrence des réfractaires et des théophilanthropes dans plusieurs paroisses parisiennes, les Annales de la religion doivent fournir aux ecclésiastiques les « armes » pour se défendre. Lorsque les Encycliques ne suffisent pas, les Évêques réunis et leurs proches collaborateurs sont missionnés pour répondre aux polémiques allumées par leurs adversaires. En échange de leurs contributions, le journal fait la promotion de leurs ouvrages. Ainsi, Dufraisse, futur évêque de Bourges, donne des « Eclaircissement sur la question s’il existe une distinction entre le pouvoir d’ordre et le pouvoir de juridiction qu’exerce les prêtres dans l’administration des sacremens ; et s’il en existe une, quelle en est leur nature et origines37 ». Après lui, d’autres prélats sont chargés de répondre sur la situation des clercs38 (Grégoire), sur la réconciliation avec les réfractaires39 (Desbois de Rochefort), sur les inhumations40 (Pilat), etc… Alors que la majorité des articles des Annales de la religion ne sont pas signés, sauf lorsqu’il s’agit de personnages de premier plan comme l’abbé Grégoire, à partir de la fin du tome 2 (avril-mai 1796), deux ecclésiastiques proches des Évêques réunis, participent de plus en plus à la rédaction du journal : Jean-François Pilat et Dom Grappin. Lorsque des polémiques sont allumées par leurs adversaires et que les Évêques réunis manquent de temps pour répondre, ils sont missionnés pour préparer des réponses. Le plus souvent, ils sont mis à contribution pour réfuter des ouvrages, des brochures ou des arrêtés départementaux.

« Un phare » dans la tempête

  • 41 Ibid., n° 5, 9 frimaire an IV (28 novembre 1795), p. 107-108.

27Les témoignages conservés à la Bibliothèque de Port Royal sont unanimes pour célébrer la position centrale conquise par les Annales de la religion dans le paysage journalistique du Directoire. Dans l’esprit des constitutionnels, le journal, le Comité des Évêques réunis et l’imprimerie-librairie chrétienne ne font qu’un. Cette fusion n’a pas été prévue et elle va entraîner d’importants problèmes d’intendance comme le révèlent les courriers adressés rue Saint-Jacques, envoyés indifféremment à Grégoire, aux autres Évêques réunis, aux directeurs de l’imprimerie (Rebour, Daire) ou à leurs collaborateurs. Les Évêques réunis y passent, y travaillent, y répondent aux courriers qu’ils reçoivent, y préparent des expéditions de journaux et d’ouvrages prélevés dans la librairie. C’est une véritable poste privée qui reçoit et envoie dans les départements des courriers (et notamment ceux de l’abbé Grégoire), des livres religieux et bien évidemment le journal. Ne pouvant répondre à chacun de ces courriers, l’abbé Grégoire demande au rédacteur des Annales d’insérer ses réponses communes « dans cet ouvrage périodique, qui devroit être le moyen de la correspondance du clergé constitutionnel. Il offroit le double avantage de faciliter les relations, et de publier promptement les solutions importantes »41.

  • 42 Ce qui est le plus intriguant, c’est qu’un mois avant, les Annales de la religion avaient publié so (...)

28C’est une organisation verticale interactive, mais lentement réactive comme la majorité des journaux de l’époque révolutionnaire – à l’exception des quotidiens – : nombreux sont les prêtres qui réclament à Grégoire et à l’imprimerie des documents pour répondre aux attaques des réfractaires. Près de 20 % des courriers adressés au journal réclament l’envoi de brochures, d’imprimés ou de journaux pour construire les contre-argumentations. En effet, certains constitutionnels développent un sentiment d’infériorité intellectuelle face à leurs adversaires. Nous avons l’exemple du curé de la Roche-Guyon aux portes de la Normandie, qui écrit à Grégoire pour lui avouer sa détresse et ses doutes face à l’indifférence des paroissiens qui ne font pas appel à lui au moment des mariages. Il informe Grégoire des « scandales ». Il lui demande de lui « procurer tous les ouvrages qui peuvent contribuer à l’instruction des fidèles » et lui faire passer tous ceux qui paraîtront pour empêcher « par tous les moyens possibles » les ennemis de « nous oter la confiance du peuple42 ». Malheureusement, les courriers ne précisent pas les noms et auteurs de ces ouvrages censés aider les prêtres à se défendre. Et nous ne disposons d’aucune preuve vérifiant les envois d’ouvrages à ces prêtres.

  • 43 Annales de la religion, t. II, 5 mars 1796, p. 438.
  • 44 Ibid., n° 9, 9 messidor an III (27 juin 1795), p. 213.
  • 45 Ibid., n° 9, 9 messidor an III (27 juin 1795), p. 211.

29Les Annales font la publicité des réponses des Évêques (mandements, lettres pastorales) ou des prêtres qui serviront de soutien théologique et dogmatique, juridique et psychologique aux évêques des départements. Pour relayer le travail de l’imprimerie, les Annales annoncent le 30 février 1796 la création dans « chaque ville épiscopale et chez un prêtre » d’un dépôt de la Librairie chrétienne qui rassemblera les « bons livres »« religieux, de morale et d’éducation ». La librairie parisienne adressera à chaque dépôt « 25 exemplaires » de ses ouvrages, et au-delà de ce nombre, « elle attendra la commande ». Pour Grégoire, l’idée de ces dépôts est bonne et permettrait d’exposer plus rapidement « les principes, les réponses aux attaques, les réfutations », rappelant que les « presses chrétiennes doivent régénérer43 ». Ce projet est certainement présent depuis longtemps dans les esprits des Évêques – et de Grégoire –, puisque, l’année précédente, les Annales réclamaient déjà la création d’une « papeterie » et d’une « fonderie » pour permettre de diffuser partout des missels identiques44. En effet, devant le manque de missel, les Annales suggèrent l’utilisation sur l’ensemble du territoire du Missale Gallianum au détriment du Missale Romanum jugé imparfait. Des résistances s’élèvent de la part des réfractaires, mais également dans le camp des constitutionnels pour refuser que l’Office se fasse en français, une question que le Concile de 1797 tentera de trancher. En attendant, afin d’unifier les départements dans la reprise rapide de l’exercice du culte, les rédacteurs des Annales suggèrent aux évêques d’« ajouter au Missale Gallicanum un propre de chacun des diocèses, qui seroit imprimé séparément, mais le même format et du même caractère » et de l’adresser à l’imprimerie-librairie chrétienne « assez à tems, pour que leurs diocèses en puissent jouir au même moment que du Missale Gallicanum45 ».

30Cette organisation dirigée de la rue Saint-Jacques par les Évêques réunis se heurte pourtant à plusieurs obstacles, comme le révèlent les trois quarts des courriers adressés au journal. Dépassé par la charge de travail à effectuer, Grégoire doit souvent relancer ses confrères pour livrer leurs écrits. Quand ils arrivent à temps, les réponses sont longues, techniques et souvent obscures pour les lecteurs – qu’ils soient par ailleurs ecclésiastiques ou laïcs –, ce qui oblige le directeur du journal à fournir des notices d’ouvrages destinées à en simplifier ou à en compléter la lecture.

31La grande majorité des courriers évoque des problèmes d’intendance avec l’imprimerie-librairie chrétienne : des erreurs ou des retards dans l’envoi des Annales, des retards dans le paiement des abonnements et surtout des demandes pour insérer un article. Le directeur est confronté à la pauvreté du clergé qui ne peut régler les abonnements trimestriels. La pérennité du journal se pose et le directeur multiplie les rappels dans des « notes pour les souscripteurs » placées en excipit des numéros :

  • 46 Ibid., t. II, 5 mars 1796, p. 436-437.

Il a été facile de se convaincre que nous n’avons pas crû faire une affaire de famille pour l’intérêt de la religion et la consolation de ses vrais ministres. La connoissance très personnelle que nous avons de la pauvreté à laquelle la révolution a particulièrement réduit les prêtres nos frères et amis, nous avoit dès le commencement déterminés à fixer l’abonnement de manière à couvrir à peu près nos frais, c’est-à-dire, au plus bas prix, quoique nous ayons dû espérer que les paroisses ou de pieux fidèles concourroient à la souscription des prêtres. Cependant nous rappellons pour la dernière fois que nous sommes en perte, et en perte considérable46.

  • 47 Ibid., t. II, 5 mars 1796, p. 439-440.

32En se lançant dans cette aventure, les Évêques réunis n’ont pas pensé que leur pugnacité se mesurerait au nombre d’abonnements réglés à la fin de chaque trimestre. La pauvreté décrite par les courriers de relance envoyés par le directeur aux « retardataires » et le faible nombre des abonnés (selon les sources, entre 300 et 1 500) obligent l’imprimerie-librairie à adapter sa ligne éditoriale : en plus d’imprimer et de vendre sur place des ouvrages religieux avec les Annales, elle fournira à bon prix avant Pâques, des huiles consacrées et des objets du culte47.

33Afin de renforcer le lien établi entre les Évêques parisiens et ceux de province et de trouver une source de financement plus stable, les Annales de la religion vont une nouvelle fois innover. Si les dépôts et les livres forment la matière pour « modeler » le chrétien, les Annales prévoient également une littérature pour les citoyens moins férus des controverses religieuses et qui se lassent des débats essentiellement dogmatiques. Le 7 mai 1796, un an après son lancement, le journal annonce un nouveau plan. Les rédacteurs informent les lecteurs des difficultés financières et tentent d’élargir leur lectorat en lançant un journal qui s’occupera des affaires politiques (Le Bulletin de la Semaine qui changera deux fois de nom : Le Télégraphe puis Le Journal du citoyen). L’absence de livre de comptabilité nous empêche de juger la justesse de la stratégie commerciale choisie par l’imprimerie-librairie chrétienne.

Conclusion

34Pour terminer, il convient de laisser la parole à l’un de ces obscurs constitutionnels, lecteurs des Annales de la religion. Il s’agit d’un courrier d’un curé du département de l’Aude, Belot, adressé au rédacteur des Annales de la religion, le 7 juin 1796. Cette lettre résume à elle seule l’importance et la fragilité de l’œuvre menée par le journal des constitutionnels et par les Évêques réunis :

  • 48 Bibl. Soc. Port-Royal, fonds Grégoire, carton Aude, Gr 583 ms.

Citoyen,
Quoique je ne sois pas connu pour un de vos abonnés, je reçois cependant vos annales de la religion par l’entremise d’un de mes confrères, voilà à quoy nous réduisent nos foibles moyens, car malgré l’envie que j’aurois de m’abonner pour le bulletin de la Semaine, qui peut être considéré comme la partie politique de vos annales, je suis obligé d’attendre un temps plus propice, cependant mes facultés actuelles me permettent le sacrifice d’un écu de six livres au titre de la République, que j’ay remis au citoyen Vidal directeur de la poste d’Apille Département de l’Aude, pour vous le faire passer, afin que vous ayés la bonté de m’envoyer un exemplaire de la dernière impression de la seconde lettre encyclique et un de l’ouvrage intitulé accord des principes de la religion catholique avec le gouvernement républicain et le surplus s’il y en a, vous l’employerés à quelqu’autre bons ouvrages qui puisse m’être utile à relever la piété ralantie où a confondre l’impie qui s’efforce de détruire la religion qui plus ou l’examine plus elle paroit digne de vigueur48.

  • 49 Une note interne indique le nombre de 1500 abonnés sans préciser s’il s’agit des lecteurs parisiens (...)

35De tels courriers reçus par les rédacteurs des Annales réclamant une aide plus concrète aux problèmes quotidiens rencontrés par les ecclésiastiques constitutionnels montrent une inégalité intellectuelle dans les rangs du clergé constitutionnel que les Évêques réunis n’avaient peut-être pas suffisamment pesé. Plus qu’un objet de polémique avec les réfractaires, par sa longévité, le journal des Annales de la religion prolonge l’idéal des Évêques réunis loin du centralisme parisien en accompagnant la reprise du culte dans la majorité des départements français. Au-delà du chiffre des abonnés dont nous ignorons le nombre exact49, le journal a véritablement exercé une influence auprès des prêtres constitutionnels, isolés ou fragilisés sur l’ensemble du territoire. Il aura établi un contact et rompu un isolement réel qu’avouent facilement les courriers des constitutionnels. Son œuvre pédagogique reste à estimer et à déchiffrer notamment en recensant les ouvrages conseillés par les évêques parisiens à leurs confrères provinciaux.

36Si l’on en croit les correspondances privées, il apparaît que ce journal a compté pour ces hommes et qu’il a permis d’installer un réseau de solidarité inédit depuis la période terroriste. Pour autant, la question de son influence n’est pas définitivement tranchée. A-t-il pleinement joué son rôle de « phare » tant au niveau idéologique, matériel qu’humain ? À l’exception des Annales catholiques qui est le seul journal catholique à l’attaquer frontalement, il est difficile de préciser si son influence a pu sortir de Paris et de sa région.

37Convaincre peut se révéler parfois difficile et hypothétique lorsque les autorités vous maintiennent dans leur collimateur. Lancer un journal, et qui plus est, catholique, sous le Directoire était un projet tout autant ambitieux qu’incertain. Du haut de la rue Saint-Jacques a tenté de briller un « phare constitutionnel » alimenté par l’activité des Évêques réunis, bien décidés à rétablir l’unité du clergé français.

Annexes

Annexe 1

Annexe 2

Les départements cités dans la rubriques « nouvelles » dans les Annales de la Religion

Les départements cités dans la rubriques « nouvelles » dans les Annales de la Religion

Notes

1 Jacques Le Goff, René Rémond (dir.), Histoire de la France religieuse, tome 3 : Du Roi très chrétien à la laïcité républicaine, Paris, Seuil, 2001, p. 76.

2 Jean-Clément Martin, Contre-Révolution, Révolution et Nation en France 1789-1799, Paris, Seuil, 1998, p. 105.

3 Monique Cubells, Bernard Cousin, René Moulinas, La Pique et la Croix : histoire religieuse de la Révolution française, Paris, 1989, p. 100.

4 Il existe de nombreux catalogues recensant les journaux révolutionnaires : Eugène Hatin, Histoire politique et littéraire de la presse en France, Paris, Poulet-Malassis, 1859-1861, 8 vol. et la Bibliographie historique et critique de la presse périodique française, Paris, Firmin-Didot, 1866 ; Maurice Tourneux, Bibliographie de l’histoire de Paris pendant la Révolution française, Paris, Imprimerie nouvelle, 1890-1913, 5 vol., les volumes II et III sont consacrés à la presse parisienne ; Gérard Walter, Catalogue de l’histoire de la Révolution française, Paris, Éditions des Bibliothèques nationales, 1936-1955, 5 vol., dont le volume V traite des journaux et des almanachs ; Claude Béranger, et alii, Histoire générale de la presse française, Paris, Presses universitaires de France, 1969, 2 vol ; Gilles Feyel, La presse départementale en Révolution, 1789-1799. Bibliographie historique et critique, La Garenne-Colombes, Éditions de l’Espace européen, 1992 et Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution, 1789-1799, Ferney-Voltaire, Centre internationale d’étude du xviiie siècle, 2005-2016, 5 vol.

5 Parmi ces différents inventaires nous retrouvons plusieurs journaux catholiques lancés après le vote de la Constitution civile du clergé : Le Deffenseur des opprimés (septembre 1790 - juin 1791) ; Les Quatre Evangélistes ou Supplément aux Actes des Apôtres (juillet 1790) ; Journal des prêtres et nouvelles ecclésiastiques (janvier 1791) ; Journal de la religion par une société ecclésiastique (septembre 1791) ; L’Ami des vieillards (juillet 1791-septembre 1791) ; Les Annales de la religion et du sentiment (janvier 1791-janvier 1792) ; Le Journal chrétien futur Journal de l’Eglise constitutionnelle de France (août 1791-mai 1792) ; Les loisirs d’un curé déplacé ou les Actes de l’Eglise constitutionnelle (septembre 1791) ; Les Correspondances religieuses et morales avec les départements (janvier-juillet 1792) ; Le Courrier du midi qui devient le Journal des ecclésiastiques constitutionnels (janvier-juillet 1792) ; Mémoire pour servir à l’histoire de la Constitution civile du clergé (janvier-août 1792). La grande majorité de ces journaux sont conservés à la BNF.

6 Journal ecclésiastique, juillet 1790, p. 337. Barruel prétend qu’il faut « baptiser » la Constitution civile. Le baptême qu’il rédige est en fait un condensé rapide de plusieurs erreurs contenues dans cette nouvelle loi. Dans la fin de son article, il désigne les « vrais » inspirateurs de cette Constitution : « Voilà ce que j’appelle batpiser cette constitution civile du clergé. Elle a besoin de nous, de nos moyens, pour entrer dans l’Église ; ne les refusons pas, puisqu’ils sont si nécessaires pour conserver la paix. Apportons par-tout les mêmes précautions ; le presbytérianisme, le protestantisme et surtout le philosophisme, qui se préparoient à applaudir au schisme, se trouveront déjoués ; et malgré toutes leurs ruses ; nous resterons catholiques, apostoliques et romains ».

7 Annexe 1.

8 Annexe 2

9 Annales de la religion, prospectus.

10 Ibid., prospectus, p. 1.

11 Alyssa Goldstein Sepinwall, L’abbé Grégoire et la Révolution française. Les origines de l’universalisme moderne, Les Perséides, Bécherel, 2008, p. 206.

12 Annales de la religion, t. I, n° 6, 8 prairial an III (6 juin 1795), p. 126.

13 Ibid., t. II, n° 6, 14 frimaire an IV (5 décembre 1795), p. 142.

14 Ibid., t. II, n° 6, 14 frimaire an IV (5 décembre 1795), p. 143.

15 Rodney Dean, L’abbé Grégoire et l’Église constitutionnelle après la Terreur (1794-1797), Paris, 2008, p. 4. Il mentionne l’existence d’une biographie de Clément par son ami Charles Saillant : Mémoires Secrets sur la Vie de M. Clément, Evêque de Versailles, Paris, 1812, p. 46-47.

16 Paul Pisani, L’Église de Paris et la Révolution, Alphonse Picard et Fils, Paris, 1909, p. 191- 192 : « [...] car ce comité des « réunis » était tout simplement un paravent derrière lequel manoeuvrait Grégoire. Ses quatre collègues étaient des figurants : Gratien, vieux et affaibli, ne pensait qu’à retourner en Normandie pour y dépenser ce qui lui restait de forces. - Il devait être remplacé par Primat, de Cambrai, puis par Wandelaincourt, de Langres ; Saurine était loin de manquer de valeur, mais c’était un caractère fantasque, incapable de vivre en paix avec personne ; Royer était une honnête nullité ; Desbois un bailleur de fonds qui fut chargé par Grégoire de créer et d’administrer le journal du parti : les Annales de la religion et de diriger la librairie-imprimerie chrétienne, rue Saint-Jacques, n° 278 et 279, qui, si elle eut été mieux conduite, aurait rendu de grands services au parti, mais végéta par suite de l’incapacité de ceux qui avaient à l’administrer. »

17 Annales de la religion, n° 10, 2 janvier 1796 (12 nivôse an IV), t. II : Mandement de l’Evêque d’Amiens. Il rappelle qu’il s’est rendu à Paris « pour s’occuper avec plusieurs de ses collègues des intérêts de la Religion et de l’Eglise gallicane », p. 219.

18 Le prospectus décrit le contexte post-thermidorien mais il ne dit rien sur les circonstances qui ont réuni les évêques afin de lancer leur journal. Au début du troisième numéro, les rédacteurs ne s’étendent pas précisément sur cette situation : « Dans l’état de confusion auquel l’Eglise Gallicane est réduite, plus encore par la défection ou le défaut de zèle d’une partie de ses Ministres, que par les persécutions des soi-disants philosophes, on ne peut trop remercier Dieu d’avoir inspiré à des Evêques, que les circonstances retiennent à Paris, de conférer ensemble sur les maux qui nous affligent, et sur les moyens d’y remédier », Annales de la religion, n° 3, 16 mai 1795 (27 floréal an III), t. 1, p. 49.

19 Hommage rendu à la vérité sur la tombe de feu Messire Eléonore-Marie Desbois de Rochefort, docteur de la Maison et Société de Sorbonne, ancien Evêque d’Amiens, le lundi 7 septembre 1807, au moment même de l’Inhumation dans le Cimetière de Montmartre, précédé d’une courte Notice sur les Obsèques de ce Prélat. Par Mr. G. Mauviel, ancien évêque de Saint-Domingue, Paris, Imprimerie de Farge, 1807, p. 24.

20 Annales de la religion, t. II, n° 5 du 7 frimaire an IV (28 novembre 1795), p. 107-108.

21 Annexe 3.

22 Annales catholiques, n° 31, p. 252.

23 Annales catholiques, n° 28, p. 105-106.

24 Annales de la religion, prospectus.

25 Annexe 4

26 Annales de la religion, t. II, n° 6, 14 frimaire an IV (5 décembre 1795), p. 133- 144.

27 Ibid., p. 142.

28 Ibid, t. I, n° 3, 27 floréal an III (16 mai 1795), p. 59.

29 Voir annexe 5

30 Annales de la religion, n° 11, 19 nivôse an IV (9 janvier 1796), p. 260.

31 Ibid., n° 19, 22 ventôse an IV (12 mars 1796), p. 453.

32 Ibid, n° 1, 18 floréal an IV (7 mai 1796).

33 Ibid, t. II, n° 10, 2 janvier 1796 (12 nivôse an IV). Le journal évoque le Mandement de Desbois de Rochefort et évoque les origines du Comité des Évêques Réunis : « Aussi-tôt que ce Prélat eu recouvré sa liberté, il est venu à Paris, non pour suivre, dit-il, des intérêts particuliers, mais pour s’occuper avec plusieurs de ses collègues, des intérêts de la Religion et de l’Église Gallicane », p. 218-219.

34 Ibid., t. I, n° 3, 22 floréal an III (16 mai 1795), p. 52-56.

35 Ibid., n° 17, 24 pluviôse an IV (27 février 1796), p. 407-408.

36 Ibid., n° 21, 3e jour supplémentaire de l’an III (19 septembre 1795), p. 496.

37 Ibid., t. II, n° 7, 22 frimaire an IV (12 décembre 1795), p. 145.

38 Ibid., t. II, n° 18, 15 ventôse an IV (5 mars 1796), p. 409 : Observations sur les calomniateurs et les persécuteurs en matière de religion par le citoyen Grégoire, évêque de Loir et Cher.

39 Ibid., t. II, n° 11, 19 nivôse an IV (9 janvier 1796), p. 241.

40 Ibid., t. II, n° 25, 4 floréal an IV (23 avril 1796), p. 577 : Réflexions sur l’indécence et l’immoralité des inhumations aujourd’hui.

41 Ibid., n° 5, 9 frimaire an IV (28 novembre 1795), p. 107-108.

42 Ce qui est le plus intriguant, c’est qu’un mois avant, les Annales de la religion avaient publié son discours dans le numéro 13 du 7 thermidor an III (25 juillet 1795), p. 300, dans lequel il se réjouissait de la liberté des cultes et de son indulgence envers ses « frères égarés ». La réalité du terrain devient une amère désillusion pour lui.

43 Annales de la religion, t. II, 5 mars 1796, p. 438.

44 Ibid., n° 9, 9 messidor an III (27 juin 1795), p. 213.

45 Ibid., n° 9, 9 messidor an III (27 juin 1795), p. 211.

46 Ibid., t. II, 5 mars 1796, p. 436-437.

47 Ibid., t. II, 5 mars 1796, p. 439-440.

48 Bibl. Soc. Port-Royal, fonds Grégoire, carton Aude, Gr 583 ms.

49 Une note interne indique le nombre de 1500 abonnés sans préciser s’il s’agit des lecteurs parisiens et/ou ceux des départements. Une déclaration officielle auprès des services de police du canton de Paris avance le chiffre de 65 abonnés en province. En l’absence de livres de comptes, il est difficile de vérifier ces chiffres.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/4880/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Les départements cités dans la rubriques « nouvelles » dans les Annales de la Religion
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/4880/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

Auteur

Université de Clermont-Ferrand, Centre d’Histoire Espaces et Cultures

© LARHRA, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search