Version classiqueVersion mobile

Gouverner une Église en révolution

 | 
Paul Chopelin

Deuxième partie. L’action pastorale

L’évêque et ses vicaires

Le gouvernement collégial dans la première Église constitutionnelle (1791-1793)

Paul Chopelin

Texte intégral

  • 1 Dans les autres villes de plus de cinquante mille habitants, le traitement du premier vicaire est d (...)

1Votée le 12 juillet 1790 et sanctionnée par le roi le 24 août suivant, la Constitution civile du clergé supprime les deux catégories de vicaires épiscopaux d’Ancien Régime, les vicaires généraux et les officiaux. Le conseil épiscopal de l’évêque est désormais composé des vicaires de la cathédrale et des vicaires du séminaire. Comme leur nom l’indique, les vicaires de la cathédrale desservent l’église cathédrale : ils sont les vicaires de la paroisse épiscopale dont l’évêque est le curé (Titre I, art. VIII). Dans les villes épiscopales de plus 10 000 habitants, ces vicaires sont au nombre de seize, alors qu’ils ne sont que douze dans les autres (art. IX). Ces vicaires possèdent un rang de prééminence : il y a un premier vicaire, un second vicaire, etc. Les premiers et seconds vicaires ont davantage de responsabilité que les autres, qui sont mis sur un pied d’égalité. Leur traitement est d’ailleurs supérieur aux autres. À Paris, le premier vicaire possède un traitement de 6 000 livres par an, le second vicaire de 4 000 livres et les autres vicaires de 3 000 livres (Titre III, article IV)1. La loi ne leur accorde pas d’attributions particulières, hormis le fait que c’est au premier vicaire – et, à défaut, le second vicaire – que revient la mission de remplacer l’évêque lorsque le siège épiscopal est vacant ou lorsque l’évêque est absent, notamment si celui-ci exerce un mandat de député et doit effectuer de longs séjours à Paris. Implicitement – et cela est confirmé dans la pratique –, les premier et second vicaires apparaissent ainsi comme les principaux conseillers de l’évêque, l’aidant dans la gestion quotidienne du diocèse. Les séminaires diocésains sont quant à eux dirigés par un vicaire supérieur, assisté de trois vicaires directeurs. Tous quatre sont élus conjointement par l’évêque et son conseil. Comme les autres vicaires épiscopaux, ils participent à la desserte de l’église cathédrale, étant tenus d’assister à tous les offices en compagnie des séminaristes. Les vicaires de la cathédrale et les vicaires du séminaire forment « le conseil habituel et permanent de l’évêque ». Ce dernier ne peut faire aucun acte de juridiction dans son diocèse avant d’en avoir délibéré avec eux. Lors de ses visites pastorales, l’évêque peut rendre une ordonnance, mais celle-ci conservera un statut provisoire tant que le conseil épiscopal n’aura pas été consulté (Titre I, art. XIV).

2Le conseil épiscopal est composé de membres choisis et de membres de droit. Les membres choisis le sont par l’évêque, qui doit sélectionner, parmi les prêtres qui ont exercé au moins dix années de fonctions ecclésiastiques, les personnes qui lui semblent les plus aptes à l’exercice de cette fonction (Titre II, art. XXII). Les membres de droit sont les curés des paroisses supprimées rattachées à la paroisse cathédrale ainsi que les prêtres exerçant précédemment leur ministère dans la cathédrale avec le titre de curé. Ces membres de droit remplissent les premières places vicariales selon leur ancienneté dans les fonctions pastorales. La loi précise qu’ils peuvent tout à fait décliner cette responsabilité s’ils le désirent (art. XXIII). Les quatre vicaires du séminaire font l’objet d’une procédure particulière de nomination : ils sont choisis conjointement par l’évêque et les vicaires cathédraux. La loi n’indique pas s’ils sont désignés par l’évêque après simple consultation des vicaires cathédraux ou si ceux-ci ont potentiellement le pouvoir d’imposer leur candidat, face à celui de l’évêque, par la voie du scrutin. Un décret des 10-20 mars 1791 précise que les vicaires épiscopaux ne peuvent être destitués qu’après un vote de l’ensemble du conseil : l’évêque ne peut ainsi révoquer un vicaire sans l’appui de la majorité de ses autres vicaires. Comme l’évêque, tous sont astreints à l’obligation de résidence.

3D’après la loi, le conseil épiscopal a pour principale mission de participer au contrôle du clergé diocésain. Il doit notamment assister l’évêque lors de l’examen doctrinal et moral des curés nouvellement élus, lui conseillant l’acceptation ou le refus de l’investiture canonique. Le conseil est également chargé de juger, conjointement avec l’évêque, de la légitimité de la révocation d’un vicaire paroissial par son curé, remplaçant ainsi le rôle de l’ancienne officialité diocésaine.

  • 2 Bernard Plongeron, « Théologie et applications de la collégialité dans l’Église constitutionnelle d (...)

4Ce cadre légal reste volontairement très flou, n’offrant aucune précision quant aux attributions concrètes du conseil épiscopal. Il appartient à chaque évêque de créer un nouveau mode de gouvernement diocésain, en interprétant la loi en fonction de ses propres convictions théologiques et des impératifs du terrain. Bernard Plongeron avait déjà proposé quelques pistes de réflexion sur le sujet dans un important article paru en 1973 dans les Annales historiques de la Révolution française2. Il convient de reprendre un peu plus systématiquement le dossier pour la période 1791-1794, afin d’évaluer les difficultés de gouvernance auxquelles les évêques ont pu être confrontés et établir clairement dans quelles circonstances les conseils épiscopaux ont été supprimés par la Convention à la fin de l’année 1793.

La justification théologique du gouvernement collégial

  • 3 Exposition des principes sur la Constitution civile du clergé par les Évêques députés à l’Assemblée (...)

5Avec l’élection des curés et des évêques, le principe du gouvernement collégial est l’aspect de la Constitution civile du clergé le plus attaqué par les polémistes du clergé réfractaire. Ceux-ci dénoncent la subordination de l’évêque à de simples prêtres, présentée comme une grave atteinte aux principes de la juridiction épiscopale, dans la droite ligne des doctrines presbytérianistes défendues par les théologiens protestants. Les évêques seraient mis sur un pied d’égalité juridictionnelle avec les curés, ce qui les empêcherait de gouverner efficacement leur diocèse, ouvrant la porte à toutes sortes d’innovations préjudiciables aux traditions de l’Église gallicane3. La controverse n’est pas neuve. Des années 1730 aux années 1770, le clergé janséniste a publié de nombreux traités théologiques en faveur de la démocratie ecclésiale, pour dénoncer l’autoritarisme des évêques qui destituaient des curés « appelants » ou imposaient l’usage des billets de confession. Cette production a suscité en retour la parution d’apologies du pouvoir épiscopal, qui contiennent des réfutations en règle du supposé « presbytérianisme » janséniste. Les théologiens réfractaires n’ont qu’à puiser dans ce corpus, notamment dans le savant ouvrage de Pierre Corgne, la Défense des droits des évêques dans l’Église, paru en 1762, pour dénoncer l’inspiration janséniste de la Constitution civile du clergé.

6De leur côté, les évêques constitutionnels justifient le gouvernement collégial dans les mandements et lettres pastorales publiées après leur prise de possession. Ils y défendent les principes du décret du 12 juillet 1790, en mettant en avant l’utilité des conseils épiscopaux dans le cadre d’un sage gouvernement diocésain. Adrien Lamourette, évêque de Rhône-et-Loire, explique que la nouvelle organisation de l’Église n’a rien à voir avec « l’hérésie des presbytériens », puisqu’il appartient bien à l’évêque seul de gouverner le diocèse :

  • 4 Instruction pastorale de M. l’Évêque du département de Rhône-et-Loire, Métropolitain du Sud-Est, au (...)

La puissance illimitée et absolue donnée au prêtre de consacrer le mystère de l’autel et de guider les consciences n’a pas pour objet de gouverner, mais de servir l’Église. Au lieu que régir l’Église de Dieu est l’apanage spécifique de l’épiscopat. […] L’évêque est aussi l’homme des fidèles, mais des fidèles considérées comme composant une société à qui il faut une autorité, des loix et un régime. C’est là ce qui caractérise immédiatement sa vocation et la perfection du sacerdoce dont il est revêtu ; en sorte que l’épiscopat est essentiellement une puissance régissante et administrative, et que le sacerdoce est, par sa nature, une puissance exécutrice et agissante4.

  • 5 Lettre pastorale de M. l’Évêque du Département de Loir et Cher, Blois, Masson, 1791, p. 12.

7Pour Grégoire, évêque de Loir-et-Cher, l’Assemblée nationale a clairement pris ses distances avec le presbytérianisme en réaffirmant avec force « la supériorité hiérarchique » des évêques5. Si la question n’est pas directement abordée dans l’Accord des vrais principes de l’Église sur la Constitution civile du clergé, le manifeste ecclésiologique de l’épiscopat constitutionnel, elle fait l’objet d’un long développement dans le Catéchisme sur la Constitution civile du clergé de l’évêque des Hautes-Pyrénées, Jean-Guillaume Molinier. Dans cette apologie de l’Église constitutionnelle, publiée à Paris en 1792 par Leclère et diffusée dans de nombreux diocèses, le quatrième point traite longuement du « conseil des évêques », présenté comme une institution de l’Église primitive sagement réactivée par le législateur. Molinier puise ses arguments dans les canons du quatrième concile de Carthage, la correspondance de saint Jérôme, celle de Fulbert de Chartres, ainsi que les travaux historiques de Louis Thomassin et de Claude Fleury. À la question « Donner un Conseil à l’Évêque n’est-ce pas anéantir son autorité ? », Molinier répond :

  • 6 Jean-Guillaume Molinier, Catéchisme sur la Constitution civile du Clergé, Paris, Leclère, 1792, p.  (...)

Ce n’est pas anéantir son autorité, c’est seulement l’entourer de lumières, afin de l’empêcher de s’égarer. Le gouvernement de l’Église n’est pas un gouvernement arbitraire et despotique, c’est au contraire un gouvernement de paix et de charité. L’Église a ses loix et ses règles que l’Évêque doit suivre et dont il ne lui est pas permis de s’écarter. Il a donc besoin d’un Conseil qui l’éclaire6.

8L’évêque des Hautes-Pyrénées résume ainsi la position adoptée par la plupart de ses collègues : le conseil épiscopal n’exerce aucun pouvoir décisionnel, il se contente de guider la réflexion de l’évêque. Cette interprétation de la loi est destinée à préserver le pouvoir épiscopal face aux revendications de certains vicaires, bien décidés à participer activement au gouvernement du diocèse par la voie du scrutin.

Le recrutement du conseil épiscopal

  • 7 Achille Le Sueur, Le clergé picard et la Révolution, Amiens, Yvert et Tellier, 1905, t. II, p. 157.

9Outre les membres de droit – les curés des anciennes paroisses de la cathédrale – et les membres élus – les vicaires du séminaire –, l’évêque constitutionnel doit choisir lui-même ses collaborateurs. Quand il est issu du clergé diocésain, il connaît suffisamment le terrain pour désigner ses vicaires et s’entourer ainsi de personnes de confiance. En revanche, si l’évêque n’est pas originaire du diocèse, il doit se renseigner auprès de correspondants locaux pour savoir quelles sont les personnalités ecclésiastiques susceptibles de composer le conseil épiscopal. Alors qu’il est encore à Paris, le nouvel évêque de la Somme, Desbois de Rochefort, décide de nommer l’abbé Laurendeau, car celui-ci lui a été personnellement recommandé par son frère, député d’Amiens à la Constituante7. C’est également depuis Paris qu’Henri Grégoire choisit de consulter deux curés de Blois, les abbés Vallon et Métivier, pour l’aider à fixer son choix :

  • 8 Lettre de Grégoire du 26 février 1791, reproduite dans Augustin Gazier, Études sur l’histoire relig (...)

Il faudra former le clergé de la cathédrale ; j’ai à cœur d’en prendre la très grande partie dans le diocèse, de choisir des hommes distingués par leur piété et leurs talents. Malheureusement, je ne connais personne ; je vous demande des renseignements8.

  • 9 Marcel Dorigny, « Victor Lanneau : prêtre, jacobin et fondateur du collège des sciences et des arts (...)
  • 10 Alphonse-Honoré Taillandier, Documents biographiques sur P. C. F. Daunou, Paris, Firmin Didot, 1841 (...)
  • 11 Jules Charrier, Claude Fauchet, évêque constitutionnel du Calvados, député à l’Assemblée Législativ (...)
  • 12 Joseph Peter et Charles Poulet, Histoire religieuse du département du Nord pendant la Révolution (1 (...)

10Tous les évêques « étrangers » ne sont pas animés des mêmes intentions, car le risque est grand de se voir imposer des notables ecclésiastiques locaux qui peuvent se révéler des contestataires potentiels, surtout si parmi eux se glissent des crypto-candidats malheureux aux élections épiscopales de février-mars 1791. Pour plus de sûreté, le nouvel évêque peut choisir ses vicaires parmi ses relations antérieures. En Saône-et-Loire, Gouttes s’adjoint les services de Victor Lanneau, le très patriote directeur du collège de Tulle, dont il a su apprécier le talent oratoire et le courage politique9. Certains prêtres en vue sont particulièrement désirés : le brillant oratorien Pierre Daunou est tour à tour sollicité par l’évêque du Nord, par celui du Pas-de-Calais et par celui de Paris10. Dans le Calvados, Claude Fauchet prend la précaution de se rendre à Bayeux accompagné de quatre prêtres de sa connaissance qu’il fait entrer dans son conseil épiscopal en tant qu’hommes de confiance11. Sur les seize membres du conseil épiscopal du département du Nord, douze sont des étrangers au diocèse, choisis par l’évêque Primat au sein de son propre réseau relationnel. Dans ce cas extrême, il s’agit tout autant de nommer des personnes sûres que de pallier la pénurie de candidats locaux12. De fait, dans plusieurs diocèses, les évêques n’arrivent pas à atteindre l’effectif maximal autorisé.

  • 13 Dominique Varry et Claude Muller, Hommes de Dieu et Révolution en Alsace, Turnhout, Brepols, 1993, (...)
  • 14 Pierre Souche, Charles de La Font de Savine (1742-1814), évêque de Viviers (1778-1805), s. l., 1985 (...)

11Conformément à la loi, les évêques cherchent à composer leurs conseils de personnes possédant une solide expérience du ministère paroissial et bénéficiant d’une formation approfondie en droit canon. Cela les conduit à recruter parmi les curés munis de sérieuses références théologiques, ainsi que parmi les professeurs de collège et de séminaire. Dans cette dernière catégorie, l’évêque a souvent l’embarras du choix, car de nombreux religieux se trouvent alors sans emploi après la suppression de leur congrégation et la laïcisation de leur établissement. Il n’y a donc qu’à choisir dans le vivier des pensionnaires ecclésiastiques désireux d’exercer une responsabilité diocésaine. En revanche, il est plus difficile de solliciter des curés, car l’Église constitutionnelle a besoin de prêtres dans les paroisses pour remplacer les curés réfractaires. Dans le Haut-Rhin, l’évêque Arbogast Martin doit renouveler fréquemment les effectifs de son conseil, procédant à la nomination de pas moins de vingt-cinq vicaires épiscopaux entre 1791 et 1793, car il a été obligé de laisser partir plusieurs de ses vicaires, élus à des fonctions curiales13. Dans le département de l’Ardèche, Charles de La Font de Savine se distingue de ses confrères, en refusant de procéder lui-même aux nominations de vicaires qui lui incombent. Avec l’accord des administrations locales, il décide de les faire élire par les citoyens actifs du département, afin de pousser la logique démocratique de la Constitution civile du clergé jusqu’au bout14.

  • 15 Paul Chopelin, Ville patriote et ville martyre. Lyon, l’Église et la Révolution (1788-1805), Paris, (...)
  • 16 André Latreille, Napoléon et le Saint-Siège (1801-1808). L’ambassade du cardinal Fesch à Rome, Pari (...)

12Plusieurs évêques nomment des vicaires dont des parents exercent des responsabilités administratives locales. Cette situation peut refléter la prééminence « naturelle » de certaines familles de notables, dont les membres ecclésiastiques occupaient préalablement des places en vue dans le diocèse, tout comme elle peut résulter de la volonté de trouver des relais efficaces auprès des administrations civiles avec lesquelles l’évêque est amené à travailler. De telles considérations apparaissent dans certains choix opérés par Lamourette dans son diocèse de Rhône-et-Loire : Antoine Flachat est le neveu du maire de Lyon, Félix Bret est un cousin du procureur de la commune de Lyon, tandis qu’Antoine Désiré Lemontey est l’oncle du substitut du procureur de cette même commune. L’évêque peut également choisir ses vicaires parmi les membres d’une tendance politique ou théologique au sein de son diocèse, afin d’obtenir l’appui de ce groupe. Toujours dans le Rhône-et-Loire, Lamourette choisit Hugues Doutre car il fait partie du très influent groupe des curés jansénistes du sud du département, dont le nouvel évêque entend se ménager le soutien15. De même, en Corse, si Joseph Fesch, ancien prévôt du chapitre d’Ajaccio, est membre de droit du conseil épiscopal d’Ignazio Guasco, il sert aussi d’intermédiaire entre celui-ci et le clan Bonaparte16.

  • 17 Fernand Bridoux, Histoire religieuse du département de Seine-et-Marne pendant la Révolution, Melun, (...)
  • 18 Eugène Dubois, Histoire de la Révolution dans l’Ain, Bourg, Brochot, 1932, t. II, p. 110- 111.
  • 19 Dans la Marne, de 1791 à 1793, par pure complaisance, le département verse un traitement de 20 000  (...)

13Il peut arriver qu’un évêque nomme un vicaire épiscopal de complaisance, afin de fournir un revenu à un proche. Ainsi, Pierre Thuin, évêque de Seine-et-Marne, choisit pour quatrième vicaire épiscopal son ami le chartreux Dom Gerle : ce dernier ne se rend pas dans le diocèse et finit par être rayé des états de paiement du département, faute de résidence17. Dans l’Ain, le directoire du département de l’Ain doit intervenir à plusieurs reprises pour obliger les vicaires épiscopaux à respecter la loi. Plusieurs d’entre eux cumulent en effet leur traitement de vicaire avec d’autres revenus, pensions ecclésiastiques ou traitements de curé de paroisse. Le département demande à Royer d’obliger ses vicaires à opter pour une seule fonction, mais l’évêque tergiverse et argue des besoins spirituels de son diocèse pour retarder l’exécution de la loi. En janvier 1792, le département, excédé, décide de suspendre le paiement des salaires des vicaires épiscopaux tant qu’ils n’auront pas abandonné leurs autres fonctions dans le diocèse18. Même si quelques entorses à la loi sont repérables ici ou là19, l’administration veille au grain, ne souhaitant pas voir se reproduire les abus de l’Ancien Régime en matière de bénéfices ecclésiastiques. La résidence fait partie des obligations du fonctionnaire.

  • 20 Jules Charrier, Claude Fauchet, op. cit., t. II, p. 33-34.
  • 21 Joseph Camelin, Les prêtres de la RévolutionRépertoire officiel du clergé schismatique de Rhône-e (...)

14Aucune loi n’interdit en revanche à un évêque de faire entrer un proche parent dans son conseil épiscopal, tant que celui-ci accomplit la mission qui lui a été confiée. Claude Fauchet nomme ainsi son neveu Nicolas Donet à la fonction de vicaire épiscopal du Calvados, afin de s’appuyer sur une personne de confiance, qui devient de facto son secrétaire particulier20. Lamourette fait de même à Lyon avec son neveu Ange Bernard Lamourette, tandis que, dans l’Ain, Royer attribue la fonction de premier vicaire à son frère Joseph-Marie, ancien doyen du chapitre de Cuiseaux21.

Les premières contestations de l’autorité épiscopale et la mise au point du Comité ecclésiastique (juillet 1791)

15Une première interprétation des articles de la Constitution civile du clergé relatifs au fonctionnement du conseil épiscopal circule dans le royaume au cours du mois du mars 1791. Il s’agit de la lettre pastorale de Louis Alexandre Expilly, membre du Comité ecclésiastique de l’Assemblée nationale et premier évêque constitutionnel élu, le 31 octobre 1790, dans le département du Finistère. Imprimé à Paris par les soins de l’Assemblée nationale et diffusé dans tout le royaume, ce document affirme que les avis du conseil épiscopal sont purement informatifs et n’ont, par conséquent, aucune valeur contraignante :

  • 22 Lettre pastorale de M. l’Évêque du Finisterre [du 25 février 1791], Paris, Imprimerie nationale, 17 (...)

En réunissant auprès de chaque prélat des coopérateurs pieux et éclairés, l’Assemblée nationale n’a pas entendu diviser l’épiscopat, ni soumettre l’évêque dans toutes les affaires à la majorité des suffrages ; elle a voulu seulement présenter un appui à l’homme chargé des plus importantes fonctions et lui assurer un refuge contre les surprises auxquelles tous les hommes sont sujets. Qu’on cesse donc de dire qu’une pareille institution est contraire aux droits de l’épiscopat et qu’elle tend à dégrader cette divine mission22.

  • 23 Paul Pisani, Répertoire biographique de l’épiscopat constitutionnel (1791-1802), Paris, Picard, 190 (...)

16Cette interprétation de la loi n’est pas du goût de certains vicaires épiscopaux, qui exigent la mise en œuvre d’un véritable gouvernement collégial du diocèse, par la voie du scrutin. Les vicaires épiscopaux du département de l’Aisne diffusent ainsi auprès de leurs confrères un mémoire en faveur du caractère contraignant des votes des conseils23. Pour couper court à cette querelle d’interprétation, le Comité ecclésiastique décide de préciser les limites du pouvoir des vicaires épiscopaux. Le 4 juillet 1791, une lettre circulaire, signée de Lanjuinais, est envoyée à tous les évêques, chargés de la retranscrire dans les registres de leur conseil :

  • 24 Le texte de cette lettre circulaire, non imprimée, est notamment reproduit dans la Lettre pastorale (...)

Le Comité ecclésiastique a été informé que les vicaires de plusieurs cathédrales ont élevé des prétentions outrées sur l’autorité du conseil épiscopal et que, cherchant à s’appuyer sur la Constitution civile du clergé, ils croient pouvoir gouverner le diocèse à la pluralité des suffrages, quel que soit l’avis de l’évêque et même donner contre ses intentions connues des dimissoires pour les ordres. Rien n’est plus alarmant pour ceux qui aiment la Religion et sont attachés à la discipline de l’Église. Rien n’est plus contraire aux décrets. Rien ne pourroit davantage accréditer ou même justifier l’accusation de presbytérianisme que les ennemis de la révolution se plaisent à répandre contre l’Assemblée Nationale. C’est l’évêque qui exerce la jurisdiction spirituelle. C’est lui qui gouverne le diocèse, après en avoir délibéré avec son conseil. Cette délibération n’est qu’un avis pour lequel il aura nécessairement beaucoup de déférence, mais qu’il peut absolument se dispenser de suivre, hors le cas où il s’agit de la destitution de ses vicaires24.

  • 25 Ludovic Sciout, Histoire de la Constitution civile du clergé (1790-1801), Paris, Firmin Didot, 1872 (...)

17Le conseil épiscopal est ainsi confirmé dans un rôle purement consultatif. Conformément aux articles XLI et XLIV du titre II de la Constitution civile du clergé, le vote décisionnaire n’intervient que dans deux cas : lorsque l’évêque est absent et lors de l’appréciation des causes de révocation d’un vicaire par son curé. Plusieurs conseils épiscopaux, dont celui de Grenoble, protestent contre cette interprétation, abusive selon eux, et écrivent au Comité ecclésiastique pour lui demander de réviser son jugement, en vain25. L’affaire révèle l’existence d’un courant contestataire de l’autorité épiscopale au sein des conseils, susceptible de nourrir de nouvelles divergences ecclésiologiques.

  • 26 La Feuille villageoise, n° 42, 19 juillet 1792, p. 369-370.
  • 27 Lettre de Claude Dupont à Henri Grégoire (16 novembre 1792), reproduite dans Jean Dubray (éd.), Cor (...)

18Concrètement, les pratiques de vote dans les conseils épiscopaux sont très mal connues. Les votes consultatifs ne semblent être demandés par l’évêque que pour trancher des cas particuliers, notamment en matière de discipline. En juillet 1792, le périodique La Feuille villageoise fait état d’une délibération du conseil épiscopal du département du Nord au sujet de l’admission aux ordres d’un homme marié qui souhaite devenir prêtre tout en poursuivant la vie conjugale. Dans une première séance, les voix se partagent à égalité et l’évêque renonce à statuer, renvoyant sa décision à une prochaine réunion du conseil, au cours de laquelle de nouveaux arguments seront présentés avant un second vote26. Une lettre adressée à Grégoire par son premier vicaire Claude Dupont, le 16 novembre 1792, permet de connaître le mode de consultation du conseil épiscopal dans le diocèse du Loir-et-Cher. Les vicaires reçoivent des demandes d’avis théologiques, principalement sur des questions de morale et de discipline, de la part de prêtres, mais également de fidèles. Ils les rassemblent et les adressent à l’évêque, résidant alors à Paris où sa fonction de député l’a appelé, afin qu’il leur indique sa position. Le conseil « s’appuie » – c’est l’expression utilisée par Dupont – ensuite sur les recommandations de l’évêque pour donner un avis officiel27.

L’activité des vicaires épiscopaux

  • 28 Par exemple : Exhortation de M. Hélie, premier vicaire épiscopal, prononcée dans l’Église cathédral (...)
  • 29 Achille Le Sueur, Le clergé picard et la Révolution, op. cit., t. II, p. 155
  • 30 Jules Charrier, Claude Fauchet, op. cit., t. II, p. 33.

19Leur principal tâche est de desservir la cathédrale, dans laquelle ils célèbrent les offices, distribuent les sacrements et prononcent les sermons28. Les registres de baptêmes, mariages et sépultures des paroisses cathédrales constituent ainsi une excellente source pour mesurer la présence de tel ou tel vicaire, mais il ne faut pas pour autant déduire de l’absence ou au contraire de l’abondance de signatures, un niveau d’engagement dans la vie paroissiale de la cathédrale, qui peut passer par d’autres canaux. Les vicaires aident également l’évêque à administrer son diocèse, en formant un bureau diocésain chargé d’entretenir la correspondance avec le clergé paroissial. Dans une pétition adressée à l’administration départementale de la Somme en mars 1792, les vicaires de Desbois de Rochefort résument ainsi leur activité d’administration diocésaine : il « faut veiller sur le département, c’est-à-dire d’entretenir une correspondance avec les curés et les vicaires, de tenir des conseils pour s’éclairer, pour se consulter et pour discuter29 ». Il semblerait que les vicaires se répartissent les tâches par districts, et non plus par archidiaconés, lesquels ont été supprimés par la Constitution civile du clergé. Ainsi, dans le Calvados, Louis Hébert s’occupe ainsi plus particulièrement de la partie sud du département, correspondant à l’ancien diocèse de Séez30.

  • 31 Joseph Camelin, Les prêtres de la Révolution, op. cit., p. 20.

20La loi reste très floue sur les attributions du premier vicaire, qui perçoit un traitement largement supérieur à celui de ses confrères, ce qui signifie que de plus grandes responsabilités lui incombent. Là encore, ce flou est source de conflits et les administrations locales doivent interpréter la loi. Ainsi, dans le diocèse de Rhône-et-Loire, en l’absence de l’évêque Adrien Lamourette, élu député à la Législative, c’est son premier vicaire, Benoît Nizier Servier, qui administre le diocèse à sa place. Un conflit éclate entre lui et ses collègues, ces derniers lui demandant de continuer à desservir la cathédrale à tour de rôle comme vicaire de semaine. Consulté en la matière, le directoire du département stipule que le premier vicaire, en tant que remplaçant de l’évêque, possède le statut de curé de la cathédrale et se trouve donc dispensé des obligations de semaine31.

  • 32 Ibid., p. 31.

21Certains vicaires épiscopaux se voient chargés de missions particulières, en fonction de leur compétence. Par exemple, dans le diocèse de Rhône-et-Loire, le sixième vicaire, Gaspard Renaud, est particulièrement apprécié par Lamourette pour ses talents de négociateur. Il est notamment chargé d’installer les curés nommés dans les paroisses difficiles et de régler le cas du curé de Mornand, dans le district de Montbrison, qui se marie avec grand bruit en 179232.

  • 33 Claude Betzinger, Vie et mort d’Euloge Schneider, ci-devant franciscain, Strasbourg, La Nuée bleue, (...)
  • 34 Par ordre alphabétique : Yves-Marie Audrein (1741-1800), vicaire épiscopal du Morbihan ; François C (...)

22Les évêques ne peuvent empêcher certains de leurs vicaires de s’engager activement dans la vie politique, réduisant leur participation au conseil épiscopal au strict minimum. Dans le Bas-Rhin, deux vicaires épiscopaux se distinguent par leur engagement politique. Chassé de Savoie pour ses prises de position prorévolutionnaire et réfugié à Strasbourg en 1790, Philibert Simond (1755-1794) est choisi comme vicaire par Brendel, car il est l’incarnation même du « pasteur patriote ». Mais très vite, il se consacre exclusivement à la politique, passant le plus clair de son temps à la Société des Jacobins de Strasbourg dont il devient l’un des principaux orateurs. Cet engagement le conduit à être élu député du Bas-Rhin à la Convention, où il siège dans les rangs de la Montagne. Parcours similaire pour son collègue Euloge Schneider, franciscain, professeur à l’université de Bonn qui gagne Strasbourg en 1790 pour participer à l’œuvre régénératrice de la Révolution française. Pour Brendel, qui le choisit pour vicaire, cet intellectuel semble une recrue de choix. Mais, comme Simond, Schneider délaisse rapidement le conseil épiscopal au profit de la tribune de la Société des Jacobins. Élu maire de Haguenau en 1792, il devient en 1793 accusateur public auprès du tribunal révolutionnaire du Haut-Rhin, fonction dans laquelle il se distingue par son zèle à traquer les ennemis de la Révolution33. Le cas du Bas-Rhin n’est pas isolé. Au total, huit vicaires épiscopaux sont élus députés à la Convention en septembre 179234.

Les conflits entre l’évêque et ses vicaires

  • 35 Paul Chopelin, Ville patriote et ville martyre, op. cit., p. 168-169.

23Le flou législatif entourant les modalités concrètes de la consultation des vicaires épiscopaux par les évêques est une source continuelle de conflits, dont l’ampleur varie d’un diocèse à l’autre, selon la personnalité des acteurs. Le ministère paroissial dans la cathédrale et la gestion du séminaire sont deux sources de tension récurrentes au sein du conseil épiscopal. À Lyon, une violente querelle oppose le vicaire-directeur, Aymard, à ses collègues. Toutes les tentatives de conciliation de l’évêque Lamourette échouent et la formation des rares séminaristes en souffre énormément35.

  • 36 Discours sur le mariage des prêtres, lu à la Société des Amis de la Constitution, séante à Strasbou (...)
  • 37 Rodolphe Reuss, vol. 1, p. 344-345. Le texte de l’affiche est reproduit dans Frédéric Charles Heitz (...)

24Les conflits les plus graves éclatent autour de la question du célibat ecclésiastique et ce, dès 1791. En octobre, dans le département du Bas-Rhin, Euloge Schneider publie un Discours sur le mariage des prêtres, dans lequel il explique que « le seul moyen de rendre aux prêtres l’estime et la confiance publiques, c’est l’abolition du célibat36 ». Il est aussitôt désavoué par Brendel et son conseil épiscopal, qui publient leur arrêté sous la forme d’affiche, provoquant ainsi une rupture irrémédiable avec Schneider37.

  • 38 [Jean Tollin], Grande réforme à faire dans le clergé constitutionnel, Paris, Imprimerie du Postillo (...)

25La défense du mariage des prêtres peut conduire certains vicaires à remettre en cause l’autorité même de l’évêque. En février 1792, l’un des vicaires épiscopaux du Loir-et-Cher, Jean Tollin, publie à Paris un pamphlet intitulé Grande réforme à faire dans le clergé constitutionnel, dans lequel il se livre à une apologie du mariage des prêtres et surtout à une remise en cause de « la domination épiscopale38 ». Se réclamant ouvertement des thèses presbytériennes, Tollin affirme que les évêques doivent seulement être considérés comme les premiers des prêtres de leur diocèse, qui ne peuvent être que gouvernés collégialement :

C’est la fraternité, la charité qui gouvernent l’église de Jésus-Christ et jamais le pouvoir d’un seul ; ce n’est que quand ses ministres seront assemblés que Jésus-Christ promet de se trouver au milieu d’eux ; l’esprit particulier n’est pas l’esprit ecclésiastique. […] L’Assemblée nationale a grossièrement errée, son but est manqué, les Évêques ne devant toujours consulter que pour la forme ; la sûreté de l’administration ecclésiastique demeure livrée aux fantaisies d’un seul homme. Elle a conservé dans le clergé le despotisme qu’elle a extirpé du gouvernement civil.

  • 39 Augustin Gazier, Études sur l’histoire religieuse de la Révolution française, op. cit., p. 87- 90.
  • 40 Jean-Claude Meyer, La vie religieuse en Haute-Garonne sous la Révolution (1789-1801), Toulouse, Pub (...)
  • 41 Jean-Claude Meyer, Deux théologiens en Révolution. L’universitaire Paul Benoît Barthe, évêque du Ge (...)

26Ce point de vue l’amène à réclamer l’abolition des distinctions de costume (mitre et crosse), ainsi que des pouvoirs liturgiques et sacramentaires propres aux évêques. Il dénonce enfin les interprétations restrictives de la Constitution civile du clergé quant aux pouvoirs des conseils épiscopaux : l’administration du diocèse leur appartient, car l’évêque ne peut rien décider sans avoir recueilli la majorité des suffrages au sein de son conseil. Les propos de Tollin – qui, pour l’occasion, a reçu le soutien de son collègue Nusse – sont immédiatement condamnés par le conseil épiscopal de Loir-et-Cher, auquel celui d’Indre-et-Loire manifeste sa solidarité39. En Haute-Garonne, le conseil épiscopal condamne également l’ouvrage, mais l’affaire est l’occasion de réveiller des dissensions entre les vicaires de Sermet, certains se voyant reprocher d’avoir auparavant soutenu des thèses proches de celles de Tollin40. Ce dernier vient à résipiscence en avril, obtenant le pardon de Grégoire et regagnant les rangs du conseil épiscopal de Loir-et-Cher. Mais la question du pouvoir réel des vicaires continue de faire débat. Au cours de l’été 1792, le conseil épiscopal de Haute-Garonne, toujours divisé sur la question, s’adresse aux vicaires épiscopaux de Paris pour obtenir davantage de précisions. Ces derniers finissent par répondre que le conseil n’a qu’une fonction purement consultative sur tout ce qui relève de la discipline intérieure41.

  • 42 Achille Le Sueur, Le clergé picard et la Révolution, op. cit., p. 155-157.

27La colère gronde également dans la Somme. En mars 1792, les vicaires épiscopaux écrivent au département pour dénoncer l’inaction de l’évêque Desbois de Rochefort et réclamer des effectifs supplémentaires. Ils sont au nombre de huit, car l’évêque a refusé de nommer les huit autres vicaires prévus par la loi, afin, sans doute, d’éviter les oppositions dans son conseil. Soutenus par la municipalité d’Amiens, les vicaires épiscopaux en exercice se plaignent d’être submergés par leur charge pastorale et demandent à être autorisés à compléter eux-mêmes leurs effectifs, en élisant de nouveaux membres. Le département demande à Desbois de Rochefort d’agir au plus vite, sous peine de laisser le conseil épiscopal se gouverner tout seul. Au début du mois de mai, sous la menace, l’évêque consent à nommer huit vicaires supplémentaires42.

La progressive suppression des conseils épiscopaux (juillet-septembre 1793)

28Au début de l’année 1793, le débat sur le rôle des conseils épiscopaux sort du cadre strictement clérical et prend une tournure politique. Localement, les militants révolutionnaires leur reprochent leur trop grand conservatisme ou, du moins, leur impuissance à imposer des réformes ecclésiales à leur évêque, principalement l’abrogation du célibat des prêtres. Dans son numéro du 1er mars 1793, La Vedette ou Journal du département du Doubs s’en prend violement au conseil épiscopal de Séguin, hostile au mariage des ecclésiastiques :

  • 43 La Vedette ou Journal du département du Doubs, n° XXXIV, 1er mars 1793, p. 273.

On nous a débarrassés de nos chanoines, mais ça a été pour les faire revivre sous une autre dénomination ; car, que font seize vicaires dans une paroisse comme celle de St Jean ? Tous les trois mois, ils vous font un prône et toutes les seize semaines ils administrent les sacremens ; le reste du temps, ils ne font plus rien. Cette vie n’est-elle pas plus douce que celle de nos ci-devant chanoines qui se levoient au moins de bon matin et assistoient trois fois par jour au chœur ? C’est donc un acte de justice qu’a fait la société de cette ville en demandant à la Convention la suppression de tous les conseils épiscopaux ; la nation va gagner 5 à 600 mille livres et le diocèse qui manque de prêtres se trouvera tout d’un coup abondamment pourvu43.

  • 44 Pierre Claude François Bert, Des prêtres salariés par la nation, considérés dans leurs rapports ave (...)

29Dans un pamphlet en faveur de la suppression du salariat des prêtres paru également au début de l’année 1793, le nivernais Pierre Claude François Bert dénonce l’inutilité des conseils épiscopaux, qui, bien loin de contribuer au relèvement moral du clergé, ne peuvent qu’engendrer des abus disciplinaires : n’étant promis à aucune récompense pécuniaire avec la disparition des bénéfices ecclésiastiques, mais risquant au contraire de perdre leur place en cas de conflit interne, les vicaires se gardent bien de faire du zèle. Selon lui, ils évitent toute intervention disciplinaire, afin de ne froisser ni les évêques, ni leurs collègues du conseil, ni les curés, dont ils renforceraient ainsi l’immoralité44.

  • 45 Révolutions de Paris, n° 187, 2-9 février 1793, p. 295-296.
  • 46 Réclamation adressée aux Évêques de France, par des Curés de Paris, contre l’Institution canonique (...)

30Les dissensions entre évêques et vicaires épiscopaux sont désormais portées sur la place publique. En février 1793, les Révolutions de Paris annoncent que six membres du conseil épiscopal de Seine-et-Oise ont choisi de défendre le mariage des prêtres, contre l’avis de leur évêque, Jean-Julien Avoine45. Au mois de juin, quatre curés de Paris publient une Réclamation adressée aux Évêques de France, dans laquelle ils dénoncent la décision de Gobel et de ses vicaires d’introniser le nouveau curé de Saint-Augustin, l’abbé Aubert, qui s’était marié l’année précédente. Gobel est accusé de s’être rangé « par une coupable déférence, à l’avis de son conseil », afin de mieux se soustraire à ses responsabilités d’évêque. Les curés protestataires estiment faire partie du corps ecclésial que l’évêque doit impérativement consulter sur une matière aussi importante. À leurs yeux, le synode est la seule institution légitime pour statuer sur ce cas46.

31Mais c’est une toute autre affaire qui attire l’attention de l’aile gauche de la Convention sur les dysfonctionnements supposés des conseils épiscopaux. Il s’agit de la procédure d’exclusion menée par le conseil épiscopal de l’Allier contre le premier vicaire, Pascal-Antoine Grimaud, dont les circonstances ont été clairement établies par l’historien Philippe Bourdin. En raison de son trop grand engagement politique et de son attitude contestataire à l’égard de son évêque François-Xavier Laurent, Grimaud est destitué le 23 octobre 1792, après un vote majoritaire de ses collègues, conformément aux dispositions de la Constitution civile du clergé. Grimaud adresse alors un long plaidoyer à la Convention, sur lequel rapporte Cambacérès le 1er mars 1793, au nom du Comité de législation, lequel préconise le renvoi de cette affaire. Le vicaire exclu reçoit l’appui de deux députés de ses amis, Bancal des Issarts et Couthon. Ce dernier dénonce avec véhémence ce qu’il considère être une décision arbitraire :

Tant que vous aurez des prêtres épiscopaux, vous aurez des actes arbitraires. Vous ne devez pas laisser vexer les bons citoyens. Oui, la Constitution laisse au conseil de l’évêque le droit de destituer un vicaire, mais il y est dit dans le texte avec connaissance de cause. Il fallait donc des procès-verbaux, des enquêtes et il n’y a rien eu de tout cela. Je me prononce contre le décret.

  • 47 Philippe Bourdin, Le Noir et le Rouge. Itinéraire social, culturel et politique d’un prêtre patriot (...)

32Thuriot en profite pour demander l’abolition du pouvoir de juridiction des évêques, mais il n’est pas entendu. En revanche, Grimaud obtient gain de cause, puisqu’il retrouve son traitement de premier vicaire. Le 20 mars suivant, le tribunal du district de Moulins le rétablit dans ses fonctions. L’évêque fait appel devant le tribunal de cassation, qui, le 12 juillet 1793, lui donne raison. Grimaud entreprend alors de solliciter à nouveau l’appui de la Convention, réclamant le rétablissement de la procédure d’appel comme d’abus, chère aux prêtres contestataires sous l’Ancien Régime. Mais les choses en restent là. Grimaud se tourne entièrement vers sa carrière politique, constatant, non sans déplaisir, que la Convention est en train de remettre en cause l’existence même des conseils épiscopaux47.

33Le 1er juillet 1793, au nom du comité des finances, Mallarmé présente un rapport préconisant la réduction du nombre des vicaires épiscopaux :

Lorsque les dépenses du Trésor national sont excessives, il est du devoir de votre comité des finances de chercher les moyens de les diminuer. Il a trouvé qu’un de ces moyens était la suppression d’une partie des vicaires épiscopaux. La majeure partie de ces ecclésiastiques reste oisive dans les grandes villes, tandis que beaucoup de cures ne sont pas desservies. Ne craignez pas que cette mesure excite du trouble dans la République. Les citoyens qu’elle regarde, reconnaissant combien leur inutilité est dispendieuse, demandent eux-mêmes leur suppression. Le peuple qui aura par là des pasteurs, applaudira à votre décret.

34Le projet de décret prévoit la suppression des deux tiers des membres des conseils épiscopaux. Les évêques auront le pouvoir de choisir les vicaires qu’ils voudront garder. Les vicaires supprimés bénéficieront d’une pension correspondant à la moitié de leur traitement. Ceux qui accepteraient de remplir une fonction curiale bénéficieraient, outre leur traitement de curé, d’un tiers de leur ancien traitement de vicaire. Le rapport de Mallarmé provoque un long débat sur l’opportunité de cette mesure. Plusieurs députés, dont Taillefer et Jeanbon-Saint-André, demandent le renvoi de la discussion de cette question à « des temps plus calmes » pour éviter de provoquer de nouveaux motifs de troubles religieux. Deux évêques députés, Grégoire et Lindet, soutiennent au contraire la proposition de Mallarmé. « Une partie des vicaires épiscopaux est aussi inutile que l’étaient les chanoines » s’écrie Grégoire. Estimant que le principe même de la démocratie ecclésiale est menacé, Dartigoeyte prend la défense des vicaires épiscopaux. Réduire leur nombre, c’est, selon lui, « augmenter la puissance et l’arbitraire des évêques, et c’est là sans doute ce qui engage les évêques de cette Assemblée à appuyer la suppression des membres de leur conseil avec tant de chaleur ». En outre, il juge une telle mesure impolitique, car elle serait l’occasion « de renouveler les inquiétudes du clergé et de fournir des armes aux malveillants pour égarer le peuple ». Finalement, il incombe à Barère d’emporter la décision. À ses yeux, la réduction du nombre de vicaires épiscopaux est moins une mesure nécessaire sur le plan financier que sur le plan politique :

Les évêques supportent impatiemment les conseils épiscopaux et il faut convenir que les citoyens qui les composent ne sont pas ceux qui sont les plus attachés à la Révolution. Ce sont eux qui forment l’opinion qu’on peut appeler administrative et qui est vraiment contre-révolutionnaire.

  • 48 Archives parlementaires, t. LXVIII, p. 37-38.

35Barère termine son discours en demandant que les vicaires épiscopaux occupent les cures vacantes : « par là vous n’alarmerez personne et vous rendrez utiles des hommes qui vivent dans l’oisiveté ». La Convention vote finalement un décret qui impose aux évêques de nommer les vicaires épiscopaux dans les cures vacantes, « sous peine de privation de leurs traitements ». La question de la réduction des effectifs des conseils épiscopaux est renvoyée devant les comités de finances et de législation48.

  • 49 Bernard Plongeron, « Théologie et application de la collégialité… », art. cit., p. 79-80.

36On ne sait encore que peu de choses sur les modalités d’application de cette loi dans les diocèses. Dans le diocèse de la Somme, Desbois de Rochefort essaie d’en profiter pour se débarrasser de vicaires un peu trop turbulents, mais ceux-ci dénoncent la manœuvre auprès des autorités civiles et, le 12 août, les représentants en mission Peyssard et Lacoste cassent la décision de l’évêque pour excès de pouvoir49.

37Le 18 septembre 1793, un débat s’engage à la Convention sur la diminution des traitements des évêques et de leurs vicaires. Un membre du comité de législation – les Archives parlementaires ne nous dévoilent malheureusement pas son nom – lit un rapport proposant de réduire les traitements des évêques et des vicaires épiscopaux. Pour appuyer son propos, il dénonce le spectacle déplorable offert par les disputes incessantes entre les évêques et leur conseil épiscopal :

De nombreuses réclamations se sont fait entendre de toute part contre l’organisation des conseils épiscopaux et contre l’abus que plusieurs évêques ont fait de leur autorité. Une lutte scandaleuse s’est élevée entre les prétendus ministres de la morale et de la paix, et quand tous vos efforts tendent à la régénération des mœurs, ces hommes, si richement salariés, semblent nés pour retarder votre ouvrage en donnant l’exemple de la division et des vices que vous combattez. Il est temps de mettre un terme à ce fléau domestique et de réprimer cette humeur turbulente. Un jour viendra, et je me flatte que ce jour n’est pas éloigné, où la raison universelle fera justice de toutes ces illusions et de toutes ces vaines querelles. En attendant, il faut que les lois soient observées, que la paix soit maintenue et que tout germe de division soit étouffé parmi les citoyens. Vous n’oublierez pas que c’est à l’ombre des temples que la discorde croît et s’élèves, et que c’est de là que sont sorties les guerres les plus cruelles et les plus funestes à la raison et à l’humanité.

38La diminution des traitements lui apparaît comme la seule mesure capable de ramener évêques et vicaires « à la dignité primitive ». La mesure reçoit le soutien immédiat d’Anne-Alexandre Thibault, évêque du Cantal, qui en profite pour dénoncer le salaire « aristocratique » de l’évêque de Paris. C’est alors que Cambon propose de supprimer purement et simplement les vicaires épiscopaux :

  • 50 Dans leur compte-rendu de la séance, plusieurs journaux précisent que Cambon a qualifié les vicaire (...)

Quant aux conseils épiscopaux, leur nullité étant évidente, vous devez prononcer leur destruction. Je la sollicite. Les évêques peuvent consulter les curés de la ville de leur résidence ou des villages voisins50.

  • 51 Archives parlementaires, t. LXXIV, p. 358-360 et 378-382.

39Sa demande est appuyée par Mailhe et Thuriot, qui réussissent à convaincre la Convention de voter un décret supprimant les traitements des vicaires épiscopaux à compter du 1er octobre. L’État leur verse une pension de 1 200 livres, jusqu’à ce qu’ils aient obtenu une place dont le produit s’élève à la même somme : « en cas de refus de la place, ladite pension sera supprimée51 ».

  • 52 Albert Mathiez, « Deux lettres adressées à Chabot (septembre-octobre 1793) », Annales historiques d (...)
  • 53 Fernand Bridoux, Histoire religieuse du département de Seine-et-Marne, op. cit., p. 63.

40Un temps d’incertitude commence pour les anciens vicaires généraux, très inquiets de leur sort à venir52. Les cures disponibles ne manquent pas, mais l’horizon s’est considérablement obscurci pour le clergé constitutionnel : à l’hostilité manifeste des fidèles de l’Église réfractaire, il faut désormais ajouter l’absence de soutien des autorités administratives, qui laissent les militants révolutionnaires s’attaquer de plus en plus ouvertement aux signes extérieurs du culte catholique. L’expérience de la reconversion paroissiale peut être douloureuse, comme celle vécue par Charles Lepelletier, ancien premier vicaire du diocèse de Seine-et-Marne, qui est finalement obligé de quitter la paroisse de Coulommiers où l’a envoyé son évêque, en raison des multiples tracasseries suscitées par les jacobins locaux53.

Conclusion

  • 54 Résumé des débats dans Rodney J. Dean, L’Assemblée Constituante et la réforme ecclésiastique (1790)(...)
  • 55 Jean Boussoulade, « Le presbytérianisme dans les conciles de 1797 et de 1801 », Annales historiques (...)
  • 56 Jacques-Olivier Boudon, « Les élites ecclésiastiques à la fin du Premier Empire : les vicaires géné (...)

41L’histoire des conseils épiscopaux de la première Église constitutionnelle témoigne de la trop grande précipitation avec laquelle la Constitution civile du clergé a été adoptée par l’Assemblée nationale. La question du gouvernement diocésain a fait l’objet d’un rapide débat parlementaire le 8 juin 1790, qui aboutit à une solution de compromis, qui ne satisfait personne : ni les tenants de la démocratie ecclésiale, qui auraient souhaité la mise en place d’une véritable réglementation synodale, ni les partisans de la primauté juridictionnelle de l’évêque54. L’affaire pointe les limites d’une réforme ecclésiastique de grande ampleur, élaborée par la puissance civile sous la pression des événements politiques, avec la volonté d’éviter tout débat théologique approfondi. Les Constituants ont balayé d’un revers de main soixante ans de publications ininterrompues sur la question du gouvernement diocésain, du pouvoir des prêtres et de celui des évêques. Chacun peut a posteriori interpréter la loi à l’aune de ses propres convictions. Les querelles locales étaient par conséquent inévitables. La collégialité consultative du gouvernement diocésain ne survit pas à la première Église constitutionnelle. Les évêques de la seconde Église constitutionnelle (1795-1801) reviennent à la pratique traditionnelle du synode et du concile métropolitain55. Après 1794, les presbytères qui gouvernent les « Églises veuves », c’est-à-dire les diocèses privés d’évêque, mort ou défaillant, s’organisent autour des quelques survivants des conseils épiscopaux de 1791, mais ceux-ci n’ont guère eu d’autre postérité. Ils n’ont pas constitué une pépinière pour les élites de l’Église concordataire. On ne compte que quatre anciens vicaires épiscopaux parmi les cent vingt vicaires généraux recensés par l’enquête nationale de 1813, tandis que Joseph Fesch, oncle du Premier Consul, est le seul d’entre eux à accéder à l’épiscopat56. Le sort des vicaires épiscopaux après la Terreur reste à étudier de façon plus approfondie, mais la plupart d’entre eux semble avoir renoncé à la prêtrise et s’être engagé dans une carrière civile, brillante pour certains, à l’instar d’un Lakanal ou d’un Daunou.

Notes

1 Dans les autres villes de plus de cinquante mille habitants, le traitement du premier vicaire est de 4 000 livres, celui du second de 3 000 livres et celui des autres de 2 400 livres. Dans les villes de moins de cinquante mille habitants, ces traitements sont respectivement de 3 000 livres, 2 400 livres et 2 000 livres.

2 Bernard Plongeron, « Théologie et applications de la collégialité dans l’Église constitutionnelle de France (1790-1801) », Annales historiques de la Révolution française, n° 211, 1973, p. 71-84.

3 Exposition des principes sur la Constitution civile du clergé par les Évêques députés à l’Assemblée nationale, s. l. n. d. [Paris, 1790], p. 48-52 ; Lettre pastorale de M. l’évêque de Lisieux, Paris, 1791, p. 37-42 ; Abbé Roux, Nouvelle apologie du clergé catholique de France, Paris, Crapart, 1792, p. 33-34.

4 Instruction pastorale de M. l’Évêque du département de Rhône-et-Loire, Métropolitain du Sud-Est, au Clergé et aux Fidèles de son Diocèse, Lyon, Amable Le Roy, 1791, p. 53.

5 Lettre pastorale de M. l’Évêque du Département de Loir et Cher, Blois, Masson, 1791, p. 12.

6 Jean-Guillaume Molinier, Catéchisme sur la Constitution civile du Clergé, Paris, Leclère, 1792, p. 18-19. On retrouve les mêmes arguments dans l’instruction sous forme de catéchisme rédigée par Félix Mainguy et Jean-Denis Lanjuinais, Instruction conforme à la doctrine de l’Église catholique, apostolique et romaine sur la Constitution civile du Clergé, Rennes, Robiquet, 1791, p. 24-25.

7 Achille Le Sueur, Le clergé picard et la Révolution, Amiens, Yvert et Tellier, 1905, t. II, p. 157.

8 Lettre de Grégoire du 26 février 1791, reproduite dans Augustin Gazier, Études sur l’histoire religieuse de la Révolution française, Paris, Armand Colin, 1887, p. 39. Grégoire fait en revanche appel à l’une de ses relations personnelles, l’abbé Marie Joseph Philibert Rochejean, pour diriger le séminaire et rejoindre ainsi son conseil épiscopal. Ce qui ne constitue pas ici une garantie de fidélité et d’efficacité, puisque Rochejean s’engage fougueusement en politique, délaissant totalement les affaires du diocèse (Jules Gallerand, Les cultes sous la Terreur en Loir-et-Cher (1792-1795), Blois, Grande imprimerie de Blois, 1929, p. xxxii-xxxviii).

9 Marcel Dorigny, « Victor Lanneau : prêtre, jacobin et fondateur du collège des sciences et des arts (1758-1830) », Annales historiques de la Révolution française, n° 274, 1988, p. 347- 365.

10 Alphonse-Honoré Taillandier, Documents biographiques sur P. C. F. Daunou, Paris, Firmin Didot, 1841, p. 23.

11 Jules Charrier, Claude Fauchet, évêque constitutionnel du Calvados, député à l’Assemblée Législative et à la Convention (1744-1793), Paris, Honoré Champion, 1909, t. I, p. 269-270.

12 Joseph Peter et Charles Poulet, Histoire religieuse du département du Nord pendant la Révolution (1789-1802), Lilles, Facultés catholiques de Lille, 1930, t. I, p. 154.

13 Dominique Varry et Claude Muller, Hommes de Dieu et Révolution en Alsace, Turnhout, Brepols, 1993, p. 135.

14 Pierre Souche, Charles de La Font de Savine (1742-1814), évêque de Viviers (1778-1805), s. l., 1985, p. 34.

15 Paul Chopelin, Ville patriote et ville martyre. Lyon, l’Église et la Révolution (1788-1805), Paris, Letouzey & Ané, 2010, p. 154.

16 André Latreille, Napoléon et le Saint-Siège (1801-1808). L’ambassade du cardinal Fesch à Rome, Paris, Félix Alcan, 1935, p. 55-58.

17 Fernand Bridoux, Histoire religieuse du département de Seine-et-Marne pendant la Révolution, Melun, Archambault, 1953, p. 65.

18 Eugène Dubois, Histoire de la Révolution dans l’Ain, Bourg, Brochot, 1932, t. II, p. 110- 111.

19 Dans la Marne, de 1791 à 1793, par pure complaisance, le département verse un traitement de 20 000 livres à l’évêque Nicolas Diot, alors que celui-ci n’a droit qu’à un traitement de 12 000 livres. En juin 1793, la nouvelle administration départementale exige de l’évêque qu’il rembourse le trop perçu : André Toupance, « Nicolas Diot, évêque constitutionnel de La Marne », Annales historiques de la Révolution française, n° 110, 1948, p. 119.

20 Jules Charrier, Claude Fauchet, op. cit., t. II, p. 33-34.

21 Joseph Camelin, Les prêtres de la RévolutionRépertoire officiel du clergé schismatique de Rhône-et-Loire (avril 1791-octobre 1793), Lyon, Société des bibliophiles lyonnais, 1944, p. 64-66 ; Eugène Dubois, Histoire de la Révolution dans l’Ain, op. cit., t. II, p. 109.

22 Lettre pastorale de M. l’Évêque du Finisterre [du 25 février 1791], Paris, Imprimerie nationale, 1791, p. 9-10.

23 Paul Pisani, Répertoire biographique de l’épiscopat constitutionnel (1791-1802), Paris, Picard, 1907, p. 207-208 ; Francesco Dei, Galliganisme et sécularisation révolutionnaire. Ecclésiologie de l’Église constitutionnelle (1790-1794), thèse de doctorat en histoire contemporaine (dir. D. Menozzi), École normale supérieure de Pise, 2015, p. 211.

24 Le texte de cette lettre circulaire, non imprimée, est notamment reproduit dans la Lettre pastorale de M. l’Évêque du Département du Tarn au Clergé et à tous les Fidèles de son Diocèse, Albi, Baurens, 1791, p. 21.

25 Ludovic Sciout, Histoire de la Constitution civile du clergé (1790-1801), Paris, Firmin Didot, 1872, t. II, p. 350-351.

26 La Feuille villageoise, n° 42, 19 juillet 1792, p. 369-370.

27 Lettre de Claude Dupont à Henri Grégoire (16 novembre 1792), reproduite dans Jean Dubray (éd.), Correspondance de l’abbé Grégoire avec son clergé du Loir-et-Cher. Tome I. 1791 à 1795, Paris, Classiques Garnier, 2017, p. 79-81.

28 Par exemple : Exhortation de M. Hélie, premier vicaire épiscopal, prononcée dans l’Église cathédrale de Grenoble, le jour des Rois, Grenoble, J. Allier, 1792, 18 p.

29 Achille Le Sueur, Le clergé picard et la Révolution, op. cit., t. II, p. 155

30 Jules Charrier, Claude Fauchet, op. cit., t. II, p. 33.

31 Joseph Camelin, Les prêtres de la Révolution, op. cit., p. 20.

32 Ibid., p. 31.

33 Claude Betzinger, Vie et mort d’Euloge Schneider, ci-devant franciscain, Strasbourg, La Nuée bleue, 1997.

34 Par ordre alphabétique : Yves-Marie Audrein (1741-1800), vicaire épiscopal du Morbihan ; François Chabot (1756-1794), vicaire épiscopal de Blois ; Pierre Daunou (1761-1840), vicaire épiscopal du Pas-de-Calais ; Jacques Goyre de Laplanche (1751-1817), vicaire épiscopal de la Nièvre ; Joseph Lakanal (1762-1845), vicaire épiscopal de Pamiers ; Benoît Monestier (1745-1820), vicaire épiscopal du Puy-de-Dôme ; Louis Roux (1753-1817), vicaire épiscopal de Haute-Marne ; Philibert Simond (1755-1794), vicaire épiscopal du Bas-Rhin.

35 Paul Chopelin, Ville patriote et ville martyre, op. cit., p. 168-169.

36 Discours sur le mariage des prêtres, lu à la Société des Amis de la Constitution, séante à Strasbourg, le 11 octobre 1791, par un prêtre fonctionnaire, s. l. [Strasbourg], 1791, 7 p.

37 Rodolphe Reuss, vol. 1, p. 344-345. Le texte de l’affiche est reproduit dans Frédéric Charles Heitz, Notes sur la vie et les écrits d’Euloge Schneider, Strasbourg, Heitz, 1862, p. 20.

38 [Jean Tollin], Grande réforme à faire dans le clergé constitutionnel, Paris, Imprimerie du Postillon, s. d. [1792], 62 p.

39 Augustin Gazier, Études sur l’histoire religieuse de la Révolution française, op. cit., p. 87- 90.

40 Jean-Claude Meyer, La vie religieuse en Haute-Garonne sous la Révolution (1789-1801), Toulouse, Publications de l’Université de Toulouse-Le Mirail, 1982, p. 125-126.

41 Jean-Claude Meyer, Deux théologiens en Révolution. L’universitaire Paul Benoît Barthe, évêque du Gers, le carme prédicateur Hyacinthe Sermet, évêque métropolitain du Sud, Plans-sur-Bex, Parole et Silence, 2011, p. 356-357.

42 Achille Le Sueur, Le clergé picard et la Révolution, op. cit., p. 155-157.

43 La Vedette ou Journal du département du Doubs, n° XXXIV, 1er mars 1793, p. 273.

44 Pierre Claude François Bert, Des prêtres salariés par la nation, considérés dans leurs rapports avec le gouvernement républicain, Paris, C. F. Patris, 1793, p. 68-69.

45 Révolutions de Paris, n° 187, 2-9 février 1793, p. 295-296.

46 Réclamation adressée aux Évêques de France, par des Curés de Paris, contre l’Institution canonique accordée par M. Gobel, Évêque Métropolitain de Paris, à un Prêtre marié, élu à une Cure de son Diocèse, Paris, Leclère, 1793, p. 7 et 14-23.

47 Philippe Bourdin, Le Noir et le Rouge. Itinéraire social, culturel et politique d’un prêtre patriote (1736-1799), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2000, p. 229- 254.

48 Archives parlementaires, t. LXVIII, p. 37-38.

49 Bernard Plongeron, « Théologie et application de la collégialité… », art. cit., p. 79-80.

50 Dans leur compte-rendu de la séance, plusieurs journaux précisent que Cambon a qualifié les vicaires épiscopaux de « chanoines travestis ».

51 Archives parlementaires, t. LXXIV, p. 358-360 et 378-382.

52 Albert Mathiez, « Deux lettres adressées à Chabot (septembre-octobre 1793) », Annales historiques de la Révolution française, n° 44, 1931, p. 169-172.

53 Fernand Bridoux, Histoire religieuse du département de Seine-et-Marne, op. cit., p. 63.

54 Résumé des débats dans Rodney J. Dean, L’Assemblée Constituante et la réforme ecclésiastique (1790), Paris-Londres, Chez l’auteur, 2014, p. 397-398.

55 Jean Boussoulade, « Le presbytérianisme dans les conciles de 1797 et de 1801 », Annales historiques de la Révolution française, n° 121, 1951, p. 17-37 ; Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu, Le concile national en 1797 et en 1801 à Paris. L’abbé Grégoire et l’utopie d’une Église républicaine, Berne, Peter Lang, 2007.

56 Jacques-Olivier Boudon, « Les élites ecclésiastiques à la fin du Premier Empire : les vicaires généraux de 1813 », Revue historique, t. 291, 1994, p. 277.

© LARHRA, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search