Version classiqueVersion mobile

Gouverner une Église en révolution

 | 
Paul Chopelin

Première partie. Politique et religion

La croix et la cocarde

Les évêques constitutionnels alsaciens

Claude Muller

Texte intégral

  • 1 Sur le contexte religieux : Philippe Bourdin et Philippe Boutry, « L’Église catholique en Révolutio (...)

1Au moment où débute la Révolution, les frontières politiques ne coïncident pas avec les frontières religieuses en Alsace1. Ainsi, au sud de la région, le diocèse de Bâle englobe une partie suisse et une partie alsacienne. Dans le nord de la région, le diocèse de Strasbourg s’étend non seulement sur la basse Alsace, mais aussi sur la rive droite du Rhin, terre d’Empire. Ajoutons que la bande la plus septentrionale, de Wissembourg à Lauterbourg, dépend de l’évêque de Spire dont l’essentiel des possessions se situe dans le Palatinat. Quelques paroisses encore dépendant de l’évêque de Metz, d’autres de celui de Besançon.

  • 2 Dominique Varry et Claude Muller, Hommes de Dieu et Révolution en Alsace, Éditions Brepols, Paris, (...)
  • 3 Frédéric Charles Heitz, La Contre-Révolution en Alsace de 1789 à 1793, Strasbourg, 1865 ; Rodolphe (...)

2Le décret du 12 juillet 1790 sur la Constitution civile du clergé sanctionné par le roi le 24 août 1790, est réceptionné en Alsace le 20 septembre2. Plus encore que le projet de serment, deux mesures provoquent immédiatement une agitation dans la région : le nouveau découpage des évêchés (un évêché à Strasbourg pour le Bas-Rhin et un autre à Colmar pour le Haut-Rhin) ainsi que l’élection des évêques à laquelle les électeurs protestants pourraient prendre part3.

  • 4 René Epp, « Le Bas-Rhin, département français au pourcentage de prêtres jureurs le plus faibles », (...)

3Au-delà d’une agitation commune, une distinction nette apparaît rapidement. Dans l’Alsace du Nord, les réfractaires4 en très grand nombre annihilent quasiment tout essai de gouvernance de l’éphémère évêque constitutionnel du Bas-Rhin, François Antoine Brendel. Dans l’Alsace du sud, au contraire, après un bref intermède électoral favorable à Jean Baptiste Gobel, on assiste à l’élection d’Abrogast Martin, constamment chahuté par la suite puis à l’installation d’une Église post-thermidorienne dynamisée par le charisme de Marc Antoine Berdolet, lequel s’occupera aussi de l’Église veuve du Bas-Rhin. À un département du Bas-Rhin « autrichien » s’oppose donc un département du Haut-Rhin « républicain », selon la formule récurrente des commissaires dépêchés sur place.

François Antoine Brendel, évêque du Bas-Rhin, une gouvernance en déshérence

  • 5 Louis de Rohan (1734-1803), coadjuteur de son oncle Constantin de Rohan en 1756, prince-évêque de S (...)
  • 6 Frédéric de Dietrich (1748-1793), maire de Strasbourg du 18 mars 1790 au 22 août 1792, guillotiné à (...)
  • 7 Claude Muller, « Un bras de fer. Frédéric de Dietrich, Louis de Rohan et la fête de la Fédération à (...)

4À Strasbourg, l’histoire débute avec une rencontre houleuse entre Louis de Rohan5, prince évêque de Strasbourg, et Frédéric de Dietrich6, le premier maire – de surcroît protestant – de la ville. Que se disent les deux hommes7 au début de juin 1790 ? Dietrich refuse à Rohan la permission d’officier à la Fête-Dieu et à la fête de la Fédération à Strasbourg, prévue le 13 juin 1790. Surtout, il lui fait peur, à tel point que le cardinal décide de se mettre immédiatement à l’abri de l’autre côté du Rhin et donc de la frontière, tout de même sur ses terres épiscopales.

5Rohan hors de portée, mais désormais absent, il convient pour les partisans de la Révolution d’organiser les élections et de trouver un prêtre en accord avec la nouvelle réalité politique. En témoigne cette lettre de Joseph Schwendt à Frédéric de Dietrich, adressée depuis Paris le 11 février 1791 :

  • 8 Arch. privées De Dietrich Reichshoffen, 63a/467.

Un choix de la plus haute importance est celui d’un évêque, parce qu’il vous faut un homme de tête qui ait la considération du clergé et du peuple. Ce choix est difficile. Je serai bien embarrassé de fixer mon idée ne connaissant plus le local [Schwendt réside à Paris depuis de longs mois] et vraiment cela est délicat, d’autant plus qu’il faudra aussi trouver du caractère et de l’énergie dans l’individu qui aura à combattre des résistances8.

6Trois jours plus tard, Schwendt précise sa pensée :

  • 9 Autrement dit Jean Baptiste Gobel évoqué plus loin.
  • 10 Ce qui prouve bien que ces élections sont préparées avec soin, non sans difficultés.
  • 11 Sigismond Gobel (1731-1819) fait profession chez les bénédictins à Ebermünster en 1751, est ordonné (...)
  • 12 Arch. privées De Dietrich Reichshoffen, 59/9/6. Signalons les propos prémonitoires de Schwendt du 1 (...)

Kauffmann nous a communiqué pour l’élection de votre évêque une idée dont je vous fait part et qui peut être bonne. Il a dit que le prieur d’Ebersmunster est un homme éclairé qui a un bon ton et est frère de l’évêque de Lydda9 qui probablement sera élu pour le Haut-Rhin10. Il s’appelle Gobel11 et son frère le persuadera par son exemple12.

  • 13 Dominique Varry et Claude Muller, Hommes de Dieu et Révolution, op.cit., p. 54-57. À la bibliothèqu (...)

7Le choix, en définitive, tombe sur François Antoine Brendel13, né à Lohr-am-Main le 4 octobre 1735, mais ayant grandi en Alsace, car son père remplit à Memmelshoffen les fonctions de receveur des princes de Hesse Darmstadt. Prédicateur à la cathédrale de Strasbourg en 1765, il est professeur de droit canonique à l’université épiscopale de Strasbourg de 1769 à 1791, en même temps que bibliothécaire du séminaire. C’est donc un homme instruit, mais de nature inquiète, valétudinaire depuis longtemps, criblé d’infirmité. De plus ce n’est pas un chef. Brendel prête serment à la Constitution civile du clergé le 20 février 1791 à la cathédrale de Strasbourg. Il justifie son adhésion dans un discours publié pour servir d’exemple : « J’ai cru devoir obéir à cette institution avec d’autant plus d’empressement que ce serment, à la fois acte de religion et civisme, m’unira, s’il se peut davantage, à des concitoyens au bonheur desquels je suis prêt à me sacrifier tout entier. » François Antoine Brendel poursuit : « J’aime la religion au-dessus de tout. Je suis invariablement et inviolablement attaché à ses saintes lois. Rien ne pourra jamais me séparer de mon divin Sauveur. » Apparaît d’un coup un contexte difficile :

Affaibli, presque épuisé par le travail et des infirmités continuelles, je me vois au bord du tombeau. Près de ce terme fatal, abjurerais-je cette sainte religion et renoncerais-je à cette grande affaire de mon salut ? Deviendrais-je apostat, hérétique ?

8Surtout le professeur de droit canonique argumente : « Je n’ai rien aperçu dans la Constitution civile du clergé qui soit contraire au dogme qui puisse blesser les vérités saintes que nous devons croire et enseigner. Rien qui attaque les principes de notre foi. Le pape, notre Saint Père, reste la pierre fondamentale de l’édifice mystique de la religion de Jésus Christ. Il reste le centre de l’unité… Il ne perd aucun de ses droits essentiels et inhérents à la principauté. » Certes Brendel ajoute qu’il « confirmera plus les évêques de France », mais pour lui ce doit être le rôle des métropolitains et de plus l’élection des évêques par le peuple est conforme à la tradition. Brendel conclut :

Il faut donc prêter le serment ? La loi le veut, le bon citoyen obéit, ce n’est que le mauvais qui refuse... En remplissant ce devoir, je réunirai l’État et la religion si nécessaires pour le maintien de l’ordre.

  • 14 D’où l’article un brin polémique de Médard Barth, « Die Wahl Brendels zum Bischofs von Strasburg », (...)

9Seul candidat, il est élu, le 6 mars 1791, évêque constitutionnel du Bas-Rhin, à l’âge de 56 ans, par 317 voix sur 419 électeurs, parmi lesquels des protestants14. Le 8 mars, le commissaire Hérault en informe l’Assemblée :

L’évêque Brendel qui a été élu évêque du département du Bas-Rhin vient de partir pour Paris. Nous serions reconnaissants si vous aviez la bonté de faire accélérer sa consécration et son retour... Le département espère que vous voudrez bien présenter au roi le nouvel évêque de Strasbourg. Sa Majesté honorera sans doute de quelque intérêt un pasteur simple et modeste, que la voix publique a nommé dès le premier scrutin presque à l’unanimité, malgré les cabales et auquel il a fallu faire violence pour le forcer à consentir à son élection.

10Manière sibylline de dire qu’il n’a été facile de trouver un candidat.

  • 15 Sa personnalité est évoquée plus loin.
  • 16 Bernard Plongeron, L’abbé Grégoire (1750-1831), ou l’arche de la fraternité, Paris, Letouzey & Ané, (...)

11Brendel est sacré à Paris par Jean-Baptiste Gobel15, le dimanche 13 mars 1791, en même temps qu’Henri Grégoire16 et huit autres évêques. Apprenant la nouvelle, la comtesse de Barbier persifle au fin fond du Sundgau :

Le nouvel évêque de Strasbourg, un nommé Brendel, s’est tout de suite rendu à Paris pour se faire sacré. Il est revenu en diligence, par crainte que sa place ne lui échappe, car on assure que les catholiques n’en sont nullement contents, vu qu’il y avait plus d’électeurs protestants que catholiques, de façon qu’on le nomme l’évêque des luthériens. Et lui a pensé, comme Henri IV, qu’un évêché vaut bien un serment.

  • 17 Frédéric Charles Heitz, La Contre-Révolution en Alsace, op.cit., p. 158-160.

12Le nouvel évêque est intronisé le 25 mars, au moment où le cardinal Louis de Rohan condamne cette élection et interdit au clergé de le reconnaître comme évêque légitime17. Les commissaires témoignent le 26 mars 1791 :

  • 18 Arch. nat., F1 c III, Rhin B 13.

Il a été chanté hier un Te Deum solennel auquel tous les corps ont été invités. Cette cérémonie a été suivie d’une illumination... L’installation nous dédommage de la désobéissance formelle et séditieuse des curés réfractaires et des moines qui abusent des bienfaits de la nation. Ils ont refusé à l’exemple du séminaire de reconnaître leur évêque constitutionnellement élu. Ils ont ajouté à cette infraction le manque de respect pour sa Majesté en ne se rendant pas à la cathédrale18.

13La comtesse de Barbier ne dit pas autre chose : « Le nouvel évêque a de la peine à se faire reconnaître. »

  • 19 Louis Kammerer, « Le clergé constitutionnel en Alsace (1791-1803) », Archives de l’Église d’Alsace, (...)
  • 20 Claude Betzinger, Vie et mort d’Euloge Schneider, ci-devant franciscain, Strasbourg, La Nuée Bleue, (...)

14C’était anticiper les problèmes à venir. Pour combler les vides dramatiques du clergé constitutionnel du Bas-Rhin, Brendel accepte la venue d’un grand nombre de prêtres allemands19 en rupture de ban « pour se ranger sous le bienheureux drapeau des libertés françaises. » Mais cet apport constitue bien vite un embarras pour Brendel. Ainsi le 11 octobre 1791, Euloge Schneider donne lecture d’un discours sur le mariage des prêtres, aussitôt désavoué le 22 par l’évêque constitutionnel20. S’ensuit une violente querelle. Malgré cet épisode, Schneider reste en possession de son titre de vicaire épiscopal. Toutefois la mansuétude de Brendel annonce les exactions de Schneider.

  • 21 Arch. nat., F19 464.

15Avec Frédéric de Dietrich, les accrochages surgissent, inévitablement. Le 13 mars 1792, l’évêque constitutionnel écrit au maire : « Quoique, de tout temps, j’ai improuvé au fond de mon âme les processions, ces promenades religieuses embarrassantes et tout opposées à la vraie dévotion, je ne puis pourtant point accéder à l’invitation que vous me faites de les restreindre à l’intérieur des églises21. » Un propos qui illustre bien la voie étroite qui lui reste.

  • 22 Bibl. mun. André Malraux Strasbourg, Ms 485, f° 2.
  • 23 Idem, f° 4.

16Pour ce qui est des maigres réseaux de Brendel, citons ses relations avec Lalande, évêque constitutionnel de Nancy. Ce dernier réclame à Brendel le 19 mars 1792 « des sujets qui sachent les deux langues. J’espère comme vous qu’en étant dépaysés, ils peuvent faire plus de bien et changer de conduite, du moins je ne négligerai rien pour les y engager22. » Le 7 juillet 1792, Lalande écrit23 encore à Brendel :

J’ai lu avec bien du plaisir l’instruction pastorale que vous avez publié sur la guerre. Cette lecture m’a fait naître le désir de connaître vos autres ouvrages. Permettez-moi de vous consulter sur quelques points relatifs au gouvernement ecclésiastiques de votre diocèse. Quelle est la conduite à tenir à propos d’un prêtre qui se marirait ? Si on demande la dispense des vœux monastiques l’accorderiez-vous ? Il serait à souhaiter que les évêques se concertent pour établir une discipline uniforme sur tous les objets.

17Missive qui montre, au passage, le sentiment d’isolement d’une partie de l’épiscopat constitutionnel.

  • 24 Arch. nat., F19 464.

18En fait Brendel lui-même apparaît dans une position instable à cause de la faiblesse des effectifs de l’Église constitutionnelle dans son département. Le 25 mai 1792, il se plaint des démissions des desservants provisoires qui se multiplient. « Pour arrêter cette défection, qui deviendra épidémique, je fais de nouveau la demande de la tenue des élections des curés24. » Lassé par les avanies subies, il est touché de plein fouet par l’évolution de la situation. Le 19 novembre 1793, il renonce à ses fonctions d’évêque et de prêtre.

  • 25 Bibl. mun. André Malraux Strasbourg, Ms 485, f° 9.
  • 26 Auguste Ingold, op. cit., p. 113-114, correspond à B.P.R. , GR 1474.

19Il reste tout de même en relation avec l’abbé Grégoire. Ce dernier s’adresse à Brendel le 20 février 1795 : « Bientôt nous pourrons donner de nouvelles preuves que l’on peut en même temps être bon chrétien et bon patriote. Dans la religion nous puiserons de nouveaux motifs de chérir la république. J’ai l’âme affectée douloureusement de l’état de détresse dans lequel vous vous trouvez, mais le remède, je l’avoue, je l’ignore. Donnez-moi de vos nouvelles25. » La réponse de Brendel date du 5 mars : « Qui m’a forcé de renoncer à ma place ? Ce sont les agents du territoire, ces prédicateurs sanguinaires, cette bande de brigands, ces barbaroyaudistes (sic) qu’on nous à envoyé à Strasbourg qui m’y ont contraint... Tous les prêtres qui n’abjurent pas ou ne renoncent pas à leurs fonctions sont suspects et méritent la mort... Si les prêtres réfractaires députés osent revenir, nous sommes perdus, sans ressources. Ils seront reçus à bras ouverts. Ne sommes-nous pas à plaindre26 ? »

  • 27 Bibl. mun. André Malraux Strasbourg, Ms 485, f° 10.
  • 28 Idem, f° 11. Ce dossier a été consulté en son temps par Auguste Ingold, « Brendel, évêque constitut (...)
  • 29 Auguste Ingold, Grégoire, op. cit., p. 115-116.
  • 30 Ibid., p. 117-118.
  • 31 Bibl. mun. André Malraux Strasbourg, Ms 485, f° 15-16.
  • 32 Alain Bischoff et Jean René Suratteau, Jean François Reubell, l’Alsacien de la Révolution française(...)
  • 33 Bibl. mun. André Malraux Strasbourg, Ms 485, f° 20.

20Le 15 avril 1795, Grégoire adresse officiellement à Brendel un exemplaire de la lettre encyclique des évêques réunis27 et, le 17, il insiste28 : « Il est essentiel que le ministère s’organise pour ranimer et vivifier les bonnes mœurs, la pitié, le patriotisme et pour combattre les efforts de ces réfractaires qui accumulent leurs crimes et qui prêchent la désobéissance des lois. » Le dynamisme de Grégoire échoue face au découragement de Brendel. Ce dernier lui écrit le 24 avril 1795 : « Ne connaissant pas les ecclésiastiques du Haut-Rhin ni par leurs noms, ni par leurs qualités et vertus, je ne saurais rien vous dire sur leur compte pour le moment29. » Le découragement perce le 10 mai 1795 : « Partout des mouvements séditieux, des révoltes, des désordres excités par les prêtres réfractaires, rentrés dans le sein de la république qu’ils refusent absolument de reconnaître... je suis insulté publiquement. Il n’est d’affront qu’on me fasse. Que deviendrons-nous ? Nous périrons de faim et de misère ou de désespoir si on ne nous porte pas de prompt secours30. » Grégoire adresse encore à Brendel « le plan de réorganisation complète du culte catholique31 » en concluant son propos par « salut, amitié, courage ». Mais Brendel n’en peut plus. Pour subvenir à ses besoins, il accepte la place d’archiviste procurée par l’Alsacien Jean François Reubell32, un des cinq directeurs du Directoire qui avait donné l’ordre suivant : « Donnez une place convenable au citoyen Brendel qui s’est montré si zélé pour la Révolution33 ».

  • 34 Auguste Ingold, Grégoire, op. cit, p. 119-123.

21Le 22 mars 1796, Brendel accuse réception de la seconde lettre encyclique : « Je regarde cette lettre comme une nouvelle réplique très authentique et bien précieuse à tous les amis de la religion. Plus d’une fois en la lisant avec un vif intérêt, j’ai fléchi le genou pénétré de respect... Je dois encore vous dire que me trouvant dans l’impossibilité absolue de faire aucune fonction de mon état, je remplis la place d’archiviste34. »

22Déçu et affaibli par ses infirmités, Brendel annonce sa démission définitive à l’évêque constitutionnel Berdolet le 26 juin 1797 :

  • 35 Ibid., p. 128-130.

Les yeux baignés de larmes je vous annonce que je viens de donner ma démission. Affaibli par l’âge, des infirmités habituelles et plus encore par des chagrins dévorants, je me sens incapable de porter plus longtemps le fardeau de l’épiscopat... La plus grande majorité des catholiques du Bas-Rhin sont ou aristocratiques ou fanatiques. Je n’ai pas pu défaire aux uns et autres tant par mon serment civique que par mon patriotisme bien prononcé. Mon élection à l’épiscopat faite par deux tiers des protestants a fait le plus d’ombrage au préjugé. Je ne suis rien moins qu’un intrus... Le cardinal-collier, l’ancien évêque de Strasbourg, résidant dans une partie de son diocèse de l’autre côté du Rhin où il a établi un siège, a toujours été reconnu pour chef et seul légitime pasteur du diocèse. Il le gouverne aujourd’hui comme du passé, sans gêne. Les prêtres réfractaires, tous ultramontains par ignorance, sont aussi aveugles et idolâtres du vice-Dieu35.

  • 36 Médard Barth, « Zur Geschichte der Katechese im Elsass während der französischen Revolution », Arch (...)

23Avec la démission de Brendel, la squelettique Église post-thermidorienne se retrouve sans chef. L’évêque du Haut-Rhin tente, en vain, de la reconstituer. Mais le contexte n’est guère favorable. En témoigne ce Petit catéchisme pour les temps présents par un Alsacien catholique, paru en 1800 et épais de 24 pages36. On y lit à la page 20 : « L’Église de 1791 est-elle sainte ? On ne peut appeler sainte une Église créée par le pouvoir temporel établie par la violence, abandonné bientôt après par ses propres ministres dont un grand nombre ont apostasié publiquement en disant qu’ils étaient des fourbes et que leur culte n’était qu’une imposture. »

Deux élections pour choisir l’évêque constitutionnel du Haut-Rhin

  • 37 Arch. nat., F19 464.

24Alors que Hérault assiste le 6 mars 1791 à l’élection de Brendel dans le Bas-Rhin, ses deux collègues Dumas et Fossey, « ayant appris que l’élection de l’évêque du Haut-Rhin n’avait pas eu lieu et que tous les protestants se refusaient de voter, sont partis sur le champ pour se rendre à Colmar37. »

Jean Baptiste Gobel, élu trois fois

  • 38 Thiébaut Walter, « L’abbé Vogelgsang », Revue d’Alsace, t. 76, 1929, p. 823.
  • 39 Jules Joachim, « L’élection de l’évêque constitutionnel du Haut-Rhin en 1791 », Archives de l’Églis (...)
  • 40 Arch. Nat., F19 465 : procès-verbal d’élection.

25Le même jour que l’élection de Brendel, donc le 6 mars 1791, est célébrée, en la collégiale Saint-Martin de Colmar, la grand’messe pour laquelle « on ne pouvait pas avoir assez de chappiers et de chantres » et où « les dominicains faisaient les ministres », aux dires de l’abbé Vogelgsang38. Après l’office a lieu l’élection39. Sur 341 votants, dont des protestants, mais pas tous les protestants, Jean Baptiste Gobel, pourtant absent le jour du scrutin, obtient 187 voix. « Ce nombre excédant la moitié des votants, le président a annoncé que l’élection était consommée40. »

  • 41 Louis Kammerer, « Gobel », NDBA, n° 13, 1988, p. 1208. Sur sa présence à Rome, voir Joseph Gass, «  (...)
  • 42 Claude Muller, « Monseigneur Simon Nicolas de Montjoie, les Klinglin et les Gobel (1762) 1775). Con (...)
  • 43 Louis Kammerer, « Népotisme et cumuls dans l’ancien diocèse de Bâle au xviiie siècle », Archives de (...)
  • 44 M. Braubach, « Bischof Gobel, Kurfürst Max Fraz von Köln und des Bistum Basel », Historisches Jahrb (...)

26Qui est Gobel41 ? Né à Thann le 1er septembre 1727 d’un père conseiller au Conseil souverain d’Alsace, il obtient un doctorat en théologie au Collège germanique de Rome et est ordonné prêtre en 1750. Grâce à l’appui de Monseigneur Simon Nicolas de Montjoie qui le préfère à son propre neveu42, il devient suffragant du diocèse de Strasbourg sous le nom d’évêque de Lydda. Son train de vie fastueux va de pair avec un énorme labeur administratif et une piété louée par les contemporains43. Depuis longtemps œil du roi dans le chapitre de Bâle, Gobel commet l’erreur de voter contre Joseph de Roggenbach en 1782, lequel deviendra pourtant évêque. Dès lors la mésentente entre les deux hommes explique l’initiative de Gobel en faveur de la création d’un évêché haut-rhinois et français44.

  • 45 Claude Muller, « L’opposition et l’opportunité, Monseigneur Joseph de Roggenbach, Jean Baptiste Gob (...)
  • 46 Arch. ancien évêché de Bâle à Porrentruy, RR 53, f° 4.

27Élu député du clergé de Belfort aux États Généraux, le suffragant se hâte de se rendre à Paris qu’il connaît bien. Par l’intermédiaire de l’abbé de Raze, son fidèle correspondant parisien, Monseigneur de Roggenbach est au courant de ce que fait Gobel sur place45. Citons quelques extraits de cette correspondance. « Pour ce qui regarde l’érection d’un évêché à Colmar, il a été désiré même du temps de vos prédécesseurs par la ville et par le Conseil. Ils veulent aujourd’hui profiter de la grande fermentation qu’il y a dans le royaume », écrit-il le 18 avril 178946. La missive du 30 avril 1789 est plus longue :

  • 47 Arch. ancien évêché de Bâle à Porrentruy, RR 53, f° 11-13.

L’évêque de Lydda est arrivé vendredi dernier chez moi à midi. Je lui ai donné un morceau à manger. Il est parti pour Versailles à deux heures et demi. A la fin du dîner, je n’ai point dissimulé à l’évêque de Lydda que je m’opposerai de toutes mes forces aux délibérations prises dans les assemblées de Colmar et Belfort... Le baron d’Andlau, son chambellan, me font l’honneur de dîner aujourd’hui chez moi avec l’abbé prince de Murbach et le baron d’Andlau son père. Ils vont samedi à Versailles, l’ouverture des États Généraux se faisant lundi47.

  • 48 Arch. dép. Haut-Rhin, 1 G 7/1, f° 1.
  • 49 Arch. dép. Haut-Rhin, 1 G 7/1, f° 3.

28Dans les nouvelles de décembre 1790, mentionnons celle du 1er : « Votre Altesse recevra par le courrier un ouvrage intéressant que les évêques de l’Assemblée Nationale viennent de donner, dans lequel ils exposent les principes de la Constitution civile du clergé. Monseigneur l’évêque de Lydda s’est toujours tenu à l’écart et ne l’a pas signé48. » Et celle du 15 : « L’élection de l’évêque de Versailles s’est faite. C’est le curé de Gomme-court qui a été élu. L’évêque d’Autun a eu dix voix, de Lydda cinq49 ».

29Gobel prête, le 3 janvier 1791, le serment, « persuadé que l’Assemblée n’avait pas entendu préjuger sur le spirituel », selon Raze qui rapporte le propos. Le 10 mars 1791, l’archevêché de Paris ayant été déclaré vacant, Gobel est élu métropolitain par 500 voix sur 671 voix. Le même jour il est proclamé élu de la Haute-Marne et dans le Haut-Rhin. Claire de Barbier fulmine :

  • 50 Maurice de Reinach-Hirtzbach, « Correspondance de la comtesse de Barbier pendant la Révolution », B (...)

À Colmar a dû se faire l’élection d’un nouvel évêque par les électeurs paysans, dont deux d’ici, l’un un petit paysan, l’autre un boucher et cabaretier. Jugez du beau choix que feront ces gens-là. Le bruit est général que l’évêque de Lydda a bien des émissaires en campagne et qu’il a été ordonné aux électeurs de la part de l’Assemblée nationale de le nommer, comme faisant partie de la clique majeure de l’Assemblée nationale. Je crois qu’il ne sera vu d’un bon œil du bon clergé s’il réussit50.

30Élu à trois évêchés, Gobel choisit celui de Paris, le plus prestigieux. La comtesse de Barbier signale l’événement :

L’évêque de Lydda a été, comme on l’a prévu, nommé évêque de Colmar, mais il vient encore d’être nommé évêque de Paris. Comme cinquante mille livres de rente valent mieux que douze mille, il n’a pas eu de peine à opter de manière que nos électeurs doivent se rendre pour dimanche 27 à Colmar pour faire l’élection d’un autre. Dieu sait qui le Saint-Esprit de l’Assemblée nationale nous donnera pour évêque.

  • 51 Arch. dép. Haut-Rhin, 1 G 17.

31La suite se lit dans les nouvelles envoyées de Versailles par Schwendt à Dietrich le 25 mars 1791 : « Deux de nos collègues curés ont été consacrés évêques hier matin par l’évêque d’Autun, Lydda et Babylone. Ils sont venus ensuite prendre place à l’Assemblée et vous jugez qu’ils ont été bien applaudis. » Dans le Sundgau, un autre son de cloche apparaît dans une note de la dame Heitz, épouse Pflieger, le 27 mars : « Voilà donc Monsieur de Lydda le premier évêque de France. Cela doit lui faire grand plaisir. Les électeurs sont aujourd’hui à élire un autre évêque. On ne sait pas encore sur qui tombera ce sort. Même, ils sont embarrassés51. »

« Une épiscopale suffisance »… Arbogast Martin, évêque constitutionnel du Haut-Rhin

32Au scrutin, Arbogast Martin, sous-principal du Collège royal de Colmar, âgé de 60 ans, qui n’avait obtenu que six voix le 6 mars totalise cette fois 177 voix sur 331, alors que l’évêque de Bâle, bien que non candidat et non présent, en rassemble 59. Aussitôt élu, il est épinglé par la comtesse de Barbier :

  • 52 Maurice de Reinach-Hirtzbach, « Correspondance... », art. cit., p. 84.

C’est un nommé Martin qui a été élu évêque de Colmar. Toutes les personnes bien pensantes sont des plus étonnées qu’il ait accepté, ayant toujours passé pour un homme pieux et zélé. Voilà comme l’un après l’autre se démasque52.

  • 53 Claude Muller, Les cisterciens d’Alsace dans la tourmente révolutionnaire, t. 23 de la Documentatio (...)

33Un retour en arrière s’impose ici pour évoquer le nouvel élu. Né le 23 avril 1731 à Walbach dans la vallée de Munster, un frère cadet cistercien53, Martin est ordonné prêtre le 17 avril 1756. Il devient successivement chapelain à Wattwiller en 1759, vicaire à Gebwiller en 1760, curé de Murbach en 1773, régent de troisième au collège royal de Colmar en 1777, sous-principal du collège en 1782. Il prête le serment constitutionnel à Colmar le 20 février 1701, après les remontrances des commissaires, puis se fait recevoir au club colmarien, où sa présence n’est d’ailleurs signalée qu’une fois. Il n’en devient pas moins le premier assermenté de Colmar, celui dont l’exemple avait entraîné une partie de ses collègues.

34Alors que l’Assemblée nationale applaudit l’annonce de son élection, le prince-évêque de Bâle adresse à son clergé un bref sans ambiguïté daté du 27 mars 1791 :

  • 54 Arch. dép. Haut-Rhin, L 612.

Nous vous envoyons ce bref pour vous déclarer que, d’après les saints canons, Arbogast Martin, élu nouvellement contre les règles de l’Église évêque de la partie alsacienne de notre diocèse, est un intrus et que la juridiction épiscopale qu’il prétendrait exercer serait une vraie usurpation frappée de nullité radicale par l’Église... En outre les curés qui recevraient de lui l’institution seraient pareillement des intrus54.

35Martin est sacré par Gobel à Notre-Dame de Paris le 10 avril 1791. Revenu à Colmar le 16, il prend le lendemain possession de la collégiale Saint-Martin, devenue cathédrale. La comtesse de Barbier fait preuve de mauvaise foi quand elle note à ce moment :

  • 55 Maurice de Reinach-Hirtzbach, « Correspondance... », art. cit., p. 82.

L’évêque de Colmar ne s’est pas encore manifesté dans son diocèse et n’a pas fait de fonction, ainsi l’on pouvait ignorer qu’il y fut de retour de Paris où il s’est fait sacrer par le très digne Monseigneur de Lydda55.

  • 56 Arch. mun. Colmar, G 4.
  • 57 Arch. nat., DXIX 86.

36Comme il se doit, dans sa première lettre pastorale du mois d’avril, Martin fait l’apologie de la Révolution tout en affirmant sa fidélité à l’Église catholique, à l’Écriture Sainte et à la tradition. Les difficultés surgissent bientôt, à cause de l’agitation régnant à Colmar où une pétition signée par plus de mille personnes circule pour conserver le culte réfractaire dans l’église des Capucins56. Martin s’adresse le 25 mai 1791 à l’Assemblée nationale : « Il est affligeant pour moi d’être obligé de vous écrire pour un sujet qui ne peut que tourner à la honte de la ville qui fait mon siège épiscopal. Depuis quelques jours ma personne, celles de mes vicaires sont en butte à tous les mépris, les menaces, les huées et les insultes57 ». Propos corroborés par la Société des Amis de la Constitution locale du 26 mai :

La société s’est dispensée de s’assembler dimanche dernier [22 mars] au milieu de la fermentation dont notre cité était agitée. Hier dans la matinée des séditieux menaçaient de se porter à de nouveaux accès dans la rue des capucins et se permettent de pénétrer par certaines dans l’église cathédrale, d’y interrompre le service, d’invectiver l’évêque lui-même, d’y sonner le tocsin dans l’intention criminelle d’appeler par leur sonnerie d’autres fanatiques des environs pour massacrer les protestants.

  • 58 Paul Leuilliot (éd.), Les Jacobins de Colmar. Procès-verbaux des séances de la Société populaire (1 (...)
  • 59 Arch. dép. Haut-Rhin, L 607. Le projet avorte en octobre, le bâtiment servant de logement à un bata (...)
  • 60 Arch. dép. Haut-Rhin, L 606.

37La double plainte est suivie d’une lettre de Salles le 31 mai 1791 : « Il n’y a moyen de douter que le directoire du département du Haut-Rhin n’ait montré dans ces derniers moments une faiblesse coupable58 ». Le 1er août, Martin se fait traiter « d’évêque de carnaval » par le curé de Soppe-le-Haut. Aux prises avec des résistances dont il n’avait pas prévu la gravité, il ne trouve de salut que dans le harcèlement des autorités par des demandes en tout genre. Le 12 août 1791, l’évêque ayant demandé un bâtiment pour l’établissement de son séminaire, le directoire du district destine provisoirement la maison des dominicains à cet effet59. Le 11 octobre 1791, Martin fait une démarche car les « besoins du culte et l’avantage de la nation se réunissent à demander que l’église abbatiale de Munster soit définitivement déclarée église paroissiale pour la desserte des citoyens catholiques de la ville60 ».

  • 61 Frédéric Charles Heitz, La Contre-Révolution en Alsace, op. cit., p. 269-276.

38Son mandement de carême 1792 constitue une nouvelle apologie de le Révolution, ce qui provoque en réaction de la part des réfractaires la publication d’un pamphlet intitulé Vision et confession publique d’Abrogast Martin, évêque constitutionnel du Haut-Rhin, écrites par lui-même, dans lequel il est dépeint avare et où il est accusé d’avoir recherché toutes les occasions pour augmenter son revenu61. L’écrit le déclare orgueilleux et vexé d’être cloué au sous-principal, alors qu’il se croyait propre aux plus éminentes dignités. Son espoir de rétablir la situation après les déportations de l’été 1792 s’avère bientôt vain.

39Martin s’affole et dès lors ne cesse de se plaindre et de dénoncer, donnant l’impression de ne pas avoir prise sur la situation. Citons quelques missives. Le 26 juillet 1792, l’évêque signal des désordres à Voegtlingshoffen :

  • 62 Arch. dép. Haut-Rhin, L 615 ; Joseph Lévy, « Plaintes de l’évêque constitutionnel Martin de Colmar (...)

Il me semble très aisé d’y remédier si le curé d’Obermorschwihr pouvait être chargé de l’administration qui jusque là restait confié à Schwartz, l’ancien curé. Comme ce récalcitrant n’a pas encore été remplacé dans les dernières élections, je ne me trouve dans le cas de mettre un administrateur à sa place qu’après m’être concerté avec vous à ce sujet. C’est pourquoi je vous prie de bien me faire connaître vos dispositions62.

  • 63 Arch. dép. Haut-Rhin, L 615.

40Le prélat semble être tout autant à la remorque de l’administration dans cette nouvelle lettre du 28 juillet 1792. « Le cri de la partie en danger vous réunit, messieurs, pour trouver dans votre sagesses les moyens effectifs de la prévenir contre les ennemis du dehors et de la garer contre ceux qu’elle renferme encore dans son sein63 ». L’exaspération perce bientôt :

Ma patience poussée à bout ne peut être un obstacle à une dénonciation que me commande et ma conscience et mon serment... Établi le chef spirituel de mon diocèse par Jésus Christ même, je manquerais formellement aux ordres qu’il m’a donné dans ma consécration si je ne veillais avec soin sur le troupeau qu’il ma confié. Or le moyen de le faire avec fruit, c’est d’éloigner des fidèles ceux qui sous l’habit des brebis ne sont que des loups ravissants qui les induisent dans l’erreur.

41Et Martin n’hésite pas à s’en prendre violemment au curé de Kaysersberg, Jean Baptiste Adam.

42Dans la suite de la missive, il apparaît que Martin a effectué une visite pastorale dans la vallée de Sainte-Marie-aux-Mines, où les constitutionnels sont un peu plus nombreux qu’ailleurs :

Mon vicaire l’abbé Bajot a fait en plein directoire un rapport sur la conduite du curé de Lièpvre à mon égard depuis longtemps et surtout lors de mon passage dans ce village dernièrement. Le curé de Sainte-Croix-aux-Mines a fait le malade. Ma visite chez lui, mes procédés honnêtes à son égard le ramèneront peut-être, surtout si vous y joignez une motion salutaire.

43La conclusion épiscopale mérite encore d’être citée : « C’est avec douleur que je me vois forcé d’être le dénonciateur de mes confrères, mais toute dénonciation doit cesser lorsque la justice le commande et que la patrie en danger est menacée de toute part ».

  • 64 Jahrbuch für Geschichte, Sprache und Literatur Elsass-Lothringens, 1892, t. 8, p. 15-18.

44Sans espoir de rétablir la situation après les déportations de l’été 1792, devenu inutile aux jacobins triomphants, il se voit traité par eux en quantité négligeable et exposé à leurs moqueries les plus grossières. Le 23 mars 1793, la nouvelle levée de volontaires lui enlève quatre de ses vicaires épiscopaux, alors que la population colmarienne montre la plus grande froideur à contribuer aux frais du culte. Martin doit participer aux manifestations dans Saint-Martin devenue temple de la Raison en décembre 1793, mais il refuse d’abdiquer. Le prêtre allemand Bronner le dépeint alors comme un homme physiquement sur le déclin, aux cheveux grisonnants, à la mine fraîche, mais n’ayant rien d’important64. Il le considère surtout comme : « un homme faible et vaniteux, d’esprit très borné avec beaucoup d’intolérance et encore plus de présomption et d’épiscopale suffisance. » En mars 1794, un jacobin l’accuse de continuer son ministère sacerdotal auprès des malades et des militaires.

  • 65 Auguste Ingold, Grégoire, op. cit, p. 20.

45Il meurt à Colmar le 11 juin 1794, dans un isolement quasi total. Son ancien vicaire épiscopal, Hubert Albert, renseigne65 en ces termes l’abbé Grégoire le 16 juin 1795 : « Je sais qu’un homme de mœurs et de religion, un vieillard respectable, Arbogast Martin, feu l’évêque du diocèse du Haut-Rhin, a très souvent assisté au charlatanisme du temple de la déraison. Mais j’ai été persuadé qu’il ne l’a fait que pour éviter sa réclusion et qu’il n’a cherché à éviter celle-ci que dans les vues de pouvoir secourir spirituellement ses paroissiens et diocésains. » Quoi qu’il en soit, l’histoire de ce bref épiscopat démontre que Martin n’avait ni les capacités ni l’énergie nécessaire, ni surtout une conjoncture favorable pour diriger dans ses débuts l’Église constitutionnelle du Haut-Rhin. Le décès de Martin intervient juste avant l’élimination de Robespierre. Il y a donc dans le Haut-Rhin une situation particulière au moment d’un nouveau contexte.

Les splendeurs de l’Église Post Thermidorienne ? Marc Antoine Berdolet

  • 66 Arch. dép. Bas-Rhin, 1 V 9, Actes et décrets synodaux du diocèse de Colmar, 270 f., préface de Berd (...)

46« Le culte catholique est sorti depuis peu du tombeau dans lequel l’impiété l’avait ensevelie. Nous rassemblons les débris amoncelés de ses temples et de ses autels et il est aujourd’hui parmi nous sous plusieurs rapports, tel qu’il était dans les premiers siècles. » Ces quelques mots sont de Marc Antoine Berdolet préfaçant « les actes synodaux du diocèse de Colmar », un épais livre qui collationne tous les actes de l’Église post thermidorienne du Haut-Rhin66.

  • 67 Jules Joachim, « La réorganisation de l’Église constitutionnelle du Haut-Rhin et l’élection de l’év (...)

47Berdolet donne ensuite les étapes chronologiques de la renaissance de cette Église67. 22 septembre 1795 : assemblée de prêtres à Soultz pour la fête patronale du lieu, la Saint Maurice, et formation d’un collège d’une douzaine de membres. 10 décembre 1795 : venue à Aspach de Joseph Antoine Maudru, « le vertueux évêque des Vosges », lequel installe officiellement le presbytère du Haut-Rhin. 15 mars 1796 : réuni une nouvelle fois à Aspach, le presbytère fixe au dimanche de quasimodo, 3 avril 1796, l’élection d’un évêque. Des lettres circulaires sont envoyées dans les paroisses pour annoncer l’élection. Elles doivent être lues en chaîne le jour de Pâques. La veille de l’élection doit être jeûnée.

  • 68 Arch. nat., F7 3686, 29 mars 1796 : « Nous sommes informés que les prêtres assermentés en presbytèr (...)
  • 69 Claude Muller, « Monde urbain, idéal dominicain, dilemme républicain. Les Graff et les Streicher co (...)

48Le dimanche de quasimodo, à l’issue de la messe paroissiale à Saint-Martin Colmar, les citoyens catholiques de 21 ans et plus – il n’est donc plus question de protestants – votent au bulletin secret, non sans alarmes des autorités locales68. Le dépouillement ne se fait que le 19 avril. Sur 9 022 suffrages exprimés, Berdolet, curé de Phaffans, en obtient 4 176, Jean Baptiste Graff69, ex dominicain et curé constitutionnel de Colmar, 3 232 et Goetzmann, curé de Reiningue, 654, le reste des voix se partageant entre divers ecclésiastiques. Personne n’ayant recueilli les deux tiers des voix, comme le voulait l’encyclique parisienne, un nouveau scrutin est fixé au dimanche 24 avril. Entre-temps, Maudru entreprend une tournée de confirmation.

  • 70 Jules Joachim, « L’affaire d’Hirsingue et l’arrestation des prêtres en 1794 », Archives de l’Église (...)

49Lors du dépouillement du 27 avril, sur 12 862 suffrages exprimés – ce qui correspond à un cinquième des électeurs du département –, Berdolet en obtient 6 697, Graff 5 752, Goetzmann 113. Il semble que les électeurs aient suivi le mot de certains prêtres constitutionnels frappés par l’héroïsme de Berdolet emprisonné après l’affaire d’Hirsingue70. Dans le discours funèbre prononcé le 25 août 1809, Joseph Monpoint déclare :

  • 71 Arch. dép. Bas-Rhin, 1 V 9. Joseph Monpoint est né à Belfort le 3 septembre 1767. Il est curé const (...)

Jeté dans les prisons, on crut affaiblir son courage. Mais j’ose le dire, moi qui partageais son infortune et son cachot, la manière avec laquelle il a supporté sa captivité l’a rendu un objet de vénération pour tous ceux qui en furent les témoins. Sa contenance assurée à l’aspect des instruments de mort préparés sous nos yeux pouvait apprendre à nos geôliers qu’il existait encore parmi nous des hommes capables de se réjouir dans les souffrances et les persécutions qu’ils enduraient pour la cause de Jésus Christ et de marcher fièrement à la mort71.

  • 72 Dominique Varry, « Une seigneurie du pays belfortain, la paroisse de Phaffans au xviiie siècle », B (...)
  • 73 Auguste Ingold, Grégoire, op. cit, p. 61-63.
  • 74 Ibid., p. 64-67.

50Berdolet ayant accepté la charge est alors proclamé évêque, le premier élu depuis la reprise du culte. En attendant son sacre il regagne sa paroisse de Phaffans72. Le 12 juin 1796, il espère une consécration rapide à Colmar. « Il n’y a plus à craindre que la cérémonie y soit troublée », écrit-il à Grégoire73. Elle a finalement lieu le 15 août 1796 en l’église des Dominicains de Colmar. Maudru fait fonction de métropolitain, assisté de Flavigny, évêque de Haute-Saône, et de Brendel, évêque du Bas-Rhin, dont c’est le dernier acte religieux74. Le lendemain Berdolet informe Pie VI de son élection :

  • 75 Jules Joachim, « La réorganisation… », art. cit, p. 212.

Reconnaissant et vénérant en la personne de votre sainteté la primauté de l’honneur et la juridiction, je lui rends mes hommages et promets obéissance canonique. Appelé à paître une partie du troupeau de Jésus Christ qui m’est confié solidairement je tâcherai de remplir les devoirs sacrés de mon poste avec fidélité et exactitude75.

51Berdolet s’attache d’abord à rassembler le clergé constitutionnel et à réorganiser le diocèse. Au début de 1797, ce dernier est divisé en archiprêtré correspondant aux cantons. Dans sa correspondance avec Grégoire le 4 mai 1797, l’évêque du Haut-Rhin évoque la situation locale :

  • 76 Auguste Ingold, Grégoire, op. cit, p. 71-75.

Le petit nombre de prêtres ne peut suffire à tout. La continuité et l’urgence de leurs fonctions leur ôtent le temps et le moyen de tenir parole... L’espérance d’une paix prochaine nous avertit de nous préparer au concile national. Tous les évêques seront bien d’avis que la convocation s’en fasse à Paris. Je sens la nécessité du concile, je le désire... Je baptise beaucoup76.

52Un peu plus tard, le 9 juillet 1797, il évoque « un diocèse frontière tourmenté du dehors et agité cruellement au dedans par la multitude des prêtres rentrés ».

  • 77 Dominique Varry, « Fidélité ou obéissance : les dilemmes du curé Deyber lors de l’épuration des con (...)

53Les prêtres sont convoqués le 18 juillet à Aspach pour élire un délégué devant accompagner l’évêque. Le choix se porte sur Jean Henri Weiss. Le même jour Berdolet donne mission au presbytère de gouverner le diocèse en son absence. À Paris, Berdolet, accompagné de Weiss, Jean Thiébaud Deyber et François Joseph Colnet, suit les travaux du concile77. Lors de son séjour parisien a lieu le coup d’État de fructidor qui oblige à prêter dans la capitale le serment de haine à la royauté le 7 septembre 1797.

  • 78 Arch. dép. Bas-Rhin, 1 V 9, Actes et décrets synodaux du diocèse de Colmar, 270 f. On trouve dans c (...)

54Pour faire appliquer les décisions du premier concile national, Berdolet convoque à Soultz pour le 16 mai 1798, veille de l’Ascension, un premier synode diocésain. Les travaux se déroulent sur cinq séances, du 17 au 23 mai78. Entourant l’évêque, une trentaine d’ecclésiastiques y prennent part et adoptent des textes sur les abus dans le ministère, sur la tenue des registres de catholicité, sur la manière de récolter les dons des fidèles, puisque l’État ne subventionnait plus le culte. Les autres décisions en matière de sacrements s’alignent sur celles du concile national. Berdolet en informe Grégoire en ces termes un peu vantards le 19 mai 1798 :

  • 79 Auguste Ingold, Grégoire, op. cit, p. 88-95.

Ce diocèse quoiqu’attaqué par nos adversaires réfugiés dans la Suisse ou le Brisgau a été le premier qui s’est réorganisé sous la Terreur. Il est un des plus fournis en prêtres. Comme toujours nous avons intrépidement marché en avant. Nous nous sommes assemblés à Soultz au nombre de 3279.

55Dans la même lettre, l’évêque évoque le diocèse de Strasbourg dont il avait obtenu la responsabilité en octobre 1797 après la démission de Brendel : « Je ne néglige rien pour le diocèse de Strasbourg, mais je ne crois pas que le moment soit venu d’y parler d’élection d’évêque... Ce diocèse est encore sous la terreur, presque comme sous Robespierre

  • 80 Arch. dép. Bas-Rhin, 1 V 9 et Auguste Ingold, Grégoire, op. cit, p. 96.
  • 81 Ibid., p. 99-100.

56Le fait que l’État ne prenne plus en charge le traitement des ecclésiastiques comme aux premiers temps de la Constitution civile du clergé constitue une gêne évidente. Berdolet évoque à ce sujet à Grégoire, depuis Soultz, où il réside après le synode, le 14 janvier 1799, « la misère des prêtres faute de recevoir la pension, quoique les autorités centrales ici soient assez bien disposées80 ». À la fin de l’année, un voyage de Grégoire en Alsace doit fortifier l’Église constitutionnelle. Une bribe de Berdolet du 29 novembre 1799 le mentionne : « Je désire bien que votre voyage et votre retour à Paris ait été heureux, toujours mortifié de n’avoir pu vous posséder à Soultz, au moins aussi longtemps que vous avez séjourné à Mulhouse et à Besançon81 ».

  • 82 Arch. dép. Bas-Rhin, 1 V 9.

57Du 26 au 29 mai 1800, se déroule en six séances de travail le second synode de Soultz82, afin de préparer le second concile national convoqué à Paris. Il aboutit à une nouvelle division des archiprêtrés, la troisième en cinq ans. Les attendus de la décision mettent en lumière la faible implantation des constitutionnels : « La distribution des archiprêtrés faite suivant la division du territoire en cantons civils, expose des cantons entiers, dénués de pasteurs, à perdre toute idée de la nécessité d’une réalité avec le gouvernement spirituel du diocèse et à vivre sans culte. »

58Berdolet assiste ensuite au concile métropolitain de Besançon. Le 31 août 1800, il signale à Grégoire une situation de plus en plus difficile :

  • 83 Auguste Ingold, Grégoire, op. cit, p. 101-103.

Ces départements limitrophes fourmillent de prêtres déportés et émigrés de toute espèce, surtout de l’espèce ignorante ou peu édifiante. Ils ont rapportés leurs maximes ultramontaines, leur morgue et toute leur haine contre nous83.

59Plein d’amertume ou d’ironie, il complète :

Ils ont leur pierre sacrée particulière qu’ils placent sur la nôtre pour dire la messe. Ils ont un bénitier particulier et de la meilleure eau bénite. Ils ont même un meilleur bon Dieu.

  • 84 Arch. Dép. Bas-Rhin, 1 V 9, Actes et décrets synodaux, f° 82 Weis fait appel à la générosité des fi (...)
  • 85 A. Kroener, « Marc Antoine Berdolet, évêque constitutionnel du Haut-Rhin de 1796 à 1802, premier év (...)

60Du 28 juin au 16 août 1801, Berdolet assiste à Paris au second concile. Son voyage est payé par la générosité des fidèles84. C’est par l’intermédiaire de sa correspondance avec Jean Henri Weiss, curé de Soultz qui administre son diocèse pendant son absence, que nous entrevoyons le contexte de l’époque85. Berdolet lui écrit le 17 juillet 1801 à propos du concordat signé le 15 juillet par Consalvi :

  • 86 Ibid., p. 821.

Je vous promettai l’avis très prochain du grand événement qui va occuper toutes les intelligences. Nous n’en sommes pas encore instruits officiellement. Mais j’en suis assuré. Ce qui est certain, c’est qu’un arrangement entre le gouvernement et le pape est fait. L’Église de France ressuscite et reprend un rang dans l’État. Mais elle sera régénérée de telle manière qu’il n’y aura plus deux ou plusieurs sortes de catholiques. Une régénération, souvenez-vous de ce mot86.

61Berdolet ajoute :

La fête du 14 juillet a été brillante ici. D’autant plus que ce jour-là a été le seul sans pluie. Mais Bonaparte est heureux en tout. Je l’ai vu ce jour-là à la grande parade à son aise. Il faut avouer que sa petitesse [sic] et la simplicité de sa figure contrastent avec la grandeur de son génie. Dès qu’il paraît, les cris de vive Bonaparte retentissent.

62Le 11 août, Berdolet ajoute : « Nous comptons comme vous avec une sorte d’impatience tous les jours qui nous approchent de l’époque à laquelle, de retour de Rome, le Concordat sera exécuté et mettra ordre à tout ».

63Surprise. Lorsque le second concile cesse, l’évêque du Haut-Rhin ne rentre pas en Alsace. Il reste à Paris, où il rencontre le nonce Caprara, ainsi qu’il le signale à Weiss le 17 octobre 1801 :

  • 87 Giovani Battista Caprara (1733-1810), cardinal en 1792, nommé légat a latere auprès du gouvernement (...)
  • 88 A. Kroener, « Marc Antoine Berdolet », art. cit., p. 828.

Ce Caprara87 est âgé de 68 ans. Il est d’un abord facile, d’une grande simplicité dans tout son maintien. Excepté les bas rouges, tous ses vêtements sont noirs. Son habit est celui d’un de nos bons vieux curés de campagne boutonné jusqu’à la ceinture, un petit manteau court sur les épaules et la croix pectorale d’un évêque qui est suspendue non à un cordon, mais à une chaîne en or, laquelle descend jusque sur le ventre. Il porte une petite calotte rouge cousue sur une perruque très simple. Son intérieur est aussi boutonné que l’habit sur les affaires du temps, car il ne nous a laissé entrevoir que la certitude de la pacification religieuse. J’ai eu hier l’honneur de présenter mes hommages à Son Éminence, accompagné de l’évêque de Metz. Sa conversation est délicieuse et je suis convaincu que ce n’est pas à tout qu’il jouit de la réputation d’un homme très vertueux. Nous avons assuré Caprara que nos fidèles étaient en prières partout pour implorer l’assistance de l’esprit saint sur le travail de ceux qui préparent la régénération de la France88.

64Au-delà de la description de Caprara, Berdolet explique aussi à Weiss pourquoi il est resté à Paris :

Vous avez compris que si nous n’avions pas été sur les lieux, nous étions sacrifiés. J’ai tout lieu à croire que nous ne courons plus de tels dangers. Mais on ne peut tout prévoir. Il faut veiller jusqu’au bout.

65On saisit là le sens politique du prélat qui arpente les couloirs du ministère, espérant être choisi parmi le nouvel épiscopat mis en place en même temps que le concordat. Ce concordat est solennellement publié le 18 avril 1802, fête de Pâques. Six archevêques et dix-neuf évêques – dont Jean Pierre Saurine qui hérite du nouveau diocèse de Strasbourg, englobant Bas-Rhin, Haut-Rhin et pays de Porrentruy – prêtent le serment ce même jour. Berdolet ne se trouve pas parmi les dix constitutionnels nommés alors que Saurine en fait partie. Il doit attendre le 30 mai 1802, quand il est nommé évêque d’Aix-la-Chapelle.

Conclusion

  • 89 Arch. dép. Bas-Rhin, 1 V 9. Dans la préface des Actes, Berdolet affiche, vers 1798, ses convictions (...)

66Au terme de cette étude apparaissent quatre portraits d’évêques constitutionnels. Brendel et Martin se ressemblent quelque peu. Non qu’ils n’aient point quelque envergure, mais la conjoncture semble les broyer et ils paraissent, visiblement, des jouets entre les mains de forces politiques qu’ils ne maîtrisent pas. Gobel, lui, possède l’expérience d’un poste de responsabilité sous l’Ancien Régime avec une rouerie ou une finesse que les deux précédents n’ont pas. Mais lui non plus ne semble pas avoir prise sur une conjoncture qui, en définitive, l’écrase. Reste Berdolet89, homme handicapé quand la naissance implique la compétence, qui fait preuve à la fois d’un réel courage et d’une sincère piété. Il passe toutefois sans encombre les turbulences révolutionnaires et connaît un destin post concordataire.

67Terminons le propos avec le retour de Berdolet à Soultz. Il est évoqué par le préfet du Haut-Rhin François Joseph Noël – favorable aux réfractaires – dans une lettre du 23 juin 1802 à Jean Pierre Saurine qui, lui, a fait son arrivée à Strasbourg, vingt jours plus tôt :

  • 90 Idem.

Je crois devoir vous prévenir que j’ai été informé indirectement de l’arrivée de Berdolet évêque d’Aix-la-Chapelle à Soultz. Le maire de la commune m’a rendu compte qu’il avait officié pontificalement et administré la confirmation. Je ne doute pas que Berdolet n’ait obtenu votre agrément pour exercer les fonctions dans votre diocèse. Mais il est résulté du séjour de Berdolet à Soultz que la tranquillité publique y a été compromise90.

68Et le préfet d’ajouter que constitutionnels et réfractaires se partagent la même église Saint-Maurice.

Dimanche on fit évacuer à huit heures et demi l’église qui était jusqu’à neuf heures à la disposition du prêtre rentré. L’évacuation se fit à l’aide de huit hommes armés qui pénètrent dans l’église suivis d’un grand nombre d’individus dont plusieurs portèrent la violence jusqu’à cracher au visage de ceux qui assistaient au service divin... Vous sentez combien je dois désirer votre présence à Colmar.

69De fait, Saurine arrive à Colmar le 28 juin. Le 30 juin, le préfet du Haut-Rhin adresse à Portalis un long rapport, où il se plaint du nouvel évêque de Strasbourg. Il termine :

  • 91 Arch. dép. Haut-Rhin, V 59.

Aujourd’hui, il va dîner à Sigolsheim chez Rapinat ce qui fera encore mauvais effet. Il avait d’abord envie d’aller à Soultz, ancien domicile de Berdolet. Je l’en ai détourné en lui disant que le retour de Berdolet avait déjà porté le trouble et échauffé les esprits91.

  • 92 A. KROENER, « Marc Antoine Berdolet », art. cit., p. 897.
  • 93 René Epp, Le mouvement ultramontain dans l’Église catholique en Alsace au xixe siècle (1802-1870), (...)

70La fin de l’histoire se lit dans une missive de Berdolet expédiée d’Aix-la-Chapelle du 16 juillet 1802 : « J’ai vu l’évêque Saurine en passant à Strasbourg. J’ai sa parole pour Soultz. Rassurez les patriotes qui vous sont attachés, ils seront contents92 ». Prémices d’une situation difficile à venir93.

Notes

1 Sur le contexte religieux : Philippe Bourdin et Philippe Boutry, « L’Église catholique en Révolution : l’historiographie récente », Annales historiques de la Révolution française, n° 355, 2009, p. 3-23. Voir aussi Michel Biard, Philippe Bourdin, Silvia Marzagalli, Révolution, Consulat, Empire (1789-1815), Paris, Belin, 2009, p. 715 et Paul Chopelin, La France en Révolution (1774-1799), Paris, Ellipses, Paris, 2011, p. 208. Pour la région : Claude Muller, « La liberté ou la mort », L’Alsace et la Révolution française, Nancy, Éditions Place Stanislas, 2009, p. 229 (avec les débuts de l’épiscopat de Martin décrits par Jean Baptiste Kuhlmann p. 186-187). Sur les circonscriptions religieuses alsaciennes : Claude Muller, « Politische Grenze und religiöse Grenze. Das Elsass im 18. Jahrhundert », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, t. 1 54, 2006, p. 241-270 et « La croix et la frontière. Les relations entre les évêchés de Spire, Strasbourg, Bâle et Metz au xviiie siècle », in François Roth (dir.), La Lorraine et les pays de la rive gauche du Rhin, Actes du colloque de Pont-à-Mousson (26 novembre 2010), Éditions Edhisto, 2011, p. 13-31.

2 Dominique Varry et Claude Muller, Hommes de Dieu et Révolution en Alsace, Éditions Brepols, Paris, 1993, p. 326 et Claude Muller, « Religion et Révolution en Alsace », Annales Historiques de la Révolution Française, n° 337, 2004, p. 63-83.

3 Frédéric Charles Heitz, La Contre-Révolution en Alsace de 1789 à 1793, Strasbourg, 1865 ; Rodolphe Reuss, La Constitution civile du clergé et la crise religieuse en Alsace (1790- 1795), Strasbourg, 1922, 2 vol.

4 René Epp, « Le Bas-Rhin, département français au pourcentage de prêtres jureurs le plus faibles », Revue d’Alsace, n° 116, 1989-1990, p. 237-243.

5 Louis de Rohan (1734-1803), coadjuteur de son oncle Constantin de Rohan en 1756, prince-évêque de Strasbourg de 1779 à 1791. Voir Louis Chatellier, « Rohan », Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne [désormais NDBA], n° 32, 1998, p. 3269-3271.

6 Frédéric de Dietrich (1748-1793), maire de Strasbourg du 18 mars 1790 au 22 août 1792, guillotiné à Paris le 29 décembre 1793. Voir Hélène Georger-Vogt, « De Dietrich », NDBA, n° 8, 1985, p. 653.

7 Claude Muller, « Un bras de fer. Frédéric de Dietrich, Louis de Rohan et la fête de la Fédération à Strasbourg en 1790 », Annuaire des Amis du Vieux Strasbourg, t. 35, 2010, p. 65-78.

8 Arch. privées De Dietrich Reichshoffen, 63a/467.

9 Autrement dit Jean Baptiste Gobel évoqué plus loin.

10 Ce qui prouve bien que ces élections sont préparées avec soin, non sans difficultés.

11 Sigismond Gobel (1731-1819) fait profession chez les bénédictins à Ebermünster en 1751, est ordonné prêtre en 1755 et devient curé de Saint-Jean-les-Saverne de 1762 à 1779. Voir Claude Muller, Les bénédictins d’Alsace dans la tourmente révolutionnaire, Éditions Guéniot, Langres, 1991, p. 98.

12 Arch. privées De Dietrich Reichshoffen, 59/9/6. Signalons les propos prémonitoires de Schwendt du 16 avril 1790 : « Nous voilà réellement dans les grandes aventures. Le clergé salarié, une partie de ses biens en vente, la religion catholique honorée, mais voyant à côté d’elle d’autres cultes et son privilège exclusif détruit. », le 22 avril 1790, il note « le refus de l’Assemblée de déclarer que la religion catholique est la religion de l’État et la seule dont le culte doit être solennel et public. »

13 Dominique Varry et Claude Muller, Hommes de Dieu et Révolution, op.cit., p. 54-57. À la bibliothèque du Grand séminaire de Strasbourg, sont conservées plus de notes des cours dispensés par Brendel, ainsi les manuscrits 485 (notes de Joseph Philippe Sauthier), 492 (notes de Kaczorowski), 711 (notes de Louis Colmar), 715 (note de Charles Louis Dyhlin). Brendel est l’auteur d’un Jus canonicum (ms 854 et 919).

14 D’où l’article un brin polémique de Médard Barth, « Die Wahl Brendels zum Bischofs von Strasburg », Bulletin ecclésiastique du diocèse de Strasbourg, 1926, p. 569-572 et 1927, p. 17-21, 90-94, 115-119, 130-139. Parmi les électeurs protestants présents, citons le prédicateur Jean Laurent Blessig qui écrit à Henri Grégoire le 29 mai 1791 : « L’évêque de notre département est un homme du plus grand mérite. Je suis accoutumé à le révérer et comme homme de lettre et comme ecclésiastique. Je lui ai donné mon suffrage du meilleur de mon âme », cité par Auguste Ingold, Grégoire et l’Église Constitutionnelle, Colmar, 1894, p. 113-114. Voir surtout Rodolph Reuss, La Constitution civile du clergé, op. cit., vol. 1, p. 378 et p. 344. Brendel y est cité moult fois, voir tables, vol. 2, p. 355.

15 Sa personnalité est évoquée plus loin.

16 Bernard Plongeron, L’abbé Grégoire (1750-1831), ou l’arche de la fraternité, Paris, Letouzey & Ané, 1987, p. 109 et Rodney Dean, L’abbé Grégoire et l’Église Constitutionnelle, Paris, Picard, 2008, p. 363.

17 Frédéric Charles Heitz, La Contre-Révolution en Alsace, op.cit., p. 158-160.

18 Arch. nat., F1 c III, Rhin B 13.

19 Louis Kammerer, « Le clergé constitutionnel en Alsace (1791-1803) », Archives de l’Église d’Alsace, t. 51, 1989, p. 1-55.

20 Claude Betzinger, Vie et mort d’Euloge Schneider, ci-devant franciscain, Strasbourg, La Nuée Bleue, 1997, p. 400.

21 Arch. nat., F19 464.

22 Bibl. mun. André Malraux Strasbourg, Ms 485, f° 2.

23 Idem, f° 4.

24 Arch. nat., F19 464.

25 Bibl. mun. André Malraux Strasbourg, Ms 485, f° 9.

26 Auguste Ingold, op. cit., p. 113-114, correspond à B.P.R. , GR 1474.

27 Bibl. mun. André Malraux Strasbourg, Ms 485, f° 10.

28 Idem, f° 11. Ce dossier a été consulté en son temps par Auguste Ingold, « Brendel, évêque constitutionnel du Bas-Rhin, Documents inédits », Revue catholique d’Alsace, 1896, p. 103-110.

29 Auguste Ingold, Grégoire, op. cit., p. 115-116.

30 Ibid., p. 117-118.

31 Bibl. mun. André Malraux Strasbourg, Ms 485, f° 15-16.

32 Alain Bischoff et Jean René Suratteau, Jean François Reubell, l’Alsacien de la Révolution française, Stenbunn-le-Haut, Éditions du Rhin, 1995, p. 542 Détail inconnu de tous les biographes de Reubell, sa tante Simottel est dominicaine au couvent des Unterlinden de Colmar et son oncle conventuel.

33 Bibl. mun. André Malraux Strasbourg, Ms 485, f° 20.

34 Auguste Ingold, Grégoire, op. cit, p. 119-123.

35 Ibid., p. 128-130.

36 Médard Barth, « Zur Geschichte der Katechese im Elsass während der französischen Revolution », Archives de l’Église d’Alsace, t. 24, 1957, p. 195-196.

37 Arch. nat., F19 464.

38 Thiébaut Walter, « L’abbé Vogelgsang », Revue d’Alsace, t. 76, 1929, p. 823.

39 Jules Joachim, « L’élection de l’évêque constitutionnel du Haut-Rhin en 1791 », Archives de l’Église d’Alsace, t. 19, 1949-1950, p. 285-329.

40 Arch. Nat., F19 465 : procès-verbal d’élection.

41 Louis Kammerer, « Gobel », NDBA, n° 13, 1988, p. 1208. Sur sa présence à Rome, voir Joseph Gass, « Les Alsaciens au Germanicum », Revue catholique d’Alsace, 1930, p. 11-12.

42 Claude Muller, « Monseigneur Simon Nicolas de Montjoie, les Klinglin et les Gobel (1762) 1775). Contribution à l’histoire du diocèse de Bâle au xviiie siècle », Revue d’Alsace, n° 128, 2002, p. 281-313.

43 Louis Kammerer, « Népotisme et cumuls dans l’ancien diocèse de Bâle au xviiie siècle », Archives de l’Église d’Alsace, t. 47, 1988, p. 115-126 ; « Le château des Gobel à Mortzwiller », Annuaire de la Société d’Histoire de Thann-Guebwiller, 1988-1989, p. 51- 54 ; « L’origine des dettes de Gobel évêque suffragant de Bâle », Archives de l’Église d’Alsace, t. 48, 1989 p. 56-74.

44 M. Braubach, « Bischof Gobel, Kurfürst Max Fraz von Köln und des Bistum Basel », Historisches Jahrbuch der Görresgesellschaft, t. 1, 1940, p. 300-311.

45 Claude Muller, « L’opposition et l’opportunité, Monseigneur Joseph de Roggenbach, Jean Baptiste Gobel et les débuts de la Révolution française », Actes de la société jurassienne d’émulation, t. 110, 2007, p. 179-191.

46 Arch. ancien évêché de Bâle à Porrentruy, RR 53, f° 4.

47 Arch. ancien évêché de Bâle à Porrentruy, RR 53, f° 11-13.

48 Arch. dép. Haut-Rhin, 1 G 7/1, f° 1.

49 Arch. dép. Haut-Rhin, 1 G 7/1, f° 3.

50 Maurice de Reinach-Hirtzbach, « Correspondance de la comtesse de Barbier pendant la Révolution », Bulletin de la Société d’histoire du Canton de Huningue, n° 16, 1967-1968, p. 53-92.

51 Arch. dép. Haut-Rhin, 1 G 17.

52 Maurice de Reinach-Hirtzbach, « Correspondance... », art. cit., p. 84.

53 Claude Muller, Les cisterciens d’Alsace dans la tourmente révolutionnaire, t. 23 de la Documentation Cistercienne, Wetteren, 1985, p. 99-100.

54 Arch. dép. Haut-Rhin, L 612.

55 Maurice de Reinach-Hirtzbach, « Correspondance... », art. cit., p. 82.

56 Arch. mun. Colmar, G 4.

57 Arch. nat., DXIX 86.

58 Paul Leuilliot (éd.), Les Jacobins de Colmar. Procès-verbaux des séances de la Société populaire (1791-1795), Strasbourg, Istra, 1923, p. 25.

59 Arch. dép. Haut-Rhin, L 607. Le projet avorte en octobre, le bâtiment servant de logement à un bataillon de volontaires, voir Arch. dép. Haut-Rhin, L 923, f° 276 et Jules Joachim, « L’installation à Colmar de l’évêché constitutionnel du Haut-Rhin (1791-1793) », Annuaire de la Société d’histoire de Colmar, 1954, p. 112-127 et « Le séminaire constitutionnel de Colmar (1791-1792) », Annuaire de la Société d’histoire de Colmar, 1953, p. 124-139.

60 Arch. dép. Haut-Rhin, L 606.

61 Frédéric Charles Heitz, La Contre-Révolution en Alsace, op. cit., p. 269-276.

62 Arch. dép. Haut-Rhin, L 615 ; Joseph Lévy, « Plaintes de l’évêque constitutionnel Martin de Colmar contre les prêtres non-jureurs (1791-1794) », Revue catholique d’Alsace, 1926, p. 727-730.

63 Arch. dép. Haut-Rhin, L 615.

64 Jahrbuch für Geschichte, Sprache und Literatur Elsass-Lothringens, 1892, t. 8, p. 15-18.

65 Auguste Ingold, Grégoire, op. cit, p. 20.

66 Arch. dép. Bas-Rhin, 1 V 9, Actes et décrets synodaux du diocèse de Colmar, 270 f., préface de Berdolet (f° 1 à 4), tout le reste de la main de Joseph Monpoint, son secrétaire. Rappelons d’abord le parcours de Marc Antoine Berdolet. Né à Rougemont-le-Château le 13 septembre 1740, il fait ses études au collège jésuite de Porrentruy, puis au grand séminaire de Besançon. Il célèbre sa première messe le 9 avril 1767. Vicaire de Saint Christophe de Belfort, il est nommé curé de Phaffans en 1770. Chargé par Gobel de la rédaction du cahier de doléances du clergé, témoignant d’idées gallicanes et s’opposant à tout privilège financier pour celui-ci, il prête le serment pur et simple le 6 février 1791 et celui de Liberté-Egalité le 23 septembre 1792. Arrêté après l’affaire d’Hirsingue, il est incarcéré du 28 juillet au 11 août à la citadelle de Besançon. Il fait à Phaffans sa déclaration de soumission aux lois et d’exercice de culte le 1er août 1795 et serment de soumission aux lois le 5 novembre 1795. Comme le montre le registre de catholicité qu’il tient clandestinement, il administre sa paroisse tout au long de la Révolution, voir Dominique Varry, « La paroisse de Phaffans d’après le registre du curé constitutionnel Berdolet (1789-1805), dans Bernard Plongeron (dir), Pratiques religieuses, mentalités et spiritualités dans l’Europe révolutionnaire (1770-1820), Turnhout, Brepols, 1988, p. 236-245 et Dominique Varry et Claude Muller, Hommes de Dieu et Révolution, op.cit., p. 231-244.

67 Jules Joachim, « La réorganisation de l’Église constitutionnelle du Haut-Rhin et l’élection de l’évêque Berdolet (1795-1796) », Archives de l’Église d’Alsace, t. 21, 1953-154, p. 179-194 et « Le diocèse du Haut-Rhin sous l’épiscopat de Marc Antoine Berdolet (1796-1802) », Archives de l’Église d’Alsace, t. 22, 1955, p. 187-255.

68 Arch. nat., F7 3686, 29 mars 1796 : « Nous sommes informés que les prêtres assermentés en presbytère se proposent de procéder à l’élection d’un évêque. Nous ignorons quel parti nous devons prendre dans cette circonstance, Veuillez nous l’indiquer. »

69 Claude Muller, « Monde urbain, idéal dominicain, dilemme républicain. Les Graff et les Streicher confrontés à la Révolution », Annuaire des Amis de la Bibliothèque Humaniste de Sélestat, t. 59, 2009, p. 183-190. Le curé constitutionnel de Colmar est en relation épistolaire avec Grégoire. Il lui écrit par exemple le 29 aout 1795 : « Dieu vient de m’enlever mon frère, l’aîné, qui est mort d’une fièvre putride... Dans le district de Belfort, il y a quantité de prêtres assermenté et surtout les citoyens Deyber et Basler, des prêtres vraiment recommandables par leur piété et par leur doctrine », voir Auguste Ingold, Grégoire, op. cit, p. 35-37.

70 Jules Joachim, « L’affaire d’Hirsingue et l’arrestation des prêtres en 1794 », Archives de l’Église d’Alsace, t. 25, 1958, p. 191-209 ; t. 26, 1959, p. 211-228 ; t. 33, 1969, p. 137-158 ; t. 37, 1974, p. 129-162.

71 Arch. dép. Bas-Rhin, 1 V 9. Joseph Monpoint est né à Belfort le 3 septembre 1767. Il est curé constitutionnel de Morvillars en 1791, de Grandvillar en 1792, interné à Belfort en 1794, vicaire de Phaffans en 1796, secrétaire de Berdolet qu’il suit à Soultz puis Aix-la-Chapelle. Il décède à Cologne le 10 mai 1828.

72 Dominique Varry, « Une seigneurie du pays belfortain, la paroisse de Phaffans au xviiie siècle », Bulletin de la Société belfortaine d’émulation, t. 76, 1984, p. 173.

73 Auguste Ingold, Grégoire, op. cit, p. 61-63.

74 Ibid., p. 64-67.

75 Jules Joachim, « La réorganisation… », art. cit, p. 212.

76 Auguste Ingold, Grégoire, op. cit, p. 71-75.

77 Dominique Varry, « Fidélité ou obéissance : les dilemmes du curé Deyber lors de l’épuration des constitutionnels alsaciens de 1816 », dans Joël Fouilleron et Henri Michel (dir), Mélanges à la mémoire de Michel Péronnet, Montpellier, 2006, t. 1, p. 5 97-615.

78 Arch. dép. Bas-Rhin, 1 V 9, Actes et décrets synodaux du diocèse de Colmar, 270 f. On trouve dans ces actes : f° 6 et suivant, lettre pastorale pour synode ; lettre latine à chaque archiprêtre ; assemblée préparatoire, 16 mai 1798 ; procès-verbal de la première séance solennelle, 17 mai 1798 ; f° 11 à 35, textes adoptés au concile national où étaient Berdolet, Jean Thiébaut Deyber, Jean Henri Weis : baptême, confirmation, pénitence, registre de catholicité, mariage ; f° 47, catalogue des pères du synode ; f° 56, formules de prière, collecte ; f° 58, 1er janvier 1799 : « Les ressources temporelles de l’Église de France sont dans la justice, la reconnaissance, la piété et la charité des fidèles », écrit Weis, texte traduit en allemand ; f° 63, ouverture du second synode diocésain ; 26 mai 1800, renouvellement des archiprêtres ; f° 69, matricule du clergé constitutionnel ; f° 75, renouvellement du presbytère ; f° 76, liturgie, obligation indispensable de sanctifier le dimanche et fêtes (Noël, Pâques, ...) ; f° 81, annonce du prochain concile ; f° 82, « situation pénible des ministres de l’Eglise dénués de toute ressource temporelle. Ils sont pour la plupart livrés aux angoisses de la misère » ; f° 83, la Constitution civile du clergé « un des efforts les plus généreux pour restaurer les formes antiques du gouvernement ecclésiastique » ; f° 109, la religion « faite pour édifier et non pour dominer » ; f° 123 à la fin : textes adoptés au second concile de Paris ; f° 123 à 148, discours fleuve Grégoire, évêque de Blois ; f° 150, lettre à Pie VII ; f° 155, lettre des évêques réunis ; f° 163, lettre aux Églises étrangères, traduite en italien.

79 Auguste Ingold, Grégoire, op. cit, p. 88-95.

80 Arch. dép. Bas-Rhin, 1 V 9 et Auguste Ingold, Grégoire, op. cit, p. 96.

81 Ibid., p. 99-100.

82 Arch. dép. Bas-Rhin, 1 V 9.

83 Auguste Ingold, Grégoire, op. cit, p. 101-103.

84 Arch. Dép. Bas-Rhin, 1 V 9, Actes et décrets synodaux, f° 82 Weis fait appel à la générosité des fidèles pour financer le voyage de Berdolet, accompagné de François Xavier Burglin, à Paris pour le second concile.

85 A. Kroener, « Marc Antoine Berdolet, évêque constitutionnel du Haut-Rhin de 1796 à 1802, premier évêque d’Aix-la-Chapelle de 1802 à 1809 », Revue catholique d’Alsace, 1897, p. 815-829 et 895-908.

86 Ibid., p. 821.

87 Giovani Battista Caprara (1733-1810), cardinal en 1792, nommé légat a latere auprès du gouvernement français en 1801 par Pie VII. Voir Jeannine Charon-Bordas, La légation en France du cardinal Caprara (1801-1808). Répertoires des demandes de réclamation avec l’Église, Paris, La Documentation française, 1979, p. 14.

88 A. Kroener, « Marc Antoine Berdolet », art. cit., p. 828.

89 Arch. dép. Bas-Rhin, 1 V 9. Dans la préface des Actes, Berdolet affiche, vers 1798, ses convictions : « Le culte catholique est sorti depuis peu du tombeau dans lequel l’impiété l’avait ensevelie. Nous rassemblons les débris amoncelés de ses temples et il est aujourd’hui parmi nous sous plusieurs rapports tel qu’il était dans les premiers siècles... Il ne nous appartient pas de sonder quels ont été les desseins de Dieu lorsqu’il a permis la persécution la plus atroce de venir assaillir la France... Nous devons avouer que la source des maux se trouve dans l’infidélité des chrétiens (f° 1)... (Avant la Révolution), les évêchés étaient occupés par des êtres la plupart ignares ou déréglés, toujours de familles prétendues nobles. Le prêtre le plus vertueux et le plus méritant s’il était issu de sang prétendu roturier, ’y avait aucun droit... Ces hauts seigneurs traînaient après eux une molle oisiveté et une vie licencieuse qui déshonoraient l’Eglise et l’Etat (f° 2)... Le peuple, chose incroyable, resta froid spectateur de tant d’excès et pendant dix-huit mois il fut privé de tout culte... Enfin le soleil brilla à nos yeux, une sainte liberté nous a été rendu. Qu’avons-nous fait ? Des vases simples de plomb et d’étain ont remplacé ceux d’or et d’argent. Ah qu’il fut beau le jour auquel (sic) nous rentrâmes dans nos temples. Nous y célébrâmes de nouveaux les saints mystères... »

90 Idem.

91 Arch. dép. Haut-Rhin, V 59.

92 A. KROENER, « Marc Antoine Berdolet », art. cit., p. 897.

93 René Epp, Le mouvement ultramontain dans l’Église catholique en Alsace au xixe siècle (1802-1870), Lille, 1975, p. 875 et Claude Muller, Dieu est catholique et alsacien. La vitalité du diocèse de Strasbourg au xixe siècle (1802-1914), Strasbourg, 1986, p. 1209. Voir aussi Jacques Olivier Boudon, L’épiscopat français à l’époque concordataire (1802-1905), Paris, 1996 et Les élites religieuses à l’époque concordataire. Dictionnaire des évêques et vicaires généraux du Premier Empire, Paris, 2002.

© LARHRA, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search