Version classiqueVersion mobile

Gouverner une Église en révolution

 | 
Paul Chopelin

Première partie. Politique et religion

Jean-François Périer, un évêque constitutionnel en quête de légitimité

Philippe Bourdin

Texte intégral

  • 1 Edna H. Lemay (dir.), Dictionnaire des Constituants, Oxford, Voltaire Foundation, 1991, t. 1, p. 11 (...)
  • 2 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2304 : rapport de Monestier à l’administration départementale (25 janvier (...)
  • 3 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 6391 : Le Citoyen surveillant, journal du département du Puy-de-Dôme, n°  (...)

1François de Bonal, évêque de Clermont, refuse de prêter sans restriction, sur ce qui relève du spirituel, le serment exigé des fonctionnaires publics en novembre 17901. Il est alors réputé évêque réfractaire, suivi dans son opposition par 52 % des desservants du Puy-de-Dôme, et, malgré son refus de démissionner, voit prononcer la vacance de sa chaire par le procureur général syndic du Puy-de-Dôme, Michel Monestier, en janvier 1791. Dans la foulée, ce dernier invite les électeurs à venir en grand nombre le dimanche 14 février en la cathédrale, pour écouter la messe puis élire son successeur2. Des preuves subsistent qu’une campagne a bel et bien été menée en certains lieux. Les Jacobins de Riom convient ainsi tous les clubs du département à discuter des hommes les plus propres à occuper le siège (et de citer l’abbé Grégoire, Sieyès, les curés et Constituants – ou suppléants – Bourdon, Brignon, tous deux Auvergnats, Gouttes, Massieu), et un club électoral est mis en place à Clermont pour éclairer les citoyens sur leurs suffrages3. Le Citoyen surveillant, journal du département du Puy-de-Dôme dresse à destination des votants le portrait-type et le programme de l’élu attendu :

  • 4 Idem.

Sans doute ses mœurs doivent être pures, sa piété exemplaire, son patriotisme éclairé ; mais il lui faut encore des talens. Son éloquence persuasive et sa logique profonde lui serviront plus d’une fois à détruire les sophismes adroits et les raisonnemens captieux dont fourmilleront des écrits répandus avec profusion. On ne doit pas moins désirer en lui de l’aménité dans le caractère et de la prudence, nécessaires pour ramener aux vrais principes ceux que la prévention, l’erreur ou l’obstination en auront écartés, et rappeler l’esprit de parti à la paix et à la modération.
  Fait pour vivre au milieu de ses ouailles et leur rompre lui-même le pain de la parole, il doit renoncer au luxe et au faste. Un vêtement recherché et des ameublemens précieux contrasteroient avec le costume simple des pasteurs, dont il n’est que le chef, et insulteroit à la misère des pauvres, dont sa maison doit être l’asile. Père des malheureux, son abord doit être facile ; des airs de hauteur et de fierté conviendroient-ils à celui qui se dit l’Apôtre d’un Dieu qui a donné le premier l’exemple de l’humilité4 ?

  • 5 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2304 : Procès-verbal de l’assemblée électorale pour la nomination de l’év (...)

2L’élection de l’évêque constitutionnel réunit de 283 à 342 électeurs dans la cathédrale de Clermont les 13 et 14 février 1791. La messe n’est pas célébrée par les desservants ordinaires du lieu, fidèles de François de Bonal, mais par l’abbé Mornac, de Bourg-Lastic. Les opérations qui suivent, nécessitant un serment individuel des électeurs au nouveau régime, sont longues et seulement enrayées par les restrictions qu’essaient d’apporter à cet acte solennel les curés de Lempdes et de Chanonat, sitôt exclus de l’assemblée. Le maire de Clermont insiste pour que soit élu un évêque plein de charité et de piété, associant vertus chrétiennes et vertus sociales, « restaurateur de l’ancienne discipline », celle des « premiers siècles de l’Église, rejetant fanatisme et intolérance5. Une lettre de l’évêque réfractaire Bonal a été déposée sur le bureau des scrutateurs par un électeur ; elle lui sera renvoyée sans avoir été décachetée, considérée comme hors du champ des délibérations. Il faut dire que le prélat réfractaire a mené une campagne active pour détourner les ayants droits de l’élection de son successeur. Dans une autre missive qu’il a publiée le 1er février, il leur a dressé le tableau apocalyptique d’une France agitée par une des tempêtes les plus violentes depuis quatorze siècles, et d’une cathédrale déchristianisée :

Je suis effrayé quand je considère la différence que je trouverai entre l’état ou sera mon église, et celui où elle étoit lorsque je l’ai quittée ; j’y trouverai la maison de Dieu, la maison du silence et de la prière, ne retentissant plus du chant des saints cantiques, mais du tumulte bruyant des assemblées politiques ; le service divin interrompu ; les pieuses fondations de vos pères délaissées ; les vierges consacrées à Dieu dans la désolation ; le jeune clergé déconcerté dans les premières voies de sa vocation ; les pierres du sanctuaire, les membres du sénat épiscopal arrachés de leur place et dispersés.

3Bonal juge l’élection d’un successeur attentatoire aux droits de Rome et de Dieu, puisqu’il ne pourra être le successeur des Apôtres dans la mesure où son prédécesseur n’a pas démissionné. Il demeurera « un faux dépositaire de la juridiction spirituelle » :

  • 6 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2305.

Je ne cesserai d’être l’envoyé, le ministre, le représentant de Jésus-Christ ; il moissonnera les richesses temporelles de l’autel ; il sera revêtu de la décoration extérieure de l’épiscopat ; il sera protégé par la loi ; il aura tout ce que la puissance humaine peut donner à un évêque ; les âmes, les consciences, la juridiction spirituelle, héritage invisible et sacré que Jésus-Christ seul peut dispenser, me resteront ». L’évêque constitutionnel aura donc des « pouvoirs équivoques » et ses actes et sacrements en seront entachés et réputés nuls. Illégitime et schismatique, il exercera « un ministère de ruine et de perdition6.

  • 7 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2304 : Procès-verbal de l’assemblée électorale, op. cit.
  • 8 Pour ces éléments biographiques, voir Albert Durand, Un prélat constitutionnel : Jean-François Péri (...)

4Supérieur de l’école royale militaire d’Effiat, Jean-François Périer (1740-1824) est néanmoins élu avec 209 suffrages sur 342. Il ne figurait pas parmi les premiers favoris mais l’on constate à ce score combien la campagne a porté ses fruits. Des électeurs sont envoyés en députation pour lui demander d’accepter le résultat et le ramènent dans l’assemblée électorale, où il confirme son accord, sous les acclamations. Son élection est proclamée le lendemain et une messe est célébrée7. Périer est alors au milieu d’une longue et belle carrière dans l’Église, que ce Grenoblois, fils d’un receveur en la chancellerie et membre d’une famille qui donnera à la France des entrepreneurs et des hommes politiques, terminera comme évêque concordataire d’Avignon. L’homme frappe par son goût pour les choses de l’esprit et par sa piété, par son autorité intellectuelle et morale. Ancien élève des Jésuites en la capitale du Dauphiné, il a choisi à vingt ans d’entrer à l’Oratoire de Paris. Il a, depuis 1761, parcouru une longue carrière d’enseignant de physique, logique ou théologie en collège (à Angers, au Mans, à Lyon, à Châlons-sur-Saône), de premier théologien dans les séminaires de Toulouse (il y rencontre Loménie de Brienne et Hyacinthe Sermet), de Saint-Magloire, de Dijon, de principal des collèges de Condom, Montpellier et Niort, avant sa promotion, en 1788, au collège royal militaire d’Effiat. Ordonné en 1766, ses cours l’ont notamment amené à disserter sur la vérité de la religion chrétienne, les lieux théologiques et les immunités de l’Église gallicane, à connaître les interdits qui pèsent sur les idées jugées trop favorables aux jansénistes (les enseignements de théologie sont supprimés au Mans en 1773-1774), les conflits avec les pouvoirs civils (les protestations de la municipalité et des parents d’élèves de Niort contre la discipline trop stricte du collège)8. Entretenant dans le Puy-de-Dôme d’excellentes relations avec l’évêque de Clermont, François de Bonal, jusqu’à la Révolution, le schisme consommé, les relations entre les deux hommes se résument en 1791 à une lutte de tous les instants. Périer va devoir se justifier en permanence de son élection, trouver aussi longtemps que possible des relais au sein des nouvelles autorités, réorganiser son Église – et pour ce faire il choisit de s’appuyer sur un conseil épiscopal dominé par les enseignants des anciens ordres.

Justifier de son élection

  • 9 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2305 : François de Bonal, Ordonnance de M. l’évêque de Clermont au sujet (...)
  • 10 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2304 : lettre de Périer aux Directoire du département (26 février 1791).
  • 11 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 482 : lettre de Monestier à Périer (24 février 1791).

5Profitant des réseaux catholiques de la librairie parisienne, Bonal publie ou fait publier nombre de pamphlets contre son successeur. « Nous allons voir dans notre église l’abomination de la désolation ! », prévient-il dès février, s’érigeant en rempart pour protéger et mobiliser ses anciens fidèles, les soustraire à l’influence d’« un prêtre choisi par des électeurs, désavoués par l’église, & par conséquent sans titre canonique ; ordonné évêque contre toutes les loix ecclésiastiques, & par conséquent flétri par les censures ; sans mission légitime, & par conséquent sans pouvoirs9 ». Périer, mesurant à cet instant la difficulté de la mission qu’il vient d’accepter, en a certainement éprouvé de l’angoisse, dont rend compte son état physique (coliques, insomnies) avoué aux administrateurs départementaux, alors qu’il devrait se rendre à Paris pour recevoir l’investiture canonique de ses confrères Gobel et Talleyrand10. L’assurant du sincère engagement révolutionnaire de la plus grande partie de son diocèse, et de l’appui des clubs jacobins, Michel Monestier essaie de le réconforter : « Serait-il possible, Monsieur l’Évêque, que vous vissiez tout en noir dans l’avenir, tandis que, depuis votre élection, nous voyons tout en couleur de rose11 ? ». Dans sa première lettre pastorale, le 28 mars, Périer parle pourtant encore de son sacerdoce comme d’un « fardeau si redoutable et si peu proportionné à [s]es forces », qu’il a voulu d’abord le refuser, empli d’effroi et de terreur, fondant en larmes, avant de se résoudre à considérer que « voix du Peuple étoit la voix de Dieu même ». Il exalte derechef la nation, la Constitution civile du clergé, levier pour la régénération et aboutissement des réflexions qu’il avait menées au sein de sa congrégation, et recommande la charité envers les réfractaires au serment, au nom d’un possible doute religieux passager. Il réfute enfin toute illégitimité :

  • 12 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2305 : Lettre pastorale de M. l’évêque du département du Puy-de-Dôme, 28  (...)

Vos anciens & nouveaux pasteurs annoncent le même Dieu, le même Évangile ; ils offrent le même Sacrifice, ils administrent les mêmes Sacremens & prêchent la même Doctrine, le même Dogme, la même Morale : on ne diffère que sur la police, la discipline & le régime extérieur de l’Église ; ces objets ont continuellement varié : il faut donc attendre avec paix & tranquillité que la lumière ait éclairé tous les esprits, que la charité ait réuni tous les cœurs12.

  • 13 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2305 : extrait des registres de la commune de Clermont-Ferrand (10 avril  (...)
  • 14 Ibidem. Discours prononcé par M. Jean-François Périer, évêque du département du Puy-de-Dôme dans l’ (...)
  • 15 Ibidem. Lettre pastorale de M. l’évêque du département du Pui-de-Dôme, 15 avril 1791, Clermont-Ferr (...)
  • 16 Ibidem. Lettre pastorale de M. l’évêque du département du Pui-de-Dôme, 2 mai 1791, Clermont-Ferrand (...)

6Ce besoin de justification structure encore son premier discours dans la cathédrale, à l’occasion de son intronisation, le 10 avril 1791, au lendemain de son entrée solennelle, de la fête publique, des processions et sonneries extraordinaires qui l’ont accueilli13. Après un nouveau discours du maire, la lecture des pièces officielles confirmant l’élection, l’institution canonique et la confirmation épiscopale de Périer, celui-ci, très applaudi, monte en chaire avant de prêter le serment prescrit, de distribuer l’eau bénite et de célébrer la grand’ messe. Affirmant la légitimité de l’élection et du serment, combattant les accusations d’irréligion portées contre l’Assemblée nationale, il définit sa mission de pasteur : enseigner l’Évangile, distribuer le pain et la parole, l’instruction, la charité et douceur envers les pécheurs, pratiquer la pénitence et la mortification. Il plaide pour le respect des institutions, des pouvoirs politiques et du roi, auquel obéissance est due sauf à vouloir dissoudre la société et renoncer à construire le bonheur sur terre et surtout au Ciel. S’il réfute cependant la moindre emprise du souverain sur la foi, « don de Dieu, fruit de la grâce & de la persuasion », on retrouve les maximes gallicanes, quoique altérées par le souci d’un équilibre des pouvoirs : la sanction des souverains est nécessaire pour que soient appliqués les décrets des papes ; « L’Église est au-dessus de toutes les puissances dans l’ordre surnaturel & divin, mais elle n’a qu’une autorité secondaire & subordonnée dans l’ordre naturel & humain » ; « Si l’État exige des réformes incompatibles avec la Religion, le Ministres des autels sont obligés à la résistance la plus forte, la plus générale, la plus invincible »14. La deuxième lettre pastorale de Périer, du 15 avril 1791, est une réflexion plus complexe sur le pouvoir d’ordre, conféré par l’ordination, et le pouvoir de juridiction, qui émane de J.C. et est transmis par l’Église : il se refuse à les distinguer, comme y incitent ses adversaires, les jugeant tous les deux compris dans l’ordination. Il avertit aussi les prêtres réfractaires : « Liez-vous librement à notre nouvelle Constitution, par le serment civique, ou bien retirez-vous. C’est à vous de choisir. Car je ne puis maintenir dans l’exercice de leurs fonctions des pasteurs dont la fidélité m’est suspecte. La plus parfaite union doit régner entre le sacerdoce & l’empire, pour le bien de l’un & de l’autre15 ». Une troisième lettre, du 2 mai, appelant à la cessation des « cabales odieuses », souligne toutefois sa faiblesse institutionnelle persistante16.

7Car chacun de ses écrits, chacune de ses déclarations suscitent, sorties des presses parisiennes, des publications de plus en plus hostiles, défendant la légitimité de son prédécesseur, comme l’avait prédit Le Citoyen surveillant : Réponse d’un fonctionnaire public qui n’a pas prêté le serment aux deux dernières lettres pastorales de M. Périer ; Réponse d’un curé de campagne à la lettre soi-disant pastorale du R.P. Périer ; Les fidèles du diocèse de Clermont à M. Jean-François Périer, se disant évêque du département du Puy-de-Dôme. Imposant l’image de l’intrus, du faux prophète, du disciple de Wyclif, Hus, Luther ou Calvin, voire du « loup ravisseur », le menaçant d’excommunication, ces pamphlets dévalorisent aussi le corps électoral qui l’a porté (« des électeurs désavoués par l’Église » dans lesquels on compte « les schismatiques, les hérétiques, les Juifs, les idolâtres, […] même des déistes et des athées ») et une Assemblée nationale « composée de laïques de toutes les sectes », coupable de la Constitution civile du clergé, vue comme un instrument d’éradication de l’Église catholique. Les législateurs sont en effet accusés d’avoir voulu

  • 17 Ibidem. Réponse d’un curé de campagne à la lettre soi-disant pastorale du R.P. Périer, Paris, Crapa (...)

porter des coups funestes à l’église ; supprimer les établissemens ecclésiastiques les plus respectables ; dépouiller le culte de cet appareil, de cette pompe qui, malgré eux, imposoient le respect et la vénération […] ; réduire le nombre des ministres du culte au-dessous des besoins du peuple ; rendre l’instruction religieuse plus difficile par la rareté des pasteurs ; dégoûter les fidèles des exercices de religion par l’éloignement des lieux saints ; […] rompre tous les liens qui unissoient le royaume au saint siège apostolique, et détruire par là cette unité précieuse qui, depuis tant de siècles, faisoit sa gloire et son bonheur17.

  • 18 Ibidem. Les fidèles du diocèse de Clermont à M. Jean-François Périer, se disant évêque du départeme (...)

8L’obéissance de Périer à son nouvel état est supposée le renvoyer aux fausses assertions des promoteurs de la Constitution civile du clergé, Mirabeau ou Camus, et l’éloigner des enseignements du concile de Trente. Si ses dénonciateurs le confondent dans leur rejet avec « cette classe de prêtres surnommés aujourd’hui prêtres citoyens », ces « simulacres de pasteurs », son langage de charité est considéré comme hypocrisie eu égard à son illégitimité18.

  • 19 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 6375 : lettre des Ursulines de Maringues à Périer (27 avril 1791).
  • 20 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2305 : procès-verbal de la municipalité de Gignac, canton de Champeix, di (...)
  • 21 Ibidem. Procès-verbal de la municipalité de Beaumont (10 avril 1791).
  • 22 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2305 : lettre de la municipalité de Pont-du-Château aux administrateurs d (...)
  • 23 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2305 : procès-verbal de la municipalité de Saurier (15 mai 1791).
  • 24 Ibidem. Lettre du Département aux districts (5 avril 1791). « Nous vous faisons passer 104 exemplai (...)
  • 25 Ibidem. Registre des délibérations du directoire du district de Billom (27 avril 1791). Registres d (...)
  • 26 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2307. Lettre imprimée du procureur-général syndic du département, Monesti (...)

9Les archives relatant rarement ce qui va de soi, elles demeurent peu loquaces sur les desservants ou a fortiori les réguliers conquis par le nouveau prélat. Les Ursulines de Maringues font figure d’exception, écrivant à Périer : « La renommée de vos vertus a dissipé tous les regrets que nous a causé d’abord l’abandon de notre ancien pasteur19 ». Le curé rural de Gignac est d’autant plus remarquable par son zèle à décliner la lettre pastorale du 26 mars : « il la reçuë avec empressement et […] en la lisant il la goutoit si fort et la rendoit avec tant de véhémence qu’il inspiroit en même temps à tout l’auditoire l’amour et le respect qu’il doit avoir pour son nouvel évêque20 ». Même liesse à Beaumont où, « après la lecture tous les habitans ont demandé au curé de chanter le tédéum en action de grace pour remercier dieu de ce qui nous a donné un eveque digne des vrai craitien et de notre constitution »21. Exaltation immense des deux curés de Pont-du-Château, l’un succédant à l’autre, qui a transmis les intentions de Périer, pour les commenter d’une exhortation « où régnoit le patriotisme et la religion, et les sentiments d’attachement à la Constitution […]. Ce discours prononcé par ce pasteur citoyen l’a été avec ce feu qui anime une âme indignée de toutes les manœuvres des ennemis du bien public, avec toute la sensibilité que peut produire l’attachement d’un pasteur à son troupeau qui se laisse égarer, sensibilité qui a excité les larmes » de l’orateur et d’une majorité de son auditoire22. Mais à Saurier, il faut l’intervention du procureur de la commune pour que le curé et maire du cru accepte de se soumettre à l’exercice ; encore n’y consent-il que sur le parvis de l’église23. Car nombre des desservants, malgré le risque de destitution dont les menace le Département24, refusent de lire les mandements de Périer à leurs paroissiens, obligeant les officiers municipaux ou les officiers des gardes nationales à les suppléer, quand ceux-ci du moins n’entrent pas eux-mêmes en résistance – ainsi à Billom, où les instructions de l’évêque ne sont pas transmises aux curés, à Olliergues, où le corps municipal unanime juge « ne pas devoir se mêler du spirituel25 ». La place des prêtres dans les municipalités, leur influence sur leurs vicaires étendent à l’évidence le front du refus. Celui-ci est grossi par les jeunes séminaristes clermontois qui, écoutant leurs supérieurs et malgré l’intercession des officiers municipaux, croient à un possible arrêt brutal de leurs études, à une difficulté nouvelle d’accès à la prêtrise, et soutiennent leurs maîtres dans le refus du serment, se répandant dans les auberges de la capitale auvergnate en propos violemment hostiles aux lois révolutionnaires, accompagnés de gestes d’énervement26.

10Ayant pris la mesure des résistances manifestées à son élévation, l’évêque fait donc publier une forme de catéchisme, les Vérités nécessaires à connoître dans le temps présent, par demandes et réponses. S’appuyant sur la lecture des pères et sur l’histoire religieuse, il tranche sur les responsabilités dans le schisme, sur les élections (l’auteur avoue d’ailleurs son hostilité au suffrage censitaire), sur la liberté de penser inscrite dans la Déclaration des droits de l’Homme, sur l’intervention du temporel dans la discipline de l’Église. Le texte résume le contenu et les attendus du serment, l’inscrivant dans la lignée du serment de fidélité prêté par toutes les autorités, religieuses comprises, au roi sous l’Ancien Régime. Il vaut reconnaissance de la souveraineté de la nation, zèle pour le bien public, respect de la constitution dans la limite où elle ne renferme pas « des décrets contraires à la foi et aux mœurs », toutes attitudes qui, selon l’auteur, définissent le patriotisme, élevé au rang de vertu chrétienne, et partagé par tout citoyen digne de ce titre. L’intervention du temporel dans la discipline de l’Église est pareillement acceptée, et s’inscrit selon le contradicteur dans la longue histoire de celle-ci – il renvoie, entre autres, à Constantin, Théodose, Justinien, Charlemagne, Saint Louis, Charles VII ou Louis XIV – ; elle apparaît même comme une aide décisive à une réforme de l’institution prônée, en vain, par nombre de pères, de prêcheurs, de conciles, celui de Trente y compris. La destitution des réfractaires est légitimée au nom du respect de la loi, qui la mentionne explicitement et ne prévoit pas d’attendre une démission ou un décès pour pourvoir au siège ipso facto vacant – « le culte divin ne pouvant être interrompu ». Des exemples sont donnés de telles pratiques dans l’Antiquité. Les résistances de l’épiscopat sont présentées comme étant avant tout d’ordre social, une réaction d’anciens privilégiés à la vente des biens du clergé, à la perte des titres, des propriétés, des libertés somptuaires tant décriées dans les cahiers de doléances :

  • 27 Ibidem. Vérités nécessaires à connoître dans le temps présent, par demandes et réponses, Clermont-F (...)

Plus de monseigneurs, plus d’abbayes, plus de châteaux, de livrées, d’équipages brillans. Passer d’une noble oisiveté aux travaux obscurs d’un curé, d’un superbe palais dans un humble presbytère, d’un revenu immense à une modique portion congrue de douze cents pistoles, de l’empire absolu sur notre clergé à un gouvernement gêné par la nécessité de prendre les avis de nos comprêtres, quelle chute ! Quelle déplorable révolution27 !

S’assurer des soutiens politiques

  • 28 Lettre à Grégoire (13 septembre 1791), reproduite dans Albert Durand, Correspondance de Jean-Franço (...)

11Dès 1791, Périer entretient une correspondance avec Grégoire, qui lui fait passer divers écrits, en provenance des évêques constitutionnels, du Comité ecclésiastique, ou touchant à la Constitution civile du clergé. Il défend auprès de lui les ordres enseignants, notamment les Oratoriens, auquel il souhaite que soient accordées de substantielles pensions à l’heure de leur disparition (« On a pourvu suffisamment et même avec générosité à la subsistance des moines, chanoines et autres êtres inutiles »). Avouant exercer son sacerdoce dans « une assez grande tranquillité », il se plaint toutefois du trop grand nombre de « non-conformistes » et avoue sa peur d’un retour de Bonal sitôt achevée la législature28.

  • 29 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2304 : lettre du directoire du département aux municipalités (avril 1791) (...)
  • 30 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 6375 : « Discours prononcé à M. Périer, évêque du département du Puy-de-D (...)
  • 31 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2305. Mandement de M. l’évêque du département du Pui-de-Dôme qui ordonne (...)
  • 32 Bibliothèque de Clermont Communauté, Fonds Auvergne, 17 561.
  • 33 Ibidem. Mandement de Jean-François Périer, du 16 juillet 1792, « qui ordonne des prières pour deman (...)
  • 34 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2305 : ordonnance de Jean-François Périer, du 6 août 1792.
  • 35 Bibliothèque de Clermont Communauté, Fonds Auvergne, A 1374 : lettre-circulaire de Périer aux curés (...)
  • 36 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2532 : registres de la commune de Clermont-Ferrand (17 septembre 1792).

12L’évêque sait pouvoir compter sur le relais de l’administration départementale qui encourage à lire dans les messes paroissiales ses lettres pastorales, vantant sa douceur, sa bonté, son désir de paix et de concorde29. Lui-même entretient ces liens. Il a dès son entrée en fonctions accepté l’invitation du club jacobin à en être membre, « nouveau Moïse » au service de la « régénération française » selon ses interlocuteurs, Dauphinois fier d’être originaire de ce « berceau de la liberté » (allusion aux états de Vizille) selon ses dires30. La cathédrale demeure la chambre d’écho des événements nationaux qu’elle était déjà sous l’Ancien Régime : un Te Deum y retentit en septembre 1791 pour annoncer l’adoption de la Constitution31. En mars 1792, Périer bénit les drapeaux de la garde nationale de Clermont, rappelant la guerre de Judas Macchabée contre Antiochus pour sauver puis reconstruire Jérusalem, prenant Duguesclin comme modèle du héros chrétien mais se prononçant aussi contre la guerre offensive et la conquête (vols, viols, homicides, dévastations en résultent), et pour l’heure contre une république qui sombrerait inévitablement, selon lui, sous des Marius et des Sylla, « des Tibère, des Caligula & des Néron ». S’il exalte bravoure, héroïsme, courage, dont la religion lui apparaît l’indispensable soutien, et déplore tout esprit de servitude, il aspire cependant à la paix, consubstantielle au bonheur32. En juillet 1792, un mandement viendra expliciter et conforter la proclamation de la patrie en danger, dénonçant d’ailleurs autant les ennemis de l’intérieur que les armées coalisées, et s’érigeant contre les divisions nationales de tous ordres : « Qu’on n’entende plus parmi vous ces dénominations odieuses, enfantées par l’esprit de parti, le schisme, la dissension, & qui ne peuvent inspirer que l’éloignement, la haine & la vengeance. Ne connoissez désormais que les noms doux, agréables & gracieux, de Frères, d’Amis, de Compatriotes, de Concitoyens33 ». Un mois plus tard, l’évêque entérine les limites nouvelles des paroisses rurales, malgré la réduction du nombre des cures et vicairies34 ; il admet la laïcisation de l’état-civil, décidée en septembre, préservant le baptême et le mariage religieux35. Le 17 septembre, il prête le serment « d’être fidèle à la nation, de maintenir la liberté et l’égalité ou de mourir en les défendant » – il signera, le 1er thermidor an II (19 juillet 1794), une déclaration de non rétractation de celui-ci36.

  • 37 Ibidem. Discours prononcé par M. Jean-François Périer, évêque du département du Pui-de-Dôme, à la m (...)
  • 38 Ibidem. Mandement de M. l’évêque du département du Pui-de-Dôme pour le saint temps de Carême, Clerm (...)

13Mais Périer n’a garde d’oublier l’ordinaire. S’il rappelle une fois encore la valeur intacte des sacrements distribués par les assermentés, son prêche du 1er janvier 1792 est concentré sur la vie (« une ombre qui s’enfuit, une herbe qui sèche, une fleur qui se fane, une vapeur qui se dissipe, un songe qui ne laisse aucune trace dès que le sommeil est passé ») et les devoirs du chrétien. Le monde lui apparaît comme un lieu d’exercice pour la vertu et la méditation, un temps d’épreuves et de perfectionnement, où les fidèles, les jeunes et les futurs prêtres notamment, doivent aider le premier pasteur, trop pris par ses tâches administratives, à ramener au bercail les brebis égarées37. S’il vante l’Église régénérée qui se rapproche de « la discipline primitive » et n’omet pas les dispenses à la norme, demandées par les districts, qu’impose la cherté des denrées, le mandement du Carême est l’occasion de rappeler les exigences alimentaires et comportementales : il faut distribuer des aumônes – en argent, nourriture, vêtements – aux plus pauvres, voire les abriter, renoncer aux divertissements, aux sociabilités joyeuses de toutes espèces pour préférer l’introspection, la méditation, l’oraison et la réflexion sur les souffrances et la mort du Christ38.

  • 39 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2608 : lettre du Suisse à l’administration départementale, 30 avril 1792.
  • 40 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 482 : procès-verbal de l’assemblée électorale du 2 septembre 1791, tenue (...)
  • 41 Ibidem. 15 septembre 1791.

14Les autorités politiques interviennent cependant bien davantage qu’auparavant dans la vie de la cathédrale. Elles en régulent les dépenses matérielles, les salaires et loyers des desservants comme les choses banales : que le Suisse perde son épaulette dans cette enceinte, qu’il lance à grandes sonneries de trompette des appels dans la ville pour la retrouver, sans succès, et le Département doit débloquer la somme nécessaire à la restauration de son habit39 ! Mais les nécessités publiques imposent aussi de mobiliser le lieu consacré. L’évêque, lui-même électeur, est sollicité pour célébrer la messe en ouverture de l’assemblée électorale du département, en septembre 1791, et le fait non sans rappeler au préalable l’importance du serment et de ses obligations, sous les applaudissements et autant de compliments pour « ses lumières et ses talens40 ». Présidant l’ultime séance de l’assemblée électorale, il est élu membre de la nouvelle administration départementale, le seul Clermontois parmi les dix-huit administrateurs, réunissant une majorité des 131 voix exprimées (quand 617 votants s’étaient prononcés pour l’élection du premier député du Puy-de-Dôme41 !). Il est bientôt porté à la présidence du conseil général (16 novembre), imposant pour le suppléer l’élection d’un vice-président, et célébrant à l’ouverture de la session de 1791, dans l’église du collège, une messe du Saint-Esprit, à l’issue de laquelle il développe son credo politique. Très éloigné des préventions d’un Maury, réservant à Dieu la puissance et la capacité de la Loi, Périer affiche son rousseauisme, sa croyance dans le bien-fondé d’un contrat social, son espoir d’un bonheur terrestre. Reprenant à son compte les grands principes de 1789, les ordonnant à son gré et plaçant haut l’égalité des droits et la justice, il ne s’en essaye pas moins à une sévère critique sociale qui n’épargne ni les anciens privilégiés ni le peuple réduit au désespoir. Prisonnier de l’urgence du quotidien qui rend insupportable mais légitime l’attente des réformes, il est jugé encore enfant par le prêtre et le pédagogue avide de l’éclairer. C’est du reste par les armes du maître (la fermeté et la douceur, au cœur de sa pastorale) qu’il prétend valoriser le mérite et établir la vraie cité politique, à ses yeux encore en gésine : l’Assemblée constituante l’a esquissée, l’Assemblée législative doit en raffermir, en renforcer les traits :

  • 42 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 226 : Procès-verbal de l’assemblée du conseil général du département du P (...)

Messieurs,
Les François ont enfin une Constitution : l’unité dans l’administration, l’égalité des droits, la division des pouvoirs, la liberté : voilà les bases de notre heureux Gouvernement. Mais il est peu d’hommes capables de connoître & de saisir la nature, l’étendue & l’excellence de ces grands principes. Oserai-je le dire, Messieurs, l’art de la vraie politique est encore au berceau ; nous ne connoissions pas même la véritable définition de la Loi, avant qu’un étranger eût publié en France le Contrat social. Les maximes fondamentales de la société sont ignorées du plus grand nombre ; la science la plus utile de toutes, celle du gouvernement, est comme étrangère à presque tous les hommes.
Les princes, continuellement environnés d’esclaves, regardent comme un attentat contre leur autorité la séparation & la détermination des pouvoirs ; ils ne comprenaient pas qu’il n’est de puissance solide, de grandeur véritable que celle qui est fondée sur la justice & le bonheur des peuples. N’ayant reconnu jusqu’ici d’autre loi que celle de la force, ils ignorent que les droits du monarque & des citoyens, du chef & des membres, ne sauroient être pleinement assurés & garantis que par le consentement libre de la société & l’établissement d’une sage Constitution.
  Les hommes puissans & les nobles n’ont encore pu s’élever jusqu’à la hauteur de la Constitution, & acquérir assez de grandeur d’âme pour se mettre au-dessus des antiques préjugés, connoître le véritable honneur, & abdiquer courageusement de vaines préventions & des privilèges odieux. Ils ne sauroient concevoir que tous les hommes sont frères, & ne composent qu’une seule famille ; que tous naissent & demeurent libres et égaux en droits. On a fait jusqu’ici de vains efforts pour leur persuader que les distinctions sociales doivent être attachées au mérite personnel, & ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.
Le peuple accablé sous le poids de l’infortune & du gouvernement arbitraire n’a presque aucun sentiment qui lui soit propre : il méconnoît ses véritables intérêts & les avantages infinis qu’il doit recueillir de la nouvelle Constitution. Égaré par des insinuations perfides, il doute s’il sera plus ou moins malheureux sous le nouveau régime que sous l’ancien. La détresse momentanée qu’il éprouve lui fait regretter ses chaînes ; il ignore s’il doit conserver & défendre la liberté conquise, ou s’il lui seroit plus avantageux de la vendre de nouveau pour obtenir un soulagement passager.
L’Assemblée constituante a fait des loix admirables, a indiqué des moyens infaillibles pour rétablir l’ordre, assurer la tranquillité publique, consolider la révolution & écarter à jamais de ce grand empire jusqu’à l’ombre de l’aristocratie & du despotisme. Il est de votre devoir, Messieurs, d’employer ces moyens efficaces & salutaires, d’unir la fermeté à la douceur, & de faire exécuter les loix dans toute leur étendue. Il faut déconcerter par votre zèle & votre vigilance les projets désastreux de nos ennemis, maintenir l’ordre & écarter tous les obstacles qui s’opposent à la félicité publique. Il faut diriger le peuple, l’instruire de ses droits, & surtout de ses devoirs, l’éclairer sur ses véritables intérêts, lui faire sentir qu’il ne peut être heureux que par la soumission à la Loi, par son respect pour le Monarque, par son obéissance aux magistrats, & par son attachement inviolable pour la nouvelle Constitution ; qu’il en reconnoisse l’excellence par le bonheur que vous saurez lui procurer. Soyons les protecteurs, les pères, les amis de ce peuple bon & généreux ; occupons-nous de la félicité. Nos soins & nos travaux seront récompensés par la plus douce des jouissances, par l’estime, la confiance & l’amour de tous nos concitoyens42.

  • 43 Ibidem, p. 14-15 et 60.
  • 44 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 657.

15Si le Département présidé par Périer gère le quotidien de l’approvisionnement, de la répartition de l’impôt, de l’effort de guerre, de la réorganisation des haras ou des pépinières, l’organisation de l’assistance et de la santé, il traite aussi des questions religieuses. Peu empressé d’accéder aux réclamations des desservants lorsqu’il s’agit de les loger dans les anciens presbytères ou de leur distribuer un demi-arpent de jardin, les administrateurs cherchent à ramener dans le droit chemin « prêtres non assermentés, chapitres et communautés [se berçant] du fol espoir d’une contre-révolution », en leur accordant des provisions pour les aider à vivre (plus de 2 millions de livres en un an)43. Lorsque la municipalité clermontoise invite les administrateurs du département, en mai 1792, pour la bénédiction des drapeaux de la garde nationale, le syncrétisme est à l’œuvre entre les célébrations pieuses et les cérémonies civiles : « Au moment où nous allons consacrer à Dieu et à la Patrie les étendards de la liberté, nous nous faisons un devoir de vous inviter à cette fête religieuse et civique qui se célébrera dimanche prochain heure de dix du matin dans l’église cathédrale44 ». Rien, ni dans l’entourage du prélat, ni dans les convictions religieuses et citoyennes partagées au sein du conseil épiscopal, ne fait, il est vrai, obstacle pour l’heure à cette union des différents pouvoirs élus.

Le conseil épiscopal

  • 45 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2307 et 2532 ; 6 F 171. Sur le ralliement des prêtres à la Révolution, vo (...)
  • 46 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2532 : lettre à l’administration du département du Puy-de-Dôme (30 septem (...)
  • 47 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 4220.
  • 48 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 6 F77, fonds Adam : fiche biographique de Joseph-Marin Micolon.

16Périer a su s’entourer de vicaires à son image, pour la plupart issus des ordres réguliers, forts d’une longue expérience de l’Église et de l’enseignement (ils ont en 1791 une moyenne d’âge de 44 ans, les plus jeunes en ont 30, le plus âgé 62), créant un foyer intellectuel gagné aux idées de la Révolution. Ils les partagent au sein du club jacobin clermontois, les affirment par des serments réitérés à la nation et aux valeurs républicaines, tels qu’on les leur demande de 1792 (fidélité à la nation, maintien de la liberté et de l’égalité, ou la mort) à l’an V (haine à la royauté et à l’anarchie). Ils, c’est-à-dire les Oratoriens Jean-Baptiste Bordes, Louis Aimé Campoux, Claude Grimaud et Antoine Popin, les Bénédictins Jean Maigne, Joseph-Marin Micolon, Guillaume Tardif (nommé directeur du séminaire), le Génovéfain Michel-François Verdier-Latour, l’ex-Jésuite Michel Joseph Dufraisse de Vernines (fils d’un conseiller à la cour des Aides de Clermont), le Carme Antoine Bernard Morget, sans compter les anciens desservants de l’église Saint-Pierre, foyer du clergé patriote (le curé Jean-Baptiste Monestier, promu premier vicaire, ou les chanoines Barthélémy Joanny, Claude Grimaud, Jean-Baptiste Pagès), l’ancien curé de Saint-Hilaire-la-Croix, Honoré Reignier, ou celui de Crépy (Loire) Joseph Voyrin45. Bordes, régent à Effiat sous Périer puis professeur de théologie à l’Oratoire de Riom jusqu’en 1791, qui dirige le séminaire à partir de 1792, est Parisien ; Campoux, qui devient le secrétaire de l’évêque, Marseillais, même s’il a enseigné à Saumur où Périer a été son collègue ; les autres sont Auvergnats. Tous n’ont pas renoncé à leur statut de pédagogue : bien que perclus d’hernies, Campoux dit en septembre 1793 espérer une place dans l’éducation nationale réorganisée46. Dufraisse de Vernines, Maigne, Popin, Reignier, Tardif, Verdier-Latour abdiqueront leur prêtrise en l’an II. D’aucuns bifurqueront après 1793 par les bureaux des nouvelles administrations : Tardif servira en l’an II dans les bureaux de la Convention, au tribunal de district de Nancy puis au tribunal d’appel de Riom en 1809, non sans s’être marié en 179847 ; secrétaire du commissaire du pouvoir exécutif auprès de l’administration centrale du département de la Loire en l’an VII, Micolon finira comme simple vicaire à Champétières (1816) ; marié en l’an II, Verdier-Latour s’établira comme avocat48.

  • 49 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2306 : nomination de Claude Grimaud comme vicaire de la cathédrale (1er a (...)
  • 50 Philippe Bourdin, Le noir et le rouge. Itinéraire social, culturel et politique d’un prêtre patriot (...)

17Les décisions de nominations en disent long sur les qualités privilégiées par l’évêque. Sans doute les réputations jouent-elles : Verdier-Latour, que Couthon chargera de missions dans le Puy-de-Dôme de l’an II, s’est fait connaître par la publication, en 1788, en collaboration avec l’avocat Bergier, de ses Recherches historiques sur les États généraux et les États provinciaux d’Auvergne. C’est « instruit et assuré des sciences, mœurs et capacités de sieur Claude Grimaud, prêtre de ce diocèse et ci-devant chanoine du chapitre de Saint-Pierre de Clermont » que le prélat le promeut à un vicariat49. Mais Grimaud est aussi le frère cadet du premier vicaire constitutionnel de l’Allier, qui avait favorisé sa promotion clermontoise après que, maître ès-Arts de la Sorbonne, il avait mené carrière d’enseignant de théologie ou de philosophie au petit séminaire d’Orléans et dans des collèges réputés (Louis-le-Grand, Tournon), puis de principal du collège de Billom, le plus ancien établissement français fondé par les Jésuites, où son réformisme et sa liberté de ton et de comportement avaient été peu goûtés des administrateurs, précipitant sa retraite forcée en 1782. Les deux frères, éléments perturbateurs de l’ordo canonicus, s’appuyant au besoin sur les meilleurs avocats des barreaux de Clermont et de Riom, ont servi puis donné bien du fil à retordre à François de Bonal, avant d’en devenir à l’heure de la convocation des États généraux de farouches opposants. Claude, dès 1790, s’est pleinement investi et dans la vie de sa section, présidant les assemblées ou assistant aux réunions de la municipalité, et dans l’un des clubs jacobins clermontois, dont il partage le secrétariat avec Jean-Baptiste Monestier, encourageant en février 1791 à la fondation d’un bataillon de volontaires ou défendant le droit de pétition. Membre des comités des subsistances et des suspects dans le Clermont de l’an II, fort en voix pour dénoncer ses adversaires politiques et défendre les humbles, administrateur contesté de l’Hôpital général, il n’échappera pas à la réclusion. Son aîné secondera Fouché dans l’Allier et à Lyon sous la Terreur, et mènera sans barguigner la déchristianisation en Bourbonnais50. Or, Périer connaît bien Fouché : il exerçait comme régent au collège de Niort quand il en était le principal, et cette relation l’aidera sous l’Empire à être maintenu évêque concordataire. Là est donc un premier réseau, qui, fondé sur une indubitable proximité intellectuelle, aura des implications politiques. Celles-ci comptent, de toutes façons, localement, dans les choix de Périer. Indubitablement, un privilège est donné à l’une des grandes familles patriciennes de Clermont-Ferrand, une lignée de médecins et d’apothicaires, très active au sein des Jacobins clermontois : Jean-Baptiste Monestier, curé de l’église Saint-Pierre, est le frère du procureur-général syndic, Michel, médecin renommé et franc-maçon influent qui deviendra maire de Clermont-Ferrand de 1792 à 1794 ; lui-même sera élu député à la Convention.

  • 51 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2435 : états des employés au service de la cathédrale, septembre 1791-déc (...)

18D’un éventuel registre des délibérations du conseil épiscopal, ni les archives diocésaines, ni les archives départementales de Clermont-Ferrand ne gardent trace. On ne connaît donc exactement la répartition des fonctions. Tout au plus sait-on que Claude Grimaud gère la cathédrale, et les bons soins de la municipalité et du Département permettent d’y préserver, au moins jusqu’en décembre 1792 (la loi du 27 de ce mois imputant aux paroissiens les frais du culte), une maîtrise : sept enfants de chœur, un maître des enfants, huit chantres, deux serpents, deux sacristains, deux clercs de sacristie, un organiste, un souffleur d’orgue, quatre bâtonniers, deux sonneurs. Sept de ces hommes travaillaient déjà pour l’ancien chapitre. Cinq remplacements entre octobre 1791 et juillet 1792, dans les fonctions subalternes, prouvent que l’institution est active. La balayeuse de l’édifice, Marie Grimaud, bénéficie à l’évidence de l’entraide familiale51.

  • 52 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 4191.
  • 53 Denis Boussillat, Les prêtres réfractaires du Puy-de-Dôme face à leur destin (1790- 1795), mémoire (...)
  • 54 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 585.
  • 55 Philippe Père, Le vécu des prêtres constitutionnels du diocèse de Clermont-Ferrand, mémoire de maît (...)
  • 56 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2435, L 3640 et L 2433.

19Comme ailleurs en revanche, les nominations des prêtres constitutionnels auvergnats sont rendues difficiles par le manque de candidats – Périer prononcera sa première ordination pour la Pentecôte 1791 et ses dernières à l’automne 1793, sans avoir encore pourvu toutes les cures52 –, par les rejets que ceux-ci, désignés comme « intrus », essuient de la part des paroisses rurales contrôlées par les anciens titulaires. Rares sont les lieux comme Saint-Clément, où les deux clergés vivent en bonne entente dans le même presbytère ; comme Plauzat, où le vicaire insermenté « aide à acquitter les fondations et est très exact à aider le curé dans l’exercice du culte divin » ; comme Lussat, où le prêtre jureur, malade, demande à son prédécesseur de le suppléer53. Les lieux de culte sont ici et là, lorsqu’il n’y a pas eu arrangement entre les clergés concurrents, devenus lieux d’affrontements : « le désordre à cet égard est porté à un point que le dernier goujat de l’empire peut y dire la messe, donner la communion, et confesser impunément », déplore le curé assermenté de Vic-le-Comte54. Plus de quatre-vingt dix plaintes de ses confrères seront enregistrées dans le Puy-de-Dôme jusqu’au Concordat, une cinquantaine pour des violences physiques, une vingtaine pour des vols ou des dégradations de biens, une autre vingtaine pour insultes55. Elles ne rendent pas totalement compte des multiples tracas du quotidien, souvent de l’ordre du symbolique. Les paroissiens de Dallet favorables aux insermentés continuent d’aller à la messe, mais tournent le dos à l’autel quand le curé jureur donne sa bénédiction ; à Saint-Flour-prés-Billom, l’ancien titulaire arrête ses ouailles sur le chemin de l’église ; sans parler des clés perdues, comme à Cunlhat, qui empêchent de se servir des vêtements liturgiques56… Partout abondent les preuves des complicités et de la protection qu’apportent aux insoumis, souvent enfants du pays, les élus du cru. Bonal continue de faire circuler des écrits hostiles (Instructions et ordonnances) et organise, comme bien des prélats réfractaires, une Église clandestine, dont les abbés Solignat et Delarbre, le curé Mathias sont d’actifs correspondants, le dernier agitant le Livradois. Recopiés à la main, des professions de foi circulent, qui, au nom des prêtres émigrés, définissent simplement les torts de tout « intrus » :

  • 57 Archives diocésaines de Clermont-Ferrand, H6/6, sans date.

Quoique éloignés de vous, nos très chers frères, nous pensons toujours à vous. Nous nous occupons continuellement de vous devant le Seigneur. Soyez toujours attachés aux vrais principes de la Religion. Pour vous y soutenir, évitez les intrus et fuyez leurs discours. Car un intrus est un homme de mort, qui donne la mort à tous [ceux] qui le suivent. C’est le bourreau et le meurtrier des âmes. Malheur à quiconque prend part à ses œuvres.
C’est un traître à la Foi qu’il abjure et à la Religion qu’il fait perdre.
C’est l’ennemi de Dieu, dont il aide à détruire le culte, et de l’Église qu’il aide à renverser.
C’est l’opprobre du clergé qu’il déshonore et la honte de l’Église d’avoir dans son sein un tel monstre.
C’est un loup qui perd le troupeau de Jésus Christ et un voleur qui s’est emparé d’un bien qui ne lui appartient pas.
C’est un homme qui est dans un état continuel de péché mortel et d’hérésie.
C’est un homme perdu, une victime préparée pour l’enfer s’il ne se convertit.
C’est un monstre de Satan, un suppôt du diable au nom duquel il agit pour la perte des âmes.
C’est un homme enfin dont toutes les sanctions sacrées sont autant de profanations et de sacrilèges. Toutes ses prières sont mortes et ne servent de rien aux fidèles. Toutes ses absolutions sont sans effet, même à la mort […].
Tous les mariages qu’il fait sont nuls et ne servent qu’à faire vivre les parties dans un concubinage affreux [… ]57.

L’exclusion du champ civique

  • 58 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1 Q 558.
  • 59 Ibidem. Lettre des administrateurs de la municipalité de Clermont-Ferrand au directeur de la Monnai (...)

20L’évêque constitutionnel, bafoué dans son autorité, subit aussi les conséquences de la dégradation du climat politique, de la situation militaire, de la suspicion qui grandit vis-à-vis d’un clergé français jugé globalement trop modéré. Alors que la jeune république a besoin de moyens pour mener la guerre contre les Austro-Prussiens, qui a été déclarée en avril 1792, les métaux des églises excitent la convoitise car il faut fabriquer des armes et battre monnaie en urgence. Comme y incite la loi du 10 septembre 1792, les autorités départementales du Puy-de-Dôme en ordonnent l’inventaire d’octobre à décembre58. Le vicaire Claude Grimaud reçoit leurs commissaires en la cathédrale. Dans la sacristie, ils démontent croix et autres objets du culte pour en retirer le bois et le fer qui les consolidaient. La grande croix du maître-autel est ainsi en bois recouvert de plaques et moulures d’argent doré tandis que son Christ est en argent massif, avec une draperie dorée et « plusieurs pierres auliques fines et communes ». Grimaud insiste pour que les pierreries des croix et reliquaires restent sur place, et il s’est visiblement occupé de les enlever de la grande croix et du maître-autel – notamment « un médaillon en agate représentant une religieuse figure antique entourée de rubis » –, comme il a mis à l’abri la Sainte Épine, dont il ne reste que la croix d’or et de vermeil, et le contenu des reliquaires. Il n’a rien pu pour une croix de vermeil garnie de vingt perles fines, une main de vermeil, une croix processionnelle avec son bâton, etc. Il fait pourtant tout pour gêner la suite de l’inventaire. Le 30 octobre, la sacristie est fermée et Grimaud, en charge de la garde des objets inventoriés la veille, introuvable tout le matin ; l’après-midi, il dit aux commissaires qu’il a rendu la clef de la sacristie à l’évêque, et celui-ci refuse à son tour de la leur remettre, prétextant que, sur son intervention, le Département a sursis à tout enlèvement d’objet. Ce sursis est de courte durée ; l’évêque et Grimaud sont obligés de s’exécuter le 16 novembre, ayant fait patienter les commissaires une matinée encore – en décembre, ils prétendront avoir perdu la clé d’une armoire contenant ciboires et saintes huiles. Les perles sont ôtées de la croix de vermeil (qui, en réalité, est en or massif), tout est transporté au directoire du district. Le 18 novembre, dans l’après-midi, inventaire est fait de la Vierge du maître-autel avec l’enfant Jésus, « portés dans une chaise de cuivre et recouverte de plaques d’or, d’argent et de cuivre », du reliquaire de Saint-Jean en cristal et pierres précieuses, de celui de Saint-Anthème, de celui de Saint-Austremoine (en cristal), de celui de Sainte-Anne, du retable du maître-autel (composé de treize petites statues hautes d’un pied représentant les apôtres, surmontées de niches, garnitures et autres ornements, dont certains en argent, le tout jugé facile à enlever). Le 17 décembre 1792, le District enlève la Vierge à l’enfant, le médaillon en agate entouré de rubis, une autre agate, ovale, taillée et représentant un homme à cheval, 23 chatons en cuivre ou argent enserrant des pierres de peu de valeur, 19 perles fines et six pierres précieuses (un saphir bleu, deux émeraudes, trois rubis). Les pierreries seront envoyées à la Monnaie de Paris59.

  • 60 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2211 : lettre de Périer aux administrateurs du département (10 décembre 1 (...)

21Périer essaie de récupérer partie des livres confisqués par le Département, pour l’heure entreposés à l’Oratoire, non sans un humour de circonstance destiné à éviter leur disparition : « ces livres, quoique estimables en eux-mêmes, ont perdu aujourd’hui toute leur valeur : on ne les acheteroit que pour plier du poivre ; j’en ferai un meilleur usage60 ». De fait, les titres choisis marquent ses intérêts maintenus pour les exercices spirituels de son ordre d’origine, la théologie et la patristique, mais aussi pour les controverses autour du jansénisme, ce qui explique largement leurs dates de publication : l’Ancienne et nouvelle discipline de l’Eglise, de Louis Thomassin (1678), le De Poenitentia du Père Morin (1669), l’un et l’autre Oratoriens, l’Histoire ecclésiastique de Claude Fleury (1691), les Dissertations qui peuvent servir de prolégomènes de l’Écriture Sainte, du bénédictin Augustin Calmet (1720), la Bibliothèque des auteurs ecclésiastiques du dix-huitième siècle, la collection des conciles, le Corpus juris canonici et le In jus canonicum universum.

  • 61 Bibliothèque de Clermont Communauté, Fonds Auvergne, Ms 718, f° 249.
  • 62 Ibidem, A 1376.
  • 63 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 657 : réponse de l’administration départementale à la pétition de l’évêqu (...)

22Les protestations de l’évêque vont se multiplier, en vain. En décembre 1792, il s’insurge ainsi contre un arrêté de la commune de Clermont-Ferrand interdisant les messes de minuit à l’occasion des fêtes de Noël, par crainte des assemblées nocturnes : « Il n’appartient, dans l’État, à aucune section ou commune, à aucun corps particulier, de faire, de sa propre et seule autorité, des arrêtés concernant une pratique aussi ancienne que le christianisme61 ». Son mandement pour le temps du Carême de 1793 insiste sur la nécessité de la religion, facteur d’ordre moral et social, frein aux passions individuelles et consolation pour les malheureux. Il n’hésite pas, pour conforter sa démonstration, à s’appuyer sur Bayle, Montesquieu, Voltaire et Rousseau62. Il refuse qu’une cérémonie patriotique en hommage au Conventionnel régicide Lepeletier de Saint-Fargeau, assassiné le 20 janvier 1793 par un ancien garde du corps de Louis XVI, Pâris, et sitôt élevé au rang de martyr de la Révolution, soit célébrée en la cathédrale. Mais le lieu ne lui appartient déjà plus : on lui rappelle son caractère d’édifice national dont la police appartient à la municipalité, tandis qu’une célébration civique « n’est point contraire à l’ordre », « ne saurait blesser le respect dû au culte », « que le tribut de reconnaissance payé par les citoyens de cette ville à la mémoire de Pelletier ne peut être qu’agréable à l’éternel ». La cathédrale devient donc aussi le cadre d’une sacralité républicaine, faisant pour l’heure large place aux discours, dont sourd un désir de laïcisation à travers les promesses d’éradiquer fanatisme et superstition63.

  • 64 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2430.
  • 65 Annales de la religion, tome 1, n° 2, 20 floréal an II (9 mai 1795), p. 39 ; n° 16, 28 thermidor an (...)

23La présence, dans le département, des représentants en mission Couthon, Goupilleau et Maignet, de retour en vainqueurs du siège de Lyon, désormais Ville-Affranchie, va accélérer la déchristianisation. Ils prennent, le 24 brumaire an II (14 novembre 1793), un arrêté sur la suppression du culte public et de ses signes extérieurs. S’ils reconnaissent l’existence d’un créateur universel, ils rejettent le catholicisme : « C’est outrager cet Être puissant et bon que de supposer qu’il ait voulu d’autre autel que le cœur de ses enfans, d’autre temple que le monde dont il est l’architecte, d’autre culte que celui de la raison qu’il nous a donnée ». Les représentants jugent contradictoire qu’un pays qui a renoncé à toute religion dominante finance encore des prêtres catholiques, accepte des signes extérieurs de leur culte, ne s’attaque pas « à ces images de la superstition qui entretiennent les peuples dans l’erreur », dégradant les humains. En conséquence, ils abolissent les titres ecclésiastiques et déclarent suspects ceux qui désormais s’en réclament, auxquels ils suppriment leurs traitements pour les remplacer par des pensions qui n’excéderont pas 1 200 livres. Les ornements précieux ou métalliques des églises sont confisqués pour être inventoriés et expédiés à la Convention nationale. Les étoffes des habits sacerdotaux, dépouillées de leurs galons d’or ou d’argent, seront partagées entre les cantons, si possible par les sociétés populaires, au bénéfice des jeunes filles « distinguées dans le cours de la révolution par leur vertu et leur attachement constant à la cause de la liberté et de l’égalité ». Les signes extérieurs du culte seront détruits, les cloches descendues et fondues en canons au chef-lieu du département ; le tambour remplace dorénavant le tocsin. Une instruction décadaire diffusée dans les campagnes est confiée aux sociétés populaires64. En l’an III, les Annales de la religion, exagérant les conséquences de ces décisions, traduiront l’incompréhension du clergé assermenté auvergnat devant ces mesures : « tous les clochers ont été mutilés ou renversés, les tableaux brûlés ou déchirés, les prêtres constitutionnels traînés dans des cachots, chargés de fers65 ».

De l’exil grenoblois au champ de ruines clermontois

  • 66 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2531. Attestation des officiers municipaux de Clermont-Ferrand.
  • 67 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 4220. Lettre du 23 brumaire an III (13 novembre 1794) du fondé de pouvoir (...)
  • 68 Annales de la religion, tome 1, n° 16, 28 thermidor an III (15 août 1795), p. 380. Le retour de Pér (...)

24L’évêque Périer est réputé avoir constamment exercé ses responsabilités jusqu’au début du mois de frimaire an II, n’avoir nullement abdiqué son sacerdoce, et il touche encore pour le premier quart de l’an II la part de son salaire annuel, s’élevant à 7 680 livres, dont la part de loyer qui lui est octroyée depuis octobre 1792, alors qu’il a été privé de son palais épiscopal66. Dès le 6 nivôse (26 décembre 1794) pourtant, on le sait dans son Dauphiné natal, où, non sans une ambiguïté sans doute destinée à le sauver des menaces de déportations formulées par le représentant Albitte, il renoncera aux 1 000 livres promises aux ci-devant évêques pour les 960 qui lui sont dues pour ses anciennes fonctions à l’Oratoire67. Son absence est regrettée à Clermont, où néanmoins la cathédrale – arrachée de haute lutte à la municipalité de Clermont-Ferrand qui en avait fait un bien national – demeure « école de piété et de patriotisme » : y sont lues régulièrement des instructions devant des fidèles prétendument en grand nombre68. Des assemblées presbytérales se réunissent à Clermont-Ferrand les mardis et vendredis pour accueillir et aider les prêtres du diocèse :

  • 69 Annales de la religion, tome 1, n° 17, 5 fructidor an III (22 août 1795).

L’ignorance est la mère des désordres et des superstitions ; elle seule accrédite les erreurs. Il faut donc que les prêtres chargés d’enseigner la vérité sachent la connoître d’abord eux-mêmes ; et on ne peut se dissimuler qu’avant les derniers troubles, un grand nombre d’entr’eux ne prenoit pas la peine d’étudier ; de là cette foiblesse que plusieurs ont montrée dans la persécution : ils n’étoient pas soutenus par une conviction ferme et solide des vérités de la religion. C’est encore par ignorance qu’on en voit aujourd’hui plusieurs se rétracter et traiter d’hérésie, de schisme ce qu’ils ne connoissent pas69.

  • 70 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1202 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 20 fructidor an (...)
  • 71 Ibidem, GR1213 ms : lettre de Brignon à Grégoire, 12 fructidor an II (29 août 1794).
  • 72 Ibidem, GR 1211, 1212, 1214 à 1224, 1226, 1227, 1228, 1258, 1259, 1261 ms.
  • 73 Ibidem, GR 1262, 1264 ms : lettres du 20 fructidor an III (6 septembre 1795) et du 25 messidor an V (...)
  • 74 Ibidem, GR 1211 ms : lettre de Jean-Baptiste Bordes à Grégoire, 5 germinal an III (25 mars 1795).
  • 75 Ibidem, GR 1209 ms : lettre du curé Anjodras à Grégoire, Clermont-Ferrand, 14 messidor an III (2 ju (...)

25Rentré péniblement de son exil grenoblois en novembre 1795, perclus de rhumatismes, Jean-François Périer retrouve un département avec lequel il n’a quasiment pas entretenu de liens : « Couthon et Maignet ayant fait en 1793 un arrêté pour m’obliger d’abjurer, ou de me retirer dans le lieu de ma naissance, je n’ai pu suivre exactement ce qui se passoit dans ce diocèse pendant près de deux ans que j’ai demeuré à Grenoble70 ». Rallié aux évêques réunis, il entretient une correspondance suivie avec son collègue Grégoire. Grégoire, de son côté, échangeait avec une quinzaine de prêtres du département : comme lui ancien Constituant, Brignon l’avait sollicité en l’an II, depuis sa prison d’Ambert71 ; surtout, c’est vers lui qu’on se tournait en l’absence de Périer, pour se plaindre d’une carrière anéantie par la Révolution, d’une pension jamais perçue, pour mesurer les conséquences d’un mariage, pour s’entretenir de bisbilles entre collègues, pour réclamer le retour du curé assermenté72 et faire valoir un soutien aux Annales de la Religion – tel que le revendiquent « les prêtres du canton d’Ardes, amis de la religion et de la patrie73 ». Grégoire peut compter sur le vicaire de la cathédrale Jean-Baptiste Bordes pour diffuser ses lettres et poser les jalons de l’Église constitutionnelle, en amorçant le rapprochement avec les insermentés. Bordes organise à dessein les assemblées presbytérales pour réfléchir aux voies d’une réconciliation – uniment désirée, fût-ce au prix du sacrifice de leurs fonctions, par les présents. Ces voies ne diffèrent guère de celles imaginées depuis la capitale : un arrangement entre Bonal et Périer est souhaité pour l’occupation du siège épiscopal qui, en tout état de cause, reviendra au dernier vivant ; « il ne sera point question de serment prêté ou non prêté à la Constitution de 1791, ce serment étant maintenant sans objet » ; « si les paroisses redemandent leurs anciens curés, les constitutionnels leur céderont la place et travailleront sous eux en qualité de vicaires, si les premiers l’agréent ». Mais ces propositions se heurtent à une surenchère de l’autre camp qui réclame aux assermentés une rétractation de leurs serments prêtés, un aveu public de leurs tentations schismatiques, une demande aux fidèles de payer les dîmes et les cens, une excommunication des acheteurs de biens nationaux74 ! La chasse aux « intrus » demeure vive dans bien des campagnes et peu des desservants fidèles à la Constitution civile, abandonnés par les autorités politiques, peuvent compter sur une aide de leurs ouailles, avec lesquelles ils partagent désormais privations et disette, quand bien même ils ont le courage de demeurer dans leurs paroisses. On mesure, à lire le curé Anjodras, le soutien spirituel que représentent pour plus d’un les liens tissés avec Grégoire : « Ne nous abandonnés pas, citoyen évêque, soutenés-nous par vos conseils au milieu de tant de malheurs. Soyés assuré que nous y serons fidèles. Mgr. Périer, notre évêque, est encore loin de nous. Tous mes confrères à qui j’ai communiqué votre lettre me chargent d’être auprès de vous l’organe des sentiments d’estime, d’affection et de fraternité avec lesquels nous sommes tous vos dévoués frères75 ». Depuis Thiers, où il vit retiré, l’ex-chanoine et Constituant Bonnefoy, qui a été l’un des premiers élèves de l’École normale, ne cache cependant rien de l’état du peuple chrétien à son ancien collègue, glissant au passage une pique contre Bordes :

  • 76 Ibidem, GR 1210 ms : lettre de l’ex-chanoine et Constituant Bonnefoy, « élève de l’école normale », (...)

Je m’étois retiré à ma campagne pour m’y livrer alternativement à l’agriculture et aux finances. J’espérais y trouver le calme de la paix et de l’innocence qui y avoient régné jusqu’alors. Mais combien mon âme est affligée d’y rencontrer la même agitation, les mêmes cabales que dans les villes ! Le simple et paisible agriculteur y suivoit avec joie le culte de ses pères sous la direction de son curé constitutionnel, la paix étoit dans sa famille et le calme dans sa conscience. Depuis le retour des inassermentés et le renouvellement des municipalités qui les protègent, la scène a bien changé. Le peuple des campagnes est travaillé en tout sens, il est par [usé ?] par la terreur, tourmenté par les scrupules que le fanatisme et l’intérêt peuvent inventer pour allarmer les consciences faibles et timides. Vivement touché des inquiétudes qu’éprouvent et l’agriculteur et l’artisan des villes, nos bienfaiteurs, je me suis décidé à te faire le tableau de ce qui se passe autour de moi. Tu sentiras qu’il est instant pour le repos public et pour l’affermissement de la constitution que la Convention se prononce ou, si la politique et des affaires plus urgentes lui empêchent de s’occuper de cet objet, il faut que les évêques constitutionnels se hâtent de reprendre leur poste pour rallier les patriotes qui sont tous partisans de la constitution du clergé. Le patriote a ici la très grande majorité. Il y a cent républicains pour un royaliste dans les villes et les campagnes.
Dans la plupart des communes de la campagne, les inassermentés, qui y avoient été jusqu’alors inconnus, se sont emparés des églises curiales. Ils y rebaptisent et remarient tous ceux qui l’avoient été par le curé constitutionnel. Les femmes s’y rendent en foule, et de retour tourmentent leurs époux pour renoncer au curé de la constitution et se laisser conduire par ces nouveaux convertisseurs. Le mari, les garçons s’y refusent ; de là la division dans le ménage, de là les sollicitudes de ces bonnes gens qui craignent de compromettre leur salut […]. Je ne te répéterai point toutes les erreurs et les diatribes que ces missionnaires se permettent tant contre la légitimité et le devoir du serment que contre la validité des fonctions des assermentés. Mais ce que je vois avec douleur, c’est l’esprit d’intérêt qui les anime. Sous le prétexte qu’ils ont des besoins, ils taxent leurs fonctions au plus haut prix. Il m’a été assuré qu’un batême avait été payé 36 livres. Je sais que les dons et les présens leur arrivent de toutes parts et qu’ils n’en refusent aucun. Tu n’en seras pas surpris lorsque tu sauras que ces hommes avides sont des fils de paysans. Un citoyen né avec plus de délicatesse rougirait de thésauriser ainsi.
[…] Les intrigantes et les intrigants se remuent et emploient tous les moyens pour empêcher que le cultivateur ne reconnaisse son ancien pasteur, à moins qu’il ne se rétracte. Quelques-uns ont la faiblesse de le faire. Et voilà comment l’impudeur et la cupidité déshonorent une religion qui prescrit à ses ministres honneur, désintéressement et humilité. Mais il est bon que le peuple connaisse ceux dont la conscience n’est que l’intérêt, et ceux qui ont tout sacrifié à la vérité et à la religion. Laissons ainsi s’épurer le clergé. Il suffit à la religion qu’il lui reste quelques prêtres influents et dévoués à la propagation de l’Évangile. 12 apôtres et quelques disciples ont bien suffi pour l’annoncer à toutes les nations.
J’oubliois de te dire qu’il y a en ce moment à Clermont-Ferrand, chef-lieu du département du Puy-de-Dôme, deux grands vicaires, l’un de Périer, l’autre de Bonal. Ce dernier distribue des pouvoirs et des missions. Celui de Périer se contente d’éclairer le public sur la légitimité du serment. Il parle et l’autre agit76.

  • 77 Ibidem, GR 1199 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 17 nivôse an IV (7 janvier 1796).
  • 78 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2211 : lettre de pluviôse an V aux administrateurs du département.
  • 79 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1202 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 20 fructidor an (...)
  • 80 Régis Crégut, Le diocèse de Clermont pendant la Révolution, Clermont-Ferrand, Bellet, 1914, p. 403.

26Paris est donc correctement informé de la situation religieuse du Puy-de-Dôme, et le travail de refondation bien engagé lorsque Périer revient à Clermont, à l’heure où est publiée la loi du 3 brumaire an IV (25 octobre 1795), très répressive contre les réfractaires. Le pasteur n’est guère rassuré sur l’avenir de l’Église et sur la composition du corps législatif. S’enquérant toujours du devenir de Bonal, il est partisan d’un concile, dont il ne cesse de rappeler l’urgence, inquiet du faible nombre de signataires qui ont appuyé la Lettre encyclique à tout le clergé et tous les fidèles de France du 15 mars 1795. Il pense qu’une nouvelle vague déchristianisatrice n’est pas à exclure. Aussi prône-t-il, sans succès, la réunion des deux clergés, trouvant sur place un diocèse violemment partagé, dont les assermentés, parfois avec l’appui des autorités, d’autres fois par des insurrections populaires à la tête desquelles les femmes jouent un grand rôle, ont été largement exclus ; les réfractaires sont peu nombreux à être emprisonnés, beaucoup bénéficient de soutiens communautaires dans les forêts et les montagnes ; la cathédrale a été désertée tant que les autres églises clermontoises, qu’ils tenaient sous leur coupe, n’ont pas été fermées77. La nouvelle Église, incomprise de pouvoirs civils toujours ardents à défendre les cultes décadaires dont l’insuccès va grandissant, demeurera en effet davantage un souhait qu’une réalité, tant les contraintes du terrain sont nombreuses. Inquiet des agissements de son prédécesseur, Périer s’emploie à repeupler la cathédrale de ses fidèles. Il récupérera une chaire pour le bâtiment dévasté – celle de l’église des Ursulines –, des livres de chant et des missels78. Il produit, pour le Carême de 1796, une lettre pastorale exposant ses efforts pour réunir les ministres du culte « ainsi que le détail des erreurs introduites dans la théologie depuis les siècles d’ignorance et de ténèbres »79. Bien sûr, 88 ex-assermentés du Puy-de-Dôme rétracteront leur abdication de l’an III à l’an VIII80, mais Périer mesure surtout l’échec de la réorganisation des paroisses, et accuse le coup : seuls quelques prêtres constitutionnels font l’affaire et retournent à leur cure, d’autres avouent leur peur (ils sont quasiment absents dans les districts montagneux d’Ambert et de Besse), certains se sont mariés et sont à ce titre rejetés, les jeunes clercs renoncent à reprendre leur formation. La misère est la norme :

  • 81 Ibidem, GR 1199 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 17 nivôse an IV (7 janvier 1796).

Comme nous n’avons que des pauvres, ou des personnes peu aisées de notre bord, tous les prêtres sont dans la misère, et moi aussi. […] C’est une injustice criante, une barbarie affreuse, de la part du gouvernement, de nous laisser dans cet état pitoyable. Bientôt, tous les prêtres se tourneront d’un autre côté pour avoir de quoi vivre. Et surtout, qui voudra à l’avenir entrer dans les ordres81 ?

  • 82 Ibidem, GR 1202 ms.
  • 83 Annales de la religion, tome 1, n° 2, 20 floréal an II (9 mai 1795), p. 35 et 39.
  • 84 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1202 ms.
  • 85 Ibidem, GR 1234 ms : lettre du curé Py à Grégoire, 23 vendémiaire an VI (14 octobre 1797).
  • 86 Philippe Bourdin, « Révolution et superstition : l’exemple du Puy-de-Dôme », dans Bernard Dompnier (...)
  • 87 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1230 ms : lettre du curé Py à Grégoire, 25 vendémiaire an IV (14 oct (...)

27Cette appréhension des antagonismes sociaux construit pour partie celle du schisme, et l’analyse qu’en produisent les réfractaires la conforte : « ces prêtres répètent sans cesse qu’ils ont pour eux l’opinion publique ; que tous les riches sont de leur bord et ne les laissent manquer de rien ; que nous n’avons pour nous qu’une partie de ce qu’ils appellent la canaille ; que la famine nous forcera de nous rétracter ou d’abandonner »82. En attendant, les assermentés qui se refusent à toute repentance, à toute démission, tombent parfois victimes d’agressions violentes : l’ancien Constituant Brignon, curé de Dore l’Église, perd ainsi la vie le 28 frimaire an IV (18 décembre 1795). Les réfractaires ont, eux, repris le combat avec une virulence dont se font nationalement l’écho les Annales de la religion, qui les désignent comme « les dissidents » : « ils attribuent la disette aux prêtres constitutionnels, et les persécutent au point que, dans le département du Puy-de-Dôme, ceux-ci ont été obligés, dit-on, de se réfugier dans les chefs-lieux de districts »83. Les bois, les montagnes sont autant de caches en lieu et place des prisons qui devraient les accueillir depuis la loi du 3 brumaire, situation que regrette Périer dans sa lettre pastorale pour le Carême de 1796. Les réfractaires « ne font plus l’office dans les églises mais ils le célèbrent dans les chambres, dans les granges, etc. » ; ils répandent aussi force libelles et un millier d’exemplaires de la rétractation de François Thérèse Panisset, évêque constitutionnel du Mont-Blanc84. L’abbé de Gévaudan, agissant pour le compte de Bonal, dont il a été grand vicaire, organise la résistance, les ralliements à Louis XVIII85. Ceux qui le rejoignent ont conçu dans l’exil et la clandestinité, dont beaucoup sont sortis en l’an III, une affection pour Bonal que tous ne ressentaient pas a priori. Si elle en trahit quelques dizaines en l’an VI, quand sont relancées arrestations et déportations, ou quand est imposé le serment de « haine à la royauté et à l’anarchie » (seuls 286 prêtres sur 877 le prêtent dans le Puy-de-Dôme), elle se traduira surtout par un ralliement au Conseil ecclésiastique du prélat émigré, qui se reconstituera dès 1800 à Clermont, profitant des premières mesures de réconciliation du Consulat (un arrêté du 17 juin 1800 abolira la proscription des insermentés) et de la bienveillance du premier préfet, Ramey de Sugny. Le schisme, perdurant, laisse parfois la place à des violences purificatrices, à des miracles prétendus et à des saints autoproclamés. À Saint-Amant-Tallende, en juin 1797, une ex-religieuse enceinte est ainsi éventrée d’un coup de fourche par son mari : trois réfractaires l’avaient convaincu qu’elle portait l’antéchrist. En janvier 1798, dans le village de Durmignat, une agricultrice quinquagénaire et célibataire se fait passer pour une nouvelle Sainte Anne (synthèse de la mère de Samuel, de la femme du vieux Tobie et de la mère de Marie) ; elle réunit des centaines de crédules qui renoncent solennellement à Satan et à la république86. Au-delà de ces soubresauts et de ces drames, c’est le régime politique que Périer juge vacillant (opinion largement partagée par Py87) :

  • 88 Ibid., GR 1201 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 17 pluviôse an IV (6 février 1796).

Il ne faut pas se faire illusion à soi-même : lorsque j’examine avec un œil philosophique le passé et le présent, je vois que depuis les septembrisations, la mort du roi, les horreurs et les forfaits de Robespierre et consorts. Le parti des aristocrates prend sans cesse de nouveaux accroissements. La crainte les comprime mais ils attendent avec grande impatience le moment de pouvoir se montrer avec avantage et avec impunité. Au reste, excepté les nobles et les prêtres inconstitutionnels, je ne vois personne qui désire le retour de l’ancien régime. Pourvu qu’on ait le pain et que les subsistances soyent abondantes, et à bon compte, le peuple paroit s’inquiéter fort peu du gouvernement qu’on voudra lui donner. Cette indifférence favorise l’aristocratie : elle ne manqueroit pas d’en profiter si la circonstance se présentoit. Il faudra bien du temps encor pour asseoir le gouvernement d’une manière fixe, stable et vraiment consolante88.

Avec les évêques réunis

  • 89 Ibid., GR 1200 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 2 thermidor an IV (20 juillet 1796) (...)
  • 90 Annales de la religion, tome 7, an VI, p. 274.
  • 91 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1200 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 2 thermidor an (...)
  • 92 Idem.
  • 93 Idem.
  • 94 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1202 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 20 fructidor an (...)
  • 95 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1200 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 2 thermidor an (...)
  • 96 Ibidem, GR 1202 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 20 fructidor an IV (6 septembre 179 (...)
  • 97 Ibid., GR 1203 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 6 ventôse an V (24 février 1797).

28De la même façon qu’il avait rétabli le culte dans la cathédrale de Grenoble avant son retour dans le Puy-de-Dôme, le travail de Périer n’est cependant pas circonscrit à son diocèse : il essaie de réorganiser ceux de Saint-Flour, de Moulins, de Guéret et de Lyon89, vérifie partout l’état des reliques et des objets du culte. Le très patriote curé constitutionnel d’Effiat, Py, homme de caractère que le prélat connaît depuis 1788, contribue, par des « voyages apostoliques », « à réorganiser le culte dans les parties limitrophes des diocèses de Bourges, de Moulins, d’Autun, de Belley » : « j’ai été reçu comme un ange de bonne nouvelle », prétend-il90. Dans l’attente du concile de 1797, auquel il travaille depuis un an et qu’il considère dans l’Église à l’égal des États généraux de 178991, Périer espère que la paix ecclésiastique suivra la paix militaire, qu’il voit poindre au bout des victoires françaises. Mais il se défie des négociations qu’il faudra alors entreprendre avec Rome : « Prenons garde d’en accepter aucune qui puisse nous déshonorer, ou donner atteinte aux libertés de l’Église gallicane, dont nous sommes aujourd’hui les uniques défenseurs92 ». En 1796, produisant un projet de réunion des assermentés et des insermentés, il souhaitait déjà éviter une intervention pontificale, professant un gallicanisme sans concession : « Toute grande Église a le droit de se gouverner par elle-même. Cette maxime reconnue et pratiquée dans toute l’Antiquité est le fondement des libertés de l’Église gallicane et ne déroge en aucune manière à la primauté du pape et à son autorité légitime. Rendons au St. Père le respect qui lui est dû, mais prenons garde que la cour de Rome profite de nos désastres pour nous asservir et nous imposer le joug ultramontain comme il est arrivé à toutes les églises des pays infidèles ou hérétiques93 ». Un an plus tard, s’il professe une véritable détestation pour la cour de Rome, peu encline à accepter les libertés françaises ou quelque accommodement que ce soit94, il comprend bien que ses confrères ne pourront passer outre l’autorité du pape. Mais, au nom de l’honneur, il veut éviter qu’ils soient contraints de se rétracter, d’être pardonnés ou absouts par le souverain pontife : la Constitution civile du clergé est forclose, mais elle n’a pas été une erreur ; les élections des prêtres ont leur légitimité. Il est prêt à partager l’administration des diocèses et des paroisses avec des prédécesseurs insoumis, pour autant qu’ils puissent s’entendre, mais avec droits et devoirs égaux, et non de vains titres de « coadjuteurs », et avec la certitude que la place reste au dernier vivant. Préférant la nomination à l’élection aux cures et aux diocèses vacants, favorable à une révision de la géographie ecclésiastique française (puisque, ses pairs n’étant plus fonctionnaires, l’État s’en désintéresse), Périer reste ferme sur un point : « Quant au nouveau code ecclésiastique, il faut qu’il soit fait en France, sauf à le faire approuver par le pape, s’il est nécessaire pour la tranquillité des consciences, ignorantes, scrupuleuses ou délicates95 ». Ayant fait part de ses réserves à plusieurs de ses pairs, dont l’évêque de Cambrai, il attend donc près de neuf mois avant de se rallier à la seconde encyclique de Grégoire, du 13 décembre 1795, et le fait après son collègue grenoblois, qui avait longtemps hésité à signer la première : « Au reste, comme tout ceci n’est que provisoire et que le plus grand nombre de nos confrères a adhéré, je me fais un devoir et un plaisir de me joindre à eux. Ainsi, vous pouvés m’inscrire au nombre des adhérents96 ». Sollicité pour entretenir une correspondance suivie avec la Société libre de philosophie chrétienne, ce dont il se dit désireux et flatté, il excipe de son activité de terrain et de son absence de secrétariat pour différer sa réponse97.

  • 98 Idem.
  • 99 Ibid., GR 1204 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 13 messidor an V (1er juillet 1797).
  • 100 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2531.
  • 101 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1234 ms : lettre du curé Py à Grégoire, 23 vendémiaire an VI (14 oct (...)
  • 102 Ibid., GR 1197 ms : lettre de Jean-François Périer à Desbois, évêque d’Amiens, à la Librairie chrét (...)
  • 103 Ibid., GR 1206 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 12 thermidor an VI (30 juillet 1798)
  • 104 Ibid., GR 1207 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, mai 1801.

29« Hors de l’Église point de salut », proclame-t-il dans sa lettre pastorale pour le Carême de 1797, dont le propos est réduit à l’heure de l’éditer, faute d’argent et malgré le désintéressement de l’imprimeur98. Lui qui pressait Grégoire de réunir un concile se sent cependant dépourvu quand la date du 15 août 1797 est fixée : la composition de l’assemblée lui semble fragile, aléatoire, et la rentrée de nombreux prêtres jusqu’alors émigrés, prompts à exiger rétractations et démissions des assermentés en place, le rend plus que dubitatif sur les chances d’une réconciliation. Les élections de l’an V, les victoires royalistes sont passées par là : « la terreur aristocratique a succédé à la terreur démagogique. C’est la même marche en sens contraire : ce sont les mêmes abus, les mêmes excès. Quand plaira-t-il à la bonté suprême de faire cesser exactions et réactions et de nous donner la paix99 ? » Le concile, qui en thermidor prend acte de l’abandon de la Constitution civile du clergé, propose une réconciliation des clergés, une liturgie en français et des synodes diocésains réguliers, l’amène à résider longuement dans la capitale, rue Mazarine100. L’œcuménisme est à l’ordre du jour, et Py espère même « dissiper les préventions des protestans et […] les disposer à cette réunion que le grand Bossuet avoit en vue101 ». Périer, lui, poursuit, au début de l’année 1798, sa tâche au service de la réorganisation de l’Église catholique, dont l’unité semble un combat. Il se heurte ainsi aux difficultés de trouver un métropolitain pour le siège de Lyon, où l’idée d’une élection ne fait pas recette ; aux antagonismes entre Saint-Flour, traditionnelle capitale religieuse du Cantal, et Aurillac, sa capitale administrative, où a été établi le presbytère102 – tandis que ceux de l’Allier, de la Creuse, de la Saône-et-Loire tardent à être organisés. Il correspond, sans retour de leur part, avec les prélats de Grenoble et du Puy-en-Velay, et s’inquiète que le siège de Bellay demeure désespérément vide103. Dans le Puy-de-Dôme même, aucune amélioration n’est enregistrée : la fréquentation de la cathédrale est stable, numériquement et sociologiquement ; plusieurs réfractaires continuent de jouir de la protection des municipalités, mais plusieurs de celles-ci s’accommodent aussi de la vacance des cures ; nombre de paroisses rejettent les anciens constitutionnels, demandant de nouveaux desservants, alors que Périer fait de leur stabilité un enjeu majeur de la reconquête, ce qui l’amènera à demander qu’ils soient rayés des listes de réquisition104. « L’avenir m’effraye bien plus que le présent. Ne nous y trompons point, on cherche à nous détruire. On ne veut pas plus de nous que des autres prêtres », conclut, défaitiste, un évêque peu encouragé par ce qu’il sait ou pressent du contexte catholique international, que ce soit dans les États allemands, en Espagne ou au Portugal. Un prélat qui est aussi contesté par les siens pour la parcimonie des offices qu’il conduit :

  • 105 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1225 ms : lettre de Morgeat, desservant de la cathédrale de Clermont (...)

Le peuple a besoin d’instruction plus que jamais, et cependant il en est privé dans l’église cathédrale les jours des plus grandes solennités où il se rassemble en plus grand nombre, telles que Pâques, la Pentecôte, et à plus forte raison les fêtes du second ordre. Je croyois que d’après un décret du concile que ces jours-là on se feroit un devoir indispensable de l’exécuter, mais non. J’ai vu avec douleur que le jour de Noël, l’Epiphanie et la Purification de la Ste Vierge, on s’en est tenu à faire l’office solennellement et voilà tout. Pas même lire l’épître et l’Evangile à la grande messe, ni à la 1ère et la dernière messe. Je ne puis vous taire que c’est notre premier pasteur qui le veut ainsi. Je l’y suis très attaché et il m’honore de ses bontés, mais je ne puis approuver sa conduite dans cette circonstance. L’an passé plusieurs personnes de piété ainsi que moi le prièrent de souffrir qu’il y eut une instruction le jour de la Grande Fête de Pasques. Jamais il ne voulut y consentir, quoiqu’il y eut plusieurs ecclésiastiques qui s’en seroient chargés. Il est vrai que tous les dimanches il y a instruction à la messe de paroisse ainsi qu’à la 1ère et à la dernière messe, mais cela ne dispense pas d’en faire autant [pour] les grandes solennités qui sont les jours où le peuple est plus nombreux aux offices, soit à la messe paroissiale soit avant vêpres105.

  • 106 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1208 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 25 floréal an I (...)
  • 107 Bibliothèque de Clermont Communauté, Fonds Auvergne, 17 561 : Lettre pastorale de Jean-François Pér (...)

30La recherche de la conciliation incite Périer à annoncer par mandement, fin août 1799, un office solennel dans la cathédrale à l’occasion de la mort de Pie VI, prisonnier des Français. Le décès de Bonal, en septembre 1800, son testament, par lequel il livre son ancien diocèse aux prêtres qui lui sont restés fidèles, donnent l’occasion à Périer d’une lettre pastorale pour le temps du Carême, par laquelle, en revanche, il s’élève vigoureusement contre un adversaire qui a toujours désigné les églises tenues par des assermentés comme « les temples du fanatisme ». Il oppose au « zèle ignorant », « aveugle », de l’intolérance, confondu avec l’ultramontanisme, le « zèle éclairé », fondé « sur la discipline, les maximes et les usages des siècles de l’Église les plus purs et les plus éclairés », sur l’instruction, sur le gallicanisme, sur la lecture des Lumières, sur la reconnaissance des actes civils – « le zèle éclairé bénit les époux qu’après qu’ils ont contracté légalement devant l’officier public désigné par la loi pour recevoir leur consentement ». Dans cette distinction entre le contrat civil passé devant l’officier de l’état-civil et le sacrement conféré par la bénédiction nuptiale réside sa théologie du mariage, tout à fait novatrice. Cette scansion en deux temps lui paraît aussi fondamentale que celle qui sépare l’enregistrement civil du nouveau-né de son baptême, qui en fait un chrétien. Il assume donc la succession d’un acte laïc et d’un acte religieux, ce découplage induit par les lois révolutionnaires106. Ses prises de position lui valent, comme à l’accoutumé, nombre de pamphlets en retour : Miroir du citoyen Périer, se disant évêque de Clermont ; Les mariages à la Périer ou le citoyen évêque réfuté sur la question du mariage, etc. Sa vision de la divinité n’insiste plus seulement désormais sur sa bonté mais sur ses fonctions ambivalentes : aucun régime ne peut, selon lui, subsister sans la force de la religion, la croyance en « un Dieu vengeur et rémunérateur ». « Nous avons montré qu’il fallait, dans tout gouvernement, conduire des hommes par deux sortes d’autorités ; l’une qui commande et qui punit, l’autre qui instruit, qui persuade, qui inspire l’amour des lois, qui les fait observer, non par la crainte du châtiment, mais par un principe de conscience et de religion107 ».

  • 108 Ibid., Lettre pastorale de Jean-François Périer pour le temps du Carême, 20 nivôse an IX (10 janvie (...)
  • 109 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1208 ms.
  • 110 Ibid., GR 1207 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, mai 1801.
  • 111 Ibid., GR 1207 et 1208 ms.
  • 112 Ibid. GR 1208 ms.

31Élogieux vis-à-vis de la politique religieuse de Bonaparte, « jeune héros appelé par la providence pour cicatriser les plaies de la Révolution » en collaboration avec le pape, et les évêques réunis, le prélat invite curés et vicaires à un synode diocésain en la cathédrale le 15 avril 1801, dimanche de quasimodo, réunion qui doit être nourrie de mémoires préparatoires et déléguer un député au concile métropolitain de Lyon108. Plus d’une centaine de desservants y assistent, même si le temps épouvantable – il neige sur les montagnes – en a dissuadé bon nombre de faire le déplacement109. Car l’heure est à la préparation du second concile. Encore une fois, l’évêque de Clermont, en accord avec son confrère lyonnais, le juge prématuré, conscient des déchirements persistants et des susceptibilités éternelles dans la maison de Dieu : « s’il se tient en l’église Saint-Sulpice, c’est un casus belli avec l’évêque de Paris ; s’il se tient à Notre-Dame, ce dernier voudra en présider les débats110 » ; alors qu’il vient de consacrer, en collaboration avec ses collègues de Lyon et de Rodez, le nouvel évêque du Cantal, Bertin, il a mesuré le contraste entre l’enthousiasme des Aurillacois et l’animosité des vicaires épiscopaux de Saint-Flour111. L’idée de Grégoire de convier à Paris des réfractaires, désormais appelés « dissidents », lui semble une perte de temps au regard des discours que ces derniers continuent de diffuser sur le terrain112. Répétant son credo gallican, Périer met en balance du concile la situation politique nationale et internationale :

  • 113 Idem.

Je persiste à croire que si le gouvernement ne se déclare pas ouvertement et formellement pour nous, ce concile sera non seulement inutile mais aussi dangereux : il ne fera qu’aigrir le pape et nous exposer à la risée des prêtres dissidents. À quoi a servi le concile de 1797 ? Nous voulons la paix ; nous voulons la réunion : ce nouveau concile ne fera que l’éloigner, bien loin de l’accélérer. Bonaparte seul peut lever les difficultés politiques et religieuses qui s’opposent à cette heureuse paix, à cette réunion si désirable et si désirée. Voilà ce que j’ai toujours pensé. Aujourd’hui je vois s’élever de nouveaux embarras. La conduite des métropolitains de Paris, de Bordeaux et d’autres évêques, la demande d’un député du second ordre par diocèse, la répugnance des évêques et des Églises de la Belgique et autres pays réunis, annoncent de grands orages. Toute notre force consiste dans notre union : nous sommes perdus, sans ressource, s’il existe parmi nous la moindre division. Prenons du temps, cher collègue, et renvoyez le concile à la Toussaint prochaine. Il arrivera bien des choses d’ici à cette époque : les préjugés s’affoibliront, les esprits se calmeront, se réuniront. Vous ne manquerés pas de prétextes pour ce renvoi. D’ailleurs, si l’intention de Bonaparte est de nous rétablir, de nous salarier, il faut une loi pour cet objet, loi qui ne peut avoir lieu qu’à l’époque du rassemblement du corps législatif dont vous êtes membre : c’est donc à cette époque qu’il faut placer le Concile. Au reste, si Bonaparte fait un arrangement avec le pape, comptés bien que Rome y mettra pour 1ère condition qu’il n’y ait pas de concile national. Les circonstances exigent peut-être l’intervention du pape, mais dans le fond il est très impolitique d’avoir recours à Rome pour nos arrangements. Toute grande Église a droit de se gouverner par elle-même et d’établir la discipline qui lui paraît la plus convenable113.

  • 114 Bibliothèque de Clermont Communauté, Fonds Auvergne, 17 651 : Mandement de J. F. Périer, ordonnant (...)

32Deux Te Deum pour la paix de Lunéville et le traité franco-russe, en mars et en octobre 1801, lui inspirent d’autant plus d’appels à la paix civile et aux retrouvailles des clergés que les circonstances lui semblent sceller la fin de la Révolution et annoncer la stabilité dont la Constitution de l’an VIII serait garante – tout en concédant qu’« un gouvernement parfait est une vraie chimère114 ». Fidèle à ses engagements de 1792, même s’il admet désormais la nécessité de la guerre pour mieux préparer la paix, il proclame :

  • 115 Ibidem. Mandement de J.F. Périer, ordonnant un Te Deum en actions de grâce pour les préliminaires d (...)

que le passé soit entièrement oublié et toutes les haines absolument éteintes ; qu’on n’entende plus parmi vous ces dénominations odieuses enfantées par l’esprit de parti, le schisme, les factions, et qui ne peuvent inspirer que l’éloignement, la haine et la vengeance. Ne connaissez désormais que les noms doux, agréables et gracieux de frères, d’amis, de compatriotes, de concitoyens115.

  • 116 Ibidem. Lettre pastorale de J.F. Périer, « évêque démissionnaire », pour le Saint temps du Carême, (...)

33Tous les espoirs de Périer vont donc reposer sur le premier consul, qu’il dit secondé par la Providence. Il devient, au nom des évêques réunis, l’un des commissaires chargés d’étudier les incidences de la morale chrétienne sur le projet de rédaction du Code civil. Il préside les séances préliminaires du second concile national, les 26 et 27 juin 1801, et applaudit au Concordat. Il démissionne en janvier 1802, mais assure un temps l’intérim. Pour la première fois, lors du Carême et à l’heure où le pouvoir civil se détache des Idéologues, il vitupère les philosophes qui ne reconnaissent d’autre autorité que celle de la raison, et osent confondre religion et superstition. Il s’en réfère aux Anciens pour affirmer que la religion est le fondement de l’ordre, l’appui de la société, le frein aux passions et à la corruption individuelles116. Absout par le pape auquel il a envoyé une lettre d’allégeance, il quitte mi-avril le Puy-de-Dôme pour le siège d’Avignon que lui a réservé Bonaparte, conseillé par Fouché.

  • 117 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1 Q 631 : lettre de l’administration départementale du Puy-de-Dôme à Magard (...)
  • 118 Lettre de Bonaparte à Portalis, 10 thermidor an X (29 juillet 1802), dans Correspondance générale d (...)

34À l’heure où Périer poursuit ailleurs sa carrière, l’évêque constitutionnel a-t-il réussi, au-delà des cercles de pouvoir auxquels il a rapidement appartenu et par ses fonctions, son conseil épiscopal, et par sa promotion politique, à fidéliser derrière sa cause une partie du peuple chrétien d’un diocèse déchiré par le schisme ? Deux témoignages indirects nous renseignent contradictoirement. Le premier permet de mesurer en partie les conséquences de sa lutte avec son prédécesseur et de la parole renouvelée qu’il porte sur la fréquentation de la cathédrale. Celle-ci subit sans doute un fléchissement dès 1791, à bien entendre les doléances du sieur Magard, qui en avait affermé les chaises et les louait jusqu’alors avec profit. Il veut maintenant que son bail soit réduit, mais les administrateurs départementaux constatent qu’il a largement comblé ses pertes éventuelles en poursuivant son petit commerce à l’occasion des assemblées électorales et des repas fédératifs organisés dans le bâtiment, leur faisant même payer le matériel cassé117. La seconde archive prouve a contrario l’attachement d’une partie des Clermontois au clergé constitutionnel. En effet, le successeur de Périer, Duwalk de Dampierre, qui accepte en 1802, puis, plus difficilement, en 1804, un remembrement des paroisses, y nomme d’anciens réfractaires dans 69 % des cas. Il provoque la réaction agacée de Napoléon (contre une conduite estimée impolitique et immorale, qui risque de « rendre la religion odieuse et impuissante118 »), et la pétition courroucée de plus de 500 fidèles clermontois :

  • 119 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 2 V 32 : pétition à l’évêque du Puy-de-Dôme en faveur des prêtres constitut (...)

Malgré la volonté du chef de l’Église et du gouvernement bien prononcée dans le Concordat, depuis votre installation nous sommes privés de la liberté religieuse. Nous avons supportés avec une patience chrétienne cette privation, mais aujourd’hui qu’il faut nous disposer à la communion paschale, notre silence serait criminel. Nous vous demandons de rendre aux prêtres constitutionnels les pouvoirs que vous avés enchainés en leurs mains dans cette cité et qu’ils exercent ailleurs. Nous espérons de vous cette justice119.

  • 120 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 1049 : contribution foncière pour l’an V ; 3 E 113 Dep 012 et 013 : liste (...)

35La transcription des signatures, les homonymies offrent une marge d’erreur considérable pour aller à la rencontre de ces fidèles, dont une partie d’ailleurs ne sait pas écrire (on note 25 noms alignés d’une même écriture sur une page et 20 d’une autre sur la dernière feuille). Alors que l’Église a, tout au long du siècle et pour assurer la catéchèse au sein des foyers, entrepris de s’associer de plus en plus étroitement les femmes, nombreuses du reste à défendre le clergé réfractaire, elles sont ici minoritaires (épouses, veuves, sœurs agissant de concert) et leur mari parfois, mais pas systématiquement, a signé pour elles. Quels que soient les biais induits par les sources disponibles, en recoupant le document avec des listes d’imposition, d’ayants droit de vote, d’éligibles, des participants de l’affaire du Bois de Cros, qui en l’an V a endeuillé les milieux de la sans-culotterie et du « néo-jacobinisme » clermontois, victimes de la réaction royaliste, 139 chefs de famille ont pu être identifiés120. Évidemment, ceux auxquels une aisance plus ou moins grande ouvre les portes du suffrage censitaire sont surreprésentés (79 % de la cohorte). Mais l’hétérogénéité sociale est grande parmi les pétitionnaires : environ 48 % relèvent de l’artisanat, 24 % de l’agriculture (avec un nombre conséquent de vignerons), 14,5 % du commerce, l’élite intellectuelle demeurant discrète (8,5 %). En son sein cependant figurent des hommes d’influence : le libraire Ribeyroux, grand ami de Couthon ; Michel Monestier, qui, après avoir animé sous le Directoire le cercle constitutionnel de Clermont et occupé une fois encore le fauteuil de maire (1795-1797), est revenu exclusivement à sa profession de médecin ; le marchand-horloger André Olphan, franc-maçon comme le précédent ou comme son ami, l’ex-Constituant Gaultier de Biauzat, mais surtout jacobin fidèle et de la première heure, animateur de la communauté protestante dans la capitale auvergnate. Si l’on ajoute que 17 % des personnes connues participaient en messidor an V aux jeux et libations républicains dans l’enclos et les cabarets du bois de Cros, bien national racheté par plusieurs patriotes, on conclura que persiste une mémoire vive de la Révolution sous l’Empire. Mais les liens politiques qui perdurent entre ces anciens électeurs du clergé constitutionnel ne sont sans doute pas le seul facteur d’explication. Il faut compter aussi avec le quotidien d’une vie paroissiale qui a pu faire apprécier les nouveaux pasteurs : 31 % des pétitionnaires habitent le quartier-même de la cathédrale, 33 % les deux quartiers immédiatement limitrophes, et leur nombre ne cesse de décroître au fur et à mesure que l’on s’éloigne du centre ville (12,1 % viennent des alentours de la place de Jaude, 9 % du très populaire espace Saint-Pierre, 3,8 % sont originaires de Montferrand). Cette adéquation à un projet politique porté par une minorité vivant au moins dans une petite aisance, ce renfermement dans un bastion gagné à ses idées ailleurs contestées dans le département, cette mémoire entretenue, signent sans doute la force et la faiblesse de l’Église constitutionnelle auvergnate, un bilan mitigé au crédit de Jean-François Périer.

Reproduit dans Albert Durand, Un prélat constitutionnel, Jean-François Périer (1740-1824), Paris, Bloud et Cie, 1902.

Reproduit dans Albert Durand, Un prélat constitutionnel, Jean-François Périer (1740-1824), Paris, Bloud et Cie, 1902.

Sociologie des pétitionnaires de 1804

Professions Nombre absolu
Commerce 17
Métiers de la terre 28
Métiers du bâtiment et du bois 11
Travail des métaux 3
Métiers du textile et de la mode 13
Métiers du cuir 7
Métiers de la bouche 17
Artisanat d’art 6
Professions de santé 4
Métiers du droit 6
Propriétaires et rentiers 6
TOTAL 118

Notes

1 Edna H. Lemay (dir.), Dictionnaire des Constituants, Oxford, Voltaire Foundation, 1991, t. 1, p. 113-114. Sur le serment et les conditions de sa prestation et de son refus, voir Timothy Tackett, La Révolution, l’Église, la France, Paris, Cerf, 1986, et Rodney J. Dean, L’Assemblée constituante et la réforme ecclésiastique, 1790 - La Constitution civile du clergé du 12 juillet et le serment ecclésiastique du 27 novembre, Paris-Londres, Chez l’auteur, diff. Picard, 2014.

2 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2304 : rapport de Monestier à l’administration départementale (25 janvier 1791) ; arrêté de l’administration départementale du Puy-de-Dôme (27 janvier 1791).

3 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 6391 : Le Citoyen surveillant, journal du département du Puy-de-Dôme, n° 5, 10 février 1791.

4 Idem.

5 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2304 : Procès-verbal de l’assemblée électorale pour la nomination de l’évêque constitutionnel, Clermont-Ferrand, Antoine Delcros, 1791, 15 p.

6 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2305.

7 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2304 : Procès-verbal de l’assemblée électorale, op. cit.

8 Pour ces éléments biographiques, voir Albert Durand, Un prélat constitutionnel : Jean-François Périer (1740-1824), oratorien, évêque assermenté du Puy-de-Dôme, évêque concordataire d’Avignon, Paris, Bloud & Cie, 1902. Quelles que soient les réelles qualités de sa recherche, l’auteur insiste beaucoup sur le jansénisme supposé de Périer, qu’il trouve dans sa formation et dans toutes les étapes de sa carrière ou de son enseignement, le prédisposant à ses revendications révolutionnaires de retour à l’Église primitive. Méfions-nous cependant de ce qui finit par ressortir d’une vulgate en l’absence d’une stricte définition du jansénisme et dans une tradition historiographique qui a trop tendance à faire de ses thuriféraires des responsables de la Révolution.

9 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2305 : François de Bonal, Ordonnance de M. l’évêque de Clermont au sujet de l’élection faite le 13 février dernier de M. Jean-François Périer, Paris, Laurens jeune, Imprimeur-Libraire du Clergé de France, 1791.

10 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2304 : lettre de Périer aux Directoire du département (26 février 1791).

11 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 482 : lettre de Monestier à Périer (24 février 1791).

12 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2305 : Lettre pastorale de M. l’évêque du département du Puy-de-Dôme, 28 mars 1791, Paris, Vve Herissant, Imprimeur des Bâtimens du Roi, 24 p.

13 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2305 : extrait des registres de la commune de Clermont-Ferrand (10 avril 1791) ; L 4190 : lettre du Département aux districts (5 avril 1791) ; L 4190 : remboursement des frais des sonneries extraordinaires par le district à la municipalité de Clermont-Ferrand.

14 Ibidem. Discours prononcé par M. Jean-François Périer, évêque du département du Puy-de-Dôme dans l’Église cathédrale de Clermont-Ferrand, le 10 avril 1791, Clermont-Ferrand, Antoine Delcros, 1791, 14 p.

15 Ibidem. Lettre pastorale de M. l’évêque du département du Pui-de-Dôme, 15 avril 1791, Clermont-Ferrand, Antoine Delcros, 1791, 16 p.

16 Ibidem. Lettre pastorale de M. l’évêque du département du Pui-de-Dôme, 2 mai 1791, Clermont-Ferrand, Antoine Delcros, 1791, 6 p.

17 Ibidem. Réponse d’un curé de campagne à la lettre soi-disant pastorale du R.P. Périer, Paris, Crapart, 1791, 36 p.

18 Ibidem. Les fidèles du diocèse de Clermont à M. Jean-François Périer, se disant évêque du département du Puy-de-Dôme, Paris, Girouard, 47, rue du Bout du Monde, s. d.

19 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 6375 : lettre des Ursulines de Maringues à Périer (27 avril 1791).

20 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2305 : procès-verbal de la municipalité de Gignac, canton de Champeix, district d’Issoire (10 avril 1791).

21 Ibidem. Procès-verbal de la municipalité de Beaumont (10 avril 1791).

22 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2305 : lettre de la municipalité de Pont-du-Château aux administrateurs du district de Clermont (5 mai 1791).

23 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2305 : procès-verbal de la municipalité de Saurier (15 mai 1791).

24 Ibidem. Lettre du Département aux districts (5 avril 1791). « Nous vous faisons passer 104 exemplaires de la lettre pastorale de notre évêque avec une expédition de la délibération que nous avons cru devoir prendre pour en assurer la lecture. Il est indispensable, Messieurs, que cette lettre soit directement, et par des exprès, adressée aux officiers municipaux pour le remettre eux-mêmes à leurs curés. C’est le seul moyen d’en constater légalement la remise et de s’assurer ou de la publication ou d’un refus qui mettent les officiers municipaux dans le cas de remplacer les curés dans une fonction aussi importante ».

25 Ibidem. Registre des délibérations du directoire du district de Billom (27 avril 1791). Registres des délibérations de la municipalité d’Olliergues, 1er mai 1791.

26 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2307. Lettre imprimée du procureur-général syndic du département, Monestier, aux officiers municipaux de Clermont-Ferrand (12 janvier 1791) ; L 4192 : lettre des officiers municipaux de Clermont-Ferrand aux administrateurs du district (8 janvier 1791).

27 Ibidem. Vérités nécessaires à connoître dans le temps présent, par demandes et réponses, Clermont-Ferrand, Antoine Delcros, 1791, 37 p.

28 Lettre à Grégoire (13 septembre 1791), reproduite dans Albert Durand, Correspondance de Jean-François Périer, Avignon, François Seguin, 1906, p. 11-13. Sur l’importance du rôle de Grégoire, voir, entre autres Rita Hermon-Belot, L’abbé Grégoire. La politique de la vérité, Paris, Seuil, 2000 ; Alyssa G. Sepinwall, L’abbé Grégoire et la Révolution française. Les origines de l’universalisme moderne, Paris, Les Perséides, 2008 ; Caroline et Paul Chopelin, L’obscurantisme et les Lumières. Itinéraire de l’abbé Grégoire, évêque révolutionnaire, Paris, Vendémiaire, 2013.

29 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2304 : lettre du directoire du département aux municipalités (avril 1791) ; lettre du procureur-syndic et de l’administration du district de Thiers aux municipalités (8 avril 1791).

30 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 6375 : « Discours prononcé à M. Périer, évêque du département du Puy-de-Dôme, le jour de son entrée dans sa ville épiscopale, par M. le Président de la Société des Amis de la Constitution » : « Les beaux jours de l’Eglise ont été ceux où les ministres des autels, simples dans leurs mœurs comme dans leur conduite, préchoient l’humilité, la pauvreté, la charité chrétienne, l’union fraternelle, la soumission aux lois, et joignoient toujours l’exemple au précepte. Que ces temps heureux avoient changé ! Qu’ils étoient loin de nous ! L’orgueil, le faste, l’ambition s’étoient emparés du sanctuaire ; les prélats, sous l’or et la poupre, au milieu d’un cortège d’une pompe digne d’un prince asiatique et non des successeurs des Apôtres, n’étoient plus reconnoissables ; et dans nos temples, on avoit peine à distinguer qui de Dieu ou du pontife étoit le plus adoré ».

31 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2305. Mandement de M. l’évêque du département du Pui-de-Dôme qui ordonne qu’un Te Deum sera chanté dans toutes les églises de son diocèse, Clermont-Ferrand, Antoine Delcros, 1791, 6 p.

32 Bibliothèque de Clermont Communauté, Fonds Auvergne, 17 561.

33 Ibidem. Mandement de Jean-François Périer, du 16 juillet 1792, « qui ordonne des prières pour demander à Dieu la réunion de tous les François dans les mêmes sentimens, la prospérité de nos armes & la paix » : « Cet Empire est en proie aux plus cruelles divisions ; les enfans de la Patrie, quoique par des voies différentes, concourent tous à déchirer le sein de leur mère commune. Les uns révoltés ouvertement contre elle l’ont abandonnée par une fuite honteuse, & n’épargnent rien pour armer toute l’Europe afin de renverser notre heureuse Constitution. D’autres ne restent dans son sein que pour y fomenter le trouble & la dissension. Ceux-là même qui s’honorent du titre de patriotes agitent l’Empire & entretiennent l’anarchie par la divergence des opinions, la diversité des vues & les divisions les plus affligeantes ».

34 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2305 : ordonnance de Jean-François Périer, du 6 août 1792.

35 Bibliothèque de Clermont Communauté, Fonds Auvergne, A 1374 : lettre-circulaire de Périer aux curés de son diocèse (12 décembre 1792).

36 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2532 : registres de la commune de Clermont-Ferrand (17 septembre 1792).

37 Ibidem. Discours prononcé par M. Jean-François Périer, évêque du département du Pui-de-Dôme, à la messe paroissiale de l’église cathédrale, le 1er janvier 1792, Clermont-Ferrand, Veuve Delcros et fils, 1792, 13 p.

38 Ibidem. Mandement de M. l’évêque du département du Pui-de-Dôme pour le saint temps de Carême, Clermont-Ferrand, Veuve Delcros et fils, 1792, 10 p.

39 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2608 : lettre du Suisse à l’administration départementale, 30 avril 1792.

40 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 482 : procès-verbal de l’assemblée électorale du 2 septembre 1791, tenue en l’église des Cordeliers de Clermont-Ferrand.

41 Ibidem. 15 septembre 1791.

42 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 226 : Procès-verbal de l’assemblée du conseil général du département du Puy-de-Dôme, session de 1791, Clermont-Ferrand, Veuve Delcros, 1792, 67 p.

43 Ibidem, p. 14-15 et 60.

44 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 657.

45 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2307 et 2532 ; 6 F 171. Sur le ralliement des prêtres à la Révolution, voir notamment Joseph F. Byrnes, Priests of the French Revolution. Saints and renegades in a new political era, University Park, Penn State University Press, 2014.

46 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2532 : lettre à l’administration du département du Puy-de-Dôme (30 septembre 1793).

47 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 4220.

48 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 6 F77, fonds Adam : fiche biographique de Joseph-Marin Micolon.

49 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2306 : nomination de Claude Grimaud comme vicaire de la cathédrale (1er août 1791).

50 Philippe Bourdin, Le noir et le rouge. Itinéraire social, culturel et politique d’un prêtre patriote (1736-1799), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2000.

51 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2435 : états des employés au service de la cathédrale, septembre 1791-décembre 1792, dressés par Grimaud, vicaire de la cathédrale.

52 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 4191.

53 Denis Boussillat, Les prêtres réfractaires du Puy-de-Dôme face à leur destin (1790- 1795), mémoire de maîtrise, Université Blaise-Pascal, 1996, p. 51 ; Jean Labbaye, Un diocèse pendant la Révolution : Clermont-Ferrand (1789-1804), Le Puy-en-Velay, s.e., 1989 ; Abel Poitrineau (dir.), Le diocèse de Clermont, Paris, Beauchesne, 1979.

54 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 585.

55 Philippe Père, Le vécu des prêtres constitutionnels du diocèse de Clermont-Ferrand, mémoire de maîtrise, Université Blaise-Pascal, 1995, p. 116.

56 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2435, L 3640 et L 2433.

57 Archives diocésaines de Clermont-Ferrand, H6/6, sans date.

58 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1 Q 558.

59 Ibidem. Lettre des administrateurs de la municipalité de Clermont-Ferrand au directeur de la Monnaie de Paris (17 vendémiaire an III-8 octobre 1794).

60 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2211 : lettre de Périer aux administrateurs du département (10 décembre 1792). Le Département accède à sa demande le 7 janvier 1793.

61 Bibliothèque de Clermont Communauté, Fonds Auvergne, Ms 718, f° 249.

62 Ibidem, A 1376.

63 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 657 : réponse de l’administration départementale à la pétition de l’évêque concernant la fête en hommage à Le Pelletier (1er février 1793).

64 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2430.

65 Annales de la religion, tome 1, n° 2, 20 floréal an II (9 mai 1795), p. 39 ; n° 16, 28 thermidor an III (15 août 1795), p. 379-381. Je remercie beaucoup Guillaume Colot de m’avoir transmis les références à l’épiscopat Périer contenues dans les Annales et les sources du fonds Grégoire, de la Bibliothèque de Port-Royal, le concernant.

66 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2531. Attestation des officiers municipaux de Clermont-Ferrand.

67 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 4220. Lettre du 23 brumaire an III (13 novembre 1794) du fondé de pouvoir de l’évêque Périer, Desanges-Marnat, aux administrateurs du district de Clermont-Ferrand.

68 Annales de la religion, tome 1, n° 16, 28 thermidor an III (15 août 1795), p. 380. Le retour de Périer à Clermont sera d’autant plus apprécié (ibidem, tome 2, n° 9, 5 frimaire an IV (26 novembre 1795), p. 212).

69 Annales de la religion, tome 1, n° 17, 5 fructidor an III (22 août 1795).

70 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1202 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 20 fructidor an IV (6 septembre 1796).

71 Ibidem, GR1213 ms : lettre de Brignon à Grégoire, 12 fructidor an II (29 août 1794).

72 Ibidem, GR 1211, 1212, 1214 à 1224, 1226, 1227, 1228, 1258, 1259, 1261 ms.

73 Ibidem, GR 1262, 1264 ms : lettres du 20 fructidor an III (6 septembre 1795) et du 25 messidor an V (13 juillet 1797).

74 Ibidem, GR 1211 ms : lettre de Jean-Baptiste Bordes à Grégoire, 5 germinal an III (25 mars 1795).

75 Ibidem, GR 1209 ms : lettre du curé Anjodras à Grégoire, Clermont-Ferrand, 14 messidor an III (2 juillet 1795).

76 Ibidem, GR 1210 ms : lettre de l’ex-chanoine et Constituant Bonnefoy, « élève de l’école normale », de Thiers, à Grégoire, Clermont-Ferrand, 5 fructidor an III (22 août 1795).

77 Ibidem, GR 1199 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 17 nivôse an IV (7 janvier 1796).

78 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2211 : lettre de pluviôse an V aux administrateurs du département.

79 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1202 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 20 fructidor an IV (6 septembre 1796).

80 Régis Crégut, Le diocèse de Clermont pendant la Révolution, Clermont-Ferrand, Bellet, 1914, p. 403.

81 Ibidem, GR 1199 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 17 nivôse an IV (7 janvier 1796).

82 Ibidem, GR 1202 ms.

83 Annales de la religion, tome 1, n° 2, 20 floréal an II (9 mai 1795), p. 35 et 39.

84 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1202 ms.

85 Ibidem, GR 1234 ms : lettre du curé Py à Grégoire, 23 vendémiaire an VI (14 octobre 1797).

86 Philippe Bourdin, « Révolution et superstition : l’exemple du Puy-de-Dôme », dans Bernard Dompnier (dir.), La superstition à l’âge des Lumières, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 213-237.

87 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1230 ms : lettre du curé Py à Grégoire, 25 vendémiaire an IV (14 octobre 1797) : « Je ne croirai à la révolution que lorsque je verrai de l’ordre dans les finances, un code civil en activité, des hôpitaux, de l’éducation bien réglés… Pourquoi a-t-on vu déjà 3 assemblées se séparer sans avoir réglé ces 3 parties. On peut dire au contraire que chacune laisse ces parties dans un plus mauvais état qu’elle ne l’a pris ».

88 Ibid., GR 1201 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 17 pluviôse an IV (6 février 1796).

89 Ibid., GR 1200 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 2 thermidor an IV (20 juillet 1796) : « J’ai fourni les Stes. Huiles à ceux qui les ont demandées. J’ai donné des visas provisoires que j’ai toujours commencés par ces mots cum episcopatus unus etc. Je continuerai de la faire jusqu’à ce que l’ordre soit rétabli. Je communiquerai aussi votre lettre pastorale au plus grand nombre qu’il sera possible ».

90 Annales de la religion, tome 7, an VI, p. 274.

91 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1200 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 2 thermidor an IV (20 juillet 1796) : « Il faut continuellement parler de concile. J’insiste fortement là-dessus. Vous sçavés que la Cour de Rome le redoute cent mille fois plus que les rois ne craignoient les États généraux ».

92 Idem.

93 Idem.

94 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1202 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 20 fructidor an IV (6 septembre 1796) : « Cette cour est sans doute la plus fine de l’Europe, la plus déliée, la plus fertile en quiproquos, en détours, la plus habile en politique. Surtout, elle aime à temporiser. Elle attend tout des circonstances, de l’invariabilité de ses principes, de sa fermeté, de la foiblesse, de l’inconstance de ceux avec qui elle négocie ».

95 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1200 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 2 thermidor an IV (20 juillet 1796).

96 Ibidem, GR 1202 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 20 fructidor an IV (6 septembre 1796).

97 Ibid., GR 1203 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 6 ventôse an V (24 février 1797).

98 Idem.

99 Ibid., GR 1204 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 13 messidor an V (1er juillet 1797).

100 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 2531.

101 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1234 ms : lettre du curé Py à Grégoire, 23 vendémiaire an VI (14 octobre 1797).

102 Ibid., GR 1197 ms : lettre de Jean-François Périer à Desbois, évêque d’Amiens, à la Librairie chrétienne, rue Saint-Jacques à Paris, 17 pluviôse an VI (5 février 1798).

103 Ibid., GR 1206 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 12 thermidor an VI (30 juillet 1798).

104 Ibid., GR 1207 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, mai 1801.

105 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1225 ms : lettre de Morgeat, desservant de la cathédrale de Clermont-Ferrand, à Grégoire, 9 ventôse an VI (27 février 1798).

106 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1208 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, 25 floréal an IX (15 mai 1801). Périer espère voir sa motion « véritablement importante et presque neuve » publiée dans les Annales de la Religion.

107 Bibliothèque de Clermont Communauté, Fonds Auvergne, 17 561 : Lettre pastorale de Jean-François Périer pour le temps du Carême, 10 janvier 1801 (20 nivôse an IX), Clermont-Ferrand, Denis Limet, 1801, 20 p.

108 Ibid., Lettre pastorale de Jean-François Périer pour le temps du Carême, 20 nivôse an IX (10 janvier 1801), Clermont-Ferrand, Denis Limet, 1801, 20 p.

109 Bibliothèque de Port-Royal, GR 1208 ms.

110 Ibid., GR 1207 ms : lettre de Jean-François Périer à Grégoire, mai 1801.

111 Ibid., GR 1207 et 1208 ms.

112 Ibid. GR 1208 ms.

113 Idem.

114 Bibliothèque de Clermont Communauté, Fonds Auvergne, 17 651 : Mandement de J. F. Périer, ordonnant un Te Deum pour la paix entre la France et l’Empire germanique, 28 mars 1801.

115 Ibidem. Mandement de J.F. Périer, ordonnant un Te Deum en actions de grâce pour les préliminaires de la paix générale, 4 octobre 1801. Sur les ralliements du clergé constitutionnel au Concordat, voir Rodney J. Dean, L’Église constitutionnelle, Napoléon et le Concordat de 1801, Paris, Chez l’auteur, diff. Picard, 2004.

116 Ibidem. Lettre pastorale de J.F. Périer, « évêque démissionnaire », pour le Saint temps du Carême, 28 janvier 1802, Clermont-Ferrand, Denis Limet, 1802, 16 p.

117 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 1 Q 631 : lettre de l’administration départementale du Puy-de-Dôme à Magard (16 juin 1791).

118 Lettre de Bonaparte à Portalis, 10 thermidor an X (29 juillet 1802), dans Correspondance générale de Napoléon Bonaparte, Paris, Fayard, t. 3, 2006, n° 7146.

119 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 2 V 32 : pétition à l’évêque du Puy-de-Dôme en faveur des prêtres constitutionnels, s.d.

120 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 1049 : contribution foncière pour l’an V ; 3 E 113 Dep 012 et 013 : liste des citoyens éligibles de la ville de Clermont-Ferrand et liste des citoyens actifs du quartier de l’Oratoire (1790). Philippe Bourdin, « Les "jacobins" du Bois-de-Cros (Clermont-Ferrand, an V) : chronique d’un massacre annoncé », Annales historiques de la Révolution française, 1997, n° 2, p. 249-304.

Table des illustrations

Titre Reproduit dans Albert Durand, Un prélat constitutionnel, Jean-François Périer (1740-1824), Paris, Bloud et Cie, 1902.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/4825/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© LARHRA, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search