Version classiqueVersion mobile

Gouverner une Église en révolution

 | 
Paul Chopelin

Première partie. Politique et religion

Les évêques constitutionnels députés à la législative et à la Convention

Caroline Chopelin-Blanc

Texte intégral

  • 13 Les écrits de Burke, en particulier les Réflexions sur la révolution de France, 1790 et la Lettre d (...)

1Les prêtres et les évêques députés, en particulier ceux qui siègent à la Législative et la Convention, n’ont guère fait l’objet d’appréciation positive de la part des historiens de la Révolution. Cette dévalorisation est en partie héritée des écrits polémiques du clergé réfractaire qui ont marqué l’historiographie religieuse du xixe siècle et, pour partie, celle du xxe siècle. Dans son Histoire de l’Église de France pendant la Révolution (1852), l’abbé Jager explique que l’Église constitutionnelle incarne tous les travers de la démocratie révolutionnaire, manipulée, selon lui, par des puissances occultes : « les élections [des évêques constitutionnels] seront dans les mains d’une bande de misérables licencieux, entreprenants, rusés, factieux et adulateurs13 ». Dans cette perspective, les évêques siégeant à la Législative et à la Convention, marionnettes des impies, sont accusés d’avoir joué un rôle de premier plan dans la destruction de l’Église en France, voire de la religion catholique elle-même. Selon cette interprétation, leur fonction politique aurait totalement phagocyté leur fonction pastorale. D’évêques, ils n’auraient eu que le nom.

  • 14 Notamment Henri Cros, Claude Fauchet (1744-1793) : les idées politiques, économiques et sociales, P (...)
  • 15 Ce qui fait moins de 2 % de l’effectif théorique total des deux assemblées (sont exclus du calcul l (...)

2Au-delà des caricatures, le comportement des évêques députés à la Législative et à la Convention n’a pas vraiment été étudié pour lui-même, leurs biographes insistant davantage sur leur action pastorale dans le cadre diocésain14. De même, dans les grandes synthèses d’histoire politique de la Révolution française, l’action des évêques députés est quelquefois évoquée, mais rarement au-delà du stade de l’anecdote. Il faut dire que ces évêques-députés constituent un groupe restreint : ils sont au nombre de vingt-quatre, si l’on prend en compte à la fois l’Assemblée législative et la Convention15. Onze ont siégé à la Législative, entre octobre 1791 et septembre 1792, quinze à la Convention qui se tient de septembre 1792 à octobre 1795. Deux d’entre eux, Huguet et Gay-Vernon, siègent successivement dans les deux Assemblées. Leur destin est très différent. Deux meurent guillotinés en octobre 1793 et en janvier 1794, respectivement Fauchet, évêque du Calvados et Lamourette, évêque de Rhône-et-Loire. Après avoir été enfermés à la Conciergerie, ils sont jugés par le Tribunal révolutionnaire et condamnés à mort pour des raisons politiques. Treize tournent le dos à la fonction épiscopale au moment de la Terreur, soit par démission – Sanadon, évêque des Basses-Pyrénées –, soit par abdication de leurs fonctions épiscopales. Pontard (Dordogne), Torné (Cher), députés à la Législative, Massieu (Oise), Lindet (Eure), députés à la Convention, font le choix de se marier. Cinq évêques de la première Église constitutionnelle jouent ensuite un rôle plus ou moins important dans l’organisation de la première Église constitutionnelle après 1795 : il s’agit de Grégoire (Loir-et-Cher), de Le Coz (Ille-et-Vilaine), de Saurine (Landes), de Royer (Ain, puis Paris) et de Wandelaincourt (Haute-Marne).

3Comment ces évêques députés parviennent-ils à concilier fonction politique et responsabilité pastorale entre 1792 et 1795 ? Conçoivent-ils ces deux fonctions comme gémellaires ? Ou bien la fonction politique est-elle subordonnée à la fonction pastorale ? Les évêques députés avaient-ils conscience de former un groupe particulier au sein de l’Assemblée nationale ? Un esprit de solidarité, une conscience de « classe », basés sur la volonté de défendre les mêmes intérêts – conscience qui suppose une même conception de la religion, de sa place dans la société, de son rapport à l’État – existaient-ils ?

L’élection des évêques à l’Assemblée nationale

  • 16 Gay-Vernon est curé et maire de Compreignac, dans la Haute-Vienne, Cazeneuve est maire d’Embrun, ta (...)

4Les évêques députés ont généralement déjà exercé une charge électorale, à l’échelle locale ou régionale. Trois d’entre eux – Cazeneuve, Gay-Vernon et Lefessier – ont assumé les fonctions de maire de leur ville ou de leur village entre 1789 et 179116. Pontard, Séguin et Le Coz ont également exercé des mandats politiques à partir de 1789, le premier comme officier municipal et administrateur de département, le deuxième comme membre du conseil général du Doubs et le troisième comme procureur syndic du district de Quimper. Quant à Grégoire, il a pris activement part aux assemblées curiales pré-révolutionnaires et a bien sûr été élu député aux États généraux. D’autres évêques députés de la Convention avaient déjà siégé à l’Assemblée constituante : c’est le cas de Massieu, de Saurine, de Lindet, de Thibault et de Royer. Cet engagement politique sert de garantie aux yeux des citoyens actifs qui doivent au moment de leur choix évaluer les compétences administratives du futur évêque et non ses capacités strictement pastorales.

  • 17 Malcolm Crook, « Principes et pratiques électoraux dans l’Église constitutionnelle (1791- 1801) », (...)
  • 18 Paul Chopelin, « L’élection de l’évêque constitutionnel de Rhône-et-Loire (1791) », Revue d’histoir (...)
  • 19 Adrien Lamourette, Prônes civiques ou le pasteur patriote, Paris-Lyon, Périsse, 1791, 43 p.
  • 20 C’est en ces mots que Lamourette présente son travail dans le Décret de l’Assemblée nationale sur l (...)
  • 21 Luc-François Lalande, Apologie des décrets de l’Assemblée nationale sur la Constitution civile du c (...)

5Les évêques députés ont également pu s’engager dans la vie politique, par le biais de l’imprimé, en défense de l’œuvre législative de la Constituante, et, plus particulièrement, de la Constitution civile du clergé. La publication de brochures leur permet d’acquérir une certaine renommée à l’échelle locale ou nationale. Au moment des élections épiscopales, les sociétés politiques participent à la diffusion de ces écrits afin d’accroître la popularité de leur favori et exercer une pression sur les citoyens actifs alors même que le système des candidatures officielles et des campagnes électorales n’existe pas17. Les circonstances de l’élection d’Adrien Lamourette sont bien connues18. Il se fait remarquer par la publication de Prônes civiques, dont les cinq premiers sont publiés entre la fin 1790 et le mois de février 1791, à Paris et à Lyon, chez les Frères Périsse19. Cet écrit sert la Révolution, puisque selon le projet initial de Lamourette, les Prônes civiques s’adressent prioritairement aux pasteurs afin de les aider à « instruire les peuples » et à leur « montrer combien l’esprit de la constitution se rapporte étroitement à celui de la religion20 ». Les élections nationales étant organisées moins de six mois après les élections épiscopales, cet engagement politique reste frais dans les mémoires des citoyens actifs. De même, Lalande, élu évêque de la Meuse, rédige en 1790 un écrit apologétique en faveur de la Constitution civile du clergé, intitulé significativement Apologie des décrets de l’Assemblée nationale sur la Constitution civile du clergé : c’est un succès puisque l’ouvrage est réédité trois fois en 179121. La parution de cet écrit n’est pas étrangère au soutien apporté en sa faveur par le Comité ecclésiastique, après le refus de Châtelain, élu dans la Meurthe, puis lors de son élection comme évêque député.

  • 22 Caroline Chopelin-Blanc, De l’apologétique à l’Église constitutionnelle : Adrien Lamourette (1742-1 (...)
  • 23 Rappelons que Lamourette a été élu évêque grâce à l’intervention de Mirabeau auprès du club local d (...)

6La popularité acquise par les évêques constitutionnels dans leur diocèse a joué certainement un rôle majeur dans leur élection à la députation. Arrivés au cours du printemps, ils posent pendant les cinq à six premiers mois d’exercice de leurs fonctions les fondements de l’Église constitutionnelle. Il incombe à la majorité d’entre eux, qui sont des étrangers au diocèse dont ils assument la responsabilité, de se faire accepter et apprécier, dans un contexte de tensions croissantes entre constitutionnels et réfractaires. Le cas de Lamourette à Lyon est révélateur22. Entre son arrivée dans la ville le 11 avril et son départ pour Paris fin septembre, il se donne à entendre par le prêche et à lire par la diffusion de brochures et de lettres pastorales. Il participe à de nombreuses cérémonies, tant religieuses que civiles. Cette visibilité est soulignée favorablement par la presse patriote. Le 14 septembre – soit quelques jours après son élection à la Législative –, le Journal de Lyon fait son éloge : « Nous avons été pénétrés d’admiration à la vue du zèle infatigable de notre pasteur. Après avoir donné la confirmation à plus de six cents personnes, il a officié nos vêpres, il a baptisé un enfant et prêché ensuite pendant une heure ». De plus, Lamourette essaie de s’intégrer aux réseaux des sociétés politiques lyonnaises. Le 26 mai 1791, il assiste ainsi à une réunion du Club central rassemblant les commissaires de toutes les sections de la Société populaire des Amis de la Constitution. En outre, il entretient des relations avec des membres influents de famille locales favorables au milieu constitutionnel, tels que Charrier de Grigny, un cousin de Louis Charrier de la Roche, lui-même issu d’une grande famille beaujolaise implantée à Lyon. Comme pour son élection épiscopale, on peut penser que l’intervention des sociétés populaires a joué un rôle non négligeable dans l’élection nationale23.

  • 24 Il faudrait entreprendre des recherches plus systématiques dans les fonds des archives départementa (...)
  • 25 Alfred Roussel, Correspondance de Le Coz, évêque constitutionnel d’Ille-et-Vilaine, Paris, Picard, (...)
  • 26 Robert-Thomas Lindet, Lettre adressé aux Citoyens du département, s. l., Boulard, 1792, p. 1 : « Le (...)
  • 27 Henri Baptiste Grégoire, Lettre pastorale de Henri Grégoire, évêque du diocèse de Loir-et-Cher, 179 (...)

7Peu de sources informent sur la réaction précise des évêques à l’annonce de leur élection à l’Assemblée nationale24. Plusieurs évêques hésitent à cumuler les fonctions pastorales et politiques. Le premier mouvement de Le Coz est de refuser. Il est alors prêt à renoncer à sa fonction de représentant, puis sur l’insistance de l’assemblée électorale, il finit par accepter son mandat de député25. Lindet opte quant à lui pour la réaction opposée : il presse l’assemblée électorale de lui accorder un successeur dans l’Épiscopat mais reste décidé à garder son siège de député26. D’autres, comme Grégoire et Lamourette, placent explicitement leur désignation dans une perspective providentialiste et manient la rhétorique du sacrifice. Dans une lettre pastorale écrite en 1794, Grégoire se remémore son élection et explique qu’« un refus de [s]a part pouvoit compromettre le sort de la religion et de la patrie27 ». Selon lui, la Révolution ne peut qu’être chrétienne et reposer sur le diptyque religion-patrie. À ce titre, son double rôle d’évêque et de député lui permet de jouer un rôle décisif dans l’avènement d’une république chrétienne. De même, dans le discours qu’il prononce devant l’assemblée électorale de son département le 18 septembre 1791, Lamourette explique que sa fonction de député lui permettra d’œuvrer plus activement en faveur des réformes religieuses que celle d’évêque dont le quotidien est de plus en plus marqué par des affrontements ouverts avec les réfractaires. Il met également en avant le « sacrifice » que représente le mandat national du fait de l’éloignement de son diocèse :

  • 28 Résultat des séances de l’assemblée électorale du département de Rhône-et-Loire, Lyon, Aimé de la R (...)

Mais je dois au tendre et éternel attachement que j’ai voué au troupeau qui m’est confié, de l’assurer, devant ses représentants, qu’en acceptant une fonction qui m’éloigne pour un temps de ce qui est si cher à mon zèle et à mon amour, j’envisage par-dessus tout les ressources que cette destination me ménage, pour concourir plus efficacement que je ne l’ai pu aujourd’hui, à le délivrer de ce qui trouble son repos, de ce qui cause sa désunion, de ce qui retarde sa prospérité et son bonheur.
Oui, c’est pour vous, excellent peuple, c’est pour vous que j’ai consenti à me séparer de vous ; et aucune considération n’auroit obtenu de mon cœur ce pénible et douloureux sacrifice, si, en m’arrachant du sein d’une contrée qui est déjà devenue pour moi le sein même de la nature, je n’emportois dans mon âme la certitude de vous servir avec plus de succès et de vous mieux prouver que, dans le pasteur que vous vous êtes donné, vous possédez un défenseur, un père et un ami28.

  • 29 Philippe Charles François Seguin, Lettre sur la pénitence du Carême, 4 février 1793, p. 1.
  • 30 Léonard Gay-Vernon, Lettre pastorale de M. l’Évêque de Haute-Vienne, 12 février 1792, p. 2 : « Mais (...)

8Dans les lettres qu’ils envoient à leurs fidèles pour annoncer leur élection à l’Assemblée législative ou à la Convention, les évêques insistent sur la lourdeur de leur tâche et, implicitement, sur la difficulté à concilier leur mission pastorale et leur mission politique. Ainsi, dans une lettre pastorale sur la pénitence du carême datée du 4 février 1793, Séguin explique aux citoyens électeurs que « quoiqu’éloigné du Diocèse, pour remplir à la Convention Nationale, les nouveaux et imposants devoirs que [leur] confiance [lui] a imposés, [il] n’en [est] pas moins, au milieu d[’eux] par [s]a sollicitude et [s]on zèle29 ». Gay-Vernon assure, dans sa lettre du 12 février 1792, que sa charge de député ne lui fait pas oublier « les devoirs de l’épiscopat30 ». Dans sa lettre du 11 septembre 1792, Royer insiste de même sur les « devoirs immenses » qui lui incombent.

  • 31 Alfred Roussel, Correspondance de Le Coz, op. cit.
  • 32 Edna Hindie Lemay, Dictionnaire des Législateurs (1791-1792), Ferney-Voltaire, Centre international (...)

9Au-delà de ces déclarations d’intention, on peut se demander si cette élection et sa conséquence, l’éloignement du diocèse, sont perçues comme l’opportunité de mener à bien plus efficacement les réformes religieuses ou bien comme une sorte d’échappatoire, leur permettant de fuir un diocèse aux prises à des difficultés croissantes. Les évêques députés doivent notamment justifier l’éloignement de leur diocèse alors que la Constitution civile du clergé entendait rompre avec les habitudes de non-résidence de l’Ancien Régime en imposant l’obligation de résidence. Dans le cas d’un député siégeant à la Législative, le mandat dure environ un an, du début du mois d’octobre 1791 au 20 septembre 1792. La plupart des évêques députés restent absents de leur diocèse pendant toute la période. Certains tardent même à rejoindre leur diocèse à l’automne 1792, à l’instar de Lamourette dont la présence à Lyon n’est attestée qu’à partir de la mi-novembre. La longueur de l’absence s’explique par la distance géographique bien sûr et donc la longueur du voyage, mais aussi par l’enchaînement continu des séances. Le Coz se plaint par exemple de la fatigue que lui procure son travail de député. Dans une lettre du 5 octobre 1791, il évoque l’agitation des premières séances, l’expliquant par le fait que les députés ne se connaissent pas et ont peur de mal faire. Dans une autre lettre du 9 janvier 1792, il note que l’attitude des Législateurs s’améliore : « À mesure que nous avançons, nos délibérations deviennent plus calmes, plus graves et plus imposantes. Les grands événements que nous attendons nous trouveront à leur niveau ». Mais ses espérances sont vite détrompées. Dans la lettre suivante, écrite seulement deux jours plus tard, il évoque les « cris tumultueux qu’on eût pu prendre pour des menaces, poussés par le peuple installé le long de la salle31. Les demandes de congés sont rares. Deux cas existent, qui concernent tous deux la Législative : Huguet prend un congé de cinq semaines pour faire des ordinations de carême dans son diocèse de la Creuse en avril 1792 et Lefessier, évêque de l’Orne, qui obtient deux congés d’un mois chacun, le 13 décembre 1791 et le 19 mars 1792, pour raisons inconnues32.

Siéger à l’Assemblée nationale

  • 33 Le Coz explique qu’« hier, il n’y eut point de séances : c’est la première fois, depuis le 1er octo (...)
  • 34 Adrien Lamourette, Réponse de M. Lamourette, évêque de Lyon à M. l’abbé Molin, son 2e vicaire, au s (...)

10Comme celle de leurs collègues, la charge de travail des évêques-députés à l’Assemblée est lourde, car elle inclut des taches diversifiées, qui accaparent leur attention. Certains passages de la correspondance de Le Coz et de quelques lettres pastorales d’autres évêques, notamment de Lamourette, livrent des informations très éclairantes sur le rythme de vie des députés à la Législative. Les évêques députés arrivent dans la capitale à la charnière des mois de septembre et d’octobre 1791. Comme tous les députés, ils siègent dans la salle du Manège de 9 heures à 16 heures, puis le soir de 18 heures à 22-23 heures. Les jours fériés sont très rares : il faut attendre la cérémonie funèbre en l’honneur de Simoneau le 3 juin pour avoir un premier jour de vacance33. Le Coz se plaint de manquer de temps et de ne pouvoir répondre à toutes les lettres que les citoyens de son département lui envoient. Dans une lettre adressée aux administrateurs du département d’Ille-et-Vilaine, en date du 26 octobre 1791, il souligne la lourdeur des horaires et en conclut qu’il est devenu difficile de tenir à jour sa correspondance. Néanmoins, « au milieu de [se]s travaux et de [se]s peines », il ne perd pas de vue les intérêts de ses diocésains. Aux séances parlementaires s’ajoutent des réunions plus ou moins informelles. Ainsi Lamourette évoque des réunions ou des dîners organisés après la séance du soir, auxquels il convie des députés d’une même tendance34. Ces allusions posent la question des lieux de sociabilité fréquentés par les évêques-députés. Plusieurs d’entre eux sont membres de club : par exemple, Gay-Vernon est membre du Club de la Réunion entre juin et septembre 1792, tandis que Lefessier fréquente la Société des Amis de la Constitution. Il semble que le choix des lieux de sociabilité par les évêques-députés s’explique davantage par la sensibilité politique de chacun que par des motifs religieux, car les évêques ne paraissent pas particulièrement se côtoyer en dehors de l’Assemblée.

  • 35 Alfred Roussel, Un évêque assermenté, op. cit., p. 96.
  • 36 Edna Hindie Lemay, Dictionnaire des Législateurs, op. cit., notice « Desbois de Rochefort ».

11Des indications sur l’atmosphère générale à l’Assemblée sont parfois fournies par la lecture de la correspondance entretenue avec les autorités départementales. Des violences, orales ou physiques, sont de plus en plus évoquées à compter du printemps 1792. À partir du 20 juin, Le Coz se plaint de « séances orageuses » et le 7 juillet suivant, il explique même avoir été agressé35. Desbois de Rochefort a été maltraité à sa sortie de l’Assemblée le 9 août36.

  • 37 Si on prend l’exemple de la Législative, Fauchet arrive largement en tête du peloton des évêques-dé (...)
  • 38 Edna Hindie Lemay, Dictionnaire des Législateurs, op. cit., notice « Fauchet ».

12Excepté Grégoire, Fauchet et Torné, les évêques députés prennent globalement peu la parole à la tribune37. Les thématiques de leurs allocutions n’ont certes pas forcément trait aux affaires religieuses mais c’est toutefois le plus souvent le cas. L’exemple de Fauchet illustre la polyvalence de certains d’entre eux. À la Législative, il intervient dans les discussions les plus diverses, tant politiques, sociales, économiques, militaires que religieuses : le sort des émigrés, l’affaire Delattre, l’action du ministre de la justice Delessart, qu’il dénonce, l’insurrection de l’équipage d’une frégate, les colonies ou bien les troubles d’Arles. Toutefois, il est à souligner qu’il prend la parole quasi systématiquement quand il est question de religion, évoquant aussi bien le sort des prêtres réfractaires, que le statut des biens des congrégations, le cas des religieuses qui persistent dans la vie commune ou la réglementation de la procession de la Fête-Dieu38.

13En général, les principaux débats dans lesquels les évêques députés interviennent à la Législative concernent l’attitude à tenir à l’égard des prêtres insermentés, le mariage des prêtres et des divorcés, le port du costume ecclésiastique, l’état-civil. En raison de leur appartenance à des comités, certains évêques députés traitent de questions très techniques : ainsi, Fauchet aborde les questions diplomatiques, Desbois de Rochefort traite au nom du comité des secours publics de la mise en liberté des pères détenus en prison pour dettes. À la Convention, les évêques députés demandent la parole surtout lors du procès du roi, ainsi qu’au moment des débats autour de la loi sur l’état-civil et sur le mariage des ecclésiastiques. Des clivages se manifestent particulièrement lors du vote de la mort du roi : Gay-Vernon et Huguet se prononcent en faveur de la peine de mort, s’opposant ainsi frontalement à Fauchet. L’hétérogénéité de leurs prises de position confirme l’hypothèse de l’absence de tout esprit de groupe.

  • 39 Dans une lettre aux administrateurs du 26 octobre 1792, Le Coz explique dans au nom des collègues d (...)

14Comme les autres députés, les évêques constituent des relais entre l’Assemblée, les ministères et le directoire de leur département. C’est clairement le cas de Le Coz et de Lamourette qui sont chargés d’entrer en contact avec divers ministères pour résoudre les problèmes, notamment financiers, de leur département39. De surcroît, ils entretiennent une correspondance suivie avec le directoire. D’après sa correspondance, Le Coz envoie aux administrateurs d’Ille-et-Vilaine deux ou trois lettres par mois dans lesquelles il détaille le déroulement des séances à l’Assemblée.

  • 40 Et d’autres sources, comme des lettres personnelles, mais rares en raison de la Terreur.

15À travers la correspondance, leurs interventions et d’autres sources éparses, il est possible de reconstituer la conception de la fonction de député que se font certains évêques40. Gay-Vernon et Fauchet, tous deux élus à la Convention, mettent en avant la gémellité de leurs fonctions politiques et pastorales, mais selon une approche différente. Gay-Vernon explique dans sa lettre pastorale du 8 février 1793 adressée aux pasteurs et aux fidèles que « C’est à nous, mes très chers collègues, à nous principalement, de favoriser ces vues sublimes de la Providence, en éclairant le peuple, en lui développant le vrai système de la sociabilité ». Il précise ensuite la raison pour laquelle les prêtres constitutionnels et en premier lieu, lui, en tant qu’évêque et député, ont un rôle crucial à jouer dans la consolidation du nouveau régime républicain :

  • 41 Léonard Gay-Vernon, Lettre pastorale, s. l. n. d., [1793], p. 3.

Les éléments qui doivent le composer se trouvent dans le fond de notre âme, on les trouve aussi dans la nature du gouvernement de l’Eglise. Car loin de nous ces sentimens ultramontains qui érigent le gouvernement de l’Eglise en Monarchie despotique. L’Eglise est une République parfaite, les Papes abusant des droits attachés à leur primauté n’ont rien négligé pour en changer la forme. […] La Constitution que la Convention présentera à l’acceptation des Français, ne sera qu’une application des principes Catholiques à la société. Ainsi, M.T.C.F., il y aura une analogie parfaite entre les institutions sociales & les institutions religieuses ; celles-ci seront le complément des autres, mais toutes seront fondées sur la nature de l’homme, sur ses rapports, sur l’égalité & la fraternité41.

16L’idée d’un modèle démocratique ecclésial n’est pas nouvelle : d’inspiration presbytérienne, elle se répand dans la deuxième moitié du xviiie siècle. Mais le fait qu’elle se trouve sous la plume d’un évêque député est significatif de la conception de son rôle : l’évêque a parfaitement sa place dans une assemblée représentative, car il est le plus à même à transposer la république d’inspiration ecclésiale à la sphère politique. La gémellité des fonctions apparaît également sous la plume de Fauchet, quand il date l’une de ses lettres : « l’an de la rédemption 1792 et l’an 1er de la République ». Le Coz, quant à lui, se fait une haute idée du rôle de représentant. Il insiste à plusieurs reprises dans sa correspondance sur la « gravité », la « dignité » qui lui sied. Dans sa lettre du 9 janvier 1792 adressée aux administrateurs du département, il explique ainsi qu’« à mesure que nous avançons, nos délibérations deviennent plus calmes, plus graves, plus imposantes. Les grands événements que nous attendons nous trouveront à leur niveau ». Une vision également providentialiste sous-tend ses propos. La mission des députés fait partie du plan divin et consiste surtout à concilier christianisme et Révolution.

Les évêques députés et leur diocèse

17En dépit de leur charge de travail à l’Assemblée, les évêques députés ne négligent pas leur troupeau, dont le soin est confié pendant leur absence au conseil presbytéral. En conséquence, nombreux sont ceux qui entretiennent une correspondance avec leurs vicaires généraux. Par exemple, Le Coz, qui souhaite être informé de ce qui se passe dans son diocèse, tient une correspondance active avec ses vicaires, qui lui signalent tout particulièrement les faits et gestes des insermentés dans les campagnes. Toutefois, il ne semble pas être au courant de toutes les difficultés. Des tensions opposent bien souvent l’évêque à certains de ses vicaires qui n’hésitent parfois pas à porter leurs différends à la connaissance des administrateurs du département. Ainsi, Desbois de Rochefort proteste contre la loi sur les actes civils, mais dix de ses vicaires se prononcent dans le sens opposé et dénoncent son mandement aux autorités civiles.

  • 42 Adrien Lamourette, Instruction pastorale de M. l’Evêque du département de Rhône-et-Loire, métropoli (...)

18Les évêques députés adressent également quelques mandements et lettres pastorales à leurs diocésains et à leur personnel ecclésiastique. Leur fréquence varie, mais est généralement plus espacée et moins élevée que lorsqu’ils se consacrent à plein temps à leur diocèse. Des mandements sont surtout envoyés pour marquer les temps forts de l’année liturgique, particulièrement le Carême ou la procession du Saint- Sacrement. C’est le cas de Lamourette qui adresse une lettre pastorale pour le carême de 1792, de Séguin, évêque du Doubs, qui écrit une instruction pastorale à l’occasion du carême de 1793, ou encore de Gay-Vernon qui rédige une lettre de carême tant en 1792 qu’en 179342. Toutefois, en raison de la Terreur, cette correspondance avec les fidèles et les ecclésiastiques du diocèse s’interrompt de nombreux mois en 1793 et 1794.

  • 43 Léonard Gay-Vernon, Lettre adressée à ses curés, vicaires et fidèles, le 11 juillet 1792, suite à l (...)
  • 44 Paul Chopelin, « Bénir la République. Providentialisme et contingences pastorales dans le discours (...)
  • 45 Claude Fauchet, Lettre pastorale aux Pasteurs et aux Fidèles du Diocèse, Bayeux, Chez la veuve Nico (...)

19Cette correspondance avec les fidèles et les ecclésiastiques du diocèse témoigne du souci pédagogique de l’évêque député : il explique et justifie les lois adoptées par l’Assemblée, particulièrement en matière religieuse. De manière générale, ces lettres permettent de justifier l’alliance entre Révolution et christianisme, et de montrer que les lois votées par les représentants ne mettent pas en péril le catholicisme. Ces lettres ou instructions pastorales, ou mandements, portent également sur des sujets plus circonstanciels. Sous la Législative, des thèmes variés sont abordés, comme la justification de la Constitution civile du clergé, l’attitude à adopter face aux prêtres réfractaires, le projet de loi sur l’état civil, la nécessité de déclarer la patrie en danger. Par exemple, Gay-Vernon adresse, à la date du 11 juillet 1792, une lettre à son personnel ecclésiastique, afin de justifier le décret adopté la veille qui déclare la patrie en danger. Il explique qu’« une guerre sainte, une guerre juste » est menée contre les monarques, ennemis de la liberté. Le 12 février 1792, tandis qu’il a été réélu à la Convention, il rédige une lettre pastorale à l’occasion du Carême et en profite pour aborder plusieurs sujets : la Constitution qui a selon lui permis le triomphe de la liberté, la future loi « sur le mode de constater les naissances, mariages et décès », l’attitude à adopter à l’encontre des prêtres réfractaires43. Au cours des premiers mois de la Convention, la loi sur l’état-civil fait l’objet de plusieurs mandements44. L’objectif de ces lettres est de calmer les inquiétudes, souvent vives, déclenchées par le vote de cette mesure discutée depuis le printemps et de montrer que la loi civile, qu’il faut respecter, précède mais n’annule pas les obligations religieuses. Ainsi, le 26 novembre 1792, Jean-Baptiste Massieu, évêque de l’Oise, rédige une lettre à destination de son personnel ecclésiastique, suite aux nombreuses lettres qu’il a reçues de prêtres de son diocèse. Il ordonne le respect de la loi civile et explique concrètement les changements induits par la nouvelle loi pour la célébration des bénédictions nuptiales. De son côté, deux jours plus tard, Fauchet adresse une lettre aux pasteurs et aux fidèles de son diocèse du Calvados afin d’expliquer plusieurs lois récemment adoptées par la Convention. Son souci pédagogique est explicite : il met clairement en valeur les articulations de son raisonnement. « Après vous avoir exposé les principes relatifs à la Loi civile qui autorise le divorce et à celle qui permet le mariage des prêtres, il suffit, Très-Chers Frères, de quelques réflexions simples pour vous montrer la sagesse des Décrets qui remettent aux Officiers publics le soin de constater les naissances, mariages et décès ». En effet, après avoir affirmé le triomphe futur de la religion sur « l’impiété » et le caractère inéluctable de la réconciliation entre le catholicisme et la République, il invite au respect « des décrets de la république » imposé par l’autorité divine. Il évoque alors successivement la loi sur « le libre exercice de toutes les religions et de tous les cultes », la loi sur le divorce et donc du remariage, la question du mariage des ministres du culte, et enfin la loi sur l’état-civil45.

  • 46 Robert Lindet, Robert-Thomas Lindet, évêque du département de l’Eure, aux citoyens du même départem (...)

20Les divergences entre les évêques députés sont plus ou moins marquées selon les sujets. Il y a quasi-unanimité sur la loi de l’état-civil, qui est considérée comme n’apportant aucune atteinte à la religion. Le mariage des prêtres est une question controversée : Lindet le justifie même sur le plan religieux en invoquant que le mariage n’a pas été explicitement condamné par Jésus-Christ, que l’union entre un homme et une femme est un droit de la nature et qu’autoriser le mariage aux prêtres serait un moyen pour remédier à la « disette » des prêtres, voire un gage de qualité ; de son côté, Fauchet, certes le reconnaît valide sur le plan civil, mais explique que la conclusion d’un mariage entraîne une rupture avec l’Église46.

Conclusion

21Concilier les deux fonctions d’évêque et de représentant du peuple dans une assemblée nationale semble difficile. Tout d’abord parce que ce sont deux fonctions très lourdes. Alors que l’évêque doit suivre de près les affaires de son diocèse, où son administration est souvent confrontée à l’activisme d’un clergé réfractaire influent, le député doit participer quasi-quotidiennement aux séances de l’Assemblée. Par ailleurs, les évêques députés ne constituent pas un groupe solidaire. Même s’il peut y avoir occasionnellement des convergences, aucun esprit de groupe ne se manifeste réellement, tant lors des prises de parole à l’Assemblée que dans la fréquentation des lieux de sociabilité ou bien dans le contenu des lettres pastorales. Cette expérience difficile ne décourage cependant pas les bonnes volontés. Sous le Directoire, onze d’entre eux acceptent un nouveau mandat parlementaire au sein du Conseil des Cinq Cents. Toutefois, sur les onze, seuls quatre – Grégoire, Royer, Saurine et Wandelaincourt – exercent encore une fonction épiscopale.

Notes

13 Les écrits de Burke, en particulier les Réflexions sur la révolution de France, 1790 et la Lettre de M. Burke à un membre de l’Assemblée nationale, ont lourdement contribué à diffuser cette opinion : « N’a-t-on pas appelé à des évêchés, des hommes (si ils en méritent le nom) qui n’avoient d’autre mérite connu, que d’avoir servi d’instrument à l’athéisme, que d’avoir jetté aux chiens leurs troupeaux chrétiens » (Lettre de M . Burke à un membre de l’Assemblée nationale, Paris, Artaud, 1791, p. 41).

14 Notamment Henri Cros, Claude Fauchet (1744-1793) : les idées politiques, économiques et sociales, Paris, 1912 ; Jules Charrier, Claude Fauchet, Évêque constitutionnel du Calvados, député à l’Assemblée législative et à la Convention (1744-1793), Paris, Champion, 1909, 2 vol. ; Gustave Gautherot, Gobel, évêque métropolitain constitutionnel de Paris, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1911 ; Alfred Roussel, Un évêque assermenté (1792-1802) : Le Coz, évêque de Rennes et métropolitain du Nord-Ouest, Paris, Lethielleux, 1898.

15 Ce qui fait moins de 2 % de l’effectif théorique total des deux assemblées (sont exclus du calcul les députés siégeant dans les deux assemblées).

16 Gay-Vernon est curé et maire de Compreignac, dans la Haute-Vienne, Cazeneuve est maire d’Embrun, tandis que Lefessieur a été maire quelques mois durant de la commune de Bérus dans la Sarthe.

17 Malcolm Crook, « Principes et pratiques électoraux dans l’Église constitutionnelle (1791- 1801) », dans Robert Chagny (dir.), La Révolution française. Idéaux, singularités, influences, Grenoble, PUG, 2002, p. 291-301.

18 Paul Chopelin, « L’élection de l’évêque constitutionnel de Rhône-et-Loire (1791) », Revue d’histoire de l’Église de France, t. 89, n° 223, 2003, p. 385-418.

19 Adrien Lamourette, Prônes civiques ou le pasteur patriote, Paris-Lyon, Périsse, 1791, 43 p.

20 C’est en ces mots que Lamourette présente son travail dans le Décret de l’Assemblée nationale sur les biens du clergé, considéré dans son rapport avec la nature et les lois de l’institution ecclésiastique, Lyon, Faucheux, 1791, p. v.

21 Luc-François Lalande, Apologie des décrets de l’Assemblée nationale sur la Constitution civile du clergé, Paris, Froullé, 1791.

22 Caroline Chopelin-Blanc, De l’apologétique à l’Église constitutionnelle : Adrien Lamourette (1742-1793), Paris, Champion, 2009, p. 410-421.

23 Rappelons que Lamourette a été élu évêque grâce à l’intervention de Mirabeau auprès du club local des Amis de la Constitution pour appuyer son nom. De même, l’intervention des sociétés parisiennes a pesé en faveur de l’élection de Torné au siège épiscopal de Bourges.

24 Il faudrait entreprendre des recherches plus systématiques dans les fonds des archives départementales.

25 Alfred Roussel, Correspondance de Le Coz, évêque constitutionnel d’Ille-et-Vilaine, Paris, Picard, 1900, vol. 1, p. 12, lettre au rédacteur du Journal de Rennes, datée du 19 septembre 1791 : « Dès que je fus élu pour député, je priai MM. les électeurs d’agréer mes remerciements et mon refus : ils insistèrent. […] Je crus ne pouvoir plus refuser aux vœux réitérés de l’Assemblée ».

26 Robert-Thomas Lindet, Lettre adressé aux Citoyens du département, s. l., Boulard, 1792, p. 1 : « Le jour où vous m’honorâtes du titre de votre Représentant à la Convention Nationale, je crus prouver que je n’étais pas au-dessous d’une telle mission, en vous pressant de me donner un successeur dans l’Episcopat. Vous me donnâtes une nouvelle preuve de votre estime, en refusant ma démission ; mais, j’ose vous le dire, j’en fus plus affligé, que je ne m’en tins honoré ».

27 Henri Baptiste Grégoire, Lettre pastorale de Henri Grégoire, évêque du diocèse de Loir-et-Cher, 1794, p. 16.

28 Résultat des séances de l’assemblée électorale du département de Rhône-et-Loire, Lyon, Aimé de la Roche, 1791, p. 11-12.

29 Philippe Charles François Seguin, Lettre sur la pénitence du Carême, 4 février 1793, p. 1.

30 Léonard Gay-Vernon, Lettre pastorale de M. l’Évêque de Haute-Vienne, 12 février 1792, p. 2 : « Mais tandis que je m’efforce d’honorer la dignité à laquelle vous m’avez élevé, je n’oublie pas les devoirs de l’Épiscopat ».

31 Alfred Roussel, Correspondance de Le Coz, op. cit.

32 Edna Hindie Lemay, Dictionnaire des Législateurs (1791-1792), Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du xviiie siècle, 2007, vol. 1, notices « Huguet » et « Lefessier ».

33 Le Coz explique qu’« hier, il n’y eut point de séances : c’est la première fois, depuis le 1er octobre, que cette vacance a eu lieu. La journée entière fut consacrée à la fête funèbre en l’honneur de M. Simmoneau ».

34 Adrien Lamourette, Réponse de M. Lamourette, évêque de Lyon à M. l’abbé Molin, son 2e vicaire, au sujet des calomnieuses imputations qu’on a méchamment répandues dans cette Ville contre cet Evêque, vrai ami de la Patrie, député de la 2e législature, Lyon, Pellisson, 1792, p. 9 : Il explique alors qu’il se remémore son mandat à la Législative : « Un jour de chaque semaine, j’ai donné, depuis le commencement de la législature, un dîner civique où nous préparerions les sujets à traiter à l’assemblée. »

35 Alfred Roussel, Un évêque assermenté, op. cit., p. 96.

36 Edna Hindie Lemay, Dictionnaire des Législateurs, op. cit., notice « Desbois de Rochefort ».

37 Si on prend l’exemple de la Législative, Fauchet arrive largement en tête du peloton des évêques-députés orateurs puisqu’il prend au moins 90 fois la parole ; suit, de loin, Le Coz, avec environ 18 interventions et ensuite Torné avec environ une dizaine de prises de parole.

38 Edna Hindie Lemay, Dictionnaire des Législateurs, op. cit., notice « Fauchet ».

39 Dans une lettre aux administrateurs du 26 octobre 1792, Le Coz explique dans au nom des collègues députés de son département : « Autant que nos fonctions nous le permettent, nous nous occupons des nombreuses affaires particulières qu’on nous adresse ». Dans une lettre datée du 3 octobre 1791 et adressée à la municipalité de Lyon (Archives municipales de Lyon, 306 WP 7, dossier Lamourette), il assure les autorités municipales de son appui à Paris : en effet, celles-ci l’ont sollicité pour plaider la cause de la ville auprès des ministres de la guerre et de la justice. Lamourette semble prendre cette mission très à cœur, se disant désireux d’œuvrer « pour la prospérité publique et le bonheur » des citoyens.

40 Et d’autres sources, comme des lettres personnelles, mais rares en raison de la Terreur.

41 Léonard Gay-Vernon, Lettre pastorale, s. l. n. d., [1793], p. 3.

42 Adrien Lamourette, Instruction pastorale de M. l’Evêque du département de Rhône-et-Loire, métropolitain du sud-est, pour le carême de 1792, Lyon, Amable Le Roy, 1792 ; Philippe-Charles-François Seguin, Instruction pastorale de P. C.F. Seguin, évêque du département du Doubs, pour le carême de 1793, Paris, imprimerie de Boulard, s. d. [1793] ; Léonard Gay-Vernon, Lettre pastorale de M. l’évêque du département de la Haute-Vienne, Rennes, imprimerie de R. Vatar, 1792, 12 p. et Lettre pastorale de Léonard Gay-Vernon, évêque du département de la Haute-Vienne, aux citoyens pasteurs et aux citoyens fidèles du même département, s. l. n. d. [8 février 1793].

43 Léonard Gay-Vernon, Lettre adressée à ses curés, vicaires et fidèles, le 11 juillet 1792, suite à la déclaration de la patrie en danger, Limoges, Dalesme, s. d. [1792] ; et Lettre pastorale de M. l’Evêque de Haute-Vienne, Rennes, Vatar, 1792,.

44 Paul Chopelin, « Bénir la République. Providentialisme et contingences pastorales dans le discours politique des évêques constitutionnels (août-novembre 1792) », dans Michel Biard et alii (dir.), 1792. Entrer en République, Paris, Armand Colin, 2013, p. 313-329.

45 Claude Fauchet, Lettre pastorale aux Pasteurs et aux Fidèles du Diocèse, Bayeux, Chez la veuve Nicolle, s. d. [1792].

46 Robert Lindet, Robert-Thomas Lindet, évêque du département de l’Eure, aux citoyens du même département, Paris, Boulard, 1792, p. 14-22 ; Claude Fauchet, Lettre pastorale…, op. cit., p. 9.

© LARHRA, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search