Version classiqueVersion mobile

Y a-t-il une spiritualité jésuite ?

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Philippe Martin

Encadrer les fidèles

Expertise jésuite dans les procès de canonisation de Thérèse de l’Enfant-Jésus (1911-1916)

Claude Langlois

Texte intégral

1 Le titre proposé demande de préciser d’abord comment comprendre l’expertise jésuite. La neutralité de la formule permet de prendre en compte, sous cette rubrique, toute activité supposant une évaluation à finalité décisionnelle, portant sur une personne ou sur une œuvre : le bénéficiaire étant soit une personne qui se décide à prendre une décision à un moment important de sa vie (faire élection dans le cadre des Exercices spirituels) soit une collectivité ecclésiale qui doit se prononcer (mise à l’Index d’un ouvrage ou procès de canonisation). Cette notion d’expertise peut s’appliquer parfaitement à un secteur comme la vie spirituelle. On pressent aussi que ce type d’expertise prend un relief particulier dans un rapport homme/femme structurellement inégal, puisque la légitimité de celui qui fait l’expertise dépend à la fois de son statut de prêtre et de ses connaissances théologiques alliées à un savoir-faire spécifique (direction spirituelle).

2Cet article se présentera de manière à la fois simple et complexe. Simple parce que son objet est aisé à identifier : la participation de trois jésuites au deux procès de Thérèse de l’Enfant-Jésus en 1910-1911 (procès ordinaire) et 1915-1916 (procès apostolique). Complexe, parce que j’y introduirai de trois manières successives. D’abord en balisant un domaine plus large qui peut servir de toile de fond au sujet traité : le renouveau d’intérêt pour la mystique à la fin du xixe siècle et au début du siècle suivant ; ensuite, en identifiant les modalités de la présence jésuite au carmel de Lisieux où Thérèse de l’Enfant Jésus a vécu moins d’une dizaine d’années de 1888 à 1897 ; enfin en présentant la réaction jésuite durant les premières années de la publication de l’Histoire d’une âme.

Les jésuites et le retour de la mystique

  • 1 Approche récemment renouvelée par un collectif : Silvia Mostaccio et alii (éd.), Échelles de pouvoi (...)
  • 2 Émile Poulat, L’Université devant la mystique. Expérience de Dieu sans mode. Transcendance du Dieu (...)
  • 3 Guillaume Hahn (1841-1903). Notice dans Stéphane Gumper et Franklin Rausky, Dictionnaire de psychol (...)
  • 4 Les phénomènes hystériques et les révélations de sainte Thérèse, Bruxelles, Alfred Vromant, 1883. T (...)

3L’approche de l’expertise jésuite peut s’opérer à partir d’un dossier de grande ampleur comme l’accompagnement des nouvelles congrégations féminines1, ou d’un autre de taille plus limitée comme le débat autour la mystique qui renait à partir de la fin du xixe siècle2. Il est possible de baliser ce dernier en proposant quelques noms qui peuvent servir de repères. En commençant par le jésuite belge Guillaume Hahn3, qui en 1885 eut l’idée quelque peu téméraire de reprendre à son compte la notion d’hystérie, développée par l’École de la Salpêtrière, et surtout de l’appliquer à Thérèse d’Avila tout en montrant que cette pathologie ne mettait pas en cause la qualité de son expérience mystique. L’Index en jugea vite autrement4.

  • 5 Henri Watrigant (1845-1926). Voir l’importante notice que lui a consacrée J. Dutilleul, « Le R.P. W (...)
  • 6 Un abondant fonds d’archives à Vanves et une copieuse bibliographie attend le chercheur désireux de (...)

4Le cas du père Henri Watrigant5 est moins connu : de 1899 à 19106, ce bon spécialiste des Exercices spirituels s’acharna à dénoncer comme semi-quiétiste la « voie » prônée par l’entourage de la plus célèbre visitandine du xixe siècle, Marie de Sales Chappuis (1793-1875). Et cette campagne de harcèlement ne fut sans doute pas pour rien, en pleine crise moderniste, dans le blocage d’un procès de béatification pourtant bien engagé.

  • 7 Auguste Poulain (1836-1919). Sur ce jésuite, scientifique de formation, voir les notices complément (...)
  • 8 Des grâces d’oraison, traité de théologie mystique Paris, V. Rétaux, 1901.
  • 9 DPPR, notice p. 1201-1202.
  • 10 Paris, Beauchesne, 1910. Le manuscrit comportait seize cahiers. Poulain publie surtout des extraits (...)

5La figure du père Auguste Poulain7 est plus irénique. Cet expert autoproclamé en phénomènes mystiques extraordinaires8 entretint une courtoise polémique avec l’abbé Saudreau9, ce qui témoigne du retour apaisé du débat sur la mystique dans les sphères ecclésiastiques. Mais parler de la mystique passée est une chose, en montrer l’actualité en est une autre : Poulain se risqua à publier, hors commerce, en 1910, le Journal spirituel de Lucie-Christine10, une femme mariée mystique qui venait de mourir.

  • 11 Paul de Chastonay, jésuite valaisan (1870-1943). Cet ancien maitre des novices (1907- 1913), après (...)
  • 12 Revue d’ascétique et de mystique, 3e année, 1922, « Chronique », p. 333-334.
  • 13 Abbé Stanislas Legueu, Une mystique de nos jours : sœur Gertrude-Marie (Anne-Marie Bernier), religi (...)
  • 14 La sœur Gertrude-Marie (1870-1908) appartenait à une dynamique congrégation enseignante régionale, (...)
  • 15 La condamnation pouvait aussi avoir pour but de contenir les manifestations mystiques à l’intérieur (...)

6Le dernier témoin convoqué dans ce dossier à construire pourrait être le père de Chastonay11, jésuite suisse, qui en 1922, dans une chronique de la jeune Revue d’ascétique et de mystique12, explique les bonnes raisons qu’avait eu l’Index de mettre en garde (reprobandum) contre la biographie, publiée en 1910, donc douze années plus tôt, d’une humble religieuse enseignante, sœur Gertrude-Marie13. Celle-ci, malgré d’illustres approbateurs, comme le jésuite Poulain, le dominicain Hugon ou le trappiste Lehodey, avait été condamnée parce que la sœur y faisait parler Jésus trop familièrement et plus encore parce que Rome voulait avertir, à peu de frais14, des directeurs de conscience trop enclins à s’aventurer sur ce terrain délicat15.

7Autant de dossiers qui, à condition d’être bien documentés, permettraient de mieux comprendre l’implication de la Compagnie dans l’appréciation théorique et pratique des phénomènes mystiques.

Présence jésuite au carmel de Lisieux

  • 16 La famille Martin a eu quatre autres enfants décédés dans les premiers mois voire les premières ann (...)
  • 17 La suite de l’histoire est connue : canonisation de Thérèse de l’Enfant-Jésus en 1925, la première (...)

8Voilà pourquoi je m’en suis tenu à un dossier plus maitrisable, dans le prolongement de celui que je viens d’évoquer, le rôle des jésuites dans la réception de Thérèse de l’Enfant-Jésus à partir de la publication, en 1898, de l’Histoire d’une âme. Thérèse Martin, née en 1873, la dernière d’une fratrie composée de cinq filles16, est entrée en 1888 au carmel de Lisieux où elle a vécu pendant moins de dix ans avec trois de ses sœurs et une cousine. Elle meurt de tuberculose en 1897. L’Histoire d’une âme, l’ouvrage qui la fait connaître, en puisant dans ses écrits, paraît l’année suivante, en 1898. Le succès de l’ouvrage et plus encore les nombreux miracles qu’on attribue à la jeune carmélite conduisent à l’ouverture en 1910 de son procès par l’Ordinaire de Bayeux. Procès ratifié en 1914 par Rome qui lance, en pleine guerre, la phase suivante, le second procès, dit apostolique, toujours sous la direction de l’évêque de Bayeux17. C’est à l’expertise jésuite faite durant ces deux procès que je voudrais consacrer cette étude. Mais pour mieux comprendre ce dossier, il est nécessaire de revenir quelque peu en arrière, et au carmel de Lisieux et à Thérèse elle-même, de son vivant, cette fois.

  • 18 R.P. Arnold [Pierre Arnoudt, 1811-1865], Imitation du Sacré-Cœur de Jésus, approuvée par le R. P. R (...)
  • 19 Marcel Bouix [1806-1889], Saint Joseph d’après les Saints et les Maîtres de la vie spirituelle, ave (...)
  • 20 Victor Mercier, La Vierge Marie d’après Mgr Pie. Extraits des discours publiés ou inédits..., Paris (...)
  • 21 Léonard Cros [1831-1913], Le cœur de sainte Gertrude ou un cœur selon le Cœur de Jésus, Toulouse, R (...)
  • 22 Vie et miracles de Sainte Philomène, vierge et martyre, surnommée la thaumaturge du xixe siècle tra (...)
  • 23 Elle sera béatifiée en 1920, trois ans avant Thérèse.
  • 24 Xavier de Ravignan [1795-1858], Dernière retraite donnée aux Religieuses Carmélites du Monastère de (...)
  • 25 La bibliothèque du Carmel en possède un bon nombre.

9Les jésuites de papier attendaient, si l’on peut dire, Thérèse de pied ferme. Lisieux est un carmel normand fondé en 1838 ; il possède une petite bibliothèque de moins de 300 titres à la fin du siècle, essentiellement des livres publiés après la Révolution. Selon une disposition originale par rapport aux autres carmels français, une partie des ouvrages est consultable directement dans l’avant-chœur. Après la littérature carmélitaine, la production jésuite est celle qui y est la mieux représentée, avec une vingtaine d’auteurs, dont la moitié appartient à la nouvelle Compagnie, et quelque 35 titres, pour l’essentiel publiés dans les années 1860-1880, donc avant l’arrivée de Thérèse. Les ouvrages des jésuites de la Nouvelle Compagnie introduisent souvent aux dévotions du xixe siècle, Sacré-Cœur18, saint Joseph19, Vierge Marie20 ; ils font aussi connaître une mystique médiévale dont le nom est associé au culte du Sacré-Cœur, sainte Gertrude21 ou de nouvelles saintes ultramontaines, comme la sainte des catacombes, Philomène22, ou la romaine Anne-Marie Taïgi (morte en 1837)23, mère de famille et mystique. Les auteurs les plus connus de ces publications le sont souvent pour d’autres raisons que pour les ouvrages que le carmel abrite : Xavier de Ravignan24 était un prédicateur célèbre ; Léonard Cros, un écrivain abondant, de surcroît très bon connaisseur de Lourdes ; Marcel Bouix, avant tout l’inépuisable traducteur des œuvres de Thérèse d’Avila et d’autres carmélites proches de la fondatrice du carmel réformé25.

  • 26 Jacques Brydaine, missionnaire royal [1701-1767], Sermons publiés sur les manuscrits autographes, A (...)
  • 27 R. P. [Pedro de] Ribadeneyra [1526-1611], Les vies des saints et fêtes de toute l’année, traduction (...)
  • 28 Alphonse Rodriguez [1538-1616], Pratique de la perfection chrétienne, trad. de l’espagnol par M. l’ (...)
  • 29 Jean-Baptiste Saint-Jure (1588-1657) ; Jean-Joseph Surin (1600-1665) ; Jacques Nouet (1605-1680) ; (...)
  • 30 Sur Joseph Surin, outre les travaux de Michel de Certeau, voir Patrick Goujon, Prendre part à l’int (...)
  • 31 Du même auteur, De l’oraison. Instructions spirituelles sur les divers États d’oraison, suivant la (...)
  • 32 Jean-Pierre de Caussade, L’abandon à la Providence divine, Paris, Libr. Victor Lecoffre, 1886, 2 vo (...)
  • 33 L’Abandon à la Providence divine, autrefois attribué à Jean-Pierre de Caussade, nouvelle édition pa (...)
  • 34 Jacques Nouet, disciple de Lallemant, engagé dans la polémique janséniste. Le carmel possède de lui (...)

10En fait, l’essentiel de la nourriture spirituelle proposée aux carmélites provient de la réédition d’auteurs jésuites. Si l’on met à part l’insolite présence des œuvres complètes du missionnaire Brydaine († 1767)26 et la réédition du sanctoral de Ribadeneyra, complété par l’abbé Darras27, on trouve des ouvrages classiques dans les communautés religieuses comme le Rodriguez28, mais surtout de nombreuses rééditions de membres de l’école jésuite française du xviie siècle, comme Saint-Jure, Surin, Nouet et Guilloré, voire du xviiie , comme Caussade29. Retenons, parce que mieux représentées, les trois œuvres suivantes : les Fondements de la vie spirituelle du père Surin30 ; l’inédit alors très lu du père de Caussade31, l’Abandon à la divine providence32, dont la paternité ne sera contesté que très récemment33 ; et surtout L’homme d’oraison du père Nouet – auteur alors très présent dans les couvents – dont le carmel possède trois éditions successives34.

  • 35 « Au premier moment il me fut bien difficile d’accepter ce grand sacrifice, mais bientôt la lumière (...)
  • 36 « Ton livre du P. Surin est extraordinaire et bien sûr je vais m’en acheter un pareil. C’est tout à (...)
  • 37 Lettre à Madame Pottier, née Maudelonde, le 6 octobre (?) 1896 : « J’ai pensé à toi en lisant un li (...)

11Les jésuites de Thérèse sont de papier et de chair. Thérèse, alors novice, durant la longue attente de sa profession – le supérieur du carmel lui fait payer ainsi d’être entrée très jeune à l’encontre de son avis –, tire un grand profit de la lecture, dans une édition de 1732, des Fondements de la vie spirituelle de Surin35. À l’été 1894, au moment où sa sœur Céline, après la mort de leur père, s’inquiète justement de l’orientation qu’elle doit donner à sa vie, Thérèse lui fait lire ce même ouvrage qui l’a aidé en un moment difficile et qui donne pleine satisfaction à l’intéressée36. Et, deux ans plus tard, en octobre 1896, Marie de l’Eucharistie, cousine et novice de Thérèse, qui dit avoir tiré elle-même un grand profit de l’ouvrage, en conseille la lecture à Céline Maudelonde, une cousine très proche qui vient de se marier, en lui fournissant le mode d’emploi d’un ouvrage, qui est, selon elle, aussi utile aux laïques qu’aux religieuses37.

  • 38 Le jésuite Pichon (voir infra) recommande à Thérèse la méditation d’une parole de La Colombière (le (...)
  • 39 Lettre du 25 avril 1897. Thérèse se décide alors à considérer l’abbé Bellière comme son « cher peti (...)
  • 40 Charles Arminjon, Fin du monde présent et Mystères de la vie future Conférences prêchées à la Cathé (...)
  • 41 « Cette lecture fut encore une des plus grandes grâces de ma vie, je la fis à la fenêtre de ma cham (...)
  • 42 HA, 1898, p. 74.
  • 43 Autre preuve : la présence d’Arminjon dans le dictionnaire biographique de Paul Duclos (dir.), Les (...)

12En fait, l’influence jésuite, plus diffuse, déborde la simple lecture avérée d’un ouvrage précis. Ainsi de Claude La Colombière, le directeur de Marguerite-Marie38 : Thérèse, en février 1897, le donne en exemple à son petit frère, l’abbé Bellière, comme modèle de ce que devrait devenir l’union de leurs deux âmes39. Faut-il ajouter aussi les conférences de l’abbé Arminjon ? On sait combien l’ouvrage du grand prédicateur, Fin du monde présent et Mystères de la vie future40, joua un rôle décisif dans l’évolution de la jeune Thérèse durant l’année décisive de ses quatorze ans41 où elle décida de faire aboutir au carmel sa vocation apostolique42. L’hésitation provient de la trajectoire de son auteur : Charles Arminjon (1824-1885) entra en effet dans la Compagnie à dix-huit ans, et y passa dix-sept années (1842-1859), puis fut relevé de ses vœux parce que son activité de prédicateur à travers toute la France était peu compatible avec la stricte délimitation des activités apostoliques entre provinces. Mais il est demeuré proche de la Compagnie, comme en témoigne sa réintégration discrète avant sa mort43. Et on peut le considérer à tout le moins comme un prêtre très proche de la Compagnie et apprécier à ce titre l’influence décisive que cet ouvrage eut sur Thérèse.

  • 44 Cet épisode est connu par des notes préparatoires de mère Agnès pour le procès apostolique. À son d (...)
  • 45 Cette prédication avait été faite à l’usine Lambert.
  • 46 Marie en 1909, dans ses « Souvenirs autobiographiques », explique comment elle prit contact avec Pi (...)
  • 47 LT 28 21 (?) octobre 1887, CG, tome I, p. 254.
  • 48 Thérèse en a retenu cette formule solennelle, destinée à apaiser ses scrupules : « En présence du B (...)
  • 49 Sur la chronologie, voir la brève notice Pichon de sœur Cécile, CG, tome I, p. 1213.
  • 50 « Réduite à recevoir de lui une lettre par an sur les douze que je lui écrivais » (A, 71, 5-6).
  • 51 A, 71,7. Il faut ajouter que Pichon avait préparé Céline à venir le seconder dans une fondation env (...)

13Autres sont les deux jésuites qui ont croisé directement la route de Thérèse. Elle vit – et surtout entendit – le père Laurent Blino qui prêchait au carmel en 1890, alors qu’elle était encore novice, en attente de sa profession. En direction, celui-ci aurait tempéré avec quelque vigueur ses désirs de sainteté. Mais l’épisode, probable, a été grossi plus tard dans une perspective résolument hagiographique44. Le cas du père Almyre Pichon (1843-1919), seul directeur de conscience de Thérèse durant ses premières années au carmel, est autrement plus important, sans avoir pour autant été apprécié à sa juste mesure. Connu de la famille Martin à Lisieux où il a prêché en 188145, Pichon dès 1882 est pris comme directeur de conscience par Marie, l’aînée des filles Martin, qui, âgée de 22 ans, hésite sur son choix de vie46. Céline, la sœur la plus proche de Thérèse, en fera autant en 1887, alors qu’elle a dix-huit ans. Thérèse, de son côté, avait aussi sollicité Pichon en octobre 188747 afin qu’il la dirige quant elle serait entrée au Carmel. Parvenu à ses fins, la très jeune postulante lui fait une confession générale en mai 1888. C’est à cette occasion que Pichon la délivre de ses scrupules, ce dont elle lui sera reconnaissante48. Elle prend effectivement Pichon comme directeur de conscience, alors qu’il part pour un long séjour au Canada49. Thérèse dira dans son autobiographie, avec quelque exagération, qu’à ses lettres mensuelles, Pichon répondait seulement une fois par an50. En fait, son directeur sut la soutenir dans les difficultés du début de son noviciat. Il ne faut pas oublier aussi que, si Thérèse a tendance à dévaluer le rôle de ses directeurs en général et de Pichon en particulier, c’est afin de mieux faire apparaître celui de Jésus, « le Directeur des directeurs », qui seul la guidait51. Il importe donc de réévaluer le rôle de Pichon, ce disciple du père Ramière, qui inculqua à Thérèse la dévotion au Sacré-Cœur, ce qui a joué un rôle important dans la formation de Thérèse et l’a sans doute conduite à la découverte capitale, à partir de juin 1895, du Dieu de Miséricorde.

Les premiers thérésiens jésuites (1898-1914)

  • 52 PT, p. 89-113.
  • 53 PT, p. 109-110.
  • 54 « Cette vie sera lue avec grand fruit dans les communautés de femmes. Elle retrace leurs occupation (...)
  • 55 Joseph Baudry, « Les premières éditions de l’Histoire d’une âme », Thérèse et ses théologiens, Jose (...)
  • 56 Ses réserves, plus générales, portent sur les trop abondantes monographies de religieuses dont les (...)
  • 57 Jacques Sevin (1882-1951) joue un rôle capital dans l’introduction du scoutisme, catholicisé, en Fr (...)
  • 58 Il y écrit notamment que si Thérèse eut, « dans un haut degré, l’esprit d’enfance, il ne s’ensuit p (...)

14Les jésuites sont aussi en bonne place parmi les premiers thérésiens qui se manifestent dès la publication de l’Histoire d’une âme, en octobre 189852. Ils ne figurent certes pas parmi les personnalités spirituelles sollicitées en 1898 et surtout en 1899 pour cautionner le nouvel ouvrage. Mais quelques pères ont eu l’occasion de faire immédiatement connaître leur avis au carmel, comme le père Blino justement, alors en résidence à Versailles, qui témoigne aussi de l’intérêt porté par le père de Rochemonteix53. Mais les jésuites ont aussi des moyens de rendre compte, en 1898 et 1899, du nouvel ouvrage dans leurs publications. On cite souvent le compte-rendu un peu pincé – après la seconde édition - des Études où le père d’Octeville voit dans l’Histoire d’une âme un ouvrage pour religieuses, pour public féminin à tout le moins54 ; mais on oublie de mentionner l’immédiat soutien du Messager du Cœur de Jésus55, autrement plus important par son tirage et par ses divers relais internationaux. Et si Henri Bremond, ancien rédacteur aux Études, fait connaître en 1904 – l’année où la Compagnie se sépare de lui –, ses réticences56 vis-à-vis de l’Histoire d’une âme qui rejoignent celle de la revue qu’il quitte, le Messager du Cœur de Jésus sera encore attentif au phénomène thérésien une décennie plus tard, accompagnant d’un long article très favorable le procès de Thérèse. En effet, en 1911, le scolastique Jacques Sevin57, connu plus tard comme introducteur du scoutisme en France, alors qu’il commence sa théologie au scolasticat d’Enghien, publie un article d’une trentaine de pages intitulé « La petite Sainte de Lisieux, sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte Face » en insistant sur son esprit d’enfance58.

  • 59 Le nom du père Jubaru reste attaché à l’examen, en 1903, des reliques conservées à la chapelle roma (...)
  • 60 Le carmel publie en un ouvrage séparé l’ultime et définitive sélection des poésies, opérée pour la (...)
  • 61 Poésies de sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte Face, illustré de 15 gravures, Imprimerie (...)
  • 62 PT, p. 281.

15Il faut toutefois faire une place à part à deux jésuites, de modeste notoriété, qui ont été les premiers à cautionner de manière explicite les publications thérésiennes périphériques qui, de 1908 à 1914, accompagnent le succès de l’Histoire d’une âme. Le premier est le père Florian Jubaru59. Ce spécialiste de sainte Agnès a été sollicité par le carmel en 1907 pour préfacer la première édition séparée60 des Poésies de Thérèse. Le jésuite, connu à Lisieux en 1906, sinon plus tôt, donne au carmel, en mars 1907, une préface aux Poésies, élogieuse et juste de ton, qui ouvrira l’édition de 190861 et y introduira aussi longtemps que les Poésies seront ainsi rééditées jusqu’aux années 1950. Dans une lettre de juillet 1908, Florian Jubaru témoigne incidemment de la bonne réception de Thérèse au scolasticat d’Enghien où son frère Henri enseigne la théologie et plus encore chez les missionnaires jésuites de Chine62.

  • 63 À la différence des suivantes, les deux premières éditions de l’ouvrage sont peu présentes dans les (...)

16L’autre jésuite qui écrit sur Thérèse est le père Jean Carbonel. En 1914 paraît, sous son nom, une Histoire de Thérèse de l’Enfant-Jésus pour les enfants63. L’idée de l’ouvrage date de 1911 et provient de Céline, la sœur de Thérèse, alors surtout illustratrice de l’Histoire d’une âme. Le jésuite, qui a été sollicité pour faire la révision du manuscrit, donne son nom à une publication joliment illustrée qu’il a largement réécrite et qui ne pouvait paraître alors sous celui d’une sœur de Thérèse. En tout cas, les pères Jubaru, Sevin et Carbonel servent de précieuses cautions publiques à Thérèse : celles-ci sont d’autant plus importantes pour le carmel que ces jésuites sont les seuls religieux à se prononcer publiquement en faveur de la jeune carmélite dans les années où la production thérésienne s’emballe à partir de 1908, portée notamment par la perspective du procès qui s’ouvre en 1910.

Expertise jésuite au procès ordinaire (1910-1911)

  • 64 Procès de béatification et de canonisation de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face(...)
  • 65 « Je viens de bien loin vous demander instamment la permission de traduire et faire imprimer en lan (...)
  • 66 PO, p. 320.
  • 67 Et tous les trois figuraient déjà sur une première liste de sept clercs que Mgr de Teil estimait, l (...)

17Et c’est maintenant du procès ordinaire64 qu’il faut rendre compte. Il est ouvert par les Articles du vice-postulateur, Mgr de Teil, qui fournit un plaidoyer argumenté que les dépositions des témoins devront appuyer. À la rubrique des traductions de l’Histoire d’une âme, figure en bonne place le père de Santanna65, jésuite portugais, introducteur de Thérèse dans son pays. Au procès ordinaire, en plus des carmélites, dont les trois sœurs de Thérèse, les juges entendirent dix-sept clercs, dont huit appartenaient à diverses familles religieuses ou communautés de prêtres. Trois avaient connu Thérèse : le père Roulland, le frère de Thérèse, des Missions étrangères, revenu récemment de Chine ; le père Madelaine, prémontré, prieur de Mondaye, originaire du diocèse, très proche du carmel : il est l’éditeur du manuscrit, le préfacier de l’Histoire d’une âme, et plus encore le confesseur extraordinaire de Thérèse ; et enfin le père Pichon, jésuite, le lointain directeur de conscience de Thérèse, également de retour de sa mission canadienne. Parmi les autres, un seul s’imposait : comme il fallait, au procès d’une carmélite, un carme romain, on choisit un ancien missionnaire en Inde, le père Élie de la Mère de Miséricorde qui, comme secrétaire de deux généraux carmes, avait été en contact avec le carmel dès 189966. Trois ordres religieux, au sens strict, étaient invités à fournir des témoins au procès de Thérèse, les carmes déchaux, les prémontrés et les jésuites. Mais seule la Compagnie a fourni trois témoins : outre le père Pichon, les pères Auriault et Flamérion67.

  • 68 Pichon témoigne, après le père Roulland, les 25 et 26 janvier 1911, PO. p. 378-385.

18Le premier et le plus légitime est donc Almyre Pichon, âgé de 67 ans quand il dépose, docteur en théologie, ancien professeur de philosophie au scolasticat de Laval, mais surtout, pendant vingt-et-un ans, missionnaire au Canada d’où il a fait retour en 1908. Il avait dirigé Thérèse depuis son entrée au carmel jusqu’à 1894. Ce témoin idéal fournit une déposition en miteinte68. Tout le monde avait lu en effet dans l’Histoire d’une âme, à son propos, que Thérèse, « réduite à ne recevoir qu’une lettre par an » de son directeur, se tourna avantageusement vers Jésus lui-même. On comprend que l’intéressé écarte toute référence à l’Histoire d’une âme. Mais il fait aussi un trait sur ce qu’il avait su comme directeur de conscience, ayant de toute façon détruit la correspondance de ses dirigées ; il estimait sans doute que ce qu’il avait appris de Thérèse relevait du for interne et donc ne pouvait être livré à la publicité, même toute relative, du tribunal.

  • 69 Ainsi que dans l’Europe autrichienne où il vient de donner des retraites, PO, p. 383 ; il donne aus (...)
  • 70 Ibid., p. 380.
  • 71 Ibid., p. 381.
  • 72 Ibid.
  • 73 Le père de Causens, est alors supérieur de la résidence jésuite de Rouen. Pichon reprend ce témoign (...)
  • 74 PO, p. 382.
  • 75 Ibid.

19Pichon, en contrepartie, est plus abondant sur la réputation de sainteté de Thérèse au Canada voire en Europe69, et il témoigne sur la famille Martin fréquentée avant l’entrée de la cadette au carmel en puisant dans ses souvenirs. Il évoque ainsi le père de Thérèse, « un religieux égaré dans le monde70 », mais surtout la jeune fille qu’il a connue avant son entrée au carmel, mettant en avant ses qualités (simplicité, ingénuité, innocence), son désir précoce de vie religieuse, sa vocation à moins de quinze ans qu’il examina et approuva71. Il est plus discret sur la vie de Thérèse au carmel, soulignant seulement qu’elle passa, dès les premiers jours de vie religieuse, « par la voie des sécheresses, des privations et des épreuves intérieures » tout en conservant « une égalité d’humeur inaltérable ». Il termine en attestant que son autobiographie « est l’expression la plus vraie de sa physionomie morale72 » et en donne pour preuve… le témoignage d’un collègue jésuite, le père de Causans73 qui, en 1900, lui avait avoué que, après les œuvres de Thérèse d’Avila et de Jean de la Croix il ne connaissait « rien de plus beau74 ». Interrogé sur l’héroïcité de ses vertus, il se contente de répondre à ses juges : « Jamais je n’ai pu surprendre en elle la moindre défaillance, le moindre découragement, le plus léger fléchissement de la volonté dans la pratique de la perfection75 ».

  • 76 Ibid., p. 385.

20Mince singularité : à l’encontre des autres témoins, Pichon après avoir relu sa déposition, se hasarde enfin à s’exprimer, d’un mot, sur l’essentiel, la « voie ou direction spirituelle » de Thérèse, qu’il résume ainsi : esprit de foi, esprit de confiance et d’amour, culte pour la souffrance et la croix. Du très classique, n’était cette ultime remarque : « Son cœur était toujours prêt de bénir Dieu de tout. Loin de méconnaitre par une humilité chagrine les dons de Dieu en elle, la pente de son cœur la portait à les avouer pour en remercier Dieu76 ». Manière adroite de répondre par avance à l’accusation portée contre quelqu’un qui faisait l’éloge de sa propre sainteté.

  • 77 Il dépose le 7 février 1911, PO p. 390-395.
  • 78 Claude Langlois, « Le choix des témoins entre habileté tactique et finalité spirituelle », in Domin (...)
  • 79 De 1901 à 1909. PT, p. 208-209.
  • 80 C’est habituellement le chanoine Deslandes, notaire actuaire, qui transcrit les dépositions.

21Le père Raoul Auriault, 56 ans, témoigne peu après Pichon77, par une proximité voulue par le vice-postulateur, Mgr de Teil, qui orchestra soigneusement les dépositions de ses témoins78. Auriault vient, comme de Teil, du diocèse de Poitiers, où il a été formé dans la faculté de théologie que Mgr Pie avait ouverte après 1870 en faisant appel à des jésuites étrangers. Entré dans la Compagnie, il enseigne, pendant plus de vingt ans à l’Institut catholique de Paris, la théologie dogmatique en commentant saint Thomas, mais il n’exerce plus quand il dépose. Il est présentement responsable des maisons parisiennes de la Compagnie – poste délicat alors que les jésuites ont été en principe expulsés après 1901 – et fait à Notre-Dame de Paris, durant les vendredis de Carême, des conférences où il brosse année après année une large fresque de la sainteté dans l’Église, des origines à nos jours79. Un personnage sûr pour une déposition-clé. C’est un professeur méticuleux qui ne cherche pas d’effets rhétoriques mais préfère une argumentation serrée et qui a donné sa déposition écrite80 pour être assuré que le notaire transcrive exactement ses propos. Son argumentaire est explicité en deux parties. Dans la première, il entend définir les traits de la sainteté de la servante de Dieu. Or ce qui la commande, explique-t-il tout d’abord,

  • 81 PO, p. 391.

c’est la « mission » spéciale qu’elle reçut de provoquer dans le monde des âmes un mouvement de confiance généreuse envers l’amour miséricordieux de Dieu et de frayer la voie de simplicité et d’enfance évangéliques. De là vient qu’en elle les dons naturels et surnaturels s’harmonisent pour lui donner une transparence divine et la rendre capable de refléter merveilleusement la beauté et la bonté de Dieu. D’où le sentiment filial qui marque ses rapports avec le Père céleste, sentiment qui va toujours grandissant…81

  • 82 Ibid., p. 395

22En quelques mots, Auriault se place au cœur de la découverte thérésienne (l’amour miséricordieux) comme source de doctrine (voie de simplicité) et montre comment l’ouverture de Thérèse à la grâce, par une heureuse réponse de la nature, et dans une perspective toute filiale vis-à-vis du Père, fait d’elle comme un miroir où Dieu se révèle dans sa beauté comme dans sa bonté. La seconde partie entend préciser le rapport du message thérésien à une actualité menaçante : « De la mission reçue résulte un type nouveau de perfection chrétienne ». Et d’évoquer le contexte actuel en jouant sur deux registres. Auriault ne craint pas d’abord de relire le présent à travers l’Apocalypse : Thérèse se trouve à la charnière de deux époques ultimes dont celle qui advient sera marquée par de « prestigieuses opérations diaboliques » à laquelle il faudra répondre par de « prodigieuses manifestations de sainteté divine », dont Thérèse est comme le prototype82. L’autre perspective est plus historique ; Auriault se rapporte à la crise moderniste qui a ébranlé l’Église. Thérèse ainsi s’oppose aux menaces présentes

  • 83 Ibid., p. 394.

c) Par la mise en relief de l’esprit d’humilité évangélique, elle détruit l’illusion de nature qui fait le fond de l’américanisme, système dépréciateur des vérités dites passives ; […]
f) par le réalisme dogmatique de sa piété et ses rapports actifs avec Dieu, Notre Seigneur, la Sainte Vierge, saint Joseph, les saints, l’Église, le pape, l’évêque, le prêtre, les âmes, elle confond le nominalisme de l’erreur moderniste et garantit les esprit contre un transformisme menteur qui détruit la personnalité de Dieu et l’historicité des mystères que nous croyons83.

  • 84 Voir plus longuement PT, p. 213-219.
  • 85 Le 8 mai 1908.
  • 86 Jean-Arthur Chollet (1862-1952), prêtre du diocèse de Verdun, est l’un des premiers élèves de la fa (...)
  • 87 « L’ascétique moderniste », Lille, 15 rue d’Angleterre, (s. d.). Édition des Questions ecclésiastiq (...)
  • 88 Chollet avait publié en 1907 une étude sur Le Modernisme dans la religion, étude sur le roman "Il S (...)
  • 89 L’article de la Civiltà cattolica cite explicitement l’ouvrage de H. Watrigant, Les deux méthodes d (...)
  • 90 « Un jour, je lui dis que j’allais expliquer sa "petite voie d’amour" à tous mes parents et amis, e (...)
  • 91 PT, p. 210-219.

23Il n’est pas possible ici d’expliquer longuement le sens de cette lecture antimoderniste de Thérèse84. La déposition du théologien Auriault correspond parfaitement à une demande d’expertise d’une doctrine nouvelle au regard d’une conjoncture difficile. En effet, le vice-postulateur ne pouvait ignorer ce qu’il était advenu de la voie, prônée par l’ainée de Thérèse, la visitandine Marie de Sales Chappuis, attaquée par le tenace jésuite Watrigant. D’autant plus que, en 1908, un article fort explicite de la Civiltà cattolica, intitulé « Il modernismo ascetico85 » – relayé l’année suivante par un autre de même titre de l’abbé Chollet, professeur de théologie à l’Institut catholique de Lille86, « L’ascétique moderniste87 » – faisait le lien entre la bête noire du Vatican, Il Santo de Fogazzaro88, et la cible de Watrigant, Marie de Sales Chappuis, accusée de semi-quiétisme89. On comprend mieux que Marie de la Trinité, une novice très proche de Thérèse, rapporte opportunément au procès une parole de Thérèse où celle-ci prenait explicitement ses distances vis-à-vis de Madame Guyon90. Ne fallait-il pas, pour le procès, choisir un autre jésuite dont la compétence théologique permette de dresser le portrait d’une Thérèse antimoderniste, donc non quiétiste91 ? On comprend mieux, dans cette perspective, l’angle d’attaque choisi par Auriault, le « réalisme dogmatique », quitte à transformer en doctrine une manière, somme toute banale pour une spirituelle, de se situer de plain pied avec ses interlocuteurs du monde invisible, Dieu, Jésus, la Vierge, les saints, autant sinon plus présents à elle, même dans leur absence, que ceux du monde visible.

  • 92 Anatole-Armand-Marie Flamérion (1851-1923) a été exorciste officiel du diocèse de Paris de 1909 à 1 (...)
  • 93 Directeur adjoint en 1900, selon les archives de la Compagnie consultée par Hervé Guillemain (voir (...)
  • 94 Mais aussi des retraites pour laïcs.
  • 95 Hervé Guillemain, « Les diables déposent au procès. L’affaire "Flamérion" », TT, p. 241-249
  • 96 Ibid., p. 164.
  • 97 Il témoigne le 3 avril 1911, après les abbés Frapereau et Gaignet (le 30 mars), PO, p 508-514.

24Le dernier témoin jésuite est le père Flamérion92 : soixante ans, enseignant en collège et prédicateur. Depuis 1900, il dirige93 la villa Manrèse « où se donnent des séries de retraites sacerdotales94 ». Mais surtout, depuis dix-huit mois, comme exorciste du diocèse de Paris, il a succédé au célèbre père de Haza, jésuite aussi, dont il a été l’adjoint pendant neuf ans. Et c’est sur ce terrain diabolique qu’il entendra se situer95. Mgr de Teil, tôt alerté par mère Agnès des diables de Flamérion qui disent du bien de Thérèse, hésite d’abord à le faire déposer96. Il le fait pourtant, mais il le convoque à la fin du procès97 avec ceux qui témoignent des miracles de Thérèse.

  • 98 Sa protégée, dont le nom n’est pas cité au procès, s’appelle Jeanne Piechocka. Hervé Guillemain, qu (...)
  • 99 Dom Gaspard Lefebvre, Missel quotidien et vespéral, grande édition, Abbaye de Saint-André, Saint-An (...)
  • 100 On lira avec intérêt une lettre du 27 octobre 1911 de Marie du Sacré-Cœur, carmélite à Lisieux, à s (...)
  • 101 PO, P. 510-511.
  • 102 Ibid.

25Le père Flamérion a sans doute eu l’ambition d’être le nouveau Surin d’une nouvelle Jeanne des Anges98. Déposant sur l’action des démons, il évoque d’abord la prière à saint Michel prescrite par Léon XIII – enrichie d’indulgences par Pie X – et destinées à être récitée par le prêtre après la fin de la messe : « Repoussez en enfer par la vertu divine, Satan et les autres esprits malins qui errent dans le monde pour la perte des âmes »99. En fait, il entend faire témoigner ses dirigées – une, avant tout – regroupées dans « L’œuvre de la Mère toute miséricordieuse et des victimes du cœur de Jésus », léguée par le père de Haza. Ces pieuses femmes constituaient une sorte de commando d’élite dans lequel chacune s’offrait pour abriter en elles les démons dont elles épuisaient la nocivité en résistant à leurs assauts100. L’œuvre en effet était destinée à « délivrer les prêtres des démons qui les tentent ou même les asservissent, en enchaînant les démons aux seuls victimes dont les vertus font leurs tourments et les réduisent à l’impuissance101 ». Et Thérèse dans tout cela ? Les démons s’expriment par ces possédées de substitution qui témoignent de l’aide que Thérèse apporte à la mission du P. Flamérion, mais aussi de son action directe sur le clergé, elle qui est qualifiée par les démons de « petite mangeuse de prêtres » et enfin de la bonté de sa voie de « perfection par l’humilité et l’obéissance102», rempart assuré contre la tentation démoniaque.

  • 103 Léo Taxil (1854-1907), après une phase initiale ouvertement anticléricale, s’était soudain converti (...)
  • 104 L’abbé Claude-Marcel Weber, prêtre du diocèse de Metz, à la jeunesse cléricale mouvementée, termine (...)
  • 105 PO, p. 534-540 : le pasteur Grant explique comment Thérèse est intervenue, par des paroles intérieu (...)
  • 106 Ibid., p. 557-568, Mgr Nicolas Gianttanamo di Francesco, évêque de Nardo, rend compte de l’affaire (...)

26Le témoignage de Flamérion peut apparaître quelque peu décalé par rapport aux précédents. Sa déposition a une triple visée, qui en brouille la lisibilité. D’abord réintégrer dans le miraculeux thérésien le témoignage démoniaque, alors même que, du vivant de Thérèse, l’affaire Léo Taxil103 avait dévalué la réalité diabolique par le récit fictionnel qu’on en avait fait. En second lieu, comme le montre la localisation de son témoignage avec ceux d’autres prêtres, bénéficiaires de l’intervention de Thérèse104, montrer toute l’aide que la jeune carmélite entend apporter au clergé. Enfin, le témoignage paradoxal des démons anticipe celui de Thérèse elle-même qui, selon les deux derniers témoins appelés à déposer, le pasteur Grant105 et l’évêque de Nardo, étaient apparu à deux personnes en situation difficile, les avait secourues dans leur besoin et surtout leur avait certifié la véracité de sa propre doctrine106.

Nouvelles perspectives au procès apostolique (1915-1916)

27Ces trois témoignages, provenant de jésuites d’une certaine notoriété, joueront leur rôle pour faire ratifier le procès ordinaire et donc pour permettre de lancer aussitôt le procès apostolique, qui s’ouvre quatre ans seulement après la clôture du premier, alors qu’en principe il fallait attendre au moins dix ans pour seulement ouvrir le dossier des dépositions. Et les trois mêmes jésuites y déposeront. Comme beaucoup de témoins, il le feront en se répétant, mais surtout en infléchissant plus ou moins leur propos.

  • 107 Pichon témoigne le 23 avril 1915, au procès dit inchoatif. PA, p. 112-119.
  • 108 PA, p. 114.
  • 109 Ibid. Le dossier de la maladie de Thérèse revient en force, lors des trois congrégations aboutissan (...)
  • 110 PA, p. 117.
  • 111 PT, p. 337-358.

28Pichon demeure égal à lui-même et ne change rien à l’essentiel107. Il se contente d’apporter des précisions factuelles sur le comportement de Thérèse durant deux moments importants de sa vie. D’abord, au début de son noviciat, quand elle apprend l’enfermement de son père dans un hospice d’aliénés à Caen à la suite de sa maladie cérébrale. Ensuite et surtout quand Thérèse tombe longuement malade à dix ans - entre hystérie et possession – et n’est guérie que par l’intervention miraculeuse de la Vierge. Pichon demeure prudent sur le diagnostic, évoquant une « affection nerveuse bien particulière108 ». Mais il a pressenti l’importance que cette étrange maladie de la jeune Thérèse risquait de prendre dans le déroulement du procès et anticipe toute interprétation dommageable : « Ce mal, qui aurait pu altérer son équilibre mental, n’avait laissé absolument aucune trace, ce qui me confirma dans la foi de la guérison miraculeuse109 ». Pareillement, il entend, à l’encontre de la première déposition de Mère Agnès, ne pas laisser proliférer l’extraordinaire dans la vie de Thérèse : en dehors de cette apparition, témoigne-t-il, « je n’ai pas eu connaissance que [Thérèse] ait été affectée d’états mystiques extraordinaires ». Et d’ailleurs ajoute-t-il : « En eut-elle éprouvé quelqu’un à titre exceptionnel […], ce n’est pas le caractère dominant de sa sainteté si simple […] que Dieu voulait donner en exemple aux "petites âmes" »110. Pichon est l’un des premiers à identifier Thérèse comme une mystique d’un nouveau genre, sans états extraordinaires, anticipant un débat qui va se développer après la guerre111.

  • 112 Ce témoin est alors entendu à la demande du promoteur fiscal, l’avocat du diable, le 25 août 1916, (...)
  • 113 L’évêque mit heureusement le holà à une affaire qui, bien qu’elle échappât à toute publicité, prit (...)
  • 114 PA, p. 431.
  • 115 En 1918, sur demande de Rome, il est démis de sa charge d’exorciste.
  • 116 Quand il évoque la conversion d’intellectuels, il ne peut s’empêcher de s’en prendre à ceux « qui a (...)
  • 117 Ibid., p. 428
  • 118 Ibid., p. 427.
  • 119 Ibid., p. 427-428

29Le cas de Flamérion est différent112. Il faut signaler ici, sans pouvoir y insister davantage, le chantage que le jésuite a longuement fait peser sur le carmel, dès le lendemain du procès ordinaire : contre le maintien de sa déposition, il exigeait l’entrée au carmel de Lisieux de sa protégée, qui avait si bien fait parler les démons. Mère Agnès, qui avait apprécié de loin les diableries du jésuite, ne souhaitait pas, en faisant entrer le loup dans sa bergerie, les partager au quotidien113 et bénéficia, sur ce dossier délicat, de l’appui total de l’évêque de Bayeux. On en est que plus surpris de voir Flamérion déposer de nouveau, appelé par le promoteur de la foi du procès. Flamérion était bien décidé d’évoquer un contentieux qui, pour lui, n’était pas réglé114, mais sur lequel il devait mettre une sourdine115, quitte à évoquer le modernisme mais de manière allusive116. Aussi dut-il rééquilibrer son témoignage, en mettant en avant les confidences de prêtres qui disaient devoir « l’augmentation de leur perfection sacerdotale à leur dévotion envers sœur Thérèse et à la pratique de la petite voie117 ». Il revint aussi sur son cas personnel, évoqué rapidement, lors du premier procès, où il disait qu’il n’avait pas immédiatement apprécié l’Histoire d’une âme. En 1916, il précise l’année d’un premier contact peu satisfaisant (1901), le temps qu’il lui a fallu pour apprécier Thérèse (cinq ou six ans) et surtout la raison de ce ralliement tardif : « La lecture de ces œuvres était très salutaire pour des âmes que je dirigeais »118. Cette conversion tardive ne l’empêche pas de certifier haut et fort la conformité de la doctrine de Thérèse avec celle des grands spirituels, Thérèse d’Avila et Jean de la Croix, et aussi Catherine de Sienne, François de Sales et Henri Suso ; l’avocat du diable, malgré cette avalanche de références, revient sur le risque de quiétisme. Réponse ferme de Flamérion : si Thérèse « engage du premier coup les âmes vers l’amour de Dieu, c’est pour leur faire trouver dans cet amour la force de pratiquer effectivement et dans les détails les plus positifs les vertus mortifiantes »119.

  • 120 Il dépose après Pichon, le 3 mai 1915, PA, p. 120-126.
  • 121 Ibid., p. 122.
  • 122 Ibid., p. 123.
  • 123 Il est aussi sensible à la polémique qui enfle sur le rôle du carmel dans le développement de la dé (...)

30Auriault, lui, change sa déposition, presque du tout au tout120. Plus de couplets sur les signes des temps, plus de perspectives apocalyptiques, plus donc de Thérèse antimoderniste. Avec Benoît XV, ce terrain est momentanément neutralisé et, avec la guerre, l’apocalypse est sur les champs de bataille. Auriault répond donc sagement sur les vertus de Thérèse, insistant cette fois davantage sur « l’abandon total à Dieu […] comme trait saillant de sa physionomie spirituelle », un abandon qui demeurerait inébranlable, Thérèse eût-elle « commis tous les péchés les plus graves », et qui se traduit, dans la vie quotidienne, par « une soumission sans réserve à toute les directions de ses supérieurs », allant jusqu’à donner l’impression « qu’elle obéit à tort et à travers »121. Expression surprenante ! Cette prééminence accordée à l’abandon est toutefois équilibrée par l’insistance sur la prudence qu’elle manifeste « dans ses lettres et ses conseils de direction qui reflètent avec clarté et force la doctrine des maîtres les plus autorisés de la vie spirituelle122 ». Auriault n’a pas oublié que l’un des points délicats123 du procès des vertus est leur héroïcité et sur ce terrain, il revient à sa manie professorale. À la question comment la servante de Dieu a-t-elle « pratiqué à un degré héroïque » toutes les vertus, il énumère les réponses :

  • 124 Ibid., p. 123.

1° par l’intensité d’amour qu’elle mettait dans tous ses actes ; 2° par la continuité dans la fidélité, soit aux règles de l’observance, soit aux inspirations de la grâce ; 3° par une patience vraiment extraordinaire à se maintenir égale et douce dans les épreuves ; 4° par le grand courage qu’elle mit à se vaincre elle-même dans les combats d’une nature spécialement sensible124.

  • 125 Idem, p. 124.

31Mais, ajoute-t-il, elle l’a fait à la manière de saint Jean Berchmans, le jeune scolastique jésuite récemment canonisé (1888), en faisant « extraordinairement bien […] toutes les choses ordinaires125». Lui aussi, comme Pichon, mais sur un autre terrain, fait la chasse à l’extraordinaire.

Conclusion

32Les jésuites sont bien présents mais différemment, dans les deux moments essentiels de l’après Thérèse, la caution apportée par des religieux en 1898-1900 à l’Histoire d’une âme et le temps des procès. On ne fait appel à eux ni en 1898, pour préfacer la vie de Thérèse, ni en 1899, pour apporter une plus large caution en provenance de religieux compétents dans la spiritualité. Mais ils pèsent immédiatement, de l’extérieur, par leurs publications, qui montrent une appréciation différente : réserve parisienne des Études, approbation chaleureuse à Toulouse du Messager du Cœur de Jésus. La conjoncture est différente au moment du procès. On a des preuves convergentes d’une pénétration de l’Histoire d’une âme dans la Compagnie auprès de spirituels, de théologiens, de missionnaires, de jeunes scolastiques. À la caution publique apportée par un Jubaru, un Sevin, un Carbonel, jésuites alors peu connus, correspondent les dépositions au procès des Pichon, Auriault, Flamérion, de plus grande notoriété. Raison de principe : la Compagnie dispose de théologiens compétents et de spirituels avertis. Raison pratique aussi : les jésuites sont demeurés en France, discrètement, alors que beaucoup de religieux s’exilaient. Le poids donné à leurs dépositions témoigne aussi de la volonté du vice-postulateur, bon manœuvrier, de faire appel, dans un dossier où le centre de gravité est très provincial, à des experts parisiens susceptibles d’apporter une dimension nationale voire internationale, à la hauteur de l’écho rencontré par Thérèse dans la catholicité.

  • 126 En fait, cette proximité passe davantage par la postérité de Marguerite-Marie et par le culte du Sa (...)

33Mais plus encore les intervenants jésuites se montrent sensibles à des conjonctures changeantes à cinq ans d’intervalle. On l’a vu, la déposition d’Auriault est capitale au début de 1911, pour éviter que Thérèse ne soit prise dans la tourmente moderniste, et plus précisément que sa petite voie soit rapprochée de la voie de Marie de Sales Chappuis, alors que l’on connaît la proximité spirituelle entre le Carmel et la Visitation126. Mais pourquoi avoir introduit les diables de Flamérion ? Il faut se rappeler la perspective apocalyptique d’Auriault, marquée par un surcroît d’interventions diaboliques. Plus concrètement, les diables de Flamérion attestent de la réalité d’un surnaturel multiforme dont il faut réaffirmer l’existence face à un modernisme enclin à proposer de l’intérieur des explications psychiatriques ou psychologisantes du démoniaque.

  • 127 Point largement développé dans les Animadversiones de l’avocat du diable, Mgr Verde, en 1914. Anne (...)

34Dans le procès apostolique, on ne peut qu’être surpris de la sensibilité d’un Pichon et surtout d’un Auriault à des questionnements nouveaux qui vont occuper une place importante dans le déroulement ultérieur du procès : l’invisibilité des vertus de Thérèse127, le poids que sa maladie initiale faisait peser sur son équilibre psychologique, le type de sainteté que Thérèse entendait mettre en valeur, en dehors de toutes manifestations mystiques extraordinaires. Les jésuites, qui se sentent plus libres d’approuver la doctrine thérésienne de l’abandon, continuent à se montrer attentifs aux difficultés doctrinales d’un procès qu’ils veulent fortement contribuer à faire aboutir.

Notes

1 Approche récemment renouvelée par un collectif : Silvia Mostaccio et alii (éd.), Échelles de pouvoir, rapport de genre. Femmes, jésuites et modèles ignatiens dans le long xixe siècle, Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2014.

2 Émile Poulat, L’Université devant la mystique. Expérience de Dieu sans mode. Transcendance du Dieu d’Amour, Paris, Éditions Salvator, 1999.

3 Guillaume Hahn (1841-1903). Notice dans Stéphane Gumper et Franklin Rausky, Dictionnaire de psychologie et psychopathologie des religions, Paris, Bayard, 2013, p. 812-816 [abrégé infra DPPR].

4 Les phénomènes hystériques et les révélations de sainte Thérèse, Bruxelles, Alfred Vromant, 1883. Tiré-à-part de la Revue des Questions scientifiques. L’article avait été d’abord couronné par l’Académie de Salamanque en 1882 à l’occasion du 3e centenaire de la mort de Thérèse. La publication fait l’objet d’une condamnation immédiate, le 1er décembre 1885, par la Congrégation des Rites, aussitôt relayée par l’Index.

5 Henri Watrigant (1845-1926). Voir l’importante notice que lui a consacrée J. Dutilleul, « Le R.P. Watrigant », Collection Bibliothèque des Exercices, n° 100, 1926, p. 1-56.

6 Un abondant fonds d’archives à Vanves et une copieuse bibliographie attend le chercheur désireux de démêler les fils embrouillés de ce dossier qui commence avec un sermon de Joseph Fragnière (La Voie, sermon prononcé à la Visitation de Fribourg, le 19 novembre 1897, second jour du triduum célébré à l’occasion de l’introduction de la cause de la vénérable mère Marie de Sales Chappuis, Paris, Annales salésiennes, 1898) et qui dure jusqu’à la veille de la première guerre mondiale. Voir, plus loin, l’effet de cette polémique sur le procès de Thérèse commencé en 1910.

7 Auguste Poulain (1836-1919). Sur ce jésuite, scientifique de formation, voir les notices complémentaires de Jean-François Catalan dans François Laplanche, Les sciences religieuses, Le xixe siècle, 1800-1914, Paris, Beauchesne, 1996 et de Dominique Salin, DPPR, p. 1113-1115. Voir aussi la longue introduction de Jean-Vincent Bainvel à la 10e édition de l’ouvrage référence de Poulain, Des grâces d’oraison, Paris, Beauchesne, 1922, p. VIII-LCIV.

8 Des grâces d’oraison, traité de théologie mystique Paris, V. Rétaux, 1901.

9 DPPR, notice p. 1201-1202.

10 Paris, Beauchesne, 1910. Le manuscrit comportait seize cahiers. Poulain publie surtout des extraits du premier.

11 Paul de Chastonay, jésuite valaisan (1870-1943). Cet ancien maitre des novices (1907- 1913), après la guerre, exerce une importante activité pastorale à Zurich en milieu universitaire. Sur ce dossier : Claude Langlois, Les premiers thérésiens. De l’Histoire d’une âme (1898) à la canonisation de Thérèse de l’Enfant-Jésus (1925), Paris, Honoré Champion, 2015, p. 351-356 [abrégé infra PT].

12 Revue d’ascétique et de mystique, 3e année, 1922, « Chronique », p. 333-334.

13 Abbé Stanislas Legueu, Une mystique de nos jours : sœur Gertrude-Marie (Anne-Marie Bernier), religieuse de la Congrégation de Saint-Charles d’Angers, Angers, Communauté de Saint-Charles, 1910.

14 La sœur Gertrude-Marie (1870-1908) appartenait à une dynamique congrégation enseignante régionale, affaiblie après 1904, qui ne disposait pas de moyens pour se faire entendre à Rome.

15 La condamnation pouvait aussi avoir pour but de contenir les manifestations mystiques à l’intérieur d’ordres spécialisés où celles-ci seraient mieux contrôlées.

16 La famille Martin a eu quatre autres enfants décédés dans les premiers mois voire les premières années après leur naissance.

17 La suite de l’histoire est connue : canonisation de Thérèse de l’Enfant-Jésus en 1925, la première « sainte » de Pie XI, doctorat de Thérèse par Jean-Paul II en 1997 pour le centenaire de sa mort. En 2015, canonisation des parents de Thérèse, Louis et Zélie Martin, et ouverture du procès diocésain de Léonie Martin, visitandine.

18 R.P. Arnold [Pierre Arnoudt, 1811-1865], Imitation du Sacré-Cœur de Jésus, approuvée par le R. P. Roothaan, général des Jésuites et trad. par Abbé P. Bélet, Dijon, E. Pellion, 1864.

19 Marcel Bouix [1806-1889], Saint Joseph d’après les Saints et les Maîtres de la vie spirituelle, avec une introduction sur son culte, Tours, M ; Léon-Marie-Benoit Arcis de Chazournes [1824-1871], Petit mois de Saint Joseph, Clermont-Ferrand, Libr. Catholique, 1872.

20 Victor Mercier, La Vierge Marie d’après Mgr Pie. Extraits des discours publiés ou inédits..., Paris-Poitiers, H. Oudin, 1881.

21 Léonard Cros [1831-1913], Le cœur de sainte Gertrude ou un cœur selon le Cœur de Jésus, Toulouse, Régnault, Paris, Jules Vic, 1876 ; L’année de sainte Gertrude, Toulouse, Adolphe Régnault., 1871.

22 Vie et miracles de Sainte Philomène, vierge et martyre, surnommée la thaumaturge du xixe siècle traduit de l’italien par M. J. F. B. [Joseph-François Barelli] de la Compagnie de Jésus. Paris, Audin, 1836.

23 Elle sera béatifiée en 1920, trois ans avant Thérèse.

24 Xavier de Ravignan [1795-1858], Dernière retraite donnée aux Religieuses Carmélites du Monastère de la rue de Messine à Paris (novembre 1857), Paris, Ch. Douniol, 1863.

25 La bibliothèque du Carmel en possède un bon nombre.

26 Jacques Brydaine, missionnaire royal [1701-1767], Sermons publiés sur les manuscrits autographes, Avignon, Séguin, 1841 [3e éd.], 7 vol. Les premières éditions ont été publiées sous la Restauration.

27 R. P. [Pedro de] Ribadeneyra [1526-1611], Les vies des saints et fêtes de toute l’année, traduction française revue et augmentée des fêtes nouvelles, des vies des saints et bienheureux nouveaux, par M. l’abbé E. Daras, [J.-E. Darras] Paris, L. Vivès, 1862, 12 vol.

28 Alphonse Rodriguez [1538-1616], Pratique de la perfection chrétienne, trad. de l’espagnol par M. l’abbé Régnier des Marais [F.-S. Régnier-Desmarais, + 1713], de l’Académie française, Versailles, Impr. de J. A. Lebel, 1813, 4 vol.

29 Jean-Baptiste Saint-Jure (1588-1657) ; Jean-Joseph Surin (1600-1665) ; Jacques Nouet (1605-1680) ; François Guilloré (1615-1684) ; Jean-Pierre de Caussade (1675-1751).

30 Sur Joseph Surin, outre les travaux de Michel de Certeau, voir Patrick Goujon, Prendre part à l’intransmissible. La communication spirituelle à travers la correspondance de Jean-Joseph Surin, Grenoble, Jérôme Million, 2008. Les carmélites de Lisieux peuvent consulter dans l’avant-chœur, de Jean-Joseph Surin, Les fondements de la vie spirituelle, tirés du livre de l’Imitation de J. C [Jésus-Christ], Paris, Libr. catholique Périsse, s. d. [1874], nlle éd. revue et corrigée par le père Brignon. La bibliothèque dispose du même ouvrage, publié par Marcel Bouix, (Paris/Bar-le-Duc), Impr. de l’Œuvre de Saint-Paul, 1879. Elle possède aussi, de Surin, un Traité inédit de l’amour de Dieu, précédé de la vie de l’auteur, Paris, Impr.-libr. de l’Œuvre de Saint-Paul, 1879 ; et enfin le Catéchisme spirituel de la perfection chrétienne, nouvellement revu et corrigé par le P. T. B. F., Lyon-Paris, Périsse Frères, 1857, 2 vol.

31 Du même auteur, De l’oraison. Instructions spirituelles sur les divers États d’oraison, suivant la doctrine de Bossuet, évêque de Meaux, Paris, Lecoffre, 1890 et 1895, 2 vol.

32 Jean-Pierre de Caussade, L’abandon à la Providence divine, Paris, Libr. Victor Lecoffre, 1886, 2 vol.

33 L’Abandon à la Providence divine, autrefois attribué à Jean-Pierre de Caussade, nouvelle édition par Dominique Salin, Desclée de Brouwer, 2005.

34 Jacques Nouet, disciple de Lallemant, engagé dans la polémique janséniste. Le carmel possède de lui : L’homme d’oraison, ses lectures spirituelles pendant tout le cours de l’année ou dévotion envers Notre Seigneur Jésus Christ, Clermont-Ferrand, Thibauld-Landriot, 1837, 10 tomes en 5 vol. ; L’homme d’oraison, ses sept retraites annuelles, renfermant les exercices spirituels de Saint Ignace, et suivies de la retraite pour se préparer à la mort, Clermont-Ferrand, Thibaud-Landriot, 1837, 6 tomes en 4 vol. ; L’homme d’oraison, sa conduite dans les voies de Dieu, Lyon, Périsse, 1858, 2 vol. ; L’homme d’oraison, ses méditations et entretiens pour tous les jours de l’année, Paris, Lecoffre, 11 tomes en 6 vol. [1875-1887].

35 « Au premier moment il me fut bien difficile d’accepter ce grand sacrifice, mais bientôt la lumière se fit dans mon âme ; je méditais alors les "Fondements de la vie spirituelle" par le père Surin » (Man. A, 73v 21-23). Ce passage figure équivalemment dans l’Histoire d’une âme [abrégé infra HA], Bar-le-Duc, Imprimerie Saint-Paul, 1898, p. 122). Ce que confirme sa sœur Céline, au procès apostolique : « Au Carmel, elle apprit à goûter […] les "Fondements de la vie spirituelle", du père Surin lui firent beaucoup de bien » (Procès de béatification et de canonisation de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, II – Procès apostolique, Rome Teresianum, 1976, p. 263-4). [abrégé infra PA]

36 « Ton livre du P. Surin est extraordinaire et bien sûr je vais m’en acheter un pareil. C’est tout à fait ce langage-là qu’il faut me tenir à moi… À chaque livre que tu me prêtes je dis la même chose, mais je crois que je n’en ai encore jamais trouvé qui me fasse autant de bien comme conseils évangéliques » (Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, Correspondance générale, tome II, 1992, LC 159, 17 juillet 1894, p. 772). [abrégé infra CG]

37 Lettre à Madame Pottier, née Maudelonde, le 6 octobre (?) 1896 : « J’ai pensé à toi en lisant un livre intitulé : les Fondements de la vie spirituelle par le père Surin. Je crois que cela te plairait et te ferait du bien […]. C’est un bon livre de méditation que je compare à l’Imitation, il peut servir toute la vie, et est aussi bien à la portée de ceux qui vivent dans le monde que des religieuses. Chacun peut y prendre sa petite provision. Je te conseille donc, ma chère petite Céline, de le faire venir, c’est une petite brochure qui n’est pas bien volumineuse » (CG, tome II, p. 774).

38 Le jésuite Pichon (voir infra) recommande à Thérèse la méditation d’une parole de La Colombière (lettre à Thérèse du 16 août 1889, CG, tome I, p. 500).

39 Lettre du 25 avril 1897. Thérèse se décide alors à considérer l’abbé Bellière comme son « cher petit frère » et lui donne comme exemple de leur nouvelle proximité le couple Marguerite-Marie et La Colombière. CG, tome II, LT 224, p. 974.

40 Charles Arminjon, Fin du monde présent et Mystères de la vie future Conférences prêchées à la Cathédrale de Chambéry, Paris, Victor Palmé, 1881 ; seconde édition, 1882, éditions Saint-Paul.

41 « Cette lecture fut encore une des plus grandes grâces de ma vie, je la fis à la fenêtre de ma chambre d’étude, et l’impression que j’en ressens est trop intime et trop douce pour que je puisse la rendre... » (A, 47v, 2-4).

42 HA, 1898, p. 74.

43 Autre preuve : la présence d’Arminjon dans le dictionnaire biographique de Paul Duclos (dir.), Les Jésuites, Dictionnaire du monde religieux de la France contemporaine, Tome 1, Paris, Beauchesne, 1985, p. 27.

44 Cet épisode est connu par des notes préparatoires de mère Agnès pour le procès apostolique. À son désir d’être une sainte, même plus grande que Thérèse d’Avila, le jésuite aurait répondu : « quel orgueil et quelle présomption ! » (CG, tome I, p. 533-534). Mère Agnès s’en explique au procès, sans citer le jésuite et en condensant les propos de Thérèse (PA, p. 159). Sœur Geneviève au même procès, fait allusion à cette mise en garde : « le père Blinot [sic], S.J., lui dit que c’était présomption d’aspirer à la sainteté » (PA, p. 289). Or le même père Blino parle, quelques semaines après cet échange présumé, avec sympathie de Thérèse à la future Marie de la Trinité, qui fait alors une retraite au carmel parisien de l’avenue de Messine (CG, tome I, p. 534).

45 Cette prédication avait été faite à l’usine Lambert.

46 Marie en 1909, dans ses « Souvenirs autobiographiques », explique comment elle prit contact avec Pichon auquel elle s’attacha vivement (Archives du carmel de Lisieux en ligne).

47 LT 28 21 (?) octobre 1887, CG, tome I, p. 254.

48 Thérèse en a retenu cette formule solennelle, destinée à apaiser ses scrupules : « En présence du Bon Dieu, de la Sainte Vierge et de tous les Saints, je déclare que jamais vous n’avez commis un seul péché mortel ». La formule était toutefois assortie d’une mise en garde : si le bon Dieu vous abandonnait, « au lieu d’être un petit ange, vous deviendriez un petit démon » (A, 70,9-17).

49 Sur la chronologie, voir la brève notice Pichon de sœur Cécile, CG, tome I, p. 1213.

50 « Réduite à recevoir de lui une lettre par an sur les douze que je lui écrivais » (A, 71, 5-6).

51 A, 71,7. Il faut ajouter que Pichon avait préparé Céline à venir le seconder dans une fondation envisagée au Canada. Et Thérèse ne supporta ni l’éloignement qui en aurait résulté, ni l’obligation qu’il avait faite à sa sœur de lui taire ses intentions. D’où un conflit brutal entre les sœurs carmélites de Thérèse et Pichon au lendemain de la mort de M. Martin. Pichon céda et Céline vint rejoindre sa Thérèse.

52 PT, p. 89-113.

53 PT, p. 109-110.

54 « Cette vie sera lue avec grand fruit dans les communautés de femmes. Elle retrace leurs occupations quotidiennes, transfigurées par l’amour divin et l’abnégation. Le style lui-même ne leur déplaira peut-être pas. C’est le style jeune fille, avec sa grâce encore enfantine et ses comparaisons printanières » (Études, P. d’Octeville, juillet 1899, p. 138-139).

55 Joseph Baudry, « Les premières éditions de l’Histoire d’une âme », Thérèse et ses théologiens, Joseph Baudry (éd.), Vénasque, Édition du Carmel, 1998, p. 62. Cette revue est l’organe de l’Apostolat de la Prière, mouvement fondé par le père Gautrelet et développé à Toulouse par le père Ramière. À la fin du xixe siècle l’œuvre touche un large public par l’intermédiaire de multiples traductions de la revue mère.

56 Ses réserves, plus générales, portent sur les trop abondantes monographies de religieuses dont les vies, brèves et sans éclat, ne peuvent intéresser que des proches. Bremond à titre d’exemple donne trois extraits de HA qui seuls auraient mérité, selon lui, d’être retenus (PT, p. 169-183).

57 Jacques Sevin (1882-1951) joue un rôle capital dans l’introduction du scoutisme, catholicisé, en France au lendemain de la Première Guerre mondiale. Lire sa présente réévaluation (« Le Père Jacques Sevin et le scoutisme ») sur le site des Jésuites de la Province de France.

58 Il y écrit notamment que si Thérèse eut, « dans un haut degré, l’esprit d’enfance, il ne s’ensuit pas que sa sainteté fut enfantine. Sa mortification intérieure, son apostolat, sa spiritualité n’eurent rien de puéril. Et si, un jour, comme nous l’espérons, on la voit élevée sur les autels, la dévotion à sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte Face ne sera pas le monopole des petites filles ».

59 Le nom du père Jubaru reste attaché à l’examen, en 1903, des reliques conservées à la chapelle romaine San Lorenzo in Palatio, connue sous le nom de Sancta sanctorum pour son accumulation de reliques dont la tête de sainte Agnès. Voir Florian Jubaru, Sainte Agnès, vierge et martyre de la voie Nomentane, d’après de nouvelles recherches, Paris, Dumoulin, 1907.

60 Le carmel publie en un ouvrage séparé l’ultime et définitive sélection des poésies, opérée pour la nouvelle édition de l’Histoire d’une âme de 1907 et demande, pour mettre en valeur la publication, une préface au spécialiste de sainte Agnès.

61 Poésies de sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte Face, illustré de 15 gravures, Imprimerie Saint-Paul, Bar-Le-Duc, 1908, préface de Florian Jubaru, s.j. Jubaru estime que ce recueil « donne une heureuse idée de la vie intellectuelle et littéraire dans les carmels de notre époque ; il témoigne que ce n’est pas seulement l’âme, mais l’esprit qui s’embellit dans ces cloîtres. Même au point de vue humain, là se trouve, pour la femme, la haute vie : aucune affection pour la famille, pour la patrie, la belle nature, qui n’y soit conservée, mais affinée et sublimée » (Préface, p. II).

62 PT, p. 281.

63 À la différence des suivantes, les deux premières éditions de l’ouvrage sont peu présentes dans les bibliothèques : La Petite Thérèse. Histoire de Sœur Thérèse de l’Enfant Jésus, Carmel de Lisieux, Imprimerie des Orphelins-Apprentis [date de l’imprimerie, 1913] ; Histoire de Sœur Thérèse de l’Enfant Jésus pour les enfants, Bar-le-Duc, Impr. Saint-Paul, 1914 (rééd.).

64 Procès de béatification et de canonisation de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, I – Procès informatif ordinaire, Rome Teresianum, 1973. Abrégé PO.

65 « Je viens de bien loin vous demander instamment la permission de traduire et faire imprimer en langue portugaise la vie si admirable de notre chère "petite Thérèse" […]. Dès qu’un heureux hasard me l’a fait connaître, ici à Madère, pendant que j’étais occupé à prêcher une retraite au clergé de l’Île, sœur Thérèse est devenue pour moi une vraie sœur et une douce amie d’âme. Je l’ai fait connaître à toutes les personnes confiées à ma direction, et partout et toujours la lecture de ce livre a produit les plus abondants fruits de joie et de grâce. On me demande donc instamment la traduction. Je désire la faire imprimer immédiatement après mon retour à Lisbonne, au commencement d’octobre […]. [Signé] P. de Santanna, S.J., Funchal (Madeira), 14 août 1905 » (PO, article 116, p. 68). Le nom du père de Santanna est également cité par la carmélite Isabelle du Sacré-Cœur qui apporte au procès une abondante compilation de témoignages écrits dont elle présente d’un mot les plus importants : « L’édition portugaise [de l’Histoire d’une âme], composée par le père de Santanna, jésuite, fort connu dans ce pays pour sa science et son éloquence, a été indulgenciée par 13 évêques ou archevêques » (PO, p. 441). La traduction est parue en 1906 : Historia d’uma alma escripta por ella mesma. Soror Thereza do Menino Jesus e da Sagrada Face, trad. de Laura Julia Moreira, revista pelo padre M. Fernandes de Santanna, Lisboa. Typ. da Libraria Ferin, 1906. La nouvelle édition de l’Histoire d’une âme de 1907, dans la nouvelle rubrique intitulée "Pluie de Roses", cite, de manière anonyme, un extrait d’une lettre du Jésuite, du 26 septembre 1905, toujours de F[unchal], où il explique combien le succès de ses retraites pastorales était du à Thérèse (HA 1907, p. 14*).

66 PO, p. 320.

67 Et tous les trois figuraient déjà sur une première liste de sept clercs que Mgr de Teil estimait, le 15 mars 1910, souhaitable d’entendre (PT, p. 189), bien avant que le vice-postulateur dépose le 6 août 1910, sa première liste de témoins où figurent les trois jésuites (PO, p. 116-117).

68 Pichon témoigne, après le père Roulland, les 25 et 26 janvier 1911, PO. p. 378-385.

69 Ainsi que dans l’Europe autrichienne où il vient de donner des retraites, PO, p. 383 ; il donne aussi des indications sur divers miracles de quelque notoriété, Idem, p. 383-384.

70 Ibid., p. 380.

71 Ibid., p. 381.

72 Ibid.

73 Le père de Causens, est alors supérieur de la résidence jésuite de Rouen. Pichon reprend ce témoignage au procès apostolique et explique que le dit père « était regardé parmi nous comme très versé dans les choses spirituelles » (PA, p. 117).

74 PO, p. 382.

75 Ibid.

76 Ibid., p. 385.

77 Il dépose le 7 février 1911, PO p. 390-395.

78 Claude Langlois, « Le choix des témoins entre habileté tactique et finalité spirituelle », in Dominique-Marie Dauzet et Claude Langlois, Thérèse au tribunal en 1910, Paris, Cerf, 2015, p. 149-170. [abrégé TT]

79 De 1901 à 1909. PT, p. 208-209.

80 C’est habituellement le chanoine Deslandes, notaire actuaire, qui transcrit les dépositions.

81 PO, p. 391.

82 Ibid., p. 395

83 Ibid., p. 394.

84 Voir plus longuement PT, p. 213-219.

85 Le 8 mai 1908.

86 Jean-Arthur Chollet (1862-1952), prêtre du diocèse de Verdun, est l’un des premiers élèves de la faculté de théologie de l’Institut catholique de Lille où il revient rapidement comme enseignant. Il était ouvert aux questions d’actualité, notamment à l’évolutionnisme sur lequel il a eu une position plutôt favorable. Sa trajectoire épiscopale – évêque de Verdun en 1910, archevêque de Cambrai en 1913 – traduit bien la force du tropisme lillois (J.-O. Boudon in François Laplanche, Dictionnaire des sciences religieuses, p. 144-145).

87 « L’ascétique moderniste », Lille, 15 rue d’Angleterre, (s. d.). Édition des Questions ecclésiastiques, juin-août 1909.

88 Chollet avait publié en 1907 une étude sur Le Modernisme dans la religion, étude sur le roman "Il Santo" de M. Fogazzaro, Arras, Sueur-Charruey, (1907), 31 p., Extrait de la Revue des sciences ecclésiastiques, décembre 1906. Le roman italien, traduit en français en 1906, fit beaucoup pour répandre dans le grand public les thèmes modernistes.

89 L’article de la Civiltà cattolica cite explicitement l’ouvrage de H. Watrigant, Les deux méthodes de spiritualité, Lille, Desclée De Brouwer, 1900. L’abbé Chollet dans un compte rendu très élogieux du dit ouvrage, cite longuement son avant-propos : « Nous voudrions nous tromper, mais il nous paraît que, de nos jours, il se prépare quelque chose comme une renaissance du semi-quiétisme ; après avoir parcouru un certain nombre de petits opuscules qui ne sont pas mis dans le commerce, mais sont discrètement distribués à des personnes éprises du désir de la perfection, nous craignons que plusieurs ne soient entraînés sur les routes nouvelles qui, comme au dix-septième siècle, sont appelées la Voie. Dans tous ces opuscules, il est très peu question de travailler à sa perfection ; il faut, selon leur enseignement, laisser faire le bon Dieu, se dépouiller du soin des vertus, établir le règne du Saint-Esprit, de l’Esprit de Jésus ; par la voie de charité, on parviendra vite au terme, à la consommation, à la vie d’oraison qui est même au-dessus de la vie parfaite ; on y est possédé par Dieu. » Et Chollet de préciser que Watrigant vise avant tout « des groupes nombreux de personnes de choix qui se mettent sous le patronage de saint François de Sales et de la vénérable Mère Marie de Sales-Chapuis » (CR, Revue des sciences ecclésiastiques, 1900, p. 408-409).

90 « Un jour, je lui dis que j’allais expliquer sa "petite voie d’amour" à tous mes parents et amis, et leur faire faire son "Acte d’offrande" afin qu’ils aillent droit au ciel. "Oh ! – me dit-elle – s’il en est ainsi, faites bien attention ! car notre petite voie mal expliquée ou mal comprise, pourrait être prise pour du quiétisme ou de l’illuminisme". Ces mots, inconnus pour moi, m’étonnèrent et je lui en demandai la signification. Elle me parla alors d’une certaine Madame Guyon qui s’était égarée dans une voie d’erreur, et elle ajouta : "Qu’on ne croie pas que suivre notre ‘petite voie’, c’est suivre une voie de repos, toute de douceur et de consolations. Ah ! c’est tout le contraire ! S’offrir en victime à l’amour, c’est s’offrir à la souffrance, car l’amour ne vit que de sacrifice, et quand on s’est totalement livré à l’amour, il faut s’attendre à être sacrifié sans aucune réserve" » (Marie de la Trinité, 13 mars 1911, PO, p. 456). Marie de la Trinité résume ainsi la mise en garde de Thérèse au Procès apostolique : « Je me rappelle qu’elle me cita Madame Guyon comme hérétique. » (PA, p. 480). En fait, le carmel revenait de loin. Dans la première édition de 1898 de l’Histoire d’une âme, il avait laissé entendre que Thérèse se situait dans le sillage de Marie de Sales Chappuis : « Une de ses sœurs lui dit, dans le cours de cet épanchement intime : "Vous nous avez montré la voie de l’amour et de la confiance d’une manière suave et toute nouvelle. La vénérable Marie de Sales Chappuis avait bien raison de dire : ‘qu’elle voyait en Dieu des amours encore cachées’ ; celui qui vous a été découvert est certainement un de ces amours inconnus jusqu’ici". Au lieu de démentir cette parole, la chère enfant eut un sourire ineffable. Ce fut sa seule réponse » (HA 1898, p. 247). Un conseiller bien avisé dut avertir les carmélites d’éviter tout ce qui pourrait ressembler à une liaison dangereuse. Un point reste à éclaircir. La seconde édition de HA, de 1899, délestée de la référence intempestive, a été imprimée dans la seconde moitié de mai 1899. Le premier article de Watrigant contre Marie de Sales Chappuis, « Une nouvelle école de spiritualité », paraît dans le numéro de juin 1899 de la revue Études. Reste à trouver la vigie attentive qui alerta le carmel d’un conflit qui couvait à partir de 1898.

91 PT, p. 210-219.

92 Anatole-Armand-Marie Flamérion (1851-1923) a été exorciste officiel du diocèse de Paris de 1909 à 1918, puis il fut démis de ces fonctions.

93 Directeur adjoint en 1900, selon les archives de la Compagnie consultée par Hervé Guillemain (voir note 95). « J’ai été appelé à diriger la maison » de retraite, dira-t-il au PO (p. 509) ; il se présente en 1916 comme « directeur de l’œuvre des retraites sacerdotales » (PA, p. 426).

94 Mais aussi des retraites pour laïcs.

95 Hervé Guillemain, « Les diables déposent au procès. L’affaire "Flamérion" », TT, p. 241-249

96 Ibid., p. 164.

97 Il témoigne le 3 avril 1911, après les abbés Frapereau et Gaignet (le 30 mars), PO, p 508-514.

98 Sa protégée, dont le nom n’est pas cité au procès, s’appelle Jeanne Piechocka. Hervé Guillemain, qui en révèle le nom, situe aussi la démarche de Flamérion dans une possible volonté de réactualisation de Loudun (TT, p. 244-246).

99 Dom Gaspard Lefebvre, Missel quotidien et vespéral, grande édition, Abbaye de Saint-André, Saint-André-lez-Bruges, 1937, p. 148-149.

100 On lira avec intérêt une lettre du 27 octobre 1911 de Marie du Sacré-Cœur, carmélite à Lisieux, à sa sœur Léonie, visitandine au Mans sur de Haza, Flamérion et un vendéen, le père Martin, qui lui aussi s’était mis à exorciser une possédée (Archives du carmel en ligne).

101 PO, P. 510-511.

102 Ibid.

103 Léo Taxil (1854-1907), après une phase initiale ouvertement anticléricale, s’était soudain converti et a longuement alimenté un public catholique très à l’écoute avec des histoires mêlant diableries en tous genres et franc-maçonnerie exotique. Thérèse non seulement avait vibré aux péripéties de l’héroïne imaginée par lui, Diana Vaughan, mais, dans plusieurs publications ultimes, se disait même inspirée par cette nouvelle Jeanne d’Arc. Taxil dévoila son double jeu seulement en avril 1897, cinq mois avant la mort de Thérèse.

104 L’abbé Claude-Marcel Weber, prêtre du diocèse de Metz, à la jeunesse cléricale mouvementée, termine sa vie au diocèse de Bayonne où Thérèse guérit soudain sa vue déficiente (PO, p. 483-490). L’autre prêtre qui bénéficie d’un miracle de la carmélite est l’abbé Rossignol, ancien directeur au grand séminaire de Luçon : Thérèse lui apparaît à la veille de sa mort, pour apaiser ses craintes du jugement de Dieu et/ou pour le rassurer sur le sort d’une fondation qui lui tenait à cœur. Les juges entendent deux témoins de cet épisode miraculeux, l’abbé Frapereau (PO, p. 501-503) et le sulpicien Jean-Jules-Pierre Gaignet (p. 504-506).

105 PO, p. 534-540 : le pasteur Grant explique comment Thérèse est intervenue, par des paroles intérieures qui l’ont plusieurs fois aidé de manière décisive dans son cheminement vers le catholicisme.

106 Ibid., p. 557-568, Mgr Nicolas Gianttanamo di Francesco, évêque de Nardo, rend compte de l’affaire du carmel de Gallipoli, en Italie du Sud. Thérèse intervient à la fois pour aider financièrement un carmel dans le besoin et pour préciser à la prieure italienne que sa doctrine est sûre. Sur ces deux dossiers, PT, p. 219-227.

107 Pichon témoigne le 23 avril 1915, au procès dit inchoatif. PA, p. 112-119.

108 PA, p. 114.

109 Ibid. Le dossier de la maladie de Thérèse revient en force, lors des trois congrégations aboutissant au procès des vertus, PT, p. 363-367.

110 PA, p. 117.

111 PT, p. 337-358.

112 Ce témoin est alors entendu à la demande du promoteur fiscal, l’avocat du diable, le 25 août 1916, à la fin du procès (PA, p. 425-431).

113 L’évêque mit heureusement le holà à une affaire qui, bien qu’elle échappât à toute publicité, prit une ampleur démesurée. Flamérion s’en explique brièvement à la fin de sa déposition au procès apostolique (p. 431).

114 PA, p. 431.

115 En 1918, sur demande de Rome, il est démis de sa charge d’exorciste.

116 Quand il évoque la conversion d’intellectuels, il ne peut s’empêcher de s’en prendre à ceux « qui avaient une disposition d’esprit universitaire et modernisante (je me sers d’expressions un peu simplistes, mais le tribunal saisira les nuances) ou bien une tendance à l’ironie et à un dédain d’ailleurs du mysticisme » (PA, p. 429).

117 Ibid., p. 428

118 Ibid., p. 427.

119 Ibid., p. 427-428

120 Il dépose après Pichon, le 3 mai 1915, PA, p. 120-126.

121 Ibid., p. 122.

122 Ibid., p. 123.

123 Il est aussi sensible à la polémique qui enfle sur le rôle du carmel dans le développement de la dévotion à Thérèse et il y répond en bon logicien : « Les moyens de publicité employés par le carmel de Lisieux ont plutôt par rapport à cette réputation une relation d’effet à cause que de cause à effet » (PA, p. 125).

124 Ibid., p. 123.

125 Idem, p. 124.

126 En fait, cette proximité passe davantage par la postérité de Marguerite-Marie et par le culte du Sacré-Cœur. Voir Claude Langlois, « La famille Martin, Thérèse de Lisieux et la Visitation », Marie-Élisabeth Henneau et alii (dir.), Pour Annecy et pour le monde. L’ordre de la Visitation (1610-2010), Cinisello Balsamo, Silvana editoriale, 2011, p. 263-275.

127 Point largement développé dans les Animadversiones de l’avocat du diable, Mgr Verde, en 1914. Anne Langlois, « Les objections de Mgr Verde : Thérèse, une sainte autoproclamée », TT, p. 201-212.

© LARHRA, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search