Version classiqueVersion mobile

Y a-t-il une spiritualité jésuite ?

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Philippe Martin

Encadrer les fidèles

De la « primauté du spirituel »

Les débuts de « L’apostolat de la Prière » au xixe siècle

Bruno Dumons

Texte intégral

  • 1 Bertrand de Margerie, Histoire doctrinale du culte au Cœur de Jésus, Paris, Mame, 1992 ; Yves Krume (...)
  • 2 Henri Hours, « Autour de la fondation du Rosaire Vivant », Jean Comby (dir.), Théologie, histoire e (...)

1Dans l’histoire de la Compagnie de Jésus et de son rétablissement en France, il demeure encore aujourd’hui des expériences bien mal connues, non pas en raison de leur échec mais du désintérêt qu’elles ont pu susciter tant auprès des jésuites eux-mêmes que des historiens, notamment au regard des succès emportés dans les champs de la théologie et des sciences humaines. Malgré cela, la Compagnie s’est attachée à rester fidèle à son fondateur et aux pratiques qui l’ont rendu célèbre, à savoir : la prière comme arme de combat spirituel. Soucieuse de conserver les Exercices spirituels comme une méthode de discernement de la volonté de Dieu, la Compagnie s’est faite attentive à promouvoir les nouvelles dévotions qui se sont déployées avec la Contre-Réforme, particulièrement celles de l’école française de spiritualité comme le Cœur de Jésus1. Vers 1675, la rencontre du jésuite Claude La Colombière avec la religieuse de la Visitation de Paray-le-Monial, Marguerite-Marie Alacoque, scelle pour longtemps l’alliance entre la Compagnie et le culte du Sacré-Cœur. Plus tard, en 1826, dans les cercles lyonnais de la contre-révolution, une autre rencontre entre un jésuite, le père Joseph Barelle, et une pieuse femme, Pauline Jaricot, est à l’origine d’une association de prière, le Rosaire Vivant, dont le rayonnement dépassera très vite les frontières de la capitale des Gaules pour servir la croissance missionnaire et la cause romaine2. Ces deux rencontres serviront de modèle au sein de la Compagnie pour la fondation et le déploiement d’une organisation structurant la prière de milliers de fidèles de par le monde au service des intentions formulées par le pape.

  • 3 Philippe Rocher, Le goût de l’excellence. Quatre siècles d’éducation jésuite en France, Paris, Beau (...)
  • 4 Pierre Vallin, « Le Sacré-Cœur dans la culture politique française », Christus, 2001, n° 190, p. 12 (...)
  • 5 Daniele Menozzi, Sacro Cuore. Un culto tra devozione interiore e restaurazione cristiana della soci (...)
  • 6 Lettres de Fourvière, 1936, tome 1 : livre du centenaire, p. 262-265 ; Bruno Dumons, « Jésuites lyo (...)
  • 7 Lettres de Vals, tome 1 : Le centenaire de la maison de Vals (1828-1928), Mende, Pauc, 1929 ; Pierr (...)

2Rétablie en 1814, la province de France fait le choix du combat contrerévolutionnaire et de la formation des élites catholiques par la multiplication des collèges3. Détachée en 1836, la province de Lyon poursuit avec le plus grand zèle cette stratégie dans la reconquête politique de la France. Parmi les outils auxquels ont recours les « pères du Midi », la dévotion au Sacré-Cœur en sera un car son emblème est depuis devenu celui de la Contre-Révolution, que l’on brode désormais sur des drapeaux et des uniformes de soldats, souvent engagés dans le combat armé pour la restauration monarchique ou pontificale4. S’appuyant sur les sentiments d’expiation, de dolorisme et de résignation, cette dévotion devient en France, sous le Second Empire, un socle spirituel de la culture politique « blanche ». Elle incarnera ensuite, lors des guerres franco-allemandes, l’image de la patrie, « fille aînée de l’Église », pour être reprise à Rome dans la promotion du règne social du Christ et le culte du Christ-Roi5. Il n’est donc pas anormal que les « pères du Midi », si caractéristiques de l’intransigeance catholique des jésuites de la province de Lyon, usent de la dévotion au Sacré-Cœur pour recharger spirituellement la reconquête des élites catholiques6. L’initiative viendra de deux pères, François-Xavier Gautrelet et Henri Ramière, tous deux en charge de la spiritualité des scolastiques dans la maison de formation philosophique qui a été installée depuis 1828 à Vals-près-Le Puy7.

L’élan fondateur

  • 8 Joseph Burnichon, Vie du père Francois-Xavier Gautrelet de la Compagnie de Jésus (1807- 1886), Pari (...)
  • 9 Ibid., p. 55 et s ; Paul Duclos (dir.), Les Jésuites, Dictionnaire du monde religieux de la France (...)
  • 10 Ibid., p. 62-63.
  • 11 François-Xavier Gautrelet, L’apostolat de la prière, Lyon, Périsse, 1846, p. IX.
  • 12 Ibid., p. 114 et s.
  • 13 Joseph Burnichon, Vie du père Francois-Xavier Gautrelet…, op. cit., p. 64-65.
  • 14 François-Xavier Gautrelet, Manuel de la dévotion, Lyon, Périsse, 1850 ; François-Xavier Gautrelet, (...)

3Né dans une famille très attachée à la foi catholique, François-Xavier Gautrelet a été élevé dans le drame de la Révolution. Son père a dû fuir des persécutions et son oncle a connu les pontons de l’île de Ré comme prêtre réfractaire8. Ce dernier est reçu au domicile familial et le petit garçon le sert régulièrement à l’autel de la messe. Édifié par ce saint prêtre, il désire l’imiter dans son sacerdoce. Il est alors envoyé au collège d’exil de Fribourg pour rejoindre ensuite la maison de Vals en 1833. Ordonné prêtre, il part comme professeur de philosophie au collège de Mélan dans l’ancienne chartreuse de Taninges en Savoie. Le jeune père François-Xavier Gautrelet revient en 1842 au scolasticat de Vals comme directeur spirituel en raison de sa santé défaillante9. C’est là, le 3 décembre 1844, lors d’une conférence spirituelle donnée aux scolastiques contraints de ne pas pouvoir vivre dans l’action, qu’il conçoit l’idée d’un « apostolat par la prière »10. Il s’agit de mobiliser par la prière les âmes les plus ardentes en vue de la « recatholicisation » de l’Europe et de sa mission évangélisatrice dans le monde. S’appuyant explicitement sur le modèle de l’œuvre de la Propagation de la Foi, il imagine donc une association pour « la conversion et le salut des âmes »11. Dénommée Apostolat de la Prière, celle-ci réunit des groupes d’une douzaine de zélateurs et zélatrices, recrutés pour l’essentiel dans les communautés et congrégations religieuses, qui s’engagent à réciter quotidiennement des prières comme l’Angelus, le Pater, l’Ave et le Credo pour la conversion des pécheurs et des infidèles12. L’œuvre franchit la clôture du scolasticat et entre dans celles des communautés religieuses du Puy-en-Velay. L’évêque du lieu donne son approbation, tandis que le père général le félicite pour sa pieuse entreprise13. Pie IX accorde les premières indulgences en 1849. Entre temps, il est envoyé à la mission de Louisiane. Il publie diverses brochures sur la dévotion au Sacré-Cœur14 puis devient recteur du scolasticat de Vals en 1852 avant d’être nommé provincial de Lyon en 1857. Ces responsabilités importantes nuisent au développement de l’œuvre. Le père Gautrelet en est conscient. Il invite donc un ancien scolastique, Henri Ramière, à retourner à Vals pour reprendre en main l’œuvre et réécrire sa première brochure de 1846.

  • 15 Bruno Dumons, « Exils jésuites, réseaux romains et mémoires “blanches”. La naissance d’une fraterni (...)
  • 16 Henri Ramière, Le directoire du chrétien ou recueil des principaux moyens de sanctification à l’usa (...)
  • 17 Henri Ramière, L’apostolat de la prière. Sainte ligue des cœurs chrétiens unis au cœur de Jésus pou (...)

4Ce passage de témoin est une opportunité pour le jeune père, originaire d’une famille de Castres qui avait caché des prêtres réfractaires durant la Terreur. Lui aussi a fait l’expérience des collèges d’exil de Pasajes en Espagne et de Fribourg en Suisse. Là, il y rencontre les futures grandes figures lyonnaises de l’intransigeance catholique et de la légitimité monarchique comme le sénateur Lucien Brun ou le notable agrarien Gabriel de Saint-Victor15. Il fait sa théologie à Vals, véritable pépinière pour les missions, y exerce la direction de conscience16, y devient professeur avant d’être nommé en 1860 à Toulouse, siège d’une nouvelle province, sur la chaire de philosophie à l’Université catholique. Un an après, il publie le volume tant attendu sur L’apostolat de la prière qui est une « édition complètement refondue » de l’ancienne brochure du père Gautrelet17. Il insiste sur la puissance de la prière et le rôle novateur des zélateurs vivant dans le monde. Le fonctionnement demeure semblable à celui qu’avait initié par le père Gautrelet. Il s’appuie sur les paroisses, les communautés religieuses, les maisons d’éducation, les grands séminaires et une armée de zélateurs et de zélatrices, chargés de faire le lien avec les associés et de faire connaître l’œuvre. Sorte de nouvelle Imitation, le succès du livre est immédiat et les éditions se succèdent.

  • 18 Charles Parra, Le père Henri Ramière, Toulouse, Apostolat de la Prière, 1934, p. 76 et s.
  • 19 La revue paraîtra sous ce titre jusqu’à l’heure de Vatican II, concurrencée au sein même de la Comp (...)
  • 20 Le Messager du Cœur de Jésus, 1861, p. I-II.
  • 21 Ibid.
  • 22 « La dévotion au Cœur de Jésus et l’Apostolat de la Prière », Le Messager du Cœur de Jésus, 1867, p (...)

5Reste à propager l’œuvre, ce qui manquait à l’initiative du père Gautrelet. Cette même année 1861, une revue est créée avec Le Messager du Cœur de Jésus. Il s’agit de relier les associés entre eux et d’encourager leur ferveur en leur permettant de découvrir les fruits de leurs prières. Le père Ramière est convaincu de la puissance de la presse. Déjà, on lui reproche le titre dévot d’une revue consacrée à la seule dévotion du Sacré-Cœur18. Il laisse dire. Le premier numéro paraît en janvier 1861 sous le titre Messager du Cœur de Jésus, bulletin mensuel de l’Apostolat de la Prière. C’est le premier-né d’une longue série19. Le père Ramière en est le directeur et le principal rédacteur. En introduction, il précise la mission qui revient à la revue : promouvoir la dévotion au Sacré-Cœur et se liguer « pour défendre par les armes de la prière et du zèle la cause de Dieu et de l’Église » face à l’enfer et aux ennemis de la foi qui semblent n’avoir jamais été aussi puissants20. Il s’agit bien d’une mission de combat face à une société des « hommes du mal » dont la vision demeure permissive et négative, voire apocalyptique car les élus seront ces « hommes de bien », animés par un esprit de zèle qui les conduira à rejoindre la « ligue » de l’Apostolat de la Prière (AP)21. Marchant sur les traces d’associations pieuses déjà anciennes comme la Propagation de la Foi, le Rosaire Vivant et la Communion Réparatrice, cette ligue qui a pour mission de faire rayonner la spiritualité du Sacré-Cœur22 connaît alors un succès exceptionnel.

Le déploiement

  • 23 Le Messager du Cœur de Jésus, 1864, p. 234-235.
  • 24 Ibid., p. 236-240.
  • 25 Ibid., p. 240-241.
  • 26 Le Messager du Cœur de Jésus, 1869, p. 409.

6Trois ans après la relance de l’AP à Vals, le père Ramière revient sur les progrès de l’œuvre qui a rapidement franchi les frontières. On recense des associés en Grande-Bretagne, aux États-Unis et au Canada. Le livre programmatique de 1861 a été traduit en anglais, allemand et italien23. Il a été particulièrement bien reçu en Allemagne, surtout dans les diocèses de Trèves et de Munich. Sa diffusion est plus modeste en Italie mais il est lu néanmoins à Parme et à Modène24. Des progrès sont également significatifs au Portugal25. Plus tard en 1869, des nouvelles de l’AP sont reçues des terres de mission en Syrie, en Chine, à Madagascar et en Océanie26. Les congrégations missionnaires en sont les relais. Des « directeurs centraux » sont alors institués. Ces nouvelles fonctions permettent de faciliter la coordination des animateurs de l’œuvre dans les différents pays.

  • 27 Charles Parra, Le père Henri Ramière…, op. cit., p. 27-28 ; Pierre Delattre, Les établissements des (...)
  • 28 Charles Parra, Le père Henri Ramière…, op. cit., p. 223 et s.
  • 29 Daniel Moulinet, Laïcat catholique et société française. Les comités catholiques, (1870- 1905), Par (...)
  • 30 Le Messager du Cœur de Jésus, 1872, p. 289 et 292.
  • 31 Ibid., p. 293.

7Cette croissance a nécessité une transformation structurelle. La principale pour l’heure est la question du siège. Depuis que la maison de Vals a été rattachée à la province de Toulouse, il semble opportun de trouver un centre de rayonnement plus conforme aux ambitions. Non sans mal, le père Ramière réussit à installer en 1869 les locaux de l’AP et de la revue à Toulouse, dans le quartier catholique de la ville, au 22 rue des Fleurs, qui est également la résidence des pères27. En France, s’allongent les listes d’agrégations de paroisses, de communautés et de groupes divers. Les séries s’ajoutent aux séries. Ce succès conduit le père Ramière à être choisi comme théologien « ultramontain » au concile du Vatican en 187028 et invité à la première assemblée des comités catholiques en 187229. Devant un parterre de notables laïcs, il donne une première estimation de la croissance de l’AP. Dénonçant la guerre franco-prussienne comme un conflit fratricide, il commence son allocution par le déploiement de la dévotion au Sacré-Cœur « chez nos frères d’outre-Rhin » parmi lesquels sont recensés deux millions d’associés à l’AP30. Quant à la revue, l’édition française tourne à 16 700 exemplaires à laquelle il faut ajouter huit autres, en langues étrangères31.

  • 32 Henri Ramière, L’apostolat de la prière. Ligue du Cœur de Jésus pour le salut des âmes et le triomp (...)
  • 33 Le Messager du Cœur de Jésus, 1874, p. 182-183.
  • 34 Ibid., p. 184-186.
  • 35 Philippe Boutry et Michel Cinquin, Deux pèlerinages au xixe siècle. Ars et Paray-le-Monial, Paris, (...)
  • 36 François-Xavier Gautrelet, Le salut de la France par le Sacré-Coeur de Jésus, pèlerinage à Paray-le (...)
  • 37 Le Messager du Cœur de Jésus, 1884, p. 574-576.

8En 1873, une nouvelle édition de L’apostolat de la prière. Ligue du Cœur de Jésus établit une statistique de par le monde du nombre de centres secondaires établis par pays32. La France en compte 9 126, suivie par l’Allemagne (4 139), l’Italie (2 653), l’Espagne (1 438), la Belgique (1 213). L’ouverture en Amérique du Nord est sensible avec les États-Unis (451) et le Canada (203), plus modeste en Amérique latine comme au Chili (24), en Équateur (15) et en Colombie (14). Les terres d’Afrique (18) et d’Asie (18) sont encore à conquérir, tandis que celles d’Australie (37) et de Madagascar (20) ont été plus accueillantes. Au total, ce sont 20 474 centres secondaires de l’AP qui sont recensés dans le monde. L’année suivante, ils seraient 28 875 dont 16 668 en France et 612 000 associés33. Une statistique par diocèse permet de mettre en lumière les bastions de l’AP comme Toulouse (29 970), siège de l’œuvre, Bourges (43 350), Cambrai (22 770), Le Puy (23 070), Bayonne (18 090)34. C’est une France du Sud-Ouest, du Nord et du Centre qui émerge ici. L’AP s’est donc déployée sur l’ensemble du territoire national, gagnant les diocèses les plus reculés comme les plus peuplés, sans que toutefois Lyon (8 460) et Paris (6 630) ne se distinguent particulièrement. Cette croissance française spectaculaire s’explique en grande partie par le culte officiel que rend le gouvernement de l’Ordre Moral au Sacré-Cœur avec notamment le Vœu National, l’érection de la basilique de Montmartre et les pèlerinages de Paray-le-Monial35. Il s’agit de refaire la France chrétienne et la prière en est un moyen comme le rappelle le fondateur de l’AP, le père Gautrelet, alors supérieur de la résidence de Lyon36. Malgré la républicanisation de la société française dans les années 1880, la progression ne faiblit pas. Une statistique de 1884 établit le nombre d’associés en France à 1 319 970, soit le double en dix ans ; Cambrai (50 920) et Toulouse (34 770) restant les grandes places fortes37. Ils seraient 13 millions de par le monde.

La romanisation et l’internationalisation

  • 38 Ibid., p. 279-330.
  • 39 Henri Ramière, Le Cœur de Jésus et la divinisation du chrétien, Toulouse, Messager du Cœur de Jésus (...)
  • 40 Le Messager du Cœur de Jésus, 1934, p. 333-342 ; Charles Parra, Le père Henri Ramière…, op. cit.

9Cette année-là décède brutalement le père Ramière38. Il fera l’objet d’une véritable vénération au sein de l’œuvre, à la fois comme fondateur effaçant la personnalité du père Gautrelet et comme premier directeur à qui revient le succès de l’extension mondiale. Il aura contribué à renouveler la littérature sur la dévotion au Sacré-Cœur, plutôt pauvre avant 1861. Ses écrits dans Le Messager seront réunis dans une brochure intitulée Le Cœur de Jésus et la divinisation du chrétien qui deviendra rapidement un best-seller39. Le cinquantenaire de sa mort en 1934 permettra de lui consacrer un livre d’hommage tardif mais bien réel40.

  • 41 Le Messager du Cœur de Jésus, 1884, p. 456-457.
  • 42 Henri Ramière, L’apostolat de la prière. Ligue du Cœur de Jésus pour le salut des âmes et le triomp (...)

10C’est le père Émile Regnault, alors rédacteur des Études, qui lui succède jusqu’en 1895, prenant également la direction des deux revues mensuelles du Messager du Cœur de Jésus et du Petit Messager du Cœur de Marie. Avec lui, s’intensifient les relations avec Rome, même si l’option monarchiste vibre encore avec le culte du Sacré-Cœur. Ainsi, la mort du comte de Chambord est l’occasion de mettre en scène un roi très chrétien recevant les derniers sacrements41. Il s’agit d’une ultime recharge politique car désormais l’AP a franchi les frontières et les continents. Soutenu par le pape qui le reçoit en audience en 1895, le directeur de l’AP doit alors envisager le changement des statuts afin que l’œuvre se rapproche davantage de Rome. Les premiers dataient de 186642. Les suivants sont établis en 1896. Ils placent désormais l’AP comme une œuvre de la Compagnie, sous la direction du nouveau père général Luis Martin qui avait été auparavant le responsable de l’édition espagnole du Messager à Bilbao. Dès lors, Rome accueille la direction générale de l’AP et nomme à Toulouse un délégué, le père Auguste Drive. Désormais, l’AP va connaître une phase d’expansion exceptionnelle, correspondant à son processus de romanisation et d’internationalisation et à l’évolution progressive de sa spiritualité. Il s’agit là d’une autre page de l’histoire de cette œuvre et de celle de la Compagnie de Jésus.

  • 43 Le Messager du Cœur de Jésus, 1944, p. 274-279.
  • 44 Charles Parra, Le père Henri Ramière…, op. cit., p. 137-146.
  • 45 Le Messager du Cœur de Jésus, 1920, p. 37.

11Lorsque le centenaire sera célébré en 1944, Pie XII lui-même reconnaîtra les fruits de l’AP en adressant une lettre apostolique de félicitations pour l’occasion43. Un an après la publication de son encyclique Mystici Corporis Christi, le souverain pontife constatera la vitalité de la prière de l’Église universelle permettant de mobiliser ici une armée de 35 millions de priants de par le monde, répartis dans 1 300 diocèses, tous attachés à la personne du pape. Ainsi, l’œuvre aura contribué à romaniser cette dévotion au Sacré-Cœur qui avait été auparavant utilisée à des fins largement politiques et nationalistes. Pie XII reconnaîtra également que l’AP a su conduire ses membres vers le culte du sacrement eucharistique, correspondant aux évolutions théologiques du moment qui permettent de passer de la dévotion et de la piété au véritable acte de foi fondé sur la pratique sacramentelle et la lecture des Écritures. Car la découverte de la centralité théologique de l’eucharistie a fait évoluer l’AP44. En effet, outre les deux principales revues que sont le Messager du Cœur de Jésus et le Petit Messager du Cœur de Marie, l’AP coordonne une dizaine de publications vouées à la spiritualité eucharistique comme Hostia, Bulletin de la Croisade Eucharistique et d’autres adressées plus particulièrement aux jeunes : Ma Jeunesse au Christ, Bulletin des Cadettes du Christ, Grands Croisés… Cette mutation de l’AP, tant spirituelle que structurelle, se déploiera surtout au tournant de la Grande Guerre. Elle sera accompagnée d’une attention particulière qui vise à internationaliser l’œuvre, sous la houlette du père Joseph Boubée (1908-1911), grand voyageur et polyglotte, et du père Joseph Callot (1911-1924). Dès lors en 1919, l’AP diffusera cinquante revues en 34 langues, à destination de 25 millions d’associés45.

  • 46 Annette Becker, La guerre et la foi. De la mort à la mémoire, Paris, Colin, 1994.
  • 47 Antoinette Guise-Castelnuovo, « Entre catholicisme et patriotisme. Thérèse de Lisieux, patronne des (...)

12Si l’AP est devenue aujourd’hui une œuvre rayonnant dans l’ensemble de la catholicité, au service des intentions de prière du pape, établie sur une théologie missionnaire et une spiritualité eucharistique, elle demeure significative des évolutions spirituelles que la Compagnie de Jésus a connues aux xixe et xxe siècles. Son histoire qui pourrait, au premier abord, paraître comme désuète est susceptible de constituer un dossier neuf d’une histoire du catholicisme contemporain en plein renouvellement. En effet, l’histoire de l’AP et des jésuites qui en ont la charge peut s’écrire dans le cadre d’une histoire transnationale des dévotions, circulant par-delà les frontières et les continents, s’attachant la prière des fidèles, quelle que soit leur nationalité, à l’image des scapulaires du Sacré-Cœur brodés sous les uniformes des combattants allemands et français de la Grande Guerre46. Le culte des saints et des reliques connaît la même ferveur transnationale dans les tranchées, si l’on pense à celui de Thérèse de Lisieux47. L’histoire de l’AP ne relève pas uniquement de l’historiographie apologétique d’une dévotion tridentine mais davantage d’une histoire du fait religieux au sein de laquelle une histoire culturelle et sociale de la prière devient possible.

Notes

1 Bertrand de Margerie, Histoire doctrinale du culte au Cœur de Jésus, Paris, Mame, 1992 ; Yves Krumenacker, L’école française de spiritualité, Paris, Cerf, 1998 ; Adrien Demoustier, « La dévotion, le sacré et le cœur », Christus, 2001, n° 190, p. 106-119.

2 Henri Hours, « Autour de la fondation du Rosaire Vivant », Jean Comby (dir.), Théologie, histoire et piété mariale, Lyon, Profac, 1997, p. 167-181.

3 Philippe Rocher, Le goût de l’excellence. Quatre siècles d’éducation jésuite en France, Paris, Beauchesne, 2011.

4 Pierre Vallin, « Le Sacré-Cœur dans la culture politique française », Christus, 2001, n° 190, p. 128-137.

5 Daniele Menozzi, Sacro Cuore. Un culto tra devozione interiore e restaurazione cristiana della società, Roma, Viella, 2001.

6 Lettres de Fourvière, 1936, tome 1 : livre du centenaire, p. 262-265 ; Bruno Dumons, « Jésuites lyonnais et catholicisme intransigeant (1880-1950) », Étienne Fouilloux et Bernard Hours (dir.), Les Jésuites à Lyon (xvie-xxe siècle), Lyon, ENS Editions, 2005, p. 131-143.

7 Lettres de Vals, tome 1 : Le centenaire de la maison de Vals (1828-1928), Mende, Pauc, 1929 ; Pierre Delattre, Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles, tome V, Enghien-Wetteren, De Meester, 1957, p. 1-15.

8 Joseph Burnichon, Vie du père Francois-Xavier Gautrelet de la Compagnie de Jésus (1807- 1886), Paris, Retaux-Bray, 1889, p. 2-3.

9 Ibid., p. 55 et s ; Paul Duclos (dir.), Les Jésuites, Dictionnaire du monde religieux de la France contemporaine, Tome 1, Paris, Beauchesne, 1985, p. 130-131.

10 Ibid., p. 62-63.

11 François-Xavier Gautrelet, L’apostolat de la prière, Lyon, Périsse, 1846, p. IX.

12 Ibid., p. 114 et s.

13 Joseph Burnichon, Vie du père Francois-Xavier Gautrelet…, op. cit., p. 64-65.

14 François-Xavier Gautrelet, Manuel de la dévotion, Lyon, Périsse, 1850 ; François-Xavier Gautrelet, Nouveau mois du Sacré-Cœur, Lyon, Pélagaud, 1857.

15 Bruno Dumons, « Exils jésuites, réseaux romains et mémoires “blanches”. La naissance d’une fraternité politique au collège Saint-Michel de Fribourg (1827-1847) », Revue Suisse d’Histoire Religieuse et Culturelle, 2012, p. 51-64.

16 Henri Ramière, Le directoire du chrétien ou recueil des principaux moyens de sanctification à l’usage des personnes appelées à vivre dans le monde, Lyon, Pélagaud, 1859.

17 Henri Ramière, L’apostolat de la prière. Sainte ligue des cœurs chrétiens unis au cœur de Jésus pour obtenir le triomphe de l’Église et le salut des âmes, Lyon, Périsse, 1861.

18 Charles Parra, Le père Henri Ramière, Toulouse, Apostolat de la Prière, 1934, p. 76 et s.

19 La revue paraîtra sous ce titre jusqu’à l’heure de Vatican II, concurrencée au sein même de la Compagnie par d’autres projets éditoriaux comme la nouvelle revue Christus, ouverte aux sciences humaines : Étienne Fouilloux, « Naissance, enfance et adolescence de Christus (1951-1971) », Christus, 2004, hors série, p. 24-50.

20 Le Messager du Cœur de Jésus, 1861, p. I-II.

21 Ibid.

22 « La dévotion au Cœur de Jésus et l’Apostolat de la Prière », Le Messager du Cœur de Jésus, 1867, p. 1-11.

23 Le Messager du Cœur de Jésus, 1864, p. 234-235.

24 Ibid., p. 236-240.

25 Ibid., p. 240-241.

26 Le Messager du Cœur de Jésus, 1869, p. 409.

27 Charles Parra, Le père Henri Ramière…, op. cit., p. 27-28 ; Pierre Delattre, Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles, tome V, Enghien-Wetteren, De Meester, 1956, p. 1366-1370.

28 Charles Parra, Le père Henri Ramière…, op. cit., p. 223 et s.

29 Daniel Moulinet, Laïcat catholique et société française. Les comités catholiques, (1870- 1905), Paris, Cerf, 2008.

30 Le Messager du Cœur de Jésus, 1872, p. 289 et 292.

31 Ibid., p. 293.

32 Henri Ramière, L’apostolat de la prière. Ligue du Cœur de Jésus pour le salut des âmes et le triomphe de l’Église et le salut des âmes, Toulouse, Messager du Cœur de Jésus, 1873, p. 472.

33 Le Messager du Cœur de Jésus, 1874, p. 182-183.

34 Ibid., p. 184-186.

35 Philippe Boutry et Michel Cinquin, Deux pèlerinages au xixe siècle. Ars et Paray-le-Monial, Paris, Beauchesne, 1980 ; Jacques Benoist, Le Sacré-Cœur de Montmartre de 1870 à nos jours, 2 volumes, Paris, Éditions Ouvrières - L’Atelier, 1992.

36 François-Xavier Gautrelet, Le salut de la France par le Sacré-Coeur de Jésus, pèlerinage à Paray-le-Monial, Lyon, Briday, 1873 ; François-Xavier Gautrelet, Des pèlerinages et de leur rôle providentiel dans les sociétés chrétiennes, Lyon, Briday, 1874.

37 Le Messager du Cœur de Jésus, 1884, p. 574-576.

38 Ibid., p. 279-330.

39 Henri Ramière, Le Cœur de Jésus et la divinisation du chrétien, Toulouse, Messager du Cœur de Jésus, 1891.

40 Le Messager du Cœur de Jésus, 1934, p. 333-342 ; Charles Parra, Le père Henri Ramière…, op. cit.

41 Le Messager du Cœur de Jésus, 1884, p. 456-457.

42 Henri Ramière, L’apostolat de la prière. Ligue du Cœur de Jésus pour le salut des âmes et le triomphe de l’Église et le salut des âmes, Toulouse, Messager du Cœur de Jésus, 1873, p. 452-457.

43 Le Messager du Cœur de Jésus, 1944, p. 274-279.

44 Charles Parra, Le père Henri Ramière…, op. cit., p. 137-146.

45 Le Messager du Cœur de Jésus, 1920, p. 37.

46 Annette Becker, La guerre et la foi. De la mort à la mémoire, Paris, Colin, 1994.

47 Antoinette Guise-Castelnuovo, « Entre catholicisme et patriotisme. Thérèse de Lisieux, patronne des Poilus », Xavier Boniface et Bruno Béthouart (dir.), Les chrétiens, la guerre et la paix. De la paix de Dieu à l’esprit d’Assise, Rennes, PUR, 2012, p. 37-51.

© LARHRA, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search