Version classiqueVersion mobile

Y a-t-il une spiritualité jésuite ?

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Philippe Martin

Encadrer les fidèles

Au cœur de l’excellence scolaire

Les congrégations mariales et leur rôle dans les collèges au xixe siècle

Philippe Rocher

Texte intégral

  • 1 Matthieu Brejon de Lavergnée, « Mythes politiques et analyse de réseaux. La Congrégation à Paris so (...)
  • 2 Joseph de Guibert, La Spiritualité de la Compagnie de Jésus, esquisse historique, Roma, Institutum (...)

1La Congrégation est au cœur du mythe jésuite au xixe siècle. Comme le mythe est par nature imprécis, la Congrégation en question n’est pas précisément décrite. Elle est liée à l’idée d’un réseau d’influences occultes. La clef de « l’énigme de la Congrégation »1, c’est la domination du « parti prêtre » sur la France et sa politique. Pour ses adversaires, la Congrégation mariale en Collège n’évoque pas une forme de spiritualité jésuite mais une emprise sur les enfants et une pédagogie dans laquelle l’autorité du maître s’impose aux élèves. Du point de vue des jésuites, la Congrégation est au cœur du Collège. Les Supérieurs jésuites réaffirment régulièrement ce point de vue. Au regard de l’historien, la Congrégation permet d’observer ce qu’est, dans un Collège jésuite, l’œuvre d’élite qui forme les meilleurs élèves à la spiritualité. En disant qu’elle est au cœur de l’excellence scolaire de la Compagnie de Jésus, est-il possible de dire qu’elle est au cœur de la spiritualité jésuite ? Au vrai, de quelle spiritualité s’agit-il ? Pour apprécier ses formes et son contenu, l’historien toujours en quête de sources est un peu dépité. Si Joseph de Guibert a été inspiré à propos de l’aventure du Dictionnaire de spiritualité, il n’a pas beaucoup écrit à ce sujet dans son ouvrage posthume sur la Spiritualité de la Compagnie de Jésus2. Il ne faut peut-être pas chercher dans l’enseignement secondaire jésuite l’un des hauts lieux de l’expérience spirituelle. Hélas ! Les archives des jésuites n’ont pas conservé la trace d’intenses débats autour de la spiritualité des Congrégations mariales. Quelques indications figurent bien dans les archives des Collèges. Mais il s’agit le plus souvent de brèves mentions manuscrites dans le diaire du Préfet des études ou, un peu plus conséquents, de comptes rendus des réunions de la Congrégation. Il existe bien encore des listes de Congréganistes. Des consignes relatives à la Congrégation sont quelquefois contenues dans les lettres encycliques des Provinciaux. La Congrégation et les Congréganistes sont aussi évoqués dans les biographies de jésuites qui ont eu à diriger la Congrégation. D’une manière générale, les archives du premier xixe siècle sont perdues, c’est-à-dire égarées ou détruites. Les documents sont plus nombreux à partir de 1850, mais leur volume n’est guère important. Ces sources permettent toutefois d’évoquer la spiritualité des Congrégations mariales. Au début du xixe siècle, il s’agissait d’abord d’hériter d’une histoire controversée et disputée. La Congrégation est au Collège le lieu de l’excellence scolaire jésuite : une école de vie chrétienne idéale. L’évolution au cours du siècle conduit toutefois au passage du dévot charitable au militant de l’action sociale.

Hériter d’une histoire controversée et disputée

2En 1814, la Compagnie de Jésus est restaurée dans le contexte politico-religieux de la Restauration. Les premiers jésuites de la Nouvelle Compagnie héritent avec la Congrégation mariale d’une histoire controversée et disputée.

Historique

3Les origines des congrégations mariales sont à chercher aux débuts de la Compagnie de Jésus, lorsque les premiers jésuites sont actifs au sein de plusieurs confréries. Ces dernières, nombreuses en Europe, ont pour fonction essentielle l’assistance de leurs membres. Désireux de ne pas entraver le zèle apostolique de la Compagnie de Jésus, Ignace de Loyola ne souhaite pas que les premiers jésuites s’engagent dans leurs activités. Fidèles à ce primat du spirituel, ses successeurs soutiennent en revanche le développement des Congrégations mariales. La première a vu le jour en 1563 au Collège romain. Elle réunit des étudiants pour des exercices de piété. Inspirés par l’évangile de Jean, « Là où deux ou trois sont réunis en mon nom... », en latin congregati, les nouveaux congréganistes se réunissent en présence du Père jésuite Jan Leunis. En 1574, les règles de cette première Congrégation mariale, la Prima Primaria, instituent l’élection d’un Préfet, entouré d’assistants, auxquels s’adjoint un Père jésuite.

La Congrégation confirmée et étendue à tous les Collèges des jésuites

  • 3 Véronique Castagnet-Lars, « Du collège à la ville dans les régions d’affrontements confessionnels : (...)
  • 4 5 janvier 1587 : la bulle de Sixte V, Superna dispositione, octroie au Préposé général de la Compag (...)

4Pour conforter l’expansion des Congrégations mariales3, le Préposé général Claudio Aquaviva a suggéré au Pape de confirmer l’œuvre. Le 5 décembre 1584, avec sa bulle Omnipotentis Dei, Grégoire XIII institue la Congrégation de « l’Annonciation de la Très Sainte Vierge » du Collège romain comme Mater et Caput de toutes les Congrégations présentes et à venir. Par l’agrégation, les nouvelles congrégations bénéficient des mêmes « indulgences ». D’autres bulles pontificales confortent aux xvie et xviie siècles la singularité de la Congrégation mariale et l’importance des indulgences qu’elle procure à ses membres4. Tirant parti de cet appui, la Compagnie de Jésus diffuse l’œuvre au sein de ses Collèges. En 1599, le Ratio studiorum recommande ainsi de les multiplier (97, « Règles du Recteur »).

  • 5 Ratio studiorum, Plan raisonné et institution des études dans la Compagnie de Jésus, Compère, Paris (...)

Le recteur fera établir dans son collège la congrégation de Sainte Marie de l’Annonciation, fondée au Collège romain. Celui qui ne s’y inscrirait pas ne serait pas admis dans l’académie où l’on revoit d’ordinaire les exercices littéraires ; à moins peut-être que le recteur lui-même ne juge plus opportun d’agir autrement dans le Seigneur. Mais les exercices propres à la congrégation ou à l’académie n’auront pas lieu au moment où se tiennent dans notre église des sermons ou des lectures saintes5.

La Congrégation mariale jésuite dissoute et restaurée

5Les Congrégations mariales n’ont pas disparu avec la Compagnie de Jésus lorsqu’elle a été supprimée. En janvier 1765, trois ans après l’interdiction des jésuites en France, le pape Clément XIII confirme et recommande les Congrégations avec sa bulle Apostolicum pascendi. Plus encore, quelques mois après la suppression universelle des jésuites, le 21 juillet 1773, Clément XIV intervient. Le 14 novembre, dans le Bref Commendatissimam, il maintient le Collège romain et la Congrégation Prima Primaria avec tous ses privilèges et indulgences sous la présidence d’une Commission de trois cardinaux. Pie VI décide en mai 1775 de charger un cardinal de signer les lettres patentes des nouvelles congrégations. Étendue hors des Collèges, à destination de toutes sortes de congrégations, de jeunes, moins jeunes, hommes ou femmes, et pour certains corps de métiers, la Congrégation mariale n’est plus une œuvre spécifiquement jésuite. Dans de nombreux diocèses ou sous l’autorité de religieux, elle fonctionne jusqu’à la Révolution française. En 1824, soit dix ans après la restauration de la Compagnie de Jésus, le bref Cum multa de Léon XII lui rend la direction du Collège romain et la Prima Primaria.

Le lieu de l’excellence scolaire jésuite : les formes et le fonds de la Congrégation

6Après son rétablissement officiel en 1814, la Nouvelle Compagnie de Jésus a dû réinvestir sa propre tradition spirituelle. Elle a ainsi réaffirmé la place centrale de la Congrégation mariale en milieu scolaire.

La Congrégation scolaire de la première restauration jésuite (1814-1828)

  • 6 Manuel de la Congrégation des Saints Anges par le P. Pierre Laborde s.j., Amiens, 1824. Pierre Labo (...)
  • 7 Ibid., p. 16.
  • 8 Jean Nicolas Loriquet, Souvenirs de Saint-Acheul, etc., ou Vie de quelques jeunes étudians, Amiens, (...)

7Dans les huit petits séminaires qu’ils administrent entre 1814 et 1828, (Saint-Acheul, Sainte-Anne d’Auray, Aix, Bordeaux, Forcalquier, Montmorillon, Dôle, et Billom), les maîtres jésuites reprennent les anciens usages congréganistes. Certains Pères les adaptent cependant à leur manière, dans le cadre scolaire de l’époque où les élèves sont majoritairement pensionnaires et groupés en Division en fonction de leur classe. La Congrégation est ainsi composée de différentes sections correspondant aux différentes Divisions. Pour les plus jeunes élèves, particulièrement ceux qui n’ont pas fait leur Première communion, la Congrégation des saints Anges sert de propédeutique6. Le Congréganiste s’adresse d’abord à l’« Ange de Dieu, [son] fidèle et charitable Gardien ». Les litanies « au saint Nom de Jésus » sont récitées le matin, tandis que celles de la Vierge le sont le soir, après l’examen de conscience. En vue de la confession, un précis des péchés est établi. Outre l’orgueil, l’avarice, l’impureté, l’envie, la gourmandise, la colère et la paresse, il y a aussi les « péchés des jeunes gens qui font leurs études » : faire ses devoirs avec précipitation, les omettre en tout ou partie, favoriser la paresse de ses condisciples, se dissiper, dissiper les autres, se faire une gloire de violer le règlement, tromper la vigilance des maîtres, désobéir, résister, manquer de respect, les mépriser, en parler mal, tourmenter ceux qui se conduisent le plus régulièrement, se liguer avec d’autres pour leur faire de la peine. En plus de ce qui peut nuire à soi, aux maîtres ou aux autres élèves, il y a ce qui concerne directement les parents : « se plaindre sans fondement auprès de ses parents du régime de la maison, faire des dépenses contre la volonté de ses parents, perdre ou abîmer des objets reçus des parents ou de la maison »7. La Congrégation mariale est une œuvre d’élite, réservée aux élèves qui se distinguent à la fois par leurs résultats scolaires et leur piété. Selon les établissements, le recrutement peut être plus ou moins strict. En mars 1815, la Congrégation de Saint-Acheul est composée de trente membres. Le Préfet et les membres de son conseil sont élus. Un élève doit manifester son désir d’entrer dans la Congrégation et sa candidature être proposée par un autre élève. Le Père jésuite responsable de la Congrégation est consulté. Il en informe le Recteur et le Préfet des études et peut aussi demander leur avis aux professeurs. Après un temps comme approbaniste, l’élève devient Congréganiste après une consécration organisée à l’occasion de l’une des fêtes propres à l’œuvre. Dans le calendrier des fêtes, outre saints Louis de Gonzague et Stanislas Kostka, novices jésuites donnés en modèles, le 21 janvier donne lieu au souvenir de « Louis XVI et sociorum ». Parmi la quarantaine de prières proposées pour la messe, celle « pour le Roi et sa famille, son action », précède celles pour « la conversion des pêcheurs », « les hérétiques et les schismatiques » ou « les père et mère ». La Vierge Marie est invoquée par les Congréganistes qui demandent sa protection. Par leur attitude, certains élèves deviennent des modèles8, plus immédiatement accessibles que les saints jésuites Louis de Gonzague et Stanislas Kotska.

La Congrégation de l’exil (1828-1850)

  • 9 Xavier-Auguste Séjourné, Un apôtre des petits enfants dans les collèges des jésuites, Vie du R. P. (...)
  • 10 Manuel du congréganiste des Saints Anges ou recueil de prière, d’offices, de pratiques de piété et (...)

8Du fait des ordonnances du ministre Martignac, les jésuites doivent quitter les petits séminaires en 1828. À la demande de familles très souvent légitimistes, deux Collèges sont ouverts hors de France, l’un à Fribourg, en Suisse, l’autre à Brugelette, en Belgique. Dans un milieu clos, une atmosphère quasiment familiale, la Congrégation mariale se ressent d’un catholicisme intransigeant. La Congrégation des saints Anges érigée à Saint-Acheul reprend ses activités à Fribourg où le Père Jeantier est de nouveau aussi imaginatif et infatigable qu’intransigeant9. Le Père invente la « Couronne », le « Memento » et la « Tente ». La « Couronne » est un chapelet composé d’une croix, d’une médaille et de 17 grains sur lequel se récite l’invocation des saints Anges. Lors des messes, le Père Jeantier inspecte les rangs et vérifie que les petits dévots ont bien en mains leur chapelet et leur Couronne. « Rougissez, soldat sans armes », lance t-il à l’oublieux. Le Père s’assure parfois que le Congréganiste porte bien la « Couronne » dans la poche gauche de son gilet. « Tirez votre glaive, l’épée de saint Michel, montrez-moi votre Couronne. » Il la considère comme une petite clochette dont le cordon est sur terre et le timbre dans le ciel. Le congréganiste l’actionne par sa prière et l’ange gardien intervient. Le « Memento » est une image sur laquelle figure les pratiques du Congréganiste. La « Tente », directement inspirée du Livre des Nombres, est à planter chaque soir et lever chaque matin. « Rappelons-nous que nous sommes voyageurs ; le matin, on plie sa tente ; le soir, on la dresse », rappelle le Père Jeantier pour inciter le Congréganiste à réciter sa « Couronne ». L’usage s’établit de réciter chaque jour cette dernière, « en réparation des outrages commis contre le très saint Sacrement de l’Eucharistie, […] des outrages commis contre la Sainte Vierge »10. À Brugelette, outre les Congrégations de Marie Immaculée (1ère Division) et de Marie Reine des Anges (2ème et 3ème Divisions), l’Association Saint-Louis de Gonzague sert à préparer les plus petits (4ème Division) à la Congrégation. La codification de cette dernière est très précise et donne une charge à presque chacun des Congréganistes. En plus du président, il y a un vice-président, des conseillers, deux lecteurs, un sacristain et un portier. Il existe deux degrés : les candidats et les associés. Pour le degré d’associé, il y a une consécration à saint Louis de Gonzague.

La Congrégation mariale dans les Collèges (1850-1914)

  • 11 Le rappel des règles donne lieu à des publications parmi lesquels celles du jésuite Marin de Boyles (...)
  • 12 Diaire du préfet des études 1851-1864, 23 octobre 1856, QMon 13, Archives françaises de la Compagni (...)
  • 13 « Consilium semper a sapiente require (Tob. 4,19). Le Congréganiste s’efforcera de se bien connaîtr (...)

9En 1850, la loi Falloux permet l’ouverture de nombreux Collèges et l’agrégation de nouvelles Congrégations mariales à la Prima Primaria11. En décembre 1860, François-Xavier Gautrelet, Provincial de Lyon, exige qu’il y ait une Congrégation dans chaque Division, « comme l’âme qui la dirige et la vivifie. C’est des Congrégations que les autres doivent recevoir le mouvement, l’impulsion, la vie. » Il demande aussi que « rien ne soit négligé pour les environner de la considération et de l’estime propres à assurer leur influence et à fortifier leur action. » La Congrégation scolaire peut donc compter plusieurs niveaux : celle de l’Enfant Jésus pour les élèves de 8e-7e- 6e, des Saints Anges pour les 6e et 4e, de Saint Louis de Gonzague, pour les Humanistes et les Rhétoriciens, et de la Bienheureuse Vierge Marie, pour certains Rhétoriciens et les Philosophes. Les Congréganistes qui changent de Division sont de droit approbanistes dans la Congrégation où ils entrent. Cette progressivité permet d’offrir à l’ensemble des collégiens l’œuvre d’élite auxquelles les meilleurs élèves ne peuvent qu’aspirer. Selon le Ratio studiorum, nul ne peut être Académicien, s’il n’est pas Congréganiste. Le Congréganiste bénéficie d’un certain nombre d’indulgences canoniques. Il peut être réprimandé, suspendu ou exclu, mais il bénéficie d’un statut particulier en matière de sanction car la réputation de la Congrégation doit être préservée. La Congrégation a ses lieux et ses temps propres, chapelle et salle, jours et heures de réunion : à Mongré, en octobre 1856, le Recteur décide que les assemblées auront lieu les mardi et vendredi après le souper pour les 1ère et 2ème Divisions, et les jeudi et dimanche pour la 3ème Division. Les Conseils des dignitaires ont lieu une fois par semaine dans les salles affectées à chaque Congrégation12. L’élection désigne le Préfet et ses Assistants, un Secrétaire qui tient le livre des comptes rendus d’activité, et trois sortes de membres : approbaniste, associé, congréganiste. Le Père est désormais désigné comme Directeur. Les Supérieurs insistent sur la distinction entre ce modérateur et le Père spirituel ou Confesseur. Il veille sur la vie de la Congrégation, le bon ordre de ses élections, de ses cérémonies et de ses réunions. Il adapte également l’éducation spirituelle avec des exhortations. Au travers de « saintes conversations », selon l’expression d’Ignace de Loyola, avec chaque Congréganiste qu’il rencontre au moins une fois par mois13, il assure également une direction spirituelle attentive et profonde. Compte tenu de l’importance d’un tel ministère, les Supérieurs veillent à ce que le Directeur demeure durant plusieurs années à son poste. Ajoutée à la valeur de telle ou telle personnalité, cette expérience augmente son influence auprès des Congréganistes.

Une école de vie chrétienne idéale : du dévot charitable au militant de l’action sociale

10La Congrégation mariale évolue à partir de la fin des années 1860. L’époque est au premier essor des retraites de fin d’études.

Une spiritualité pratique renouvelée

  • 14 Notre-Dame de Tongres, à Tongres-Notre-Dame, est un village au sud de Ath, dans le Hainaut occident (...)

11La Congrégation mariale du xixe siècle renouvelle ce qui avait cours dans la Congrégation des Pères de l’Ancienne Compagnie. Elle pourrait se résumer en quelques mots : se sanctifier par la prière, quelques dévotions et deux sacrements : se confesser, souvent, et communier, autant que possible. La piété est le fondement de la spiritualité congréganiste. Selon l’expression d’un Père, elle est pour le Congréganiste « comme la nourrice de ses autres vertus naissantes ». Voilà pourquoi les exercices religieux sont nombreux. Outre ce qui se fait pour le Collège tout entier, il s’agit de messes propres à la Congrégation. En début d’année, une messe est d’abord célébrée pour les défunts. En cela, la Congrégation ressemble à une petite confrérie. Une messe est célébrée à la fin de l’année. Dans l’intervalle, il est encore nombre de messes particulières, lors des fêtes propres à la Congrégation ou, plus ordinaires, lors des réunions de la Congrégation. Il appartient au Congréganiste de suivre chacune avec attention. La Congrégation offre aussi un temps pour des lectures spirituelles. Les grandes fêtes sont précédées par un Triduum de prières. Le Jeudi Saint, les dignitaires Congréganistes assistent au lavement des pieds. Lors de chaque exposition du Saint-Sacrement, tous les Congréganistes sont présents pour l’Adoration. Avant même l’essor des pèlerinages, les nouveaux dignitaires de la Congrégation de Brugelette ont le privilège de quitter le Collège avec leur Directeur pour se rendre à Notre-Dame de Tongres14. Selon l’expression de Joseph de Guibert, la spiritualité est pratique. Pour les jésuites, les Exercices spirituels sont d’ailleurs « pratiques ». La spiritualité est pratique et non pas mystique. Elle constitue la base de la retraite de début d’année à laquelle participent tous les élèves. Au long de l’année, la spiritualité congréganiste s’exprime dans le cadre scolaire. Le Collège impose ses formes particulières : il a ses espaces (classe, étude, cour de récréation, dortoir, réfectoire), son rythme (du jour, du mois, des examens, de l’année scolaire), ses exigences éducatives, dont l’apprentissage d’un savoir scolaire. Le champ d’apostolat du Congréganiste, ce sont les autres congréganistes et les autres élèves du Collège. Pour conserver sa place parmi l’élite du Collège, le Congréganiste doit d’abord édifier, en premier lieu par sa piété, mais aussi par ses bons résultats scolaires. Il participe d’abord de l’émulation qui règne au sein de la Congrégation. Il doit aussi avoir de l’ascendant sur ses camarades pour les convertir et amener d’autres élèves à la Congrégation. Un Congréganiste d’heureuse mémoire expliquait : « Quand deux élèves sont brouillés, je les débrouille ; ils ont la bonté de s’en rapporter à moi. » Il donne aussi des conseils à tous ceux avec qui il se trouvait en rapport, et en particulier à ceux des Congréganistes qui lui avaient donné leur confiance, comme à leur ange gardien. À n’en pas douter, toujours selon son biographe, « il a sans doute contribué au progrès de plusieurs dans la vertu. » Un autre, plus héroïque encore, se donne avant de mourir un remplaçant dans la Congrégation par la conquête d’une âme qui était jusqu’alors éloignée de Dieu. Dans les premières années du petit séminaire ou du collège, le Congréganiste invoque beaucoup les saints anges, pour les âmes du purgatoire, et les jeunes saints, particulièrement Louis de Gonzague. Au terme du cursus scolaire, la Vierge Marie s’impose davantage. En un siècle particulièrement marial, elle occupe une grande place dans la piété des Congréganistes les plus zélés. À Sainte-Anne d’Auray, Hyacinthe Lécudon s’est de la sorte particulièrement distingué.

  • 15 Jean Nicolas Loriquet, op. cit.

Il suffisait de le voir incliné, immobile au pied des autels, pour juger à quel point il était pénétré de la grandeur de Dieu, touché de son amour et surtout de sa présence au milieu de nous. On ne peut aimer le fils sans aimer la mère : aussi eut-il toujours pour Marie une tendresse et une confiance vraiment filiales15.

12Il a été l’un des premiers élèves à demander son admission dès après l’établissement de la Congrégation. La régularité de sa conduite et la ferveur de sa piété parlent pour lui. Aussi est-il admis sans difficulté malgré les exigeants critères d’admission. Il a été peu après nommé assistant, puis sacristain jusqu’à sa mort. Il sacrifie dès lors ses récréations pour nettoyer ou orner la chapelle. Toutes les fleurs, prémices du printemps, étaient pour l’autel de Marie. Selon le même recueil hagiographique, lorsqu’un autre Congréganiste a pressenti sa mort, il en fait part à ses amis. Assuré d’un bonheur parfait, il pense à la mort, au jugement général et particulier, au paradis et à l’enfer. Aussi prie-t-il tous les jours pour les pauvres âmes du purgatoire. Il pense aussi aux jeunes gens qui n’ont pas eu la grâce d’être dans un établissement jésuite ; il pense aux souffrances de Jésus-Christ. Avant d’entrer à l’infirmerie, il va à la chapelle prendre congé de la mère de miséricorde et lui recommande son passage dans l’autre vie. Il ne la quitte qu’après avoir frotté et ciré le marchepied de son autel. La douleur n’altère pas sa patience non plus que son air de satisfaction. Dans sa chambre, un enfant moins malade ne cesse de se plaindre. Le dévot analyse : « On voit bien qu’il n’est pas encore enfant de la Sainte Vierge. » Apprenant qu’on a récité pour lui l’office de la Vierge, il se récrie. On a grand tort. « On ferait mieux de prier pour les âmes du purgatoire. Je n’y souffre pas encore ; et peut-être avant que je meure pourriez-vous en délivrer quelqu’une. Il sera temps de penser à moi quand je serai à leur place. » Plus encore que les Collégiens, les Congréganistes bénéficient du mouvement liguorien à l’œuvre dans la Compagnie de Jésus depuis le début du xixe siècle. Sans que l’historien sache ce qui s’est dit lors de la Confession, la Communion a ainsi été fortement encouragée. L’un des jeunes Congréganistes exemplaires est heureux de voir ceux qui en étaient privés s’approcher de la sainte Table. Hyacinthe Lécudon, de Sainte-Anne d’Auray, déjà cité, ne manque jamais, après chaque classe, chaque repas, ou tout autre exercice, d’aller voir si tout est en ordre à la chapelle, si la lampe est en bon état, etc. « Sous ce voile innocent, note son biographe, se cache son principal but qui était de passer le plus de temps possible auprès du Saint-Sacrement. »

Contre soi

13Le premier devoir du Congréganiste est de se vaincre. Sa spiritualité n’est pas mystique, mais ascétique. Ses Vertus s’éprouvent dans le cadre scolaire. La première est l’Humilité. Le jeune De Villers cherche par exemple les emplois les moins apparents dans la congrégation des Saints Anges car Dieu lui a fait sentir l’avantage d’une vie cachée et la vérité de cette parole d’un auteur pieux :

Qu’aux yeux des hommes qui ne jugent des choses que pour l’extérieur Jésus-Christ semblait ne rien faire dans l’atelier de St Joseph, mais qu’aux yeux de la foi il y opérait notre salut comme quand il mourait sur le Calvaire. Dans les exercices de piété il s’abstient de tout ce qui aurait pu paraît extraordinaire. Dans le règlement de la Congrégation, il a remarqué le conseil donné à la veille de la communion : ne se livrer à aucun jeu bruyant ou dissipant. Il suit le conseil à la lettre : les samedis et veilles de fêtes, il emploie la récréation du soir à prier dans l’église ou à converser avec des jeunes gens qui avaient les mêmes vues, les mêmes dispositions que lui. Après la communion, le temps de l’action de grâces n’est pas suffisant, aussi passe-t-il une partie de la récréation suivante dans la chapelle de Congrégation où il cherche les coins les plus reculés pour être moins aperçu et s’entretenir avec Notre-Seigneur. Souvent, il reste là des heures entières. Le Directeur cherche au début à l’éprouver. "Sortez, mon enfant". Il se lève alors sans penser à finir la prière commencée, sachant que l’obéissance est plus agréable que le sacrifice, et il ne voyait rien de mieux que d’en faire la règle de toute sa conduite.

14Le Congréganiste frappe la communauté par sa patience, vis-à-vis de ses camarades, d’abord, mais aussi des professeurs et des surveillants. Il surmonte tous les malentendus. Dans l’idéal, les adultes n’interviennent quasiment pas, tant il a intériorisé les pratiques du collégien modèle. Seul le Directeur de la Congrégation intervient, parfois pour modérer le zèle excessif du Congréganiste. Comme auprès de Louis Laporte à Mongré, il est « attentif à suivre sur cet enfant béni les voies de la grâce, aiguillonnait souvent en lui ce désir de se faire une sainte violence, et, pour donner une application sûre à sa bonne volonté, il l’exhortait à avoir plus d’initiative pour le bien. » Le biographe du jeune Congréganiste résume tout ce qui fait la valeur de son attitude.

Une des armes les plus puissantes que Louis a employée pour se vaincre fut, avec la prière fréquente, la fidélité à faire chaque jour son examen particulier, comme le recommandent les règles de la Congrégation. Il le faisait sur les défauts qu’il remarquait en lui-même, sur le travail, la fidélité à la règle, au silence, l’attention à faire plaisir à ceux qui vivaient avec lui, la charité, le soin de l’exciter lui-même et de ne rien donner à la négligence ou à l’apathie. Il était toujours en état de rendre compte de cette guerre intérieure, de ses victoires, de ses défaites, et il était fidèle à réparer les échecs par quelque pénitence qu’il s’imposait. En déclarant la guerre à l’amour-propre, en se détachant de lui-même, Louis avait préparé la pleine expansion de cet amour chrétien pour lequel son cœur semblait si fait.

15Bien souvent, les anciens dignitaires de la Congrégation demeurent des pratiquants remarqués. Après avoir quitté le Collège au terme de leurs études, ils sont parmi les anciens élèves les plus militants quand ils ne rejoignent pas un noviciat ou le séminaire. À fin des années 1860, au Collège parisien de la rue Vaugirard, Pierre Olivaint inaugure une nouvelle attitude à propos de « L’Entrée dans le monde » du Congréganiste. Hors du Collège, l’amitié sera l’occasion d’une influence réciproque. Le jésuite met toutefois en garde le Congréganiste :

  • 16 Pierre Olivaint, Aux jeunes gens. Conseils du R.P. Olivaint, recueillis par le P. Ch. Clair, Paris, (...)

Vous vous liez, mais vous devez garder votre indépendance, votre individualité. Si vous vous apercevez que votre ami va mal et que, d’autre part, il acquiert sur vous un ascendant toujours plus grand, rompez. En deux mots, le tout c’est d’être un homme de caractère, et c’est là ce qui manque aujourd’hui. Un homme ne domine pas par l’intelligence, et le mot volonté n’indique pas assez l’homme supérieur. L’homme supérieur, c’est L’HOMME DE CARACTÈRE. Le tout encore, c’est de se bien poser dans les quinze premiers jours. Ne pas se fâcher, ne pas baisser les yeux comme une religieuse : on rendrait la piété ridicule : mais avoir le mot pour rire, se compromettre pour le bien, se poser franchement, à la parisienne. On dira : Oh ! il est crâne, celui-là ! et on l’acceptera tel quel, parce qu’il se donne tel quel. On l’aimera et on le respectera16.

Former des militants de l’action sociale

16Dans la première moitié du siècle, la spiritualité de la Congrégation mariale s’affichait résolument comme hostile au monde. « Malheur à ceux qui se font un paradis dans ce monde ! » lançait le Père Jeantier. Ce refus n’empêchait pas de pratiquer la charité ici-bas, non seulement entre Congréganistes, mais auprès des pauvres. À Brugelette, les Congréganistes distribuaient tous les jours les restes des repas aux pauvres. Chaque semaine, ils visitaient les « pauvres » à leur domicile. Les « pauvres » sont des indigents et aussi bien des malades que des personnes âgées. Un Congréganiste pratique en effet la charité. Traditionnellement, sa charité se répand hors du collège. Durant ses années à Mongré, Louis Laporte a vu croître son amour pour les pauvres. Il destinait la moitié de sa somme hebdomadaire aux pauvres. Il attendait aussi la récréation avec impatience pour pouvoir visiter des familles pauvres. Dans les Collèges, comme à la « Providence » d’Amiens, la visite des pauvres est un exercice obligé. Date importante dans le calendrier de la Congrégation, le Jeudi Saint est l’occasion du lavement des pieds de pauvres. En règle générale, si la dévotion est associée à l’action charitable, à partir des années 1860-1870 la Congrégation ouvre de plus en plus le Congréganiste à l’action dans la société au travers des œuvres. Investir ces œuvres chrétiennes, c’est réinvestir le monde. La Congrégation du Collège n’agit plus seulement au Collège et hors du Collège, mais cherche à faire agir dès le Collège en vue de l’après Collège. Alors que s’opère toujours la distinction formelle par les jésuites entre Congrégation mineure, au Collège, et majeure, hors du Collège, des liens très forts se tissent entre la Congrégation du Collège, les Anciens Élèves et la Congrégation des Jeunes Gens à l’extérieur. Pierre Olivaint l’affirme clairement en se réjouissant du changement. Autrefois, dit-il, le maître apparaissait autant que le Père. Aussi sa physionomie était-elle un peu sévère. Maintenant, « il n’y a plus pour chacun de vous qu’un vieil ami qui s’efforce de devenir jeune, pour mieux comprendre les difficultés qui s’offrent à vous, pour vous offrir un appui plus affectueux et plus sûr. » Le nouveau Congréganiste est invité à l’action.

Si l’on vous convoquait ici seulement pour assister à la Sainte Messe, pour entendre quelques mots de piété sur la Sainte Vierge : À quoi bon ? diriez-vous encore ; on trouve cela partout. Que faut-il de plus ? Il faut de la vie, du mouvement, une sphère d’activité.

17Pierre Olivaint incite fortement à rejoindre les Conférences de Saint-Vincent-de-Paul et d’autres Œuvres, dont les « Petits Ramoneurs » et les Patronages « ouverts à ces gamins de Paris si abandonnés. » En 1875, Charles Franchet affirme autrement ce même point de vue dans son Directoire des Congrégations dans les Collèges. Il parle de guerre. Le Congréganiste ne doit pas être sage pour lui-même, mais pour acquérir une influence à exercer sur le monde.

  • 17 [Charles Franchet], op. cit., 1 f.

Le but de la Congrégation est la sanctification de ses membres et celle du milieu dans lequel elle est établie, pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de la Divine Mère, et pour la défense de l’Église de J.-C. contre les attaques des impies. Une fois reçu légitimement dans une Congrégation, le congréganiste en reste toujours membre, à moins qu’il ne la quitte volontairement ou qu’il n’en soit exclu comme indigne. Après sa sortie du Collège, s’il ne peut trouver au lieu qu’il habite une Congrégation conforme à sa condition, il s’efforcera de garder, autant que les circonstances le permettront, les pieux exercices de la Congrégation, et partout où il sera, il pratiquera avec une entière fidélité la vie chrétienne et fervente qui convient aux bons congréganistes de la Sainte Vierge17.

  • 18 P. Jules Anglade, s.j., Nouveau manuel des congrégations de la TS Vierge, Toulouse, Apostolat de la (...)

18La Congrégation intègre des « promesses » qui font suite aux commandements des Pontifes, ainsi Humanum genus de Léon XIII qui enjoint de s’opposer à la franc-maçonnerie18. La formation dépend aussi des exhortations du Directeur ou des orateurs venus parler aux Congréganistes. D’abord Secrétaire, puis Préfet de la Congrégation du Collège de Mongré, Pierre Teilhard de Chardin a écouté en 1896 le professeur de philosophie montrer que l’accomplissement des devoirs de tous les jours permet d’arriver à la sainteté autant que par le martyre ou les miracles. Charles Grognier, Surveillant et adjoint au Préfet des études, a de son côté incité les Congréganistes à montrer leur amour à la Sainte Vierge en devenant des hommes de devoir, des chrétiens. Sortis de Mongré, les Congréganistes pourront travailler utilement à ramener la France dans la voie que Dieu lui a tracée, à la rendre à nouveau chrétienne. « Ce sera rendre à Marie un des plus beaux fleurons de sa couronne, car comme le dit si bien le vieil adage : Regnum Galliae, Regnum Mariae. »

Conclusion

  • 19 Paul Ker [Pierre Brucker], En pénitence chez les Jésuites, correspondance d’un lycéen, Paris, Pierr (...)
  • 20 Directoire des congrégations de la Très Sainte Vierge. Ce que sont les congrégations de la T. Ste V (...)

19Le rapide récit de l’histoire des Congrégations mariales en milieu scolaire permet de dissiper une légende et de répondre à la grande question du colloque. Il y a plus d’un siècle, Paul Ker, pseudonyme du jésuite Pierre Brucker, entendait dissiper le mythe. La réunion de la Congrégation n’est pas au bout d’un « long corridor sombre ». Elle ne groupe pas « des gens cachés sous manteaux noirs, se glissant à pas de loup, sans mot dire, sans souffle, jusqu’à une porte basse bardée de fer ». Sa « bonne cause », ce n’est pas « le règne de la Compagnie de Loyola ». Car « tout cela se passe… dans les romans et peut-être dans certaines sociétés secrètes, mais pas au collège »19. En revanche, une spiritualité congréganiste a bien existé dans les Collèges jésuites au xixe siècle. Cœur de l’excellence scolaire jésuite, enseignait-elle cependant une spiritualité jésuite ? C’est moins sûr. Entre 1814 et 1828, même si le petit séminaire n’est pas uniquement destiné à de futurs prêtres, la Congrégation portait à l’héroïsme chrétien. Le temps n’était pas encore venu où l’obtention du baccalauréat serait l’objectif, sinon principal, au moins inévitable. Entre 1828 et 1850, particulièrement au Collège de Fribourg, la Congrégation mariale dominait encore avec une piété et une charité dans une perspective catholique intransigeante. Elle était une œuvre destinée à stimuler et récompenser la piété a priori mariale mais en fait mêlée de nombreuses autres dévotions et préoccupations. De fait, même si elle est une institution ancienne, héritée des premiers temps de la Compagnie de Jésus, la Congrégation mariale du Collège ne diffère alors pas dans sa piété et ses activités des autres congrégations. Tout au plus ses exercices religieux sont-ils très nombreux et ses membres font-ils preuve d’un zèle plus intense. L’ascétisme demeure la voie qui permet au Congréganiste de se vaincre. Le Congréganiste vit son devoir d’état d’abord comme élève du Collège. Multipliée à partir de 1850 avec l’ouverture de nombreux collèges, la Congrégation mariale a évolué à partir de la fin des années 1860. Il ne s’agit toutefois pas d’une accommodation en renonçant à l’intransigeance. La Congrégation ne veut plus seulement être une « académie de vertus » mais une école pour l’action religieuse. Quand L’Empreinte d’Édouard Estaunié insiste en 1896 sur la mièvrerie de la spiritualité, cette accusation est déjà en partie vidée de son sens. En 1910, le fonctionnement de la Congrégation est précisé20. Dans le sommaire des « Règles communes », la fin est décrite comme « la parfaite dévotion à la TS Vierge de chrétiens résolus à se sanctifier eux-mêmes et à sanctifier le prochain, selon tout leur pouvoir, dans la pleine soumission à la Sainte Église et à Notre Saint-Père le Pape ». La Congrégation mariale qui a survécu au choc des lois de 1901 et 1904 reprend dans les Collèges des jésuites au lendemain de la guerre. L’ACJF et le scoutisme constituent toutefois de nouvelles concurrences. Dans un Collège plus ouvert, les jeunes apôtres agissent au sein de la Croisade eucharistique, rattachée à l’Apostolat de la Prière. Malgré les tentatives de relance, la Congrégation mariale, en principe toujours au centre du Collège, est de plus en plus affectée par le déplacement de l’action des jeunes catholiques vers de nouvelles formes de militantisme. La Congrégation mariale dispose alors d’un secrétariat national. La spiritualité jésuite semble hégémonique au travers de l’encyclique Mens nostra du 20 décembre 1929. Pie XI donne en modèle les Exercices spirituels. L’année suivante, le jésuite François Charmot rend hommage à l’encyclique Divini illius magistri du 31 décembre 1929 dans son livre L’âme de l’éducation. La direction spirituelle. Né en 1880, formé au tournant du siècle, il reste un fidèle de la Congrégation mariale, même s’il sait s’accommoder des formes nouvelles d’éducation. Pour appuyer cet essai sur l’art éminemment jésuite de la « direction spirituelle », les références à des auteurs jésuites sont absentes. François de Sales et l’oratorien anglais Frederik William Faber sont plusieurs fois et longuement cités. Le livre l’atteste : en milieu scolaire aussi, la piété de la Congrégation mariale a été dirigée à partir de sources multiformes et éclectiques.

Notes

1 Matthieu Brejon de Lavergnée, « Mythes politiques et analyse de réseaux. La Congrégation à Paris sous la Restauration », Histoire & mesure [en ligne], XXIV - 1 - 2009. URL : http://histoiremesure.revues.org/3892

2 Joseph de Guibert, La Spiritualité de la Compagnie de Jésus, esquisse historique, Roma, Institutum historicum S.J., 1953.

3 Véronique Castagnet-Lars, « Du collège à la ville dans les régions d’affrontements confessionnels : le rôle éducatif des congrégations juvéniles en France au xviiie siècle », Histoire des Éducations dans et hors l’école, Université de Corse Pasquale Paoli, 9-11 octobre 2014, actes à paraître.

4 5 janvier 1587 : la bulle de Sixte V, Superna dispositione, octroie au Préposé général de la Compagnie de Jésus le pouvoir d’ériger et d’agréger à la Prima Primaria plus d’une Congrégation dans toute maison ou collège de la Compagnie ; 29 septembre 1587 : la bulle de Sixte V Romanum decet étend les facultés établies précédemment aux Congrégations des instituts étrangers à la Compagnie de Jésus mais auxquels cette dernière est liée ; 15 avril 1621 : la bulle de Grégoire XV Alias proparte opère la distinction entre les Congrégations mariales et les Confréries. En 1751, les Congrégations de femmes sont autorisées.

5 Ratio studiorum, Plan raisonné et institution des études dans la Compagnie de Jésus, Compère, Paris, Belin, 1997, p. 95.

6 Manuel de la Congrégation des Saints Anges par le P. Pierre Laborde s.j., Amiens, 1824. Pierre Laborde (1795-1883) est entré dans la Compagnie de Jésus en septembre 1821. Il est profès le 2 février 1832. Son livre a été plusieurs fois réédité. La troisième édition date de 1836.

7 Ibid., p. 16.

8 Jean Nicolas Loriquet, Souvenirs de Saint-Acheul, etc., ou Vie de quelques jeunes étudians, Amiens, Caron-Vitet, 1828. Il s’agit là de la seconde édition des Particularités édifiantes sur la vie et la mort de quelques jeunes étudiants.

9 Xavier-Auguste Séjourné, Un apôtre des petits enfants dans les collèges des jésuites, Vie du R. P. Jeantier, de la Compagnie de Jésus, souvenirs de Saint-Acheul, de Fribourg, du Passage, de Turin, de Bruxelles et de Vannes, Nouvelle édition, revue, corrigée et augmentée de la biographie du Frère Yvon, Paris, H. Oudin, 1882.

10 Manuel du congréganiste des Saints Anges ou recueil de prière, d’offices, de pratiques de piété et de méditations, composées en l’honneur de ces esprits célestes pour servir aux congréganistes des Saints Anges, de ceux de Saint Louis de Gonzague et aux étudiants, Avignon, imprimerie Séguin aîné, 1847, p. 283.

11 Le rappel des règles donne lieu à des publications parmi lesquels celles du jésuite Marin de Boylesve (1813-1892), auteur d’une multitude d’ouvrages. Marin de Boylesve, Manuel des congrégations de la sainte Vierge, Paris, Poussielgue, 1865. L’ouvrage est réédité jusqu’en 1884.

12 Diaire du préfet des études 1851-1864, 23 octobre 1856, QMon 13, Archives françaises de la Compagnie de Jésus, Vanves.

13 « Consilium semper a sapiente require (Tob. 4,19). Le Congréganiste s’efforcera de se bien connaître lui-même et pour cela il ira au moins une fois par mois s’entretenir de son âme avec son Père spirituel, ne lui cachant rien et l’aimant comme un Père. Il lui demandera particulièrement de l’aider à connaître son défaut dominant et à le combattre sans relâche par l’examen particulier et la pratique du vince teipsum (Règle 36) ». [Charles Franchet], Idéal du Congréganiste de la Sainte Vierge, s.d. [Mongré, Villefranche-sur-Saône], « Direction spirituelle », 1 f.

14 Notre-Dame de Tongres, à Tongres-Notre-Dame, est un village au sud de Ath, dans le Hainaut occidental (Belgique). Ce très ancien lieu de pèlerinage marial remonterait à 1081. La basilique actuelle date de 1777 ; elle fut construite sur les fondations d’une église gothique du xiiie siècle. Dès 1093 une confrérie de Notre-Dame de Tongres est créée et approuvée par le pape Urbain III. Le lieu attire immédiatement un grand nombre de pèlerins, d’autant plus que des témoignages de miracles et faveurs accordées par la Vierge Marie commencent à circuler. Aussi la chapelle primitive est-elle remplacée au xiiie siècle par une église. En 1642 l’abbé Georges Huart, curé de la paroisse, écrit une Histoire admirable de Tongre-Notre-Dame qui relate un nombre impressionnant de prodiges et miracles. Ils sont loin d’être tous crédibles mais le livre fait montre de la grande ferveur qui entoure le sanctuaire de Notre-Dame de Tongres.

15 Jean Nicolas Loriquet, op. cit.

16 Pierre Olivaint, Aux jeunes gens. Conseils du R.P. Olivaint, recueillis par le P. Ch. Clair, Paris, Lefort, 17e éd. 1894, « L’Entrée dans le monde », p. 24-25.

17 [Charles Franchet], op. cit., 1 f.

18 P. Jules Anglade, s.j., Nouveau manuel des congrégations de la TS Vierge, Toulouse, Apostolat de la Prière, 1885, p. 177.

19 Paul Ker [Pierre Brucker], En pénitence chez les Jésuites, correspondance d’un lycéen, Paris, Pierre Téqui, 1910 (1ère éd. 1903), p. 190-191.

20 Directoire des congrégations de la Très Sainte Vierge. Ce que sont les congrégations de la T. Ste Vierge, leur histoire, secours qu’elles procurent, but, moyens, règles, indulgences, comment on établit une congrégation, Tours, 1912.

© LARHRA, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search