Version classiqueVersion mobile

Y a-t-il une spiritualité jésuite ?

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Philippe Martin

Encadrer les fidèles

Les jésuites et les élites à la fin du xvie siècle

Le rôle des congrégations mariales

Louis Châtellier

Note de l’éditeur

Cet article a déjà été publié dans Klaus Malettke, Jürgen Voss (dir.) : Humanismus und höfisch-städtische Eliten im 16. Jahrhundert / Humanisme et élites des cours et des villes au xvie siècle. 23. Deutsch-französisches Historikerkolloquium des Deutschen Historischen Instituts in Verbindung mit dem Fachbereich Geschichtswissenschaften der Philipps-Universität in Marburg vom 6. – 9. April 1987, Bonn, Bouvier, 1989 (Pariser Historische Studien, 27), p. 361 – 368. Il est reproduit ici avec l’autorisation de l’Institut Historique Allemand. Nous remercions Mme Châtellier-Schon pour son aide.

Texte intégral

  • 1 Sur l’ensemble de la question, nous nous permettons de renvoyer à notre ouvrage : Louis Châtellier, (...)

1Il est abusif de considérer, surtout au xvie siècle, la Compagnie de Jésus, comme un ordre avant tout enseignant1. Sa fonction, dans l’esprit d’Ignace de Loyola et dans celui de ses successeurs immédiats, est missionnaire, qu’il s’agisse des territoires lointains nouvellement découverts ou de l’Europe largement engagée dans le grand mouvement de la Réforme. C’est bien pourquoi les collèges qui sont établis dès les années 1560 dans les villes ne sont pas seulement des établissements d’instruction – ils ne le sont même parfois que très accessoirement – mais ils sont aussi, et peut-être surtout, des centres d’apostolat destinés à faire des élèves d’abord, des habitants de la ville ensuite, de bons catholiques pratiquant leur religion selon les principes édictés par le concile de Trente et dignes d’être montrés en exemple à toute la population.

2C’est dans cet esprit que le père Jean Leunis établit au collège romain en 1563 une congrégation mariale dont le but est de regrouper sous la protection de la Vierge les élèves les plus zélés et les plus pieux. Une sodalité identique est fondée la même année au collège de Clermont à Paris. Puis le père François Coster prend les relais pour les collèges de Douai, Bruges, Anvers, Cologne, pendant que le père Canisius et le père Jacques Rem s’occupent d’institutions similaires à Dillingen, Ingolstadt, Vienne, Munich, Fribourg en Suisse. Partout, les élèves sont les premiers concernés. Puis, viennent s’agréger au groupe initial des ecclésiastiques, des religieux, des bourgeois de la ville. Bientôt, il apparaît, comme à Lyon, dès 1575, qu’il y a difficulté à laisser ensemble des hommes mûrs et des jeunes gens dont la formation comme les besoins spirituels se trouvent être si dissemblables. Alors, on s’achemine vers des regroupements tenant compte des âges, des conditions sociales, voire de la langue. À côté des sodalités d’élèves vont se mettre en place des congrégations d’hommes, lesquelles se scindent en bourgeois et artisans parmi lesquels on ne tarde pas à séparer les maîtres des compagnons. Dans les grandes villes cosmopolites comme Anvers, les bourgeois flamands se distinguent des bourgeois wallons. De leur côté, les ecclésiastiques constituent leurs associations spécifiques. Se joignent à eux les étudiants en philosophie et en théologie, les gradués, les officiers les plus importants au service du prince, les bourgmestres et les échevins de la ville.

3Bref, dans chaque ville où se trouve un collège sont fondées autour des années 1580-1590 plusieurs sodalités qui correspondent aux diverses strates de la société avec, au sommet, une congrégation destinée aux élites du clergé et du monde des laïcs qu’on nomme la congrégation académique ou, plus communément, la Major. C’est de cette dernière institution que nous allons plus spécialement nous préoccuper en nous posant la question : par son développement et par son succès n’a-t-elle pas contribué à former – dès après le concile de Trente – une nouvelle élite ?

Un projet pour les élites

4Par les règles qu’ils s’imposent comme par le genre de vie qu’ils choisissent les congréganistes, et en particulier ceux de la Major, sont destinés à former une véritable élite spirituelle. L’acte de consécration à la Vierge prononcé à haute et intelligible voix devant l’assemblée réunie donne au nouvel associé le caractère d’un chevalier dévoué à la Vierge combattant pour elle et pour son Église :

  • 2 Cité d’après François Coster, Le Livre de la Compaignie, c’est-à-dire les Cinq Livres des instituti (...)

Saincte Marie Mère de Dieu et Vierge, déclare-t-il, moi, [...] je te choisis aujourd’hui pour dame et Maistresse, Patronne et Advocate, et j’ordonne et propose fermement dedans moy, de jamais ne te délaisser, et ne dire ne faire jamais, que par les subjects quelque chose soit faicte contre ton honneur, je te supplie doncques très affectueusement, qu’il te plaise me recevoir pour ton perpétuel serviteur, assiste moy en toutes mes actions, et ne m’abandonne point à l’heure de la mort. Ainsi soit-il2.

  • 3 François Coster, Cinquante méditations de la vie et louanges de la Vierge Marie Mère de Dieu avec s (...)
  • 4 Historisches Archiv der Stadt Köln, Jesuiten, 51 (règle 3).
  • 5 François Coster, Le Livre…, op. cit., introduction non paginée.
  • 6 François Coster, Cinquante méditations…, op. cit.

5C’est pourquoi en 1587, joignant le geste à la parole, les premiers congréganistes du père Coster à Anvers s’empressent de remettre à sa place d’honneur, au fronton de l’hôtel de ville, la statue de la Vierge qui en avait été retirée au temps des troubles3. Ce chevalier de Marie se doit de mener une vie exemplaire. « Tous les sodales se confesseront chaque semaine », lit-on dans les règles de Cologne de 1575, « et ils se présenteront à la table du Seigneur tous les mois »4. Il s’agit d’un minimum bien vite dépassé. À Douai comme à Naples, dans les années 1580, la communion du dimanche est devenue « chose familière » ainsi que lors des jours de fêtes5. Chaque matin, le sodalis bondit du lit dès son réveil, fait le signe de la croix et entame à genoux, ses longues prières de précepte : le Pater, l’Ave Maria, le Credo, l’Ave Maris Stella, les invocations et les actions de grâce propres à sa congrégation. Il lui est vivement recommandé ensuite d’assister à la messe, et même de la servir. Tout au long de la journée, ses heures de travail doivent être rythmées par de pieuses aspirations, des méditations et la récitation du Rosaire. Le soir, les prières sont à nouveau récitées accompagnées d’un examen de conscience sur lequel les règles insistent longuement et qui doit préparer la confession hebdomadaire6.

  • 7 Archives de la Société de Jésus, Rome, province de Naples, 177, f°6vo.
  • 8 Ibid., f° 257-258.
  • 9 Ibid., f°19-20, 98-105, 247-248.

6Il ne s’agit donc pas d’une confrérie de dévotion comparable à celles, nombreuses, qui se multiplient à la fin du xvie siècle mais d’un séminaire de vie très sainte, comme l’écrit l’annaliste du collège de Naples ou encore d’un véritable tiers ordre dont les conditions d’entrée et les exercices de piété sont soigneusement réglementés7. D’ailleurs les frères, comme ils se nomment souvent, se réunissent chaque dimanche pour dire leurs prières en commun et écouter l’exhortation de leur père directeur. Il arrive parfois, ainsi pour les nobles d’Aquila dans les Abruzzes, qu’ils se retrouvent un autre jour de la semaine dans leur chapelle pour s’infliger de rudes mortifications8. Tous pratiquent avec ardeur la charité. Vers 1590, les confrères de la congrégation de la Nativité de Naples dont tous les membres appartiennent à la noblesse fondent une œuvre destinée à être souvent imitée, le Monte des pauvres honteux. Dirigé par quatre gouverneurs qui ont autour d’eux un bureau composé de gentilshommes, le Monte cherche à recueillir des aumônes dans toute la ville, à gérer le capital ainsi formé avec soin et à en utiliser les revenus pour soulager les misères cachées. Bien vite, il prend pratiquement en charge l’hôpital des Incurables pourvoyant aux besoins des pauvres malades, surveillant la gestion des administrateurs9.

  • 10 Historisches Archiv der Stadt Köln, Jesuiten, 51 (règle 5)

7Peu à peu, les congréganistes ainsi formés prennent des traits spécifiques. Par leurs activités charitables ils préfigurent, dès la fin du xvie siècle, les hommes d’œuvres. Encouragés, par leurs règles et par leurs directeurs, à la communion fréquente jusqu’alors privilège des seuls prêtres, ils se rapprochent en quelque sorte de ces derniers. De même qu’ils en sont proches lorsqu’ils dirigent, du chœur, les chants et les prières de leurs confrères assemblés ou que, tout simplement, ils servent quotidiennement la messe comme le réclament, dès 1575, les règles de Cologne10. Dès lors, ne participent-ils pas, quelque peu au ministère sacré et ne bénéficient-ils pas des grâces accordées au célébrant ? Le père François Coster écrit :

  • 11 François Coster, Le Livre…, op. cit., p. 63.

Car c’est chose juste et équitable que celuy qui en esprit ministre avec le prêtre à la table du Seigneur soir pareillement repeu en esprit avec le prêtre. Tout ainsi qu’il ne serait pas convenable que celui qui aurait servi à la table du Roi, fust envoyé famelic, sans boire ni manger, semblablement ne faut estimer que celuy soit laissé sans réfection spirituelle qui assiste duement, et comme il appartient au Sacrifice de la Messe11

8C’est à une véritable promotion du laïcat que conduisent l’enseignement et les pratiques en usage à l’intérieur des congrégations. Aussi, l’ouvrage du père Coster destiné aux congréganistes, le « Libellus Sodalitatis » dont la première édition est de Cologne en 1576, vise-t-il à amener le fidèle à se conduire en chrétien adulte. L’examen de conscience quotidien est, à ce sujet, l’instrument privilégié favorisant la connaissance plus approfondie de soi. « L’homme par souvent se confesser vient à la cognoissance de soy mesme », écrit le même auteur. Et il le montre avec précision par l’examen successif des sept péchés capitaux. Il écrit :

  • 12 Ibid., p. 29.

Envie est un déplaisir de la prospérité de nostre prochain, conceu pour l’amour de nostre propre excellence. On se contriste par quatre façons du bien d’autruy. En premier lieu, si nous craignons en estre endommagés nous ou d’autres : et cette tristesse n’est point envie, mais crainte. En second lieu, si nous sommes faschés, non pas qu’un autre ait du bien, mais par ce que nous ne l’avons pas, cela est jalousie. En troisième lieu, si nous nous déplaisons qu’un autre ait le bien duquel il est indigne, et cela est desdain. En quatrième lieu, si nous portons à regret le bien d’autruy, parce qu’il semble diminuer notre excellence : cela est envie12.

  • 13 Archives de la province belge méridionale S.J., Namur, fonds Droeshout 23, 2, p. 135.

9Cette observation attentive de soi, ces distinctions si fines entre ses penchants sont remarquables et bien dignes d’un contemporain de Montaigne. Elles révèlent aussi la volonté de donner au chrétien plus d’autonomie, de le rendre moins dépendant des autres, y compris du clergé. Une nouvelle élite chrétienne formée par les jésuites se profile ainsi à la fin du xvie siècle. Elle n’est pas sans inquiéter beaucoup de bons catholiques : que devient la primauté du prêtre sur les laïcs, telle qu’elle a été réaffirmée par le concile de Trente, demandent les chanoines de la Major d’Anvers en 1590 ?13 N’y a-t-il pas risque d’assister chez les fidèles ainsi éduqués à la naissance d’idées assez proches de celle du sacerdoce universel ? Il n’empêche. Malgré les flottements et bientôt les repentirs, une nouvelle image du chrétien se dessine.

La mise en œuvre

  • 14 Archives de la Société de Jésus, Rome, province de Naples, 177, fos14-15, 98-105, 124vo – 125.
  • 15 Ibid., province de Naples, 72, fos54-65.
  • 16 Historisches Archiv der Stadt Köln, Jesuiten, 51, p. 159.
  • 17 Universitätsbibliothek München, manuskript 543.

10Mais l’œuvre serait incomplète, selon l’esprit de la Compagnie de Jésus, si elle ne visait pas, au-delà de la transformation de l’homme, au changement de la société. C’est bien, en effet, à « réformer le monde » qu’Ignace de Loyola appelait ses fils dès la mise en place des constitutions de l’Ordre. Les congrégations – et principalement celles qui s’adressent aux personnages importants – vont devenir l’instrument privilégié pour la réalisation du vœu du fondateur. C’est ainsi qu’à Naples les plus prestigieuses sodalités, celles du Saint-Sacrement et de la Nativité de la Vierge, s’adressent aux seuls nobles. La première fondée du vivant même de Saint Ignace ne tarde pas à être placée sous le patronage de l’empereur. Parmi ses membres se trouvent d’une part le vice-roi suivi par les représentants des plus illustres familles du royaume, d’autre part l’archevêque accompagné de tous les prélats d’Italie du sud14. Quant aux nobles de la Nativité ils sont déjà plus de 550 en 159215. À Munich, il en va de même. La congrégation – qui deviendra la Major – fondée en 1578 prend vite un caractère princier. La découverte dans les fonds « Jésuites » des archives de Cologne d’une des premières listes de membres datant de 1584 révèle une situation en tout semblable à celle du saint Sacrement de Naples. À la tête des laïcs, se trouve le duc Guillaume V entouré de sa cour tandis que le légat du pape conduit les abbés et les prévôts des principales abbayes et collégiales bavaroises du côté des ecclésiastiques16. La plus célèbre congrégation académique de tout le Saint-Empire, celle d’Ingolstadt fondée en 1577 à l’intention des étudiants de l’Université, ne tarde pas à connaître une semblable évolution. Les noms des plus grandes familles du Saint-Empire sont présents sur les listes. Les Wittelsbach se retrouvent auprès des Fugger, les Schwarzenberg près des Bassompierre. Et ces illustres étudiants prennent rapidement un rôle dominant au sein de la Major d’Ingolstadt qui devient vers 1600 et encore plus dans les années qui suivent, le lieu de rencontre de la haute noblesse catholique d’une bonne partie de l’Europe17.

11Les exemples étudiés – et que l’on pourrait multiplier – révèlent bien que l’œuvre dans ses développements répond à une intention précise. Il ne s’agit pas seulement de former une élite spirituelle, encore faut-il qu’elle soit noble et puissante pour donner en quelque sorte au modèle qu’elle est chargée de présenter au monde cette force d’entraînement attendue des membres de la congrégation. Dans son ouvrage célèbre, La Cour Sainte, paru en 1623, le père Nicolas Caussin, futur confesseur du roi Louis XIII, s’en explique à loisir. S’adressant aux nobles, il dit :

  • 18 Nicolas Caussin, La Cour Sainte, Rouen, D. Ferrand, 1642, tome 1, p. 32-33.

Le peuple est comme une mer et vous en estes les vents qui la haussez et baissez comme il vous plaist. Le peuple ressemble au Polype qui change les couleurs selon la diversité des objets, et que vous estes les roches auxquels il s’attache par une longue chaîne de servitude, vous prenez sa liberté et luy donnez la couleur [D’où cette exhortation pressante] : Voyez, ô Nobles, quel empire l’exemple s’en va exerçant sur les cœurs des hommes ? Il ne tient qu’à vous, que vous ne fassiez dès à présent un monde nouveau, que vous ne bannissiez le vice de la terre pour y faire reflorir un âge d’or18.

12Ces principes ici clairement exposés trouvent tout naturellement leur application dans les congrégations de nobles présidées par des princes que l’on voit se mettre en place un peu partout dès les années 1580. Leurs membres ont le devoir de faire partout « reflorir un âge d’or » qui n’est pas sans implications politiques. Déjà, regrouper la noblesse catholique du Saint-Empire à Ingolstadt répond peut-être à un projet qui, à long terme, ne peut manquer d’être lourd de conséquences. À bien plus forte raison, établir la « Cour Sainte » autour d’un prince très catholique, n’est-ce pas déjà œuvrer pour la construction d’un État chrétien dont la Bavière présente l’image à la fin du xvie siècle ? De fait, les intentions étrangères au pur spirituel ne peuvent être écartées. Et si elles existent de la part de la Compagnie de Jésus, elles ne sont, sans doute, pas absentes chez les princes. Ceux-ci, malgré leur profond attachement à l’Église, n’ont peut-être pas pour seule motivation son service en s’inscrivant à la congrégation. Ils peuvent y voir aussi l’instrument qui leur permettra, après la Réforme et les troubles des guerres, de rétablir des liens distendus avec une noblesse divisée, de s’assurer la fidélité de ceux de ses membres qui restent catholiques et de regrouper autour d’eux les éléments qui peuvent servir loyalement.

13Dans quelle mesure ces grandes congrégations n’ont-elles pas servi là où elles existaient à Vienne, à Innsbruck, à Munich, à consolider le pouvoir du prince et au renforcement de l’État ? C’est une hypothèse qui ne peut être présentée qu’avec beaucoup de prudence mais qui, croyons-nous, n’est certainement pas à exclure.

  • 19 Cité par Émile Villaret, Les Congrégations mariales, tome 1 : Des origines à la suppression de la C (...)

14Il n’est pas surprenant, dans ces conditions, que le beau projet des fondateurs des congrégations n’ait pu aboutir à tous les résultats espérés. L’idée d’une élite chrétienne entraînant à sa suite tout le peuple, telle que l’exposé du père Caussin dans La Cour Sainte n’obtiendra pas le succès attendu, malgré quelques essais dispersés. Les intérêts des princes, comme ceux de l’Église, en imposant des infléchissements au projet primitif n’ont pas manqué de le faire dériver au point que parfois les effets se sont révélés être à l’opposé de ceux qui étaient initialement souhaités. À l’extrême fin du xvie siècle, un Siennois jugeait mettre en garde le grand duc de Toscane contre « ces conventicules secrets où la séparation du peuple et de la noblesse menace de ruine la paix sociale et l’union de la République »19. Ce qui devait entraîner la population tout entière risquait de la diviser. Toutefois, ce serait une grande erreur de considérer que, parce qu’il n’a pas abouti dans son entier, le projet a échoué. En réalité, les congrégations ont puissamment contribué à la naissance d’une société d’un type nouveau et à l’intérieur de celles que nous avons ici plus spécialement étudiées, destinées aux notables et aux puissants, s’est formée peu à peu, avec ses mentalités, ses comportements, ses règles de vie, sa piété spécifique, identiques de Louvain à Munich et de Vienne à Lyon, une véritable élite catholique européenne.

Notes

1 Sur l’ensemble de la question, nous nous permettons de renvoyer à notre ouvrage : Louis Châtellier, L’Europe des dévots, Paris, Flammarion, 1987.

2 Cité d’après François Coster, Le Livre de la Compaignie, c’est-à-dire les Cinq Livres des institutions chrestiennes dressées pour l’usage de la Confrérie de la très-heureuse Vierge Marie, mis en français du latin par François Coster, Anvers, Christophe Plantin, 1588, pièce non paginée.

3 François Coster, Cinquante méditations de la vie et louanges de la Vierge Marie Mère de Dieu avec sept méditations sur le cantique Salve Regina, Anvers, Veuve et Jean Mourentorf 1590, introduction non paginée.

4 Historisches Archiv der Stadt Köln, Jesuiten, 51 (règle 3).

5 François Coster, Le Livre…, op. cit., introduction non paginée.

6 François Coster, Cinquante méditations…, op. cit.

7 Archives de la Société de Jésus, Rome, province de Naples, 177, f°6vo.

8 Ibid., f° 257-258.

9 Ibid., f°19-20, 98-105, 247-248.

10 Historisches Archiv der Stadt Köln, Jesuiten, 51 (règle 5)

11 François Coster, Le Livre…, op. cit., p. 63.

12 Ibid., p. 29.

13 Archives de la province belge méridionale S.J., Namur, fonds Droeshout 23, 2, p. 135.

14 Archives de la Société de Jésus, Rome, province de Naples, 177, fos14-15, 98-105, 124vo – 125.

15 Ibid., province de Naples, 72, fos54-65.

16 Historisches Archiv der Stadt Köln, Jesuiten, 51, p. 159.

17 Universitätsbibliothek München, manuskript 543.

18 Nicolas Caussin, La Cour Sainte, Rouen, D. Ferrand, 1642, tome 1, p. 32-33.

19 Cité par Émile Villaret, Les Congrégations mariales, tome 1 : Des origines à la suppression de la Compagnie de Jésus (1540-1773), Paris, Beauchesne, 1947, p. 565-566.

© LARHRA, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search