Version classiqueVersion mobile

Y a-t-il une spiritualité jésuite ?

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Philippe Martin

Les lieux d’expression d’une spiritualité

Les Exercices spirituels dans la collection « Petite Bibliothèque Jésuite » (Lessius)

Yves Roullière

Texte intégral

1 Dans un premier temps, je tenterai de présenter comment s’est élaborée une nouvelle collection intitulée la « Petite Bibliothèque Jésuite », que Pierre Sauvage et moi-même avons fondée. Dans un second temps, je rendrai compte du travail que nous avons effectué sur ce petit ouvrage de Mark Rotsaert intitulé tout simplement Les Exercices spirituels et sous-titré : Le secret des jésuites.

2Je suis évidemment très intimidé de parler devant un parterre d’historiens de métier sur une expérience en cours et dont la part documentaire se situe autant dans notre mémoire forcément infidèle que dans le dossier correspondant à cet ouvrage dont je ne saurais être déontologiquement l’historien.

Une nouvelle collection

3À travers cet exposé, ce rapport, ou bien encore, si je puis me permettre, cette « relecture » d’une expérience assez récente (2008-2012), j’entends bien répondre frontalement à la question qui nous est posée dans ce colloque et qui n’est pas, selon moi, « inutilement provocante » ou rhétorique – car c’est une véritable aporie, une vraie difficulté à laquelle nous avons été confrontés chemin faisant, et donc une question que nous nous sommes nous-mêmes posés, non pas pour nous interroger sur le fondement de la « spiritualité jésuite », mais – questionnement-type d’un éditeur – pour nous interroger sur la « réception » par un vaste public de l’alliance de ces deux mots : « spiritualité » et « jésuite ».

La conception

4En 2008, Jean-Pierre Sonnet, jésuite belge, exégète, et qui était alors le directeur éditorial de Lessius, a fait le constat que les jésuites et le réseau ignatien en général éprouvaient une certaine difficulté – pour ne pas dire une difficulté certaine – à communiquer le « feu qui les habite ». Il projeta alors de créer une collection de petits livres dédiés à la transmission de cette tradition à laquelle les Temps modernes, inutile de le dire ici, sont à tant d’égards redevables. Après en avoir parlé au comité éditorial de Lessius, Jean-Pierre Sonnet a pensé que, vu les nombreux thèmes envisagés, il serait souhaitable que ce projet fût porté par un éditeur belge francophone couplé à un éditeur français. Le sort tomba d’une part, sur Pierre Sauvage, jésuite belge, historien contemporanéiste, spécialiste de l’abbé Jacques Leclercq et de sa revue La Cité chrétienne, et qui à l’époque était directeur éditorial de Lessius ; outre-Quiévrain, le sort tomba sur votre serviteur, laïc français, de formation philosophique, hispaniste, mais surtout éditeur, et qui à l’époque était rédacteur en chef adjoint de la revue Christus, responsable de la collection du même nom chez Desclée de Brouwer, et fondateur de deux collections également liées à cette revue chez Bayard.

5Je vous fais grâce des multiples étapes qui ont permis d’exaucer le souhait de Jean-Pierre Sonnet : entrent en ligne de compte la dimension interculturelle (entre la Belgique francophone et la France), la dimension institutionnelle (entre deux provinces jésuites – Belgique méridionale et Luxembourg et France – à la fois proches et très différentes, et qui s’ignoraient largement jusqu’à il y a une dizaine d’années) et la dimension personnelle (comment plusieurs générations de jésuites, formés de façon très similaire mais dans des contextes très différents, peuvent trouver un langage commun pour exprimer le « feu qui les habite », déjà cité).

6Pour honorer la perspective éditoriale qui était la nôtre, il fallait d’abord refroidir légèrement l’atmosphère en exigeant que précisément chacun s’éloigne un peu de ce feu pour mieux le considérer et le donner à connaître avec toute distance critique nécessaire. Vous l’aurez compris, les ouvrages que nous proposons traitent de la tradition jésuite vue de l’intérieur, c’est-à-dire vue par les jésuites eux-mêmes et par les amis des jésuites. Par là, il ne s’agit pas de jouer sur la corde, ultrasensible aujourd’hui, de ne je sais quelle revendication identitaire. Au contraire, c’est plutôt l’occasion pour chaque auteur – et, espérons-le, pour chaque lecteur – de revisiter, voire de découvrir, sa propre histoire, ce qui ne va jamais sans surprises plus ou moins agréables. Quoi qu’il en soit, de la (re)considérer sans tabou. Tant il est vrai qu’une tradition n’est vivante et reçue que si elle est d’abord questionnée par ceux-là mêmes qui en vivent.

7Après avoir élaboré un premier projet, et afin de mesurer la manière dont une telle collection pouvait être assumée par la Compagnie, nous avons réuni pendant un an un petit comité de quatre jésuites : un Belge (Michel Hermans, historien), deux Français (Guilhem Causse, philosophe, et Dominique Salin, historien) et un Luxembourgeois (Édouard Herr, économiste), deux sexagénaires et deux quadragénaires. Ce comité nous a beaucoup aidés à préciser la teneur des trois axes que nous avons proposés :

  1. Le premier couvrirait la dimension spirituelle de la Compagnie, axe de loin le plus difficile à concevoir et à faire comprendre (j’y reviendrai).
  2. Le deuxième couvrirait la dimension missionnaire de la Compagnie de Jésus. Cet axe est plus attendu dans une telle collection, en tout cas dès qu’il s’agit de pays lointains comme la Chine, l’Afrique noire, l’océan Indien, etc. Toutefois la mission de la Compagnie touche aussi à des domaines qui relèvent de l’apostolat intellectuel (cf. les volumes parus ou à paraître sur la pédagogie, les sciences, les philosophes et les théologiens jésuites) ou des domaines qui relèvent de l’apostolat auprès des pauvres. Nous avons aussi publié un volume panoramique sur cette mission : Une histoire des jésuites : d’Ignace de Loyola à nos jours, par le grand historien américain John O’Malley.
  3. Le troisième mérite un peu plus d’explication. Il entend couvrir quant à lui le champ culturel. L’adjectif est à prendre ici au sens large, car, osons le mot, il s’agit un peu d’une auberge espagnole qui accueille le tout-venant ; vous savez, ces sujets que sans crier gare vos hôtes ou vos convives évoquent spontanément entre la poire et le fromage si vous avez le malheur de dire que vous êtes jésuite ou, pire, que vous travaillez avec des jésuites. C’est ainsi que nous avons publié un ouvrage sur le mythe Loyola par Pierre Emonet, sur la querelle des Provinciales par Paul Valadier, sur la suppression et le rétablissement de la Compagnie de Jésus par Pierre-Antoine Fabre et Patrick Goujon, ou sur le pape noir par Franck Damour. Dans la même ligne, nous avons commandé à John O’Malley un ouvrage sur ce sujet rebattu qu’est « les jésuites et les papes », qui devrait paraître en octobre 2016. Nous prévoyons par ailleurs des biographies des jésuites qui ont fait bouger les lignes comme Pedro Arrupe, Léonce de Grandmaison, etc.

« Ignatien » ou « jésuite » ?

8Presque tous ces thèmes avaient été travaillés au sein du petit comité dont j’ai précédemment parlé. Et sans guère d’hésitation, nous avons projeté d’appeler cette collection « Petite bibliothèque Ignatienne », pour la simple et bonne raison que nous envisagions la publication de petits formats traitant de sujets provenant du fonds « ignatien », autrement dit inspiré par Ignace de Loyola et ses disciples au sens large du terme. Après avoir reçu l’approbation de nos supérieurs hiérarchiques, nous avons tenu à présenter le projet à une dizaine de personnes d’âge différents, mais ayant pour commun dénominateur de très mal connaître la Compagnie de Jésus ; nous l’avons présenté également à des personnes ayant affaire à ces lecteurs, des prescripteurs (bibliothécaires, libraires, professeurs, etc.). L’accueil, il faut l’avouer, fut d’emblée très favorable, sauf, à notre grande surprise, sur un point : le choix de l’adjectif « ignatien ». Ne faisant pas spontanément le lien entre « ignatien » et Ignace de Loyola, la plupart ne comprenaient tout simplement pas ce titre (ce lien est par contre beaucoup plus simple à faire pour les franciscains et les dominicains, par exemple). Les prescripteurs, quant à eux, s’ils connaissaient le sens de l’adjectif, nous ont fait remarquer qu’« ignatien » était avant tout employé pour désigner une spiritualité et pas une tradition missionnaire ou culturelle. Pour tous, c’était incontestablement « jésuite » qu’il fallait accoler à cette « Petite bibliothèque ».

9Nous avons donc été confrontés à un double paradoxe :

  • Si, ad intra, l’adjectif « ignatien » est perçu comme un gage d’ouverture, comme une preuve qu’Ignace a essaimé bien au-delà de la Compagnie (et nous autres directeurs de collection étions aussi dans cette perception), ad extra, le même adjectif est perçu comme obscur et comme accaparé par un petit milieu qui est le seul à savoir de quoi il retourne.
  • Et si, ad intra, l’adjectif « jésuite » est perçu comme la propriété d’un Ordre religieux avec les qualités et les défauts des hommes qui y ont été admis, ad extra cet adjectif s’avère gage d’ouverture d’esprit, les « jésuites » étant perçus, à tort ou à raison, comme porteurs d’un catholicisme novateur, capable d’expertises solides sur le monde réel, sur l’actualité politique et religieuse, sur la culture, et symbole d’une certaine indépendance d’esprit vis-à-vis de la hiérarchie. Et inutile d’ajouter que cette image s’est fortement accentuée depuis l’élection d’un pape jésuite.

10De l’eau a donc beaucoup coulé sous les ponts. Car il n’est pas loin le temps où le mot « jésuite », qu’il soit substantif ou adjectif, était immédiatement synonyme de fourbe, hypocrite – et je passe sur le bestiaire qui l’illustrait. Deux petites anecdotes : a) J’ai connu deux correcteurs jésuites à Christus qui avaient officié dès les débuts de la revue (1954), et pour lesquels il était impensable de ne pas mettre de majuscule au substantif « Jésuite » afin d’éviter toute ambiguïté dommageable ; b) Il y a dix ans, des jésuites de ma génération étaient venus me consulter pour savoir si, sur une affiche invitant à un anniversaire important, cette même majuscule s’imposait. Ma réponse négative les a rassurés, et nous avons alors pu constater que le mythe jésuite avec tous ses fantasmes était bel et bien mort – en attendant d’être enterré – pour laisser place à une certaine confiance envers des hommes en chair et en os.

11De cette modeste expérience, je tirerai une leçon toute provisoire. Stricto sensu, la « spiritualité jésuite » ne suppose pas seulement les Exercices spirituels adoptés par les membres de la Compagnie qui doivent au moins faire deux fois dans leur vie les fameux trente jours ; la spiritualité jésuite suppose tout autant adoptées les Constitutions de la Compagnie de Jésus, actualisées par les Congrégations générales, ce sur quoi les compagnons travaillent lors de leur troisième an. On peut donc légitimement parler d’une « spiritualité des Constitutions », marquant une pleine et radicale confiance, y compris sur le plan intime, privé, envers une institution, avec tout ce que cela suppose. Mais qu’est-ce à dire dans notre monde qui, depuis les années 1970, tout en démythologisant, s’est fait fort de désinstitutionnaliser à tout va ? Face à l’effondrement effectif des institutions dans les années 1980-1990, j’ai été témoin, à partir de la revue Christus, des efforts à certains égards désespérés de fonder une spiritualité chrétienne en dehors ou à distance respectueuse de l’Église, de l’État, de la société, des dogmes religieux ou profanes, et dans un autre ordre, du mariage ou de la famille. Même ladite « spiritualité laïque » ne cherchait pas tant à faire contrepoids aux institutions républicaines qu’à faire sécession à l’égard de la tradition spirituelle chrétienne. L’intérêt qui prévaut actuellement pour le champ « jésuite » n’est-il pas le signe d’une volonté de réinstituer la spiritualité en amont et en aval de la dynamique d’un « vivre ensemble » ? En d’autres termes, la spiritualité ne pourrait-elle demeurer, en pastichant Certeau, un « lieu pour se perdre » mais pour mieux se retrouver, et se retrouver en société, en quête de justice et de paix ? Je rêve peut-être, mais c’est ainsi que je comprends l’extrême attention que le monde occidental porte aujourd’hui aux moindres faits et gestes du pape actuel qui visent à redonner un sens prophétique à l’institution Église, quitte à la subvertir de l’intérieur.

Comment présenter les Exercices spirituels au plus grand nombre ?

À la recherche d’un nouveau langage

12J’en viens à la mise en musique de la collection « Petite bibliothèque jésuite » à travers l’exemple de ce petit livre : Les Exercices spirituels : le secret des jésuites de Mark Rotsaert. L’auteur est un jésuite belge, flamand, historien de la spiritualité et directeur du Centre de spiritualité ignatienne de la Grégorienne à Rome. C’est en outre un des rares jésuites, en dehors de l’Espagne, qui ait de vraies compétences en espagnol classique, et à ce titre il est très précieux sur les sources et le contexte dans lesquels sont nés les Exercices. C’était donc l’auteur qui nous fallait, car pour ce livre nous visions un public qui voit avant tout les Exercices comme un objet de connaissance, un public qui a eu vent des Exercices et de leur vocabulaire à travers les réseaux jésuites et ignatiens, ou tout simplement en ouvrant un livre où il en est question – et nombreux sont les ouvrages qui y font au moins allusion, qu’ils relèvent de l’histoire religieuse, de l’esthétique, de la psychologie (avec ses récents avatars : l’ennéagramme, le développement personnel), sans oublier que le pape actuel (encore lui !) ne fait pas mystère de sa formation spirituelle jésuite.

13Nous ne nous adressons donc pas en priorité à ceux qui ont fait les Exercices ou qui entendent les faire, c’est-à-dire à des personnes qui sont déjà, peu ou prou, inscrites dans une démarche spirituelle. Cette démarche est présupposée pour avoir accès aux ouvrages de la collection de la revue Christus chez Desclée de Brouwer, et maintenant chez Lessius, ceux des suppléments Vie Chrétienne ou de la collection « Spiritualité ignatienne » chez Fidélité. Quant à nous, s’il fallait nous trouver des références, ce serait plutôt le vénérable Dictionnaire de spiritualité (17 vol., Paris, Beauchesne, 1935-1995) ou le plus récent Diccionario de espiritualidad ignaciana conçu par les jésuites espagnols avec de nombreuses contributions internationales (2 vol., Santander, Sal Terrae, 2007). Ces deux monuments s’attachent en effet à définir chaque notion en la mettant dans le contexte où elle a été conçue, puis en la mettant à l’épreuve du temps, à l’épreuve donc de quatre siècles en ce qui concerne la tradition jésuite.

14Une telle collection se situe par conséquent dans la ligne de la mission que le pape Benoît XVI avait rappelée aux jésuites lors de leur dernière Congrégation générale en 2008 : « Faire connaître le vrai visage du Seigneur à tous ceux pour qui, aujourd’hui, ce visage reste caché ou méconnaissable. » Dans le modeste cadre de cette collection, cette mission passe donc par le renouvellement – sans prétention – du langage sur les Exercices. Un langage accessible, mais pas au rabais ; un langage qui puisse rejoindre un athée, un agnostique (ou l’athée ou l’agnostique qui sommeille en chaque croyant). Le livre doit être écrit par un connaisseur, un praticien des Exercices, un auteur qui fasse autorité pour le lecteur, sans que celui-ci se sente pris en otage par les finalités de ces Exercices – finalités qu’il ne partage pas forcément. Donc, ni muséographie (cette spiritualité est vivante), ni prosélytisme. Notre ligne éditoriale pourrait se résumer par ce quasi-oxymore : une présentation objective du feu qui nous brûle.

La feuille de route

15Mais après les paroles, les actes ! Je vais commenter la structure du livre à partir des notes internes que j’ai conservées, avant de vous livrer quelques réactions à la version finale.

16La structure du livre que nous avons établie avec l’auteur est la suivante : Introduction ; I. Origine des Exercices ; II. Finalités des Exercices ; III. Pratiques des Exercices des origines jusqu’au Concile Vatican II ; IV. Pratiques des Exercices depuis le Concile.

17Et voici ce qu’à peu près nous suggérions à l’auteur pour l’introduction, et c’est déjà tout un programme. Il nous semble qu’il faudrait commencer par les images auxquelles renvoie cette formule des « Exercices spirituels », les regarder en face, y répondre sommairement : a) Montrer que ce n’est pas une invention d’Ignace. Les stoïciens et les plotiniens faisaient des exercices spirituels pour assainir leur esprit, méthodes que revendique une certaine « spiritualité laïque », très en vogue (il suffit de consulter ce petit classique de Pierre Hadot, Exercices spirituels et philosophie antique, ou des auteurs comme André Comte-Sponville ou Christophe André). Il s’agit de marquer proximités et différences avec ces traditions ; b) Beaucoup ont ironisé et ironisent encore sur le terme d’« exercices » : serait-ce une gymnastique de l’esprit ? c) Plus radicalement, un soupçon théologique a pu poindre sur l’utilisation de l’adjectif « spirituel » : prétendrait-on par ces exercices avoir prise sur l’Esprit Saint ? d) Les Exercices ne sont plus depuis longtemps (l’ont-ils jamais été ?) la propriété des jésuites : c’est un patrimoine de l’Église, comme, par exemple, le rosaire qui n’appartient pas aux dominicains. Et, comme le rosaire, il faut pouvoir dire d’emblée que si ces Exercices sont faits pour tous, moyennant de multiples adaptations, ils ne fonctionnent pas pour autant chez tout le monde.

18Par ailleurs, on dit que les Exercices de saint Ignace sont le secret des jésuites (leur arme secrète). Qu’en est-il vraiment ? Pour les gens éloignés de l’Église, et a fortiori du monde ignatien, ce qui se passe au sein des Exercices est souvent fascinant, car ils ont tendance a contrario à percevoir les rapports interpersonnels dans l’Église sous le seul angle de la pastorale ou de la morale. Ce lieu « neutre » où tout peut être exprimé, des plus grandes joies aux plus grands doutes, est l’objet de beaucoup de fantasmes. L’enjeu du livre pourrait être de démythifier cette « retraite », d’en présenter la nue réalité sans en cacher la part de mystère qui y réside. C’est la raison pour laquelle il nous paraît important d’expliquer le plus précisément possible le rôle que jouent les Exercices dans la vie des jésuites. Chose très peu connue, et à tout prendre très révélatrice de l’enjeu des Exercices : a) Par les périodes durant lesquelles les jésuites font les Trente jours. Deux élections, deux décisions cruciales sont en jeu ; b) Par la manière dont ils les pratiquent à d’autres moments (retraite annuelle, accompagnée ou non, huit ou dix jours qui permettent de confirmer, d’infirmer, de changer certaines inflexions des précédentes décisions importantes) ; c) Par leur influence sur la prière quotidienne, de l’oraison du matin à l’examen de conscience du soir.

19On aura compris que nous entendons faire passer les Exercices par le feu des questions les plus triviales comme les plus subtiles, les plus légères comme les plus sensibles. Mark Rotsaert intégrera l’essentiel de ces suggestions, non sans faire un tri. Le plus important est qu’il ait assumé remarquablement deux grands principes que nous nous étions fixés dans notre souci d’« objectivité » :

1) D’une part, donner le maximum de perspective historique au thème traité, en indiquant les origines des Exercices, dans quelle tradition se coulait Ignace (1ère partie du livre) ; puis les différentes pratiques dont ils furent l’objet depuis leur promulgation officielle jusqu’à nos jours (3e et 4e parties). Le regard rétrospectif en amont oblige l’auteur et in via le lecteur à relativiser l’unicité d’Ignace et à aller au cœur de ce qui fait son génie, c’est-à-dire l’agencement des différents exercices, sa manière de procéder. Le regard rétrospectif en aval relativise quant à lui l’importance que l’on a donnée aux Exercices durant les siècles passés : elle fut très variable, et des éléments qui nous paraissent fondamentaux aujourd’hui (comme le discernement des esprits ou l’application des sens) furent quasiment passés sous silence du xviie siècle jusqu’au milieu du xxe, alors que les méditations de l’enfer et des deux étendards étaient énormément mises en valeur… Ces différences d’accent valent aussi entre pays, entre cultures, entre manières d’envisager les Exercices : historiographique, pratique ou intellectualisante...

20C’est ainsi que nous imposons ce régime « historique » à chaque auteur, qui, bien sûr, suivant le thème qu’il traite, lui donne des tonalités très variées : on n’aborde pas historiquement un thème comme « Consolation et désolation » (Nicolas Rousselot) de la même manière qu’un thème comme « le Règne du Christ » (Claude Flipo) ou l’« indifférence » (Luc Ruedin).

212) D’autre part, respecter le vocabulaire des Exercices spirituels. Et pourtant, nombre de ces mots sont à double détente, à commencer par « Exercices », mais aussi « colloque », « disposition de sa vie », « élection », « examen de conscience », « fruit spirituel », « goût », « motions », « répétition », « sentir », etc. Or la preuve est faite que les traductions-adaptations proposées à chaque génération ont paradoxalement vieilli très vite, alors que les termes d’origine parfois obscurs, parfois faussement simples – ont gardé toute leur puissance suggestive. Charge à l’auteur d’en expliquer le contenu.

Conclusion

22Pour conclure, je voudrais simplement donner une idée des premières réactions que nous avions suscitées en proposant un prototype de l’ouvrage achevé, une forme d’exemplaire zéro. Nous avons reçu une quarantaine de réactions, dont quinze provenant de personnes se disant agnostiques ou athées. Le contraste est impressionnant entre les personnes qui donnent les Exercices, celles qui ne les connaissent pas et celles, croyantes, qui travaillent avec différents milieux (enseignement, travail social, entreprise, etc.).

23Les praticiens des Exercices ont été parfois durs sur l’ouvrage, lui reprochant sa façon de mettre le texte à plat, « sans souci d’une appropriation personnelle ». Ils ne voyaient clairement pas l’utilité d’un tel ouvrage pour eux, et pensaient même le déconseiller à leurs retraitants. Loin de nous heurter, ces avis nous ont plutôt confirmé que le public recherché ne se trouvait pas dans le lectorat en quête de lecture spirituelle.

24Les personnes agnostiques et athées qui n’ont jamais entendu parler des Exercices se sont dites « intriguées » par cette terra incognita que donne à connaître la perspective historique au début du livre. Elles ont cependant regretté qu’il ne soit pas trop fait cas des « laïcisations » des Exercices dans le domaine du développement personnel et du management. Ces avis nous ont confirmé que le public recherché ne se trouvait pas chez ceux qui cherchent de nouveaux outils inspirés de la tradition des Exercices, mais qu’il pouvait toucher un public curieux et pour cela même difficile à cerner.

25Quant aux personnes croyantes qui sont en contact avec le monde du travail, l’accueil fut très positif, en ce qu’il est, dit une personne interrogée, « une bonne introduction aux Exercices pour quelqu’un qui voudrait les “connaître” avant de les faire ». Cette même personne voyait un grand intérêt à présenter l’ouvrage aux directeurs, professeurs et éducateurs des établissements sous tutelle ignatienne, ainsi qu’à certains parents d’élèves. Il est clair que ce lectorat était pour nous le premier public visé, et les bons chiffres de vente prouvent que cet ouvrage est entré dans la logique d’une première approche de ce « secret des jésuites ».

© LARHRA, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search