Version classiqueVersion mobile

Y a-t-il une spiritualité jésuite ?

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Philippe Martin

Les lieux d’expression d’une spiritualité

Spiritualité jésuite et spiritualité ignatienne

Genèse et histoire de la revue Christus

Rémi de Maindreville

Texte intégral

1En ouvrant leur spiritualité à tous, les jésuites font de celle-ci un lieu de discernement, d’orientation, de débat. En retour, cet apport vient nourrir et élargir aux dimensions du monde la relation des jésuites au Christ, sur le plan personnel et communautaire. Telle est la lecture que peut inspirer la création et l’histoire de Christus, et que développe cette étude.

2Nous bénéficions pour cela d’une matière riche et abondante :

    • 1 « Témoin de la vie spirituelle de notre temps, 1954-2004 », Christus, numéro du cinquantenaire, Hor (...)

    La revue elle-même avec ses 244 numéros et ses hors-séries, parmi lesquels le n° 1, dont le liminaire annonce le projet, la vocation de cette nouvelle revue spirituelle. Ainsi que le précieux numéro du cinquantenaire1 édité il y a dix ans, dans lequel Étienne Fouilloux, tout particulièrement, retrace la genèse et le développement de Christus. Cette intervention y a largement puisé, en premier lieu la périodisation qui guide le propos.

  • Mais pour la question qui nous occupe, les archives de la revue, bien conservées, apportent un regard et des précisions de première main. Les échanges de courrier, les comptes rendus de réunion ou d’enquête, des rapports dessinent les contours de l’ignatien et du jésuite dans les années qui environnent la création de Christus.

3C’est par un retour sur les origines et le projet initial de la revue que débutera cette étude. Deux autres périodes lui font suite, celle de la confrontation aux sciences humaines, et celle de l’accompagnement spirituel qui ne sera pas abordée ici.

« L’authentique spiritualité ignatienne »

  • 2 Le père Jean-Baptiste Janssens, né en Belgique 1889, fut supérieur général de la Compagnie de Jésus (...)

4Aux origines de Christus, une longue gestation en éclaire les enjeux spirituels. De la réunion des quatre provinciaux français, où le projet d’une revue spirituelle prend naissance à la fin mai 1951, jusqu’à la parution du premier numéro à Noël 1953, il ne s’écoule pas moins de deux ans et demi qui prennent rétrospectivement l’allure d’un triple discernement. Premièrement, une nouvelle revue de spiritualité est-elle « nécessaire », selon l’expression du père général J.-B. Janssens2 qui demande, le 28 juillet 1951, « que l’on examine la chose à fond » ? Quand la décision est prise au printemps 1952, un second discernement s’amorce sur l’orientation de la revue et sa destination : spécialisation et formation des Nôtres (jésuites) ou problèmes d’apostolat et d’action catholique ? Car cela engage la ligne éditoriale et le profil des rédacteurs. Enfin, quand est mise en chantier « une revue de spiritualité ignatienne d’intérêt général » (fin 1952-début 1953), la première équipe soumet une proposition de sommaire du premier numéro à l’avis de jésuites très diversement situés dans l’apostolat, pour recueillir leur sentiment et leurs remarques. Chacune de ces étapes, en effet, fait l’objet d’enquêtes, de consultations, de réactions personnelles ou plus rarement collectives, qui mettent en débat la spiritualité de la Compagnie et les enjeux qui la traversent.

  • 3 Fondée en 1910 par le père de Grandmaison, la revue théologique jésuite Recherches de science relig (...)

5La toute première idée d’une revue spirituelle jésuite jaillit de deux hommes à quelques années de distance, deux jésuites, deux « formateurs des nôtres », l’un, le père Bonsirven est théologien et enseigne l’exégèse dans les années 1940, l’autre est théologien moraliste, le père Mogenet, qui reprend l’idée au début des années cinquante, mais refusera d’en porter le projet que les provinciaux veulent lui confier en 1951. Le point commun de ces deux initiateurs est une même conscience très vive d’un manque de formation spirituelle préjudiciable à la compréhension du message du Christ, au discernement de sa présence et à son annonce dans le monde moderne. Mais leurs perspectives diffèrent profondément. Là où le père Bonsirven, plus ancien, cherche, dans la ligne des années 30 une revue spirituelle qui unifie la connaissance et féconde de l’intérieur toutes les parties de la théologie, le père Mogenet, lui, propose une revue de spiritualité ignatienne, qui s’adresserait plus largement « aux prêtres, religieux, religieuses, laïcs qui, engagés dans une vie apostolique, désirent mieux connaître la doctrine spirituelle des Exercices ». La revue serait rattachée pour l’administration aux Études comme le sont alors les Recherches3.

  • 4 Le père Henri Holstein (1906-1980), professeur de théologie à l’Institut catholique de Paris fut ch (...)
  • 5 Village de la Drôme où se trouve la maison-mère des prêtres coopérateurs du Christ-Roi, fondés par (...)
  • 6 Le père A. Roustand (1902-1973) avait lancé « les 5 jours de Paray-le-Monial », œuvre de formation (...)
  • 7 Teilhard de Chardin, Le Milieu divin, Paris, Seuil, 1993.

6Cette perspective « sourit à un certain nombre des Nôtres qui lui font un sympathique accueil » écrit le père Holstein4 dans son rapport du 31 janvier 1952 destiné aux provinciaux. Objectivement, poursuit-il, « il est important que la spiritualité ignatienne authentique puisse s’exprimer. Elle est ou bien ignorée, ou bien travestie ». Sont explicitement visées et nommées ici des lectures excessives, voire des dérives, d’une spiritualité ignatienne souvent limitée aux Exercices spirituels : « les terreurs paniques de Chabeuil »5, « le dolorisme du père Roustand6, le « Milieu divin » du père Teilhard7, ou encore « soit un volontarisme stoïcien, soit un activisme auquel n’échappent pas certaines publications d’action catholique ». Dans les séminaires et les centres de formation, on manque « à peu près totalement de normes objectives d’appréciation », qu’il serait urgent de fournir.

7Les prêtres et plus encore les scolastiques « se plaignent que la spiritualité de la Compagnie n’est pas assez travaillée », écrit encore le père Holstein. Une soif spirituelle évidente marque leur réaction aux propositions de titres et du sommaire du premier numéro qui leur ont été envoyées au printemps 1953. Un groupe de scolastiques de Chantilly, parmi lesquels R. Heckel, G. Duvoisin, C. Cordonnier, J. Mambrino, P. Lamarche, évoque ainsi une double orientation de la revue pour intéresser « des hommes avides de Dieu ». « Notre réalité humaine actuelle dont il faudrait discerner les esprits ; la Réalité de Dieu telle que la comprend ou la contemple saint Ignace. De chacun de ces points de départ il est clair qu’il faudra rejoindre l’autre », écrivent-ils dans leur réponse, conscients d’avoir à « transmettre les richesses spirituelles confiées à la Compagnie dans l’Église par l’Esprit ».

  • 8 Lettre encyclique du pape Pie XII promulguée le 12 août 1950. Dénonçant diverses erreurs de la pens (...)
  • 9 Le père Donatien Mollat (1904-1977), exégète à l’Institut biblique (Rome), auteur de nombreux ouvra (...)

8Au-delà des centres de formation, le projet de revue réjouit de nombreux Pères, car beaucoup y voient, à l’instar du père Viller par exemple, un vrai motif de consolation, un moyen de sortir de la désolation spirituelle provoquée par la crise de la nouvelle théologie et l’accueil de l’encyclique Humani generis8, la question des prêtres-ouvriers, l’œcuménisme, qui ont profondément touché et blessé les jésuites et leur environnement. Créer cette revue nécessaire, c’est revenir aux sources de ce qui nous constitue comme jésuites, dans une fidélité réelle à l’Église et à l’intelligence de la foi dans un monde et une culture en plein changement. C’est à la fois une source de joie et de dynamisme apostolique renouvelé. « Qu’elle soit l’occasion, si elle (la revue) se fonde, d’un approfondissement spirituel de notre part, et même d’un meilleur engagement spirituel et d’une prise en charge plus nette des aspirations religieuses et des besoins spirituels de notre temps », écrit de son côté le père Mollat le 3 février 19529.

9Renouveler l’engagement spirituel dans l’Église au service du monde et discerner les aspirations du temps donnent plus qu’une orientation claire à la nouvelle revue. Le contenu de ce que peut être « l’authentique spiritualité ignatienne » s’ouvre et se dessine là. Non seulement une « juste doctrine des Exercices spirituels » comme on disait à l’époque et une bonne formation à la « direction » et au discernement des esprits. Mais plus largement, comme l’écrit encore le père Mollat dans sa lettre, « je crois que nous devons faire effort pour tirer au jour les trésors de notre tradition spirituelle (primitive) et publier, commenter, mettre en valeur des textes comme le journal spirituel de saint Ignace, le journal de Nadal, l’exemple de Pierre Favre, les lettres de saint François-Xavier… Il y a là des sources d’eau vive et nous n’avons pas le droit de boucher ces puits comme des Philistins… Mais il faudrait veiller à mettre toujours en relief l’aspect universel de ces textes et de ces exemples, comme le faisait si bien le père de Grandmaison ». Ce propos du père Mollat clarifie et précise le caractère « authentique » de la spiritualité ignatienne. Comme d’autres jésuites consultés, il prône un élargissement et une publication des sources textuelles que reprend et décline le rapport Holstein de janvier 1952, et que Christus mettra en œuvre dès les premiers numéros. Mais il souligne aussi deux réalités fondamentales : partager la spiritualité ignatienne authentique ne relève pas d’abord du besoin, de l’urgence, ou de la nécessité de transmettre l’interprétation juste et fidèle, donc d’une analyse politique ou stratégique, pour faire bref. C’est d’abord accomplir l’œuvre de l’Esprit à laquelle on ne peut manquer sans trahir sa mission. C’est, comme l’écrivaient les scolastiques, transmettre les richesses qu’il nous confie pour que l’Église en vive et s’en enrichisse. Négliger cela assèche les ressources et les capacités spirituelles et apostoliques des baptisés, comme les Philistins asséchaient les puits de la Terre promise pour briser l’avancée du peuple de Dieu.

10Mais la lettre du père Mollat va aussi plus loin dans la perception de la spiritualité ignatienne et donne à sentir quelque chose de neuf à l’époque. Loin de s’en tenir à « un ensemble de fait », comme l’écrit le père de Guibert en 1953, un ensemble cohérent de règles, méthodes, exercices, moyens ou outils performants à appliquer, la spiritualité ignatienne est bien plus fondamentalement ouverture à Dieu, écoute de l’Esprit qui appelle et se dit dans la particularité d’une rencontre, qui se reconnait dans la conversion et le dynamisme apostolique et spirituel de ceux qui y répondent. C’est là que s’éprouve le discernement des esprits. C’est pourquoi la spiritualité ignatienne ne peut se réduire aux seuls Exercices spirituels qui en sont la base, ni même aux seuls écrits d’Ignace. Elle est avant tout vie spirituelle, vie dans l’Esprit qui se communique à travers elle et ne cesse de l’enrichir de la diversité des réponses, des services et des fruits qu’elle engendre dans l’Église depuis Ignace et ses premiers compagnons. La Compagnie de Jésus est à bien des égards le principal acteur et porteur de cette spiritualité à travers les siècles, mais dès les origines, des laïcs hommes et femmes, des prêtres, les « Iniguistes » avant même 1540, les Congrégations mariales un peu plus tard, alimentent cette « eau vive » nouvelle et lui donnent aussi un visage non jésuite.

11Le père Mollat n’a pas joué de rôle spécifique dans la fondation de Christus, mais on est tenté de dire que sa lettre formule avant les faits la mission et la ligne éditoriale de cette nouvelle revue, au moins dans sa première période.

  • 10 Revue hebdomadaire française destinée à actualiser la formation du clergé, publiée à Langres de 187 (...)
  • 11 Revue d’histoire et de théologie spirituelle publiée à Toulouse par les jésuites (1920-1971), deven (...)
  • 12 Œuvre jésuite créée à Reims en 1903 par le père H. Leroy dont la mission est d’assurer une présence (...)

12Tous les jésuites consultés n’allaient pas dans ce sens, on s’en doute, et il y eut des opposants à la création de Christus. Il s’agit souvent de craintes devant les risques soulevés par le projet plus que d’opposition proprement dite. On ne sent pas bien la nécessité d’une revue spécifique alors que L’Ami du clergé10 joue un rôle pastoral et spirituel de premier ordre, et que la Revue d’ascétique et de mystique11 explore et met au jour les fondements spirituels de la Compagnie de Jésus. Tel ou tel se demande si on ne court pas là un risque d’affirmation trop identitaire dans un contexte où l’humilité devrait prévaloir. Mais ces mises en cause et d’autres réponses éclairent des enjeux beaucoup plus conséquents sur le plan spirituel, bien qu’ils ne soient pas exposés comme tels. Lorsque les pères de l’Action populaire12, le père de Lestapis, le père Bigo à plusieurs reprises – et qui pourtant aide de manière très pratique à la création de la revue –, mettent en doute la réalité d’une spiritualité ignatienne, ce n’est pas par ignorance ou méconnaissance des sources de la Compagnie. Ils réactivent un débat qui est presque aussi vieux que la Compagnie elle-même. Que peut donc être une spiritualité ignatienne qui ne serait pas une mystique de l’action et du service ? « Aider les âmes » fut la motivation d’Ignace pour étudier. La crainte réitérée de ces Pères est aussi celle de plusieurs aumôniers d’action catholique : l’évasion, la désertion de l’action et des responsabilités dans la société, au profit d’un salut par la piété et la pratique des sacrements. Le coup d’arrêt porté aux prêtres-ouvriers, le contexte d’Humani generis actualisent et dramatisent la question.

  • 13 Le père Maurice Giuliani (1916-2003), rédacteur en chef de Christus (1953-1962) puis à Études de 19 (...)

13Le contenu du premier numéro de Christus est limpide par rapport à ce débat. Après le dossier sur « Le Christ Notre Seigneur », le père Giuliani13 présente un choix de textes de Jérôme Nadal sur l’appel du Christ à l’aider « pour achever dans l’histoire ce qu’il a commencé sur sa croix… De notre union concrète qui nous unit à la passion du Christ jaillissent la force qui envoie au combat et l’amour qui retient en Dieu ». Dans la chronique qui suit, intitulée « Présence actuelle du Christ », le père Giuliani offre des témoignages de militants laïcs qui évoquent leur vie de prière, de contemplation. « Un chrétien qui cherche à prendre conscience des réalités spirituelles dont il vit ne découvre d’abord en lui ni sa vertu, ni ses fautes, ni la beauté de son sacrifice, ni l’épanouissement de son bonheur : toutes choses sont absorbées et comme perdues dans la présence invisible de Celui qui l’a « saisi », le Christ Jésus », écrit-il d’entrée de jeu.

14Ni revue savante, ni revue pastorale, Christus veut faire respirer l’action et nourrir un amour actif du Christ. Le projet est résolument mystique. Aujourd’hui encore, pour cette raison, beaucoup de lecteurs lisent la revue comme un livre de chevet. Intimité avec le Christ et ressorts de l’action s’y lient profondément, à l’image, au fond, de la première équipe de rédaction. Le père Giuliani en était le premier responsable, sous la houlette des père Holstein et Guillet, avant que F. Courel, F. Roustang et M. de Certeau ne les rejoignent en 1956. Le succès est immédiat et dix ans plus tard la revue tire à plus de 10 000 exemplaires par parution.

Le tournant des années 60 : spiritualité et sciences humaines

  • 14 Dans cet article d’une grande lucidité, F. Roustang montre que l’homme qui émerge du Concile Vatica (...)

15En 1966, l’article de F. Roustang sur « le troisième homme »14 provoque un choc considérable auprès des lecteurs, au sein de l’Église et jusqu’au pape, et bien plus largement dans la société et la culture de l’époque. On ne manque pas d’ailleurs d’y voir une crise de la Compagnie. Pour Christus s’amorce là une profonde fragilisation de la rédaction qui ouvre une période d’incertitude et de débat jusqu’à ce que le père Joseph Thomas, nommé rédacteur en chef en 1971, assure une nouvelle stabilité.

16Avec « Le troisième homme », la revue Christus est-elle sortie de sa mission de discernement au profit d’une critique qui ne laisse aucune institution tranquille à l’époque ? Démissionne-t-elle du terrain de la vie spirituelle pour se perdre dans des préoccupations profanes ?

17En réalité, une évolution s’est amorcée bien avant.

  • 15 Michel de Certeau (1925-1986) rejoignit Christus en 1956, et il en fut le directeur-adjoint de 1963 (...)

18Le 22 septembre 1964, F. Roustang, rédacteur en chef de Christus depuis le départ de M. Giuliani à Études (1962), et M. de Certeau15, rédacteur en chef adjoint, signent un courrier adressé, entre autres semble-t-il, aux membres du comité de rédaction, à la consulte doctrinale de la revue et aux provinciaux. Dans cette lettre-enquête, les auteurs évoquent le « tournant » qu’ils ont « cherché à prendre » depuis un an, avec l’accord des provinciaux et même du père général, sur « l’orientation à donner à la revue » : « La responsabilité de Christus… nous oblige à adopter un point de vue plus large et à essayer de situer le travail de cette revue, tributaire de son passé, en fonction des besoins apostoliques présents ». S’ensuivent trois questions. La première appelle un « avis » sur les numéros de l’année écoulée : différences par rapport aux précédents ? Apport réel ou possible de l’orientation qui se cherche ? Cette première question est illustrée par une courte synthèse d’avis opposés, d’origine laïque et religieuse, mais manifestant un décalage entre les thèmes évoqués et l’enseignement traditionnel de l’Église. La seconde question touche l’avenir et cherche à identifier les desiderata des Pères jésuites, les problèmes de fond à traiter et la manière de les aborder. Enfin « en conclusion et à titre de symbole… vous serait-il possible de tracer un portrait du jésuite que vous voudriez voir à l’œuvre aujourd’hui, et qui réponde en même temps aux exigences de notre vocation et à celles de notre époque ? » Il s’agit donc de valider une ligne éditoriale nouvelle au moins dans plusieurs aspects.

19Après dix ans de thèmes destinés à approfondir la vie spirituelle dans la foi de l’Église catholique en rendant accessible la tradition ignatienne, quelques numéros de 1963-1964 pointent des situations et des attitudes humaines qui appellent à discerner l’Esprit qui y souffle, bien au-delà des limites de l’Église et d’une foi doctrinale. Tels les numéros 41 (« Paix pour les hommes »), 43 (« L’homme spirituel, homme véritable »), 44 (« Éducateurs »).

20Les quelques réponses, assez développées, à la lettre de Roustang-Certeau sont bienveillantes et favorables à ce tournant, avec une attention particulière au style qui doit demeurer simple et concret. On y voit une préoccupation heureuse à l’égard de l’évolution des personnes et des questions qui se posent à une vie spirituelle présente. Mais ce qui n’est pas perçu et laisse entrevoir un malentendu abyssal, c’est le changement de regard et d’attitude spirituelle – une conversion spirituelle à proprement parler – que requiert cette évolution et qu’induit le courrier du 22 septembre. Déjà leurs propres articles dans les numéros évoqués dessinent et mettent en œuvre cette attitude, en référence au Christ et à Ignace, tels « La conversion du missionnaire » (40) ou « Donner la parole » (44) de M. de Certeau, ou encore « La rencontre des autres » (43) et « Aider le prochain » (44) de F. Roustang. À l’exception de F. Courel qui insiste sur l’ouverture et l’humanité du jésuite – « non doctoral » –, les réponses convergent dans l’éclairage à sens unique que Christus doit porter à ses lecteurs, prêtres et laïcs : « nécessité d’une anthropologie religieuse et surnaturelle pour éclairer les questions du laïcat », écrit le père Holstein, tandis que le père Guillet souhaite « qu’à côté d’un titre classique comme « L’humilité », un numéro sur l’accusation portée contre Dieu par l’homme d’aujourd’hui puisse voir le jour ». La consulte doctrinale reconnait bien dans ce tournant « la ligne des fondateurs », « le souci de rattacher la vie spirituelle à l’expérience banale, quotidienne », mais elle y voit un moyen d’éviter « un ésotérisme périlleux » et un moyen d’atteindre davantage de laïcs. Bien qu’aucun ne veuille « régionaliser » ou enclore le spirituel dans un « lieu » et un langage définis, tous s’accordent à dire, comme la consulte doctrinale, « que l’homme nous est finalement connu par la relation que Dieu nous donne dans son Fils ». Mais ce que l’homme aux prises avec son existence peut expérimenter d’une ouverture nouvelle à soi, aux autres, à un sens qui le dépasse dans un monde en train de changer rapidement, ne semble guère toucher théologiens et spirituels situés dans une Église qui veut s’ouvrir aux laïcs de plus en plus, mais continue de se penser comme « Mater et Magistra » et en suite de cela « experte en humanité ». Dans sa longue et riche réponse, le père Holstein précise au passage qu’il s’agit pour Christus d’« actualiser la spiritualité ignatienne et non de la repenser ».

21Ce qui est en question dans ces années de la fin du concile et d’une transformation technique, industrielle et sociale sans précédent, c’est la possibilité d’une expérience spirituelle au cœur même de la sécularisation, de l’action qui n’est plus référée à la foi, des responsabilités familiales et sociales et des relations qu’elles impliquent, une expérience spirituelle vraiment incarnée. Déplacement majeur qui oblige à faire intervenir l’histoire, la sociologie, la psychologie, la linguistique : la vie spirituelle a-t-elle le sens que lui donnent ceux qui la cherchent et la pratiquent ? C’est une autre lecture du spirituel qui s’invite, plus écoutante et dialogante.

22Au tout début de Christus, le père Giuliani avait eu le désir d’ouvrir, en plus d’une revue et de la collection, un centre spirituel ignatien. Roustang et Certeau reprennent l’idée en 1966, sentant qu’un « centre de réflexion et d’action dans le secteur des sciences humaines » pouvait être une sorte de laboratoire où pourrait s’expérimenter et se formuler sur le plan spirituel ce rapport nouveau, en train de naître, de l’homme à sa vie quotidienne et au monde. Alors que maintenir la revue dans une ligne « explicitement ignatienne » leur paraît artificiel. Cela ne s’est pas fait, du moins sous cette forme, et M. de Certeau et F. Roustang quittent la revue en 1967.

23Mais 1964 fut aussi l’année où le père Maurice Bellet rejoignit l’équipe de Christus, apportant toute sa pratique et sa réflexion de prêtre et psychanalyste et attirant très vite de nombreuses personnes sollicitant des entretiens. Avec le n° 60 d’octobre 1968 « Réflexion sur une crise » s’inaugure une nouvelle manière d’introduire des thèmes d’actualité en faisant participer des témoins laïcs directement concernés, hommes et femmes, au discernement de l’équipe de rédaction. Elle fera long feu dans les années suivantes et jusqu’en 1985. En effet, si l’on jette un rapide coup d’œil aux titres des numéros, on verra à quel point il s’agit d’explorer, discerner, reconstruire, formuler une spiritualité de la vie quotidienne fort bouleversée et remise en cause, à partir d’une tradition qui y éprouve sa pertinence. Et quelle meilleure manière de le faire, sinon avec les premiers concernés ? Dans « La foi égarée » paru en 1971 (coll. Christus, T. 32), le père Joseph Thomas, alors tout nouveau rédacteur en chef de Christus, en donne le sens : « Dans la croix de toute décision l’homme retrouve Dieu car l’homme se retrouve là où Dieu l’attend. C’est là le rendez-vous qu’il a fixé à l’homme. C’est là le lieu de la rencontre » (p. 102) ; le lieu de l’union à Dieu écrivait M. Giuliani dans « Prière et action » en 1955 (n° 5). Au cœur de l’action, au cœur des Exercices spirituels.

Conclusion

24Tout cela est trop vite raconté et il serait intéressant, peut-être urgent, d’approfondir et de chercher davantage, au vu d’une documentation assez riche et précise. Je m’en suis tenu à deux moments forts de l’histoire de Christus : celui de la fondation, à la recherche de « l’authentique spiritualité ignatienne » ; le « tournant des années 60 » et l’attitude de dialogue imposée par les sciences humaines et l’évolution sociale.

25Je ne crois pas qu’il y ait une spiritualité jésuite qui se distinguerait spécifiquement de la spiritualité ignatienne. Par contre, il y a certainement une manière jésuite de vivre ensemble, « en corps », la spiritualité ignatienne jusque dans ses tensions les plus vives, et ces deux moments en rendent compte. Intuitions partagées, enquêtes et recherches d’avis, analyses, lettres, sincérité des points de vue, etc., semblent d’abord dire et signifier que l’Esprit se manifeste autant dans les liens, dialogues et sentiments qui donnent vie au « corps » à cette occasion que dans le projet envisagé. Les tensions de l’Église et de la société secouent spirituellement le corps de la Province, et appellent une unité qui demande à advenir à son heure, et doit pour cela être voulue, demandée, reçue comme une grâce. Le modèle initial demeure « la délibération des premiers pères » en 1539. Le second trait frappant est que la spiritualité ignatienne n’est jamais une spiritualité propre à la vie religieuse ou presbytérale. Ignace est laïc quand il vit ses premières conversations spirituelles et propose les premiers « Exercices ». Ayant vocation à « aider les âmes », la spiritualité ignatienne ne rayonne pas à partir d’un corps mais elle se transmet dans une relation éclairante et décisive dans la démarche des « Exercices ». Dès le début, la spiritualité ignatienne a été partagée avec tous. Christus est un lieu essentiel de ce partage, aujourd’hui comme hier.

Notes

1 « Témoin de la vie spirituelle de notre temps, 1954-2004 », Christus, numéro du cinquantenaire, Hors série spécial, 2004. Ce numéro publie les principales interventions du colloque du cinquantenaire qui s’est tenu au Centre Sèvres les 16 et 17 janvier 2004.

2 Le père Jean-Baptiste Janssens, né en Belgique 1889, fut supérieur général de la Compagnie de Jésus de 1946 à 1964.

3 Fondée en 1910 par le père de Grandmaison, la revue théologique jésuite Recherches de science religieuse fut d’abord publiée comme un supplément à la revue Études, fondée en 1857.

4 Le père Henri Holstein (1906-1980), professeur de théologie à l’Institut catholique de Paris fut chargé en 1951 par les 4 Provinciaux français de l’avancée du projet de création d’une revue spirituelle.

5 Village de la Drôme où se trouve la maison-mère des prêtres coopérateurs du Christ-Roi, fondés par le père Vallet SJ.

6 Le père A. Roustand (1902-1973) avait lancé « les 5 jours de Paray-le-Monial », œuvre de formation spirituelle fondée sur la dévotion au Cœur de Jésus.

7 Teilhard de Chardin, Le Milieu divin, Paris, Seuil, 1993.

8 Lettre encyclique du pape Pie XII promulguée le 12 août 1950. Dénonçant diverses erreurs de la pensée contemporaine et s’opposant à la nouvelle théologie qui intègre insuffisamment la parole du Magistère, cette lettre eut de profondes répercussions dans les milieux catholiques, ébranlant ou pointant des initiatives apostoliques dans le domaine social, culturel, théologique.

9 Le père Donatien Mollat (1904-1977), exégète à l’Institut biblique (Rome), auteur de nombreux ouvrages et articles sur saint Jean l’évangéliste.

10 Revue hebdomadaire française destinée à actualiser la formation du clergé, publiée à Langres de 1878 à 1969 où elle prit le nom de Esprit et Vie (bi-mensuel, Cerf)

11 Revue d’histoire et de théologie spirituelle publiée à Toulouse par les jésuites (1920-1971), devenue Revue d’histoire de la spiritualité publiée à Paris (1971-1977).

12 Œuvre jésuite créée à Reims en 1903 par le père H. Leroy dont la mission est d’assurer une présence compétente et chrétienne, dans l’esprit de la doctrine sociale de l’Église, aux évolutions économiques, politiques, sociales de la société. Depuis 1961 l’Action populaire a pris le nom de CERAS (Centre de Recherche et d’Action Sociale).

13 Le père Maurice Giuliani (1916-2003), rédacteur en chef de Christus (1953-1962) puis à Études de 1962 à 1965, date où, élu à la 31e Congrégation générale, il est choisi comme assistant régional de France (1965-1972). Fondateur de l’Association de la Bienfaisance qui forme des laïcs à l’accompagnement des Exercices spirituels donnés dans la vie courante, pratique qu’il a fortement développée et promue (L’expérience des Exercices spirituels dans la vie, Christus-DDB, n° 71).

14 Dans cet article d’une grande lucidité, F. Roustang montre que l’homme qui émerge du Concile Vatican II n’est ni un conservateur ni un progressiste au sein de l’Église. C’est un homme qui quitte l’Église et se détache d’une pratique religieuse qui ne rejoint plus la réalité et les problématiques de sa vie, essentiellement sociale.

15 Michel de Certeau (1925-1986) rejoignit Christus en 1956, et il en fut le directeur-adjoint de 1963 à 1967. Auteur de nombreux articles, il publia deux ouvrages majeurs dans la collection Christus : Le Mémorial de Pierre Favre (1960), et le Guide spirituel de Jean-Joseph Surin (1963). Son travail sur les sources est indissociable de ses recherches sur la culture contemporaine, et l’actualité d’une spiritualité naît de cette confrontation (« Situations culturelles, vocation spirituelle », n° 43, juillet 1964).

© LARHRA, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search