Version classiqueVersion mobile

Y a-t-il une spiritualité jésuite ?

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Philippe Martin

Les lieux d’expression d’une spiritualité

Le livre de piété jésuite du xviie au xixe siècle : une spiritualité originale ?

Philippe Martin

Texte intégral

1 En 1766, le père Barthélémy Baudrand (1701-1787) explique :

  • 1 Barthélémy Baudrand, L’Âme sanctifiée par la perfection de toutes les actions de la vie ou religion (...)

Un bon livre est un ami sincère, un conseil fidèle, qui vous donnera des avis salutaires quand vous voudrez l’écouter et le recevoir. C’est un miroir où vous verrez les taches de votre âme, si vous voulez le consulter ; c’est une fontaine abondante, où vous puiserez des eaux salutaires pour amortir le feu des passions ; c’est un trésor où vous pourrez trouver les richesses spirituelles de la grâce de Dieu1.

  • 2 Philippe Martin, « Enseigner par le livre vers 1780 », Brigitte Caulier, Joël Molinario (dir.), Ens (...)

2En quelques phrases, il affirme l’importance d’une pastorale par l’imprimé. Elle repose sur le livre de piété, ouvrage de petit format, essentiellement rédigé en langue vulgaire et expressément destiné aux fidèles. Son importance est manifeste puisqu’entre 1777 et 1788, il représente 50,5 % des tirages des presses provinciales françaises2.

  • 3 Jacques Leclercq, Essais de morale catholique, Paris, Casterman, 1952 (3e éd.), tome 3, p. 345.

3La littérature de piété, longtemps négligée par l’historiographie, est la manifestation de la vitalité de la spiritualité catholique. Depuis longtemps, celle-ci est résumée à l’épanouissement de deux écoles : l’école salésienne et l’école ignatienne3. Si ces deux courants sont essentiels, l’activité des jésuites envers le grand public n’en est pas moins.

L’importance des jésuites

  • 4 Philippe Martin, Une religion…, op. cit.

4Entre 1640 et 1850, les jésuites donnent 21,5 % des éditions publiées en France4. Ils forment le premier groupe, loin devant les prêtres (voir document n° 1). Si leur place a, proportionnellement, tendance à diminuer, cela ne traduit pas une baisse d’intérêt de la part de la Compagnie mais une « montée » des autres catégories. Les jésuites sont des figures incontournables de l’écrit catholique.

  • 5 Philippe Martin, « L’auteur de piété est-il un anonyme ? », Alain Dierkens, Frédéric Gugelot, Fabri (...)

5Pour la majorité des jésuites, écrire n’est pas un acte d’affirmation personnelle mais la poursuite d’une activité pastorale derrière laquelle ils s’effacent. La majorité d’entre eux se réfugie d’ailleurs derrière l’anonymat5 d’un sigle : « AMDG », soit Ad Majorem Dei Gloriam. Tous ne font néanmoins pas preuve de la même modestie. Des initiales sont plus explicites : Jean-Philippe Lallement (1660-1748) signe « JPL » ; Michel Nau (1633-1683) affirme son appartenance à la Compagnie en indiquant « MNI » (Michel Nau Jésuite). Barthélémy Baudrand se cache-t-il bien ? Les titres de tous ses livres commencent par le mot « âme » : il publie L’Âme élevée à Dieu (1765), L’Âme contemplant les grandeurs de Dieu (1775), L’Âme éclairée par les oracles de la sagesse (1776), L’Âme affermie dans la foi (1779)…

  • 6 Joseph de Guibert, La spiritualité de la Compagnie de Jésus. Esquisse historique, Rome, Institutum (...)

6Quelques auteurs s’imposent par la diffusion de leurs œuvres et la variété de leur production éditoriale. Le xviie siècle peut sembler le plus fécond avec deux « écoles » principales : l’humanisme dévot cher à Étienne Binet (1569 – 1639), Paul du Barry (1587-1661) ou Jean Suffren (1571- 1641) ; l’École du père Lallemant animée par les plumes de Vincent Huby (1608-1693), Jean-Joseph Surin (1600-1665) ou Jean Rigoleuc (1596-1658). Pour le lectorat, cette période est dominée par quelques noms. Jean Crasset (1618-1692) donne La véritable dévotion à la Sainte Vierge (1671), les Instructions spirituelles pour la guérison et la consolation des malades (1680), les Considérations chrétiennes (1683), le Chrétien en solitude (1687), la Préparation à la mort (1689)… Né à Saint-Malo, François Nepveu (1639-1708), qui professe dans plusieurs collèges, est connu pour ses écrits ascétiques, spécialement L’Esprit du Christianisme (1700). Le xviiie siècle a trop longtemps été assimilé à une période « de sève moins riche »6, marquée par un abaissement de la vie spirituelle et de sa fécondité. Rien n’est plus faux. C’est le temps où les jésuites achèvent d’envahir la production dévote grâce aux succès des ouvrages de : Claude Judde (1661-1735), spécialement ses Réflexions chrétiennes sur les grandes vérités de la foi… ou ses Œuvres spirituelles ; Jean Croiset (1656-1738), Retraite spirituelle pour un jour de chaque mois ou Exercices de piété pour tous Les jours de l’année ; Martin Pallu (1661-1742), Solide et véritable dévotion envers la Sainte Vierge (1736), l’Amour de Dieu (1737) ou les Fins dernières (1739). Le plus prolixe demeure Barthélémy Baudrand. Entré dans la Compagnie le 1er mars 1721, il est préfet des choses spirituelles au collège d’Aix de 1756 à 1758. Après la suppression de la Compagnie, il dirige le même collège en qualité de recteur de 1759 à 1762. À partir de 1762, il se retire à Lyon, prend sa retraite et s’occupe essentiellement de la rédaction d’ouvrages de piété. Un de ses confrères, François Xavier de Feller (1735-1802), qualifie son œuvre :

  • 7 Propos cités dans Almanach du clergé de France pour l’année 1836, Paris, Gauthier Frères, 1835, p.  (...)

Un style pur et correct, une onction douce et affectueuse, feront toujours recherche les Œuvres de cet estimable écrivain. On ne saurait trop en conseiller la lecture aux personnes qui s’adonnent à la piété7.

  • 8 Jean-Nicolas Grou, Le manuel des âmes intérieures, Liège, L. Grandmont-Donders, 1851 (2e éd. belge) (...)

7Le xixe siècle est marqué par la figure de Jean-Nicolas Grou (1731- 1803) qui transmet les enseignements de François de Sales, Surin, Fénelon et Caussade. Son Manuel des âmes intérieures, publié trente ans après sa mort, est un immense succès fondant la vie pieuse sur la dévotion, l’humilité, la charité et l’abandon à Dieu. Un de ses éditeurs explique que son « but principal est de faire connaître ces vertus sans lesquelles on n’a que le nom de chrétien, et d’en faciliter la pratique »8. Tout au long du siècle, le livre est présenté comme une des meilleures armes contre l’incrédulité. Le temps est aussi aux rééditions. En 1855, l’abbé Migne explique les raisons de republier les Œuvres complètes de Baudrand :

  • 9 Œuvres complètes du R.P. Baudrand, abbé Migne (éd.), Paris-Montrouge, J.-P. Migne éditeur, 1855, to (...)

Ses ouvrages sont très estimés des personnes pieuses, et les ecclésiastiques en conseillent beaucoup la lecture ; ils sont remplis en effet d’un esprit de foi et de piété qui touche l’âme et va droit au cœur. Il est peu d’ouvrages qui aient si souvent été réimprimés que ceux du P. Baudrand ; ils ont été traduits dans les diverses langues de l’Europe9.

  • 10 Le mouvement, fondé en 1844, tente de promouvoir l’eucharistie en favorisant l’offrande quotidienne
  • 11 Pour l’histoire de ce livre, voir l’introduction écrite par Jacques Gagey dans L’abandon à la provi (...)

8C’est encore le moment des redécouvertes. En son siècle, l’œuvre de Jean-Pierre Caussade (1675-1751) passe relativement inaperçu du grand public. Un certain nombre de ses lettres, réunies sous le titre de l’Abandon à la Providence Divine, circulent dans l’entourage de Madame Guyon et sont en honneur chez les Visitandines. Ce sont ces religieuses qui les présentent à Henri Ramière (1821-1884). Fondateur de l’Apostolat de la prière10 et actif dévot du Sacré-Cœur de Jésus, il se passionne pour cet auteur presque inconnu et en donne une édition revisitée en 1861. Presque immédiatement, le livre remporte un vif succès. Mais s’il est signé par un jésuite et publié par un jésuite, est-il un ouvrage jésuite ? En fait, il s’agit d’un petit manuel écrit par une Lorraine ayant entretenu une intense correspondance avec Caussade entre 1731 et 173411. Ramière le savait-il ou a-t-il été joué par d’habiles visitandines soucieuses de faire connaître celui qu’elles considèrent comme un maître spirituel ? Peu importe pour le lectorat trop heureux de retrouver ce qu’il prend pour la spiritualité jésuite.

9Il faut attendre la seconde moitié du siècle pour voir réapparaître une littérature de dévotion de création. C’est alors le temps de Jacques Millet (1797-1873), avec sa Science du Salut (1864) ou L’homme surnaturel (1867), d’Édouard de Lehen (1807-1867), avec sa Méthode pour l’oraison (1852), d’Henri Ramière, avec son Directoire du chrétien (1859), ou de Paul Dubois (1827-1901), avec son Ange conducteur des âmes scrupuleuses (1898).

  • 12 Nous avons travaillé sur 1 241 exemplaires conservés en Lorraine, 989 en Savoie et 488 au Québec. P (...)
  • 13 Pour la liste complète, voir Philippe Martin, Une religion…, op. cit., p. 35-36.

10Pour aborder le message du livre, on ne peut se contenter d’additionner les exemples. Nous avons voulu avoir une vue plus large. Pour cela, nous avons dépouillé les fonds des bibliothèques diocésaines de Lorraine, Savoie et Québec, ce qui nous a permis de constituer un corpus de plus de 2 700 exemplaires publiés entre 1640 et 185012. Chacun est analysé selon, au maximum, cinq critères, choisis dans une grille de trente, qui rendent compte de son contenu. Sont ainsi abordés la pratique des sacrements, les dévotions, l’application des commandements, le public cible, les exercices pour la messe, les dévotions mariales, la piété envers les morts…13. Cette information permet immédiatement de dresser des statistiques.

Des axes pour une spiritualité propre ?

  • 14 Alexandre Brou, S. Ignace maître d’oraison, Paris, Spes, 1925, p. 131-219.
  • 15 Jean-Nicolas Grou, op. cit.

11Ouvrir le livre écrit par un jésuite, c’est être immédiatement stupéfait de la place accordée à la prière. Ignace de Loyola (1491-1556) avait insisté sur cette dimension de la vie spirituelle. Il avait exigé que la Compagnie enseigne à tous la méthode des « trois puissances » : mémoire, intelligence, volonté14. Les pères ont donc œuvré pour favoriser une prière exigeante mais accessible à tous, évitant les envolées mystiques, tout en refusant la simple récitation mécanique. Jean Crasset (1618-1692) a ainsi publié une Méthode d’oraison (1672) dans laquelle il suggère des formes familières de parole, de brèves pensées, des aspirations affectueuses. La prière est un engagement personnel. Dans ses Prières et instructions chrétiennes (1701), Nicolas Sanadon (1651-1720) prévient : « Ce que je souhaite, c’est que ceux qui se serviront de ces prières, ne se contentent pas de les prononcer ; mais en les lisant lentement, ils forment dans leurs cœurs les sentiments qu’ils verront exprimés sur le papier ». Cet engagement est difficilement celui de commençants. La prière ne doit pas être un dialogue mécanique avec le Ciel mais devenir une occasion de s’élever. Selon Le manuel des âmes intérieures de Jean-Nicolas Grou, le véritable croyant « pour faire oraison n’a besoin ni de livre, ni de méthode, ni d’efforts de volonté. Il n’a qu’à rentrer doucement en lui-même »15. Depuis les débuts de la Compagnie, la prière est un lien constant avec le souci de réforme intérieure car elle n’est jamais une fin en soi mais simplement un moyen de mieux servir Dieu. C’est parfaitement exprimé par André Baiole (1590-1660) dans son Traité de la vie intérieure (1649) : l’oraison est un moyen de réprimer les passions pour se sanctifier.

  • 16 Philippe Martin, Une religion…, op. cit.

12Mais dire que les jésuites privilégient la prière et la réformation intérieure, est-ce définir leur spiritualité ? Ces deux sujets sont les plus fréquemment abordés par tous les livres de piété entre 1640 et 1850 : 49,1 % traitent de la prière et 49,6 % d’entre eux exigent que le lecteur s’amende16. En les étudiant, nous ne mettons pas en avant un particularisme de la Compagnie, nous décrivons la ligne de force de la pastorale de l’imprimé : rien qui puisse distinguer les jésuites des autres auteurs.

13Il ne faut donc pas travailler sur les sujets les plus représentés mais ceux qui sont le plus représentatifs. En ce sens, la spiritualité du livre jésuite se remarque par quatre aspects qui lui sont plus propres qu’à d’autres groupes religieux : les devoirs d’états ; la messe ; la promotion des dévotions christiques ; les ouvrages liés aux pèlerinages.

  • 17 François Guilloré, Conférences spirituelles pour bien aimer Jésus, Paris, Estienne Michallet, 1689, (...)
  • 18 Joseph de Guibert, op. cit., p. 594.
  • 19 Philippe Martin, « Réforme catholique et modèles de piété laïque : les devoirs d’états dans la seco (...)

14Quelques jésuites professent une spiritualité exigeante, visant à l’anéantissement. François Guilloré (1615-1684) propose d’apprendre à ses lecteurs « à bien mourir à vous-même », puis « à bien aimer Jésus ». Il exige une union à Jésus qui soit indissoluble, captivante, de dépendance afin de devenir un « parfait obéissant »17, indifférent à tout, « attendant tout avec longanimité ». De tels propos sont cependant exceptionnels. Si le reproche d’ascétisme a souvent été adressé aux jésuites, la majorité estime que le combat spirituel se livre sur le champ de bataille choisi par Dieu, c’est-à-dire selon son état. Ils sont les fervents défenseurs d’une « spiritualité rustique et robuste »18. Ils présentent des méthodes qui aident les âmes et facilitent l’exécution du plan divin en ce monde. L’accent mis sur les devoirs d’états n’est pas propre au monde du livre, il anime l’activité des sodalités jésuites urbaines19. Avec l’imprimé, les pères essaient de s’adresser à chacun. D’abord pour persuader les croyants que toutes les activités sont dignes et permettent de se sanctifier. Barthélémy Baudrand explique :

  • 20 Barthélémy Baudrand, op. cit., p. 7-8.

Il y a différens états dans le monde […] chacun a son état selon qu’on y est placé par la providence. Tous les états sont de Dieu, établis de Dieu ; il fallait nécessairement cette différence d’états pour le bon ordre de l’univers […] Dès lors on peut et on doit se sauver et se sanctifier dans tous les états, quand on y est appelé de Dieu : du moment que la providence a établi ces états différens […] Le tout, c’est d’entrer dans les voies de cette providence et de vivre selon les sages lois qu’elle a partout établies20.

15Cela suppose une chaîne de devoirs car il existe les :

  • 21 Ibid., p. 9-10.

devoirs des parens envers les enfans […] Devoirs des enfans envers leurs parens […] Devoirs des maîtres et des maîtresses envers leurs domestiques […] Devoirs des domestiques envers leurs maîtres […] Ainsi en est-il à proportion des devoirs de tous les autres états. Il en est partout, et chacun doit tâcher de les connaître, et plus encore de les remplir ; c’est Dieu même qui les impose et qui en demandera compte21.

  • 22 Philippe Martin, « Thomas Le Blanc : une volonté de spiritualiser le soldat », Jürgen Bärsch, Bernh (...)
  • 23 Philippe Martin, « Des saints pour les artisans. Des devoirs d’états à Lille au milieu du xviie siè (...)
  • 24 Jean Cordier, La famille sainte où il est traité des devoirs de toutes les personnes qui composent (...)

16Depuis le xviie siècle, la littérature de dévotion de la Compagnie semble répondre à ce programme. Il existe des ouvrages pour tous les états. Thomas Le Blanc (1599-1669) est particulièrement prolixe avec Le bon vigneron, le bon laboureur, le bon artisan (1661), Le saint travail des mains ou la manière de gagner le ciel par la pratique des actions manuelles (1661) ou Le bon riche, le bon pauvre (1662). Avec Le soldat généreux (1655)22, il veut modifier le comportement des combattants pour qu’ils évitent le blasphème, l’ivrognerie, le jeu, le duel… Il leur fournit également des oraisons spécifiques : lorsqu’ils montent la garde, quand ils partent à l’assaut, en cas de blessure, en entrant dans la tranchée… Notre jésuite demande d’abord la reconnaissance du pouvoir de Dieu, seul ressort de l’action des hommes : le succès ou l’échec n’est pas dû à leurs entreprises mais au plus ou moins grand soutien que Dieu leur accorde. De là découle le second volet de cette spiritualité : l’abandon total au bon vouloir de Dieu. Avec sa Boutique sacrée des Saints et vertueux artisans (1650), Toussaint Bridoul (1595-1672) s’intéresse aux artisans23. Il ne donne pas des conseils mais leur présente une longue liste de saints et d’exemples édifiants qui doivent persuader le lecteur, qui n’est sans doute pas un artisan, que les professions les plus humbles sont voulues par Dieu et que ceux qui s’y emploient sont dignes des plus hautes éloges. Les états ne se résument pas à des professions ; toutes les situations de vie sont envisagées. Jean Cordier (1597-1673) donne une Famille sainte, véritable best-seller avec treize éditions entre 1643 et 1687, chacune s’enrichissant de nouveaux exemples. Dans la troisième, qui compte 2 099 pages, soit 1 324 de plus que la première, il se sent obligé de se justifier auprès de son lecteur : « Si tu trouves que je suis long, tu dois considérer que j’ai à parler à beaucoup de personnes »24.

  • 25 François Nepveu, Conduite chrétienne ou règlement des principales actions & des principaux devoirs (...)
  • 26 Sur cet auteur, voir : Jean-Noël Pascal, « Un best-seller à géométrie variable du livre de sagesse (...)

17Si les auteurs du xviie siècle donnent ses lettres de noblesse à la littérature des devoirs d’états, leurs successeurs les suivent avec empressement. C’est alors que se multiplient les « journées du chrétien », qu’elles soient dues à Jean Croiset, Robert Saulger (1637-1709), Étienne Thiroux (1647-1727) ou Jean Claude de Ville (1675-1720). Dans sa Conduite chrétienne (1704), François Nepveu résume la conviction de la Compagnie : « Tel vit régulièrement dans le monde qui se serait peut-être perdu dans la religion ». Une fois de plus, le lecteur découvre un ouvrage pratique. L’auteur prévient : « Je me suis attaché en le composant, beaucoup plus à ce qui regarde la pratique, qu’à ce qui est de pure spéculation. C’est pour cela que je suis quelquefois entré dans un assez grand détail, sans pourtant m’arrêter à des choses inutiles »25. Il divise son propos en deux : d’abord ce qui concerne les exercices de piété et le culte à rendre à Dieu ; puis l’analyse concrète des moments d’une vie. Tous les cas sont envisagés : la visite à des amis, la conversation, l’amitié, les divertissements… Nul ne doit relâcher ses efforts car, comme l’assure Barthélémy Baudrand, dans son Âme éclairée par les oracles de la sagesse (1776), « il ne faudrait qu’une heure à l’oisiveté pour altérer l’innocence et la fidélité d’une âme que toutes les cruautés de la tyrannie n’auraient pu ébranler durant des années entières ». Joseph Reyre (1735-1812)26 en est aussi persuadé. Avec son Ami des enfants, il s’intéresse aux jeunes gens ; le succès est immédiat avec des éditions à Dijon (1779), Rouen (1782, 1785, 1786), Paris (1786), Toulouse (1779)… Il réserve aux demoiselles un volume particulier car :

  • 27 Joseph Reyre, École des jeunes demoiselles, Limoges, Barbou Frères, 1846 (rééd.), p. 7.

personne n’ignore que, comme la conduite des femmes influe sur le bonheur ou le malheur des particuliers, des familles et de la société toute entière, on ne s’aurait trop s’appliquer à former de bonnes heure leur esprit et leur cœur27.

  • 28 Philippe Martin, Une histoire de la messe, Paris, CNRS Éditions, collection Biblis, 2010.
  • 29 Jean-Baptiste Saint-Jure, Conduites pour les principales actions de la vie chrétienne, Paris, P. Le (...)
  • 30 Joseph de Guibert, op. cit., p. 556.
  • 31 Sur les différentes méthodes pour assister à l’office, voir : Philippe Martin, Une histoire…, op. c (...)

18La spiritualité jésuite n’est pas enfermée dans ces devoirs d’états, dans un encadrement religieux du quotidien débouchant sur des programmes de vie particuliers. Elle s’attache également à la messe qui reste le moment clé de la vie du fidèle28. Les cérémonies de l’Église sont expliquées avec précision et pédagogie. C’est le but que poursuit Edmond Auger (1530-1591) avec sa Manière d’ouïr la messe avec dévotion et fruict spirituel (1571). En 1654, Jean-Baptiste Saint-Jure (1588-1657) demande que le fidèle ait « le sentiment du plus grand respect et la plus profonde révérence ». Lors de la célébration, il doit faire abstraction de tout ce qui l’entoure : « Tous les hommes et toutes les choses matérielles qui sont dans l’église nous devraient devenir invisibles et ne faire aucune impression sur nos sens »29. Sujet s’il en est d’affrontement avec les protestants, la célébration fait l’objet de nombreux textes. Parfois certains sombrent dans des images naïves. Dans l’École eucharistique etablie sur les respects et devoirs miraculeux que les animaux, oyseaux et insectes, ont rendus en diverses occurrences au S. Sacrement de l’autel... (1672), Toussaint Bridoul montre le monde animal honorant l’hostie consacrée. La majorité de nos auteurs refuse de tels artifices, plus propres à susciter le rire qu’à édifier ; ils préfèrent fournir des méthodes pour suivre l’office. Les jésuites multiplient les « années chrétiennes », genre dans lequel excellent Jean Suffren ou Jean Croiset. Ce sont « de vraies encyclopédies de la vie chrétienne dans le cadre de l’année liturgique »30 qui lient étroitement l’oraison personnelle et la participation au culte, qui créent une connexion personnelle entre la vie intérieure et l’action liturgique. À la messe, les jésuites refusent toutes les méthodes particulières qui se contentent d’occuper le temps de l’office31 ; ils veulent que le croyant participe, qu’il suive au plus près les gestes du prêtre. Pour le public, cela devient une sorte de caractéristique des jésuites. Les éditeurs s’en rendent compte. Beaucoup, lorsqu’ils rééditent un de leurs ouvrages, y ajoutent des exercices pour la messe. C’est ce que fait, en 1765, la veuve de Gabriel-Charles Berton quand elle republie La conversion d’un pécheur du père Salazar (1559-1599) ; elle y joint dix-neuf pages d’« exercices pour bien entendre la messe ». Même réflexe, en 1792, pour les frères Périsse de Lyon, lors de la réédition des Prières et instructions chrétiennes pour bien commencer et bien finir la journée, du père Sanadon (1651-1720). Pour les fidèles, un auteur jésuite qui ne favoriserait pas une assistance active à la messe est impossible.

19Cette importance consacrée à la messe est un écho de la troisième caractéristique de la spiritualité jésuite : les dévotions christiques. Le catholique doit vouloir imiter Jésus. C’est ce que proclame le père Nepveu dans son Esprit du christianisme ou la conformité du chrétien avec Jésus-Christ. Le titre des chapitres est très clair. Le second : « Nous n’entrons point dans les desseins qu’a eu le Père Éternel en nous envoyant son fils, si nous ne travaillons à l’imiter, et à nous rendre semblable à lui ». Le troisième : « Nous ne pouvons être de véritables Chrétiens, si nous n’imitons J.C. si nous ne nous appliquons à nous rendre semblable à lui ». En la matière, certains de nos auteurs sont des innovateurs. Jean Croiset fait ainsi œuvre de pionnier avec sa Dévotion au Sacré Cœur de Notre-Seigneur Jésus-Christ (1691). Son but est clairement exprimé :

  • 32 Jean Croiset, Dévotion au Sacré Cœur de Notre-Seigneur Jésus-Christ, Lyon, Antoine et Horace Molin, (...)

L’objet de la dévotion au Sacré Cœur de Jésus-Christ, c’est l’amour immense & incompréhensible que ce divin Sauveur a eu pour les hommes […] La fin qu’on se propose, c’est premièrement de reconnoître autant qu’il est en nous, par toutes sortes d’hommages, & particulièrement par ceux d’un amour réciproque & de reconnaissance, la tendresse de Jésus-Christ pour nous […] C’est pour faire connoître l’objet de cette dévotion, qu’on le rend sensible32.

20Cela déclenche la colère de Thyrsus Gonzàlez de Santalla (1624- 1705), Général de la Compagnie, pour qui le livre est empli d’« opinions singulières ». Par mesure disciplinaire, Jean Croiset est d’ailleurs transféré de son collège de Lyon à celui d’Arles (1695). Cela n’empêche pas l’ouvrage de poursuivre sa vie avec treize rééditions entre 1694 et 1704. Par l’imprimé, la spiritualité échappe à ses promoteurs, elle ne peut plus être parfaitement contrôlée. Dans ce cas est-on face à une spiritualité de la Compagnie ou à celle d’un de ses membres ? Le lectorat est-il capable de faire la distinction ?

  • 33 Bruno Maes, Les livrets de pèlerinage. Imprimerie et culture dans la France moderne, Rennes, PUR, 2 (...)
  • 34 Par exemple : Olivier Christin, Fabrice Flückiger, Naïma Ghermani (dir.), Marie Mondialisée. L’atla (...)

21Enfin, quatrième, caractéristique du livre jésuite, l’intérêt pour les cultes locaux. Les jésuites sont d’infatigables producteurs de livres de pèlerinage, de compilations de miracles, d’histoire de sanctuaires : ils ont donné 10,5 % des ouvrages de pèlerinages signés et 26 % de ceux dus à des clercs33. Nous ne parlons pas ici des gigantesques entreprises éditoriales34, plus aptes à séduire les élites qu’à plaire aux fidèles ; mais des petits manuels fournis aux visiteurs des sanctuaires afin qu’ils conservent un souvenir ou qu’ils préparent leur voyage. Ainsi, Odon de Gissey (1567-1643) compose ses Discours historiques de la très ancienne dévotion à Notre-Dame du Puy (1620, 1627, 1647) et François de Kernatoux (1601-1667) La gloire de sainte Anne […] en la célèbre dévotion de la chapelle miraculeuse d’Aurai en Bretagne (1682). Au début du xviie siècle, Pierre Bouille (1576-1641) professe sa totale confiance en la Vierge qui agit pour les hommes dans les grands pèlerinages qui lui sont dédiés :

  • 35 Pierre Bouille, Dame de la Foy. Histoire de la descouverte et merveilles de l’image de Nostre Dame (...)

Encore devons nous recognoitre en cecy la bonté paternelle de nostre Créateur qui nous ouvre les boutiques celestes de guerison & de santé, je dis certains lieux pieux où les malades peuvent obtenir allegement ou guerison entiere de leurs accidens, & maladies souvent incurables par autre remède. Or comme il n’y a personne qui ait plus de credit auprès de sa Majesté que sa tres aymee Mere la Vierge Marie, aussi voyons nous que c’est pas son intercession que ces guerison pour la plus part arrivent aux mortels35.

22Son ouvrage sur Notre-Dame de Foy est un grand succès, imprimé à Liège (1620, 1623, 1627, 1666), à Toul (1628) et dans une traduction latine à Douai (1620). Il donne encore une histoire du sanctuaire Notre-Dame de Bonne-espérance à Valenciennes (Valenciennes, 1630) et de l’image de la Vierge de Miséricorde vénérée chez les carmélites de Marchiennes-au-Pont (Liège, 1641). Par la suite, les jésuites investissent beaucoup moins ce champ de la littérature de pèlerinage, même si certains, à l’image de Bruno Marti (1728-1778) pour Notre Dame du Pilar (1764), continuent à donner quelques opuscules.

Une spiritualité qui s’impose

  • 36 Philippe Martin, « Le livre et le statisticien », La circulation des dévotions, n° de la revue Sièc (...)
  • 37 Nous excluons de cette représentation la catégorie « sans précision ».

23Parmi tous les critères qui définissent le contenu du livre de piété, nous pouvons faire trois ensembles : ceux qui sont communs à tous et donc ne caractérisent pas une spiritualité originale (souci de la prière et appel à l’amendement personnel) ; ceux qui sont plus spécialement chers aux jésuites (devoirs d’états, messe, dévotions christiques et cultes locaux) ; ceux qui sont présents sans être spécifiquement distinctifs. Cela dessine-t-il le contenu d’une pastorale de l’écrit ? Pris séparément, ils ne tiennent pas compte de la complexité d’un texte qui, en effet, aborde plusieurs sujets. Pour dépasser le comptage ou la simple lecture, nous devons observer l’ensemble du message, pas en isoler un thème ou l’autre, ni en séparer les composantes. Pour redonner cette pluridimensionalité au livre, nous avons procédé à une analyse factorielle des correspondances36, méthode d’analyse statistique des données qui admet en entrée un « tableau croisé dynamique » prenant en compte tous nos critères et produit une ou plusieurs « cartes » ou « images » de répartition des valeurs et des variables. Pour présenter les résultats sur une feuille à deux dimensions, nous établissons un graphique composé de deux axes, chacun étant défini par un ou plusieurs de nos critères d’analyse (voir document n° 2). Cette représentation ne condensant pas de façon exhaustive l’information, un pourcentage mesure l’information que résume chaque axe. Ainsi l’axe 1 (axe horizontal) résume 31 % de l’information ; il est formé de manière positive (partie droite de l’axe) par deux critères « présence des fondements de la foi » et « présentation des sacrements » ; de manière négative (partie gauche de l’axe) par « présentation des dévotions christocentriques ». L’axe 2 (axe vertical) résume 28 % de l’information ; il est construit négativement (partie basse de l’axe) par le critère « présentation de vies édifiantes ». Sur ces axes, chacun des six groupes d’auteurs37 qui sont positionnés afin de faire apparaître la spécificité de leur message.

  • 38 Louis Châtellier, L’Europe des dévots, Paris, Flammarion, 1987.

24Ainsi, sur le premier graphique (voir document n° 2) correspondant aux ouvrages publiés entre 1640 et 1689, les jésuites sont caractérisés par leur intérêt pour les « dévotions christiques », alors que les prêtres préfèrent la présentation des « fondements de la religion et des sacrements ». Un fait s’impose immédiatement : l’extrême dispersion des auteurs aux marges du graphique ce qui met en évidence l’hétérogénéité du message véhiculé. Chaque groupe définit ses propres priorités, manifestation d’un siècle qui explore bien des dimensions spirituelles. Les jésuites sont alors assez proches des laïcs, il est vrai que leur expérience comme directeurs de conscience et animateurs de sodalités est essentielle38. Ils ne s’intéressent pas particulièrement aux fondements de la foi et aux sacrements, thèmes chers aux évêques et aux prêtres. Ils affirment leur spécificité.

Document n° 2 : Ouvrages publiés entre 1640 et 1689

Document n° 2 : Ouvrages publiés entre 1640 et 1689

Document n° 3 : Projection des six groupes d’auteurs pour 1690-1739 ; 1740-1789 ; 1800-1849

Document n° 3 : Projection des six groupes d’auteurs pour 1690-1739 ; 1740-1789 ; 1800-1849

25Le même travail de projection des six groupes d’auteurs sur le graphique est réalisé trois autres fois : pour 1690-1739 ; 1740-1789 ; 1800- 1849 (voir document n° 3). Pour chaque période, les groupes sont positionnés. Ils ne sont pas fixes, manifestation des transformations de leur message. Si on les relie entre eux par un trait, des trajectoires apparaissent. Ces mouvements montrent l’émergence de nouvelles priorisations, l’évolution du message proposé au lecteur. Deux phénomènes apparaissent très clairement.

26Le premier est la convergence des six groupes vers le centre du graphique. Au milieu du xixe siècle, tous se concentrent, sauf les évêques qui, après des hésitations, demeurent fidèles à des ouvrages proches de la forme du catéchisme pour enseigner et former aux sacrements. Le regroupement visuel des autres, autour d’un message partagé, est le signe de l’uniformisation de la pastorale de l’écrit. Cela s’explique d’abord par l’extension du lectorat. Si au xviie siècle, il est essentiellement composé de dévots capables de saisir les subtilités spirituelles, il s’élargit par la suite à un public plus vaste, peu sensible aux arguties. Ce n’est d’ailleurs plus ce qu’on demande au livre de piété. Le clergé en a fait une arme de formation massive, capable à la fois de tenir compte de l’individu et de diffuser un message destiné au plus grand nombre. Les éditeurs ne s’y trompent pas. Ce marché permet de substantiels bénéfices à condition de publier des textes attendus, ceux d’auteurs reconnus ou appuyant des dévotions admises.

27Le graphique nous renseigne également sur la position de chacun de nos groupes (voir documents n° 2 et 3). Force est de constater que les jésuites « bougent » peu sur cette projection, alors que d’autres ont des trajectoires plus longues et plus complexes parfois faites d’allers-retours. Les prêtres s’avancent vers le centre, puis s’en éloignent, avant d’y retourner. Les réguliers le gagnent très vite pour ne quasiment plus le quitter. Beaucoup, comme les oratoriens ou les laïcs, n’y arrivent qu’au xixe siècle. Ces lignes temporelles prouvent que la spiritualité de la Compagnie a peu évolué, alors que les autres groupes se rapprochent d’elle. Elle semble se poser en un socle commun que les autres auteurs rallient lentement.

28Comment a-t-il pu s’imposer ? Bien évidemment cela traduit la vitalité de la Compagnie présente dans tous les domaines de la pastorale. Depuis sa création, elle s’est posée comme une sorte de pivot à la réflexion catholique tout en s’ouvrant à la masse des fidèles. Elle a immédiatement compris l’importance du livre de piété et ses membres ont largement utilisé ce medium. Il ne faut cependant pas uniquement faire intervenir des considérations religieuses. Nous devons penser en termes de politique éditoriale. Cette force de la spiritualité jésuite a deux explications.

  • 39 Comptage à partir des éléments donnés dans Robert L. Dawson, The French Book Trade and the "permiss (...)

29La première tient au jeu des rééditions qui occupent une vaste place dans le marché. Les ouvrages jésuites ont souvent été des best-sellers. Entre 1730 et 1760, les œuvres de Jean Crasset (1618-1692) connaissent quarante rééditions que ce soit Méthode d’oraison (1er éd. 1672), Nouvelle forme de méditations pour tous les jours de l’année, le chrétien solitaire (1er éd. 1674), La manne du désert pour des personnes qui sont en retraite (1er éd. 1674), Les considérations pour les principales actions de la vie (1er éd. 1675), Les entretiens de dévotion sur le Saint Sacrement de l’autel (1er éd. 1678)… Les éditions de l’Ange conducteur du jésuite Jacques Coret (1631-1721) sont si nombreuses qu’il est difficile de les compter. Dans la dernière décennie de l’Ancien Régime, il y en a au moins 66 tirages39 pour 124 400 exemplaires imprimés dans 18 villes, surtout dans l’est de la France comme Bruyères (33 500), Besançon (17 000), Nancy (14 000), Neufchâteau (12 000), Lille (10 500)… Il faut y ajouter les éditions pirates qui se font sans permission comme celle d’Angers en 1786 par Louis-Victor Pavie.

  • 40 Philippe Lécrivain, « Jean-Baptiste Saint-Jure. Un maître spirituel pour des " gens ordinaires " », (...)
  • 41 Voir, par exemple, De la connoissance de l’Amour de Jésus-Christ, Paris, Méquignon, 1825.
  • 42 Sur cet auteur, voir : Michel de Certeau (éd.), Jean-Joseph Surin. Correspondance, Paris, Desclée d (...)

30La constance de cette spiritualité n’est pas uniquement un fait éditorial. Elle repose sur un perpétuel travail de réécriture au sein même de la Compagnie. Il ne s’agit pas simplement d’une adaptation aux lecteurs d’un temps, stratégie classique dans le domaine du livre de piété, les éditeurs opérant régulièrement une réécriture. Elle permet de rendre plus présentable des auteurs parfois très critiqués de leur vivant. Jean-Baptiste Saint-Jure (1588-1657), connu pour avoir délivré des démons la sœur Jeanne des Anges, adopte les conceptions bérulliennes. Dans ses œuvres, il insiste plus sur « l’union » au Verbe incarné que sur « l’imitation » du Verbe incarné, ce qui lui vaut la suspicion de certains40. Au siècle suivant, pour le rendre plus présentable, Pierre-Nicolas Vanblotaque (1734-1824), plus connu comme abbé de Saint-Pard, retravaille ses textes. Ainsi, il résume De la connaissance et de l’Amour de Jésus-Christ, à l’origine un lourd in-folio, pour en faire un in-12 paru à Paris en 1773 ; sous le titre, une mention dit le travail : « mis à la portée des fidèles ». Son rôle est si important qu’une biographie de Saint-Pard est insérée dans des exemplaires publiés au xixe siècle41. Surin42 est un autre spirituel dont on s’est méfié de son vivant. Après la Révolution, ses textes sont devenus des « classiques » ; mais ils sont totalement transformés. Là où jadis, il y avait des obligations spirituelles exigeantes que tout fidèle devait suivre, il y a maintenant des exemples de la piété d’âmes d’exception : il ne s’agit plus de prescriptions impératives mais de recommandations pour les plus pieux. Les œuvres de Pierre de Clorivière (1735-1820) connaissent la même évolution. Jugées exaltées, donc ambiguës, dans les années 1760, au siècle suivant, elles sont des manuels pour les catholiques les plus zélés qui rêvent d’une fusion avec Dieu. Les textes du père Caussade (1675-1751) sont repris par le père Antoine qui en supprime les passages les plus mystiques et introduit des citations de Bossuet.

31La spiritualité jésuite est donc tout à la fois immobile et mouvante : immobile parce que les titres ont des durées de vie très longues, que les rééditions sont nombreuses ; mouvantes car, si le message reste le même, il est adapté à chaque époque, revu et relu.

Conclusion

32Si le livre de piété écrit par des jésuites tient une place essentielle dans la production éditoriale, il a su affirmer une spiritualité particulière qui finit par s’imposer parmi le lectorat. Celle-ci se caractérise par une méthode en deux points : donner au fidèle la responsabilité de sa vie et des chemins pour se sanctifier ; accepter des accommodements avec le monde pour favoriser une piété du quotidien. Louis Bourdaloue (1632-1704) le disait déjà quand il appelait les fidèles à une dévotion active par l’accomplissement des devoirs et par l’exercice des vertus intérieures. Mais s’agit-il d’une spiritualité ou d’une méthode ?

  • 43 François Varillon, La joie de croire, joie de vivre, Paris, Bayard Éditions, 1989, p. 20.

33Cette spiritualité par le livre a profondément marqué la Compagnie. Aujourd’hui n’est-il pas un des rares ordres religieux à posséder une maison d’édition, Lessius, qui défend son histoire, présente ses grandes figures, analyse ses positions, diffuse sa spiritualité. Elle reste fidèle à la pastorale de l’écrit mise en place au xvie siècle. Le père François Varillon (1905-1978) semble en avoir dessiné les grandes lignes. Il estime : « Le sens ultime de l’existence humaine est que nous sommes appelés à devenir Dieu. Comment ? Telle est la question qu’il faut approfondir »43. Cela débouche sur une réflexion sur la place de l’homme dans le plan divin :

  • 44 Ibid., p. 22-23.

Si vous me demandez ce qu’est l’homme, je vous réponds ceci : l’homme est du divinisable […] Divinisable ? Tout simplement parce qu’il y a un homme qui est Dieu […] Si vraiment il y a un membre du genre humain, de l’espèce humaine qui est Dieu, c’est donc qu’il y a dans tous les hommes une capacité à devenir ce qu’est Dieu. Si un homme est Dieu, c’est que tous peuvent le devenir. Le mystère de tout homme, le sens de l’homme, la signification de la vie humaine, c’est l’aptitude essentielle de l’homme à devenir ce qu’est Dieu44.

34Un homme qui doit, dans son quotidien, s’améliorer, qui place le Christ au cœur de sa démarche : les propos du père Varillon font écho aux préfaces des manuels du xviie siècle, manifestation de la permanence d’une approche de l’homme.

Notes

1 Barthélémy Baudrand, L’Âme sanctifiée par la perfection de toutes les actions de la vie ou religion pratique, Lyon, M. Rusand, 1801 (rééd.), p. 123.

2 Philippe Martin, « Enseigner par le livre vers 1780 », Brigitte Caulier, Joël Molinario (dir.), Enseigner les religions. Regards et apports de l’histoire, Laval (Canada), PUL, 2014, p. 193-210. Sur le livre de piété : Philippe Martin, Une religion des livres (vers 1640 – vers 1850), Paris, Éditions Cerf, 2003.

3 Jacques Leclercq, Essais de morale catholique, Paris, Casterman, 1952 (3e éd.), tome 3, p. 345.

4 Philippe Martin, Une religion…, op. cit.

5 Philippe Martin, « L’auteur de piété est-il un anonyme ? », Alain Dierkens, Frédéric Gugelot, Fabrice Preyrat, Cécile Vanderpelen-Diagre (dir.), La croix et la bannière. L’écrivain catholique en francophonie xviie-xxe siècles, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, coll. Problèmes d’histoire des religions, tome XVII – 2007, p. 75-86.

6 Joseph de Guibert, La spiritualité de la Compagnie de Jésus. Esquisse historique, Rome, Institutum historicum S.J., 1953, p. 432.

7 Propos cités dans Almanach du clergé de France pour l’année 1836, Paris, Gauthier Frères, 1835, p. 774.

8 Jean-Nicolas Grou, Le manuel des âmes intérieures, Liège, L. Grandmont-Donders, 1851 (2e éd. belge), p. 7.

9 Œuvres complètes du R.P. Baudrand, abbé Migne (éd.), Paris-Montrouge, J.-P. Migne éditeur, 1855, tome 1, notice n.p.

10 Le mouvement, fondé en 1844, tente de promouvoir l’eucharistie en favorisant l’offrande quotidienne.

11 Pour l’histoire de ce livre, voir l’introduction écrite par Jacques Gagey dans L’abandon à la providence divine d’une dame de Lorraine au xviiie siècle, Grenoble, Jérôme Millon, 2001.

12 Nous avons travaillé sur 1 241 exemplaires conservés en Lorraine, 989 en Savoie et 488 au Québec. Pour une synthèse sur ce travail : Philippe Martin, Une religion…, op. cit. ; Philippe Martin, « Des livres de piété pour le Canada (1640-1850) », SCHEC, Études d’histoire religieuse, 76, 2010, p. 5-26.

13 Pour la liste complète, voir Philippe Martin, Une religion…, op. cit., p. 35-36.

14 Alexandre Brou, S. Ignace maître d’oraison, Paris, Spes, 1925, p. 131-219.

15 Jean-Nicolas Grou, op. cit.

16 Philippe Martin, Une religion…, op. cit.

17 François Guilloré, Conférences spirituelles pour bien aimer Jésus, Paris, Estienne Michallet, 1689, tome 2, p. 255.

18 Joseph de Guibert, op. cit., p. 594.

19 Philippe Martin, « Réforme catholique et modèles de piété laïque : les devoirs d’états dans la seconde moitié du xviie siècle », Matthieu Arnold, Rolph Decot (dir.), Frömmigkeit und Spiritualität. Auswirkungen der Reformation im 16. Und 17. Jahrhundert, Mainz, Verlag Philipp von Zabern, 2002, p. 129-146.

20 Barthélémy Baudrand, op. cit., p. 7-8.

21 Ibid., p. 9-10.

22 Philippe Martin, « Thomas Le Blanc : une volonté de spiritualiser le soldat », Jürgen Bärsch, Bernhardt. Schneider (dir.), Liturgie und Lebenswelt. Studien zur Gottesdienst-und Frömmigkeitgeschichte zwischen Tridentium und Vatikanum II, Münster, Aschendorf Verlag, 2006, p. 95-105.

23 Philippe Martin, « Des saints pour les artisans. Des devoirs d’états à Lille au milieu du xviie siècle ? », Revue du Nord, tome 95, n° 400-401, avril-septembre 2012, p. 581-592.

24 Jean Cordier, La famille sainte où il est traité des devoirs de toutes les personnes qui composent une famille, Paris, s.n., 1643, Dessein de l’auteur n.p.

25 François Nepveu, Conduite chrétienne ou règlement des principales actions & des principaux devoirs de la vie Chrétienne, Paris, L. Guérin et J. Bondot, 1704, Avertissement n.p.

26 Sur cet auteur, voir : Jean-Noël Pascal, « Un best-seller à géométrie variable du livre de sagesse à destination de l’enfance, Le Mentor des enfants de l’abbé Reyre », Nicolas Brucker (dir.), Le livre de sagesse. Supports, médiations, usages, Berne, Peter Lang, 2008, p. 223-237 ; Régis Bertrand, « L’abbé Reyre (1735-1812). L’auteur du Mentor des enfants, Provence historique, fasc. 238, 2009, p. 471-483.

27 Joseph Reyre, École des jeunes demoiselles, Limoges, Barbou Frères, 1846 (rééd.), p. 7.

28 Philippe Martin, Une histoire de la messe, Paris, CNRS Éditions, collection Biblis, 2010.

29 Jean-Baptiste Saint-Jure, Conduites pour les principales actions de la vie chrétienne, Paris, P. Le Petit, 1663 (3e éd.), p. 75-77. La première édition est de 1654.

30 Joseph de Guibert, op. cit., p. 556.

31 Sur les différentes méthodes pour assister à l’office, voir : Philippe Martin, Une histoire…, op. cit.

32 Jean Croiset, Dévotion au Sacré Cœur de Notre-Seigneur Jésus-Christ, Lyon, Antoine et Horace Molin, 1691, p. 3-5.

33 Bruno Maes, Les livrets de pèlerinage. Imprimerie et culture dans la France moderne, Rennes, PUR, 2016, p. 110-115 ; l’auteur parle de « la légion des jésuites » (p. 110).

34 Par exemple : Olivier Christin, Fabrice Flückiger, Naïma Ghermani (dir.), Marie Mondialisée. L’atlas Marianus de Wilhelm Gumppenberg et les topographies sacrées de l’époque moderne, Neuchâtel, Éditions Alphil – Presses Universitaires Suisses, 2014.

35 Pierre Bouille, Dame de la Foy. Histoire de la descouverte et merveilles de l’image de Nostre Dame de Foy…, Liège, Jean Ouwerx, 1627 (rééd.), p. 49.

36 Philippe Martin, « Le livre et le statisticien », La circulation des dévotions, n° de la revue Siècles, n° 12, 2000, p. 57-72. Nous tenons à associer Sébastien Fagnoni pour la réalisation de ces calculs. Pour aller plus loin sur ces techniques : Brigitte Escofier, Jérôme Pagès, Analyses factorielles simples et multiples ; objectifs, méthodes et interprétation, Paris, Dunod, 2008.

37 Nous excluons de cette représentation la catégorie « sans précision ».

38 Louis Châtellier, L’Europe des dévots, Paris, Flammarion, 1987.

39 Comptage à partir des éléments donnés dans Robert L. Dawson, The French Book Trade and the "permission simple" of 1777..., Oxford, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, vol. 301, 1992

40 Philippe Lécrivain, « Jean-Baptiste Saint-Jure. Un maître spirituel pour des " gens ordinaires " », Études ignatiennes -Christus, n° 205, janvier 2005, p. 102-112.

41 Voir, par exemple, De la connoissance de l’Amour de Jésus-Christ, Paris, Méquignon, 1825.

42 Sur cet auteur, voir : Michel de Certeau (éd.), Jean-Joseph Surin. Correspondance, Paris, Desclée de Brouwer, 1966.

43 François Varillon, La joie de croire, joie de vivre, Paris, Bayard Éditions, 1989, p. 20.

44 Ibid., p. 22-23.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/4659/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Document n° 2 : Ouvrages publiés entre 1640 et 1689
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/4659/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Document n° 3 : Projection des six groupes d’auteurs pour 1690-1739 ; 1740-1789 ; 1800-1849
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/4659/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

© LARHRA, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search