Version classiqueVersion mobile

Y a-t-il une spiritualité jésuite ?

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Philippe Martin

Une matrice ignatienne

Les Exercices au xxie siècle, pratique et pertinence

Sylvie Robert

Texte intégral

  • 1 Pierre Gervais (dir.), La Pratique des Exercices Spirituels d’Ignace de Loyola. Actes du symposium (...)

1 Le xxe siècle a été marqué, en sa première moitié, par un très important travail de retour aux sources et d’étude des textes ignatiens, dont, bien sûr, les Exercices, avec les travaux, en Espagne, des Pères Pedro Leturia, l’initiateur de l’édition des Monumenta Ignatiana, et Candido de Dalmases, et, en France, tout particulièrement ceux de Maurice Giuliani, entouré de l’équipe qui crée la revue Christus en 1954, puis d’Adrien Demoustier. Rapidement, ce travail a conduit à développer dans la pratique deux orientations : la remise en valeur de l’accompagnement personnel et la proposition d’Exercices donnés non seulement en milieu fermé mais dans la vie ordinaire. Les années qui ont suivi et notre début de xxie siècle sont, quant à eux, sous le signe d’une expansion et d’une diversification des pratiques. En 1991, un symposium qui réunissait à Bruxelles des accompagnateurs du monde entier faisait état de « pratiques nouvelles »1. Le mouvement s’est accru et il caractérise très certainement la pratique des Exercices aujourd’hui, qu’il n’est plus possible d’entendre seulement en termes de retraites données dans des maisons dont c’est la seule vocation. Pour décrire cette pratique et en percevoir la pertinence au xxie siècle, nous pouvons donc commencer par prendre la mesure de cette expansion et diversification ; je me bornerai à la France compte tenu des limites de cette contribution. Cela nous conduira tout naturellement à expliciter la pertinence des Exercices dans le contexte qui est le nôtre.

Expansion et diversification des pratiques

2Les développements que connaît la pratique contemporaine des Exercices affectent les formes prises par les propositions, les moyens utilisés, les populations visées et les acteurs qui les prennent en charge.

3Pour les retraites elles-mêmes, à côté des Exercices donnés dans les « maisons d’Exercices », on a vu en effet apparaître des formes nouvelles : par exemple, il est possible de vivre des « semaines de prière accompagnées » dans le cadre de paroisses au moment de temps forts liturgiques ou, sur une période plus longue de quelques semaines voire de plusieurs mois, des « retraites dans la vie ». Certaines propositions allient fortement l’environnement à la démarche spirituelle : « Vie en mer, entrée en prière », « Montagne et prière », « Inigolib’ Trouver Dieu dans sa vi (ll) e ». D’autres invitent à prier avec des supports comme les œuvres d’art. D’autres encore consistent en des retraites données à des groupes déjà constitués, souvent à des communautés religieuses, pour leur permettre de prendre ensemble une décision en se laissant guider par les Exercices (ESDAC). Des retraites sont également organisées pour les familles, intégrant une démarche adaptée aux enfants – cette formule connaît un vif succès dans la Communauté Vie Chrétienne, descendante des Congrégations mariales ; en 2014, trois retraites familiales ont été vécues, avec une cinquantaine de personnes en tout.

  • 2 Je reprends ici les termes de la présentation qu’il en a faite lui-même lors du récent colloque qui (...)

4La nouveauté réside parfois dans l’appel à des moyens modernes que ne connaissait pas le temps d’Ignace : ainsi est né, au début des années 2000, grâce à l’intuition de jeunes religieux et religieuses ignatiens, dont certains étaient ingénieurs en informatique, « Notre-Dame du Web ». Selon l’expression de Thierry Lamboley2, qui en a été l’initiateur, le projet est issu du « souci de voir si et comment on peut ou non faire entrer des internautes dans une expérience spirituelle telle que les Exercices spirituels la permettent » ; l’objectif est de travailler à « favoriser un cheminement intérieur à travers la navigation ». Les trois mille clics par jour sur le site et l’affluence sur les retraites proposées (neuf cents personnes pour une retraite mise en ligne en juin 2014) suffisent à dire l’importance de cette proposition, qui est faite avec une sage vigilance quant aux effets du virtuel.

  • 3 URL http://www.cvxfrance.com.

5On le voit, le souci qui se manifeste est aussi celui d’élargir l’offre pour que les Exercices alimentent la vie spirituelle du plus grand nombre possible. La Communauté Vie Chrétienne s’est considérablement développée, proposant des équipes d’accueil avant une intégration dans une communauté locale plus stable et ouvrant sa proposition aux générations plus jeunes. Comme l’indique le site internet3, après avoir doublé dans les années 1990-2000, notamment par l’intégration de nombreux jeunes de moins de trente-cinq ans, les effectifs poursuivent leur croissance à un rythme qui reste soutenu. La Communauté comptait en France six mille membres en 2006, contre 2900 en 1991. 40 % de ses membres ont moins de cinq ans d’ancienneté. 27 % des membres ont moins de 40 ans. La moyenne d’âge est de 49 ans. La proportion de femmes est de 66 %, ce qui veut dire une proportion relativement élevée d’hommes pour une participation à un mouvement ecclésial. D’un point de vue sociologique, la Communauté demeure encore assez homogène en ce qui concerne les classes sociales.

  • 4 URL http://www.rji.fr.

6Mais d’autres initiatives tendent à rejoindre des populations qui étaient jusqu’alors peu touchées par les Exercices et, pour cela, à adapter à elles les formules de retraites. Ainsi les propositions « jeunes » du Réseau Jeunesse Ignatien, qui a fêté en 2014 ses trente ans et rassemble les initiatives de congrégations religieuses et de groupes ignatiens, se sont-elles développées, pour ouvrir « l’aventure humaine et spirituelle pour les 18-35 ans »4. On compte chaque année une centaine de propositions, dont des « retraites spécial jeunes ». Les Exercices ont aussi pénétré davantage dans les milieux du quart-monde, avec une adaptation des Exercices en faisant appel à des mots simples, à une approche de scènes bibliques par le mime ou le modelage – ainsi dans les retraites de la communauté Magdala. Ils sont également proposés à des néophytes. Ils peuvent être donnés dans un cadre œcuménique, dans la Communauté du Chemin Neuf mais aussi en d’autres lieux moins structurellement engagés dans l’œcuménisme. Un certain nombre de communautés allient l’appartenance à la mouvance charismatique et l’appel à la pédagogie spirituelle des Exercices.

7Du point de vue des acteurs, la pratique des Exercices connaît en notre siècle deux transformations importantes.

  • 5 CIS, XL, II, 2009, n° 121.

8D’une part, s’il arrive encore que, dans la mentalité de certaines personnes, les Exercices ne puissent être accompagnés que par des jésuites, « il n’existe pratiquement plus de Centre de spiritualité de la Compagnie de Jésus où jésuites, religieuses et laïcs, hommes et femmes, ne travaillent pas ensemble », notent les auteurs de l’annuaire mondial 2009 des Centres de spiritualité, publié par le Centrum Ignatianum Spiritualitatis de la Compagnie de Jésus à Rome5. Dans la Communauté Vie Chrétienne, les laïcs prennent une part de plus en plus importante à l’accompagnement : une statistique établie en comparant les années 2003 et 2006 – il est vrai en ce qui concerne l’accompagnement qui peut être aussi bien celui d’équipes que de personnes dans la vie courante ou dans les retraites –, montre que, en 2006, 18 % des accompagnateurs sont des jésuites, 12 % des prêtres, 28 % des religieuses et 42 % des laïcs. Entre 2003 et 2006, si le nombre des jésuites et prêtres est resté quasi-stable, celui des religieuses a baissé et celui des laïcs est monté en flèche (de 30 à 42 %).

  • 6 Il s’agit d’une association née autour de jésuites et qui a entrepris la restauration d’un village (...)
  • 7 31ème Congrégation Générale, Décret 33, n° 2, cité par Philippe Lécrivain, « La Compagnie de Jésus (...)
  • 8 35ème Congrégation Générale, Décret 6, n° 5, Ibid., p. 28.

9D’autre part, le xxie siècle ignatien est celui des « réseaux » : le premier en date, né à l’initiative de la Compagnie de Jésus en 1984 avant de se constituer en association en 1996, est le Réseau Jeunesse Ignatien (RJI), qui se présente en ces termes sur le site des jésuites de France : « Quarante-six congrégations religieuses féminines, la Communauté Vie Chrétienne, l’Association Pied Barret6 et de nombreux laïcs porteurs de la même spiritualité, celle de saint Ignace de Loyola, ont rejoint la Compagnie de Jésus dans son désir de permettre à des jeunes de 17 à 30 ans de découvrir le trésor dont ils vivent tous » Plus largement encore, en 1991, le 500e anniversaire de la naissance d’Ignace de Loyola a été l’occasion d’initiatives, d’abord modestes, mais qui ont donné le goût à ceux et celles qui vivaient des Exercices de se retrouver. Puis a eu lieu à Lourdes en 2006 une première rencontre, à l’initiative du provincial de France : pour la première fois, la « famille ignatienne » de France – l’expression est née là – se retrouvait et commençait à prendre conscience que l’attachement aux Exercices créait une communion et qu’il était bénéfique de nouer et d’intensifier les liens ; depuis, une tradition s’est instaurée de se rassembler à Lourdes tous les trois ans. La Compagnie de Jésus, de son côté, dans la mouvance du concile Vatican II, avait senti lors de sa 31e Congrégation Générale, en 1965-1966, la nécessité de réfléchir sur « l’attitude de la Compagnie à l’égard des laïcs et de leur apostolat »7 ; le Préposé Général de l’époque, le père Arrupe, notait la nouveauté et la complexité de la tâche. Le cinquième décret de la 35e Congrégation Générale, en 2008, rattache cette attention nouvelle aux Exercices : « La grâce fondatrice des Exercices spirituels est plus largement disponible et nous donne un langage commun et une expérience commune où la collaboration dans la mission trouve ses racines et son inspiration»8. Déjà auparavant, lors de la 34e Congrégation Générale, en 1995, on pouvait lire dans un des décrets :

  • 9 34ème Congrégation Générale, Décret 26, n° 550-1, Ibid., p. 27.

Partenariat et collaboration avec d’autres dans le ministère ne représentent pas une stratégie pratique résultant d’une diminution en hommes. Il s’agit d’une dimension essentielle de la manière jésuite de procéder aujourd’hui, enracinée dans la constatation que préparer notre monde complexe et divisé à la venue du Royaume demande une pluralité de dons, de perspectives et d’expériences, à la fois internationales et pluriculturelles9.

  • 10 Cité par Philippe Lécrivain, op. cit., p. 29.

10Cette orientation ne s’est pas démentie avec le Père Général Adolfo Nicolas, pour qui « le service de la foi, la promotion de la justice et la collaboration avec les autres sont les trois axes autour desquels s’articulera, pour les temps à venir, la Compagnie de Jésus »10.

  • 11 Document polycopié distribué aux participants, p. 40-41, archives personnelles.

11Plus explicitement centré sur l’apostolat des Exercices en France, un symposium fut organisé en 2003, que le Père Jean-Noël Audras, alors provincial de France, désignait comme un « acte volontaire de la province de France jésuite, en vue de faire faire un pas à une dynamique de communication entre tous ceux et celles, entre les groupes divers qui sont engagés sur le terrain des Exercices et se reconnaissent mutuellement ». Il invitait, en concluant le rassemblement, « à nous mettre ensemble de manières très diverses pour donner une meilleure efficacité à ce que nous faisons ; développer une culture de réseaux locaux ou transversaux qui conduisent à des initiatives communes »11.

12Depuis, en mai 2003, s’est constituée une « Association pour la promotion, l’aide et le soutien des propositions spirituelles de la famille ignatienne », le PAS ignatien. Composée de quatre membres fondateurs (la Communauté Vie Chrétienne, les congrégations féminines du Cénacle et de la Retraite, la province de France de la Compagnie de Jésus), de seize congrégations religieuses féminines ignatiennes associées, avec quelques centres spirituels et plus d’une dizaine d’associations locales, elle se propose les objectifs suivants, comme l’indiquent les statuts :

  • 12 Article 2 des Statuts qui peuvent être consultés sur le site www.famille-ignatienne-lyon.fr/author/ (...)

Soutenir des initiatives dans le domaine de l’animation spirituelle ignatienne et encourager liens et collaborations entre les divers acteurs en étant au service de groupes souhaitant mettre en œuvre la spiritualité ignatienne, et en les aidant dans l’évaluation de leurs pratiques ; proposer et organiser des rencontres, des formations […] de la famille ignatienne sur des thèmes ayant trait à l’apostolat spirituel ; favoriser, par des moyens de communication interne et externe, les échanges d’expériences, la promotion d’initiatives, la diffusion d’activités, etc. Être un lieu de réflexion et de discernement des besoins de l’Église et du monde dans ce qui touche à la vie spirituelle12.

  • 13 Lettre 4131 au père Philippe Leernus, 3 février 1554, citée dans Ignace de Loyola, Exercices spirit (...)

13Cette diversité est, certes, fidélité au souhait même d’Ignace qui faisait écrire en 1554 : « Pour les Exercices spirituels, notre Père m’a demandé de rappeler qu’on doit tâcher de s’en servir de toutes les manières possibles pour les hommes et même pour les femmes, qui viendront naturellement les recevoir à l’église »13.

  • 14 N° 238.

14En même temps, à travers son ampleur, il devient manifeste que l’on peut se demander où commencent, où finissent les Exercices ! En effet, une des caractéristiques des Exercices en notre siècle est que l’on y est particulièrement sensible à la manière dont ils inspirent l’ensemble des activités proposées, l’ensemble de la vie. Ainsi, cette inspiration est-elle perceptible par exemple dans le domaine éducatif – dans la revue de province Jésuites 2003, Jacques Gebel, jésuite qui enseignait le français en collège, relisait sa pratique d’enseignant en mettant en regard des paragraphes des Exercices avec des attitudes et manières de faire dans sa mission. Le Centre d’Études Pédagogiques Ignatien (CEPI) travaille à « transmettre et faire vivre la pédagogie ignatienne » dans les établissements scolaires. La revue Christus a publié en mai 2013 un numéro hors-série sur « Management et spiritualité »14. À côté des retraites aux formes classiques,

  • 15 CIS 2009, XL, II, n° 121, p. 15. L’observation porte sur l’ensemble des centres spirituels ignatien (...)

[les centres spirituels] tendent aujourd’hui à offrir une série de programmes qui traitent des thèmes qui vont de l’approfondissement de la connaissance de soi à l’étude de la Bible ; des débats sur des thèmes culturels et sur l’expérience de la foi chrétienne aux questions de foi et de justice ; des programmes pour apprendre à prier à ceux qui aident encore à faire les Exercices spirituels dans ses diverses formes, selon les besoins et les possibilités15.

15À travers la diversité de ses propositions et de ses membres, le Réseau Jeunesse Ignatien tient sa cohésion de la référence commune au trésor des Exercices. Et l’on pourrait donner bien d’autres exemples.

  • 16 Ils sont présentés ainsi au n° 18 des Exercices spirituels : « À qui veut trouver de l’aide pour s’ (...)
  • 17 Document polycopié remis aux participants, p. 7, archives personnelles.

16Il y a là une inspiration des Exercices plus qu’une proposition de retraite selon les Exercices. L’invitation aux « exercices légers » qui figure dans le livret ignatien16 ainsi que l’insistance sur une « manière de procéder » et le désir de « chercher et trouver Dieu en toute chose » n’y sont pas pour rien. Observons que cela peut aussi engendrer parfois un certain flou, dont certains spécialistes s’inquiètent : Dominique Salin exprimait au Congrès international intitulé Ite, inflammate omnia qui eut lieu en 2006 à Loyola son impression que les Exercices étaient devenus comme une vaste carrière dans laquelle on vient puiser les pierres dont on a besoin. Jean-Noël Audras interrogeait déjà lors du Symposium sur les Exercices en 2003 : « Ne sommes-nous pas en train de préférer l’adaptation des Exercices aux Exercices eux-mêmes ? »17

  • 18 Cet accompagnement prend moins de place et ne revêt pas la même signification chez les Coopérateurs (...)

17Remarquons enfin que, dans la référence qui est faite alors aux Exercices figurent massivement les éléments qui sont par exemple exprimés par le Réseau Jeunesse Ignatien : « Nous favorisons l’expérience de la vie avec les autres, avec soi et avec Dieu, en Église et dans la société. Notre pédagogie repose notamment sur le discernement, le choix et l’accompagnement spirituel »18. L’accompagnement spirituel personnalisé est présent dans toutes ces formules, à l’exception des retraites sur Notre-Dame du Web car il ne peut se vivre valablement par internet ; mais une possibilité d’expression personnelle de partage de ce qui a été vécu est offerte et il est possible de s’adresser personnellement aux responsables de la retraite. Ajoutons que la thématique de la « conversation spirituelle » – expression chère à Ignace et que l’on avait un peu oubliée – a repris de l’importance, signe qu’est reconnue la fécondité d’un dialogue en vérité, même de manière passagère ; elle renoue avec ce souci majeur d’« aider les âmes » qu’Ignace de Loyola a mainte fois exprimé, en particulier dans le Récit qu’il a fait de sa vie quelques temps avant sa mort.

La pertinence des Exercices au xxie siècle

  • 19 Elle peut être consultée sous le titre François-Xavier Dumortier, « Le monde est notre maison » (UR (...)

18À travers toute cette expansion, cette diversification et cette pénétration en des milieux et domaines de l’existence si variés, se manifeste déjà, bien sûr, la pertinence des Exercices, que nous pouvons maintenant tenter de caractériser davantage. Il vaut la peine de noter que cette question est bien proche du thème de la rencontre de la famille ignatienne à Lourdes en septembre 2014, « la spécificité ignatienne : quel apport dans le monde contemporain ? » Tout en renvoyant notamment à la contribution du père François-Xavier Dumortier19 qui répond explicitement à cette question en se référant à trois moments des Exercices, je voudrais maintenant donner quelques éléments de réflexion.

  • 20 Frédéric Lenoir, Petit Traité de vie intérieure, Paris, Plon, 2010. L’ouvrage a été rapidement édit (...)
  • 21 Ibid., p. 9.

19À l’heure où il y a une telle demande « spirituelle » et où le « spirituel » est très largement compris comme sagesse de développement personnel, il me semble, à la lumière tant de mes travaux sur le texte d’Ignace que de ce dont il est possible d’être témoin lorsque j’accompagne des hommes et des femmes dans leur chemin spirituel, que la pertinence des Exercices consiste principalement dans l’expérience spirituelle telle qu’ils la proposent, y donnent accès et conduisent à la comprendre. C’est le secret d’une efficacité ecclésiale et sociale. Je voudrais l’évoquer avec le filigrane de deux textes fort différents mais accueillis tous deux aujourd’hui avec un grand succès, et c’est précisément la raison de mon choix. Il s’agit de l’Exhortation apostolique La Joie de l’Évangile du pape François et du livre de Frédéric Lenoir, Petit Traité de vie intérieure20. Le premier auteur qui, bien que jésuite, ne cite jamais explicitement dans son Exhortation Ignace et les Exercices, invite à renouveler sa conscience et sa pratique de l’annonce de l’Évangile face à ce qui, dans le monde d’aujourd’hui, abîme l’humanité ; le second, pensant que si, « pendant des millénaires, la religion a rempli [le] rôle d’éducation de la vie intérieure, […] elle le remplit de moins en moins »21, donne un ensemble de conseils de sagesse en puisant, comme il le dit, dans des philosophies et religions diverses. Évidemment, ces deux écrits ne sont pas situés de la même manière, mais ils disent quelques-uns des défis de la spiritualité aujourd’hui. Il me paraît intéressant de s’interroger sur la pertinence des Exercices en les posant en arrière-fond de notre réflexion.

  • 22 Auteur de plus d’une cinquantaine d’ouvrages, animateur du Village des Pruniers, en Dordogne, il of (...)

20Les Exercices ont le souci de donner accès à une expérience spirituelle personnelle. Ils proposent des « manières de faire » : « On appelle exercices spirituels toute manière de préparer et de disposer l’âme pour écarter de soi tous les attachements désordonnés et, après les avoir écartés, pour chercher et trouver la volonté divine dans la disposition de sa vie en vue du salut de son âme » (n° 1). Aujourd’hui où tant de nos contemporains cherchent du côté des pratiques qui peuvent être à leur disposition, par exemple en faisant appel à celles qui sont issues du bouddhisme – voir le succès de Thich Nath Han22, par exemple –, où par ailleurs le christianisme se préoccupe d’offrir le plus largement possible aux chrétiens les moyens d’une vie spirituelle vigoureuse, l’allure et la visée extrêmement pratiques des Exercices sont loin d’être sans intérêt. Frédéric Lenoir répond à ce besoin de pédagogie par des conseils à mettre en œuvre qui ont souvent l’allure d’exercices – par exemple à propos de la méditation :

  • 23 Frédéric Lenoir, op. cit., p. 51-52.

L’exercice peut se pratiquer debout, allongé, en marchant, mais pour les débuts, mieux vaut privilégier la position assise, dans un fauteuil ou par terre. On commence par se couper du monde extérieur : si le téléphone portable est à portée de la main ou du regard, l’échec est assuré. Ensuite, il faut fermer les yeux et, le dos bien droit, se concentrant sur la respiration, laisser filer les pensées, c’est-à-dire les observer de la même manière que lorsqu’on est dans un train on observe le paysage. […] Les pensées se succèdent ainsi, elles sont là, on les laisse passer sans ‘monter’ dans aucune d’entre elles. On respire profondément, calmement. Progressivement, on se détend et on entre en contact avec son corps, puis avec la profondeur de son esprit23.

21Mais ces conseils sont fort souvent assortis du récit de son expérience personnelle et de son propre itinéraire, ce qui est totalement absent dans les Exercices d’Ignace.

  • 24 Evangelii Gaudium, n° 153 et 152.

22Cette absence, chez Ignace, est liée au grand sens qu’il a de l’importance de la rencontre du retraitant avec Dieu par la médiation du Christ. L’expérience spirituelle est, dans les Exercices, naissance à une parole personnelle par la rencontre d’un Autre. La facture d’un exercice manifeste bien qu’elle est naissance à la parole par la rencontre du Seigneur, un Seigneur qui sauve de l’enfermement sur soi-même. En effet, l’exercice commence par l’accueil, par celui qui va prier, du regard de Dieu sur lui, et par une demande d’être disponible à ce que le Seigneur voudra faire ; puis il se poursuit par l’expression d’un désir avant d’accueillir une « matière » qui est donnée à celui qui prie, dans une extériorité par rapport à lui-même, car cette matière peut être histoire biblique, composition proposée par Ignace, commandement ou prière ecclésiale, ou encore sa propre histoire. L’exercitant est invité à laisser résonner en lui cette matière, en une attitude bien proche de celle que recommande le pape François lorsqu’il invite à découvrir « la joie de la rencontre avec la Parole » de Dieu, à fréquenter cette Parole « à l’intérieur d’un moment de prière pour lui permettre de nous illuminer et de nous renouveler ; chercher à découvrir ce que dit ce message lui-même à sa vie »24 ; enfin, à l’approche de la fin du temps qu’il s’est fixé pour sa méditation ou contemplation, celui qui prie recueille et exprime à Dieu la parole personnelle qui naît en lui au terme de cette écoute, en un « colloque » qui « se fait, proprement, en parlant comme un ami parle à un ami ou un serviteur à son maître ; tantôt demandant quelque grâce, tantôt s’accusant de quelque chose de mal qui a été fait, tantôt faisant part de ses affaires et demandant conseil à leur sujet » (n° 54).

23Cette naissance à la parole a pour matrice, dans les Exercices, le tout premier colloque, qui est un dialogue avec le Christ : « Imaginant le Christ notre Seigneur devant moi et mis en croix, faire un colloque : comment, de Créateur, il en est venu à se faire homme, à passer de la vie éternelle à la mort temporelle, et ainsi à mourir pour mes péchés » (n° 53). Ce n’est qu’ensuite qu’il est possible de « me regarder moi : ce que j’ai fait pour le Christ, ce que je fais pour le Christ, ce que je dois faire pour le Christ » (n° 53).

24Accueillir ainsi en soi une parole personnelle reçue d’une rencontre est le premier pas vers une décision, une « élection », façon de « mettre l’amour dans les actes plus que dans des paroles » (n° 230) ; mais la décision qui peut se prendre grâce aux Exercices mûrit en même temps que se vit la contemplation du Christ puisque la semaine des Exercices où l’on peut en venir peu à peu à recevoir son élection est celle où l’on contemple le Christ depuis son incarnation jusqu’à son entrée dans la passion, en passant par son baptême, c’est-à-dire sa propre élection. Ainsi l’homme naît-il à l’exercice de sa liberté par la rencontre du Christ. L’expérience spirituelle des Exercices est celle d’un vis-à-vis qui fait exister.

  • 25 Frédéric Lenoir, op. cit., p. 164.
  • 26 Evangelii Gaudium, n° 3.
  • 27 Ibid., n° 8.

25Certes, nous pouvons bien reconnaître dans le livre de Frédéric Lenoir des thèmes qui font partie de l’expérience spirituelle chrétienne – le lâcher-prise, le discernement, la liberté intérieure, le pardon, l’apprivoisement de la mort… Mais, même s’il déclare « entretenir une relation de cœur avec le Christ »25, la naissance à la vie intérieure ne se présente jamais chez lui comme le fruit d’une relation, encore moins comme l’effet du mouvement du Seigneur vers l’homme. Les « exercices » proposés se font sans rencontre. L’homme est au fond laissé à lui-même et à sa sagesse, éclairée par celle des philosophies et religions. Les retraitants des Exercices ignatiens, en revanche, font cette expérience de la consistance d’un Seigneur qui vient vers eux. Il ne s’agit pas pour eux de se libérer d’un « ego » mais de laisser se relativiser tout le reste par la rencontre unique de Celui qui fait vivre. De ce fait, ils sont libérés d’un enfermement sur eux-mêmes ou ce à quoi ils tiennent, mais c’est par une relation vitale. Le pape François fait état des « spiritualités sans Dieu » et, face à « une vie intérieure qui peut se refermer sur elle-même, […] invite chaque chrétien, en quelque lieu et situation où il se trouve, à renouveler aujourd’hui même sa rencontre personnelle avec Jésus Christ ou, au moins, à prendre la décision de se laisser rencontrer par lui, de le chercher chaque jour sans cesse »26. Il poursuit : « C’est seulement grâce à cette rencontre – ou nouvelle rencontre – avec l’amour de Dieu, qui se convertit en heureuse amitié, que nous sommes délivrés de notre conscience isolée et de l’auto-référence »27.

26Ainsi les Exercices font-ils découvrir que, dans la vie spirituelle, intériorité et ouverture vont de pair et croissent ensemble. Ils permettent de vivre l’intériorité en y découvrant le dynamisme qui ouvre à autrui.

27Sur ce chemin, le discernement joue un rôle capital. Il est écoute des résonances en soi des événements vécus, paroles entendues, comportements adoptés, projets envisagés. C’est ainsi qu’Ignace a commencé à reconnaître que Dieu lui parlait. Mais il ne s’agit pas, en discernant, de s’écouter ; le discernement n’est ni connaissance introspective de soi ni attention narcissique ni complaisance dans les vibratos de la sensibilité ; il est attention vigilante, en soi-même, à ce qui ne vient pas de soi-même pour y reconnaître les résonances intérieures qui sont signe et appel de Dieu. Et le critère n’est pas le bien que cela me fait, mais la croissance de la foi qui tourne vers Dieu, de l’espérance qui découvre un avenir, et de la charité qui ouvre à autrui en même temps qu’à Dieu. Cette croissance-là fait du bien. Mais le discernement n’est pas un hédonisme ; il est écoute de Dieu et docilité à sa voix, et c’est cela qui rend heureux.

28Le mouvement même des quatre semaines des Exercices conduit à descendre, sous le regard de Dieu, en la vérité de sa propre existence jusqu’à reconnaître « ce que j’ai fait pour le Christ, ce que je fais pour le Christ, ce que je dois faire pour lui » (n° 53) ; mais c’est aussi se laisser éclairer sur l’enfermement que constitue le refus « de mettre à profit sa liberté pour rendre respect et obéissance » à Dieu (n° 50) et dont la conséquence est de se retrouver « comme exilé parmi des animaux privés de raison » (n° 47), c’est-à-dire sans relation ni même perception de l’humanité d’autrui. De cet enfer, la main du Christ sauve et relève. Désormais, c’est sur lui que le regard va se fixer, pour accueillir, en le contemplant, la vérité de son propre désir, en alliance et non plus prisonnier de soi-même ou de tout attachement, et ainsi recevoir de pouvoir faire un choix libre ; alors il est possible de retrouver sa place au cœur du monde où Dieu habite.

  • 28 Cf n° 184, 237 et 338.
  • 29 Evangelii Gaudium, n° 89.
  • 30 Ibid., n° 120.
  • 31 Ibid., n° 262.
  • 32 Ibid., n° 262.
  • 33 Ibid., n° 272.
  • 34 François-Xavier Dumortier, op. cit.

29Le mouvement des Exercices va vers l’intériorité pour y découvrir et vivifier le dynamisme qui conduit à l’extérieur ; il fait vivre, à partir de l’intérieur, toute extériorité, que ce soit celles des relations, des tâches, des positions, des engagements. Alors, l’intériorité se dilate aux dimensions du monde sans se perdre parce que l’investissement en extériorité demeure ancré dans sa source, la relation à Dieu ; car « l’amour descend d’en haut »28 : qu’est-ce qu’un amour qui n’est pas ouverture ? Mais où descend-il sinon dans le cœur de l’homme ? Le secret de l’expansion diversifiée des Exercices que nous avons constatée se trouve en réalité là. Soucieux de « répondre adéquatement à la soif de Dieu de beaucoup de personnes, afin qu’elles ne cherchent pas à l’assouvir avec des propositions aliénantes ou avec un Jésus-Christ sans chair et sans un engagement avec l’autre »29, le pape François rappelle que « tout chrétien est missionnaire dans la mesure où il a rencontré l’amour de Dieu en Jésus-Christ ; nous ne disons plus que nous sommes ‘disciples’ et ‘missionnaires’, mais toujours que nous sommes ‘disciples-missionnaires’ »30. Il invite à « toujours cultiver un espace intérieur qui donne un sens chrétien à l’engagement et à l’activité »31. En même temps, il met en garde contre « toute tentation d’une spiritualité intimiste et individualiste » et mentionne le « risque que certains moments d’oraison se transforment en excuse pour ne pas se livrer à la mission, parce que la privatisation du style de vie peut porter les chrétiens à se réfugier en de fausses spiritualités»32. Bref, « si nous voulons grandir dans la vie spirituelle, ajoute-t-il, nous ne pouvons pas cesser d’être missionnaires »33. Comme l’exprimait François-Xavier Dumortier à la dernière rencontre de la famille ignatienne à Lourdes, en s’appuyant sur trois moments-clefs des Exercices, « l’expérience de Dieu ouvre au-delà d’elle-même ou plutôt au cœur d’elle-même au monde où nous sommes »34. La « vie intérieure » n’est « Sagesse de Dieu » que si elle extériorise, sans se perdre dans l’extériorité mais sans se réfugier dans une intériorité humainement et spirituellement mutilée, parce qu’elle ne se laisse pas conduire par le mouvement même de celui qui s’est fait plus intime à l’homme que lui-même en entrant dans le monde.

30L’accompagnement spirituel, que ne perd aucune des formes nouvelles que prennent en notre siècle les Exercices, est au service de cette écoute de Dieu à travers l’existence personnelle et dans la vie du monde. Le pape François y consacre quelques paragraphes :

Dans une civilisation paradoxalement blessée par l’anonymat et, en même temps, obsédée par les détails de la vie des autres, malade de curiosité morbide, l’Église a besoin d’un regard de proximité pour contempler, s’émouvoir et s’arrêter devant l’autre chaque fois que cela est nécessaire.

  • 35 Evangelii Gaudium, n° 169.
  • 36 Ibid., n° 170.

31Il précise que ceux qui en ont mission doivent apprendre « toujours à ôter leurs sandales devant la terre sacrée de l’autre »35 et rappelle que « l’accompagnement spirituel doit conduire toujours plus vers Dieu, en qui nous pouvons atteindre la vraie liberté » et qu’il « serait contre-productif s’il devenait une sorte de thérapie qui renforce cette fermeture des personnes dans leur immanence, et cesse d’être un pèlerinage avec le Christ vers le Père »36. Ces deux dimensions de la mission et de l’accompagnement spirituel ne sont pas réellement présentes chez Frédéric Lenoir.

Conclusion

  • 37 C’est le cas des Sœurs de Mary Ward, des Sœurs Auxiliatrices des Ames du Purgatoire, des Religieuse (...)
  • 38 « Via quaedam ad Deum », bulle Regimini militantis, 1, citée dans Ignace de Loyola, op. cit., p. 29 (...)

32Ignace de Loyola est bien l’initiateur d’un courant spirituel auquel s’abreuvent des hommes et des femmes d’aujourd’hui, dans le contexte qui est le leur, et avec des marques propres qui ne se confondent pas avec le flou de ce que beaucoup de nos contemporains appellent « spirituel ». Mais notre siècle est celui qui prend conscience qu’il y a bien une spiritualité ignatienne et non plus seulement jésuite – le qualificatif est important : il permet d’honorer un désir de la Compagnie de Jésus elle-même, celui que le trésor des Exercices ne lui soit pas réservé à elle seule. Le corps de la Compagnie vit des Exercices en ayant pour référence commune les Constitutions qui embrassent l’ensemble de l’existence individuelle et collective et l’irriguent de l’esprit des Exercices. Quelques congrégations féminines ignatiennes ont, elles aussi, cette référence fondamentale des Constitutions qu’Ignace a données à la Compagnie37. Mais nombre de laïcs, de prêtres et de religieux et religieuses vivent de la référence aux Exercices sans ces Constitutions, manifestant ainsi l’ampleur de la spiritualité ignatienne. Celle-ci représente dans le monde d’aujourd’hui, pour reprendre l’expression du pape Paul III dans la bulle d’approbation de la Compagnie38, une « voie vers Dieu », une des manières de comprendre l’expérience spirituelle en son originalité proprement chrétienne, à une époque où le terme spirituel s’en est comme détaché, et d’accueillir, en la déplaçant pour lui éviter de devenir une impasse, la quête d’intériorité contemporaine. Telle est sa pertinence pour « aider les âmes » du xxie siècle.

Notes

1 Pierre Gervais (dir.), La Pratique des Exercices Spirituels d’Ignace de Loyola. Actes du symposium de Bruxelles du 1er au 6 avril 1991, Bruxelles, Éditions de l’Institut d’Études Théologiques, collection IET 11, 1991.

2 Je reprends ici les termes de la présentation qu’il en a faite lui-même lors du récent colloque qui a eu lieu le 11 octobre 2014 au Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris pour célébrer les deux cents ans du rétablissement de la Compagnie. Ce colloque a fait l’objet d’une publication sous le titre « Les Jésuites aujourd’hui. Deux siècles après leur rétablissement (1814-2014). Aller, rencontrer, servir », Cahiers Médiasèvres, 2014, n° 179.

3 URL http://www.cvxfrance.com.

4 URL http://www.rji.fr.

5 CIS, XL, II, 2009, n° 121.

6 Il s’agit d’une association née autour de jésuites et qui a entrepris la restauration d’un village d’Ardèche à travers des camps de jeunes qui ont lieu l’été et allient chantier et prière.

7 31ème Congrégation Générale, Décret 33, n° 2, cité par Philippe Lécrivain, « La Compagnie de Jésus s’ouvre au partenariat », Christian Ernst et Marie-Thérèse Desouche (éd.), La Famille ignatienne, tome 2, Namur-Paris, Fidélité, 2014, p. 25.

8 35ème Congrégation Générale, Décret 6, n° 5, Ibid., p. 28.

9 34ème Congrégation Générale, Décret 26, n° 550-1, Ibid., p. 27.

10 Cité par Philippe Lécrivain, op. cit., p. 29.

11 Document polycopié distribué aux participants, p. 40-41, archives personnelles.

12 Article 2 des Statuts qui peuvent être consultés sur le site www.famille-ignatienne-lyon.fr/author/famille-ignatienne-lyon. N’entre pas dans toute cette mise en réseau la proposition des Coopérateurs Pastoraux du Christ-Roi, congrégation religieuse fondée en 1928 et approuvée par Jean-Paul II en 1979, qui propose dans les deux maisons de Chabeuil et de Bieuzy-Lanvaux des retraites de cinq jours avec enseignement et se réclame d’une référence aux Exercices spirituels d’Ignace de Loyola. (URL : http://www.cpcr.org.)

13 Lettre 4131 au père Philippe Leernus, 3 février 1554, citée dans Ignace de Loyola, Exercices spirituels, Texte autographe et documents contemporains (1526-1615), Édouard Gueydan (éd.), Paris, DDB, coll. Christus, 60, Textes, 1986, p. 216.

14 N° 238.

15 CIS 2009, XL, II, n° 121, p. 15. L’observation porte sur l’ensemble des centres spirituels ignatiens dans le monde, mais elle vaut aussi pour la France.

16 Ils sont présentés ainsi au n° 18 des Exercices spirituels : « À qui veut trouver de l’aide pour s’instruire et pour arriver, jusqu’à un certain point, à contenter son âme, on peut donner l’examen particulier (24) et ensuite l’examen général (32), en même temps que la manière de prier le matin, pendant une demi-heure, sur les commandements, les péchés mortels, etc. (238) ; on lui recommandera aussi de confesser ses péchés tous les huit jours et, s’il le peut, de recevoir le sacrement tous les quinze jours, et, s’il y est davantage attaché, tous les huit jours. » La traduction utilisée ici, comme pour toutes les autres citations des Exercices qui suivront, est celle qui a été faite sur le texte autographe des Exercices et figure dans Ignace de Loyola, Écrits, Maurice Giuliani (éd.) Paris, DDB-Bellarmin, 1991.

17 Document polycopié remis aux participants, p. 7, archives personnelles.

18 Cet accompagnement prend moins de place et ne revêt pas la même signification chez les Coopérateurs Pastoraux du Christ-Roi, où l’accent principal de la retraite est mis sur l’enseignement des prédicateurs !

19 Elle peut être consultée sous le titre François-Xavier Dumortier, « Le monde est notre maison » (URL http://www.penboch.fr/FX%20Dumortier%20-%20Le%20monde%20est%20notre%20maison.pdf).

20 Frédéric Lenoir, Petit Traité de vie intérieure, Paris, Plon, 2010. L’ouvrage a été rapidement édité en format de poche et existe également en édition audio.

21 Ibid., p. 9.

22 Auteur de plus d’une cinquantaine d’ouvrages, animateur du Village des Pruniers, en Dordogne, il offre un site en français, très fourni et consulté (URL http://www.thich-nath-hanh.fr).

23 Frédéric Lenoir, op. cit., p. 51-52.

24 Evangelii Gaudium, n° 153 et 152.

25 Frédéric Lenoir, op. cit., p. 164.

26 Evangelii Gaudium, n° 3.

27 Ibid., n° 8.

28 Cf n° 184, 237 et 338.

29 Evangelii Gaudium, n° 89.

30 Ibid., n° 120.

31 Ibid., n° 262.

32 Ibid., n° 262.

33 Ibid., n° 272.

34 François-Xavier Dumortier, op. cit.

35 Evangelii Gaudium, n° 169.

36 Ibid., n° 170.

37 C’est le cas des Sœurs de Mary Ward, des Sœurs Auxiliatrices des Ames du Purgatoire, des Religieuses de Saint-André.

38 « Via quaedam ad Deum », bulle Regimini militantis, 1, citée dans Ignace de Loyola, op. cit., p. 292.

Auteur

© LARHRA, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search