Version classiqueVersion mobile

Y a-t-il une spiritualité jésuite ?

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Philippe Martin

Introduction

Étienne Fouilloux et Philippe Martin

Texte intégral

  • 1 Pierre Pourrat, La spiritualité chrétienne, Paris, Gabalda, 1918-1928, 4 vol.
  • 2 Adolphe Tanquerey, Précis de théologie ascétique et mystique, Paris-Tournai-Rome, Desclée, 1923-192 (...)
  • 3 Gabriel Théry, « Caractères généraux de la spiritualité dominicaine », La Vie Spirituelle. Le suppl (...)
  • 4 Pierre de Puniet, La spiritualité bénédictine, Badia di Praglia, Scritto monastici, 1931.

1 Si la notion « d’école de spiritualité » émerge sans doute sous la plume du sulpicien Pierre Pourrat vers 19181, elle est immédiatement reprise par les théologiens et les chercheurs. Adolphe Tanquerey, en 1923, en compte quinze tout en ajoutant de nombreux auteurs qu’il ne parvient pas à classer2. Dans les années 1930-1940, de nombreux ordres religieux s’interrogent sur la spécificité de leur spiritualité. Les dominicains chargent le père Gabriel Théry3 de ce travail et les bénédictins le père Pierre de Puniet4. Dans ce climat, en vue du 400e anniversaire de la Compagnie de Jésus, le général Wladimir Ledóchowski (1866-1942) charge Joseph de Guibert (1877-1942) de scruter ce qui pourrait faire la spécificité des jésuites.

  • 5 Joseph de Guibert, « En quoi diffèrent réellement les diverses écoles catholiques de spiritualité ? (...)
  • 6 Joseph de Guibert, La spiritualité de la Compagnie de Jésus, esquisse historique, Rome, Institutum (...)
  • 7 Ibid., p. 596.

2Fondateur de la Revue d’ascétique et de mystique, Guibert a été appelé à Rome pour être professeur de théologie spirituelle (à partir de 1922), directeur du cours de perfectionnement des futurs professeurs de théologie (1928-1932), puis consulteur de la section historique de la Sacrée Congrégation des Rites (à partir de 1932). Ayant déjà réfléchi sur les nuances de spiritualité des ordres religieux, ce qui a donné lieu à un article remarqué5, il se lance avec ferveur dans l’entreprise que le général lui a confiée mais son œuvre n’est publiée qu’après sa mort6. Son introduction peut être considérée comme une méthode d’analyse. Il y explique que toutes les spiritualités partagent un socle commun qui ne définit en rien une « spiritualité particulière ». Désirer aller à Dieu par le Christ ou espérer en la communion des saints sont les attitudes de tous les chrétiens. Bien des moyens de salut et de sanctification sont également communs : besoin de purification personnelle, vie de prière, abnégation, humilité, esprit de foi, confiance en Dieu… Cependant, il reconnaît que la spiritualité de chaque ordre a « une allure propre, une physionomie particulière, qui ne se confond pleinement avec aucune de celles qui l’avaient précédée pour le bien de tant d’âmes »7. Pour approcher cet indicible, il explique qu’il faut agir par palier.

  • 8 Ibid., p. XVIII.
  • 9 Ibid., p. XX.
  • 10 Ibid., p. XX.

3Selon lui, le mot « spiritualité » désigne d’abord « la vie intérieure personnelle d’un homme, pensées dont elle se nourrit plus habituellement, formes de prière, pratiques diverses, grâces particulières qui la soutiennent et la développent »8. Si le mot s’intéresse à un groupe, sa signification est plus complexe. Cette spiritualité collective a pour point de départ l’expérience d’un fondateur et/ou d’un maître. Elle n’est cependant pas figée, subissant adaptations et développements au fil de l’histoire de l’ordre. La seule question à se poser étant alors celle de la fidélité à l’esprit de départ. Ainsi se définissent des « différences indéniables » entre écoles spirituelles9. À la question de leur origine, il apporte des réponses nuancées. Chaque école se rattache tout d’abord aux grandes écoles de théologie spéculative : « explication simple, commode, séduisante »10 mais insuffisante. Guibert propose :

  • 11 Ibid., p. XXI.

Ne sera-t-il donc pas plus juste de dire que ce qui différencie réellement les diverses écoles spirituelles, c’est le but assigné par chacune d’elles à toute la vie intérieure de ceux qui s’en inspirent ? Contemplation ou action, louange divine ou ministère des âmes, telle forme particulière d’apostolat ou de prière, de là naîtront des spiritualités plus ou moins actives ou passives, théocentriques ou anthropocentriques, ascétiques ou mystiques11

  • 12 Ibid., p. XXII.
  • 13 Ibid., p. XXV.

4Il conclut : « Les différences entre spiritualités ne pourront donc être réelles qu’au niveau des moyens à employer »12. Elles se lisent dans les diverses perceptions de la prière, de la dévotion mariale, de la charité… Encore faut-il que ces moyens soient cohérents : « Une spiritualité vraie, solide et efficace est un tout organique »13.

  • 14 Ibid., p. 594.
  • 15 Ibid., p. 591.
  • 16 Ibid., p. X, avant-propos rédigé par l’éditeur de l’ouvrage.
  • 17 Dominique Bertrand, « École de spiritualité et Compagnie de Jésus ? », Yves Krumenacker et Laurent (...)

5Fort de ces constats, le père de Guibert construit son ouvrage en trois parties. La première concerne l’expérience personnelle d’Ignace de Loyola. La seconde déploie les quatre siècles de vie spirituelle de la Compagnie. La dernière est une tentative rapide de synthèse dans laquelle il souhaite démontrer que les jésuites ne manifestent jamais « un aristocratisme spirituel inaccessible à la masse, réalisable uniquement dans des conditions choisies, par une élite intellectuelle ou artistique »14. Le maître mot serait « Avec le Christ pour servir »15. Mais Guibert se rend compte que sa réponse est bien mince. Le général Ledóchowski a d’ailleurs été un peu déçu en lisant le manuscrit. Il avait rêvé d’une « exposition positive de la doctrine spirituelle de la Compagnie »16 alors qu’il découvre une approche profondément historique. La question n’est donc pas close. Elle est abordée par de nombreuses collections de livres ou des revues, Geist und Leben en Allemagne ou Christus en France17.

  • 18 Il existe 17 centres spirituels ignatiens francophones : 14 en France (Manrèse à Clamart près de Pa (...)

6Aujourd’hui, même s’il est difficile de la définir, cette spiritualité demeure très vivante. Au cours de l’année 2016-2017, le Centre Spirituel Ignatien de La Pairelle18 propose des journées pour « jeunes », « couples et familles », des sessions, des « parcours », des retraites, des formations en spiritualité : autant de moyens adaptés à un large public. Ce sont les Exercices déclinés individuellement ou collectivement sur 1 à 3 jours, des formations de deux jours sur « La dynamique des Exercices spirituels » ou « Le discernement spirituel », des sessions autour de thèmes, « Grandir en humanité », « Savourer l’Écriture » ou « Croire et espérer ». L’âme jésuite est donc toujours active, fidèle à l’enseignement d’Ignace mais soucieuse de s’ouvrir au monde contemporain.

7Cependant quelle est cette « âme » : « Existe-t-il une spiritualité jésuite ? »

8C’est la question que se sont posée les journées d’études organisées, les 23 et 24 octobre 2015, par le Conseil scientifique de la Collection jésuite des Fontaines, avec le concours du Laboratoire de Recherches Historiques Rhône-Alpes (LARHRA UMR 5190), c’est la cinquième manifestation du même type depuis l’arrivée de la Collection à la Bibliothèque municipale de Lyon. Dernière en date : la journée de juin 2012, Jésuites français et sciences humaines (années 1960), dont les actes sont publiés par le Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes dans sa collection Chrétiens et Sociétés. Nous tenons à remercier ici le LARHRA et l’ISERL, spécialement Christine Chadier et Louisa Charfa, ainsi que tout le personnel de la bibliothèque de Lyon de leur soutien.

9La question posée peut paraître inutilement provocante. En effet, les Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus, ont acquis depuis le xvie siècle une réputation universelle : en plus de cinq siècles, ils ont nourri la foi d’innombrables générations de religieux comme de religieuses, de prêtres comme de laïcs. Ils sont la marque de fabrique des jésuites en matière de spiritualité.

10Il convient pourtant, dans un premier temps, de prendre la mesure de cette matrice ignatienne et du rôle qu’elle a joué, et qu’elle continue de jouer, dans la formation et la vie religieuse des jésuites eux-mêmes. Patrick Goujon montre que, dans les lettres d’Ignace, peuvent se lire les esquisses d’une spiritualité. Celle-ci est profondément marquée par les notions de « consolation » et de « désolation » présentées par Nicolas Rousselot. Pour les croyants, les Exercices sont la meilleure porte d’entrée vers cette pensée. En notre xxie siècle, ils sont toujours d’actualité, nous dit Sylvie Robert.

11Ces fondements posés, nous pouvons appréhender les lieux où s’exprime la spiritualité jésuite. Au premier chef, c’est le livre qui, depuis le xvie siècle, est un vecteur pastoral essentiel pour la Compagnie comme le rappelle Philippe Martin. Plus près de nous, ce sont d’ambitieuses entreprises éditoriales, le Dictionnaire de spiritualité ou la revue Christus, respectivement présentés par Agnès Desmazières et Rémi de Maindreville. Les Exercices demeurent une valeur sûre de l’édition jésuite et la Petite Bibliothèque Jésuite publiée chez Lessius leur réserve une place de choix analysée par Yves Roullière.

12Enfin, notre volume s’interroge sur la manière dont les jésuites ont conçu l’accompagnement spirituel des laïcs. Ce sont, bien évidemment, les congrégations mariales de l’époque moderne ou celles des collèges du xixe siècle, examinées par Louis Châtellier et Philippe Rocher. Les jésuites ont su développer de nombreuses œuvres, spécialement l’Apostolat de prière qui est abordé par Bruno Dumons. Bernadette Truchet montre qu’ils accompagnent des croyants et Étienne Fouilloux qu’ils encadrent des mouvements laïcs. Les jésuites sont reconnus et l’expertise de trois des leurs est requise dans les procès de canonisation de Thérèse de l’Enfant Jésus observés par Claude Langlois.

13La question initialement posée pourrait apparaître inopportune, tant l’influence spirituelle des jésuites fait figure d’évidence au sein de la catholicité, depuis sa fondation. Notre volume remplit son modeste rôle d’outil pour pénétrer la mouvance spirituelle, riche et variée, de la Compagnie de Jésus du xvie siècle à nos jours.

14 Durant l’été 2016, au moment, où nous finalisions les épreuves de ce volume, nous avons eu la tristesse d’apprendre le décès de Louis Châtellier (28 juillet). Déjà malade, il n’avait pas pu venir à notre colloque de Lyon mais nous avait offert un très beau texte présentant la manière dont les jésuites avaient envisagé, à partir du xvie siècle, une pastorale visant à encadrer les fidèles par l’intermédiaire des congrégations mariales. Nous tenons à rendre un hommage appuyé et fidèle à celui qui fut un des maîtres de l’histoire religieuse française.

Notes

1 Pierre Pourrat, La spiritualité chrétienne, Paris, Gabalda, 1918-1928, 4 vol.

2 Adolphe Tanquerey, Précis de théologie ascétique et mystique, Paris-Tournai-Rome, Desclée, 1923-1924.

3 Gabriel Théry, « Caractères généraux de la spiritualité dominicaine », La Vie Spirituelle. Le supplément, t. 54, janvier 1938, p. 22-39.

4 Pierre de Puniet, La spiritualité bénédictine, Badia di Praglia, Scritto monastici, 1931.

5 Joseph de Guibert, « En quoi diffèrent réellement les diverses écoles catholiques de spiritualité ? », Gregorianum 19, 1938, p. 263-279.

6 Joseph de Guibert, La spiritualité de la Compagnie de Jésus, esquisse historique, Rome, Institutum Historicum S.I., 1953.

7 Ibid., p. 596.

8 Ibid., p. XVIII.

9 Ibid., p. XX.

10 Ibid., p. XX.

11 Ibid., p. XXI.

12 Ibid., p. XXII.

13 Ibid., p. XXV.

14 Ibid., p. 594.

15 Ibid., p. 591.

16 Ibid., p. X, avant-propos rédigé par l’éditeur de l’ouvrage.

17 Dominique Bertrand, « École de spiritualité et Compagnie de Jésus ? », Yves Krumenacker et Laurent Thirouin (dir.), Les écoles de pensée religieuse à l’époque moderne, Lyon, Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires n° 5, 2006, p. 11-24.

18 Il existe 17 centres spirituels ignatiens francophones : 14 en France (Manrèse à Clamart près de Paris ; Le Châtelard à Francheville près de Lyon…), 1 en Belgique (La Pairelle à Wépion près de Namur), 1 en Suisse (Notre-Dame de la Route à Villars-sur-Glane près de Fribourg) et 1 en Grèce (le Centre Spirituel d’Inoï Manresa). « Ce sont des centres animés par des jésuites, des religieuses ignatiennes ou des membres de la Communauté de vie chrétienne » affirme le site internet « Jésuites de la Province de France ». http://www.jesuites.com/2011/08/annuaires-des-centres-spirituels-ignatiens-francophones/ [consulté le 15 août 2016].

© LARHRA, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search