Version classiqueVersion mobile

Nourritures terrestres : alimentation et religion

 | 
Paul Airiau

Le « Pain de vie » catholique romain et le « bon riz chinois » : un exemple d’acculturation en Malaisie (xixe -xxe siècles)

Bernard Patary

Texte intégral

  • 1 Cet article s’appuie sur notre thèse, L’institution missionnaire en Asie (xixe-xxe siècles). Le Col (...)

1Créé au xviie siècle au Siam (Thaïlande), dans le sillage de la fondation de la société des Missions Etrangères de Paris (MEP), le Collège général de Penang (parfois orthographié Pinang) était un séminaire dévolu à la formation du « clergé indigène » (l’un des principaux buts de la société des MEP), prêtres « supplétifs » rendus en partie nécessaires par la disproportion entre les foules asiatiques et le petit nombre d’« ouvriers apostoliques » français. Après divers déplacements, en Inde notamment, cet établissement, provisoirement fermé, rouvrit ses portes en 1809, à Penang, île de Malaisie (actuellement Malaysia), alors possession de l’East India Company (GB). Il fut érigé en grand séminaire pontifical dans les années 1930. Près de deux mille jeunes gens issus d’une dizaine de peuples d’Asie y étudièrent ; huit cent d’entre eux environ furent ordonnés prêtres, quelques-uns devinrent évêques. L’établissement se maintint à Penang jusqu’à la fin des années 1960. Il fut emporté, aux lendemains du concile de Vatican II, dans la tourmente du décret Ad Gentes (1965) qui remettait fondamentalement en question le rôle des missionnaires européens sur les autres continents. Les très abondantes archives conservées rue du Bac à Paris et à Penang, abordent tous les sujets et notamment celui qui nous concerne ici, l’alimentation1.

2Pour l’historien, le principal intérêt de cette institution unique en son genre, réside en ce qu’elle permet d’observer, comme en laboratoire, le fonctionnement d’une société mixte européenne et asiatique, recluse, pendant une assez longue période (160 ans). Pendant la seconde moitié du xixe siècle, le Collège général de Penang fut chargé de reproduire, selon des normes françaises héritées du catholicisme de l’âge classique, inspirées à la fois par la grande figure du Curé d’Ars et le courant « intransigeant » post révolutionnaire, un stéréotype de clergé prétendument « universel », et ce dans le contexte d’une forte centralisation romaine (en particulier à partir de 1878, sous le pontificat de Léon XIII). À Penang, il s’agissait, pour citer un missionnaire, de « déchinoiser les Chinois », d’en faire des « demi-Européens » ! Or, cette hybridation ne fut pas entièrement unilatérale. L’étude des langues et des civilisations orientales, les contraintes climatiques et sanitaires, la nécessité de « s’immerger » (dans l’acception que les anthropologues de l’école diffusionniste donnèrent à ce terme), pour atteindre les objectifs de l’évangélisation des populations autochtones, favorisèrent une acculturation (relative) des missionnaires français eux-mêmes. Les controverses portant sur le choix de la médecine européenne ou chinoise pour soigner les élèves, sur la langue véhiculaire en usage au séminaire (à Penang, on parla latin jusqu’au début des années 1950 et l’on portait la soutane), en témoignent. La question de l’alimentation dut s’insérer dans ce projet éducatif et normatif singulier. Résumons-la en une simple question : au Collège général, mangerait-on français ou chinois ? Au sujet de l’alimentation, contrairement à d’autres, comme la liturgie par exemple, ou les études théologiques, s’est opérée pourrait-on dire une acculturation de l’acculturateur, par une adaptation réaliste à l’environnement local légitimée sur le plan théologique.

Le soin des corps

De la survie à l’autosubsistance

3Le régime alimentaire en vigueur au séminaire de Penang est bien connu. Il a assez peu varié au cours de l’histoire du Collège :

  • 2 Les citations proviennent presque toutes des Archives du Collège général partiellement inventoriées (...)

Ils mangent de la viande deux jours de la semaine seulement le dimanche et le mercredy qui est le jour de congé ; le reste du temps ils mangent du poisson qui est la nourriture du pays.2

4La base de cette alimentation est le riz. Aux débuts de l’installation du Collège en Malaisie, en 1809, cette céréale semble faire défaut, tant en quantité qu’en qualité :

  • 3 AME, Vol. 339, 1-XII, M. Lolivier, 1813.

Sous prétexte qu’il n’avoit pas assez d’argent, il leur achetoit du fort mauvais riz, et en achetoit de meilleur pour ses ouvriers, qui travailloient au collège ; parce que, disoit-il, ces charpentiers ne peuvent pas manger de ce riz, il fait beaucoup d’autres choses dans ce genre. Il résultera de tout cela que quand même l’argent suffiroit, ce collège ne peut durer longtemps3.

5Ces propos laissent entrevoir les difficultés matérielles auxquelles les missionnaires eurent à faire face, pour nourrir les jeunes séminaristes et, dans ce cas précis, les ouvriers qui travaillaient à leur bâtir un abri. L’agriculture étant insuffisamment développée sur l’île, on y dépendait largement des importations. C’est pourquoi le coût de la vie y resta constamment élevé, en particulier pour les denrées alimentaires :

  • 4 AME, Vol. 301, p. 418, M. Letondal (Pinang) à M. Chaumont (Londres), 10 décembre 1809.

J’ai trouvé tout bien cher à Pinang ; mais outre que l’argent peut s’y placer à un plus grand bénéfice, j’ai remarqué qu’il faut y profiter de certaines circonstances pour faire des provisions, il s’en présente de très favorables pour cela ; mais il faudrait aussi un bon frère lai pour pourvoyeur. Il faut aussi y avoir un champ de riz, un jardin pour des légumes et des fruits, des volailles et autres animaux.4

  • 5 AME, vol. BG 1401, Mgr Florens à M. Letondal, 20 juillet 1813.

6Cette lettre de Claude Letondal (refondateur du Collège) annonce l’une des préoccupations majeures des directeurs du Collège de Penang, au long de leur présence en Malaisie, l’approvisionnement : « J’ai été bien triste en apprenant que vous avez renvoyé quatre écoliers de Chine, disant que ce sont des sujets trop faibles pour un collège général, et que d’ailleurs vous ne pouviez plus les nourrir. »5 Aussi, ils cherchèrent très tôt à développer leur propre production agricole, seul moyen d’assurer l’indépendance de la communauté et d’économiser les ressources financières provenant d’Europe :

  • 6 AME, Vol. 301, p. 769, Macao, M. Letondal, octobre 1811.

6. Quels sont les moyens de réduire les dépenses afin de procurer plus de ressources aux missions ? Il faut faire des provisions aux temps favorables, tâcher d’avoir un champ de riz qui fournisse la consommation et de quoi payer sa culture ; avoir soin de tirer ce qu’on pourra du terrain adjacent en cocos et autres fruits. Il faudrait aussi peu à peu se pourvoir en poisson nécessaire ce qui est facile étant situé près du bord de la mer. Plut à Dieu que l’on put y établir quelque genre de travail utile en guise de récréation, ne fut-il que de faire des paniers qui serviraient pour faire les provisions au marché.6

7Le vœu de M. Letondal, « avoir un champ de riz », ne fut exaucé qu’en septembre 1869 :

  • 7 AME, Procès-verbaux : 16 septembre 1869.

Les circonstances sont favorables pour convertir en champ de riz le terrain inculte et malsain qui s’étend vers la mer. Le Conseil confirme les démarches faites par le Procureur et ratifie le contrat porté à 110 piastres pour les travaux préparatoires. Le Conseil prend note également du bornage effectué entre le Collège et les Chinois, à l’accord satisfaisant des deux parties.7

  • 8 AME, Vol. DB 460-7, Lettre du P. Laigre au P. Lemonnier, Pinang, 12 septembre 1874. Autre exemple. (...)

8Cinq ans plus tard, le supérieur du séminaire, M. Laigre, pouvait écrire : « De ma chambre, qui est celle qu’occupait le cher Père Greiner, je vois à mon aise la rizière qui contient maintenant 12 orlons. »8

  • 9 Ramboutan et mangoustier sont des fruits tropicaux.

9Grâce à la riziculture, aux plantations affermées de muscadiers, de cocos, de ramboutans, de mangoustiers, d’ananas et de bananiers, le régime alimentaire des élèves et des missionnaires était satisfaisant9. De plus le Collège bénéficiait de dons provenant des Œuvres européennes, de Lyon en particulier. Il fut donc possible de pourvoir à la subsistance d’élèves dont l’effectif dépassa, certaines années, la centaine :

  • 10 Annales de l’Œuvre de la Propagation de la Foi. Recueil périodique des lettres des évêques et des m (...)

Mais le lendemain notre touriste vient visiter le séminaire et après maintes autres questions, nous demande par quelles ressources, à l’aide de quelles riches dotations nous couvrons les dépenses de cet établissement et donnons du riz à une famille si nombreuse. Ici notre cœur s’émeut, Messieurs les Associés, et nous répondons au fier Anglais, ce qui est la vérité, que l’aumône de l’Europe catholique est notre seul trésor. L’Anglais sourit de cette explication, et, habitué qu’il est à comprendre et à pratiquer l’économie autrement que le missionnaire, essaie de cacher poliment qu’il n’en croit rien, vu les prix excessifs où les denrées sont à Pinang10.

10Cette lettre, publiée dans les Annales de l’Œuvre de la Propagation de la Foi, voulait rendre un hommage explicite aux donateurs et les encourager à persévérer ! Les sources sont unanimes : dès la seconde moitié du xixe siècle, la communauté était convenablement nourrie.

  • 11 Jacques Dupuis, Singapour et la Malaysia, Paris, PUF, 1972.
  • 12 N’étant nullement spécialiste des questions monétaires, nous ne faisons que donner ici quelques rep (...)
  • 13 AME, Père Rouhaud (?) Journal du Collège général, 1938-1945

11L’occupation japonaise, en 1941, eut en revanche des conséquences économiques désastreuses. L’industrie fut désorganisée, les plantations laissées à l’abandon, la population des villes sous-alimentée pendant plusieurs années. Les Malais semblent avoir moins souffert que les Chinois, car ils vivaient en autarcie familiale sur leurs petites exploitations de subsistance11. Dès l’arrivée des Japonais, les Pères avaient pris des précautions, s’attendant probablement à ce qui allait suivre. De la farine australienne est mise en bocaux et emmagasinée, pour la fabrication des hosties. On agrandit le potager, confié aux soins des élèves, qui ne manquent pas d’ingéniosité pour améliorer l’ordinaire : « Les élèves ayant construit un grand piège à singes, en capturent cinq d’un coup. Grand régal de carry de singe à la suite de cet heureux coup. » Une grande plantation de dourians est préparée en juin 1943 ; celles de bananes et d’ananas « sont déjà très prospères. » Il y a également quatre vaches dans la propriété. Le prix du riz ne cesse d’augmenter (20 $ le sac, 40 à Singapour)12. Celui du pain aussi (8 cents pour un gros pain ordinaire). À partir de septembre 1942, le riz, le sucre, le sel et les allumettes sont rationnés : au Collège, on ne mange plus de riz qu’une fois par jour, à midi. Seul luxe, les Pères s’accordent un verre de Clairet par repas ; les bouchons de mauvaise qualité ne garantissant pas la bonne conservation des bouteilles. Le tapioca est le fond de l’alimentation : « Tubercules bouillies avec un peu de sel. Certains craignent beaucoup le poison contenu dans le tapioca et en souffrent13. » Le tapioca est une fécule extraite des racines du manioc, plante importée du Brésil aux Indes néerlandaises, effectivement toxique lorsqu’elle n’est pas traitée dûment.

12Nous avons eu la chance de recueillir à Singapour, en février 2001, le témoignage du P. Michel Arro, l’un des derniers professeurs au Collège dans les années 1960 :

Les élèves allaient dans la jungle, cueillaient des fruits, cultivaient des arbres sur les terrasses du Collège, avaient leurs dourians [fruit exotique], leurs mangoustans. Certains avaient des bestioles, des petits renards, des singes. Et puis il y avait les spécialistes des abeilles. Eux se faisaient un peu d’argent. Ils mettaient la main dans un essaim d’abeilles sauvages, dans la jungle, prenaient la reine sans se faire piquer, la ramenait au Collège à cinq, six kilomètres, la mettaient dans une cage et dans les deux jours, l’essaim était là. Alors ils faisaient du miel qu’ils vendaient à des boutiques de médecine chinoise traditionnelle. Avec ça, ils s’achetaient des bouquins. On les laissait faire, les pères ne s’occupaient pas de ces activités.

Cuisinier chinois ou religieuse française ?

13Il existe un inventaire des biens du Collège, à ses débuts, en 1838. Le mobilier et la vaisselle du réfectoire y sont détaillés. Cela paraît assez insuffisant, si l’on songe qu’il y avait alors une quarantaine d’élèves au Collège. Au milieu du xixe siècle, les conditions matérielles se sont améliorées, avec la construction d’une cuisine :

  • 14 AME, Vol. DB 460-7, Lettre du P. Laigre au P. Lemonnier, Pinang, 12 septembre 1874.

Oui, notre collège général a beaucoup d’agrément qu’il n’avait pas de votre temps et chaque année il devient de plus en plus propre. À commencer par la cuisine et toutes ses dépendances et même l’étable, qui ne font maintenant plus qu’un seul bâtiment en briques, parallèle au réfectoire, couvert en tuiles.14

14La plupart du temps, les cuisiniers sont Chinois, et plutôt mal vus des Pères, qui voudraient confier le soin de la cuisine à des religieuses :

  • 15 AME, Vol. 340 B, M. Laigre, Penang, 27 mai 1880.

Nous souhaiterions comme en France, pour les collèges et petits séminaires, avoir comme eux des sœurs qui exerceraient leur charité au milieu de nous. Nos enfants travaillent tous à acquérir la science nécessaire à leur vocation ; mais peu à peu leur santé se ressent de la vie sédentaire qu’ils mènent pendant de longues années et nous recevons fréquemment des plaintes au sujet de la santé des élèves qui s’en retournent. Les domestiques chinois suivent toujours leur routine, ne savent pas varier dans la cuisson ou les aliments […] C’est pourquoi, Messieurs, nous vous demandons de nous procurer le secours de quelques sœurs de Saint-Maur qui toutefois, seraient toutefois toujours maintenues en dehors de la communauté. Mgr Gasnier, entrant complètement dans nos vues, a favorablement accueilli cette demande, que nous vous demandons de bien vouloir approuver.15

  • 16 AME, Procès-verbaux, 1952 : « Le P. Sup. [Davias] soumet au Conseil un projet d’appeler des sœurs d (...)

15Cette requête, réitérée16, ne pouvait manquer de susciter la méfiance des directeurs de Paris, qui ne voyaient pas d’un bon œil la présence de femmes, fussent-elles religieuses et âgées, au milieu de la communauté ! Seules les circonstances exceptionnelles de l’invasion japonaise, à partir de 1941, permirent de déroger temporairement à la règle, les sœurs ayant dû se réfugier au Collège après l’installation des troupes d’occupation dans leur couvent :

  • 17 AME, Journal du Collège général, 1938-1945.

22 février 1945. Ce matin tout le monde a abattu des cocotiers et défriché au nouveau jardin. L’après-midi on installe une bibliothèque-étude pour les élèves à l’étage dans le couloir au milieu du bâtiment central. Là se trouve la clôture faite de paravents qui nous sépare du domaine des sœurs. La cuisine telle que la font les sœurs plaît à tout le monde et on en est très satisfait17.

16La présence des sœurs ne laisse pas de susciter quelques réserves chez certains esprits sourcilleux :

  • 18 AME, Procès-verbaux, 8 avril 1945.

Les sœurs s’enhardissent et circulent plus librement dans le rez de chaussée de nos quartiers qu’auparavant, même après souper le soir ; bien qu’on leur ait demandé de quitter cette zone à partir de la fin de la prière des élèves. Il y aurait à réagir contre cette promiscuité à la tombée de la nuit.18

Manger sainement

17Dans l’un des premiers règlements au sujet de la santé des élèves, au tout début du XVIIIe siècle l’auteur se préoccupait presque de diététique :

  • 19 Manière d’élever les écoliers indiens, donnée par M. Roost Supérieur du Collège de Siam, 1713, De l (...)

Il n’est pas nécessaire quand on le pourrait de leur donner beaucoup de viande et de fortes nourritures. Le climat ne demande point cela. Mais il faut leur donner du bon riz toujours bien cuit, quelque peu de poisson, quelquefois un peu de viande à midi, toujours un peu de fruit pour les rafraîchir.19

18En temps normal, les directeurs veillent scrupuleusement à ce que les repas n’altèrent pas la santé des élèves, ni celle de leurs professeurs. Ainsi, l’article XI du règlement de 1848 stipule :

  • 20 AME, Vol. 891, Règlement du Collège général, 1848.

De la fin du repas jusqu’à deux heures, ils se détendront dans un honnête loisir et donc, à ce moment là, s’ils n’en ont pas l’autorisation, ils n’écriront pas, ils ne liront pas et ne feront aucun effort intellectuel de nature à troubler leur digestion ; en outre ils ne travailleront pas avant qu’une heure se soit écoulée après la fin du repas. Ils feront cela à la fois pour leur santé et pour leurs études. Mais tous se promèneront pendant une demi-heure au moins ou se livreront à des exercices physiques20.

19Cet article est bien le fruit de l’expérience acquise, comme le montre une lettre de dix ans plus ancienne, adressée par le P. Albrand, directeur de Penang, aux directeurs de Paris :

  • 21 AME, Vol. 349, DB 460-5 M. Antoine Albrand, Directeur du collège de Pinang, aux directeurs du sémin (...)

De plus il est de toute nécessité, pour conserver la santé de nos élèves, qu’ils prennent un peu de récréation immédiatement après le repas ; mais ici on ne peut la prendre ni au soleil brûlant, ni au serein. Or, la partie de la maison qu’habitent nos élèves n’est pas élevée de quatre pieds au-dessus de la terre ; il serait donc fort à souhaiter qu’elle pût s’élever à la hauteur des maisons de ce pays pour pratiquer en dessous une promenade, que je crois aussi nécessaire à nos disciples que le peu de riz que je leur donne.21

20Toujours dans le dessein de préserver la santé des élèves, l’accès à la chapelle leur est interdit après les repas. Parfois, les prescriptions alimentaires revêtent un aspect médical, comme dans ces conseils donnés aux jeunes missionnaires pour la traversée :

  • 22 Instructions pour le voyage des missionnaires, AME, Lettres communes, Vol. 171, p. 559, février 185 (...)

Il est bon de se munir aussi de quelques pots de gelée de groseilles, de sirops d’orange, citron, etc., pour faire des limonades, sucre pour les besoins particuliers, chacun au moins un kilo de bon chocolat et une boite de thé noir, chacun une bouteille de bonne eau de vie, rhubarbe en poudre dans un flacon pour combattre au besoin les constipations ordinairement très opiniâtres dans les longues traversées. On en met une forte pincée dans une cuillère à potage au commencement du repas. Il est rare que les premiers jours où l’on est à bord, on n’éprouve pas le mal de mer. Quelque long et dégoûtant que soit ce mal, il ne faut pas s’en effrayer. On n’en meurt pas. Il n’y a pas non plus de remède spécifique pour s’en préserver. Comme il est reconnu cependant qu’une des causes principales est due à l’agitation excessive des intestins provenant du roulis et surtout du tangage du bâtiment, quand après un jour ou deux l’estomac a déchargé force bile, il est bon de se tenir le ventre serré avec une ceinture, ou de rester couché, la position horizontale se prêtant moins au mouvement des intestins. Malgré les répugnances, il est bon de prendre à jeun, tous les matins un peu d’eau de vie avec des biscuits.22

21Lors d’une épidémie de béri-béri, un médecin anglais providentiel trouve un traitement contre cette maladie :

  • 23 AME, DB 460-7, P. Wallays au P. Lemonnier, Penang, 1er novembre 1885.

Ici toute notre communauté va bien. Je crois que le Dr Bowell, de Singapore, nous a trouvé un excellent remède contre le Béri Béri. Nous n’avons plus la crainte qui nous obsédait l’année dernière à pareille époque. Ce remède consiste à donner à chaque patient 3 onces de farine de froment deux fois par jour au commencement des deux principaux repas. On fait des petits pains cuits au four ; et nos malades s’en trouvent magnifiquement bien. Je suis convaincu que c’est St Joseph qui nous a amené le Dr Bowell.23

22La méthode du Docteur Bowell fut-elle si excellente ?

  • 24 AME, Procès-verbaux, 21 mars 1889.

Préoccupé du mauvais état de santé des élèves, dont au moins un tiers sont atteints du Béribéri, le Conseil consacre la séance à délibérer sur les moyens matériels à prendre pour y porter remède. Il est décidé : […] 2° d’augmenter la quantité de viande de bœuf servie aux élèves. 3° d’établir du moins provisoirement un petit goûter composé d’un morceau de pain, d’une banane, qui sera pris dans le jardin au commencement de la récréation de la classe de latin. 4° de faire asseoir les élèves pendant le dernier quart d’heure de la méditation au lieu de les laisser debout comme auparavant.24

La nourriture des âmes

Gourmandise et tempérance

23Dans les règlements, la question de la nourriture et de la boisson est toujours abordée sous le double aspect de la morale et de la vie pratique. La tempérance est, sans surprise, l’une des vertus les plus attendues, aussi bien des missionnaires que de leurs élèves. Les auteurs des Monita, après avoir cité l’Évangile de Matthieu (IV, 4), « L’homme ne vit pas seulement de pain mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu », à l’article 2, évoquant la figure tutélaire de saint François-Xavier, exhortent les missionnaires à imiter sa vie austère :

  • 25 Monita (1665), op. cit., Article 2, « Il faut éviter les soins exagérés du corps », p. 22-23.

S. François Xavier, ce grand apôtre des Indes, pendant toute sa vie affligea son corps de jeûnes fréquents et de mortifications souvent répétées ; sa nourriture fut toujours frugale et de préparation facile ; c’était une aumône qu’il demandait ou qu’on lui apportait ; ce qui déterminait sa nourriture ou sa boisson, ce n’était pas la satisfaction du goût, mais l’exigence de la nature ; il avait l’habitude de ne manger qu’une fois par jour, et, la plupart du temps, d’un seul aliment, destiné moins à flatter le palais qu’à soutenir la nature.25

  • 26 Idem, p. 23.
  • 27 Idem, p. 24.

24Le missionnaire doit se méfier des « artifices » dont use le démon, « qui sait par expérience combien la vie rude et austère des hommes apostoliques lui est nuisible »26, pour le détourner de son devoir. La « bonne chère » étant l’une des voies de la tentation, le missionnaire « s’abstiendra de mets recherchés et de douceurs de provenance exotique, et fera sa nourriture des aliments ordinaires de la région. »27 Ces prescriptions se répètent tout au long de l’histoire de la Société. Cependant, le règlement de 1874, à l’article 140, veille à en tempérer la rigueur. Les conditions de vie sont rudes dans la plupart des missions ; le taux de morbidité élevé et l’expérience de l’Asie ont montré ce que l’on risquait à y ajouter d’inutiles mortifications. Les différents règlements du Collège général consacrent plusieurs articles à la nourriture et aux repas. Les plus anciens (avant l’installation en Malaisie) sont assez sévères, aussi bien pour les élèves que pour leurs maîtres, auxquels ils recommandent la frugalité, le jeûne et l’abstinence, la réserve vis-à-vis du monde extérieur :

  • 28 Avis pour le gouvernement du séminaire de Siam, 1665, Archives de Siam, vol. 129, op. cit.

14. Ils seront encore plus religieux à ne manger jamais hors le séminaire et s’il arrive qu’on les convie quelquefois à dîner, ils s’en excuseront toujours civilement.
16. Comme on s’est toujours servi jusqu’à présent de l’huile de coco, on se donnera garde d’introduire jamais dans le séminaire l’usage de la graisse de porc les jours maigres au défaut de beurre ou d’huile d’olive sous prétexte que les Portugais s’en servent.
17. L’abstinence de viande dans les repas du soir étant une chose commune et même nécessaire à la conservation de la santé, ils ne se feront servir au soir pour le commun qu’un peu de poisson et de dessert tout ensemble.
18. Outre cette abstinence, ils jeûneront les vendredis et toutes les veilles des fêtes de N.D.28

  • 29 AME, Règlement, 1848, Règles générales, art. 2.

25Le souci de préserver l’équilibre alimentaire de la communauté est ajusté aux devoirs de la piété ; faire maigre, s’abstenir. Certains auteurs passent de la diététique à la rhétorique des bonnes mœurs : « On doit aussi les priver de certains aliments trop chauds qui pourraient exciter en eux les feux de la concupiscence. » Dans le règlement de 1848, les mêmes types de prescriptions reviennent, avec une tonalité semblable, l’essentiel restant bien de se détourner des nourritures terrestres au profit des nourritures spirituelles : « Que vous mangiez, dit l’Apôtre, que vous buviez ou quoi que vous fassiez, faites tout à la gloire de Dieu. »29

Vins et spiritueux

  • 30 Instructions pour le voyage des missionnaires, Lettres communes, Vol. 171, p. 559, février 1858.
  • 31 AME, Procès-verbaux, 19 avril 1894.

26L’alcool est fréquemment cité parmi les remèdes préconisés. En 1858, dans les conseils pour la traversée, l’eau de vie était recommandée contre le mal de mer : « Malgré les répugnances, il est bon de prendre à jeun, tous les matins un peu d’eau de vie avec des biscuits. »30 Il y avait donc des réserves d’alcool dans la pharmacie du Collège ; elles éveillèrent quelques convoitises : « M. le Sup. communique aux confrères le cas de l’élève Kway qui a dérobé de l’alcool à la pharmacie pour le boire et en donner à boire à d’autres. On décide de renvoyer le coupable par le prochain bateau. »31 Presque un siècle plus tard, l’alcool reste considéré comme un médicament :

  • 32 AME, Journal du Collège général, 1938-1945.

17 avril 1945. Nous achetons aussi quelques bouteilles d’arack comme médecine en cas de choléra. Il ne semble pas que les cas signalés dans Kedah aient compromis la santé publique de ce côté-ci mais il y a comme une épidémie de grippe intestinale dont plusieurs personnes meurent32.

27Pendant l’occupation japonaise, pour soutenir leur moral, les Pères s’étaient accordés un peu de vin à table, à défaut de pouvoir acheter du whisky :

  • 33 AME, Procès-verbaux, janvier 1943.

Le whisky atteint 60 $ la bouteille. Pour nous, nous sommes heureux d’avoir encore un petit verre de Clairet à chacun de nos repas. La provision qui nous reste ne semblant pas devoir se conserver en bon état, surtout en raison de la mauvaise qualité des bouchons employés, nous préférons en profiter.33

  • 34 AME, Vol. 340, n° 115, M. Jourdain à M. Libois, octobre 1852 : « […] J’ai prié le P. Baclot de vous (...)

28À maintes reprises, dans les correspondances, les missionnaires de Penang commandent du vin, sans toujours préciser l’usage qui en sera fait : « Veuillez nous faire parvenir du vin de France, 6 à 8 barriques, celui du Portugal ne nous parvenant plus. »34 L’usage de la boisson est fortement encadré par les textes, depuis les origines du Collège :

  • 35 « Avis pour le gouvernement du séminaire de Siam », 1665, Archives de Siam, vol. 129.

15. Ils garderont toujours la louable coutume qu’on a introduite dès le commencement dans le séminaire de s’abstenir d’y boire d’aucun vin que ce soit. Si néanmoins quelqu’un croit qu’il ait besoin d’en boire quelquefois, on lui en accordera l’usage comme fait Saint Paul à Timothée, non pas néanmoins dans la communauté, mais en sa chambre.35

29Le règlement de la Société de 1874 reprend la même injonction, en maintenant la possibilité d’assouplir la contrainte : « Ils garderont une exacte sobriété dans le manger et le boire, et surtout dans l’usage des liqueurs spiritueuses. Ils prendront garde néanmoins à tout excès contraire. » Cette latitude laissée aux missionnaires s’explique notamment parce que l’alcool est supposé avoir une vertu thérapeutique. Mais il semblerait que la consommation de vin lors des repas n’eût pas été inhabituelle. Mgr Petitjean, vicaire apostolique du Japon, écrit aux directeurs du Collège, le 26 novembre 1867, à propos de ses séminaristes : « Les dispositions prises touchant l’usage du vin et du tabac, étaient que les élèves japonais, n’étant accoutumés ni au vin ni à la fumigation, ils seraient rangés dans la catégorie des élèves qui n’en usent pas. » Cela permet de supposer que les autres élèves pouvaient boire du vin et fumer. Sans doute le faisaient-ils sans excès, conformément aux prescriptions du règlement. La tempérance prévalait-elle toujours à la table des missionnaires ? Cette lettre de 1837 permet d’en douter :

  • 36 M. Barondel à M. Albrand, Paris, 13 octobre 1837, AME, Vol. DB 460 - 5.

Monsieur et cher confrère. En lisant les comptes que vous avez envoyés, nous avons tous été extrêmement surpris et souverainement scandalisés de voir que, durant l’année 1836, il s’était dépensé au Collège 560 bouteilles d’eau de vie, outre environ 1200 bouteilles de vin. 560 bouteilles d’eau de vie bues dans un an, grand Dieu, et 1200 bouteilles de vin ! Mais on boit donc comme des soldats irlandais dans ce collège ! 560 bouteilles d’eau de vie dans un an ! Mais une cantinière de régiment n’en vend pas autant. 560 bouteilles d’eau de vie, mais jamais un pareil scandale ni rien qui s’en approche ne s’était vu dans nos missions depuis qu’elles existent. 560 bouteilles d’eau de vie bues dans un an, outre 1200 bouteilles de vin ! Mais que diraient nos autres missions, que dirait-on dans le public si on avait connaissance d’un pareil scandale donné par des évêques et des missionnaires ? Que diraient les saints évêques Garnault et Florens, eux qui ne rougirent jamais d’une goutte de vin l’eau qu’ils buvaient ? Lorsque j’étais dans l’Inde, j’étais sujet à de fréquentes infirmités qui me rendaient nécessaire quelquefois l’usage d’un cordial, mais je m’estimais heureux si j’avais deux ou trois bouteilles d’eau de vie qui me duraient une année entière. Pour le vin, nous pensons tous que vous devriez le réduire à un petit verre pour chacun à dîner et à souper. Si ceux qui potentes sunt ad bibendum ne s’accommodent pas de cela, et veulent l’avoir à discrétion, qu’ils s’arrangent, et ne cédez jamais à des exigences si déraisonnables. Ce n’est pas avec un viatique de 100 piastres qu’on peut boire l’eau de vie et le vin à discrétion. Shame, shame, shame ! Ne croyez pas que je vous écrive ceci en confidence. Je vous prie même de communiquer ma lettre à toutes les personnes intéressées, présentes et absentes ; et nous vous prions tous avec instance de faire cesser ce scandale ! […] Soyez persuadé que j’entretiens envers vous les sentiments de la plus sincère estime et de la plus vive sympathie pour toutes les contradictions que vous avez à endurer dans le poste pénible et dégoûtant que vous occupez.36

30Il n’y avait alors pas plus de cinq missionnaires permanents au Collège. Leur consommation individuelle et quotidienne s’élevait donc alors à environ un quart de litre de vin par repas et un huitième d’eau de vie. L’usage de l’alcool était acceptable pour ses vertus médicinales supposées. Mais les excès sont évidemment jugés détestables, - quand bien même la dureté de la vie en mission constituerait une circonstance atténuante -, et ce d’autant plus qu’ils occasionnent des dépenses supplémentaires.

Se bien tenir à table ; le réfectoire

  • 37 AME, Procès-verbaux, 26 juillet 1847.

31Le déroulement des repas est strictement réglé. Pendant les repas, pris en silence, on écoute des lectures pieuses (martyrologe, Imitation de Jésus-Christ) et chacun, à tour de rôle, participe au service de la table. On peut parler entre les lectures, mais en latin uniquement. Au réfectoire, « Le déjeuner sera présidé alternativement par un professeur, chacun pendant une semaine. Les élèves se tiendront dans le même ordre qu’aux autres repas »37, chacun occupant une place conforme à son rang ou à son ancienneté :

  • 38 AME, Coutumier de 1939, CG 020.

Pour les plus anciens à la table du côté de la chaire qui est la plus rapprochée de la table des Pères. Commencer par placer les plus anciens du côté du mur, disposer les suivants alternativement à droite et à gauche en suivant l’ordre de liste général ; pas de places spéciales : 10 élèves par table.38

  • 39 « Pendant que les ministres prépareront la table ou qu’après les repas ils laveront la vaisselle, s (...)

32Le procès-verbal du 10 mai 1847 comporte une disposition particulière pour les professeurs indigènes : « Les professeurs indigènes seront placés chacun dans un dortoir, seul dans leur cellule, à portée des issues. Ils seront placés de même au réfectoire et servis particulièrement. » Les élèves subissent partout la surveillance de leurs aînés. Mais celle-ci s’exerce avec plus de vigilance dans les dortoirs, les salles de bain et au réfectoire, lieux où les corps peuvent se trouver soumis à diverses tentations.39

Le repas eucharistique : la sainte table

  • 40 Idem, 7 mars 1854.
  • 41 Idem, 23 septembre 1867.
  • 42 Idem, 3 juin 1940.
  • 43 Bernard Patary, « Jean-Claude Miche (1805-1873), un évêque des Missions Étrangères en Indochine, au (...)

33On ne saurait omettre une autre forme de repas communautaire, dans lequel la réalité pratique est transcendée par la pratique spirituelle : l’Eucharistie. Célébrée quotidiennement, la messe requiert des hosties et du vin. Les hosties sont fabriquées au Collège. En mars 1854, le Conseil des directeurs passe commande à Paris, d’« un fer à hosties double de 75 millimètres de diamètre. »40 Cette activité se déroule dans un endroit sûr, pour éviter les incendies : « Il a ensuite été décidé que dans l’officine basse de l’infirmerie on ne pourra établir ni cuisine, ni distillerie, ni la fabrication des hosties, ni autres emplois requérant l’usage du feu. »41 Elle est confiée à un élève, chargé d’instruire les autres : « Le Conseil décide d’apprendre aux élèves du cours de Pastorale la façon pratique de faire les hosties sous la direction de l’élève qui est chargé de faire celles du Collège. »42 Lors de leurs déplacements, les missionnaires ne manquent jamais d’emporter avec eux de quoi célébrer la messe. Un missionnaire traverse la jungle avec assez de vin pour deux ans43. Dans l’« Instructions pour le voyage des missionnaires » de 1858, parmi « les objets nécessaires pour la traversée », sont mentionnés :

  • 44 AME, Lettres communes, Vol. 171, p. 559, février 1858.

Les saintes huiles pro infermia, bougies, pains et quelques bouteilles de vin blanc pour la messe - les pains doivent être conservés dans une boîte en carton ou en fer blanc bien fermée. Si l’humidité y pénétrait, les pains se gâteraient.44

  • 45 Compte rendu des années de guerre, à Nosseigneurs les Évêques supérieurs des Missions, 15 août 1945 (...)

34Au terme de l’occupation japonaise, alors que les missionnaires et leurs élèves ont connu la faim, « En juillet les restrictions alimentaires sont à leur maximum et nous sentons vraiment la faim », le rédacteur du « Compte rendu des années de guerre » se réjouit : « Que nous ayons eu assez de farine et de vin pour la célébration quotidienne des Saints Mystères est un autre motif de louange et de gratitude. »45

Commensalité

La table commune

  • 46 AME, 1848, Règles générales, art. 6.

35La nourriture doit être frugale, pour éviter la gourmandise ou les réclamations : « Ils ne se nourriront pas de mets recherchés, mais chacun mangera ce qui sera servi à tous », exige le règlement46. Cette dernière disposition s’est avérée nécessaire, comme le montre le cas suivant :

  • 47 AME, Vol. 340 B, n° 301, Rapport annuel sur les élèves, MM. Laigre, Wallays, Laumondais, etc., Pena (...)

Nous voulons parler des enfants d’Européens qui nous arrivent en ce moment de la Birmanie, mais qui pourraient nous être envoyés aussi par d’autres missions qui ont des colonies d’Européens assez considérables. Nous avons en ce moment trois élèves de cette catégorie qui sortent de l’école des frères de Rangoon. Ces enfants nous causent de l’embarras et du côté de l’entretien et du côté du caractère. Généralement, ces enfants nous arrivent ici plus ou moins habitués à une nourriture européenne, non encore formés et par conséquent plus exposés à souffrir du changement considérable de régime qu’ils trouvent en arrivant. Le 1er essai n’a pas été fructueux, c’est l’élève irlandais qui est en ce moment en philosophie et qui, depuis un an est dans un état de santé bien précaire. Il commence à se plaindre du régime du collège.47

36Les directeurs tiennent particulièrement à cette règle, notamment pour ne pas créer plusieurs catégories d’élèves au réfectoire, ce qui risquerait de compromettre l’unité de la communauté :

  • 48 AME, Vol. DB 460-5, le Conseil de Paris aux Directeurs du Collège de Pulo-Pinang (reçue le 9 avril) (...)

Nous avons maintenant à répondre aux questions que vous nous posez au sujet des élèves européens qui vous ont été envoyés de la Birmanie méridionale. Nous comprenons qu’il soit pénible pour ces élèves d’être traités de la même manière que leurs condisciples indigènes, que leur santé même puisse souffrir du régime qu’ils trouvent au Collège. Néanmoins nous pensons comme vous que, dans l’intérêt de tous, il est impossible de leur faire une situation à part et de créer en leur faveur de véritables catégories. Au Collège, tous les élèves sans distinction d’origine et de pays doivent, pour la nourriture, le vêtement et la discipline, être traités de la même manière. Des privilèges, des exceptions, ne pourraient qu’être préjudiciables au bon ordre qui doit régner dans une communauté et à la bonne harmonie si désirable entre les membres qui la composent. Précisément à cause de cette difficulté de faire aux élèves européens une situation en rapport avec leur origine, leur éducation première et leurs besoins et aussi à raison de leur caractère, nous pensons qu’il n’est pas opportun de favoriser l’introduction au Collège général de l’élément européen. Cet établissement est fondé surtout en vue des indigènes que l’on destine au sacerdoce, et la présence des Européens, outre les difficultés, les compétitions, les jalousies entre élèves qu’elle ferait naître, lui enlèverait son caractère, l’éloignerait du but que se sont proposé ses fondateurs et occasionnerait peut-être les justes réclamations des Vicaires apostoliques intéressés.48

37Par ailleurs, il n’est pas permis d’acheter de quoi manger hors du collège, ni de faire des provisions, même envoyées par les familles, sans les partager avec la communauté :

  • 49 AME, Procès-verbaux, 8 décembre 1934 : « Les élèves ont été avertis de ne pas prendre les bananes d (...)

Il est interdit aux élèves de se faire envoyer des provisions. Ils ne peuvent aucunement en accepter sans permission expresse du supérieur. Si cette permission est accordée, les provisions devront être consommées dans le réfectoire à l’heure du repas et partagées avec les voisins de table. Il est interdit d’organiser des repas dans les dortoirs à Mariophile. Et où que ce soit, sont interdits les repas organisés dans les heures qui suivent immédiatement les repas de la communauté.49

Le bon grain et l’ivraie : le missionnaire, le sauvage, l’hérétique et le païen

  • 50 « Missions de la Malaisie, extrait d’une lettre de M. Hab, missionnaire apostolique à sa mère », An (...)

38La communauté doit se distinguer enfin par son mode d’alimentation des peuples qui l’environnent, tant dans la forme que dans le fond. François Hab, par exemple, écrivant à sa mère, répartit les occupants de l’île en trois catégories : « Les Chinois, les Indiens, les Malais constituent la grande majorité de la population. Je vais essayer de vous dire quelque chose sur la manière de vivre de ces trois singulières espèces. »50 La description qui suit montre « l’abaissement » de ces populations. Pour se nourrir, « une poignée de riz avec quelques petits poissons » suffit et leur existence se passe à « mâcher et mâcher sans cesse du bétel. » Surtout, ils sont irréductiblement musulmans !

39Dans l’entre-deux-guerres, Mgr de Guébriant, premier supérieur général en titre des MEP, émaillait toujours la lecture spirituelle hebdomadaire de ses recommandations :

  • 51 Cité par F. Audiau (MEP), Souvenirs d’Asie, vie d’un prêtre français, missionnaire au vingtième siè (...)

Mes enfants, quand vous serez en mission, ne faites pas comme les missionnaires américains qui donnent le mauvais exemple en faisant venir des boîtes de conserve d’Amérique, au lieu de manger le bon riz chinois comme tout le monde. Le missionnaire doit avoir une âme de pauvre, comme l’apôtre Paul. Rappelez-vous ses paroles : Scio abundare et esurire. (Je sais me contenter de ce qu’il y a, mais aussi de rien.51)

40Les documents décrivant la rivalité entre missionnaires français et anglo-saxons sont très nombreux. Le missionnaire français vit au milieu des populations et mange comme eux, à défaut de manger avec eux, quand le missionnaire protestant se borne à distribuer des Bibles et ne change rien à son régime alimentaire ni à son mode de vie.

41Le thème de la nourriture est central dans le christianisme (ainsi que dans le judaïsme) et ses occurrences scripturaires, théologiques et doctrinales sont innombrables : le repas eucharistique, la messe, évocation et renouvellement (pour les catholiques) de la dernière Cène, le Christ lui-même présenté comme le « pain de la vie et la coupe du salut », sont bien au cœur du message évangélique. La mission, où qu’elle se dirige, vise à nourrir spirituellement ces affamés que sont les peuples dont il faut étancher la soif de vérité. Au Collège général, mais aussi dans l’ensemble des séminaires du même type, la question de l’alimentation est inscrite dans une visée à caractère thérapeutique, curative, portant sur les bonnes manières et les bonnes mœurs, la santé et la spiritualité, le corps et l’âme. Le missionnaire et ses disciples rendent témoignage de leur foi par leur comportement à la table du réfectoire, à celle de leurs éventuels hôtes autant qu’à la table eucharistique, la sainte table qu’est l’autel. Il s’agit de produire, dans cette fabrique de prêtres indigènes-romains, une hexis corporelle, des manières socialement construites de se comporter face aux aliments qui tirent leur logique d’un système de représentations incorporé orienté par les fins de la mission et de l’Église.

Notes

1 Cet article s’appuie sur notre thèse, L’institution missionnaire en Asie (xixe-xxe siècles). Le Collège général de Penang : un creuset catholique à l’époque coloniale, Paris, Karthala, 2016, 415 p.

2 Les citations proviennent presque toutes des Archives du Collège général partiellement inventoriées et intégralement conservées par les Archives des Missions Etrangères (AME), rue du Bac à Paris, auxquelles font référence les numéros de volume indiqués et les auteurs, pour la plupart des missionnaires des MEP. AME, Vol. 884, p. 25, M. Lacère, 12 mai 1740.

3 AME, Vol. 339, 1-XII, M. Lolivier, 1813.

4 AME, Vol. 301, p. 418, M. Letondal (Pinang) à M. Chaumont (Londres), 10 décembre 1809.

5 AME, vol. BG 1401, Mgr Florens à M. Letondal, 20 juillet 1813.

6 AME, Vol. 301, p. 769, Macao, M. Letondal, octobre 1811.

7 AME, Procès-verbaux : 16 septembre 1869.

8 AME, Vol. DB 460-7, Lettre du P. Laigre au P. Lemonnier, Pinang, 12 septembre 1874. Autre exemple. AME, Procès-verbaux : « 28 février 1893. M. le Procureur demande au Conseil s’il serait d’avis de faire vendre une rizière hypothéquée au Collège et dont le propriétaire ne paie pas les intérêts. » L’orlon est une unité de mesure locale.

9 Ramboutan et mangoustier sont des fruits tropicaux.

10 Annales de l’Œuvre de la Propagation de la Foi. Recueil périodique des lettres des évêques et des missionnaires des missions des deux mondes, et de tous les documents relatifs aux missions et à l’Association de la Propagation de la foi, t. 32, 1860, p. 241-243.

11 Jacques Dupuis, Singapour et la Malaysia, Paris, PUF, 1972.

12 N’étant nullement spécialiste des questions monétaires, nous ne faisons que donner ici quelques repères de seconde main. Le terme de piastre a été utilisé en Nouvelle France jusqu’en 1760. Cette monnaie était fondée sur la livre française (proche alors de l’anglaise). Les Britanniques la conservèrent et l’on utilise encore parfois ce mot au Québec, comme synonyme de dollar. Le mot piastre fut de nouveau utilisé à partir de 1885 en Indochine et jusqu’en 1952. Il désignait une monnaie d’argent divisée en 100 cents. Au début du xixe siècle, en Asie du sud-est, cohabitaient diverses monnaies de bronze et d’argent, métal qui s’imposa. Le dollar espagnol (ou real) en argent, venant d’Amérique du sud et de Mexico, gagna l’Asie par le canal du marché londonien. Mais il existait des monnaies locales, dont le dollar de Penang. Le développement du commerce rendait indispensable l’harmonisation des monnaies en circulation. Mais la croissance galopante des échanges entraîna une grave pénurie de minerai d’argent, qui risquait de ralentir l’économie, faute de monnaie. En 1837, dans les Straits Settlements, alors rattachés à l’Inde, la roupie fut mise en circulation, concurrençant le dollar espagnol. En 1845, une monnaie propre aux Straits fut créée, équivalente en valeur au dollar espagnol (1 dollar valant 100 cents). Séparés administrativement de l’Inde en 1867, les Straits conservèrent cette monnaie. En 1898, les premiers billets de banque en dollar apparaissent. Sous Victoria, en 1899, le gouvernement des Straits fut autorisé à battre monnaie. Comme de nombreux autres pays d’Asie du sud-est, afin de stabiliser et de renforcer leurs monnaies, les Straits Settlements adoptèrent le « gold exchange standard » (1904), donnant naissance au Straits dollar. Seule la France conserva l’étalon-argent, en Indochine. En 1951, le Straits dollar fut remplacé par le Malayan dollar. Cf. Pierre van der Eng, « Coinage and currency in southeast Asia », Southeast Asia : a Historical Encyclopedia, Santa Barbara, 2004.

13 AME, Père Rouhaud (?) Journal du Collège général, 1938-1945

14 AME, Vol. DB 460-7, Lettre du P. Laigre au P. Lemonnier, Pinang, 12 septembre 1874.

15 AME, Vol. 340 B, M. Laigre, Penang, 27 mai 1880.

16 AME, Procès-verbaux, 1952 : « Le P. Sup. [Davias] soumet au Conseil un projet d’appeler des sœurs des Missions Etrangères au collège pour s’occuper de la cuisine et de la lingerie. »

17 AME, Journal du Collège général, 1938-1945.

18 AME, Procès-verbaux, 8 avril 1945.

19 Manière d’élever les écoliers indiens, donnée par M. Roost Supérieur du Collège de Siam, 1713, De la santé, art. I. Lettre datée du 5 octobre 1718, manuscrite, due à M. Roost, ancien supérieur du collège de Siam à partir de 1713, copie d’après l’original en 1764, vol. 891, p. 37.

20 AME, Vol. 891, Règlement du Collège général, 1848.

21 AME, Vol. 349, DB 460-5 M. Antoine Albrand, Directeur du collège de Pinang, aux directeurs du séminaire de Paris, 10 janvier 1834.

22 Instructions pour le voyage des missionnaires, AME, Lettres communes, Vol. 171, p. 559, février 1858.

23 AME, DB 460-7, P. Wallays au P. Lemonnier, Penang, 1er novembre 1885.

24 AME, Procès-verbaux, 21 mars 1889.

25 Monita (1665), op. cit., Article 2, « Il faut éviter les soins exagérés du corps », p. 22-23.

26 Idem, p. 23.

27 Idem, p. 24.

28 Avis pour le gouvernement du séminaire de Siam, 1665, Archives de Siam, vol. 129, op. cit.

29 AME, Règlement, 1848, Règles générales, art. 2.

30 Instructions pour le voyage des missionnaires, Lettres communes, Vol. 171, p. 559, février 1858.

31 AME, Procès-verbaux, 19 avril 1894.

32 AME, Journal du Collège général, 1938-1945.

33 AME, Procès-verbaux, janvier 1943.

34 AME, Vol. 340, n° 115, M. Jourdain à M. Libois, octobre 1852 : « […] J’ai prié le P. Baclot de vous expédier 10 barriques de vin rouge pour commencer. ». AME, Vol. DB 460-6, M. Grosjean à M. Wallays, Paris, 16 novembre 1906.

35 « Avis pour le gouvernement du séminaire de Siam », 1665, Archives de Siam, vol. 129.

36 M. Barondel à M. Albrand, Paris, 13 octobre 1837, AME, Vol. DB 460 - 5.

37 AME, Procès-verbaux, 26 juillet 1847.

38 AME, Coutumier de 1939, CG 020.

39 « Pendant que les ministres prépareront la table ou qu’après les repas ils laveront la vaisselle, si on ne les fait observer par un des maîtres, il est à craindre qu’ils ne prennent entre eux une trop grande liberté et qu’ils ne profitent de l’occasion pour recevoir ou envoyer par les domestiques des lettres secrètes », AME, Règlement pour les missionnaires qui travaillent au Collège, 1764, Vol. 891, ch. 8.

40 Idem, 7 mars 1854.

41 Idem, 23 septembre 1867.

42 Idem, 3 juin 1940.

43 Bernard Patary, « Jean-Claude Miche (1805-1873), un évêque des Missions Étrangères en Indochine, aux prémices de la colonisation française », in Jean-Paul Rothiot et Jean-Pierre Husson, Bruyères, entre montagne et plateau lorrain, Saint-Dié, Epinal, Société Philomatique Vosgienne, Société d’émulation des Vosges, 2006, p. 341-368 - disponible également (sans les notes) sur le site internet Archives des MEP, http://archives.mepasie.org/notices/noticesbiographiques/miche. Cf. également idem, « Jean-Claude Miche, (1805- 1873), Missionnaire catholique, témoin singulier et acteur ambivalent du fait colonial au Cambodge », Journal of cambodian research, pages 39 à 55 n° 12 et 13, 2010-2011.

44 AME, Lettres communes, Vol. 171, p. 559, février 1858.

45 Compte rendu des années de guerre, à Nosseigneurs les Évêques supérieurs des Missions, 15 août 1945, AME, CG 066 Carton 10.

46 AME, 1848, Règles générales, art. 6.

47 AME, Vol. 340 B, n° 301, Rapport annuel sur les élèves, MM. Laigre, Wallays, Laumondais, etc., Penang, octobre 1878-octobre 1879.

48 AME, Vol. DB 460-5, le Conseil de Paris aux Directeurs du Collège de Pulo-Pinang (reçue le 9 avril), Paris, 1er mars 1880.

49 AME, Procès-verbaux, 8 décembre 1934 : « Les élèves ont été avertis de ne pas prendre les bananes des autres ni pour les autres ; les bananes restantes seront utilisées au repas du soir », id, 30 mars 1936. « Provisions : Interdire absolument au Collège ou à Mariophile. Parfois cependant à Mariophile permettre à condition que les colis envoyés par les parents ou amis soient déposés et mangés au réfectoire. Jamais au dortoir », Coutumier de 1953, AME, Vol. CG 032 Carton 4, op. cit., Mariophile est la villégiature du Collège.

50 « Missions de la Malaisie, extrait d’une lettre de M. Hab, missionnaire apostolique à sa mère », Annales de l’Œuvre de la Propagation de la Foi. Recueil périodique des lettres des évêques et des missionnaires des missions des deux mondes, et de tous les documents relatifs aux missions et à l’Association de la Propagation de la foi, t. 30, 1858, p. 446-448.

51 Cité par F. Audiau (MEP), Souvenirs d’Asie, vie d’un prêtre français, missionnaire au vingtième siècle, Paris, l’Harmattan, 1995, p. 13.

Auteur

Docteur en histoire contemporaine (Lyon II), professeur certifié d’histoire-géographie, Lycée Paul Claudel, Paris.

© LARHRA, 2016

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search