Version classiqueVersion mobile

Gouverner l’Église catholique au xxe siècle. Perspectives de recherche

 | 
Christian Sorrel
, 
Bruno Dumons

Imposer la réforme : la politique du provincial dominicain Nicolas Rettenbach (1967-1975)

Yann Raison du Cleuziou

Texte intégral

  • 1 Archives de la province dominicaine de France (APDF), III, G, 51, 003, Actes du chapitre provincial (...)

1En 1963, l’admonition qui ouvre les actes du chapitre de la province dominicaine de France proclame la nécessité de maintenir les dominicains dans un climat contemplatif et conventuel pour qu’ils soient fidèles à leur vocation. Six ans plus tard, les actes du chapitre de 1969 font de l’insertion des dominicains dans la vie ordinaire de leurs contemporains la condition de la prédication. Le travail, la vie en petites communautés en appartement et l’engagement social ou politique sont légitimés : « On peut prendre au sérieux les implications politiques de l’Évangile sans que cela conduise jusqu’à l’engagement dans un parti politique. Mais on ne peut exclure a priori cette éventualité, à condition que ceux qui pensent devoir le faire mesurent bien leur responsabilité vis-à-vis de tous leurs frères et vis-à-vis de l’Église1. » Entre 1963 et 1969 s’opère donc un grand changement dans la manière de penser les modalités de la vie dominicaine. D’un mode de vie nécessairement séparé, on passe à l’affirmation d’une nécessaire intégration à la vie ordinaire pour être fidèle à la vocation dominicaine.

  • 2 Jean-Clément Martin, « Pour une typologie des “événements” », dans La Vendée et la révolution, Pari (...)
  • 3 Yann Raison du Cleuziou, « La province dominicaine de France et Mai 68. Genèse de la mise en crise (...)

2Ce basculement pourrait être imputé aux ruptures qui caractérisent la seconde moitié des années 1960, au sein de l’Église catholique comme dans la société française. Dans les récits historiques de cette période, la périodisation d’un « après » Vatican II ou d’un « après » Mai-68 tient parfois lieu d’analyse. La « force des événements » ne peut pourtant pas être substituée à l’étude fine des contextes2. Dans le cas de la province dominicaine de France, le dépouillement des archives permet de proposer une autre perspective. En mai 1968, la contestation des formes de la vie dominicaine par les frères étudiants du Saulchoir n’a eu de conséquence que dans la mesure où des tenants de l’autorité au sein de la province ont décidé d’entreprendre des réformes exceptionnelles au nom de ce qui se passait3. C’est cette instrumentalisation qui a transformé ce qui se passait en « événement » exceptionnel. La réforme est donc moins la conséquence de l’événement que l’inverse : rétrospectivement, la force de l’événement est mesurée par ce qui est entrepris en son nom. Trop souvent, la problématique de la « réception » fait obstacle à ce type d’observation en imposant une hiérarchisation chronologique des faits préconstruite.

  • 4 Yann Raison du Cleuziou, « Quand une génération en cache une autre. Différenciations générationnell (...)
  • 5 Denis Pelletier, La Crise catholique. Religion, société, politique en France (1965-1978), Paris, Pa (...)

3Dans cet article, nous voudrions montrer à quel point ce qui se passe dans la province de France à la fin des années 1960 n’aurait rien été sans l’usage stratégique de Mai-68 qu’a fait une élite réformatrice, et tout spécialement en son sein le provincial Nicolas Rettenbach (1910-2004). Loin de nous l’illusion d’en faire le Deus ex machina qui expliquerait toute cette période de l’histoire de la province. Nous avons décrit ailleurs les effets de génération et le contexte de crise latente de la forme de vie conventuelle qui vont rendre possible et justifier son action4. Cependant, il ne faut pas non plus perdre de vue que des volontés sont à l’œuvre et qu’en définitive, « la crise catholique5 » est aussi le produit de politiques dont les acteurs, les motivations et les répertoires sont en grande partie à explorer. Suivant cette curiosité, nous verrons dans une première partie comment Nicolas Rettenbach va rendre les réformes nécessaires en imposant une interprétation des requêtes de la jeunesse et une temporalité d’urgence. Nous verrons ensuite, dans une seconde partie, comment il encouragera les innovations des jeunes dominicains et écartera ceux qui veulent y faire obstacle, et ce tout en tentant de maintenir l’unité de la province.

Donner autorité aux problèmes à résoudre

  • 6 Joseph R. Gusfield, La Culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre (...)

4Avant d’œuvrer à faire entrer la province dominicaine de France dans un processus de réforme, Nicolas Rettenbach va travailler à diffuser une interprétation de la crise que traverse l’Ordre. À ce titre son action peut être analysée avec les concepts utilisés en analyse des politiques publiques pour penser la construction des problèmes publics6. Cette construction a toujours trois dimensions : la causalité ; les populations concernées ; les solutions envisageables. Nicolas Rettenbach va imposer à la province son interprétation de ce qui fait crise : les formes contemplatives deviennent désuètes ; les jeunes n’y trouvent pas une voie spirituelle pertinente ; il faut laisser aux jeunes religieux le soin de rechercher une forme de vie religieuse mieux adaptée à l’époque.

Ouvrir la crise pour rendre les réformes nécessaires

5Depuis la fin des années 1950, la province est en effet traversée par des controverses sur la place de la forme de vie contemplative et conventuelle dans l’identité dominicaine. Est-elle essentielle ou accessoire ? Cette controverse est nourrie par la défiance croissante qui se creuse entre plusieurs générations de dominicains. Pour la plupart des dominicains de plus de cinquante ans, le rejet de la vie conventuelle manifestée par les plus jeunes est une déviance inquiétante à sanctionner. Au contraire, les dominicains trentenaires ou d’une quarantaine d’années voient dans ce refus une objectivation du caractère suranné de ces formes et un appel à la recherche d’un mode de témoignage de l’Évangile plus pertinent dans la civilisation nouvelle qui naît. Nicolas Rettenbach s’inscrit dans ce second courant. Il a une expertise très personnelle sur la jeunesse en raison de sa carrière dans l’ordre. Cela va le conduire à interpréter d’une manière très positive ce qui va se passer au couvent du Saulchoir aux mois de mai et juin 1968.

6Le provincial des « jeunes »- Nicolas Rettenbach peut être qualifié de professionnel de la jeunesse au sein de l’ordre dominicain. Il est originaire d’une famille modeste de serrurier de Vitry-le-François. Il fait sa profession solennelle dans l’ordre dominicain en 1929 et est ordonné en 1935. À la fin des années 1930, il occupe la charge d’aumônier étudiant à Lille avant d’occuper la charge de père-maître des frères étudiants à partir de décembre 1940. Très critique à l’égard du caractère exclusivement intellectuel de la formation dominicaine, il sort le plus possible les frères étudiants du couvent d’études afin de les mettre au contact de la réalité populaire. Peu sensible à la spiritualité régulière, il les oriente vers une spiritualité évangélique et leur donne pour modèle quasi exclusif la praxis du Christ. Très critiqué pour sa « méthode scoute » et sa pédagogie très « action catholique », il sera démis de ses fonctions en 1955 dans un contexte de retour disciplinaire à l’orthopraxie contemplative.

  • 7 Bernard Rettenbach, « La conception de la démocratie selon le Club Jean-Moulin », dans Ordre et dém (...)

7Après un bref passage au couvent de Lille, il est assigné au couvent Saint-Jacques avec la charge du Centre Saint-Yves, aumônerie des étudiants de la Faculté de droit de Paris. Pour mieux s’insérer parmi les étudiants, il décide d’être « prêtre-étudiant » et s’inscrit à cette fin en licence de droit. Les études lui permettent de rencontrer directement les étudiants sans attendre qu’ils viennent à l’aumônerie. Il partage ainsi leurs préoccupations et rend pertinente sa parole qui, dès lors, est plus en adéquation avec les questionnements propres à la condition étudiante. Prédicateur d’une spiritualité de l’engagement, il incite les étudiants à vivre leur foi en se mobilisant contre les injustices. Il soutiendra la création du Groupe d’information et de soutien des immigrés (GISTI) en l’hébergeant au Centre Saint-Yves. Après avoir passé sa licence en 1963, Rettenbach entreprend un DES de science politique en 1965. Il le consacre à l’étude de « La conception de la démocratie selon le Club Jean-Moulin7 ». Il y écrit de longs développements sur l’idéal de société socialiste et la nécessaire responsabilisation des personnes qu’elle implique. Il y expose comment la croyance en la liberté humaine aboutit au primat de la politique comme exercice de cette liberté mise au service de l’homme dans la transformation du monde.

  • 8 APDF, V, 045, Carnets de Nicolas Rettenbach (1967-1970).
  • 9 APDF, III, J, 4, 69-70, Lettre de Nicolas Rettenbach, prieur de Saint-Jacques, à Joseph Kopf, provi (...)
  • 10 APDF, III, J, 4, 69-70, Lettre de Marie-Dominique Chenu à Joseph Kopf, provincial, 11 janvier 1966.

8Alors que Saint-Jacques est toujours le lieu où sont regroupés les frères les plus engagés dans le renouveau apostolique, Nicolas Rettenbach en est élu prieur en 1963. En 1965, alors que la fin de son mandat approche, il fait campagne pour ne pas être réélu, car il envisage une réorientation de son mode d’engagement apostolique. Son journal intime et ses carnets de notes témoignent de sa volonté de manifester le Royaume de Dieu par l’engagement social et politique pour la défense des plus pauvres8. Il souhaite prendre un travail professionnel pour vivre parmi les hommes, rompre la séparation avec le monde constitutive du sacerdoce, créer les conditions de possibilité d’un « témoignage authentiquement évangélique », permettre à l’Église d’être de ce monde du travail où se construit une civilisation nouvelle9. Son projet engage l’ensemble de la communauté de Saint-Jacques dans une réflexion sur les nouvelles formes d’engagement que les religieux doivent inventer pour réenraciner l’Église dans le monde10. Rettenbach s’engagera effectivement dans le travail professionnel en occupant la fonction de conseiller aux affaires sociales dans une entreprise industrielle, une semaine par mois.

  • 11 APDF, III, G, 49, e, Procès-verbal de l’élection du provincial, 1967.

9Au niveau provincial, Rettenbach est chargé de mener une grande enquête sur le travail professionnel auprès de la province. Il est aussi engagé dans la commission qui doit rendre un rapport sur la pertinence de la forme conventuelle. Ces engagements reconnus ne seront pas pour rien dans son élection le 7 mai 1967 (par 28 voix sur 49 au premier tour11) comme provincial pour succéder à Joseph Kopf. Ce résultat correspond au rajeunissement du corps électoral. La génération dont il fut le père-maître devient majoritaire. Il va dès lors s’employer à mettre en œuvre au niveau provincial cette recherche d’une nouvelle forme de vie religieuse qu’il aurait souhaité expérimenter personnellement. Cette ambition converge avec les travaux des multiples commissions et groupes de réflexion qui promeuvent la normalisation du travail professionnel pour les dominicains. Sous l’influence de Rettenbach, le chapitre de 1967 va reconnaître leurs travaux et encourager le travail des prêtres. Nicolas Rettenbach va ainsi disposer immédiatement après son élection des actes d’un chapitre qui légitiment son entreprise de rénovation.

10Qualifier la contestation étudiante en ressource de réforme - Au niveau international, le processus d’aggiornamento des constitutions de l’ordre dominicain mis à l’agenda par le décret Perfectae Caritatis débute. Les provinciaux réunis en congrès à Rome en septembre 1967 s’affrontent quant au sens à donner à la rénovation de l’ordre. Nicolas Rettenbach, avec les provinciaux d’Europe, défend l’opportunité d’une rénovation radicale des formes dominicaines. Il dresse un constat sévère de la désuétude du rapport au monde qu’imposent les formes instituées de l’ordre :

  • 12 ADPF, III, B, 78, b, 17, Allocution de N. Rettenbach, 4 septembre 1967, congrès des provinciaux, Ro (...)

La parole de certains prédicateurs n’est plus reçue comme la Parole du Salut désiré, car leur langage n’est plus celui de notre temps. […] Notre structure de vie religieuse, en effet, n’a pas été élaborée pour répondre aux besoins des hommes d’aujourd’hui, même si elle a parfaitement répondu aux besoins de ceux d’hier12.

11Pour ne pas décourager les jeunes vocations, Rettenbach promeut une « ré-invention » de l’ordre dominicain pour donner à la Parole de Dieu « la chance d’être de nouveau actuelle ». Persuadé de vivre une époque charnière, Nicolas Rettenbach pense donc qu’il faut faire confiance à la jeunesse pour trouver les formes religieuses adaptées aux enjeux de l’époque. C’est sa conviction profonde, il l’écrit dans son journal en février 1968 :

  • 13 APDF, V, 045, Carnets de Nicolas Rettenbach, note datée du 11 février 1968.

Qualité humaine et spirituelle, l’avenir de l’ordre et la compréhension de sa mission, de bien des jeunes pères que je vois, me font penser que le renouvellement de l’ordre a par eux une chance. Ils ne critiquent pas comme des adolescents prolongés, ils réfléchissent “à l’intérieur de l’Ordre” et pas contre lui. On n’a pas le droit de dire qu’ils n’ont pas compris le “génie” apostolique de l’ordre. Si on leur dit “non”, ne risque-t-on pas de priver l’ordre d’immortalité (?) et de renouvellement13.

  • 14 Yann Raison du Cleuziou, « Albert-Marie Besnard, un maître dépassé par ses disciples. Mystique de l (...)

12On reconnaît là une rhétorique juvénophile présente chez d’autres dominicains et chez bien des formateurs au sein des séminaires14.

  • 15 APDF, IV, 202, 23, 4, Compte-rendu de l’assemblée du 24 mai 1968.

13En mai 1968, les frères étudiants du studium du Saulchoir décident de se réunir en assemblées générales pour laisser libre cours à leur ressentiment à l’encontre de la vie religieuse proposée par l’ordre. Très vite, faute d’horizon de réforme possible, le mouvement s’épuise. Par ailleurs, malgré la participation des jeunes lecteurs (Quelquejeu, Jacquemont, Lemaigre, Pohier), ils sont isolés. Dans les couvents de l’ordre, les religieux plus âgés considèrent cette prise de parole comme un lamentable laisser-aller ou pour les plus nuancés comme une tare nécessaire mais passagère de la jeunesse. Ce qui va donner une effectivité à la contestation étudiante et donner un débouché pratique aux AG, c’est la légitimation qu’elle va recevoir de la part du provincial. Lors de l’AG du 24 mai, Nicolas Rettenbach assiste pour la première fois aux débats. Il a été appelé par le prieur du couvent, Pierre-Marie de Contenson, qui attend de lui un rappel à l’ordre. Bien au contraire, Nicolas Rettenbach reconnaît la grande qualité du mouvement : « Ce que vous avez engagé me paraît fondamentalement bon15 . » Il autorise les assemblées à se poursuivre et déclare faire suffisamment confiance aux frères pour qu’ils n’aient pas besoin de sa gouverne. Le provincial va ensuite donner une valeur exceptionnelle aux débats qui animent le Saulchoir : il convoque l’ensemble des prieurs de la province le 13 juin lors de l’AG suivante, afin de mettre les frères étudiants face à leurs responsabilités en leur donnant des interlocuteurs qui disposent du pouvoir dans l’institution. Le 13 juin, les prieurs restent très circonspects. Dans la journée, le provincial parvient à inverser la tendance. Il fait accepter aux prieurs une mesure dilatoire, mais symboliquement très forte : organiser en juillet 1969 des assises de la province, afin d’étendre le questionnement sur les formes de la vie dominicaine à toute la province.

  • 16 Elle suscitera d’ailleurs un nombre important de réponses de dénégation de la légitimité de la réfo (...)

14En août 1968, Nicolas Rettenbach écrit une longue lettre à la province pour informer chaque frère de la tenue des assises provinciales. La lettre de Rettenbach est un opérateur important de la construction en événement exceptionnel de ce qui se passe en mai-juin 1968, et de ce au nom de quoi la province doit se reconfigurer16. Il met en récit l’histoire de la province et légitime un tournant : il en va de sa perpétuation. Il y a « crise » parce que, comme l’écrit Rettenbach dans sa lettre, l’avenir de l’ordre sera compromis par défaut de vocations si des réformes ne viennent stimuler l’adhésion des jeunes générations. Le malaise de la jeunesse est, selon lui, le signe qu’une société nouvelle est en train d’advenir et l’ordre dominicain s’en exclurait en rejetant les aspirations des frères étudiants.

  • 17 Yann Raison du Cleuziou, « Quand une génération… », op. cit.

15Les questions que posent les frères étudiants sont donc légitimées et présentées comme des questions que tous les religieux doivent se poser : nécessité de l’insertion dans la vie humaine ; nécessité de faire des couvents des lieux prophétiques ; nécessité du travail et des engagements politiques et sociaux. Rettenbach exerce un pouvoir de conjonction déterminant, parce qu’il va articuler une contestation limitée au couvent du Saulchoir à l’ensemble de la province, et à l’ensemble de l’ordre ; parce qu’il va ouvrir la dimension symbolique de la contestation sur un processus de décision ; parce qu’il va transformer une révolte antiinstitutionnelle en processus de réforme de l’institution. Rettenbach inscrit l’événement dans la continuité de son mandat provincial et en use comme un accélérateur et une ressource de légitimation de ses projets. Reste que cette action n’est pas celle d’un héros isolé. Ce qui la rend possible, c’est la présence dans la province d’une génération de religieux que Rettenbach connaît et qui partage le malaise et le désir de réforme des frères étudiants17.

Contourner les blocages institutionnels

16Selon Rettenbach et les jeunes lecteurs, les contestations des frères étudiants expriment la disqualification des formes religieuses instituées au sein de la culture nouvelle en train d’émerger. Écouter les aspirations des frères étudiants peut donc être un moyen pour réorienter la vie dominicaine vers des formes de témoignage en adéquation à la sensibilité contemporaine. Le problème est que les jeunes étudiants sont exclus de la démocratie capacitaire dominicaine. Il faut neuf ans de profession pour bénéficier de la voix active. Rettenbach et les jeunes lecteurs qui le conseillent vont chercher les moyens de contourner les règles institutionnelles.

17Des assises pour encadrer le chapitre - Les assises décidées le 13 juin sont une innovation de circonstance. Les assises (prévues du 30 juin au 5 juillet 1969) devront exprimer les orientations de la province souhaitées pour les années à venir ; le chapitre provincial qui les suivra (il doit débuter le 7 juillet) et qui a pour ordre du jour la mise en application du chapitre général de 1968 pourra s’en inspirer. Afin de doter les assises d’une légitimité par rapport au chapitre, il est décidé que tous les frères y sont représentés, y compris les novices. Ensuite, pour rendre légitimes les débats qui y auront lieu, un long protocole de préparation est mis en place.

  • 18 Pierre Colombier, François Louvel, Jean Laurenceau, Pierre Blond, Pascal Debongnie, Michel Froidure (...)
  • 19 Nicolas Rettenbach, Ambroise-Marie Carré, Jacques de Williencourt, Claude Geffré, Albert Raulin, Pi (...)

18L’ordre du jour doit être établi à travers une consultation de toute la province. Chaque supérieur doit organiser une consultation des frères de sa communauté, afin qu’ils puissent dire quels problèmes ils souhaitent voir étudiés. La curie provinciale donne toutefois quelques orientations indicatives : les conditions de la formation à la vie dominicaine ; la mise en œuvre des priorités apostoliques décidées par le chapitre provincial de 1967 ; la forme de la vie conventuelle ; le problème du vieillissement de la province ; les problèmes posés par la lettre du 4 août 1968. Les propositions des problèmes à mettre à l’ordre du jour devront être envoyées au secrétariat18 de préparation des assises pour le 10 décembre 1968. À partir de leur dépouillement, le comité central19 décidera le 20 décembre de l’ordre du jour et doit l’envoyer en janvier aux frères afin qu’ils puissent travailler les questions. Quatre grands thèmes sont retenus : choix apostoliques, vie religieuse et existence dans le monde, vie des communautés, formation. Ces orientations reprennent les thèmes principaux des remises en cause qui traversent la province depuis une décennie. Les religieux doivent se réunir par groupe d’affinité pour rédiger des motions qui seront envoyées une nouvelle fois au comité central. Ce dernier en fera une synthèse soumise aux assises. Les frères de la province en auront connaissance préalablement, afin qu’ils puissent élire leurs représentants selon leurs positions sur ces textes.

  • 20 Yann Raison du Cleuziou, « Éclatement du régime de l’autorité et dérégulation des relations de pouv (...)
  • 21 APDF, III, G, 50, 105, Dossier « Participants ».

19Toute la province se fait donc imposer un processus de mobilisation et de positionnement. Les assises construisent la réforme en échéance et imposent aux diverses tendances de s’intégrer au processus de reconfiguration de la province ou de subir les réformes sans pouvoir se plaindre légitimement du résultat de celles-ci. Le processus très élaboré de préparation des assises, en affichant une ambition de consultation « par le bas », rend sa contestation problématique. Elle oblige les frères à participer et, ce faisant, à reconnaître l’existence de la crise, ou à s’abstenir et risquer la marginalisation. Cela suscitera de douloureux dilemmes chez les religieux les plus conservateurs20. Les assises et le chapitre provincial de 1969 vont autoriser et donner autorité aux conceptions de la vie religieuse portées par les frères étudiants et la génération des pères qui les précède immédiatement. Au regard de la composition des assises, ce résultat apparaît comme un effet mécanique de la surreprésentation des courants contestataires. En définitive, les frères de moins de 55 ans représenteront 69,7 % des assises et ceux qui ont plus de 55 ans 29,4 %. Les âges les plus représentés sont entre 35 et 55 ans, puisqu’ils pèsent 50 % de l’assemblée21. En 1969, la moyenne d’âge de la province est de 50,4 ans et l’âge médian 50 ans. Aux assises, il est manifeste que les religieux attachés à un mode de vie traditionnel sont minoritaires : sur 93 voix, leurs motions obtiennent exceptionnellement 26 voix et le plus souvent 20. Il n’est pas étonnant qu’ils apparaissent, après le mois de juillet 1969, comme la tendance qui a perdu.

20Le chapitre provincial de 1969 va consacrer les travaux des assises. Il avalise la possibilité d’expérimenter de nouvelles formes de vie correspondant à des innovations missionnaires. Il ne peut plus y avoir désormais de déviance par rapport à une norme unique de la vie religieuse. Le chapitre de 1969 donne une caution à Nicolas Rettenbach pour poursuivre sa politique de soutien aux initiatives des jeunes religieux. Désormais, toutes les interprétations de la vocation dominicaines sont considérées comme également légitimes. Les assises ouvrent une période de désinstitution instituée parce qu’elles instituent, paradoxalement, la fin d’une norme de référence de l’institution.

21Des commissions ad hoc - Pour élaborer une proposition de réforme des études au Saulchoir de septembre 1968 à juillet 1969, Nicolas Rettenbach a demandé la création de commissions pour préparer une proposition de réforme de la formation qui devra être présentée aux assises provinciales. Le choix d’un travail essentiellement réalisé en commission tire sa justification de l’impuissance des AG de mai et juin 1968. En revanche, trois AG sont prévues pour adopter et légitimer le texte auprès de tous : les membres du collège (le corps enseignant) y ont voix égale avec les frères étudiants. Ce qui marginalise les pères âgés et relativise leur autorité.

22Plusieurs commissions sont créées. On y retrouve les lecteurs les plus engagés dans la réforme des études depuis la régence Geffré et les frères étudiants les plus investis dans Mai-68. Les rédacteurs du projet sont donc moins qualifiés par leur fonction dans l’ordre que par leur engagement dans la contestation. C’est pour un certain nombre de frères plus âgés une usurpation scandaleuse, une forme de coup d’État qui délégitime le provincial qui l’autorise. L’existence de circuits de décisions parallèles à ceux prévus par les constitutions achève de dissiper le respect dû aux autorités, il n’existe plus que des pouvoirs plus ou moins organisés en groupes concurrents.

  • 22 APDF, IV, 202, 23, 8, Déclaration du père Lelong au père Rettenbach à l’occasion de la visite canon (...)

23La procédure de réforme est tout de même contestée. De nombreux religieux âgés prennent à parti Nicolas Rettenbach et demandent au maître de l’ordre d’intervenir pour stopper une consultation qui transgresse les formes du gouvernement ordinaire dans la province. Le père Lelong suggère que les jeunes doivent sortir de l’ordre, c’est selon lui le seul moyen d’en préserver le caractère spécifique : « La consultation des jeunes est une aberration, les jeunes n’ont pas à réformer l’ordre : ils ont à exister d’abord, à entrer dans l’esprit de l’ordre qui ne les a pas attendus pour être ce qu’il est. Quand on ne sait plus quel est précisément son but, ou quand on conteste sa nature, on n’y entre pas ou, si l’on y est, on en sort22. » Cette délégitimation du caractère égalitaire de la consultation rejoint le discours de beaucoup de frères de sa génération. Revendiquant leur observance des constitutions, ils ne peuvent que dénoncer la sollicitude de Rettenbach à l’égard des jeunes religieux. Elle est pour eux une trahison de sa fonction :

  • 23 APDF, IV, 202, 23, 9, Lettre de Pierre-Marie de Contenson à Nicolas Rettenbach, 20 mai 1969.

Pour ce qui est des procédés qui ruinent l’autorité. J’aurais souhaité que ce souci ait été présent en bien des occasions dans l’esprit de mes supérieurs, et par exemple du provincial de France […] ; il a trouvé bon de tolérer et même d’encourager des assemblées générales ignorant toute autorité locale et toute considération d’appartenance différentielle à l’ordre et ruinant par là même la structure démocratique du couvent pour y substituer un régime de démagogie incontrôlée23.

L’imposition des réformes

24Les assises de 1969 comme le chapitre provincial ne suffisent pas à mobiliser la province dans un processus de réforme. Les actes d’un chapitre légitiment des orientations provinciales, guère plus. Prendre les travaux de ces assemblées comme source exclusive de la vie de province induirait en erreur. Il n’y a de réforme ou d’innovation que lorsque des religieux, concrètement, changent la modalité de leur existence et revendiquent la normalité de leur choix. À ce titre, les innovations vont précéder 1968. Le provincial va, dès 1967, encourager l’initiative de jeunes religieux qui veulent se « déclergifier ». Après 1968, Nicolas Rettenbach continuera de prendre parti pour tous ceux qui innovent. Il agira comme leur protecteur : soit en les assignant dans des couvents favorables, soit en couvrant leurs pratiques de son autorité. Cet arbitrage va provoquer une réaction hostile de certains dominicains qui estiment que le provincial outrepasse sa mission. Le provincial dispose de moyens pour limiter cette contestation et maintenir l’unité de la province.

Un soutien aux initiatives d’avant-garde

25Le travail professionnel et l’adoption d’un mode de vie inséré dans le monde qui rendent pertinent le témoignage religieux des dominicains sont des idées que Nicolas Rettenbach n’a cessé de défendre. Si lui-même a adopté un travail professionnel dès qu’il a pu, il n’a jamais eu l’occasion de rompre avec la vie conventuelle. Ses charges successives de prieur puis de provincial l’en empêchaient. Cependant, dès son élection, le provincial va défendre et autoriser tous les projets de petites équipes de vie hors des couvents que vont élaborer les jeunes dominicains.

  • 24 APDF, III, J, 24, 31, Lettre des frères Jean-Paul, Gérard et Luc à Nicolas Rettenbach, 25 octobre 1 (...)
  • 25 Ibid.
  • 26 APDF, III, J, 24, 31, Lettre de Francis Vachette, prieur de Strasbourg, à Nicolas Rettenbach, provi (...)

26Un provincial engagé - Le premier projet de communauté va émaner des jeunes pères du couvent de Strasbourg. En septembre 1967, les frères Jean-Paul, Gérard et Lucien présentent un projet de vie communautaire extra-conventuelle. Ils veulent adopter un mode de vie décléricalisé afin de porter un témoignage de l’Évangile plus pertinent : « Nous voulons nous réintroduire dans la vie du Peuple de Dieu, après l’exil qu’a représenté les études du Saulchoir. Nous y voyons la condition “sine qua non” de notre service presbytéral24 . » À cette fin, les frères souhaitent acquérir une qualification professionnelle pour gagner leur vie et « partager cet élément constitutif de la condition humaine », car « le sacerdoce ne doit plus être considéré comme un métier, ni comme une source de revenus25 ». Ils veulent vivre « insérés » dans les communautés humaines par les études, le travail, les loisirs et, pour cela, demandent à vivre ensemble soit à la cité universitaire, soit dans un appartement loué. C’est ainsi qu’ils seront fidèles à leur « vocation en Jésus-Christ ». Leur prieur, le frère Vachette, est très sceptique et confie ses réticences à Rettenbach : « Vous avez dû recevoir ce que j’appelle le “manifeste”. C’est sérieux, vrai en bien des points, mais tellement irréaliste en d’autres. Les refus mettent le doigt sur bien des points faibles de notre vie conventuelle actuelle, mais je vois une chose : on cherche à vivre avec des petits copains qu’on aura choisis, c’est manquer d’espérance dans tous les autres26. »

  • 27 APDF, III, J, 24, 31, Lettre de Nicolas Rettenbach à Yves Congar, 11 novembre 1967.
  • 28 APDF, III, J, 24, 31, Lettre de Nicolas Rettenbach à Francis Vachette, 11 novembre 1967.

27Nicolas Rettenbach vient à Strasbourg les 2 et 3 novembre pour rencontrer les protagonistes du projet. Il décide de faire de la requête des jeunes Strasbourgeois une question provinciale. Il met cette question à l’agenda du conseil provincial du 7 décembre et de la réunion des prieurs de mi-décembre27. Le provincial justifie l’innovation en usant une nouvelle fois de la loi de nécessité qui pèse sur la politique provinciale depuis Mai-68 : si de nouvelles formes de vie religieuses ne sont pas élaborées, les jeunes générations risquent de se détourner de l’ordre et les dominicains se fossiliseront dans une tradition qui les isolera de leurs contemporains auxquels ils doivent donner la Parole. En résumant les raisons du soutien, le père Rettenbach reprend la problématique qui est l’antienne du moment, fonder un nouveau type de pratique religieuse insérée dans le monde : « La vie en communauté articulée avec le couvent nous aidera, peut-être, à découvrir les conditions de vérité et les modalités de la vie dominicaine aujourd’hui » ; « elle permettra peut-être, davantage, “d’être avec” les hommes les plus éloignés, “en vue de Jésus-Christ” et d’être renouvelés par eux pour autant qu’ils portent en eux une humanité en laquelle ils nous revient de manifester Jésus-Christ28 ».

  • 29 APDF, III, J, 24, 31, Yves Congar, Au sujet des propositions ou projet des frères Jean-Paul, Luc et (...)

28L’engagement du provincial ne suscite pas une approbation sans réserves. Yves Congar, consulté comme théologien sur le sujet, rappelle que la vie conventuelle n’est pas accessoire : « La structure de la vie dominicaine est essentiellement conventuelle. Non seulement S. Dominique l’a voulu ainsi, mais cela entre dans les principes fondateurs de l’homme dominicain29. » Pour le théologien, si tous les jeunes sont assignés dans ces petites communautés, les couvents deviendront une forme de vie dominicaine résiduelle. Refusant de prendre une posture d’opposition, Yves Congar engage donc le provincial à conserver à ces petites équipes un statut exceptionnel. Mais le provincial a tranché : les frères Gérard et Lucien s’installent en appartement le 1er décembre 1967. Ils reprennent tous deux des études pour être pleinement insérés dans la société étudiante.

  • 30 APDF, III, J, 4, 78, Lettre de Pierre-André Liégé à Nicolas Rettenbach, 3 avril 1970.
  • 31 Ibid.
  • 32 APDF, IV, 4, J, 73, Les réponses à la consultation sont conservées.

29L’autorisation donnée aux Strasbourgeois crée un précédent qui encourage d’autres frères à passer à l’acte. À Saint-Jacques, en mars 1970, les frères Georg, Remillieux et Lambert écrivent à leur tour avec Pierre Blond, Pierre Coquelle, Emmanuel Pataq, Christian Revon et Dominique Duliscouët un projet de fondation d’une équipe filiale du couvent. Appuyée par le provincial, son approbation est mise à l’agenda du couvent. Le prieur, Pierre-André Liégé, est partagé sur le projet. Autant une maison filiale lui semble nécessaire pour les prêtres-ouvriers, autant la constitution d’une petite équipe pour des techniciens lui semble moins nécessaire. Mais ce qui l’inquiète le plus, c’est l’identité de l’ordre. Il tient à ce que cette forme de vie reste exceptionnelle et que la majorité des dominicains conserve des tâches de prédicateurs et ne s’engagent pas dans un travail professionnel. Pour Liégé, les frères n’inscrivent pas suffisamment leur projet, malgré sa qualité, dans le cadre de l’ordre : « Une communauté dominicaine a d’autres exigences qu’une équipe de Fils de la Charité ou MDF (Mission de France ?) ; or, je ne sens guère cela dans l’exposé des motivations de nos frères30. » Il s’interroge sur la réalité de leur volonté de constituer une communauté de religieux « faisant une large place à la contemplativité31 ». Le 2 juillet 1970, une consultation de tous les frères de Saint-Jacques est organisée pour décider de l’autorisation à donner à ce projet. Sur 75 votants, il y a 60 suffrages exprimés dont 32 oui, 15 non et 13 abstentions32. De nombreuses abstentions sont motivées par le caractère illusoire de la consultation, les frères considérant que la décision est déjà prise par le provincial depuis longtemps. Beaucoup de frères regrettent l’appauvrissement du couvent Saint-Jacques, voire dénoncent l’entreprise de « déclergification » et de « sécularisation » des frères qui souhaitent fonder la petite équipe. D’autres dénoncent le flou de la vie religieuse que l’équipe va mener, voire soupçonnent que tout cela n’est qu’un prétexte pour quitter Saint-Jacques. Féret leur suggère d’aller créer un autre ordre.

  • 33 APDF, III, I, 6, Cahier des comptes rendus du conseil provincial, 3 octobre 1970, p. 39.
  • 34 APDF, III, G, Actes du 33e chapitre provincial de la province de France en l’an du Seigneur 1972, c (...)

30À Saint-Jacques comme à Strasbourg, les prieurs et une partie importante des communautés sont réticents. C’est le provincial, au nom de l’avenir de la province, qui soustrait les jeunes religieux à leur autorité pour prendre la responsabilité personnelle des innovations. Le conseil provincial le suivra, mais non sans discussions33. Au final, sept petites équipes seront autorisées par Nicolas Rettenbach. Le chapitre provincial de 1972 validera cette politique en reconnaissant la pleine légitimité dominicaine des « communautés nouvelles » aux côtés des « communautés plus classiques34 ». Mais les expériences sont alors déjà engagées et tout recul paraîtrait compromettre le maintien dans l’ordre des jeunes religieux qui ne s’y maintiennent qu’à la condition de l’innovation.

  • 35 Gérard Bessière, Patrick Jacquemont, Jean-Pierre Jossua et al., Lettres au père Riobé, Paris, Cerf, (...)

31Des arbitrages provinciaux contestés - Depuis 1969, une partie du couvent de l’Annonciation est en révolte ouverte contre l’orientation que Nicolas Rettenbach donne à la province. Les religieux contestent ses arbitrages répétés depuis Mai-68 en faveur des dominicains et des courants intra-ecclésiaux qu’ils estiment déviants. Le 23 octobre 1972, Mgr Riobé, évêque d’Orléans, se prononce en faveur du renouvellement des formes du ministère presbytéral, proposant entre autres qu’elles puissent devenir temporaires. Il propose par ailleurs que des laïcs mariés puissent devenir prêtres. Cette intervention a été soutenue publiquement par Nicolas Rettenbach dans une lettre publiée dans un ouvrage collectif au Cerf35. Par ailleurs, le 8 février, l’Association nationale pour l’étude de l’avortement publie dans Le Monde une charte signée par 206 personnalités qui déclarent leur intention de conseiller ou de pratiquer l’avortement dans certains cas particuliers. Parmi les signataires figurent les pères Quelquejeu et Pohier. Interrogé par des frères de l’Annonciation pour savoir si ces positions ont fait l’objet d’une autorisation provinciale, le provincial leur expose qu’il considère devoir défendre la recherche des théologiens de la province et refuse donc de les censurer.

32Le 18 février 1973, Jacques Le Tilly adresse une lettre à Rettenbach pour dénoncer ces deux prises de position qui paraissent engager la province de France dans le soutien aux positions les plus hétérodoxes dans l’Église :

  • 36 APDF, IV, 16, C, Lettre de Le Tilly à Rettenbach, 18 février 1973.

Sans doute avez-vous vos raisons en ce qui concerne votre approbation de l’exposé de Mgr Riobé, mais des frères ont des raisons pour le désapprouver, et sans estimer qu’ils font fausse route : ils pensent même conformer leur jugement aux enseignements du pape et aux directives des évêques. Et j’ai le regret de vous dire qu’ils ne se sentent pas obligés par votre opinion. C’est pourquoi ils regrettent, et votre signature, et le titre de provincial qui la suit. Si vous n’avez pas eu l’intention d’y mettre votre autorité, jugeriez-vous inopportun que je fasse connaître, par la voix de la presse au besoin, que moi-même, et bien d’autres frères, nous ne sommes pas d’accord avec vous ?36

33Le Tilly accuse Rettenbach d’abuser de son titre de provincial en prenant ces engagements en tant que tel. Il lui demande de reconnaître, officiellement, n’engager que lui-même afin de respecter les opinions divergentes de beaucoup de religieux de la province. Ce qu’exprime Le Tilly de manière sous-jacente à sa critique, c’est le malaise de frères qui se sentent marginalisés et indexés comme déviants au sein de leur province, alors qu’ils sont fidèles aux constitutions de l’ordre et aux prescriptions du magistère :

  • 37 Ibid.

Les constitutions et le statut provincial fixent les lois qui sont les normes de conscience et de jugements religieux pour tous les frères, quelles que soient leurs places dans le service commun. Des modes actuels d’enseignement et de gouvernement peuvent laisser penser que les interprétations sont fort différentes, sans qu’on puisse dire que nous sommes éclairés sur la légitimité de certaines de vos directives. Et c’est ce qui met certains de vos religieux en tristesse, et même en détresse, sans que vous tentiez, semble-t-il, de les comprendre et de les rassurer37.

34Rettenbach, dans un éditorial destiné à l’ensemble de la province, officialise son refus d’interdire toute prise de parole aux théologiens de la province :

  • 38 Nicolas Rettenbach, « Lettre aux frères », Ut sint unum, n° 363, 1er mars 1973, p. 4.

Je ne me reconnais pas le droit de faire appel à l’obéissance religieuse pour empêcher un frère de dire ce qui lui paraît relatif dans les considérants théologiques, anthropologiques, scientifiques, sociaux, sur lesquels s’appuie la position jusqu’ici tenue dans l’Église pour appliquer à l’embryon la Parole de Dieu concernant l’homme38.

35Cette prise de position accroît le sentiment de marginalisation dans la province des frères de l’Annonciation. Le conflit avec le provincial reste ouvert.

36Le 27 février 1975, suite à une messe célébrée avec l’aide de méthodes audiovisuelles nouvelles et élaborée par des jeunes laïcs à l’initiative du père Raymond Pichard, le père Maurice-Hyacinthe Lelong publie une chronique dans L’Aurore fustigeant la « messe aux diapos ». Il se moque de l’usage des diapos et du choix des chants, l’un ayant pour refrain « Gandhi, Luther King ou Jésus-Christ ne mettaient jamais la main sur un fusil… ». Le fond de la critique de Lelong porte sur le caractère profane de la cérémonie et le relativisme du rapport au Christ :

  • 39 Maurice Lelong, Les Jeudis de l’Aurore, Forcalquier, Robert Morel, 1975, p. 191-195.

Un grand écran était dressé à la gauche de l’autel. L’une des premières images qui le remplirent fut un écriteau où se lisaient les mots “propriété privée, défense d’entrer.” Il est heureux, pensai-je, qu’ils n’aient pas photographié le panneau que j’ai vu sur la route de Normandie : “Voie sans issue, Église.” Nous vîmes ensuite Adam et Eve, vêtus chastement de leur feuille de vigne, et après des chefs-d’œuvre du Louvre, un Christ “rétro” fade et romantique. Tout cela accompagné d’une musique plus ou moins frénétique. Cependant, l’évangile de la Tentation avait été proclamé et, en guise d’homélie, des jouvencelles se succédaient au pupitre, à une cadence rapide, pour débiter des lambeaux de commentaires préparés à l’avance. L’histoire de l’Église s’est trouvée monstrueusement ramenée à un raccourci qui m’a fait penser à la grossièreté de Coluche : on sort des catacombes (dont les chrétiens n’ont d’ailleurs jamais fait le centre de leur culte) pour entrer, avec le triomphalisme de Constantin, dans l’ère des compromissions devant le pouvoir temporel. Alors se déroula une sorte de longue marche obsédante dont le leitmotiv, indéfiniment ressassé, vous martelait le tympan : Gandhi, Luther King et Jésus-Christ… Ces trois noms, juxtaposés sur le même plan, constituent, pour des chrétiens, un véritable blasphème. Le chant prit fin tout de même, et, sur l’écran, s’immobilisa jusqu’à la fin de la messe une tête de Christ couronnée d’épines, détail d’une crucifixion de Fra Angelico. La “liturgie de la parole” (ou des images) avait duré vingt-cinq minutes. En huit minutes, le canon fut expédié. […] La conclusion qui s’impose aux chrétiens victimes de tels agissements, c’est de renouveler le geste de Polyeucte renversant les idoles, et de réduire en miettes cette intruse dans le sanctuaire : la lanterne magique39.

37En réaction, Nicolas Rettenbach envoie une lettre à tous les frères pour blâmer le père Lelong. Il dénonce publiquement son manque d’honnêteté journalistique et son atteinte scandaleuse à la communion fraternelle des frères du couvent. Le provincial reproche en outre à Lelong de n’avoir pas utilisé les moyens institutionnels, légaux et légitimes, mis à sa disposition pour faire valoir son opinion au sein du couvent et d’avoir eu recours à la presse nationale, ce qui publicise les conflits qui traversent la province :

  • 40 APDF, IV, 17, J, 7, Lettre de Nicolas Rettenbach aux frères du couvent de l’Annonciation, 6 mars 19 (...)

Quand on fait partie d’une communauté qui comporte normalement des moyens de critique mutuelle, cela revient à utiliser, pour critiquer un frère et indirectement son prieur, un organe national d’opinion, alors que les frères concernés n’ont à leur disposition que… le chapitre conventuel ! La disproportion est flagrante. Pour y remédier, le père Lelong donnerait-il dans sa chronique la parole à ceux qu’il critique40.

38Mis en cause, le père Pichard écrit de son côté au prieur de l’Annonciation et demande son soutien. Il se plaint du mépris affiché pour ses messes par certains pères de l’Annonciation. Ces derniers y assistent en manifestant ostensiblement leur réprobation :

  • 41 APDF, IV, 16, Z, 7, Lettre de Raymond Pichard au prieur de l’Annonciation, 6 mars 1975.

Lors de notre deuxième messe dans l’église du couvent et après la publication de cet article, ceux et celles qui étaient réunis là pour prier, en essayant d’encourager ces jeunes filles, ont été choqués par la présence de trois pères, dans le fond de l’église. Ces trois pères se sont assis pour discuter et prendre des notes. Ils ne se sont levés à aucun moment, pas même pendant la consécration et l’élévation41.

39Ce sont les pères Auvray, Albert-Marie (Charles) Avril et Lelong. Selon eux, la messe n’était pas valide et la consécration ne méritait pas les égards dus normalement au Corps de Christ présent dans l’eucharistie.

  • 42 Ce n’est pas la première fois. En 1968, la communauté s’est divisée pour une affaire similaire. Le (...)

40L’affaire divise la communauté42. Le père Charles Avril écrit au père Rettenbach pour dénoncer le procédé de sa lettre du 6 mars qu’il estime infamante et injuste :

  • 43 APDF, IV, 16, J, 7, Lettre de A.-M. Avril au père Rettenbach, 7 mars 1975.

C’est la première fois, en cinquante ans de vie dominicaine, que je vois un supérieur employer ce procédé d’une lettre collective pour faire des observations à un frère déterminé. Je constate aussi que vous n’avez pas daigné convoquer ni entendre le père Lelong avant de lui infliger ce blâme public : condamner quelqu’un sans lui donner la possibilité de se défendre, ou du moins de s’expliquer, a toujours été considéré, en droit, comme un déni de justice43.

  • 44 APDF, IV, 16, J, 7, Lettre du père de Rudder à Thomas Boulay, 15 mars 1975.

41Le blâme de Rettenbach est considéré d’une partialité illégitime. Selon Avril, les pères hétérodoxes bénéficient du soutien du provincial et ceux qui défendent le magistère n’ont droit qu’à son mépris : « Enfin, ce qui indigne, je dois le dire, beaucoup d’entre nous, c’est que vos foudres soient réservées à un père qui défend intrépidement - même si sa fougue ne plait pas à tout le monde - l’Église, sa doctrine et sa morale traditionnelle, alors que d’autres de nos frères peuvent les attaquer impunément et collaborer librement à des publications marxistes, matérialistes et anti-chrétiennes. Il y a là une anomalie, pour ne pas dire une partialité, difficilement acceptable. » Le père de Rudder regrette que la censure du provincial ne s’exerce que dans un sens. Selon lui, d’autres pères prennent des positions beaucoup plus répréhensibles sans être blâmés. Il met nommément en cause les pères Blanquart et Roqueplo, engagés dans le mouvement chrétien-marxiste et journalistes à Politique-Hebdo, qui bénéficient du soutien du provincial44.

Marginaliser les résistances

  • 45 Yann Raison du Cleuziou, « Des fidélités paradoxales. Recomposition des appartenances et militantis (...)
  • 46 Yann Raison du Cleuziou, « Éclatement du régime… », op. cit.

42A partir du moment où Nicolas Rettenbach a pris parti en qualifiant les contestations étudiantes de mai 1968 d’appel à la conversion adressé à l’ordre, la province se divise45. La reconnaissance de l’autorité du provincial clive. Les relations de pouvoir se dérégulent46. Les dominicains attachés à la forme de vie conventuelle se réfèrent aux constitutions et au maître de l’ordre pour contester Rettenbach. Estimant sa politique hétérodoxe, ils s’en estiment déliés. En revanche, pour les jeunes pères trentenaires ou d’une quarantaine d’années, le provincial bénéficie de l’autorité que lui donne sa compréhension des enjeux de l’heure. Son audace est à la hauteur du défi qu’ils souhaitent relever : l’évangélisation de la civilisation nouvelle qui naît. Le processus de consultation de la province en vue des assises provinciales de juillet 1969 va déchirer les couvents en clans rivaux. Les religieux sont divisés et s’affrontent pour imposer la définition de l’identité dominicaine qu’ils estiment légitime. Dans ce contexte, Nicolas Rettenbach va utiliser deux stratégies pour maintenir un semblant d’unité dans la province : une recomposition affinitaire des couvents par des assignations ; une sollicitude bienveillante à l’égard de ceux qui sont tentés par la rupture avec l’ordre.

43Un usage politique du pouvoir d’assignation - La phase préparatoire des assises va cristalliser des clivages qui traversent l’ordre. Sommés de se positionner par le questionnaire préparatoire envoyé aux couvents en janvier 1969, les frères doivent se réunir par affinités pour formuler une position la moins équivoque possible. Les pères qui ont une quarantaine d’années s’agrègent autour d’une sensibilité partagée et d’un projet commun ; ils « libèrent » leur parole et usent d’un discours anti-institutionnel, revendiquent la nécessité de l’engagement politique et social et la libération de la vie religieuse des normes monastiques. En face d’eux, les plus âgés, la plupart du temps entrés dans l’ordre durant l’entre-deux-guerres, sont réunis par la volonté de maintenir ce qui existe déjà. À Lille, Dijon, Étiolles, Paris-Saint-Jacques, Strasbourg, les couvents sont divisés en deux camps numériquement équivalents ou presque. À Paris-Annonciation et à Rouen, il y a une forte majorité et une minorité. À l’Annonciation, c’est un groupe de pères âgés très conservateurs qui domine le couvent. À Rouen, ce sont au contraire les pères de cette tendance qui sont minoritaires. À Nancy, le couvent est homogène : tous les frères sont opposés à la politique de Rettenbach.

44Dès 1968, le couvent de l’Annonciation à Paris est un important foyer de résistance à la politique du provincial. Une partie des religieux fait sciemment obstruction à sa politique et la dénonce dans les medias ou auprès du maître de l’ordre. La démocratie conventuelle, en raison de la majorité de pères âgés, exclut les jeunes au bénéfice des plus anciens qui peuvent ainsi maintenir la règle de vie religieuse conforme à leur conception. Par conséquent, les jeunes religieux qui sont assignés au couvent s’en échappent dès que possible et n’y viennent que pour dormir. Leur mode de vie, le fait qu’ils ne portent pas le vêtement religieux sont considérés comme des déviances par leurs aînés. Lors de sa visite canonique du couvent en 1969, Nicolas Rettenbach avait demandé que les formes de la vie conventuelle soient aménagées pour que chacun y trouve sa place. Par exemple, en adaptant les horaires des offices pour les jeunes religieux qui travaillent ou en faisant un service de repas sans lecture et donc sans silence imposé. Ces recommandations ne seront pas suivies. En 1974, alors que les tensions avec les religieux âgés du couvent n’ont cessé d’augmenter, Nicolas Rettenbach change de stratégie. Il décide de casser les élections au conseil conventuel. Les quatre religieux qui y sont réélus voient leur élection annulée en raison d’une admonition du chapitre général de 1968 qui recommande de renouveler les structures conventuelles en évitant les mandats successifs. Les quatre démis sont par ailleurs des opposants notoires de Rettenbach. Enfin, Nicolas Rettenbach assigne de nouveaux jeunes frères, afin que les jeunes puissent constituer un contre-pouvoir réel au sein de la communauté. L’ambiance du couvent ne changera pas pour autant, les pères âgés continuèrent leur obstruction jusqu’à leur mort à la fin des années 1970, mais à partir de 1975, les jeunes religieux ont pu disposer d’une réelle autonomie au sein du couvent.

  • 47 APDF, III, J, 2, 50, Lettre d’Albert Raulin à Dominique-Marie Jacquemin, 4 janvier 1978.

45Nicolas Rettenbach a aussi utilisé son pouvoir d’assignation pour écarter les pères contestataires du couvent de Rouen et le laisser aux jeunes pères. À Dijon, le projet des jeunes pères de transformer l’église conventuelle en cinéma d’art et d’essai n’ayant pas emporté l’enthousiasme des religieux plus âgés, ils seront exfiltrés vers un couvent plus favorable. Les assignations sont donc un moyen de recomposer la province afin que les tendances opposées cohabitent sans se déchirer. En 1977, Albert Raulin, le successeur de Nicolas Rettenbach, utilisera son pouvoir d’assignation afin de faire pression sur le couvent de Nancy qui est entré en dissidence. La communauté refuse de payer l’impôt provincial pour ne pas financer les recherches théologiques de Jacques Pohier. Il assignera en Corse l’un des pères les plus jeunes et dynamiques, ce qui affaiblira considérablement l’apostolat du couvent. Acculés, les dominicains de Nancy chercheront donc un compromis avec le provincial. Ils se soumettront à l’impôt et récupéreront l’assignation de l’exilé47. Les frères Serge Bonnet et Donatien Chauvat, outrés par le procédé, feront dissidence du couvent de Nancy et vivront en totale indépendance de la province jusqu’au début des années 1980.

46Une sollicitude stratégique pour éviter les ruptures - Nicolas Rettenbach manœuvre contre les religieux conservateurs lorsqu’ils sont organisés collectivement et surtout lorsqu’ils font obstacle aux pratiques novatrices de religieux plus jeunes. Son attitude est tout autre à l’égard des religieux isolés. L’enjeu n’est pas le même. Ces derniers menacent de s’exclure parce qu’ils ne se reconnaissent plus dans l’ordre. C’est par exemple le cas d’Henri Féret. Ce dernier ne supporte plus le « style » de vie au couvent Saint-Jacques. Il le fuit dès que possible. Faute de voir la création du couvent d’observance qu’il appelle de ses vœux, à partir de 1970, il demande au provincial l’autorisation de vivre seul, en dehors de Saint-Jacques, pour retrouver la paix que le style de vie du couvent lui a fait perdre :

  • 48 APDF, IV, 4, J, 6, Lettre d’Henri Féret à Nicolas Rettenbach, 1970.

Je connais d’interminables insomnies et, pour mon humiliation sans doute, j’ai été au bord de la dépression nerveuse. La cause principale en est la souffrance personnelle que me cause notre évolution collective présente. Par rapport à l’ordre de la profession religieuse, l’ordre présent fait de moi un déraciné. Je n’ai pas de difficultés personnelles avec aucun de mes frères, mais les orientations que la majorité d’entre eux impose - ou accepte - pour notre vie commune, et donc pour ma vie quotidienne, ne sont plus du tout celles selon lesquelles j’ai fait joyeusement profession il y aura bientôt cinquante ans. Ni juridiquement, ni spirituellement, je ne me sens plus chez moi48.

47Henri Féret souhaite s’isoler. Il ira même jusqu’à menacer de quitter l’ordre. Le Provincial réagit à ces demandes avec sollicitude. La plupart des religieux qui souhaitent se mettre à la marge pourront le faire grâce au statut de religieux extra conventum qui leur est octroyé. Ce sera le cas de Marie-Joseph Le Guillou, de Marie-Dominique Philippe, de Jean de Menasce ou du lefebvriste Bernard-Marie de Chivré. Le provincial usera de la même bienveillance avec les religieux plus jeunes qui nouent des relations amoureuses ou prennent la voie d’un retour à l’état laïc.

  • 49 Bernard Gardey, La Foi hors les murs, grappillage de la Saint-Martin, Paris, Karthala, 2001, p. 188
  • 50 Pierre Bourdieu, « Les rites comme acte d’institution », Actes de la recherche en sciences sociales(...)

48Cette sollicitude, qui peut sembler paradoxale avec des frères en rupture, est bien une technique de gouvernement. Elle objective la contrainte majeure avec laquelle les supérieurs religieux doivent jouer pour perpétuer leur autorité sur ceux qui tendent à s’y soustraire : la croyance en l’institution. Les sanctions prévues dans les constitutions supposent pour être efficaces la foi dans l’institution. Quand un déviant ne se corrige pas, la coercition prévue par les constitutions est vaine. Les supérieurs savent qu’elle risque de consommer la rupture. L’acte d’autorité risque d’achever de détacher le frère de l’ordre. Une expression résume bien cette stratégie des supérieurs d’accompagnement et de bienveillance à l’égard du déviant : « Ne pas éteindre la mèche qui fume49. » L’autorité doit donc emprunter la voie de la discrétion, de l’effacement, voire une forme de dénégation d’elle-même, pour accroître son emprise en stimulant l’adhésion volontaire par un surcroît de reconnaissance : la confiance manifeste, une attitude « coulante », voire l’empathie affichée. Cette bienveillance de la part des supérieurs doit rappeler le déviant aux devoirs de son rôle en faisant peser sur lui le joug d’une reconnaissance accrue en ses qualités de religieux « responsable », « solide », « mûr », bref d’« homme de confiance ». La confiance et la chaleur des supérieurs à l’égard des déviants tente de produire un effet d’investiture, comme un rite d’institution50, afin de susciter la conformation du déviant à une image rectifiée de lui. En ne s’engageant pas dans la voie de la sanction, l’autorité avec sollicitude engage le déviant à s’engager lui-même dans la voie de la correction. La sollicitude vise à réanimer la croyance dans la grandeur du sacerdoce, la foi dans l’institution, plus que la peur de l’excommunication. On retrouve cette même souplesse bienveillante avec les plus jeunes pères qui prennent la voie du retour à l’état laïc. Ils ne sont jamais sanctionnés, ramenés à la vie conventuelle. Au contraire, le provincial les laisse tranquilles, les invite à mûrir et à réfléchir, sans les presser ni les pousser. C’est l’ultime moyen pour ralentir l’érosion du lien à l’ordre.

  • 51 François Leprieur, Quand Rome condamne. Dominicains et prêtres-ouvriers, Paris, Plon - Cerf, 1989.
  • 52 Yann Raison du Cleuziou, « Éclatement de l’autorité… », op. cit.

49Comparativement aux années 195051, l’absence de la curie généralice des Frères prêcheurs est frappante dans les années 1960. Le maître de l’ordre est gêné, il n’exprime pas publiquement sa défiance à l’égard de Nicolas Rettenbach, mais assure discrètement de son soutien les religieux qui contestent le provincial52. Il faudra attendre l’ouverture des archives romaines pour mieux connaître ses logiques d’action, mais on peut les présumer : vu la légitimité de Nicolas Rettenbach auprès des jeunes pères contestataires de la province, il comprend sans doute qu’il ne peut intervenir contre le provincial sans remettre en cause la stratégie réformatrice de ce dernier, qui seule rend possible le maintien des jeunes religieux dans l’ordre. Il n’a donc aucune marge de manœuvre et ne peut intervenir sans compromettre l’avenir de la province. Il travaille donc à reproduire son autorité à la marge. Par exemple, il sera très procédurier pour tenter de ralentir le projet de vente du couvent d’Etiolles ou la réforme des études. Mais il n’intervient jamais publiquement. Il est très embarrassé quand ses lettres d’encouragements aux résistances à Rettenbach sont diffusées.

  • 53 APDF, III, C, 19, f, Lettre du Père général à la province de France, 7 février 1971.
  • 54 Pour une pratique chrétienne de la politique, Assemblée plénière des évêques, 1972.

50Anicet Fernandez viendra en visite canonique en 1970, ses conclusions sont positives53. Il exhorte les religieux à toujours annoncer explicitement la foi et à ne pas sortir d’une démarche confessante, il rappelle la valeur structurante des observances régulières, fait l’apologie du thomisme, mais ne va guère au-delà. Son exhortation reste générale et ne dénonce aucun aspect précis de la politique provinciale tout en les dénonçant tous. Il se contente de répéter une définition assez classique de la vocation dominicaine, mais ne prend pas les moyens pour l’imposer. C’est une voix qui ne peut être entendue que par ceux qui croient encore en son autorité. Fernandez prêche des convaincus et n’atteint pas les autres. Dans un contexte de crise de l’autorité, toute intervention autoritaire amenuiserait encore plus le reliquat de son autorité sur l’ordre. Durant les années 1970, à mesure que les clivages s’approfondissent entre dominicains, comme plus généralement entre catholiques, les tenants de l’autorité voient leur marge de manœuvre se réduire. La légitimation officielle du pluralisme des interprétations tente de conférer un sens positif à la fin de la régulation de l’orthodoxie et de l’orthopraxie54.

Notes

1 Archives de la province dominicaine de France (APDF), III, G, 51, 003, Actes du chapitre provincial spécial de la province de France en l’an du Seigneur 1969, p. 14.

2 Jean-Clément Martin, « Pour une typologie des “événements” », dans La Vendée et la révolution, Paris, Perrin, 2007, p. 31 ; Boris Gobille, « L’événement Mai 68. Pour une sociohistoire du temps court », Annales. Histoire, sciences sociales, 2008/2, p. 325-327.

3 Yann Raison du Cleuziou, « La province dominicaine de France et Mai 68. Genèse de la mise en crise d’un ordre religieux », dans Jean-François Galinier-Pallerola, Augustin Laffay, Bernard Minvielle (dir.), L’Église de France après Vatican II (1965-1975), Paris, Parole et Silence, 2011, p. 277-310.

4 Yann Raison du Cleuziou, « Quand une génération en cache une autre. Différenciations générationnelles et mobilisations réformatrices dans la province dominicaine de France autour de Mai 68 », Politix, n° 96, 2011/4, p. 115-138.

5 Denis Pelletier, La Crise catholique. Religion, société, politique en France (1965-1978), Paris, Payot, 2002.

6 Joseph R. Gusfield, La Culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Economica, 2009.

7 Bernard Rettenbach, « La conception de la démocratie selon le Club Jean-Moulin », dans Ordre et démocratie, deux sociétés de pensée : de l’Ordre Nouveau au Club Jean-Moulin, Travaux et recherches de la Faculté de droit et des sciences économiques de Paris, Paris, PUF, 1967, p. 105-176.

8 APDF, V, 045, Carnets de Nicolas Rettenbach (1967-1970).

9 APDF, III, J, 4, 69-70, Lettre de Nicolas Rettenbach, prieur de Saint-Jacques, à Joseph Kopf, provincial, 17 décembre 1965.

10 APDF, III, J, 4, 69-70, Lettre de Marie-Dominique Chenu à Joseph Kopf, provincial, 11 janvier 1966.

11 APDF, III, G, 49, e, Procès-verbal de l’élection du provincial, 1967.

12 ADPF, III, B, 78, b, 17, Allocution de N. Rettenbach, 4 septembre 1967, congrès des provinciaux, Rome, p. 2.

13 APDF, V, 045, Carnets de Nicolas Rettenbach, note datée du 11 février 1968.

14 Yann Raison du Cleuziou, « Albert-Marie Besnard, un maître dépassé par ses disciples. Mystique de la génération et subversion des formes de l’autorité au couvent d’étude dominicain du Saulchoir (1964-1968) », Genèses, n° 88, 2012/3, p. 25-45.

15 APDF, IV, 202, 23, 4, Compte-rendu de l’assemblée du 24 mai 1968.

16 Elle suscitera d’ailleurs un nombre important de réponses de dénégation de la légitimité de la réforme que Rettenbach défend : APDF, III, G, 50.

17 Yann Raison du Cleuziou, « Quand une génération… », op. cit.

18 Pierre Colombier, François Louvel, Jean Laurenceau, Pierre Blond, Pascal Debongnie, Michel Froidure, Albert Luchini, Dominique Duliscouët, Michel Peuchmaurd.

19 Nicolas Rettenbach, Ambroise-Marie Carré, Jacques de Williencourt, Claude Geffré, Albert Raulin, Pierre Le Baut, Pierre Colombier, Jean-Pierre Jossua.

20 Yann Raison du Cleuziou, « Éclatement du régime de l’autorité et dérégulation des relations de pouvoir. La province dominicaine de France après Mai 68 », Histoire@Politique, n° 18, 2012/3, p. 97-114.

21 APDF, III, G, 50, 105, Dossier « Participants ».

22 APDF, IV, 202, 23, 8, Déclaration du père Lelong au père Rettenbach à l’occasion de la visite canonique du couvent de l’Annonciation, le 10 février 1969.

23 APDF, IV, 202, 23, 9, Lettre de Pierre-Marie de Contenson à Nicolas Rettenbach, 20 mai 1969.

24 APDF, III, J, 24, 31, Lettre des frères Jean-Paul, Gérard et Luc à Nicolas Rettenbach, 25 octobre 1967.

25 Ibid.

26 APDF, III, J, 24, 31, Lettre de Francis Vachette, prieur de Strasbourg, à Nicolas Rettenbach, provincial, 25 septembre 1967.

27 APDF, III, J, 24, 31, Lettre de Nicolas Rettenbach à Yves Congar, 11 novembre 1967.

28 APDF, III, J, 24, 31, Lettre de Nicolas Rettenbach à Francis Vachette, 11 novembre 1967.

29 APDF, III, J, 24, 31, Yves Congar, Au sujet des propositions ou projet des frères Jean-Paul, Luc et Gérard, 9 novembre 1967.

30 APDF, III, J, 4, 78, Lettre de Pierre-André Liégé à Nicolas Rettenbach, 3 avril 1970.

31 Ibid.

32 APDF, IV, 4, J, 73, Les réponses à la consultation sont conservées.

33 APDF, III, I, 6, Cahier des comptes rendus du conseil provincial, 3 octobre 1970, p. 39.

34 APDF, III, G, Actes du 33e chapitre provincial de la province de France en l’an du Seigneur 1972, chap. II.

35 Gérard Bessière, Patrick Jacquemont, Jean-Pierre Jossua et al., Lettres au père Riobé, Paris, Cerf, 1973.

36 APDF, IV, 16, C, Lettre de Le Tilly à Rettenbach, 18 février 1973.

37 Ibid.

38 Nicolas Rettenbach, « Lettre aux frères », Ut sint unum, n° 363, 1er mars 1973, p. 4.

39 Maurice Lelong, Les Jeudis de l’Aurore, Forcalquier, Robert Morel, 1975, p. 191-195.

40 APDF, IV, 17, J, 7, Lettre de Nicolas Rettenbach aux frères du couvent de l’Annonciation, 6 mars 1975.

41 APDF, IV, 16, Z, 7, Lettre de Raymond Pichard au prieur de l’Annonciation, 6 mars 1975.

42 Ce n’est pas la première fois. En 1968, la communauté s’est divisée pour une affaire similaire. Le père Vincent Héris avait publié dans L’Homme Nouveau (21 aout 1968) une réponse à un article de Chenu paru dans La Croix. Rettenbach l’avait réprimandé pour cette prise de position critique et publique d’un autre frère de la province, APDF, III, J, 16.

43 APDF, IV, 16, J, 7, Lettre de A.-M. Avril au père Rettenbach, 7 mars 1975.

44 APDF, IV, 16, J, 7, Lettre du père de Rudder à Thomas Boulay, 15 mars 1975.

45 Yann Raison du Cleuziou, « Des fidélités paradoxales. Recomposition des appartenances et militantisme institutionnel dans une institution en crise », dans Jacques Lagroye, Michel Offerlé (dir.), Sociologie de l’institution, Paris, Belin, 2011, p. 267-289.

46 Yann Raison du Cleuziou, « Éclatement du régime… », op. cit.

47 APDF, III, J, 2, 50, Lettre d’Albert Raulin à Dominique-Marie Jacquemin, 4 janvier 1978.

48 APDF, IV, 4, J, 6, Lettre d’Henri Féret à Nicolas Rettenbach, 1970.

49 Bernard Gardey, La Foi hors les murs, grappillage de la Saint-Martin, Paris, Karthala, 2001, p. 188.

50 Pierre Bourdieu, « Les rites comme acte d’institution », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 43, 1982, p. 58-63.

51 François Leprieur, Quand Rome condamne. Dominicains et prêtres-ouvriers, Paris, Plon - Cerf, 1989.

52 Yann Raison du Cleuziou, « Éclatement de l’autorité… », op. cit.

53 APDF, III, C, 19, f, Lettre du Père général à la province de France, 7 février 1971.

54 Pour une pratique chrétienne de la politique, Assemblée plénière des évêques, 1972.

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.frmollat.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search