Version classiqueVersion mobile

Gouverner l’Église catholique au xxe siècle. Perspectives de recherche

 | 
Christian Sorrel
, 
Bruno Dumons

Gouverner un organe de la Curie romaine : le cas de la Commission pontificale pour la Russie (1925-1939)

Laura Pettinaroli

Texte intégral

  • 1 Laura Pettinaroli, « Le style de gouvernement. Une clé d’entrée dans le pontificat de Pie XI », dan (...)
  • 2 Cette contribution reprend pour l’essentiel des éléments déjà publiés par Laura Pettinaroli, « La C (...)

1Si la problématique du gouvernement est de plus en plus souvent utilisée pour interroger le fonctionnement des religions et les rapports entre religion et politique, la Curie romaine ne fait pas exception. Depuis une quarantaine d’années, l’historiographie met à profit différentes sources, notamment les archives vaticanes, pour comprendre le fonctionnement général de la Curie, ainsi que l’activité concrète des différents dicastères. Malgré l’accès inégal aux sources « administratives » selon les dicastères et à une masse de documentation qui décourage les initiatives isolées, les recherches se sont multipliées et permettent de mieux comprendre cet appareil qui semble parfois encore mystérieux ou fonctionner en vase clos1. Dans le cadre de cette contribution, nous utilisons les recherches effectuées précédemment sur la Commission pour la Russie2 pour proposer quelques pistes de réflexion sur le gouvernement des organes de la Curie romaine. Il convient cependant de signaler d’emblée les spécificités de cette institution dans le panorama de la Curie, qui s’expliquent en fait par sa nature de « commission » : sa durée de vie - de 1925 à 1993 - est relativement brève ; sa mission est restreinte aux affaires russes et son statut est régi par différents textes ponctuels (et non par le code de 1917 comme pour les grands organes de la Curie). Malgré ces spécificités, ce cas mérite d’être saisi par le chercheur, ne serait-ce que pour des questions pratiques. En effet, pour la période dont les archives sont accessibles (1925-1939), un dépouillement quasi exhaustif des documents produits par l’institution est possible pour un chercheur isolé : un défi quasiment impossible à tenir si on envisage le fonds d’une congrégation comme la Propaganda Fide ou d’un office comme la Secrétairerie d’État. Dans ce cadre spécifique, le gouvernement de cet organe semble se jouer à quatre niveaux : la définition des compétences, l’organisation du fonctionnement interne, l’accès à la source du pouvoir et le lien avec les administrés.

Définir et tenir des compétences : l’espace romain du pouvoir

2La première tâche qui s’impose à la Commission pour la Russie est de définir son champ d’action et de le préserver des incursions des autres institutions romaines.

Définir des compétences : un processus progressif

  • 3 Acta Apostolicae Sedis [AAS], 1926 (18, N° 2), 01.02.1926, p. 62.
  • 4 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 39-45 : liste de facultés.
  • 5 Claude Prudhomme, Stratégie missionnaire du Saint-Siège sous Léon XIII (1878-1903). Centralisation (...)

3Dès sa fondation officielle (20 juin 1925), la nouvelle institution se voit reconnaître une compétence de type « nationale » : « Accélérer l’examen et le traitement des questions et des affaires concernant les Russes, tant ceux qui résident dans leur pays que ceux qui se trouvent à l’étranger3. » En 1927, cette compétence est précisée : relèvent de la Commission les habitants de l’Union soviétique et les émigrés russes, mais aussi les œuvres catholiques créées pour les Russes, il s’agit donc d’une compétence sur un espace, une nation en situation de diaspora et les œuvres qui les visent4. À la différence des dicastères qui ont une compétence mondiale, mais limitée à une catégorie de personnes (réguliers, évêques, fidèles de rite oriental), une procédure (nominations épiscopales), un type d’institution (séminaires), des matières déterminées (Saint-Office), la Pro Russia définit un territoire et un peuple et soustrait à tous les dicastères leurs compétences sur ceux-ci. La Commission semble ainsi suivre la voie ouverte au xviie siècle par la congrégation de la Propaganda Fide qui cumule les compétences de « toutes les congrégations à la fois » sur les territoires de mission5. Cette situation remet en question l’équilibre général de la Curie.

Tenir son « territoire » face aux autres organes de la Curie

  • 6 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 29, fasc. 188, f. 10 et f. 21 : « Decretum Pontificiae Commissionis pro (...)
  • 7 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 15 (rapport de Sincero, Rome, 14.07.1925) et f. 16 (prése (...)
  • 8 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 37 : rapport de Sincero présenté en audience le 09.07.192 (...)
  • 9 Frédéric Le Moigne, « Choisir des évêques pour la France. Le rôle des sessions de la Congrégation d (...)

4De façon progressive, la Commission absorbe donc des compétences qui appartenaient à d’autres institutions, ce qui suscite des réactions variables des différents dicastères. La congrégation de Propaganda Fide, qui avait réussi au début des années 1920 à reprendre aux dépens de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires un pouvoir sur certaines affaires russes (Sibérie), le reperd en 1928, cette fois au profit de la Commission pour la Russie6. Cependant, le dicastère missionnaire n’oppose pas de résistance sensible dans les archives, probablement car cet espace, quasiment inaccessible, n’offre alors aucune perspective concrète. En revanche, la Congrégation consistoriale, responsable des nominations épiscopales de rite latin, est plus combattive. En 1925, son secrétaire, le cardinal De Lai se plaint de ce que « sa » congrégation ait été exclue de la réflexion sur la provision des diocèses latins de Russie. Le cardinal Sincero, président de la Pro Russia, et Pie XI se montrent conciliants et acceptent que la Commission passe par la Consistoriale pour ces nominations7. Cependant, deux ans plus tard, en 1927, Pie XI rejettera toute nouvelle intervention de la Consistoriale dans les affaires des diocèses russes et remettra la responsabilité de ces nominations à la Pro Russia en lien avec la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, responsable depuis 1917 (CIC, canon 255) des nominations dans les pays où ces dernières doivent être concordées avec l’État8. Au-delà de l’effort de Pie XI pour préserver les compétences de la jeune Commission, il faut rappeler le contexte d’éviction plus générale de la Consistoriale au profit des Affaires ecclésiastiques extraordinaires qui s’explique par des logiques institutionnelles (renforcement des Affaires ecclésiastiques extraordinaires), mais aussi par des questions de personnes (distances prises par Pie XI avec certaines personnalités du pontificat de Pie X, comme le cardinal De Lai9).

  • 10 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 30 : feuille d’audience, d’Herbigny, 03.04.1927.
  • 11 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 34-35 : Margotti à « Eminenza », Rome, 06.05.1927, CPR N° (...)
  • 12 Pour cette période de la seconde moitié des années 1920, on observe certaines similitudes avec le p (...)

5Cependant l’institution qui résiste avec le plus d’énergie à ce phénomène de captation des compétences est le Saint-Office. En avril 1927, Pie XI accorde à la Commission pro Russia le droit de donner les dispenses de l’Index, de l’abstinence et du jeûne aux Russes10. Cette décision provoque une vive réaction de Mgr Canali, l’assesseur du Saint-Office, qui porte la question en audience avec Pie XI et exige que soit établie « une liste précise de facultés » qui devra être communiquée à tous les « dicastères intéressés11 ». Le Saint-Office intervient donc pour défendre ses propres intérêts, mais joue de fait un rôle de régulation plus vaste au sein de la Curie, dont les équilibres sont modifiés par l’entrée en scène de la Pro Russia. On peut également prolonger ici l’analyse évoquée plus haut, à savoir la résistance de certaines personnalités du pontificat de Pie X (Mgr Canali et, au-dessus de lui, le secrétaire du Saint-Office, le cardinal Merry del Val) aux actes de gouvernement « personnel » du pape Ratti, comme sa politique russe12. Si la définition des compétences permet le positionnement d’une institution par rapport aux autres, comprendre le gouvernement d’un organe de la Curie suppose également d’en approcher le fonctionnement interne.

Assurer le fonctionnement d’une institution nouvelle

Une institution bien dotée

  • 13 Le financement semble même avoir précédé l’institution. En effet, en 1924, au moment où la mission (...)

6Même si la plupart des dossiers financiers de la Commission pro Russia restent inaccessibles aux chercheurs, il convient de signaler la question du financement, cruciale à Rome comme ailleurs13. Dotée d’un important fonds initial formé du reliquat de l’action humanitaire menée en Russie entre 1922 et 1924, la Pro Russia semble ensuite avoir été financée à la fois de façon régulière par le biais d’agences missionnaires (notamment l’Œuvre pour la Propagation de la Foi et surtout l’organisation américaine Catholic Near East Welfare Association), mais aussi de façon extraordinaire sur simple décision du pape, qui effectue des prélèvements sur sa caisse personnelle, notamment lors de la crise du début des années 1930. Ces observations, possibles grâce à des documents épars, nous convainquent de la nécessité d’étudier à une large échelle les arbitrages effectués au sein des finances pontificales et le fonctionnement de certaines institutions comme l’Administration des biens du Saint-Siège, refondée après les accords du Latran. Ces recherches nécessitent bien sûr l’accès à des fonds pour l’heure indisponibles.

Un fonctionnement interne calqué sur celui des congrégations

  • 14 Laura Pettinaroli, « La Commission pro Russia… », op. cit.
  • 15 Laura Pettinaroli, « Mgr Michel d’Herbigny, parcours d’un prélat français dans la Curie romaine », (...)

7Si les financements des organes curiaux restent souvent terra incognita pour les chercheurs, les procédures de fonctionnement et les personnels sont mieux connus. La création d’un nouvel organe de la Curie romaine nécessite de définir ces procédures et de recruter un personnel adéquat14. Même si, dans les projets initiaux, Pie XI avait voulu une commission indépendante, la Pro Russia fut fondée en 1925 comme une commission de la Congrégation pour l’Église orientale. Dépendante d’un dicastère, elle en reprend une partie du personnel, notamment pour la direction (le cardinal secrétaire de l’Orientale Sincero en est le président, l’assesseur de l’Orientale Mgr Papadopoulos en est membre). Les autres « membres » de la Pro Russia sont recrutés au sein de la Secrétairerie d’État et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires. Cependant, le pivot de la nouvelle institution, clairement désigné par le pape, est le « consultore speciale », une fonction inhabituelle dans les organigrammes qui désigne un travail d’expertise confié au jésuite Michel d’Herbigny, qui n’avait alors aucune fonction déterminée dans un dicastère, mais qui, en tant que président de l’Institut pontifical oriental, était souvent reçu en audience et proposait régulièrement des projets au cardinal Gasparri et au pape15.

8Dès 1925 se met ainsi en place une pratique de travail fondée sur l’expertise fournie par d’Herbigny. Celui-ci fait des notes sur chaque dossier ou presque et les questions problématiques sont abordées dans le cadre des « congressi » (formés uniquement des quelques prélats membres de la Commission) qui proposent des résolutions à Pie XI, ce dernier les examinant dans le cadre d’audiences avec le président (cardinal Sincero) et de plus en plus souvent directement avec d’Herbigny (qui acquiert en 1927 le titre de « relatore »). Le « congresso », qui constitue un mode collégial de préparation de la décision, réuni une ou deux fois par mois, semble efficace et rapide, si bien que la convocation de cardinaux pour les cas les plus complexes reste rare. Malgré tout, après 1930, au moment où la Pro Russia devient indépendante de l’Orientale et passe sous l’autorité directe du pape, l’institution du « congresso » disparaît brusquement. Les décisions sont alors prises presqu’exclusivement au cours d’audiences pontificales du nouveau président de la Commission, d’Herbigny, simple évêque non cardinal. Ainsi, si le mode de gouvernement de la Commission évolue nettement en 1930, dès 1925 les audiences avec le pape avaient joué un rôle crucial pour cette jeune institution qui cherche à asseoir son autorité. Il convient donc d’aborder la question de l’accès au pontife, source du pouvoir et de l’autorité, constamment sollicitée par les organisations de la Curie romaine.

L’accès au pontife : le gouvernement par l’audience

Les audiences, une institution centrale

  • 16 Sergio Pagano, Marcel Chappin, Giovanni Coco (a cura di), I fogli di udienza del cardinale Eugenio (...)
  • 17 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 5, f. 37-98 : minutes des demandes d’audience des membres de la (...)
  • 18 Laura Pettinaroli, « Pio XI e Michel d’Herbigny... », op. cit.
  • 19 Roberto Regoli, « Decisioni cardinalizie ed interventi papali : il caso della Congregazione degli A (...)
  • 20 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 2, fasc. 14, f. 71r (audience du 19.05.1930), f. 101r (audience du 18.01 (...)
  • 21 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 94, f. 80 : feuille d’audience, 09.06.1930, d’Herbigny.

9Sous Pie XI, plusieurs sources permettent de mieux approcher ces audiences : les fameux « fogli di udienze » du cardinal Pacelli avec Pie XI en cours d’édition16, le fonds de la « Prefettura della Casa Pontificia » qui enregistre chaque jour à partir de 1925 les audiences accordées par le pape. Pour ce qui concerne les affaires russes, les audiences ont laissé des traces archivistiques nombreuses et spécifiques : les liasses de demandes d’audience des responsables de la Commission17, mais surtout les « feuilles d’audience » dispersées dans les archives18. Ces dernières, relativement stéréotypées d’un point de vue formel, indiquent toujours a minima les propositions de la Commission sur l’affaire en question et la décision ex audientia Sanctissimi avec signature et date de l’audience. Ces documents permettent de suivre le parcours administratif de très nombreuses affaires et surtout d’observer le rôle personnel du pape, qui n’hésite pas à donner son avis et à intervenir dans le processus de décision19 , y compris sur des affaires d’importance apparemment secondaire (montant des honoraires de messes offerts aux prêtres de Russie20, abonnement à des publications21).

L’audience comme mode de gouvernement

  • 22 D’Herbigny explique ainsi à Mgr Baudrillart, recteur de l’Institut catholique de Paris, de passage (...)
  • 23 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 29, fasc. 188, f. 50r : feuille d’audience, 20.02.1929, d’Herbigny.

10Le gouvernement des affaires russes par le système des audiences a souvent été utilisé pour discréditer d’Herbigny (qui en aurait profité pour manipuler le pape22). Cependant, il apparaît également comme un moyen, pour le pontife, d’imposer sa vision personnelle des questions russes et d’entretenir un lien de proximité avec le clergé russe confronté à des situations tragiques et à un isolement du reste de l’Église. Par exemple, dans une audience de 1929, d’Herbigny lit une lettre de l’administrateur apostolique de Sibérie occidentale (Mgr Gronski) : le pape, très ému, décide de lui envoyer sa bénédiction et de l’argent, mais aussi de lui faire savoir « que le Saint-Père a voulu entendre tous les extraits de son rapport23 ». Le gouvernement de l’Église depuis Rome ne peut, en effet, se satisfaire de la manipulation des équilibres romains, mais doit en permanence conserver un lien avec le terrain.

S’imposer aux acteurs locaux : articuler Rome au monde

11L’échange avec les acteurs locaux « administrés » depuis Rome peut être abordé à deux niveaux : les relations habituelles, pour lesquelles les relations sont plutôt directes, et les situations exceptionnelles, dans lesquelles la Commission peut avoir recours à d’autres autorités.

Établir des relations régulières de confiance

  • 24 Consciente, malgré tout, du caractère disparate du clergé russe-catholique dans l’émigration, la Co (...)
  • 25 En décembre 1925, il propose ainsi un vaste plan d’action pour aider les catholiques de rite orient (...)
  • 26 Ce qui ne va pas sans causer de problèmes à la Commission pro Russia, Laura Pettinaroli, La Politiq (...)

12Le gouvernement habituel des administrés passe par des relations directes, dans lesquelles sont privilégiées l’information spontanée par la base et l’établissement de relations de confiance. Les situations sont malgré tout assez diversifiées en fonction du type d’administrés de la Pro Russia. Si les Russes de l’émigration et les organisations catholiques pour la Russie implantées en Occident (Séminaire Saint-Basile, Internat Saint-Georges) sont directement en contact avec la Commission qui assure une partie de leurs financements, leur donne des instructions, reçoit leurs bilans annuels24, les choses sont plus complexes pour les catholiques de Russie. Dans la première moitié des années 1920, plusieurs prêtres ou évêques exilés effectuent systématiquement l’interface avec le Saint-Siège. Le père Abrikosov, prêtre russe de rite oriental expulsé de Russie en 1922, transmet ainsi les informations envoyées par les catholiques de ce petit groupe et essaie d’intéresser le Saint-Siège, notamment les autorités de la Congrégation pour l’Église orientale, à la situation de ces fidèles25. Mgr de Ropp et Mgr Około-Kułak, également exilés au tournant des années 1920, jouent, de leur côté au moins jusqu’à la fin des années 1920 un rôle important de relais pour les fidèles de rite latin, qu’il s’agisse de la transmission d’informations de Russie ou de l’envoi d’aide sur place26. Cependant, à partir de 1926 et la mission d’Herbigny en Russie, le réseau qui devient le plus efficace (et de fait quasi exclusif dans les années 1930) est celui de Mgr Neveu, l’administrateur apostolique de Moscou : soutenu par les moyens de communication de l’ambassade de France et de la curie assomptionniste, Mgr Neveu s’adresse alors directement à Michel d’Herbigny et donc à la Pro Russia. Ce canal n’est remis en question que ponctuellement dans les années 1930 par les interventions de la diplomatie italienne puis par le départ de Neveu de Russie en 1936.

Les situations de crise : externaliser l’autorité pour obtenir l’obéissance

  • 27 Les évêques reçoivent la prière à Thérèse pour la Russie par les Acta Apostolicae Sedis (AAS, 1929  (...)
  • 28 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 8, f. 13-14 : Secrétaire d’État à Mgr Przeździecki, 07.05.1930  (...)

13Si, au quotidien, la Pro Russia gère elle-même, dans la proximité, ses relations avec la base, dans des situations conflictuelles, pour tenir cette base, elle n’hésite pas à prendre appui sur des autorités extérieures. Parmi ces autorités, on trouve la hiérarchie épiscopale en dehors de Russie (en 1930, elle passe ainsi par les évêques du monde entier pour diffuser la croisade de prière pour la Russie27) et le réseau diplomatique du Saint-Siège, notamment lorsque la hiérarchie locale pour une raison ou une autre fait défaut (c’est le cas en Pologne où la Secrétairerie d’État et le nonce doivent intervenir en 1930, alors que les évêques contestent la compétence de la Commission pour la Russie sur des œuvres et des personnes situées en Pologne28).

  • 29 Giuseppe Maria Croce (éd.), Cyrille Korolevskij, Kniga Bytija moego (Le livre de ma vie). Mémoires (...)
  • 30 ACO, PCPR, 22/28, fasc. 2, f. 11 : Commission pro Russia à Etcheverry, Rome, 31.01.1928.
  • 31 ACO, PCPR, 22/28, fasc. 3, f. 18 : Chaptal à Sincero, Paris, 14.06.1929 ; ibid., f. 19 : voto de d’ (...)
  • 32 ACO, PCPR, 22/28, fasc. 4, f. 13 : feuille d’audience, 06.03.1931, d’Herbigny.

14La Commission a également recours à d’autres autorités religieuses intermédiaires : c’est le cas dans l’épreuve de force avec les moines de l’Union d’Amay-sur-Meuse. Ce monastère belge a été fondé en 1925 après l’appel pour l’Union des Églises lancé par Pie XI l’année précédente aux bénédictins. À partir de 1927, dans un contexte de plus en plus tendu sur la question de l’Union, la surveillance se resserre autour du monastère et, en 1928, la Commission envoie sur place un visiteur apostolique en la personne du bénédictin d’origine basque de la Congrégation de Subiaco, dom Maur Etcheverry29. Sa mission consiste à la fois à restaurer la discipline dans ce couvent, mais surtout à russifier l’œuvre, qui envisageait jusqu’alors le problème de l’union de façon très large, intégrant notamment les relations avec les protestants30. Le fondateur, dom Beauduin, est alors éloigné, mais la pression sur le monastère est maintenue jusqu’en 193331 : en 1931, d’autres moines sont éloignés et la censure de la revue Irénikon est renforcée32. Au fil de ce processus, la Commission impose ainsi son autorité en s’appuyant sur l’ordre bénédictin qui délègue en permanence un visiteur sur place.

Utiliser les moyens de la Curie

  • 33 ASV, Segr. Stato, rub. 42A (1927), fasc. 1, notamment f. 150-151. Pour un exemple concret : ASV, Ar (...)
  • 34 Voir, par exemple, le rôle de cette enquête dans la réflexion sur l’organisation de l’action auprès (...)
  • 35 AA. EE. SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 475, f. 24 : circulaire de Pacelli à Mgr..., (...)
  • 36 Détails en AA. EE. SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 475, f. 28.
  • 37 La Commission demande même à la Secrétairerie d’État, en vue de ce travail supplémentaire, un renfo (...)

15Enfin, il convient de souligner que la Commission pro Russia profite également de son statut d’organe de la Curie pour renforcer sa propre expertise en bénéficiant du réseau mondial d’information offert par la diplomatie pontificale (nonces et délégués apostoliques). C’est le cas à l’occasion de deux grandes enquêtes qui servent de base de travail pour la Pro Russia. En 1927 tout d’abord, une enquête que l’on pourrait qualifier d’inaugurale est préparée par d’Herbigny et envoyée par le secrétaire d’État. Ce courrier signale à tous les représentants diplomatiques la création de la Pro Russia et demande que soit adressés à la Congrégation pour l’Église orientale un « rapport complet sur les questions de compétence de la Commission » et, à terme, régulièrement toutes les informations (non chiffrées) sur ces questions33. Les réponses obtenues du monde entier permettent à la Commission d’organiser son action (création de lieux de cultes, mise en place d’aide caritative34…). De nouveau en 1932, une grande enquête, cette fois sur « la propagande communiste35 », est lancée par la Secrétairerie d’État auprès de tous les nonces et délégués apostoliques36. Un questionnaire en neuf points vient guider les réponses et les résultats sont dépouillés par Michel d’Herbigny37, ce qui lui permettra par ailleurs d’enrichir son ouvrage Les “Sans Dieu” militants et la propagande mondiale du communisme (Paris, Fédération nationale catholique, 1933).

16Grâce à la qualité des documents conservés (dossiers sur le fonctionnement interne, feuilles d’audience), les archives de la Pro Russia nous introduisent à une histoire administrative de la Curie romaine. Au-delà cependant de l’étude de cas sur un organe curial, ces documents permettent de réfléchir aux modalités du gouvernement de l’Église depuis Rome. Les quatre niveaux repérés ici (définition des compétences, fonctionnement interne, accès au pontife et relations avec les administrés) peuvent certainement être interrogés avec profit pour de nombreux autres organes de la Curie, même si les deux, voire les trois, premiers niveaux font probablement l’objet de moins de réflexions dans le cas d’organes bien « installés ». En effet, pour un dicastère ancien, les choses sont plus clairement instituées, qu’il s’agisse des compétences, des pratiques de travail ou de l’accès au pontife réglé par les fameuses « udienze di tabella » (rendez-vous prédéterminés des chefs de dicastères avec le pape). Il reste cependant encore beaucoup à apprendre sur ces questions. De même, la réflexion sur le rapport avec les « administrés » constitue une étape à approfondir pour comprendre l’articulation de la Curie romaine avec les autres instances de gouvernement de l’Église (diocèses, ordres religieux). Malgré les décalages inévitables entre institutions curiales, le cas de la Pro Russia sous le pontificat de Pie XI est instructif et démontre la souplesse d’adaptation de la Curie à une situation politique nouvelle et à une urgence pastorale définies personnellement par le pontife. Le système des commissions permet de créer des variables d’ajustement dans un environnement institutionnel rigide. Par ailleurs, toutes les pratiques de gouvernement expérimentées dans le cadre de la Pro Russia (progressive éviction des cardinaux, accent mis sur l’expertise, préférence pour un mode de décision mobilisant peu de dirigeants et préservant le rôle du pape) sont également intéressantes et mériteraient d’être rapprochées d’autres initiatives prises au sein de la bureaucratie vaticane. La recherche future devrait donc articuler la poursuite des études de cas à des études plus globales et transversales afin de mieux comprendre le gouvernement de l’Église depuis le centre romain.

Notes

1 Laura Pettinaroli, « Le style de gouvernement. Une clé d’entrée dans le pontificat de Pie XI », dans Laura Pettinaroli (éd.), Le Gouvernement pontifical sous Pie XI. Pratiques romaines et gestion de l’universel, Rome, EFR, 2013, p. 1-22.

2 Cette contribution reprend pour l’essentiel des éléments déjà publiés par Laura Pettinaroli, « La Commission pro Russia. Une institution dans la curie de Pie XI (1925-1939) », dans Corinne Bonafoux, Matthieu Brejon de Lavergnée (éd.), Autour du fait religieux. Nouvelles recherches en histoire contemporaine, Paris, Beauchesne, 2013, p. 89-123 et « Pio XI e Michel d’Herbigny : analisi di una relazione al vertice della Chiesa alla luce del materiale delle udienze pontificie (1923-1939) », dans Alberto Guasco, Raffaella Perin (éd.), Pius XI : Keywords. International Conference Milan 2009, Berlin, LIT Verlag, 2010, p. 279-297. Voir également La Politique russe du Saint-Siège (1905-1939), thèse de doctorat en histoire, Université Lyon 2, 2008.

3 Acta Apostolicae Sedis [AAS], 1926 (18, N° 2), 01.02.1926, p. 62.

4 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 39-45 : liste de facultés.

5 Claude Prudhomme, Stratégie missionnaire du Saint-Siège sous Léon XIII (1878-1903). Centralisation romaine et défis culturels, Rome, EFR, 1994, p. 25-53.

6 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 29, fasc. 188, f. 10 et f. 21 : « Decretum Pontificiae Commissionis pro Russia », Rome, 12.04.1928 (CPR 201/28).

7 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 15 (rapport de Sincero, Rome, 14.07.1925) et f. 16 (présentation de ce rapport en audience du pape le 17 juillet).

8 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 37 : rapport de Sincero présenté en audience le 09.07.1927.

9 Frédéric Le Moigne, « Choisir des évêques pour la France. Le rôle des sessions de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (1925-1938) », dans Laura Pettinaroli (éd.), Le Gouvernement pontifical…, op. cit., p. 623-642 ; Roberto Regoli, « Il ruolo della Sacra Congregazione degli Affari ecclesiastici straordinari durante il pontificato di Pio XI », dans Cosimo Semeraro (éd.), La sollecitudine ecclesiale di Pio XI. Alla luce delle nuove fonti archivistiche, Cité du Vatican, Libreria Editrice Vaticana, 2010, p. 184- 229.

10 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 30 : feuille d’audience, d’Herbigny, 03.04.1927.

11 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 34-35 : Margotti à « Eminenza », Rome, 06.05.1927, CPR N° 977, trad. de l’italien.

12 Pour cette période de la seconde moitié des années 1920, on observe certaines similitudes avec le processus de condamnation de l’Action française : Jacques Prévotat, « La condamnation de l’Action française : étude du processus décisionnel », dans Laura Pettinaroli (éd.), Le Gouvernement pontifical…, op. cit., p. 519-533.

13 Le financement semble même avoir précédé l’institution. En effet, en 1924, au moment où la mission humanitaire vaticane doit quitter la Russie, la Secrétairerie d’État dispose encore de ressources à affecter à cette cause et la création de la Commission pro Russia au sein de la Congrégation pour l’Église orientale en 1925 semble répondre à une nécessité : utiliser de façon pertinente des ressources financières disponibles, Laura Pettinaroli, La Politique russe…, op. cit., p. 492-510.

14 Laura Pettinaroli, « La Commission pro Russia… », op. cit.

15 Laura Pettinaroli, « Mgr Michel d’Herbigny, parcours d’un prélat français dans la Curie romaine », dans Jacques Prévotat (éd.), Pie XI et la France. L’apport des archives du pontificat de Pie XI à la connaissance des rapports entre le Saint-Siège et la France, Rome, EFR, 2010, p. 103-131.

16 Sergio Pagano, Marcel Chappin, Giovanni Coco (a cura di), I fogli di udienza del cardinale Eugenio Pacelli segretario di Stato, Città del Vaticano, Archivio segreto Vaticano, 2010, XXV-590 p.

17 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 5, f. 37-98 : minutes des demandes d’audience des membres de la Commission, le plus souvent adressées à Mgr Camillo Caccia Dominioni (Maestro di Camera du pape) entre juillet 1930 et janvier 1935.

18 Laura Pettinaroli, « Pio XI e Michel d’Herbigny... », op. cit.

19 Roberto Regoli, « Decisioni cardinalizie ed interventi papali : il caso della Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari », dans Laura Pettinaroli (éd.), Le Gouvernement pontifical… op. cit., p. 481-501.

20 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 2, fasc. 14, f. 71r (audience du 19.05.1930), f. 101r (audience du 18.01.1932).

21 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 94, f. 80 : feuille d’audience, 09.06.1930, d’Herbigny.

22 D’Herbigny explique ainsi à Mgr Baudrillart, recteur de l’Institut catholique de Paris, de passage à Rome, « le moyen dont il se sert pour empêcher que le pape ne parle tout le temps, ou à peu près », Paul Christophe (éd.), Les Carnets du cardinal Alfred Baudrillart 13 février 1932-19 novembre 1935, Paris, Cerf, 2003, p. 465.

23 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 29, fasc. 188, f. 50r : feuille d’audience, 20.02.1929, d’Herbigny.

24 Consciente, malgré tout, du caractère disparate du clergé russe-catholique dans l’émigration, la Commission pro Russia entreprend une œuvre ambitieuse : la création ex nihilo d’un clergé dépendant uniquement d’elle, formé selon ses principes au séminaire Saint-Basile de Lille dans les années 1920, puis au séminaire romain du Russicum à partir de 1929.

25 En décembre 1925, il propose ainsi un vaste plan d’action pour aider les catholiques de rite oriental emprisonnés (AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 3b, fasc. 25, f. 19 sq).

26 Ce qui ne va pas sans causer de problèmes à la Commission pro Russia, Laura Pettinaroli, La Politique russe…, op. cit., p. 569-573.

27 Les évêques reçoivent la prière à Thérèse pour la Russie par les Acta Apostolicae Sedis (AAS, 1929 (21), p. 643) ainsi que le livret de la messe célébrée à Saint-Pierre le 19 mars (c’est du moins ce qui est prévu, cf. AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 84, f. 61 : note de Margotti, 13.02.1930).

28 AA. EE. SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 8, f. 13-14 : Secrétaire d’État à Mgr Przeździecki, 07.05.1930 (CPR 1484/30) ; f. 25-27 : d’Herbigny-Giobbe à Marmaggi, Vatican, 02.08.1930 (CPR 231/1929).

29 Giuseppe Maria Croce (éd.), Cyrille Korolevskij, Kniga Bytija moego (Le livre de ma vie). Mémoires autobiographiques, Cité du Vatican, Archives Secrètes Vaticanes, 2007, t. II, p. 69.

30 ACO, PCPR, 22/28, fasc. 2, f. 11 : Commission pro Russia à Etcheverry, Rome, 31.01.1928.

31 ACO, PCPR, 22/28, fasc. 3, f. 18 : Chaptal à Sincero, Paris, 14.06.1929 ; ibid., f. 19 : voto de d’Herbigny, 18.06.1929 ; Raymond Loonbeek, Jacques Mortiau, Un pionnier, dom Lambert Beauduin (1873-1960). Liturgie et unité des chrétiens, 2 vol., Louvain-la-Neuve, Collège Erasme, 2001.

32 ACO, PCPR, 22/28, fasc. 4, f. 13 : feuille d’audience, 06.03.1931, d’Herbigny.

33 ASV, Segr. Stato, rub. 42A (1927), fasc. 1, notamment f. 150-151. Pour un exemple concret : ASV, Arch. Nunz. Lettonia, b. 3, fasc. 8, f. 103 : Gasparri à Zecchini, Vaticano, 04.03.1927, Seg. Stato N° 60395 et f. 104-105 : questionnaire imprimé latin E Sacra Congregatione Pro Ecclesia Orientali Pro-Memoria Quaestiones de Russis aliisque Orientalibus dispersis.

34 Voir, par exemple, le rôle de cette enquête dans la réflexion sur l’organisation de l’action auprès des Russes en France dans ACO, PCPR, 11/28.

35 AA. EE. SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 475, f. 24 : circulaire de Pacelli à Mgr..., Vatican, 14.04.1932, Seg. St. 967/32. Voir aussi ASV, Arch. Nunz. Monaco, b. 422, fasc. 3, f. 104 : Pacelli à Vassallo di Torregrossa, Vatican, 14.04.1932, Seg. St. 967/32.

36 Détails en AA. EE. SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 475, f. 28.

37 La Commission demande même à la Secrétairerie d’État, en vue de ce travail supplémentaire, un renfort en personnel (ibid., f. 33 : Giobbe à Pizzardo, Vatican, 15.04.1932, CPR 58/1931).

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.frmollat.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search