Version classiqueVersion mobile

Gouverner l’Église catholique au xxe siècle. Perspectives de recherche

 | 
Christian Sorrel
, 
Bruno Dumons

Gouvernance diocésaine et dynamiques communautaires : le cas du diocèse de Rennes (2000-2013)

Vincent Herbinet

Texte intégral

  • 1 Danièle Hervieu-Léger, Le Pèlerin et le Converti, Paris, Flammarion, 2001, 290 p.
  • 2 Benoît Antheaume, Frédéric Giraut (dir.), Le Territoire est mort, vive les territoires, Paris, IRD (...)

1Il semble difficile de réduire et d’enfermer le catholique français sous plusieurs catégories d’analyse déterminées : le fidèle, « le pèlerin et le converti1 », le « recommençant », le « consommateur de sacrements », voire plus encore le « charismatique », le « traditionaliste ». En effet, il n’est pas aisé de prendre en compte toutes les formes d’adhésion et d’activité des catholiques et d’en apprécier le poids. Cependant, au-delà de l’aspect sociologique et social, la réforme des cadres territoriaux par l’évêque offre une partie visible de la transformation contemporaine du catholicisme, ce qui permet de mieux l’appréhender et de l’analyser. Aujourd’hui, dans un contexte de « fin de la France des clochers », de « catholicisme éclaté », d’« Église à la carte », l’enjeu de la gouvernance diocésaine pourrait bien être le « nous » des laïcs, des prêtres et de l’évêque, au service d’un projet commun, réaliser l’« ecclesia ». Il est donc pertinent de s’interroger sur le principe de participation et de collégialité au sein d’un diocèse, en l’occurrence celui de Rennes, Dol et Saint-Malo, et dans son unité territoriale la plus petite, la paroisse. Cela revient à porter l’attention sur l’organisation, la gestion, la distribution des pouvoirs au sein des territoires, sous l’égide de l’archevêque, Mgr Pierre d’Ornellas. Car avec la recomposition des territoires ecclésiaux, nous sommes clairement dans une dimension de gouvernance territoriale et de recompositions communautaires. En quasiment trente ans, les épisodes de morcèlement, de stabilité, de regroupement se sont succédés dans les diocèses. La continuité géographique et la mobilité ont remis en cause la rigidité de leurs contours2. Car si les anciennes paroisses ont pu survivre dans leurs dimensions territoriales et institutionnelles, leurs composantes communautaires se sont en revanche effritées ou ont changé de formes. Le territoire de l’Église locale s’est agrandi, alors que le nombre de ceux qui la composent s’est réduit. Comment dès lors modeler et gouverner un diocèse, marqué par des territoires mouvants dont les frontières sont remises en cause par la mobilité des pratiquants et l’aura de nouveaux pôles communautaires ? C’est dans ce contexte que l’évêque et sa curie œuvrent et arbitrent.

Le diocèse de Rennes : présentation socio-territoriale

  • 3 Francis Corvaisier, Les Abbés démocrates. Église et émancipation paysanne en Bretagne au début du x (...)

2Le diocèse de Rennes, identique dans sa superficie et ses frontières au département de l’Ille-et-Vilaine, était autrefois très rural. Rennes, ville-centre du diocèse, préfecture du département, regroupe 675 000 habitants avec sa grande agglomération. Trois autres villes (sous-préfectures) de taille inégale polarisent le territoire : Fougères (19 000 habitants), Saint-Malo (50 000 habitants) et Redon (10 000 habitants) ; des villes plutôt conservatrices, marquées par une forte présence agricole et agro-alimentaire (un des premiers bassins laitiers de France). Ce département a longtemps été une terre de chrétienté et de centre-droit, à l’image du terreau de démocratie chrétienne et de l’action des abbés démocrates (l’abbé Trochu, co-fondateur de Ouest-Éclair, l’abbé Mancel, figure pionnière de la pastorale en milieu agricole3, ou les abbés Bridel et Crublet). Puis, les années 1960 et 1970 ont connu de profondes mutations. Sur le plan économique, ce fut l’industrialisation de Rennes et de sa banlieue avec Citroën (devenu PSA en 1976), installé depuis 1961, qui est encore aujourd’hui le premier employeur privé de l’agglomération (5 600 salariés en 2013, 10 000 en 1999). Et, progressivement, ce fut la fin du modèle agricole et la montée du secteur tertiaire.

  • 4 Guide 2013 de l’Église catholique en France, Paris, Bayard-Cerf-Fleurus-Mame, 2013, 343 p.

3En 1964, Mgr Paul Gouyon entreprend une réforme des structures pastorales en créant onze zones apostoliques, avec la participation du chanoine Boulard. Plus récemment, entre 1995 et 2002, le diocèse de Rennes a pensé et mis en œuvre son « redéploiement paroissial », sous l’impulsion de Mgr Jacques Jullien puis de Mgr François Saint-Macary. Depuis le 1er janvier 2003, il se compose de 30 doyennés regroupant 80 paroisses. Dix ans après, on compte 310 prêtres et 37 diacres permanents incardinés dans le diocèse4. La grande réforme a liquidé les anciennes paroisses pour en créer de nouvelles aux noms associant une figure d’Église et un territoire (ville, village, quartier) : Saint-Luc de Rennes Villejean Beauregard, Sainte-Elisabeth de Rennes Blosne Poterie, Saint-Melaine aux carrefours pacéens, Notre-Dame d’Espérance au sud de Vitré.

Paroisses du diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo érigées en 2003 suite au redéploiement paroissial.

Paroisses du diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo érigées en 2003 suite au redéploiement paroissial.

Source : diocèse de Rennes

  • 5 Alphonse Borras, « La Paroisse et au-delà », Études, t. 402, juin 2005, p. 784.

4D’un point de vue territorial, le diocèse de Rennes est structuré selon des niveaux géographiques correspondant à des responsabilités ecclésiales (doyennés et paroisses), sous l’autorité de Mgr d’Ornellas. Selon le code de droit canonique de 1983, chaque paroisse fait partie de l’« Église particulière » (canon 369) qu’est le diocèse et se doit de vivre dans la communion diocésaine. Celui-ci définit aussi toute paroisse territoriale de la manière suivante (canon 515-1) : « La paroisse est la communauté précise de fidèles qui est constituée d’une manière stable dans l’Église particulière. » Et il stipule qu’« en règle générale, la paroisse sera territoriale, c’est-à-dire qu’elle comprendra tous les fidèles du territoire donné » (canon 518). La paroisse est donc à la fois un territoire et une communauté, ce qui est important pour saisir les enjeux de la gouvernance diocésaine. La paroisse est donc un « lieu pour tout, pour tous, et par tous5 ».

À la tête du diocèse

  • 6 L’institut Notre-Dame de Vie, de spiritualité carmélitaine, a créé en 1975 le studium Notre-Dame de (...)
  • 7 Décret sur le ministère et la vie des prêtres, n° 7.

5Par son parcours au sein de l’Institut Notre-Dame de Vie6, Mgr d’Ornellas est un évêque qu’on pourrait qualifier d’« intellectuel », porté sur les questions théologiques, morales et bioéthiques. Secrétaire du cardinal Lustiger de 1986 à 1991, évêque auxiliaire de Paris de 1997 à 2006, il est président du groupe de travail des évêques sur la bioéthique et donne de nombreuses conférences sur la question. Il est très marqué par sa formation initiale et son parcours. Même s’il demeure l’autorité du diocèse, il n’apparait plus aujourd’hui comme un prince de l’Église, qui correspondrait à l’époque de l’imposant et indiscutable « nihil sine episcopo ». Car aujourd’hui, en raison de l’éparpillement des communautés, de la raréfaction des prêtres et de la baisse de la pratique religieuse, il y a des enjeux autour du contrôle et du pouvoir de l’évêque. Celui-ci, s’il ne veut pas s’isoler, devra déléguer a minima ses nombreuses charges, dans le cadre de ce qu’on appelle « l’ecclésiologie de communion » ou « la spiritualité de communion », mises en avant par le concile Vatican II. En effet, le ministère pastoral diocésain demande, aujourd’hui plus que jamais, la coopération des prêtres et donc leur union aux évêques, en raison de la complexité et de l’ampleur de la mission. « L’union des prêtres avec les évêques est une exigence particulière de notre temps. À l’époque actuelle, bien des raisons font que les initiatives apostoliques doivent non seulement prendre des formes multiples, mais encore dépasser les limites d’une paroisse ou d’un diocèse7. » Pour mener à bien sa mission, l’évêque s’appuie sur le collège des prêtres et des diacres et s’entoure de différents conseils :

  • Le Conseil épiscopal : dans le diocèse de Rennes, il est formé de l’évêque, de son évêque auxiliaire, Mgr Nicolas Souchu, d’un vicaire général (Henri Chesnel), de trois vicaires épiscopaux et de l’économe diocésain. Il se réunit toutes les semaines pour faire le point sur la vie du diocèse. Mgr Souchu, évêque auxiliaire, est le collaborateur le plus proche de l’évêque. Il exerce une fonction générale qui lui demande des qualités de polyvalence afin d’assurer au mieux la promotion de la politique épiscopale et la coordination des services de la curie. Sa mission recoupe celle du vicaire général. Le diocèse de Rennes n’a pas eu d’évêque auxiliaire de 1984 à 2008. Auparavant, l’évêque de Rennes restait beaucoup plus dans son diocèse, contrairement à Mgr d’Ornellas qui a une envergure nationale, par sa charge au sein de la Conférence des évêques de France.
  • le « Conseil épiscopal élargi8 » créé en 2004 par Mgr Saint-Macary est composé d’une dizaine de délégués diocésains, laïcs et religieux, représentant la diversité des mouvements et des services responsables de la pastorale des jeunes (catéchèse, aumôneries), des familles, des migrants, de la solidarité, de la santé, de la communication, du tourisme, des pèlerinages, mais aussi de la liturgie, des sacrements, du catéchuménat.
  • Le Conseil pour les affaires économiques : autour de l’évêque et de l’économe diocésain, il administre les finances et les biens du diocèse. Il est composé de laïcs et de clercs qualifiés. Il établit le budget, approuve les comptes et contrôle les finances. Il gère le parc immobilier, source de dépenses importantes (entretien, réfections, impôts). Dans le diocèse de Rennes, environ 5 % de la globalité des recettes du diocèse, y compris celles émanant des paroisses, est attribué à l’entretien et aux réparations des bâtiments et des églises. Aussi, ce conseil est maître d’œuvre pour les campagnes du Denier de l’Église. Instrument d’action légal, conforme à l’accord de 1924 entre la République française et le Saint-Siège, l’association diocésaine de Rennes, placée sous la présidence de l’évêque, a pour mission de subvenir aux frais et à l’entretien du culte, mais non à l’exercice du culte, ce qui lui permet d’échapper au cadre statutaire associatif, et donc d’assurer sa propre organisation hiérarchique. Elle est composée de l’évêque, d’administrateurs, d’un trésorier et d’un secrétaire. Par la présidence de cette association, l’évêque a toutes les qualités pour prendre les décisions concernant les biens du diocèse.
  • Enfin, le Conseil presbytéral réunit les représentants de l’ensemble des prêtres du diocèse. Il permet à Mgr d’Ornellas d’avoir une photographie de la situation du clergé dans son diocèse. Il est un lieu d’expression propre au presbyterium, régi par les canons 495 à 502 du code de 1983. Bien que consultatif, son avis est important dans la prise de décision épiscopale, même si l’on se demande comment un groupe, se réunissant deux fois trois jours dans une année, peut vraiment infléchir une politique ecclésiale.
  • 9 Benjamin Coste, « Prêtres et managers : entretien avec Jean-Luc Joly », Famille chrétienne, n° 1745 (...)

6En un siècle, la gouvernance du diocèse de Rennes a donc profondément évolué, surtout avec les transformations ecclésiologiques et canoniques opérées par le concile Vatican II, puis avec la rédaction du nouveau code de droit canonique en 1983. Il est de plus en plus difficile à l’évêque d’exercer seul sa charge gouvernementale. Cependant, il est important de souligner que Mgr d’Ornellas dispose personnellement et pleinement du pouvoir de gouvernement dans son diocèse, et que les instances évoquées précédemment ne participent à ce gouvernement que par délégation. Même si cette consultation est incontournable dans certains cas, l’évêque est libre dans ses décisions. Il ne faut donc pas voir dans la place accordée à la participation des laïcs au sein du diocèse l’instauration d’un gouvernement à caractère « démocratique ». Cependant, cette montée en puissance de la délégation et de l’expertise transforme le métier d’évêque. Peut-être faudrait-il parler dès lors d’évêque planificateur, gestionnaire, aménageur, coordinateur, diplomate, négociateur. Il est un dirigeant « pater et pastor » qui doit œuvrer avec des collaborateurs aux tâches multiples et différentes, en insufflant un esprit de cohésion et de mission, même s’il est souvent répété que « l’Église ne fonctionne pas comme une entreprise9 ».

Gouvernance des hommes, gouvernance des territoires

7Concept avant tout politique, la gouvernance est aussi territoriale à travers l’organisation de la maille diocésaine et paroissiale. Après vingt-cinq ans d’aménagements diocésains et paroissiaux sous la menace de la retraite des curés de plus de soixante-quinze ans, la recomposition du diocèse s’est imposée à nouveau à Mgr d’Ornellas pour accompagner une population encore plus détachée du catholicisme et des prêtres accablés de multiples charges pastorales. L’annuaire diocésain détaille tout particulièrement les nombreuses charges du clergé et le choix des coupes territoriales. Les objectifs sont communs : mieux desservir les paroisses, gérer l’espace, dynamiser les offices et les communautés, rassembler les fidèles. Plusieurs problématiques communautaires s’imposent donc au gouvernement de l’évêque : la place des prêtres, des diacres, des laïcs, salariés ou non, engagés ou non, des communautés religieuses, des communautés nouvelles… Le territoire du diocèse de Rennes se caractérise par l’implantation de nombreuses communautés polymorphes, insérées ou non au sein des paroisses. Il peut s’agir d’unités de vie où sont regroupés des mouvements de laïcs type Action catholique, des congrégations (dominicains, eudistes), des communautés du Renouveau (Emmanuel, Béatitudes), des traditionalistes reconnus par Rome (Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre), des traditionalistes en rupture avec Rome (Fraternité Saint-Pie X, sédévacantistes), etc. Qu’en est-il des relations entre l’évêque et ces communautés ? Quelles répercussions la présence de ces communautés a-telle sur l’unité du diocèse ?

8Dans le diocèse de Rennes, comme ailleurs en France, il semble que ces relations dépendent de facteurs divers : leur nombre, leur origine (venues de leur propre chef ou appelées par l’évêque), leur mission (service diocésain ou animation extérieure), leur communication (capacité de dialogue avec l’évêque). La principale question qui se pose en fait est celle de leur insertion apostolique. En effet, il peut exister dans les communautés des pratiques assez différentes de celles du diocèse concernant notamment la collaboration entre prêtres et laïcs, entre personnes consacrées et laïcs, avec les laïcs déjà présents et engagés dans la paroisse avant leur arrivée. L’exemple de la paroisse de Dinard est assez explicite. En 2011, le nouveau curé, membre de la communauté de l’Emmanuel, a été nommé par Mgr d’Ornellas pour dynamiser la pastorale de la Côte d’Émeraude. En effet, le nord-ouest du diocèse, autour de Saint-Malo, est très fréquenté par les familles pratiquantes rennaises et parisiennes. Il semblait judicieux de faire appel à une communauté qui pourrait répondre à la demande. Cependant, la transition avec les paroissiens locaux n’ayant pas été assurée, des contestations ont vu le jour et le jeune prêtre a dû quitter ses fonctions un an plus tard. Un administrateur, et non un curé, fut nommé à sa place en 2012, le temps de mettre en place un espace d’échanges et de concertation avec l’ensemble des paroissiens. Avec cet exemple, il est à remarquer que l’implantation d’une nouvelle communauté dans un diocèse doit être préparée par un dialogue sérieux et précis concernant les conditions, non seulement pastorales mais aussi matérielles, de cette implantation.

  • 10 Gérard Delteil, Paul Keller, L’Église disséminée : itinérance et enracinement, Paris, Cerf, 1995, p (...)

9« Éparpillement géographique, dislocation sociale, dissémination spirituelle : ces trois aspects interfèrent10 . » Ils se distinguent, mais se superposent sur un même territoire. Ensemble, ils signalent la complexité de ce phénomène de dissémination qui œuvre à plusieurs niveaux, dans la société et dans l’Église locale. Naguère, la conception universaliste de l’Église catholique proposait un modèle d’organisation standardisé qui s’adressait de façon identique à tous les fidèles avec un tissu dense et serré, une position dominante vis-à-vis de la société civile. Aujourd’hui, la donne est différente en raison du contexte de sécularisation, du caractère pluriel des communautés chrétiennes, de leur éparpillement et de la fluidité des pratiques de foi. C’est pourquoi, en 2013, l’évêque du diocèse de Rennes a mis un terme au quadrillage paroissial pour axer la pastorale et les services aux populations à partir de lieux centraux de chaque doyenné (équivalent du canton) avec pour objectif de fédérer les communautés et les territoires autour de « Pôles eucharistiques rayonnants » ou d’espaces de rassemblements diocésains identifiés.

Les « Pôles eucharistiques rayonnants »

  • 11 Mgr Souchu, entretien avec l’auteur, 25 avril 2013.
  • 12 « La paroisse Saint-Armel sur la Toile », Ouest-France (édition de Rennes-sud), 26 novembre 2011.

10Ce concept, original dans sa dénomination, mais pas nouveau dans sa mise en œuvre, a été proposé en 2010 par Mgr d’Ornellas. Il allie la dimension géographique (pôle), la source de la vie chrétienne (l’eucharistie) et la volonté de ne pas rester dans son pré carré (rayonnant). L’Église locale s’organise plus précisément en fonction des doyennés (ou cantons), voire des communautés de communes, souvent constituées d’un bourg central autour duquel se trouvent de petites communes. Pour l’évêque, il semble important dans cette approche de mutualiser les forces et de renforcer les lieux, car, comme le dit Mgr Souchu, « dans l’avenir, nous ne pourrons pas tenir si nous ne faisons rien11 ». Le Pôle eucharistique rayonnant est considéré comme le lieu qui, au sein d’une paroisse (ou de plusieurs), constitue le centre naturel vers lequel la vie converge en raison du nombre des habitants, des services publics, des équipements, des établissements scolaires et des activités diverses qui y sont proposées. Le premier « Pôle » opérationnel doté d’une organisation a vu le jour à Bruz (au sud de Rennes), où le curé de la paroisse (Saint-Armel), le père Hervé Huet, est responsable diocésain du suivi du « projet Pôles eucharistiques rayonnants ». En mars 2012, de gros investissements ont eu lieu avec la construction d’une maison moderne commune pour les prêtres, un bureau pour les permanences et pour le service de comptabilité, un atelier de reprographie. Une application numérique a même vu le jour pour l’envoi quotidien des informations paroissiales sur les téléphones mobiles des fidèles de la paroisse12.

  • 13 Alphonse Borras, Paroisses et ministères : métamorphoses du paysage paroissial et avenir de la miss (...)

11Le choix de Mgr d’Ornellas de focaliser la pastorale à partir de ces pôles centraux illustre la volonté de trouver des facteurs de stabilité et d’éviter l’éparpillement. En effet, les territoires d’Église au sein du diocèse sont « constitués d’une manière stable ». Cette stabilité est garantie par l’autorité diocésaine, et donc l’évêque. Dans l’Église comme dans la société, le défi semble être le même, celui de passer d’une « logique de guichet », où les administrés (les fidèles) viennent consommer, à une « logique de projet13 », où l’on apprend à devenir partenaires (frères et sœurs dans l’Église) dans une mission commune et plus communautaire. Mais cette reconnaissance officielle doit être accompagnée d’autres « facteurs stabilisants ». Un facteur essentiel consiste dans la pertinence de la délimitation géographique et organisationnelle. Les organismes pastoraux (Équipes pastorales paroissiales, Équipes-relais…) doivent être judicieusement choisis et implantés. Les nominations des agents pastoraux (prêtres, diacres, coordinateurs en pastorale, catéchistes) doivent être faites avec discernement en vue d’assurer la vitalité, donc la stabilité, des communautés de paroisses et du Pôle eucharistique rayonnant. Tel est le défi de la gouvernance de l’évêque de Rennes. Cependant, on peut se demander à cet égard si le remodelage des paroisses du diocèse de Rennes ne fait pas preuve d’un certain angélisme en ne regardant pas en face la faiblesse et la précarité de la situation ecclésiale. Il y a un certain décalage entre le discours et la réalité. Ici réside le paradoxe de la gouvernance diocésaine : l’évêque cherche à créer des paroisses-communautés obligatoirement stables, alors même que la communauté représente le changement, la décomposition, la recomposition permanente face à un territoire qui, lui, répond par son bornage.

  • 14 Benjamin Keltz, « Édition spéciale : le nouveau visage des cathos en Ille-et-Vilaine », L’Express, (...)

12Pour conclure sur les Pôles eucharistiques rayonnants, il s’agit encore en 2013 de dispositifs pilotes. Trois ans après son lancement, le dispositif n’a pas été évalué par les statistiques en raison du peu de retours du terrain. Comme l’indique le père Huet, « il faut faire le deuil de l’Église d’antan et accepter qu’elle soit désormais minoritaire. Nous devons innover pour rebondir14 ». C’est pourquoi l’évêque et son auxiliaire privilégient aussi d’autres stratégies d’approches pastorales plus lisibles et plus visibles, peut-être plus faciles à évaluer, avec la mise en place de pôles de rassemblement ecclésial.

Les grands rassemblements : une spécificité du diocèse

13Si nous insistons tout particulièrement ici sur la notion de « visibilité », c’est que nous voulons articuler étroitement les versants sociaux, sociologiques et spatiaux. Aujourd’hui, dans notre contemporanéité, n’existe vraiment que ce qui se voit et s’affiche. Ce constat notoire souligne que la visibilité d’une communauté participe activement à sa reconnaissance. Les grands rassemblements du diocèse de Rennes visent à capter l’intérêt des jeunes chrétiens qui recherchent des moments festifs type JMJ, où ils peuvent extérioriser leur relation à Dieu. Dans le cadre de l’« Année de l’Esprit saint », en mai 2007 et en mai 2012, Mgr d’Ornellas et ses équipes ont réussi à rendre visible l’Église locale, en organisant une journée de célébrations au stade de la route de Lorient, fief de l’équipe de football de Rennes. Deux fois, le diocèse de Rennes a réuni environ 25 000 personnes. Une campagne de communication très décalée, aux couleurs « rouge et noir » du Stade rennais, a offert un autre visage de l’Église réunie en un lieu central pour un grand rassemblement.

  • 15 « Keriadenn, le village des jeunes catholiques », Ouest-France, édition de Saint-Malo, 3 avril 2013

14Dans la même optique, Mgr d’Ornellas a voulu mettre en place un grand espace de rassemblement diocésain, ouvert toute l’année, pouvant accueillir des rassemblements ecclésiaux de plus de 1 500 personnes, en particulier pour les jeunes. Ainsi, le diocèse de Rennes s’est doté d’un lieu appelé « Keriadenn ». Un terrain de quatre hectares à Paramé, près de Saint-Malo, a été entièrement aménagé à cet effet. Deux années de transformations et de travaux ont permis ainsi de faire vivre des temps forts diocésains (3 000 collégiens en mai et juin 2013 ou encore 1 500 jeunes en juillet 201315). Les grands moments de rassemblements, impactant un lieu centralisateur, sont typiques du diocèse de Rennes. Ils illustrent le caractère fédérateur des grands rassemblements qui brassent plusieurs communautés d’Église (jeunes, membres de l’Action catholique, mouvements divers, groupes du Renouveau, retraités, scouts). Cependant, il faut noter le caractère exceptionnel et ponctuel de ces événements qui nécessitent une grande logistique, et qui interpellent sur la question du « après, comment rejoindre les gens, et en particulier les jeunes ».

Les communautés attractives impactant l’espace vécu et parcouru du diocèse

  • 16 « La “génération JP2”, c’est quoi ? », Le Parisien, 30 avril 2011.

15Au sein du diocèse de Rennes, la mobilité et la volatilité accrues de certains pratiquants ont affaibli la fréquentation de proximité des paroisses, notamment en zone rurale et semi-rurale. Même si certains catholiques pratiquants, plutôt vieillissants, demeurent attachés à des liens de proximité représentés par le bâtiment de l’église et l’existence d’une communauté locale, ou parce qu’ils sont peu mobiles, d’autres sont plus volatiles et « zappent » d’une paroisse à l’autre selon leurs préférences ou leurs choix sélectifs. Ils privilégient des lieux et des réseaux affinitaires qui échappent aux territoires paroissiaux de proximité, mais qui esquissent d’autres types d’organisation communautaire. En particulier, des individus, plus jeunes, fortement socialisés dans le christianisme par leur famille et ou par la fréquentation d’institutions catholiques (écoles, scoutisme, groupes de prière), sont les acteurs premiers de ces mutations spatiales et communautaires. Ces éléments, âgés le plus souvent de vingt à quarante-cinq ans, sont issus des « générations » Jean-Paul II et Benoît XVI16. Seuls, en couple ou en famille, leurs lieux de fréquentation s’imposent par le choix et la solennité de la liturgie, la personnalité et le charisme du curé, les propositions de foi pour les familles, la formation, etc.

16Dans le diocèse de Rennes, des églises sont confiées aux eudistes (paroisse Saint-Germain à Rennes), aux dominicains (paroisse Saint-Augustin à Rennes), à la communauté de l’Emmanuel (paroisse Saint-Hélier à Rennes, paroisse Notre-Dame à Dinard), aux prêtres traditionalistes de l’Institut du Christ-Roi (chapelle Saint-François). Les jeunes font l’objet d’attentions particulières de ces pôles affinitaires : prise en charge par tranches d’âges (des enfants aux jeunes professionnels), organisation de rassemblements festifs, temps d’adoration perpétuelle, formations à la doctrine sociale de l’Église, parcours « recommençant », groupe « chrétiens divorcés-remariés ». Avec des pasteurs issus des communautés nouvelles ou tout simplement avec des prêtres diocésains s’en inspirant, ces nouveaux pôles d’Église ont une « offre de services » attractive, clairement visible et parfois ostentatoire pour le clergé plus ancien.

Dynamiques communautaires et offres spirituelles dans le diocèse de Rennes

Dynamiques communautaires et offres spirituelles dans le diocèse de Rennes

17Face à cette polarisation de la pratique de foi, qui se révèle plutôt urbaine, les contraintes de la réalité et la logique même du processus de remodelage paroissial pourraient amener inévitablement, un jour ou l’autre, à admettre la possibilité de « diagonale aride du catholicisme » dans le sud du diocèse, notamment en zone rurale, de lieux sans référence paroissiale vivante, où la prise en charge pastorale pourrait s’opérer autrement. Avec la concentration d’une grande partie de la jeunesse engagée, et donc de l’Église de demain, présente en zone urbaine et périurbaine, il est pertinent de se demander s’il ne conviendrait pas d’articuler davantage le remodelage des paroisses avec les mouvements, les nouvelles communautés, la vie religieuse, les sanctuaires, qui pourraient être plus directement connectés à la mission. Mais il est notable que certains mouvements ecclésiaux ont été tenus à l’écart du mouvement de remodelage des paroisses. Il semble y avoir eu là vraisemblablement une erreur de stratégie. Il est essentiel en effet de rappeler que les communautés paroissiales ne constituent pas l’unique composante du visage du diocèse. C’est pourquoi la gouvernance d’un diocèse implique une vision globale fédératrice et consensuelle de l’évêque sur les territoires et les communautés. Mais ceci ne peut se faire sans tensions.

Les luttes de pouvoir intra-ecclésiales à arbitrer

  • 17 Le service de formation des laïcs du diocèse de Rennes, confié à un dominicain, propose des enseign (...)
  • 18 Bruno Duriez, « Clercs, nouveaux clercs et laïcs. Fonctions, statuts et autorité dans l’Église cath (...)

18Il n’est pas sans importance de rappeler que la plupart des laïcs, dans leur vie chrétienne et le témoignage de leur foi, ne sont pas délégués de l’évêque, ni mandatés par lui. Ce qui les qualifie avant tout, c’est leur baptême. Ils n’ont pas d’obligation d’obéissance. L’évêque a donc un rôle d’unification et de négociation qui doit être repérable. Par ailleurs, confronté à la baisse drastique du nombre de ses prêtres, mais aussi aux exigences de participation dans le gouvernement de l’Église locale (prêtres et laïcs), l’évêque a répondu le plus souvent en ouvrant un centre diocésain de formation théologique17 à des laïcs de plus en plus nombreux et en recourant plus fréquemment à l’ordination de diacres, qui peuvent être des hommes mariés. Bruno Duriez analyse bien comment les diacres, ainsi que les laïcs en mission ecclésiale, font exploser le couple traditionnel clerc/laïc : « La multiplication des catégories met en question les représentations doctrinales des fonctions18 » et brouille les repères statutaires. Le rapprochement entre les clercs et les laïcs au sein des instances de coordination peut donc conduire à un affaiblissement des différences des statuts ecclésiaux.

  • 19 Service Communication du diocèse de Rennes, 2013.
  • 20 Delphine de Mallevoue, « Ces enterrements célébrés par des laïcs », Le Figaro, 1er novembre 2008.
  • 21 Joseph Doré, Maurice Vidal, Des ministres pour l’Église, Paris, Centurion-Cerf-Fleurus-Mame, 2001, (...)

19En 2012, par exemple, dans le diocèse de Rennes, ont été recensés 1 046 mariages et 5 695 obsèques19. La délivrance de sacrements ou d’actes religieux à grande échelle demande un investissement notable des laïcs, en termes de préparation, d’animation pastorale et de suivi des familles. Pour la célébration des obsèques, la présidence de la cérémonie est majoritairement assurée par des laïcs mandatés par l’évêque20. Le prêtre catholique tend donc à se séculariser, à devenir un homme parmi les autres qui, dans les communautés ecclésiales, anime, écoute et modère plus qu’il ne dirige. Il est évident que cette perte de pouvoir du clerc, au-delà de sa mission sacramentelle, engendre un exercice de l’autorité faisant davantage place à la participation21 et impliquant beaucoup plus les laïcs, au premier rang desquels des femmes. Il y a en ce sens une certaine décléricalisation du prêtre catholique.

  • 22 Benjamin Keltz, « Édition spéciale… », art. cit.

20En ce qui concerne les mouvements et les nouvelles communautés, ils sont présentés par certains laïcs et religieux comme une source de problèmes. Dans la hiérarchie catholique, le contraste a été saisissant entre l’accueil bienveillant assuré par le pape Paul VI en 1975 et la méfiance de l’épiscopat français. Au moins jusqu’au rapport Marcus de 1982 (Le Renouveau : quelle mission pour l’évêque ?), ce dernier émet de grandes réserves par rapport au « renouveau charismatique » et aux nouvelles fondations religieuses et sacerdotales, en lien avec un malaise dû à certaines démonstrations émotionnelles et au vécu communautaire, mais aussi à une option en faveur des mouvements d’Action catholique spécialisée. Enfin, la formation philosophique et théologique, plus classique, voire thomiste (avec la Communauté Saint-Jean par exemple), reçue par les prêtres des communautés nouvelles, leur habit distinctif ou encore le retour à certaines pratiques (adoration du Saint-Sacrement, processions, chapelets communautaires) peuvent expliquer les frictions avec les prêtres séculiers plus anciens. En effet, dans le diocèse de Rennes, « le clergé vit un véritable conflit de génération. Les prêtres les plus expérimentés d’Ille-et-Vilaine reprochent à leurs jeunes homologues de tenir des positions trop conservatrices et traditionalistes pour réussir le renouveau de l’Église22 ». Pourtant, depuis 1996, le choix s’est porté sur de jeunes prêtres pour la nomination des évêques. De nombreux évêques, proches des nouvelles communautés - d’Ornellas (Institut Notre-Dame de Vie), Rey, de Kerimel et Le Saux (Emmanuel), Rivière (Fraternités monastiques de Jérusalem), Aillet (communauté Saint-Martin) - ou non (Percerou, Wintzer, Scherrer, de Germay, Brouwet), ont entre quarante-trois et cinquante-quatre ans lors de leur nomination. Ces évêques, de par leur âge, ont été moins impliqués que leurs aînés dans le processus et l’interprétation du concile Vatican II. Ils ont moins de scrupules à accueillir ces communautés plus récentes qui viennent renforcer leur diocèse en prêtres et en laïcs engagés, d’autant plus que le nombre de leurs vocations sacerdotales et religieuses n’est pas négligeable.

  • 23 Laurent Villemin, « La paroisse, les diocèses et les nouveaux mouvements », Études, t. 405, décembr (...)
  • 24 Mgr Dominique Rey, « Mouvements ecclésiaux et communautés nouvelles, espérances et défis », Documen (...)

21Force est de constater que, si la situation a beaucoup changé depuis une vingtaine d’années, des questions cruciales subsistent pour l’Église : « La créativité dans le domaine pastoral serait-elle en effet réservée aux nouveaux mouvements, alors que la pastorale traditionnelle se limiterait à de la reproduction réalisée par des équipes liturgiques d’âge certain23 ? » L’enjeu demeure de ne pas laisser croire qu’existent deux types de vie religieuse ou d’apostolat des laïcs. Se pose donc pour l’évêque la question de l’insertion des mouvements et des communautés dans la territorialité diocésaine et dans la pastorale locale. En effet, par sa fonction, il ne peut se résoudre à « faire courir le risque d’une juxtaposition de paroisses désertées et de centres spirituels attirant un public affinitaire24».

Les demandes des fidèles « traditionalistes »

  • 25 Émile Poulat, « La querelle de l’intégrisme en France », Social Compass, vol. 32, n° 4, 1985, p. 34 (...)

22Dans un diocèse marqué au début du xxe siècle par l’influence de l’Action française, un terreau conservateur et contre-révolutionnaire, porté par des communautés à forte identité, a perduré jusqu’à aujourd’hui. Il s’est cristallisé autour du refus de la mise en œuvre des textes du concile Vatican II et des aménagements liturgiques. On le retrouve sous le vocable de « traditionalistes », voire celui, plus péjoratif, d’« intégristes ». Comme le dit avec humour l’historien et sociologue Émile Poulat, « on n’est jamais que l’intégriste d’un autre25 ». Étant un courant plus qu’un mouvement, minoritaire dans l’Église mais visible, issu de multiples « chapelles » reconnues ou non par Rome, le traditionalisme n’a pas de contours bien définis : c’est ce qui explique la difficulté de donner des chiffres précis. Trois grands courants traditionalistes sont présents et actifs dans les diocèses de France : ceux qui se réclament du motu proprio Ecclesia Dei, ralliés à Rome à partir de 1988, quand Mgr Marcel Lefebvre a sacré quatre évêques contre le gré du pape. Ils gravitent autour de la Fraternité Saint-Pierre, l’Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre et de quelques monastères comme Sainte-Madeleine du Barroux, Fongombault et Sainte-Marie de Lagrasse ; les lefebvristes (Fraternité Saint-Pie X), séparés de Rome, déclarés « schismatiques », donc sans lien avec les évêques diocésains ; et les sédévacantistes (de l’expression latine sede vacante, « le trône de saint Pierre étant vacant ») qui affirment que, depuis 1958 (mort de Pie XII), le siège de Pierre est vacant et que les papes qui se sont succédé depuis ne sont que des « imposteurs ».

  • 26 « Étude statistique sur le nombre de fidèles traditionalistes dans les diocèses français », Oremus, (...)

23Cette mouvance compte en France environ trois cents lieux de messe, quatre cents prêtres, cent vingt séminaristes (soit 16 % des séminaristes français, qui sont moins de 750 en 2012), ainsi qu’un large maillage d’écoles hors contrat26. Cette nébuleuse est composée aussi de mouvements de scoutisme (Europa scouts, scouts de Riaumont), de groupes de jeunes familles (Domus Christiani, Groupes de foyers), de jeunes (Missio, chapitres du Pèlerinage de Chartres, « Jeunes Pro », manécanteries). Créé en 1983, le pèlerinage de Pentecôte en communion avec Rome, entre Paris et Chartres, rassemble chaque année plus de dix mille pèlerins. Il semble donc clair que les traditionalistes constituent une composante non négligeable de l’Église en France, même si celle-ci se situe pour certains en marge de l’Église romaine, donc de l’autorité des évêques.

  • 27 Gwenaël Ristofoli, chapelain de Saint-François, entretien avec l’auteur, 27 avril 2013.

24Dans le diocèse de Rennes, la forme extraordinaire du rite romain autorisée par Rome n’est célébrée que dans un seul lieu de culte, la chapelle Saint-François de Rennes. C’est en 1988, en application d’Ecclesia Dei, que la chapelle Saint-François a ouvert ses portes aux fidèles attachés à la forme extraordinaire du rite romain. Longtemps desservie par des prêtres diocésains (le père Perrero en particulier), ce lieu de culte a été confié à l’Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre, société de vie apostolique, à la demande de Mgr Saint-Macary. Malgré ses deux messes dominicales, la chapelle Saint-François est souvent « trop petite pour accueillir la demande et de nombreux fidèles assistent à la messe debout, faute de places suffisantes27 ». Si les relations avec Mgr Saint-Macary étaient empreintes de prudence mutuelle et de tolérance, de graves tensions ont eu lieu avec Mgr d’Ornellas, à l’image du refus en 2007 de célébrer les confirmations à la chapelle Saint-François dans la forme extraordinaire du rite romain, de sorte que les familles sont allées trouver les évêques voisins. Ces tensions ont ostracisé à l’époque cette communauté, pourtant reconnue par Rome, et entraîné le départ du chanoine Trézières, qui était son pasteur.

25Selon l’abbé Cristofoli, qui a remplacé l’abbé Trézières, trois cents hosties sont distribuées à la chapelle Saint-François chaque dimanche. Il semblerait que le nombre de communions soit identique, à la fois chez les lefebvristes et les sédévacantistes, ce qui illustre dans le diocèse de Rennes la fréquentation des chapelles de ces fidèles séparés de Rome. Dans la périphérie de Rennes, l’école Sainte-Philomène, créée à l’initiative des parents et animée spirituellement par l’Institut du Christ-Roi, accueille cent vingt-cinq enfants de la moyenne section à la 5e. De leur côté, une bonne partie des lefebvristes scolarise ses enfants à l’école Sainte-Marie de Saint-Père, près de Saint-Malo, avec le projet de créer un autre établissement à Rennes pour les enfants des fidèles fréquentant la chapelle Saint-Pierre et Saint-Paul.

26Contrairement à leurs aînés qui tendent à avoir une vision assez exclusive de la pastorale, il semble que les jeunes prêtres traditionalistes et diocésains s’invitent et échangent régulièrement sans complexes. Les relations entre l’abbé Cristofoli, prêtre de l’Institut du Christ-Roi, sont clémentes avec la hiérarchie épiscopale, à l’image de sa participation à une émission de la radio diocésaine RCF Alpha le 6 septembre 2010. Enfin, les confirmations ont été à nouveau célébrées en 2013 par Mgr d’Ornellas à la chapelle Saint-François, après plusieurs années de refus.

  • 28 Cité par Tugdual Denis, « Religion : il était une foi la Bretagne ? », www.bretons-mag.com, 1er ma (...)

27Ainsi, pour Yvon Tranvouez, « deux types de “paroisses” résistent mieux que les classiques messes des curés diocésains : les communautés progressistes dites charismatiques […], type communauté de l’Emmanuel avec des célébrations festives. Ou, à l’inverse, les communautés plus traditionnelles avec chants en latin. Seules les choses marquées auraient la cote : la tradition ou l’émotion, voilà les deux mots porteurs aujourd’hui […]. Ce n’est pas à l’église de son village que l’on va, mais à sa paroisse affinitaire28 ». D’autant plus que certains fidèles n’hésitent pas à jongler entre les différents lieux de culte, à suivre la messe en rite extraordinaire et à se rendre à des célébrations en rite dit de Paul VI. Dans le centre-ville de Rennes, l’itinérance entre l’église Saint-Hélier (Emmanuel) et la chapelle Saint-François (traditionalistes) est avérée et est même organisée sans complexes par certains.

28Les pratiques religieuses, la perte d’influence de l’Église sur la société locale, la raréfaction du clergé et la sécularisation impliquent aujourd’hui de nouvelles dynamiques à l’échelle diocésaine et paroissiale, notamment avec la polarisation de communautés visibles et hétérogènes. D’où la tâche ardue de l’évêque et de son équipe pour cerner ces enjeux. Nous pouvons donc dire que le paysage diocésain et paroissial se situe en tension, entre différents objectifs pastoraux, différents modèles territoriaux (parfois en concurrence), communautaires et identitaires, qui ont tous leur justification, mais aussi entre l’importance d’avoir des communautés vivantes, ce qui suppose un certain regroupement des forces vives, et la nécessité de garder une présence de proximité, notamment pour répondre aux sollicitations des chrétiens peu engagés dans la vie ecclésiale. La situation de demain sera inconfortable, elle intègrera de nouveaux schémas de restructuration basés sur les territoires et les communautés ecclésiales en mouvement : l’arbitrage de l’évêque devra donc jouer sur cette dynamique.

Notes

1 Danièle Hervieu-Léger, Le Pèlerin et le Converti, Paris, Flammarion, 2001, 290 p.

2 Benoît Antheaume, Frédéric Giraut (dir.), Le Territoire est mort, vive les territoires, Paris, IRD Éditions, 2005, 384 p.

3 Francis Corvaisier, Les Abbés démocrates. Église et émancipation paysanne en Bretagne au début du xxe siècle, Rennes, Éditions Apogée, 2003, 384 p.

4 Guide 2013 de l’Église catholique en France, Paris, Bayard-Cerf-Fleurus-Mame, 2013, 343 p.

5 Alphonse Borras, « La Paroisse et au-delà », Études, t. 402, juin 2005, p. 784.

6 L’institut Notre-Dame de Vie, de spiritualité carmélitaine, a créé en 1975 le studium Notre-Dame de Vie pour les études théologiques de laïcs et de prêtres. Ce centre de formation, à la fois faculté de théologie et séminaire, est en lien étroit avec le studium de l’École cathédrale à Paris, que Mgr Pierre d’Ornellas a lui-même dirigé.

7 Décret sur le ministère et la vie des prêtres, n° 7.

8 « Conseil épiscopal élargi : un premier bilan après sept rencontres », Église en Ille-et-Vilaine, n° 95, 29 mai 2006.

9 Benjamin Coste, « Prêtres et managers : entretien avec Jean-Luc Joly », Famille chrétienne, n° 1745, 25 juillet 2011, p. 8-13.

10 Gérard Delteil, Paul Keller, L’Église disséminée : itinérance et enracinement, Paris, Cerf, 1995, p. 77-78.

11 Mgr Souchu, entretien avec l’auteur, 25 avril 2013.

12 « La paroisse Saint-Armel sur la Toile », Ouest-France (édition de Rennes-sud), 26 novembre 2011.

13 Alphonse Borras, Paroisses et ministères : métamorphoses du paysage paroissial et avenir de la mission, Paris, Éditions MediasPaul, 2002, p. 123.

14 Benjamin Keltz, « Édition spéciale : le nouveau visage des cathos en Ille-et-Vilaine », L’Express, n° 3258, 11 décembre 2013.

15 « Keriadenn, le village des jeunes catholiques », Ouest-France, édition de Saint-Malo, 3 avril 2013.

16 « La “génération JP2”, c’est quoi ? », Le Parisien, 30 avril 2011.

17 Le service de formation des laïcs du diocèse de Rennes, confié à un dominicain, propose des enseignements et des cours au sein de l’Institut de formation théologique et le suivi d’une formation à la pastorale paroissiale appelée « Saint-Matthieu ».

18 Bruno Duriez, « Clercs, nouveaux clercs et laïcs. Fonctions, statuts et autorité dans l’Église catholique en France », dans Martine Cohen, Jean Joncheray, Pierre-Jean Luizard (dir.), Les Transformations de l’autorité religieuse, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 113.

19 Service Communication du diocèse de Rennes, 2013.

20 Delphine de Mallevoue, « Ces enterrements célébrés par des laïcs », Le Figaro, 1er novembre 2008.

21 Joseph Doré, Maurice Vidal, Des ministres pour l’Église, Paris, Centurion-Cerf-Fleurus-Mame, 2001, 272 p.

22 Benjamin Keltz, « Édition spéciale… », art. cit.

23 Laurent Villemin, « La paroisse, les diocèses et les nouveaux mouvements », Études, t. 405, décembre 2006, p. 635-646.

24 Mgr Dominique Rey, « Mouvements ecclésiaux et communautés nouvelles, espérances et défis », Documents Épiscopat, n° 12, 2008.

25 Émile Poulat, « La querelle de l’intégrisme en France », Social Compass, vol. 32, n° 4, 1985, p. 345.

26 « Étude statistique sur le nombre de fidèles traditionalistes dans les diocèses français », Oremus, 2007, 21 p.

27 Gwenaël Ristofoli, chapelain de Saint-François, entretien avec l’auteur, 27 avril 2013.

28 Cité par Tugdual Denis, « Religion : il était une foi la Bretagne ? », www.bretons-mag.com, 1er mai 2009.

Table des illustrations

Titre Paroisses du diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo érigées en 2003 suite au redéploiement paroissial.
Crédits Source : diocèse de Rennes
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/4426/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Dynamiques communautaires et offres spirituelles dans le diocèse de Rennes
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/4426/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

Auteur

Doctorant en histoire des religions Université de Lyon (LARHRA - RESEA)

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.frmollat.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search