Version classiqueVersion mobile

Gouverner l’Église catholique au xxe siècle. Perspectives de recherche

 | 
Christian Sorrel
, 
Bruno Dumons

Gouvernement de l’Église de France et gestion de l’événement : la matrice conciliaire (1959-1966)

Christian Sorrel

Texte intégral

  • 1 Christian Sorrel, « À l’heure du concile. Les débuts de la Conférence épiscopale française », dans (...)
  • 2 Hervé Legrand et al. (dir.), Les Conférences épiscopales. Théologie, statut canonique, avenir, Pari (...)
  • 3 Christian Sorrel, « Les journaux conciliaires des évêques français. Premier bilan d’une recherche » (...)
  • 4 Frédéric Lemoigne, Christian Sorrel « Les évêques français et le concile Vatican II », dans Anuario (...)

1La naissance de la Conférence épiscopale française en 1964 est directement liée au concile Vatican II qui redéfinit le ministère épiscopal autour de la sacramentalité et de la collégialité et donne un rôle et des pouvoirs aux conférences épiscopales, instances officieuses créées à partir du milieu du xixe siècle1. Si le fait a été souvent étudié sous l’angle théologique et canonique, notamment à l’occasion de la remise en cause du statut des conférences par la curie romaine dans la décennie 1980, il n’en est pas de même sous l’angle historique2. L’accès à de nouveaux fonds d’archives, en particulier les journaux conciliaires des évêques, permet de réévaluer le processus dans la perspective d’une analyse du moment conciliaire de l’épiscopat national3. Celui-ci passe en quelques mois de la gestion de l’événement, à laquelle il semble peu préparé, à un gouvernement de l’Église de France selon des modalités inédites qui transforment l’héritage de l’Assemblée des cardinaux et archevêques, mise en place en 1919, et des assemblées plénières, autorisées par Rome à partir de 19514.

L’impératif conciliaire

  • 5 Le cardinal demande le report des élections pour permettre, par l’intermédiaire des conférences, un (...)

2L’ouverture du concile Vatican II est marquée par un paradoxe apparent du point de vue de l’épiscopat français. Alors que l’intervention le 13 octobre 1962 du cardinal Liénart, évêque de Lille et membre du conseil de présidence de l’assemblée, en faveur du report des élections aux commissions conciliaires, a pu donner l’impression d’un épiscopat national rangé en ordre de bataille, ce que les titres de la grande presse soulignent à l’envi, il se révèle en fait peu organisé pour la gestion de l’événement conciliaire5.

  • 6 Séverine Blenner-Michel, « L’Assemblée des cardinaux et archevêques (1919-1964) », dans Frédéric Le(...)
  • 7 La Documentation catholique, n° 1431, 6 septembre 1964 (rapport de Mgr Garrone sur la création de l (...)

3L’Assemblée des cardinaux et archevêques (ACA) n’a joué qu’un rôle limité dans la période préparatoire et les dix-neuf évêques français membres des commissions romaines ad hoc ont siégé surtout à titre personnel. Voulue par Rome après la Grande Guerre pour régler des questions urgentes sans convoquer des assemblées plénières, associées aux mauvais souvenirs de la Séparation, elle ne possède pas de statut canonique et exerce une autorité morale avant tout6. La situation a sans doute évolué au cours de la décennie 1950 avec la création des commissions et l’autorisation des assemblées plénières, convoquées tous les trois ans, mais sans automaticité ni pouvoir contraignant. Celle de 1960 a cependant amplifié la coordination en révisant la liste des commissions, en instituant des régions apostoliques en marge des anciennes provinces ecclésiastiques, inadaptées aux dynamiques territoriales, et en consolidant les services centraux, au risque de la bureaucratisation. Mais le processus reste inachevé, freiné par l’absence de « structure d’action commune » pérenne notée par Mgr Garrone, archevêque de Toulouse, comme par « l’individualisme des évêques » souligné par Mgr Mouisset, évêque de Nice : « Chacun, instinctivement, se refuse à regarder plus loin que les limites de son diocèse, à la fois par manque de vues générales et pour conserver son indépendance […]. Les résultats restent très maigres, malgré d’énormes dépenses d’efforts7. »

  • 8 Frédéric Le Moigne, Christian Sorrel, « Les cardinaux résidentiels français et Rome durant la pério (...)
  • 9 Archives de l’Institut catholique de Paris [AICP], journal de Mgr Blanchet, 13 octobre 1962 et 10 n (...)
  • 10 Ibid., 26 septembre 1964. La modération du cardinal Lefebvre peut aussi énerver de jeunes évêques c (...)
  • 11 Antonino Indelicato, Difendere la dottrina o annunciare l’evangelo. Il dibattito nella Commissione (...)
  • 12 Christian Sorrel, « Un acteur important du concile Vatican II : Mgr Garrone, archevêque de Toulouse (...)

4Cette situation découle pour une large part de la nature même de l’ACA, instance hiérarchique qui se renouvelle lentement et souffre du vieillissement de ses membres. Le fait est patent pour les six cardinaux résidentiels français en fonction en 1962, qui ont tous atteint la soixante-dixième année8. Si le prestige des plus anciens promus est réel, leur activité se ralentit, à un moindre degré pour Liénart, plus rapidement pour Gerlier (Lyon), dont le recteur de l’Institut catholique de Paris Blanchet évoque la « sénilité » et la « déchéance physique9 », Feltin (Paris) et Roques (Rennes). Quant aux cardinaux de Jean XXIII, si Lefebvre (Bourges) est respecté comme une figure de conciliation depuis le rapport doctrinal prudent qu’il a présenté devant l’assemblée plénière de 1957, Richaud (Bordeaux) ne « paraît pas jouir d’un très grand prestige dans l’épiscopat », à en croire Mgr Blanchet10. L’effacement de plusieurs autres archevêques, aussi âgés, est également sensible, mais il faut noter l’affirmation en contrepoint de personnalités nées au début du siècle. Les uns sont en charge de diocèses, de Provenchères (Aix-en-Provence), Marty (Reims) ou Garrone, actif au sein de l’ACA dans la décennie 1950 aux côtés du secrétaire Guerry (Cambrai) et responsable de l’assemblée plénière de 1960. Les autres assistent les cardinaux sur des sièges importants, Veuillot à Paris et Villot à Lyon. Tous siègent dans des commissions conciliaires préparatoires, alors que seuls deux cardinaux en sont membres (Liénart et, tardivement, Richaud11). Ils peuvent ainsi mesurer les enjeux de la future assemblée et ce n’est pas un hasard s’ils réagissent négativement devant les schémas préparatoires, plus juridiques que pastoraux, communiqués dans l’été 1962 et si Mgr Garrone est le promoteur de la démarche qui conduit à l’initiative Liénart du 13 octobre, reflet des questions d’une partie de l’épiscopat français (et au-delà), sans être aucunement son expression collective12.

  • 13 AICP, journal de Mgr Blanchet, 10 octobre 1962.
  • 14 AD Tours, journal de Mgr Ferrand, 12 octobre 1962.
  • 15 AD Arras, journal de Mgr Parenty, 12 octobre 1962 ; AD Reims, journal de Mgr Béjot, 12 octobre 1962 (...)
  • 16 AD Châlons, journal de Mgr Piérard, 15 octobre 1962.

5Le report de l’élection des commissions au 16 octobre impose la mise en place d’une action coordonnée entre les épiscopats, mais aussi dans l’épiscopat français pour sélectionner les candidats. La démarche est amorcée en fait dès le 12 octobre, sur la suggestion de Mgr Veuillot et de Mgr Blanchet qui ont proposé une réunion à Saint-Louis des Français au lendemain de la cérémonie d’ouverture13. Dirigée par Liénart, qui préside l’ACA au titre de plus ancien cardinal résidentiel, elle est « un peu confuse14 », d’autant qu’elle est ouverte aux évêques missionnaires français, en poste ou retirés. « On veut à la fois ne présenter personne et cependant savoir qui aurait chance de réunir le plus de suffrages », écrit Mgr Parenty, auxiliaire d’Arras. « Les évêques se connaissent mal. Les qualifications sont parfois ignorées », ajoute Mgr Béjot, auxiliaire de Reims, qui confirme le jugement de Mgr Ferrand, archevêque de Tours : « Il y a une totale ignorance chez les évêques qui envoient à l’apostolat des laïcs l’homme du cinéma ! Mais le plus malheureux, c’est de voir disparaître de nos listes des hommes “polyvalents” qui sont fort remarquables et qui étaient nommés “en second” partout15 . » La situation reste confuse trois jours plus tard, malgré les directives résultant des échanges avec les autres épiscopats européens : « La réunion à Saint-Louis des Français est bruyante, indisciplinée ! Nous sommes deux cents avec les évêques originaires de France et les religieux », note Mgr Piérard, évêque de Châlons. Et il faut un après-midi de travail au Séminaire français pour décanter la situation : « Nous nous partageons en cinq groupes avec un archevêque et nous étudions chaque groupe deux commissions […]. À 18 heures, nous mettons notre travail en commun16. »

  • 17 Ibid., 24 octobre 1962.
  • 18 Des évêques informent le Père Congar qu’il « ne dirige rien » et « passe le temps des réunions à re (...)
  • 19 AD Tours, journal de Mgr Ferrand, 25 octobre 1962.
  • 20 Archives des Petites Sœurs des maternités catholiques [APSMC], Bourgoin-Jallieu, journal de Mgr Gue (...)

6Cette expérience initiale incite les évêques français à définir quelques règles de travail en différenciant les rencontres réservées à l’épiscopat national et les séances ouvertes à d’autres participants17. Les premières ont pour but d’informer les évêques et d’élaborer leur stratégie, sous la présidence du cardinal Feltin qui remplace le cardinal Liénart, pris par les obligations du conseil de présidence, mais qui apparaît peu intéressé18. Les secondes entendent éclairer les enjeux des schémas en faisant appel à des experts, invités à proposer un recyclage indispensable à beaucoup. « Bien des évêques étaient un peu “choqués” ; qu’ont-ils lu en exégèse depuis un demi-siècle ? », remarque Mgr Ferrand après l’intervention du Père Léon-Dufour sur les Évangiles de l’enfance19. De son côté, Mgr Guerry se félicite du « grand et souvent difficile effort de travail intellectuel » qu’il s’est imposé « depuis des années pour mieux remplir [sa] mission doctrinale » en constatant l’inquiétude du cardinal Liénart - il n’est pas le seul - « de se voir engagé dans des exposés doctrinaux20. »

  • 21 Archives historiques de l’Archevêché de Paris [AHAP], Papiers conciliaires de Mgr Veuillot, 1 D 16/ (...)
  • 22 Yves Congar, op. cit., p. 217-218 ; AD Châlons, journal de Mgr Piérard, 10 novembre 1962. Mgr Pourc (...)
  • 23 APSMC, journal de Mgr Guerry, réflexions de fin de session.
  • 24 AHAP, 1 D 16/24, note non datée.

7Dans ce contexte, Mgr Garrone, élu à la commission doctrinale, joue un rôle central pour définir le programme des réunions, au sein d’un petit comité dont il est difficile de savoir s’il a vraiment fonctionné et dont les membres sont issus de cinq résidences (Feltin, Garrone, Veuillot, de Provenchères, Lallier, archevêque de Marseille). Le Séminaire français accueille plus du tiers des évêques et constitue l’épicentre de l’action conciliaire avec la présence du secrétariat de l’ACA, mais les autres évêques se répartissent dans une quinzaine de maisons selon le passé scolaire ou les affinités géographiques et personnelles (Sainte-Marthe, Procure de Saint-Sulpice, Saint-Louis des Français, etc.) et sont invités à choisir un délégué pour assurer les contacts, en lien avec Mgr Etchegaray, directeur du secrétariat pastoral21 . Début novembre, la nouvelle organisation paraît pourtant toujours insuffisante à une partie des évêques et des periti et Mgr Marty prend alors l’initiative de proposer la création d’ateliers de travail dont le bilan reste modeste au terme de la première session22. Ils sont constitués sur la base du volontariat et n’empêchent pas les Pères qui n’y participent pas de s’exprimer devant l’aula, souvent envahie par la parole française. L’investissement collectif est en retrait par rapport aux groupes d’élection comme le suggère Mgr Guerry en évoquant sa proximité, héritée des années d’études romaines, avec Mgr Garrone et Mgr Ancel, auxiliaire de Lyon : « Tous les trois, nous avons beaucoup pensé, travaillé, nous contrôlant les uns les autres pour nos interventions, nos recherches, nous aidant à vivre dans le Christ et à porter ensemble nos responsabilités d’Église23. » Mais il note aussi l’élargissement qu’offre la « vie en commun » d’une quarantaine d’évêques et l’on peut en relever les fruits dans d’autres résidences comme la Retraite du Sacré-Cœur d’Angers, dont les hôtes demandent le remplacement du cardinal Feltin par Mgr Garrone pour animer leurs réunions hebdomadaires24, ou Saint-Thomas de Villeneuve qui accueille plusieurs évêques de l’Est de la France.

  • 25 Ibid., circulaire de Mgr Garrone, 11 décembre 1962.
  • 26 AD Châlons, Papiers Piérard, 2e session, circulaire du secrétaire général de l’épiscopat, 4 septemb (...)
  • 27 AICP, journal de Mgr Le Cordier, 28 septembre 1963 ; AD Arras, journal de Mgr Parenty, 28 septembre (...)
  • 28 AD Rennes, Papiers Gouyon, 1 D 133, comptes rendus du CREF, septembre-octobre 1963.
  • 29 AICP, Papiers Le Cordier, note sans date.

8L’intersession contribue à renforcer le processus, même si le plan de travail personnel et collectif proposé par l’archevêque de Toulouse dans le cadre des régions apostoliques est inégalement réalisé25. Et le 28 septembre 1963, les cardinaux convoquent une assemblée générale pour réviser les structures de travail à la veille de la seconde session26. Ils déclinent toute charge pour eux-mêmes et s’en remettent à l’élection pour former un Comité de réunion de l’épiscopat français (CREF) qui compte huit membres, trois archevêques (Marty, de Provenchères et Gouyon, coadjuteur de Rennes) et cinq évêques (Ancel, Elchinger, coadjuteur de Strasbourg, Guyot, évêque de Coutances, Le Cordier, auxiliaire de Paris, et Maziers, auxiliaire de Lyon) et porte à sa tête l’archevêque de Reims27. Mgr Garrone, pris par la commission doctrinale et les tâches au sein de l’ACA, reste en retrait, mais est invité, comme Mgr Guerry et Mgr Martin, archevêque de Rouen, à se joindre aux membres du CREF résidant au Séminaire français en cas de question urgente. Une répartition précise des tâches est définie avec l’aide des secrétaires de l’épiscopat qui jouent le rôle de secrétaires conciliaires (Gouet, Etchegaray, Streiff, Haubtmann) : coordination pour les congrégations générales (interventions, modi, votes, etc.), ateliers sur les schémas en discussion, conférences doctrinales, relations avec les épiscopats étrangers, les régions apostoliques, les laïcs, les observateurs ou la presse28. Le dispositif, dont Mgr Le Cordier indique, pour ménager les susceptibilités, qu’il concilie « la responsabilité personnelle de chaque évêque et la nécessité d’un travail collégial29 », est reconduit à l’identique en 1964 et 1965. Mais en 1965, Mgr Marty, engagé dans la rédaction du schéma sur le ministère des prêtres, cède la présidence à Mgr Gouyon.

  • 30 AD Nice, journal de Mgr Mouisset, 26 septembre 1964 et 25 septembre 1965 ; AD Tours, journal de Mgr (...)
  • 31 Yves Congar, op. cit., t. 1, p. 176, 193, 325 et 528-529 ; t. 2, p. 53-56, 191 et 439.

9Le CREF donne sans doute plus de cohérence à l’action de l’épiscopat français dont les membres apprennent à se connaître et à travailler ensemble au long des sessions. Il ne parvient pourtant pas à gommer toute forme d’individualisme, comme le montrent la déception de Mgr Mouisset face aux ateliers et la permanence, stigmatisée par Mgr Ferrand, des « interventions insignifiantes et hors de propos » dans l’aula30. Il ne réussit pas non plus à éliminer l’impression de défaut de stratégie ou de tactique ressentie par des experts qui comparent le corps épiscopal français et ses homologues belge et allemand, également ancrés dans la majorité conciliaire sans vraie dissidence31. Avec ces limites, il n’en est pas moins le lieu d’une expérience d’animation collégiale qui confirme ou fait émerger des personnalités et permet la création de la Conférence épiscopale française, rendue urgente par l’application des premiers textes votés et les tensions dans les diocèses français.

Une création dans l’urgence

  • 32 Centre national des Archives de l’Église de France [CNAEF], 1 CE 50, procès-verbaux de l’ACA, 13-15 (...)
  • 33 AICP, journal de Mgr Blanchet, 5 novembre 1963 ; AD Châlons, journal de Mgr Piérard, 6-7 novembre 1 (...)
  • 34 CNAEF, 9 CE 19, secrétariat général de l’épiscopat, assemblée plénière, 30 novembre- 2 décembre 196 (...)
  • 35 AICP, journal de Mgr Blanchet, 2 décembre 1963 ; journal de Mgr Le Cordier, 2 décembre 1963.

10Le processus institutionnel est en effet amorcé durant la première intersession avec un exposé de Mgr Marty devant l’ACA en mars 196332. L’étape décisive est franchie au cours de la seconde session, en novembre 1963, avec la création d’un comité d’études sur les « conditions d’aménagement des structures de travail en commun » dont la désignation montre la résistance du principe hiérarchique (l’ACA coopte ses représentants, Marty, Garrone et Veuillot) face au principe électif (les évêques votent dans le cadre des neuf régions apostoliques) : « Je m’étonne ingénument de cette différence dans le mode de nomination, et la discussion se fait vive [lors d’un repas à Saint-Louis], Mgr Veuillot défendant l’ACA », raconte Mgr Blanchet33. Mgr Garrone, qui préside le comité, soumet un rapport préliminaire à l’Assemblée plénière de l’épiscopat - la première depuis 1960 - réunie à Rome même les 30 novembre et 2 décembre : il insiste sur la « grâce du concile », avec ses « échanges fraternels sans conventions », mais ne cache pas la probabilité de « lendemains lourds de problèmes34 ». La séance du 2 décembre en administre d’ailleurs la preuve autour de la mise en œuvre de la constitution sur la liturgie lors d’une discussion que Mgr Blanchet juge « confuse, désordonnée », mal dirigée par le cardinal Liénart, qui « se contente d’un mot, de temps en temps, avec un sourire ». « Nombreux découvrent avec stupéfaction ce qu’ils ont voté. Beaucoup ne se sentent pas engagés par un vote […]. Certains semblent tout remettre en question, même les lectures en français », ajoute Mgr Le Cordier35.

  • 36 Pour plus de précisions, voir Christian Sorrel, « À l’heure du Concile… », op. cit., p. 336-337.

11Le comité d’études se retrouve à Paris le 18 février 1964 pour examiner les réponses au questionnaire soumis aux évêques et dessiner la nouvelle architecture institutionnelle. Huit jours plus tard, l’ACA se réunit pour la soixante-dix-huitième et dernière fois afin de discuter le projet sous la direction de Mgr Villot. Les 18 et 19 mai, alors que les textes conciliaires sur l’Église et le ministère épiscopal ne sont pas prêts, une nouvelle assemblée plénière donne naissance à la Conférence épiscopale française (CEF), avec ses piliers, l’assemblée plénière et le conseil permanent, tous deux liés au conseil des cardinaux, dont la création tente de résorber la tension entre la hiérarchie des honneurs due au choix du pape et la hiérarchie des mandats résultant du vote. Celui-ci est en effet censé « présider » la première, en déléguant l’un des siens, tandis que le second la « dirige36 ». Dans le même mouvement, l’assemblée élit le conseil permanent et désigne le vice-président, en l’occurrence Mgr Garrone, qui préside le bureau permanent de cinq membres (Garrone, Veuillot, Lallier, Guyot, Puech, évêque de Carcassonne) choisis parmi les élus des régions et les présidents des commissions, héritées de l’ACA, auxquels s’adjoignent l’archevêque de Paris et le délégué du conseil des cardinaux (il peut s’agir du même homme) : le pouvoir bascule vers la génération qui s’est affirmée avec le CREF.

  • 37 AD Chambéry, compte rendu de l’assemblée plénière de l’épiscopat français, 1964 ; AICP, journal de (...)
  • 38 AD Chambéry, compte rendu de l’assemblée plénière extraordinaire de l’épiscopat français, 31 mai 19 (...)

12La définition des organes d’exécution et la délimitation de leurs pouvoirs se poursuit au cours de la troisième session qui permet la convocation d’une nouvelle assemblée plénière, répartie sur les journées des 26 septembre, 10 octobre et 8 novembre 1964. Après avoir confirmé pour trois ans, par 92 voix sur 105 votants, le vice-président choisi provisoirement en mai par 79 voix sur 106 votants, elle aborde la question des secrétariats, commissions et comités. Mais elle achoppe sur la dualité entre le secrétariat général et le secrétariat pastoral, créé en 1960. S’il s’agit d’abord d’une question de personnes, compte tenu de la tension entre les titulaires, Mgr Gouet et Mgr Etchegaray, l’enjeu est aussi institutionnel. Mgr Veuillot, chargé du rapport, est d’avis de « confier directement au secrétaire général de l’épiscopat les questions de pastorale, qui pour nous sont majeures ». La majorité, qui craint la concentration excessive du pouvoir dans les mains d’un seul homme (Mgr Collini, coadjuteur d’Ajaccio, parle d’un « führer » à Mgr Le Cordier), rejette le dispositif le 26 septembre par 61 voix sur 97 votants dans « un brouhaha général et même un sauve-qui-peut37 ». Aucune solution n’est trouvée le 10 octobre suivant et la situation, figée dans les statuts, n’est débloquée qu’en mai 1966 à la suite de la démission de Mgr Gouet et de l’élection unanime de Mgr Etchegaray au secrétariat général (107 voix sur 108) : le secrétariat pastoral disparaît de fait, au moment où les statuts de la CEF, étudiés fin 1965 et révisés début 1966 pour tenir compte des remarques de la Congrégation consistoriale et des règles du décret Christus Dominus, sont adoptés par une assemblée plénière extraordinaire puis transmis à Rome38.

  • 39 AICP, journal de Mgr Le Cordier, 26 septembre 1964.
  • 40 AD Chambéry, compte rendu de l’assemblée plénière de l’épiscopat français, 1964.
  • 41 AD Nice, journal de Mgr Mouisset, 27 septembre 1965.
  • 42 AD Châlons, journal de Mgr Piérard, 10 octobre et 8 novembre 1965.

13Les institutions de la CEF ne constituent pas le seul dossier traité par l’assemblée plénière de 1964 au milieu des enjeux complexes d’une session conciliaire intense, voire dramatique. La question liturgique, « menée vigoureusement » par Mgr Boudon, évêque de Mende et président de la commission spécialisée39, inquiète toujours l’épiscopat qui discute des traductions, de l’autorité de ses ordonnances collectives et des dates d’entrée en vigueur : « Mgr Veuillot manifeste une certaine appréhension devant l’obligation faite à l’assemblée de prendre, dans des délais aussi brefs, des décisions aussi lourdes de conséquences et qui exigeraient, en outre, une préparation pastorale attentive dans chaque diocèse40 . »« Ce n’est pas ordonné, dirigé », regrette Mgr Blanchet, qui déplore toujours l’attitude du cardinal Liénart, le 26 septembre. « Nos archevêques en pointe […] font trop de choses pour les faire bien. Mais qui le leur fera comprendre ? », s’énerve Mgr Mouisset41. « Cette journée a été plus indisciplinée que celle du 26 septembre. Que d’explications qui ont plus obscurci qu’éclairé ! », écrit Mgr Piérard le 10 octobre, avant d’être rassuré par la séance du 8 novembre : « Nous avons écouté, réfléchi, approuvé, résolu ensemble », conclut-il42.

  • 43 Mgr Marty écrit à Mgr Garrone : « [Ils] sont peu enclins à soutenir des décisions qu’ils connaissen (...)
  • 44 Mgr Blanchet est irrité par l’attitude de Mgr Boudon : « Il liquide […] les objections de la Région (...)
  • 45 AICP, journal de Mgr Blanchet, 23 novembre 1965. Mgr Gouyon, suivi par les évêques de l’Ouest, mène (...)

14Les difficultés se renouvellent à l’automne 1965 après un début d’année marqué par le malaise des catholiques traditionnels, l’agitation intégriste, la crise de la JEC, le blâme adressé à Témoignage chrétien à propos du dialogue avec les marxistes, les remous autour des propos de Mgr Pailler, coadjuteur de Rouen, sur le risque de schisme et les critiques de certains évêques visant l’« autoritarisme » du conseil permanent, et peut-être d’abord de Mgr Veuillot, en première ligne dans les dossiers les plus médiatisés43. L’assemblée plénière, éclatée en plusieurs demi-journées, poursuit l’étude des questions liturgiques, avec notamment la traduction œcuménique du Pater, que Mgr Boudon pousse fortement44. Elle s’intéresse longuement aux difficultés du clergé, déjà évoquées l’année précédente, et se divise à propos du projet de déclaration sur l’éducation préparée par Mgr Veuillot, au nom de la commission du monde scolaire, entre enjeux nationaux liés à la mise en œuvre de la loi Debré et finalisation du texte de Vatican II sur le sujet45.

  • 46 AD Chambéry, compte rendu de l’assemblée plénière extraordinaire de l’épiscopat français, 31 mai 19 (...)
  • 47 Paul VI reconnaît qu’il n’est pas « populaire », Archives nationales, Papiers Brouillet, compte ren (...)
  • 48 On peut regretter l’impossibilité pour les historiens de consulter les carnets conciliaires de Mgr (...)
  • 49 En 1969, Mgr Marty est le premier président élu de la CEF par 100 voix sur 116 votants. Sur la sign (...)

15La période conciliaire de la CEF prend vraiment fin avec l’assemblée plénière extraordinaire du 31 mai 1966, convoquée pour ratifier les statuts révisés et surtout remplacer Mgr Garrone, appelé à Rome par le pape Paul VI comme pro-préfet de la Congrégation des séminaires et universités. En l’absence de candidatures officielles, le scrutin se focalise sur deux hommes, Mgr Puech et Mgr Marty, tous deux membres du conseil permanent, le premier depuis mai 1964, le second depuis septembre 1964, en remplacement de Mgr Lallier46. Ils sont en tête dès le premier tour (26 et 21 voix), suivis de Mgr Renard (17), qui rallie les conservateurs alertés par les dérives doctrinales, et Mgr Gouyon (16), qui a guidé le CREF en dernier et su s’opposer avec calme, à propos de la déclaration sur l’éducation, à Mgr Veuillot (5), disqualifié par son tempérament autoritaire47. Le second tour confirme la hiérarchie (36, 37, 18, 16) et la situation se bloque à partir du troisième, qui voit s’effacer les outsiders (51 et 50, 53 et 53, 52 et 52). Mgr Puech, fidèle de Mgr Garrone, apparaît comme le garant de son héritage dans la fidélité sans faille au concile, mais avec une note de modération, sinon de conservatisme, et d’exigence doctrinale. Mgr Marty, qui partage avec lui le souci de l’action catholique spécialisée et de la mission ouvrière, semble plus chaleureux, plus souple, plus collégial48. S’il est excessif de voir dans la compétition de ces personnalités l’affrontement de deux conceptions opposées de l’aggiornamento, du moins peut-on y lire, par-delà les facteurs personnels et les réseaux, les nuances et les questions d’un corps épiscopal privé du leadership cardinalice et orphelin de Mgr Garrone, au moment des décisions nécessaires dans une Église nationale divisée par Vatican II et son interprétation. Le retrait de Mgr Puech devant un archevêque plus connu que lui apporte la solution et Mgr Marty devient au sixième tour le vice-président de la CEF avec une majorité relative de 62 voix : l’après-concile commence49.

16La création de la Conférence épiscopale française est inséparable de l’expérience conciliaire des évêques, qui se connaissent mal et ne sont guère habitués à travailler ensemble en 1962, malgré les structures mises en place par l’Assemblée des cardinaux et archevêques dans la décennie précédente. Elle est dominée par une double urgence, répondre aux besoins institutionnels induits par la réforme en cours et relever les défis conjoncturels qui combinent les héritages de la décennie 1950 et les déstabilisations liées au concile. Alors que tout se croise et s’accélère, comme le suggèrent les réunions romaines des troisième et quatrième sessions, la situation est rendue encore plus complexe par la relève des générations avec l’effacement progressif des hommes au pouvoir des années 1930 aux années 1950, notamment les cardinaux, et la montée en puissance du groupe des archevêques investis dans le travail conciliaire, incarné dans sa diversité par Mgr Garrone, Mgr Veuillot et Mgr Marty.

Notes

1 Christian Sorrel, « À l’heure du concile. Les débuts de la Conférence épiscopale française », dans Frédéric Le Moigne, Christian Sorrel (dir.), Les Évêques français de la Séparation au pontificat de Jean-Paul II, Paris, Cerf, 2013, p. 329-344.

2 Hervé Legrand et al. (dir.), Les Conférences épiscopales. Théologie, statut canonique, avenir, Paris, Cerf, 1988, 530 p. ; François Guillemette, Théologie des conférences épiscopales. Une herméneutique de Vatican II, Paris, Médiaspaul, 1994, 278 p.

3 Christian Sorrel, « Les journaux conciliaires des évêques français. Premier bilan d’une recherche », dans Il Concilio Vaticano II e i suoi protagonisti alla luce degli archivi (colloque, Cité du Vatican, 9-11 décembre 2015).

4 Frédéric Lemoigne, Christian Sorrel « Les évêques français et le concile Vatican II », dans Anuario de historia de la Iglesia, vol. 21, 2012, p. 185-205.

5 Le cardinal demande le report des élections pour permettre, par l’intermédiaire des conférences, une concertation entre les évêques qui ne se connaissent pas et éviter la reconduction en l’état des commissions préparatoires comme les principales instances de la curie romaine l’espèrent.

6 Séverine Blenner-Michel, « L’Assemblée des cardinaux et archevêques (1919-1964) », dans Frédéric Le Moigne, Christian Sorrel (dir.), Les Évêques français…, op. cit., p. 313-327.

7 La Documentation catholique, n° 1431, 6 septembre 1964 (rapport de Mgr Garrone sur la création de la Conférence épiscopale) ; Archives diocésaines [AD] de Nice, journal de Mgr Mouisset, 24 octobre et 17 novembre 1963.

8 Frédéric Le Moigne, Christian Sorrel, « Les cardinaux résidentiels français et Rome durant la période conciliaire (1959-1969) », dans Cardinaux et cardinalat : une élite à l’épreuve de la modernité, 1775-1978 (colloque, École française de Rome, 16-17 avril 2015).

9 Archives de l’Institut catholique de Paris [AICP], journal de Mgr Blanchet, 13 octobre 1962 et 10 novembre 1963.

10 Ibid., 26 septembre 1964. La modération du cardinal Lefebvre peut aussi énerver de jeunes évêques comme Mgr Pourchet (Saint-Flour) : « Mon archevêque […] a le talent de tout noyer dans un flot de paroles sous prétexte de concilier les points de vue contraires », AD Saint-Flour, journal, 15 novembre 1963.

11 Antonino Indelicato, Difendere la dottrina o annunciare l’evangelo. Il dibattito nella Commissione centrale preparatorio del Vaticano II, Genova, Marietti, 1992, p. 334-339.

12 Christian Sorrel, « Un acteur important du concile Vatican II : Mgr Garrone, archevêque de Toulouse », dans Bernard Barbiche, Christian Sorrel (dir.), La France et le concile Vatican II, Paris - Bruxelles, Ministère des Affaires étrangères - Peter Lang, 2013, p. 139- 172.

13 AICP, journal de Mgr Blanchet, 10 octobre 1962.

14 AD Tours, journal de Mgr Ferrand, 12 octobre 1962.

15 AD Arras, journal de Mgr Parenty, 12 octobre 1962 ; AD Reims, journal de Mgr Béjot, 12 octobre 1962 ; AD Tours, journal de Mgr Ferrand, 12 octobre 1962.

16 AD Châlons, journal de Mgr Piérard, 15 octobre 1962.

17 Ibid., 24 octobre 1962.

18 Des évêques informent le Père Congar qu’il « ne dirige rien » et « passe le temps des réunions à regarder sa montre », Yves Congar, Mon journal du Concile, t. 1, Paris, Cerf, 2002, p. 200.

19 AD Tours, journal de Mgr Ferrand, 25 octobre 1962.

20 Archives des Petites Sœurs des maternités catholiques [APSMC], Bourgoin-Jallieu, journal de Mgr Guerry, réflexions de fin de session.

21 Archives historiques de l’Archevêché de Paris [AHAP], Papiers conciliaires de Mgr Veuillot, 1 D 16/24, note du 30 octobre 1962.

22 Yves Congar, op. cit., p. 217-218 ; AD Châlons, journal de Mgr Piérard, 10 novembre 1962. Mgr Pourchet, qui a écrit au cardinal Feltin pour se plaindre de la méthode de travail, s’attribue le mérite de la décision, AD Saint-Flour, journal de Mgr Pourchet, 8 et 10 novembre 1962.

23 APSMC, journal de Mgr Guerry, réflexions de fin de session.

24 AHAP, 1 D 16/24, note non datée.

25 Ibid., circulaire de Mgr Garrone, 11 décembre 1962.

26 AD Châlons, Papiers Piérard, 2e session, circulaire du secrétaire général de l’épiscopat, 4 septembre 1963.

27 AICP, journal de Mgr Le Cordier, 28 septembre 1963 ; AD Arras, journal de Mgr Parenty, 28 septembre 1963. Le Comité devait compter sept membres, mais un huitième est ajouté quand Mgr Elchinger et Mgr de Provenchères se retrouvent à égalité (31 voix). Seul Mgr Ancel, qui devient vice-président, se détache avec 64 voix, tandis que Mgr Marty est en sixième position (32 voix), une partie des électeurs ayant jugé qu’il serait peu disponible du fait de son appartenance à la commission de la discipline du peuple chrétien et du clergé.

28 AD Rennes, Papiers Gouyon, 1 D 133, comptes rendus du CREF, septembre-octobre 1963.

29 AICP, Papiers Le Cordier, note sans date.

30 AD Nice, journal de Mgr Mouisset, 26 septembre 1964 et 25 septembre 1965 ; AD Tours, journal de Mgr Ferrand, octobre 1963.

31 Yves Congar, op. cit., t. 1, p. 176, 193, 325 et 528-529 ; t. 2, p. 53-56, 191 et 439.

32 Centre national des Archives de l’Église de France [CNAEF], 1 CE 50, procès-verbaux de l’ACA, 13-15 mars 1963.

33 AICP, journal de Mgr Blanchet, 5 novembre 1963 ; AD Châlons, journal de Mgr Piérard, 6-7 novembre 1963.

34 CNAEF, 9 CE 19, secrétariat général de l’épiscopat, assemblée plénière, 30 novembre- 2 décembre 1963.

35 AICP, journal de Mgr Blanchet, 2 décembre 1963 ; journal de Mgr Le Cordier, 2 décembre 1963.

36 Pour plus de précisions, voir Christian Sorrel, « À l’heure du Concile… », op. cit., p. 336-337.

37 AD Chambéry, compte rendu de l’assemblée plénière de l’épiscopat français, 1964 ; AICP, journal de Mgr Le Cordier, 26 septembre 1964 ; AD Châlons, journal de Mgr Piérard, 26 septembre 1964.

38 AD Chambéry, compte rendu de l’assemblée plénière extraordinaire de l’épiscopat français, 31 mai 1966.

39 AICP, journal de Mgr Le Cordier, 26 septembre 1964.

40 AD Chambéry, compte rendu de l’assemblée plénière de l’épiscopat français, 1964.

41 AD Nice, journal de Mgr Mouisset, 27 septembre 1965.

42 AD Châlons, journal de Mgr Piérard, 10 octobre et 8 novembre 1965.

43 Mgr Marty écrit à Mgr Garrone : « [Ils] sont peu enclins à soutenir des décisions qu’ils connaissent mal […]. À leurs yeux, le souci d’une meilleure efficacité ne suffit pas à justifier des décisions si rapides et si fortes […]. Quelques évêques ont pensé qu’en fait, nous avions agi en doctrinaires juridiques, et pas assez en pasteurs et éducateurs », AD Toulouse, Papiers Garrone, 1 A, lettre du 12 mai 1965.

44 Mgr Blanchet est irrité par l’attitude de Mgr Boudon : « Il liquide […] les objections de la Région de Paris avec une rapidité un peu déplaisante. Pour le Pater, c’est presque la carte forcée : on nous dit que l’accord est fait avec les protestants, que les autres pays nous ont précédés, etc. » Mais les résultats des neuf votes sont favorables, de 84 voix sur 104 (usage liturgique à partir de Pâques 1966) à 100 (introduction du tutoiement rejeté par le cardinal Feltin, mais accepté par le nouveau cardinal Martin, initialement hostile), en passant par les 88 voix accordées à la formule « Ne nous soumets pas à la tentation », déjà utilisée par les principales bibles catholiques de langue française, face à la formule « Ne nous laisse pas succomber à la tentation », exclue pour inexactitude par la majorité des exégètes, AICP, journal de Mgr Blanchet, 22 novembre 1965 ; AD Chambéry, compte rendu de l’assemblée plénière de l’épiscopat français, 1964. Voir Florian Michel, Traduire la liturgie. Essai d’histoire, Paris, CLD éditions, 2013, 261 p.

45 AICP, journal de Mgr Blanchet, 23 novembre 1965. Mgr Gouyon, suivi par les évêques de l’Ouest, mène la fronde contre le projet Veuillot, jugé trop favorable à l’État, trop perméable aux valeurs laïques et trop peu incitatif pour l’école libre.

46 AD Chambéry, compte rendu de l’assemblée plénière extraordinaire de l’épiscopat français, 31 mai 1966.

47 Paul VI reconnaît qu’il n’est pas « populaire », Archives nationales, Papiers Brouillet, compte rendu d’un entretien avec l’ambassadeur près le Saint-Siège, 24 décembre 1966. Le nombre de votants est de 108 et des voix se dispersent sur les noms de Villot (6), de Provenchères (5), Guyot (4), Maziers (4), Ferrand (3) et Vial (1).

48 On peut regretter l’impossibilité pour les historiens de consulter les carnets conciliaires de Mgr Marty qui permettraient sans doute de mieux comprendre un homme jugé très durement par des théologiens comme Henri de Lubac (Carnets du concile, t. 2, Paris, Cerf, 2007, p. 418 et 420-421), Louis Bouyer (Mémoires, Paris, Cerf, 2014, p. 190) et Marcel Breysse (AD Viviers, journal, 17 octobre 1965).

49 En 1969, Mgr Marty est le premier président élu de la CEF par 100 voix sur 116 votants. Sur la signification de ce moment, voir Christian Sorrel, « À l’heure du Concile… », op. cit., p. 338 ; Frédéric Le moigne, Christian Sorrel, « Les cardinaux résidentiels… », op. cit., à paraître.

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.frmollat.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search