Version classiqueVersion mobile

Gouverner l’Église catholique au xxe siècle. Perspectives de recherche

 | 
Christian Sorrel
, 
Bruno Dumons

Aspects d’une carrière épiscopale : le cardinal Julius Döpfner (1913-1976), de Wurtzbourg à Munich

Stephan Mokry

Texte intégral

  • 1 Ernst Tewes, « Kardinal Julius Döpfner, Erzbischof von München und Freising (1961- 1976) », dans Ge (...)

1Le 24 juillet 1976 est un jour noir dans l’histoire du catholicisme allemand. Le cardinal Julius Döpfner, archevêque de Munich et Freising, meurt d’une défaillance cardiaque à environ huit heures du matin, un mois avant son soixante-troisième anniversaire, au premier jour de ses vacances. Les Allemands sont choqués : ils sentent qu’ils ont perdu une personnalité. Döpfner jouit d’une grande estime de son vivant1. Il est un church-leader : en 1948, il devient évêque de Wurtzbourg ; en 1957, le chapitre cathédral le choisit comme évêque de Berlin ; en 1958, le pape Jean XXIII le nomme cardinal et, en 1961, il est promu archevêque de Munich et Freising. Durant le concile Vatican II, il devient membre de la commission préparatoire centrale puis, à la fin de la première session, membre de la très importante commission de coordination et, enfin, dans l’été 1963, l’un des quatre modérateurs de l’assemblée. Et en décembre 1965, il est choisi comme président de la conférence épiscopale allemande. Toutes ces charges se situent à des moments importants de l’histoire contemporaine : l’après-guerre, le début de la guerre froide et du régime socialiste dans la RDA, le concile, le mouvement étudiant de 1968, l’encyclique Humanae vitae, le synode commun des évêchés allemands, appelé Würzburger Synode, pour adapter l’Église allemande aux décisions du Vatican II entre 1971 et 1975. Dans ce contexte, on peut se demander comment Döpfner dirige non seulement l’Église et le catholicisme en Allemagne, mais aussi les diocèses qui lui sont confiés successivement : quel est son mode d’action en tant qu’évêque ? Quelles marques personnelles et théologiques peut-on trouver dans son itinéraire qui influencent sa conception de la charge épiscopale ?

Jeunesse et formation cléricale de Döpfner

  • 2 Pour une biographie fondée sur de larges sources historiques, voir ma thèse de doctorat : Stephan M(...)
  • 3 Klaus Wittstadt, Julius Kardinal Döpfner. Anwalt Gottes und der Menschen, München, Don Bosco, 2001, (...)
  • 4 Julius Döpfner, Wort aus Berlin. Rundfunkansprachen und Predigten des Bischofs von Berlin Julius Ka (...)
  • 5 Klaus Wittstadt, op. cit., p. 27-29.
  • 6 Julius Döpfner, « Regens Meisenzahl », dans 1871-1971. 100 Jahre Kilianeum, Würzburg, 1971, p. 88 e (...)

2Julius Döpfner, né le 26 août 1913 à Hausen, près de Bad Kissingen, une station thermale traditionnelle de Basse-Franconie, est le fils d’un groom et d’une femme de ménage2. Il a deux frères et une sœur. La famille a peu de moyens et les premières années d’enfance de Döpfner sont marquées par la guerre et l’après-guerre3 . Malgré cela, son éducation est empreinte d’affection et de piété vivante (rôle du rosaire). Devant la maison se trouve une station du chemin de croix dont la représentation (Jésus se charge de la croix) impressionne le jeune garçon4. En novembre 1923, son père meurt : le chapelain a promis au moribond de procurer une formation cléricale à son fils. Grâce à cette promesse - et comme l’enfant a de la jugeote -, il entre en 1924 au lycée et à la pension des Augustins de Münnerstadt5. L’année suivante, il est placé au petit séminaire Kilianeum de Wurtzbourg, car il veut devenir prêtre. Il suit ses cours au Neues Gymnasium de Wurtzbourg. Le directeur de Kilianeum, Kilian Joseph Meisenzahl, est fortement influencé par son ancien professeur d’apologétique de la Faculté de théologie, le célèbre Hermann Joseph Schell, critiqué par Rome pour son « modernisme » et sa pensée historique. Döpfner révère Meisenzahl : le directeur enseigne aux garçons comment comprendre l’histoire pour mieux recevoir du futur et savoir reconnaître le bon moment pour changer la situation actuelle et veut que les garçons réfléchissent indépendamment6.

  • 7 Klaus Wittstadt, op. cit., p. 38 et suiv.
  • 8 Antonia Leugers (éd.), « Julius Döpfner. Briefe an Georg Angermaier 1932 bis 1944 », dans Klaus Wit (...)
  • 9 Voir ma thèse de doctorat. Premières indications dans Karl Forster, « Julius Kardinal Döpfner », da (...)

3Döpfner obtient son baccalauréat en 1933 en tant que meilleur élève de la classe. Il a alors l’opportunité d’aller au Collegium Germanicum et Hungaricum de Rome et d’entrer à la Grégorienne à l’automne. Mais il commence auparavant ses études à l’université de Wurtzbourg et rejoint le cercle constitué autour de Hans Pfeil, maître de conférences de philosophie, où les étudiants abordent et critiquent l’idéologie du national-socialisme7. Après l’été, Döpfner part pour Rome. Bien qu’il connaisse la vie au séminaire (Kilianeum), il critique fortement le Germanicum au cours des premières années. Dès novembre 1933, il écrit à son condisciple Georg Angermaier pour dénoncer l’établissement comme « Totalstaat8 » ; et dans ses lettres suivantes, il redit souvent que le Germanicum est une communauté d’espions, où l’on ne peut pas dire une parole sincère concernant la théologie et l’Église. Mais il apprend à échapper à ce système autoritaire, en particulier durant ses dernières années de présence sous la direction du jésuite Yvo Zeiger, en poste de 1939 à 1943, qui crée une atmosphère plus libérale. Les études - avant tout la philosophie néo-scolastique - ne satisfont guère Döpfner qui cherche à améliorer, avec quelques collègues, les cercles d’études. Ils traitent désormais de contenus modernes, sinon modernistes et suspects : Döpfner s’intéresse à la théologie des laïcs et aux évêques comme successeurs des apôtres et membres d’un collège épiscopal et développe sa compréhension de l’Église comme peuple de Dieu9.

  • 10 Julius Döpfner, « Das Verhältnis von Natur und Übernatur bei John Henry Newman », dans Heinrich Fri (...)
  • 11 Sur Angermaier, Antonia Leugers, Georg Angermeier 1913-1945. Katholischer Jurist zwischen nationals (...)
  • 12 Voir des lettres dans Antonia Leugers (ed.), « Briefe an Georg Angermaier », op. cit.
  • 13 Klaus Wittstadt, op. cit., p. 51-53 et p. 59-61.

4Grâce à ses études, Döpfner trouve un nouveau modèle en la personne du cardinal John Henry Newman (1801-1890), converti de l’anglicanisme. Il apprécie sa pensée historique et son estime des laïcs. En 1941, Döpfner achève à Rome sa thèse de doctorat sur la relation du naturel et du surnaturel dans l’œuvre de Newman10. Dans un certain sens, celle-ci est le fruit de ses pensées sur la nature du sacerdoce, le laïcat et la vocation à une vie chrétienne élaborées pendant son séjour romain. Il écrit de longues lettres sur ces sujets à son ami Angermaier, qui voulait lui aussi devenir prêtre, mais qui abandonne le séminaire (il devient alors conseiller judiciaire des diocèses de Bamberg et Wurtzbourg et est en contact avec la Résistance11). Döpfner décrit nombre de ses collègues du Germanicum ou de clercs de Rome comme des prêtres de Baal. Lui entend devenir un prêtre qui vit une relation profonde avec le Christ. À ses yeux, le sacerdoce est une mission de service12. Döpfner est ordonné prêtre le 29 octobre 1939 à Rome. Il emprunte sa devise d’ordination à la première lettre de l’apôtre Paul aux Corinthiens : « Praedicamus Crucifixum » ; il en fera ensuite sa devise épiscopale. De 1941 à 1944, il est vicaire en Basse-Franconie à Grosswallstadt, à Schweinfurt et à Gochsheim. En 1944, il est nommé préfet au Kilianeum et, l’année suivante, sous-régent du séminaire de Wurtzbourg13.

Döpfner évêque de Wurtzbourg, Berlin et Munich-Freising

  • 14 Robert Ernst Simon, Wohnungsbau ist heute in Wahrheit Dombau. Katholische Kirche und Wohnungsbau in (...)
  • 15 Klaus Wittstadt, op. cit., p. 90-92.
  • 16 Pour la période munichoise, voir Julius Döpfner, Weggefährte in bedrängter Zeit. Briefe an die Prie (...)
  • 17 Christoph WEIßMANN, « Stangl als enger Mitarbeiter Döpfners », dans Wolfgang ALTGELD, Johannes MERZ (...)
  • 18 Johannes Merz, « Das strenge Regelwerk der Unio Apostolica », dans ibid., p. 150 et suiv.
  • 19 Christoph WEIßMANN, « Das Bistum Würzburg 1945-1962. Forschungsperspektiven und Entwicklungslinien  (...)
  • 20 Joel Davis, « Die Würzburger Diözesansynode von 1954 und ihre Beschlüsse zur “Bigamie” », dans Würz (...)
  • 21 Bischöfliches Ordinariat Würzburg, Diözesansynode Würzburg 1954, Würzburg, 1955.

5En 1948, Matthias Ehrenfried, évêque de Wurtzbourg depuis 1924, meurt et, en août, Döpfner lui succède. Âgé de trente-cinq ans, il est alors le plus jeune évêque d’Europe. La ville de Wurtzbourg est dévastée par les bombes et il faut des logements pour les habitants. Il fonde en 1949 l’Œuvre Saint-Bruno, chargée de récupérer des fonds pour la reconstruction des logements14. Une autre étape importante est la fondation de l’Académie diocésaine, qui lui permet de promouvoir la formation religieuse et théologique des laïcs. Döpfner insiste dans ses sermons sur la mutation culturelle, en un mode très combatif, mais il souligne aussi fréquemment l’importance de l’apostolat laïque et le besoin de la coopération entre les laïcs et le clergé. C’est dans cette optique qu’ont lieu, en 1951, les Unterfränkische Katholikentage, les assemblées de fidèles catholiques de la Basse-Franconie, où l’on trouve des services et des conférences religieuses15 et où se manifeste l’influence du catholicisme après la guerre. Döpfner visite beaucoup de paroisses, rencontre les gens et écoute leurs problèmes. Mais il prend également soin de ses prêtres, en se servant des réflexions de ses années d’études à Rome. Sauf exception, à l’occasion de chaque carême, il écrit aux prêtres une lettre concernant des questions d’actualité ou des problèmes de la vie cléricale16. La distribution des postes dirigeants est une affaire importante pour la vie du diocèse et, en 1953, il développe de nouvelles structures au sein de l’administration dans le but d’améliorer l’accomplissement de la mission de l’Église : il instaure notamment le Seelsorgeamt, un bureau pour la coordination de la pastorale, et nomme Josef Stangl directeur17. Stangl est déjà le directeur diocésain de la communauté cléricale internationale Unio apostolica, dont Döpfner est membre18. Les prêtres de l’Unio veulent travailler humblement en tant que vrais pasteurs et non vivre dans leurs paroisses comme de petits rois. La nomination de Stangl, qui succédera en 1958 à Döpfner, est le signe que Döpfner commence à trouver une voie personnelle19, alors que durant les premières années, où son jeune âge est parfois un problème, il est influencé par le respectable vicaire général Vinzenz Fuchs20. En 1954, il convoque un synode diocésain, le premier depuis 1931. Certes, il y a aussi des synodes dans la même période à Bonn ou Münster, mais le synode de Wurtzbourg traite les problèmes contemporains - la sécularisation, les mariages mixtes - et les discute franchement, avec l’aide des professeurs de la Faculté de théologie qui donnent des conférences sur ces sujets21.

  • 22 Theodor Schmitz, « Die Bischofswahlen in Berlin zwischen 1945 und 1989 », dans Heinrich Reinhardt ( (...)
  • 23 Klaus Wittstadt, « Julius Kardinal Döpfner, Bischof von Berlin (1957-1961) », dans Christoph Köster (...)
  • 24 Thomas Thorak, Wilhelm Weskamm. Diasporaseelsorger in der SBZ/DDR (= Erfurter Theologische Studien, (...)
  • 25 Bernd Schäfer, Staat und katholische Kirche in der DDR (= Schriften des Hannah-Arendt-Instituts für (...)

6En 1956, l’évêque de Berlin Wilhelm Weskamm meurt. Conformément au concordat prussien de 1929, le chapitre choisit Döpfner sur une liste de trois candidats donnée par Rome22. Au printemps 1957, il quitte donc Wurtzbourg pour une ville dont la situation est très différente23. Berlin est une vraie diaspora dont le grand territoire diocésain est marqué par le protestantisme et le socialisme. Le régime socialiste a instauré la Jugendweihe, un rite de passage qui doit prendre la place du sacrement de confirmation. Les conflits sont inévitables et, après un an et demi, le régime interdit à Döpfner de quitter la ville de Berlin pour aller en province. Döpfner, qui est en même temps président de la conférence des ordinaires est-allemands, est quasiment sous arrestation domiciliaire et ne peut communiquer avec ses fidèles que par contact radio. Mais il a tenté auparavant de rendre visite à la quasi-totalité des paroisses. En outre, il doit consolider son administration et nomme Walter Adolph conseiller principal et Maximilian Prange vicaire général, tous deux mis à l’écart sous l’épiscopat de Weskamm24. Adolph, qui est rédacteur en chef des journaux diocésains, est connu pour son cours strict contre les socialistes, auquel Döpfner prend part. Au final, les confrontations entre Döpfner et le régime aggravent la situation des catholiques. Il faut une solution25. Lors du réveillon de 1960, le cardinal Joseph Wendel de Munich et Freising meurt. Jean XXIII mute Döpfner à Munich, où il est intronisé archevêque le 30 septembre 1961.

  • 26 Stephan Mokry, « Kardinal Julius Döpfner (1913-1976) und das II. Vatikanische Konzil. Forschungsthe (...)

7Durant les années berlinoises, la préparation du concile Vatican II a commencé. D’emblée, Döpfner cherche des théologiens et des idées pour le concile26. Il reçoit des expertises de Hans Urs von Balthasar et Otto Karrer, mais aussi des jésuites de Berlin et des membres de son chapitre. Les propositions de Döpfner, s’appuyant sur les textes des experts, sont très détaillées. Les théologiens les plus importants à Rome entre 1962 et 1965 sont Michael Schmaus (dogmatique, Munich), Klaus Mörsdorf (droit canon, Munich), les jésuites Karl Rahner (dogmatique, Innsbruck) et Friedrich Wulf (sacerdoce et spiritualité). Döpfner demande dans ses interventions conciliaires la décentralisation de l’Église, la collégialité des évêques, en soulignant l’importance de l’Église particulière, la compréhension de l’Église comme Peuple de Dieu, l’accommodation de la liturgie à la situation contemporaine et le renouvellement de la spiritualité sacerdotale et religieuse. Il invite à discerner les signes des temps.

  • 27 Gerhard Gruber, « Kardinal Julius Döpfner - um Gottes und der Menschen willen leben. Erinnerungen e (...)
  • 28 Rosel Oehmen-Vieregge, « Strukturentwicklungen in der Erzdiözese Köln und der Erzdiözese München un (...)
  • 29 Wolfgang Steck, « Der Beginn der Liturgiereform in der Erzdiözese München und Freising. Eine chrono (...)
  • 30 Franz Xaver Bischof, « Aggiornamento vor Ort. Julius Döpfner und die Erzdiözese München und Freisin (...)

8Ces sujets déterminent aussi ses activités à Munich. Des prêtres évoquent ses premiers pas : il assiste à leurs assemblées, les écoute et les aborde en frères, en collègues27. Comme à Wurtzbourg, il commence à améliorer les structures de l’administration. En 1963, il démarre une réforme administrative. En réponse au monde moderne et à la société pluraliste, il instaure beaucoup de Fachbereiche, sections avec des compétences spécifiques pour la pastorale28. Après le vote de la constitution liturgique (1963), il célèbre des « messes modèles » avec les prêtres et les laïcs en différents lieux de l’archidiocèse pour diffuser le nouveau style liturgique29. Enfin, lors de sa prédication de Noël 1967, il annonce la restructuration du diocèse et, en 1968, il partage le territoire en trois régions pastorales (Nord, Sud, ville) et délègue ses pouvoirs dans chacune d’elle à un évêque auxiliaire. Ainsi la distance entre l’évêque et les paroisses est diminuée et la direction diocésaine est plus effective. Döpfner instaure aussi d’autres innovations conformes aux décisions du concile Vatican II - les conseils de laïcs (conseils de la paroisse, du diocèse, etc.), le nouveau métier des Pastoralreferenten et Gemeindereferenten (permanents collaborateurs laïcs en pastorale) et les diacres mariés. En 1971, il crée le premier Pfarrverband (association des paroisses), selon un modèle qui constitue aujourd’hui la forme régulière des structures pastorales dans l’archidiocèse de Munich et Freising30. Au final, il ne rencontre guère de problèmes avec les réformes et seul le mouvement Una voce critique fortement Döpfner pour les nouveautés et l’accuse de détruire le catholicisme.

9Finalement, comme à Wurtzbourg ou à Berlin, il faut chercher des meneurs. En 1968, année des réformes diocésaines, Döpfner nomme son secrétaire conciliaire Gerhard Gruber, qui a conçu ses interventions dans l’aula et a été l’un de ses conseillers intimes, vicaire général. Ainsi, il assure la direction et le développement de l’archidiocèse dans son sens et dans le sens du concile. Gruber reste vicaire général sous les successeurs de Döpfner, les cardinaux Joseph Ratzinger (1977-1981) et Friedrich Wetter (1982-2007), jusqu’en 1990. Une autre personne importante est Ernst Tewes, oratorien et défenseur du mouvement liturgique et d’une pastorale moderne ; il a été directeur de l’office pastoral et devient un des nouveaux évêques auxiliaires.

10Quelle a été la force de Döpfner en dirigeant les diocèses qui lui ont été confiés ? On peut dire : il met du cœur à l’ouvrage. C’est pour cela que les gens ont une grande estime pour lui : c’est un homme crédible, un prêtre authentique, qui ne donne pas une réponse de facilité. Il a compris que l’on ne peut changer l’Église en modifiant seulement les structures : il faut des personnes compétentes et il est nécessaire de savoir écouter les fidèles.

Notes

1 Ernst Tewes, « Kardinal Julius Döpfner, Erzbischof von München und Freising (1961- 1976) », dans Georg Schwaiger (dir.), Das Erzbistum München und Freising im 19. und 20. Jahrhundert (= Geschichte des Erzbistums München und Freising, t. 3), Regensburg, Wewel, 1989, p. 424 et suiv.

2 Pour une biographie fondée sur de larges sources historiques, voir ma thèse de doctorat : Stephan Mokry, Kardinal Julius Döpfner als Theologe des II. Vatikanischen Konzils. Beitrag zur Biografie und Konzilsgeschichte, Stuttgart, Kohlhammer, 2015.

3 Klaus Wittstadt, Julius Kardinal Döpfner. Anwalt Gottes und der Menschen, München, Don Bosco, 2001, p. 23-26. Le livre de Wittstadt est le premier essai biographique assez complet, mais sans utilisation des papiers personnels de Döpfner.

4 Julius Döpfner, Wort aus Berlin. Rundfunkansprachen und Predigten des Bischofs von Berlin Julius Kardinal Döpfner, t. 1, Berlin, Morus, 1960, p. 26-29 : « Der Wappenspruch » (23. März 1959).

5 Klaus Wittstadt, op. cit., p. 27-29.

6 Julius Döpfner, « Regens Meisenzahl », dans 1871-1971. 100 Jahre Kilianeum, Würzburg, 1971, p. 88 et suiv.

7 Klaus Wittstadt, op. cit., p. 38 et suiv.

8 Antonia Leugers (éd.), « Julius Döpfner. Briefe an Georg Angermaier 1932 bis 1944 », dans Klaus Wittstadt (dir.), Julius Kardinal Döpfner 26. August 1913 bis 24. Juli 1976 (= Würzburger Diözesangeschichtsblätter, t. 58/Ergänzungsband, 1996), Würzburg, 1996, p. 9- 100 (lettre du 9 novembre 1933, p. 18-20).

9 Voir ma thèse de doctorat. Premières indications dans Karl Forster, « Julius Kardinal Döpfner », dans Männer des Konzils, Würzburg, Echter, 1965, p. 58 et, récemment, Karl Lehmann, « Brückenbauer in einer Zeit des Übergangs », dans Thomas Brechenmacher (dir.), “In dieser Stunde der Kirche”. Zum 100. Geburtstag von Julius Kardinal Döpfner (= Bad Kissinger Archiv-Schriften, t. 2), Würzburg, Schöningh, 2013, p. 13 et suiv.

10 Julius Döpfner, « Das Verhältnis von Natur und Übernatur bei John Henry Newman », dans Heinrich Fries, Werner Becker (dir.), Newman-Studien, t. 4 (= Veröffentlichungen des Cardinal Newman Curatoriums), Nürnberg, Glock und Lutz, 1960, p. 269-330.

11 Sur Angermaier, Antonia Leugers, Georg Angermeier 1913-1945. Katholischer Jurist zwischen nationalsozialistischem Regime und Kirche, Lebensbild und Tagebücher (= Veröffentlichungen der Kommission für Zeitgeschichte, Quellen, t. 44), Mainz, Grünewald, 1994.

12 Voir des lettres dans Antonia Leugers (ed.), « Briefe an Georg Angermaier », op. cit.

13 Klaus Wittstadt, op. cit., p. 51-53 et p. 59-61.

14 Robert Ernst Simon, Wohnungsbau ist heute in Wahrheit Dombau. Katholische Kirche und Wohnungsbau in Bayern 1945-1955 (= Einzelarbeiten aus der Kirchengeschichte Bayerns, t. 70), Neustadt/Aisch, Degener, 1995.

15 Klaus Wittstadt, op. cit., p. 90-92.

16 Pour la période munichoise, voir Julius Döpfner, Weggefährte in bedrängter Zeit. Briefe an die Priester, München, St. Michaelsbund,21986.

17 Christoph WEIßMANN, « Stangl als enger Mitarbeiter Döpfners », dans Wolfgang ALTGELD, Johannes MERZ, Wolfgang WEIß (dir.), Josef Stangl (1907-1979), Bischof von Würzburg. Lebensstationen in Dokumenten, Würzburg, Echter, 2007, p. 147-149.

18 Johannes Merz, « Das strenge Regelwerk der Unio Apostolica », dans ibid., p. 150 et suiv.

19 Christoph WEIßMANN, « Das Bistum Würzburg 1945-1962. Forschungsperspektiven und Entwicklungslinien », dans Johannes MERZ, Wolfgang WEIß (dir.), Aufbrüche und Kontroversen, Würzburg, Echter, 2009, p. 109.

20 Joel Davis, « Die Würzburger Diözesansynode von 1954 und ihre Beschlüsse zur “Bigamie” », dans Würzburger Diözesangeschichtsblätter, t. 69, 2007, p. 281.

21 Bischöfliches Ordinariat Würzburg, Diözesansynode Würzburg 1954, Würzburg, 1955.

22 Theodor Schmitz, « Die Bischofswahlen in Berlin zwischen 1945 und 1989 », dans Heinrich Reinhardt (dir.), Theologia et Jus Canonicum, Essen, Ludgerus, 1995, p. 605- 610.

23 Klaus Wittstadt, « Julius Kardinal Döpfner, Bischof von Berlin (1957-1961) », dans Christoph Kösters, Wolfgang Tischner (dir.), Katholische Kirche in SBZ und DDR, Paderborn, Schöningh, 2005, p. 101-146 ; Thomas Brechenmacher, « Bischof im Brennpunkt des Systemkonflikts. Julius Döpfner im geteilten Berlin, 1957-1961 », dans Thomas Brechenmacher (dir.), op. cit., p. 57-77.

24 Thomas Thorak, Wilhelm Weskamm. Diasporaseelsorger in der SBZ/DDR (= Erfurter Theologische Studien, t. 96), Würzburg, Echter, 2009, p. 126-136.

25 Bernd Schäfer, Staat und katholische Kirche in der DDR (= Schriften des Hannah-Arendt-Instituts für Totalitarismusforschung, t. 8), Köln-Weimar-Wien, Böhlau 1998, p. 158 et 161.

26 Stephan Mokry, « Kardinal Julius Döpfner (1913-1976) und das II. Vatikanische Konzil. Forschungsthemen und vorläufige Bilanz », dans Franz Xaver Bischof (dir.), Das Zweite Vatikanische Konzil (1962-1965). Stand und Perspektiven der kirchenhistorischen Forschung im deutschsprachigen Raum, (= Münchener Kirchenhistorische Studien, Neue Folge, t. 1), Stuttgart, Kohlhammer, 2012, p. 74-77 ; Stephan Mokry, « “Schema adhuc non plene satisfacit”. Notizen zu Kardinal Julius Döpfners Wirken auf dem Zweiten Vatikanischen Konzil unter besonderer Berücksichtigung der Kirchenkonstitution Lumen gentium », dans Andreas R. Batlogg, Clemens Brodkorb, Peter Pfister (dir.), Erneuerung in Christus. Das Zweite Vatikanische Konzil (1962-1965) im Spiegel Münchener Kirchenarchive (= Schriften des Archivs des Erzbistums München und Freising, t. 16), Regensburg, 2012, p. 57-62.

27 Gerhard Gruber, « Kardinal Julius Döpfner - um Gottes und der Menschen willen leben. Erinnerungen eines Begleiters », dans Beiträge zur altbayerischen Kirchengeschichte, t. 46, 2001, p. 258 et suiv.

28 Rosel Oehmen-Vieregge, « Strukturentwicklungen in der Erzdiözese Köln und der Erzdiözese München und Freising nach dem II. Vatikanischen Konzil », dans Franz Xaver Bischof, op. cit., p. 229-235.

29 Wolfgang Steck, « Der Beginn der Liturgiereform in der Erzdiözese München und Freising. Eine chronologische Spurensuche », dans Andreas R. Batlogg, Clemens Brodkorb, Peter Pfister (dir.), op. cit., p. 227 et suiv.

30 Franz Xaver Bischof, « Aggiornamento vor Ort. Julius Döpfner und die Erzdiözese München und Freising », dans Thomas Brechenmacher (dir.), op. cit., p. 91-98.

Auteur

Wissenschaftlicher Mitarbeiter Ludwigs-Maximilian-Universität München

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.frmollat.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search