Version classiqueVersion mobile

Gouverner l’Église catholique au xxe siècle. Perspectives de recherche

 | 
Christian Sorrel
, 
Bruno Dumons

Gouverner par la pastorale : la naissance d’un expert, le chanoine Cottard-Josserand (1875-1935)

Bruno Dumons

Texte intégral

  • 1 La Croix de l’Ain, 24 février 1935 ; La Semaine religieuse du diocèse de Belley, 28 février 1935, p (...)

1Le 21 février 1935, le bourdon de l’église Notre-Dame de Bourg-en-Bresse sonne le glas. Malgré un froid vif, une foule de trois à quatre mille personnes est venue rendre hommage à un prêtre diocésain décédé quelques jours plus tôt. Jamais depuis les funérailles du curé d’Ars en 1859, pareille affluence n’avait été signalée dans le diocèse. Deux cents prêtres accompagnent le cercueil. La célébration est présidée par le vicaire capitulaire, en l’absence de l’évêque, Mgr Béguin, tout juste installé archevêque d’Auch. Les cordons du poêle sont tenus par des dignitaires ecclésiastiques et des élus locaux comme le docteur Touillon, conseiller général, et Jean Belley, maire de Bourg1. Le défunt n’est autre que le chanoine Cottard-Josserand, directeur du Bureau diocésain des œuvres depuis trente ans. Il est devenu une figure du diocèse dont le rayonnement s’est propagé dans les milieux d’action catholique pour en faire un véritable expert de la pastorale.

  • 2 Le Chanoine Cottard-Josserand, directeur des œuvres du diocèse de Belley (1875-1935), Bourg, Imprim (...)

2Cette expertise est certes le fruit de la compétence d’un prêtre dynamique et militant, mais également d’une initiative épiscopale. En effet, la mission qui incombe à l’évêque de gouverner son diocèse passe par de multiples aspects, souvent de manière autoritaire comme un prince de l’Église. La légitimité de son gouvernement s’appuie sur le prestige de sa fonction mais aussi sur des innovations pastorales que les biographies officielles s’efforcent de souligner pour retracer l’empreinte laissée par le prélat. Dans le mécanisme du gouvernement diocésain au début du xxe siècle apparaît le recours à l’expertise pour tester et mettre en œuvre de nouvelles pratiques missionnaires et pastorales comme cela s’élabore dans de nombreux secteurs de la société, qu’il s’agisse par exemple de l’administration d’une ville ou d’une nation. Pour améliorer la gouvernance diocésaine, plus complexe après la Séparation, les évêques français se sont alors entourés de conseillers et de collaborateurs, souvent jeunes, formés sur le terrain à une spécialisation. À l’image d’une nouvelle génération de vicaires et d’abbés démocrates apparus avec le pontificat de Léon XIII, ces jeunes prêtres constituent une garde rapprochée de l’évêque placée aux avant-postes des chantiers épiscopaux2.

  • 3 Dominique-Marie Dauzet, Frédéric Le Moigne (dir.), Dictionnaire des évêques de France au xxe siècle(...)
  • 4 Pierre Lyautey, Le Cardinal Luçon, archevêque de Reims (1842-1930), Paris, Plon, 1934 ; Louis et Ga (...)
  • 5 Ibid, p. 228-229 ; Louis Alloing, Le Diocèse de Belley. Histoire religieuse des Pays de l’Ain, Bell (...)
  • 6 Ibid, p. 620 ; Louis et Gabrielle Trenard, op. cit., p. 215 ; Charles Dementhon, Mgr Labeuche, évêq (...)
  • 7 Ibid, p. 216-217.
  • 8 La Semaine religieuse du diocèse de Belley, 28 février 1935, p. 106.
  • 9 Dominique-Marie Dauzet, Frédéric Le Moigne (dir.), op. cit., p. 62.
  • 10 Louis et Gabrielle Trenard, op. cit., p. 221.
  • 11 Le Chanoine Cottard-Josserand…, op. cit., p. 7.

3C’est précisément le cas de Mgr Luçon, jeune évêque à son arrivée sur le siège de Belley en 18883. Son activisme dans de nombreux domaines, qu’il puise dans le catholicisme intransigeant de Mgr Freppel, le conduit à s’entourer de jeunes collaborateurs tout aussi actifs4. Face aux attaques anticléricales menées dans le diocèse après 1901, il s’efforce de réagir en structurant des œuvres de résistance et de restauration. En 1904, il préside la fondation de la Société Gorini chargée d’étudier l’histoire du diocèse et encourage plusieurs de ses prêtres de Bourg à mettre sur pied une organisation pratique coordonnant l’action sociale et religieuse au sein du diocèse5. Il préside lui-même la réunion constitutive d’un Bureau des œuvres qu’il confie à un jeune prêtre plein d’enthousiasme, Elie Cottard-Josserand. Son successeur, Mgr Labeuche, le confirme dès 1906 dans sa nouvelle mission apostolique, s’appuyant beaucoup sur lui pour organiser de nombreux congrès eucharistiques, diocésains et cantonaux6. Installé en 1910, le nouvel évêque, disciple du cardinal Perraud à Autun, Mgr Manier constate très vite les bénéfices engendrés par cette nouvelle organisation d’action catholique à l’échelle du diocèse. Elle entre dans la feuille de route de l’évêque qui confirme l’abbé Cottard-Josserand dans son action et ses responsabilités de coordinateur des œuvres7. Il le nomme chanoine honoraire en 19208. Celui-ci est toujours en poste au décès de Mgr Labeuche en 1929. Pour le remplacer, le vieil archevêque de Reims, le cardinal Luçon, intervient en faveur d’un de ses anciens curés, Virgile Beguin9. Ce dernier est donc tout acquis à l’orientation pastorale de son mentor et par conséquent à celui qui est devenu une pièce maîtresse du dispositif pastoral d’action catholique dans le diocèse de Belley10. C’est donc Mgr Beguin qui préfacera depuis le siège d’Auch où il a été promu en 1934 la plaquette en l’honneur de ce prêtre d’exception, décédé à la tâche dans l’hiver 1935, soulignant ici la pérennité du choix pastoral et gouvernemental fait par Mgr Luçon en 1905. Il exalte pour l’occasion « l’âme profondément apostolique » de l’abbé Cottard11.

Un jeune prêtre à « l’âme apostolique »

  • 12 Bulletin de la Société Gorini, n° 90, avril 1935, p. 154-155.
  • 13 Le Chanoine Cottard-Josserand…, op. cit., p. 18.
  • 14 Louis Alloing, op. cit., p. 722.
  • 15 Bulletin de la Société Gorini, n° 64, octobre 1928, p. 171.

4Originaire d’une famille paysanne de Saint-Trivier-sur-Moignans dans la Dombes, le jeune Elie est envoyé à l’âge de douze ans en 1887 au petit séminaire de Meximieux, conservant cependant un réel attachement pour le monde de la terre12. Il y fait preuve d’un réel talent d’organisateur, toujours prêt à s’intéresser aux techniques les plus modernes comme la projection cinématographique ou la réparation automobile. Ce praticien s’illustre dès son passage au grand séminaire de Brou, lorsque tout juste ordonné diacre, il prépare, dirige et anime un congrès des catholiques de La Croix de l’Ain à Châtillon-sur-Chalaronne en 189813. À cette date, il participe à un cercle d’études sociales fondé par le supérieur du séminaire, l’abbé Perretant14. Ce dernier se voit confier par Mgr Luçon l’organisation de l’action catholique dans le diocèse. En 1904, une réunion conduit à la fondation d’un Bureau diocésain des œuvres avec une première assemblée générale en mai et un premier numéro de bulletin en août. Il manque un animateur. Il faut le confier à un jeune prêtre dynamique, ayant le sens de l’organisation15.

  • 16 Claude Langlois, Christian Sorrel (dir.), Le Catholicisme en congrès (xixe-xxe siècles), Lyon, LARH (...)
  • 17 Claude Langlois, Christian Sorrel, Le Temps des congrès catholiques. Bibliographie raisonnée des ac (...)
  • 18 Chanoine Béréziat, Premier congrès eucharistique diocésain (24-25 octobre 1908), Bourg, Dureuil, 19 (...)
  • 19 Chanoine Béréziat, Les Petits Congrès eucharistiques régionaux : nécessité, organisation, résultats(...)

5Le choix se porte sur l’abbé Cottard-Josserand qui avait été envoyé à Pont d’Ain comme missionnaire diocésain. Il part alors sur les routes du diocèse pour des campagnes de conférences pour prêcher l’action catholique dans des salles paroissiales, des églises et même des salles de café. Il rencontre ensuite au presbytère l’élite des paroissiens conquis à l’apostolat pour amorcer avec eux la fondation d’un cercle ou d’un comité. Ces premiers contacts sur le terrain l’incitent à recourir à la méthode du congrès qui connaît un vrai succès dans le catholicisme français à la fin du xixe siècle16. Sur l’ensemble du territoire du diocèse de Belley se déploient de très nombreux congrès ; certains étant plus spécialisés, à vocation sacerdotale ou eucharistique, ou circonscrits à une échelle cantonale dans le but de réunir les catholiques d’un secteur et de coordonner leurs actions17. Le chanoine Claude-François Béréziat, ancien directeur du grand séminaire, s’en est fait une spécialité18. Il a d’ailleurs publié en 1909 une brochure sur l’intérêt des petits congrès cantonaux et coordonné l’organisation du congrès eucharistique national à Ars en août 191119.

  • 20 Le Chanoine Cottard-Josserand…, op. cit., p. 26.
  • 21 700 à Feillens, 600 à Foissiat, 500 à Saint-Trivier-de-Courtes, 900 à Marboz, 300 à Grièges, Bullet (...)

6Pour répondre à un besoin permanent de logistique, le jeune abbé Cottard-Josserand déborde d’imagination. Ainsi fait-il l’acquisition d’une « tente ambulante » qu’il s’agit de monter pour réunir les congressistes d’un secteur et de démonter pour l’installer dans le canton voisin20. Il se démène pour trouver des conférenciers et les convaincre de se rendre dans une petite bourgade du diocèse pour parler de leur expérience. Il réunit les curés du canton et visite chaque paroisse auparavant pour rencontrer les populations… et le miracle s’opère : la tente ambulante qui a été dressée ne peut pas abriter les 1 000 ou 2 000 catholiques venus pour l’occasion du congrès et de la fête qui l’entoure, prenant ainsi conscience de leur nombre et de leurs forces. En 1906, ce sont près de 3 500 hommes qui ont été réunis en Bresse grâce aux congrès cantonaux21. Très vite, la préparation d’un congrès cantonal est devenue, au sein de l’organigramme diocésain, la marque de fabrique de l’abbé Cottard-Josserand. Il commence à faire figure d’expert en la matière. Il reçoit des demandes de renseignements sur telle ou telle œuvre, mais aussi sur la manière d’organiser des manifestations publiques locales. Une fois la saison des congrès achevée, il reprend son bâton de pèlerin dans le diocèse pour en mesurer les effets et suivre les réalisations entreprises.

Une institution diocésaine : le bureau des œuvres

  • 22 Le Chanoine Cottard-Josserand…, op. cit., p. 30.
  • 23 Bulletin du Bureau diocésain de Belley, novembre 1906, p. 16-17.
  • 24 Ibid., février 1910, p. 37-41 ; Le Chanoine Cottard-Josserand…, op. cit., p. 28.
  • 25 Ibid, p. 39.

7L’idée de coordonner l’ensemble des œuvres à l’échelle diocésaine circule depuis le congrès de Châtillon en 1895. Mgr Luçon le souhaite ardemment et des rapports réitèrent la nécessité de le mettre en œuvre lors des congrès régionaux d’Ambérieu (1904) et de Bourg (1905)22. À l’occasion de ce dernier congrès qui réunit des personnalités catholiques de premier plan comme l’abbé Lemire, acclamées par une foule de 3 000 personnes, il est clairement réclamé qu’une grande fédération puisse unir toutes les œuvres dont les catholiques de l’Ain ont eu l’initiative. Un Bureau diocésain est donc inauguré au cours de l’année 1905, comprenant trois sections, suivant qu’il s’agisse d’œuvres religieuses, de presse et d’enseignement23. Après cinq ans de fonctionnement intense, l’assemblée générale de 1910 revendique un bilan positif : une armée de 600 catéchistes volontaires, près de 200 comités paroissiaux, une bibliothèque circulante, une librairie et une imprimerie Jeanne d’Arc en plein développement, installées dans les locaux de la rue Bernard à Bourg avec la Société Gorini, des conférences avec projection et une centaine de cercles d’études, de sociétés de gymnastique et de patronages24. Ce sont les œuvres sociales qui restent encore à développer, notamment les sociétés mutualistes et les écoles ménagères. Elles seront complétées plus tard par des colonies de vacances à Belley et à Fitignieu, où de nombreux enfants pourront se procurer « de l’air, de la santé et du soleil25 ».

  • 26 Bulletin du Bureau diocésain de Belley, janvier 1914, p. 18-27.
  • 27 Jacqueline Roux, Sous l’étendard de Jeanne. Les fédérations diocésaines de jeunes filles (1904-1945 (...)
  • 28 Gilbert Garrier, « L’Union du Sud-Est des syndicats agricoles avant 1914 », Le Mouvement Social, av (...)
  • 29 Bulletin du Bureau diocésain de Belley, janvier 1914, p. 27.

8À la veille de la Grande Guerre, le Bureau diocésain, qui s’appuie sur 700 membres cotisants, a étoffé son rayon d’action26 . Les congrès eucharistiques se sont multipliés et la formule des retraites pour les petits et les jeunes s’est intensifiée. Le tissu des patronages, des sociétés de gymnastique et des cercles d’études a lui aussi pris de l’ampleur. C’est surtout du côté des filles que la progression a été la plus spectaculaire. Créée un an auparavant, la Fédération Jeanne d’Arc compte près de 2 000 membres et des fêtes programmées à Bellegarde, Cuet et Ars27. Les œuvres de presse diffusent à foison les journaux catholiques et les « bons livres ». S’y ajoute Le Rayon de l’Ain, une organisation diocésaine de projections lumineuses qui sont prêtées aux paroisses. Du côté des œuvres sociales ont prospéré les jardins ouvriers, les caisses rurales et les syndicats agricoles en lien avec l’Union du Sud-Est, puissante fédération agrarienne installée à Lyon28. Enfin, l’ambition est d’ouvrir un secrétariat social faisant office de centre de renseignements pour les populations en difficulté. Ainsi l’abbé Cottard-Josserand est fier de présenter à Mgr Labeuche un Bureau diocésain structuré, s’appuyant sur « toute une élite de catholiques vaillants ayant au cœur la flamme de l’apostolat29 ».

  • 30 Ibid., novembre 1905, p. 10-13.

9Ce succès provient aussi des méthodes utilisées. Le directeur du Bureau diocésain est un inlassable voyageur. Il a conçu cette structure diocésaine par des connaissances acquises sur le terrain. Ainsi a-t-il fait des voyages d’études pour mieux appréhender ce qui se fait dans les diocèses voisins. Durant l’année 1905, il se déplace dans le Jura, le Doubs et la Marne30. Il y remarque la priorité donnée aux œuvres religieuses initiées par des confréries et le bénéfice que rendent les retraites fermées pour les hommes. Les œuvres de presse sont à encourager, notamment avec les tracts et les bibliothèques roulantes qui reçoivent des exemplaires gratuits des maisons d’édition. Quant aux œuvres de jeunesse, elles sont particulièrement développées grâce à une fédération dans le Jura et des écoles ménagères viennent d’ouvrir à Besançon et les alentours. Du côté des œuvres sociales, le jeune abbé est attentif à ces nombreux syndicats agricoles qui fleurissent en Franche-Comté et en Champagne.

Entre promotions et innovations

  • 31 Premier congrès diocésain de Lyon du 10 au 12 mars 1908, Lyon, Vitte, 1908.
  • 32 Christian Ponson, Les Catholiques lyonnais et la Chronique sociale (1892-1914), Lyon, PUL, 1979.
  • 33 Archives diocésaines de Belley, carton de souvenirs et de prières édité à l’occasion du décès du ch (...)
  • 34 Bulletin du Bureau diocésain de Belley, mai 1907, p. 70-71.
  • 35 Semaines sociales de France, Lyon du 27 juillet au 2 août 1925, Lyon, Vitte, 1925.

10Ce modèle puisé dans la France catholique de l’Est fera rapidement école dans le diocèse de Belley. À son tour, l’abbé Cottard-Josserand s’efforce de le faire connaître dans la presse catholique, notamment La Vie au patronage, l’organe des œuvres de jeunesse auquel il collabore dès 1909. Il fait aussi la promotion de sa nouvelle structure grâce à la formule des congrès diocésains qui se déploient un peu partout. On remarque ainsi sa présence au premier congrès diocésain de Lyon en 190831. L’abbé Cottard-Josserand entre aussi très vite en contact avec le foyer du catholicisme social lyonnais qu’est la Chronique sociale de Marius Gonin32. Il se lie d’amitié avec ce militant laïc qui conservera de lui le souvenir de sa « bonté naturelle » et son éloquence pour enflammer les foules33. Il acquiert ainsi une solide réputation de prêtre ingénieux et actif dans ces milieux catholiques sociaux. Il réussit à convaincre plusieurs personnalités de la Chronique de venir prononcer des conférences dans les congrès cantonaux du diocèse de Belley. Par exemple, lors du congrès de Grièges dans le val de Saône en 1906, il a fait venir un jeune apôtre de la Chronique, Félix Charmettant, fils d’un soyeux lyonnais, pour parler « du catholicisme et du progrès34 ». Il participe par ailleurs à plusieurs Semaines sociales dont celle de Lyon en 1925 sur « la crise de l’autorité35 ». Il s’est aussi rapproché de l’Union du Sud-Est des syndicats agricoles pour recourir à la méthode syndicale.

  • 36 Étienne Fauvet, La Stratégie éducative de la JAC et du MRJC dans l’Ain (1935-1979), thèse, Universi (...)
  • 37 Henri Rollet, L’Action sociale des catholiques en France (1871-1914), t. 2, s.l., DDB, 1958, p. 271
  • 38 La Chronique sociale de France, octobre 1911, p. 357.
  • 39 Louis et Gabrielle Trenard, op. cit., p. 229.
  • 40 Étienne Fauvet, op. cit., p. 112-113.

11Ce lien étroit que l’abbé Cottard-Josserand a noué avec la Chronique sociale et l’Union du Sud-Est va se pérenniser dans une formule originale qu’il mettra en œuvre dans le diocèse de Belley avec les Semaines rurales. Au sein du Bureau diocésain, les œuvres de jeunesse avaient été regroupées en une Fédération Jeanne d’Arc pour les filles et une fédération de la Jeunesse catholique de l’Ain pour les garçons. Celle-ci prend le nom d’un roman de René Bazin, Le Blé qui lève36. Elle a pour vocation de former techniquement et spirituellement une élite rurale dans le diocèse. Des retraites fermées sont organisées pour ces jeunes cultivateurs à la Trappe des Dombes. Le cercle d’études rurales de Grièges, initié lors du petit congrès de 1906, connaît un réel succès en mêlant à la fois les vêpres et un enseignement de technique agricole rudimentaire37. La formule se multiple et ses groupes incitent la Chronique sociale à organiser pendant une semaine à Lyon en 1911 des cours sociaux agricoles38. Ils prendront le nom de Semaines rurales sur le modèle des Semaines sociales. La formule sera reprise par le chanoine Cottard-Josserand en 1920 pour le diocèse de Belley39. La première Semaine rurale a donc lieu cette année-là à Bourg. Les intervenants viennent tous de Lyon, particulièrement de la Chronique sociale et de l’Union du Sud-Est40. Des sessions auront lieu ensuite tous les ans. Le terrain est ici préparé pour le déploiement de la future JAC après 1935.

  • 41 Le Chanoine Cottard-Josserand…, op., cit., p. 71.
  • 42 Ibid, p. 86-87.
  • 43 Ibid, p. 37-38.
  • 44 Ibid, p. 7-8.

12Les 25 ans du Bureau diocésain sont des noces d’argent en l’honneur de son directeur, orchestrées par Mgr Beguin et plusieurs responsables des œuvres venus des diocèses voisins pour le féliciter et reconnaître son expertise41. Une plaquette en bronze lui est offerte en souscription par ses amis. Le sculpteur lyonnais Jean-Louis Chorel y a ciselé plusieurs aspects de son activité pastorale42. C’est aussi l’occasion pour l’évêque du lieu de présenter officiellement un bilan de l’apostolat de ce prêtre de la génération Léon XIII, missionnaire du diocèse de Belley. Une manifestation de grande ampleur a lieu dans les rues de Bourg, là où a été fondée cette organisation, et non dans la cité épiscopale. Il s’agissait là d’un choix jamais remis en cause par les évêques qui se sont succédé. Le Bureau diocésain est devenu un organe majeur de la gouvernance épiscopale. Son responsable est un collaborateur direct et proche de l’évêque. Nouvellement promu en 1929, Mgr Beguin est un évêque de l’action catholique. Il lui faut un lieutenant dans ce domaine-clef de son épiscopat. Il est alors tout trouvé avec le chanoine Cottard-Josserand43. Il s’emploie à sillonner son diocèse avec cet homme de confiance que lui ont légué ses prédécesseurs. Tous deux deviennent inséparables sur la route des congrès. Tous deux sont applaudis avec enthousiasme. Seule la fatigue a raison de l’énergie de son collaborateur le plus proche. Ainsi se souvient-il des larmes du chanoine Cottard-Josserand, épuisé et harassé, lorsqu’il fut contraint de partir sans lui pour un congrès dans le haut Bugey44. Malgré des séjours à la montagne, près d’Aix-les-Bains, ou à la mer, à Hyères, sa santé demeure toujours altérée. Il meurt à Bourg, le 17 février 1935. Une foule de gens de tout âge et de toute situation se presse pour lui rendre hommage durant les trois jours qui précèdent ses funérailles. Le rayonnement de son apostolat est incontestable. Son expertise fait sa réputation.

La réputation d’un expert

  • 45 Ibid, p. 49-54 ; Jean Guitton, L’Abbé Thellier de Poncheville, Paris, Fayard, 1957.
  • 46 Ibid, p. 55-60.
  • 47 Ibid, p. 61-67.
  • 48 La Semaine religieuse du diocèse de Belley, 28 février 1935, p. 105.
  • 49 Louis Alloing, op. cit., p. 802 ; Jean-Marie Gorini (1803-1859). Un curé de campagne à l’étude, Bou (...)

13À son décès, le chanoine Cottard-Josserand est donc devenu une figure incontournable du diocèse de Belley, véritable expert de l’action catholique, sur lequel plusieurs évêques se sont appuyés. Son sens de l’organisation a permis d’établir durablement cette stratégie pastorale qui rayonne à partir d’une multitude d’œuvres parfaitement structurées. L’efficacité de ce modèle pastoral d’action catholique lui a permis de se faire une réputation d’expert et de renforcer dans le même temps celle de son évêque, Mgr Beguin, qui est rapidement nommé archevêque sur le siège d’Auch. De son côté, un ami de longue date, l’abbé Thellier de Poncheville, spécialiste des questions sociales, reconnaît en lui le serviteur entièrement dévoué à l’action catholique dans les pays de l’Ain45. Quant à Marius Gonin, il le considère comme un véritable « apôtre social », à l’image de la génération Léon XIII, cherchant à former spirituellement et socialement une élite dans la jeunesse, capable de participer à la reconquête catholique46. Fort d’un parcours semblable, le chanoine Desgranges, député du Morbihan, qui l’a rencontré lors de plusieurs congrès, se souvient de cet orateur éloquent, capable d’entraîner des foules et d’éveiller des âmes47. Les congrès étaient devenus pour lui des lieux de prédication. Connu pour sa tente ambulante, il était aussi devenu célèbre, rappelle le chanoine Desgranges, par sa camionnette qui transportait à la fois un orchestre, des acteurs, des conférenciers, des appareils de projection, des tracts et des livres de propagande. Bien peu d’hommes et de femmes du diocèse de Belley auraient ainsi échappé à son « spectacle ambulant » chargé de réveiller les consciences catholiques. Le chanoine Desgranges avoue n’avoir rencontré dans sa carrière que peu de prêtres de sa trempe, aussi doué et compétent pour mettre en œuvre une méthode pastorale. La presse catholique régionale est également unanime sur la solide réputation d’expertise qu’avait acquise le chanoine Cottard-Josserand. Certes, le quotidien conservateur Le Journal de l’Ain rendait hommage à un tel apostolat, mais Le Nouvelliste de Lyon reconnaissait le rayonnement de ce prêtre exceptionnel48. Ses amis proches n’hésitent d’ailleurs pas à lui écrire un poème de souvenirs dans lequel ils inscrivent son apostolat dans le sillage de son ancien confrère d’Ars, Jean-Marie Vianney, plus spirituel et rigoriste. Il y a là presque une invitation à béatifier un « saint prêtre », porté sur les autels par la foule avant même les autorités de l’Église. Cette sainteté populaire est d’ailleurs reconnue par la municipalité républicaine de Bourg qui attribue le nom de Cottard-Josserand à une petite rue en périphérie de la ville, à côté d’un autre abbé, Jean-Marie-Sauveur Gorini, honoré pour son apostolat apologétique et intellectuel sous le Second Empire49.

  • 50 Abbé Louis Bocqueraz, Chambéry, Librairie catholique, 1919 ; Christian Sorrel, Les Catholiques savo (...)
  • 51 Olivier de Berranger, Alfred Ancel (1898-1984). Un homme pour l’Évangile, Paris, Le Centurion, 1988

14Par conséquent, l’itinéraire du chanoine Cottard-Josserand l’a conduit à devenir un expert des questions sociales dans le diocèse de Belley et les quatre évêques qui se sont succédé durant sa vie sacerdotale ont eu recours à ses compétences et en ont fait un proche collaborateur. Il n’est pas un cas unique, loin de là. Franchissons les frontières diocésaines pour aller en voisin à Chambéry ou à Lyon. Au lendemain de la Séparation, Mgr Dubillard a besoin que l’on organise la « bonne presse » en Savoie. Il confie cette tâche à un jeune prêtre ouvert aux questions sociales, proche de l’ACJF et du Sillon, l’abbé Louis Bocqueraz50. Il devient très vite les « mains » de l’évêque pour tout ce qui touche à la presse et à la jeunesse. Plus tard, dans la capitale des Gaules, haut-lieu du catholicisme social, l’abbé Alfred Ancel, prêtre du Prado, acquiert par ses engagements et sa connaissance du marxisme une solide réputation de spécialiste de la mission ouvrière et de la lutte contre la pauvreté. L’acuité de ces problématiques dans l’Église de France, aux lendemains de la Libération, conduit le cardinal Gerlier à le proposer à l’épiscopat et à le réclamer comme évêque auxiliaire. Son expertise ouvrière va même en faire un des évêques influents de la délégation française au concile Vatican II51.

  • 52 Corinne Delmas, Sociologie politique de l’expertise, Paris, La Découverte, 2011.

15Ainsi gouverner un diocèse dans le premier xxe siècle nécessite pour un évêque de faire des choix pastoraux dont la légitimité repose sur des personnalités compétentes et charismatiques. Ces qualités sont celles qui caractérisent le statut de l’expert et de l’expertise dont l’usage devient indispensable pour asseoir le gouvernement d’une organisation. L’institution ecclésiale n’échappe pas à ce processus wéberien de rationalisation52. Il ira d’ailleurs croissant tout au long du xxe siècle. Le nombre des collaborateurs et des experts qui viendront s’insérer dans la gouvernance épiscopale sera un fait marquant dans la transformation des institutions diocésaines. Cela entre plus largement dans une histoire de l’expertise catholique qui constitue aujourd’hui un chantier particulièrement prometteur et fécond en histoire religieuse contemporaine.

Notes

1 La Croix de l’Ain, 24 février 1935 ; La Semaine religieuse du diocèse de Belley, 28 février 1935, p. 107. Nous remercions très chaleureusement Paul Cattin, archiviste diocésain, qui nous a considérablement aidé dans la recherche de documents sur l’abbé Cottard-Josserand et le Bureau diocésain. Les archives de ce dernier ont été malheureusement détruites. Une plaquette nécrologique et une édition du Bulletin du bureau diocésain de Belley jusqu’en 1914 ont été retrouvées dans les locaux des archives diocésaines. Elles ont été aimablement mises à notre disposition.

2 Le Chanoine Cottard-Josserand, directeur des œuvres du diocèse de Belley (1875-1935), Bourg, Imprimerie Jeanne d’Arc, 1935, p. 55 ; Nicole Lemaître (dir.), Histoire des curés, Paris, Fayard, 2002, p. 328 et suiv.

3 Dominique-Marie Dauzet, Frédéric Le Moigne (dir.), Dictionnaire des évêques de France au xxe siècle, Paris, Cerf, 2010, p. 428.

4 Pierre Lyautey, Le Cardinal Luçon, archevêque de Reims (1842-1930), Paris, Plon, 1934 ; Louis et Gabrielle Trenard, Le Diocèse de Belley, Paris, Beauchesne, 1978, p. 201-212.

5 Ibid, p. 228-229 ; Louis Alloing, Le Diocèse de Belley. Histoire religieuse des Pays de l’Ain, Belley, Chaduc, 1938, p. 605.

6 Ibid, p. 620 ; Louis et Gabrielle Trenard, op. cit., p. 215 ; Charles Dementhon, Mgr Labeuche, évêque de Belley (1906-1910), Belley, Montbarbon, 1910 ; Dominique-Marie Dauzet, Frédéric Le Moigne (dir.), op. cit., p. 375.

7 Ibid, p. 216-217.

8 La Semaine religieuse du diocèse de Belley, 28 février 1935, p. 106.

9 Dominique-Marie Dauzet, Frédéric Le Moigne (dir.), op. cit., p. 62.

10 Louis et Gabrielle Trenard, op. cit., p. 221.

11 Le Chanoine Cottard-Josserand…, op. cit., p. 7.

12 Bulletin de la Société Gorini, n° 90, avril 1935, p. 154-155.

13 Le Chanoine Cottard-Josserand…, op. cit., p. 18.

14 Louis Alloing, op. cit., p. 722.

15 Bulletin de la Société Gorini, n° 64, octobre 1928, p. 171.

16 Claude Langlois, Christian Sorrel (dir.), Le Catholicisme en congrès (xixe-xxe siècles), Lyon, LARHRA-RESEA, 2009.

17 Claude Langlois, Christian Sorrel, Le Temps des congrès catholiques. Bibliographie raisonnée des actes de congrès tenus en France de 1870 à nos jours, Turnhout, Brepols, 2012, p. 393 et suiv.

18 Chanoine Béréziat, Premier congrès eucharistique diocésain (24-25 octobre 1908), Bourg, Dureuil, 1908 ; Louis Alloing, op. cit., p. 620.

19 Chanoine Béréziat, Les Petits Congrès eucharistiques régionaux : nécessité, organisation, résultats, Reims, Bureaux de l’Action populaire, 1909 ; Deuxième congrès national eucharistique Ars 1911, Belley, Chaduc, 1912.

20 Le Chanoine Cottard-Josserand…, op. cit., p. 26.

21 700 à Feillens, 600 à Foissiat, 500 à Saint-Trivier-de-Courtes, 900 à Marboz, 300 à Grièges, Bulletin du Bureau diocésain de Belley, novembre 1906, p. 14.

22 Le Chanoine Cottard-Josserand…, op. cit., p. 30.

23 Bulletin du Bureau diocésain de Belley, novembre 1906, p. 16-17.

24 Ibid., février 1910, p. 37-41 ; Le Chanoine Cottard-Josserand…, op. cit., p. 28.

25 Ibid, p. 39.

26 Bulletin du Bureau diocésain de Belley, janvier 1914, p. 18-27.

27 Jacqueline Roux, Sous l’étendard de Jeanne. Les fédérations diocésaines de jeunes filles (1904-1945), Paris, Cerf, 1995.

28 Gilbert Garrier, « L’Union du Sud-Est des syndicats agricoles avant 1914 », Le Mouvement Social, avril-juin 1969, p. 17-38.

29 Bulletin du Bureau diocésain de Belley, janvier 1914, p. 27.

30 Ibid., novembre 1905, p. 10-13.

31 Premier congrès diocésain de Lyon du 10 au 12 mars 1908, Lyon, Vitte, 1908.

32 Christian Ponson, Les Catholiques lyonnais et la Chronique sociale (1892-1914), Lyon, PUL, 1979.

33 Archives diocésaines de Belley, carton de souvenirs et de prières édité à l’occasion du décès du chanoine Cottard-Josserand.

34 Bulletin du Bureau diocésain de Belley, mai 1907, p. 70-71.

35 Semaines sociales de France, Lyon du 27 juillet au 2 août 1925, Lyon, Vitte, 1925.

36 Étienne Fauvet, La Stratégie éducative de la JAC et du MRJC dans l’Ain (1935-1979), thèse, Université Lyon II, 1979, p. 111.

37 Henri Rollet, L’Action sociale des catholiques en France (1871-1914), t. 2, s.l., DDB, 1958, p. 271.

38 La Chronique sociale de France, octobre 1911, p. 357.

39 Louis et Gabrielle Trenard, op. cit., p. 229.

40 Étienne Fauvet, op. cit., p. 112-113.

41 Le Chanoine Cottard-Josserand…, op., cit., p. 71.

42 Ibid, p. 86-87.

43 Ibid, p. 37-38.

44 Ibid, p. 7-8.

45 Ibid, p. 49-54 ; Jean Guitton, L’Abbé Thellier de Poncheville, Paris, Fayard, 1957.

46 Ibid, p. 55-60.

47 Ibid, p. 61-67.

48 La Semaine religieuse du diocèse de Belley, 28 février 1935, p. 105.

49 Louis Alloing, op. cit., p. 802 ; Jean-Marie Gorini (1803-1859). Un curé de campagne à l’étude, Bourg-en-Bresse, Société Nouvelle Gorini, 2006.

50 Abbé Louis Bocqueraz, Chambéry, Librairie catholique, 1919 ; Christian Sorrel, Les Catholiques savoyards. Histoire du diocèse de Chambéry (1890-1940), Les Marches, La Fontaine de Siloé, 1995, p. 230.

51 Olivier de Berranger, Alfred Ancel (1898-1984). Un homme pour l’Évangile, Paris, Le Centurion, 1988.

52 Corinne Delmas, Sociologie politique de l’expertise, Paris, La Découverte, 2011.

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.frmollat.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search