Version classiqueVersion mobile

Gouverner l’Église catholique au xxe siècle. Perspectives de recherche

 | 
Christian Sorrel
, 
Bruno Dumons

Introduction

Bruno Dumons

Texte intégral

1Depuis une trentaine d’années, l’histoire religieuse contemporaine a connu un profond renouvellement, multipliant les champs d’investigation sous l’angle d’une analyse sociale, qu’il s’agisse de la pratique des sacrements du peuple chrétien ou du profil sociologique des élites ecclésiales, congréganistes ou diocésaines. Le recours aux matériaux statistiques, à la méthode prosopographique et à la publication de dictionnaires spécialisés aura largement contribué à une meilleure connaissance des membres qui composent l’Église catholique.

  • 1 François Jankowiak, La Curie romaine de Pie IX à Pie X : du gouvernement de l’Église et de ses État (...)
  • 2 « Les secrétaires d’État du Saint-Siège (1814-1979). Sources et méthodes », Mélanges de l’École fra (...)
  • 3 Laura Pettinaroli, Le Gouvernement pontifical sous Pie XI. Pratiques romaines et gestion de l’unive (...)

2De ce fait, les études portant sur les aspects institutionnels de la vie ecclésiale ont été pour beaucoup laissées aux historiens du droit, aux politistes et aux canonistes. À l’échelle romaine, les recherches récentes sur le gouvernement central de l’Église sont l’œuvre de François Jankowiak, examinant pour les pontificats de Pie IX, Léon XIII et Pie X les transformations juridiques de la Curie qu’impose la perte des États pontificaux1. Les études historiennes sur les personnels liés à ce mode de gouvernement commencent à sortir de l’ombre, qu’il s’agisse des secrétaires d’État, des cardinaux ou des diplomates2. L’ouverture de nouvelles séries d’archives vaticanes a également permis d’envisager des approches neuves sur les administrations et les réseaux du gouvernement pontifical, en particulier sous Pie XI3. L’approche congréganiste constitue également un espace propice, encore bien méconnu, pour appréhender la mécanique de la gouvernance ecclésiale à partir des différentes échelles provinciales et romaines. La centralité de Rome constitue ici un outil pertinent en direction d’une réflexion transnationale sur l’histoire des modes de gouvernement au sein de l’Église catholique.

  • 4 Louis Trichet, Le Synode diocésain, Paris, Cerf, 1992 ; Jacques Palard (dir.), Le Gouvernement de l (...)
  • 5 Séverine Blenner-Michel, « L’autorité épiscopale dans la France du xixe siècle », Histoire@Politiqu (...)
  • 6 Séverine Blenner-Michel, « L’Assemblée des cardinaux et archevêques (1919-1964) » et Christian Sorr (...)

3À l’échelle intermédiaire, embrassant le plus souvent un cadre national ou diocésain, l’historiographie fut longtemps rattachée à des travaux privilégiant une gouvernance épiscopale. Les biographies d’évêques recèlent des informations sur les modalités de fonctionnement et les collaborateurs en charge de sa mise en œuvre, à l’image des vicaires généraux et des experts nommés sur tel ou tel aspect de l’architecture gouvernementale d’un diocèse. Il y a par ailleurs d’autres instances de gouvernement comme les synodes, ces assemblées délibératives qui ont contribué depuis longtemps à la prise de décision ecclésiale. Les travaux les plus complets sur la France sont ceux d’un canoniste, Louis Trichet, et d’un politiste, Jacques Palard4. Ce n’est que récemment que l’historienne Séverine Blenner-Michel s’est intéressée aux synodes diocésains et provinciaux de la France du xixe siècle dans le cadre d’une réflexion portant sur l’autorité épiscopale et les modes de gouvernement au sein d’une Église locale5. Quant au niveau national, les historiens essaient de dépouiller les archives disponibles sur l’Assemblée des cardinaux et archevêques puis la Conférence des évêques de France6. Reste que celles-ci ne permettent pas encore de mesurer l’influence de telles institutions sur une éventuelle harmonisation des pratiques de la gouvernance épiscopale dans le cadre d’une nation.

4Par conséquent, les mécanismes de gouvernement qui caractérisent le catholicisme contemporain sembleraient susciter davantage de travaux au sein de la communauté historienne qui s’était jusqu’alors beaucoup intéressée à ses structures sociales et moins à ses institutions. Cette situation, variable selon les historiographies nationales, résulte pour l’essentiel de l’évolution historiographique de l’histoire religieuse contemporaine depuis les années 1960, fortement influencée par la concurrence de l’histoire sociale et culturelle qu’incarne alors l’école des Annales.

  • 7 Albert Piette, La Religion de près. L’activité religieuse en train de se faire, Paris, Métailié, 19 (...)

5En effet, si l’évêque du xixe siècle, plus récemment celui du xxe siècle, est désormais bien connu sous les angles sociaux et culturels de la formation et de la pastorale, que connaît-on du travail épiscopal, de l’exercice de son autorité et de ses pratiques de gouvernement ? L’échelle diocésaine n’est cependant pas la seule. Si la centralité romaine obéit à des règles propres au sein de la curie, la paroisse est aussi un lieu où l’exercice du gouvernement s’est profondément modifié entre curés et laïcs7. Les travaux manquent ici cruellement. Des études monographiques seraient éclairantes sur les transformations silencieuses qui se sont opérées durant le second xxe siècle à propos des modes de gouvernance paroissiale. À l’échelon national existe-il un mode de gouvernement spécifique à l’Église de France ? Que sait-on également des pratiques gouvernementales au sein d’un ordre ou d’une congrégation religieuse ?

6Afin que de nouvelles directions de recherches puissent voir le jour sur cette problématique de la gouvernance ecclésiale, il a semblé opportun d’organiser une rencontre scientifique qui envisage les différents jeux d’échelles structurant le gouvernement de l’Église catholique au xxe siècle. L’examen de plusieurs niveaux d’analyse (romain, congréganiste, diocésain) sur l’espace de la catholicité européenne est apparu comme un moyen d’ouvrir la réflexion en direction d’une histoire plus vaste, transnationale, du catholicisme contemporain au sein de laquelle circulent des modèles de gouvernance et de nouvelles figures du pouvoir fondant leur légitimité sur le savoir et l’expertise.

7Cette orientation historiographique sur le transnational constitue une approche privilégiée au sein du LARHRA qui soutient l’édition des actes de cette rencontre scientifique qui s’est déroulée à Lyon le 12 septembre 2013. Ce recueil n’épuise pas le sujet, loin s’en faut. Ainsi, la figure du théologien serait aussi à prendre en compte, apportant une aide théorique à la décision. Le gouvernement de l’Église catholique est donc un jeu subtil entre une diversité d’acteurs et d’institutions qui cherchent à imposer leur légitimité et leur expertise dans les rapports de pouvoirs. Les interventions proposées au cours de cette journée font donc état de ces différents niveaux d’analyse. Elles doivent suggérer de nouvelles perspectives de recherche.

Notes

1 François Jankowiak, La Curie romaine de Pie IX à Pie X : du gouvernement de l’Église et de ses États à celui de la seule Église universelle (1846-1914), Rome, EFR, 2007.

2 « Les secrétaires d’État du Saint-Siège (1814-1979). Sources et méthodes », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, t. 110, n° 2, 1998 ; François Jankowiak, Laura Pettinaroli, « Cardinaux et cardinalat, une élite à l’épreuve de la modernité (1775- 1978). Réflexions autour d’un projet collectif » et Olivier Sibre, « L’étude systémique de la diplomatie pontificale comme clé du rapprochement entre l’historiographie générale et celle du Saint-Siège », Rechtsgeschichte. Zeitschrift des Max-Planck-Instituts für europäische Rechtsgeschichte, 2012, n° 20, p. 363-365 et 396-397.

3 Laura Pettinaroli, Le Gouvernement pontifical sous Pie XI. Pratiques romaines et gestion de l’universel, Rome, EFR, 2013. 7

4 Louis Trichet, Le Synode diocésain, Paris, Cerf, 1992 ; Jacques Palard (dir.), Le Gouvernement de l’Église catholique. Synodes et exercice du pouvoir, Paris, Cerf, 1997 ; Louis Trichet, Les Synodes en France aux xixe et xxe siècles, Paris, Cerf, 2006.

5 Séverine Blenner-Michel, « L’autorité épiscopale dans la France du xixe siècle », Histoire@Politique, n° 18, septembre-décembre 2012 [en ligne : www.histoire-politique.fr].

6 Séverine Blenner-Michel, « L’Assemblée des cardinaux et archevêques (1919-1964) » et Christian Sorrel, « À l’heure du concile. Les débuts de la Conférence épiscopale française (1964-1974) », dans Frédéric Le Moigne, Christian Sorrel (dir.), Les Évêques français de la Séparation au pontificat de Jean-Paul II, Paris, Cerf, 2013, p. 313-327 et 329-344. 8

7 Albert Piette, La Religion de près. L’activité religieuse en train de se faire, Paris, Métailié, 1999 ; Céline Béraud, Prêtres, diacres, laïcs. Révolution silencieuse dans le catholicisme français, Paris, PUF, 2007. 9

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.frmollat.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search