Version classiqueVersion mobile

La coexistence confessionnelle en France et en Europe germanique et orientale

 | 
Catherine Maurer
, 
Catherine Vincent

Inscrire la coexistence dans l’espace

Une croix et trois cultes L’Alsace, un laboratoire multiconfessionnel au xixe siècle ?

Claude Muller

Texte intégral

  • 1 Arch. dép. Bas-Rhin, V 351.

On ne saurait se dissimuler qu’en Alsace, toutes les fois qu’une question religieuse vient à surgir, le pays tout entier se partage en deux camps hostiles. Et les hommes mêmes qui, par leur position officielle ou non, par leur éducation, par le rang qu’ils occupent dans la société, devraient échapper à ces influences, s’y laissent aller comme les autres1.

  • 2 Paul Leuilliot, « Sers », dans Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne, Strasbourg, Fédératio (...)
  • 3 Claude Muller, « La tension religieuse entre protestants et catholiques dans le Bas-Rhin en 1843 », (...)

1La déclaration de Louis Sers2, le préfet protestant du Bas-Rhin, de juillet 1843, nous introduit, sans aucune ambiguïté, dans un monde de turbulences3, celles provoquées par les églises mixtes partagées par les catholiques et les luthériens ou, moins souvent, par les catholiques, les luthériens et les calvinistes.

  • 4 Claude Muller et Bernard Vogler, Catholiques et protestants en Alsace. Le simultaneum de 1802 à 198 (...)
  • 5 Les églises mixtes existent aussi dans l’espace germanique. Voir notamment Christoph Schäfer, Das S (...)

2Ces curieuses églises, soumises au simultaneum, peuvent être considérées comme de véritables révélatrices des rapports confessionnels en Alsace. Elles n’épuisent pas, loin s’en faut, le sujet, mais elles nous livrent des enseignements remarquables, après avoir été longtemps ignorées4. Au xixe siècle, trois périodes se dégagent bien distinctement à l’étude de ce dossier polémique5. Tout d’abord un embarras lié à un héritage du passé, impliquant des tâtonnements entre 1802 et 1842. Ensuite une période exaltée où tout s’embrase entre 1842 et 1870. Enfin, entre 1870 et 1914, l’Alsace devenant allemande, apparaît une variable intéressante : comment la nouvelle administration va-t-elle résoudre ce problème bien réel ?

Nier l’existence d’un problème (1802-1841)

  • 6 Arch. dép. Bas-Rhin, V 351.

3« Le diocèse de Strasbourg, sous bien des rapports, est un des plus remarquables du royaume ; il l’est particulièrement par la diversité des cultes que les habitants y suivent », déclare l’évêque de Strasbourg, Mgr Le Pappe de Trévern, le 15 décembre 1828, en revenant d’une tournée pastorale destinée à prendre la mesure de son nouveau champ d’action. De fait, sous l’Empire, l’Alsace compte 1 018 000 habitants, dont 760 000 catholiques (74,6 %), 238 000 protestants (23,4 %) et 20 000 juifs (1,9 %). On peut ajouter qu’au début du xixe siècle, un protestant français sur deux réside en Alsace et un juif français sur deux6. On peut comparer avec les statistiques de 1910 : sur 1 218 803 habitants, on dénombre 867 194 catholiques (71,1 %), 322 943 protestants (26,5 %), 23 468 juifs (1,9 %) et 2 728 divers (0,2 %).

4Ces deux ensembles de chiffres, à un siècle de distance, démontrent que les catholiques doivent composer avec d’importantes minorités religieuses, les protestants prenant même proportionnellement plus d’importance après la cession de l’Alsace à l’Allemagne par le traité de Francfort (10 mai 1871). La région est par conséquent une terre multiconfessionnelle, ce qui contraste avec la situation générale en France mais ne surprend pas dans un espace rhénan où de tels mélanges existent aussi.

L’épineux problème du simultaneum, un héritage du passé

5Le simultaneum correspond à l’usage fait par les catholiques et les protestants d’un seul et même édifice de culte. Octave Meyer en donne cette définition juridique :

  • 7 Octave Meyer, Le simultaneum en Alsace, Saverne, Imprimerie savernoise, 1961, p. 8 (ouvrage plus ju (...)

L’affection à l’exercice de deux confessions religieuses, dont l’une est minoritaire, d’un seul et même édifice cultuel ou si l’on préfère l’exercice simultané des deux cultes dans l’unique bâtiment, cet exercice se faisant dans la pratique non d’une manière synchronique ce qui amènerait des troubles et de la confusion, mais d’une manière espacée dans le temps, successive, l’un des cultes relayant l’autre, le jour donné, dans l’occupation des lieux7.

  • 8 Claude Muller, « Simultaneum », dans L’Encyclopédie de l’Alsace, Strasbourg, Éd. Publitotal, vol. 1 (...)

6L’introduction du simultaneum est attestée dès 1563, à la suite d’une transaction entre le comte de Hanau-Lichtenberg et les chanoines de la collégiale Saints-Pierre-et-Paul à Neuwiller-lès-Saverne. Par la suite, l’usage apparaît ici et là, ainsi à Ouchtelfangen en 1621, non seulement en Alsace, mais aussi dans quelques localités de Lorraine et de Franche Comté, en Belgique et dans l’ensemble des pays rhénans, notamment dans le Palatinat. Toutefois l’introduction massive ne commence en Alsace qu’à partir de 1684, lorsque Louis XIV entreprend de restaurer le catholicisme et souhaite faire disparaître le protestantisme8.

7Sans doute suggéré par le vicaire général du diocèse, également prévôt du chapitre de Neuwiller-lès-Saverne, dès 1681, l’extension du procédé résulte d’un simple ordre royal, notifié par une lettre, jamais enregistrée, du 25 juillet 1684 : « Le roi trouve bon que l’on exécute les ordres que Sa Majesté a donnés pour la prise de possession des chœurs des églises du bailliage de Guermersheim, non seulement dans la Basse Alsace, mais encore dans les lieux de la province qui sont de la religion luthérienne. » Dans la plupart des cas, la mesure - le chœur aux catholiques, la nef aux protestants - est imposée entre 1684 et 1687. L’introduction peut être plus tardive, comme à la Petite Pierre en 1737.

8Le nombre d’églises mixtes ne cesse d’augmenter : 7 en 1683, 11 en 1684, 35 en 1685, 59 en 1686, 72 en 1687, 101 en 1695, 128 en 1713, 150 en 1740, 159 en 1765, chiffre maximum, 150 en 1802. Dès l’origine, des discussions éclatent et perdurent pendant tout le xviiie siècle, y compris au cours de la Révolution. Signalons que les églises mixtes sont plus nombreuses dans le Bas-Rhin (129) que dans le Haut-Rhin (21).

Du volontarisme à l’immobilisme

9Au lendemain de la Révolution, il apparaît urgent au pouvoir central de rétablir la paix, surtout en matière religieuse. Le futur évêque de Strasbourg devient Jean Pierre Saurine, un ancien constitutionnel choisi parce qu’il est sur la même ligne politique que le Premier Consul, celle de « l’oubli du passé ». Dans l’intérêt de la consolidation de l’État, Bonaparte estime qu’il faut donner « des apaisements aux âmes religieuses », sans sacrifier l’une des plus précieuses conquêtes de la Révolution, la liberté de conscience. Le véritable problème qui apparaît dans les villages mixtes alsaciens, du moins dans ceux qui possèdent une église simultanée, est l’élaboration d’une réglementation suffisamment solide pour éviter les frictions du xviiie siècle.

10Or, le concordat de 1801 est muet sur la question du simultaneum. Seuls les articles organiques contiennent une disposition s’y rapportant, l’article 46, qui stipule que « le même temple ne pourra être consacré qu’à un même culte ». L’auteur de la loi, le ministre Portalis, le commente ainsi : « Cette disposition a pour objet de prévenir les scandales et les rixes. » Portalis avait vraisemblablement en tête les difficultés survenues au sein d’églises qui partageaient prêtres et fidèles constitutionnels d’un côté, ecclésiastiques et fidèles réfractaires de l’autre, églises mixtes certes, mais églises mixtes entre catholiques.

  • 9 Arch. dép. Bas-Rhin, V 352.

11Dès qu’il apprend les dispositions de la législation, le sous-préfet de Barr, qui sait de quoi il parle, puisque dans sa circonscription les églises mixtes entre protestants et catholiques sont nombreuses, évoque la difficulté que représenterait l’application littérale de l’article 46. Il affirme : « Quelque parti que l’on adopte, il est difficile qu’il n’en résulte pas des agitations et des troubles. » Surtout il propose le maintien des églises mixtes, d’autant plus que, selon lui, « la simultanéité des cultes étant consacrée par l’usage, elle est loin d’avoir présenté des inconvénients, n’ayant servi qu’à resserrer entre catholiques et protestants les nœuds d’une douce fraternité. » À cet argument irénique et forcément contestable dans les faits succède un autre beaucoup plus probant : « Après une Révolution de douze ans, il ne reste ni les moyens, ni les ressources nécessaires pour faire des constructions dispendieuses9 ».

12Ces remarques répercutées par le préfet auprès du ministre, sans doute avec d’autres, vont faire changer d’avis Portalis qui ordonne désormais de « tolérer l’exercice des différents cultes dans un même temple. » Le ministre écrit encore : « Détruire ces usages lorsqu’ils sont anciens et que tout s’est arrangé en conséquence, ce serait faire naître les semences de rivalité, de haine et de division que la loi a voulu prévenir. » Il conclut :

  • 10 Arch. dép. Bas-Rhin, V 352.

Il sera donc sage et même nécessaire dans les circonstances présentes de ne rien innover dans les coutumes reçues relativement à l’exercice des différents cultes dans un même temple, jusqu’à ce que les circonstances puissent permettre d’assigner un temple à chaque culte10. » À une volonté de prendre à bras le corps un réel problème succède l’immobilisme le plus total.

Étouffer toute contestation

13Méconnaître l’héritage du xviiie siècle s’avère pourtant risqué. Portalis l’apprend rapidement car, sous l’Empire, des difficultés se font jour de manière épisodique. En 1803, à Scharrachbergheim, Wolgantzen, Wangen et Balbronn, les mésententes éclatent au sujet des heures d’occupation de l’église. À Preuschdorf et Lampertsloch, le curé accuse les protestants de se placer sur l’autel « comme des animaux », termes assurément excessifs. À Cleebourg en 1806 et à Rountzenheim en 1807, les discussions s’enflamment à cause de la répartition des horaires. L’occupation du chœur pose problème à Gundershoffen en 1806 et Mgr Saurine apprend au ministre des Cultes qu’on y a brisé un crucifix. À Mietesheim, l’évêque évoque un autel catholique démoli pendant la Révolution et d’autres autels alimentent les rancœurs, comme à Gunsbach en 1807. À Lembach, l’emplacement de bannières crée une agitation, laquelle s’éternise pendant quatre ans, entre 1810 et 1814. À Gundershoffen, on se dispute pour des bancs en 1812, à Uttenhoffen à nouveau pour un autel en 1813. Partout les contestations semblent avoir été étouffées car les administrateurs locaux ont tout intérêt à minimiser les faits : il y va de leur place, les préfets du Haut-Rhin et surtout du Bas-Rhin les ayant avertis qu’ils les rendraient personnellement responsables des événements.

14La Restauration, remettant à l’honneur le catholicisme, ne peut être que responsable d’un regain de tensions. Les curés et les communautés catholiques deviennent plus offensifs. Des agitations sporadiques apparaissent à Échery en 1819, à Horbourg en 1821, à Herbitzheim en 1825, à Voellerdingen en 1826, à Scharrachbergheim, Hunawihr et Irmstett en 1827, à Bischwihr en 1828 et à Waltenheim en 1830. C’est surtout l’Outre-Forêt, partie septentrionale de l’Alsace où résident de nombreux protestants, qui devient un foyer de discordes. À Preuschdorf en 1818, le curé veut réintroduire un office tombé en désuétude. Mal lui en prend. À Reimerswiller, entre 1819 et 1827, l’élaboration d’un règlement agite le village pendant huit ans. À Lampertsloch, en 1819 et 1820, les catholiques accusent les protestants d’envahir le chœur. Mais à Froeschwiller, entre 1824 et 1826, ce sont les protestants qui ne veulent pas d’une bannière catholique.

  • 11 Paul Leuilliot, « Deux exemples de difficultés du simultaneum en Alsace (Buhl et Leiterswiller) », (...)
  • 12 Développements plus conséquents dans les ouvrages de Claude Muller : Le simultaneum dans l’Outre-Fo (...)

15D’autres agitations naissent à Niederseebach entre 1824 et 1830, à Langensoultzbach en 1825, à Niederbetschdorf en 1825, à Oberbetschdorf en 1826 et 1827, à Buhl en 1825, à Roppenheim en 1825 et 1826, à Hatten entre 1826 et 1829 (les catholiques veulent y fermer le chœur), à Leiterswiller en 182611 et 1829, à Niedersteinbach en 1827, à Griesbach en 1828 et à Schwabwiller en 1829 et 1830. Dans toutes ces affaires, sous-préfets et préfets cherchent à atermoyer et pratiquent une politique de « pourrissement » des dossiers qui ne semble guère efficace. Si les conseils de fabrique et les conseils presbytéraux montent les litiges en épingle, l’administration les minimise12.

16Pendant la Monarchie de Juillet, les conflits s’atténuent mais persistent : à Lampertsloch, en 1830 et 1831, une nouvelle église mixte est reconstruite, mais pasteur et curé sont en désaccord quant à la rédaction du règlement ; à Niederseebach, entre 1830 et 1837, on discute aussi d’une convention. Près d’une quinzaine de litiges sont encore à recenser : à Kutzenhausen en 1831, à Niedersteinbach entre 1830 et 1832, à Sundhouse en 1831 et 1832, à Wangen entre 1831 et 1834, à Forstfeld entre 1833 et 1837, à Weiterswiller, Reimerswiller et Vendenheim entre 1833 et 1834, à Ostheim et Andolsheim en 1835, à Mittelwihr en 1835 et 1836, à Hunawihr, Bischwiller et Woerth entre 1836 et 1838 et surtout à Gumbrechtshoffen entre 1834 et 1841, où une pénible agitation de sept ans à propos du placement des autels, de la chaire et des bancs dans la nouvelle église mixte est lourde de conséquences. Le mouvement a tendance à faire tache d’huile : les difficultés d’une paroisse peuvent s’étendre rapidement à une autre. Dans tous les cas, la responsabilité d’au moins un des ministres du culte apparaît nettement.

17Durant toute la période 1801-1842, il y a seulement dix suppressions du simultaneum en Alsace : à Neuwiller-lès-Saverne et Wissembourg en 1802, à Brumath, Mulhouse et Oberseebach en 1804, à Wintzenbach en 1812, à Barr en 1826, à Reimerswiller en 1828, à Keskastel en 1833 et à Pisdorf en 1841. En revanche, quatre introductions du simultaneum ont encore lieu dans la période, indice que le système est encore vu favorablement par certains : à Sondernach en 1825, à Domfessel en 1826 et surtout à Niederseebach et à Fostfeld en 1837. En 1841 subsistent donc encore 144 églises mixtes en Alsace. Depuis 1805, leur nombre n’a pratiquement pas varié.

Le simultaneum sur le devant de la scène (1842-1870)

  • 13 Archives de l’archevêché de Strasbourg, casier Woerth.

18Le 24 juillet 1843, Mgr André Raess, à peine entré en fonction, décrit au ministre des Cultes l’agitation régnant dans les campagnes alsaciennes « où le protestantisme malgré son infériorité numérique se montre toujours si avide de domination et où les pasteurs sont en général si intolérants, si exclusifs, si remuants13. » Cette déclaration, pour le moins fracassante, donne une idée des passions exacerbées de l’époque, à la mesure d’une crise sans précédent.

Le paroxysme d’une crise

19L’arrivée sur le siège épiscopal de Mgr Raess coïncide en effet avec une crise sans précédent, liée à la rencontre d’une conjoncture et d’un homme. L’affaire débute à Gundershoffen où protestants et catholiques, échauffés par les discussions sans fin de la localité voisine de Gumbrechtshoffen, en viennent aux mains à propos de l’usage du chœur. L’administration prend soudainement conscience de l’existence d’une source de conflit pernicieuse qu’elle va alors chercher, en vain, à résoudre. Le conflit confessionnel de Gundershoffen prend une telle ampleur qu’il est fait appel au ministre des Cultes pour le régler.

20Le 15 mars 1843, Nicolas Martin du Nord tranche. Le chœur à Gundershoffen, comme dans toutes les églises mixtes, doit revenir de droit aux catholiques. Or, c’est méconnaître une donnée fondamentale : depuis le xviiie siècle, dans près de la moitié des églises mixtes alsaciennes, les protestants occupent le chœur par manque de place dans la nef et les catholiques, trop à l’étroit dans le chœur, débordent aussi dans la nef. L’expansion démographique met à mal la règle et l’usage l’emporte sur le droit. Le ministre provoque donc un tollé protestant et une députation est envoyée à Paris pour le faire revenir sur sa décision.

21Il reconnaît son erreur. Le 22 avril 1843, il rend un nouvel arrêt dans lequel il est reconnu que chaque simultaneum est un cas à part et que le ministre tranchera en dernier ressort en cas de difficultés. La décision mécontente cette fois les catholiques. La presse catholique ultra, notamment L’Abeille de Humbourg et L’Observateur du Rhin de Joseph Axinger, que l’affaire de Baldersheim naissante met encore plus en ébullition, se déchaîne. À Gundershoffen, nonobstant la décision du ministre, les catholiques font ériger une grille entre le chœur et la nef, afin qu’il soit impossible de pénétrer dans leur espace. Des scènes de violences éclatent non seulement à Gundershoffen, mais encore dans d’autres localités. Les uns cherchent à édifier des grilles, les autres les arrachent !

22Des discussions sans fin sur la clôture ou non du chœur et sur d’autres sujets récurrents sont particulièrement perceptibles dans l’Alsace septentrionale : à Oberbetschdorf entre 1840 et 1842, à Reimerswiller et Kauffenheim en 1841 et 1842, à Gundershoffen jusqu’en 1845, à Gumbrechtshoffen entre 1843 et 1846, à Mietesheim en 1843 et 1844, à Niederbetschdorf en 1843, à Wingen en 1843 et 1844, à Niederbronn en 1843, à Preuschdorf entre 1843 et 1846, à Morsbronn entre 1843 et 1849 (soit six années consécutives), à Cleebourg entre 1844 et 1846, à Langensoultzbach entre 1844 et 1846, à Schwabwiller en 1845, à Froeschwiller entre 1845 et 1846 et à Woerth entre 1846 et 1847.

23Ailleurs, les problèmes naissent à cause de l’exacerbation de vieilles querelles donnant lieu à de longs palabres comme à Ernolsheim entre 1840 et 1845, à Vendenheim entre 1841 et 1848, à Graufthal entre 1842 et 1852 ou, de façon plus modérée, à Romanswiller, Waltenheim et Mackwiller en 1843 et 1844, à Kirrwiller entre 1845 et 1850 ou à Domfessel en 1845. Dans le consistoire de Bischwiller, une crise sans précédent affecte Gries et Weitbruch. Malgré cela et totalement à contre-courant, le simultaneum est encore introduit à Kurtzenhouse en 1843. Dans le Haut-Rhin, la crise paraît inexistante, avec seulement des dissensions à Wolfgantzen.

Une réponse à la crise

24L’explosion, qui a lieu dès l’avènement de Mgr Raess sur le siège de saint Amand, incite l’évêque à tout mettre en œuvre pour mettre fin au simultaneum. Il obtient quelques résultats. Le simultaneum est supprimé à Langensoultzbach en 1844 et à Herbitzheim en 1846. À Hoerdt, en 1842, les catholiques veulent construire une chapelle mais le préfet refuse l’année suivante plans et devis. Finalement, après bien des péripéties, le simultaneum est aboli à Hoerdt en 1847. Mgr Raess consacre l’église catholique en 1849, l’ancienne église mixte devient exclusivement protestante. Si à Herbitzheim, en 1846, ce sont les catholiques qui font construire une église, à Keskastel et à Bischtroff, ce sont les protestants qui font construire un temple.

25Énumérons d’abord les fins de simultaneum dans le Bas-Rhin : Siewiller en 1850, Bust et Zehnacker en 1852, Trimbach en 1855 après plus de huit années de discussions, Butten et la Robertsau en 1856, Boofzheim en 1863, Keffenach et Illkirch en 1865, Westhoffen et Rothau en 1866, Petersbach et Niedermodern en 1867, Uhrwiller et Kirrberg en 1868, Gerstheim et Schopperten en 1869. Dans le Haut-Rhin, le simultaneum prend fin à Riquewihr en 1846. Les négociations avaient débuté en 1842 et évoquaient la construction d’un temple et d’une église. Les catholiques grondent parce que c’est le temple qui est construit en priorité, puis c’est le partage de la cloche et du mobilier qui crée la division. Suivent les fins du simultaneum à Bischwihr en 1852, à Ostheim en 1854, à Algolsheim en 1861 et enfin à Beblenheim en 1865. L’action de l’évêque est manifeste dans les paroisses haut-rhinoises, sans doute parce qu’il est originaire de Sigolsheim. Et, encore à contre-courant, voici une dernière réintroduction du simultaneum, à Hanhoffen près de Bischwiller, en 1857.

La poursuite des discussions

  • 14 Archives de l’archevêché de Strasbourg, casier Woerth.

26Le deuxième mouvement de suppression ne saurait faire oublier qu’entre 1845 et 1870, le nombre de discussions relatives à l’usage de l’église mixte n’a jamais été aussi impressionnant. En avril 1846, le chœur de l’église simultanée de Lampertsloch est occupé par les protestants le jour de Pâques. Le curé dénonce « l’invasion, infraction évidente du statu quo ministériel. » Il ajoute que « le canton de Woerth semble être en ce moment le cratère d’un volcan en pleine incandescence, où l’esprit de secte vomit sans relâche sa lave14. »

27Diverses amabilités sont échangées à Steinseltz, Lampertsloch et Niedersteinbach en 1846. En août 1847, de vieilles querelles sont remises au jour par le nouveau curé. À Climbach, en 1849, le nouveau desservant catholique qui réside désormais sur place demande une modification d’horaires. En 1850, la communauté catholique de Mackwiller s’oppose en vain à l’installation d’un tableau représentant Luther dans la nef de l’église. La même année, le curé Sensenbrenner demande la construction d’une sacristie catholique à Ernolsheim, ainsi que le déplacement de la table de cène. S’il obtient satisfaction sur le premier point, il n’en va pas de même pour le second.

28Dans l’Outre-Forêt, de vives discussions affectent successivement Lembach en 1851, Cleebourg entre 1852 et 1857, Woerth entre 1850 et 1852, Froeschwiller entre 1852 et 1859, Kutzenhaussen entre 1854 et 1857, Mertzwiller entre 1854 et 1856, Goersdorf entre 1854 et 1856, Uttenhoffen en 1854 et 1857, Gundershoffen en 1854 et 1855, à nouveau Woerth en 1855 et 1856, Griesbach en 1856, Niederroedern entre 1856 et 1862, où la situation est particulièrement tendue, Rountzenheim entre 1857 et 1861, Rott en 1857, Cleebourg entre 1857 et 1864 sans interruption, encore Woerth entre 1856 et 1862, Oberbetschdorf en 1858, Uhrwiller en 1859 et 1860, Rott entre 1860 et 1862, Rittershoffen entre 1861 et 1862, Gundershoffen, Keffenach et Soultz-sous-Forêts en 1864 et 1865, Niederroedern en 1862 et 1863, Woerth en 1864, Froeschwiller en 1864 et 1865, Niedersteinbach en 1864, Morsbronn en 1865, Buhl en 1864, Nierderroedern entre 1866 et 1869, Kutzenhausen entre 1866 et 1870, Oberbetschdorf en 1868, Ingolsheim et Gumbrechtshoffen en 1867, Uhrwiller en 1867 et 1868, Rott entre 1867 et 1869, Forstfeld et Lampertsloch en 1868 et 1869.

29Ailleurs dans le Kochersberg, le Pays de Hanau et l’Alsace Bossue, le même phénomène apparaît, de manière cependant moins virulente. Relevons les désaccords à Siewiller entre 1851 et 1857, à Domfessel, Zollingen et Olwisheim en 1852, à Lampertheim en 1852 et 1853, à Reipertswiller en 1853 et 1854, à Dossenheim entre 1857 et 1861, à Domfessel entre 1858 et 1859, à La Petite Pierre entre 1858 et 1868, à Voellerdingen en 1869, à Imbsheim en 1869 et 1870, à Irmstett en 1870. Dans le Haut-Rhin, des problèmes surviennent à Horbourg en 1844 et 1865 ainsi qu’à Sondernach en 1854. Devant cette effervescence, l’administration impériale semble impuissante, alors qu’évêché et directoire de la Confession d’Augsbourg s’accusent mutuellement de tous les maux, mais cherchent en même temps à faire établir quelques accords ponctuels. Côté protestant, c’est le consistoire qui pousse le plus à l’intransigeance.

Évolution des conjonctures et permanence des structures (1871-1914)

30Par le traité de Francfort du 10 mai 1871, la France cède l’Alsace à l’Allemagne. La nouvelle donne politique a des conséquences religieuses. Alors que la France était majoritairement catholique, l’Allemagne est majoritairement protestante, en particulier la Prusse. Ce renversement du rapport de force entraîne une évolution des attitudes des deux confessions. Face à l’administration, les discussions qui naissent à propos du simultaneum témoignent d’une assurance plus marquée du côté protestant.

Une affirmation protestante

31Relevons d’abord la propagation d’une rumeur qui précède et suit l’avancée des troupes allemandes. Tant le pasteur de Climbach que Birckel, notable de Riquewihr, expriment la crainte qu’une nouvelle Saint-Barthélemy ait lieu au cours du conflit. Peur sans fondement mais récurrente en Alsace.

32L’ébullition confessionnelle perdure. On relève de nouvelles agitations à Dettwiller en 1870 et 1871, à Vendenheim en 1871, à Domfessel entre 1871 et 1873, à Weiterswiller entre 1870 et 1872, à Lampertheim entre 1870 et 1875, à Eckartswiller en 1872 et 1873, à Eckbolsheim et Wolfisheim entre 1870 et 1881 sans interruption aucune, à Rott en 1870, à Climbach entre 1870 et 1876, à Schwabwiller entre 1870 et 1873, à Goersdorf entre 1870 et 1874, à Lampertsloch entre 1872 et 1874, à Lembach entre 1871 et 1887, un immense brasier qui ne s’éteint pas, à Cleebourg entre 1873 et 1879, à Oberbetschdorf entre 1874 et 1884, à Steinseltz entre 1874 et 1879, à Goersdorf en 1877 et 1878, à Morsbronn entre 1879 et 1880, à Climbach entre 1881 et 1882, enfin à Niederroedern. Dans le Haut-Rhin, le feu confessionnel brûle à Hunawihr en 1878 et 1879, Fortschwihr en 1880 et Wolfgantzen en 1884.

33Il n’y a aucune difficulté pour porter les affaires devant la nouvelle administration allemande : les pétitions des uns et des autres sont rédigées en allemand. Confrontés au problème, les fonctionnaires allemands paraissent dans un premier temps débordés, sans doute parce qu’il y a des choses plus urgentes à régler. Puis, progressivement, ils adoptent une attitude de plus en plus ferme, sanctionnant les manifestants les plus turbulents. Les conflits deviennent moins nombreux, même s’ils persistent et même si politique et religion s’entremêlent parfois. Surtout, les catholiques lancent l’idée de la suppression du simultaneum sur une grande échelle… Et le projet va aboutir.

L’Œuvre des églises mixtes et ses conséquences (1884-1914)

  • 15 Claude Muller, « Les résultats de l’Œuvre des églises mixtes en Alsace (1884-1914) », Archives de l (...)

34Lassé des querelles nées du simultaneum, Mgr Raess décide en 1884, au soir de sa vie, de créer une caisse appelée « Œuvre des églises mixtes15 », caisse chargée de récolter l’argent permettant de construire des églises pour les catholiques, l’ancienne église mixte devant revenir aux protestants. L’œuvre doit constituer le moyen d’éradiquer le simultaneum à l’échelle du diocèse. Les successeurs de Mgr Raess, Mgr Stumpf, en fonction de 1887 à 1890, et surtout Mgr Fritzen, en fonction entre 1890 et 1919, poursuivent dans cette voie.

35Grâce à l’Œuvre des églises mixtes, cinquante suppressions de simultaneum ont lieu. Dans 45 cas, la suppression est obtenue grâce à la construction d’une église catholique ; dans deux cas seulement, c’est l’érection d’un temple protestant qui en est responsable ; enfin trois cas d’abandon des droits d’une confession sur l’édifice mixte sont enregistrés, un abandon des droits catholiques et deux abandons de droits protestants.

36Chronologiquement, les localités où cesse le simultaneum sont Andolsheim et Pfaffenhoffen en 1884, Lampertheim en 1885, Niederbronn en 1886, Dorlisheim en 1887, Oberbetschdorf en 1889, Muttersholtz en 1890, Domfessel, Irmstett, Eckbolsheim, Schweighouse-sur-Moder et Vollerdingen en 1891, Scharrachbergheim en 1893, Mittelbergheim en 1894, Goersdorf en 1895, Vendenheim en 1896, Climbach en 1897, Mackwiller en 1897, Horbourg, Plobsheim, Woerth-sur-Sauer en 1898, Birlenbach, Buhl, Cleebourg, Romanswiller, Roppenheim, Schiltigheim et Steinseltz en 1899 (soit six suppressions la même année), Sondernach, Geudertheim, Leiterswiller et Lingolsheim en 1901, Ingolsheim et Schwindratzheim en 1902, Niedersteinbach et Wintzenheim-Kochersberg en 1903, Graufthal et Gumbrechtshoffen en 1905, Allenwiller, Balbronn et Kutzenhausen en 1906, Lembach en 1907, Soultz-sous-Forêts en 1909, Gundershoffen en 1910, Gries et Sessenheim en 1912, enfin Bischheim, Kirrwiller et Traenheim en 1913.

37Ce mouvement de construction peut être estimé à 2 876 500 marks. L’Œuvre des églises mixtes fournit à peine 13 % de la somme, mais l’argent qu’elle rassemble, immédiatement disponible, permet de commencer les travaux sans attendre. L’État allemand finance à hauteur de 17 % : c’est bien plus que l’État français avant 1870. Est-ce le signe qu’il désire davantage la fin de cet usage qualifié de « reiner Unsinn »- pure absurdité - ? Les communes contribuent à hauteur de 10,4 %. Leur aide varie en fonction de la composition confessionnelle du conseil municipal. Les protestants donnent aussi : 2,8 % du total, ce qui correspond à la somme versée en échange de l’abandon des droits catholiques sur l’église mixte.

38Il reste que 1 291 000 marks, soit 44,9 % du total, sont payés par les catholiques, avec une somme de 329 500 marks versés par de généreux donateurs. L’artisan du mouvement est indéniablement Mgr Fritzen, l’évêque désormais allemand du diocèse. Son obstination et son habileté expliquent la réussite de l’entreprise. Mais il est aussi secondé par une génération de curés « bâtisseurs d’églises » qui entreprennent sur le terrain la réalisation du projet épiscopal, devançant parfois même l’administration diocésaine, comme à Roppenheim. Ce mouvement qui fait passer le nombre des églises mixtes de 114 en 1880 à 64 en 1914 prend fin avec le début de la Première Guerre mondiale.

Le ralentissement des discussions

39La vague de suppression ralentit mathématiquement le nombre des plaintes récurrentes et élimine quasi systématiquement les crises les plus aiguës. Pour autant, les contestations ne disparaissent pas totalement. Une ultime énumération des conflits, notamment dans l’Outre-Forêt, s’avère nécessaire : Woerth (1886-1892), Uhrwiller (1887), Preuschdorf (1889), Rountzenheim (1889-1894), Goersdorf (1887-1892), Soultz-sous-Forêts (1891), Lembach (1891), Niederbetschdorf (1892-1893), Mietesheim (1893), Lampertsloch (1892- 1895), Morsbronn et Kutzenhausen (1894), Mertzwiller (1894-1899), Forstfeld (1895), Niederbetschdorf (1896-1901), Preuschdorf (185-1896), Hatten (1896- 1900) et Wingen (1896-1900). L’entrée dans le xxe siècle ne change rien : les plaintes se poursuivent à Griesbach et à Oberbronn (1903-1904), à Schwabwiller (1906-1907), à Forstfeld (1912-1913), et une nouvelle fois à Griesbach (1912- 1914).

40Ailleurs, dans le Pays de Hanau et l’Alsace Bossue, au nord de l’Alsace, relevons des tensions à Voellerdingen (1883-1885), La Petite Pierre (1884), Dossenheim (1885), Balbronn (1885-1890), Dettwiller (1885-1890), Wangen (1892), Dossenheim (1893-1894), Volksberg (1894-1897), Zollingen (1896- 1899), Wolfisheim (1898), Wolschheim (1898-1900), Volksberg (1899-1901), Rimsdorf (1901-1905), Weinbourg (1907-1910), Eckartwiller (1908), Reipertswiller (1910), Wolschheim (1910-1912), Tieffenbach (1911-1914) et Menchhoffen (1913). Deux conflits méritent d’être signalés dans le Haut-Rhin : Hunawihr (1893-1894) et Wihr-en-Plaine (1908-1912).

41Parmi les motifs de conflit, il en est un qui revient plus fréquemment que d’autres : l’introduction en 1893 de l’heure de l’Europe centrale, introduction qui suppose une nouvelle réglementation des horaires dans les églises mixtes, les uns et les autres se sentant lésés par l’innovation. Et, à mettre au nombre des curiosités alsaciennes, le souhait d’introduire un sapin dans l’église à Noël provoque une levée de bouclier de l’autre confession.

  • 16 Voir aussi Josef Schmitt, Simultankirchenrecht im Grossherzogtum Baden unter der Herrschaft des bur (...)

42Au terme de cette étude, insistons d’abord sur un choix assumé de présentation. Pour prendre la mesure d’un sujet a priori conflictuel, nous avons en effet mis volontairement l’accent sur une énumération de discussions16 et sur la litanie des lieux où celles-ci naissent, à l’issue d’un dépouillement d’environ vingt mille documents. Pour autant, une réflexion plus approfondie sur le dossier aboutit à un contre-pied surprenant. En effet, quand tout va bien, nul besoin de le dire et encore moins de l’écrire. En revanche, le litige engendre la correspondance. En d’autres termes, de toute évidence, les communautés se sont aussi accoutumées à l’usage du simultaneum, comme en témoignent les plages de silence plus ou moins longues selon les paroisses. Ainsi s’expliquent à la fois la conservation d’archives en trompe l’œil et la persistance d’un usage encore en vigueur aujourd’hui dans une cinquantaine de lieux de culte alsaciens.

Notes

1 Arch. dép. Bas-Rhin, V 351.

2 Paul Leuilliot, « Sers », dans Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne, Strasbourg, Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace, 2000, p. 3622.

3 Claude Muller, « La tension religieuse entre protestants et catholiques dans le Bas-Rhin en 1843 », Revue d’Alsace, 1982, 108, p. 123-132.

4 Claude Muller et Bernard Vogler, Catholiques et protestants en Alsace. Le simultaneum de 1802 à 1982, Strasbourg, Publications de la Société savante d’Alsace et des régions de l’Est, 1983.

5 Les églises mixtes existent aussi dans l’espace germanique. Voir notamment Christoph Schäfer, Das Simultaneum. Ein staatskirchenrechtliches, politisches und theologisches Problem des Alten Reichs, Francfort-sur-le-Main et Berne, Peter Lang, 1995 ; Bernard Vogler « Simultaneum » dans Theologische Realenziklopädie, Berlin, De Gruyter, 2000, vol. 31, p. 280-283 ; Heinz Henke, Wohngemeinschaften unter deutschen Kirchendächern. Die simultanen Kirchenverhältnisse in Deutschland - eine Bestandsaufnahme, Leipzig, Engelsdorfer Verlag, 2008 (fondamental).
Dans le proche Palatinat, signalons les six travaux de Hans Ammerich : « Das Simultaneum zu Rohrbach », dans 500 Jahre Kirche in Rohrbach, Rohrbach, Evangelische und katholische Kirchengemeinde Rohrbach, 1984, p. 13-34 ; « Auswirkungen des Simultaneums im kirchlichen Alltag, dargestellt an Beispielen aus dem Herzogtum Pfalz-Zweibrücken », dans Hans Walter Herrmann (dir.), Die alte Diözese Metz - L’ancien diocèse de Metz, Sarrebruck, Veröffentlichungen der Kommission für Saarländische Landesgeschichte und Volksforschung, 1993, p. 277-292 ; « Protestantisch und katholisch zugleich, 300 Jahre Simultankirche in der Pfalz », dans Dietmar Wenzel (dir.), 300 Jahre Frieden von Ryswick 1697-1997, Rohrbach, 1997, p. 29-50 ; « Katholisch und protestantisch zugleich. Zur Enstehung der Simultankirchen in der Pfalz », dans Élisabeth Reil, Rolf Schieder (dir.), Wahrheit suchen – Wirklichkeit Wahrnehmen, Landau, Knecht, 2000, p. 255-264 ; « Von Simultan zu Heilig Kreuz. Grundlinien der Geschichte der katholischen Gemeinde in Zweibrücken im 19. Jahrhundert », dans Charlotte Glück-Christmann (dir.), Zweibrücken 1793 bis 1918, Blieskastel, Bliesdruckerei, 2002, p. 358-377 ; « Die Enstehung der Simultankirchen in der Pfalz », Archiv für mittelrheinische Kirchengeschichte, 2010, 62, p. 199-218. Voir aussi Paul Warmbrunn, « Simultaneen in der Pfalz », Jahrbuch für westdeutsche Landesgeschichte, 1988, n° 14, p. 97-122.

6 Arch. dép. Bas-Rhin, V 351.

7 Octave Meyer, Le simultaneum en Alsace, Saverne, Imprimerie savernoise, 1961, p. 8 (ouvrage plus juridique qu’historique).

8 Claude Muller, « Simultaneum », dans L’Encyclopédie de l’Alsace, Strasbourg, Éd. Publitotal, vol. 11, 1985, p. 6896-6903.

9 Arch. dép. Bas-Rhin, V 352.

10 Arch. dép. Bas-Rhin, V 352.

11 Paul Leuilliot, « Deux exemples de difficultés du simultaneum en Alsace (Buhl et Leiterswiller) », Revue d’Alsace, 1931, 82, p. 182-188.

12 Développements plus conséquents dans les ouvrages de Claude Muller : Le simultaneum dans l’Outre-Forêt (1802-1914), thèse de IIIe cycle de théologie catholique, dactylographiée, université de Strasbourg, 1983, et Églises mixtes du Kochersberg, du Pays de Hanau et d’Alsace Bossue (1802-1914), Saverne, Société d’histoire et d’archéologie de Saverne, 1983.

13 Archives de l’archevêché de Strasbourg, casier Woerth.

14 Archives de l’archevêché de Strasbourg, casier Woerth.

15 Claude Muller, « Les résultats de l’Œuvre des églises mixtes en Alsace (1884-1914) », Archives de l’Église d’Alsace, 1986, 45, p. 287-338.

16 Voir aussi Josef Schmitt, Simultankirchenrecht im Grossherzogtum Baden unter der Herrschaft des burgerlichen Gesetzbuchs, Ortsgeschichte, Rechtsgeschichte und Systematischer Teil, Karlsruhe, G. Braunsche Hofbuchdruckerei, 1909, et Jean-Marie Debard, « Une institution interconfessionnelle : le simultaneum dans l’ancienne seigneurie d’Héricourt du xvie au xxe siècle », Mémoires de la Société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, Dijon, Société pour l’Histoire du Droit et Institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, 1963, p. 43-71.

Auteur

Professeur d’Histoire d’Alsace à l’Université de Strasbourg, directeur de l’Institut d’histoire d’Alsace et membre de l’EA ARCHE (Arts, civilisation et histoire de l’Europe) - EA 3400. Il a notamment publié L’Alsace napoléonienne (1802-1815) (2012), Dieu, la Prusse et l’Alsace (1870-1914) (2013) et L’Alsace du Second Empire (1852-1870) (2015).

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search