Version classiqueVersion mobile

La coexistence confessionnelle en France et en Europe germanique et orientale

 | 
Catherine Maurer
, 
Catherine Vincent

Inscrire la coexistence dans l’espace

Territoire, droit seigneurial et coexistence confessionnelle aux marges occidentales du Saint-Empire (xvie-xviiie siècles)

Laurent Jalabert

Texte intégral

1Le territoire, on le sait, est une donnée essentielle pour comprendre la réalité politique mais aussi religieuse, confessionnelle du Saint-Empire : c’est le territoire qui justifie de la représentation d’un prince ou d’une ville à la Diète, qui offre le cadre premier de la justice et auquel est accolée, a priori, une identité religieuse. On se souvient de l’entreprise éditoriale menée par Anton Schindling et Walter Ziegler, Die Territorien des Reichs im Zeitalter der Reformation und Konfessionalisierung. Land und Konfession (1500-1650). Le sous-titre est assez révélateur pour ne pas s’appesantir sur l’importance du territoire, même si la date de 1650 pourrait être certainement repoussée si une nouvelle publication de ce type voyait le jour. Toutefois, il apparaît que le jeu des échelles permet, à travailler sur les emboîtements territoriaux, de nuancer pour certains territoires d’Empire l’idée d’identité confessionnelle uniforme. En d’autres termes, affirmer que tel territoire est catholique, luthérien ou calviniste n’a parfois pas grand sens si l’on entre dans le détail de la composition territoriale elle-même. Il semble ainsi nécessaire de distinguer deux choses : la qualification politique de l’identité confessionnelle d’un territoire et la réalité confessionnelle dudit territoire, réalité qui relève de la politique interne, même s’il peut y avoir des incidences extérieures dans le cadre de revendications de minorités religieuses.

2Notre propos est de partir de la réalité seigneuriale qui constitue le substrat de ces territoires. Si nombre de seigneurs sont de la même confession que leur prince, si celui-ci possède lui-même seigneuries et droits de collation, il doit cependant compter avec des enclaves seigneuriales et le partage de droits seigneuriaux avec d’autres personnes dans le cadre de condominiums. Ainsi, l’analyse des droits et de l’attitude de seigneurs à l’égard des différentes confessions permet de mieux comprendre les phénomènes de résistance du catholicisme en certains lieux au xvie siècle, voire sa reviviscence aux xviie et xviiie siècles. L’enchevêtrement des droits seigneuriaux peut entraîner le conflit mais également l’entente raisonnée qui représente aussi une forme de coexistence à l’échelle des détenteurs de pouvoirs. L’objet de cette communication est donc, à travers quelques exemples, d’observer cette donnée qu’est le droit seigneurial comme facteur de création d’une situation de coexistence confessionnelle, ainsi que son incidence sur la coexistence elle-même.

3Pour ce faire, nous allons observer une zone géographique qui se situe aux frontières du duché de Lorraine et du royaume de France, dans des territoires appartenant pour l’essentiel à la famille des Nassau-Sarrebruck et Nassau-Usingen. À la veille de la Révolution française, c’est cette dernière branche qui possède l’essentiel des territoires du Nassau sur la rive gauche du Rhin, à savoir la principauté de Sarrebruck (Fürstentum Saarbrücken), la seigneurie d’Ottweiler (Herrschaft Ottweiler), les deux tiers du comté de Sarrewerden (Grafschaft Saarwerden) et l’abbaye de Wadgassen.

4Notre analyse repose sur l’étude des droits de collation et de patronage, sachant que nous nous en tiendrons de fait à l’idée de droit de patronage, lequel se confond parfois avec celui de collation au bénéfice. Dans le cadre de la Réforme, le prince territorial s’est emparé du droit de collation tout en laissant le patronage seigneurial s’exercer.

Une lecture scalaire : le Nassau, un territoire luthérien1

  • 1 Sur le Nassau situé autour de la Sarre, voir Kurt Hoppstäder, Hans-Walter Herrmann, Geschichtliche (...)

5L’observation d’une carte assez générale des confessions du Saint-Empire laisse entendre que les terres du Nassau, situées sur la rive gauche du Rhin, sont de confession luthérienne à la fin du xvie siècle. Sans que cette affirmation soit erronée, en particulier au regard de la paix d’Augsbourg, il convient de montrer rapidement le développement de ce changement confessionnel avant d’apporter de nombreuses nuances.

  • 2 Hans-Walter Herrmann, « Die Reformation in Nassau-Saarbrücken und die nassausaarbrückische Landeski (...)
  • 3 En 1659, suite au décès de l’aîné des fils de Guillaume-Louis, Kraft, les trois autres frères se pa (...)

6Dans un premier temps, abordons rapidement l’histoire confessionnelle des territoires envisagés. Alors que les premiers signes de la prédication luthérienne apparaissent à Metz et dans le Deux-Ponts, le comte Jean-Louis de Nassau-Sarrebruck reste fidèle au catholicisme. Toutefois, malgré des mesures pour empêcher tout développement de ce qui devient le luthéranisme, il ne peut endiguer un mouvement qui gagne en partie les territoires voisins2. Cependant, lorsqu’il disparaît le 18 juin 1545, ses États sont encore pleinement catholiques. Sans surprise dans le cadre politique et territorial de l’Empire, l’histoire du développement du protestantisme dans le Nassau passe dès lors par les choix religieux de ses successeurs, ici ceux issus de la branche walramienne de la famille3.

  • 4 H.-W. Herrmann, « Die Reformation in Nassau-Saarbrücken », op. cit., p. 49.
  • 5 En 1507, Jean-Louis Ier de Sarrebruck épouse Catherine, l’héritière du comte de Moers-Sarrewerden.  (...)
  • 6 H.-W. Herrmann, « Die Reformation in Nassau-Saarbrücken », op. cit., p. 61-62.
  • 7 Ibid., note 95, p. 61.
  • 8 Ibid., p. 56-57.

7Comme il n’y a pas de primogéniture, un partage a lieu entre ses trois fils. A Sarrebruck, c’est l’aîné des fils, Philippe, qui suit avec fermeté les affaires religieuses de ses terres. Il veille à nommer aux paroisses dont il détient la collation, expulse les « prédicants » et maintient la religion romaine. Pourtant, il accepte dans son entourage proche des protestants, même parmi ses conseillers4. À sa mort en juin 1554, sa part, soit le comté de Sarrebruck essentiellement, revient à son frère Jean IV. En ce milieu du xvie siècle, le comté de Nassau-Sarrebruck et la seigneurie d’Ottweiler sont encore officiellement catholiques, alors que dans le Nassau-Sarrewerden, sous la tutelle Nassau-Weilburg, il en va autrement5. Pourtant, Jean IV tolère les protestants tout en refusant les nominations de prédicants à la place de prêtres, comme à Illingen, en 1567, où Friedrich von Schmidtburg et Jean von Hagen tentent de profiter de leur tutelle sur le jeune von Kerpen. Des foyers protestants se développent malgré tout, comme dans le Stift de Saint-Arnuald : au cours des années 1561-1563, la messe n’y est plus dite et un prédicant, Battholomeus Kilburger de Bitburg, y exerce ses fonctions ; à Heusweiler, un autre « pasteur » exerce mais tous deux doivent cesser et partir sous la pression comtale6. Pourtant, il semblerait que, comme l’indique dès 1638 l’historiographe Johann Andreae7, la confessio augustana connaît dès 1569 des débuts à Saint-Jean et à Sarrebruck. De même, il est difficile de dire si Jean IV est encore un « vrai » catholique à la fin de sa vie : le 28 juillet 1574, il publie une ordonnance de police sur les cas de décès et enterrements. Or, à l’intérieur, pas de référence à la liturgie catholique8… Ainsi, on perçoit nettement la pénétration progressive du luthéranisme à la fin des années 1560 et au début des années 1570.

  • 9 Ibid., p. 65.

8Concrètement, les choses s’éclaircissent lors de l’extinction de la branche Nassau-Sarrebruck : ce sont alors les Nassau-Weilburg qui, en 1574, obtiennent les territoires de la branche familiale disparue et y introduisent officiellement le luthéranisme, alors que leur influence s’est fait déjà sentir dans le comté de Sarrewerden. On perçoit bien un basculement à compter de 1575, basculement dû à l’arrivée des comtes Albrecht et Philipp, tous deux fils de Phillip de Nassau-Weilburg et éduqués dans la nouvelle confession luthérienne. Il est cependant difficile de préciser les choses car, si la venue définitive d’un pasteur peut bien marquer la rupture religieuse, il est des cas où un prêtre en place change de confession pour se dire pasteur, comme à Dörrenbach ou à Wiebelskirchen. De plus, il n’y a pas eu de Landesordnung indiquant l’introduction de la confessio augustana dans les comtés de Sarrebruck et d’Ottweiler9. Cela a certainement pu constituer un frein à une progression rapide et efficace du protestantisme, en laissant à des seigneurs catholiques le temps de réagir. Toutefois, il existe une Kirchenordnung, promulguée pour les terres du Nassau-Weilburg le 1er août 1574 et étendue aux nouvelles possessions en 1575, date à laquelle on enregistre également une visite des paroisses. En revanche, l’autorité princière est directement impliquée et nommée dans la Kirchenordnung de 1618. Sans entrer plus avant dans les détails, on constate que le luthéranisme s’impose progressivement à compter des années 1555 à 1580. Il apparaît que l’absence de relations entre le comte et les grandes figures de la Réforme, Martin Luther en particulier, ont joué dans ce « retard » par rapport aux voisins.

  • 10 Nicolas Dorveaux, Les anciens pouillés du diocèse de Metz, Nancy, A. Crépin-Leblond, 1902, p. 174.
  • 11 C’est aussi le cas pour l’abbaye de Saint-Avold. En fait, pour Fraulautern, située sur le ban de la (...)
  • 12 Une longue querelle portée devant le Reichskammergericht prend fin en 1664, date à laquelle le trib (...)

9Les conséquences spatiales sont connues : structures paroissiales et diocésaines du catholicisme sont mises à mal, voire abolies. Le diocèse de Metz enregistre des pertes concernant son emprise spirituelle dans l’archidiaconé de Sarrebourg, soit la partie la plus orientale du diocèse. Avant les progrès du protestantisme, cet archidiaconé comprenait les archiprêtrés de Sarrebourg, Vergaville, Hornbach, Saint-Arnuald, Bouquenom et Neumünster. Le pouillé de 1607 indique la disparition des deux derniers10. Maisons religieuses, couvents et Stifte situés sur des bailliages nassauviens subissent également pour partie la sécularisation (Rosenthal, Rothekirchen, Herbitzheim, Saint-Arnuald), même si les abbayes de Wadgassen et de Fraulautern ne connaissent pas ce sort car le comte s’y contente d’un pouvoir tutélaire11 qui n’est pas activé, sauf dans une querelle avec Fraulautern en raison de la seigneurie de Schwarzenholz12.

  • 13 Les comtes de Nassau-Sarrebruck, de même que les comtes de Nassau-Weilburg, siègent à la Diète d’Em (...)

10Ainsi, progressivement, à partir du dernier quart du xvie siècle, et dans la continuité des droits en matière religieuse reconnus en 1555 aux princes territoriaux13, le luthéranisme s’impose globalement dans les terres du Nassau situées à l’ouest du Rhin, sans pour autant former un espace confessionnel homogène, en raison de concessions octroyées à des communautés calvinistes mais aussi de droits liés à une souveraineté étrangère et/ou liés à une seigneurie particulière. Cette dernière raison explique que le catholicisme n’ait pas été complètement chassé des terres du Nassau et de son « aire d’influence ».

Souverainetés et défense confrontées à la diffusion des confessions

11Dans le cadre de la souveraineté territoriale, en particulier après la paix de 1555, le comte de Nassau-Sarrebruck peut, dans le respect des droits seigneuriaux, favoriser l’essor de sa confession. Mais justement parce qu’existe cette question des droits seigneuriaux - droit de présentation, droit de collation -, l’idée d’une uniformisation confessionnelle à l’échelle d’un territoire est une simplification, si ce n’est un mythe, créés à partir du ius reformandi accordé en 1555. Dans les faits, on assiste à la mise en place d’une coexistence confessionnelle dans l’espace et à plusieurs échelles, en raison de la place occupée par des souverainetés étrangères de religion catholique et de droits seigneuriaux tenus par des catholiques dans des terres devenues « officiellement » protestantes. Ainsi, pour les terres nassauviennes, il faut compter avec deux défenseurs de la religion romaine, l’Électeur de Trèves et les von der Leyen d’un côté, le duc de Lorraine de l’autre.

  • 14 BnF, collection de Lorraine, 470, fol. 48. Pour davantage de détails, voir Jean Antoine Joseph Hans (...)
  • 15 Par exemple, en 1595, Bernhard von Löwenstein demande au duc l’autorisation d’établir un marché ann (...)
  • 16 Ibid., p. 254.
  • 17 Ibid.
  • 18 En fait, en 1503, le duc René II de Lorraine avait confié le fief d’Eppelborn à Melchior von Dhaun, (...)
  • 19 J.A.J. Hansen, « Beiträge zur Geschichte der Herrschaft Eppelborn », op. cit., p. 256 ; Philipp De (...)

12Les possessions enclavées du duc de Lorraine, qui a promulgué dans ses États des édits contre la nouvelle religion, sont aussi des môles de résistance au luthéranisme, à l’exemple de la seigneurie d’Eppelborn14. Celle-ci est certes pour sa plus grande partie sous la Landeshoheit du duc ; seule l’annexe de Hierscheid dépend de Nassau-Sarrebruck, alors que celle de Macherbach dépend de l’abbaye de Tholey et du bailliage lorrain de Schaumburg. En 1508, Friedrich von Hagen zur Motten reçoit la seigneurie d’Eppelborn qui reste dans la famille jusqu’en 1590, date à laquelle l’un de ses descendants est tué par des soldats lorrains. C’est alors que la seigneurie passe à Bernhard von Löwenstein, puis aux mains de Konrad Philipp von Buseck. Ces deux familles, de confession luthérienne, ont certainement favorisé l’introduction de leur religion dans la seigneurie d’Eppelborn en 1567, laquelle devient de fait la première paroisse luthérienne de la région : la visite du Landkapitel Merzig en 1569 mentionne d’ailleurs que l’église paroissiale est aux mains des « hérétiques ». Toutefois, d’après l’article 26 de la paix de 1555, ils ne jouissent pas du droit de réforme, lequel revient au seul suzerain, soit le duc de Lorraine dont le statut n’est pas discuté par le fieffé15. Cependant, le sort confessionnel des habitants n’est pas très clair : un certain Paulus Kisser présente une plainte auprès du bailliage d’Ottweiler contre son beau-frère mais on ne sait trop s’il est pasteur ou curé16… De plus, chose étonnante, ce n’est qu’en 1610 que l’on trouve trace d’une requête de leur part auprès de leur souverain, le duc de Lorraine, car on veut leur imposer un pasteur luthérien. Il est vrai aussi qu’on veut leur imposer le sel, ce qui est contraire au droit en vigueur en terre lorraine17 : peut-être les habitants se souviennent-ils alors qu’ils ont un suzerain catholique… ou tout simplement le luthéranisme n’était pas encore introduit. Quoi qu’il en soit, le duc de Lorraine s’engage alors fermement dans la défense du catholicisme à Eppelborn. Saisi par le comte Philipp Franz von Falkenstein et d’Oberstein18, l’Électeur du Palatinat produit en retour une protestation adressée au duc, indiquant le 2 août 1610 que « la religion luthérienne était ici [Eppelborn] depuis bien 50 ans en exercice »19, ce qui, on l’a vu, est peut-être discutable. Vains efforts de la part de ce protecteur puissant car en 1618, un curé est bien en place à Eppelborn et le catholicisme n’est plus remis en cause.

  • 20 P. De Lorenzi, op. cit., p. 523.

13Pour la seigneurie de Püttlingen, enclavée dans le Nassau, on assiste au maintien de la religion catholique par le Freiherr de Créhange-Homburg, collateur de l’église. Celui-ci est le fieffé du duc de Lorraine et de l’évêque de Metz pour une partie de ses possessions, lesquelles sont très éclatées dans l’espace ; ladite seigneurie est d’ailleurs un fief de l’évêque de Metz, donc sous la protection du roi de France. Lors de la visite de 1569, on apprend qu’il n’y a pas de curé à Püttlingen. Le comte de Nassau a, semble-t-il, tenté d’y introduire le luthéranisme mais les prémontrés de Wadgassen auraient réagi. En 1618, le culte catholique y a de nouveau lieu20 et l’abbé obtint d’ailleurs le droit de collation après 1680. La seigneurie de Püttlingen reste ainsi une enclave catholique dans le comté de Sarrebruck, à l’exemple de celle d’Illingen.

14Dans les villages de la dépendance du duc qui étaient des annexes d’une paroisse devenue luthérienne, la Réforme n’a pu s’imposer : en 1615 et en 1620, les visiteurs de la paroisse de Schwalbach se plaignent que les catholiques de Griesborn ne viennent pas répondre aux questions. À proximité immédiate de Griesborn se trouve d’ailleurs l’église de Hülzweiler qui est située sur une terre lorraine, dont l’abbesse de Fraulautern possède les droits de haute et basse justice ainsi que celui de collation et où le luthéranisme ne pénètre pas. Pourtant, la situation inverse donne-t-elle le même résultat ?

  • 21 Cette part revient au duc de Lorraine en 1613 contre des droits sur Fremersdorf, Gerlfangen et Mech (...)
  • 22 Ibid., p. 322. La visite datée du 25 juillet indique « pastor henricus a tulpeto apostata augustine (...)

15Tout près de la seigneurie d’Eppelborn déjà évoquée, il y a la paroisse de Lebach, située dans une seigneurie d’Empire immédiate, un condominium, mais dont les annexes sont pour l’essentiel dans le comté de Sarrebruck. La Landeshoheit sur la seigneurie de Lebach est partagée entre la famille von Braubach de Dillingen21 (2/7e), l’Électeur de Trèves (2/7e), l’abbaye de Fraulautern (1/7e) et le Freiherr Hagen zu Motten (2/7e). En 1569, c’est un « prédicant » qui est en place, en la personne de l’ancien moine augustin Henricus a Tempeto22. Qui l’a installé là ou l’a laissé œuvrer ? On ne sait précisément : le droit de patronage revenait à l’abbaye de Fraulautern mais il se pourrait que les Hagen zu Motten aient usurpé ce droit, comme ailleurs. Cependant, c’est bien l’Électeur de Trèves qui bénéficie in fine du meilleur rapport de forces ; de plus, les von Hagen sont fieffés pour partie sur ses terres. Sans que l’on possède des éléments de détail, il apparaît que les prémontrés de Wadgassen viennent servir les catholiques des lieux et, au début du xviie siècle, les villages de la paroisse situés dans le condominium sont catholiques, à l’exemple de Nierdersaubach et de Landsweiler. En revanche, les annexes situées dans le Nassau sont perdues et inclues dans le nouveau tissu paroissial luthérien. Par exemple, Knorscheid et Eidenborn sont désormais de la paroisse protestante de Reisweiler (à partir de 1591) mais sans que l’ensemble de la population ne deviennent pour autant luthérienne...

  • 23 Ferdinand Pauly, Siedlung und Pfarrorganisation im alten Erzbistum Trier. Das Landkapitel Merzig, T (...)
  • 24 Le village comprend en 1613 18 familles lorraines et 10 nassauviennes. En septembre 1621, l’accord (...)
  • 25 Sur la pratique du simultaneum, voir dans ce même volume l’article de Claude Muller, « Une croix et (...)

16Un autre exemple de résistance qui aboutit à une autre réalité, le culte alterné ou simultaneum. L’église d’Uchtelfangen appartient au Landkapitel Merzig (diocèse de Trèves), la collation au chevalier Hagen zu Motten - en tant que fief lorrain - et la Landeshoheit est partagée entre le duc de Lorraine et le comte de Nassau-Sarrebruck. Alors que le luthéranisme est introduit dans le comté de Sarrebruck et la seigneurie d’Ottweiler, un certain Stephan Saarburg qui occupe la cure se dit encore de la religion romaine en 1577 ; en 1578, Johann Knippelius indique qu’il a été nommé comme pasteur par le seigneur de Hagen23. Si l’on ne connaît pas dans l’immédiat la réaction du duc de Lorraine, un témoignage de 1598 indique en revanche qu’il a ordonné à ses sujets d’Uchtelfangen de se rendre à la messe à Wiesbach, en terre lorraine, Wiesbach dont l’église est dotée d’un prêtre au plus tard en 1594, à la nomination du duc. Ce dernier n’abandonne cependant pas ses droits sur l’église d’Uchtelfangen dont il avait le droit de patronage. Un accord de simultaneum est enfin trouvé le 6 octobre 1613, entre d’un côté le duc et le seigneur de Löwenstein - successeur de von Hagen dans le fief - et de l’autre le comte de Sarrebruck24. Avec ce culte partagé, l’un des premiers dans la région, c’est une forme toute à fait originale de coexistence confessionnelle qui se met en place et qui va se multiplier dans le cadre de la politique des Réunions, au cours du dernier quart du xviie siècle25.

17Autre facteur qui crée les conditions d’une coexistence confessionnelle à l’échelle du Stand, les concessions accordées aux communautés calvinistes, alors non reconnues par la paix d’Augsbourg, justement au nom de la Landeshoheit du comte et sur ses propres terres seigneuriales.

  • 26 Terme désignant des étrangers parlant une langue latine.
  • 27 Frederic Eyer, « Die Einwanderung von Reformierten nach Nassau-Saarbrücken und ihr Verhältnis zur l (...)
  • 28 Ibid., p. 117.
  • 29 Ibid., p. 121.
  • 30 Marie-Joseph Bopp, Die evangelischen Gemeinden und hohen Schulen in Elsass und Lothringen von der R (...)

18En effet, deux implantations de calvinistes de langue française - des « welsches »26 - viennent créer officiellement une situation de coexistence spatiale entre deux familles protestantes. La première de ces implantations est celle de calvinistes qui s’installent dans le comté de Sarrewerden, fuyant le royaume de France mais aussi les duchés lorrains ; elle comprend sept villages (Altwiller, Burbach, Diedendorf, Eywiller, Goerlingen, Kirrberg et Rauwiller), abandonnés et repeuplés par des protestants de langue romane à compter de 1559. Dès 1559, l’année où le duc de Guise ordonne à ceux qui ne suivent pas la religion catholique de quitter ses États, des réformés français du pays messin viennent s’installer à Strasbourg et dans le comté de Sarrewerden27. Cette immigration donne naissance à sept villages « welsches », de langue française : Altweiler, Burbach, Kirrberg, Rauweiler, Görlingen, Diedendorf et Eyweiler. Trois paroisses sont constituées à Görlingen, Burbach et Diedendorf et les villages se dotent progressivement de temples entre 1567 et 160328. Les relations avec les luthériens sont tendues et les concessions faites aux réformés français se limitent au droit, pour un réformé d’un village luthérien ne comprenant pas l’allemand, d’aller au culte dans un lieu voisin ; les pasteurs réformés ne peuvent exercer que dans leur paroisse. C’est en 1622 qu’une charte règle les différends entre luthériens et réformés, en définissant le cadre d’exercice des pasteurs réformés et la liberté de culte pour les sujets réformés29. De 1641 à 1667, les paroisses réformées sont desservies par le pasteur luthérien de Bouquenom, Jost Holler. En 1672, le piémontais François Le Preux est nommé pasteur et Burbach devient le cœur réformé du comté, le pasteur desservant également Altweiler, Rauweiler, Kirrberg et Görlingen ; les familles réformées de Diedendorf et de Eyweiler sont intégrées à la paroisse luthérienne de Wolfskirchen30. Les réformés du comté conservent ainsi le droit d’exercer leur religion après la guerre. Ces villages subissent de plein fouet la présence française et la révocation de l’Édit de Nantes, même s’ils dépendent d’une terre d’Empire. Toutefois, les rigueurs françaises n’annihilent pas ces implantations calvinistes qui se perpétuent tout au long du xviiie siècle et après.

  • 31 Le village devient le berceau de la production verrière du comté à partir de l’installation d’une v (...)
  • 32 Wolfgang Mohns, « Le Refuge huguenot à Ludweiler en Sarre », Bulletin de la Société d’histoire du p (...)
  • 33 L’origine de ces migrants n’est pas assurée. Il semble qu’ils soient passés par Courcelles-Chaussy, (...)
  • 34 Carl Roederich Richter, Wie das Saargebiet evangelisch wurde. Reformation und Gegenreformation 1575 (...)
  • 35 Ibid., p. 97-99.
  • 36 Les trois confessions officiellement reconnues dans l’Empire après 1648 y sont représentées mais si (...)

19La seconde implantation issue de ce droit de souveraineté s’effectue plus au Nord, dans le Warndt, avec la fondation d’un village à Ludweiler31, dans le comté de Sarrebruck. Au cours de l’année 1603, des négociations écrites ont lieu entre la chancellerie du comte Ludwig II de Nassau-Sarrebruck et Daniel de Condé. Elles aboutissent à une charte de fondation accordée aux douze suppliants français le 8 juin 160432. La charte mentionne les droits et dispenses des nouveaux habitants33 de diverses impositions et corvées pour six années en raison des travaux de défrichement et le comte les autorise à pratiquer le culte réformé en langue française. La petite communauté huguenote obtient également le droit de bâtir un temple, un presbytère et une école. Le pasteur est payé sur une partie des dîmes, le reste est à la charge des fidèles. Le pasteur est placé sous l’autorité de l’Église luthérienne, comme en témoigne la visite du superintendant Keller le 11 octobre 161634. Entendu dans l’auberge du village, le pasteur Barthélemy Le Cloux, de Montbéliard, se voit rappeler son obligation de se conformer aux règles de l’Église du comté pour les rythmes du culte, les proclamations de mariage, etc35. Après le prêche entendu en présence du superintendant, de Bartholome Werner et de Bernhard Wolflin, il est rappelé que la Kirchenordnung accompagnant la Landesordnung est valable pour tous les sujets du comté, y compris les habitants de Ludweiler. La différence confessionnelle est cependant conservée : en 1621, lorsque le pasteur Le Cloux quitte Ludweiler pour Otterberg (Palatinat), il est remplacé par Jacob Couillon, lequel n’est pas soumis à un examen théologique à Sarrebruck en raison de son appartenance au calvinisme. L’expérience n’a pas dû être concluante car les paroissiens demandent son remplacement en 1626 ; Bartholome Werner et six autres ministres du culte soumettent le nouveau candidat à un examen théologique. Le village connaît les drames de la guerre de Trente Ans : il semble déserté à partir de 1635 et est encore désert au début des années 1650. Le repeuplement s’effectue à compter de 1657 à partir d’un groupe d’une quarantaine de colons vraisemblablement français, comme en témoignent les patronymes qui figurent sur un recensement de 1663. Un pasteur s’installe en 1658. La paroisse calviniste subit elle aussi l’occupation française et la destruction de son temple en 1685. La restauration n’a lieu qu’après 1715. En 1723, Ludweiler compte 65 familles calvinistes de langue française, une famille luthérienne et trois autres catholiques. Ces dernières constituent peut-être des « reliques » des conversions françaises ou, tout simplement, illustrent une forme d’implantation transconfessionnelle pour raisons économiques. Ce cas est aussi constaté à Dudweiler, dans le contexte de l’exploitation de charbon et du travail sidérurgique36, ce qui confirme le rôle de l’économie et du travail dans les relations interconfessionnelles.

Fiefs et collation : la Landeshoheit à l’épreuve du droit de patronage

20On l’a vu dans les lignes précédentes, la Landeshoheit constitue un moyen de faire valoir les droits de sa confession, de la protéger ou d’accroître son influence. Ici et là, lorsqu’elle est complémentaire du droit de patronage, elle joue un rôle de vecteur confessionnel a priori puissant. Toutefois, c’est la distinction entre Landeshoheit et droit de patronage qui constitue un élément essentiel à la résistance catholique et qui explique les succès restés très inégaux du luthéranisme dans le temps et dans l’espace indiqués, tout particulièrement sur les marges frontalières. Encore une fois, rien ne se déroule de manière uniforme, ni mécanique car il faut compter avec les tentatives d’usurpation des droits de patronage.

  • 37 Michael Tritz, Geschichte der Abtei Wadgassen, Wadgassen, Selbstverlag des Verfassers, 1901, p. 84. (...)
  • 38 Le duc de Lorraine se pose en défenseur de la religion catholique mais avec une attitude somme tout (...)
  • 39 En 1571, l’abbaye est bien « pillée » par des « Geusen oder Calvinisten » chassés des Pays-Bas espa (...)
  • 40 L’abbaye perd alors une partie de ses revenus situés en Lorraine et saisis par le duc, dans le Pala (...)

21Les terres de l’abbaye de Wadgassen représentent ici un cas intéressant. L’abbaye elle-même est assez rapidement mise sous la protection du duc de Lorraine qui fait valoir sa Landeshoheit. D’ailleurs, le 6 décembre 1571, à la mort de l’abbé Hultzling, il fait occuper l’abbaye et les environs par des soldats venus de Wallerfangen avec quelques canons, afin de prévenir toute agression et toute venue de pasteur37. Les hommes martèlent les armes de Sarrebruck pour les remplacer par celles de Lorraine ; sur les portes et fenêtres de l’abbaye, des placards soulignent l’appartenance de la maison religieuse au duc. En mars 1581, 200 soldats lorrains occupent à nouveau l’abbaye, en raison du mauvais exemple de l’abbé - sans plus de précision - ; en mai, on apprend que les religieux ont quitté l’abbaye. Quelques mois plus tard, le 23 août 1581, nouveau changement de situation : la suzeraineté sur l’abbaye passe des mains du duc de Lorraine à celles du comte de Sarrebruck. Cet échange ne fait pas apparaître l’obligation de préserver la religion des sujets échangés38. L’abbaye de Wadgassen, qui n’est pas sécularisée39, doit donc faire face à la volonté et au droit de leur nouveau suzerain, le comte, lequel impose son autorité sur l’abbaye elle-même et ses possessions situées dans le comté, mais qui cherche également à imposer sa supériorité ecclésiastique (kirchliche Landeshoheit) sur ces mêmes territoires40.

  • 41 M. Tritz, op. cit., p. 95.
  • 42 H.-W. Herrmann, « Die Reformation in Nassau-Saarbrücken », op. cit., p. 103.

22Sans surprise, nous voyons le comte interdire toute visite de la part du général de l’ordre des Prémontrés ou d’un représentant. Toutefois, il n’empêche pas l’élection d’un nouvel abbé, Jean de Berus, le 7 mars 1607. Il accepte même qu’un représentant de l’abbé se rende aux États de Lorraine qui se tiennent à Nancy en 161441. De l’autre côté, ni l’abbé ni les religieux ne contestent la Landeshoheit nouvelle du comte, comme le prouvent les recours portés devant lui ou ses représentants au cours des années suivantes. C’est un accommodement qui apparaît alors, statu quo qui montre que le comte défend avant tout ses droits territoriaux : pas de visite de l’abbaye et des villages en dépendance de la part d’une personne étrangère au comté, mais libre culte catholique pour l’abbaye et les villages de Wadgassen, Werbeln, Hostenbach, Bous et Schaffhausen42. Cela n’est pas sans échos sur le voisinage : la visite luthérienne de Völklingen en 1624 indique qu’une femme du lieu, partie quelques années à Bous, s’est convertie et qu’une fois revenue à Völklingen, elle n’est retournée à la Cène que sous la menace de sanctions.

23L’abbé de Wadgassen possède également un droit de patronage dans certaines paroisses devenues luthériennes, droit qu’il semble exercer dans le sens souhaité par le comte. Il ne remplit alors pas toujours son rôle : il refuse par exemple d’augmenter le salaire du pasteur d’Ensheim et de contribuer à la construction de sa nouvelle grange ; à Kölln en 1618, il est accusé de laisser tomber en ruine le chœur et la grange. Cependant, où sont dans ces épisodes la part de la défense confessionnelle et celle de la mesquinerie financière ? L’attitude de l’abbé ne diffère pas ici de celle de nombreux collateurs en terre catholique. Et en même temps, à partir de 1620, on voit notre abbé participer à l’entretien du Gymnasium de Sarrebruck et à ses fêtes, signe de relations raisonnables avec le comte Philippe.

  • 43 « Der sogleich alle Bilder etc. entfernte, Tauffstein fortchaffte, Procession verbot und gegen kath (...)
  • 44 J. Weber, Reformation und Gegenreformation in den Pfarreien Ensheim und Ommersheim, Sankt Ingbert, (...)
  • 45 Anton Müller, Die Kirchenbücher der bayerischen Pfalz. Beschreibendes Verzeichnis, Munich, T. Acker (...)

24Cependant, il faut noter que la situation des paroisses et villages de la dépendance de l’abbaye n’est pas toujours favorable, notamment là où la collation revient au comte de Sarrebruck, parfois par usurpation. À Ensheim-Eschringen, la plupart des habitants se disent catholiques au début du xviie siècle. En effet, Ensheim appartient à l’abbaye de Wadgassen depuis 1538, de même qu’Eschringen ; l’église paroissiale et son annexe sont desservies par un prémontré de l’abbaye, en concurrence avec le pasteur d’Ommersheim à compter de 1575, là où le comte a dépossédé l’abbaye de son droit de patronage. Si le dernier prêtre d’Ensheim décède sans remplaçant en 1600, la paroisse est tout de même desservie par le curé d’Omersheim (seigneurie de Blieskastel). D’ailleurs, fin mai 1601, l’église d’Ensheim sert d’objectif à une procession partie d’Omersheim : une fois arrivés, les habitants de ce dernier village se font ouvrir les portes du sanctuaire par les habitants alors que le village est desservi par le pasteur d’Ommersheim. La même année, le curé d’Ensheim, Cornelius Aldebach, décède. Le comte en profite pour installer le pasteur Quirin Steinbach et interdire toute pratique du catholicisme dans la paroisse43. Les habitants d’Ensheim-Eschringen saisissent l’archidiacre de Sarrebourg et l’évêque de Metz pour que le prêtre d’Omersheim leur confère régulièrement les sacrements. Bien entendu, le comte ne l’entend pas ainsi et continue de nommer des pasteurs luthériens. Cependant, en 1627, les villageois d’Ensheim et quelques sujets de Steinkallenfels d’Ommersheim demandent à l’archevêque de Trèves et au vicaire-général de Metz de leur attribuer un prêtre, preuve que le catholicisme a été maintenu. La sédition monte à Ensheim et les habitants chassent le pasteur Felsius. Avec une petite troupe, le prévôt tente de le réinstaller, en vain : il a en face de lui des paysans armés et des soldats catholiques venus en renfort. Le comte met fin à la sédition en faisant saisir le meneur et en exigeant la promesse des villageois de ne plus s’immiscer dans les affaires de religion44. Entre 1609 et 1654, seul un pasteur est présent à Ensheim mais la paroisse redevient sans mal catholique à partir de 168045.

  • 46 M. Tritz, op. cit., p. 411.
  • 47 En 1718, 26 lieux (villages, hameaux, fermes, etc.) forment la paroisse de Kölln, dont une partie d (...)

25Il est des paroisses de la dépendance de l’abbaye dont le comte crée ou usurpe le droit de patronage. La paroisse de Berus, située en grande partie dans la seigneurie lorraine du même nom, comprend le village d’Überherrn, de la dépendance du comte de Sarrebruck. L’église y reste catholique jusqu’en 1617, de même que les habitants. Pourtant, le comte Louis cherche à y installer le luthéranisme et impose en 1617 un pasteur, lui faisant même construire une maison46. Des mesures sans effet réel sur les paroissiens catholiques qui se rendent à Berus, dans l’église de la paroisse originelle : dans leur très grande majorité, les habitants restent catholiques. En revanche, il en va autrement dans la paroisse de Kölln. Le droit de patronage revient bien à l’abbaye de Wadgassen depuis 1223 ; en 1569, un prêtre y est encore présent mais, après 1575, le comte Philippe III y impose la Réforme et un pasteur. La population passe au luthéranisme mais on ne sait pas dans quelle proportion47 ; en 1657, l’abbé est contraint officiellement de céder le droit de patronage au comte mais le culte catholique reprend dans l’église paroissiale à compter de 1682, sous la forme du culte alterné, preuve aussi que des catholiques avaient subsisté dans cette paroisse complexe, qui comprend beaucoup de hameaux. Les droits d’une autre abbaye, celle de Fraulautern, sont également ponctuellement bafoués par le comte de Sarrebruck, sans que le succès soit toujours au bout des efforts déployés.

  • 48 Dans un accord de 1581, il accorde au comte Philippe III de Sarrebruck le droit de lever la dîme (F (...)
  • 49 P. De Lorenzi, op. cit., p. 325.
  • 50 K. Rug, op. cit., p. 113.
  • 51 Ibid., p. 115-116.
  • 52 Bistumsarchiv (désormais BA) Trier, Abteilung 44, Nr. 6, p. 123.
  • 53 Ce qui est confirmé par la visite de 1692 qui mentionne bien Reisweiler comme siège de paroisse.
  • 54 A priori, après 1683, il n’y a plus d’habitants luthériens. La visite de 1739 mentionne que tous le (...)

26L’église de Reisweiler fournit un autre exemple de résistance à l’imposition du luthéranisme. Si le patronage revient à l’abbaye de Fraulautern, il semble bien que la suzeraineté revienne au duc de Lorraine48. La haute justice est partagée en trois parts, comme la seigneurie elle-même, entre le comte de Sarrebruck, le chevalier von Hagen - féal du comte - et les Créhange, fieffés par le duc de Lorraine. Le comte de Sarrebruck apparaît comme le parti dominant à Reisweiler mais l’église se situe sur la part des seigneurs de Créhange. Philippe III récuse le droit de patronage de l’abbesse de Fraulautern en présentant en 1591 le pasteur Nikolaus Schemmer, alors que l’abbesse présente le curé Lambert, lequel n’est bien entendu pas reconnu par le comte. Une première tentative infructueuse du comte pour installer un pasteur luthérien avait eu lieu en 1571 mais le répondant de l’abbesse avait suffit à faire échouer la tentative ; en 1574, au décès du curé Theobald Nalbach, elle présente immédiatement Sebastian Prunsfeld49. À la disparition de ce dernier, l’abbesse ne peut résister à l’installation d’un pasteur, Nikolaus Schemmer, alors qu’elle a cherché à imposer le curé Lambert50. Pourtant, la conversion au luthéranisme ne suit pas l’installation : en 1604, le pasteur Johannes Fustenius se plaint que ses ouailles ne suivent pas régulièrement le prêche et semblent continuer à célébrer les fêtes catholiques51. La guerre de Trente Ans vient remettre en cause cette ingérence comtale car la visite de 1657 indique que l’église est aux mains des catholiques52 : le culte catholique n’est dès lors plus contesté à Reisweiler qui redevient paroisse catholique vers 168353. Une petite communauté luthérienne semble subsister avec son temple mais elle disparaît avec les Réunions54.

  • 55 P. De Lorenzi, op. cit., p. 327 ; M. Tritz, op. cit., p. 451.
  • 56 F. Pauly, op. cit., p. 165 et suivante, ne semble pas d’accord avec l’idée du patronage triple avan (...)

27La paroisse de Schwalbach, située dans le comté de Nassau-Sarrebruck, connaît aussi une usurpation du droit de patronage qui était en possession des abbés de Mettlach, Fraulautern et Wadgassen. Le 25 octobre 1575, le comte Philippe III fait chasser le curé en place pour rattacher Schwalbach à la paroisse luthérienne de Völklingen55… sans réaction des abbayes. En fait, celles-ci partageaient peut-être ce droit de patronage avec trois autres personnes56, qui devaient être des féaux du comte, ce qui explique peut-être l’absence de réponse à l’entreprise comtale. Le luthéranisme n’a pas dû être d’une ferveur absolue à Schwalbach car, en 1682, dans le contexte des réunions, presque tous les habitants se disent catholiques ; en 1739, seules deux familles luthériennes sont signalées.

  • 57 Xavier Blum, « L’état des paroisses des archidiaconés de Sarrebourg et de Marsal (1664) », Cahiers (...)
  • 58 P. De Lorenzi, op. cit., p. 409.

28Pour terminer cet inventaire de situation à la Prévert, citons le cas de la paroisse d’Illingen qui illustre assez bien la résistance d’une paroisse catholique qui s’appuie sur le tissu seigneurial et le droit de collation. La seigneurie d’Illingen, qui comprend les villages d’Illingen, Gennweiler et une partie de ceux de Merschweiler et de Wemmetsweiler, appartient à compter de 1527 au comte de Nassau-Sarrebruck, à la suite de l’extinction de la branche des comtes de Mœurs-Sarrewerden. Si la suzeraineté revient donc au comte, les von Kerpen y sont fieffés depuis 1351 et restent farouchement attachés à la foi catholique. En effet, à la lecture de la visite de 1664, on apprend qu’à Illingen, « dont Monsieur de Karpen est seigneur, madame sa femme de la maison de Chambourg a retiré ce village des mains des luthériens »57. Le comte a pu chercher à utiliser le droit de collation revenant depuis le ixe siècle au Stift de Neumünster58, mais sans succès : en 1576, lorsqu’il met fin à l’existence de ce dernier, il ne peut s’emparer du droit de collation afférent et ce sont les von Kerpen qui en usent, possédant ainsi un outil essentiel de maintien du catholicisme dans la seigneurie, située au cœur de terres luthériennes.

29Peut-on dresser en quelques mots une synthèse des cas étudiés, tout en ayant bien conscience qu’il ne s’agit pas d’une étude systématique et qu’elle comporte des faiblesses inhérentes à tout choix ? Les principaux aspects de la démonstration peuvent se résumer en quatre points :

  • la coexistence se lit entre États eux-mêmes, cela est clair, en particulier dans les institutions d’Empire ;
  • la Landeshoheit reste le moteur de la primauté confessionnelle mais, justement, l’existence d’enclaves d’une supériorité territoriale différente remet en cause l’idée d’uniformisation confessionnelle d’une aire envisagée dans sa globalité ;
  • l’usage du droit de patronage constitue un autre facteur de morcellement confessionnel et génère également des situations de coexistence à l’échelle du village et de la paroisse ;
  • par conséquent, un État de la région des marges occidentales du Saint-Empire, dès avant 1648 et encore plus après, ne peut prétendre à une quelconque homogénéité confessionnelle : la coexistence constitue donc une situation de fait que le prince doit prendre en compte car il ne peut conserver une situation conflictuelle qui, à terme, deviendrait un élément de déstabilisation de ses territoires. Par nécessité, la situation de coexistence inhérente à la structure territoriale constitue donc un élément modernisateur de l’État.

Conclusion

30Les exemples que nous avons développés montrent que la Landeshoheit et le droit de patronage offrent le moyen de maintenir le catholicisme, d’introduire le protestantisme, mais aussi, in fine, de créer des situations de coexistence. Le morcellement des possessions seigneuriales dans un cadre territorial plus large mais complexe, où la frontière d’un État de confession différente n’est jamais bien loin, favorise la mise en œuvre de solutions pragmatiques de coexistence, après le temps des tentatives confessionnelles d’imposition-résistance. Dans la région prise en compte, deux événements majeurs achèvent de renforcer ces structures de coexistence religieuse. D’une part, la guerre de Trente Ans, qui engendre mouvements de population, décès, départs mais aussi repeuplements avec une tolérance de fait pour les confessions minoritaires. D’autre part, l’occupation française de la région pendant près de deux décennies, qui favorise l’implantation sporadique de petites communautés catholiques.

31Ainsi, dès le xvie siècle, les cadres de la coexistence confessionnelle sont plus complexes et surtout plus pragmatiques qu’une vision rapide ne le laisse parfois supposer. Il faut sans cesse en revenir au territoire, à ses images mêlées, à la confrontation du pouvoir d’État et des réalités de terrain. Il n’y a pas d’invariant, ni dans le temps, ni dans l’espace. Porter son regard sur la coexistence invite à comparer divers espaces du Saint-Empire, afin de peser le poids des spécificités locales, mais aussi à explorer des champs d’étude inédits, comme le monde du travail, dans les mines ou dans les champs. La réalité de la coexistence confessionnelle ne peut se résumer à celle de la coexistence religieuse, elle doit aussi prendre en compte le quotidien, si difficile à cerner, notamment lorsque l’on sort des villes.

Notes

1 Sur le Nassau situé autour de la Sarre, voir Kurt Hoppstäder, Hans-Walter Herrmann, Geschichtliche Landeskunde des Saarlandes, vol. 2, Von der fränkischen Landnahme bis zum Ausbruch der französischen Revolution, Sarrebruck, Selbstverlag des Historischen Vereins für die Saargegend, 1977.

2 Hans-Walter Herrmann, « Die Reformation in Nassau-Saarbrücken und die nassausaarbrückische Landeskirche bis 1635 », dans H. Franz, Die evangelische Kirche an der Saar. Gestern und heute, Sarrebruck, Kirchenkreisen Ottweiler, Saarbrücken und Völklingen der evangelischen Kirche im Rheinland, 1975, p. 42-111, ici p. 45 et suivante.

3 En 1659, suite au décès de l’aîné des fils de Guillaume-Louis, Kraft, les trois autres frères se partagent les possessions : Jean-Louis obtient Ottweiler (dès lors, il est souvent dénommé comte d’Ottweiler) ; Gustave-Adolphe Sarrebruck et Walrad Usingen, fondant ainsi la maison des Nassau-Usingen. En 1723, c’est l’extinction de la lignée de Gustave-Adolphe et en 1728, celle de la lignée de Jean-Louis : les Nassau-Usingen reçoivent alors leurs possessions et le titre princier. Toutefois, comme il n’existe pas de primogéniture (seulement en 1755 pour Nassau-Usingen et 1761 pour Nassau-Weilburg), un nouveau partage a lieu en 1735.

4 H.-W. Herrmann, « Die Reformation in Nassau-Saarbrücken », op. cit., p. 49.

5 En 1507, Jean-Louis Ier de Sarrebruck épouse Catherine, l’héritière du comte de Moers-Sarrewerden. Une première partie du comté lui échoit en 1514, le reste en 1527. Cette terre est davantage soumise à l’influence des mouvements religieux strasbourgeois : si le comté est entre les mains du jeune comte Adolphe, celui-ci est placé sous la tutelle de son oncle Philippe de Nassau-Weilburg, favorable aux idées nouvelles. C’est pourquoi le comté de Sarrewerden adopte la Kirchenordnung du Deux-Ponts en 1557. Lorsque Jean-Louis Ier disparaît, c’est à Jean IV, catholique tiède et circonspect, que revient Sarrewerden.

6 H.-W. Herrmann, « Die Reformation in Nassau-Saarbrücken », op. cit., p. 61-62.

7 Ibid., note 95, p. 61.

8 Ibid., p. 56-57.

9 Ibid., p. 65.

10 Nicolas Dorveaux, Les anciens pouillés du diocèse de Metz, Nancy, A. Crépin-Leblond, 1902, p. 174.

11 C’est aussi le cas pour l’abbaye de Saint-Avold. En fait, pour Fraulautern, située sur le ban de la seigneurie libre d’Empire de Schwarzenholz, les comtes s’appuient sur une partie de leurs droits seigneuriaux pour revendiquer une souveraineté sur l’abbaye.

12 Une longue querelle portée devant le Reichskammergericht prend fin en 1664, date à laquelle le tribunal accorde la Landeshoheit pleine à l’abbaye sur ladite seigneurie de Schwarzenholz.

13 Les comtes de Nassau-Sarrebruck, de même que les comtes de Nassau-Weilburg, siègent à la Diète d’Empire sur le banc des comtes d’Empire et jouissent de ce fait du droit de réforme accordé par la paix d’Augsbourg.

14 BnF, collection de Lorraine, 470, fol. 48. Pour davantage de détails, voir Jean Antoine Joseph Hansen, « Beiträge zur Geschichte der Herrschaft Eppelborn und ihrer Besitzer », Treviris oder trierisches archiv, 1840, 1, p. 239-268.

15 Par exemple, en 1595, Bernhard von Löwenstein demande au duc l’autorisation d’établir un marché annuel à Eppelborn (Ibid., p. 253-254).

16 Ibid., p. 254.

17 Ibid.

18 En fait, en 1503, le duc René II de Lorraine avait confié le fief d’Eppelborn à Melchior von Dhaun, comte de Falkenstein et d’Oberstein.

19 J.A.J. Hansen, « Beiträge zur Geschichte der Herrschaft Eppelborn », op. cit., p. 256 ; Philipp De Lorenzi, Beiträge zur Geschichte sämtlicher Pfarreien der Diözese Trier, vol. 1 : Regierungsbezirk Trier, Trèves, Bischöfliches General-Vikariat, 1887, p. 420.

20 P. De Lorenzi, op. cit., p. 523.

21 Cette part revient au duc de Lorraine en 1613 contre des droits sur Fremersdorf, Gerlfangen et Mechern. Ce n’est qu’en 1786 que le duc de Deux-Ponts détiendra des droits dans la seigneurie, contrairement à ce qu’écrit Philipp De Lorenzi (Ibid., p. 322).

22 Ibid., p. 322. La visite datée du 25 juillet indique « pastor henricus a tulpeto apostata augustinensis ».

23 Ferdinand Pauly, Siedlung und Pfarrorganisation im alten Erzbistum Trier. Das Landkapitel Merzig, Trèves, Selbstverlag des Bistumsarchivs, 1967, p. 147.

24 Le village comprend en 1613 18 familles lorraines et 10 nassauviennes. En septembre 1621, l’accord est ratifié par les deux partis : « Nous avons consenty et accordé […] qu’il y aura desormais audit Outelfange deux Pasteurs ou Serviteurs de l’Église ensemblement, l’un de la Religion Catholique Romaine et l’autre de la Confession d’Augsbourg qu’y y auront leur residence… ». En effet, Uchtelfangen est désormais desservi par le pasteur luthérien de Dirmingen et le curé d’Eppelborn qui délègue un vicaire. Les dîmes et revenus sont partagés également entre les deux desservants par les officiers de chaque seigneur du lieu, sans que le contenu des parts soit exactement précisé. Les temps et heures de culte sont réglementés comme suit : « lesquels deux pasteurs feront leurs services alternativement un dimanche apres l’autre et ainsy a tous autres jours selon le temps, en sorte toutefois que celuy qui sera en son tour commencera le premier son service avant midy des environ les sept heures jusques a neuf et apres midy depuis douze jusques a deux, et celuy que l’ordre touchera le dernier pourra employer le reste du temps a sa volonté et s’accomoderont tellement de part et d’autre en temps d’hyver qu’il n’en arrive plainte ny desordre » (Landesarchiv Saarbrücken, Nassau-Saarbrück II, Nr. 2970, fol. 11-12.).

25 Sur la pratique du simultaneum, voir dans ce même volume l’article de Claude Muller, « Une croix et trois cultes. L’Alsace, un laboratoire multiconfessionnel au xixe siècle ? ».

26 Terme désignant des étrangers parlant une langue latine.

27 Frederic Eyer, « Die Einwanderung von Reformierten nach Nassau-Saarbrücken und ihr Verhältnis zur lutherischen Landeskirchen », dans H. Franz, Die evangelische Kirche, op. cit., p. 112-121, ici p. 114.

28 Ibid., p. 117.

29 Ibid., p. 121.

30 Marie-Joseph Bopp, Die evangelischen Gemeinden und hohen Schulen in Elsass und Lothringen von der Reformation zur Gegenwart, vol. 2, Neustadt-an-der-Hirsch, Degener, 1965, p. 351.

31 Le village devient le berceau de la production verrière du comté à partir de l’installation d’une verrerie par le huguenot Jacques Titry. Une autre paroisse calviniste se développe à Wilhelmsbrunn après qu’une charte datée de 1618 concède à des huguenots le droit de s’y installer. Elle est supprimée en 1686 par les autorités françaises et une totale recatholicisation entrave tout redressement de la paroisse après les guerres de Louis XIV.

32 Wolfgang Mohns, « Le Refuge huguenot à Ludweiler en Sarre », Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme français, 1969, 115, p. 479-486, ici p. 479 ; Fritz Eyer, op. cit., p. 120.

33 L’origine de ces migrants n’est pas assurée. Il semble qu’ils soient passés par Courcelles-Chaussy, mais ils venaient peut-être des Cévennes.

34 Carl Roederich Richter, Wie das Saargebiet evangelisch wurde. Reformation und Gegenreformation 1575-1690, Sarrebruck, Hofer, 1925, p. 97 et suivante.

35 Ibid., p. 97-99.

36 Les trois confessions officiellement reconnues dans l’Empire après 1648 y sont représentées mais si les catholiques sont aussi bien laboureurs qu’ouvriers dans des proportions très proches de celles des luthériens, il apparaît toutefois que les maîtres d’exploitation du charbon sont tous luthériens (93 %) ou calvinistes (7 %) (Heidelinde Jüngst-Kipper, Karl-Ludwig Jüngst, Einwöhner von Dudweiler und Jägersfreude vor 1815, Familien und Sozialgeschichte (Mitteilungen der Arbeitsgemeinschaft für Saarländischen Familienkunde, 27), Sarrebruck, Selbstverlag, 1990, p. 655.

37 Michael Tritz, Geschichte der Abtei Wadgassen, Wadgassen, Selbstverlag des Verfassers, 1901, p. 84. Une autre raison explique également la venue de cette troupe : le duc de Lorraine a récusé l’élection d’Adam von Werbeln comme coadjuteur puis nouvel abbé car étranger, donc non lorrain. Le récit effectué le 20 décembre par le bailli de Siersberg indique qu’après lecture en français et en allemand des volontés du prince, il est clairement signifié aux frères de choisir un autre abbé. L’affaire, accompagnée de « violences », remonte jusqu’à l’empereur Maximilien II qui enjoint le duc de Lorraine de réparer les dommages et d’accepter l’élection du nouvel abbé (ibid., p. 84-86). En 1579, l’élection du successeur de Werbel, Claudius Bisten, tourne cette fois en faveur du duc de Lorraine.

38 Le duc de Lorraine se pose en défenseur de la religion catholique mais avec une attitude somme toute peu agressive dans la région. Il défend ses intérêts de prince souverain, de patronage mais ne cherche pas nécessairement à appuyer partout le maintien du catholicisme hors de ses terres. Il respecte avant tout le droit seigneurial. Dans la paroisse de Welligen, près de Schwalbach, le comte de Nassau possède le droit de collation et de patronage mais celui-ci est contesté par le Freiherr de Créhange. Ce dernier est par ailleurs fieffé de l’évêque de Metz et du duc de Lorraine et, lorsque le comte de Nassau souhaite installer le pasteur Nikolaus Faulstich en septembre 1576, le Freiherr lui fait interdire l’entrée de l’église par le maire de Wellingen tant qu’il n’a pas l’avis du duc de Lorraine. L’accord étant arrivé le 24 septembre, le pasteur peut commencer ses fonctions, sans que le duc n’ait rien trouvé à redire (Karl Rug, « Beiträge zur Geschichte ehemals lutherischer Pfarreien in der Grafschaft Nassau-Saarbrücken », Zeitschrift für die Geschichte des Saargegends, 1977, 25, p. 86-131, ici p. 89).

39 En 1571, l’abbaye est bien « pillée » par des « Geusen oder Calvinisten » chassés des Pays-Bas espagnols (M. Tritz, op. cit., p. 82) ; en février de la même année, l’abbé Friedrich Hultzling fait savoir au duc de Lorraine qu’il suit la même religion que son prince. C’est une précision qui est le reflet des premiers mouvements protestants dans la région et des pressions semble-t-il croissantes des comtes de Sarrebruck ; de plus, l’abbaye souffre d’un déficit de religieux qui l’empêche de pourvoir à toutes les paroisses de l’abbaye.

40 L’abbaye perd alors une partie de ses revenus situés en Lorraine et saisis par le duc, dans le Palatinat et dans le Nassau-Sarrebruck, comme à Neunkirchen.

41 M. Tritz, op. cit., p. 95.

42 H.-W. Herrmann, « Die Reformation in Nassau-Saarbrücken », op. cit., p. 103.

43 « Der sogleich alle Bilder etc. entfernte, Tauffstein fortchaffte, Procession verbot und gegen katholiken hart handelte - verbot auch das Glockengeläute bei Gewittern - bei harter Strafe wird dem katholischen Pfarrer von Ormesheim verboten nach Ensheim zu kommen » (source non précisée, citée d’après M. Tritz, op. cit., p. 93).

44 J. Weber, Reformation und Gegenreformation in den Pfarreien Ensheim und Ommersheim, Sankt Ingbert, Westpfälzische Zeitung, 1909.

45 Anton Müller, Die Kirchenbücher der bayerischen Pfalz. Beschreibendes Verzeichnis, Munich, T. Ackermann, 1925, p. 27.

46 M. Tritz, op. cit., p. 411.

47 En 1718, 26 lieux (villages, hameaux, fermes, etc.) forment la paroisse de Kölln, dont une partie dans le Nassau, une autre en France, ce qui peut aussi expliquer le maintien du catholicisme dans la paroisse (M. Tritz, op. cit., p. 415).

48 Dans un accord de 1581, il accorde au comte Philippe III de Sarrebruck le droit de lever la dîme (Friedrich Köllner, Geschichte des vormaligen Nassau-Saarbrück’schen Landes und seiner Regenten, Sarrebruck, H. Arnold, 1841, p. 291-292).

49 P. De Lorenzi, op. cit., p. 325.

50 K. Rug, op. cit., p. 113.

51 Ibid., p. 115-116.

52 Bistumsarchiv (désormais BA) Trier, Abteilung 44, Nr. 6, p. 123.

53 Ce qui est confirmé par la visite de 1692 qui mentionne bien Reisweiler comme siège de paroisse.

54 A priori, après 1683, il n’y a plus d’habitants luthériens. La visite de 1739 mentionne que tous les habitants de la paroisse sont catholiques (BA Trier, Abteilung 44, Nr. 49, p. 194s).

55 P. De Lorenzi, op. cit., p. 327 ; M. Tritz, op. cit., p. 451.

56 F. Pauly, op. cit., p. 165 et suivante, ne semble pas d’accord avec l’idée du patronage triple avant 1575, mais bien plutôt avec l’idée d’un patronage à six, dont les trois abbayes. Il est toutefois vrai que, lors de la visite de 1739, le curé ne mentionne que le patronage des trois abbayes (BA Trier, Abt. 44, Nr. 49, p. 176-177). Concrètement, à partir des réunions françaises, seule l’abbaye de Wadgassen exerce ce droit car elle est aussi en mesure d’y placer un prêtre.

57 Xavier Blum, « L’état des paroisses des archidiaconés de Sarrebourg et de Marsal (1664) », Cahiers lorrains, 2004-2, p. 111-139, ici p. 127.

58 P. De Lorenzi, op. cit., p. 409.

Auteur

Est maître de conférences en Histoire moderne à l’Université de Lorraine et membre du CRULH - EA 3945. Ses recherches ont notamment porté sur la coexistence religieuse et il a publié sur ce thème Catholiques et protestants sur la rive gauche du Rhin. Droits, confessions et coexistence religieuse (1648-1789) (2009). Il a récemment travaillé sur les marques et les pratiques de la piété luthérienne à travers les textes de Hans Michael Moscherosch : voir Dire et transmettre la foi dans le monde luthérien : Insomnis cura parentum (1643) (2015).

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search