Version classiqueVersion mobile

La coexistence confessionnelle en France et en Europe germanique et orientale

 | 
Catherine Maurer
, 
Catherine Vincent

Inscrire la coexistence dans l’espace

D’une cohabitation à l’autre : controverses autour des Chevaliers Teutoniques et de la Samogitie, dernière province païenne d’Europe (1398-1417)

Loïc Chollet

Texte intégral

1Jusqu’au début du xve siècle, les derniers païens d’Europe exerçaient librement leur religion dans la province balte de Samogitie. L’évangélisation des Samogitiens représentait un enjeu capital pour leurs puissants voisins : l’Ordre des Chevaliers Teutoniques et le grand-duché de Lituanie. Au cours des premières années du xve siècle, les Samogitiens voient se succéder le gouvernement de l’Ordre Teutonique puis celui du grand-duc de Lituanie ; prétendant tous deux apporter le baptême aux païens, ils pratiquent un type de cohabitation très différent. Au-delà des rivalités politiques entre le vieil ordre religieux-militaire et le grand-duché fraîchement converti au christianisme romain, ce sont deux visions radicalement différentes de la mission qui s’opposent.

  • 1 Eric Christiansen, The Northern Crusade, Londres, The Macmillan Press, 1980, p. 147-148 ; William U(...)
  • 2 Alexander Bruce Boswell, « Cultural and Social Conditions in the Middle Ages », dans William Reddaw (...)
  • 3 Henryk Paskiewicz, The Origin of Russia, Londres, Allen & Unwin, 1954, p. 239-241 ; Michal Giedroyc(...)

2Établi au début du xiiie siècle sur le rivage balte pour étendre les frontières de la chrétienté, l’Ordre des Chevaliers Teutoniques considère devoir conquérir les terres des païens avant de pouvoir les évangéliser1. Une fois établis dans leur siège de Marienbourg, en Prusse, les Chevaliers Teutoniques combattent la Lituanie, le dernier état païen d’Europe. Formé au xiiie siècle autour d’une dynastie païenne, le grand-duché de Lituanie s’est étendu vers les terres orthodoxes de l’ancienne Russie de Kiev et accueille des communautés juives, catholiques et musulmanes. La Lituanie païenne est donc pluri-religieuse et a, en conséquence, l’habitude d’une certaine coexistence, ce qui est généralement le cas de l’Europe médiévale du Centre-Est, notamment de la Pologne, qui depuis sa formation en tant que royaume catholique au xe siècle, côtoie des voisins orthodoxes, païens et musulmans2. Ce pays joue un rôle très important dans l’histoire lituanienne à la fin du xive siècle. À la mort du roi Louis d’Anjou, la noblesse accepte de marier la reine Hedwige au grand-duc Jagellon de Lituanie, qui s’engage à baptiser le grand-duché3. Cette décision est le point de départ de réflexions menées par les universitaires polonais sur les relations entre chrétiens et païens.

  • 4 Zenonas Ivinskis, « Jogaila », dans Simas Suziedelis (dir.), Encyclopedia Lituanica, Boston, Kapoci (...)

3Ces réflexions sont appliquées au cas concret de la Samogitie. La dernière province lituanienne à recevoir le baptême est l’enjeu d’un affrontement militaire, mais aussi idéologique. La Lituanie et la Pologne comme l’Ordre Teutonique essayent, par le biais de lettres et d’ambassades auprès des cours européennes, d’exalter leur importance pour la cause chrétienne et de diaboliser l’adversaire4. Le sort de la Samogitie est discuté au concile de Constance, où les délégations teutonique, polonaise et lituanienne s’affrontent en marge des discussions sur le Grand Schisme d’Occident et l’affaire hussite. Nous verrons à travers deux exemples - une lettre diplomatique de 1409 et le discours prononcé par la délégation samogitienne à Constance - les arguments polono-lituaniens pour accuser l’Ordre Teutonique de mauvaise gestion de la mission. Afin de contrer la voix de l’Ordre, traditionnel porteur de la foi chrétienne auprès des païens baltes, les diplomates lituaniens et polonais ont établi une théorie de la mission remettant en cause les méthodes des Chevaliers et insistant sur les avantages que devrait apporter le baptême aux païens. À travers ces discussions, nous pouvons dégager deux approches de la mission et de la cohabitation religieuse.

La Samogitie entre l’Ordre Teutonique et la Lituanie

  • 5 Paulus Rabikauskas, « Les Jagellons : leur conversion et la christianisation de la Lituanie », dans (...)
  • 6 P. Rabikauskas, op. cit. (voir n. 1), p. 393.
  • 7 William Urban, The Samogitian Crusade, Chicago, Lithuanian Research and Studies Center, 1989, p. 18 (...)
  • 8 S. Zajaczkowski, op. cit. (voir n. 5), p. 193 ; Sylvain Gouguenheim, Les Chevaliers Teutoniques, Pa (...)
  • 9 Pour W. Urban (« The Teutonic Order and the Christianization of Lithuania » (voir n. 1), p. 130-131 (...)
  • 10 W. Urban, The Samogitian Crusade (voir n. 7), p. 180-183.
  • 11 L’empereur Wenceslas de Bohême interdit les croisades contre la Lituanie en 1395 ; en 1403, le pape (...)
  • 12 G. Mickunaite, op. cit. (voir n. 4), p. 36-38.
  • 13 W. Urban, The Samogitian Crusade, op. cit. (voir n. 7), p. 180.

4La guerre que livrent les Chevaliers Teutoniques à la Lituanie arrive à un tournant lorsque le grand-duc Jagellon, nouveau roi de Pologne, baptise le pays en 13875. Le passage au christianisme romain devait permettre à la Lituanie d’échapper aux attaques de l’Ordre Teutonique, justifiées par la persistance du paganisme6. Le but « politique » de la christianisation de la Lituanie ne correspond pourtant pas à un baptême forcé ; l’Église polonaise chargée de l’évangélisation du pays prévoyait l’assimilation progressive du système chrétien par les néophytes ; au lieu d’éliminer brutalement les traditions païennes, on a préféré les christianiser7. L’entreprise est un succès ; un rapport des envoyés papaux loue l’efficacité de la christianisation et suggère que les Teutoniques cessent d’attaquer la Lituanie nouvellement chrétienne8. Ce qui n’est pas l’avis de Marienbourg, pour qui Jagellon ne peut que ruser en parlant de conversion9 ; par conséquent, Cracovie est accusé de collusion avec l’infidèle10. Refusant d’écouter l’empereur et le pape, qui interdisent les croisades contre la Lituanie11, l’Ordre Teutonique se marginalise12. Comment justifier sa raison d’être si l’adversaire est devenu définitivement chrétien13 ? Marienbourg dispose d’un argument de poids : la province de Samogitie.

  • 14 Stephen C. Rowell, Lithuania Ascending. A Pagan Empire within East-Central Europe, Cambridge, Cambr (...)
  • 15 S.C. Rowell, op. cit., p. 121-122 ; W. Urban, The Samogitian Crusade, op. cit. (voir n. 7), p. 22.
  • 16 Ibid., p. 11-14.
  • 17 Oskar Halecki, « Problems of the New Monarchy : Jagello and Vitold, 1400-34 », dans W. Reddaway et (...)
  • 18 S. Gouguenheim, op. cit. (voir n. 8), p. 479.
  • 19 Depuis 1392, Vytautas gouverne la Lituanie sous la suzeraineté de Jagellon et reçoit le titre de gr (...)
  • 20 W. Urban, The Samogitian Crusade, op. cit. (voir n. 7), p. 172.
  • 21 Traité de Sallinwerder : Erich Weise (éd.), Die Staatsverträge des Deutschen Ordens in Preussen im  (...)
  • 22 Codex Diplomaticus Prussicus, vol. 5, doc. 112, p. 113-117.
  • 23 Antoni Prochaska (éd.), Codex Epistolaris Vitoldi, Cracovie, Sumptibus Academiae Literarum Crac., 1 (...)
  • 24 E. Weise (éd.), op. cit. (voir n. 21), vol. 1, doc. 83, p. 86.
  • 25 Timothy Brennan, Just war, sovereignty, and canon law : Legal arguments over the Lithuanian Crusade (...)

5La région appelée Samogitie (Žemaitija en lituanien) correspond à la partie occidentale de l’actuelle Lituanie. Les habitants de cette province relativement indépendante de Vilnius14 sont très attachés au paganisme15. Située entre les possessions de l’Ordre, la Samogitie est la cible principale de ses attaques16. Momentanément occupée par les Chevaliers, cette région n’a pas été baptisée en 1387, car les missionnaires n’ont pas pu y pénétrer17. La persistance d’une province païenne justifie ainsi la prolongation de la mission de l’Ordre, qui à ses yeux n’est pas accomplie tant qu’il reste des païens sur le littoral balte18. La Samogitie n’est pas moins importante pour Jagellon et surtout pour son cousin Vytautas, le nouveau grand-duc de Lituanie19 . Ce dernier, fils d’un prince païen très respecté des Samogitiens20, a lui aussi reçu le baptême à l’âge adulte. En 1398, Vytautas est contraint de céder la Samogitie à l’Ordre21 ; mais il est accusé de soutenir la révolte qui éclate en 140122. Ce à quoi le grand-duc répond que les Samogitiens auraient été intéressés par la conversion, mais refusaient de l’obtenir par les Teutoniques23. Une nouvelle guerre éclate. Par la paix de Racianz (1404), Vytautas et Jagellon reconnaissent la souveraineté teutonique sur la Samogitie24 et le grand-duc aide l’Ordre à s’y installer25.

  • 26 William Urban, Tannenberg and After : Lithuania, Poland, and the Teutonic Order in Search of Immort (...)
  • 27 W. Urban, Tannenberg, op. cit. (voir n. 26), p. 92, n. 9.
  • 28 J. Posilge, op. cit. (voir n. 11), p. 240.
  • 29 G. Mickunaite, op. cit. (voir n. 4), p. 7 ; W. Urban, Tannenberg, op. cit. (voir n. 26), p. 120.
  • 30 Ibid., p. 120-122.
  • 31 Ibid., p. 120.

6L’Ordre, maître en Samogitie, impose une politique semblable à celle qu’il a pratiquée en Prusse et en Livonie plus de cent ans auparavant26 ; on essaie de s’attacher l’amitié des dirigeants locaux - des compensations de guerre sont données aux nobles27 - mais on ne demande à la majorité de la population que l’obéissance politique, sans perturber sa vie spirituelle par une mission intensive. Les nobles doivent livrer des otages qui sont emmenés en Prusse et reçoivent le baptême28. Les bois sacrés sont brûlés, la plupart du temps en présence de Vytautas, qui impose un certain respect aux Samogitiens29 ; mais les religieux qui accompagnent les Chevaliers sont affectés uniquement à leur service. Pour des raisons pragmatiques - ils se savent détestés des habitants30 - les Chevaliers agissent avec souplesse et respectent le droit canon, qui interdit la conversion forcée, ce à quoi on aurait dû recourir si l’on avait voulu évangéliser les Samogitiens coûte que coûte31. De ce fait, les Chevaliers Teutoniques devaient cohabiter avec les païens, même s’ils en étaient séparés par les murs de leurs forteresses.

Un « casus belli » pour Tannenberg

  • 32 Ibid., p. 126-132 ; J. Koncius, op. cit. (voir n. 19), p. 77-80.
  • 33 Codex Epistolaris Vitoldi, doc. 437, p. 204-206. Ces accusations sont mentionnées dans le traité de (...)
  • 34 Codex Epistolaris Vitoldi, doc. 428, p. 199-201. Je remercie Mme Christine Morerod pour son aide à (...)

7L’entente entre l’Ordre Teutonique et le grand-duc ne dure pas32. Depuis 1408, la famine règne en Lituanie. Vytautas demande à la Pologne de lui envoyer du grain par voie maritime. Mais les Chevaliers imposent un blocus maritime et interceptent les navires polonais, où ils prétendent avoir trouvé des armes ; Jagellon et Vytautas sont accusés de complicité avec les Samogitiens, qui se soulèvent en 140933. Le Lituanien contre-attaque en écrivant aux princes d’Europe une lettre datée du 9 septembre34. Son but est de démonter les accusations répétées par l’Ordre, selon lesquelles lui-même et Jagellon ne seraient que des païens convertis pour les apparences et peu soucieux d’étendre le christianisme en Lituanie :

  • 35 Ibid., p. 200-201.

Il est certes parvenu à notre oreille comment ces dits croisés ont […] manigancé à la fois contre le dit seigneur roi de Pologne, notre très cher frère, et contre nous, par leurs fausses lettres exposant qu’en notre époque dans nos terres de Lituanie, nous nous sommes peu occupés de la foi catholique, et forgeant beaucoup d’autres accusations à notre sujet avec une éloquence mensongère. […] notre soin, connu de Dieu et des homme, d’avoir toujours eu l’intention d’augmenter alentour la foi catholique, et le nombre d’églises érigées, nous suffit35.

  • 36 Ibid., p. 201.
  • 37 E. Christiansen, op. cit. (voir n. 1), p. 204 ; S. Gouguenheim, op. cit. (voir n. 8), p. 371.
  • 38 Ibid., p. 216-217 ; Kaspar Klavins, « The Ideology of Christianity and Pagan Practices among the Te (...)
  • 39 S. Gouguenheim, op. cit. (voir n. 8), p. 410-411 ; E. Christiansen, op. cit. (voir n. 1), p. 145-14 (...)

8Les débuts du christianisme en Lituanie étant plutôt encourageants, Vytautas peut s’enorgueillir de son rôle de prince zélé, qui travaille à répandre la foi catholique parmi ses sujets. Ce qui n’est pas le cas de l’Ordre : « Ceux-ci comptent certes pour peu de chose le fait que depuis 24 ans nous avons fait croître la foi catholique ; mais dans la terre des Prussiens, qu’ils possèdent depuis plus de deux cents ans, pourquoi ne disent-ils pas ce qu’ils ont fait ? »36. La référence aux Prussiens pose un problème important en rapport avec la notion de cohabitation religieuse : une fois la Prusse conquise par l’Ordre et la noblesse autochtone intégrée dans le système féodal, la population paysanne y maintient son mode de vie traditionnel. La politique de l’Ordre semble n’avoir eu que peu d’influence sur la vie religieuse des natifs ; certaines coutumes païennes ont persisté avec la langue prussienne jusqu’à la Réforme37. On peut considérer que dans l’État de l’Ordre Teutonique, une certaine cohabitation religieuse était la règle : le christianisme et la culture occidentale dans les villes et les châteaux, la culture traditionnelle balte, encore largement païenne, dans les campagnes. En dehors des activités militaires, où les natifs baltes côtoyaient les Chevaliers, les deux mondes ne se mélangeaient pas ; tant que les sujets prussiens ou livoniens acceptaient de payer les taxes et de porter les armes, leurs coutumes religieuses semblent avoir été tolérées, faute de prêtres capables de prêcher auprès des païens ou par simple calcul politique38. Pour beaucoup d’observateurs contemporains, cette attitude était condamnable : on reprochait aux Chevaliers de s’intéresser uniquement aux terres des païens et de négliger leur instruction religieuse, en somme, d’utiliser l’évangélisation comme un prétexte pour usurper leurs possessions39. Vytautas se fait fort de rappeler ces accusations déjà anciennes en mentionnant le sort des Prussiens et rappelle que, depuis la signature du traité de Racianz, les Teutoniques n’ont rien fait pour implanter le christianisme en Samogitie :

  • 40 Codex Epistolaris Vitoldi, doc. 428, p. 201.

Et de fait, ces Prussiens, sous leur égarement […] n’apprennent pas du tout à renoncer aux rites des païens ; et sur les terres des Samogitiens, qu’ils se sont efforcés d’obtenir pendant presque cinq ans, pourquoi ne disent-ils pas qui et combien de gens ils promus à la grâce du baptême40 ?

  • 41 Ibid.
  • 42 E. Weise (éd.), op. cit. (voir n. 21), I, 83, p. 86.

9La conclusion qui s’impose est que les Chevaliers sont des menteurs et des hypocrites, qui « mordent comme des serpents sous l’aspect humble des colombes »41. Tout l’opposé d’un Vytautas, certes néophyte, mais qui a à cœur de répandre la foi catholique dans ses possessions. Ces manœuvres diplomatiques débouchent sur une nouvelle guerre. En été 1410, Jagellon et Vytautas écrasent les forces de l’Ordre entre les villages de Tannenberg et Grunwald. La machine de guerre teutonique est anéantie et le grand-maître tué avec les principaux dignitaires. L’Ordre doit signer la paix de Torun (1411), où il est décidé que la Samogitie revient au grand-duché de Lituanie, mais seulement jusqu’à la mort de Vytautas et de Jagellon42. À la suite de quoi, Marienbourg doit recouvrer son ancienne possession. Un tel arrangement ne satisfait personne ; les pourparlers parrainés entre 1412 et 1414 par le roi de Hongrie Sigismond de Luxembourg ne parviennent pas à éviter une reprise des hostilités.

  • 43 P. Rabikauskas, « La Cristianizzazione della Samogizia », dans P. Rabikauskas (dir.), op. cit. (voi (...)
  • 44 P. Rabikauskas, « La Cristianizzazione », op. cit. (voir n. 43), p. 227 ; J. Koncius, op. cit. (voi (...)
  • 45 Maurice Michael, The Annals of Jan Dlugosz, Chichester, IM Publications, 1997, p. 413-415.
  • 46 P. Rabikauskas, « La Cristianizzazione », op. cit. (voir n. 43), p. 227 ; Viktoras Gidziunas, « The (...)
  • 47 Zigmantas Kiaupa, The History of Lithuania, trad. S. Rowell, J. Smith, V. Urbonavicius, Vilnius, Ba (...)

10Pendant ce temps, la Samogitie est baptisée par Jagellon et Vytautas, qui profitent du fait que la région leur soit revenue pour y proclamer le christianisme en 141343. Auparavant, deux tentatives de mission soutenues par Vilnius avaient parcouru la Samogitie, sans succès ; Vytautas avait même dû réfréner le zèle des missionnaires pour éviter une rébellion44. Face à leur grand-duc et au roi de Pologne, les Samogitiens acceptent plus facilement le christianisme. D’après le chroniqueur polonais Jan Dlugosz, les symboles du culte païen sont abattus, des prières sont lues et on exhorte les Samogitiens à se laisser gagner à la foi de leurs souverains45. On prépare encore la construction de quelques églises, puis les princes repartent. Cette première étape est symbolique : le nombre de Samogitiens à recevoir le baptême se porte probablement à quelques milliers46. Il faudra attendre quelques années pour qu’un évêché y soit établi et qu’une structure ecclésiastique permette d’y baptiser la population plus largement. Le but de l’opération était surtout de montrer que les Samogitiens pouvaient être convertis par leurs ducs et d’anticiper ainsi les critiques de l’Ordre Teutonique, qui n’aurait pas manqué d’accuser la Pologne et la Lituanie de mauvaise foi si l’on n’avait rien fait pour évangéliser la province païenne47.

La Samogitie au concile de Constance

  • 48 T. Brennan, op. cit. (voir n. 25), p. 117 ; W. Urban, Tannenberg, op. cit. (voir n. 26), p. 205-207
  • 49 Erich Weise (éd.), Die Staatsschriften des Deutschen Ordens in Preussen im 15. Jahrhundert, Götting (...)
  • 50 Ibid., p. 127 ; E. Christiansen, op. cit. (voir n. 1), p. 224.
  • 51 Sur les idées de Paul Vladimir et son rôle au concile de Constance, voir Stanislas Belch, Paulus Vl (...)

11Les armes ne parvenant pas à régler le conflit, on décide en octobre 1414 de porter l’affaire au concile qui se tient à Constance pour régler le problème du Grand Schisme d’Occident48. La délégation teutonique arrive à Constance en décembre et le procureur de l’Ordre délivre un discours dénonçant l’alliance de la Pologne avec une Lituanie faussement convertie49. Ses arguments ne convainquent pas le pape « du concile », Jean XXIII, plutôt bienveillant envers Jagellon et Vytautas50. Au début de l’année 1415, les délégués polonais rejoignent le concile ; parmi eux, Paul Vladimir, recteur de l’Université de Cracovie et docteur en droit. Défendant la justice de la cause polono-lituanienne, il délivre à ll’été 1416 deux discours où il montre que les païens peuvent légitimement avoir des États et qu’il est par conséquent interdit de les leur usurper51.

  • 52 G. Mickunaite, op. cit. (voir n. 4), p. 43.
  • 53 P. Rabikauskas, « La Cristianizzazione », op. cit. (voir n. 43), p. 229 ; W. Urban, Tannenberg, op. (...)
  • 54 G. Mickunaite, op. cit. (voir n. 4), p. 44.
  • 55 T. Brennan, op. cit. (voir n. 25), p. 130 ; l’intervention des Samogitiens est rapportée par Guilla (...)
  • 56 Paulus Jatulis (éd.), Codex Mednicensis Seu Samogitae Diocensis, Rome, Academia Lituanica Catholica (...)
  • 57 S. Belch, op. cit. (voir n. 51), vol. 1, p. 165-167 ; pour G. Mickunaite (op. cit. (voir n. 4), p.  (...)
  • 58 Codex Epistolaris Vitoldi, Appendix, doc. 6 d, p. 1038 : « ad iussum Wytaudi » ; G. Mickunaite, op. (...)
  • 59 W. Urban, Tannenberg, op. cit. (voir n. 26), p. 227.

12L’effort déployé par la délégation polonaise est secondé par une ambassade samogitienne, envoyée par Jagellon et Vytautas52. Une délégation d’une soixantaine de nobles arrive à Constance le 28 novembre 1415, emmenés par deux boyards lituaniens et le secrétaire de Vytautas53. Il est probable que l’envoi de cette ambassade de néophytes ait été suggéré par la délégation polonaise, qui entendait exemplifier les idées de Vladimir en faisant parler les principaux concernés54, dont la présence semble avoir ému les membres du concile55. Le 13 février 1416, lecture est faite du discours Propositio Samagitarum, qui expose les relations difficiles entre les païens samogitiens et les Chevaliers Teutoniques56. Les idées principales rejoignent celles de Paul Vladimir, au point que certains historiens le considèrent comme l’auteur du discours57. Le texte oriente le débat sur le cas concret des Samogitiens, présentés selon les intérêts polono-lituaniens ; les païens frondeurs d’avant 1413 se transforment sous la plume de l’auteur en candidats pacifiques au baptême, qui n’avaient pu devenir chrétiens par la faute des Chevaliers Teutoniques. Ces derniers ne sont pas dupes ; dans un discours produit en réponse à la plainte des Samogitiens, le porte-parole de l’Ordre dit que ce texte a été écrit sur l’injonction de Vytautas58. À ce sujet, une lettre adressée par le procureur de l’Ordre au grand-maître mentionne les cadeaux distribués par les envoyés lituaniens59.

13L’ambassade samogitienne s’inscrit donc dans le cadre d’une opération diplomatique orchestrée par Vilnius et Cracovie. Dès le préambule du discours, on annonce que c’est l’exemple lituanien qui a convaincu les Samogitiens de l’importance du baptême :

  • 60 P. Jatulis (éd.), op. cit. (voir n. 56), p. 2.

Au moment où il a plu à l’auteur de la lumière d’inviter le peuple lituanien à la connaissance de la vraie foi, c’est-à-dire la foi catholique, vraiment beaucoup de nos frères, avec la même nation lituanienne, dont nous sommes les os et la chair, sont nés à nouveau par la sainte source du baptême60.

  • 61 Arturas Dubonis, « Das Grenzgebiet zwischen Litauen und dem Deutchen Orden », dans Werner Paravicin (...)

14Les Samogitiens, par leur langue et leurs origines, sont des Lituaniens, qui doivent être gouvernés par le souverain de la Lituanie et non par les Chevaliers Teutoniques61. C’est ainsi leurs « frères » lituaniens qui expliquent la foi chrétienne aux Samogitiens :

  • 62 P. Jatulis (éd.), op. cit. (voir n. 56), p. 2-3.

ayant reçu la conversion parmi les Chrétiens eux-mêmes en Lituanie, ils nous indiquaient […] qu’il n’y a pas d’autre peuple sur toute la terre qui soit plus cher au Dieu très haut et qui est plus largement et abondamment possesseur de la liberté que le peuple chrétien [et que…] la justice qui provient de la bouche de Dieu est plus aimée entre les chrétiens que parmi tous les peuples païens62.

15Le christianisme présenté aux Samogitiens ne peut être conçu sans une composante politique garantissant la liberté et la justice. Or, contrairement aux Lituaniens qui ont été baptisés dans des conditions respectueuses de leurs libertés, les Samogitiens avaient affaire à de bien mauvais pasteurs :

  • 63 Ibid., p. 3.

Il y en eut alors [les Chevaliers Teutoniques] qui s’étaient lancés pour la possession et le contrôle de notre terre, dont nous espérions […] qu’ils convertiraient le peuple de notre patrie à la grâce du Christ par le baptême ; [or] il n’était de toutes façons pas dans l’intention de ceux-ci de faire croître la maison de Dieu ni d’accroître la foi catholique, mais ils étaient plutôt avides d’obtenir d’autres terres ; il leur plut davantage de remplir les greniers que le ciel ; sous leur direction perverse et stupide, nous étions comme des brebis égarées, alors qu’il n’y avait personne pour nous […] réunir dans le giron de la foi catholique63.

  • 64 Ibid., p. 3-4.
  • 65 Ibid., p. 5-6.

16Les délégués comptent sur le concile pour corriger ces abus64, qui, les Samogitiens l’ont compris, n’étaient pas motivés par le zèle chrétien : « avec une raison simple et tout à fait inexpérimentés dans la foi du Christ, nous avons compris que [les Teutoniques] ne connaissaient que les choses du monde, mais ne pensaient pas aux choses célestes »65. Une telle attitude n’était bien sûr pas propice à l’évangélisation des Samogitiens, car un homme qui ne peut pas vivre dignement est poussé à pécher :

  • 66 Ibid., p. 6.

N’importe qui en effet, dépouillé de ses biens et forcé par la pauvreté, devient esclave du péché, et en particulier le néophyte n’étant pas affermi dans une patience parfaite ; celui qui n’a pas de quoi vivre, vole les biens d’autrui, commet des homicides et est contraint de perpétrer d’autres mauvaises actions66.

  • 67 Ibid., p. 6-7.

17L’auteur du discours en déduit qu’il vaut mieux, dans ce cas, rester païen que de mal se comporter en faisant semblant d’être chrétien : « pour une telle personne, il serait plus prudent de persister dans l’erreur des païens, que d’accomplir de telles actions, cela et d’autres mauvaises choses odieuses à Dieu sous la couleur de la religion catholique »67. Pour illustrer cette opinion, l’auteur se réfère au cas des Prussiens qui, comme dans la lettre de Vytautas déjà citée, constituent à ses yeux l’exemple de ce que les Samogitiens ne devraient pas devenir :

  • 68 Ibid., p. 7.

Nous considérons […] de quelle manière ces frères n’ont pas bien instruit dans la foi les Prussiens, qu’ils ont depuis longtemps soumis à leur servitude ; ayant occupé leurs terres, leurs biens et leurs propriétés héréditaires, ils les réduisirent dans un esclavage misérable, eux-mêmes et leurs enfants68.

  • 69 E. Christiansen, op. cit. (voir n. 1), p. 204.

18Pour les Samogitiens, le traitement des Prussiens prouve les effets nocifs d’une conversion « à la teutonique » ; à quoi bon accepter le christianisme, si c’est pour être réduit en esclavage ? D’autant plus si les conquérants ne se soucient même pas d’instruire les Prussiens dans la foi ! Bien au contraire, ces derniers, leur instruction religieuse négligée, sont devenus pour les Teutoniques de commodes auxiliaires militaires69, dont la brutalité est soulignée par l’auteur du discours :

  • 70 P. Jatulis (éd.), op. cit. (voir n. 56), p. 7.

Et aujourd’hui, n’importe qui pourra faire l’expérience que ces dits Prussiens, quoique baptisés, sont pourtant pleinement inexpérimentés dans la foi catholique, et qu’en fait la férocité qu’ils avaient avant d’avoir reçu le baptême n’est diminuée en aucune manière ; c’est pourquoi, quand ces frères marchent en armes pour dévaster les terres d’autrui, ils laissent aller devant ces Prussiens […] pour faire couler le sang humain, n’épargnant ni sexe, ni âge, et pour brûler des églises et faire d’autres mauvaises actions70.

19Les Teutoniques, selon l’auteur, répondent aux critiques en disant qu’il leur est impossible de changer les mœurs de leurs sujets prussiens ; ce qui serait un aveu d’impuissance puisque, après deux siècles de gouvernement en Prusse, les Teutoniques, censés défendre la Chrétienté, n’arrivent pas à discipliner leurs propres troupes :

  • 71 Ibid.

Et s’il est dit […] à ces frères de ne pas permettre de telles choses, ils répondent qu’ils ne peuvent pas calmer ceux qui ont toujours été de cruels païens, et ainsi sous des yeux complices, ils leur permettent de faire le mal71.

20Un tel exemple incite les Samogitiens à refuser le baptême. Tout néophytes qu’ils soient, ceux-ci en déduisent que Dieu n’a pas voulu les laisser se faire convertir par d’aussi piètres pasteurs :

  • 72 Ibid., p. 8.

bien que nous vivions malhabiles dans cette foi, nous percevions pourtant que la providence divine, qui n’échoue pas dans son dessein, ne voulait vraiment pas donner cet honneur à ces frères, à savoir que nous soyons appelés au baptême par eux, qui dévient dans les œuvres de la foi et ne témoignent aucune pitié pour l’humanité72.

  • 73 Ibid., p. 8-9.
  • 74 Ibid., p. 9-10.

21S’en suit une liste de crimes attribués aux Teutoniques : mise à mort par le feu, viol, déportation et pillage sont le lot des Samogitiens73. Trois exemples nominatifs sont cités pour illustrer ces abus74. Parmi ceux-ci, l’histoire tragique de cette famille :

  • 75 Ibid.

Un homme, parmi les plus puissants barons de notre terre, nommé Kircutis, ayant une fille très belle, fut privé avec violence de sa fille par ces frères [les Teutoniques]. Son fils, le frère de cette vierge, ne pouvant plus supporter de tels abus, tua, ce qui est bien connu, l’un de ces frères qui violait sa sœur, en le transperçant de son épée75.

  • 76 Des cas similaires sont mentionnés en Pologne par Jan Dlugosz, M. Michael, op. cit. (voir n. 45), p (...)

22Ces crimes76 auraient fait comprendre aux Samogitiens que les Chevaliers se servaient du prétexte de l’évangélisation pour leur mener la guerre. D’où le fait qu’ils n’ont construit aucune église et n’ont envoyé aucun prêtre auprès de la population :

  • 77 P. Jatulis, op. cit. (voir n. 56), p. 10.

Repassant tout cela dans notre esprit, comme nous avions vu que ces frères aspiraient à nous exterminer, nous avons entre autres choses commencé à réfléchir au sujet du retard qu’ils mettaient à nous baptiser ; pourquoi et dans quel but ils ont traîné en longueur le fait de nous appeler au baptême, et pourquoi ils n’ont encore érigé aucune église dans notre province, que bien plus ils n’ont installé aucun prêtre dans toute notre terre, qui est pourtant assez grande77.

  • 78 Ibid., p. 10-11.

23Bien sûr, aucun Samogitien n’a pu être baptisé de cette façon ; et ceux qui ont reçu le baptême ne l’ont pas obtenu des Teutoniques, mais de Jagellon et de Vytautas : « il se trouve qu’ils n’ont baptisé personne des nôtres pendant qu’ils ont gouverné notre terre, exceptés ceux que les illustres princes et seigneurs Wladislaw, roi de Pologne, et Alexandre alias Vytautas, grand-duc de Lituanie, ont baptisés »78. Voilà pourquoi les Samogitiens ne veulent pas être gouvernés par les Chevaliers Teutoniques ; revendiquant leur humanité, l’auteur dit de manière forte que :

  • 79 Ibid., p. 11-12.

nous ne sommes pas des animaux que l’on donne, vend ou achète, mais nous sommes créatures de Dieu, faites à son image, dans la liberté des fils de Dieu ; renouvelés et régénérés par la foi du Christ, nous voulons en tous les cas profiter de cette liberté et en jouir comme le reste des chrétiens, en ajoutant expressément et en soulignant ceci : nous ne voulons pas que ces frères nous dominent comme seigneurs, ni être leurs sujets, à eux qui n’ont pas cherché à gouverner le peuple qui était leur sujet, mais à l’opprimer cruellement. Et puisque nous souhaitons devenir de véritables chrétiens, nous voulons en premier lieu servir Dieu avec fidélité et dévotion, puis ensuite qui nous plaira79.

  • 80 S. Belch, op. cit. (voir n. 51), vol. 1, p. 449-451.

24La liberté politique est invoquée comme critère devant déterminer le choix religieux des Samogitiens. Devenir chrétien ne peut s’imaginer sans que soit assuré un droit de décision concernant le gouvernement auquel la province sera ralliée. Comme le montre S. Belch, nous sommes ici très proche des idées de Paul Vladimir, pour qui les païens doivent garder leur liberté politique80. Ni une conversion « en masse », ni une cohabitation religieuse ne sont possibles si le peuple païen ne peut assurer sa liberté ; un régime tel que celui qui a été installé par les Teutoniques en Prusse n’est pas légitime, car non seulement il n’a pas permis l’évangélisation des habitants, mais encore, il ne respecte pas leurs droits. Voilà pourquoi, selon l’auteur de la Propositio Samagitarum, seul un pouvoir respectueux du droit des païens est à même d’étendre le christianisme efficacement.

  • 81 Ibid., p. 12.
  • 82 Ibid., p. 12-13.
  • 83 Fillastre’s Diary of the Council of Constance, dans L. Loomis (éd.), op. cit. (voir n. 55), p. 280. (...)
  • 84 P. Rabikauskas, op. cit. (voir n. 1), p. 226-227, p. 230.

25Le pouvoir auquel souhaitent adhérer les Samogitiens est situé à Vilnius, d’où les ambassadeurs demandent que l’on dépêche des prélats pour évangéliser leur peuple, avec l’appui de Jagellon et de Vytautas81. Une fois chrétiens, les Samogitiens pourraient vivre décemment, seraient maîtres de leur destin et ne redouteraient plus les « serviteurs du prince des ténèbres »82, tels que sont nommés les Chevaliers Teutoniques. Cet appel rejoint bien sûr les visées politiques de Vytautas et de Jagellon, qui voulaient introduire eux-mêmes le christianisme en Samogitie pour s’assurer la domination temporelle sur la région. Mais il paraît probable qu’une partie importante des nobles samogitiens, traditionnellement fidèles à la famille de Vytautas, ait préféré recevoir le baptême de sa part plutôt que de celle des Teutoniques. Ceux-ci tentent de répondre par un long discours, que les membres du concile refusent d’écouter jusqu’au bout83. Il y est dit que les Samogitiens sont des brutes, qu’il est nécessaire de les mater par la force ; mais concernant leur évangélisation, seul le cas d’otages baptisés à Marienbourg est mentionné. L’Ordre se dit ravi d’apprendre que les Samogitiens désirent recevoir le baptême, mais réclame l’envoi d’observateurs pour ne subir aucun préjudice84.

  • 85 Richental’s Chronicle of the Council of Constance, dans L. Loomis, op. cit. (voir n. 55), p. 142-14 (...)
  • 86 Ibid., p. 232.
  • 87 Ibid., p. 231-232 ; G. Mickunaite, op. cit. (voir n. 4), p. 44.
  • 88 J. Koncius, op. cit. (voir n. 19), p. 132 ; W. Urban, Tannenberg, op. cit. (voir n. 26), p. 248-249
  • 89 Ibid., p. 330-331 ; Marija Gimbutas, « The Pre-Christian Religion of Lithuania », dans P. Rabikausk (...)
  • 90 Ibid., p. 48-49 ; W. Urban, Tannenberg, op. cit. (voir n. 26), p. 451.

26Les prêtres envoyés par le concile en Samogitie reviennent en juin 1416 et disent avoir eu maille à partir avec les Teutoniques, qui revendiquent l’évangélisation de la région. Le concile interdit alors à l’Ordre de se mêler de cette affaire et, le 11 août, nomme l’archevêque de Lviv et l’évêque de Vilnius légats en Samogitie85. Ils s’y rendent en été 1417 pour un apostolat mené avec Vytautas et ses hommes d’armes. Environ les deux tiers de la population sont baptisés86 et un évêché est fondé pour la Samogitie avec à sa tête Mathias de Trakaï, qui comprend le dialecte local87. Malgré des révoltes teintées de réactions païennes, qui secouent la région en mai 141888, le christianisme se répand peu à peu. Des témoignages du xvie siècle indiquent que les coutumes païennes étaient, tout comme dans la Prusse des Teutoniques, encore observées89. En 1422 la province revient définitivement à la Lituanie ; la Samogitie garde une certaine autonomie au sein du grand-duché et affiche une proportion plus importante qu’ailleurs de nobles et de paysans libres90.

Conclusion

  • 91 Par exemple, Tadeusz Wyrwa, La pensée politique polonaise à l’époque de l’humanisme et de la Renais (...)

27Sur le plan diplomatique, la mission des Samogitiens à Constance est un succès ; les arguments de la Propositio Samagitarum semblent avoir fait mouche, puisque le concile accepte de soutenir les efforts lituaniens et polonais en vue d’évangéliser la dernière province païenne d’Europe. La ligne directrice de la lettre de Vytautas écrite avant la bataille de Tannenberg est la même que celle du discours lu à Constance. Il s’agit de condamner l’Ordre Teutonique en raison des violences exercées sur les païens, mais surtout de montrer qu’il n’a pas fait son travail en laissant ceux-ci dans le paganisme ; l’exemple des Prussiens, conquis au début du xiiie par l’Ordre, est dans les deux cas évoqué pour illustrer les manquements laissés dans leur éducation religieuse. Les historiens des xixe et xxe siècles résument parfois la politique teutonique à une entreprise prédatrice visant à christianiser les païens par la force91 ; depuis leur installation en Prusse, l’usage des armes par les Chevaliers Teutoniques leur a été reproché. Mais sur le fond du problème, on ne remettait pas en cause le fait que les païens devaient être évangélisés ; même les délégués samogitiens - ou disons plutôt, les clercs qui prétendent parler à leur place - disent désirer le baptême. Les méthodes seules étaient discutées. On voit à travers ces deux textes un effet de symétrie par rapport aux accusations portées par l’Ordre. D’une part comme de l’autre, on accusait l’adversaire d’être un mauvais chrétien, de manquer au devoir de l’évangélisation et d’utiliser la religion catholique comme un prétexte cachant de sombres desseins.

  • 92 K. Klavins, op. cit. (voir n. 38), p. 272.

28La méthode teutonique visée par les arguments lituaniens peut se définir comme une cohabitation inégalitaire, où les paysans autochtones étaient autorisés à vivre selon leurs coutumes, alors que les nobles convertis rejoignaient le monde culturel et religieux des Chevaliers et des colons établis dans les villes. Une telle cohabitation permettait des échanges culturels qui méritent encore d’être étudiés92, mais bloquait l’accès des Baltes à une culture qui leur aurait permis une certaine ascension sociale. À l’inverse, les revendications lituaniennes ne laissaient pas de place à une cohabitation religieuse, au sens où les païens devaient tous recevoir le baptême. Le grand-duché de Lituanie était habitué à voir cohabiter plusieurs religions différentes depuis le début du xive siècle, ce qui sera encore le cas largement après 1387 ; or, dans le cas de la Samogitie, il s’agissait bien de convertir les habitants à la foi catholique. Toutefois, dans le discours prononcé à Constance, on trouve l’idée que le christianisme ne peut se concevoir sans justice ni liberté, et qu’il n’est pas possible qu’un peuple soit réellement converti s’il perd ses droits. Ce programme politique semble avoir été en partie respecté ; il n’y a pas eu de transition de pouvoir en faveur de nouveaux arrivants, comme ce fut le cas dans les provinces conquises par l’Ordre Teutonique. Bien que motivé par des raisons politiques, le baptême de la Samogitie n’a pas été imposé brutalement ; en Samogitie lituanienne comme en Prusse teutonique, l’évangélisation fut un processus lent, complexe ; en dépit des différences idéologiques concernant la mission, le paganisme est resté vivant, en Prusse comme en Lituanie, longtemps après la discussion de Constance.

Notes

1 Eric Christiansen, The Northern Crusade, Londres, The Macmillan Press, 1980, p. 147-148 ; William Urban, « The Teutonic Order and the Christianization of Lithuania », dans Paulius Rabikauskas (dir.), La cristianizazione della Lituania, Vatican, Editrice Vaticana, 1989, p. 105-108.

2 Alexander Bruce Boswell, « Cultural and Social Conditions in the Middle Ages », dans William Reddaway et. al., (dir.), The Cambridge History of Poland, New York, Octagon Books, 1950, vol. 1, p. 149-150 ; Jerzy Kloczowski (dir.), Histoire religieuse de la Pologne, Paris, Le Centurion, 1987, p. 110-111.

3 Henryk Paskiewicz, The Origin of Russia, Londres, Allen & Unwin, 1954, p. 239-241 ; Michal Giedroyc, « The Arrival of Christianity in Lithuania : Baptism and Survival », Oxford Slavonic Paper, 1989, n° 22, p. 54-55.

4 Zenonas Ivinskis, « Jogaila », dans Simas Suziedelis (dir.), Encyclopedia Lituanica, Boston, Kapocius, vol. 2, p. 536 ; E. Christiansen, op. cit. (voir n. 1), p. 169-170 ; Giedre Mickunaite, Making a Great Ruler : Grand Duke Vytautas of Lithuania, Budapest, Central European University Press, 2006, p. 40-41.

5 Paulus Rabikauskas, « Les Jagellons : leur conversion et la christianisation de la Lituanie », dans Michel Rouche (dir.), Clovis. Histoire et mémoire, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1997, vol. 2, p. 387-398 ; Stanislas Zajaczkowski, « The Christianisation of Lithuania by Poland », dans Jerzy Braun (dir.), Poland in Christian Civilisation, Londres, Verituas Foundation Publication Centre, 1985, p. 189-193 ; Marek Zahajkiewicz, « Théorie et pratique de l’évangélisation dans le processus de christianisation de la Lituanie », dans P. Rabikauskas (dir.), op. cit. (voir n. 1), p. 207-218.

6 P. Rabikauskas, op. cit. (voir n. 1), p. 393.

7 William Urban, The Samogitian Crusade, Chicago, Lithuanian Research and Studies Center, 1989, p. 182.

8 S. Zajaczkowski, op. cit. (voir n. 5), p. 193 ; Sylvain Gouguenheim, Les Chevaliers Teutoniques, Paris, Tallandier, 2007, p. 446.

9 Pour W. Urban (« The Teutonic Order and the Christianization of Lithuania » (voir n. 1), p. 130-131), l’attitude de l’Ordre peut s’expliquer par les fausses promesses de conversions des prédécesseurs de Jagellon.

10 W. Urban, The Samogitian Crusade (voir n. 7), p. 180-183.

11 L’empereur Wenceslas de Bohême interdit les croisades contre la Lituanie en 1395 ; en 1403, le pape « romain » Boniface IX confirme cette interdiction. Johann von Posilge, « Chronik des Landes Preussen », dans Theodor Hirsch et al. (éd.), Scriptores Rerum Prussicarum, Leipzig, Hirzel, 1866, vol. 3, p. 196-197 ; Johannes Voigt (éd.), Codex Diplomaticus Prussicus, Königsberg, Koch, 1857, vol. 5, doc. 137, p. 186-192.

12 G. Mickunaite, op. cit. (voir n. 4), p. 36-38.

13 W. Urban, The Samogitian Crusade, op. cit. (voir n. 7), p. 180.

14 Stephen C. Rowell, Lithuania Ascending. A Pagan Empire within East-Central Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 302 ; Simas Suziedelis, « Samogitia », dans S. Suziedelis (dir.), op. cit. (voir n. 4), vol. 5, p. 46.

15 S.C. Rowell, op. cit., p. 121-122 ; W. Urban, The Samogitian Crusade, op. cit. (voir n. 7), p. 22.

16 Ibid., p. 11-14.

17 Oskar Halecki, « Problems of the New Monarchy : Jagello and Vitold, 1400-34 », dans W. Reddaway et al., (dir.), op. cit. (voir n. 2), p. 217-218 ; P. Rabikauskas, « Les Jagellons », op. cit. (voir n. 1), p. 397.

18 S. Gouguenheim, op. cit. (voir n. 8), p. 479.

19 Depuis 1392, Vytautas gouverne la Lituanie sous la suzeraineté de Jagellon et reçoit le titre de grand-duc en 1401 : G. Mickunaite, op. cit. (voir n. 4), p. 6 ; Joseph Koncius, Vytautas the Great, Grand-duke of Lithuania, Miami, Franklin, 1966, p. 113-114 ; S. Suziedelis, « Vytautas the Great », dans S. Suziedelis, op. cit. (voir n. 4), vol. 6, p. 219.

20 W. Urban, The Samogitian Crusade, op. cit. (voir n. 7), p. 172.

21 Traité de Sallinwerder : Erich Weise (éd.), Die Staatsverträge des Deutschen Ordens in Preussen im 15. Jahrhundert, Marburg, Elwert, 1955-1969, vol. 1, doc. 1, p. 7-13.

22 Codex Diplomaticus Prussicus, vol. 5, doc. 112, p. 113-117.

23 Antoni Prochaska (éd.), Codex Epistolaris Vitoldi, Cracovie, Sumptibus Academiae Literarum Crac., 1882, doc. 238, p. 75-76.

24 E. Weise (éd.), op. cit. (voir n. 21), vol. 1, doc. 83, p. 86.

25 Timothy Brennan, Just war, sovereignty, and canon law : Legal arguments over the Lithuanian Crusade and the rights of unbelievers at the Council of Constance (1414-1418), thèse de doctorat, Université du Kansas, 2006, p. 111 ; E. Christiansen, op. cit. (voir n. 1), p. 159.

26 William Urban, Tannenberg and After : Lithuania, Poland, and the Teutonic Order in Search of Immortality, Chicago, Lithuanian Research and Studies Center, 1999, p. 92 ; E. Christiansen, op. cit. (voir n. 1), p. 200-206.

27 W. Urban, Tannenberg, op. cit. (voir n. 26), p. 92, n. 9.

28 J. Posilge, op. cit. (voir n. 11), p. 240.

29 G. Mickunaite, op. cit. (voir n. 4), p. 7 ; W. Urban, Tannenberg, op. cit. (voir n. 26), p. 120.

30 Ibid., p. 120-122.

31 Ibid., p. 120.

32 Ibid., p. 126-132 ; J. Koncius, op. cit. (voir n. 19), p. 77-80.

33 Codex Epistolaris Vitoldi, doc. 437, p. 204-206. Ces accusations sont mentionnées dans le traité de Neustettin, passé entre l’Ordre Teutonique et les ducs de Stettin et de Stolp ; E. Weise (éd.), op. cit. (voir n. 21), vol. 1, doc. 69, p. 71-77.

34 Codex Epistolaris Vitoldi, doc. 428, p. 199-201. Je remercie Mme Christine Morerod pour son aide à la traduction du latin.

35 Ibid., p. 200-201.

36 Ibid., p. 201.

37 E. Christiansen, op. cit. (voir n. 1), p. 204 ; S. Gouguenheim, op. cit. (voir n. 8), p. 371.

38 Ibid., p. 216-217 ; Kaspar Klavins, « The Ideology of Christianity and Pagan Practices among the Teutonic Knights », Journal of Baltic Studies, 2006, 37, p. 270.

39 S. Gouguenheim, op. cit. (voir n. 8), p. 410-411 ; E. Christiansen, op. cit. (voir n. 1), p. 145-146.

40 Codex Epistolaris Vitoldi, doc. 428, p. 201.

41 Ibid.

42 E. Weise (éd.), op. cit. (voir n. 21), I, 83, p. 86.

43 P. Rabikauskas, « La Cristianizzazione della Samogizia », dans P. Rabikauskas (dir.), op. cit. (voir n. 1), p. 227-229 ; S. Zajaczkowski, op. cit. (voir n. 5), p. 194-197.

44 P. Rabikauskas, « La Cristianizzazione », op. cit. (voir n. 43), p. 227 ; J. Koncius, op. cit. (voir n. 19), p. 129-130.

45 Maurice Michael, The Annals of Jan Dlugosz, Chichester, IM Publications, 1997, p. 413-415.

46 P. Rabikauskas, « La Cristianizzazione », op. cit. (voir n. 43), p. 227 ; Viktoras Gidziunas, « The Introduction of Christianity into Lithuania », Lituanus, 1957, 4, p. 13.

47 Zigmantas Kiaupa, The History of Lithuania, trad. S. Rowell, J. Smith, V. Urbonavicius, Vilnius, Baltos Lankos, 2005, p. 71-72 ; O. Halecki, op. cit. (voir n. 17), p. 218 ; S. Suziedelis, op. cit. (voir n. 4), p. 215.

48 T. Brennan, op. cit. (voir n. 25), p. 117 ; W. Urban, Tannenberg, op. cit. (voir n. 26), p. 205-207.

49 Erich Weise (éd.), Die Staatsschriften des Deutschen Ordens in Preussen im 15. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1970, p. 70-111 ; T. Brennan, op. cit. (voir n. 25), p. 122-126.

50 Ibid., p. 127 ; E. Christiansen, op. cit. (voir n. 1), p. 224.

51 Sur les idées de Paul Vladimir et son rôle au concile de Constance, voir Stanislas Belch, Paulus Vladimiri and his Doctrine Concerning International Law and Politics, 2 vol., Londres, Mouton & Co., 1965.

52 G. Mickunaite, op. cit. (voir n. 4), p. 43.

53 P. Rabikauskas, « La Cristianizzazione », op. cit. (voir n. 43), p. 229 ; W. Urban, Tannenberg, op. cit. (voir n. 26), p. 226-227.

54 G. Mickunaite, op. cit. (voir n. 4), p. 44.

55 T. Brennan, op. cit. (voir n. 25), p. 130 ; l’intervention des Samogitiens est rapportée par Guillaume Fillastre, dans Heinrich Finke et al. (éd.), Acta Concilii Constanciensis, Münster, Regensberg, 1823, vol. 2, p. 58 et dans Louise R. Loomis et al. (éd.), The Council of Constance : the Unification of the Church, New York, Columbia University Press, p. 240 et par Ulrich von Richental (L. R. Loomis (éd.), op. cit., p. 139).

56 Paulus Jatulis (éd.), Codex Mednicensis Seu Samogitae Diocensis, Rome, Academia Lituanica Catholica Scientarum, 1984, p. 1-13.

57 S. Belch, op. cit. (voir n. 51), vol. 1, p. 165-167 ; pour G. Mickunaite (op. cit. (voir n. 4), p. 93, n. 169), ce texte a probablement été composé à la chancellerie lituanienne, par un auteur ayant une bonne connaissance de la Samogitie.

58 Codex Epistolaris Vitoldi, Appendix, doc. 6 d, p. 1038 : « ad iussum Wytaudi » ; G. Mickunaite, op. cit. (voir n. 4), p. 44.

59 W. Urban, Tannenberg, op. cit. (voir n. 26), p. 227.

60 P. Jatulis (éd.), op. cit. (voir n. 56), p. 2.

61 Arturas Dubonis, « Das Grenzgebiet zwischen Litauen und dem Deutchen Orden », dans Werner Paravicini et al. (dir.), Tannenberg – Grunwald – Zalgiris, Wiesbaden, Harrassowitz, 2012, p. 6 ; Codex Epistolaris Vitoldi, doc. 391, p. 166-167.

62 P. Jatulis (éd.), op. cit. (voir n. 56), p. 2-3.

63 Ibid., p. 3.

64 Ibid., p. 3-4.

65 Ibid., p. 5-6.

66 Ibid., p. 6.

67 Ibid., p. 6-7.

68 Ibid., p. 7.

69 E. Christiansen, op. cit. (voir n. 1), p. 204.

70 P. Jatulis (éd.), op. cit. (voir n. 56), p. 7.

71 Ibid.

72 Ibid., p. 8.

73 Ibid., p. 8-9.

74 Ibid., p. 9-10.

75 Ibid.

76 Des cas similaires sont mentionnés en Pologne par Jan Dlugosz, M. Michael, op. cit. (voir n. 45), p. 462.

77 P. Jatulis, op. cit. (voir n. 56), p. 10.

78 Ibid., p. 10-11.

79 Ibid., p. 11-12.

80 S. Belch, op. cit. (voir n. 51), vol. 1, p. 449-451.

81 Ibid., p. 12.

82 Ibid., p. 12-13.

83 Fillastre’s Diary of the Council of Constance, dans L. Loomis (éd.), op. cit. (voir n. 55), p. 280. La réponse de l’Ordre Teutonique est éditée dans Codex Epistolaris Vitoldi, p. 1033-1038.

84 P. Rabikauskas, op. cit. (voir n. 1), p. 226-227, p. 230.

85 Richental’s Chronicle of the Council of Constance, dans L. Loomis, op. cit. (voir n. 55), p. 142-143 ; H. Finke (éd.), op. cit. (voir n. 55), p. 576 ; P. Rabikauskas, op. cit. (voir n. 1), p. 231.

86 Ibid., p. 232.

87 Ibid., p. 231-232 ; G. Mickunaite, op. cit. (voir n. 4), p. 44.

88 J. Koncius, op. cit. (voir n. 19), p. 132 ; W. Urban, Tannenberg, op. cit. (voir n. 26), p. 248-249.

89 Ibid., p. 330-331 ; Marija Gimbutas, « The Pre-Christian Religion of Lithuania », dans P. Rabikauskas (éd.), op. cit. (voir n. 1), p. 14 ; S. Suziedelis, « Samogitia », dans S. Suziedelis, op. cit. (voir n. 4), vol. 5, p. 49.

90 Ibid., p. 48-49 ; W. Urban, Tannenberg, op. cit. (voir n. 26), p. 451.

91 Par exemple, Tadeusz Wyrwa, La pensée politique polonaise à l’époque de l’humanisme et de la Renaissance : un apport à la connaissance de l’Europe moderne, Paris, Librairie Polonaise, 1978, p. 100. Pour une mise au point, W. Urban, The Samogitian Crusade (voir n. 7), op. cit., p. 219 passim.

92 K. Klavins, op. cit. (voir n. 38), p. 272.

Auteur

Est assistant doctorant en Histoire du Moyen Âge à l’Université de Neuchâtel (Suisse). Il prépare actuellement une thèse de doctorat portant sur la perception de la Lituanie en Europe occidentale. L’une de ses dernières publications est : « Écrire l’histoire de la conquête : l’utilisation de l’histoire dans la polémique contre l’Ordre Teutonique au sujet des droits des infidèles (1386-1418) », Hereditas Monasteriorum, p. 17-47 (2014).

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search