Version classiqueVersion mobile

La coexistence confessionnelle en France et en Europe germanique et orientale

 | 
Catherine Maurer
, 
Catherine Vincent

Modalités de la coexistence : débats, confessionnalisation, conversions

Les deux Pâques de 1724 : coexistence et distinction confessionnelles dans le Saint-Empire

Christophe Duhamelle

Texte intégral

1En 1724, les protestants fêtent dans le Saint-Empire Pâques le 9 avril, les catholiques le 16 avril. La différence de calendrier entre les deux religions se manifeste ainsi concrètement - pour la première fois depuis 1700. À cette date, les protestants avaient supprimé le décalage de dix jours qui existait depuis les années 1583-84 entre eux et les catholiques. La décision, prise en 1699, semblait avoir réglé la « querelle des calendriers ». Depuis lors, chaque jour, et chaque fête de Pâques, avaient été les mêmes pour tous les habitants de l’Empire.

2On ne peut donc guère imaginer de différence plus ténue - un décalage d’une semaine de la date de Pâques, une fois en une génération. Elle n’en engendre pas moins un conflit multiforme : les deux Pâques de 1724 comptent au nombre des fréquentes frictions confessionnelles qui agitent l’Empire, même après la Paix de Westphalie. Toutefois, cette indéniable tension ne suscite pas de conflagration insurmontable : comme tous les autres conflits confessionnels depuis 1648, celui-ci ne dégénère pas jusqu’au point où il remettrait en cause la construction politique et juridique de la coexistence.

3Une différence qui ne touche pas à l’essentiel et un conflit qui n’ébranle pas le fondamental : ces deux éléments sont caractéristiques des relations entre catholiques et protestants dans le Saint-Empire de la seconde moitié de l’époque moderne. Ils permettent d’approcher la singularité que revêt dans ce contexte politique particulier le domaine du confessionnel, qui n’est pas le religieux - qui s’apparente même à un évitement de l’affrontement religieux - mais qui découle de l’obligation souvent maussade de vivre ensemble, dans un système de souveraineté partagée, sans vainqueur possible. La crise, et sa cause, révèlent le caractère protéiforme de ce domaine confessionnel. Elles illustrent également les instances et les procédures par lesquels les deux camps adverses manipulent, en virtuoses, un affrontement tout à la fois pérennisé et pacifié - pérennisé parce que pacifié. La crise confessionnelle apparaît ainsi comme une figure bien rôdée qui permet d’éprouver les mécanismes de la coexistence et de la parité par l’affirmation d’une distinction d’autant plus exacerbée.

4J’en aborderai trois aspects, ordonnés de façon grossièrement chronologique. Comprendre la cause de la crise permettra tout d’abord de présenter certaines métamorphoses du confessionnel. Parler du déroulement des deux Pâques conduira à replacer la division confessionnelle dans l’extrême diversité de sa mise en œuvre concrète. Étudier le dénouement de la crise reviendra à évoquer la mécanique propre qui noue politique impériale et enjeux confessionnels.

La cause de la crise

5Le décalage de 1724 n’est pas arbitraire. Certains le prévoyaient depuis longtemps ; mais d’autres tombent des nues. L’événement amène en effet à se rejoindre plusieurs sphères et plusieurs discours qui contribuent tous, à leur façon et à leur rythme, à cette galaxie compliquée qu’est le confessionnel.

  • 1 Christophe Duhamelle, « Une frontière abolie ? Le rapprochement des calendriers catholique et prote (...)

6Première sphère : les astronomes. Lorsqu’en 1583-1584 la plupart des territoires protestants ont refusé d’adopter le calendrier grégorien, c’est avant tout parce qu’il venait du pape Grégoire XIII. Et c’est bien ainsi que les premiers ouvrages consacrés à la question ont justifié le choix protestant. Mais ensuite il fallut vivre, pendant des années, puis des décennies, avec une différence des calendriers qui n’avait rien à voir avec le cœur de la différence religieuse. Le calendrier, tous en convenaient, était un adiaphoron, une chose indifférente - et donc une chose politique, et non une affaire de conscience. En l’occurrence, le calendrier devint également autre chose : une affaire de mathématiciens et d’astronomes. L’évolution des ouvrages sur le sujet, qui se succèdent, nombreux, pendant tout le xviie siècle, montre toutefois que cette conversion scientifique du discours sur les calendriers ne signifie pas sa sécularisation. Elle signale plutôt une sorte d’extension vers le scientifique du domaine de la lutte confessionnelle1. C’est pourquoi les livres - principalement protestants - des astronomes, surtout après 1648, poursuivent deux buts qui sont exactement le reflet de l’ordre définitivement instauré par la paix de Westphalie : œuvrer à une conciliation ; mais sans jamais céder un pouce de terrain à l’adversaire.

  • 2 Jürgen Hamel, « Die Kalenderreform des Jahres 1700 und ihre Durchsetzung in Hessen », Zeitschrift d (...)

7C’est ainsi que finit par se dégager la solution adoptée en 1699. Elle revenait pour les protestants à s’aligner de fait sur le calendrier grégorien, mais sans l’adopter en droit. Il s’agissait de favoriser la coexistence - dans l’Empire où la frontière est omniprésente, dix jours de décalage ne rendaient pas la vie facile - mais sans donner l’impression d’un rapprochement qui aurait été perçu comme une défaite. Quelle fut donc cette solution ? Les protestants « améliorèrent » le calendrier julien. Ce calendrier « julien amélioré » demeura toutefois officiellement distinct du grégorien2. Ce qui justifiait cette différence résidait dans le calcul de la date de Pâques. Les catholiques suivaient un cycle compliqué - les épactes. Les protestants, eux, calculaient Pâques - le premier dimanche suivant la première pleine lune consécutive à l’équinoxe de printemps - selon l’observation astronomique directe, c’est-à-dire concrètement selon les tables de Kepler de 1609 qui avaient l’avantage, datant d’après 1583, de redonner aux protestants un avantage confessionnel sous les espèces de la modernité scientifique.

  • 3 Via l’académie de Berlin, chargée depuis 1700 de veiller aux calendriers prussiens et dotée du mono (...)
  • 4 Sethus Calvisius, Formula Calendarii novi, quae quidem alia est à Calendario Gregoriano, sed tamen (...)

8C’est du côté des astronomes que vint, en 1722, le premier signe avant-coureur de l’affaire de 1724. Ce sont eux qui posèrent la question3 : fallait-il appliquer réellement la décision de 1699 ? Car, en 1724, pour la première fois, la différence de calcul s’apprêtait à donner un résultat divergent - d’une semaine. Les astronomes versés dans les affaires de calendrier le savaient d’ailleurs depuis longtemps. En 1613, le mathématicien Calvisius - le premier à évoquer la solution mise en place en 1700 - avait déjà publié dans sa Formula qu’en ce cas il y aurait en 1724 contradiction entre le cycle des épactes et le calcul astronomique4. Le discours astronomique participe du confessionnel, mais il construit aussi sa propre autonomie : chaque auteur cite tous ses prédécesseurs, aucun n’a donc oublié l’anomalie à venir de 1724. Mais en 1722 ils sont bien les seuls à s’en souvenir.

  • 5 Jürgen Hamel, « Erhard Weigel und die Kalenderreform des Jahres 1700 », dans Reinhard E. Schielecke(...)

9En effet - autre sphère du confessionnel - les envoyés protestants à la Diète d’Empire (l’assemblée, perpétuelle depuis 1663, des représentants des différents territoires, principautés, comtés, villes libres etc., dans la ville de Ratisbonne) étaient comme tout le monde ou presque : cela faisait longtemps qu’ils ne comprenaient pas grand-chose à cette histoire de calendrier. Sauf une chose : pas question de paraître céder aux catholiques en adoptant leur calendrier grégorien. C’est donc sous cet angle-là - et certainement pas pour les mérites supérieurs des tables de Kepler - qu’ils s’étaient emparés en 1699 de la solution alors promue par un mathématicien bien en cour, Weigel5. Les correspondances d’alors montrent que c’est bien là l’objectif principal : régler enfin cette affaire des calendriers ; mais sans perdre ce qui, depuis 1583, est devenue une « prérogative confessionnelle », un élément inaliénable dans le jeu politique qui gouverne, à la fois, la relation entre catholiques et protestants, ainsi que la relation entre les territoires de l’Empire et l’ensemble impérial lui-même. Dans les deux cas, la défense du moindre droit acquis est primordiale.

  • 6 Geheimes Staatsarchiv Preussischer Kulturbesitz (désormais GStA PK) I.HA Rep.9 Nr.K Lit.mIII, en pa (...)
  • 7 GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.1.

10Mais si ces deux sphères du confessionnel se sont rejointes en 1699, elles ne se sont pas pour autant confondues. Une fois le compromis passé en sauvant la face grâce aux propositions des mathématiciens, l’habitude prise était que, derrière l’affirmation de différence, il s’agissait bien du même calendrier. Le rappel des astronomes, dès 1722, est donc pour les politiques une surprise. C’en est une d’abord à la Diète : le comte Metternich, qui y représente le roi de Prusse, s’appuie sur un mémoire de l’Académie pour soulever le problème à la mi-septembre 1722. Sa correspondance avec Berlin laisse percevoir les étonnements et les hésitations : lui-même demande de plus grandes précisions et recherche le document qui a fixé la manière protestante de calculer Pâques. L’envoyé du Brunswick-Wolfenbüttel, lui, promet de se renseigner auprès de sa cour « où il paraît qu’il se trouve un mathématicien assez réputé »6. La surprise est tout aussi entière lorsque la décision des protestants se répand au-delà du cercle assez étroit des représentants à la Diète. Ainsi, en février 1724, un document évoquant l’affaire parvient sur le bureau du roi de Prusse Frédéric-Guillaume, le « Roi-sergent », qui de son écriture nerveuse inscrit en marge la notation suivante : « Was will das sagen, daß man das Osterfest verleget, da bin ich nicht eins ! » (Qu’est-ce que ça veut dire, décaler la fête de Pâques ? Je ne suis pas d’accord7 !). Le roi du Danemark, inclus dans les consultations lorsque l’affaire fait débat à la Diète en 1723, doit quant à lui admettre avoir si bien oublié le calcul astronomique qu’il a déjà fait imprimer ses calendriers pour pouvoir les envoyer dans ses colonies, de telle sorte que le royaume du Nord fête en 1724 Pâques avec les catholiques.

  • 8 Les deux « Corps » confessionnels résultent de la règle, introduite par la Paix de Westphalie, qui (...)

11Pour d’autres, en revanche, les bonnes raisons de 1699 retrouvent tout leur lustre - on réimprime d’ailleurs en 1723 le conclusum par lequel les protestants, à la Diète, avaient tous ensemble choisi en 1699 de changer de calendrier. Nuremberg, ville d’Empire luthérienne et haut-lieu d’impression des calendriers dans l’Empire, rappelle opportunément le 2 janvier 1723 qu’il faut se dépêcher de décider afin d’éviter ce qui s’était passé en 1699 : une décision trop tardive qui obligea certains fabricants de calendriers à mettre leur production au pilon. Le Corpus Evangelicorum8 résout donc le 30 janvier 1723 d’appliquer à la lettre la spécificité du calendrier « julien amélioré » et de fêter Pâques, en 1724, une semaine avant les catholiques. Davantage : l’occasion est trop belle d’affirmer que la coïncidence des calendriers n’existe que « par accident », que les protestants restent entièrement différents et que la vérité profonde des relations confessionnelles réside non pas dans vingt-quatre ans d’absolue similitude, mais bien dans une différence d’un jour. Cet argument constamment répété tout au long de 1724 est un symbole presque trop parfait du mélange particulier de coexistence intime et de distinction d’autant plus affirmée, mélange qui caractérise les relations entre catholiques et protestants dans l’Empire d’après 1648.

12C’est un célèbre mathématicien de Halle, Wolf, qui exprime le mieux, dans un avis qu’il rend le 26 octobre 1722, cette conjonction d’une raison politique et d’un instrument scientifique au service de l’équilibre confessionnel dans le maintien de l’incompatibilité religieuse. Si l’on s’alignait sur le grégorien et renonçait à fêter Pâques, en 1724, à une autre date que les catholiques,

  • 9 GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.1. Ce texte a été imprimé, parmi beaucoup d’autres ayant trait à la (...)

l’on donnerait à Messieurs les théologiens [protestants] sujet de se plaindre que l’on s’est moqué d’eux quand on a voulu leur faire croire que le calendrier amélioré se différenciait du grégorien contre l’adoption duquel ils ont toujours combattu avec zèle. Il est aussi à craindre que la clique cléricale catholique se fasse un triomphe de ce que les théologiens évangéliques finissent par céder et soient contraints d’adopter le calendrier grégorien9.

13Les catholiques de la Diète - dans un contexte tendu par un regain de disputes confessionnelles - ne perdent pas une si belle occasion de prétendre, au contraire, que 1700 avait été leur victoire, que l’Empire en fait avait tout entier adopté le grégorien et que les protestants sont des fauteurs de trouble impérial. Mais sur tout cela nous reviendrons plus tard. Auparavant, portons-nous vers une autre sphère - pas plus étanche que les précédentes, mais différente -, celle des réalités concrètes et locales de la répartition confessionnelle.

Le déroulement de la crise

14Les discussions - celles des astronomes, celles des gouvernements territoriaux, celles de la Diète d’Empire - ont pris leur temps. Leur traduction concrète parvient assez tard à la connaissance des populations. Dans la monarchie prussienne, par exemple, ce n’est qu’en février 1724 qu’est rendu public l’édit faisant obligation à tous les sujets du roi de célébrer Pâques à la date « protestante », le 9 avril.

  • 10 Christophe Duhamelle, « Dedans, dehors. Espace et identité de l’exclave dans le Saint-Empire après (...)

15L’on entre alors dans une autre dimension du confessionnel : son intrication avec le jeu d’échelles particulièrement complexe des institutions dans l’Empire. En imposant une seule date à tous ses sujets, le roi de Prusse affirme que ses prérogatives en matière de calendrier sont de nature politique et s’imposent aussi aux catholiques. Car nombreux sont ses sujets, dans l’Empire, à professer la religion romaine - en Rhénanie, dans la principauté de Minden en particulier, mais aussi plus près du Brandebourg, à Halberstadt. La monarchie prussienne n’est pas la seule à présenter ce caractère composite, au plan politique comme à celui de l’appartenance religieuse, mais également sous l’angle de la continuité territoriale, la moindre principauté étant dans l’Empire éclatée en une multitude d’exclaves multipliant comme à l’envi les frontières et les situations particulières10.

  • 11 GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.4.

16La réaction de ces minorités catholiques est elle aussi révélatrice de ce qu’est le confessionnel. Il est assez peu question de « liberté de conscience », une notion reconnue par la paix de Westphalie, mais concernant uniquement le for intérieur ou, pour le dire autrement, le cœur religieux de la différence confessionnelle, reconnu irréductible aux solutions politiques. Ce n’est pas ce qui est en cause ici, le calendrier étant, on s’en souvient, un adiaphoron. Beaucoup plus fréquents en revanche, et plus efficaces, sont les arguments juridiques. L’on se réfère aux privilèges spécifiques de telle ou telle région. Ainsi du curé catholique de Schildesche qui, dans une lettre du 20 mars transmise à Berlin par le gouvernement de Minden le 26 mars, s’appuie sur les articles 8 et 9 de l’accord de religion de 1672 par lequel le Brandebourg et le Palatinat électoral se sont accordés sur les droits des minorités religieuses des anciennes terres des ducs de Juliers-Clèves-Berg, que ces deux princes se sont partagées en 161311. L’on se réfère surtout à 1624, l’« année normative » prise par la paix de Westphalie comme pierre de touche du droit acquis confessionnel, et dont la force s’impose même - en fait : surtout - aux princes et aux territoires. Même le roi de Prusse, sauf à saccager l’ordre impérial, ne peut changer une situation confessionnelle s’il est avéré qu’elle était établie en 1624. Contrairement à une idée reçue, la coexistence entre catholiques et protestants dans l’Empire repose désormais sur un principe opposé au fameux « cujus regio, ejus religio ». La meilleure preuve en est que les - nombreuses - conversions de princes protestants au catholicisme ne changent rien au protestantisme de leurs territoires.

  • 12 Sur le chapitre de Minden, une introduction précise dans Hermann Nottarp, « Ein Mindener Dompropst (...)
  • 13 GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.1. L’article XI-4 de la Paix d’Osnabrück est celui qui reconnaît à (...)
  • 14 Mémoire des membres protestants des conseils de ville de Dinckelsbühl, Biberach et Ravensburg du 28 (...)

17Mais revenons au calendrier. Pour les sujets catholiques du roi de Prusse qui veulent fêter Pâques selon le calendrier grégorien, il s’agit donc de dire que le calendrier fait partie des éléments protégés par la norme se référant à l’année 1624, celle précisément qui leur permet de continuer à professer leur religion. Ainsi, les membres catholiques du chapitre cathédral (bi-confessionnel12) de Minden, dans une lettre du 24 janvier 1724, affirment qu’ils fêteront, eux, Pâques selon le calendrier grégorien « qui est en usage dans notre chapitre depuis plus de 147 ans et donc avant l’année 1624 », se référant explicitement à l’article XI-4 de la Paix de Westphalie13. En 1624, ils observaient le calendrier grégorien ; ergo, en 1724 ils l’observeront aussi. La puissance de l’argument est telle que c’est également lui qui décide les protestants, dans les villes paritaires d’Augsbourg, Dinckelsbühl, Biberach et Ravensburg où ils partagent le pouvoir avec les catholiques, à ne pas suivre la décision du Corpus evangelicorum, non seulement parce qu’on peut craindre des troubles « en fonction des pays et gens environnants qui sont purement catholiques », mais surtout parce qu’en 1624 ces villes respectaient toutes déjà le calendrier grégorien14. C’est bien dans l’esprit de cette clause de l’« année normative » qui, dans la logique du règlement juridique de la coexistence, ne se préoccupe pas de ce que les gens croyaient, mais uniquement de constatations de fait.

18La réaction des chanoines de Minden ou des conseillers de Dinckelsbühl montre la valeur très générale acquise par cette disposition maîtresse de la Paix dans le quotidien juridique de la coexistence confessionnelle. En revanche, la référence qu’ils y font ne correspond pas à la lettre du traité d’Osnabrück qui juge de l’état en 1624 à partir d’un critère prioritaire : qui, pour une paroisse donnée, avait le droit de baptiser, marier et enterrer. Là-dedans, pas question de calendrier. L’ambiguïté demeure donc entière : fixer le calendrier est-il un droit purement politique, réservé au prince ? Ou un droit confessionnel, « opposable », pour utiliser un anachronisme, au prince ? Chacun campe sur ses positions, et Pâques finit par arriver.

  • 15 25 mai 1724, GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.3.

19Ce qui se passe entre le 9 et le 16 avril permet d’introduire une dimension supplémentaire de la coexistence confessionnelle : sa déclinaison, sur place, dans les relations concrètes entre voisins catholiques et protestants. Ce que les sources permettent d’apercevoir est très éloigné de l’édit du roi de Prusse - et des ordonnances comparables, ou différentes, prises par d’autres princes, catholiques ou protestants. Souvent, les populations élaborent un compromis : chacun respecte son calendrier devenu, à l’occasion, une manière d’affirmer une identité qui se nourrit, mais diffère, des prescriptions des autorités. Ainsi, à Bochum, ce sont les habitants catholiques qui empêchent leur prêtre de célébrer le dimanche des Rameaux à la date prescrite par leur prince, le roi de Prusse, et l’obligent à décaler la fête de huit jours, au grand scandale du fonctionnaire prussien qui rapporte toute l’affaire15. Tous, cependant, maintiennent l’expression de cette identité dans des bornes acceptables pour le voisin. C’est par exemple ce qui se passe dans la ville de Francfort où la courtoisie résiste à l’événement. Le résident prussien mande, le 15 avril 1724, que les

  • 16 GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.2.

catholiques caractérisés présents en ville ont certes eu la politesse, il y a huit jours de cela, de souhaiter de joyeuses Pâques aussi aux protestants, en-dehors du résident impérial, qui n’a qu’aujourd’hui fait faire son compliment, disant qu’il espérait que nous avions heureusement passé nos Pâques, et qu’il nous offrait tous ses vœux à cette occasion, on lui rendra donc le compliment de la même manière après les Pâques catholiques16.

20C’est aussi ce qui se passe dans les régions de la monarchie prussienne où se côtoient catholiques et protestants. Évitant à la fois de se soumettre au pouvoir politique et d’affirmer agressivement leur spécificité confessionnelle, les habitants élaborent des solutions médianes qui leur permettent de se distinguer sans pour autant heurter leurs voisins. Un rapport du gouvernement de Halberstadt, le 15 mai 1724, en donne un excellent aperçu :

  • 17 GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.3.

les catholiques, au moment où les évangéliques ont fêté Pâques, et à leur instar, se sont abstenus de toute sorte de travail, ils ont également pendant ces trois jours fait un office avec sermon, tandis que huit jours après ils ont certes fêté leurs Pâques, mais en ne faisant un sermon que le dimanche et les deux autres jours ils ont célébré leur messe de la même manière qu’ils le font chaque jour, et sinon ils n’ont pas effectué de travail manuel ; en outre […] les Franciscains, le Vendredi saint, n’ont pas fait l’ostension du soi-disant Saint-Sépulcre comme ils ont l’habitude de le faire et se sont abstenus de tout ce qui aurait pu donner aux évangéliques quelque sujet de scandale17.

  • 18 Relation du 7 avril 1724, GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.2.
  • 19 Les deux documents se trouvent dans GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.6.
  • 20 GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.2.

21On imaginerait, face à cette désobéissance, le roi de Prusse furieux. Mais c’est au contraire l’attentisme qui domine : Berlin tient avant tout à s’informer. Les nouvelles arrivent d’ailleurs très vite : dès le 7 avril - le vendredi saint selon le calendrier julien amélioré - le gouvernement de Clèves fait par exemple savoir que les catholiques ont fait sonner les cloches « contre leur observance (car d’habitude ils ne les touchent pas pendant deux jours) » et qu’ils sont le jour même « restés très tranquilles » si bien que selon toute apparence ils fêteront Pâques selon le calendrier grégorien18. Berlin sait donc très tôt à quoi s’en tenir. Lorsqu’il faudrait sévir, un autre argument domine : on punira les catholiques de la même manière que les princes catholiques punissent leurs sujets protestants qui ont fêté Pâques à leur heure. Quels princes catholiques ? répond le 21 juillet le gouvernement de Minden : « il est bien connu que les protestants en Berg et en Juliers [territoires sous la domination de l’électeur Palatin, qui est catholique, bien que le Palatinat soit calviniste] n’ont pas contrevenu aux ordres mais se sont alignés sur le calendrier grégorien, et nous ne savons pas quels sont les puissances ou les endroits où de tels protestants ont été opprimés ». La réponse de Berlin le 22 août 1724 vaut solde de tout compte en décidant « que vous pouvez pour l’instant surseoir à cette annonce [celle des sanctions] car il semble que les États d’Empire catholiques qui veulent punir leurs sujets évangéliques pour avoir fêté Pâques selon le calendrier amélioré, aient changé d’avis à ce sujet »19. C’est par exemple le cas des autorités catholiques les plus proches, celles du chapitre cathédral de Hildesheim, qui dans un mandat imprimé ont autorisé leurs sujets protestants à fêter Pâques le 9 avril et ont interdit que leur soient imposées des corvées lors de cette célébration et des fêtes mobiles qui s’ensuivent20.

22La complexité des situations locales, la force des droits acquis confessionnels, s’avèrent donc à l’occasion de la crise être une dimension fondamentale, et relativement autonome, de la coexistence. Elles s’imposent aux princes comme aux clergés. Régions, villes, villages, communautés sont eux aussi des acteurs du confessionnel, de son droit, de sa pratique - de sa définition. Le principe de l’unité territoriale est constamment battu en brèche, dans ce domaine comme dans d’autres. C’est le premier enseignement du « bricolage » local des deux Pâques et de la reculade berlinoise. Mais il faut en tirer également un second. Le point sur lequel se focalisent les autorités territoriales se situe ici moins dans une problématique confrontation avec leurs sujets, que dans une épreuve de force - avant tout juridique et symbolique - entre elles. L’argument du gouvernement de Berlin - faire à « ses » catholiques ce que les princes catholiques font à « leurs » protestants - montre bien que c’est cet horizon qui domine. Et c’est ainsi également que la crise se résout.

Le dénouement de la crise

23Ce qui, au printemps 1724, domine les débats à la Diète - forum principal des conflits confessionnels - n’est pas ce qui se passe dans les villages proches de Minden, ou dans tout autre région bigarrée de l’Empire, mais bien ce qui se trame au tribunal de la Chambre impériale, l’une des deux instances réglant les relations entre les différents territoires, et garante de l’ordre impérial, y compris, depuis 1555, dans sa dimension confessionnelle.

  • 21 Sigrid Jahns, Das Reichskammergericht und seine Richter. Verfassung und Sozialstruktur eines höchst (...)
  • 22 Heinz Duchhardt, « Reichskammerrichter Franz Adolf Dietrich von Ingelheim (1659/1730-1742) », Nassa (...)

24L’enjeu, ce sont les vacances. Le tribunal ne travaille pas à Pâques ni à aucune des fêtes mobiles qui en découle. Mais quelles Pâques ? Le tribunal de la Chambre impériale, composé de juges présentés par les Cercles et les territoires de l’Empire, mais présidé par un Grand-juge nommé par l’empereur, reflète et exacerbe, « un peu à la façon d’un sismographe »21, les rapports de force entre les différentes composantes du système impérial. Il est en outre paritaire du point de vue confessionnel, ce qui lui permet, non sans contestations ni blocages, d’être l’instance où sont jugés les conflits dans ce domaine. Accepter de privilégier les vacances catholiques reviendrait à remettre en cause cette parité, à un moment où le tribunal sort de longues années de turbulences dues, entre autres, à l’activisme du premier président catholique, Franz Adolf Dietrich von Ingelheim22. La Chambre impériale est donc l’endroit où la crise de 1724 permet de jauger à nouveaux frais l’équilibre confessionnel.

  • 23 Voir la présentation de cette crise dans Karl Otmar von Aretin, Das Alte Reich 1648-1806, vol. 2 (K (...)
  • 24 Lothar Zumbach von Koesfeld, Gründlicher und umständlicher Bericht, von dem Ursprung, Beschaffenhei (...)
  • 25 Johannes Gaupp, Die beständige Richtigkeit des Verbesserten Kalenders, Ratisbonne, Johann Conrad Pe (...)
  • 26 À cette date, l’envoyé prussien à la Diète peut en effet en adresser quelques exemplaires à ses cor (...)

25Si le tribunal devient le point de cristallisation des débats, la Diète reste le lieu de leur expression. Depuis 1715, les oppositions confessionnelles y connaissent un regain de crispation, en raison d’une part de la réintroduction du catholicisme dans l’électorat du Palatinat, sanctionnée par la paix de Ryswick mais contestée par les protestants, et d’autre part des mesures de rétorsion prises par l’électeur de Brandebourg et roi en Prusse contre les institutions catholiques situées dans ses propres territoires (par exemple le chapitre de Minden). Cette crise est en voie de résolution - par le retour au statu quo, comme souvent - mais c’est elle qui donne son acuité à la querelle des deux Pâques23. Elle donne également sa forme au conflit, selon des procédures raffinées, un langage particulier, des procédures d’appel au « public ». Les protestations abondantes alternent avec les négociations byzantines, les presses de Ratisbonne tournent à plein régime. Certes, le discours astronomico-confessionnel dont je parlais plus haut n’est pas hors jeu. On a vu reparaître en 1723 la grande tradition des ouvrages savants justifiant la différence du calendrier « julien amélioré », avec un ouvrage de Zumbach von Koesfeld, un autre de Franckenstein et même une thèse de Mehmel à Iéna, savantes sommes qui ressassent des arguments bien connus24. En 1724, un pasteur mathématicien, Gaupp, fait la même chose en plus court, le délégué prussien à la Diète en envoie soigneusement plusieurs exemplaires à son maître. Ils y sont toujours, bien rangés dans les archives ; mais ils n’ont jamais été coupés, ni donc ouverts25. Le discours astronomique tient son registre dans ce concert, mais il ne joue pas les premiers violons. Les parutions les plus importantes sont en fait les argumentaires et contre-argumentaires juridiques des deux camps. Les résolutions des deux « Corps », en particulier, sont aussitôt répandues. Celle du Corpus Evangelicorum du 26 juillet 1724 par exemple - 42 pages serrées récapitulant le bon droit des protestants en matière de tribunal de la Chambre impériale, de calendrier, et des deux mêlés, depuis l’origine - est déjà imprimée le 21 août26.

  • 27 Andreas Kalipke, « “Weitläuffigkeiten und Bedencklichkeiten”. Die Behandlung konfessioneller Konfli (...)
  • 28 Il s’agit - ce qui donne un intérêt particulier à cette plainte - de la famille du premier présiden (...)
  • 29 Deuxième document du dossier GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.3.
  • 30 Sur ce rôle de la Diète (bien supérieur à son efficacité dans le domaine de la décision politique) (...)

26Surtout, la remontée de l’information sur les situations locales trouve désormais sa véritable utilité. Elle nourrit le débat, et en particulier les « griefs », les Gravamina des protestants, une manière défensive de faire valoir ses droits qui, inscrite dans la logique de la paix de Westphalie, permet de nourrir un répertoire impressionnant de cas afin de réactiver constamment les débats d’interprétation sur la parité confessionnelle27. Lors de l’été 1724, l’envoyé prussien rapporte donc consciencieusement toutes les fois où des protestants ont été forcés de respecter les Pâques catholiques. Particulièrement révélatrice est la relation du 8 mai 1724 ; le comte Metternich signale que la Diète a reçu des nouvelles du village d’Everbach, où les protestants ont été contraints par leur seigneur, le chevalier d’Empire von Ingelheim28, de fêter Pâques avec les catholiques. Ce qui fait tout le prix de cette nouvelle dûment transmise à Berlin, c’est que les plaintes venues d’Everbach « ont déjà ici été portées à notre connaissance par l’imprimé N° 75 », si bien que « l’on a décidé lors de la conférence protestante d’avant-hier de faire de ce mémoire un addendum au N° 75 de la liste des griefs de religion et de le transmettre à la commission impériale »29. Dûment étiquetées, les réalités locales sont intégrées dans un discours général qui leur donne une signification exemplaire et les propulse sur le grand théâtre de la politique impériale. Les périodiques, ceux d’une sphère politique et lettrée qui est la lice principale des affrontements mis en scène à la Diète, répercutent à la fois les arguments opposés sur la date de Pâques et les recueils de cas qui nourrissent les griefs juridiques des uns et des autres - les Neue Zeitungen von Gelehrten Sachen, ou l’Europäische Staats-Canzley, consacrent ainsi de nombreuses pages à la querelle de Pâques30.

27En même temps qu’il dénonce les abus des catholiques, le camp protestant retrempe sa propre cohésion - et c’est une autre fonction de la crise. Elle se manifeste par exemple dans la sévérité des réactions accueillant la « défection » du roi du Danemark, également prince dans l’Empire, et dont on a vu plus haut qu’il s’était refusé à suivre le mouvement général, prétextant qu’il avait déjà envoyé ses calendriers vers les colonies. Le Corps évangélique tout entier décide le 21 mai 1723 de lui envoyer des représentations assez critiques, soulignant en particulier que

l’absence de similitude et la différence que Pâques occasionne pour les autres grandes fêtes mobiles qui nécessairement sont calquées sur elle, sont susceptibles d’entraîner parmi la population protestante des environs rien moins que du désordre et du scandale, ce qui n’est pas à craindre parmi les pays asiatiques ou les autres contrées éloignées ou séparées de nous.

  • 31 Sur le Danemark et sur Saint-Gall, documents dans GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.1. L’Angleterre e (...)

28En revanche, en juin 1723, on apprend à Ratisbonne que la ville de Saint-Gall en Suisse, sans doute rassurée par la différenciation réaffirmée en 1724, se décide maintenant à quitter le calendrier julien pour adopter le « julien amélioré » et faire le grand saut des onze jours31. L’affirmation, prouvée en 1724 - alors qu’elle pouvait être mise en doute en 1700 - que le calendrier protestant reste bien différent, renforce la cohésion de ce camp confessionnel. Le thème de la nécessaire union des protestants court d’ailleurs comme un leitmotiv dans les nombreux textes produits cette année-là.

  • 32 GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.1.
  • 33 GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.3.
  • 34 K.-O. von Aretin, op. cit., en particulier p. 288-289.

29Bref, les deux Pâques de 1724 actionnent les mécanismes - situés dans les institutions de l’Empire, nourris de figures argumentatives rôdées - de ce qui est à l’exacte jointure de l’équilibre politique et de l’équilibre confessionnel dans le Saint-Empire. La crise s’insère ainsi dans une suite de crises dont la scène politique du confessionnel maîtrise les rouages, faisant se rejoindre les fils scientifiques, et locaux, qui tissent par ailleurs la complexité de l’événement. C’est par ce processus que la crise est constituée en crise. Mais c’est également là qu’elle trouve ses limites, ou plutôt sa relativisation. On a beaucoup gesticulé à la Diète ; et il est exact que dans ce jeu de rodomontades confessionnelles le Corps catholique, dans sa résolution du 26 février 172432, a bien envisagé d’imposer le respect de la date catholique aux sujets protestants de ses membres, sous peine de sanction. Mais seul Berlin a pris ce texte suffisamment au pied de la lettre pour décider de faire la même chose. L’envoyé prussien à la Diète de Ratisbonne, à mots couverts, signale le 11 mai 1724 à ses mandants que les autres États protestants pensent que la Prusse a réagi trop vite : « et je peux dire qu’au sein du Corps évangélique on s’est fort étonné quand on a appris que votre Majesté royale avait édicté l’ordonnance à ce sujet, alors même que, sans prendre sur ce point une décision commune, on a laissé ouvert ce que l’un ou l’autre État avait la volonté d’ordonner, pour lui-même, à l’exemple des catholiques »33. Berlin se heurte à l’hostilité voilée des autres territoires protestants qui ne sont pas prêts à concéder au roi de Prusse le rôle de chef militant du camp évangélique, comme on l’a vu dans les années immédiatement précédentes34. Voilà qui contribue aussi à expliquer la bénignité manifestée en août à l’égard des catholiques de la principauté de Halberstadt.

  • 35 H. Duchhardt, op. cit., p. 196, souligne que depuis la mort du premier président protestant, le com (...)
  • 36 Voir en particulier la relation de Metternich du 1er juin, et les verbatim des réunions du collège (...)
  • 37 Fin du dossier GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.7.
  • 38 Sur ce trait particulier du fonctionnement de l’Empire, voire désormais Barbara StollbergRilinger, (...)

30Car assez vite l’essentiel est acquis : le tribunal de la Chambre impériale prendra deux fois plus de vacances, respectant les deux Pâques, et donc réaffirmant la parité35. Pour la forme, on discute en juin à la Diète d’une possible réunion des calendriers, pour ne pas perpétuer le remedium provisorium qui vient d’être appliqué - et, comme de juste, cet accord n’est pas trouvé, les protestants réaffirmant leur volonté de ne pas s’aligner sur le calendrier grégorien qu’ils respectent pourtant de fait depuis un quart de siècle36. Ils préfèrent, le 2 mai 1725, voter et faire ajouter aux archives de la Diète une « reservatio » affirmant le statu quo de leur bon droit37 - un texte que l’on pourra ressortir en temps utile et qui transforme, dans les formes accoutumées conférant aux désaccords le statut éprouvé des procédures dissensuelles, la nouveauté des deux Pâques de 1724 en un précédent parfaitement balisé38.

  • 39 Johann Christian Schulenburg, Unvorgreifflicher Vorschlag zur Vereinigung der Fest-Zeit, Auf alle O (...)

31Les « abus » des deux camps sont rangés dans la vénérable collection des Gravamina, prête à resservir lors du prochain conflit. Une fois de plus, l’irréductible conflictualité et la nécessaire coexistence ont été tout ensemble réaffirmées, refondant l’équilibre qui ne contente personne mais est essentiel pour tous. La crise passée, Johann Schulenburg publie une « Proposition modeste pour la réunion des fêtes », reprenant cette fois la tradition des solutions intermédiaires susceptibles de convenir à tous - en l’occurrence, celle que proposait déjà Luther : faire de Pâques une fête fixe39. Il ne sera pas entendu. En 1776 (et après une nouvelle crise des deux Pâques en 1744 où le précédent de 1724 servira de référence), c’est par un alignement pur et simple sur le calendrier grégorien, Pâques comprise, que le problème du calendrier est définitivement réglé - après deux siècles pendant lesquels il n’a jamais entraîné un conflit majeur mais a toujours remarquablement illustré les dimensions évolutives et protéiformes de la coexistence confessionnelle.

Conclusion

32Les deux Pâques de 1724 contribuent à mieux faire comprendre le confessionnel dans l’Empire après 1648 sous trois angles.

33Elles montrent d’abord de quoi le confessionnel est fait. J’ai parlé de « sphères », façon commode de suggérer que le politique, le juridique, ici le scientifique, mais aussi le social et l’économique (qui ont joué un rôle certain dans la décision de 1699), s’entrecroisent sans complètement se confondre et illustrent une profusion du confessionnel d’autant plus protéiforme et plastique qu’elle se déploie entre un refus - celui de réduire l’incompatibilité doctrinale -, une impossibilité - celle de la victoire d’un des deux camps -, et une osmose entre parité des confessions et structure politique du système impérial.

34Les deux Pâques montrent ensuite que ce jeu des sphères est aussi un jeu d’échelles. La dimension impériale n’est pas abstraite, elle s’incarne dans des institutions - le tribunal, la Diète - et des procédures qui en font une compétition politique permanente. L’échelle territoriale, celle de la « principauté », n’est quant à elle pas impérieuse, elle se décline en autant de situations locales, résistantes, déployant des logiques autonomes. Toutes ces échelles interagissent : c’est bien le droit impérial qui permet aux droits acquis confessionnels locaux - à la possessio - de se faire valoir face aux princes ; et ce sont bien les cas locaux qui alimentent le débat juridique à l’échelle impériale.

35Les deux Pâques illustrent enfin la temporalité du confessionnel : nourri de crises toujours recommencées, et même littéralement répétées, il se résout également de manière itérative dans le compromis, en une forme de réinterprétation constante de la paix de Westphalie et de suspension permanente de ce qu’elle ne peut pas régler. La culture verbeuse du précédent, du cas, de l’accumulation sans fin d’irréductibilités conciliées par leur pérennité même, est elle aussi une dimension du confessionnel : elle met en œuvre la déclinaison, dans un recommencement sans fin, de l’art d’accommoder sans concilier, de figer du religieux dans du juridique - de coexister enfin, sans principe fondateur autre que la coexistence elle-même.

Notes

1 Christophe Duhamelle, « Une frontière abolie ? Le rapprochement des calendriers catholique et protestant du Saint-Empire en 1700 », dans Bertrand Forclaz (dir.), L’expérience de la différence religieuse dans l’Europe moderne (xvie-xviie siècles), Neuchâtel, Alphil-Presses universitaires suisses, 2013, p. 99-114.

2 Jürgen Hamel, « Die Kalenderreform des Jahres 1700 und ihre Durchsetzung in Hessen », Zeitschrift des Vereins für hessische Geschichte und Landeskunde, 2000, n° 105, p. 59-74. Par exemple, le compromis adopté après 1583, et selon lequel tout calendrier imprimé dans l’Empire devait comporter deux colonnes parallèles et de même taille, demeura en vigueur. Chaque année, imperturbablement, les calendriers donnaient au xviiie siècle deux fois la même liste des jours.

3 Via l’académie de Berlin, chargée depuis 1700 de veiller aux calendriers prussiens et dotée du monopole de leur commercialisation.

4 Sethus Calvisius, Formula Calendarii novi, quae quidem alia est à Calendario Gregoriano, sed tamen expeditior, melior & certior ; et quae à Calendario Gregoriano non discrepat, nisi quando id in diversum abit [...], [Heidelberg], Gotthard Voegel, 1613, p. 42.

5 Jürgen Hamel, « Erhard Weigel und die Kalenderreform des Jahres 1700 », dans Reinhard E. Schielecke, Klaus-Dieter Herbst, Stefan Kratochwil (dir.), Erhard Weigel – 1625 bis 1699. Barocker Erzvater der deutschen Frühaufklärung, Thun, Herri Deutsch, 1999, p. 135- 156. En fait, dès 1613, dans un autre ouvrage (Sethus Calvisius, Elenchus Calendarii Gregoriani ; in quo errores, qui passimin anni quanti tate & epactis, quae festa mobilia viziosissime determinant, comittuntur, manifestè demonstrantur [...], Francfort, Iohannis Eichhorn, 1613, p. Nn1 vo), Calvisius avait déjà indiqué quel intérêt, d’un point de vue non pas scientifique mais confessionnel, il y avait à adopter un calendrier « quod quam proxime ad Gregorianum accedat, & tamen diversum sit » (qui soit aussi proche que possible du Grégorien et qui pourtant en diffère).

6 Geheimes Staatsarchiv Preussischer Kulturbesitz (désormais GStA PK) I.HA Rep.9 Nr.K Lit.mIII, en particulier les relations envoyées par le comte Metternich de Ratisbonne les 14 et 21 septembre 1722, citation extraite de la relation du 21 septembre. Les documents ne sont pas numérotés, ni toujours en ordre chronologique, dans ces liasses des archives berlinoises - documentation principale de cet article : le Brandebourg est un électorat, alors très actif dans les affaires confessionnelles, les documents sur la Diète sont donc abondants.

7 GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.1.

8 Les deux « Corps » confessionnels résultent de la règle, introduite par la Paix de Westphalie, qui permet d’éviter qu’un conflit de religion soit tranché à la Diète selon le principe majoritaire. En ce domaine, la Diète doit donc se partager en deux (itio in partes) et chercher un accord amiable (amicabilis compositio). Au début du xviiie, le Corpus evangelicorum des protestants cherche à devenir une force politique permanente et cohérente. Martin Heckel, « Parität », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, Kanonistische Abteilung, 1963, n° 49, p. 261-420.

9 GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.1. Ce texte a été imprimé, parmi beaucoup d’autres ayant trait à la date de Pâques, dans le périodique Europäische Staats-Canzley, 1723, n° 41, p. 649-653, citation p. 651-652.

10 Christophe Duhamelle, « Dedans, dehors. Espace et identité de l’exclave dans le Saint-Empire après la paix de Westphalie », dans Hélène Miard-Delacroix, Guillaume Garner, Béatrice von Hirschhausen (dir.), Espaces de pouvoir, espaces d’autonomie en Allemagne, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2010, p. 93-115.

11 GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.4.

12 Sur le chapitre de Minden, une introduction précise dans Hermann Nottarp, « Ein Mindener Dompropst des 18. Jahrhunderts », Westfälische Zeitschrift, 1954, n° 103-104, p. 93-163, en particulier p. 94-118.

13 GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.1. L’article XI-4 de la Paix d’Osnabrück est celui qui reconnaît à l’électeur de Brandebourg la possession, comme fief d’Empire, de l’ancienne principauté-évêché de Minden, tout en protégeant les droits et juridictions de la ville de Minden et du chapitre cathédral : Arno Buschmann, Kaiser und Reich. Verfassungsgeschichte des Heiligen Römischen Reiches Deutscher Nation vom Beginn des 12. Jahrhunderts bis zum Jahre 1806 in Dokumenten, Baden-Baden, Nomos, 1994 (2e éd.), vol. 2, p. 76-77.

14 Mémoire des membres protestants des conseils de ville de Dinckelsbühl, Biberach et Ravensburg du 28 décembre 1723 ; pour Augsbourg, mention dans la relation du comte Metternich du 17 février 1724 ; les deux dans GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.1.

15 25 mai 1724, GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.3.

16 GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.2.

17 GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.3.

18 Relation du 7 avril 1724, GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.2.

19 Les deux documents se trouvent dans GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.6.

20 GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.2.

21 Sigrid Jahns, Das Reichskammergericht und seine Richter. Verfassung und Sozialstruktur eines höchsten Gerichts im Alten Reich, vol. 1, Cologne, Weimar et Vienne, Böhlau, 2011, p. 55.

22 Heinz Duchhardt, « Reichskammerrichter Franz Adolf Dietrich von Ingelheim (1659/1730-1742) », Nassauische Annalen, 1970, n° 81, p. 173-202.

23 Voir la présentation de cette crise dans Karl Otmar von Aretin, Das Alte Reich 1648-1806, vol. 2 (Kaisertradition und österreichische Großmachtpolitik, 1684-1745), Stuttgart, Klett-Cotta, 1997, p. 272-295, qui ne mentionne toutefois pas la querelle des Pâques.

24 Lothar Zumbach von Koesfeld, Gründlicher und umständlicher Bericht, von dem Ursprung, Beschaffenheit und Ursach derer Streitigkeiten uber die Wahre Zeit des Oster-Fests, Cassel, Johann Bertram Cramer, 1723 ; Heinrich Wilhelm von Franckenstein, Gründliche und sehr deutliche Nachricht Wegen des Oster-Fests Anno 1724 […], Dresde, s.éd., 1724 (2ème édition augmentée) ; Johann Rudolph Mehmel, Dissertatio De Imperfectione Calendarii Gregoriani Eiusque Anno MDCCXXIIII Discrepantia A Calendario Correcto, Iéna, Fickelscher, 1723.

25 Johannes Gaupp, Die beständige Richtigkeit des Verbesserten Kalenders, Ratisbonne, Johann Conrad Peetz, s.d. [1724] ; les exemplaires non coupés sont dans le dossier GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.7.

26 À cette date, l’envoyé prussien à la Diète peut en effet en adresser quelques exemplaires à ses correspondants berlinois : GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.6.

27 Andreas Kalipke, « “Weitläuffigkeiten und Bedencklichkeiten”. Die Behandlung konfessioneller Konflikte am Corpus Evangelicorum. Kulturwissenschaftliche Perspektiven », Zeitschrift für Historische Forschung, 2008, n° 35, p. 405-447.

28 Il s’agit - ce qui donne un intérêt particulier à cette plainte - de la famille du premier président catholique au tribunal de la Chambre impériale, dont il a déjà été question.

29 Deuxième document du dossier GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.3.

30 Sur ce rôle de la Diète (bien supérieur à son efficacité dans le domaine de la décision politique) comme lieu d’échange, de production et de diffusion de l’information à l’échelle de l’Empire et sur les procédures qui président à cette fonction, voir en particulier Andreas Gestrich, Absolutismus und Öffentlichkeit. Politische Kommunikation in Deutschland zu Beginn des 18. Jahrhunderts, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1994 ; Susanne Friedrich, Drehscheibe Regensburg. Das Informations- und Kommunikationssystem des Immerwährenden Reichstags um 1700, Berlin, Akademie Verlag, 2007.

31 Sur le Danemark et sur Saint-Gall, documents dans GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.1. L’Angleterre et la Suède continuent quant à elles à respecter le calendrier julien, décalé désormais de onze jours avec le calendrier grégorien et le « julien amélioré ».

32 GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.1.

33 GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.3.

34 K.-O. von Aretin, op. cit., en particulier p. 288-289.

35 H. Duchhardt, op. cit., p. 196, souligne que depuis la mort du premier président protestant, le comte von Solms-Laubach, en janvier 1723, les relations confessionnelles au sein du tribunal de la Chambre impériale se sont nettement détendues. Il ne mentionne toutefois pas le conflit sur la date de Pâques en 1724.

36 Voir en particulier la relation de Metternich du 1er juin, et les verbatim des réunions du collège des électeurs et de celui des princes le 26 juin, GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.5.

37 Fin du dossier GStA PK I.HA Rep.13 Nr.30b Fasz.7.

38 Sur ce trait particulier du fonctionnement de l’Empire, voire désormais Barbara StollbergRilinger, Les vieux habits de l’Empereur. Une histoire culturelle des institutions du Saint-Empire (xve-xviiie siècles), Paris, Éditions de la MSH, 2013, passim.

39 Johann Christian Schulenburg, Unvorgreifflicher Vorschlag zur Vereinigung der Fest-Zeit, Auf alle Ostern künfftiger Zeiten gerichtet, nach der Historie, Astronomie, Chronologie, vom ersten Ursprung an gründlich erläutert […], Francfort et Leipzig, Wolffgang Moritz Endters seel. Erben, 1724.

Auteur

Est ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris) et membre du Centre de recherches historiques - UMR 8558. Ses recherches portent sur la construction politique, sociale et confessionnelle des appartenances dans le Saint-Empire moderne. Il a notamment publié L’Héritage collectif. La noblesse d’Église rhénane, 17e et 18e siècles (1998) et La frontière au village. Une identité catholique allemande au temps des Lumières (2010).

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search