Version classiqueVersion mobile

La coexistence confessionnelle en France et en Europe germanique et orientale

 | 
Catherine Maurer
, 
Catherine Vincent

Modalités de la coexistence : débats, confessionnalisation, conversions

La coexistence au prisme des écrits personnels : le Mémoire d’Abraham Chaillet (Neuchâtel, xviie siècle)

Bertrand Forclaz

Texte intégral

  • 1 La bibliographie concernant les écrits personnels est évidemment très vaste et dépasse le cadre de (...)

1Les écrits personnels - ou écrits du for privé - constituent une source remarquable pour éclairer la coexistence confessionnelle « au ras du sol » (Jacques Revel) et à partir des individus : livres de raison, chroniques, mémoires permettent en effet d’étudier de façon précise les interactions entre acteurs appartenant à diverses confessions, tout en mettant en évidence leur perception de la différence religieuse, en fonction de la richesse des sources. Bien d’autres documents permettent d’aborder la coexistence dans la vie quotidienne : les actes judiciaires et notariés et les correspondances, en particulier, livrent des éclairages précieux à cet égard. Il convient de croiser ces différents types de sources si l’on entend reconstituer les réalités de la coexistence dans toute leur complexité. Les écrits personnels présentent cependant des avantages certains pour cette étude. Ils offrent en particulier des raccourcis par rapport au dépouillement long et parfois fastidieux des sources judiciaires. Surtout, ils rendent possible sinon une vision globale d’un individu - qui s’avère hors de portée pour les historiens travaillant sur des trajectoires individuelles - du moins une appréhension multiple, à partir de plusieurs angles : en effet, ils permettent d’étudier un acteur dans ses différents contextes d’action et pendant une période plus ou moins longue de sa vie1.

  • 2 Judith Pollmann, Religious Choice in the Dutch Republic. The Reformation of Arnoldus Buchelius (156 (...)

2Malgré cette richesse heuristique, l’exploitation de ces documents pour des recherches sur la coexistence confessionnelle dans l’Europe moderne est assez récente et n’a de loin pas épuisé ses potentialités. Les résultats des éditions ou études d’écrits personnels sont d’ores et déjà importants et nous amènent à nuancer et enrichir notre perception des rapports confessionnels, qui s’avèrent bien plus complexes et ambigus qu’une historiographie longtemps centrée sur les conflits religieux ne l’a suggéré. Ainsi, Judith Pollmann, dans son ouvrage consacré à l’érudit utrechtois Aernout van Buchel, a-t-elle remarquablement mis en évidence le lent processus de glissement par lequel un catholique se convertit progressivement à la Réforme dans les Pays-Bas de la fin du xvie siècle, tandis que la publication du journal de l’Alsacien Augustin Güntzer a montré qu’un réformé convaincu, à la veille de la guerre de Trente Ans, n’hésitait pas à se faire passer pour catholique et à assister à des messes au cours de ses voyages à travers l’Europe2.

  • 3 À l’exception notable des recherches dirigées par Kaspar von Greyerz à l’Université de Bâle : voir (...)

3Dans l’espace de la Suisse actuelle, les travaux s’appuyant sur les écrits personnels pour étudier la coexistence confessionnelle sont à ce jour encore rares3. Dans cet article, nous nous intéresserons au mémoire rédigé par un patricien du comté de Neuchâtel au xviie siècle. L’intérêt de ce cas est double : ce territoire connaissait à cette époque une situation singulière de coexistence entre un souverain catholique et ses sujets réformés ; de plus, Abraham Chaillet était à la fois un réformé convaincu, opposé aux « idolatries de l’Ante-Christ romain », et l’ami de catholiques. Il s’agira d’expliquer cette contradiction apparente.

Le comté de Neuchâtel au xviie siècle

  • 4 Sur le comté de Neuchâtel à l’époque moderne, voir en dernier lieu Philippe Henry, Le temps de la m (...)
  • 5 Sur Henri II et Neuchâtel pendant la guerre de Trente Ans, voir notamment Remy Scheurer, « Henri d’ (...)

4Il convient tout d’abord de brièvement présenter le comté de Neuchâtel4. Ce territoire, devenu une principauté au milieu du xviie siècle, appartenait à une famille de princes du sang français, les Orléans-Longueville, qui l’avaient acquis par voie de succession au siècle précédent. Le comte, qui ne résidait pas sur place, était représenté par un gouverneur, et celui-ci était assisté par un Conseil d’État constitué de membres des élites locales. Les relations entre les Orléans-Longueville et leurs sujets traversèrent à plusieurs reprises des phases de grande tension, mais comtes et sujets trouvèrent bon an mal an un modus vivendi. Il est vrai que le comté constituait aussi un pays allié du Corps helvétique : s’il n’avait pas le rang de canton, il était cependant associé à plusieurs cantons par des alliances de combourgeoisie. Il était par conséquent généralement considéré comme appartenant au Corps helvétique : en témoigne du reste l’appellation de « comté de Neuchâtel en Suisse » que l’on rencontre fréquemment dans les sources. Neuchâtel entretenait des liens particulièrement étroits avec le puissant canton voisin de Berne, qui exerçait une grande influence sur les affaires neuchâteloises, et la ville de Neuchâtel s’appuyait sur les cantons dans sa recherche d’autonomie face à son souverain. Pendant la période qui nous intéresse, le comte de Neuchâtel était Henri II d’Orléans-Longueville (1595- 1663) : il fut l’un des généraux de Louis XIII durant la guerre de Trente Ans, puis l’un des principaux négociateurs français de la Paix de Westphalie, avant de devenir l’un des chefs de la Ligue. Ces quelques indications biographiques suggèrent que Neuchâtel ne figurait pas au centre de ses préoccupations : il ne visita du reste le comté que quelques fois durant sa vie5.

  • 6 Voir notamment Jean-Daniel Morerod, Loris Pétris, Pierre-Olivier Léchot, Frédéric Noyer (dir.), Cin (...)
  • 7 Sur Le Landeron, voir Pierre-Olivier Léchot, De l’intolérance au compromis. La gestion d’une coexis (...)
  • 8 Sur les gouverneurs de Neuchâtel, voir Alexandre Dafflon, « Les Affry. Trois gouverneurs fribourgeo (...)

5Sur le plan religieux, le comté présentait une situation exceptionnelle6. En effet, la ville de Neuchâtel adopta la Réforme en 1530, en grande partie sous l’influence bernoise ; elle devint la première ville francophone réformée et pour quelques années un important centre d’imprimerie pour la propagande protestante à destination de la France. Le reste du comté passa également à la Réforme, sauf la seigneurie ou châtellenie du Landeron, bourg qui était lié par un accord de combourgeoisie au canton catholique de Soleure7. Neuchâtel confinait de plus à plusieurs territoires catholiques : la Franche-Comté habsbourgeoise, la principauté épiscopale de Bâle, le canton de Fribourg dont il était séparé par un lac. Le comté mettait donc en œuvre le principe de territorialité des confessions, tout en s’écartant du fameux Ejus regio, cujus religio, puisque presque tous les souverains, aux xvie et xviie siècles, restèrent fidèles au catholicisme. La ville de Neuchâtel connaissait cependant un certain degré de coexistence, puisque le comte, quand il y séjournait, bénéficiait du droit de chapelle ; le gouverneur qui le représentait dans le comté appartenait en général aux patriciats des cantons catholiques de Fribourg et Soleure, alliés à Neuchâtel par des combourgeoisies. L’exercice du droit de chapelle et la nomination de gouverneurs catholiques entraînèrent à plusieurs reprises des conflits confessionnels, en particulier au début du règne personnel d’Henri II d’Orléans-Longueville, en 1618 : le prince tenta alors sans succès d’obtenir la proclamation de la liberté de conscience dans l’ensemble du comté8. C’est dans ce contexte de tension politique et religieuse, qui coïncide avec le début de la guerre de Trente Ans, qu’entre en scène l’auteur de l’écrit personnel auquel nous nous intéresserons maintenant : Abraham Chaillet.

Abraham Chaillet et son Mémoire

  • 9 Sur la famille Chaillet, voir Myriam Volorio Perriard, « Chaillet », dans Dictionnaire historique d (...)
  • 10 Bibliothèque Publique et Universitaire de Neuchâtel (= BPU), Ms. A 580 (copie du xviiie siècle) et (...)
  • 11 BPU, Ms. A 580, fol. 1.

6Abraham Chaillet (1604-1685) appartenait à une riche famille patricienne neuchâteloise comportant des pasteurs, des magistrats et des officiers au service étranger, qui fut anoblie au xviie siècle9. Chaillet lui-même détint diverses charges publiques, en particulier celle de maire de La Côte, une juridiction regroupant plusieurs villages du littoral neuchâtelois. En outre, sa famille avait plusieurs serviteurs et possédait des terrains, en particulier des vignobles. Chaillet écrivit un Mémoire de plusieurs choses advenues, remarquées par moi Abraham Chaillet, d’empuis l’an 1614, qui s’arrête à l’année 1673 et couvre donc la majeure partie de sa vie. Il en existe deux manuscrits : une copie du xviiie siècle, qui couvre les années 1614-1642 et contient 93 pages ; un original ou une copie du xviie siècle, registre de 61 feuillets qui correspond aux années 1642-167310. L’original comme la copie sont matériellement extrêmement simples et étaient destinés de toute évidence à un usage domestique et familial. Il s’agit bien d’un mémoire écrit a posteriori, comme l’indiquent l’emploi constant du passé dans le récit et le rajout, à quelques reprises, d’événements omis dans un premier temps. La précision des annotations laisse toutefois penser que Chaillet se référait à des notes prises quotidiennement. Il put enfin s’appuyer sur une tradition familiale préexistante, puisque son Mémoire s’ouvre par la phrase suivante : « 1614 / J’ay trouvé sur un livre de feu mon pere escrit de sa main comme je suis néz le treissieme Octobre 1604 un samedy »11.

L’identité réformée de Chaillet

  • 12 Voir Willem Frijhoff, « Catholic expectation for the future at the time of the Dutch Republic. Stru (...)

7Ce mémoire - c’est fréquemment le cas des écrits personnels - est une source assez sobre et retenue. Chaillet mentionne en détail le temps, les récoltes, les événements familiaux : naissances, mariages et décès. Il note également les fonctions qu’il a occupées et les faits marquants de la chronique politique neuchâteloise. Son écrit contient enfin bon nombre de références à des événements survenus en Suisse, telles la guerre des Paysans de 1653 et la Première guerre de Villmergen en 1656, et en Europe, comme les péripéties de la guerre de Trente Ans. On peut distinguer deux attitudes de Chaillet dans le domaine religieux : l’affirmation de son appartenance confessionnelle, sa solidarité avec les réformés européens et son antipapisme, soit son opposition politique au catholicisme, d’une part ; de l’autre, les contacts amicaux et les relations pragmatiques qu’il entretenait avec des catholiques, qui ressortissent à ce que Willem Frijhoff a appelé « l’œcuménicité de la vie quotidienne », cette capacité des catholiques et des protestants à mettre entre parenthèses la différence confessionnelle dans la vie de tous les jours12.

8L’identité réformée de Chaillet et son antipapisme se manifestent tout au long de la source. La guerre de Trente Ans, en particulier, lui donne l’occasion de soutenir le camp protestant : il attribue ainsi l’entière responsabilité de la guerre à Ferdinand II de Habsbourg, roi de Bohême contre lequel se rebella la noblesse protestante tchèque, alors que sa déposition par les États de Bohême fut à l’origine du conflit.

  • 13 BPU, Ms. A 580, fol. 6.

Survint sur ce la mort de l’Empereur Matthias, Tellement que les Estats de Bohême, où ceux de la Religion estoient les plus forts eslirent pour estre leur Roy Frederich Conte Palatin du Rhin qui avoit espousé la fille du Roy d’Angleterre, et fust couronné Roy de Bohême, avec sa femme. Il estoit de la religion reformée. Ferdinand d’Autriche second du nom fust après esleut Empereur, et pretendant avoir la couronne du Royaume de Bohême, dressa une armée contre le dict Frédéric Roy de Boheme, et le Duc de Bavière, quoique parrant dudict Roy et d’une mesme mayson, print le partist dudict Empereur. Ce fust alors le commencement des guerres d’Allemagne13.

  • 14 Ibid., fol. 5. Sur le traitement de la guerre de Trente Ans par Chaillet, voir Bertrand Forclaz, «  (...)
  • 15 BPU, Ms. A 580, fol. 8.

9Le récit de Chaillet déforme donc les événements, puisqu’à l’en croire, Ferdinand II n’avait aucun droit sur la couronne de Bohême. L’auteur s’appuyait peut-être sur des pamphlets et des occasionnels provenant du camp protestant, qui circulaient alors largement en Europe - l’on sait en effet qu’en 1619, alors qu’il séjournait à Bâle pour y apprendre l’allemand, il apprit l’éboulement de la ville de Piuro, en Valteline, par le biais d’un « petit traicté en allemand »14. Ce parti pris se confirme dans son compte rendu des événements subséquents. Ainsi, en 1620, il mentionne les Troubles des Grisons et le Sacro Macello, soit le massacre des protestants de la Valteline par des catholiques, qu’il attribue aux « Espagnols bannis et rebelles », et non aux élites locales, pourtant à l’origine de ce soulèvement. Cette annotation est suivie d’une phrase révélatrice de la position de Chaillet : « Dieu veuille préserver son Eglise par sa grace, Amen »15. Dieu n’avait à ses yeux qu’une Église, et il ne ressentait pas le besoin de préciser de laquelle il s’agissait, tant son appartenance confessionnelle s’imposait à lui comme une évidence, comme une strate profonde de son identité.

10En d’autres circonstances en revanche, Chaillet ressent le besoin d’affirmer de façon explicite son identité protestante, en l’associant étroitement à son appartenance locale, une position courante à cette époque. En témoigne de façon éloquente le récit fait par Chaillet du centenaire de l’adoption de la Réforme par la ville de Neuchâtel, en 1630 :

  • 16 Ibid., fol. 35.

et fust publié le jeusne général au dymange suyvant 16e dudict moys [mai 1630], jours de la Pentecoste, ce qui fust faict avec la célébration de la Saincte Cène du Seigneur y ayant justement cent ans qu’à pareil jour la première Saincte Cène a esté célébrée, et que ce bon Dieu nous a illuminé du flambeau de Son Sainct Evangile, et délivré des idolatries de l’Ante-Christ Romain, et hors de la subjection de l’erreur de l’Eglise papale Romaine. Le Seigneur Dieu nous veuille par sa grace et bonté augmenter en nous ce don précieux de la foy. Amen16.

  • 17 Sur ce moment, voir en particulier Pierre-Olivier Léchot, « L’impact de la prédication évangélique (...)

11Le commentaire de Chaillet est typique de l’image de soi qu’entendait projeter Neuchâtel, en tout cas son élite politique et religieuse : celle d’une ville qui avait passé des ténèbres à la lumière, suivant une métaphore courante à cette époque. Cette affirmation était sans doute ressentie comme d’autant plus nécessaire que 1630 constitua une année difficile pour le camp protestant au sein de l’Empire, entraînant l’intervention de Gustave Adolphe de Suède. Un autre facteur explicatif de cette rhétorique est le contexte politico-religieux propre à Neuchâtel, qui constituait une frontière confessionnelle et dont le souverain était lui-même catholique. L’insistance sur la Réforme comme élément-clé de l’identité neuchâteloise s’avérait également d’autant plus nécessaire que l’adoption de la Réforme s’était jouée à peu de choses : lors du vote des bourgeois de Neuchâtel, en 1530, les partisans de la Réforme ne l’avaient emporté que d’une vingtaine de voix sur leurs adversaires, tandis que le canton de Berne avait joué un rôle moteur dans cette décision. Cent ans après, il importait donc de souligner le caractère providentiel de ce choix, une démarche qui renvoie indéniablement à la « culture mémorielle » de la Réforme, c’est-à-dire à une construction a posteriori17.

  • 18 BPU, Ms. A 580, fol. 43 s.

12De façon logique, après l’intervention du roi de Suède dans le conflit, Chaillet soutint Gustave Adolphe, relevant au sujet des négociations menées par ce dernier avec les cantons suisses que « les Canthons papistes n’estoyent guères joyeux des progrès du Roy de Suède »18. Il rencontra également l’ambassadeur du souverain suédois, qui passait par Neuchâtel, et trinqua avec lui. Ses frères, enfin, s’engagèrent au service étranger, dans les troupes combattant pour la Suède et pour la France, monarchie catholique alors alliée à la première et aux princes protestants allemands contre le camp habsbourgeois.

  • 19 Voir BPU, Ms. A 636, fol. 16, 19 vo, 21-22 vo, 31, 33 vo, 40 vo-41. Au sujet de l’antijésuitisme, v (...)

13L’affirmation par Chaillet de son identité réformée, sa solidarité avec les protestants européens et son hostilité au catholicisme se révèlent particulièrement fortes pendant la guerre de Trente Ans et à l’occasion de la commémoration d’événements constitutifs au niveau des identités collectives, telle l’adoption de la Réforme. Mais elle affleure de façon régulière tout au long de son mémoire, en particulier lors de tensions religieuses. Après la fin de la guerre de Trente Ans, Chaillet rend compte des autres conflits confessionnels qu’il vécut de plus ou moins loin : la persécution des Vaudois du Piémont, en 1655-1656 ; la Première guerre de Villmergen entre cantons catholiques et cantons réformés, en 1656 ; les tensions entre Genève et la Savoie, à la fin des années 1660. En toutes ces circonstances, il réitère son antipapisme : à propos d’une ambassade envoyée par le duc de Savoie auprès des cantons catholiques, il écrit que le « peuple » des cantons catholiques était favorable à la Savoie, à l’instigation des jésuites, un lieu commun de l’antipapisme. Mais son identité confessionnelle se révèle également par des annotations en apparence anodines. À deux reprises, Chaillet relève le passage à Neuchâtel de dignitaires catholiques : le cardinal Antonio Barberini en 1662, puis le « ce-disant » évêque de Lausanne, Jean-Baptiste de Strambino, en 1663. Chaillet les décrit comme étant très laids, comme s’il s’agissait d’une physionomie sinon catholique, du moins ecclésiastique. Chaillet avait des raisons politiques d’être hostiles à ces prélats : le premier était le neveu du pape Urbain VIII (1623-1644), tandis que le second continuait à revendiquer son ancien siège épiscopal, conquis par le canton de Berne et passé à la Réforme en 1536. L’opposition de Chaillet ressortissait donc à l’antipapisme19.

  • 20 Voir BPU, Ms. A 580, fol. 1, 39, 80. Sur les sources d’information de Chaillet, voir B. Forclaz, «  (...)

14Tout ceci n’est guère surprenant et somme toute assez convenu, mais très significatif. Ces prises de position nous rappellent la fragilité de la cohabitation confessionnelle dans l’Europe moderne, surtout lors de tensions politiques, religieuses et militaires - ces dimensions sont toujours étroitement reliées à cette époque - qui s’avèrent très nombreuses au xviie siècle. On relèvera cependant que cet antipapisme ne s’enracine pas ou peu dans l’expérience vécue de Chaillet, mais qu’il renvoie en général à des événements dont il n’a pas été le témoin direct. Parmi ses sources d’information figuraient certainement des prêches de pasteurs ou des récits de réfugiés pendant la guerre de Trente Ans : on sait que l’un de ses oncles, Claude Perrochet, pasteur à Sainte-Marie-aux-Mines, aux confins de l’Alsace et de la Lorraine, séjourna chez Chaillet en 1630, avant de se réfugier dans un territoire du Corps helvétique proche de Neuchâtel du fait de l’occupation de sa ville par les différentes armées20. Chaillet lut sans doute également des occasionnels - pamphlets et feuilles volantes - produits par ses coreligionnaires, au cours de la guerre de Trente Ans et des autres conflits qu’il rapporte.

Les amis catholiques de Chaillet

  • 21 BPU, Ms. A 580, fol. 88-89.
  • 22 BPU, Ms. A 636, fol. 15 vo.

15Ce qui rend le cas de Chaillet particulièrement intéressant, c’est qu’à côté de ces affirmations, on trouve également dans son mémoire des annotations neutres, voire positives, au sujet de catholiques, et ce en pleine guerre de Trente Ans. À plusieurs reprises, Chaillet mentionne dans son mémoire des catholiques avec lesquels il était en contact sans relever leur confession, une omission révélatrice, comme s’il préférait passer sous silence la différence religieuse ou comme si elle ne lui paraissait pas importante dans le contexte de ces interactions. Dans d’autres passages de son écrit, en revanche, Chaillet relève la confession catholique des personnes qu’il cite : c’est le cas en 1642, lors du décès de François Antoine de Neuchâtel, un noble catholique neuchâtelois - une branche de la famille comtale était en effet restée catholique après la Réforme. Chaillet note en effet qu’il « estoict de la religion catholique romaine »21. Le choix des mots est significatif : il n’est pas question de « papiste », adjectif toujours utilisé quand il est question des cantons catholiques. À côté de cette neutralité, on notera aussi la curiosité de Chaillet lors de ses voyages. En 1653, il se rendit en Franche-Comté pour y retrouver un membre d’une famille catholique soleuroise liée à Neuchâtel, les Vallier ; il profita de son séjour pour visiter l’église des jésuites à Dole. Dans son Mémoire, Chaillet ajoute avoir ensuite passé neuf jours à Soleure, ville catholique22. On relèvera ici une différence fondamentale par rapport aux positions antipapistes de Chaillet : il se réfère à des expériences personnelles, à des lieux qu’il visita, à des catholiques qu’il côtoyait.

  • 23 BPU, Ms. A 580, fol. 66 (citation) ; BPU, Ms. A 636, fol. 24 vo, 33 r°.
  • 24 Sur ce point, voir Willem FRIJHOFF, « Chrétienté, christianismes ou communautés chrétiennes ? Jalon (...)

16Ces liens interconfessionnels s’expliquent en partie par les particularités de la situation politico-religieuse du comté de Neuchâtel et en particulier la coexistence entre un souverain et des officiers catholiques, d’une part, une population réformée, de l’autre : si celle-ci se révélait parfois tendue, elle était souvent harmonieuse, voire conviviale. Les mentions par Chaillet de Henri II d’Orléans-Longueville, comte de Neuchâtel pendant la majeure partie de son existence, sont révélatrices de la fidélité qu’il affiche envers son souverain, et ses omissions s’avèrent une fois encore significatives. Chaillet, alors qu’il évoque le conflit entre Henri II et ses sujets neuchâtelois, en 1618, se garde d’en évoquer la dimension confessionnelle, pourtant centrale à l’époque. Et, dans les années 1630, s’il rapporte les hauts faits militaires de son souverain, alors l’un des principaux généraux de Louis XIII, c’est encore une fois en passant sous silence son catholicisme. Mais c’est surtout après son décès, en 1663, que Chaillet démontre son attachement supra-confessionnel à Henri II. Il écrit alors : « Cestoict un bon prinsse Dieu luy a faict paix »23. Visiblement, le Dieu de Chaillet ignorait les barrières confessionnelles, et l’auteur était pleinement conscient de l’appartenance chrétienne commune qui rassemblait les croyants des confessions rivales, par-delà leurs conflits et leurs oppositions24.

  • 25 BPU, Ms. A 580, fol. 14. Sur Jacques Vallier, voir Erich Meyer, « Vallier, Jacob [Jacques] (de Sain (...)
  • 26 BPU, Ms. A 636, fol. 32 vo.
  • 27 Sur Jacques d’Estavayer-Molondin, voir Eric-André Klauser, « Estavayer, Jacques d’ (Molondin) », da (...)

17Si les commentaires de Chaillet au sujet de son souverain rendent compte de sa fidélité envers son prince et ressortissent donc à une dimension centrale de la culture politique d’Ancien Régime, les contacts entretenus avec les gouverneurs catholiques de Neuchâtel renvoient en revanche à une sociabilité interconfessionnelle et à des logiques sociales. Chaillet et sa famille entretinrent en effet de bonnes relations avec les gouverneurs qui se succédèrent à Neuchâtel. Ainsi, Chaillet relate le décès du gouverneur Jacques Vallier en 1623 : issu du bourg catholique du Landeron, dans le comté de Neuchâtel, il était devenu secrétaire de l’ambassade de France et patricien du canton de Soleure. Dans son Mémoire, Chaillet relève que son père était « bien vu auprès de lui » et que Vallier, avant sa mort, l’avait fait venir à son chevet25. De toute évidence, les deux familles entretenaient des liens suffisamment étroits pour que le gouverneur, au moment de quitter cette vie, souhaitât prendre congé de son ami. Ces contacts étaient également liés aux fonctions exercées par Abraham Chaillet lui-même : en 1663, celui-ci prêta serment devant le gouverneur, un autre patricien soleurois, Jacques d’Estavayer-Molondin. Ces relations officielles se doublaient d’une sociabilité conviviale : le fils du gouverneur participa au dîner qui eut lieu pour fêter l’entrée en fonction de Chaillet, et le gouverneur, s’il était absent, fit envoyer « deux bouteilles d’excellent vin de Bourgogne », comme le précise un Chaillet visiblement flatté de cette attention26. Bien évidemment, Chaillet avait intérêt à cultiver ces liens, qui pouvaient lui servir à améliorer sa position sociale et politique dans le comté de Neuchâtel, mais aussi au-delà, en particulier au service étranger : Jacques d’Estavayer-Molondin avait été colonel d’un régiment combattant pour la France, et jusqu’à sa mort en 1664, il conserva une compagnie dans les gardes suisses, qui constituaient l’élite des militaires issus du Corps helvétique. Chaillet pouvait espérer que ces bons rapports permettraient à l’un ou l’autre de ses fils de faire une carrière militaire, comme cela avait été le cas de son frère Jean, qui servit dans la compagnie d’Estavayer-Molondin et mourut au cours d’une campagne militaire en Lorraine en 163727.

  • 28 BPU, Ms. A 636, fol. 36.

18Mais ce sont les rites funéraires qui donnent la pleine mesure de la sociabilité cultivée par Chaillet avec des patriciens catholiques, comme si, au moment de quitter ce monde, les différences confessionnelles s’effaçaient. On l’a vu, Chaillet père rendit visite au gouverneur Vallier sur son lit de mort, en 1623. Près de quarante ans plus tard, après le décès de Jacques d’Estavayer-Molondin, en 1664, ce furent des magistrats protestants qui portèrent son catafalque à l’église de Cressier, bourg du comté resté catholique où se déroulèrent les funérailles ; Chaillet assista à ses obsèques28. Ce dernier élément atteste encore une fois les bonnes relations que Chaillet entretenait avec le gouverneur défunt.

19Si ces annotations suggèrent de façon discrète mais dépourvue d’ambiguïté la sociabilité interconfessionnelle de Chaillet, un épisode sur lequel celui-ci s’arrête en détail met ces relations en évidence. Il s’agit d’un événement qui remonte à 1652 et implique encore une fois des rites funéraires. Il vaut la peine de citer l’auteur de façon extensive :

  • 29 Ibid., fol. 13 vo / 14.

L’onzieme octobre [1652] le sieur Werner Mintschy du Conseil estroict de Solleure estant tombé mallade des quelques jours au parravant ici en sa maysson, toutes ses gens estoyent desja en allé du costé de Solleure, me priast le conduyre à basteau à Solleure. Partismes le dict jour bien couverts envyron les dix heures de la nuict, décéda entre le pont de Thielle et le pont de Cressier dans le basteau. Je le consolay au mieux possible mourrut fort paisiblement. J’avoys dès Auvernier mandé un homme à cheval au curé de Cresier [sic], nous venir attendre au port dudict lieu, ce qu’il fist, ne fayssoit que de rendre les derniers soupirs. C’estoict proche des troys heures du matin. J’allay en la maysson de Monseigneur de Mollondin luy en donner advits et me commandat de le condhuyre avec le dict curé jusques à Solleure, ce que je fits. Je le suyvis en son ensevelissement, on fist beaucoup de seremonies à l’antour de son corps on luy fist un service en la grande église. On l’ensevelict au millieu de l’église des Cordeliers29.

  • 30 L’anecdote de la péniche se trouve dans W. Frijhoff, Embodied Belief, op. cit. (voir n. 12), p. 60.

20Le comportement de Chaillet illustre de façon éloquente la convivialité des rapports qu’il entretenait avec le catholique soleurois, et l’on peut sans hésitation décrire son attitude comme relevant de l’« œcuménicité de la vie quotidienne » : en effet, il n’hésita pas à faire venir un prêtre catholique afin que celui-ci administrât les derniers sacrements au mourant, avant de se rendre à Soleure avec le curé et d’y assister aux funérailles. On se demande si le patricien réformé et le prêtre catholique débattirent de religion, comme dans cette péniche empruntée aux Pays-Bas par un jésuite et un tailleur réformé, ou si, plus probablement, ils se gardèrent d’évoquer leurs divergences30… Ici encore, on relèvera les liens de Chaillet avec le gouverneur de Neuchâtel Jacques d’Estavayer-Molondin (« Monseigneur de Mollondin » dans son texte), puisque Chaillet annonça le décès au gouverneur, qui lui ordonna d’amener la dépouille de son ami à Soleure. Seule marque éventuelle d’une désapprobation ou d’un étonnement de la part de Chaillet, la mention dans son texte des nombreuses « seremonies » faites autour du corps de son ami, qui étaient bien sûr étrangères à la culture confessionnelle réformée, extrêmement sobre à cet égard. Le dernier voyage en barque et l’accompagnement du mourant par Chaillet dénotent cependant un lien d’amitié profonde qui rend la question de l’appartenance confessionnelle tout à fait secondaire : Chaillet, ici encore, ne mentionne à aucun moment la confession de son ami, et son récit comporte une émotion pudique mais palpable, une dimension que les écrits personnels, à cette époque, ne font que suggérer. Le caractère détaillé du récit est enfin significatif de l’importance de cette expérience pour Chaillet.

Conclusion

21Comment expliquer cette contradiction apparente entre l’antipapisme de Chaillet et ses contacts cordiaux avec des catholiques ? Elle renvoie à deux niveaux d’expérience et d’interaction et à des identités différentes. Quant au premier point, il apparaît clairement au vu de la source étudiée que, quand il est question de dignitaires catholiques et de conflits confessionnels, Chaillet se situe à un niveau général et plutôt abstrait : il rapporte des faits qu’il n’a pas vécus, évoque des personnages qu’il n’a pas rencontrés, ou alors de manière fugitive. Il fait donc appel aux connaissances et aux opinions qui lui ont été transmises par des pamphlets, des récits ou la prédication. Ces prises de position témoignent de l’enracinement de son identité confessionnelle. Quand Chaillet parle de catholiques avec lesquels il a des contacts et dont il est l’ami, en revanche, il s’agit d’interactions directes : en général, comme dans le cas d’Henri II ou du patricien soleurois mourant, Chaillet ne mentionne même pas leur confession, signe qu’il ne les voit pas en premier lieu comme des catholiques, même s’il est bien conscient de leur appartenance religieuse.

  • 31 Sur les identités territoriales, voir par exemple les réflexions de François Walter, Les figures pa (...)

22Cette distinction renvoie aussi à des identités différentes, mobilisées en fonction du contexte d’interaction. À côté de l’identité confessionnelle, on a aussi affaire à une identité politique, quand il est question du comte de Neuchâtel dont Chaillet se montre un fidèle sujet, mais également à une identité territoriale comportant plusieurs niveaux31. Le premier de ces niveaux est une appartenance locale, étroitement liée à la confession réformée, comme le montre le commentaire de Chaillet lors du centenaire de la Réforme. On distingue ensuite un niveau « suisse », dépassant le patriotisme local, et qui est lui-même double : à une identité suisse réformée, comprenant Neuchâtel et les territoires coreligionnaires, se juxtapose une identité supra-confessionnelle, forgée par exemple au service étranger, à travers les combourgeoisies et du fait des contacts entre membres des élites de Neuchâtel et des cantons de Soleure et Fribourg. Cette convivialité se fonde enfin sur une appartenance sociale commune : Chaillet a affaire à d’autres patriciens avec lesquels il partage des expériences, une éducation, voire des intérêts économiques communs. Cette pluralité des identités et des contextes d’interaction permet de rendre compte des contradictions apparentes et de la complexité d’un individu donné. En ce sens, Chaillet est certainement typique d’un âge moins exclusivement confessionnel qu’on ne tend parfois à le penser.

Notes

1 La bibliographie concernant les écrits personnels est évidemment très vaste et dépasse le cadre de cette contribution. Voir en particulier Kaspar von Greyerz, Hans Medick, Patrick Veit (dir.), Von der dargestellten Person zum erinnerten Ich. Europäische Selbstzeugnisse als historische Quellen (1500-1800), Cologne, Böhlau, 2001 ; Rudolf Dekker (dir.), Egodocuments and history : autobiographical writing in its social context since the middle ages, Hilversum, Verloren, 2002 ; Jean-Pierre Bardet, François-Joseph Ruggiu (dir.), Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2005 ; Andreas Bähr, Peter Burschel, Gabriele Jancke (dir.), Räume des Selbst. Selbstzeugnisforschung transkulturell, Cologne, Böhlau, 2007 ; ainsi que les sites Internet des projets de recherche suivants, qui comportent également des bibliographies : http://www.firstpersonwritings.eu ethttp://www.ecritsduforprive.fr/index.html.

2 Judith Pollmann, Religious Choice in the Dutch Republic. The Reformation of Arnoldus Buchelius (1565-1641), Manchester et New York, Manchester University Press, 1999 ; Augustin Güntzer, L’histoire de toute ma vie : autobiographie d’un potier d’étain calviniste du xviie siècle, éd. par Monique Debus Kehr avec une préface de Jacques Revel, Paris, Honoré Champion, 2010 [édition originale allemande : 2002]. Pour d’autres études de la coexistence confessionnelle s’appuyant sur des écrits personnels, voir par exemple Robert Sauzet, Le notaire et son roi : Etienne Borrelly (1633-1718), un Nîmois sous Louis XIV, Paris, Plon, 1998. Sur la coexistence confessionnelle dans l’Europe moderne, nous nous limitons à renvoyer à plusieurs bilans récents, qui comprennent par ailleurs quelques contributions fondées sur des écrits personnels : Didier Boisson, Yves Krumenacker (dir.), La coexistence confessionnelle à l’épreuve. Études sur les relations entre protestants et catholiques dans la France moderne, Lyon, Équipe Religions, Sociétés Et Acculturation, 2009 ; Scott Dixon, Dagmar Freist, Mark Greengrass (dir.), Living with Religious Diversity in Early-Modern Europe, Aldershot, Ashgate, 2009 ; David Do Paço, Mathilde Monge, Laurent Tatarenko (dir.), Des religions dans la ville. Ressorts et stratégies de coexistence dans l’Europe des xvie-xviiie siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010 ; Bertrand Forclaz (dir.), L’expérience de la différence religieuse dans l’Europe moderne (xvie-xviiie siècles), Neuchâtel, Alphil, 2013.

3 À l’exception notable des recherches dirigées par Kaspar von Greyerz à l’Université de Bâle : voir A. Güntzer, op. cit. (voir n. 2) ; Lorenz Heiligensetzer, Getreue Kirchendiener – gefährdete Pfarrherren : Deutschschweizer Prädikanten des 17. Jahrhunderts in ihren Lebensbeschreibungen, Köln, Böhler, 2006 ; Kirstin Bentley, « Liminal Self-Fashioning - Catherine Perregaux-von Wattenwyl’s Experience and Transgression of Confessional Boundaries in her “Mémoire” », dans B. Forclaz (dir.), op. cit. (voir n. 2), p. 249-273. Pour la Suisse romande, on mentionnera les travaux initiés par Danièle Tosato-Rigo à l’Université de Lausanne : voir en particulier Karine Crousaz, « Un témoignage sur la régulation politique de la division confessionnelle : la chronique de Guillaume de Pierrefleur », Ibid., p. 47-66.

4 Sur le comté de Neuchâtel à l’époque moderne, voir en dernier lieu Philippe Henry, Le temps de la monarchie : politique, religion et société de la Réforme à la Révolution de 1848, Neuchâtel, Alphil, 2011 (= Histoire du canton de Neuchâtel, tome 2).

5 Sur Henri II et Neuchâtel pendant la guerre de Trente Ans, voir notamment Remy Scheurer, « Henri d’Orléans-Longueville, les Suisses et le comté de Neuchâtel à la fin de la guerre de Trente Ans », dans Marco Jorio (dir.), 1648, die Schweiz und Europa : Aussenpolitik zur Zeit des Westfälischen Friedens. Tagung auf Schloss Wildegg vom 26. März 1998, Zurich, Chronos, 1999, p. 99-109 ; Alexandre Dafflon, « Neutralité et appartenance au Corps helvétique : Neuchâtel à l’épreuve de la guerre de Dix Ans », dans Jean-François Chanet, Christian Windler (dir.), Les ressources des faibles. Neutralités, sauvegardes, accommodements en temps de guerre (xvie-xviiie siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 63-82.

6 Voir notamment Jean-Daniel Morerod, Loris Pétris, Pierre-Olivier Léchot, Frédéric Noyer (dir.), Cinq siècles d’histoire religieuse neuchâteloise. Approches d’une tradition protestante, Genève, Droz, 2009 ; Lionel Bartolini, « Princes catholiques en terre protestante : le gouvernement des Orléans-Longueville à Neuchâtel entre 1530 et 1551 », dans B. Forclaz (dir.), op. cit. (voir n. 2), p. 89-99.

7 Sur Le Landeron, voir Pierre-Olivier Léchot, De l’intolérance au compromis. La gestion d’une coexistence confessionnelle, Le Landeron, xvie-xviiie siècle, Sierre, Éd. à la Carte, 2003 ; Lionel Bartolini, Une résistance à la réforme dans le Pays de Neuchâtel. Le Landeron et sa région (1530-1562), Neuchâtel, Alphil, 2007.

8 Sur les gouverneurs de Neuchâtel, voir Alexandre Dafflon, « Les Affry. Trois gouverneurs fribourgeois de Neuchâtel au xviie siècle », dans AAVV, Clio dans tous ses états. En hommage à Georges Andrey, Gollion / Pregny, Infoclio / Éd. de Penthe, 2009, p. 93-118 ; sur le conflit confessionnel de 1618, voir Jean Hurny, Le procès de 1618 : différend entre le prince Henri II d’Orléans-Longueville, les bourgeois de Neuchâtel et les Bernois, Neuchâtel, Attinger, 1910.

9 Sur la famille Chaillet, voir Myriam Volorio Perriard, « Chaillet », dans Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), Hauterive, Attinger, 2002-, vol. 3, p. 133.

10 Bibliothèque Publique et Universitaire de Neuchâtel (= BPU), Ms. A 580 (copie du xviiie siècle) et Ms. A 636 (original ou copie du xviie siècle). Le Ms. A 580 est en bon état, tandis que le Ms. A 636, auquel plusieurs feuillets ont été arrachés, est en assez mauvais état. Des copies manuscrites - en vue d’une édition critique - réalisées par W. Pierrehumbert au début du xxe siècle sont également conservées à la BPU : ms. 1522 et 1523. Des extraits du Mémoire ont été publiés dans la revue historique neuchâteloise à la fin du xixe siècle : Musée Neuchâtelois 17-33 (1880-1896) ; ainsi que dans le Bulletin de la Société neuchâteloise de généalogie 8-9 (1998), p. 45-48, et 11 (1998), p. 53-59.

11 BPU, Ms. A 580, fol. 1.

12 Voir Willem Frijhoff, « Catholic expectation for the future at the time of the Dutch Republic. Structure, and base lines to interpretation », dans Id., Embodied Belief. Ten Essays on Religious Culture in Dutch history, Hilversum, Verloren, 2002, p. 153-179 [publication originale : 1983]. Sur la distinction entre antipapisme comme opposition essentiellement politique et anti-catholicisme d’ordre culturel et social, voir par exemple l’intervention de Willem Frijhoff au colloque Anti-Popery : The Transatlantic Experience, c. 1530-1850, Philadelphie, 18-20 septembre 2008 (nous remercions vivement Willem Frijhoff de nous avoir transmis le texte de son intervention).

13 BPU, Ms. A 580, fol. 6.

14 Ibid., fol. 5. Sur le traitement de la guerre de Trente Ans par Chaillet, voir Bertrand Forclaz, « Un monde de papier. Le Mémoire d’un Neuchâtelois du xviie siècle », Traverse. Revue d’histoire, 2013-2, p. 139-148.

15 BPU, Ms. A 580, fol. 8.

16 Ibid., fol. 35.

17 Sur ce moment, voir en particulier Pierre-Olivier Léchot, « L’impact de la prédication évangélique à Neuchâtel (1529-1530) », dans Matthieu Arnold (dir.), Annoncer l’Évangile. Permanences et mutations de la prédication (xve-xviie siècle), Paris, Cerf, 2006, p. 329-350 ; sur la « culture mémorielle » de la Réforme, voir par exemple Anton Schindling, « Wie entstand die deutsche Konfessionskarte der Jahre 1555 bis 1945 ? Die Territorien des Reichs und der baltischen Lande im Zeitalter der Reformation und Konfessionalisierung », dans Sebastian Holzbrecher, Torsten W. Müller (dir.), Kirchliches Leben im Wandel der Zeiten. Perspektiven und Beiträge der (mittel) deutschen Kirchengeschichtsschreibung. Festschrift für Josef Pilvousek, Wurzbourg, Echter, 2013, p. 285-298, p. 289.

18 BPU, Ms. A 580, fol. 43 s.

19 Voir BPU, Ms. A 636, fol. 16, 19 vo, 21-22 vo, 31, 33 vo, 40 vo-41. Au sujet de l’antijésuitisme, voir en particulier Catherine Maire et Pierre-Antoine Fabre (dir.), Les Antijésuites : discours, figures et lieux de l’antijésuitisme à l’époque moderne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

20 Voir BPU, Ms. A 580, fol. 1, 39, 80. Sur les sources d’information de Chaillet, voir B. Forclaz, « Un monde de papier », op. cit. (voir n. 14). Sur cette question, voir aussi les analyses éclairantes de Danièle Tosato-Rigo, La chronique de Jodocus Jost. Miroir du monde d’un paysan bernois au xviie siècle, Lausanne, 2009, p. 215-223. Sur le refuge dans cette région pendant le conflit, voir Bertrand Forclaz, « Solidarités supraconfessionnelles. Réfugiés dans l’arc jurassien pendant la guerre de Trente Ans (1618-1648) », Revue suisse d’histoire, 2012, 62-3, p. 373-389.

21 BPU, Ms. A 580, fol. 88-89.

22 BPU, Ms. A 636, fol. 15 vo.

23 BPU, Ms. A 580, fol. 66 (citation) ; BPU, Ms. A 636, fol. 24 vo, 33 r°.

24 Sur ce point, voir Willem FRIJHOFF, « Chrétienté, christianismes ou communautés chrétiennes ? Jalons pour la perception de l’expérience d’unité, de division et d’identité de l’Europe chrétienne à l’époque moderne », dans B. Forclaz (dir.), op. cit. (voir n. 2), p. 17-43.

25 BPU, Ms. A 580, fol. 14. Sur Jacques Vallier, voir Erich Meyer, « Vallier, Jacob [Jacques] (de Saint-Aubin) », dans DHS, version du 04.02.2013 (traduit de l’allemand), http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F15755.php.

26 BPU, Ms. A 636, fol. 32 vo.

27 Sur Jacques d’Estavayer-Molondin, voir Eric-André Klauser, « Estavayer, Jacques d’ (Molondin) », dans DHS, vol. 3, p. 584-585.

28 BPU, Ms. A 636, fol. 36.

29 Ibid., fol. 13 vo / 14.

30 L’anecdote de la péniche se trouve dans W. Frijhoff, Embodied Belief, op. cit. (voir n. 12), p. 60.

31 Sur les identités territoriales, voir par exemple les réflexions de François Walter, Les figures paysagères de la nation : territoire et paysage en Europe (16e-20e siècles), Paris, Éd. de l’EHESS, 2004.

Auteur

Est chargé de cours en Histoire moderne à l’Université de Fribourg (Suisse). Il s’intéresse actuellement aux identités politiques et confessionnelles en Suisse pendant la guerre de Trente ans. Il a publié récemment Catholiques au défi de la Réforme. La coexistence confessionnelle à Utrecht au xviie siècle (2014).

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search