Version classiqueVersion mobile

Missions, vocations, dévotions

 | 
Bernard Dompnier

Le culte et les dévotions

La dévotion à Saint Joseph au miroir des confréries (xviie-xviiie siècles)

Note de l’éditeur

Article publié dans Bernard Dompnier et Paola Vismara (dir.), Confréries et dévotions dans la catholicité moderne (mi xve – début xixe siècle), Rome, École française de Rome, 2008, p. 285-309.

Texte intégral

  • 1 Gerson est à la fois l’auteur d’un long poème (la Summa Josephina) et de sermons. Pour les aspects (...)
  • 2 La fête de saint Joseph n’est inscrite au calendrier universel de l’Église qu’à partir de 1621, et (...)

1La dévotion à saint Joseph connaît, dans la catholicité latine, une histoire peu commune. Pendant de nombreux siècles, le père terrestre de Jésus ne fait pas partie des intercesseurs privilégiés ; bien plus, l’iconographie religieuse n’en renvoie pas une image valorisante. Certes, les théologiens ne l’ignorent pas : des Pères de l’Église aux docteurs du Moyen Âge à son apogée, ses qualités et ses vertus sont soulignées dans des commentaires de l’Écriture. Mais il faut attendre le xve siècle pour que lui soient consacrés de véritables traités et, surtout, que son culte se développe véritablement. Gerson est l’un des premiers auteurs à insister fortement sur sa place éminente parmi les saints, tandis que les carmes lui accordent un office entier dans la liturgie1. Sur ces bases, la dévotion se renforce au cours du xvie siècle, grâce en particulier à la confiance que Thérèse d’Avila accorde à Joseph, avant de pleinement s’épanouir au xviie siècle, notamment en France2.

  • 3 Jean Delumeau, Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois, Paris, 1 (...)

2Comme la figure de Joseph est de plus en plus étroitement associée au patronage de la Bonne Mort au cours des deux derniers siècles de l’Ancien Régime, il est tentant de trouver dans cette seule fonction l’explication du développement de la piété manifestée pour le saint ; au temps de la surculpabilisation et de l’angoisse autour de l’agonie, Joseph s’imposerait ainsi dans la piété des fidèles comme le recours privilégié pour passer heureusement de vie à trépas3. À n’en pas douter, il y a là l’une des clés du succès de la dévotion au père terrestre de Jésus. Mais certains témoignages invitent à une approche plus complexe du processus de diffusion du culte. Ainsi, le feuillant Pierre de Sainte-Marie écrit-il à propos de la sainteté de saint Joseph, dans un traité qu’il publie en 1631 :

  • 4 Pierre de Sainte-Marie, La dévotion de saint Joseph, Paris, 1631, p. 19-20.

Elle nous oblige à l’imiter particulièrement pour ces deux raisons : la première, qu’ayant été contemporelle, voire présente, voire unie, à la sainteté de notre Sauveur et de la Vierge, et comme un découlement et particule de la leur, il ne se peut qu’elle n’ait été également solide et relevée. Et la 2. Parce qu’elle paraît extrêmement aisée à représenter par nos mœurs, n’y ayant rien dans les actions et la vie de saint Joseph qui effraie nos sens ou qui désespère notre courage, comme nous voyons dans celles de beaucoup de saints, où les austérités effroyables qu’ils ont exercées et leurs ravissements ou méditations extatiques font perdre haleine aux plus courageuses résolutions de les imiter4.

  • 5 Pour une présentation d’ensemble des possibilités offertes par l’exploitation des brefs d’indulgenc (...)
  • 6 Richard Dognon, Le Modelle du mesnage heureux en l’histoire du mariage de Sainct Joseph. Avec la pr (...)

3Comme tous les auteurs de littérature spirituelle qui consacrent un ouvrage à saint Joseph à la même époque, Pierre de Sainte-Marie ne cherche donc pas à recommander son culte pour la protection des mourants, mais à le proposer comme modèle sûr et accessible d’exercice des vertus chrétiennes. Étudier la dévotion à saint Joseph aux xviie et xviiie siècles suppose donc, sans négliger l’essor de son patronage sur les agonisants, de rechercher aussi les autres aspects de la piété des fidèles envers lui. Les confréries offrent de ce point de vue un angle d’approche privilégié. Une partie de la documentation qui a trait à ces associations, tels les brefs d’indulgences ou les listes d’agrégations aux archiconfréries, se prêtent à une analyse sérielle qui, à travers les titulatures par exemple, met en évidence le développement spatial et temporel des diverses facettes de la dévotion5. D’autres sources, plus qualitatives, tels les statuts et règlements ou encore les manuels ou la littérature dévotionnelle, offrent la possibilité d’une approche plus fine des pratiques de dévotion et, au-delà, des significations de ce culte dans la piété du catholicisme tridentin. Certes, toute la dévotion à saint Joseph ne se réduit pas à la présence de confréries ou aux exercices de leurs membres. Mais ces associations informent le mieux l’historien sur la place qu’elle occupe, puisque – comme le souligne un autre auteur de traité, le chanoine Dognon – ce sont elles qui illustrent aussi avec le plus d’évidence et de force l’attachement au saint6.

Le patron de la Bonne Mort

  • 7 Sur cette question, on consultera particulièrement Jean Delumeau, Le péché et la peur. La culpabili (...)
  • 8 On sait par exemple que les jésuites commençaient traditionnellement leurs missions par un sermon s (...)

4L’historiographie de ces dernières décennies a fortement souligné l’importance du discours sur la mort dans la pastorale du catholicisme tridentin7. Pour mieux inviter chacun à ne pas oublier qu’aucun des actes de la vie de tous les jours n’est indifférent au regard de la destinée éternelle de l’âme, le clergé a dramatisé l’instant de la mort, qu’il convient de conserver toujours présent à l’esprit afin de se garder du choix du péché8. Toute la vie doit être préparation à ce passage inéluctable, qui peut survenir à tout instant et suppose donc d’y être toujours prêt. De surcroît, même les plus vertueux ne sont pas à l’abri d’ultimes tentations diaboliques qui, si elles ne sont repoussées, peuvent encore faire basculer dans une éternité de malheur. Comme tant d’autres, les confrères de Calcara soulignent cet aspect dans le préambule de leur règlement, en 1715, affirmant leur certitude qu’est « infinitamente laborioso e difficile il passaggio da questa infelice e breve vita all’altra Beata ed eterna, massime a cagione degli assalti e tentazioni vigorose che vengono fatte in quell’estremo punto da nostri communi nemici ». Soucieuse aussi de « rassurer et protéger », l’Église propose aux fidèles des dévotions qui doivent aider le fidèle à affronter l’instant du trépas et lui assurer l’assistance de protecteurs puissants et efficaces. Parmi ceux-ci, saint Joseph acquiert progressivement la première place ; la faveur qu’il rencontre dans le catholicisme de cette époque reflète à bien des égards l’empreinte du discours que les clercs tiennent sur la mort dans la mentalité religieuse des fidèles.

  • 9 Summa de donis sancti Joseph sponsi beatissimae Virginis Mariae, Pavie, 1522.

5Le choix de Joseph comme protecteur des ultimes instants de la vie se fonde sur un passage de l’Histoire de Joseph le charpentier, évangile apocryphe traduit en latin au xive siècle et plus largement diffusé au début du xvie grâce à la Summa de donis sancti Josephi que le dominicain Isidoro Isolano publie à Pavie en 1522 et qui en donne de larges extraits9. Dans ce texte ancien, généralement dénommé à l’époque moderne Histoire orientale, figure un récit de la mort de Joseph, fait par Jésus en personne à ses disciples ; accouru pour assister son père nourricier, il lui promet l’incorruptibilité corporelle et ajoute :

Ceux qui réserveront une offrande, pour la donner à ton sanctuaire le jour de ta commémoration qui est le 26 du mois d’épiphi, je les bénirai moi-même par un don céleste, qui leur sera fait dans les cieux.

6À l’époque moderne, l’interprétation qui est donnée du « don céleste » promis aux dévots de saint Joseph contribue fortement à l’instituer comme patron de la Bonne Mort. Isolano n’est pas étranger à une telle lecture, lui qui amplifie en effet significativement les propos de Jésus, pour leur faire apporter l’assurance de la préservation de la mort subite et la garantie d’une éternité heureuse :

  • 10 Cité dans Jean Delumeau, Rassurer et protéger..., op. cit., p. 347.

Je bénirai et j’assisterai tout homme qui, dans l’Église des justes, le jour où il se fera mémoire de vous, ô Joseph, offrira un sacrifice à Dieu. Et celui qui méditera sur votre vie, sur vos travaux et sur votre sortie du monde, lorsque son âme quittera son corps, j’effacerai ses péchés du livre, pour qu’ils ne soient pas punis au jour du jugement. La peste n’entrera pas, et la mort subite n’arrivera pas dans sa maison où votre souvenir sera vénéré10.

  • 11 Archivio storico du Vicariat de Rome, Archiconfrérie des Agonisants, Agrégations, non coté (voir la (...)

7Les règlements des confréries rendent compte parfois assez directement de l’influence de ce récit dans le choix de Joseph comme protecteur des agonisants. Celui de Sarreguemines, datant de 1755, expose ainsi que les dévots s’en remettent à lui « pour obtenir de la Bonté divine par son intercession la grace de mourir comme luy entre les bras de Jesus et de Marie11 ».

  • 12 Émile Mâle, L’art religieux après le concile de Trente. Étude sur l’iconographie de la fin du xvie, (...)
  • 13 Marie-Hélène FROESCHLÉ-CHOPARD, Espace et sacré en Provence. XVIe-XXe siècle. Cultes, images, confr (...)

8Le succès de la dévotion à Joseph pour un heureux passage dans l’au-delà est largement attesté par l’iconographie. La scène rapportée par l’Histoire orientale se rencontre fréquemment sur les tableaux d’autel : Joseph, allongé dans son lit, est béni par Jésus en présence de Marie. La diffusion géographique de cette iconographie est large. Émile Mâle relève sept tableaux de ce type dans les églises de Rome, mais note aussi qu’on en rencontre à Naples comme à Bologne, dans le Sud-est de la France comme à Rouen, ou encore en Espagne, où Goya, par exemple, donne une représentation de la mort de saint Joseph en 1787 à Valladolid12. Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, de son côté, a montré à partir du cas provençal la large diffusion de cette iconographie, jusque dans des bourgades modestes, sans notables variations dans le traitement du thème. L’abondante circulation de gravures réalisées à partir des tableaux les plus célèbres, notamment celui de Carlo Maratta, favorise cette relative uniformisation, qui reflète sans doute une attente précise des commanditaires des toiles13. Celles-ci sont le plus souvent placées dans des chapelles dédiées aux agonisants, sièges de confréries érigées au xviie ou au xviiie siècle, dont la titulature ne fait toutefois pas toujours explicitement référence à saint Joseph.

Graphique 1 Les confréries de saint Joseph dans les agrégations à l’archiconfrérie des Agonisants

Graphique 1 Les confréries de saint Joseph dans les agrégations à l’archiconfrérie des Agonisants
  • 14 Les archives de cette archiconfrérie sont aujourd’hui conservées à l’Archivio storico du Vicariat d (...)
  • 15 ASVR, Agon. On peut aussi relever une confrérie du « Sauveur agonisant sous le vocable et la protec (...)

9Les aléas de la fortune de Joseph dans la dévotion tournée vers les ultimes instants de la vie se lit le plus clairement dans les registres d’agrégation à l’archiconfrérie romaine della Natività di Nostro Signore degli Agonizzanti, dite des agonisants, fondée en 1616 en l’église Sant’Agostino et installée définitivement en 1692 – après divers transferts – dans l’église de la Natività di Nostro Signore de la place Pasquino14. Comme la plupart des grandes confréries romaines, celle-ci se consacre à diverses œuvres pies, dont l’accompagnement des condamnés à mort au supplice ; elle tient aussi du pape le privilège de faire libérer un condamné chaque année. Bénéficiant de la possibilité de faire partager les indulgences et autres faveurs spirituelles qui lui ont été accordées, elle semble n’en avoir usé qu’avec parcimonie : ses archives ne portent la trace que d’un peu plus de trois cents agrégations d’autres confréries, surtout entre 1650 et 1760, la plus belle période correspondant aux années 1701 à 1740 (graphique 1). Dans cet ensemble, les associations dont la titulature fait explicitement référence à Joseph ne représentent qu’un petit tiers du total, sans que la dévotion à ce saint soit pour autant marginale : certaines des confréries dont la dénomination l’ignore sont toutefois installées à des autels qui lui sont dédiés. La liste des agrégations permet de préciser la chronologie de la faveur de saint Joseph dans ce type de confréries. Le choix de la mention du saint dans les titulatures représente un phénomène tardif, puisque son véritable essor ne commence pas avant 1710 ; en revanche, à partir de cette date et jusqu’en 1760 environ, 40 % des confréries qui demandent leur agrégation se revendiquent de son patronage, parfois avec des titulatures complexes et développées, comme cette association de Lanslebourg, en Savoie, qui s’adresse à Rome en 1749 sous la dénomination de « confrérie à l’honneur du Sauveur agonisant dans le jardin des oliviers et sur la croix au Calvaire sous la protection du glorieux patriarche saint Joseph agonisant entre les mains de Jésus et de Marie en faveur des âmes agonisantes15 ». Examiné plus attentivement, le corpus des titulatures laisse apparaître un glissement sémantique progressif, qui traduit le renforcement du lien entre Joseph et le moment de l’agonie. Si toute la période considérée compte des confréries du Transito di san Giuseppe ou de saint Joseph mourant, le xviiie siècle seul accueille des confréries placées sous le patronage de saint Joseph agonisant ou associant explicitement la « Bonne mort » au saint. Parfois même, comme à Verzoli, dans le diocèse de Saluzzo, on rencontre des confréries della Buona Morte sotto il titolo di S. Giuseppe agonizzante. Une telle dénomination semble bien rendre compte des fondements de la dévotion au père de Jésus : à travers son agonie, il a intégralement vécu l’épreuve de la fin de la vie terrestre ; aussi pleinement humain, celui que Jésus a réconforté est nécessairement un protecteur efficace pour ceux qui se confient à lui au seuil de la mort.

10Le progrès croissant de la dévotion à saint Joseph ne lui accorde cependant pas un monopole sans partage auprès des agonisants. La répartition géographique des confréries placées sous son patronage le manifeste bien, même si les registres d’agrégation sont un peu trompeurs à cet égard puisqu’ils renseignent surtout sur l’Italie. À l’intérieur de cet espace, le déséquilibre est fort entre le nord et le sud. La partie septentrionale totalise 76 % des agrégations, avec une forte prédominance des provinces ecclésiastiques de Milan et de Turin ; elle constitue aussi une zone d’où émanent très tôt des demandes d’affiliation pour des confréries sous le patronage de saint Joseph, indice d’une association précoce entre le saint et la protection au cours de l’agonie. Hors de l’Italie, seul le territoire de la France actuelle abrite des confréries dont la titulature fait référence à Joseph ; plus précisément, la Provence correspond au centre de gravité de cet ensemble, qui ne déborde guère le Sud-est du pays. Les agrégations romaines définissent de la sorte une zone de prédilection du patronage de saint Joseph sur la Bonne Mort, située de part et d’autre des Alpes, où les confréries, nombreuses, sont présentes dès la seconde moitié du xviie siècle.

  • 16 Ces autres protecteurs peuvent aussi être invoqués séparément de Joseph. Ainsi Jacques Coret, l’aut (...)
  • 17 L’ouvrage est publié à Avignon en 1681. L’auteur souligne que les trois saints qu’il retient ont co (...)

11Même lorsque l’on recourt à lui, Joseph n’est pas toujours l’unique protecteur des derniers instants. Les dénominations relevées dans les registres d’agrégation font fréquemment état d’associations de patronages, plus ou moins faciles à interpréter. Dans un certain nombre de cas, en vérité, les titulatures complexes reflètent surtout l’histoire particulière de confréries qui, au fil du temps, se réorganisent et joignent de nouveaux patronages aux anciens, modifiant sans doute aussi leurs finalités dévotionnelles ou caritatives. En revanche, la mention récurrente de certains intercesseurs – tels l’ange gardien, l’archange Michel ou sainte Barbe – laisse entrevoir l’existence d’autres recours que Joseph, associés à lui pour une protection plus assurée16. C’est une telle logique qu’expose Esprit Chaulardy dans le livret qu’il publie sous le titre de La nouvelle voye pour aller saintement à Dieu, ou la devotion à Saint Joseph, Saint Alexis, et à Sainte Barbe, les Patrons de la Bonne Mort17. Pour lui, s’il faut faire appel à trois protecteurs, c’est que,

  • 18 La nouvelle voye, op. cit., préface non paginée. Contrairement à ce que pourrait laisser penser ce (...)

selon les loix de la guerre on leve des nouvelles troupes, on redouble les gardes et les Sentinelles d’un Ville lorsque l’ennemi s’en approche dans le dessein de l’assieger et de donner un assaut general pour s’en rendre le maistre […] Si l’on prend tant de precautions pour conserver une place contre les ennemis de l’Estat, que ne devons-nous faire pour conserver nostre ame contre les ennemis de nostre salut, qui sont sans cesse armez contre nous […] et qui nous donnent de si cruels et de si terribles assauts, lors que nous sommes réduits à l’agonie, que sans l’ayde du Ciel nous succomberions tous à leurs attaques18.

12La multiplication des recours, qui se traduit ainsi par une accumulation des dévotions, accompagne donc la dramatisation de l’agonie dans le discours de l’Église.

13Toutes les confréries qui invoquent Joseph comme patron de la Bonne Mort ne lui demandent pas exactement la même assistance. Une première catégorie l’implore pour tous les fidèles qui arrivent au terme de leur existence terrestre, se proposant une fonction d’assistance spirituelle à un moment particulièrement critique. Le manuel édité pour la confrérie des agonisants de Tonnerre contient ainsi une pressante exhortation à la charité :

Envisageons avec les yeux de la foi l’extrême besoin du salut de notre prochain : ne l’abandonnons point sur son lit de douleur sans le secourir de nos prières […] ; allons au Saint-Sacrement de l’autel exposé pour lui […], implorons l’assistance de Marie […], intéressons-nous pour lui avec saint Joseph, protecteur des agonizans, et le prions qu’il obtienne cette faveur de Dieu, qu’à l’heure de sa mort il soit assisté de Jésus et de Marie.

  • 19 Les Prieres pour les Agonizans, et l’office propre de Saint Joseph. Avec les Regles et les Statuts (...)

14Les statuts de la même confrérie tiennent aussi à leur manière un discours comparable, stipulant en leur premier article que ses membres prennent un « soin très particulier de prier pour les personnes qui sont à l’agonie de la mort sous la protection de saint Joseph, afin de partager avec lui le bonheur qu’il a eu d’avoir une sainte agonie19 ». D’autres confréries envisagent d’une manière très différente la protection du père terrestre de Jésus, insistant sur le secours qu’il apporte à ceux qui s’en remettent à lui et invitant leurs membres à en devenir les dévots dans cette perspective. Au premier type de groupement, pour qui l’invocation de Joseph constitue une forme de charité à l’égard de tous les agonisants, s’oppose ce second groupe, pour qui la participation à la confrérie est souvent à la fois dévotion régulière à Joseph dans l’attente de sa protection au moment de l’agonie et engagement dans une démarche de préparation personnelle à la mort. Le livret publié à Rouen en 1721 témoigne de cette seconde orientation, présente dès le préambule, qui explicite le sens de l’attente placée en saint Joseph :

C’est particulierement la Grace de bien mourir qu’on peut espérer de lui […] Le moien peut être le plus propre pour obtenir cette Grace incomparable est de se joindre d’esprit et de prieres à plusieurs saintes Personnes, qui se sont associées depuis peu à honorer ce grand Saint, et pour obtenir par son intercession une sainte Mort.

  • 20 La devotion a saint Joseph, op. cit., p. 52 et 76. Cette confrérie a obtenu un bref d’indulgences e (...)

15Plus avant, le même livret insiste sur la dimension de réciprocité de l’appartenance à la confrérie : tous les mercredis, en méditant sur la Passion, « l’on demandera pour soi et pour ceux de l’Association une mort sainte, comme celle du Sauveur20 ».

  • 21 ASVR, Agon. Le texte est de 1729.
  • 22 Pour une analyse détaillée des typologies et des « contaminations », on se reportera à la communica (...)

16Certes, se rencontrent aussi des confréries qui associent les objectifs de l’une et de l’autre de ces catégories, telle celle de Camporosso – dans le diocèse de Vintimille – qui propose à ses membres de « pregar e far pregar in aiuto de fedeli agonizanti e prepararsi a ben morire21 ». Il existe donc des passerelles entre les deux grands types, et surtout sans doute des évolutions dans les finalités et les pratiques de certaines confréries qui, appartenant initialement à l’une des catégories, se rapprochent de l’autre au cours du temps22. Du moins convenait-il de souligner cette diversité des attentes que recouvre l’invocation de Joseph comme patron de la Bonne Mort.

Saint Joseph, protecteur universel

  • 23 Ce comptage ne tient pas compte des titulatures liées à la dévotion à la Sainte Famille, dévotion d (...)
  • 24 Pour des raisons de classement de la documentation, l’enquête ne débute qu’en 1653 lorsque les bref (...)

17Lorsque les sources mises en œuvre permettent une approche globale des confréries et ne se limitent pas à celles qui sont centrées sur les prières pour les agonisants, le succès de la dévotion à saint Joseph apparaît comme éclatant à l’époque moderne. Le dépouillement, aux archives du Vatican, du fonds des brefs d’indulgences accordées aux confréries – documentation la plus apte à fournir une vue d’ensemble sur le mouvement confraternel dans l’ensemble de la catholicité – laisse bien apparaître la place que l’époux de Marie prend dans la piété au cours du xviie siècle. Un premier indicateur fourni par cette source est celui de la fête principale des confréries, chacune d’entre elles choisissant la date du calendrier à laquelle elle souhaite faire bénéficier ses membres de l’indulgence plénière annuelle qui fait partie des bénéfices spirituels qu’apporte le bref. Or, la fête de saint Joseph fait partie de celles qui sont le plus fréquemment choisies : elle arrive en troisième place, immédiatement après la Fête-Dieu et l’Assomption, c’est-à-dire deux solennités puissamment ancrées dans le calendrier liturgique et dans la dévotion. Le second indicateur est celui des titulatures des confréries. Alors que la gamme des dénominations est considérable, reflétant l’extraordinaire foisonnement des objets de la piété dans le catholicisme tridentin, le patronage de saint Joseph est régulièrement mentionné dans au moins 4 % des titres à partir du milieu du xviie siècle et atteint même 4,5 % à la charnière des xviie et xviiie siècles23. Dans la mesure où les confréries qui sollicitent un bref sont souvent de création récente, la forte présence de Joseph dans ce corpus suggère un ample mouvement de dévotion pour le saint tout au long des deux siècles ; la place occupée par cette titulature dans le premier échantillon étudié démontre que le phénomène a nécessairement déjà plusieurs décennies d’existence au milieu du xviie siècle24.

18Dans le corpus des brefs d’indulgences, pour l’ensemble des confréries dont la titulature renvoie à saint Joseph, celles qui l’associent aux agonisants ou à la bonne mort sont minoritaires. On pourrait certes émettre l’hypothèse que les brefs rapportent de manière incomplète la dénomination des confréries auxquelles ils sont adressés, ce qui conduirait à une disparition de la mention de saint Joseph lorsqu’il est associé à d’autres dévotions. Mais l’examen de la liste générale des titulatures rencontrées suffit à se convaincre que la Secrétairerie des brefs retranscrit assez méthodiquement des dénominations longues et complexes, associant parfois quatre, cinq, voire six patronages ou dévotions. De surcroît, la répartition géographique des confréries associant Joseph aux derniers instants de la vie que met en évidence l’étude des brefs est conforme, dans ses grandes lignes, à celle que permettent de dessiner les registres de l’archiconfrérie des agonisants : l’Italie septentrionale et le Sud-est de la France prédominent toujours, même si le Nord-est de l’Italie (provinces ecclésiastiques d’Aquileia, Côme, Trente) est mieux représenté ici que la partie occidentale, qui se détache dans les agrégations à l’archiconfrérie. C’est donc tout le Nord de l’Italie qui semble connaître une rapide diffusion du culte de saint Joseph comme patron que la Bonne Mort, les différences n’intervenant que dans les procédures d’obtention des indulgences.

Graphique 2 Géographie des confréries de saint Joseph

Graphique 2 Géographie des confréries de saint Joseph

Graphique 3 Les concessions de Brefs par grandes aires géographiques

Graphique 3 Les concessions de Brefs par grandes aires géographiques

19Si l’on raisonne à partir de l’ensemble des confréries qui se réclament de saint Joseph, et non plus seulement sur celles qui sont tournées vers les fins dernières, la géographie qui s’esquisse est sensiblement différente de celle qui vient d’être évoquée. Dans une première période, leur terre d’élection est la France : avec 46 % du total, ce pays distance nettement la péninsule ibérique, le monde germanique et même l’Italie. Par la suite, la part de la France demeure toujours élevée à l’intérieur de l’ensemble, le minimum se situant à 14 % au cours de la période 1691-1705 (graphique 2). Le suivi chronologique de la répartition spatiale des confréries bénéficiaires d’un bref montre une diffusion par étapes à partir du foyer français (graphique 3). L’Italie et la « dorsale catholique » (des Pays-bas méridionaux à la Franche-Comté) sont très présentes dans les brefs des décennies 1670 et 1680 ; puis le monde germanique est touché à son tour par le phénomène, qui connaît là son plus ample développement à la charnière des xviie et xviiie siècles. Les années 1720, pendant lesquelles l’Allemagne demeure à un niveau assez élevé, marquent surtout une reprise du succès des confréries de saint Joseph en France et en Italie, où elles sont alors le plus fréquemment tournées vers la piété en faveur des agonisants. La Pologne, enfin, après une croissance régulière, arrive à sa plus forte présence dans l’ensemble après 1758.

20Cette première pesée globale mérite évidemment d’être nuancée par la prise en compte de la place des confréries de saint Joseph dans l’ensemble des brefs accordés par Rome à chacun des espaces considérés (graphique 3). Ce paramètre permet d’éliminer les distorsions liées à l’inégal recours des diverses contrées à la Secrétairerie des brefs, mais aussi de mesurer plus précisément le succès qu’y rencontre la dévotion à saint Joseph, en la situant par rapport aux autres objets de la piété dont la promotion est recherchée par une demande d’indulgences. Ce nouvel examen ne modifie pas la conclusion d’une avance de la France : dans ce pays, au cours de la décennie 1653-1662, les confréries de dévots à saint Joseph représentent 7,1 % de celles qui sollicitent des indulgences, alors que le monde germanique et la dorsale catholique dépassent légèrement les 4,5 %. La phase 1676-1684 met en évidence la poussée de la dévotion dans de nouveaux espaces : le monde germanique (9,6 %), la dorsale catholique (8,5 %) et la Pologne (8 %). Pour la France, le pourcentage n’est alors plus que de 3,6 %, comme si le mouvement d’essor des confréries de saint Joseph était achevé ; en réalité, il ne s’agit que d’une pause, puisque celles-ci représentent à nouveau plus de 7,5 % de l’ensemble en 1691-1705. Au même moment, elles atteignent – avec 15 % du total – un niveau record en Pologne. Dans ce pays, elles demeurent tout au long du xviiie siècle à des niveaux élevés, malgré une décroissance progressive (9,7 % en 1721-1731, 5,6 % en 1758-1771), bien au-dessus des chiffres italiens (entre 4 et 5 %) ou français (entre 3 et 4 %).

Graphique 4 La dévotion à Saint Joseph. Évolution par espace géographique

Graphique 4 La dévotion à Saint Joseph. Évolution par espace géographique

21De l’ensemble de ces données, se dégagent deux modèles opposés (graphique 4). Le premier est le français, avec une implantation précoce des confréries de saint Joseph, que vient renforcer à partir de la fin du xviie siècle une seconde vague de brefs. On aura remarqué que cette période est aussi celle au cours de laquelle la promotion des confréries de saint Joseph est faible en France par rapport à d’autres pays, apparent paradoxe qui rend compte de deux réalités distinctes : la France de la fin du xviie siècle, gallicane et tentée par une spiritualité de tonalité janséniste, s’adresse moins à Rome pour solliciter des indulgences (moins de 25 % du total des brefs proviennent alors de ce pays contre près de 31 %, par exemple, pour la décennie 1653-1662) ; mais, proportionnellement, saint Joseph tient une place honorable dans cet ensemble réduit, en raison de la reprise du culte fondée sur un lien croissant entre le saint et la piété en faveur des agonisants. Le second modèle, qu’illustre le cas polonais, est celui d’une réforme catholique tardive, mais puissante ; la promotion de saint Joseph ne commence que dans les dernières décennies du xviie siècle ; mais, dans un contexte où l’offre dévotionnelle globale est sans doute moins diversifiée que dans les contrées plus occidentales, la dévotion au père terrestre de Jésus se fait massive au cours du siècle suivant et épouse profondément le renouveau de la piété, ce que traduit la vitalité confraternelle (à la mi-XVIIIe siècle, le nombre global de brefs accordés à la Pologne est très élevé).

  • 25 Cette hypothèse est confortée par le fort engagement des feuillants parisiens dans la sphère politi (...)
  • 26 Gilles Sinicropi, « “Un mont spirituel de piété”. L’association de saint Joseph et les carmes décha (...)
  • 27 Richard Dognon, Le Modelle du mesnage heureux..., op. cit., p. 402.
  • 28 La chronologie de ces premières fondations a été en grande partie établie d’après les notes personn (...)
  • 29 On peut ainsi citer Andrès de Soto, franciscain, L’image de chasteté sur la vie et actions de saint (...)
  • 30 Les sièges des confréries se répartissent globalement en trois grandes catégories : les églises con (...)

22Une recherche plus précise des foyers qui jouent un rôle actif au moment de l’origine de la dévotion conduit à se tourner prioritairement vers la France en raison du rôle actif qu’elle semble jouer. De fait, les sources permettent d’identifier plusieurs pôles du nouveau culte, particulièrement actifs à partir de 1630 environ. Dans La dévotion de saint Joseph, qu’il publie à Paris en 1631, le feuillant Pierre de Sainte-Marie donne les statuts de la « Société du glorieux saint Joseph » établie dans le monastère parisien de l’ordre ; fondée en 1626 par le duc César de Vendôme et sa femme Catherine de Lorraine, elle dispose d’une chapelle à partir de 1628 ; la reine Anne d’Autriche s’y fait enrôler en 1629. Tout semble indiquer que cette confrérie, au-delà de ses fonctions pieuses, constitue le support d’un réseau aristocratique, peut-être construit sur l’opposition à Richelieu25. En diverses localités de Provence, de leur côté, les carmes fondent des associations intitulées « Monts spirituels de piété », qui regroupent aussi des dévots de saint Joseph ; il est difficile de situer leur origine avec précision, mais les plus anciennes sont antérieures à 164226. Dans son Modelle du mesnage heureux, ouvrage de 1633, le chanoine Dognon mentionne pour sa part une association de piété fondée à Reims en 163227. Surtout, l’ouvrage met sur la piste d’un foyer plus ancien, situé hors de France, celui des Pays-Bas méridionaux, en évoquant la confrérie érigée à Gand, « il y a quelques années », dans laquelle se sont inscrits de nombreux princes et prélats. Le manuel de cette association, qui avait été fondée en 1604 par l’Infante Isabelle, est fréquemment réédité au cours de la décennie 1620, indice de sa vitalité et de sa capacité à susciter l’émulation en d’autres villes. De fait, des confréries analogues s’implantent en diverses localités de ces contrées, notamment au couvent des ermites de saint Augustin de Bruges en 1616, chez les observants de Saint-Omer en 1625, ou encore chez les carmes de Tournai en 1628. À la même époque, des fondations ont également lieu en Lorraine, notamment à Nancy en 162228. Les confréries de saint Joseph qui ne privilégient pas son rôle de protection des agonisants trouvent donc leur origine hors de la catholicité méditerranéenne, principalement dans les actifs foyers de la Réforme catholique situés aux frontières du monde protestant, où les ordres religieux font preuve d’un particulier dynamisme. Il est d’ailleurs remarquable qu’au cours des décennies 1620 à 1640, au moment du premier essor de la dévotion, la promotion en soit assurée par un large éventail de familles religieuses. À tous les habits qui ont déjà été évoqués, il convient en effet d’adjoindre encore, sur la base de la liste des auteurs de traités publiés à ce moment, les jésuites ou les franciscains29. Lorsque l’étude sur les brefs saisit les confréries vers le milieu du siècle, le rôle des religieux est déjà comme estompé : les groupements dévots qui reçoivent des indulgences de Rome sont plus fréquemment installées dans des églises paroissiales que dans des couvents. C’est le cas de 43 % de ceux qui figurent dans les brefs entre 1653 et 1662, et de 54 % de ceux de la tranche chronologique 1676-168430.

  • 31 Les attestations explicites de ces évolutions sont rares. On peut toutefois mentionner ici, quoique (...)
  • 32 On trouvera des indications sur la confrérie romaine des charpentiers dans I. Lori Sanfilippo, La R (...)

23Les titres utilisés pour désigner ces groupements qui vouent un culte à saint Joseph sans rapport avec la Bonne Mort sont d’une grande variété. On rencontre certes des confréries, mais aussi des associations ou des monts-de-piété spirituels. Une telle diversité suggère un assez large éventail des motifs du recours au patronage de Joseph comme des pratiques dévotionnelles en usage. Peut-être la première moitié du xviie siècle correspond-elle à une phase d’émergence et de mutation de la dévotion, au cours de laquelle aucun modèle ne s’impose encore véritablement. La transformation d’anciennes confréries professionnelles de charpentiers en confréries dévotionnelles pourrait symboliser les bouleversements en cours dans l’ordre des motifs et des formes de l’invocation de saint Joseph31. Il est ainsi remarquable que le premier grand traité invitant à faire une place de choix au père terrestre de Jésus dans la piété, celui du carme espagnol Graciàn de La Madre de Dios a théoriquement été publié en faveur de la confrérie des charpentiers de Rome, destinataire évoqué dans la préface mais ensuite totalement oublié par cet ouvrage tout entier tourné vers la promotion du culte auprès de l’ensemble des fidèles32.

  • 33 Les honneurs rendus à saint Joseph par l’Eglise Cathedrale et Ville de Toul. Avec les Regles de la (...)

24Les patronages dont Joseph se trouve investi au cours de cette période permettent assurément de mieux connaître pour quels motifs les clercs et les fidèles s’adressent davantage à lui. Deux types de recours semblent particulièrement se détacher. Tout d’abord, des confréries sont créées dans des contextes de guerre pour implorer la protection de villes menacées par les opérations militaires ou pour obtenir le retour à la paix. À Saint-Dié, en 1650, les membres de la confrérie créée par le chapitre cathédral disent leur confiance en Joseph et s’engagent dans des œuvres de piété pour « apaiser la justice divine irritée contre [eux], attirer la miséricorde de Dieu sur [leur] patrie, obtenir la paix ». L’année suivante, la brochure publiée à Toul associe la piété à l’égard de Joseph à celle manifestée pour Marie33 ; « que pourrait refuser un Fils si pieux [Jésus] et si puissant, à ses parents qu’il ayme si tendrement ? », demande son auteur, avec la certitude de la puissance de ce double patronage. Pour marque de la dévotion, les diverses églises de la ville se répartissent les jours de la semaine pour célébrer à tour de rôle des messes solennelles à saint Joseph, tandis que les confrères le prient souvent pour la paix, qu’ils travaillent à l’établir autour d’eux. Dans le contexte de désolation de la guerre franco-espagnole, Joseph semble se substituer à des protecteurs traditionnels, comme porté par la vague de dévotion qui se développe alors en sa faveur.

  • 34 Fixée au 23 janvier par le bréviaire romain, cette fête est célébrée le 22 dans certains diocèses.
  • 35 Richard Dognon, Le Modelle du mesnage heureux, op. cit., p. 321 et suiv.

25Le second grand motif d’invocation de Joseph apparaît à travers les confréries qui choisissent pour fête principale celle des Épousailles de Marie et de Joseph, dont Gerson s’était fait le promoteur au xve siècle34. Le père de Jésus est alors considéré comme le patron des époux, au sein de confréries qui sont toutefois souvent exclusivement masculines, comme à La Bresse dans les Vosges. Le chanoine Dognon, qui écrit pour les confréries lorraines, et donc immédiatement voisines, invite de son côté, dans son Modelle du mesnage heureux, à imiter les douze perfections de saint Joseph35. Il est difficile de trouver d’autres indices sur cette orientation dévotionnelle, qui semble n’appartenir qu’à une zone circonscrite aux diocèses lorrains. Le plus important demeure toutefois de découvrir, à travers ce patronage particulier de saint Joseph, qu’il apparaît aux yeux de certains de ses dévots, dès la première moitié du xviie siècle, comme un modèle de vie chrétienne proposé aux laïcs qui demeurent dans le « monde ». Il a en effet pratiqué à la perfection toutes les vertus que les fidèles sont invités à placer au cœur de leur existence, telles que l’humilité ou la chasteté, et son exemple est imitable puisque sa vie est d’abord caractérisée par l’accomplissement discret des tâches quotidiennes, loin des débordements mystiques qui accompagnent la vie spirituelle de certains saints de renom, sans même l’imposition volontaire de mortifications. De la sorte, saint Joseph peut apparaître comme le prototype d’une sainteté accessible à tous, comme le souligne le feuillant Pierre de Sainte-Marie dans un texte déjà cité. L’entrée dans une confrérie qui lui est dédiée, c’est prendre un engagement plus solennel à l’imiter et à modeler son comportement sur celui de ce saint pour cheminer vers le salut, dans l’assurance de sa protection et de son aide.

  • 36 Évidemment, il faudrait s’arrêter sur la construction de cette image, d’autant plus conforme au mes (...)

26Fondamentalement, le développement de la dévotion à saint Joseph, auquel s’emploient les membres de très nombreuses familles religieuses, pourrait ainsi s’expliquer par la place qu’il est susceptible d’occuper dans l’entreprise de disciplinement de la société que conduit l’Église à l’âge de la Réforme catholique, dans une double dimension, à la fois spirituelle et morale. À cet égard, le culte de saint Joseph occupe peut-être une place à part par rapport à celui des autres saints, qu’ils soient vénérés depuis longtemps ou proposés à la piété des fidèles plus récemment, dans la mesure où l’image qui en est proposée se trouve parfaitement en phase avec les grands objectifs du catholicisme tridentin36. L’étude des pratiques que les confréries proposent aux fidèles qui s’enrôlent dans leurs rangs devrait permettre de vérifier cette hypothèse.

Être dévot de saint Joseph

  • 37 Archives départementales de l’Oise, G 109 (la confrérie est érigée en 1657).
  • 38 L’establissement de la confrairie de Saint Joseph Espoux de la Sacrée Vierge, dans l’Eglise des Rel (...)
  • 39 Joseph Garin, En Savoie. Une paroisse et une communauté rurale avant la Révolution. Histoire de Che (...)
  • 40 Devotion envers Saint Joseph. Avec les Prières du matin et du soir, et celles des Voiageurs, et des (...)
  • 41 En revanche, la confrérie des charpentiers de Rome limite la solennisation à des manifestations col (...)

27Comme l’ensemble des confréries placées sous le vocable d’un saint, les confréries de saint Joseph proposent généralement à leurs membres d’honorer particulièrement la fête de leur patron. Ainsi propose-t-on, comme à Beauvais par exemple, de faire célébrer une messe aux dépends de la confrérie37. À l’Hôtel-Dieu de Gonesse, la confession et la communion sont recommandées ce jour, ce qui permet de gagner l’indulgence plénière38. Souvent aussi, comme dans le cas de Chevron-en-Tarentaise, une procession est organisée le jour de la fête39. Dans certains cas, les célébrations durent plusieurs jours, comme à Castelnuovo, où la confrérie solennise la fête du Patronage de saint Joseph, le troisième dimanche après Pâques, par une neuvaine avec – tous les jours – exposition solennelle du Saint-Sacrement et récitation de prières. À Troyes, dans les statuts de 1694, les exigences individuelles sont plus importantes : les confrères jeûneront ou s’imposeront une autre mortification la veille, ils communieront, liront la vie du saint ; de plus, ils sont invités à « prier plus qu’à l’ordinaire, et s’occuper saintement le reste de la journée40 ». On perçoit, à travers ces quelques notations, que les confréries de saint Joseph participent pleinement, avec beaucoup d’autres, au développement de la pratique sacramentelle et de la prière personnelle qui caractérise l’âge de la Réforme catholique41.

  • 42 L’establissement de la confrairie, op. cit, p. 22.
  • 43 À Brentonico, chacun des confrères doit faire célébrer une messe dans les quinze jours qui suivent (...)
  • 44 Cette pratique se rencontre par exemple à Rouen (La devotion a saint Joseph, op. cit, p. 62).

28D’autres pratiques encore sont partagées avec les autres types d’associations pieuses, telle l’expression de la solidarité spirituelle qui accompagne la mort d’un confrère. Dès l’annonce de l’agonie de l’un des membres, chacun est généralement invité à se rendre à l’église ou à prier « en son particulier ». À Castelnuovo, dans le diocèse de Lucques, par exemple, lorsque la cloche est sonnée pour annoncer l’agonie de l’un des confrères, le Saint-Sacrement est exposé solennellement sur l’autel de saint Joseph et des prières sont récitées, en utilisant le livret imprimé à cet effet, afin d’implorer sur le moribond les grâces « che tanto ci sono necessarie per fare un felice passagio dal mondo all’eternità ». Cela se pratique aussi à Gonesse, où ceux qui le peuvent accompagnent aussi le Saint-Sacrement lorsqu’il est porté aux malades42. Puis, lorsque le décès est survenu, prières et messes font partie des obligations43 ; souvent aussi, une messe est célébrée le lendemain de la fête de saint Joseph à l’intention des confrères décédés44. Ce n’est pas par ces pratiques, largement répandues dans le monde des confréries et adoptées par l’ensemble des confréries de saint Joseph, que se singularisent celles qui se consacrent plus particulièrement à l’assistance spirituelle des agonisants. C’est l’extension des destinataires de leurs prières – l’ensemble des fidèles à l’agonie, et non les seuls membres de l’association – qui les range dans une catégorie spécifique.

  • 45 L’establissement de la confrairie, op. cit, p. 19-20 et 48. Le choix du troisième dimanche du mois (...)
  • 46 Devotion envers Saint Joseph, op. cit, p. 4-5.
  • 47 La devotion a saint Joseph, op. cit, p. 62.
  • 48 Pierre de Sainte-Marie, La dévotion de saint Joseph, op. cit, p. 221.

29Une première originalité des confréries de saint Joseph pourrait bien résider dans l’intensité des pratiques proposées à leurs membres, surtout en regard des autres associations pieuses placées sous le vocable d’un saint. À Gonesse, dès 1665, il est demandé d’adresser une prière à Joseph matin et soir, en utilisant une « salutation » calquée sur l’Ave Maria ; de plus, il est recommandé de réciter le petit office une fois par semaine, outre la participation à une procession mensuelle, qui a lieu le troisième dimanche du mois45. À Troyes, les exigences sont très proches : les litanies tous les jours, la récitation hebdomadaire du petit office, le choix d’un jour de la semaine pour honorer particulièrement le saint46. À Rouen, on récite les litanies le mercredi et le petit office le dimanche47. Dans son traité déjà cité, le feuillant Pierre de Sainte-Marie fournit de nombreuses suggestions de prières et de méditations, parmi lesquelles il convient peut-être de retenir particulièrement son insistance sur les litanies comme support des prières et des méditations. S’adressant aux dévots, il les leur présente comme un « magasin dont vous pouvez tirer à toute heure, et à toute occasion, de nouveaux sujets d’honorer et de servir le grand saint Joseph et de vous enflammer toujours de plus en plus en sa dévotion48 ».

  • 49 L’establissement de la confrairie, op. cit, p. 63.
  • 50 Les honneurs rendus à saint Joseph, op. cit, p. 99.
  • 51 Devotion envers Saint Joseph, op. cit, p. 10.

30Comme le suggère un tel discours, l’abondance des prières proposées constitue le moyen de nouer une relation intime avec le saint, à un degré et selon des modalités qui semblent ne se rencontrer que rarement hors de ce cas. L’expression la plus forte en est peut-être ce vœu à saint Joseph que proposent beaucoup de confréries à leurs membres, comme à Gonesse où le dévot s’adresse au saint en lui demandant de « recevoir mon cœur que je consacre par hommage à vos excellences, par soumission à vos mérites, par reconnaissance à vos bienfaits, et par le devoir de ma profession49 ». Parfois, comme à Toul, c’est le jour de l’entrée dans la confrérie que le fidèle prend Joseph comme « premier Patron et principal protecteur », promesse qu’il renouvelle chaque année le 19 mars50. À Troyes, on ne rencontre pas de formule précise, mais chaque confrère est toutefois invité à considérer le saint comme « avocat singulier durant toute sa vie51 ». Dans tous les cas, quelle que soit la formule retenue, l’engagement est très fort, créant un véritable lien de dépendance à l’égard de saint Joseph en même temps qu’est affirmée une totale confiance en lui. Avec ces confréries, la pratique traditionnelle du vœu retrouve un sens très fort : la protection attendue s’étend à tous les instants et non à un épisode difficile de l’existence ; en échange, c’est d’un don total de soi qu’il s’agit, assorti d’une vénération quotidienne du saint. Le chanoine Dognon assigne clairement cet objectif aux associations pieuses :

  • 52 Richard Dognon, Le Modelle du mesnage heureux, op. cit, p. 290-291.

Les devots d’un Sainct, dans la Confrerie duquel ils sont associez, sont plus proprement ses serviteurs, que les autres : car ils sont ses domestiques, et les autres ne sont qu’estrangers ; ils sont, comme par profession, et par obligation, ce que les autres ne sont qu’avec liberté. D’où vient que, comme les actions qui se font par vœu, sont estimées plus nobles que les autres, parce qu’en vouant on consacre, et ses actions et sa liberté tout ensemble à Dieu, et qu’on se met en état de ne pouvoir autrement faire. Aussi les exercices de piété, ausquels on s’oblige dans les Confreries, en l’honneur du Sainct, qui en est patron, tirent de cette obligation une bonté particuliere, que les autres n’ont pas, et c’est ce que signifie proprement le mot de devotion, qui originairement ne s’applique qu’aux choses devoüées, et qui sont comme voüées52.

31Certes, le discours du chanoine semble avoir une portée générale et valoir pour toutes les confréries. Il n’en est pas moins intéressant que ce soit précisément à propos de la dévotion à Joseph qu’il expose cette conception d’un lien particulièrement fort entre le dévot et le saint par le vœu, d’autant qu’il convient de souligner qu’à la même époque – et peut-être même légèrement antérieurement – se développe également l’usage de vœux collectifs à saint Joseph. Des villes et des villages se placent sous son patronage, notamment dans les régions dévastées par la guerre entre la France et l’Espagne au milieu du xviie siècle.

32La fréquence des vœux peut trouver une explication dans l’insistance de la littérature pieuse sur les avantages particuliers du recours à Joseph. Le livret de Rouen, par exemple, théoriquement destiné à une confrérie de la Bonne Mort, propose un discours beaucoup plus général sur la relation que les fidèles peuvent et doivent entretenir avec Joseph, expliquant que lui sont dus honneur, confiance et reconnaissance. Le lien qui unit les fidèles à ce saint est présenté comme sans équivalent, puisqu’il les

  • 53 La devotion à saint Joseph, op. cit, p. 44-47.

regarde comme les serviteurs, les amis et les frères de celui dont il eut l’honneur d’être appellé Père ; […] comme enfans de sa sainte Epouse, et comme des Personnes pour qui il a conservé et sacrifié toute ensemble la vie du Sauveur ». Jamais il ne faut oublier qu’il a « un pouvoir de Père, et d’un Père plein de tendresse pour ses enfans, plein de compassion pour leur misère53.

  • 54 Devotion envers Saint Joseph, op. cit, p. 3.
  • 55 On sait que dans la langue du xviie siècle, le mot « image » peut désigner une représentation en de (...)

33Un autre trait distinctif de la dévotion à saint Joseph dans les confréries qui lui sont dédiées est la place accordée à l’image comme support de la dévotion. Les statuts de plusieurs d’entre elles stipulent dès leur premier article qu’il convient de posséder une image. Il en est ainsi à Reims, ou encore à Troyes, avec dans ce dernier cas une notation intéressante : le dévot la conservera « dans son oratoire ou sa chambre ou son livre de prières54 ». Cette image, qui peut donc être une gravure de petit format (pour pouvoir être conservée dans le livre), est toujours liée à l’espace de l’intime : elle prend place dans l’espace privé, et même intime, n’étant pas destinée à une pièce de la maison d’usage collectif. La prescription des règlements de confréries fait écho à d’autres textes traitant eux aussi des images. La plupart des auteurs de traités de dévotion au saint recommandent également d’en conserver une, faisant régulièrement référence à l’usage de Thérèse d’Avila55, et rapportant, pour certains d’entre eux, que la tradition veut que François de Sales n’avait qu’un seule image dans son bréviaire à la fin de sa vie, précisément de saint Joseph. Le jésuite Étienne Binet, pour sa part, recommande au dévot le comportement à adopter face à l’image du saint : « Parlez luy privément, comme si vous le voyez en propre personne ». Indubitablement, l’image revêt donc deux fonctions : d’un côté, selon une conception courante, elle assure de la protection du saint – peut-être plus particulièrement l’espace privé – et rappelle en même temps les engagements pris à son égard ; d’un autre côté, l’insertion de Joseph dans l’intimité du fidèle se concrétise par le dialogue familier qui s’engage avec lui grâce au support de l’image.

  • 56 ASVR, Agon.
  • 57 On notera ici que les confréries de saint Joseph comme patron des agonisants, lorsqu’elles suggèren (...)
  • 58 Devotion envers Saint Joseph, op. cit, p. 4.
  • 59 Indulgences de la confrerie du Glorieux Patriarche S.Joseph, erigée en l’Eglise Paroissiale de Nost (...)

34Le dialogue qui s’engage de la sorte est nourri par la méditation, dont la forme rudimentaire est assez souvent constituée de la dévotion aux sept douleurs et sept allégresses de Joseph, qui invite à méditer sur celles-ci pendant la récitation quotidienne de sept Pater et sept Ave, selon le modèle fourni par la pratique du Rosaire. C’est par exemple ce qui est recommandé aux confrères de Camporosso, dans le diocèse de Vintimille56. La place particulière accordée à cette dévotion tient au fait que, comme le souligne Paul de Barry, elle a été enseignée par Joseph lui-même à deux franciscains qu’il a miraculeusement sauvés d’un naufrage. D’une manière plus générale, les ouvrages destinés aux confrères contiennent ordinairement des chapitres présentant la vie et les vertus de Joseph pour nourrir leur méditation, mais aussi pour les guider dans la voie de l’imitation des vertus du saint, car tel est bien, de manière évidente la finalité de la méditation57. À Troyes, où cette pratique est soigneusement recommandée, les confrères sont invités à porter particulièrement leur dévotion sur l’un des mystères de la vie de Joseph58. Quant à la confrérie de Bruxelles, son règlement de 1679 présente ses membres « non seulement honnorants et invoquants saint Joseph comme Patron, mais aussi l’imitants comme exemplaire et modèle de toutes les vertus chrétiennes59 ».

  • 60 Voir Philippe Martin, « Des confréries face au livre (1750-1850) », dans Bernard Dompnier et Paola (...)
  • 61 Étienne Binet, Tableau des divines faveurs faites à saint Joseph, Paris, 1634, p. 344.
  • 62 On trouvera des remarques à ce sujet à propos des confréries des agonisants et de l’Agonie du Chris (...)

35Apparemment, par ces divers aspects, les livrets des confréries de saint Joseph se distinguent au sein du genre littéraire auquel ils se rattachent, preuve supplémentaire de l’importance de l’intériorité dans la dévotion à ce saint60. On peut aussi rapprocher de ces observations le fait qu’un certain nombre61 de groupements qui se placent sous la protection de ce saint préfèrent le titre d’association à celui de confrérie, nuance qui – de plus en plus – sert à exprimer la priorité accordée aux exercices individuels sur les manifestations collectives de la piété, à la méditation sur la récitation de formules de prières62. Tel est par exemple le cas du groupement dévot qui fait publier un livret à Rouen en 1721.

  • 63 Devotion envers Saint Joseph, op. cit, p. 13-14. Il est aussi recommandé de prendre en charge l’ens (...)
  • 64 La devotion a saint Joseph, op. cit, p. 62.

36Toutefois, cette piété incorpore aussi fréquemment une dimension de charité active. À Troyes, les membres de la confrérie sont exhortés à instruire « leurs gens des choses nécessaires à salut », en suivant l’exemple de Joseph, qui a pris soin de l’éducation de Jésus enfant63. À Rouen, chaque confrère est invité à faire l’aumône ou à assister un pauvre au moins une fois par semaine64. La charité à l’égard des pauvres est aussi présentée comme une manière d’honorer Jésus, Marie et Joseph, comme l’enseigne Vincent Ferrier, en rapportant l’histoire de ce marchand de Valence qui, tous les ans, pour Noël, recevait trois pauvres à sa table – un homme, une femme et un enfant – et en fut récompensé à l’heure de son trépas. Enfin, troisième domaine de la charité : l’assistance matérielle et spirituelle des agonisants à laquelle sont invités les confrères. Ce volet complète le précédent : l’imitation de Joseph doit se traduire en gestes concrets, d’autant qu’il est un saint de l’action concrète, à la fois quotidienne et discrète, telle que doit la pratiquer le chrétien.

37L’étude conjointe des sources sérielles (registres d’agrégations aux archiconfréries, archives de la Secrétairerie des Brefs) met ainsi en évidence l’existence de divers modèles de confréries de saint Joseph, renvoyant à divers modèles dévotionnels. En particulier, à côté des confréries des Agonisants et de la Bonne Mort – et même plus exactement avant elles – naissent des groupements qui proposent Joseph en modèle des époux et de la fonction paternelle, fonction qui était à peu près vacante. Ceux-ci présentent des aspects nouveaux par rapport aux institutions confraternelles traditionnelles, par l’insistance sur la relation personnelle avec le saint, qui se traduit notamment par la place qu’ils accordent à l’image de piété ; la dévotion privée et l’exigence d’imitation occupent une place importante dans leurs objectifs, l’engagement du fidèle se fait par vœu. D’une certaine manière, l’ancien cadre de sociabilité confraternelle, s’il est conservé, se trouve investi de finalités nouvelles. La mutation de confréries de métier en confréries de dévotion trouve sans doute là un cadre interprétatif.

38Mais il est frappant de constater que les deux types de confréries de saint Joseph semblent réussir très inégalement. Celles où il est vénéré comme patron de la Bonne Mort connaissent un succès croissant, en écho au message de la Réforme catholique sur les fins dernières, sur lequel elles apportent un intéressant éclairage. L’adhésion à ces groupements dévots éloigne la crainte des fins dernières, en donnant l’assurance d’un patronage puissant et efficace, celui d’un saint à qui Jésus a obéi et auquel il ne refuse rien. En revanche, le second type de confrérie – que l’on est tenté d’appeler de « pure dévotion » – semble bénéficier d’un succès limité dans le temps et connaître son apogée à l’époque de « l’invasion dévote » qui couvre un grand second tiers du xviie siècle, au moment où la littérature dévotionnelle consacrée à Joseph est aussi la plus abondante. Trois hypothèses peuvent être avancées pour expliquer la brève visibilité de cette catégorie de confréries. La première renvoie aux exigences spirituelles qui sont les siennes et qui lui interdisent peut-être une durable implantation hors des élites dévotes, qui semblent bien constituer son premier public. D’un autre côté – et c’est la deuxième hypothèse – ces confréries qui réduisent la part des pratiques collectives peuvent en quelque sorte être mortes de la logique qu’elles portaient en elles ; elles n’auraient ainsi constitué qu’une étape dans la familiarisation avec la dévotion de saint Joseph, qui s’inscrit ensuite toute entière dans la piété individuelle, sans le support de structures confraternelles. Enfin, on peut encore supposer que les confréries de la Bonne Mort, sous le patronage de saint Joseph, en appelant leurs membres à se préparer à la mort tout au long de leur vie, ont intégré la dimension de conformation aux vertus de saint Joseph qui était au cœur du projet de l’autre type de confréries. Quoi qu’il en soit, le mouvement confraternel dans son ensemble traduit à la fois l’irruption d’un culte nouveau du père terrestre de Jésus au xviie siècle, dont témoignent aussi d’autres indices, et son extension progressive à l’ensemble de la catholicité. Il rend compte aussi d’une nouvelle relation au saint, à la fois plus intime et plus exigeante moralement. Le succès de la dévotion à saint Joseph repose sans doute sur son aptitude à répondre à de telles attentes.

Notes

1 Gerson est à la fois l’auteur d’un long poème (la Summa Josephina) et de sermons. Pour les aspects liturgiques du culte, non abordés ici, on se reportera toujours à Paul Lucot, Saint Joseph. Étude historique sur son culte, Paris, 1875. Pour une bibliographie d’ensemble, Roland Gauthier, Bibliographie sur saint Joseph et la sainte Famille, Montréal, 1999.

2 La fête de saint Joseph n’est inscrite au calendrier universel de l’Église qu’à partir de 1621, et elle ne devient fête de précepte dans les différents diocèses que très progressivement au cours du xviie siècle.

3 Jean Delumeau, Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois, Paris, 1989.

4 Pierre de Sainte-Marie, La dévotion de saint Joseph, Paris, 1631, p. 19-20.

5 Pour une présentation d’ensemble des possibilités offertes par l’exploitation des brefs d’indulgences, Marie-Hélène Froeschlé-Chopard et Françoise Hernandez, « Les dévotions des confréries, reflet de l’influence des ordres religieux », dans Dimensioni e problemi della ricerca storica, 1994, 2, p. 104-126 ; Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, « Dévotions et confréries aux xviie et xviiie siècles d’après les sources vaticanes », dans Claude Langlois et Philippe Goujard (dir.), Les confréries du Moyen Age à nos jours. Nouvelles approches, Rouen, 1995 (Cahiers du GRHIS, 3), p. 23-40 ; Bernard Dompnier et Françoise HERNANDEZ, « Fêtes des confréries, calendrier liturgique et dévotions (XVIIe et xviiie siècles) », dans Marc Venard, Dominique Julia (éd.), Sacralités, culture et dévotionBouquet offert à Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, Marseille, 2005, p. 171-191.

6 Richard Dognon, Le Modelle du mesnage heureux en l’histoire du mariage de Sainct Joseph. Avec la prattique de sa devotion et l’imitation des douze traits principaux de sa perfection, Paris, 1633, p. 290.

7 Sur cette question, on consultera particulièrement Jean Delumeau, Le péché et la peur. La culpabilisation en Occident, Paris, 1983.

8 On sait par exemple que les jésuites commençaient traditionnellement leurs missions par un sermon sur la mort.

9 Summa de donis sancti Joseph sponsi beatissimae Virginis Mariae, Pavie, 1522.

10 Cité dans Jean Delumeau, Rassurer et protéger..., op. cit., p. 347.

11 Archivio storico du Vicariat de Rome, Archiconfrérie des Agonisants, Agrégations, non coté (voir la note 14).

12 Émile Mâle, L’art religieux après le concile de Trente. Étude sur l’iconographie de la fin du xvie, du xviie et du xviiie siècles, Paris, 1932.

13 Marie-Hélène FROESCHLÉ-CHOPARD, Espace et sacré en Provence. XVIe-XXe siècle. Cultes, images, confréries, Paris, 1994, p. 259-264.

14 Les archives de cette archiconfrérie sont aujourd’hui conservées à l’Archivio storico du Vicariat de Rome. On y trouve en particulier (liasse 13) un « Libro de Privilegii, Capitoli, Statuti e Regola appartenenti all’erettione della Compagnia della Natività di N.Signore Giesù Cristo […] » qui apporte aussi d’utiles indications sur l’esprit de cette institution. Il y est en particulier expliqué qu’ont été pris comme « Avvocati e Protettori » ceux qui « più d’ogn’altro si veggono vicini, accetti e grati al Salvatore del Mondo, cioè la Beatissima Sempre Vergine Maria, e San Gioseppe suo dilettissimo Sposo » (p. 8). Le 19 mars fait partie des fêtes où les confrères obtiennent des indulgences (p. 27). Les dévotions de la confrérie sont présentées dans Orazioni particolari, che si recitano da i Fratelli della Venerabile Archiconfraternita della Santissima Natività di N. Sig. Gesù Cristo, Rome, 1748. La partie du fonds la plus utilisée ici est celle des agrégations à l’archiconfrérie, non cotée (désormais ASVR, Agon.). Présentation générale de la confrérie et de ses archives dans Luigi Fiorani (dir.), Storiografia e archivi delle confraternite romane, Rome, 1985 (Ricerche per la storia religiosa di Roma, 6), p. 221-222.

15 ASVR, Agon. On peut aussi relever une confrérie du « Sauveur agonisant sous le vocable et la protection de saint Joseph » (Grenoble, 1654), ou encore, la même année une confrérie « sous le titre de Notre Seigneur Jésus Christ agonisant sur la Croix sous la protection de saint Joseph » (dans l’église des Récollets d’Apt). Ces titulatures complexes se rencontrent plutôt pour les plus anciennes confréries agrégées (milieu du xviie siècle), ce qui rend d’autant plus curieuse la dénomination de celle de Lanslebourg. Parmi les titulatures complexes, qui associent saint Joseph à d’autres protecteurs, on relèvera celle de la confrérie de Castelleto Adorno (1687), qui mentionne aussi la Vierge « lagrimosa », l’ange gardien et Jean-Baptiste, celle de Montechiaro (1680) où Joseph est associé à la Vierge de l’Assomption, l’ange gardien, François Xavier et Philippe Néri, ou encore celle de Villafranca, où se rencontre une « compagnia detta degli Agonizzanti sotto il Patrocinio ed invocazione della Beatissima Vergine Maria, di S.Giuseppe e di S.Antonio da Padova ».

16 Ces autres protecteurs peuvent aussi être invoqués séparément de Joseph. Ainsi Jacques Coret, l’auteur du célèbre Ange conducteur, publie-t-il aussi un livret intitulé Association pour bien mourir, sous la protection des saints anges gardien. Avec les choses qu’il faut observer pour en être. L’édition consultée (Paris, 1733) est la quatorzième, indice du succès rencontré.

17 L’ouvrage est publié à Avignon en 1681. L’auteur souligne que les trois saints qu’il retient ont comme trait commun d’avoir été « presque cachez seize siecles aux Fideles ; […] amateurs particuliers de la vie cachée, il semble aussi qu’ils ont obtenu de Dieu d’estre comme inconnus si long-temps ».

18 La nouvelle voye, op. cit., préface non paginée. Contrairement à ce que pourrait laisser penser ce passage, l’ouvrage de Chaulardy est un traité de spiritualité, s’adressant à un public de dévots entraînés à la méditation, et non un manuel proposant de simples exercices pieux.

19 Les Prieres pour les Agonizans, et l’office propre de Saint Joseph. Avec les Regles et les Statuts de la Confrérie des Agonizans […] de la ville de Tonnerre, Paris, 1767, p. IV, 1 et 7.

20 La devotion a saint Joseph, op. cit., p. 52 et 76. Cette confrérie a obtenu un bref d’indulgences en 1720.

21 ASVR, Agon. Le texte est de 1729.

22 Pour une analyse détaillée des typologies et des « contaminations », on se reportera à la communication de Françoise Hernandez, « Être confrère des Agonisants ou de la Bonne Mort aux xviie et xviiie siècles » dans Bernard Dompnier et Paola Vismara (dir.), Confréries et dévotions dans la catholicité moderne (mi xve – début xixe siècle), Rome, École française de Rome, 2008, p. 311-338.

23 Ce comptage ne tient pas compte des titulatures liées à la dévotion à la Sainte Famille, dévotion différente de celle à saint Joseph.

24 Pour des raisons de classement de la documentation, l’enquête ne débute qu’en 1653 lorsque les brefs d’indulgences des confréries font l’objet de registres séparés.

25 Cette hypothèse est confortée par le fort engagement des feuillants parisiens dans la sphère politique, notamment comme théoriciens du pouvoir. Voir la thèse de Benoît Pierre, Les réseaux cléricaux dans la construction de l’Etat moderne. La congrégation franco-italienne des Feuillants (XVIe-XVIIIe siècle), thèse dactyl. (Florence, Institut universitaire européen, 2002).

26 Gilles Sinicropi, « “Un mont spirituel de piété”. L’association de saint Joseph et les carmes déchaux provençaux sous l’Ancien Régime », dans Provence historique, 52, oct.-déc. 2002, p. 435-458.

27 Richard Dognon, Le Modelle du mesnage heureux..., op. cit., p. 402.

28 La chronologie de ces premières fondations a été en grande partie établie d’après les notes personnelles de Roland Gauthier qui m’ont aimablement été communiquées par le Centre de documentation de l’Oratoire Saint-Joseph de Montréal.

29 On peut ainsi citer Andrès de Soto, franciscain, L’image de chasteté sur la vie et actions de saint Joseph, espoux de la Vierge Marie, 1601 (1ère éd., Valladolid, 1593) ; Étienne Binet, jésuite, Tableau des divines faveurs faites à saint Joseph, Paris, 1634 ; Paul de Barry, jésuite, La dévotion à saint Joseph, Paris, 1639 ; Jean Jacquinot, jésuite, La gloire de saint Joseph, Dijon, 1644. Sur l’ensemble des traités publiés par des religieux, Bernard Dompnier, « Les religieux et saint Joseph dans la France de la première moitié du xviie siècle », dans Ordres, saints et dévotions. France-Pologne, Clermont-Ferrand, 2003 (Siècles. Cahiers du CHEC, 16), p. 57-75.

30 Les sièges des confréries se répartissent globalement en trois grandes catégories : les églises conventuelles, les paroissiales et collégiales et, enfin, les oratoires, chapelles ou autres églises indéterminées. Cela signifie notamment qu’avec 43 % au milieu du siècle, les églises paroissiales sont déjà à cette date la catégorie la mieux représentée.

31 Les attestations explicites de ces évolutions sont rares. On peut toutefois mentionner ici, quoique tardif, un document concernant la confrérie de Camerino en 1758, dans lequel il est mentionné que la nouvelle confrérie de la Bonne Mort a été incorporée à la « Venerabile Compagnia di S.Gioseppe e Università de Falegnami » (ASVR, Agon.).

32 On trouvera des indications sur la confrérie romaine des charpentiers dans I. Lori Sanfilippo, La Roma des Romani. Arti, mestieri e professioni nella Roma del Trecento, Rome, 2001, p. 238. Les archives de cette confrérie sont conservées au Vicariat de Rome [ASVR] et contiennent notamment une esquisse manuscrite d’histoire de la confrérie (vol. 303). Voir à leur sujet Luigi Fiorani, Storiografia Storiografia, op. cit., p. 308-309. Apparemment, la confrérie a commencé à inscrire des personnes extérieures à la profession à partir de 1526, et le phénomène s’amplifie à partir de 1545 (ibid., vol. 302).

33 Les honneurs rendus à saint Joseph par l’Eglise Cathedrale et Ville de Toul. Avec les Regles de la Confrérie établie sous son invocation, Toul, 1651, p. 38.

34 Fixée au 23 janvier par le bréviaire romain, cette fête est célébrée le 22 dans certains diocèses.

35 Richard Dognon, Le Modelle du mesnage heureux, op. cit., p. 321 et suiv.

36 Évidemment, il faudrait s’arrêter sur la construction de cette image, d’autant plus conforme au message que les clercs souhaitent faire passer que les éléments strictement biographiques sur saint Joseph sont extrêmement réduits.

37 Archives départementales de l’Oise, G 109 (la confrérie est érigée en 1657).

38 L’establissement de la confrairie de Saint Joseph Espoux de la Sacrée Vierge, dans l’Eglise des Religieux de l’Ordre des Freres Prescheurs, dits Jacobins Reformez, de l’Hostel-Dieu de Gonesse, Paris, 1665, p. 21. À Brentonico (diocèse de Vérone), il est indiqué que ces pratiques doivent être accomplies « implorandum auxilium tempore mortis » (ASVR, Agon.).

39 Joseph Garin, En Savoie. Une paroisse et une communauté rurale avant la Révolution. Histoire de Chevron, t. 2, Paris, 1912, p. 93-94.

40 Devotion envers Saint Joseph. Avec les Prières du matin et du soir, et celles des Voiageurs, et des Agonizants, Troyes, 1694, p. 9.

41 En revanche, la confrérie des charpentiers de Rome limite la solennisation à des manifestations collectives, rapportées chaque année dans le registre de la confrérie ; au 19 mars 1649, par exemple, il est indiqué : « Fu tornata ordinaria dove si fece la festa del nostro Avvocato Sto Giuseppe con l’Aparato come è solito et primo Vespero et Messa Cantata et Molte Messe basse et secondo vespero con Musica il tutto ogni cosa ad honore de Iddio e del nostro Advocato Sto Giuseppe » (ASVR, confr. S. Giuseppe Falegnami, vol. 61).

42 L’establissement de la confrairie, op. cit, p. 22.

43 À Brentonico, chacun des confrères doit faire célébrer une messe dans les quinze jours qui suivent le décès de l’un d’eux (ASVR, Agon.).

44 Cette pratique se rencontre par exemple à Rouen (La devotion a saint Joseph, op. cit, p. 62).

45 L’establissement de la confrairie, op. cit, p. 19-20 et 48. Le choix du troisième dimanche du mois n’est pas sans exceptions, même s’il est assez répandu. À Castelnuovo (diocèse de Lucques), c’est le quatrième dimanche qu’a lieu une exposition solennelle du Saint-Sacrement à l’autel de saint Joseph, avec récitation de prières collectives (ASVR, Agon.).

46 Devotion envers Saint Joseph, op. cit, p. 4-5.

47 La devotion a saint Joseph, op. cit, p. 62.

48 Pierre de Sainte-Marie, La dévotion de saint Joseph, op. cit, p. 221.

49 L’establissement de la confrairie, op. cit, p. 63.

50 Les honneurs rendus à saint Joseph, op. cit, p. 99.

51 Devotion envers Saint Joseph, op. cit, p. 10.

52 Richard Dognon, Le Modelle du mesnage heureux, op. cit, p. 290-291.

53 La devotion à saint Joseph, op. cit, p. 44-47.

54 Devotion envers Saint Joseph, op. cit, p. 3.

55 On sait que dans la langue du xviie siècle, le mot « image » peut désigner une représentation en deux ou en trois dimensions. Si l’on peut penser que le conseil donné aux fidèles vise surtout à la possession de gravures, c’est une statue que portait Thérèse d’Avila avec elle lors des fondations de monastères.

56 ASVR, Agon.

57 On notera ici que les confréries de saint Joseph comme patron des agonisants, lorsqu’elles suggèrent à leurs membres la méditation comme moyen de préparation à la mort, n’évoquent guère saint Joseph dans les textes fournis comme support de la réflexion. Voir par exemple le cas de Rouen, où les dévots sont invités à se préparer à la mort par des exercices spécifiques le dernier mercredi de chaque mois (La devotion a saint Joseph, op. cit, p. 82-91).

58 Devotion envers Saint Joseph, op. cit, p. 4.

59 Indulgences de la confrerie du Glorieux Patriarche S.Joseph, erigée en l’Eglise Paroissiale de Nostre Dame Finis-Terrae, dans la tres-Noble Ville de Bruxelles, Bruxelles, 1679, p. 6.

60 Voir Philippe Martin, « Des confréries face au livre (1750-1850) », dans Bernard Dompnier et Paola Vismara (dir.), Confréries et dévotions dans la catholicité moderne (mi xve – début xixe siècle), Rome, École française de Rome, 2008, p. 39-59 ; mais aussi son ouvrage, Une religion des livres (1640-1850), Paris, 2003.

61 Étienne Binet, Tableau des divines faveurs faites à saint Joseph, Paris, 1634, p. 344.

62 On trouvera des remarques à ce sujet à propos des confréries des agonisants et de l’Agonie du Christ dans l’étude de Françoise Hernandez, « Être confrère des Agonisants... », art. cité

63 Devotion envers Saint Joseph, op. cit, p. 13-14. Il est aussi recommandé de prendre en charge l’enseignement des prières du matin et du soir à un enfant.

64 La devotion a saint Joseph, op. cit, p. 62.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 Les confréries de saint Joseph dans les agrégations à l’archiconfrérie des Agonisants
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/4042/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Graphique 2 Géographie des confréries de saint Joseph
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/4042/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Graphique 3 Les concessions de Brefs par grandes aires géographiques
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/4042/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Graphique 4 La dévotion à Saint Joseph. Évolution par espace géographique
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/4042/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search