Version classiqueVersion mobile

Missions, vocations, dévotions

 | 
Bernard Dompnier

Le culte et les dévotions

Les Jésuites et la dévotion populaire

Autour des origines du culte de saint Jean-François Régis (1641-1676)

Note de l’éditeur

Article publié dans Les Jésuites parmi les hommes aux xvie et xviie siècles (Clermont-Ferrand, 1985), 1987, p. 295-308.

Texte intégral

1L’historiographie de la Compagnie de Jésus en France ne s’arrête généralement guère sur l’activité déployée par les Pères dans les campagnes. Il est vrai que les documents eux-mêmes sont souvent très laconiques à ce sujet. Et pourtant, ces excursiones – expéditions conduites depuis la Ville en direction de cet Autre qu’est le monde rural – occupèrent au moins temporairement un nombre non négligeable de Pères en résidence dans les collèges ; elles furent un des principaux moyens dont ils disposèrent pour vivre la vocation missionnaire à laquelle tout Jésuite était appelé. Apud uos sunt Indiae, répondit plus d’une fois le Général à des Pères brûlant du désir de franchir les mers dans un but apostolique.

2Parmi les missionnaires de l’intérieur, il en est un qui fut proclamé saint par l’Église moins d’un siècle après sa mort, privilège dont ne bénéficient guère à l’époque moderne que les fondateurs d’Ordre ou les martyrs. Ce Jésuite, Jean-François Régis, mort le dernier jour de 1640 dans le petit village de Lalouvesc (actuel département de l’Ardèche), fut canonisé en 1737, après avoir été béatifié en 1716. La vénération populaire qui l’avait entouré de son vivant se mua en dévotion après son décès. Ce culte spontané explique en bonne partie la rapidité avec laquelle saint Régis fut porté sur les autels. Sa mémoire ne pouvait s’éteindre tant les foules venaient nombreuses sur sa tombe. De plus, chaque année apportait sa brassée de miracles attribués au bon Père, survenus dans des régions parfois fort éloignées du Vivarais et du Velay, qui avaient été le principal théâtre de son apostolat.

  • 1 Georges Guitton, S.J., Saint Jean-François Régis, Paris, 1937, p. 8.
  • 2 Claude La Broüe, S.J., La vie du Révérend Père Jean-François Régis, de la Compagnie de Jésus, 1ère (...)

3On est évidemment tenté de s’interroger sur le rôle que purent jouer les Jésuites dans la canonisation de l’un des leurs. Le meilleur biographe de Régis, le Père Georges Guitton, soutient catégoriquement que « nul ne saurait [...] prétendre que son culte ait été “poussé” par les religieux de son ordre1 ». Les documents conservés aux archives romaines de la Compagnie nous ont semblé inviter à nuancer ce point de vue. En complétant leurs indications par la lecture de la plus ancienne biographie de Régis et la consultation des pièces de la première enquête canonique, effectuée en 16762, on dispose d’un faisceau de renseignements sur le rôle joué par la Compagnie dans la diffusion du culte de ce saint, bien avant l’ouverture de toute procédure de béatification. En filigrane de cette entreprise de promotion, se pose pour l’historien la question de l’attitude des Jésuites à l’égard de la conception populaire des pouvoirs thaumaturgiques des saints.

4Si la naissance du culte de Jean·François Régis permet de poser sous un angle original les rapports de la Compagnie avec les formes populaires de dévotion, c’est parce que celles-ci sont ici premières chronologiquement. Régis était mort en 1640 et son corps fut enseveli dans l’église du lieu de son décès, parce que la saison ne permettait pas de le transporter au collège du Puy, où il aurait dû logiquement être inhumé. Il semble bien que par la suite les Jésuites de cette ville aient tenté de reprendre possession de la dépouille, mais ils se heurtèrent à l’opposition des habitants de Lalouvesc, qui entendaient bien la conserver chez eux. Le Père Bonnet, second biographe de Régis, écrit :

  • 3 Cité in S.R.M. [=Saint François Régis et sa mission. Bulletin du pèlerinage de Lalouvesc], n° 15, p (...)

Ils pensèrent qu’on ne devait pas facilement se défaire d’un gage si précieux, que Dieu en ses desseins leur avait confié3.

  • 4 Jean Delumeau, Un chemin d’histoire. Chrétienté et christianisation, Paris. 1981, p. 180.

5Telle est sans doute la première marque de la dévotion populaire au Père Régis. Pour les habitants de Lalouvesc, la présence de son corps chez eux leur assurerait à coup sûr protection et faveurs surnaturelles. Cela s’explique par la réputation que s’était acquise le Jésuite au cours de ses missions rurales. De son vivant, les populations du Vivarais et du Velay l’appelaient déjà « le saint » ou « le saint Père » ; les foules accouraient des environs lorsqu’il s’arrêtait dans une paroisse ; divers miracles lui avaient été attribués, de la guérison de malades à la conversion de pécheurs impénitents. Une telle réputation de sainteté n’est pas un phénomène unique ; divers missionnaires en bénéficièrent. Sans doute faut-il l’attribuer au « choc des missions4 » : par son comportement (la « vie à l’apostolique »), comme par sa prédication simple et son appel à la pénitence, le missionnaire du premier xviie siècle apparut bien souvent comme l’homme de Dieu par excellence ; les ruraux virent alors en lui un homme hors du commun, doté de pouvoirs extraordinaires. Pour Régis peut-être plus que pour d’autres, l’attachement à sa personne tient aussi à son amour pour les plus pauvres et à son entier dévouement à leur service. Parmi les miracles qui furent retenus lors de la première enquête canonique figurent notamment les diverses multiplications du grain conservé dans un coffre dont il avait la charge au Puy, à l’intention des pauvres.

6Rien d’étonnant dès lors à ce que les miracles se soient multipliés après son décès. Dans la première édition de son ouvrage, publiée dix ans après la mort de Régis, La Broüe en présente déjà 52. Certains ont lieu sur sa tombe, d’autres au Puy, auprès du confessionnal où il administrait le sacrement de Pénitence, d’autres enfin dans diverses localités du Vivarais, du Velay ou des régions avoisinantes. Un seul a lieu hors de cette zone, dans le diocèse de Pamiers.

7À travers ces premiers miracles, Régis apparaît d’emblée comme un guérisseur, à l’instar des saints thérapeutes qui tiennent alors une si grande place dans la piété populaire. Mais il n’a pas de spécialité particulière. Si les guérisons les plus fréquentes ont trait à des fièvres ou des paralysies totales ou partielles, le pouvoir de Régis s’avère aussi efficace pour des ulcères, des maux d’estomac, la gale, les pleurésies ou les hémorragies. La Broüe précise ici ou là que le recours à Régis a lieu après que tous les moyens humains eurent été épuisés et même parfois après que l’imploration d’autres saints, comme la Vierge de Montaigu, n’eut pas apporté d’amélioration de l’état du malade. L’invocation populaire de Régis correspond donc à une attente du miracle, à une délivrance surnaturelle de maux réputés incurables.

8Pour obtenir ces guérisons, divers procédés sont mis en œuvre. Il y a d’abord le pèlerinage au tombeau, accompagné souvent d’une confession et d’une communion à Lalouvesc ; parfois un membre de sa famille effectue le pèlerinage pour le malade intransportable. Dans d’autres cas, le malade fait le vœu d’une neuvaine, soit accomplie immédiatement, soit promise après la guérison espérée. Parfois aussi, sans autre précision de La Broüe, le malade se voue à Jean-François Régis.

  • 5 A.R.S.I. [=Archivum Romanum Societatis Iesu], Tolos. 18, f° 83 v° (1651).

9Mais dans la plupart des cas, la guérison est attendue du contact. Contact du confessionnal, dans lequel on assoit les enfants malades5, contact de morceaux de la soutane de Régis, que distribuent les habitants de Lalouvesc et que le malade porte sur lui, contact surtout de la terre de la tombe de Régis. Les deux premiers miracles que rapporte La Broüe font état de la valeur accordée à ce contact : le premier miraculé, venant à Lalouvesc, se couche sur la tombe ; le deuxième frotte ses ulcères à la jambe avec de la terre prise sur cette même tombe. Rapidement, chaque pèlerin semble repartir de Lalouvesc avec quelques pincées de la précieuse terre qu’il donnera aux malades de son entourage pour être appliquée sur la partie du corps atteinte, ou encore absorbée avec de l’eau. La Broüe écrit à ce propos :

  • 6 S.R.M., n° 15, p. 15.

On enlève la terre de son tombeau en si grande quantité pour la guérison des malades, qu’à moins que d’y en remettre de temps en temps, la dévotion du peuple l’aurait déjà déterré cent fois6.

  • 7 A.R.S.I., Tolos. 18, f° 104 v°.

10Et la relation du collège d’Aurillac pour l’année 1656 ajoute que « la poussière du tombeau agit pour de très nombreux malades comme une panacée7 ». Malgré les difficultés à analyser les ressorts profonds de la religiosité populaire, il semble donc évident que le miracle est autant – sinon plus – attendu de la vertu immédiate de cette terre ou de tout objet ayant été directement en contact avec Régis que de son intercession, au sens que lui donne la théologie catholique.

  • 8 Tolos. 18, f° 92.

11Toujours est-il que le miracle appelle l’attente du miracle et renforce la réputation de sainteté. Lalouvesc devient un lieu de pèlerinage important. Dès 1653, douze ecclésiastiques ne suffisent pas pour entendre les confessions lors des fêtes principales8. Cet afflux des foules est, pour La Broüe,

  • 9 S.R.M., n° 15, p. 16.

d’autant plus merveilleux que le lieu où il repose n’est qu’un petit village de trois ou quatre maisons, en pays perdu, qu’on ne peut aborder que par des précipices et des montagnes affreuses et où, par conséquent, on ne peut être attiré que par le seul désir de visiter et d’honorer ses Reliques9.

  • 10 A.D. Isère, 1 G 5, f° 22.
  • 11 Ibid., f° 13.
  • 12 Ibid.

12Lors de l’enquête de 1676, de nombreux témoignages apportent une idée de l’ampleur du culte. Le vicaire du lieu évoque la présence de 7 000 personnes lors de la dernière fête de l’Assomption10, tandis qu’une femme note que la réputation de sainteté de Régis « a toujours creu, par les merveilles qu’il faict11 ». En vue de l’ouverture du procès de non cultu, le curé de Lalouvesc ôte en 1675 de nombreux ex-voto dont une liste sommaire est conservée : outre 94 béquilles et 100 cierges, il enlève encore des mains, jambes et bras de cire, cinq cœurs d’argent et douze tableaux12.

  • 13 S.R.M., n° 20, p. 14-15.
  • 14 Nouvelle série de Mélanges historiques publiés dans l’Echo du Velay, t. II, Le Puy, 1888, p. 119.
  • 15 Déposition lors de l’enquête de 1699 (A.D. Isère, 1 G 6).

13Les curés successifs ne négligèrent pas, semble-t-il, d’entretenir et accroître la dévotion au Père Régis. Celui qui l’assista dans ses derniers instants, Mathieu Bayle, partageait sans doute largement les conceptions de ses paroissiens sur les pouvoirs de Régis ; il s’employa à obtenir que le corps ne fût pas enlevé à sa paroisse, préleva des reliques lors d’un transfert du corps et implorait, dès 1641, Régis pour la guérison d’une de ses parentes. Parmi ses successeurs, Antoine Moleyre, curé de 1653 à 1682, joua un rôle essentiel dans le développement du culte. En particulier il fonda en 1691 la chapelle dans laquelle reposait le corps de Régis, en la plaçant habilement sous les patronages de saint Jean-Baptiste et saint François et en confiant le choix du chapelain à la famille de son frère13. Parfait représentant du système bénéficial, il vit tout l’intérêt que celui-ci pouvait présenter dans un lieu où l’afflux des fidèles allait croissant. Plus habile que ses prédécesseurs, peut-être s’en éloignait-il aussi par sa conception du culte des saints, la messe de demande d’intercession semblant être pour lui au centre de la démarche de dévotion. À un confrère venu à Lalouvesc par reconnaissance pour une guérison, il offre toutefois, avec une image de Régis, « un petit lambeau de sa robe14 ». Son neveu et successeur à partir de 1682 distribuera à son tour des morceaux de cette soutane15.

  • 16 S.R.M., n° 11, p. 16.
  • 17 Georges Guitton, op. cit., p. 500 et suiv.

14Dans la Compagnie de Jésus, le décès de Régis avait été dignement signalé en son temps par le Recteur du collège du Puy : dans une lettre circulaire aux maisons de la province de Toulouse, le 7 janvier 1641, le Père Ignace Arnoux avait rappelé le zèle apostolique du défunt, fait le récit de ses dernières heures et promis d’envoyer « plus au long les merveilles de ses missions et les regrets qu’il a laissés après sa mort16 ». Cette lettre tranchait par son contenu sur les simples notices destinées à faire connaître le décès d’un Père. À l’évidence, Régis, qui avait reçu dans les mois précédents approbations et encouragements de ses supérieurs17, était présenté comme un héros des missions de l’intérieur et un modèle à imiter, à une date où le développement de cette activité était encouragé dans les diverses provinces de la Compagnie en France. De plus, Arnoux connaissait bien Régis : ils avaient été compagnons de noviciat et, depuis, s’étaient retrouvés durant près de dix années dans diverses maisons de la province. Deux jours après cette lettre, le Recteur avait informé Rome du décès du Père :

  • 18 S.R.M., n° 16, p. 16.

Cette mort nous plonge tous dans une immense douleur, et dans un regret incroyable soit de sa personne soit de ses missions18.

15Mais, dans les années qui suivent, les documents de la Compagnie sont muets au sujet du Père Régis ; on n’a même pas trace de la notice promise par la lettre du Père Arnoux de janvier 1641. Ce n’est qu’en 1647 que quelques miracles sont signalés pour la première fois. Les bénéficiaires en sont tous des élèves ou des membres de la Compagnie. La mémoire de Régis était donc restée suffisamment vive dans certains établissements de la province pour qu’ici aussi on ait recours à lui. L’un des miraculés mentionnés en 1647 allait quelques années après assurer par un livre la survie du souvenir de Jean-François Régis. Il s’agit du Père La Broüe, qui publia en 1650 au Puy la première biographie du saint missionnaire. Claude La Broüe, entré dans la Compagnie en 1630 à 18 ans, avait suivi un cursus très ordinaire ; après avoir enseigné pendant plusieurs années dans les classes inférieures, il avait été professeur de logique et de physique à l’issue de ses études de théologie. Une grave maladie pulmonaire, dont la médecine ne peut venir à bout, mit alors ses jours en danger. Un de ses confrères lui conseilla de faire un vœu à Jean-François Régis. La Broüe accepta, non sans avoir hésité :

  • 19 Claude La Broüe, édit. 1654, p. 333.

Cette proposition me surprit, et ayant délibéré durant quelque temps sans luy répondre, je me resolus enfin de suivre un conseil que j’attribuay à Dieu plustost qu’à la pensée d’un homme19.

  • 20 A.R.S.I., Tolos. 2, f° 280 v° (lettres du 21. VI. 1649 au P. La Broüe et au Provincial).
  • 21 Tolos. 2, f° 295 v° (lettre du 20. II.1651 au P. La Broüe).

16Il fit donc le vœu d’aller célébrer une messe à Lalouvesc et d’écrire la vie de Régis s’il guérissait, ce qui arriva. Ayant rechuté un peu plus tard, il estimait toutefois devoir à Régis au moins trois années de sa vie. Il mourut finalement au Puy en octobre 1651. Son ouvrage, dont les autorités de l’Ordre avaient approuvé le dessein20, fut réédité à Paris en 1653 et à Liège en 1654. Le Père Ducreux en donna une traduction latine en 1660, répondant ainsi au souhait exprimé par le Général dès février 1651 : permettre que ce récit soit connu hors des frontières de la France21.

  • 22 Ibid. (lettre du 16.I.1651 au Provincial).
  • 23 Ibid., f° 317 (lettre du 16. IX.1652 au P. Garreau). On notera toutefois que dès 1653, le Recteur d (...)

17La connaissance de la vie et des miracles de Régis – chaque édition de La Broüe en présentait une liste plus longue – fut encore assurée par d’autres moyens. D’abord, tous les membres de la Compagnie eurent régulièrement l’occasion d’entendre le récit des faits marquants de son existence. Dès janvier 1651 en effet, le Général annonçait que sitôt reçue la biographie écrite par La Broüe, un éloge de Régis en serait tiré pour être lu annuellement à table, comme cela se pratiquait pour tous les Jésuites « remarquables22 ». Sans doute la tâche ne fut-elle pas immédiatement exécutée, puisque plus d’un an plus tard une lettre adressée au Recteur du Puy lui réclamait un bref éloge de Régis à insérer dans le « martyrologe de la Compagnie23 ».

18Connaissant le missionnaire de Lalouvesc par les textes de La Broüe ou le martyrologe, les Jésuites s’employèrent à leur tour à faire découvrir sa vie et les prodiges survenus depuis sa mort. Ils le firent dans les collèges, comme l’atteste un des témoins qui déposent au procès de 1676. Victime d’une « descente de boyaux », il avait subi une « très rude attaque » de son mal en janvier 1674 et décida alors, sur le conseil de son fils, de se vouer à Régis :

  • 24 A.D. Isère, 1 G 5, f° 28 (déposition de Gaspar Monteyremar, notaire et bourgeois du Puy).

Un de mes enfants qui alloit au Collège s’approchant de moy me dit que le P. Régis avoit fait un grand miracle depuis peu de jours en la personne d’une fille de Vanosc, qui étoit toute paralisée, que son régent en avoit fait le récit en classe24.

  • 25 Ibid., f° 17 v° (déposition de Mathieu Ducol, procureur fiscal de Quintenas). De Peyre, qui fut en (...)

19Certains Jésuites parlèrent aussi de Régis au cours de leurs missions, comme en fait foi la déposition d’un habitant de Quintenas lors de la même enquête de 1676 : c’est lors d’une mission du Père Antoine de Peyre que ce personnage entendit parler pour la première fois de Régis25.

  • 26 S.R.M., n° 26, p. 5-6 ; Antoine Bonnet, S.J., La vie du Père Jean-François Régis, Lyon, 1694, p. 17 (...)

20Au moins dans la province de Toulouse, les Pères de la Compagnie popularisèrent donc auprès de leurs auditoires scolaires et ruraux les mérites du Père Régis. Dès lors, il n’est pas étonnant que les miracles qui nous sont connus pour la période 1650-1676 se déroulent pour beaucoup dans une ville où la Compagnie disposait d’un établissement. En plaçant ces données sur une carte, on perçoit comme une onde de diffusion de la ferveur envers Régis : les premiers miracles ont lieu à Tournon, Le Puy, Billom et Montferrand, villes les plus proches des lieux où vécut et mourut Régis ; puis, dans un deuxième temps, des miracles ont aussi lieu à Saint-Flour et Aurillac ; en 1653, un miracle est signalé à Toulouse, chef-lieu de la province. À partir de 1655 enfin, Régis est imploré avec succès à Auch, Cahors, Carcassonne, Béziers. Hors de la province de Toulouse, les Jésuites font aussi connaître les pouvoirs thaumaturgiques de leur ancien confrère. La deuxième édition de la biographie de La Broüe ajoute ainsi à la liste des miracles ceux qui sont survenus à Bruxelles et Maëstricht, sans doute à la suite de la découverte de Régis grâce à la première édition. Notons enfin la guérison obtenue en 1675 à Québec, pour laquelle le recours au missionnaire du Velay s’expliquerait mal sans l’action de ses confrères pour maintenir et développer la mémoire de sa vie et de ses bienfaits26.

Les Jésuites de la province de Toulouse et les origines du culte de Jean-François Régis

La province de Toulouse de la Compagnie de Jésus vers 1660

La province de Toulouse de la Compagnie de Jésus vers 1660

• Villes où existe un collège des Jésuites.

Carte réalisée par Christine Chadier © LARHRA UMR 5190

Les dates indiquées sont celles des premières guérisons attribuées à J.-F. Régis (d’après les annuae litterae). La date est soulignée lorsqu’il est fait mention de l’utilisation de la poussière du tombeau dès la première guérison obtenue dans la ville.

21On peut donc estimer que le rôle de la Compagnie fut décisif dans le développement du culte à Régis ; par la biographie de La Broüe et les récits oraux des Pères, le missionnaire défunt fut invoqué bien au-delà des régions où s’était déroulé son apostolat. Son culte dépassait dès lors le cercle étroit des contrées qui l’avaient connu et pouvait plus facilement être proposé à la reconnaissance officielle de l’Église. D’ailleurs les Jésuites ne négligèrent rien qui fût susceptible de favoriser l’ouverture ou le bon déroulement d’un procès de canonisation.

  • 27 A.R.S.I., Tolos. 2, f° 272 (lettre du 20. XII.1648),
  • 28 Ibid., f° 295 v° (lettre du 16.I.1651). Par lettre du 6.X.1653, le Recteur de Tournon est félicité (...)

22Dès décembre 1648, le Provincial de Toulouse avait été invité par le Général à collationner tous les faits extraordinaires survenus sur la tombe de Régis et à fournir pour chacun des certificats d’authenticité. Le Général avait alors ajouté que la négligence, fréquente en de pareilles affaires, avait toujours de très fâcheuses conséquences27. Un peu plus de deux ans plus tard, il écrivait au même correspondant qu’il exhorterait les Recteurs de Tournon et du Puy à recueillir avec soin les témoignages authentiques28.

  • 29 Tolos. 3, f° 449 v° (lettre du 24. IV.1674) et f° 452 (lettre du 22.V.1674).
  • 30 Ibid., f° 455 (lettre du 26. VI.1674).
  • 31 Ibid., f° 463 (lettre du 11. XII.1674).
  • 32 Dans S.R.M., n° 20, p. 13 (lettre du P. Pagès à l’Assistant de France, le 14. III.1675). Cette lett (...)
  • 33 Au cours de l’année 1676, le Général écrit à plusieurs reprises au P. Pagès sur la question du proc (...)

23Cette tâche semble avoir été menée suffisamment scrupuleusement pour qu’à partir de 1674 soit évoquée l’éventualité de l’ouverture d’une procédure de béatification. Plusieurs lettres adressées cette année-là par le Général au Père Antoine Pagès, Recteur du collège de Tournon, indiquent que le projet s’est précisé. Il en ressort que le Père Pagès accordait le plus grand soin à obtenir des « actes publics » confirmant les miracles survenus et travaillait tout à fait explicitement dans la perspective d’une enquête canonique29. Par ailleurs, le Recteur du Puy était invité à déployer un zèle comparable, « pour que la mémoire de tant de bienfaits ne soit pas oubliée30 ». Finalement, à la fin de la même année, le Provincial était chargé de désigner un Père pour « enquêter sur les choses par lesquelles il faut commencer dans ce type d’affaire selon les lois de l’Église31 ». Ce fut évidemment le Père Pagès qui fut choisi. Il commença par demander une intervention de l’Ordre auprès de l’archevêque de Vienne pour qu’il invite le curé de Lalouvesc à mettre un terme aux manifestations publiques de culte dans son église32. Cette intervention eut lieu et le curé ôta le 18 juin 1675 tous les ex-voto déjà mentionnés. En mars 1676, l’archevêque signait la sentence de non cultu et le Père Pagès, confirmé dans ses fonctions33, pouvait alors s’occuper de l’enquête informative proprement dite.

  • 34 Le Général continue après le début du procès à veiller à ce que rien ne vienne remettre en cause sa (...)

24Il est donc clair que la Compagnie prit très tôt les précautions indispensables à la réunion des témoignages nécessaires, intervint pour l’ouverture du procès lorsqu’elle jugea le dossier suffisamment étayé, et veilla finalement à ce que toutes les conditions soient réunies pour que l’enquête débute et se poursuive sans difficultés34.

  • 35 Tolos. 18, f° 74 ; La Broüe, 2e édit., p. 261.
  • 36 Tolos. 18, f° 83 v°.

25Mais on observe aussi que les Jésuites invitèrent explicitement à recourir à Régis et favorisèrent même les pratiques populaires qui avaient vu le jour dès les origines du culte. Des membres de la Compagnie conseillèrent à des malades de se confier à Régis. Le Père La Broüe reconnaît ainsi que c’est à l’invitation d’un confrère qu’il se voua au missionnaire du Velay. On trouve trace de tels vœux, faits par des laïcs sur la recommandation de Jésuites, à Montferrand en 1650 ou à Bruxelles en 165335. À Saint-Flour, dès 1651, des malades et des femmes enceintes promettent des neuvaines à Lalouvesc sur le conseil de membres de la Compagnie36.

  • 37 La Broüe, édit. latine, p. 202-203 ; Tolos. 18, f° 109 v° ; A.D. Isère, 1 G 5, f° 48 v°.
  • 38 Tolos. 18, f° 92.
  • 39 Ibid., f° 100 v° et 164 v°.

26Certains des mérites de leur confrère défunt, espérant une rapide ouverture du procès de béatification, les Jésuites favorisèrent donc le recours à son intercession. Mais ils répondirent aussi très favorablement à l’attente populaire d’un contact avec les reliques. Les Pères du collège du Puy, qui avaient obtenu du curé de Lalouvesc qu’il leur lègue la mâchoire inférieure de Régis, l’appliquent en 1656 aux yeux d’une femme qui a perdu la vue à la suite d’une « goutte sereine » ; un peu plus tard, ils l’apportent dans un couvent de la ville pour qu’une religieuse malade puisse la toucher37. En 1652 et 1653, les Pères de Billom indiquent que des guérisons ont été obtenues grâce aux fragments d’ossements qu’ils conservent, soit par contact, soit par absorption d’eau dans laquelle ils ont été immergés38. Des pratiques identiques ont lieu à Auch en 1655 et à Tournon en 166639.

  • 40 Ibid., fo 121 v°.
  • 41 Claude La Broüe, 2e édit., p. 233.
  • 42 Claude La Broüe, édit. latine, p. 198.
  • 43 Tolos. 18, f° 98.
  • 44 Ibid., f° 183 v°.

27Les Pères n’ont pas seulement recours aux reliques au sens strict. En 1660, au collège de Tournon, le bâton de marche de Régis est glissé dans le lit d’un étudiant en théologie atteint de fièvre quarte40. Surtout, on constate que les Jésuites n’hésitent pas à recommander l’utilisation de la terre de la tombe pour obtenir des guérisons. La Broüe dit en avoir donné lui-même à des habitants de Saint-Paulien41. À Tournon, un élève du collège est guéri en 1652 après avoir fait le vœu d’aller à Lalouvesc et absorbé de cette terre mêlée à de l’eau42. À Lalouvesc, en 1654, un Jésuite exhorte un jeune homme à frotter ses jambes malades avec de la « poussière » du tombeau43. Grâce aux Jésuites, la terre de la tombe de Régis fut utilisée à de grandes distances de Lalouvesc. Ainsi, le Père François Soubrany, qui accompagne l’expédition de Crète en 1669, l’applique à de nombreux blessés44. Certains membres de la Compagnie y ont aussi personnellement recours : le Recteur du collège de Bruxelles, qui se voue à Régis en 1653, utilise tous les moyens disponibles pour s’assurer sa protection :

  • 45 Claude La Broüe, 2e édit., p. 259-260.

Le désir mesme d’invoquer un si bon Patron, soulagea grandement le malade, qui sentit sa fièvre bien diminuée ; puis ayant fait mettre quelques grains de poussière du tombeau du Père Regis en son breuvage, et quelques unes de ses Reliques à son col, il fit vœu de dire tous les jours quelques prières en son honneur durant un temps, et donna soin de faire apporter d’Anvers plusieurs images du mesme Père, pour estre distribuées tant aux nostres, qu’aux séculiers45.

  • 46 Tolos. 17, pièce 11, f° 109 v°, 110 v°, 121 v°, 125 v°-126 ; Tolos. 18, f° 63 v°.
  • 47 Tolos. 18, f° 74.
  • 48 L’auteur des Annuae Litterae de Billom écrit en 1659 : Sanctorum nostrorum opem hausto sepulchrali (...)

28L’adoption par les Jésuites des pratiques originellement populaires se trouva facilitée par le fait que le culte de saint Ignace s’accompagnait alors de rites semblables. Les documents romains concernant la province de Toulouse montrent que la Compagnie s’efforçait dans les premières décennies du xviie siècle d’implanter la dévotion à son fondateur et que le recours à Ignace était souvent accompagné du port d’une image du saint ou de l’application d’un reliquaire au malade. Surtout, à de nombreuses reprises, la guérison était obtenue après utilisation de la « poussière » de la grotte de Manresa, où Ignace avait séjourné plusieurs mois au temps de sa conversion. Cette pratique est ainsi attestée à Billom en 1633, au Puy en 1634 et 1648, à Albi en 1647, ou à Toulouse en 164946. Il en est régulièrement fait mention dans les annuae litterae de divers collèges de la province jusqu’à la fin de la période qui nous intéresse. Ce qui était légitime pour la dévotion à Ignace pouvait donc l’être aussi pour celle à Régis, à la réserve près que ce dernier n’avait pas encore été reçu pour saint par l’Église. La difficulté fut parfois tournée en associant l’invocation des deux protecteurs, comme à Saint-Flour en 165047. Rapidement toutefois, la vertu de la terre de Lalouvesc fut considérée à l’égal de celle de la poussière de Manresa et le recours au seul Régis parfaitement admis48.

29Ces diverses pratiques de contact avec les reliques et les objets qui ont approché le corps des bienheureux sont parfaitement justifiées théologiquement pour les Jésuites. Au début du siècle, le Père Richeome écrivait dans son Discours sur les saintes reliques :

  • 49 Édit. de 1605, p. 106-107.

Nous ne prions pas les Reliques, et ne disons pas Sainctes Reliques priez pour nous, ou guérissez-nous, mais excitez par les os, par les corps des Martyrs, comme gages présens et visibles à la mémoire des Martyrs, nous prions leurs âmes vivantes avec Dieu ; et Dieu par leur intercession exauce nos prières : et approuvant par bienfaicts nostre service, il nous donne guérison par l’attouchement de leurs corps49.

30Pour sa part, La Broüe insistait surtout sur le pouvoir que Dieu accordait à tout ce qui avait été en contact avec les saints :

  • 50 Claude La Broüe, 2e édit, p. 235.

On ne peut douter que Dieu n’honore ses Saincts, jusqu’à les rendre dépositaires de son pouvoir souverain, puis qu’il communique mesme à leurs vestemens, et à de chétifs lambeaux des habits qu’ils ont portez autresfois, une vertu divine, qui triomphe des forces de la nature, et fait des merveilles qui l’estonnent50.

  • 51 Par exemple à Tournon en 1652 (La Broüe, édit. latine, p. 198).
  • 52 Tolos. 18, f° 92.
  • 53 Ibid., f° 146.
  • 54 A.D. Isère, 1 G 5, f° 22 ; S.R.M., n° 20, p. 13 ; Tolos. 18, f° 219 v°.

31Malgré des différences d’accent, ces deux auteurs soulignent le pouvoir accordé par Dieu aux reliques, leur rôle d’intermédiaire avec le sacré. En filigrane se lit ici un aspect de la pastorale de la Contre-Réforme. Face aux fidèles tentés d’accorder une vertu immédiate à ces ossements ou à ces objets, il existe dans le clergé de la Réforme catholique un courant qui ne condamne pas les pratiques populaires en les rangeant dans la catégorie de la « superstition », mais qui prend appui sur ces pratiques pour conduire à une démarche spirituelle jugée plus authentique. L’accent est mis sur l’intercession du saint, à qui Dieu délègue une part de son pouvoir. Concrètement, sans chercher à détourner le peuple de la vénération des reliques, ce clergé l’invite à associer d’autres gestes religieux au toucher des objets « miraculeux ». Pour le cas qui nous intéresse ici, on observe que lorsque les Jésuites apportent les reliques de Régis à un malade, donnent une image de lui ou acceptent l’absorption de terre, ils invitent aussi le malade à se vouer à Régis, à l’invoquer, à demander son intercession. Les demandes de guérison qui ont lieu dans le cadre des collèges – où le rôle des Pères dans le choix des modalités de l’invocation est le plus certain – montrent parfaitement cette association de la demande d’intercession au toucher des reliques51. Dans certains cas, la guérison accompagne la réception du sacrement de pénitence et de la communion. À Billom, en 1653, l’élève au cou duquel on suspend un reliquaire retrouve la parole ; il peut alors se confesser, et est bientôt totalement guéri52. À Béziers, en 1663, un jeune paralytique se confesse et absorbe de la poussière du tombeau mêlée à de l’eau ; il retrouve l’usage de ses jambes le lendemain, après avoir communié53. La Broüe, pour sa part, insiste sur les guérisons obtenues à Lalouvesc après que le malade eut fait dire une messe ou une neuvaine. Et il semble bien que les fidèles ne restèrent pas insensibles à ces sollicitations cléricales. En 1676, le vicaire de Lalouvesc déclarait que la « dévotion consiste premièrement dans les confessions et communions au tombeau ». Plus précisément, on sait que le curé du lieu disposait en 1674 de 4 000 livres pour la célébration de messes, et que les dons des fidèles permettaient deux ans plus tard de rétribuer cinq prêtres affectés à l’audition des confessions54.

32Prenant appui sur les attitudes traditionnelles des fidèles, cette pastorale du geste thérapique tente d’inviter les fidèles à accroître la place des sacrements dans leur démarche de piété ; elle vise aussi à mieux situer la quête du miracle au sein des gestes religieux ordinaires. Il est par ailleurs évident que dans un contexte de coexistence confessionnelle, les miracles sont lus comme une preuve de la religion catholique.

  • 55 Louis Châtellier, Tradition chrétienne et renouveau catholique dans l’ancien diocèse de Strasbourg, (...)
  • 56 Alain Croix et Fanch Roudaut, Les Bretons, la mort et Dieu de 1600 à nos jours, Paris, 1984, p. 228
  • 57 Marc Venard, « Dans l’affrontement des Réformes du xvie siècle : regards et jugements portés sur la (...)

33Les Jésuites sont sans doute à ranger parmi les meilleurs représentants de cette pastorale. Ils surent parfaitement s’appuyer sur l’attente du miracle et la conception de la religion comme recours pour conduire à une démarche religieuse conforme à l’idéal tridentin. Leur rôle dans le développement du culte de Jean-François Régis le montre, tout comme – sous d’autres horizons – celui qu’ils jouèrent dans le centre de pèlerinage marial qu’était Marienthal55. On peut aussi ajouter qu’en Bretagne, au cours de ses missions, Julien Maunoir n’hésitait pas à recourir au « grain sacré » que lui avait donné Le Nobletz pour obtenir des miracles, et peut-être simplement pour attirer les foules56. Sans doute, selon la remarque de Marc Venard, ce deuxième tiers du xviie siècle a-t-il même « redonné droit de cité [...] à des manifestations de religiosité que l’époque précédente avait tenté d’abolir57 ».

34Avec la naissance du culte de Jean-François Régis, on a ainsi le sentiment d’être au cœur de la pastorale d’une Église catholique en majesté. Sûre de sa vérité, que confirment les miracles, elle tend à canaliser vers l’idéal de piété qu’elle propose l’ensemble des attitudes religieuses populaires, que non seulement elle tolère, mais favorise aussi.

35Évidemment, dans un cas comme celui de Régis, les efforts déployés par la Compagnie ne relèvent pas de la seule pastorale. Il y a, à l’évidence, une concession aux formes populaires de dévotion justifiée par la volonté de voir promouvoir le culte des saints de la Compagnie et leur reconnaissance officielle. L’activité déployée par les Jésuites pour que soit ouvert le procès de béatification explique sans doute pour partie leur largeur de vue dans la définition des « reliques » de Régis et leur reconnaissance de la vertu de la terre du tombeau.

  • 58 A.R.S.I., Lugd. 29, f° 366.

36En fait, au-delà de cette remarque, se pose la question de savoir si certains Pères ne partageaient pas totalement les conceptions populaires sur le contact « magique ». Le Père Soubrany semble bien employer cette terre comme un remède, seulement plus efficace que d’autres. Dans un autre cas, à Sixt, en Savoie, on voit un Jésuite sacrifier sans hésiter au rite populaire de l’incubation sur la tombe du bienheureux Ponce de Faucigny pour obtenir la guérison58.

  • 59 J’ai développé mes remarques à ce sujet dans « Missions et confession au xviie siècle », dans Prati (...)

37Non moins difficile est la question de la compréhension par les fidèles du rite sacramentaire – et notamment de la confession – lorsqu’ils s’en approchent dans l’attente d’une guérison. Peut-être ne virent-ils alors dans la pratique de la confession qu’un geste thérapique supplémentaire59. La dialectique entre religion enseignée et vécu religieux, dont l’historiographie religieuse a bien conscience, n’en demeure pas moins délicate à analyser.

Notes

1 Georges Guitton, S.J., Saint Jean-François Régis, Paris, 1937, p. 8.

2 Claude La Broüe, S.J., La vie du Révérend Père Jean-François Régis, de la Compagnie de Jésus, 1ère édit., Le Puy, 1650 ; A.D. Isère, 1 G 5 (procès de non cultu et procès informatif de uita et miraculis).

3 Cité in S.R.M. [=Saint François Régis et sa mission. Bulletin du pèlerinage de Lalouvesc], n° 15, p. 14. Une série d’articles publiés dans ce numéro et les suivants étudie avec minutie le sort des reliques de saint Régis.

4 Jean Delumeau, Un chemin d’histoire. Chrétienté et christianisation, Paris. 1981, p. 180.

5 A.R.S.I. [=Archivum Romanum Societatis Iesu], Tolos. 18, f° 83 v° (1651).

6 S.R.M., n° 15, p. 15.

7 A.R.S.I., Tolos. 18, f° 104 v°.

8 Tolos. 18, f° 92.

9 S.R.M., n° 15, p. 16.

10 A.D. Isère, 1 G 5, f° 22.

11 Ibid., f° 13.

12 Ibid.

13 S.R.M., n° 20, p. 14-15.

14 Nouvelle série de Mélanges historiques publiés dans l’Echo du Velay, t. II, Le Puy, 1888, p. 119.

15 Déposition lors de l’enquête de 1699 (A.D. Isère, 1 G 6).

16 S.R.M., n° 11, p. 16.

17 Georges Guitton, op. cit., p. 500 et suiv.

18 S.R.M., n° 16, p. 16.

19 Claude La Broüe, édit. 1654, p. 333.

20 A.R.S.I., Tolos. 2, f° 280 v° (lettres du 21. VI. 1649 au P. La Broüe et au Provincial).

21 Tolos. 2, f° 295 v° (lettre du 20. II.1651 au P. La Broüe).

22 Ibid. (lettre du 16.I.1651 au Provincial).

23 Ibid., f° 317 (lettre du 16. IX.1652 au P. Garreau). On notera toutefois que dès 1653, le Recteur du collège de Bruxelles, malade, décide d’invoquer Régis « dont on nous racontoit l’autre jour tant de merveilles » (La Broüe, 2e édit., p. 259).

24 A.D. Isère, 1 G 5, f° 28 (déposition de Gaspar Monteyremar, notaire et bourgeois du Puy).

25 Ibid., f° 17 v° (déposition de Mathieu Ducol, procureur fiscal de Quintenas). De Peyre, qui fut en résidence à Tournon et à la mission d’Annonay, connaissait bien Lalouvesc : il y était à la Pentecôte 1674 pour aider le clergé local et y commença sa tournée de missions (S.R.M., n° 20, p. 13 et A.R.S.I., Tolos. 3, f° 455).

26 S.R.M., n° 26, p. 5-6 ; Antoine Bonnet, S.J., La vie du Père Jean-François Régis, Lyon, 1694, p. 171.

27 A.R.S.I., Tolos. 2, f° 272 (lettre du 20. XII.1648),

28 Ibid., f° 295 v° (lettre du 16.I.1651). Par lettre du 6.X.1653, le Recteur de Tournon est félicité pour les renseignements qu’il a envoyés (ibid., f° 342 v°).

29 Tolos. 3, f° 449 v° (lettre du 24. IV.1674) et f° 452 (lettre du 22.V.1674).

30 Ibid., f° 455 (lettre du 26. VI.1674).

31 Ibid., f° 463 (lettre du 11. XII.1674).

32 Dans S.R.M., n° 20, p. 13 (lettre du P. Pagès à l’Assistant de France, le 14. III.1675). Cette lettre ne prend son sens que selon la chronologie que nous donnons (intervention du Général pour la désignation d’un Père en décembre 1674) ; s’il n’avait été désigné pour cette tâche qu’en novembre 1675 (comme l’affirme S.R.M., n° 20, p. 14), le P. Pagès n’aurait pu écrire en ces termes à Rome au mois de mars.

33 Au cours de l’année 1676, le Général écrit à plusieurs reprises au P. Pagès sur la question du procès de béatification (A.R.S.I., Tolos. 4, f° 32, 35, 35 v°, 37,43).

34 Le Général continue après le début du procès à veiller à ce que rien ne vienne remettre en cause sa poursuite. Ainsi rappelle-t-il à diverses reprises qu’il faut prendre garde à ce qu’il n’y ait aucune marque de culte extérieur à Régis. Voir Tolos. 4, f° 126 (lettre au Recteur du Puy le 26. XII.1679) et f° 260 (lettre au Provincial le 10. IV.1685).

35 Tolos. 18, f° 74 ; La Broüe, 2e édit., p. 261.

36 Tolos. 18, f° 83 v°.

37 La Broüe, édit. latine, p. 202-203 ; Tolos. 18, f° 109 v° ; A.D. Isère, 1 G 5, f° 48 v°.

38 Tolos. 18, f° 92.

39 Ibid., f° 100 v° et 164 v°.

40 Ibid., fo 121 v°.

41 Claude La Broüe, 2e édit., p. 233.

42 Claude La Broüe, édit. latine, p. 198.

43 Tolos. 18, f° 98.

44 Ibid., f° 183 v°.

45 Claude La Broüe, 2e édit., p. 259-260.

46 Tolos. 17, pièce 11, f° 109 v°, 110 v°, 121 v°, 125 v°-126 ; Tolos. 18, f° 63 v°.

47 Tolos. 18, f° 74.

48 L’auteur des Annuae Litterae de Billom écrit en 1659 : Sanctorum nostrorum opem hausto sepulchrali P. Regis tum Manresano S. Ignatii puluere expertae sunt foeminae aliquot (Tolos. 18, f° 116 v°).

49 Édit. de 1605, p. 106-107.

50 Claude La Broüe, 2e édit, p. 235.

51 Par exemple à Tournon en 1652 (La Broüe, édit. latine, p. 198).

52 Tolos. 18, f° 92.

53 Ibid., f° 146.

54 A.D. Isère, 1 G 5, f° 22 ; S.R.M., n° 20, p. 13 ; Tolos. 18, f° 219 v°.

55 Louis Châtellier, Tradition chrétienne et renouveau catholique dans l’ancien diocèse de Strasbourg, Paris, 1981, p. 202-204.

56 Alain Croix et Fanch Roudaut, Les Bretons, la mort et Dieu de 1600 à nos jours, Paris, 1984, p. 228.

57 Marc Venard, « Dans l’affrontement des Réformes du xvie siècle : regards et jugements portés sur la religion populaire », dans La Religion populaire, Paris, 1979, p. 124.

58 A.R.S.I., Lugd. 29, f° 366.

59 J’ai développé mes remarques à ce sujet dans « Missions et confession au xviie siècle », dans Pratiques de la confession des Pères du désert à Vatican II, Paris, 1983, p. 213-220.

Table des illustrations

Titre La province de Toulouse de la Compagnie de Jésus vers 1660
Légende • Villes où existe un collège des Jésuites.
Crédits Carte réalisée par Christine Chadier © LARHRA UMR 5190
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/4027/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search